Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un milieu libéral et européen

 | 
Laurence Badel

Première partie. La tardive organisation du grand commerce français dans l’entre-deux-guerres

Chapitre premier. Les organisations patronales du grand commerce français

Texte intégral

  • 1 Groupement d’études des grands magasins (GEGM), Notes, note G 322, déjeuner du 22 décembre 1938 à (...)
  • 2 Jacques Lacour-Gayet, Histoire du commerce, Paris, 1950-1953, 6 volumes.
  • 3 Henry Ehrmann, La politique du patronat français (1936-1955), Paris, 1959 ; Bernard Brizay, Le pat (...)
  • 4 Stanley Hoffmann, Le mouvement Poujade, Paris, 1956 ; Dominique Borne, Petits-Bourgeois en révolte (...)

1« Il semble que le développement prodigieux de la grande industrie depuis cent ans ait ravi au commerce la place de choix qu’il occupait autrefois dans la cité économique », constatait, en décembre 1938, Jacques Lacour-Gayet à l’issue d’un déjeuner célébrant la cinq centième réunion du Groupement d’études des grands magasins, dont il était le délégué général depuis sa création en 19191. Auteur après la guerre d’une monumentale Histoire du commerce2, il aurait certainement été consterné de voir que le désintérêt passé des pouvoirs publics pour la distribution n’a eu d’égal que celui des historiens du monde patronal en France, qui ont longtemps persisté à la méconnaître. Les principales histoires du patronat ont peu intégré ce pan de l’activité économique dans leurs réflexions. Elles sont avant tout des histoires de l’organisation et de la représentation syndicale des industries en France3. Seul, le monde du petit commerce a suscité un intérêt véritable dans la mesure où il est apparu comme un soubassement idéologique et politique essentiel à la compréhension de la Troisième République et où il se manifeste de façon spectaculaire à certains moments clés de l’histoire contemporaine4. Or, comment entreprendre l’étude du milieu du grand commerce, comment comprendre ses interventions dans la vie publique, comment saisir la place qu’il occupe au sein du monde patronal, si l’on ignore les cadres dans lesquels se déploient ses multiples activités ? L’histoire qui est retracée dans ce chapitre inaugural est donc celle de la lente reconnaissance institutionnelle du grand commerce français au sein de la société française. Elle s’est effectuée par son insertion au sein d’organismes représentatifs de l’ensemble du monde patronal et grâce à la création d’associations patronales spécifiques. Pris entre une intégration initiale dans le monde de l’industrie et un désir d’émancipation, sensible de manière précoce aux enjeux de la concurrence internationale, le grand commerce ne met en place qu’au lendemain de la Première Guerre mondiale une organisation entièrement vouée à la défense de ses intérêts particuliers. Le Groupement d’études des grands magasins (GEGM) naît en 1919 ; en 1937, les innovations que connaît la distribution et les changements qui affectent le monde patronal conduisent à la création de la Fédération nationale des entreprises à commerces multiples (Fenacomult).

  • 5 Marcel Paves, Traité d’économie nationale, t. I, Paris, 1958, p. 63-64.
  • 6 Ibid, t. 2 ; p. 392.
  • 7 Ibid., p. 318 : « [...] sans se dissimuler tout ce que le choix du chiffre 10 (au lieu de 5 ou de (...)
  • 8 Patrick Lafond, L’application de la loi des 40 heures dans le grand commerce parisien, maîtrise, ( (...)
  • 9 L’administration de Vichy mettra ainsi sur pied pour chacun de ces secteurs un comité d’organisati (...)
  • 10 Cf. Marcel Rives, Traité..., op. cit., t. 1, p. 54 : « La fonction de détail consiste à s’approvis (...)
  • 11 Ibid., t. 2, titre II, chapitre III, p. 342-362.

2Précisons d’emblée que l’appellation de cette dernière délimite le milieu dont nous entreprenons l’étude : le grand commerce non spécialisé. Il était dans la logique de notre démarche de partir de la perception qu’avait le grand commerce de lui-même dans l’entre-deux-guerres plutôt que d’en proposer une définition a priori. Sans les ignorer, nous laisserons aux historiens de l’économie, le soin de discuter les paramètres nombreux permettant de circonscrire ce secteur : le chiffre d’affaires, le nombre de salariés dans l’entreprise, l’unité d’exploitation etc. Vouloir fonder une définition sur un seul de ces critères est délicat. Le secret des affaires a ainsi empêché une diffusion systématique du chiffre des recettes. Le nombre des salariés dans l’entreprise doit par ailleurs tenir compte de la grande dispersion des entreprises commerciales qui caractérise l’entre-deux-guerres : le chiffre moyen délimitant la petite et la grande entreprise est nécessairement moins élevé que dans le secteur industriel déjà en voie de forte concentration. Il semble toutefois difficile de l’établir avec précision. Dans la somme que constitue le Traité d’économie commerciale paru en 1958, Marcel Rives commence par distinguer trois seuils : celui des entreprises employant moins de 5 salariés, celui de celles en employant moins de 50, et celui de celles en employant moins de 500. La difficulté issue de cette distinction réside dans l’existence d’entreprises « moyennes » (de 6 à 50 employés) dont ne tient pas compte la dichotomie usuelle entre le « petit » et le « grand » commerce5. Or, un peu plus loin dans l’ouvrage, étudiant la place respective des différentes formes de commerce, Rives place à 5 salariés la limite du petit commerce6, avant de proposer un nouveau seuil dans le chapitre particulier consacré au petit commerce : celui des 10 salariés7. Il nous a enfin paru difficile d’admettre la description sectorielle très large que fait Patrick Lafond du grand commerce. Pour lui, ce dernier englobe : les grands magasins, les magasins à succursales multiples, l’hôtellerie, l’alimentation de détail, les brasseries, le commerce de gros8. Des secteurs comme l’hôtellerie, l’alimentation de détail, les brasseries relèvent à l’évidence d’activités commerciales, mais cette classification, si elle peut être celle de l’administration9, ne correspond pas à celle opérée par les commerçants eux-mêmes. Respectant l’autonomie qui paraît avoir été alors celle de ces secteurs, nous préférons les regrouper dans le domaine élargi des services, plutôt que de les identifier au grand commerce. Les critères mentionnés plus haut doivent être combinés afin de proposer une définition satisfaisante de notre milieu. Aussi proposerons-nous une définition initiale volontairement restreinte du grand commerce : c’est le milieu constitué par les ressortissants de la Fédération nationale des entreprises à commerces multiples. Elle repose sur un critère économique : la fonction commerciale – il s’agit en l’occurrence de la fonction de détail opposée à celle de gros10 – et sur un critère lié à la nature de l’entreprise : ici, la variété des produits, dont la vente s’opère dans des entreprises à commerces multiples, opposées aux entreprises spécialisées. Le domaine général est donc celui du commerce de détail non spécialisé. Au sein de celui-ci, trois autres critères liés à la nature de l’entreprise permettent de préciser la qualité du grand commerce : l’emploi d’un personnel salarié nombreux, l’importance du chiffre d’affaires, la concentration de l’entreprise11. Trois types d’entreprises y répondent : les grands magasins, les établissements à succursales multiples, les magasins à prix uniques, tous trois adhérents de la Fenacomult. Les critères retenus excluent de notre champ d’étude les entreprises à succursales spécialisées, souvent dans l’alimentation, la confection, la chaussure, telles que Casino ou les différents Docks. En revanche, la Fédération accueille les Nouvelles Galeries réunies et le groupe Paris-France, succursalistes appartenant à la branche des commerces multiples.

3Cette approche a d’autres limites. Elle ne considère que le niveau supérieur de l’organisation patronale et livre le point de vue du seul patronat des grands magasins parisiens et de son représentant Jacques Lacour-Gayet. Il conviendra que des études ultérieures en viennent étayer ou nuancer les conclusions par des enquêtes régionales et monographiques approfondies.

I. UN MILIEU EN QUÊTE D’INDÉPENDANCE

A. AU TOURNANT DE LA PREMIÈRE GUERRE MONDIALE

4Dans l’ensemble, l’unification du monde patronal s’est faite de façon beaucoup plus désordonnée que celle du monde ouvrier en raison sans doute de motivations d’ordre psychologique – la crainte de devoir partager une habitude de commandement et le souci de garder une entière liberté d’action – mais aussi de la diversité de ce monde patronal – banque, industrie, commerce – dont les intérêts divergent entre et au sein même de chaque grand secteur. Les organisations sectorielles de l’industrie furent les premières à se constituer, souvent dans un cadre régional. Mais toute tentative d’union interprofessionnelle nationale devait échouer au xixe siècle. L’on peut schématiquement considérer que l’unification du monde industriel a subi deux impulsions majeures. Un premier essor a lieu sous le Second Empire, dans les années 1860, avec l’apparition de chambres syndicales patronales dans l’industrie, due à la crainte de l’effondrement du mur protectionniste et aux pressions de la concurrence internationale. Les industries textiles, charbonnières, métallurgiques sont les premières à s’organiser : le Comité des forges apparaît en 1864. Ce mouvement est renforcé dans un second temps, au cours des années 1890, par l’unification du syndicalisme ouvrier – la Confédération générale du travail (CGT) est créée en 1895 – et l’intervention croissante de l’Etat en matière sociale. En outre, la loi de 1884 donne un cadre légal à l’action syndicale. Les syndicats patronaux vont prendre essentiellement la forme de groupements de producteurs spécialisés (Comité central des houillères, 1887 ; Union des industries textiles, 1901) qui s’entendent sur les quotas de production, l’organisation des transports, la fixation des prix. Cette organisation catégorielle, cartellisée, du monde patronal se fait au détriment d’une union interprofessionnelle. La seule tentative notable est la fondation en 1901 – mais dans le cadre de la loi de 1884 – de l’Union des industries métallurgiques et minières (UIMM) qui acquerra une audience politique réelle sous l’égide de Robert Pinot, le secrétaire général du Comité des forges.

Les débuts du syndicalisme commercial

  • 12 Georges Lefranc, Les organisations..., op. cit., p. 45-46.

5« Ailleurs, les syndicats patronaux demeurent souvent dans l’enfance »12. Ce constat de Georges Lefranc est particulièrement vrai pour le monde du commerce, qui pâtit d’une confusion permanente de ses intérêts avec ceux de l’industrie, et ce jusqu’au sein des chambres de commerce. Les premières organisations commerciales représentent les intérêts des marchands de commerces spécialisés, mais ne se fondent pas sur la défense de leur qualité de détaillant. Les tentatives de regroupement ont lieu dans le cadre d’organisations mixtes. En 1858 est créée l’Union générale du commerce et de l’industrie (devenue Syndicat général en 1866) qui regroupe différents métiers : cuirs et peaux, éclairage, ameublement, literie etc. dont elle arbitre les litiges. Elle soutient le traité de commerce franco-anglais de 1860, à la différence de l’association constituée par le filateur de coton de Roubaix Auguste Mimerei. Parmi d’autres organisations mixtes que l’on peut citer figurent l’Union syndicale du commerce et de l’industrie, qui opère essentiellement en région parisienne, et l’Alliance syndicale du commerce et de l’industrie dirigée par Fouquet-Lapar, représentant de la Bijouterie, de la Joaillerie et de l’Orfèvrerie de Paris. À cela s’ajoutent les chambres de commerce, réorganisées par la loi du 9 avril 1898, qui représentent les intérêts commerciaux et industriels auprès des pouvoirs publics. Elles ont un rôle consultatif et un pouvoir d’initiative. La loi leur reconnaît le droit d’émettre des avis sur les changements projetés dans la législation commerciale, économique et douanière. Leur influence – qui sera concurrencée dans l’entre-deux-guerres par la création de conseils consultatifs et du Conseil national économique – est encore très réelle avant 1914. L’on peut par conséquent estimer qu’elles canalisaient alors fortement dans chaque région les revendications des intérêts commerciaux.

  • 13 Geoffrey Crossick, Heinz-Gerhard Haupt, The Petite Bourgeoisie in Europe 1780-1914. Enterprise, fa (...)
  • 14 Geoffrey Crossick, Heinz-Gerhard Haupt, The Petite Bourgeoisie ..., op. cit., p. 50.
  • 15 Philip Nord, « Le mouvement des petits commerçants... », op. cit.

6L’industrialisation rapide de la France à partir des années 1840 a eu d’importantes répercussions sur le monde commercial. Urbanisation et naissance d’un marché national ont entraîné une modification complète de la structure du commerce de détail. Paris en est le symbole éclatant, qui lie de manière exemplaire grands travaux hausmanniens et construction des premiers grands magasins. On assiste aussitôt à l’apparition d’une abondante littérature d’inspiration romantique, mais aussi professionnelle, qui dénonce les maux de l’hausmannisation comme facteur de destruction du centre-ville et des petits commerces. Or, comme l’ont montré les travaux des historiens, la perception contemporaine ne correspond que très partiellement à la réalité. Les nouveaux grands boulevards ont ainsi connu un nouvel essor des commerces d’articles de Paris destinés à satisfaire une clientèle aisée. De manière plus générale, on assiste, des années 1850 à 1880, à une prolifération nouvelle de boutiques familiales : la proximité des grands magasins a, dans certains cas, vivifié le petit commerce13. Néanmoins, même s’il est difficile d’estimer la menace réelle que représentaient les nouvelles formes de distribution pour le petit commerce, et même si, parmi ces dernières, les coopératives de consommation et les magasins succursalistes ont certainement constitué une menace plus importante14, les grands magasins ont cristallisé à la fin des années 1880 les ressentiments du petit commerce à l’encontre de la grande distribution. La grandeur et le luxe des grands magasins associés au capitalisme triomphant et à une forme de déclin moral deviennent les motifs du discours des organisations que créent les petits commerçants. Ces dernières se multiplient en mettant l’accent non plus sur un produit, mais sur la qualité de petit détaillant. Le syndicalisme commercial va s’affirmer d’abord comme syndicalisme du petit commerce. La Ligue syndicale pour la défense des intérêts du travail, de l’industrie et du commerce, apparaît en 1888 ; en 1891, c’est la tour de l’Union fraternelle du commerce et de l’industrie. Leur programme est fondé sur une guerre déclarée aux grands magasins. C’est le thème du grand magasin « accapareur », l’« accaparement » consistant en l’exercice de plusieurs commerces, puisque le grand magasin regroupe plusieurs spécialités. Constitué en groupe de pression, le petit commerce obtient par la loi de 1893 la révision de la patente et une taxation du grand magasin pour chaque spécialité mise en vente. Cette hostilité vis-à-vis du grand commerce s’accompagne de la dénonciation des « féodalités » financières et d’un État moderne, bureaucratique et interventionniste en matière sociale. L’analyse de Philip Nord dévoile une vision du monde propre au petit commerce, vision d’un monde clos et protégé, privilégiant une économie de quartier et les échanges commerciaux traditionnels, soucieux enfin de son autonomie. Ce goût d’autarcie s’accompagne d’un protectionnisme virulent et d’une crainte de la concurrence étrangère15. Une telle vision est aux antipodes de celle du grand commerce très liée aux intérêts du commerce international. En écho à la dérive droitière de l’électorat petit-bourgeois dans les années 1890, la Ligue syndicale du travail, de l’industrie et du commerce abandonne la ligne radicale-socialiste de ses débuts pour adopter un discours corporatiste et réactionnaire.

7Constituées à l’origine au sein d’une ville afin de représenter les commerçants auprès des autorités municipales, les unions de commerçants se développent ensuite à l’échelon régional, voire national. Le mouvement du petit commerce connaît une nouvelle impulsion dans la première décennie du xxe siècle, grâce au travail effectué par les associations provinciales. Vers 1906 la Confédération des groupements commerciaux et industriels renouvelle le discours du petit commerce : moindre agressivité envers les grands magasins et appel à la modernisation des entreprises et des méthodes du petit commerce. Ce renouvellement est lié à l’effort de la droite républicaine modérée pour amener le mouvement des commerçants à abandonner l’extrême-droite pour occuper une position plus centriste. De manière significative, le petit commerce est extrait du « peuple » et est intégré aux « classes moyennes », cœur du dispositif républicain. La Confédération n’hésite pas à se rapprocher du grand patronat. La nomination en 1910 d’André de Palomera, homme d’affaires des Charentes, à sa présidence illustre cette tendance qu’a renforcée en 1906 la création d’une Fédération des commerçants-détaillants par le directeur du grand magasin, Les Phares de la Bastille, Georges Maus. Ce dernier prend la tête de la résistance patronale à la loi de 1906 sur la semaine de six jours et aux réformes sociales projetées par le gouvernement. Une union des intérêts commerciaux s’esquisse avant la guerre, marquée par une tentative d’hégémonie du grand commerce. Elle sera de courte durée : la fracture s’élargira de plus belle avec la crise économique et les nouvelles transformations qui affectent la distribution pendant les années trente.

  • 16 Joseph Jones, « Vichy France... », op. cit., p. 542.
  • 17 Stanley Hoffmann, Essais sur la France, Paris, 1974, p. 169.

8Ce rapprochement traduit surtout la reconnaissance de la place-pivot occupée par le petit commerce dans la société française par les dirigeants politiques et économiques. La création en 1907 d’une Association de défense des classes moyennes à l’initiative de la Fédération de Maus et de la Confédération de Palomera est à cet égard symptomatique : hissé au rang de « classe moyenne », le petit commerçant devient « un modèle de l’idéal démocratique républicain pour les hommes politiques de tous bords »16. Occupant une place privilégiée de juste-milieu entre le monde des affaires et le monde du travail, il est une composante du consensus social sur lequel repose la Troisième République17. La loi du 1er juillet 1901 sur les associations, enfin, va contribuer à relancer les tentatives d’union interprofessionnelle nationale, sous l’égide d’un milieu commercial en pleine émancipation.

B. LES PREMIÈRES TENTATIVES D’UNION INTERPROFESSIONNELLE

1. La FICF : la promotion du modèle allemand

  • 18 Chambre de commerce et d’industrie de Paris (CCIP), 1-8.63(1), dossier FICF, programme de 1907.
  • 19 Georges-Henri Soutou, L’Or et le Sang. Les buts de guerre économiques de la Première Guerre mondia (...)

9La Fédération des industriels et commerçants français (FICF) est constituée en 1903. Elle naît du constat « que nous ne sommes pas organisés commercialement comme le sont nos concurrents », « dont le but et l’ambition sont de donner à la France l’organisation commerciale qui font la force de nos rivaux »18. Comme le confirme le programme du comité d’initiative, la grande référence, à l’instar d’autres secteurs de la vie économique d’avant 1914, est le modèle d’organisation allemand. La FICF se veut le pendant de l’Association centrale des industriels allemands fondée en 1876 et de la Fédération des industriels et commerçants allemands dirigée par le président de la société Krupp. Ce modèle commercial allemand fascine indéniablement la France depuis la fin du xixe siècle : Georges-Henri Soutou a souligné l’importance du nombre des publications parues durant la guerre qui font le point sur les insuffisances françaises et l’écrasante supériorité de l’organisation allemande19. Selon lui, c’est le livre d’Henri Hauser sur Les méthodes allemandes d’expansion économique, paru en 1915, qui eut le plus grand retentissement ; il esquissait le programme qui devait être suivi par le ministre du Commerce Etienne Clémentel : interventionnisme accru de l’État dans la vie économique, unité des buts de guerre économiques alliés, discrimination à l’égard du Reich.

  • 20 Georges Blondel, « L’organisation scientifique du commerce allemand », Revue générale des sciences (...)
  • 21 Georges Blondel, L’organisation économique de l’Allemagne, conférence du 21 janvier 1917 à l’Assoc (...)
  • 22 Id., « L’organisation scientifique... », op. cit., p. 18.
  • 23 Id., L’organisation économique..., op. cit., p. 8.
  • 24 Ibid, p. 20.
  • 25 Henri Hauser, Les méthodes allemandes d’expansion économique, Paris, 7e édition, 1917, seconde par (...)
  • 26 Ibid., p. 205.

10Le modèle allemand a été finement démonté par Hauser et à sa suite par Georges Blondel, professeur à l’École libre des sciences politiques, dont nous avons retrouvé beaucoup d’études. Toutes ces publications participent de leur époque dans la mesure où, quel que soit le sérieux de l’exposé scientifique, les explications proposées relèvent d’un déterminisme culturel et véhiculent des stéréotypes développés dans les romans et les textes littéraires de la fin du xixe siècle. Elles reflètent clairement l’ambivalence du regard porté sur l’Allemagne. L’esprit d’entreprise allemand est présenté comme une aptitude naturelle – « La rapacité est un des traits principaux du caractère germanique », déclare Georges Blondel – développée tout au long de l’histoire allemande depuis les débuts de la Ligue hanséatique20. L’admiration éprouvée n’empêche pas de porter des jugements très durs sur la mentalité allemande « pervertie », « intoxiquée », « soumise » par l’enseignement reçu21. Par un jeu de miroir est dénoncée l’éducation française qui a créé un Français, homme de culture générale, « raisonnant a priori », « improvisateur », et toute une jeunesse poussée par « crainte du risque » et « horreur de la responsabilité » au fonctionnarisme et à la bureaucratie. « Nous avons certainement commis une erreur », confesse Georges Blondel, « en nous imaginant que l’élite d’une nation devait se rencontrer nécessairement dans les carrières libérales »22. Il importe de revaloriser les carrières commerciales « reléguées par certains aristocrates de la pensée parmi les besognes grossières »23. À l’inverse, le goût français de la liberté est salué : il doit accompagner la reconstruction économique future. Que l’Europe s’inspire des méthodes allemandes, mais dans la liberté : tel est en substance le vœu de Blondel qui, remarquons-le en passant, exclut ipso facto l’Allemagne de cette Europe à rebâtir24. Le modèle allemand d’expansion économique repose sur quatre piliers : les banques, les cartels, les transports et l’État, qu’Henri Hauser analyse systématiquement25. Il expose également les moyens de la pénétration commerciale allemande dans les pays étrangers, fondée sur une véritable « technique de l’exportation » due à la symbiose de tous les secteurs d’activité du pays : « À côté de l’union entre l’usine et le laboratoire, il faut signaler aussi [...] l’union entre le cabinet du directeur d’entreprise et la bibliothèque de l’économiste, du juriste, du géographe, de l’historien »26. Georges Blondel s’inspire largement des idées d’Hauser dans les diverses conférences qu’il prononce durant la guerre et contribue à les diffuser dans les milieux d’affaires.

  • 27 CCIP, 1-8.63(1), conférence de Georges Blondel, professeur à l’École des hautes études commerciale (...)
  • 28 Georges Blondel, « La défense patronale en Allemagne », conférence donnée le 19 février 1907 au Mu (...)
  • 29 CCIP, I-8.63(1), programme de 1907, section « Commerce, Finance ». On relève la présence de La Bel (...)

