Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Crise, coopération économique et financière entre États européens, 1929-1933

 | 
Sylvain Schirmann

Les conférences de la dernière chance

Chapitre XVII

Vers une hégémonie tripartite ? janvier-avril 1933

Texte intégral

  • 1 G. Dayras (expert français) à MAE, le 17 décembre 1932. AD – Paris, Série Relations Commerciales, s (...)

1L’idée émise par Rist, Williams et Leith-Ross, respectivement expert français, américain et britannique à la réunion préparatoire de la conférence mondiale, mobilise les énergies au printemps 1933. Les trois personnalités estiment que la suppression du contrôle des changes serait « facilitée par la création d’un fonds commun international ». La suggestion n’est pas neuve. On en parle en décembre 1932 dans une réunion de la commission économique franco-allemande à Berlin. Les experts des deux pays n’accordent aucune chance de succès à la conférence mondiale si « une certaine communauté de vues n’est pas assurée auparavant entre les principaux participants ». Ils imaginent, parallèlement aux grandes réunions de Genève, une voie officieuse et discrète1.

2Mais l’idée émise en janvier 1933 d’un fonds monétaire international exclut les Allemands. Seules trois devises sont capables de l’alimenter avec succès : le dollar, la livre et le franc français. Un dialogue à trois s’esquisse. L’arrivée au pouvoir d’Hitler incite les trois puissances à ne pas ouvrir trop rapidement les portes à la nouvelle Allemagne. La première étape vers « le condominium » est constituée par la rencontre franco-britannique de mars 1933, suivie de discussions anglo-américaines à la fin du même mois. Elle est relayée en avril par une série d’entretiens à Washington. Les divergences qui apparaissent entre les trois puissances et la stratégie de Roosevelt ramènent les autres pays dans le jeu. Les pourparlers de Washington constituent ainsi une pré-conférence mondiale. Ils attestent de la difficulté qu’il y aura à trouver un compromis à Londres en juin 1933.

Les entretiens du printemps 1933 : la tentative d’une solution britannique

3Un sondage à travers les réactions des trois grandes puissances au lendemain de la réunion préparatoire de Genève de janvier 1933 révèle les innombrables divergences. Tout ou presque les oppose. Sur la question des dettes interalliées, France et Royaume-Uni pensent que le règlement de cette question est une condition du succès de la conférence de Londres. Pour Washington, ce problème ne relève pas de la mission de la conférence mondiale. Les questions monétaires opposent les Britanniques à leurs deux autres partenaires. Pour Londres, le retour à l’étalon-or est difficile, alors que pour Paris et Washington le système monétaire international doit reposer sur le Gold Standard. Les trois puissances regrettent également la tendance à l’autarcie qui s’impose à travers le monde, mais lorsqu’il s’agit d’imaginer des moyens de libération des échanges, les positions sont à nouveau bien tranchées. La France entend lier la suppression des entraves aux questions monétaires et financières, ce dont ses deux partenaires ne veulent pas entendre parler. Pourtant les trois pays sont favorables à la constitution d’un fonds de soutien international des monnaies destiné à apporter une aide susceptible d’accélérer le rétablissement monétaire des autres puissances. À cette fin, le gouvernement britannique propose aux Français et aux Américains des entretiens séparés à Londres.

Les discussions franco-britanniques

  • 2 Lettre de J. Rueff à Ministre des Finances, 7 mars 1933 in AEF – B. 32 317.
  • 3 Discussions du même jour (7 mars 1933) entre Rueff et Leith-Ross, in AEF – B. 32 317.

4L’invitation adressée par le chancelier de l’Échiquier, Sir Neville Chamberlain, à G. Bonnet, le 7 mars 1933, vise à engager une discussion sur les questions soulevées par la préparation de la conférence, notamment sur la question des dettes internationales et sur les répercussions probables des difficultés monétaires américaines2. La rencontre entre les deux ministres est précédée d’entretiens entre l’attaché financier français à Londres, Jacques Rueff, et Sir Frederik Leith-Ross. Les deux hommes se mettent d’accord sur les points que les deux responsables politiques nationaux pourraient aborder : contingentements, surtaxe de change, droits de douane, suite de l’accord d’Ouchy, contrôle des changes et politique monétaire. Pour éviter des interrogations suspectes à Washington, les deux hommes (Rueff et Leith-Ross) imaginent, sur l’insistance du gouvernement anglais, de faire savoir le plus tard possible à la presse – deux jours avant la rencontre – qu’il s’agit d’un échange de vues préliminaires sur la conférence3.

  • 4 Sur ces entretiens voir le dossier « Conférence économique de Londres », Notes et correspondances d (...)

