Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un milieu libéral et européen

 | 
Laurence Badel

Introduction

Texte intégral

  • 1 François Furet, Penser la Révolution française, Paris, 1978, p. 24.
  • 2 René Girault, « L’histoire des relations internationales peut-elle être une histoire totale ? », E (...)

1Les recherches sur les prémices et les débuts de la construction européenne se sont multipliées et organisées depuis la fin des années mil neuf cent quatre-vingt et ont donné lieu à de premières publications fondées sur des approches neuves. Et pourtant, il n’en pèse pas moins sur elles un soupçon. Certains dénoncent la tentation téléologique qu’auraient manifestée des écrivains ou des historiens de proposer une relecture finalisée de l’histoire du xxe siècle européen et, pour cette raison, dénient à l’idée d’Europe le statut d’objet d’histoire. Ce soupçon se double parfois d’un esprit polémique qui atteste que cet objet historique appartient à une véritable histoire du « temps présent ». L’heure n’est pas encore venue où l’on pourrait reprendre le constat dressé, en son temps, par François Furet à propos de la Révolution française et estimer qu’à son tour l’idée d’Europe est devenue un objet historique froid1. Le soupçon est légitime dans la mesure où tout historien écrit pour son époque et où son discours est en partie déterminé par les schémas mentaux et les enjeux de celle-ci. Il ne saurait pour autant empêcher une telle recherche au nom d’un raisonnement spécieux. Les incertitudes contemporaines sur le devenir de la construction européenne ne peuvent interdire une interrogation rétrospective susceptible d’ailleurs d’éclairer pour partie ces incertitudes. Ne peut-on faire confiance à l’historien pour appliquer ce « principe élémentaire de toute étude historique »2 : ne pas substituer ses préoccupations de citoyen ou de militant aux centres d’intérêts des contemporains de la période étudiée ? En dépit de l’importante littérature déjà suscitée par la très jeune histoire de la construction européenne, il faut rappeler qu’elle ne peut plus être confondue avec un récit hagiographique.

  • 3 Nicolas Rousselier, « La ligne de fuite. L’idée d’Europe dans la culture politique française », Vi (...)

2On s’étonne par ailleurs de lire ce jugement récent porté sur une époque de mieux en mieux comprise : « Dans l’entre-deux-guerres, par exemple, une histoire de l’idée européenne en France est avant tout un récit dont les acteurs sont des groupes minoritaires qui oscillent entre le lobbying économique ou diplomatique et le non-conformisme intellectuel »3. Il ne faudrait pas que le prisme unique de la « culture politique » occultât la multiplicité des approches déployées pour cerner la spécificité de la période. Pourquoi présenter le lobbying comme une pratique politique de second ordre, en éludant la question de son influence possible sur la prise de décision ? Aussi notre premier souhait est-il de contribuer à dédramatiser cette histoire de l’union européenne. Ni récit des origines, ni discours militant, il s’agit de l’étude globale d’un milieu – le grand commerce – où, sous des influences multiples, se fît jour un projet d’Europe.

  • 4 Hans-Manfred Bock, « Les relations culturelles franco-allemandes entre Locarno et Vichy. Un champ (...)
  • 5 Jean-Luc Chabot, L’idée d’Europe unie de 1919 à 1939, thèse pour le doctorat en science politique, (...)
  • 6 Jean-Baptiste Duroselle, « 1948 : les débuts de la construction européenne », dans Raymond Poidevi (...)

3L’intérêt pour ce milieu est le fruit de recherches initialement engagées dans le domaine des mouvements européens. Souhaitant nous départir de la perspective institutionnelle qui orientait encore la majorité des travaux sur l’unification de l’Europe, nous nous sommes intéressée à ces « organisations associatives » (gesellschaftliche Organisations-Strukturen) qui se multiplient en France après la Première Guerre mondiale avec la mise en place par le Quai d’Orsay d’une véritable politique culturelle extérieure et l’esquisse d’un rapprochement franco-allemand4. Au nombre de ces organismes privés ou reconnus d’utilité publique, nationaux ou internationaux – cercles pacifistes et confessionnels, groupements universitaires et milieux scientifiques – qui tentent de « rompre avec l’isolement national de l’espace public » (Durchbrechung der nationalstaatlichen Einhegung der Öffentlichkeit) et de s’ouvrir aux préoccupations des pays voisins, les mouvements pro-européens occupent une place non négligeable. Leur intérêt historique a été révélé par l’ouvrage de Jean-Luc Chabot dont le double apport a été d’en proposer la recension quasiment complète et d’analyser la place tenue par l’idée européenne dans le discours politique de l’entre-deux-guerres5. Il a dégagé la notion d’« européisme » comme avatar de cette idée, dû à sa mutation en une « mystique », dont le comte de Coudenhove-Kalergi s’avère l’un des principaux apôtres. Le même souci d’exhaustivité a animé l’historien allemand Walter Lipgens pour le second après-guerre. Dans Die Anfänge der europäischen Einigungspolitik (1945-1950), paru à Stuttgart en 1977, et demeuré non traduit en France, il a présenté la première somme sur les mouvements, associations et groupements divers qui ont conduit à la formation du Mouvement européen en octobre 1948. Avec la tenue du Congrès de la Haye en mai 1948, manifestation sans précédent, premier rassemblement de tous les mouvements européens devant un parterre de huit cent personnalités, se clôture l’ère des prémices de la construction européenne ; on entre dans l’ère institutionnelle6. La date finale de la présente étude se trouvait ainsi déterminée. Les recherches se concentraient en amont afin de mettre en valeur le processus ayant conduit à ce rassemblement et, en particulier, le rôle tenu par les milieux d’affaires auprès des responsables diplomatiques. Elles reposaient sur l’hypothèse d’une continuité entre les projets économiques des années vingt et ceux de la fin des années quarante, continuité assurée par les associations privées, continuité problématique dont il faudrait analyser les modalités.

  • 7 Cf. Pierre Gerbet, La construction de l’Europe, Paris, 1983, p. 56-69 ; Walter Lipgens, Sources fo (...)
  • 8 Entretien avec M. François Fontaine du 9 février 1991.
  • 9 À l’heure où nous achevions cette recherche, en juin 1996, la Fédération déménageait et quittait c (...)

4L’étude systématique des principaux mouvements apparus après 19457 mit en avant la singularité que présentait la Ligue européenne de coopération économique (LECE), organisation privée transnationale, de tendance libérale et unioniste, plus spécialisée dans l’examen des questions techniques que dans la propagande et composée d’hommes d’affaires et de politiques tels que Edmond Giscard d’Estaing, Hermann Abs, ou Paul Van Zeeland. Un entretien avec François Fontaine engagea la réflexion de manière polémique : l’ancien collaborateur de Jean Monnet soutint qu’à l’époque le rôle de la LECE apparaissait aux monnettistes comme « anecdotique »8. S’y intéresser était entreprendre l’histoire des vaincus : la vision intégrationniste et planifiée de Jean Monnet avait triomphé. Pourtant, la consultation des papiers privés des débuts de la section française vint conforter notre intuition initiale : ce mouvement semblait étroitement lié avec une association française née en 1925 – et dont Jean-Luc Chabot n’avait pas parlé – le Comité d’action économique et douanière (CAED). Lucien de Sainte-Lorette, le vice-président-délégué de la LECE, en avait connu le fondateur, Jacques Lacour-Gayet, le représentant patronal des grands magasins. Un second grand fonds inédit de documentation fut mis à notre disposition grâce à la recommandation du fils de ce dernier, M. Michel Lacour-Gayet : les archives conservées par la Fédération nationale des entreprises à commerces multiples, au siège historique du 11, rue Saint-Florentin9. Les entretiens avec d’anciens collaborateurs de Jacques Lacour-Gayet confirmèrent qu’il y avait matière à la reconstitution d’un parcours individuel – celui de Lacour-Gayet – et collectif – celui du milieu du grand commerce – et que la question de leur rencontre avec l’idée européenne s’avérait pertinente. La constitution du corpus fut achevée. Il se composait des ancêtres plus ou moins lointains de la Ligue tels que le CAED, dont elle se révélait la claire héritière spirituelle, mais aussi de l’Union douanière européenne, du Comité franco-allemand d’information et de documentation et d’un certain nombre de cercles où de premiers schémas d’organisation économique de l’Europe étaient étudiés. La superposition grossière des listes d’adhérents de ces groupements fit apparaître à la fois l’étroitesse des cercles concernés et la spécificité des milieux qu’attirait le CAED : le grand commerce et les cercles tournés vers le commerce international. C’est ainsi que se produisit le retournement de notre sujet. Initialement consacré aux associations privées qui délivraient publiquement un message européen, il se recentra sur l’étude des milieux d’affaires qui, officieusement, les animaient, et, en particulier, sur l’étude d’un milieu encore peu connu, le grand commerce intérieur français, représenté par Jacques Lacour-Gayet. La recherche fut définitivement ancrée à la croisée de deux histoires : celle du grand commerce français dans la première partie du siècle, et celle du processus ayant conduit à l’unification économique de l’Europe.