11Dès sa création, s’inspirant de ces réflexions, la FICF revendique son caractère d’ « association patronale » au-dessus des intérêts particuliers et prône l’union des efforts et la défense des « intérêts du patronat français ». Elle rejette la logique catégorielle qui animait les groupements évoqués plus haut et se place dans une perspective résolument interprofessionnelle. Fondée à l’initiative d’industriels et de commerçants, elle offre encore un caractère mixte, mais les intérêts commerciaux sont bien représentés. Sa présidence est confiée à André Lebon, président de la Compagnie des messageries maritimes et du Comité central des armateurs. Les buts poursuivis au moment de la fondation, dans cette première décennie du xxe siècle, rivalisent avec les ambitions allemandes : développer l’influence de la France à l’extérieur, favoriser le commerce extérieur, encourager la mise en valeur des territoires coloniaux et réformer la marine marchande. La FICF soutient les efforts d’organismes tels que la Chambre syndicale des agents-représentants pour l’exportation, la Chambre du commerce d’exportation ou la Chambre des négociants-commissionnaires et du commerce extérieur que préside Georges Berger. Elle maintient cependant la balance égale, soucieuse de défendre les industriels contre l’invasion de marchandises étrangères. Elle les fait bénéficier de l’expérience allemande en matière d’organisation économique et sociale, par le biais de conférences. Elle propage ainsi à partir de 1906 l’idée d’une assurance mutuelle patronale27. Là encore, l’exemple vient d’outre-Rhin. À l’initiative de patrons de l’industrie textile, devant les ruptures de plus en plus fréquentes des contrats de travail, deux grandes organisations sont créées dans le but de défendre les intérêts patronaux : l’Association centrale des industriels allemands et la Ligue des industriels. Une caisse spéciale a été instaurée, constituée par une redevance acquittée par les industriels affiliés et qui leur sert de fonds de protection au moment des grèves28. L’on note enfin que la FICF est la première association à regrouper les grands magasins apparus depuis le milieu des années 1850, même si ceux-ci sont noyés dans la masse des adhérents issus d’autres secteurs29.

  • 30 Jean-Noël Jeanneney, L’argent caché. Milieux d’affaires et pouvoirs politiques dans la France du x (...)
  • 31 CCIP, 1-8.64 (1), dossier UIE. Cf. aussi Georges Lefranc, Les organisations..., op. cit., p. 39 et (...)

12Il y a lieu de mentionner l’existence de deux associations particulières que l’on ne saurait confondre avec les syndicats commerciaux dont nous avons parlé : le Comité républicain du commerce, de l’industrie et de l’agriculture d’Alfred Mascuraud, créé en 1898, et l’Union des intérêts économiques (UIE) d’Ernest Billiet, apparu en 1910. Elles regroupent un certain nombre de chambres syndicales et de fédérations, mais tiennent en fait le rôle d’« officines spécialisées » dans la collecte et la redistribution de fonds électoraux30. Le premier soutint avant 1914 les candidats républicains et les cabinets Waldeck-Rousseau et Combes. L’UIE, d’obédience également radicale à sa création, joua surtout un rôle important après la guerre, marqué par son hostilité au communisme et au socialisme, par son attachement aux principes du libéralisme économique et par sa vigoureuse campagne contre le Cartel des Gauches31. Soutenue par le grand commerce et la grande industrie, elle a pourtant le souci de se donner l’image d’un défenseur des classes moyennes, ce qui explique sa collaboration avec la Confédération des groupements commerciaux et industriels d’André de Palomera. Active durant tout l’entre-deux-guerres et l’Occupation, elle est alors dirigée par Louis Billiet. Le Comité Mascuraud et l’UIE ont été des groupes de pression plus que des organismes interprofessionnels.

2. L’ANEE : un premier terreau pro-européen

  • 32 Peu connue, l’ANEE a pourtant fait l’objet d’une thèse de 3e cycle qui apporte une documentation u (...)
  • 33 Une biographie commentée d’Henri Hauser figure dans l’introduction de Pierre Chaunu à la réédition (...)
  • 34 Pierre Benaerts, Henri Hauser, Manuel du baccalauréat, Paris, 1930 ; id., Du libéralisme à l’impér (...)
  • 35 G.-H. Soutou, L’Or et le Sang, op. cit., p. 768. Cf. AN, F 12 8106, note Hauser, s.d.
  • 36 Etienne Clémentel, La France et la politique économique interalliée, Paris, 1931, lettre reproduit (...)

13Il faut en revanche souligner l’ambition hégémonique d’une dernière association : l’Association nationale d’expansion économique (ANEE) fondée en 191532. L’ANEE est née de la même volonté que la FICF : s’opposer à la concurrence allemande, préparer la reprise de l’expansion économique de la France dans l’après-guerre et servir de coordonnatrice à toutes les organisations professionnelles françaises. Elle lance aussitôt une grande Enquête sur la production destinée à l’amélioration des méthodes commerciales, industrielles et agricoles de la France et obtient à cet effet du gouvernement la mise à sa disposition de Henri Hauser. Celui-ci, né dans une famille d’origine alsacienne, est entré à l’École normale supérieure en 1885 et a obtenu l’agrégation d’histoire et de géographie en 188833. Ayant débuté comme seiziémiste, reconverti à l’histoire économique – on fonde pour lui à la Sorbonne, la chaire d’histoire économique où lui succédera Ernest Labrousse – il appartient à un cercle d’universitaires auxquels la guerre découvre brutalement des objets d’occupation très contemporains. Il fréquente le ministère du Commerce, où il est détaché en mai 1917 auprès de Clémentel. L’on ne saurait trop insister sur la prégnance du modèle allemand que l’on vient d’évoquer, dans l’univers mental des futurs responsables de la France de l’entre-deux-guerres et des années quarante, particulièrement chez ceux qui vont concevoir les premières formules d’union européenne. Il perdure après la guerre. Pierre Benaerts, futur collaborateur de Jacques Lacour-Gayet, consacra sa thèse de lettres en 1932 aux Origines de la grande industrie allemande, et sa thèse complémentaire en 1933 à Borsig et les débuts de la fabrication de locomotives en Allemagne. Il devait par ailleurs collaborer à plusieurs reprises avec Henri Hauser pour la rédaction de manuels historiques34. Ce sont cette rivalité franco-allemande d’avant 1914 et l’expérience alliée de la guerre qui contribuent à faire naître chez certains l’idée d’une première organisation de l’Europe. G.-H. Soutou cite une note de Hauser du printemps 1918 où est envisagée une « union économique de l’Europe occidentale » comprenant la France, l’Angleterre, la Belgique et l’Italie, sorte de prolongement naturel de l’entraide alliée et de la communauté d’intérêts économiques découverte et renforcée par la guerre35. Cette note fut reprise par Clémentel dans une lettre adressée à Clemenceau et Wilson, le 19 septembre 191836. Il déclarait urgent « d’aboutir à la formation, entre les démocraties alliées, d’une union économique qui formera le noyau central de l’union économique des peuples libres ». À la différence de Hauser, il incluait nommément dans l’union les États-Unis et ajoutait : « [...] nous nous efforcerions de faire sortir, avec l’union atlantique comme centre, l’union économique des peuples libres ».

  • 37 Archives nationales (AN), F 12 9640, Affaire : éditions Elcé, Mémoire de défense, 10 octobre 1945.
  • 38 Lucien Coquet, Candide et l’Armistice, Paris, Elcé, 1942.
  • 39 Raymond Poidevin, Les relations économiques et financières entre la France et l’Allemagne de 1898 (...)
  • 40 Lucien Coquet, Candide..., op. cit. p. 173-201.
  • 41 Raymond Poidevin, Les relations économiques..., op. cit., p. 450-457.
  • 42 Les Premiers Européens. Annuaire européen illustré, Paris, 1931, p. 1102.

14Dans le cadre de l’Enquête lancée par l’ANEE, on relève, dans la commission consacrée à l’Industrie et dirigée par Henri Hauser, la présence de Lucien Coquet, personnalité de second plan mais très active dans les milieux pro-euro-péens de Pentre-deux-guerres et animateur principal de l’Union douanière européenne (UDE) de 1925 à la fin des années quarante. L’étude de l’itinéraire de Coquet aide également à enraciner dans l’avant-1914, les prémices d’une conscience européenne qui s’incarnera après la guerre dans des projets précis et élaborés. Elle s’organise autour de l’axe franco-allemand. Le traumatisme d’une rivalité ancestrale permet de comprendre les avatars de l’idée européenne et le parcours de l’UDE sous la direction de Lucien Coquet. Le père de ce futur militant européen, ancien républicain de 1848, combattit l’Allemagne en 1871, fit partie de la Ligue des patriotes et demeura farouchement attaché à la reconquête de l’Alsace-Lorraine37. Né en 1873, après des études de jurisprudence à Bonn, Lucien Coquet débuta comme avocat à la cour d’appel de Paris, puis comme journaliste. Il collabora à La Dépêche coloniale de J.-P. Trouillet où écrivaient Emile Cravoisier, André Tardieu, Philippe Millet. Il participa aux déjeuners « coloniaux » organisés par René Millet, au moment où, face aux bruits de guerre, l’on en vint à préconiser un pacte colonial franco-allemand38. Ancien diplomate, ex-résident général à Tunis, René Millet était une des rares personnalités françaises à oser envisager dès 1906-1907 un rapprochement économique franco-allemand. Il animait ce parti colonial, en guerre contre les vues nationalistes d’un Clemenceau39. Coquet fut à l’origine en mai 1907 d’une rencontre de chambres de commerce françaises et allemandes, d’où naquit le 28 février 1908, un Comité commercial franco-allemand (CCFA). Ancêtre des associations européennes de l’entre-deux-guerres, ce comité entendait se placer sur un terrain strictement économique et contribuer à l’amélioration des relations commerciales entre la France et l’Allemagne. Il trouvait son assise dans les milieux commerciaux jugés également défavorisés dans les deux pays par une « politique nettement protectionniste qui impose à la minorité : les commerçants, un régime douanier essentiellement favorable à la majorité agricole et industrielle du pays »40. Raymond Poidevin, qui a trouvé trace de l’affaire dans les archives diplomatiques de l’époque, présente favorablement l’action de Coquet : elle était mesurée et réduite à des objectifs circonscrits et limités. Il ne cache pas la méfiance des chambres de commerce vis-à-vis de cette initiative indépendante, mais rapporte aussi l’intérêt marqué d’organes de presse spécialisés tels que L’Information, le Bulletin des Halles, le Journal des chambres de commerce françaises, La Réforme économique41. Fondé en 1908, le CCFA avait pour président Pierre Baudin, ancien ministre des Travaux publics, et pour vice-présidents René Millet, James Hennessy et Alfred Omer-Decugis. Il bénéficiait du soutien de Jacques Siegfried – l’oncle d’André Siegfried – président du Comité des conseillers du commerce extérieur, et de celui d’Emile Levasseur et Frédéric Passy, membres de l’Institut. Simultanément un deutsch-französisches Wirtschaftsverein était créé le 29 mars 1908 en Allemagne. Sous l’égide de son second président, l’ambassadeur René Millet, le CCFA devint en 1912 Comité du commerce français avec l’Allemagne. À cette occasion, Millet affirma, au-delà du heurt des intérêts économiques, l’appartenance à une « communauté de civilisation » et déclara : « C’est cette mobilité même qui est le caractère de notre Europe, cette grande famille qui a des idées communes et qui, en même temps, est séparée quelquefois par des intérêts,dont la diversité nous reporte, sur un terrain beaucoup plus vaste, aux anciens États de la Grèce, aux luttes remarquables de Sparte et d’Athènes »42. Deux réunions franco-allemandes eurent lieu en novembre 1913 et en juin 1914. Libéralisme économique, soutien des milieux commerciaux, esprit de conciliation vis-à-vis de l’Allemagne, le CCFA offrait, avant la Première Guerre mondiale, un vivier où puiseront les Européens de l’entre-deux-guerres.

  • 43 Guillaume Kérouredan, Un aspect..., op. cit., p. 476, note 2.
  • 44 Guillaume Kérouredan, Un aspect..., op. cit., liste p. 21-22.

15L’ANEE a été un autre terreau européen, fondé lui aussi sur la défense des intérêts du commerce, et, plus particulièrement, du commerce d’exportation. Selon l’article 2 de ses statuts, elle entend « contribuer à l’expansion économique de la France sur les marchés du monde ». Elle estime nécessaire de trouver de nouveaux marchés en Russie, en Suisse, en Espagne et en Amérique, mais l’une de ses publications, L’Expansion économique d’août 1917, envisage également la « constitution d’un bloc économique des Alliés », inspiré des projets d’Henri Hauser. L’efficacité de l’ANEE dans la propagation de ces thèmes a sans doute été amoindrie par l’insuffisante définition de sa doctrine économique et par la neutralité affichée en la matière lors de sa fondation : le refus de professer « des doctrines absolues en matière de libre-échange ou de protection », la volonté de « rechercher des solutions transactionnelles »43. Naturellement encline au libre-échange, elle n’en offre pas moins de nettes tendances protectionnistes dues aux positions de certains groupements adhérents comme l’Association de l’industrie et de l’agriculture française (AIAF) présidée par Eugène Touron et créée en 1878 dans un sens très protectionniste. L’égalité numérique entre libéraux et protectionnistes est à peu près respectée parmi les principaux dirigeants de l’ANEE. Les premiers sont Jules Charles-Roux, président du Comité central des armateurs et de la Compagnie générale transatlantique, Coignet et Artaud, les présidents des Chambres de commerce de Lyon et Marseille, Paul Beauregard, le président de l’Union du commerce et de l’industrie pour la défense sociale. Les seconds se recrutent particulièrement dans les milieux de l’agriculture (Touron, de l’AIAF, le sénateur Viger, Pluchet, de la Société des agriculteurs de France), de l’industrie textile (Carmichaël, de l’Union des syndicats patronaux des industries textiles de France, Kempf, de l’Association générale du commerce et de l’industrie des tissus et matières textiles) et de l’industrie lourde (Schneider, Pinot, Pralon, Cavallier)44. La confrontation de ces intérêts divergents pouvait difficilement permettre de dégager une politique cohérente. Cette ambiguïté doctrinale a été préjudiciable à l’ANEE. Elle laissa lui échapper, dans les années vingt, l’occupation d’un créneau libre-échangiste, dont Jacques Lacour-Gayet eut l’inspiration de s’emparer en fondant un Comité d’action économique et douanière qui joua, sans faillir, la carte du libéralisme et supplanta l’ANEE auprès des pouvoirs publics comme groupe de pression. Le repli de l’ANEE sur son rôle d’organisme interprofessionnel confirme cette interprétation. Son autorité est cependant là aussi rapidement désavouée par les désengagements successifs de ses groupements fondateurs : Comité des forges, AIAF, Comité Mascuraud, Chambre de commerce de Paris, FICF, et par la création en 1919 d’une Confédération générale de la production française (CGPF) qui entérine son échec. Le seul domaine où l’ANEE conserve, jusqu’en 1936, une raison d’être est la coordination en vue de l’exportation des groupements professionnels régionaux. Elle s’entend au début de 1925 avec la CGPF pour se répartir les tâches. L’ANEE conserve les études relatives au commerce extérieur ; une revue commune est créée : Production nationale et expansion économique.

  • 45 Georges Lefranc, Les organisations..., op. cit., annexe IX, p. 329-331.

16Au lendemain de la Grande Guerre, le commerce n’a pas encore acquis une audience nationale, faute d’organismes suffisamment représentatifs. Un secteur entier, le grand commerce, demeure inorganisé. La CGPF nouvellement créée est dominée par l’industrie lourde : l’Union des industries métallurgiques et minières (UIMM) est représentée dans cinq des vingt-et-un groupements qui composent alors la CGPF et lui donne son premier président Henri Darcy, président du Comité des houillères. Le commerce est réuni à la banque dans le vingt-et-unième groupement. Il obtient sous la pression d’Etienne Fougère, alors fabricant de soieries à Lyon et créateur de l’Association industrielle, commerciale et agricole de Lyon, deux nouveaux sièges en 1923. L’un représente le commerce extérieur et est bientôt confié à Fougère qui prend en 1925 la direction de l’ANEE ; l’autre est accordé à la Fédération des associations régionales (FAR) créée aussi à l’instigation de Fougère, et occupé par Aymé Bernard45. Il n’y a aucune nouvelle modification de la CGPF avant les grandes manœuvres patronales de 1936 : le commerce intérieur demeure jusqu’à cette date le parent pauvre de la représentation patronale française. Il revient au grand commerce de contribuer à en faire à partir des années vingt un interlocuteur des pouvoirs publics, en s’insérant dans tous les organismes pesant sur la vie économique intérieure et internationale.

II. LA NAISSANCE DU GROUPEMENT D’ÉTUDES DES GRANDS MAGASINS EN 1919

17À la veille de la Grande Guerre, on a pu estimer que les grands magasins avaient vécu leur « Belle Epoque ».

A. LE MILIEU DES GRANDS MAGASINS : ENTRE INNOVATION ET CONSERVATISME SOCIAL

  • 46 Cf. Heidrun Homburg : « Warenhausunternehmen und ihre Gründer in Frankreich und Deutschland oder : (...)
  • 47 Jacques du Closel, Les grands magasins français..., op. cit., p. 28-29.

18Nés des conditions économiques et sociales engendrées par la révolution industrielle, ils se sont inscrits dans la lignée des magasins de nouveautés qui prirent leur essor dans les années 1830-1840. Spécialisés dans la vente d’articles textiles – commerce de tissus et d’objets de luxe –, ces magasins constituaient un premier regroupement de spécialités, jusque-là considérées comme distinctes les unes des autres. Ils innovaient aussi par une présentation en rayons de leurs produits, et non plus en comptoirs généraux, et par l’introduction de nouvelles techniques commerciales : l’entrée libre, la pratique de prix fixes et bas, la possibilité d’échange ou de remboursement des articles achetés. Le premier grand magasin démarra ainsi : le Bon Marché était à l’origine, en 1852, un magasin de nouveautés. La refondation eut lieu en 1869, grâce à la construction du grand immeuble de la rue de Sèvres, à l’initiative d’Aristide Boucicaut. Dès le milieu des années 1850 apparurent le Louvre, le Bazar de l’Hôtel de Ville, la Belle Jardinière, puis en 1865, le Printemps, en 1870, la Samaritaine et en 1895, les Galeries Lafayette. « Palais modernes », « temples de la femme », ils ont inspiré la littérature, fondant en grande partie leur prestige sur leur qualité architecturale et la promotion de matériaux modernes. Escaliers monumentaux en fer forgé et grandes coupoles en verre émaillé demeureront longtemps le symbole des grands magasins46. Cette « grande période »47 qui va de 1880 à la guerre est aussi marquée par l’extension du magasin généraliste en province, même si, en France, les grands magasins parisiens conservent toujours une place privilégiée. La progression des ventes et le taux de leur bénéfice net se maintiennent. On relève enfin une forte augmentation des frais généraux liée à l’essor de la publicité et à la multiplication des services à la clientèle. Vers 1910, le Bon Marché réalise le plus important chiffre d’affaires de tous les grands magasins, devant le Louvre. Le Printemps, la Samaritaine, les Galeries Lafayette réalisent alors des scores qu’il a dépassés trente ans plus tôt.

  • 48 Michaël B. Miller, Au Bon Marché (1869-1920). Le consommateur apprivoisé, Paris, 1987 ; Fernand La (...)
  • 49 Bernard Brizay, Le patronat..., op. cit., p. 33.
  • 50 Ibid., p. 33, d après le témoignage d’Eugène Descamps (CFDT).
  • 51 Gérard Noiriel, « Du “patronage” au “paternalisme” : la restructuration des formes de domination d (...)
  • 52 Cf. la synthèse des approches de ce thème réalisée par André Gueslin à partir de l’historiographie (...)

19À l’origine, ce sont la plupart du temps des entreprises familiales et ce caractère va imprimer fortement sa marque à la politique sociale pratiquée par les grands magasins. Les couples formés par Aristide et Marguerite Boucicaut, créateurs du Bon Marché, ou par Ernest Cognacq et Louise Jay, fondateurs de la Samaritaine, font l’objet d’un culte parmi leurs employés, qui se maintient dans l’entreprise longtemps après leur mort48. À l’instar des grandes entreprises industrielles des Wendel, Schneider, Michelin, Peugeot49, les fondateurs des grands magasins créent toute une série d’œuvres philanthropiques et charitables, dont les plus célèbres sont sans doute les fondations Cognacq-Jay qui regroupent écoles professionnelles – de broderie, de couture, d’arts ménagers, d’horticulture... –, maternités, orphelinats, pouponnières, maisons de retraite etc. De ce système paternaliste on a dit qu’il relevait d’« une conception monarchique de l’autorité patronale et [d’une] volonté de soulager la misère ouvrière »50. Des analyses plus récentes ont permis d’affiner l’interprétation de ce passage du « patronage » au « paternalisme ». Un article de Gérard Noiriel a notamment montré comment les mutations technologiques et les contraintes économiques ont créé dans l’industrie métallurgique à la fin du xixe siècle des conditions propices à l’émergence d’un nouveau type de relations sociales tendant à exercer un contrôle total sur la vie des salariés51. L’analyse que fait Michaël Miller de la politique sociale du patronat du Bon Marché est exemplaire dans la mesure où elle repose sur la combinaison de plusieurs types d’approches destinée à rendre compte de la complexité du système paternaliste52. Replaçant son étude dans le contexte économique de l’époque, il évoque les importantes modifications du secteur des services où se multiplie le nombre des employés. Alors que vers le milieu du xixe siècle, l’état d’employé apparaît comme un état intermédiaire, servant de tremplin vers l’accession à la propriété indépendante, il tend à se durcir vers 1900 et à devenir un poste de salarié permanent dans les chemins de fer, les banques et les grands magasins, avec des conditions de travail encore proches de celle des milieux laborieux. C’est à cette nouvelle instabilité sociale entraînant des frustrations que veut répondre le paternalisme d’un Boucicaut. Mais plus que par l’analyse économique de la conjonction du dynamisme de la grande entreprise commerciale – qui connaît son apogée – et des difficultés nouvelles de ses employés, Michaël Miller conforte surtout sa démonstration par des arguments de type « culturaliste » (André Gueslin).

  • 53 Cette tradition est perpétuée dans l’entre-deux-guerres par Gabriel Cognacq, formé par l’École des (...)
  • 54 Michaël B. Miller, Au Bon Marche..., op. cit., introduction.
  • 55 Ibid., p. 85.