5La rencontre entre Bonnet et Chamberlain à Londres, le 17 mars 1933, est surtout l’occasion d’un constat de désaccord4. Les milieux financiers britanniques souhaitent une hausse substantielle des prix avant d’entreprendre quoi que ce soit pour stabiliser la livre. Ils sont favorables à une politique libérale de crédit en France et aux États-Unis. Ils se prononcent également pour un abaissement du protectionnisme français et américain. Sur le plan commercial, tout en espérant une réduction progressive des entraves, les autorités britanniques n’en sont pas moins prêtes à tenter des ouvertures bilatérales et parlent de la nécessité d’un traité de commerce franco-britannique qui pourrait servir de modèle. Pour ce qui est du fonds commun, les Anglais pensent à un mécanisme de redistribution de l’or et à une collaboration entre banques centrales.

6Les autorités françaises sont en décalage sur l’essentiel des positions britanniques. Elles ont également un certain nombre de questions quant à l’orientation de la politique anglaise sur certains chapitres importants pour la France. Pour Paris, la disparition graduelle du protectionnisme devra s’accompagner de mesures financières permettant la suppression du contrôle des changes. Elle dépend aussi du sort du dollar qui lui, est fonction de la politique britannique. En d’autres termes, la fin des entraves commerciales est liée au retour britannique à l’étalon-or. Peut-être Paris pourrait-elle tenter une médiation entre Londres et Washington sur cette question ? Cette position française constitue également une réponse à la proposition d’accord commercial : le traité franco-britannique est lié à la fin de l’expérience monétaire britannique. Bonnet tente également de sonder son homologue anglais sur la question des dettes de guerre. Londres songe-t-elle à un accord final avec l’Amérique sur la base de Lausanne ? Va-t-on se retourner vers l’Allemagne ou vers la France, si les États-Unis continuent à exiger le remboursement intégral de leur dû ? Bonnet affirme que la France en tout cas ne pourra payer davantage à ses deux créanciers qu’elle ne recevra de l’Allemagne. Que fera le Royaume-Uni, si un moratoire ne peut être obtenu pour l’échéance du 15 juin ? Peut-être faudrait-il proposer ce moratoire à Washington en échange de la stabilisation de la livre ? Mais les réponses britanniques sont évasives sur l’intégralité des points soulevés par Paris. Les autorités françaises n’ont de surcroît pas la même conception du fonds monétaire que les Britanniques. Ce qui intéresse les milieux français, c’est un organisme qui facilite l’abolition des restrictions de change. Pour le faire fonctionner, les différents gouvernements se répartiront équitablement les charges.

7Aucune position commune ne peut sortir de ces vues. Londres se tourne alors vers Washington, pour voir si de ce côté il n’y a pas moyen de trouver un terrain d’entente.

Les discussions anglo-américaines

8Les discussions anglo-américaines se font simultanément à Washington et à Londres. Elles mettent face à face l’ambassadeur anglais Lindsay et Cordell Hull à Washington, et Mac Donald et Norman Davis à Londres, à la fin du mois de mars 1933.

  • 5 Rueff à Ministre des Finances, en date du 29 mars 1933 in AEF – B. 32 317. Les autorités britanniqu (...)
  • 6 Rueff à Ministre des Finances, en date du 29 mars 1933 in AEF – B. 32 317.

9Aux États-Unis, le diplomate britannique et le nouveau secrétaire d’État évoquent la question des dettes de guerre. Le gouvernement britannique lie le succès de la conférence de Londres à un arrangement sur les dettes de guerre. À la demande anglaise d’ouvrir une discussion sur cette question, Cordell Hull oppose un refus catégorique : « il ne voit pas les raisons pour lesquelles la Grande-Bretagne pourrait demander à être dégagée de ses obligations financières ». Le responsable de la diplomatie américaine est cependant prêt à discuter de cette question à la conférence mondiale. Il invite le Premier ministre britannique à venir en discuter avec le président Roosevelt5. Mais l’administration anglaise est extrêmement réticente à l’égard d’une telle rencontre. Mac Donald ne veut pas se rendre aux États-Unis, considérant que les chances de succès sont réduites. Le Foreign Office demande alors à Lindsay de continuer le dialogue avec Washington pour voir sur quels points les deux gouvernements pourraient trouver un rapprochement dans la perspective de la conférence de Londres6.

  • 7 Lettre Rueff à Ministre des Finances du 31 mars 1933, in AEF – B. 32 317.