  • 10 Pierre Renouvin, Jean-Baptiste Duroselle, Introduction à l’histoire des relations internationales, (...)
  • 11 René Girault, « L’histoire des relations internationales peut-elle... », op. cit., p. 33.
  • 12 René Girault, « Le difficile mariage de deux histoires. Économie et relations internationales dans (...)
  • 13 Eric Bussière, Michel Dumoulin, « L’émergence de l’idée d’identité économique européenne d’un aprè (...)
  • 14 Philippe Mioche, « L’adaptation du patronat de la sidérurgie française à l’intégration européenne (...)

5Il s’agissait de démontrer qu’à l’instar de certaines branches des secteurs industriel et bancaire, le grand commerce avait manifesté un intérêt précoce pour l’idée d’Europe. L’analyse des modalités de l’émergence de cet intérêt et de ses modes d’expression serait au cœur de la recherche. Cela impliquait une saisie globale de ce milieu et sa confrontation permanente avec les moments charnières de la vie politique intérieure et internationale. Inscrite dans le domaine de l’histoire des relations économiques internationales, la recherche s’avançait sur un terrain défriché et balisé. Elle bénéficiait du cadre théorique général édifié par Pierre Renouvin. Inspirée par les « forces profondes » que sont les conditions géographiques, les mouvements de population, les intérêts économiques, les traits de psychologie collective, l’histoire diplomatique était sortie des chancelleries pour s’ouvrir aux multiples composantes du monde10. Développant les implications de cette démarche, René Girault définissait l’ambitieux projet en ces termes : « L’histoire des relations internationales sera totalisante ou elle ne sera pas ». Cela supposait le recours aux « techniques des disciplines voisines des sciences humaines », mais aussi de « faire entrer dans nos investigations des champs de recherches historiques en apparence distincts des nôtres »11. Appliqué au domaine particulier des relations économiques internationales, l’effort a, depuis lors, porté sur la réduction de l’autonomie des deux secteurs – le politico-diplomatique et l’économique – qui inspirait la vision de Pierre Renouvin, et sur l’intégration des problématiques propres à l’historien de l’économie à celles des relations internationales12. L’histoire de la construction européenne a été ces dernières années un champ d’expérimentation privilégié. Elle a favorisé la remise en cause du caractère instrumental de l’économie dans l’histoire des relations internationales en restituant à la première la spécificité de son approche et de ses interrogations. Lancés au début de 1989, sous l’impulsion de Michel Dumoulin et Eric Bussière, dans le cadre du programme international de recherches sur l’idée et la conscience européennes initié par René Girault, les travaux sur les milieux économiques ont permis de présenter une première grille d’interprétation de la construction européenne depuis les années vingt13. Au-delà de l’analyse classique des discours sur l’Europe, les interrogations se sont concentrées sur la nature du marché européen et la perception qu’en avaient les entrepreneurs, ainsi que sur l’évolution potentielle des stratégies d’entreprises. L’approche par branche a été privilégiée. De premières recherches sur les secteurs sidérurgique, automobile, charbonnier, bancaire ont tenté d’apprécier le poids propre des grands paramètres structurant la vision européenne des entreprises : appartenance à un patronat national, tradition d’échanges, rôle de la région d’implantation, taille et structures de l’entreprise etc14. L’étude que nous proposons sur le grand commerce se rattache à ce courant historiographique en tentant de mettre en valeur les attitudes spécifiques propres à la culture de branche des grandes entreprises commerciales.

6Toutefois, la nature des sources – les archives des organisations patronales des grands magasins français – et l’approche globale nécessitée par un milieu encore peu connu ont exigé que la recherche se construisît de manière prioritaire autour du second volet du programme défini par Michel Dumoulin et Eric Bussière : l’analyse des structures institutionnelles, des groupes et des hommes ayant animé ce milieu. L’absence d’étude synthétique sur le grand commerce français dans l’entre-deux-guerres requérait la reconstitution préalable de son histoire à l’échelon national et la sélection des traits fondamentaux permettant d’éclairer les prises de position de ce milieu sur la question européenne. La connaissance du milieu conditionnait la définition d’approches méthodologiques spécifiques pour traiter le sujet.

  • 15 Cf. le jugement porté par Patrick Lafond, qui parle d’une « ignorance presque totale » de ce domai (...)
  • 16 Henri Pasdermadjian, Le Grand Magasin, Paris, 1949 ; James B. Jefferys, Derek Knee, Le Commerce de (...)
  • 17 Cf. la tenue à Paris le 17 mai 1995 du colloque « Histoire et performances des entreprises françai (...)
  • 18 Pour une étude approfondie de cette période fondatrice, on se reportera à l’article de Heidrun Hom (...)
  • 19 Cf. Emmanuel Chadeau (dir.), Le Commerce : révolutions, rénovations – Entreprises et histoire, (...)

7Le terme de grand commerce désigne, dans l’entre-deux-guerres, le grand commerce de détail, à commerces multiples ou spécialisé, et recouvre trois types d’entreprises : les grands magasins, les établissements à succursales multiples et les magasins populaires. C’est un secteur dont la connaissance historique a progressé depuis les années soixante-dix15, mais qui demeure cependant moins étudié que le domaine industriel ou, dans le cas des services, le domaine bancaire ou le domaine du petit commerce. Il a donné lieu à des études maintenant anciennes, souvent anecdotiques, qui ressortissent à une histoire culturelle au sens large. Leur caractère hagiographique a en partie été pallié par les témoignages d’anciens responsables d’organismes patronaux ou de grands magasins16. On assiste enfin au développement très récent d’un intérêt pour ce secteur sous l’impulsion d’historiens de l’économie et de la société17. À la décharge des historiens, plusieurs remarques s’imposent. L’individualisme patronal français – stéréotype de la mentalité patronale – s’observe avec une acuité particulière dans les milieux commerciaux. Il a longtemps entraîné leur indépendance, consciente, vis-à-vis de l’ensemble du monde patronal industriel. Très mal représenté au sein d’une Confédération générale de la production française, qui était presque exclusivement une organisation de l’industrie, le grand commerce a été marginalisé dans les études historiques portant sur le patronat français. En outre, la période chronologique qui nous intéresse – l’entre-deux-guerres et les années quarante – a été particulièrement délaissée. Cette situation est en partie imputable aux sources. La documentation importante dont on dispose aux Archives nationales porte essentiellement sur le xixe siècle et la période glorieuse des grands magasins ; on trouverait sans doute également des éléments sur cette période dans les archives de la Préfecture de police de Paris ou dans celles de la Chambre de commerce et d’industrie de Paris18. À l’autre extrémité de la chaîne chronologique, des études se sont développées très récemment sur la nouvelle révolution commerciale que constitue l’apparition des hypermarchés en France19. Si l’on excepte l’intérêt périodiquement porté à la naissance des magasins populaires, dits encore magasins « à prix uniques », l’entre-deux-guerres demeure le parent pauvre. Il apparaît en ligne d’horizon à titre de faire-valoir pour une Belle Époque qui fut aussi celle des grands magasins ; ou bien comme une période d’innovation à l’étranger, dont les pratiques commerciales en France ne seraient qu’un pâle reflet ; ou encore comme le moment de l’amorce d’un déclin annoncé des grands magasins, ce qui légitime en quelque sorte les études accordées à d’autres types de secteurs commerciaux plus dynamiques dans les années 1950-1960.