20Identification de l’entreprise à la famille, mission d’éducation dont les Boucicaut se sentent investis, l’attitude de ce patronat marque moins un repli sur des prérogatives que la volonté de créer une communauté de travail imprégnant toutes les relations au sein de l’entreprise et permettant l’amorce d’un dialogue entre dirigeants et employés53. Les initiatives des Boucicaut visent à intégrer les employés non seulement durant leur journée de travail, mais aussi « avant, pendant et après, à l’échelle de la journée, de la semaine, de l’année, de la vie » (André Gueslin). Cela passe par la création d’une Caisse de prévoyance dès 1876, d’une Caisse de retraite en 1886. Au-delà, le patron cherche à entretenir l’idée d’une ascension sociale possible – à l’intérieur de l’entreprise essentiellement – et d’une intégration au sein de la bourgeoisie en véhiculant ses valeurs, notamment d’épargne et de respectabilité ; un climat moralisateur pèse sur l’entreprise. Le Bon Marché met aussi en place des cours de musique, d’escrime et des cycles de conférences pour ses employés afin de diffuser le mode de vie bourgeois. Le grand magasin est pour Michael Miller le lieu d’une tentative de réconciliation sociale54. Il prend également en compte des critères de nature plus idéologique. Il observe ainsi que le paternalisme pratiqué au Bon Marché s’adresse aux seuls employés et qu’une distinction stricte est maintenue vis-à-vis des ouvriers des grands magasins. Le grand magasin reproduit en définitive la hiérarchie, voire la ségrégation, existant dans la société française. En outre, il souligne que le paternalisme agit comme une « stratégie destinée à désamorcer les conflits »55, où peu de place est laissé au syndicalisme des employés. On sait que ce système fut utilisé dans l’industrie pour enrayer l’extension du mouvement ouvrier.

  • 56 Michel Launay, Le syndicalisme chrétien en France, Paris, 1994. C’est au siège du SECI que se cons (...)
  • 57 Henri Mercillon, La rémunération des employés, Paris, 1955.
  • 58 On lira avec intérêt les témoignages recueillis par Anne Marrast auprès de vingt-trois vendeuses d (...)
  • 59 Monique Couteaux, Les femmes et les grèves de 1936 : l’exemple des grands magasins, maîtrise, (dir (...)

21De fait, le syndicalisme des employés se développe fort lentement avant 1914. La Chambre syndicale des employés, née en 1869 de la transformation d’une société des employés de commerce, connaît un nouvel essor à la fin des années mil huit cent quatre-vingt. Entre 1888 et 1903, le nombre de ses adhérents se multiplie par quatre. Elle se transforme en 1895 en Fédération nationale des syndicats d’employés. Elle est secondée par le Syndicat des employés du commerce et de l’industrie (SECI), d’inspiration catholique, né en 1887, dans ses revendications pour le repos dominical, la diminution des horaires et l’amélioration des conditions de travail56. Mais ce syndicalisme ne concerne qu’une part infime du personnel des grands magasins. L’action syndicale demeure jusqu’en 1936 relativement clandestine dans ce milieu57. Cette situation est-elle l’effet du souci de se démarquer de la classe ouvrière ? Le statut social particulier des employés que nous avons évoqué plus haut en fait des « intermédiaires » entre ouvriers et bourgeois. Proches des premiers par leur modeste extraction et des salaires souvent misérables, ils passent leur journée en contact permanent avec la clientèle des seconds, ont adopté le vêtement de drap bourgeois et bénéficient des avantages sociaux mis en place par les patrons des grands magasins. Tous ont cependant une conscience très vive de ce qui les sépare de ce monde et du caractère illusoire de la promotion sociale qui leur est offerte. Mais tous se sentent également différents, voire « supérieurs » aux ouvriers, et comme non concernés par les problèmes du prolétariat58. Les employés du commerce occupent donc au début du xxe siècle une place à part dans le monde du travail et vivent un isolement certain. Leur manque de solidarité avec la classe ouvrière se double d’un manque d’esprit de corps : la rivalité entre employés au sein du grand magasin, la crainte de la direction, le souci de conserver son poste, mais aussi l’identification aux intérêts de la maison – cet « esprit-maison » revendiqué par les vendeuses59 – ont favorisé le développement d’un fort individualisme parmi les employés et entraîné un retard de l’action syndicale. Les premières lois sociales sont accordées au début du siècle. En 1900, la loi « des sièges » donne aux vendeuses le droit de s’asseoir si un nouveau client ne se présente pas immédiatement. En 1903 les règlements d’hygiène et de sécurité sont étendus aux établissements commerciaux. Mais ce n’est pas un hasard si la loi importante de 1906, imposant la semaine de six jours, suscite de vives réactions du patronat des grands magasins et fait l’objet de dérogations. Face à l’inorganisation du monde des employés, la résistance patronale se met en place et se concentre entre les mains de la Fédération des commerçants-détaillants de Georges Maus. Tout en prétendant défendre les intérêts du petit commerce, Maus, directeur d’un grand magasin, n’en fait pas moins un premier pas vers une hégémonie nouvelle du grand commerce sur les milieux commerciaux, dans la mesure où la représentativité de sa Fédération est reconnue par les pouvoirs publics. La loi de 1906 suscite un rejet général chez les commerçants : c’est le dimanche que les ouvriers font leurs emplettes ; la fermeture des magasins entraînera la perte des recettes du jour le plus lucratif de la semaine. Le gouvernement doit rapidement admettre un certain nombre de dérogations. Le mouvement social dans les grands magasins continue d’enfler dans les années précédant la guerre. Des manifestations ont lieu en 1910 pour la réduction de la journée de travail. Le déclenchement de la guerre laisse en suspens des problèmes qui vont redoubler en 1919.

  • 60 Entretien avec M. Michel Lacour-Gayet du 10 mars 1994.

22Dès avant la guerre se fixent donc deux traits constitutifs du patronat des grands magasins : un conservatisme social qui tend à se renforcer, une incapacité à penser les rapports sociaux hors du système qu’il a lui-même élaboré, traits qui lui rendront difficilement compréhensibles les grèves de 1919 et de 1936 – la surprise et l’exaspération d’un Gabriel Cognacq, dirigeant de la Samaritaine, en témoigneront –, et, en même temps, un dynamisme commercial, un esprit d’innovation, un « goût pour les idées modernes »60 que l’itinéraire d’un Jacques Lacour-Gayet illustre de façon exemplaire.

B. LES GRÈVES DE 1919 : PREMIERS PAS VERS L’AFFIRMATION DE L’IDENTITÉ D’UN SECTEUR

  • 61 Papiers personnels de Michel Lacour-Gayet, (PPMLG), plaquette dix-neuf novembre mil neuf cent quar (...)
  • 62 Entretien avec M. Max Heilbronn du 21 avril 1994. La présence de Jacques Lacour-Gayet nous a été c (...)

23Sur les origines du Groupement d’études des grands magasins, on ne dispose que du témoignage de Gabriel Cognacq qui se souvient avoir rencontré au Mans, en 1914, Jacques Lacour-Gayet en compagnie de quelques amis61. M. Max Heilbronn ajoute que cette rencontre se fit au sein du Service d’intendance des Armées et y associe Pierre Laguionie, le dirigeant du Printemps62. De cette rencontre entre Lacour-Gayet, Cognacq et Laguionie serait née l’idée d’un groupement des grands magasins. Elle se concrétise au lendemain de la Première Guerre mondiale dans le contexte de crise sociale de 1919.

1. Naissance d’une solidarité patronale

  • 63 Philippe Bernard, La fin d’un monde (1914-1929), Paris, 1975, p. 33-36.
  • 64 François Faraut, Histoire de la Belle Jardinière, op. cit., p. 102.
  • 65 Ibid, p. 103.

24Les revendications sociales des salariés des grands magasins ne sont pas éteintes en 1914 et perdurent au début de la guerre : les ouvrières de l’habillement font notamment partie des catégories sociales très atteintes par le conflit et ne bénéficient pas immédiatement de la politique salariale menée par Albert Thomas, alors sous-secrétaire d’État chargé de l’artillerie et de l’équipement militaire63. La loi du 10 juillet 1915, prescrivant un salaire minimum pour les ouvrières à domicile, n’entre réellement en application qu’au début de 1916. Parmi les grèves qui se multiplient dans l’année 1917, on relève en mai les grandes grèves parisiennes du vêtement. Elles se renouvellent en septembre et octobre 191864. Pour désamorcer l’agitation persistante, le gouvernement fait adopter deux lois sociales : celle du 25 mars 1919 sur les conventions collectives et celle du 23 avril 1919 instituant la journée de huit heures. L’étude du cas de La Belle Jardinière faite par François Faraut révèle bien l’hostilité patronale à ces mesures engendrées par la guerre : les gérants de La Belle Jardinière mettent en cause dès mai 1919 l’application de la loi de huit heures et dénoncent une « crise de la main-d’œuvre » liée notamment à la diminution du travail en chambre et à la désertion des ouvrières au profit de l’usine65.

  • 66 GEGM, PV du 6 juin 1919.
  • 67 GEGM, PV du 1er juillet 1919.
  • 68 Ibid, PV du 11 juillet 1919. Les représentants désignés auprès du Groupement sont : BHV, Henri et (...)

25Grâce aux archives découvertes dans les caves de la Fédération des grands magasins et magasins populaires, on peut maintenant confirmer et généraliser cette attitude à l’ensemble des dirigeants des grands magasins parisiens. Le 6 juin 1919 se tient à La Belle Jardinière une première assemblée réunissant les dirigeants de cette dernière et ceux du Bazar de l’Hôtel de Ville, du Bon Marché, des Galeries Lafayette, du Louvre, du Printemps et de la Samaritaine. La réunion porte essentiellement sur les questions sociales et les répercussions de la loi du 23 avril. La distinction entre employés et ouvriers faite au xixe siècle par les dirigeants des grands magasins demeure après la guerre et est même soigneusement entretenue. Des avantages ont d’ailleurs été accordés aux employés par l’accord du 4 juin 1919 : des relèvements des salaires sont prévus ainsi que le paiement des jours de congés et de maladies. Mais comme le rappelle le procès-verbal de la réunion, cela « ne s’applique pas aux ouvriers ». Les dirigeants arrêtent enfin un texte commun au nom de tous les grands magasins, destiné à la presse66. Cette première initiative commune se poursuit par des échanges de vues les jours suivants, afin de former un groupement autonome, distinct de la section spéciale des grands magasins, qui vient d’être créée au sein de la Chambre syndicale de la nouveauté. Ce sera un organisme de renseignements pour les maisons adhérentes, et également « d’action en ce qui concerne les questions d’ordre économique, commercial, fiscal et social ». Le Groupement d’études des grands magasins est définitivement constitué le 1er juillet 1919 entre huit maisons : aux sept magasins de l’assemblée du 6 juin se sont joints Les Trois Quartiers. La présidence du Groupement est occupée par roulement de trois mois par chaque maison. Le premier président est Henri Lillaz, du Bazar de l’Hôtel de Ville, le vice-président Paul Bessand, le gérant du Bon Marché67. Les représentants des grands magasins auprès du Groupement sont leurs gérants ou directeurs. On trouve par exemple Théophile Bader, Raoul Meyer et Robert Léyy pour les Galeries Lafayette ; Pierre Laguionie et Charles Vigneras pour le Printemps ; Ernest et Gabriel Cognacq pour La Samaritaine68. Les maisons se mettent d’accord pour verser 10 000 francs chacune en guise d’adhésion et pour partager les frais généraux du Groupement (personnel, locaux, bureaux etc.). Elles louent un appartement au numéro 372 de la rue Saint-Honoré. Le Groupement admet le 29 juillet 1919 les magasins Pygmalion – qui le quittent le premier février 1934 – puis, le 16 janvier 1920, les magasins A Réaumur, le 27 décembre 1928, les magasins Madelios, représentés, comme les Trois Quartiers, par René Portier. Le 6 novembre 1930 a lieu l’adhésion importante de la Société Paris-France, représentée par Roger Gompel, Roger Waller et Ordioni de Buochberg. Elle entraîne l’affiliation de 22 maisons de province, notamment des magasins Aux Dames de France de Bordeaux, Bayonne, Marseille, Cannes, Toulon, Nice, Angers, Brest, Perpignan, Avignon et Le Mans. Le 9 mars 1933, le Groupement accueille la Société des Magasins réunis, représentée par Bachelard, Roger Corbin et Georges Soudré. Le Bon Marché et le Louvre quitteront le Groupement en avril 1934 et le réintégreront en avril 1937. L’admission, le 14 octobre 1937, du Palais de la Nouveauté représenté par Hostachy, est la dernière de l’entre-deux-guerres.

  • 69 GEGM, PV du 6 novembre 1919.
  • 70 Ibid., PV des 11 juillet 1919 et 22 juillet 1919.
  • 71 Ibid., PV du 3 octobre 1919.
  • 72 Ibid., PV des 31 octobre 1919 et 5 décembre 1919.
  • 73 Ibid., PV des 22 avril 1919, 6 mai 1919, 15 mai 1919 et 30 septembre 1919.

26La naissance du Groupement dans un contexte de crise sociale précipite l’affirmation de la solidarité des maisons adhérentes en matière sociale, et précisément en cas de problème d’ordre syndical et collectif, « présentant un intérêt essentiel pour toutes les maisons du Groupement et justifiant de leur part une attitude de résistance ». Cela les conduit à envisager l’adoption de l’idée d’assurance mutuelle patronale discutée par les industriels dès avant la guerre. En cas de grève entraînant la fermeture totale ou partielle d’un magasin adhérent, le Groupement soutiendrait financièrement la maison atteinte. L’éventualité d’un lock-out dont la décision devrait être prise à l’unanimité est même envisagée69. À la date du 31 octobre 1919, les fonds dont dispose le Groupement sont de 560 000 francs. Durant le mois de novembre 1919, alors que des magasins sont soumis à des mouvements de grève partielle, un fonds spécifique d’avances en cas de grèves est constitué. La somme des versements prévus s’élève à 23 200 000 francs. Parallèlement, le second semestre de l’année 1919 est marqué par les pressions exercées par le Groupement sur le ministère de Travail afin d’obtenir des dérogations à la loi du 23 avril 1919 sur la journée de huit heures70. La Samaritaine reçoit l’autorisation d’ouvrir le dimanche précédant la Toussaint71. Les grands magasins subissent aussi les effets de la chute du franc entamée depuis mars 1919 et obtiennent en décembre du ministère des Finances la mise en circulation de bons de monnaie valables exclusivement à leurs caisses et destinés à parer temporairement à la pénurie de la monnaie divisionnaire d’argent72. Ils doivent également faire face à un nouveau mouvement de pression salariale en avril 1920 qui les conduit à des relèvements unilatéraux de salaires échelonnés d’avril à mai : les Galeries Lafayette augmentent les salaires des pompiers, le Louvre, ceux des batteurs de tapis et des ouvrières en tapisserie... Il est toutefois décidé de prévenir à l’avenir, quinze jours à l’avance, le Groupement de ces relèvements, puis d’uniformiser les hausses de salaires. Le Groupement dresse ainsi un tableau des salaires par catégorie à la date du 1er octobre 1920 où figure notamment le relèvement de mille francs des máxima73.

  • 74 Ibid., PV des 3 juin 1920, 15 juin 1920, 1" juillet 1920 et 21 octobre 1920.
  • 75 Ibid., PV du 10 janvier 1921.

27À partir de juin 1920 s’amorce un retournement de la conjoncture avec un mouvement général de baisse des prix. Le combat des grands magasins se transforme alors en une lutte auprès des fabricants pour obtenir une répercussion sur leurs prix. Des tractations sont menées en vue d’une stabilisation des prix et des conditions de paiement au niveau de celles d’avant-guerre. Les maisons adhérentes s’entendent pour ne plus passer commande aux fabricants majorant leurs prix74. Elles s’organisent enfin au début de 1921 pour endiguer une campagne de presse tendant à faire des détaillants les principaux responsables du maintien des hauts cours75. À cette date, les grandes questions qui seront au cœur du combat du Groupement d’études des grands magasins durant tout l’en-tre-deux-guerres sont apparues : frais généraux des grands magasins, législations fiscale et commerciale, relations avec les fabricants, relations avec le personnel, et aussi, question douanière. Enfin, dès sa formation, le Groupement va se soucier d’étendre son influence par le biais de subventions qui ne cesseront de s’accroître d’année en année et dont on peut suivre l’évolution sur les procès-verbaux des réunions.

2. L’engagement politique des grands magasins

  • 76 GEGM, PV des 2 septembre 1919, 5 septembre 1919, 22 septembre 1919, 23 septembre 1919 et du 6 nove (...)
  • 77 Ibid., PV du 1er avril 1920.
  • 78 Antoine Prost, Les anciens combattants et la société française, Paris, 1977.

28Après des tergiversations durant tout le mois de septembre 1919, le Groupement admet en novembre « le principe d’une subvention donnée ou d’une rétribution mensuelle en faveur d’une personnalité désignée qui, par sa situation, est en mesure de défendre utilement les intérêts du commerce de détail »76. De nombreuses demandes affluent alors vers les grands magasins : vingt-six en 1922, soixante-sept en 1923, elles couvrent près de quatre pages en 1928. Beaucoup seront refusées, certaines acceptées et renouvelées annuellement avec constance. Quand le Groupement ne souhaite pas s’engager en son nom propre, il adopte une solution médiane signalée par la formule suivante : « laissé à l’appréciation de chaque maison ». Parmi les subventions accordées, il y a beaucoup d’œuvres charitables. Certaines vont aussi régulièrement à des groupes de pression importants, d’autres enfin permettent d’acquérir une vision plus précise des préférences politiques des grands magasins. Au début des années vingt, le Groupement soutient l’Union nationale des combattants (UNC) en lui accordant 25 000 francs77. Créée le 11 novembre 1918, cette association connaît un essor rapide : elle compte cent mille membres à la date de sa première assemblée générale, le 23 février 1919. Antoine Prost a souligné l’appui important qu’outre l’Armée et l’Eglise, lui ont apporté les milieux d’affaires, un appui « plus discret encore, mais tout aussi certain et sans doute plus efficace ». Il a en effet trouvé trace dans les procès-verbaux de réunions du conseil d’administration de l’UNC de démarches entreprises auprès du Comité des forges, des banques, de la Compagnie générale transatlantique. Le soutien des grands magasins confirme son analyse78. Les grandes associations qui défendent les intérêts du commerce français sont régulièrement subventionnées : le comité français de la Chambre de commerce internationale, le Comité parlementaire français du commerce, la Ligue maritime et coloniale. La Fédération des commerçants-détaillants de Georges Maus se voit accorder une souscription annuelle en novembre 1920 ; en revanche, plusieurs demandes de la Fédération des industriels et commerçants français en 1928, 1931 etc., demeurent sans suite.

  • 79 Sur l’activité de ce groupe de pression, cf. Jean-Marie Mayeur, La vie politique sous la Troisième (...)

29L’Union des intérêts économiques (UIE) d’Ernest Billiet est irrégulièrement soutenue79. L’Association nationale d’expansion économique et l’Union douanière européenne reçoivent également des versements irréguliers. L’explication la plus vraisemblable est qu’il s’agit d’associations qui, chacune, précisément sur son terrain, entre en rivalité avec le Comité d’action économique et douanière créé en 1925, nous le verrons, avec l’appui financier du Groupement d’études des grands magasins.

  • 80 Jean-Noël Jeanneney, François de Wendel en République. L’argent et le pouvoir (1914-1940), Paris, (...)
  • 81 René Rémond, Les droites en France, Paris, 1982, p. 186-187.
  • 82 Ibid., p. 193-194 ; Jean-Marie Mayeur, La vie politique..., op. cit., p. 298-299.

30Politiquement, les grands magasins soutiennent de façon claire les partis de droite. Les deux grands partis de droite classique de l’entre-deux-guerres, la Fédération républicaine de Louis Marin et l’Alliance démocratique de Pierre-Etienne Flandin, dont on a trace des demandes en 1934 et 1936, sont subventionnés selon « l’appréciation de chaque maison ». L’imbrication de ces partis avec les milieux d’affaires est bien connue : la Fédération républicaine bénéficie notamment du soutien de François de Wendel, l’influent dirigeant du Comité des forges80. Certains grands magasins subventionnent aussi en 1933, 1934 et 1936, le Centre de propagande des républicains nationaux animé par Henri de Kérillis, directeur politique de L’Écho de Paris. Ce Centre est un organisme technique qui, depuis 1927, propose ses services (école d’orateurs, édition d’affiches) aux partis de droite et qui, selon René Rémond, travaille à l’unité des droites81. Le Groupement accorde en revanche en son nom propre en 1928, en 1929, en 1930 et en 1933 des subventions allant de 5 000 à 12 000 francs aux Jeunesses Patriotes, fondées en 1924 par le député de Paris Pierre Taittinger. Mouvement aux allures paramilitaires, antiparlementaire, il est toutefois républicain et cherche à réformer le régime par un renforcement de l’exécutif82. L’adhésion des grands magasins peut sans doute être interprétée comme une réaction instinctive au Cartel des gauches. Mais cette tentation antiparlementaire est confirmée par le soutien qu’ont apporté en 1930 certaines maisons aux Croix-de-Feu du lieutenant-colonel de La Rocque.

  • 83 Jean Gicquel, Lucien Sfez, Problèmes de la réforme de l’État en France depuis 1934, Paris, 1965, c (...)
  • 84 Ibid., p. 98. Citation d’un article de Henri de Kérillis dans L’Écho de Paris du 24 octobre 1934.
  • 85 Élu député de la Drôme en 1910, sous l’étiquette SFIO, Henri Roux-Costadau va répudier le marxisme (...)
  • 86 Guillaume Kérouredan, Un aspect.... op. cit., p. 725.
  • 87 D’après G. Kérouredan, op. cit.

31Par ailleurs, des dirigeants de grands magasins participent à la réflexion conduite au début des années trente sur la réforme de l’État, qui trouve son apogée avec la constitution du gouvernement Doumergue, le 9 février 1934. Le nouveau président du Conseil, qui a pourtant longuement réfléchi à la nécessaire réforme de l’État, temporise une fois au pouvoir, avant de dévoiler son projet dans deux discours radiodiffusés en septembre et octobre 1934. Ce projet, centré sur le renforcement de l’exécutif, est à l’origine d’une vaste campagne pour ou contre la révision de la constitution. Le débat se circonscrit vite autour de la restauration du droit de dissolution. Les propositions de Doumergue bénéficient de l’appui des droites. Les ligues (Croix-de-Feu, Jeunesses Patriotes) s’y rallient de façon ostentatoire, mais la droite classique les soutient également avec conviction83. Le Temps, L’Écho de Paris approuvent un projet « qui met le fer dans la pourriture du régime »84. L’ancien président de la République Alexandre Millerand, le juriste éminent Joseph Barthélémy lui apportent aussi leur caution. Ces propositions suscitent en revanche l’hostilité des gauches et contribuent à la chute du cabinet en novembre 1934. Pourtant, le débat demeure vivace. En atteste l’intérêt nouveau manifesté par le milieu patronal des grands magasins pour le périodique La Libre Opinion fondé en 1922 par l’ancien député Henri Roux-Costadau85. Une première demande de subvention avait été repoussée en 1926. En 1935, plusieurs maisons reconnaissent subventionner ce journal qui, à cette date, affiche des sympathies pro-mussoliniennes et milite pour l’avènement au pouvoir du maréchal Pétain86. Le procès-verbal du 9 avril 1936 indique que le Printemps et les Galeries Lafayette ont versé respectivement 1 800 et 300 francs à La Libre Opinion. De leur côté, Paul Bessand, de La Belle Jardinière, et Gabriel Cognacq, de La Samaritaine, auraient participé en décembre 1934 à un banquet de La Ligue des Révisionnistes dont l’organe est La Libre Opinion87.