10Mac Donald tire aussi profit de la présence de Norman Davis à Londres à la fin du mois de mars et au début du mois d’avril 1933. Il rencontre l’expert américain à deux reprises. Lors du premier entretien, Davis rappelle que le gouvernement américain n’a jamais reconnu de liens juridiques entre les réparations et les dettes interalliées. Il faut donc continuer à honorer sa créance. Il conseille au Premier ministre britannique de ne pas trop compter sur un moratoire pour l’échéance du 15 juin. Tout au plus le gouvernement américain pourrait-il accepter une discussion de cette question à Londres en juin 1933. Norman Davis énumère ensuite les exigences américaines : une limitation de la production dans certains secteurs (blé, matières premières…). Il propose au Royaume-Uni un accord de commerce type ouvert à la signature des autres puissances (une parade à l’égard d’Ottawa). Il transmet à nouveau au Premier ministre anglais l’invitation de Roosevelt. Mac Donald n’est cependant pas disposé à se rendre à Washington s’il ne peut revenir avec un moratoire pour l’échéance du 15 juin7.

  • 8 Lettre Rueff à Ministre des Finances du 5 avril 1933 in AEF – B. 32 317.
  • 9 Lettre Rueff à Ministre des Finances du 7 avril 1933 in AEF – B. 32 317.

11Les sondages effectués entre-temps par l’ambassadeur Lindsay donnent quelques résultats. Ses entrevues avec le président Roosevelt laissent croire à la possibilité d’une entente sur la réduction de certaines productions (notamment sur les céréales). Les Britanniques n’obtiennent cependant aucun geste sur la question des dettes et s’interrogent dès lors sur la pertinence d’une stratégie qui les a amenés à honorer l’échéance de décembre 1932. Une nouvelle rencontre, à Londres, le 3 avril 1933, entre Mac Donald, Chamberlain et Norman Davis est qualifiée par les autorités anglaises de rencontre peu encourageante. Pour l’envoyé américain, les dettes interalliées n’ont pas sur la prospérité mondiale l’effet désastreux qu’on leur prête. Il se refuse à envisager qu’un accord même temporaire puisse être conclu avant l’ouverture de la conférence mondiale. Les États-Unis se prononcent toujours en faveur d’un accord commercial avec le Royaume-Uni, un accord ouvert au Canada, et, par la suite aux autres puissances. Norman Davis renouvelle enfin l’invitation du président américain. Le principe du voyage de Mac Donald aux États-Unis est accepté par le cabinet britannique dans sa réunion du 5 avril 19338. De son côté Washington affine ses positions sur les questions financières dont la conférence mondiale doit traiter. Des entretiens entre l’attaché financier britannique et Feis, du département d’État livrent au Royaume-Uni les desseins américains. Le gouvernement des États-Unis envisage la mise en œuvre d’une large politique d’emprunts. La somme dont l’équipe Roosevelt aurait besoin s’élève à deux milliards de dollars. Ces ressources serviraient à financer un programme de travaux publics. Ce que souhaitent les Américains, c’est que les autres grandes puissances pratiquent une politique de relance identique pour éviter de trop grands mouvements de capitaux entre les marchés financiers. Au préalable, il est nécessaire que les États aient stabilisé leur monnaie. Les propos de Feis ne laissent aucun doute quant à la détermination américaine : Roosevelt est prêt à mettre en œuvre ce plan isolément, si les États européens ne veulent pas s’y rallier. Dans ces conditions, Mac Donald se doit de faire le voyage de Washington9.

12Le dialogue anglo-américain étouffe momentanément les discussions qui se sont toujours poursuivies entre la France et les États-Unis.

Les conversations franco-américaines

  • 10 Lettre A. Léger – MAE à P. Claudel du 27 février 1933, in AEF – B 32 317.
  • 11 Voir note de M. Robert du 7 mars 1933, in AEF – B 32 317.

13Les manifestations qui accompagnent l’entrée en fonction de Roosevelt, en mars 1933, fournissent l’occasion aux responsables français d’approcher les nouveaux dirigeants américains. Paris fonde de réels espoirs sur la nouvelle administration. L’ambassadeur de France à Washington, Paul Claudel, est chargé par A. Léger d’exposer la position française aux autorités américaines. Il faut rappeler que la France a fait un énorme sacrifice à Lausanne. Elle n’entend pas remettre en cause les résultats de cette conférence, mais elle espère en contrepartie un effort des États-Unis pour qu’on parvienne à un règlement satisfaisant de la question des dettes. Les autres positions françaises sont connues suffisamment : stabilisation des monnaies, retour à l’étalon-or, fonds de soutien des monnaies dans l’esprit de ce que la France a proposé à Stresa, abolition du contrôle des changes. L’ambassadeur de France a ordre de son supérieur hiérarchique de rechercher les possibilités d’accord avec les États-Unis et d’éviter les sujets qui pourraient conduire à trop mettre en valeur les différences entre les deux pays. « Vous devez exercer une action conciliante » écrit-il à P. Claudel10. Cette position exprime l’inquiétude de la France qui attend une dévaluation américaine11.