  • 20 Entretien avec M. René Decez, directeur-adjoint du Printemps, du 12 mai 1994.
  • 21 Cf. François Faraut, Histoire de la Belle Jardinière, Paris, 1987 ; et Michael Miller, Au Bon Marc (...)
  • 22 Marc Meuleau, Les HEC et l’introduction du management en France (1880 – années quatre-vingt), thès (...)
  • 23 Marie-Emmanuelle Chessel, L’émergence de la publicité. Publicitaires, annonceurs et affichistes da (...)

8L’écueil des sources peut néanmoins être contourné et une analyse sérieuse de l’entre-deux-guerres entreprise. Le Printemps et les Galeries Lafayette ne disposent que de très maigres fonds, et de catalogues20. Mais des magasins comme La Belle Jardinière, le Bon Marché, les Trois Quartiers, la Samaritaine ont conservé en grande partie leurs archives chez eux : certaines couvrent l’entre-deux-guerres et ont fait l’objet d’une exploitation21. Deux thèses récentes viennent en outre de démontrer qu’il est possible de suppléer aux lacunes des archives de l’entreprise et de traiter de l’entre-deux-guerres. Grâce au dépouillement des « études de cas » pratiquées au sein du Centre de préparation aux affaires de la Chambre de commerce de Paris, Marc Meuleau a mis en place une présentation convaincante de la modernisation du Printemps, entreprise au profil avant-gardiste dans la gestion des hommes et des fonds, qui tranche avec l’image plus familiale que donnent, encore dans les années trente, La Samaritaine, voire le Bon Marché22. De son côté Marie-Emmanuelle Chessel a également utilisé les études du Centre de préparation aux affaires en élargissant l’enquête aux méthodes publicitaires requises par les grands distributeurs pour moderniser leur pratique commerciale23. De la même manière, les procès-verbaux des assemblées du Groupement d’études des grands magasins et de la Fédération nationale des entreprises à commerces multiples, couplés avec les notes émanant de ces deux organismes ainsi qu’avec les archives qui ont été conservées, nous ont fourni une documentation inédite et permis de poser de premiers jalons. En effet, même si nous en traçons les grandes lignes chronologiques, nous n’entreprenons ni une histoire sociale, ni une histoire économique du grand commerce. Notre propos a été de mettre en valeur les facettes multiples – politiques, sociales, culturelles, idéologiques – d’un milieu où se firent jour, dans les années vingt, une réflexion sur l’union européenne et un projet européen qui se développèrent avec une continuité remarquable dans le second après-guerre. Nous livrons donc le fruit d’une appréhension croisée et synthétique, non de la vie économique et sociale des entreprises du grand commerce, mais de la lente organisation de ce milieu, de son insertion au sein du monde patronal et de sa représentativité croissante auprès des pouvoirs publics grâce à une réflexion sur sa propre condition, sur la place qu’il occupe au sein de la société, sur sa valeur morale et sa valeur économique dans les rapports unissant la production, la distribution et la consommation. On accordera ainsi un intérêt particulier à ses prises de position à trois moments clés de la vie politique française – le Front populaire, l’État français, la Libération -dans la mesure où ils agirent comme des révélateurs et des pierres de touche du sentiment constitutif du grand commerce : le libéralisme. Ce paramètre est selon nous capital pour comprendre la réceptivité du grand commerce à l’idée européenne. Trois grands types d’approches ont été mis en œuvre pour le démontrer : une histoire du patronat et de ses réseaux, une histoire de la prise de décision en politique étrangère, une histoire de l’idéologie en politique étrangère.

  • 24 Jean-Claude Allain, « De la personnalité au groupe de décision : leur pouvoir sur le cours de l’hi (...)
  • 25 Giovanni Levi, « Les usages de la biographie », Annales ESC, novembre-décembre 1989, n° 6, Histoir (...)
  • 26 Jean-Noël Jeanneney, L’argent caché. Milieux d’affaires et pouvoirs politiques dans la France du x (...)
  • 27 Cf. l’historique dressé par Jean-Claude Allain dans « Le groupe dirigeant dans la conduite des rel (...)
  • 28 Cf. René Girault, Robert Frank, La puissance en Europe (1938-1940) – Actes du colloque de Sèvres, (...)
  • 29 René Girault (dir.), Identité et conscience européennes au xxe siècle, Paris, 1994, p. 16-19.
  • 30 Olivier Feiertag, Wilfrid Baumgartner, les finances de l’État et l’économie de la Nation (1902-197 (...)

9« [...] Toute biographie est-elle utile à l’histoire, celle des relations internationales notamment ? », questionnait récemment Jean-Claude Allain, dans le prolongement d’un débat également mené depuis une vingtaine d’années par les historiens de la vie intérieure française24. En dépit des réticences qui se manifestent encore, la biographie a reconquis ses lettres de noblesse, en prenant ses distances avec l’écueil de l’analyse psychologique, en veillant à inscrire l’homme dans son milieu, et en faisant siens les acquis de la démarche sociologique qui privilégie les notions de « réseau » et de « capital social »25. L’histoire des milieux d’affaires n’est pas en reste, qui s’est redéployée, sous l’impulsion de Jean-Noël Jeanneney, en une « cartographie des réseaux », mais qui ne néglige pas de revendiquer « l’impérieuse nécessité, à chaque génération, de mener l’étude approfondie et monographique de quelques personnages clés qui sont installés aux carrefours de plusieurs mondes »26. Appelée à traiter elle aussi des milieux d’affaires, l’histoire des relations économiques internationales a développé une réflexion importante articulée autour des notions de « groupe » et de « milieu ». La première s’enracine dans les recherches menées au début des années soixante-dix autour de Jean-Baptiste Duroselle sur la prise de décision27 ; la seconde est le fruit d’une démarche méthodologique adoptée par René Girault au début des années quatre-vingt pour étudier la perception de la puissance qu’avaient d’elles-mêmes les grandes nations européennes en 1938, en 1945 et en 1956. Mise en œuvre de manière empirique dans de premiers colloques28, elle a ensuite été reprise et systématisée dans les recherches sur l’identité européenne, et organisée autour de l’étude de grands cercles d’activité socio-professionnelle : milieux militaires, milieux économiques, milieux diplomatiques, milieux intellectuels etc.29 Des biographies très récentes ont enfin cherché à inscrire dans la vie internationale l’action de responsables économiques à la croisée de multiples pouvoirs30.

  • 31 Denis Maréchal, Radio-Luxembourg (1933-1993). Un Média au cœur de l’Europe, Nancy, 1994 ; Pascal L (...)

10Ces précédents nous ont débarrassée de toute prévention excessive contre l’abord de notre milieu d’étude, le grand commerce, à travers un personnage principal, Jacques Lacour-Gayet, son représentant patronal. À l’origine de la création des groupements patronaux du grand commerce – le Groupement d’études des grands magasins en 1919, la Fédération nationale des entreprises à commerces multiples en 1937 –, fondateur du Comité d’action économique et douanière en 1925, membre de conseils d’administration et de nombreux organismes consultatifs, c’est son activité d’administrateur-délégué de Radio-Luxembourg de 1931 à 1953 qui a fait naître très récemment l’intérêt d’historiens pour ce personnage pour le moins oublié, ou au mieux confondu avec son frère, Robert Lacour-Gayet, l’inspecteur des Finances31. Avec Jacques Lacour-Gayet se met en place une nouvelle figure de haut fonctionnaire patronal, dont le conservatisme social contraste avec l’intérêt pour toute forme de modernité technique. Sans être issu du milieu qu’il sert, il en épouse suffisamment les intérêts pour être considéré comme représentatif de celui-ci et justifier notre approche. Ambitieux, il use de ses cercles de relations pour obtenir la reconnaissance de son milieu d’origine et son élection à l’Institut. Son originalité nous semble avoir résidé dans son incarnation d’un libéralisme pur, intégral, dont il a paru important de proposer l’analyse des stéréotypes du discours à la fin de sa carrière. Puissent donc ses apparitions récurrentes à certains moments clés de l’étude – en 1919, en 1937, en 1942, en 1953 – convaincre que l’étude de son itinéraire apporte des éléments à l’intelligence de la période qui s’étend des années vingt à la fin des années quarante.