32L’analyse des subventions accordées dans l’entre-deux-guerres permet d’acquérir un premier aperçu des positions politiques du patronat des grands magasins. Au conservatisme social dépeint plus haut s’ajoute un conservatisme politique indéniable. L’avènement du Front Populaire et les mesures fiscales et sociales qui s’ensuivent accuseront ces positions.

C. LE RECRUTEMENT DE JACQUES LACOUR-GAYET

  • 88 GEGM, PV du 11 juillet 1919.

33Les débuts du Groupement d’études des grands magasins sont marqués par la décision d’« utiliser la collaboration pour une durée minimum de cinq années à partir du 15 mai 1919 de M. Jacques Lacour-Gayet » comme secrétaire général88. À partir de septembre 1919, c’est lui qui signe tous les procès-verbaux des assemblées du Groupement. Son entrée dans le milieu des grands magasins ne fait que confirmer une reconversion professionnelle opérée dès avant la Première Guerre mondiale.

1. Origines familiales et entourage professionnel

  • 89 Jean-François Sirinelli, Génération intellectuelle. Khâgneux et normaliens dans l’entre-deux-guerr (...)
  • 90 Georges Lacour-Gayet, Talleyrand, Paris, 1990 (rééd.). Préface de François Furet.
  • 91 Notice sur la vie et les travaux de Jacques Lacour-Gayet (1883-1953) par M. Maxime Leroy, membre d (...)
  • 92 Entretien avec M. Michel Lacour-Gayet du 10 mars 1994.
  • 93 Attirons d’emblée l’attention sur le fait que les deux frères furent longtemps confondus par les h (...)

34Jacques Lacour-Gayet naît le 26 octobre 1883 dans une famille d’anciens élèves de l’École normale supérieure et de membres de l’Institut. Son imposante généalogie figure dans l’ouvrage de Jean-François Sirinelli consacré aux khâ-gneux et normaliens de l’entre-deux-guerres89. Par sa mère Cécile, il est apparenté aux Janet et est petit-fils, neveu et cousin de normaliens. Paul Janet, son grand-père, philosophe, est membre de l’Institut. Son oncle Paul Janet est physicien et son cousin Pierre Janet, médecin, est également membre de l’Institut. Son propre père Georges Lacour-Gayet, également normalien entré sous la Coupole, historien de formation ,laissera à la postérité une biographie de Tal-leyrand, récemment rééditée90. Élève du lycée Louis-Le-Grand, Jacques Lacour-Gayet perpétue la tradition familiale en entrant en 1902 à l’École normale supérieure. Il est reçu en 1905 à l’agrégation d’histoire et de géographie. Mais après une année de services militaires, il va rompre avec cette tradition et offrir le visage d’« un normalien entré dans la vie active des affaires économiques »91. Selon son fils M. Michel Lacour-Gayet, cette rupture a eu lieu sous la pression de Georges Lacour-Gayet qui dissuada ses deux fils Jacques et Robert d’entreprendre une carrière universitaire. Demeuré professeur de lycée, mais élu à l’Institut malgré l’absence de soutien de la Sorbonne, Georges Lacour-Gayet entretenait une « dent familiale contre l’Université » en prétendant : « Les Sor-bonnards nous sont hostiles »92. De ces démêlés nous ne possédons aucun autre écho. Mais l’aîné Jacques entra dans les affaires, et le cadet Robert fut reçu au concours de l’Inspection générale des finances en 192193. Jacques Lacour-Gayet demeura cependant toute sa vie très marqué par sa formation classique et se plut à s’entourer de collaborateurs ayant les mêmes affinités intellectuelles que lui. Les nombreuses études économiques qu’il publia durant sa carrière furent servies par une plume très élégante et empreinte de références littéraires. Au-delà de la propagation de ses idées, elles secondèrent son ambition de reconnaissance intellectuelle qui fut couronnée, en 1946, par son élection à l’Académie des sciences morales et politiques.

35Dans ses activités d’homme d’affaires, il choisit aussi comme collaborateurs immédiats des littéraires tels que Paul Naudin, secrétaire du Comité d’action économique et douanière (CAED) depuis sa création, et Pierre Benaerts, agrégé d’histoire, délégué général du Comité général d’organisation du commerce durant l’Occupation et des normaliens comme Jean Proix, directeur du CAED de 1930 à 1934, disparu prématurément, ou René-Louis Peulvey, directeur général de Radio-Luxembourg. Ce profil humaniste d’hommes d’affaires formés avant 1914 et appelés aux commandes dans l’entre-deux-guerres se raréfie dans la génération formée après 1945 en France. Contribua-t-il à développer en eux une conscience européenne spécifique, plus sensible à la communauté de civilisation des peuples européens qu’à l’interpénétration de leurs intérêts économiques ? L’étude qui suit tend à prouver que les choses doivent être plus nuancées et que cette génération a plutôt été celle qui fit sortir l’idée européenne des projets encore très intellectuels du xixe siècle et élabora des constructions économiques et politiques qui devaient être développées dans les années cinquante. Un certain nombre de hauts fonctionnaires, proches de Jacques Lacour-Gayet, reçurent une formation similaire : Daniel Serruys, directeur des Accords commerciaux au ministère du Commerce dans les années vingt, à l’origine un philologue, ancien membre de l’École française de Rome ; Paul Elbel, qui lui succéda, ancien élève de l’École normale supérieure. L’itinéraire et le réseau professionnel que développe Jacques Lacour-Gayet des années vingt à la fin des années quarante constituent donc l’armature de cette étude. Ses activités diverses et les lieux traversés permettent de saisir les sinuosités du développement de l’idée européenne ainsi que les terreaux où celle-ci s’enracina.

2. L’entrée dans les affaires : les chemins de fer

  • 94 Sur la naissance de la Compagnie Bône-Guelma, cf. Mohammed Lazhar Gharbi, « Rapports financiers de (...)
  • 95 Jacques Lacour-Gayet, « Chemins de fer de Tunisie », Revue des Deux-Mondes, n° du 15 mai 1911 ; id (...)

36La reconversion professionnelle de Jacques Lacour-Gayet a donc lieu immédiatement à sa sortie de l’École normale : il décide de ne pas faire de carrière universitaire et devient secrétaire général du conseil d’administration de la Compagnie des chemins de fer de Bône-Guelma que dirige Robert Trélat. Constituée en 1875, cette compagnie exploite depuis cette date un réseau de 448 kilomètres dans l’est algérien et, depuis 1876, un réseau de 1650 kilomètres en Tunisie. En Algérie, le réseau ferré se partage entre deux exploitations d’État et trois compagnies privées dont la Bône-Guelma. En Tunisie, elles sont deux compagnies privées à se partager le réseau ferré et la Bône-Guelma est concessionnaire de la majeure part des lignes exploitées. La construction du chemin de fer est intimement liée à l’exploitation des richesses minières (phosphates et fer notamment) des deux pays94. Nous ignorons comment Jacques Lacour-Gayet accéda à ce premier poste. Son fils suppose qu’il bénéficia des nombreuses connaissances de son père. Nous possédons également peu d’informations sur ses sept premières années professionnelles qui précédèrent la guerre de 1914. Nous demeure une série d’études, au demeurant intéressantes pour l’historien des colonies et protectorats français du Maghreb, qu’il consacra aux problèmes des réseaux ferrés de cette région. Parues dans les années 1910, elles opposent le dynamisme du chemin de fer tunisien à l’équipement vieilli et au rendement médiocre des lignes algériennes. Jacques Lacour-Gayet suit plus particulièrement la fameuse « affaire de l’Ouenza » qui maintient, dix ans durant, les parlementaires français en haleine. Il s’agit de mettre en valeur par la concession d’une voie ferrée les richesses minières inexploitées de cette région aux confins algéro-tunisiens à la limite orientale des hauts plateaux constan-tinois95. La convention de concession à un consortium de grandes usines européennes, Société d’études de l’Ouenza, est signée le 12 juillet 1905 et un projet de loi approbatif est soumis le jour même au Parlement. Il devait être violemment critiqué par les socialistes et retiré de l’ordre du jour par Clemenceau le 12 mars 1909, avant de revenir sous une autre forme. Les péripéties du débat nous importent peu dans le cadre de ce travail.

  • 96 PPMLG, dossier de remerciements « Chemin de fer de Tunisie », lettre du 29 mars 1914, à en-tête du (...)
  • 97 Jacques Lacour-Gayet, « Chemins de fer de Tunisie », art.cit., p. 16.
  • 98 Id., « Le chemin de fer de l’Ouenza », art. cit., p. 10.
  • 99 Cf. Claude Paillât, Dossiers secrets..., op. cit., t. I, p. 445 : « Député de Bordeaux depuis 1902 (...)
  • 100 PPMLG, dossier de remerciements « Les chemins de fer de l’Algérie ».
  • 101 Jacques Lacour-Gayet, « Chemins de fer de Tunisie », art. cit.
  • 102 Id., « Le chemin de fer de l’Ouenza », art. cit.

37On retiendra surtout qu’il fit apparaître un trait constitutif de la personnalité de Jacques Lacour-Gayet : son aversion déterminée pour le socialisme. Recevant sa brochure sur les chemins de fer de Tunisie, l’un de ses amis constate, amusé : « J’ai noté en passant deux ou trois chiquenaudes aux socialistes. Tu milites toujours à ce que je vois »96. De fait, Lacour-Gayet mentionne la grève des cheminots tunisiens de mars 1909 – qui précéda la grande grève des réseaux ferrés métropolitains de 1910 – qui « éclata assez inopinément pour des questions de salaires et de discipline générale ». Il se moque à ce sujet des « habituelles diatribes contre l’ « actionnaire exploiteur » et le « dirigeant grassement rente »97. L’interminable discussion au Parlement sur le projet de chemin de fer de l’Ouenza lui permet également de lancer en 1912 de nombreuses piques contre « l’obstruction socialiste », animée par Zevaès, Vaillant et Jaurès, de dénoncer « l’idéologie funeste » qui a inscrit à son programme la nationalisation des mines, « chimère » selon lui, dont les hérauts ont adopté au Parlement un « principe de négation stérile »98. Cette virulence contre les socialistes l’animera sa vie durant, même si elle se fera, publiquement, plus discrète. On notera enfin que cette première expérience professionnelle d’avant-guerre lui a permis de se constituer un premier et important carnet d’adresses qui ne cessera de s’étoffer au cours de sa carrière. Apparaissent les noms d’Albert Thomas – alors simple député de la Seine, mais issu lui,aussi de l’École normale supérieure -, de Charles-Chaumet, sous-secrétaire d’État aux Postes et Télégraphes99, Louis Marlio – ingénieur en chef des Ponts et Chaussées, directeur par deux fois du cabinet d’Alexandre Millerand, au ministère des Travaux publics -, Charles Laurent, premier président honoraire de la Cour des comptes, Jacques Tardieu, directeur de la compagnie des assurances contre les accidents La Prévoyance, Maurice Grimprel, sous-directeur de La Nationale, compagnie d’assurances sur la vie, John Dal Piaz, de la Compagnie générale transatlantique100, André Le-bon, président de la compagnie des Messageries maritimes101, Edmond Philip-par, administrateur-délégué du Crédit foncier d’Algérie et de Tunisie102 etc., autant de personnalités des milieux politiques ou d’affaires, auxquelles Lacour-Gayet aura recours à différentes étapes de sa carrière et dont certaines se retrouveront dans les soutiens du Comité d’action économique et douanière.

  • 103 Entretien avec M. Michel Lacour-Gayet le 10 mars 1994.
  • 104 PPMLG, dossier de remerciements « Chemins de fer de Tunisie », lettre du 26 mars 1919 à la signatu (...)
  • 105 GEGM, PV du 11 juillet 1919.
  • 106 GEGM, note G 322, déjeuner du 22 décembre 1938 à l’hôtel Crillon.

38En Algérie, vers 1911-1912, Lacour-Gayet connaît un incident de santé : une péritonite mal opérée, qui le handicapera toute sa vie, l’empêche durant le conflit mondial d’effectuer un service actif. Il est alors versé dans l’Intendance103. Durant l’été 1914, il fait la connaissance de Gabriel Cognacq, le patron de la Samaritaine. C’est aussi le moment de son mariage. Il termine la guerre avec la Légion d’honneur et la Croix de guerre britannique (Military cross). En mars 1919, une personnalité rencontrée à la Commission internationale exécutive des voies navigables lui écrit : « Je suppose que vous allez rejoindre votre poste à la Compagnie des chemins de fer de Bône-Guelma et je me persuade qu’on doit vous y attendre avec quelque impatience »104, ce qui accrédite l’idée qu’à cette date, Lacour-Gayet pensait encore reprendre sa fonction à la Bône-Guelma ou que ses hésitations en faveur d’un changement d’emploi n’avaient pas encore été rendues publiques. On a indiqué plus haut en effet que Jacques Lacour-Gayet fut engagé comme secrétaire général du Groupement d’études des grands magasins le 15 mai 1919105. L’on peut présumer que c’est durant ce laps de temps de deux mois qu’il réaffermit les liens noués avec Gabriel Cognacq en 1914 et qu’il se décida à une nouvelle rupture professionnelle. Il entra alors dans la carrière de fonctionnaire patronal des grands magasins. Il reconnaissait vingt ans après : « Peu de milieux, je l’avoue, m’étaient aussi peu connus que le vôtre quand, il y a près de vingt ans, vous m’avez fait l’honneur de m’y admettre »106.

3. L’affermissement d’un réseau

  • 107 GEGM, PV du 7 juillet 1924.
  • 108 Cf. le témoignage de Robert Lacour-Gayet qui décrit Bokanowski comme, « un grand ami de mon frère  (...)
  • 109 Adrian Rossiter, Experiments with corporatist politics in Republican France (1916-1939), D.Phil., (...)

39Entré au Groupement d’études des grands magasins, Jacques Lacour-Gayet y acquiert très vite une place de premier plan et une autonomie d’action. L’ambition du Groupement a été de se constituer immédiatement comme un interlocuteur reconnu des pouvoirs publics. Il envoie dès ses débuts des délégations auprès des ministères pour discuter des problèmes rencontrés par les grands magasins. Il place systématiquement ses hommes dans des organismes représentatifs. Alcide Poulet, le vice-président de la Chambre syndicale de la nouveauté, est ainsi désigné, le 2 juin 1921, pour représenter le Groupement au sein du comité national français de la Chambre de commerce internationale. Les autres représentants privilégiés sont Pierre Laguionie, du Printemps et Michel Machart, du Louvre et, de plus en plus, le secrétaire général Jacques Lacour-Gayet. Lors de la création du Comité consultatif supérieur du commerce et de l’industrie en 1924, Lacour-Gayet est désigné comme membre de ce Comité107. Celui-ci est issu d’un remaniement du Conseil supérieur du commerce. Ce vieil organisme, dont l’origine remontait à 1882, était rapidement devenu obsolète. Clémentel, en 1919, en avait envisagé la réorganisation. Celle-ci fut conduite à partir de mars 1924 par Louis Loucheur, ministre du Commerce d’un cabinet Poincaré remanié, où figuraient aussi Daniel-Vincent, ministre du Travail, un proche d’Albert Thomas et Maurice Bokanowski, ministre de la Marine, très lié à Lacour-Gayet108. Le nouveau Comité était un comité encore strictement patronal, de trente-cinq membres, organisme consultatif sans beaucoup de poids mais que l’on considère comme l’ancêtre du Conseil national économique mis en place par le cartel des gauches sous l’égide du nouveau ministre du Commerce Raynaldy109.

  • 110 Bénédicte Constantin, La Chambre de commerce internationale (1919-1935), maîtrise, (dir. René Gira (...)
  • 111 CCIP, 1-7.40 (1), liste des membres du comité national français (CCI) en 1927.
  • 112 Ibid., liste des représentants du comité national français dans les comités d’études de la CCI, en (...)
  • 113 CCIP, 1-7.40 (1), circulaire n° 2, décembre 1945. Mise en place de nouveaux groupes d’études et de (...)

40Dès le début des années vingt, Jacques Lacour-Gayet s’intègre aussi au milieu de la Chambre de commerce internationale (CCI). Conçue lors de la conférence d’Atlantic City (New Jersey) en octobre 1919 comme le prolongement des organismes interalliés nés pendant le conflit mondial, la CCI est créée officiellement au congrès de Paris le 24 juin 1920 dans le but d’œuvrer à la reconstruction économique internationale. Son premier président est Etienne Clémen-tel jusqu’en 1923. Organisation privée, dont le secrétariat international siège à Paris, au 38, cours Albert Ier, elle fédère les comités nationaux représentatifs des principales forces économiques de chaque pays110. Le comité national français, présidé par Clémentel, a comme premier secrétaire général Alexandre de Lavergne, maître de requêtes honoraire au Conseil d’État, délégué-général de la Confédération générale de la production française (CGPF) puis à partir de 1933, René Arnaud, ancien élève de l’École normale supérieure qui deviendra un interlocuteur privilégié de Jacques Lacour-Gayet. Plus que la CGPF, ce comité national français, tout en faisant la part belle aux industriels, comprend parmi ses membres un nombre conséquent de représentants de milieux commerciaux : André Lebon, le président de la Fédération des industriels et commerçants français, Baubé, le vice-président du Comité républicain du commerce, de l’industrie et de l’agriculture, Robert Bienaimé, vice-président de l’Association nationale d’expansion économique (ANEE), Charles-Chaumet, le président du Comité parlementaire du commerce et de l’industrie, Etienne Fougère, le président de l’ANEE, Armand Megglé, le directeur du Comité national des conseillers du commerce extérieur, et Alcide Poulet, le représentant du Groupement des grands magasins111. Sans doute plus représentatif de la diversité économique française que la CGPF, ce Comité a donc vraisemblablement été un lieu de rencontres très important pour Lacour-Gayet. Celui-ci s’y glissa en faisant partie des délégués français dans les comités d’études internationaux mis en place par la CCI : comité Finance, comité Production etc. Vers 1921-1922, l’on relève au sein du comité Transports, la présence de Lacour-Gayet, « secrétaire général du comité des grands magasins » (sic) en compagnie de ceux qui seront, quelques années plus tard, les premiers animateurs du Comité d’action économique et douanière : Georges Berger, le président de la Chambre des négociants-commissionnaires et du commerce extérieur, John Dal Piaz, le directeur de la Compagnie transatlantique, Georges Philippar, le directeur de la Compagnie des messageries maritimes112. Au sein de ce comité des transports, Lacour-Gayet travaille plus particulièrement dans le sous-comité des communications. L’on peut supposer qu’il a d’abord été désigné à la Chambre de commerce internationale en raison de ses compétences et de son expérience passée dans le domaine des chemins de fer. Il faut attendre 1945 pour le voir apparaître nommément sur les organigrammes de la CCI en tant que membre du comité de la distribution113. Même s’il s’occupe activement de promouvoir la grande distribution dans les années trente, il en laisse la défense au sein de la CCI à Pierre Laguionie et à Jacques Bondoux ou Roger Picard, deux hommes qu’il a introduits au CAED. Son activité au sein de la CCI lui a en outre vraisemblablement permis de recruter les premiers adhérents du Comité d’action économique et douanière (Berger, Dal Piaz, Philippar...) qu’il va lancer à l’automne 1925.

  • 114 GEGM, PV du 4 janvier 1926.
  • 115 Ibid., PV du 18 février 1926.
  • 116 Ibid., PV du 13 octobre 1927, 3 novembre 1927, 8 décembre 1927, 28 juin 1928.
  • 117 Ibid., PV du 20 septembre 1928.
  • 118 Ibid., PV du 29 novembre 1934.
  • 119 Ibid., PV du 24 février 1928, nécrologie.
  • 120 Ibid., PV du 29 septembre 1932, nécrologie.

41Enfin, il multiplie les contacts au cours des années vingt, désigné comme suppléant à la Commission de l’organisation scientifique du travail de la CGPF114 et comme membre du comité d’administration du syndicat d’initiative de Paris et du département de la Seine en 1926115, expert de la délégation française auprès de la conférence internationale de Genève sur l’abolition des prohibitions douanières en 1927116, puis de nouveau en 1928. Sa mainmise sur le Groupement des grands magasins s’affirme d’autre part par le recrutement d’hommes qui lui devront l’impulsion première donnée à leur carrière. C’est ainsi qu’est engagé en septembre 1928, comme attaché au Groupement, Jacques Bondoux, licencié en droit, qui devient en 1934 le secrétaire général du Groupement sur proposition de Lacour-Gayet117. Ce dernier a également pris à cette date, à son propre nom, la location d’un nouveau local pour le Groupement, à la même adresse que précédemment, au 372, rue Saint-Honoré. Les anciens locaux sont repris par le Comité d’action économique et douanière, ce qui attire l’attention sur l’interpénétration des deux organismes118. À la suite du décès d’Alcide Poulet, ancien gérant du Printemps et président de la Chambre syndicale de la nouveauté, en février 1928119, puis de celui de Machart, ancien administrateur du Louvre, en août 1932120, Jacques Lacour-Gayet s’impose dans les années trente avec Pierre Laguionie, le dirigeant du Printemps, comme la personnalité la plus importante de la grande distribution en France. En dépit d’une origine familiale et d’une formation très différentes, des affinités naissent entre les deux hommes. Les témoignages sur Laguionie montrent que cette seconde génération de dirigeants de grands magasins s’est émancipée de son milieu modeste et a acquis une reconnaissance sociale qui en fait des notables de la Troisième République. Grand bourgeois, Laguionie l’est devenu par la prestance, le mode de vie, et rien ne le distingue d’un Lacour-Gayet qu’il est, dit-on, le seul homme à tutoyer. La connivence des deux hommes se renforce dans la lutte au moment du Front populaire. Cette dernière vaut en juin 1936 à Jacques Lacour-Gayet la première consécration de son rôle de haut fonctionnaire patronal : il négocie les accords Matignon au nom des grands magasins.

III. LA CRÉATION DE LA FÉDÉRATION NATIONALE DES ENTREPRISES À COMMERCES MULTIPLES EN 1937

A. LES BOULEVERSEMENTS DE 1936 ET LE GRAND COMMERCE

1. Le déclenchement des grèves

  • 121 Antoine Prost, « Les grèves de juin 1936. Essai d’interprétation », dans FNSP, Léon Blum, chef de (...)
  • 122 Monique Couteaux, Les femmes .... op. cit.
  • 123 Anne Marrast, Mémoires des grèves..., op. cit., p. 44 sqq.
  • 124 GEGM, PV du 3 juin 1936.
  • 125 D’après les chiffres donnés par Monique Couteaux, Les femmes..., op. cit. À la date du 6 juin : 6  (...)