  • 12 Télégramme de Paul Claudel à MAE du 9 mars 1933 in AEF – B 32 317.
  • 13 Télégramme de Paul Claudel à MAE du 10 mars 1933, in AEF – B. 32 317.

14Une entrevue Cordell Hull-Claudel, le 9 mars 1933, montre le double jeu des uns et des autres. Le secrétaire d’État explique à l’ambassadeur français qu’il n’est pas possible d’inscrire la question des dettes à l’ordre du jour de la conférence. Elle devrait être discutée parallèlement à la manifestation et les Américains sont persuadés de pouvoir parvenir à un accord avec la France. Que vaut cette promesse lorsqu’on voit l’intransigeance américaine lors de discussions identiques avec le Royaume-Uni, discussions dont les autorités françaises sont informées12 ? Pour les Américains, cette stratégie vise à obtenir le soutien français dans d’autres questions, notamment la stabilisation des monnaies. On espère aussi pouvoir réunir la conférence mondiale à Washington, mais Roosevelt ne l’envisage que si il y a une réelle possibilité de succès. Dès lors, comme les oppositions sont plus fortes avec le Royaume-Uni, le président américain recherche l’appui de la France. Peut-être souhaite-t-il exploiter aussi au profit des États-Unis le débat qui s’est fait jour en France sur l’opportunité de payer ou non l’échéance du 15 juin ? Paul Claudel rappelle par exemple qu’il y aurait lieu d’honorer ce paiement ou d’effectuer sur le champ le paiement différé du 15 décembre. Ce geste vaudrait à Paris la reconnaissance de l’opinion américaine, renforcerait les bonnes dispositions de Roosevelt. Il laisserait augurer d’un règlement satisfaisant lors de la conférence. Et il fragiliserait l’Angleterre13 !

  • 14 Cette rencontre est relatée dans une correspondance entre MAE et Min. Finances, en date du 29 mars (...)

15Dans une entrevue à la fin du mois de mars 1933 entre Roosevelt et Claudel, le président des États-Unis fait part à l’ambassadeur de France de la nécessité pour les grandes puissances de discuter préalablement à la conférence des questions inscrites à l’ordre du jour et même de parvenir, si c’est possible, à un accord sur certains problèmes. D’ores et déjà ces points de convergence existent : ils porteraient sur le blé, le cuivre et les questions de principe relatives aux tarifs. Dans l’esprit de Roosevelt ces discussions devraient avoir lieu entre lui-même et les délégations des gouvernements des autres pays. Ce travail faciliterait grandement les pourparlers de la future conférence internationale. On pourrait parvenir lors de ces rencontres à des accords de principe, ce qui favoriserait, pour le président américain, une attitude positive du Congrès dans la question des dettes. Le pas suivant lors de la conférence consisterait alors à accorder le moratoire des dettes14.

  • 15 Lettre MAE à Min. Finances le 11 avril 1933, in AEF – B. 32 317.

16Roosevelt saisit l’opportunité de la présentation des lettres de rappel de Claudel, pour inviter officiellement le gouvernement français à se rendre à Washington, pour des entretiens préliminaires à la conférence (certains disent à une conférence préliminaire)15. Le mois de discussions entre les trois grandes puissances ne révèle rien de neuf sur l’état de leurs divergences. Il met simplement mieux en valeur le rôle central que jouent dorénavant les États-Unis. Or pour ces derniers, la situation intérieure est prioritaire par rapport à la recherche d’une solution économique d’ensemble. Dans ces conditions faut-il attendre beaucoup des discussions qui s’ouvrent à Washington entre Roosevelt et Mac Donald d’abord, entre Roosevelt et Herriot, que le gouvernement français a désigné pour conduire le groupe d’experts, ensuite ?

Les trois puissances et « la conférence préliminaire de Washington »

17L’initiative américaine a été sérieusement préparée par la nouvelle équipe démocrate. Le programme des discussions de Washington est remis conjointement aux attachés financiers français (Monick) et anglais (Bewley), à charge pour ceux-ci de le communiquer à leurs autorités respectives. Mais les trois délégations ne s’assoient pas en même temps à la table des négociations. C’est d’abord Mac Donald qui discute avec le président américain. Il est suivi peu de temps après par Herriot. Au départ de l’envoyé du gouvernement français, on sait que l’entente entre les trois puissances est, pour le moment, impossible.