  • 32 L’expression est de Jean-Claude Allain, « De la personnalité au groupe de décision... », op. cit.
  • 33 Jean-François Sirinelli, « Effets d’âge et phénomènes de génération dans le milieu intellectuel fr (...)
  • 34 René Girault, « Diplomatie et banque pendant l’entre-deux-guerres », Relations internationales, (...)

11Car, à travers son parcours, ce sont bien un certain nombre de groupes et de réseaux que la recherche met au jour : équipe des collaborateurs quotidiens, patronat des grands magasins, milieu des hauts fonctionnaires du Quai d’Orsay et du ministère du Commerce, associations et cercles pro-européens. Ainsi sont esquissés les contours d’un premier milieu où, autour d’intérêts communs, s’est forgée une conscience européenne. Les ramifications étendues à d’autres cercles ont fait apparaître un second milieu, celui du négoce international, pour qui la construction d’un marché européen possède un sens particulier. Ces réseaux ont émergé de la lecture des archives, publiques ou privées, auxquelles nous avons recouru, et également d’un troisième fonds inédit, non désigné comme tel, mais que nous avons décidé de constituer en source de documentation. Jacques Lacour-Gayet avait pris l’habitude de faire relier chacun de ses opuscules – article ou essai – dans une belle reliure de cuir, où était apposé son ex-libris, et où il joignait l’ensemble de la correspondance – lettres ou cartes de visite – reçue à l’occasion de la parution ou de l’envoi de chaque ouvrage. On nous pardonnera l’empirisme de la méthode et l’invention d’une source qui n’avait pas la qualité officielle de « correspondance privée »... Certains dossiers particulièrement fournis, dont la lecture et la transcription furent parfois fastidieuses, faisaient apparaître des noms de manière récurrente. Les cartes de visite peu remplies trahissaient la relation d’affaires un peu éloignée ou la relation mondaine ; la carte plus garnie ou la lettre dessinaient les contours de « cercles de cordialité »32, où, à côté des relations professionnelles apparaissait un autre type de solidarité de nature plus affective, fondée chez les correspondants de Lacour-Gayet sur la déférence et la fidélité. On ne disposait pas en revanche de la correspondance « active » de Jacques Lacour-Gayet, de celle qu’il aurait pu envoyer. Au demeurant, ses seuls écrits publics ont permis de saisir les conceptions de l’homme. À destination d’un public de professionnels avertis, mais prenant après 1945, une tournure délibérément plus universelle, non exemptes de prises de position engagées, ses publications ont constitué une source de documentation solide à laquelle nous avons adjoint l’ensemble des publications parues sous l’égide du CAED et des éditions SPID qu’il avait créées. Nous n’avons pas hésité à étendre l’approche biographique qui fut la nôtre avec Lacour-Gayet à un certain nombre d’individus de ces différents cercles. Pierre Benaerts, Gabriel Cognacq, Paul Elbel, Lucien Coquet, Pierre Laguionie, Paul Naudin, Jean Proix, Lucien de Sainte-Lorette, Daniel Serruys, sont autant de personnalités qui ont animé la recherche. La rencontre de ces hommes fédérés par Lacour-Gayet, un peu connus ou totalement ignorés, n’est pas fortuite et fait peut-être plus sens pour l’historien du fait même de leur faible notoriété. Nous avons ainsi particulièrement mis l’accent sur la formation de ces hommes et sur les débuts d’un parcours professionnel, où la Première Guerre mondiale a, de manière quasiment systématique, entraîné une rupture radicale. Il n’était pas du ressort de ce travail de proposer une véritable proso-pographie d’un milieu engagé dans l’aventure européenne ; en revanche, la réunion de ces destinées individuelles a confirmé la pertinence de la notion de « génération » pour rendre compte de certains réflexes de nature culturelle dans l’appréhension des problèmes de la vie économique internationale33. Ces facteurs culturels permettent en outre d’expliquer la connivence intellectuelle existant entre les responsables de la sphère publique et ceux du monde des affaires dans l’entre-deux-guerres34.

12Si l’approche biographique a présenté l’avantage de fournir une armature chronologique structurant aisément le récit, l’étude des organisations patronales émanant du grand commerce n’en a pas été négligée pour autant. Trois grands types d’organisation ont été systématiquement inventoriés : les groupements patronaux, les associations de promotion du commerce extérieur, les mouvements pro-européens. Structures destinées à asseoir l’influence du grand commerce en politique intérieure et en politique étrangère, elles sont étroitement soudées par des liens financiers et humains que nous avons pu mettre au jour. L’étude des groupements patronaux visait à combler une lacune des histoires patronales qui ont tendance à construire une histoire de la représentation patronale au travers du seul prisme du monde industriel. Il convenait de proposer une première évaluation de la place occupée par le secteur commercial au sein du monde patronal et de l’attention que lui prêtaient les pouvoirs publics. L’analyse s’est concentrée sur trois grands moments de l’histoire du syndicalisme patronal du grand commerce : sa naissance en 1919, son émancipation en 1937 et sa reconnaissance ambiguë en 1946. Il s’agissait également de s’interroger sur la place qu’avait tenue l’Occupation dans ce processus de reconnaissance en posant le problème dans les termes classiques de rupture ou de continuité des élites commerciales dans les structures de décision. Mais la recherche a fait surgir l’importance d’un autre paramètre : la conscience réflexive croissante de ce milieu, aiguë sous Vichy, qui le conduit à redéfinir son statut dans les rapports régissant les trois grands pôles de la vie économique que sont la production, la distribution et la consommation.

  • 35 Cf. Jean-Noël Jeanneney, « “Les dynasties bourgeoises” de Beau de Loménie », dans L’argent caché.. (...)
  • 36 Id., L’argent caché...., op. cit., p. 16.
  • 37 Maurice Agulhon, Le cercle dans la France bourgeoise (1810-1948), Paris, 1977.
  • 38 Jean-Pierre Riou, « L’association en politique », dans René Rémond (dir.), Pour une histoire polit (...)
  • 39 Jean Meynaud, Les groupes de pression en France, Paris, 1958, p. 16. Cf. également Philippe Willia (...)
  • 40 Pierre Renouvin, Jean-Baptiste Duroselle, Introduction à l’histoire des relations internationales, (...)
  • 41 Jean-Claude Allain, « Le groupe dirigeant... », op. cit., p. 86-87.