42Les grèves qui se déclenchent dans les grands magasins à partir du 3 juin 1936 appartiennent à la seconde vague de grèves qui déferlent sur la France depuis la victoire électorale du Front Populaire le 3 mai121. Premier grand mouvement d’ensemble des employés, première grande grève féminine, elles sont spectaculaires dans la mesure où leur ampleur est inversement proportionnelle au taux de syndicalisation antérieur122. Nous avons déjà souligné qu’il s’agit en effet d’un milieu où le syndicalisme ne concerne qu’une infime fraction du personnel, où s’observent à la fois un manque d’esprit de corps et une absence de solidarité avec la classe ouvrière en raison du poids de la chape paternaliste imposée par les dirigeants des grands magasins. En juin 1936, la période d’adaptation à la nouvelle forme commerciale que constituait le grand magasin est passée. Comme le note Anne Marrast, les employées ne sont plus « les rescapées du petit commerce déclinant »123. Elles sont devenues les membres à part entière d’une entreprise dont elles ont intégré règles et enjeux. En outre, il n’existe aucune section syndicale dans les grands magasins en 1936. Le déclenchement des grèves surprend donc. L’annonce en est faite au Groupement d’études des grands magasins le 3 juin 1936. À partir de cette date, durant tout le mois, pour la première fois de son histoire, le Groupement décide de tenir des réunions quotidiennes. Il y en aura parfois jusqu’à trois par jour, certaines se prolongeant tard dans la soirée dans l’attente du résultat des négociations. Comme en 1919, la crise sociale renforce l’hégémonie du Groupement qui centralise et diffuse les informations concernant chaque grand magasin atteint par les grèves. Elle permet aussi d’unifier le comportement des dirigeants des grands magasins. La première séance de crise a lieu le 3 juin à 18 heures 30 en présence des représentants des neuf grands magasins du Groupement. La première occupation de locaux a touché au début de l’après-midi les établissements d’Arcueil appartenant aux Galeries Lafayette. Des menaces pèsent sur les établissements d’Ivry du Bazar de l’Hôtel de Ville ainsi que sur les entreprises de livraison desservant les grands magasins124. Deux jours après, le Printemps, les Trois Quartiers, le Palais de la Nouveauté sont à leur tour atteints par la grève125.

  • 126 GEGM, PV du 3 juin 1936.
  • 127 Ibid.
  • 128 François Faraut, Histoire de La Belle Jardinière, Paris, 1987, p. 114-115.

43Le caractère soudain du mouvement a sans doute surpris : « Aucune demande n’a été présentée au préalable par le personnel des établissements en cause ; en fin de journée, une note de revendication a été remise à la direction des établissements d’Arcueil [...] »126. Aucune explication n’est avancée. On mentionne juste la présence « d’orateurs communistes de la municipalité venus haranguer le personnel dans l’après-midi »127. L’étude consacrée par François Faraut à la Belle Jardinière démontre que, si l’explosion fut soudaine, les relations au sein de l’entreprise s’étaient durcies dès 1931 à la suite du projet de baisse des salaires conçu par les dirigeants des grands magasins. Les employés des ateliers de la rue Didot subissaient depuis février 1932 une réduction de 12 % de leurs appointements. À la fin de la même année, près du tiers seront licenciés. Au début de 1936, les articles de L’employé parisien révèlent la profonde remise en cause du paternalisme patronal128. Les dirigeants semblent pourtant avoir mésestimé la profondeur de la révolte et pensé, jusqu’à l’explosion de 1936, pouvoir résoudre les conflits larvés par les méthodes traditionnelles.

2. Les négociations

  • 129 GEGM, PV du 4 juin 1936.
  • 130 Ibid., PV du 6 juin 1936.
  • 131 Ibid., PV du 7 juin 1936.
  • 132 Ibid., PV du 8 juin 1936.
  • 133 GEGM, PV du 5 juin 1936, 2e séance.
  • 134 Ibid., PV du 5 juin 1936.
  • 135 Ibid., PV du 7 juin 1936.

44Le Groupement d’études des grands magasins se tient au courant, dès l’origine du conflit, de l’attitude adoptée par la CGPF et le Groupement des industries de la région parisienne représenté par Etienne Villey129, ainsi que des pourparlers engagés à l’échelon national par la présidence du Conseil130. Il informe immédiatement131. Il délègue enfin Jacques Lacour-Gayet à Matignon le 7 juin 1936. Cette nuit s’achève sur un accord général entre la CGPF et la CGT132. Mais avant même ces pourparlers, le GEGM a autorisé Lacour-Gayet, dès le 5 juin, à entrer directement en contact avec la Chambre syndicale des employés de la région parisienne et son représentant Oreste Capocci133. Cette initiative a vraisemblablement en partie pour but de mettre un terme à certaines ripostes ou décisions unilatérales de quelques maisons. Gabriel Cognacq a ainsi fait part d’une lettre de la direction de la Samaritaine « enjoignant au personnel en grève d’avoir à réintégrer son poste pour le lundi 8 juin [...] » et il envisage le dépôt de « plaintes en séquestration »134. La Belle Jardinière, de son côté, informe le 6 juin le Groupement qu’elle a engagé le matin même des pourparlers « à la suite desquels les magasins sont restés ouverts jusqu’ici ». À l’exception de cette dernière, toutes les maisons du Groupement vont faire passer dans la presse du 8 juin un premier communiqué commun s’excusant « auprès de leur clientèle de rester provisoirement fermés »135.

  • 136 Ibid., PV du 6 juin 1936 : « [...] M. Picquenard, directeur du Travail, a proposé au Groupement un (...)
  • 137 Ibid., PV du 8 juin 1936. Cf. l’article d’Etienne Gout, Pierre Juvigny, Michel Mousel, « La politi (...)
  • 138 Ibid., PV du 8 juin 1936.
  • 139 Ibid., PV du 8 juin 1936, 2e séance.
  • 140 Ibid., V séance.
  • 141 GEGM, PV du 21 juin 1936. On trouvera la reproduction de la Convention collective de travail des e (...)
  • 142 Ibid., PV du 11 juin 1936, 2e séance.

45Avant les accords Matignon, bien que sollicité par le ministère du Travail, le Groupement a refusé toute rencontre sous l’arbitrage de l’État et a continué à négocier directement avec la Chambre des employés136. Ce n’est qu’à partir de leur signature qu’il est contraint d’admettre le principe de cet arbitrage. Examinant l’accord du 7 juin, « les maisons émettent un avis favorable à l’adoption de cet accord » qui stipule l’établissement immédiat de contrats collectifs de travail et la reconnaissance de la liberté syndicale137. Seule réserve de taille émise par le Groupement : l’article IV qui prévoit une majoration de salaires suivant une échelle décroissante sur la base de 15 % pour les moins élevés à 7 % pour les plus élevés. Les maisons réclament un resserrement de l’échelle, sur la base de 10 % pour les salaires inférieurs à 7 200 francs par an et de 5 % pour ceux qui sont supérieurs à 9 600 francs138. Comme prévu par l’accord, des négociations par branche s’engagent immédiatement pour la fixation par contrat collectif de salaires minimaux. Une première conférence mixte est organisée le 8 juin à 15 heures sous la présidence du ministre de l’Intérieur Roger Salengro. Elle réunit du côté patronal la Chambre syndicale du commerce de la nouveauté, le Groupement d’études des grands magasins et la Chambre syndicale des magasins et bazars populaires139. Elle aboutit à un accord sur la question du droit syndical, des délégués du personnel, des conventions collectives et de l’absence de sanction pour faits de grève140. Le problème des salaires, toujours en suspens, fait l’objet de conférences quotidiennes jusqu’au 21 juin 1936 – date du vote de la loi sur les 40 heures – où un accord est signé dans le secteur du grand commerce sur la question du conseil de discipline et sur celle des salaires minimaux. Sont alors adressés « à M. Jacques Lacour-Gayet et à ses collaborateurs les remerciements de l’assemblée pour les efforts déployés au cours des dix-sept jours de grève, ainsi que pour les résultats obtenus »141. Mais, pour lapidaires qu’ils soient, les procès-verbaux de ces journées trahissent sans équivoque l’âpreté des discussions sur les deux points les plus litigieux – les salaires minimaux et la création d’un conseil de discipline –, les concessions faites jour après jour par les grands magasins, les arrêts brutaux des discussions, l’attention avec laquelle sont suivies les négociations dans les autres services : banques et assurances142.

  • 143 Ibid., PV des 13 et 14 juin 1936.
  • 144 Ibid., PV du 10 juin 1936, 2e séance.
  • 145 Ibid., PV des 12 juin, 15 et 18 juin 1936. Le Louvre avait quitté le Groupement en avril 1934. Il (...)
  • 146 Ibid., PV du 18 juin 1936.
  • 147 Ibid., PV du 10 décembre 1936.

46La tactique adoptée paraît avoir été de lâcher un peu de lest en ce qui concerne les salaires afin de refuser catégoriquement en contrepartie la création d’un conseil de discipline qui portait atteinte au pouvoir discrétionnaire de l’employeur sur son employé143. Cette création avait été revendiquée par les employés comme une extension des attributions des délégués du personnel, reconnues par l’accord Matignon : « Dans chaque entreprise, les délégués du personnel se réuniront en nombre égal aux représentants de la direction pour formuler un avis après examen, sur les sanctions à appliquer aux fautes professionnelles susceptibles d’entraîner le congédiement »144. Jusqu’au 15 juin, le Groupement refuse tout débat sur la création d’un tel conseil. Il semble qu’il ait été contraint d’assouplir sa position en partie à la suite des mesures prises isolément par certaines maisons en la matière. En effet, les magasins populaires du groupe Lanoma, puis les Magasins Réunis et les Nouvelles Galeries, puis le Louvre, négocient avec la Chambre syndicale des employés des accords qui prévoient l’instauration de conseils de discipline145. Tout en élevant à plusieurs reprises les plus vives protestations, le Groupement des grands magasins va être amené à céder une fois de plus. C’est ainsi que considérant l’accord séparé du Louvre comme « un fait nouveau des plus regrettables », il rédige le 18 juin un texte alambiqué stipulant que « la délégation patronale ne se refuse pas à insérer dans le contrat collectif une disposition prévoyant que les délégués auront qualité pour présenter à la direction des réclamations individuelles qui n’auraient pas été directement satisfaites, visant l’application des dispositions du Code du Travail, relatives aux renvois ou congédiements »146. Le 19 juin, il s’en remet à l’arbitrage du ministre qui, en définitive, va conduire à la création de ces conseils de discipline honnis. L’accord Salengro du 21 juin permet donc de s’accorder sur le contenu de la convention collective qui est signée le 9 décembre 1936147. L’apaisement ramené est de très courte durée. Le 18 mars 1937, après l’ordre de grève générale lancé par l’Union des syndicats ouvriers de la région parisienne et la CGT, a lieu une nouvelle cessation de travail dans les grands magasins. Une protestation est adressée par Lacour-Gayet à la Chambre syndicale des employés. La grève accélère la procédure d’application dans le commerce de détail de la loi du 21 juin 1936 instituant la semaine de 40 heures.

  • 148 D’après les remarques de Patrick Lafond, L’application..., op. cit., p. 14-15.
  • 149 GEGM, PV du 2 avril 1937.
  • 150 Cf. Patrick Lafond, L’application..., op. cit., p. 16-17.
  • 151 GEGM, PV du 14 janvier 1937.
  • 152 Ibid., PV du 14 décembre 1937.

47Cette dernière a été toutefois plus lentement mise en place dans le milieu commercial que dans d’autres secteurs. Le décret d’application date du 3 avril 1937, tandis que les décrets touchant les mines de charbon et la métallurgie avaient été pris dès septembre-octobre 1936. En outre, la loi n’établit aucune distinction entre grand et petit commerce de détail148. Elle entre donc en vigueur sur la base des « cinq-huit » le 5 avril 1937149. Les grands magasins sont soumis à un mode de répartition du temps de travail plus rigide que dans le commerce de gros ou dans le commerce alimentaire. Cependant, dès le 3 décembre 1937, ils obtiennent l’instauration d’un roulement du jour de repos150. Parallèlement a été mise en place en janvier 1937 la commission paritaire de conciliation prévue à l’article 54 de la convention collective. Les représentants patronaux désignés par le Groupement sont Laguionie du Printemps et Vinel du BHV. Lacour-Gayet continuera à assurer la présidence des délégations patronales151. Après une année d’aménagement des lois sociales de 1936, qui se fait globalement au profit des salariés des grands magasins, la reconduction de la convention de décembre 1936 suscite de nouvelles tensions. Lacour-Gayet fait part au ministère du Travail des revendications patronales qui réclament une reconduction de courte durée – trois mois au maximum – ou acceptent une reconduction plus longue sous condition de la suppression de l’échelle mobile et du conseil de discipline dans les magasins populaires et les petites maisons de nouveautés152. Le ministre André Février coupe court au débat et impose une première reconduction de la convention. C’est en 1938 que le patronat des grands magasins livre sa propre « bataille de la Marne », servi en cela par la reconnaissance institutionnelle du poids du grand commerce dans la vie économique et sociale du pays, qui s’effectue dans la foulée des bouleversements de 1936.

B. LA RECONNAISSANCE INSTITUTIONNELLE DU GRAND COMMERCE

1. Nouvelles tribunes au CNE et à la CGPF

  • 153 Ibid., PV du 31 juillet 1936. La composition des vingt sections professionnelles a été fixée par l (...)
  • 154 Michel Margairaz, L’État, les finances..., op. cit., p. 337-344.
  • 155 GEGM, PV du 18 mars 1937 et du 18 novembre 1937.
  • 156 Ibid., PV du 14 octobre 1937.
  • 157 Fenacomult, comptes rendus annuels, assemblée générale du 23 juin 1939.

48En premier lieu, à la suite de la réorganisation du Conseil national économique par la loi du 19 mars 1936, qui remplace les trois grandes catégories de groupements – population et consommation, travail, capital – par vingt sections professionnelles, Jacques Lacour-Gayet est désigné comme le représentant des grands magasins et des magasins populaires à la dix-septième section – section des commerces autres qu’alimentaires153. Le but de la réorganisation est de renforcer l’influence du CNE, dont le rôle dans sa première décennie d’existence s’est borné à la rédaction de rapports sur des branches de l’économie nationale et à la formulation de recommandations dont les conclusions n’ont guère été suivies par les gouvernants. Placé sous la direction du ministre de l’Économie nationale Charles Spinasse, le CNE doit devenir un véritable « Parlement professionnel »154. La surveillance des conventions collectives de travail entre dorénavant dans sa compétence : le CNE a notamment à donner son avis sur l’extension éventuelle des conventions à tous les salariés et employés d’une profession. De manière générale, les sections professionnelles sont consultées sur l’application des lois sociales de juin 1936. La dix-septième section se réunit à partir du 20 mars 1937 pour entamer les travaux préparatoires à l’application de la semaine de 40 heures dans le commerce de détail155. Quand est créé, le 25 août, le Comité d’enquête sur la production destiné à étudier les moyens de stimuler l’activité économique, un sous-comité du CNE dénonce de façon polémique la fiscalité « exceptionnelle et à caractère antisocial » qui frappe les entreprises à commerces multiples et les assouplissements qu’il y aurait lieu d’apporter dans l’application de la semaine de quarante heures156. À partir de février 1938, Jacques Lacour-Gayet siège aussi à la commission permanente du CNE157.

  • 158 Ingo Kolboom, La revanche des patrons..., op. cit.
  • 159 Ingo Kolboom citait les industries textiles, la boucherie ; le cas des grands magasins, entreprise (...)
  • 160 Richard Vinen, The politics of French Business..., op. cit.
  • 161 GEGM, PV du 16 juillet 1936.
  • 162 Annuaire bleu, 1938.
  • 163 GEGM, PV du 1er octobre 1936 et du 8 juillet 1937.

49L’autre tribune, sans doute plus influente, où se fait dorénavant entendre le grand commerce est la Confédération générale du patronat français. On a souligné au début de cette étude la sous-représentation du commerce dans l’ancienne CGPF : le commerce extérieur avait bénéficié en 1923 de la création d’un groupement, placé sous la tutelle d’Etienne Fougère, le représentant de l’Association nationale d’expansion économique ; le commerce intérieur avait été, lui, réuni à la banque dans le vingt-et-unième groupement, il n’y avait guère d’influence. Comme l’a montré Ingo Kolboom, l’effondrement de la position des patrons en juin 1936 a révélé la crise de leurs organisations, de leurs structures et, plus simplement, leur inefficacité158. La signature des accords du 8 juin a été ressentie comme une trahison par de nombreux petits patrons et par les chefs d’entreprises employant un personnel important159. Ce ressentiment à l’égard d’une fraction du grand patronat entraîne, sous la pression des patrons appartenant aux classes moyennes, et aussi sous celle des chambres de commerce, une réorganisation importante du grand patronat durant l’été 1936. La Confédération générale de la production française devient Confédération générale du patronat français ; René Duchemin est remplacé par Claude Gi-gnoux, élu président le 9 octobre. Ingo Kolboom, à la suite de nombreux auteurs, a vu dans l’élection de Gignoux la victoire idéologique du corporatisme et d’un patronat « moderne » entraîné par les industries mécanique, automobile et électrotechnique. Richard Vinen a fait litière de cette interprétation très schématique opposant les « libéraux » de l’industrie lourde de l’ancienne CGPF aux « corporatistes » conduits par Gignoux. Certes l’évolution ultérieure, notamment l’adhésion des bénéficiaires de cette réorganisation patronale de 1936 au discours vichyssois sur la Charte du Travail, confirme des prédispositions corporatistes. Mais l’on ne peut de façon rétrospective assimiler à ce corporatisme de 1940 celui de 1936, qui ne fut peut-être qu’une bannière idéologique bien utile pour rallier les mécontents et justifier le changement d’hommes. Or, Vinen démontre, exemples à l’appui, que le corporatisme n’a pas commencé avec la réaction de 1936, qu’il ne doit pas être systématiquement associé aux secteurs « modernes » de l’économie et qu’un certain nombre de dirigeants de la nouvelle CGPF, comme Aymé Bernard, le délégué de l’AIAF, y ont toujours été clairement hostiles160. La réorganisation de 1936 s’est voulue unitaire. Là encore, on en connaît les limites : l’intégration dans la CGPF de représentants des petites et moyennes entreprises n’a pas empêché le maintien et le développement d’un syndicalisme autonome des classes moyennes qui culmine au printemps 1938 avec la création d’une Confédération générale des syndicats des classes moyennes. Le souci unitaire a cependant bénéficié, dans une certaine mesure, au commerce. Dès juillet 1936, le Groupement des grands magasins donne connaissance à ses adhérents d’une note de la CGPF « d’après laquelle cette organisation se transformerait en organisation générale du patronat et engloberait, outre les représentants de la production, ceux de la distribution »161. Le 31 juillet, il livre le tableau des trente-et-un groupements prévus dans la nouvelle CGPF : un groupement est réservé au « commerce non spécialisé », c’est-à-dire aux grands magasins, magasins populaires, bazars et galeries. Parallèlement, on peut noter la création d’un autre groupement dévolu aux commerçants indépendants, dit « des unions commerciales », et confié à Edouard Duhem, le représentant de la CGCIF durant l’entre-deux-guerres162. Le 1er octobre est annoncée la constitution du groupe XXIX de la CGPF dont la présidence est confiée à Jacques Lacour-Gayet et à laquelle adhèrent tous les syndicats qui se regroupent, le 9 juillet 1937, en une Fédération nationale des entreprises à commerces multiples163.

2. Consécration d’un métier et d’un nouveau syndicat patronal

  • 164 Raymond Boisdé, Commerce et corporations, Paris, 1941.
  • 165 Cf. Erling Bjol, La France devant l’Europe. La politique européenne de la IVe République, Copenhag (...)

50La création de cette Fédération constitue l’apogée du travail entrepris dès 1919 par Lacour-Gayet pour faire reconnaître l’importance de tout un secteur économique. Elle marque aussi une date dans l’histoire du syndicalisme patronal : la reconnaissance par les pouvoirs publics et les patrons du grand commerce d’une autorité syndicale représentative. De même qu’André François-Poncet consacra des pages à Robert Pinot et à l’émergence de ce nouveau métier, fonctionnaire patronal, un texte de Raymond Boisdé dépeint la consécration de ce métier dans le monde du grand commerce164. Le futur maire de Bourges de la Quatrième et Cinquième République était particulièrement bien placé pour traiter le sujet, lui qui débuta sa carrière comme conseiller de diverses entreprises textiles, puis devint fonctionnaire patronal. Il fut d’abord délégué général de la Fédération nationale des industries de lingerie en 1936 et délégué général des syndicats professionnels des commerces et industries de confection depuis cette même date. Il devint président-délégué de la Fédération nationale de l’habillement en 1938, puis conseiller social de la Fédération des commerçants-détaillants de France avant d’occuper le même poste à partir de décembre 1937 au sein de la Fédération créée par Lacour-Gayet165.

  • 166 Raymond Boisdé, Commerce ..,. op. cit., p. 197-198.
  • 167 Ibid., p. 198.
  • 168 Raymond Boisdé, Commerce .... op. cit., p. 199.
  • 169 André François-Poncet, La vie et l’œuvre de Robert Pinot, Paris, 1927, p. 108. Cf. le portrait plu (...)
  • 170 Parmi les membres du réseau de Lacour-Gayet devenus fonctionnaires patronaux, citons Jean Proix (p (...)