Les États-Unis et la pré-conférence de Washington16

  • 16 La position américaine est remise à Monick, cf. télégramme Monick à Ministère des Finances du 8 avr (...)
  • 17 Cité par Monick, télégramme du 8 avril 1933 cité ci-dessus.

18Les États-Unis envisagent un accord avec la France et le Royaume-Uni sur un certain nombre de points. Premier problème abordé par les responsables américains, celui de l’or. Sur ce chapitre, les autorités de Washington se déclarent favorables à un abaissement de la couverture d’or des banques centrales. Il faudrait ensuite abandonner toute convertibilité des devises en or à l’intérieur des espaces nationaux et réserver le métal précieux exclusivement aux transactions internationales. Puis sous forme d’avertissement, le texte poursuit : « les États-Unis sont toujours partisans du Gold Standard. Mais ils ne veulent pas s’engager à rester définitivement sur la base de l’or à la parité actuelle, quelles que soient les circonstances. Ils ne repoussent pas définitivement pour l’avenir l’idée d’une dévaluation du dollar17 ». Cette mesure vise l’Angleterre, dont Roosevelt attend toujours un geste pour ramener la livre vers le système de l’étalon-or. Les États-Unis étudient également la possibilité d’un système monétaire reposant sur le bimétallisme or-argent, qui permettrait, selon eux, de ramener l’Asie dans les relations monétaires mondiales. La défense du Gold Standard passe enfin par une politique concertée des trois banques centrales pour des opérations « d’open market ».

19Second problème mentionné par la note américaine, celui d’un programme de travail financé ou garanti par l’État. Le gouvernement démocrate répartit les travaux en trois catégories. Certains chantiers additionnels seraient à financer immédiatement par l’État. Il faudrait ensuite stimuler les constructions à bon marché, financées avec des avances à intérêt réduit accordées par l’État. Pour la mise en place d’infrastructures et le rééquipement de certaines industries, il serait utile de garantir les emprunts des investisseurs. Cet effort poursuit un triple objectif : la lutte contre le chômage, la relance de l’activité industrielle et le relèvement des prix. Il serait couronné de succès, estiment les autorités américaines, si les trois principales puissances de la planète s’y ralliaient. Cette simultanéité des efforts ne peut que provoquer le choc psychologique nécessaire à la sortie de la crise. Il ranimerait les échanges internationaux et stimulerait la croissance mondiale.

20Washington envisage enfin des mesures qui visent à supprimer le contrôle des changes. Cela n’est possible que s’il y a une reprise des opérations de placements de capitaux. Mais auparavant, il faut organiser la dette antérieure des pays débiteurs « sur une base saine ».

  • 18 Voir par exemple les « Observations sur le programme monétaire et financier soumis par le gouvernem (...)
  • 19 Communiqué par télégramme de Monick à Min. Finances, le 19 avril 1933 in AEF – B 32 317.

21Les propositions du gouvernement américain retiennent l’attention de partenaires déçus de l’absence d’une référence aux dettes interalliées. Ils inquiètent Paris et Londres, car la dévaluation envisagée du dollar s’oppose, pour la France, à un retour à la stabilité des monnaies, et fait perdre au Royaume-Uni l’avantage de la dépréciation de la livre18. Les craintes des deux pays sont fondées, car Roosevelt annonce le 19 avril 1933 que « tout essai de stabilisation du dollar sur le marché des changes est abandonné jusqu’à ce que les pays dont les monnaies sont dépréciées soient revenus au Gold Standard19 ». La décision américaine poursuit plusieurs objectifs. Elle cherche à anticiper les mesures d’inflation que le Congrès allait voter. Elle permet d’utiliser la baisse de la devise américaine comme moyen de pression sur les négociations avec Mac Donald. Elle doit enfin préparer le retour à la base-or dans un délai court. Cette restauration de l’étalon-or concernerait les monnaies les plus importantes et ne s’effectuerait pas aux anciennes parités. La nouvelle orientation américaine donne aux questions monétaires la priorité lors des entretiens de Washington.

Le projet de fonds commun tripartite pour la stabilisation monétaire20

  • 20 Voir chemise « Projet de fonds commun tripartite pour la stabilisation monétaire » in AEF – B 32 31 (...)

22La situation du dollar et les questions monétaires occupent l’essentiel des discussions à Washington. Celles-ci mettent en évidence des positions bien tranchées de part et d’autre.