13Cette histoire interne du patronat français s’est doublée d’une histoire parallèle des organismes destinés à promouvoir la vision en politique étrangère de ce milieu. Il ne pouvait être question de se livrer au suivi linéaire des réactions du grand commerce à chaque épisode de la vie diplomatique française. Un seul grand thème – avec ses corollaires – a été retenu d’emblée comme pierre de touche : la question de l’union de l’Europe, telle qu’elle se met en place depuis le milieu des années vingt jusqu’au Congrès de La Haye. Toutefois notre intérêt s’est autant porté sur les moyens d’action et d’influence du grand commerce que sur les discours produits. Nous avons accordé une grande importance à l’analyse des structures susceptibles d’intervenir dans la prise de décision. Nous avons donc étudié l’émergence d’organismes privés de promotion du commerce extérieur dès avant la Première Guerre mondiale et l’apparition un peu plus tardive d’associations pro-européennes. L’accent mis sur le Comité d’action économique et douanière, association fondée sur une profession de foi libérale, permet de s’interroger sur l’autonomie du problème européen vis-à-vis du problème général posé par le commerce extérieur. Né dans l’entre-deux-guerres avec deux missions déclarées : défendre les intérêts des grands magasins et propager le libre-échange, le CAED tend à concentrer tous ses efforts après la Seconde Guerre mondiale sur l’unification de l’Europe. La question du relais des aspirations libérales et pro-européennes du milieu du grand commerce auprès des responsables diplomatiques et gouvernementaux ne pouvait enfin manquer de se poser. Elle soulève, dans le champ d’étude des milieux d’affaires, le délicat problème de la place des groupes de pression dans la société française. En dépit des réflexions conduites dans ce domaine, une suspicion entache toujours l’existence et l’action de ces groupes et a contaminé la vision historique que l’on peut avoir de certaines questions. S’intéresser aux groupes, c’est s’exposer à être accusé de véhiculer une vision du monde reposant sur le complot et les groupes occultes à la manière d’un Beau de Loménie35. Sans éluder l’importance des stratégies matrimoniales, des connivences mondaines et des solidarités d’institutions, des relations tissées au sein des conseils d’administration, il est possible de dresser une histoire « noble » des milieux d’affaires et de leur organisation à des moments déterminés pour promouvoir le succès d’une cause. Il convient seulement de ne pas céder aux pièges des généralisations hâtives et des explications mécaniques afin de demeurer sensible à « la virulence des forces centrifuges qui les travaillent dans un tourbillon d’appétits, de calculs et d’amours-propres »36. L’essor d’une histoire des « sociabilités » inspirée par Maurice Agulhon37, la valorisation de la « fonction de ressource-ment idéologique et de rénovation du dispositif politique que l’association peut exercer »38 ont permis de renverser le processus. Les politologues ont contribué, sinon à réhabiliter, du moins à banaliser une approche où le groupe de pression est conçu comme une pièce à part entière du jeu politique et comme le « moteur des interventions auprès des autorités publiques » dans les régimes pluralistes39. L’histoire des relations internationales a bénéficié de ces apports. Jean-Baptiste Duroselle a ainsi distingué quatre types de pression auxquels l’homme d’État est en permanence soumis : la pression directe, la pression indirecte – dont le lobbyisme est une des formes -, l’ambiance ou conjoncture économique, et la pression sociale40. La recherche a encore mis en valeur, avec la notion de « petit groupe », l’existence de cercles étroits qui se caractérisent par leur forte proximité avec les dirigeants politiques. « Groupes péri-décisionnels », ils sont en principe extérieurs au pouvoir, mais y sont rattachés par la présence en leur sein d’hommes politiques ou de hauts fonctionnaires41. Approchant des milieux concernés au premier chef par la question douanière, lieu privilégié d’expression des groupes de pression depuis le xixe siècle, nous ne pouvions éviter de poser également en ces termes l’action d’associations militant pour la promotion des échanges ou l’union de l’Europe. La question était avivée par les importantes connexions qu’elles permettaient aux milieux d’affaires d’établir avec les responsables diplomatiques. Entre les acteurs – le grand commerce – et les décideurs, les vecteurs que sont les associations privées constituent un élément important de la prise de décision.

  • 42 René Girault, « Avant-propos », Relations internationales, n° 13, printemps 1978.
  • 43 Id., « Le difficile mariage... », op. cit., p. 14.
  • 44 Saint-John Perse, Œuvres complètes, Paris, 1972, p. 598. Réponse à une enquête de presse sur les « (...)
  • 45 Cf. Laurence Badel, « Trêve douanière, libéralisme et conjoncture (septembre 1929-mars 1930) », Re (...)

14Dans la mesure où l’on étudiait une période marquée par « l’élargissement des responsabilités internationales de certaines administrations »42, il était nécessaire de tenter de repérer et d’étudier les centres de décision sollicités par les associations circonscrites. Au tournant du xxe siècle, une modification des comportements s’amorce : les diplomates perdent leur « dédaigneuse attitude » pour tout ce qui a trait au commerce et aux marchandises43. Cette révolution liée aux changements de la vie internationale comme au renforcement du rôle de l’État dans la vie économique des nations européennes a eu pour effet la restructuration des ministères concernés par les questions économiques. Le Quai d’Orsay, sous l’influence de Philippe Berthelot et de Jacques Seydoux, le ministère du Commerce et de l’Industrie, sous l’égide d’Etienne Clémentel, sont réorganisés afin de pouvoir faire face aux problèmes nés de la Grande Guerre. Des conflits de compétence entre ces deux administrations apparaissent, que révèlent les querelles d’hommes. Et au sein même de chacune, l’antagonisme des grandes directions surgit au grand jour. Le cas du ministère de la Production industrielle, durant la Seconde Guerre mondiale, permet de parler d’espaces polycratiques où la lutte, descendue au niveau des services internes des directions, a tendance à paralyser les initiatives et à diluer les responsabilités. L’étude des relations économiques de l’entre-deux-guerres vient confirmer ce que d’autres périodes avaient laissé entrevoir : les administrations ne sont pas muettes quoi qu’en dise l’un de leurs plus remarquables représentants, Alexis Léger, qui demande qu’on leur laisse au doigt l’anneau de Gygès44. Une véritable histoire politique de, l’administration s’avère possible, non en suspectant a priori la neutralité de l’État et en déniant toute réalité à la notion de « service public », mais en mettant au jour les oppositions qui naissent au sein de certains services sur des questions bien précises. L’analyse des palinodies ayant entouré pendant six mois l’élaboration de la position française lors de la conférence internationale de Genève de février-mars 1930 permet de mettre en évidence les oppositions classiques entre ministères – Agriculture, Commerce et Industrie – sur le dossier des échanges commerciaux, mais également la constitution d’un groupe « transministériel » composé de hauts fonctionnaires du Commerce (Paul Elbel, Daniel Serruys), du Quai d’Orsay (René Massigli, Pierre Arnal) que soude une vision libre-échangiste commune des relations européennes45. La culture politique d’une administration est forgée par la tradition qui lui confère son identité, par l’orientation que donne le ministre dont elle dépend, par l’itinéraire singulier des personnalités qui la composent, par les milieux dont ces dernières émanent et par ceux avec lesquels elles entrent en relation. L’ensemble de ces critères n’est pas exhaustif. Nous avons tenté d’évaluer l’influence qu’avaient pu avoir les associations privées sur ces administrations.

  • 46 Cf. notamment Elisabeth du Réau, « L’information du décideur et l’élaboration de la décision diplo (...)
  • 47 Cf. Jean Bouvier, René Girault, Jacques Thobie, L’impérialisme à la française (1914-1960), Paris, (...)

15La place importante qu’elles paraissent tenir dans l’élaboration de la politique relative à l’union européenne dans l’entre-deux-guerres pose le problème de l’information du dirigeant en politique étrangère. Cette interrogation a déjà été formulée dans le cas de l’information militaire et financière46. Qu’en est-il dans le domaine économique, et en particulier commercial ? Certes, au niveau individuel, les hauts fonctionnaires s’ouvrent aux problèmes économiques, mais quelle a été l’évolution des structures administratives destinées à encadrer, valoriser et diffuser l’information dont ils ont besoin pour traiter les problèmes à résoudre ? Quels rapports entretiennent les ministères – et leurs différentes directions -, les ambassades et consulats, les organismes publics, avec les organismes privés de promotion du commerce extérieur ou de l’idée européenne ? Dans la définition des différents schémas d’organisation de l’Europe qui émergent dans les années vingt, quelle est la part des responsables publics et des associations privées ? La question du relais de l’information opéré par les associations est cruciale, car si elle est dirigée vers les pouvoirs publics, elle est parallèlement destinée à mettre en valeur les intérêts privés sous-jacents derrière les associations ; on a ainsi tenté de proposer une première analyse des milieux dont elles émanent. Le problème se recentre rapidement sur le débat classique des relations entre la sphère publique et la sphère privée. Quel est le degré d’autonomie des responsables publics par rapport aux milieux d’affaires ? La Première Guerre mondiale a accru l’interpénétration des deux sphères par la mise en place de comités ou de commissions gouvernementales peuplés d’experts privés. Bien plus, il a été établi que cette collusion a été tacitement admise par les responsables des deux camps : le cas de Charles Laurent, président de l’Union des industries métallurgiques et minières, promu ambassadeur de France à Berlin en juin 1920, est fréquemment cité47. Or, les débuts de la politique de rapprochement des nations européennes livrent à l’historien l’exploration d’un champ relativement neuf qui permet d’approfondir la nature des liens entre diplomatie et milieux d’affaires. S’étonnera-t-on d’ailleurs d’y retrouver Charles Laurent, membre du Comité franco-allemand d’information et de documentation ? Nous nous sommes ici particulièrement intéressée au rôle que tint, dans la dernière partie de son existence, Jacques Seydoux, diplomate dont l’importante activité dans l’immédiat après-guerre a été reconnue, mais dont la période d’inactivité demeurait dans l’ombre. L’examen de l’itinéraire de cet homme au cœur de nombreux réseaux apporte des précisions sur le terreau dans lequel s’enracine l’idée d’Europe. Enfin, on ne peut manquer de revenir sur le rôle dévolu aux associations que l’on aurait peut-être trop tendance à réduire au rôle de simples courroies de transmission des intérêts privés. Quel est leur degré d’autonomie vis-à-vis des deux autres sphères ? Il faut, selon nous, se poser la question de leur propre logique de développement. Elles sécrètent en effet leur bureaucratie, animées par des hommes parfois obscurs mais qui tiennent en mains les rênes de leurs destinées et dont les intérêts – ou les idéaux – ne se confondent peut-être ni avec le bien public, ni avec des visées lucratives. Figures emblématiques de la construction européenne comme le comte de Coudenhove-Kalergi, ou apparatchiks tels que Lucien Coquet, un certain nombre de personnalités ont contribué à entretenir l’idée d’Europe à des époques difficiles, éclipsées dans les périodes glorieuses par les dirigeants politiques traditionnels.