51Il suivit de près l’évolution économique et sociale de la période 1936-1939 et mit l’accent sur la reconnaissance tardive des fonctionnaires patronaux par les dirigeants des grands magasins. Il rappelle ainsi que « des groupements, voisins de la forme syndicale, existaient effectivement, même avant 1936, du côté des patrons, du moins toujours en ce qui concerne les grandes entreprises. [...] Dans ces seules grandes entreprises, les dirigeants avaient pris l’habitude de se réunir afin d’étudier les questions vraiment corporatives, et uniquement professionnelles, communes à leur activité économique : aménagement des ventes saisonnières, cadence de la publicité, des expositions et des soldes, standards de qualités, horaires d’ouverture, harmonie des conditions d’exploitation et de prestations de services, adaptation aux régimes fiscaux et aux dispositions administratives. Ils étaient donc préparés à prendre part à des discussions sur le plan professionnel et corporatif avec les organisations d’employés »166. L’étude faite plus haut de la naissance du Groupement d’études des grands magasins illustre cette première harmonisation des comportements patronaux dans une même branche commerciale. Raymond Boisdé témoigne surtout du caractère décisif qu’eut, pour l’affirmation du métier spécialisé de fonctionnaire patronal, l’expérience du Front populaire. Les premières rencontres dans l’atmosphère tumultueuse des grèves de juin de patrons « divisés, désarmés, déorientés », « mal armés devant des spécialistes de la controverse, choisis, eux, par leurs camarades justement en raison de qualités d’élocution, d’entregent, d’habileté dialectique », accélèrent le recours à des spécialistes et la reconnaissance de la légitimité de ces représentants patronaux167. La création de la Fédération des entreprises à commerces multiples traduit la prise de conscience de cette nécessité d’un renforcement de l’unité d’action patronale et de la délégation de cette autorité à une personne qualifiée prête à une « action de présence physique, continue, tenace, homogène » que ne pouvaient se permettre des dirigeants sollicités en permanence par la gestion quotidienne de leurs magasins. « Les employeurs durent ainsi s’entourer, se faire suppléer ou se faire représenter, par procuration, par de rares collaborateurs, autant que possible experts en cette science nouvelle et dévoués à cette mission impersonnelle »168. Le recours à un « expert » à plein temps qui assure la coordination permanente des politiques patronales et qui se révèle apte au combat social n’est pas une expérience inédite. Le très influent secrétaire général du Comité des forges Robert Pinot a inauguré, avant la guerre de 1914, une lignée de hauts fonctionnaires patronaux, hommes d’« un genre nouveau », possédant « non seulement un passé, une culture générale, mais une valeur au-dessus du commun », comme le notait avec admiration André François-Poncet à propos de Pinot169. Claude Gignoux perpétue cette tradition. Juriste de formation, il a derrière lui une carrière de publiciste : il a remplacé en 1925 Lucien Romier comme rédacteur en chef de La Journée Industrielle. Ni chefs, ni cadres d’entreprise, ces hommes nouveaux, de formation littéraire ou juridique, ont mis leurs talents au service des milieux d’affaires. La Fédération bénéficie ainsi des services continus de 1937 à 1953 de Lacour-Gayet. L’influence de ce dernier et de son réseau170 révèle la place occupée par les anciens élèves de l’École normale supérieure et par les universitaires dans le milieu des services tandis que, à la même époque, les élèves des grandes écoles scientifiques – Mines, Ponts – fournissent en abondance des cadres à l’industrie. À un patronat souvent autodicdate, qui ne bénéficie pas encore des relations que procure l’appartenance à une dynastie de grands entrepreneurs, ces universitaires apportent le prestige que confère la maîtrise de la plume et, souvent, les clés de l’entrée dans le sérail étatique.

  • 171 Fenacomult, procès-verbaux, 9 juillet 1937 ; ibid., comptes rendus annuels, assemblée générale du (...)
  • 172 Fenacomult, comptes rendus annuels, assemblée générale du 23 juin 1939, rapport du comité directeu (...)
  • 173 Fenacomult, AG du 17 mars 1948, encadré sur Michel Chaudun.

52L’assemblée constitutive de la Fédération a lieu le 9 juillet 1937. Elle prend la forme d’une association régie par la loi de 1901. Lacour-Gayet est le président du comité directeur. Les quatre organisations fondatrices sont le Groupement des grands magasins présidé par Roger Gompel, la Chambre syndicale du commerce de la nouveauté présidée par Robert Lévy, la Chambre syndicale des magasins et bazars populaires présidée par Lucien Dufourcq-Lagelouse et la Chambre syndicale des magasins et galeries, dirigée par Léon Suzarelli171. Selon l’article 2 de ses statuts : « Ne peuvent faire partie de la Fédération que les groupements professionnels patronaux composés d’entreprises à commerces multiples et ayant pour objet principal l’étude et la défense des intérêts professionnels desdites entreprises ». Selon l’article 16, « les groupements adhérents versent chaque année une cotisation dont le montant et les modalités de paiement sont fixés par le règlement intérieur ». La Fédération se développe rapidément intégrant les groupements et syndicats de Paris et de la province. Au milieu de l’année 1939, elle se targue de représenter près de 90 % des entreprises à commerces multiples172. Sa naissance à l’été 1937 traduit le ressaisis-sement du patronat des grands magasins évoqué par Boisdé en ces termes : « Plus tard, les groupements syndicaux patronaux, devenus plus homogènes, avec des membres ayant recouvré leur sang-froid [...] instruits par l’expérience, se sont équipés en documentation, en archives, en bureaux d’études, d’informations et de liaisons pour la nouvelle réglementation sociale et ses conséquences ». Pour sa part, la Fédération dispose alors d’une solide structure administrative située rue Saint-Florentin. Le service juridique conduit par Roger Picard, recruté en décembre 1937, un ancien du CAED, publie des notes bimensuelles d’information. Le service social est donc dirigé par Raymond Boisdé, représentant de la Chambre syndicale du commerce de la nouveauté de province ; il suit plus particulièrement les variations de la jurisprudence en matière de lois du travail et d’arbitrage. Le secrétariat général confié à Michel Chaudun élabore des dossiers complets sur la situation du commerce de détail, à l’intention notamment des administrations. Chaudun, diplômé d’études supérieures d’histoire et de géographie et de l’École libre des sciences politiques, était entré au Groupement d’études des grands magasins en octobre 1930 et s’était spécialisé dans les questions relatives à l’implantation des magasins à prix uniques. En 1936, il était devenu le secrétaire général d’un groupement qui allait se transformer en Chambre syndicale des magasins et bazars populaires173. C’est durant le conflit de juin 1936, puis pendant l’élaboration des conventions collectives qu’il se rapproche de Jacques Lacour-Gayet, dont il devient, à l’instar de Jean Proix au CAED, un proche collaborateur.

  • 174 Raymond Boisdé, Commerce..., op. cit., p. 201.

53En 1939, la Fédération se flatte d’être de plus en plus sollicitée par les pouvoirs publics et divers organismes : CNE, Service de législation commerciale du ministère du Commerce, CGPF, Chambre de commerce de Paris, Chambre de commerce internationale, Bureau français et international pour l’étude de la distribution, CAED etc. Pour qui connaît les relations entretenues par son président dans ces institutions, une telle sollicitation n’est guère surprenante. En 1938, Lacour-Gayet a en main tous les leviers d’influence possibles dans son domaine. Comment ne pas voir en filigrane son portrait dans ces lignes écrites par Raymond Boisdé, dont les dithyrambes n’ont d’égaux que ceux composés par André François-Poncet à la gloire de Robert Pinot : « Par le génie, la rude et tenace application, le dévouement, l’expérience accumulée, et le goût de cette autorité qui se prend plus qu’elle ne se donne, des animateurs remarquables ont su forcer la réussite. Ils ont imposé aux pouvoirs publics et à leurs corpo-rants de croire à leur mission représentative, et de se confier à eux pour cette mission qu’ils ont remplie à la perfection, substituant au chaos et à l’égoïsme sacré un commencement d’ordre et d’organisation, interprétant des vœux profonds mais inexprimés, faisant paraître enfin une direction et inventant une volonté ou un état d’esprit collectif. [...] Ils se trouvèrent avec un état-major éclairé, armés de l’expérience vécue par leurs confrères des branches “lourdes”. Sans hâte ni surprise, ils purent ainsi, deux ou trois ans après les premières conventions collectives, débattre calmement et fermement des textes vidés de toute aventureuse innovation »174. Reste néanmoins à l’historien à évaluer l’efficacité réelle de la nouvelle organisation du grand commerce.

C. LA « REVANCHE PATRONALE »

1. La gamme des émotions patronales

  • 175 Galeries Lafayette, registre des délibérations du conseil d’administration, 8 novembre 1918.
  • 176 Ibid., 24 novembre 1923.

54Les grandes manœuvres de 1938-1939 destinées à amoindrir la portée des mesures de juin 1936 ont pour objet une véritable revanche patronale. Grand a été le bouleversement engendré chez de nombreux industriels par l’avènement d’un gouvernement socialiste et par la remise en cause de l’idée d’un patronat de droit divin. Ce n’est pas faire appel à un stéréotype que d’évoquer aussi ce bouleversement dans le cas du patronat des grands magasins. Comment aurait-il pu en être autrement pour des dirigeants de maisons familiales qui identifiaient leurs intérêts individuels à ceux de leurs magasins et qui avaient vu vieillir et se succéder des générations d’employés en osmose avec la vie de ces magasins ? 1919 avait été un choc important, une première brèche dans le discours paternaliste qui se déployait de plus belle au lendemain du conflit mondial, comme si ce dernier n’avait introduit aucune modification dans les données sociales. « Qu’ils accourent vite prendre leur place tous ces braves », peut-on lire dans un rapport du conseil d’administration des Galeries Lafayette de novembre 1918 rendant hommage aux employés, « qui, dans les pensées qu’ils nous adressaient, après leur volonté de vengeance et de réparation n’ont jamais manifesté qu’un désir, qu’une seule et simple ambition : le travail »175. En 1923, la maison estimait que la constitution de la caisse de prévoyance et de retraites « crée un lien puissant entre eux et nous et contribue à nous assurer un personnel d’élite et fidèle qui s’intéresse de plus en plus aux destinées de notre maison »176.

  • 177 1865-1965, Printania. Cent ans de jeunesse, p. 107. La revue Printania, créée en 1927, cesse de pa (...)
  • 178 Max Heilbronn, Galeries Lafayette, Buchenwald, Galeries Lafayette, Paris, 1989.
  • 179 Entretien avec M. Max Heilbronn du 21 avril 1994.
  • 180 Max Heilbronn, Galeries Lafayette..., op. cit., p. 27.
  • 181 Raymond Boisdé, Commerce op. cit., p. 196.
  • 182 AN, F 12 8556, Gabriel Cognacq.
  • 183 Gabriel Cognacq, Le commerce intérieur, édition spéciale du CAED, Paris, juillet 1938.

55Or, c’est ce type de conception que bat en brèche le Front Populaire. « Ce fut la seule fois dans l’histoire de notre maison où les relations entre la direction et le personnel furent aussi sérieusement troublées », lit-on dans un numéro spécial de Printania, la revue du personnel du Printemps177. Dans son recueil de souvenirs, Max Heilbronn, gendre du fondateur des Galeries Lafayette, témoigne de la vive inquiétude suscitée par la dégradation rapide de la situation sociale en juin 1936 et de la crainte de perdre les Galeries178. Dans l’entretien qu’il nous a accordé, il est revenu sur la « peur » qui caractérisait le patronat des grands magasins, sur sa peur personnelle face aux défilés, sur l’« affreux souvenir » laissé par ces événements qui opérèrent véritablement le « passage d’un siècle à l’autre ». Face à une évolution pressentie comme inéluctable et aux revendications des syndicats ouvriers, le Groupement d’études des grands magasins est apparu comme un « élément de soudure et d’action nécessaire »179, – « position commune des patrons des grands magasins » évoquée en filigrane dans ses souvenirs180. Raymond Boisdé se souvient lui aussi de « l’ardeur des antagonismes : oppositions entre les syndicats d’employés et les employeurs » et du développement d’« un grave malaise intérieur des magasins : patrons et salariés également aigris et inquiets ; travail assuré avec amertume et défiance ; [...] insécurité d’emploi, [...] horaires controversés ; suspicions, délations [...] ». Il estime que « dans les grandes entreprises, ce malaise a rendu plus insupportable encore une situation tragique due au déséquilibre entre : les charges (sociales et fiscales) sans cesse accrues, et les recettes stationnaires »181. Ce malaise engendre une fureur manifestée sans doute avec le plus de virulence par Gabriel Cognacq, neveu des fondateurs et gérant de la Samaritaine. Son dossier de candidature à la croix de commandeur de la Légion d’Honneur en 1934 témoigne à cette date de la bonne conscience que devait avoir le président des fondations Cognacq-Jay – écoles, orphelinat, maternité, subvention, maisons de retraite, pouponnières –, qui se félicitait que la Samaritaine approvisionnât « surtout les classes populaires » et se refusait à monter des magasins à prix uniques, de crainte « que ce ne soit, socialement, une erreur »182. De fait, c’est sous la plume de Cognacq que nous avons lu la plus vive dénonciation du Front Populaire parmi les patrons des grands magasins ; ainsi évoque-t-il la « conception stalinienne », la « démence » des « lois nouvelles destructrices » et exprime-t-il le plus profond mépris pour les travailleurs « gorgés de loisirs légaux » : « Il ne faut pas que le culte des loisirs ne soit qu’une exaltation de la paresse »183.

  • 184 Jacques Lacour-Gayet, Les charges sociales et fiscales des entreprises à commerces multiples, publ (...)
  • 185 Jacques Lacour-Gayet, « Un essai d’économie orientée », Revue de Paris, numéro du 15 février 1939.

56À titre de comparaison, l’éloquence que déploie à partir de cette date Jacques Lacour-Gayet se cantonne avec plus de subtilité dans la seule dénonciation des mesures sociales et fiscales. Jamais Lacour-Gayet ne manifeste de positions politiques au grand jour, même si sa critique économique laisse clairement apparaître ses préférences. C’est ainsi que, s’exprimant le 7 novembre 1938 devant la commission d’études du Conseil national économique, il dénonce « la démagogie électorale qui depuis cinquante ans n’a cessé de s’attaquer aux grandes entreprises de vente au détail » et « la montée en flèche » de nouvelles surcharges fiscales et sociales, « surtout depuis 1936 »184. De la même façon, dans une communication faite le 14 janvier 1939 à l’Académie des sciences morales et politiques, il se contente de stigmatiser la « fiscalité excessive » consécutive à 1936 et d’assurer que « le protectionnisme fiscal ou social [...] ne saurait être générateur ni de prospérité, ni de progrès »185. Haut fonctionnaire patronal, il conçoit que son action publique doive se restreindre à un domaine strictement technique, sans jamais aborder la polémique politique. Et dans ce cadre, il obtient, avant la guerre, l’approbation du milieu patronal dans son ensemble.

  • 186 PPMLG, dossier de remerciements « Économie orientée. Charges fiscales », 1939.

57Ses galons de représentant du grand commerce lui sont définitivement acquis. Il reçoit ainsi de très nombreuses lettres de soutien au moment de la parution en 1939 des deux interventions précitées. Ses commettants lui marquent leur satisfaction. Ainsi Ussel, du Louvre, lui écrit que : « Les journaux ont parlé de cet article et plusieurs en ont donné des extraits importants [...] Pour la vie de nos maisons et la vie des artisans et industriels qui travaillent pour elles, il serait utile que vous continuiez votre campagne. » Un dirigeant de la Belle Jardinière, affirme qu’« il était éminemment utile qu’une voix aussi autorisée que la vôtre se fasse entendre sur cette question » et espère « un allégement des charges qui paralysent nos affaires ». De Bruxelles, Emile Bernheim, le patron de l’Innovation, forme le vœu que « les pays étrangers et notamment le nôtre restent le plus longtemps possible dans l’ignorance de cette fiscalité monstrueuse, dont la contagion pourrait entraîner pour eux les mêmes effets néfastes qu’en France ». Divers membres de la CGPF lui font également part de leur soutien. Ainsi Pierre Fournier, de la section sociale : « Vous exprimez très complètement un certain nombre de vérités évidentes qui, pour si évidentes qu’elles soient, ne semblent pas avoir encore emporté l’opinion de certains milieux. Je vous souhaite, et je nous souhaite, un heureux aboutissement de vos efforts. » Il semble que les écrits de Lacour-Gayet permettent aussi à un plus vaste public, et d’abord aux parlementaires, de mieux connaître un secteur économique, visiblement méconnu si l’on en croit cette lettre de Henri Martin, le directeur de la Revue du Parlement : « J’ai pu constater à la suite de mes entretiens avec de nombreux parlementaires amis, que la plupart d’entre eux avaient des idées fausses sur la question et pensaient au contraire que ces entreprises bénéficiaient d’un allégement fiscal. » Lacour-Gayet adresse enfin ses écrits aux services administratifs directement concernés par la matière dont il traite, tels que la direction générale de la Statistique générale à la présidence du Conseil, la direction générale des Contributions directes au ministère des Finances, le cabinet du ministre du Travail, celui du ministre du Commerce etc. Certains, comme le sous-directeur des Accords commerciaux, n’hésitent pas à approuver sans ambages des articles « qui projettent tant de lumière sur les causes de la misère des grandes entreprises de vente au détail, victimes d’un fisc insatiable épaulé par la mentalité »adjudant » du petit commerce. Vous ne convertirez probablement ni l’un ni l’autre, hélas ! mais, si des catastrophes surviennent, vous aurez montré par avance les responsables »186.

2. Les charges fiscales et sociales des entreprises à commerces multiples

  • 187 On peut se reporter pour cela à l’article de Jacques Lacour-Gayet, « Un essai... », op. cit.

58Antienne du discours patronal depuis juin 1936, quelle est l’évolution réelle de ces charges ? Si l’on observe une sensible détente fiscale en 1938-1939 sous la pression de la Fédération nationale des entreprises à commerces multiples, les relations du grand commerce avec les pouvoirs publics sont beaucoup plus tendues sur les questions sociales. La semaine de 40 heures et les salaires font l’objet d’un âpre marchandage avivé par la mobilisation de septembre 1939. Il ne saurait être question de dresser l’inventaire exhaustif des lois qui, depuis le développement des grands magasins au milieu du xixe siècle, ont alourdi les charges fiscales des grandes entreprises commerciales187. On retiendra seulement la loi du 18 mai 1850 instituant une taxe par tête d’employé, celle du 28 avril 1893 créant la taxe par spécialité et celle du 31 juillet 1917 instituant la taxe progressive sur le chiffre d’affaires. Toutes furent aggravées par des remaniements législatifs successifs. Celle de 1917 ne frappant que les chiffres de vente au détail supérieurs à un million de francs est en fait un coup porté aux seules grandes entreprises. Elle est aggravée par la loi du 23 février 1933 qui fait dorénavant intervenir dans son calcul l’addition du chiffre des filiales à celui des sociétés-mères, façon indirecte de ralentir le développement des succursales.

  • 188 GEGM, Notes 11, 1938-1946, rapport présenté par M. Robaglia, p. 9, cf. annexe 2, p. 489.
  • 189 Ibid, p. 14, annexe 2, p. 493.
  • 190 Fenacomult, comptes rendus annuels, AG du 23 juin 1939, rapport du comité directeur.

59Depuis 1935, l’ensemble des charges fiscales s’est sensiblement accru, passant de 155 millions de francs en 1935, à 257 millions en 1937 et à 294 millions en 1938. Elles représentent 5 % du chiffre d’affaires en 1935, 7 % en 1937 et 9 % en 1938. Cet accroissement est dû principalement à une augmentation de la taxe spéciale sur le chiffre d’affaires et de la patente. La hausse des prix intervenue depuis la création de la taxe spéciale en 1917 a assujetti les grands magasins à des taux de taxation supérieurs, – l’échelonnement va de 0,13 % pour les chiffres d’affaires allant de un à deux millions jusqu’à 0,65 % pour ceux qui dépassent les 200 millions. Justifiée à sa création par un souci d’égalité fiscale envers le petit commerce, elle s’est retournée depuis lors contre les grands magasins du fait de l’élévation de leurs charges sociales. La patente, qui représente 3,1 % du chiffre d’affaires global en 1938, a subi une augmentation tout aussi importante du fait des hausses intervenues dans les divers éléments qui la composent (taxe par spécialité, taxe par voiture et par cheval, taxe par employé etc.). La taxe par employé a notamment subi une croissance telle que Jacques Robaglia, le conseiller technique chargé de présenter au ministre du Commerce un rapport sur la situation économique des grands magasins, estime en août 1939 qu’elle comporte « quelque chose de vraiment abusif et d’infiniment dangereux dans ses incidences sociales par l’invite qu’elle est au licenciement du personnel »188. Cet important rapport propose une réforme du régime de la patente qui porte en premier lieu sur la taxe par employé et également sur le droit proportionnel sur la valeur locative189. Or, dès avant cette date, la Fédération a obtenu, grâce au combat livré dans le cadre du Comité d’enquête sur la production créé en août 1937, un certain nombre de mesures prises par un ensemble de décrets du printemps 1939 : la patente a été révisée à la baisse pour les années 1939 et 1940, le montant de la taxe par employé stabilisé, les entreprises sont exonérées de la taxe spéciale sur les accroissements de chiffres d’affaires réalisés ces mêmes années190. Une détente fiscale, temporaire mais réelle, a donc été obtenue au début de 1939.

  • 191 GEGM, PV du 16 juillet 1936. Cf. Patrick Lafond, L’application..., op. cit., p. 45-53.
  • 192 Ibid., PV du 2 avril 1937.
  • 193 Ibid., PV des 10 et 15 avril 1937.
  • 194 Fenacomult, comptes rendus annuels, AG du 23 juin 1939, rapport du comité directeur.
  • 195 GEGM, Notes II, 1938-1946, note G 303, accord conclu le 14 octobre 1938 en commission nationale de (...)
  • 196 Ibid., note G 304.
  • 197 Ibid., PV du 3 janvier 1939.
  • 198 Pour une analyse générale, cf. Michel Margairaz, L’État..., op. cit., p. 447-451 et p. 468-475.

60Les négociations salariales, en revanche, demeurent tendues jusqu’à la guerre. Le poids des nouvelles charges sociales dues au Front Populaire a paru particulièrement lourd au patronat des grands magasins. Le débat s’organise de la façon suivante : le patronat réclame une baisse des salaires que le ministère lui refuse en raison de l’aménagement concédé sur les horaires de travail. La tension monte d’un cran lorsque le ministère exige que les licenciés des grèves du 30 octobre 1938 soient réembauchés. Le patronat argue alors d’une compression de personnel rendue nécessaire par la baisse sensible du volume des affaires consécutive aux mesures sociales de 1936 et aggravée par la mobilisation. Pour sortir de ce cercle vicieux, le gouvernement va recourir à un interventionnisme accru qui entraîne le renforcement du discours antidirigiste des grands magasins. Dans un premier temps, la Fédération a donc fait porter son effort sur l’assouplissement du régime de travail mis en place par la loi du 21 juin 1936 et les décrets d’application qui préconisent d’effectuer, dans le cas du commerce de détail, les 40 heures de travail en cinq jours – le fameux « cinq-huit » – et de chômer le dimanche et le lundi. Les archives montrent qu’elle s’est immédiatement saisie de l’intérêt qu’attachait le gouvernement à la participation des grands magasins à l’Exposition des Arts et Techniques de 1937 comme d’un moyen de pression191. L’assemblée des grands magasins s’entretient des divers horaires possibles pour la journée limitée à huit heures (retarder l’heure d’ouverture et avancer l’heure de fermeture, allonger le temps consacré au déjeuner etc.) afin de maintenir les magasins ouverts le plus longtemps possible192. Elle se fait aussi l’écho des protestations élevées contre la fermeture obligatoire du lundi et préconise un système d’application par roulement permettant l’ouverture des magasins six jours par semaine193. De fait, la Fédération obtient par l’arrêté du 22 mai 1937 la suspension des « cinq-huit » durant l’Exposition jusqu’au 24 novembre 1937 et l’ouverture de six jours pour les magasins, le personnel bénéficiant d’un second jour de repos hebdomadaire par roulement194. L’accord conclu le 14 octobre 1938 entre le Groupement et la Chambre des employés – qui reconduit la convention collective du 9 décembre 1936 jusqu’au 1er novembre 1939 – marque une nouvelle avancée patronale : un arrêté préfectoral doit autoriser la semaine anglaise pour les seuls grands magasins195. « C’est la première fois que, dans l’ordre administratif, une mesure d’exception de cette importance est prise en faveur des grands magasins », relève avec satisfaction le Groupement196. Enfin, le décret du 31 décembre 1938 admet « afin de tenir compte du caractère intermittent du travail, qu’une durée de présence de 42 heures correspond à 40 heures de travail effectif »197. À l’instar d’autres secteurs économiques, les grands magasins bénéficient du changement de cap officiel de la politique du gouvernement d’Edouard Daladier. L’arrivée aux Finances de Paul Reynaud le 1er novembre 1938 et les trois décrets-lois du 12 novembre sur les 40 heures entérinent l’assouplissement de la législation, commencé avec le remplacement au ministère du Travail lors du premier remaniement, le 21 août, de Paul Ramadier par Charles Pomaret198.