23La délégation britannique s’est, quant à elle, ralliée à une politique libérale de crédit que les deux partenaires se doivent, à ses yeux, de mettre en œuvre. Cette politique cherche à renforcer l’augmentation des prix des pays restés fidèles à l’or et à donner une plus grande compétitivité aux produits britanniques et américains. Mais la préoccupation principale du Royaume-Uni vise à empêcher Londres d’être la victime de la dévaluation américaine. Le gouvernement anglais veut maintenir le dollar le plus proche de son cours actuel de façon à ce que le décalage entre les deux devises soit le plus favorable possible à la livre. Cela suppose trouver un système de stabilisation pour les deux devises. L’idée d’un fonds tripartite s’impose alors.

24Ce projet est soumis par les autorités américaines à la délégation française, le 26 avril 1933. Les Américains savent – et Rist leur a bien exposé ce point de vue – que la France est favorable à une prompte stabilisation de la devise américaine. Les experts américains posent alors à leurs homologues français la question suivante :

  • 21 Retranscription d’un échange téléphonique Affaires étrangères à Ministère des Finances du 27 avril (...)

25« Dans l’hypothèse où au cours des prochaines réunions les délégués américains pourraient sans engagement proposer un taux de stabilisation au moins de fait du dollar, taux que l’autorité financière française aurait à examiner sous réserve que la Grande-Bretagne se rallie elle-même à un taux proportionnel en ce qui concerne la livre sterling, la France accepterait-elle d’examiner une formule de constitution d’un fonds commun de stabilisation des deux devises anglaise et américaine par les autorités financières des trois pays ?21 ». La formule du fonds a la préférence américaine. Roosevelt et les experts d’outre-Atlantique ne sont guère disposés à accepter des crédits de stabilisation entre les trois puissances car ce type de mécanisme créerait nécessairement une solidarité financière entre les partenaires. Washington veut également accélérer la mise en place de ce fonds en insistant sur son urgence. Sa réflexion sur le sujet est déjà bien élaborée. La délégation américaine livre aux Français un certain nombre de considérations qui mériteraient des pourparlers entre ministères des Finances, trésoreries et banques centrales de chacune des trois puissances. Le montant du fonds devrait, selon elle, être suffisamment important pour décourager toute spéculation à la baisse. Pour les pertes éventuelles de l’organisme, les Américains envisagent une garantie accordée par les gouvernements respectifs aux banques centrales.

  • 22 Entretien du 27 avril 1933, Télégramme Rist à Min. Finances du 27 avril 1933, in AEF – B 32 318.

26Les experts américains développent au fur et à mesure des entretiens ce projet de stabilisation des changes anglo-américains. Pour faciliter la conclusion positive des travaux de la conférence mondiale, les États-Unis sont prêts à tenter de maintenir une stabilité de fait de leur monnaie qui ne préjugerait en rien du taux définitif, mais qui devrait s’en rapprocher au maximum. Cette base devrait correspondre au cours proche de 85 % de l’ancienne valeur du dollar. Une condition est cependant fixée : que les Britanniques relèvent la valeur de leur devise au cours de une livre = 3,75 dollars22. Le président américain en personne insiste sur ces valeurs de stabilisation, comme il met l’accent sur la solidarité nécessaire des trois participants au fonds face à d’éventuelles pertes. Pour Roosevelt, l’institution monétaire envisagée sert les intérêts de tous les participants. Sa politique résulterait de discussions entre les trois partenaires et une simple notification aux deux autres partenaires permet à un pays de se dégager de ses obligations.

  • 23 Conversations Bizot-Bonnet du 27 avril 1933, in AEF – B 32 318.
  • 24 Voir note précédente.

27L’opération paraît risquée aux autorités françaises. Celles-ci ne voient pas très bien pourquoi elles subiraient les pertes liées à d’éventuelles mesures de stabilisation du dollar et de la livre. Elles souhaitent que les pertes soient réparties en fonction des attaques réelles que subirait chacune des devises. Le risque est autrement trop grand pour le franc. Londres n’est pas opposée à un mécanisme de stabilisation, mais à la condition que les parités entre la devise américaine et britannique soient maintenues. Toute baisse de la valeur du dollar entraînera, aux dires de Leith-Ross, une dépréciation du sterling dans des proportions comparables23. Mais les États-Unis sont décidés à brusquer leur partenaire français. Les experts américains ont des solutions de rechange, si Paris n’apporte pas une réponse positive rapide à leur proposition. Elles sont présentées le 27 avril 1933 aux experts qui accompagnent Herriot. Les Américains ont d’abord la possibilité de laisser glisser le dollar vers des parités basses, ce qui ne manquerait pas d’avoir des répercussions négatives en France. Une autre hypothèse est la constitution d’un fonds exclusivement anglo-américain. Elle isolerait Paris et ferait peser des menaces sur la parité du franc. Elle poserait en France la question de la dévaluation ou de la poursuite de l’effort déflationniste, qui empêcherait toute relance économique24. Et Roosevelt peut toujours agiter la question des dettes.