  • 48 Robert Paxton, La France de Vichy (1940-1944), Paris, 1973 (trad, française) ; Richard Kuisel, Ern (...)
  • 49 Pierre Rosanvallon, Le libéralisme économique, Paris, 1989, p. 208.
  • 50 Ibid, p. IX.
  • 51 Jean-Pierre Hirsch, Les deux rêves du commerce. Entreprise et institution dans la région lilloise (...)
  • 52 Georges Burdeau, Le libéralisme, Paris, 1979, p. 139-142. En l’occurrence, G. Burdeau a surtout à (...)
  • 53 Paul Bairoch, Mythes et paradoxes de l’histoire économique, Paris, 1995 (trad, française), p. 33.
  • 54 Id., « Protectionnisme et expansion économique en Europe (1892-1914) », Relations internationales, (...)

16Du cœur des débats qui animent les cercles patronaux, les administrations et les associations circonscrits émerge une idée d’Europe libérale prônée avec une continuité exemplaire des années vingt à la fin des années quarante. L’importance de ce paramètre de nature idéologique dans la définition de l’Europe n’a cessé de s’accroître. Elle imposait que l’on s’arrêtât sur la notion galvaudée de libéralisme, que l’on cherchât à comprendre ce qu’elle recouvrait pour les responsables de l’époque et que l’on tentât d’évaluer la place qu’elle occupait dans le discours politique. Il fallait enfin saisir comment elle s’articulait avec la logique propre d’une histoire des relations internationales. L’angle d’attaque a été, ici encore, le discours porté par un homme, Jacques Lacour-Gayet. Mais ce discours a été tenu comme représentatif d’un milieu dans la mesure où sa correspondance attestait l’adhésion rencontrée par ses propos auprès du grand commerce et, au-delà, auprès d’une frange d’économistes patentés. L’étude de ce secteur économique a permis de soulever la question de la persistance d’un discours libéral classique quelque peu occultée par une partie de l’historiographie des vingt-cinq dernières années, attachée à analyser les modalités de la remise en cause de ce modèle libéral : le rôle économique et social croissant de l’État, l’émergence d’un néo-libéralisme48. Ce courant historiographique a d’ailleurs sans doute été influencé par ses propres champs d’observation : les secteurs et patronats de l’industrie nous sont globalement mieux connus que ceux du commerce ; or, c’est chez eux que sont nés les premières remises en cause et les premiers projets d’ententes et d’encadrement de l’économie. Que recouvre donc le terme de libéralisme pour le grand commerce ? Quels en sont les fondements idéologiques ? Désigne-t-il la seule liberté du commerce ou s’étend-il à l’organisation de la vie économique dans son ensemble ? L’attachement déclaré de ce milieu à un libéralisme classique tel que, selon lui, il existait au xixe siècle, résiste-t-il à l’analyse de ses prises de position dans le débat économique de l’époque ? Un certain nombre de réflexions historiques, aux origines très diverses, sont venues en effet récemment démonter le mythe d’un xixe siècle comme siècle d’or du libéralisme et conforter la thèse d’un « libéralisme introuvable »49. Pierre Rosanvallon a proposé d’analyser le libéralisme en terme de « culture » et non de « doctrine » afin de rendre compte justement de la diversité doctrinale des libéralismes. Il a préconisé une approche dynamique qui permette de saisir le discours libéral non comme un trait de mentalité figé, mais comme le fruit d’une représentation variable selon les époques et les circonstances50. Jean-Pierre Hirsch a poursuivi une réflexion aux conclusions similaires à partir de la description du foyer proto-industriel que constitue la région lilloise à la fin du xviiie siècle – la notion de commerce recouvre alors un monde socio-professionnel élargi qui englobe les négociants, au prestige le plus grand, les fabricants et les industriels. L’analyse qu’il fait de l’attitude de ces entrepreneurs vis-à-vis de l’État les montre déchirés entre une volonté d’indépendance et une propension à attendre des pouvoirs publics une intervention éclairée. Selon lui, le libéralisme attribué à la pratique économique du milieu du xixe siècle n’est que la construction d’un discours volontariste : « [...] ce qui fut alors renouvelé : beaucoup moins le rapport des entreprises aux autorités que les discours justificatifs et les schémas mentaux »51. Dans une perspective juridique, Georges Burdeau a insisté sur la contradiction « majeure » de l’État libéral : l’existence de groupes de pression. Ceux-là mêmes qui dénoncent l’intervention de l’État sont les premiers à la réclamer quand elle leur est profitable52. En ce qui concerne le versant extérieur du libéralisme, Paul Bairoch a stigmatisé la vision schématique opposant la légende noire d’un entre-deux-guerres protectionniste à la légende dorée du xixe siècle libéral53. Les périodes libérales ont constitué l’exception au xixe siècle et n’ont, en outre, pas toujours coïncidé avec des périodes d’expansion économique et de dynamisme commercial54.

  • 55 Cf. François Caron, Le resistible déclin des sociétés industrielles, Paris, 1985.

17Comment, par conséquent, mesurer et interpréter l’identification du grand commerce au libéralisme ? Choix a été fait de présenter, dès que cela était possible, les options défendues par ce milieu lors des grands débats économiques et sociaux de l’époque. Question douanière, rôle des ententes, intervention de l’État, ces trois thèmes ont pu être abordés et contribuer à préciser la nature du libéralisme du grand commerce. La période de l’État français et celle de la Libération tiennent une place fort importante, car elles mettent en lumière l’existence d’un libéralisme d’essence plus politique, surgi de la résistance aux schémas qui sont alors imposés à la vie économique. Autre thème corollaire de la question libérale : le lien établi entre libéralisme et modernisation économique, entre l’existence d’un système libéral et la capacité d’innovation des entreprises commerciales55. Dans cette perspective seront analysés les débats qui se font jour dans les années trente au sein de la Chambre de commerce internationale sur la nécessaire modernisation des entreprises commerciales. De la même manière, l’intérêt accordé par le Comité d’action économique et douanière à l’essor de la nouvelle industrie radiophonique et l’engagement de Jacques Lacour-Gayet au sein de Radio-Luxembourg peuvent fournir matière à réflexion. Enfin, dans quelle mesure la culture libérale incarnée par le grand commerce a-t-elle contribué à forger son image de l’Europe ? Comment le CAED prend-il position dans le débat qui naît au milieu des années vingt sur les différentes méthodes destinées à rapprocher les pays d’Europe ? Le cheminement, qui mène ce comité de la défense des grands magasins à l’idée européenne en passant par la promotion du commerce extérieur, sera analysé en détail, tout comme la façon dont diverge peu à peu de la sienne la vision d’une autre grande association née dans les années vingt, l’Union douanière européenne. Ainsi le développement en France après 1945 de la Ligue européenne de coopération économique apparaît-il, non plus comme le fruit d’une simple greffe, mais l’aboutissement logique d’un processus fondé sur une identité libérale revendiquée.