  • 199 Patrick Fridenson, « Le patronat français », dans René Rémond et Janine Bourdin (dir.), La France (...)
  • 200 GEGM, PV du 28 novembre 1938.
  • 201 Ibid., Notes 11, 1938-1946, note G 315.

61Dans un premier temps, le patronat des grands magasins prend donc une « revanche » indéniable sur les lois sociales de juin 1936 et pratique cette « guérilla tous terrains » menée par l’ensemble du patronat et décrite depuis par Patrick Fridenson. Réponses dilatoires aux revendications des délégations d’employés, jeu sur les sentences arbitrales, communiqués de presse recherchant l’appui de l’opinion publique, autant de procédés dont les archives du Groupement d’études des grands magasins gardent la trace, corroborant de façon sectorielle le tableau d’ensemble brossé par cet historien199. On peut citer comme exemple la réaction des grands magasins à l’annonce de la grève générale du 30 novembre 1938. Ils décident de faire passer dans la presse et à la TSF un communiqué annonçant que les grands magasins resteront ouverts200. Ils mettent au point un avis au personnel stipulant que « l’employé qui se mettrait en grève romprait de ce seul fait son contrat de travail : il serait donc considéré immédiatement comme ne faisant plus partie du personnel et n’aurait droit à aucune indemnité d’aucune sorte »201. Et, de fait, ils licencient les grévistes, licenciements qui feront l’objet d’âpres marchandages en 1939. Mais, si la revanche patronale de la fin de l’année 1938 est aujourd’hui bien connue, il nous paraît qu’on en a moins étudié et marqué les limites au fur et à mesure de l’imminence de la guerre.

3. Les limites de la « revanche patronale »

  • 202 GEGM, Notes 11, 1938-1946, note 336, lettre de Puissant au ministère du Travail du 16 mars 1939.
  • 203 Ibid., note G 344, lettre de Charles Pomaret au président du Groupement d’études des grands magasi (...)

62Il semble en effet nécessaire de tempérer l’importance de la revanche du patronat des grands magasins. Un petit ensemble de lettres, échangées au printemps et à l’automne 1939 entre le Groupement des grands magasins et le ministère du Travail, révèle la forte résistance opposée par Charles Pomaret aux réclamations patronales. Le 16 mars, Puissant, directeur de la Belle Jardinière, président en exercice du Groupement d’études des grands magasins, lance une nouvelle bataille : la révision des salaires inscrits dans la convention collective du 14 octobre 1938 afin d’aligner les salaires consentis par le grand commerce sur ceux pratiqués dans le reste du commerce de détail. Il rappelle à Charles Pomaret la bonne volonté dont avait fait preuve le patronat des grands magasins en signant cette convention, « acte de foi dans un avenir meilleur » ! Mais il constate une nouvelle baisse, depuis cette date, du volume des ventes des grands magasins. Or ceux-ci offrent à leurs employés des salaires qui sont de 30 à 40 % supérieurs à ceux de l’ensemble des employés du commerce à Paris et qui, en outre, ont été majorés de 34,6 % depuis juin 1936 par le seul jeu de l’échelle mobile. Il manie enfin une double menace : le retrait des grands magasins du Groupement d’études afin de les délier de la convention collective et le recours à de nouveaux licenciements si la procédure de révision n’est pas engagée202. Pomaret refuse net, jugeant une telle diminution « inopportune » et « regrettables dans les circonstances actuelles » des licenciements éventuels « s’ajoutant aux importantes compressions de personnel [...] déjà effectuées ». Il estime suffisantes les concessions faites par les décrets du 31 décembre 1938 sur l’aménagement des horaires de travail : ils ont « prolongé de deux heures par semaine la durée de présence des vendeurs, ce qui équivaut pratiquement à une réduction des salaires de 5 % environ ». Pour calmer cependant un peu les revendications patronales, il annonce qu’il va demander à son collègue du Commerce de faire procéder à une enquête sur la situation économique des grands magasins203.

  • 204 Ibid., lettre de la direction générale du Travail et de la Main-d’œuvre au président du Groupement (...)
  • 205 Ibid., note G 2174/5S, lettre du Groupement d’études des grands magasins au ministre du Travail du (...)
  • 206 GEGM, note G 359, sentence arbitrale rendue par M. Husson, conseiller de Préfecture de la Seine, l (...)
  • 207 Ibid.
  • 208 Ibid., note G 367, sentence sur-arbitrale rendue par M. Baudat, vice-président du tribunal civil d (...)
  • 209 Fenacomult, comptes rendus annuels, AG du 23 juin 1939, rapport du comité directeur.
  • 210 GEGM, Notes 11, 1938-1946, rapport présenté par M. Robaglia, op. cit. L’idée d’une reprise des aff (...)

63Le 22 mars 1939, Edouard Daladier prie les patrons de réembaucher le plus grand nombre de grévistes licenciés le 30 novembre précédent, prière répercutée par la CGPF. Le 5 mai, prenant acte du chômage persistant d’un certain nombre d’employés des grands magasins, le ministère du Travail demande au Groupement de rappeler à l’ordre ses adhérents, ajoutant de façon révélatrice, pour ménager la susceptibilité patronale, que « pour les ouvriers dont la réintégration présenterait quelques difficultés, leur admission dans un autre établissement de même nature sauvegarderait le principe de l’autorité patronale »204. Il signale notamment le cas d’un certain nombre d’employés dont le licenciement apparaît particulièrement litigieux. Le Groupement s’engage à demander à ses adhérents de reconsidérer ces cas, mais il se réfugie derrière la nouvelle procédure de conciliation et d’arbitrage205. Or, les sentences surarbitrales que nous avons pu lire déboutent très souvent les employés. Dans le cas d’un employé licencié par les Galeries Lafayette dont le syndicat réclame la réintégration, « motif pris que ses fonctions syndicales seraient à la base de son congédiement », le surarbitre se range aux arguments patronaux qui font valoir une nécessaire compression d’effectifs et une mauvaise notation du vendeur licencié, et il décide donc que « la demande ouvrière est rejetée »206. Dans le cas de 170 employés licenciés par la Samaritaine, on trouve une décision similaire, même si le surarbitre demande à la direction d’« établir pour la détermination du personnel à licencier pour défaut d’emploi une règle unique dont elle ne se départira plus à l’avenir ». Là encore, même si le caractère politique du licenciement est reconnu, priment clairement les « considérations d’ordre strictement intérieur et commercial » invoquées par la direction, et surtout le « libre choix que la convention collective reconnaît tacitement à la direction » pour désigner les licenciés207. Le recours à l’arbitrage tend irrésistiblement à réhabiliter sinon un « patronat de droit divin », du moins un patronat souverain en matière d’emploi. On peut encore citer cette sentence concernant sept employés grévistes, licenciés par la Belle Jardinière, qui estime simplement « qu’il ne s’agit aucunement en l’espèce de représailles exercées par les patrons contre les grévistes du 30 novembre 1938, mais uniquement d’une compression d’effectifs rendue nécessaire » par le « marasme des affaires »208. C’est donc ajuste titre que lors de sa première assemblée générale, le 23 juin 1939, la Fédération nationale des entreprises à commerces multiples marque sa satisfaction face à la « disparition progressive du régime d’alerte perpétuelle » et à l’apaisement des conflits violents209. Début août, concluant son enquête sur la situation des grands magasins, le rapporteur table même sur une reprise prochaine de leurs affaires210.

  • 211 Ibid., note G 2698 7SB, lettre de Roger Gompel, président du GEGM au ministre du Travail, le 27 oc (...)
  • 212 GEGM, Noies 11, 1938-1946, note G 390, lettre de Charles Pomaret, ministre du Travail au président (...)
  • 213 Ibid.
  • 214 Fenacomult, comptes rendus annuels, AG du 1er mars 1940.
  • 215 GEGM, PV du 10 octobre 1939.
  • 216 Loi du 11 juillet 1938 sur l’organisation générale de la nation pour le temps de guerre. Publicati (...)
  • 217 Fenacomult, comptes rendus annuels, AG du 1er mars 1940.

64Mais au début de la guerre a lieu toutefois une épreuve de force avec le gouvernement sur la question des salaires. Le Groupement des grands magasins mettant à profit la prochaine expiration de la convention collective, le 31 octobre 1939, annonce par lettre au ministre du Travail que les maisons procéderont à une diminution de 30 % des salaires de leurs employés et qu’elles supprimeront les indemnités de licenciement211. Par retour du courrier, Charles Pomaret rétorque qu’il tient cette lettre « pour nulle et non avenue » et ajoute : « Je serais indigne de ma charge si j’acceptais, expressément ou par silence, les décisions que de façon unilatérale et malgré mes exhortations répétées, vous venez de prendre [...] À l’heure où l’alarme trouble la vie des familles, où tant de ménages modestes d’employés sont disloqués par la mobilisation des époux et des pères, où la vie matérielle connaît déjà tant de difficultés, au seuil de la saison d’hiver, je n’accepte pas une diminution de salaires de 30 %. [...] Je vous prie personnellement, et avec force, de renoncer au régime de travail que vous envisagez de mettre en vigueur »212. La lettre de Pomaret fait état du terrain reconquis par les grands magasins sur les lois de 1936 (mises à pied, allongement de la durée du travail), mais marque aussi la limite de cette revanche : la question salariale. Le ministre du Travail brandit la menace d’un interventionnisme accru : « La loi du 11 juillet 1938, sur l’organisation générale de la nation pour le temps de guerre, me charge, en son article 54, de la réglementation générale des conditions du travail pour le temps de guerre, et même pour le temps de tension extérieure précédant la guerre »213. En fait dans le domaine commercial, cette loi ne commence à être effectivement appliquée qu’avec le déclenchement de la guerre. Elle va modifier le régime du travail en vertu de l’article 54 invoqué par Charles Pomaret : début novembre 1939, les salaires sont bloqués au niveau atteint le 1er septembre ; et dans le même temps, la durée du travail est allongée à 43 heures pour les employés des entreprises commerciales. Les prix font l’objet dès septembre de la même surveillance, gelés à leur niveau du 1er septembre. La Fédération des entreprises à commerces multiples se, flatte d’avoir obtenu quelques assouplissements du haut commissariat à l’Économie nationale214. On peut penser qu’ils ont été facilités par les relations établies dès les années vingt entre Lacour-Gayet et Daniel Serruys, nouveau haut commissaire depuis le 13 septembre 1939. Dès octobre, les deux hommes ont convenu que les maisons transmettraient au haut commissariat, et par l’intermédiaire du Groupement, toutes les majorations de prix émanant de leurs fournisseurs et que le haut commissariat déciderait alors de l’autorisation de certaines majorations de prix215. La réglementation commerciale est renforcée. Conformément à l’article 49 de la loi du 11 juillet 38 sont mis en place des groupements d’achat et de répartition dans chaque département216. Des groupements particuliers sont créés pour certaines catégories de ressources (café, thé, riz). Des groupements s’y ajoutent dans le cadre des régions économiques : la Fédération des entreprises à commerces multiples constitue avec la Fédération des commerçants-détaillants le groupe de la distribution dans la 15e région économique217. Enfin, le décret du 9 septembre 1939 subordonne toute création ou extension de commerce à une autorisation préfectorale dans le but déclaré de protéger les commerçants mobilisés contre l’apparition de nouveaux concurrents.

  • 218 Cf. notamment l’entretien avec M. Jeff Brandel du 19 juin 1992.
  • 219 Fenacomult, comptes rendus annuels, AG du 1er mars 1940.
  • 220 Ibid.

65Toutes les mesures, liées à la mobilisation économique, ont été très mal reçues par un grand commerce dont les réformes de 1936 avaient mis la sensibilité à vif. La reconquête conjoncturelle du terrain perdu en 1936, pour nette qu’elle ait été, ne peut masquer un mouvement de plus longue durée : le renforcement continu depuis la fin du xixe siècle de l’emprise étatique sur la grande distribution. C’est la raison pour laquelle la loi du 11 juillet 1938 a marqué durablement les esprits. Elle a été évoquée de façon quasi-systématique dans les témoignages que nous avons recueillis auprès d’anciens collaborateurs de Jacques Lacour-Gayet et présentée comme le premier doigt mis dans un engrenage dirigiste218. La création des groupements d’achat et de répartition suscite cette réflexion prophétique du comité directeur de la Fédération : « Il est aisé de prévoir ce que serait une distribution étatisée le jour où production, répartition et commerce extérieur ne pourraient continuer à travailler que sous le contrôle absolu du gouvernement et de l’administration »219. On peut penser que l’amertume manifestée par la Fédération repose en partie sur des considérations d’amour-propre : le gouvernement se dispense de plus en plus de consultations et d’enquêtes – la guerre n’a pas permis d’achever l’enquête du Conseil national économique sur l’organisation de la distribution – et procède par décrets-lois. Dans l’allocution qu’il prononce le 1er mars 1939 au terme de l’assemblée générale annuelle de la Fédération, Jacques Lacour-Gayet estime que « la distribution voit partout se profiler sur elle l’ombre redoutable d’un bras séculier plus enclin à punir qu’à récompenser, à sévir qu’à encourager ». Faisant l’apologie du libéralisme économique, il voit dans le commerce la « dernière terre de refuge des libertés économiques »220. Plus profondément, cette amertume s’explique par l’assimilation des mesures de 1939 aux mesures de 1936 : elles procéderaient du même esprit dirigiste et hostile aux grandes entreprises commerciales. Cette interprétation permettrait d’expliquer que Lacour-Gayet n’ait pas immédiatement compris le caractère fondamentalement différent du régime qui se met en place après le 10 juillet 1940. Vichy lui paraît au début de son existence assurer simplement la gestion des conséquences de la mobilisation économique décrétée par la IIIe République et s’inscrire dans un système autoritaire préexistant. Ce n’est que lorsque le nouveau système administratif acquerra sa cohérence d’ensemble avec l’assujettissement du réseau commercial aux impératifs de la production que Lacour-Gayet saisira la spécificité antilibérale du régime de Vichy.

Notes

1 Groupement d’études des grands magasins (GEGM), Notes, note G 322, déjeuner du 22 décembre 1938 à l’hôtel Crillon.

2 Jacques Lacour-Gayet, Histoire du commerce, Paris, 1950-1953, 6 volumes.

3 Henry Ehrmann, La politique du patronat français (1936-1955), Paris, 1959 ; Bernard Brizay, Le patronat : histoire, structure, stratégie du CNPF, Paris, 1975 ; Georges Lefranc, Les organisations patronales en France, Paris, 1976 ; Ingo Kolboom, La revanche des patrons. Le patronat français face au Front populaire, Paris, 1986 ; Richard Vinen, The Politics of French Business (1936-1945), Paris, 1991.

4 Stanley Hoffmann, Le mouvement Poujade, Paris, 1956 ; Dominique Borne, Petits-Bourgeois en révolte ? Le mouvement Poujade, Paris, 1977 ; Philip Nord, « Le mouvement des petits commerçants et la politique en France de 1888 a 1914 », Le Mouvement Social, 1981, n° 114, p. 35-56 ; id., Paris Shopkeepers and the Politics of Resentment, Princeton, 1986 ; Joseph Jones, « Vichy France and Postwar Economic Modernization : the case of shopkeepers », French historical studies, 1982, vol. XII, n° 4, p. 550 ; Sylvie Guillaume, Confédération générale des petites et moyennes entreprises. Son histoire, son combat, un autre syndicalisme patronal (1944-1978), Bordeaux, 1987 ; Michel Lescure, PME et croissance économique. L’expérience française des années vingt, Paris, 1996, p. 244.

5 Marcel Paves, Traité d’économie nationale, t. I, Paris, 1958, p. 63-64.

6 Ibid, t. 2 ; p. 392.

7 Ibid., p. 318 : « [...] sans se dissimuler tout ce que le choix du chiffre 10 (au lieu de 5 ou de 20 ou de 50) comporte d’arbitraire ».

8 Patrick Lafond, L’application de la loi des 40 heures dans le grand commerce parisien, maîtrise, (dir. Pierre Léon), Université de Paris-IV, 1974, p. 3-5.

9 L’administration de Vichy mettra ainsi sur pied pour chacun de ces secteurs un comité d’organisation particulier ressortissant au Comité général d’organisation du commerce.

10 Cf. Marcel Rives, Traité..., op. cit., t. 1, p. 54 : « La fonction de détail consiste à s’approvisionner en marchandises pour les revendre au consommateur dans l’état où elles seront employées au dernier usage ».

11 Ibid., t. 2, titre II, chapitre III, p. 342-362.

12 Georges Lefranc, Les organisations..., op. cit., p. 45-46.

13 Geoffrey Crossick, Heinz-Gerhard Haupt, The Petite Bourgeoisie in Europe 1780-1914. Enterprise, family and independence, Londres, 1995 ; Jeanne Gaillard, Paris, la Ville (1852-1870), Lille, 1976 ; Florence Bourillon, « La rénovation de Paris sous le Second Empire : étude d’un quartier », Revue historique, 279, 1987, p. 135-160.

14 Geoffrey Crossick, Heinz-Gerhard Haupt, The Petite Bourgeoisie ..., op. cit., p. 50.

15 Philip Nord, « Le mouvement des petits commerçants... », op. cit.

16 Joseph Jones, « Vichy France... », op. cit., p. 542.

17 Stanley Hoffmann, Essais sur la France, Paris, 1974, p. 169.

18 Chambre de commerce et d’industrie de Paris (CCIP), 1-8.63(1), dossier FICF, programme de 1907.

19 Georges-Henri Soutou, L’Or et le Sang. Les buts de guerre économiques de la Première Guerre mondiale, Paris, 1989, p. 149-153. Il montre la récurrence de ces thèmes dans les livres de Louis Bruneau, Charles Andler, André Sayous, Daniel Bellet, Victor Cambon, Georges Blondel, Edmond Théry. On peut ajouter à cette liste les ouvrages précurseurs de M. Schwob, Le danger allemand, Paris, 1897 et de H.A. Andrillon, L’expansion de l’Allemagne et de la France, Paris, 1909.

20 Georges Blondel, « L’organisation scientifique du commerce allemand », Revue générale des sciences, n° du 30 novembre 1916, introduction.

21 Georges Blondel, L’organisation économique de l’Allemagne, conférence du 21 janvier 1917 à l’Association française pour l’avancement des sciences, conclusion, p. 16-20.

22 Id., « L’organisation scientifique... », op. cit., p. 18.

23 Id., L’organisation économique..., op. cit., p. 8.

24 Ibid, p. 20.

25 Henri Hauser, Les méthodes allemandes d’expansion économique, Paris, 7e édition, 1917, seconde partie.

26 Ibid., p. 205.

27 CCIP, 1-8.63(1), conférence de Georges Blondel, professeur à l’École des hautes études commerciales, « Comment s’organisent les industriels allemands en prévision des ruptures éventuelles du contrat de travail », s.d.

28 Georges Blondel, « La défense patronale en Allemagne », conférence donnée le 19 février 1907 au Musée social, Le Musée Social. Mémoires et Documents, Paris, 1907.

29 CCIP, I-8.63(1), programme de 1907, section « Commerce, Finance ». On relève la présence de La Belle Jardinière, du Bon Marche, du Louvre, du Printemps, du Bazar de l’Hôtel de Ville. Programme de 1910, section « Nouveautés, Confections ». Apparaissent La Samaritaine, Aux Trois Quartiers.

30 Jean-Noël Jeanneney, L’argent caché. Milieux d’affaires et pouvoirs politiques dans la France du xxe siècle, Paris, 1984, p. 30.

31 CCIP, 1-8.64 (1), dossier UIE. Cf. aussi Georges Lefranc, Les organisations..., op. cit., p. 39 et p. 63-71 ; et Claude Paillât, Dossiers secrets de la France contemporaine, t. 1, 1919 : Les illusions de la gloire, Paris, 1979, cinquième partie, p. 446-467.

32 Peu connue, l’ANEE a pourtant fait l’objet d’une thèse de 3e cycle qui apporte une documentation un peu diffuse, mais très utile. Cf. Guillaume Kérouredan, Un aspect de l’organisation patronale au xxe siècle : Association nationale d’expansion économique (décembre 1915-mars 1951), (dir. Jean Bouvier), Université de Paris-I, 1986.

33 Une biographie commentée d’Henri Hauser figure dans l’introduction de Pierre Chaunu à la réédition en 1973 du livre de Hauser, La Prépondérance espagnole.

34 Pierre Benaerts, Henri Hauser, Manuel du baccalauréat, Paris, 1930 ; id., Du libéralisme à l’impérialisme (1860-1878), Paris, 1939.

35 G.-H. Soutou, L’Or et le Sang, op. cit., p. 768. Cf. AN, F 12 8106, note Hauser, s.d.

36 Etienne Clémentel, La France et la politique économique interalliée, Paris, 1931, lettre reproduite p. 337-348.

37 Archives nationales (AN), F 12 9640, Affaire : éditions Elcé, Mémoire de défense, 10 octobre 1945.

38 Lucien Coquet, Candide et l’Armistice, Paris, Elcé, 1942.

39 Raymond Poidevin, Les relations économiques et financières entre la France et l’Allemagne de 1898 à 1914, Paris, 1969, p. 415-417, réédité par le Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1998.

40 Lucien Coquet, Candide..., op. cit. p. 173-201.

41 Raymond Poidevin, Les relations économiques..., op. cit., p. 450-457.

42 Les Premiers Européens. Annuaire européen illustré, Paris, 1931, p. 1102.

43 Guillaume Kérouredan, Un aspect..., op. cit., p. 476, note 2.

44 Guillaume Kérouredan, Un aspect..., op. cit., liste p. 21-22.

45 Georges Lefranc, Les organisations..., op. cit., annexe IX, p. 329-331.

46 Cf. Heidrun Homburg : « Warenhausunternehmen und ihre Gründer in Frankreich und Deutschland oder : eine diskrete Elite und mancherlei Mythen », Jahrbuch für Wirtschaftsgeschichte, 1992/1, s. 183.