  • 25 Ministère des Finances à Affaires étrangères, 28 avril 1933, in AEF – B 32 318.
  • 26 Communiqué commun Roosevelt-Herriot, 29 avril 1933, in AEF – B 32 318.

28La réponse française marque la fin du projet américain de fonds tripartite de stabilisation. Tout en confirmant que la France est favorable à une stabilisation aussi rapide que possible des monnaies américaine et britannique, le ministère des Finances et le Quai d’Orsay pensent que cette question est surtout anglo-américaine et qu’il faut éviter autant que possible de s’immiscer dans ce débat. Paris observe une attitude prudente tant que les politiques intérieures de ses deux partenaires ne lui fournissent aucun renseignement sur la parité de la stabilisation. D’autre part la monnaie française étant convertible en or et fixe, l’institution d’un fonds commun sera sans effet sur la devise française. Dès lors, quel avantage aurait-on à adhérer à un tel organisme ? La Banque de France, que la Rue de Rivoli consulte sur cette question, a d’autres préférences. L’institut d’émission se prononce en faveur d’ouvertures de crédits de banque centrale à banque centrale. Il se déclare disposé à étudier toutes les demandes que formulerait la Federal Reserve. Dès lors la cause est entendue : Paris officiellement se rallie par principe au fonds, mais demande avant de se prononcer définitivement une étude technique. Le ministère des Finances a cependant déjà adopté une position de rejet du projet américain. « On ne voit pas, explique-t-il, pourquoi nous supporterions les risques des pertes dues aux fluctuations éventuelles de la livre et du dollar ; ces fluctuations devant résulter au premier chef de la politique intérieure de la Grande-Bretagne et des États-Unis sur laquelle nous ne pouvons évidemment prétendre exercer un droit de regard25 ». La coopération monétaire entre les trois n’est ainsi plus de mise, même si le communiqué circonstancié Roosevelt-Herriot laisse percer davantage d’optimisme sur cette question26. Le problème des dettes interalliées connaît la même issue. Mais la discussion sur ce point se prolonge au-delà du départ d’Herriot.

La question des dettes interalliées

  • 27 Télégramme des Affaires étrangères à Min. Finances 28 avril 1933, in AEF – B 32 318.
  • 28 Télégramme Monick à Herriot et Bizot, le 4 mai 1933 in AEF – B 32 318.

29L’entretien Roosevelt-Herriot du 27 avril 1933 porte sur la question des dettes interalliées. Le président américain demande au gouvernement français de s’aligner sur la position anglaise. Il convient donc d’honorer le paiement du 15 décembre 1932. C’est une condition pour que le Congrès puisse le suivre dans une voie qu’il voudrait clémente pour les Européens. Il prend l’engagement dans ce cas de faire porter ce versement sur l’arrangement futur, tout comme il l’a déjà laissé entendre à Mac Donald, huit jours auparavant27. Cette question fait encore l’objet de tractations en mai 1933, après le départ d’Herriot. Un plan Warburg, du nom du conseiller du président américain, a été communiqué aux Britanniques comme base de négociations sur la question des dettes interalliées. L’attaché financier britannique, Bewley en fait part à Monick. L’attaché financier est également mis dans la confidence par Warburg même, car il s’agit de faire comprendre aux autorités françaises qu’elles pourraient bénéficier des ouvertures proposées au Royaume-Uni, si elles se décidaient à effectuer le paiement de retard28.

  • 29 Monick à Min. Finances en date du 4 mai 1933, Méthode proposée pour arriver à un règlement des dett (...)

30Le gouvernement américain serait prêt à ne demander que le remboursement du capital prêté : il n’exigerait donc plus les intérêts. Mais il faut encore mobiliser ces sommes. Les autorités américaines imaginent alors un mécanisme qui ferait intervenir la BRI. Les pays débiteurs déposeraient à la BRI des reconnaissances de dettes pour la valeur de l’annuité. Comme garantie qui accompagnerait cette reconnaissance, les gouvernements endettés s’engageraient à déposer à Bâle 25 % de la valeur de l’annuité en or. Comme garantie additionnelle on exigerait des débiteurs un versement à un fonds d’amortissement qui serait géré par la BRI. Celle-ci achèterait avec ces sommes des obligations du gouvernement américain ou remettrait aux États-Unis des certificats-or correspondant au montant des reconnaissances de dettes. Dans ce dernier cas de figure le Trésor américain pourrait émettre des bons du trésor ou des billets de banque qui serviraient à lutter contre la dépression aux États-Unis. Le monde entier d’ailleurs profiterait de la reprise américaine29 !