18Deux chronologies s’entremêlaient dans le traitement de notre sujet : celle de l’organisation patronale du grand commerce et celle de son engagement européen. Il a fallu respecter les rythmes propres à chacune, mais aussi se garder de plaquer sur ce milieu la chronologie qui avait pu être celle des grands secteurs industriels. Chacune rencontre un arrêt institutionnel : la première, en 1946, avec la création du Conseil national du commerce ; la seconde, en 1948, avec le Congrès de La Haye, apogée du processus d’unification des mouvements européens. Ceci posé, il a paru naturel de donner des aperçus sur les années ultérieures pour certains thèmes. Il était également compréhensible que l’on suivît jusqu’à sa mort, en 1953, Jacques Lacour-Gayet, dont le parcours s’est souvent identifié avec l’histoire de la rencontre du grand commerce et de l’idée européenne. Quatre grandes parties sont venues organiser la présentation de nos travaux. La première est consacrée à l’émergence d’organisations patronales spécifiques du grand commerce d’un avant-guerre à l’autre. Elle permet de dégager les conceptions économiques de ce milieu en politique intérieure et extérieure. La seconde partie est destinée à présenter le cadre diplomatique général dans lequel va s’effectuer l’émergence de la conscience européenne de ce milieu. Elle tente d’évaluer le poids respectif des structures publiques et privées dans l’élaboration de la politique en faveur de l’union européenne. Parmi les structures privées, le rôle des associations est analysé de façon privilégiée. On assiste également à la prise de conscience des intérêts liant le patronat européen des grands magasins ; l’accent est mis sur la proximité franco-belge. Un troisième volet, consacré à la guerre, vient remettre en cause l’alliance des trois grandes notions au cœur du sujet. Commerce, libéralisme, Europe, cette association a-t-elle encore une signification alors que le commerce se voit condamné par le système dirigiste et voué à la production mis en place par Vichy, que l’idée libérale semble un non-sens dans un régime autoritaire, et que le modèle hitlérien imprime à l’idée d’Europe des orientations nouvelles ? La dernière partie prolonge la réflexion menée dans la précédente sur l’administration de la distribution en accordant une attention particulière au passage encore peu étudié du comité d’organisation à l’office professionnel. Les débats sur le retour à la liberté d’entreprise constituent une pierre de touche pour le grand commerce, pris entre une fidélité idéologique et les difficultés de la reconstruction. Pourtant, il achève de se donner des instances représentatives. Enfin, il soutient désormais au grand jour un projet d’union européenne et occupe une place majeure dans la coordination des mouvements pour l’Europe. Grâce à son impulsion, le pôle libéral du futur Mouvement européen se développe sûrement, ralliant d’autres milieux et précisant, à la faveur des débats engendrés par la proposition du général Marshall, son projet d’organisation de l’Europe.

Notes

1 François Furet, Penser la Révolution française, Paris, 1978, p. 24.

2 René Girault, « L’histoire des relations internationales peut-elle être une histoire totale ? », Enjeux et puissances. Pour une histoire des relations internationales au xxe siècle. Mélanges en l’honneur de Jean-Baptiste Duroselle, Paris, 1986, p. 35.

3 Nicolas Rousselier, « La ligne de fuite. L’idée d’Europe dans la culture politique française », Vingtième siècle, n° 44, octobre-décembre 1994, p. 104.

4 Hans-Manfred Bock, « Les relations culturelles franco-allemandes entre Locarno et Vichy. Un champ de recherches spécifique », dans Hans-Manfred Bock, Reinhart Meyer-Kalkus, Michel Trebitsch, Entre Locarno et Vichy. Les relations culturelles franco-allemandes dans les années 30,1.1, Paris, 1993, p. 22. Cf. Sophie Lorrain, De Sedan à Locarno, les pacifistes français et allemands, pionniers de l’entente franco-allemande, thèse, (dir. M. Wemer), Université de Paris-VIII, 1994 ; et la thèse d’habilitation en cours de Guido Müller, Deusch-französische Verständigungs-und Europabewegungen in der Zwischenkriegzeit, Historisches Institut RWTH Aachen.

5 Jean-Luc Chabot, L’idée d’Europe unie de 1919 à 1939, thèse pour le doctorat en science politique, Grenoble, 1978.

6 Jean-Baptiste Duroselle, « 1948 : les débuts de la construction européenne », dans Raymond Poidevin (dir.), Histoire des débuts de la construction européenne (mars 1948-mai 1950), Bruxelles-Milan-Paris-Baden-Baden, 1986, p. 22.

7 Cf. Pierre Gerbet, La construction de l’Europe, Paris, 1983, p. 56-69 ; Walter Lipgens, Sources for the history of European integration (1945-1975), Paris, 1980 ; « Méthodes et mouvements pour unir l’Europe », Bulletin du Centre européen de la culture, mai 1958, p. 43-74.

8 Entretien avec M. François Fontaine du 9 février 1991.

9 À l’heure où nous achevions cette recherche, en juin 1996, la Fédération déménageait et quittait ce siège pour aller s’installer, 8, place d’Ièna (16e). Un an après, elle changeait de nom et devenait Union du grand commerce de centre-ville.

10 Pierre Renouvin, Jean-Baptiste Duroselle, Introduction à l’histoire des relations internationales, Paris, 1991 (rééd.).

11 René Girault, « L’histoire des relations internationales peut-elle... », op. cit., p. 33.

12 René Girault, « Le difficile mariage de deux histoires. Économie et relations internationales dans le monde contemporain », Relations internationales, n° 41, printemps 1985, p. 13-28.

13 Eric Bussière, Michel Dumoulin, « L’émergence de l’idée d’identité économique européenne d’un après-guerre à l’autre », dans René Girault, Identité et conscience européennes au xxe siècle, Paris, 1994, p. 67-105.

14 Philippe Mioche, « L’adaptation du patronat de la sidérurgie française à l’intégration européenne de 1945 à 1967 », dans Michel Dumoulin, René Girault, Gilbert Trausch, L’Europe du patronat. De la guerre froide aux années soixante, Berne, 1993, p. 63-75 ; Philippe Chanier, La firme Philips face à la construction de l’Europe. Une multinationale sur la voie de l’intégration économique dans les années cinquante-soixante, thèse, (dir. René Girault), Université de Paris-I, 1990 ; Régine Perron, Le marché du charbon, un enjeu entre l’Europe et les États-Unis de 1945 à 1958, Paris, 1996 ; Eric Bussière, Paribas, l’Europe, lemonde (1872-1992), Anvers, 1992.

15 Cf. le jugement porté par Patrick Lafond, qui parle d’une « ignorance presque totale » de ce domaine, dans L’application de la loi des 40 heures dans le grand commerce parisien, maîtrise, (dir. Pierre Léon), Paris-IV, 1974, p. 1.

16 Henri Pasdermadjian, Le Grand Magasin, Paris, 1949 ; James B. Jefferys, Derek Knee, Le Commerce de détail en Europe, Paris, 1963 ; Jacques du Closel, Les Grands Magasins français, cent ans après, Paris, 1989 ; Max Heilbronn, Galeries Lafayette, Buchenwald, Galeries Lafayette, Paris, 1989.

17 Cf. la tenue à Paris le 17 mai 1995 du colloque « Histoire et performances des entreprises françaises de la grande distribution », sous la direction de Jacques Marseille ; et à Bruxelles les 21-23 septembre 1995 du colloque « The Department Store in European Society (1850-1939) : Business, Consumption, Towns and Representations », sous la direction de Geoffrey Crossick et Serge Jaumain.

18 Pour une étude approfondie de cette période fondatrice, on se reportera à l’article de Heidrun Homburg fondé sur l’exploitation de l’abondante littérature du temps : « Warenhausunternehmen und ihre Gründer in Frankreich und Deutschland oder : eine diskrete Elite und mancherlei Mythen », Jahrbuch für Wirtschaftsgeschichte, 1992/1, p. 183-219.