47 Jacques du Closel, Les grands magasins français..., op. cit., p. 28-29.

48 Michaël B. Miller, Au Bon Marché (1869-1920). Le consommateur apprivoisé, Paris, 1987 ; Fernand Laudet, La Samaritaine : le génie et la générosité de deux grands commerçants, Paris, 1933.

49 Bernard Brizay, Le patronat..., op. cit., p. 33.

50 Ibid., p. 33, d après le témoignage d’Eugène Descamps (CFDT).

51 Gérard Noiriel, « Du “patronage” au “paternalisme” : la restructuration des formes de domination de la main-d’œuvre ouvrière dans l’industrie métallurgique », Le Mouvement social, n° 144, juillet-septembre 1988, p. 17-35.

52 Cf. la synthèse des approches de ce thème réalisée par André Gueslin à partir de l’historiographie récente du patronat industriel : « Le paternalisme revisité en Europe occidentale (seconde moitié du xix1, début xxe siècle) », Genèses, 7, mars 1992, p. 201-211.

53 Cette tradition est perpétuée dans l’entre-deux-guerres par Gabriel Cognacq, formé par l’École des hautes études commerciales, qui offre selon Marc Meufeau « le plus bel exemple de conformité avec l’esprit traditionaliste traditionnel ». Marc Meuleau reproduit un discours au personnel de 1934, « florilège des grands thèmes, l’entreprise-famille, le patron-père et les fondateurs-héros ». Cf. Marc Meuleau, Les HEC et l’évolution du management en France (1881- années 1980), thèse de doctorat d’État, (dir. Maurice Lévy-Leboyer), Université de Paris-X, avril 1992, volume 1, p. 746-747.

54 Michaël B. Miller, Au Bon Marche..., op. cit., introduction.

55 Ibid., p. 85.

56 Michel Launay, Le syndicalisme chrétien en France, Paris, 1994. C’est au siège du SECI que se constitue en 1920 la CFTC.

57 Henri Mercillon, La rémunération des employés, Paris, 1955.

58 On lira avec intérêt les témoignages recueillis par Anne Marrast auprès de vingt-trois vendeuses de grands magasins. Cf. Anne Marrast, Mémoires des grèves de 36 dans les grands magasins, maîtrise, (dir. Antoine Prost et Lucette Le Van-Lemesle), Université de Paris-I, 1986, chap. III, p. 44 sqq.

59 Monique Couteaux, Les femmes et les grèves de 1936 : l’exemple des grands magasins, maîtrise, (dir. Michelle Perrot), Université de Paris-VII, 1975.

60 Entretien avec M. Michel Lacour-Gayet du 10 mars 1994.

61 Papiers personnels de Michel Lacour-Gayet, (PPMLG), plaquette dix-neuf novembre mil neuf cent quarante-sept éditée à l’occasion de la remise de son épée d’académicien à Jacques Lacour-Gayet, allocution de Gabriel Cognacq, de l’Académie des Beaux-Arts.

62 Entretien avec M. Max Heilbronn du 21 avril 1994. La présence de Jacques Lacour-Gayet nous a été confirmée par son fils M. Michel Lacour-Gayet dans un entretien du 10 mars 1994. Le dossier de légionnaire de Gabriel Cognacq (AN, F 12 8556) atteste ses fonctions de sous-intendant militaire adjoint, puis de directeur des coopératives d’armée durant la Première Guerre mondiale.

63 Philippe Bernard, La fin d’un monde (1914-1929), Paris, 1975, p. 33-36.

64 François Faraut, Histoire de la Belle Jardinière, op. cit., p. 102.

65 Ibid, p. 103.

66 GEGM, PV du 6 juin 1919.

67 GEGM, PV du 1er juillet 1919.

68 Ibid, PV du 11 juillet 1919. Les représentants désignés auprès du Groupement sont : BHV, Henri et Paul Lillaz, Henri Viguier ; Belle Jardinière, Paul Bessand, Bigorne et Verde Delisle ; Bon Marché, Anselme Caslot, Auguste Dru et Pillon ; Galeries Lafayette, Théophile Bader, Raoul Meyer et Robert Lévy ; Louvre, Michel Mâchait, Baune et Renaudin ; Printemps, Pierre Laguionie, Poulet et Vigneras ; Samaritaine, Emest et Gabriel Cognacq ; Trois Quartiers, Georges et René Portier.

69 GEGM, PV du 6 novembre 1919.

70 Ibid., PV des 11 juillet 1919 et 22 juillet 1919.

71 Ibid., PV du 3 octobre 1919.

72 Ibid., PV des 31 octobre 1919 et 5 décembre 1919.

73 Ibid., PV des 22 avril 1919, 6 mai 1919, 15 mai 1919 et 30 septembre 1919.

74 Ibid., PV des 3 juin 1920, 15 juin 1920, 1" juillet 1920 et 21 octobre 1920.

75 Ibid., PV du 10 janvier 1921.

76 GEGM, PV des 2 septembre 1919, 5 septembre 1919, 22 septembre 1919, 23 septembre 1919 et du 6 novembre 1919.

77 Ibid., PV du 1er avril 1920.

78 Antoine Prost, Les anciens combattants et la société française, Paris, 1977.

79 Sur l’activité de ce groupe de pression, cf. Jean-Marie Mayeur, La vie politique sous la Troisième République, Paris, 1984, p. 301, et Jean-Noël Jeanneney, L’Argent caché, Milieux d’affaires et pouvoirs politiques dans la France du xxe siècle, Paris, 1982, p. 30. Des documents privés font état de ces appels de fonds de l’Union des intérêts économiques (UIE) auprès des grands magasins mais ils n’ont pas été cites dans cet ouvrage en raison de l’interdiction formelle de la personne qui les détient actuellement.

80 Jean-Noël Jeanneney, François de Wendel en République. L’argent et le pouvoir (1914-1940), Paris, 1976 ; id., L’Argent caché..., op. cit. ; Jean-Marie Mayeur, La vie politique..., op. cit., p. 299-302.

81 René Rémond, Les droites en France, Paris, 1982, p. 186-187.

82 Ibid., p. 193-194 ; Jean-Marie Mayeur, La vie politique..., op. cit., p. 298-299.

83 Jean Gicquel, Lucien Sfez, Problèmes de la réforme de l’État en France depuis 1934, Paris, 1965, chapitre III, section II, p. 90-106.

84 Ibid., p. 98. Citation d’un article de Henri de Kérillis dans L’Écho de Paris du 24 octobre 1934.

85 Élu député de la Drôme en 1910, sous l’étiquette SFIO, Henri Roux-Costadau va répudier le marxisme après la guerre. Il fonde en 1922 La Libre Opinion qui préconise la révision de la Constitution pour renforcer les pouvoirs de l’exécutif. Il rejoint avant la Seconde Guerre les rangs du PPF (Cf. Jean Jolly (dir.), Dictionnaire.... op. cit., t.VIII, Paris, 1977).

86 Guillaume Kérouredan, Un aspect.... op. cit., p. 725.

87 D’après G. Kérouredan, op. cit.

88 GEGM, PV du 11 juillet 1919.

89 Jean-François Sirinelli, Génération intellectuelle. Khâgneux et normaliens dans l’entre-deux-guerres, Paris, 1988, p. 662.

90 Georges Lacour-Gayet, Talleyrand, Paris, 1990 (rééd.). Préface de François Furet.

91 Notice sur la vie et les travaux de Jacques Lacour-Gayet (1883-1953) par M. Maxime Leroy, membre de l’Académie, lue dans la séance du 20 février 1956, Institut de France, Académie des Sciences morales et politiques.

92 Entretien avec M. Michel Lacour-Gayet du 10 mars 1994.

93 Attirons d’emblée l’attention sur le fait que les deux frères furent longtemps confondus par les historiens, et que Robert, l’inspecteur des Finances, avait été jusqu’à une date très récente le seul à les intéresser.

94 Sur la naissance de la Compagnie Bône-Guelma, cf. Mohammed Lazhar Gharbi, « Rapports financiers de la Compagnie Bône-Guelma avec l’État et la banque de Paris et des Pays-Bas (1877-1883) », Revue d’histoire des chemins de fer, n° 7, Paris, automne 1992, p. 29-39. Par ailleurs, nous indiquons l’existence aux Archives nationales d’un fonds d’archives de la Compagnie : cote 156 AQ – Compagnie du chemin de fer de Bòne à Guelma (1875-1976), soumis à autorisation. Il n’a pas été consulté dans le cadre de cette étude.

95 Jacques Lacour-Gayet, « Chemins de fer de Tunisie », Revue des Deux-Mondes, n° du 15 mai 1911 ; id., « Les chemins de fer de l’Algérie », Revue financière universelle, 1912 ; id., « Le chemin de fer de l’Ouenza », bureaux de la Revue politique et financière, 1912.

96 PPMLG, dossier de remerciements « Chemin de fer de Tunisie », lettre du 29 mars 1914, à en-tête du Musée des Antiquités algériennes et d’Art musulman, signature indéchiffrable.

97 Jacques Lacour-Gayet, « Chemins de fer de Tunisie », art.cit., p. 16.

98 Id., « Le chemin de fer de l’Ouenza », art. cit., p. 10.

99 Cf. Claude Paillât, Dossiers secrets..., op. cit., t. I, p. 445 : « Député de Bordeaux depuis 1902, son activité est intense sur les budgets du commerce et de l’industrie, les problèmes du tarif général des douanes, le négoce des vins de Bordeaux ».

100 PPMLG, dossier de remerciements « Les chemins de fer de l’Algérie ».

101 Jacques Lacour-Gayet, « Chemins de fer de Tunisie », art. cit.

102 Id., « Le chemin de fer de l’Ouenza », art. cit.

103 Entretien avec M. Michel Lacour-Gayet le 10 mars 1994.

104 PPMLG, dossier de remerciements « Chemins de fer de Tunisie », lettre du 26 mars 1919 à la signature illisible.

105 GEGM, PV du 11 juillet 1919.

106 GEGM, note G 322, déjeuner du 22 décembre 1938 à l’hôtel Crillon.

107 GEGM, PV du 7 juillet 1924.

108 Cf. le témoignage de Robert Lacour-Gayet qui décrit Bokanowski comme, « un grand ami de mon frère » dans « D’une guerre à l’autre. Souvenirs d’un jeune inspecteur des finances », Etudes et documents, III, 1991, p. 421-463.

109 Adrian Rossiter, Experiments with corporatist politics in Republican France (1916-1939), D.Phil., Oxford, 1986, p. 113-114.

110 Bénédicte Constantin, La Chambre de commerce internationale (1919-1935), maîtrise, (dir. René Girault), Université de Paris-I, 1989 ; Laure Bravard, La Chambre de commerce internationale dans l’entre-deux-guerres (¡919-1935), maîtrise, (dir. François Caron), Université de Paris-IV, 1991.

111 CCIP, 1-7.40 (1), liste des membres du comité national français (CCI) en 1927.

112 Ibid., liste des représentants du comité national français dans les comités d’études de la CCI, ensemble concernant le début des années vingt.

113 CCIP, 1-7.40 (1), circulaire n° 2, décembre 1945. Mise en place de nouveaux groupes d’études et de commissions ; Groupe 1 Production-Distribution, rapporteur du comité de la distribution : Jacques Lacour-Gayet, président : Emile Bernheim.

114 GEGM, PV du 4 janvier 1926.

115 Ibid., PV du 18 février 1926.

116 Ibid., PV du 13 octobre 1927, 3 novembre 1927, 8 décembre 1927, 28 juin 1928.

117 Ibid., PV du 20 septembre 1928.

118 Ibid., PV du 29 novembre 1934.

119 Ibid., PV du 24 février 1928, nécrologie.

120 Ibid., PV du 29 septembre 1932, nécrologie.

121 Antoine Prost, « Les grèves de juin 1936. Essai d’interprétation », dans FNSP, Léon Blum, chef de gouvernement – Actes du colloque, mars 1965, Paris, 1967, p. 70 : « Cette seconde phase est celle de la généralisation des grèves qui gagnent d’autres secteurs : les grands magasins, les industries chimiques, le bâtiment, le textile ».

122 Monique Couteaux, Les femmes .... op. cit.

123 Anne Marrast, Mémoires des grèves..., op. cit., p. 44 sqq.

124 GEGM, PV du 3 juin 1936.

125 D’après les chiffres donnés par Monique Couteaux, Les femmes..., op. cit. À la date du 6 juin : 6 000 grévistes aux Galeries Lafayette, 5 000 au Printemps, 300 au BHV, 3 000 aux Trois Quartiers, 2 500 aux Magasins Réunis.

126 GEGM, PV du 3 juin 1936.

127 Ibid.

128 François Faraut, Histoire de La Belle Jardinière, Paris, 1987, p. 114-115.

129 GEGM, PV du 4 juin 1936.

130 Ibid., PV du 6 juin 1936.

131 Ibid., PV du 7 juin 1936.

132 Ibid., PV du 8 juin 1936.

133 GEGM, PV du 5 juin 1936, 2e séance.

134 Ibid., PV du 5 juin 1936.

135 Ibid., PV du 7 juin 1936.

136 Ibid., PV du 6 juin 1936 : « [...] M. Picquenard, directeur du Travail, a proposé au Groupement une réunion paritaire sous sa présidence au ministère du Travail » ; PV du 7 juin 1936.

137 Ibid., PV du 8 juin 1936. Cf. l’article d’Etienne Gout, Pierre Juvigny, Michel Mousel, « La politique sociale du Front Populaire », dans FNSP, Léon Blum..., op. cit.,

138 Ibid., PV du 8 juin 1936.

139 Ibid., PV du 8 juin 1936, 2e séance.

140 Ibid., V séance.

141 GEGM, PV du 21 juin 1936. On trouvera la reproduction de la Convention collective de travail des employés de la nouveauté en annexe de la maîtrise d’Anne Marrast, Mémoires des grèves..., op. cit., p. 125-131.

142 Ibid., PV du 11 juin 1936, 2e séance.

143 Ibid., PV des 13 et 14 juin 1936.

144 Ibid., PV du 10 juin 1936, 2e séance.

145 Ibid., PV des 12 juin, 15 et 18 juin 1936. Le Louvre avait quitté le Groupement en avril 1934. Il le réintégrera en novembre 1937.

146 Ibid., PV du 18 juin 1936.

147 Ibid., PV du 10 décembre 1936.

148 D’après les remarques de Patrick Lafond, L’application..., op. cit., p. 14-15.

149 GEGM, PV du 2 avril 1937.

150 Cf. Patrick Lafond, L’application..., op. cit., p. 16-17.

151 GEGM, PV du 14 janvier 1937.

152 Ibid., PV du 14 décembre 1937.

153 Ibid., PV du 31 juillet 1936. La composition des vingt sections professionnelles a été fixée par les décrets des 23 et 24 juillet 1936.

154 Michel Margairaz, L’État, les finances..., op. cit., p. 337-344.

155 GEGM, PV du 18 mars 1937 et du 18 novembre 1937.

156 Ibid., PV du 14 octobre 1937.

157 Fenacomult, comptes rendus annuels, assemblée générale du 23 juin 1939.

158 Ingo Kolboom, La revanche des patrons..., op. cit.

159 Ingo Kolboom citait les industries textiles, la boucherie ; le cas des grands magasins, entreprises qui comptent un grand nombre d’employés et qui voient leurs charges sociales s’accroître brutalement, renforce cette analyse.

160 Richard Vinen, The politics of French Business..., op. cit.

161 GEGM, PV du 16 juillet 1936.

162 Annuaire bleu, 1938.

163 GEGM, PV du 1er octobre 1936 et du 8 juillet 1937.

164 Raymond Boisdé, Commerce et corporations, Paris, 1941.

165 Cf. Erling Bjol, La France devant l’Europe. La politique européenne de la IVe République, Copenhague, 1966, chap. IX, « Les indépendants ». Cf. également Luc Marco, « Raymond Boisdé (1899-1981) », Les professeurs au Conservatoire national des arts et métiers. Dictionnaire biographique 1794-1955, A-K, dir. Claudine Fontanon et André Grêlon, Paris, 1994, p. 197-209 ; et la notice biographique dans Dictionnaire des parlementaires français. Notices biographiques sur les parlementaires de 1940 a 1958, t. 2, Paris, 1992, p. 416-418.

166 Raymond Boisdé, Commerce ..,. op. cit., p. 197-198.

167 Ibid., p. 198.

168 Raymond Boisdé, Commerce .... op. cit., p. 199.

169 André François-Poncet, La vie et l’œuvre de Robert Pinot, Paris, 1927, p. 108. Cf. le portrait plus piquant que dresse Claude Paillât de ce « premier apparatchik patronal » dans Dossiers secrets..., op. cit., t. 1, p. 189.

170 Parmi les membres du réseau de Lacour-Gayet devenus fonctionnaires patronaux, citons Jean Proix (promotion 1913), sous-directeur de l’Union des fabricants d’huile de France ; René Arnaud (promotion 1914), secrétaire général de la CGPF ; Pierre Benaerts, agrégé d’histoire, délégué général de la Confédération nationale des commerces et industries de l’alimentation.

171 Fenacomult, procès-verbaux, 9 juillet 1937 ; ibid., comptes rendus annuels, assemblée générale du 23 juin 1939, Statuts, p. 27-30.

172 Fenacomult, comptes rendus annuels, assemblée générale du 23 juin 1939, rapport du comité directeur.

173 Fenacomult, AG du 17 mars 1948, encadré sur Michel Chaudun.

174 Raymond Boisdé, Commerce..., op. cit., p. 201.

175 Galeries Lafayette, registre des délibérations du conseil d’administration, 8 novembre 1918.

176 Ibid., 24 novembre 1923.

177 1865-1965, Printania. Cent ans de jeunesse, p. 107. La revue Printania, créée en 1927, cesse de paraître en avril 1936 avant de reprendre en avril 1951.

178 Max Heilbronn, Galeries Lafayette, Buchenwald, Galeries Lafayette, Paris, 1989.

179 Entretien avec M. Max Heilbronn du 21 avril 1994.

180 Max Heilbronn, Galeries Lafayette..., op. cit., p. 27.

181 Raymond Boisdé, Commerce op. cit., p. 196.

182 AN, F 12 8556, Gabriel Cognacq.

183 Gabriel Cognacq, Le commerce intérieur, édition spéciale du CAED, Paris, juillet 1938.

184 Jacques Lacour-Gayet, Les charges sociales et fiscales des entreprises à commerces multiples, publications du CAED, n° XXII, Paris, 1939.

185 Jacques Lacour-Gayet, « Un essai d’économie orientée », Revue de Paris, numéro du 15 février 1939.

186 PPMLG, dossier de remerciements « Économie orientée. Charges fiscales », 1939.

187 On peut se reporter pour cela à l’article de Jacques Lacour-Gayet, « Un essai... », op. cit.

188 GEGM, Notes 11, 1938-1946, rapport présenté par M. Robaglia, p. 9, cf. annexe 2, p. 489.

189 Ibid, p. 14, annexe 2, p. 493.

190 Fenacomult, comptes rendus annuels, AG du 23 juin 1939, rapport du comité directeur.

191 GEGM, PV du 16 juillet 1936. Cf. Patrick Lafond, L’application..., op. cit., p. 45-53.

192 Ibid., PV du 2 avril 1937.

193 Ibid., PV des 10 et 15 avril 1937.

194 Fenacomult, comptes rendus annuels, AG du 23 juin 1939, rapport du comité directeur.

195 GEGM, Notes II, 1938-1946, note G 303, accord conclu le 14 octobre 1938 en commission nationale de conciliation, paragraphe 5.

196 Ibid., note G 304.

197 Ibid., PV du 3 janvier 1939.

198 Pour une analyse générale, cf. Michel Margairaz, L’État..., op. cit., p. 447-451 et p. 468-475.

199 Patrick Fridenson, « Le patronat français », dans René Rémond et Janine Bourdin (dir.), La France et les Français en 1938-1939, Paris, 1978, p. 145.

200 GEGM, PV du 28 novembre 1938.

201 Ibid., Notes 11, 1938-1946, note G 315.

202 GEGM, Notes 11, 1938-1946, note 336, lettre de Puissant au ministère du Travail du 16 mars 1939.

203 Ibid., note G 344, lettre de Charles Pomaret au président du Groupement d’études des grands magasins. L’enquête est confiée à Jacques Robaglia, conseiller technique au ministère du Commerce.

204 Ibid., lettre de la direction générale du Travail et de la Main-d’œuvre au président du Groupement d’études des grands magasins, le 4 mai 1939.

205 Ibid., note G 2174/5S, lettre du Groupement d’études des grands magasins au ministre du Travail du 8 mai 1939.

206 GEGM, note G 359, sentence arbitrale rendue par M. Husson, conseiller de Préfecture de la Seine, le 16 juin 1939.

207 Ibid.

208 Ibid., note G 367, sentence sur-arbitrale rendue par M. Baudat, vice-président du tribunal civil de Versailles, le 6 juillet 1939.

209 Fenacomult, comptes rendus annuels, AG du 23 juin 1939, rapport du comité directeur.

210 GEGM, Notes 11, 1938-1946, rapport présenté par M. Robaglia, op. cit. L’idée d’une reprise des affaires en 1938-1939 est tempérée par l’analyse que fait Philippe Verheyde du cas des Galeries Lafayette, dans « Les Galeries Lafayette (1889-1955). Histoire économique d’un grand magasin », Études et documents, V, 1993, p. 201-235. Il souligne certes la reprise de l’activité à partir de 1936, après la chute du chiffre d’affaires depuis 1930. Mais il fait observer que, au regard de l’inflation, elle demeure insuffisante et que la chute se poursuit exprimée en francs constants. L’augmentation des ventes entraînée par l’Exposition de 1937 est contrebalancée par l’accroissement des salaires. Au total, la marge nette dégagée subit une baisse constante, forte jusqu’en 1935 ; plus faible ensuite, mais bien réelle.

211 Ibid., note G 2698 7SB, lettre de Roger Gompel, président du GEGM au ministre du Travail, le 27 octobre 1939.

212 GEGM, Noies 11, 1938-1946, note G 390, lettre de Charles Pomaret, ministre du Travail au président du GEGM, le 28 octobre 1939.

213 Ibid.

214 Fenacomult, comptes rendus annuels, AG du 1er mars 1940.

215 GEGM, PV du 10 octobre 1939.

216 Loi du 11 juillet 1938 sur l’organisation générale de la nation pour le temps de guerre. Publication du Cil, mise à jour de juillet 1942, titre IV « Organisation économique en temps de guerre ».

217 Fenacomult, comptes rendus annuels, AG du 1er mars 1940.

218 Cf. notamment l’entretien avec M. Jeff Brandel du 19 juin 1992.

219 Fenacomult, comptes rendus annuels, AG du 1er mars 1940.

220 Ibid.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540