19 Cf. Emmanuel Chadeau (dir.), Le Commerce : révolutions, rénovations – Entreprises et histoire, n° 4, novembre 1993, et les articles de Michelle Zancarini-Fournel, Jean-Marc Villermet, Caroline Desaegher et Bernard Siouffi, Jean-François Parent et Georges Videcoq ; id., « Entre familles et managers : les grandes firmes de détail en France depuis 1945 », Revue du Nord, t. LXXV, n° 300, avril-juin 1993, p. 277-400.

20 Entretien avec M. René Decez, directeur-adjoint du Printemps, du 12 mai 1994.

21 Cf. François Faraut, Histoire de la Belle Jardinière, Paris, 1987 ; et Michael Miller, Au Bon Marché (1969-1920), Paris, 1987. Le premier a travaillé à partir des archives relatives à la préparation et la tenue des assemblées et des rapports du conseil de surveillance. Le second a notamment exploité registres d’employés, livres de comptes, catalogues, correspondance des dirigeants, archives des organismes annexes.

22 Marc Meuleau, Les HEC et l’introduction du management en France (1880 – années quatre-vingt), thèse, (dir. Maurice Lévy-Leboyer), Université de Paris-X, 1992, volume 4, Les services : Le Printemps-Prisunic des années vingt aux années soixante-dix. Cf. le volume 3 : Vers une nouvelle gestion de l’entreprise où cette source est présentée en introduction, p. 646 sqq.

23 Marie-Emmanuelle Chessel, L’émergence de la publicité. Publicitaires, annonceurs et affichistes dans la France de l’entre-deux-guerres, thèse, (dir. Heinz-Gerhardt Haupt et Yves Lequin), Institut universitaire de Florence, 1996. Cf. chap. 2 Le réseau de distribution.

24 Jean-Claude Allain, « De la personnalité au groupe de décision : leur pouvoir sur le cours de l’histoire internationale », Relations internationales, n° 83, automne 1995, p. 321. Cf. Jacques Le Goff, Pierre Nora, Faire de l’histoire, Paris, 1974, t. I, p. 23 ; Philippe Levillain, « Les protagonistes : de la biographie », dans René Rémond (dir.), Pour une histoire politique, Paris, 1988, p. 121-159 ; Jacques Le Goff, Saint-Louis, Paris, 1996.

25 Giovanni Levi, « Les usages de la biographie », Annales ESC, novembre-décembre 1989, n° 6, Histoire et sciences sociales, un tournant critique, p. 1325-1336 ; Pierre Bourdieu, « Le capital social, notes provisoires », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 31, janvier 1980, p. 2-3.

26 Jean-Noël Jeanneney, L’argent caché. Milieux d’affaires et pouvoirs politiques dans la France du xxe siècle, Paris, 1984, p. 33 et p. 36.

27 Cf. l’historique dressé par Jean-Claude Allain dans « Le groupe dirigeant dans la conduite des relations internationales », Relations internationales, n° 41, printemps 1985, p. 79-92.

28 Cf. René Girault, Robert Frank, La puissance en Europe (1938-1940) – Actes du colloque de Sèvres, avril 1982, Paris, 1984.

29 René Girault (dir.), Identité et conscience européennes au xxe siècle, Paris, 1994, p. 16-19.

30 Olivier Feiertag, Wilfrid Baumgartner, les finances de l’État et l’économie de la Nation (1902-1978). Un grand commis à la croisée des pouvoirs, thèse, (dir. Alain Plessis), 3 vol., Université de Paris-X, 1994 ; Eric Bussière, Horace Finaly, banquier, Paris, 1996. Cf. également l’ouvrage précurseur de Jean-Noël Jeanneney, François de Wendel en République. L’Argent et le pouvoir (1914-1940), Paris, 1976.

31 Denis Maréchal, Radio-Luxembourg (1933-1993). Un Média au cœur de l’Europe, Nancy, 1994 ; Pascal Lefebvre, L’Agence Havas et l’audiovisuel (1923-1987), thèse (dir. Patrick Fridenson), EHESS, 1995.

32 L’expression est de Jean-Claude Allain, « De la personnalité au groupe de décision... », op. cit.

33 Jean-François Sirinelli, « Effets d’âge et phénomènes de génération dans le milieu intellectuel français », Cahiers de l’IHTP, n° 6, novembre 1987, p. 1-8.

34 René Girault, « Diplomatie et banque pendant l’entre-deux-guerres », Relations internationales, n° 21, 1980, p. 7-22.

35 Cf. Jean-Noël Jeanneney, « “Les dynasties bourgeoises” de Beau de Loménie », dans L’argent caché..., op. cit., p. 265-271.

36 Id., L’argent caché...., op. cit., p. 16.

37 Maurice Agulhon, Le cercle dans la France bourgeoise (1810-1948), Paris, 1977.

38 Jean-Pierre Riou, « L’association en politique », dans René Rémond (dir.), Pour une histoire politique, op. cit., p. 102.

39 Jean Meynaud, Les groupes de pression en France, Paris, 1958, p. 16. Cf. également Philippe Williams, La vie politique sous la Quatrième République, Paris, 1971 (trad. française), p. 638-666.

40 Pierre Renouvin, Jean-Baptiste Duroselle, Introduction à l’histoire des relations internationales, Paris, op. cit. p. 355.

41 Jean-Claude Allain, « Le groupe dirigeant... », op. cit., p. 86-87.

42 René Girault, « Avant-propos », Relations internationales, n° 13, printemps 1978.

43 Id., « Le difficile mariage... », op. cit., p. 14.

44 Saint-John Perse, Œuvres complètes, Paris, 1972, p. 598. Réponse à une enquête de presse sur les « meneurs d’hommes ».

45 Cf. Laurence Badel, « Trêve douanière, libéralisme et conjoncture (septembre 1929-mars 1930) », Relations internationales, n° 82, été 1995, p. 141-161.

46 Cf. notamment Elisabeth du Réau, « L’information du décideur et l’élaboration de la décision diplomatique dans les dernières années de la IIIe République », Relations internationales, n° 32, hiver 1982, p. 525-541.

47 Cf. Jean Bouvier, René Girault, Jacques Thobie, L’impérialisme à la française (1914-1960), Paris, 1986, p. 163 : « Au fond, c’est un même esprit qui habite tous ces hommes à 1 issue même de la guerre : sans en être véritablement gênés, ils admettent la collusion des intérêts politiques avec les intérêts privés, puisqu’il s’agit de fournir à la France les moyens d’agir à l’extérieur ».

48 Robert Paxton, La France de Vichy (1940-1944), Paris, 1973 (trad, française) ; Richard Kuisel, ErnestMercier, French Technocrat, Berkeley et Los Angeles, 1967 ; id., Le capitalisme et l’État en France. Modernisation et dirigisme au xxe siècle, Paris, 1984 (trad, française) ; Gérard Brun, Technocrates et technocratie en France (1914-1945), Paris, 1985 ; Michel Margairaz, L’État, les finances et l’économie (1932-1952), 2 vol., Paris, 1991 ; Philippe Mioche, La sidérurgie et l’État en France des années 1940 aux années 1960, thèse, Université de Paris-IV, 1992 ; Jean-Charles Asselain, Histoire économique du xxe siècle : la montée de l’État (1914-1939), Paris, 1995.

49 Pierre Rosanvallon, Le libéralisme économique, Paris, 1989, p. 208.

50 Ibid, p. IX.

51 Jean-Pierre Hirsch, Les deux rêves du commerce. Entreprise et institution dans la région lilloise (1780-1860), Paris, 1991, p. 11.

52 Georges Burdeau, Le libéralisme, Paris, 1979, p. 139-142. En l’occurrence, G. Burdeau a surtout à l’esprit la conduite des industriels.

53 Paul Bairoch, Mythes et paradoxes de l’histoire économique, Paris, 1995 (trad, française), p. 33.

54 Id., « Protectionnisme et expansion économique en Europe (1892-1914) », Relations internationales, 1978, n° 15, p. 227-233.

55 Cf. François Caron, Le resistible déclin des sociétés industrielles, Paris, 1985.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540