  • 30 Télégramme Monick à Min. Finances du 5 mai 1933 in AEF – B 32 318.
  • 31 Note du Ministère des Finances, élaborée par Maxime Robert, du 8 mai 1933, in AEF – B 32 318. Elle (...)

31Le plan présenterait aux yeux de Washington plusieurs avantages. Il permettrait à Roosevelt de présenter au Congrès et à l’opinion publique américaine un plan qui ne réduise pas le montant de la dette. Il avantagerait également les nations débitrices dans la mesure où l’exigence uniquement du capital diminue considérablement les annuités. Le plan mettrait de même à la disposition des autorités fédérales des moyens de création monétaire pour la politique de relance inflationniste choisie par le président américain30. Mais ce plan ne donne satisfaction ni à Paris ni à Londres. Les deux gouvernements européens reprochent aux États-Unis l’absence de liaison entre réparations et dettes. Ils considèrent en outre que le dépôt d’or à la BRI constitue une aliénation de leurs réserves au profit de leur principal créancier. On aimerait enfin connaître la durée de ce fonds. Paris a de surcroît des objections supplémentaires. Le plan ne précise pas si l’échéance française du 15 décembre sera ou non concernée par ce mécanisme. D’autre part le gouvernement français n’a aucun contrôle sur les réserves d’or qui relèvent de la Banque de France. Le système imaginé à Washington déstabiliserait la devise française qui est encore basée sur l’or. Mais les Anglais tout comme les Français ne sont pas prêts à se rallier à une proposition que les Américains ne replaceraient pas dans le cadre de la conférence de Lausanne31. Sur cette question, on se retrouve toujours au point mort à un mois de l’ouverture de la conférence.

32La seule proposition américaine qui ait des chances de se concrétiser est le projet de trêve douanière (v. plus loin) que les autorités fédérales ont également imaginé. Mais sur les points essentiels (questions monétaires et dettes), la conférence préliminaire des trois puissances a montré ses limites. De mauvais augure pour la conférence mondiale qu’il s’agissait de préparer. L’échec de l’hégémonie tripartite offre en revanche des marges de manœuvre à d’autres puissances : l’Italie et l’Allemagne font, elles également, « le pèlerinage de Washington ».

Le dialogue avec les autres puissances

33Les Allemands et les Italiens ne voient pas d’un bon œil le dialogue privilégié qui s’amorce entre Londres, Paris et Washington. Les difficultés de ces discussions et la volonté de Roosevelt de consulter le maximum de pays à la veille de la conférence de Londres ramènent les deux États à la table des consultations. La délégation allemande est conduite par le président de la Reichsbank, Schacht. Les experts italiens, quant à eux, sont emmenés par le ministre des Finances du Duce, Guido Jung.

L’Allemagne à Washington32

  • 32 Sur le voyage de Schacht aux États-Unis, voir PAAA – Bonn, Dossier R 118 561, Internationale Weltwi (...)

34Si l’Allemagne n’a pas fait partie des premiers invités de Roosevelt, elle le doit essentiellement au nouveau régime dont la tonalité antisémite inquiète outre-Atlantique. Les considérations politiques pèsent d’ailleurs sur le séjour américain de Schacht, car il n’a pas échappé à Berlin que la France dispose à nouveau de quelques faveurs à la Maison Blanche. Dans les discussions Roosevelt-Herriot, les deux hommes ont évoqué la question du désarmement. La venue au pouvoir d’Hitler et les premières mesures du régime rendent plus acceptables les thèses françaises sur le réarmement. L’opinion américaine comprend que, dans ce contexte, Paris ne veuille pas abaisser sa garde. Si d’aventure les trois puissances trouvaient un terrain d’entente, le Reich risque d’être isolé. Le voyage de Schacht a pour objectif de briser une entente naissante.

  • 33 Sur les débats autour de la trêve douanière, se reporter à Note de la Direction des Relations Comme (...)

35Les difficultés rencontrées par les trois vainqueurs de la guerre ne peuvent que réjouir les Allemands. Sur les conseils du président de la Reichsbank et contre l’avis d’Hugenberg, les autorités du nouveau régime se rallient au principe de la trêve douanière souhaitée par Roosevelt. La Maison Blanche a en effet proposé à Mac Donald et à Herriot le principe d’une trêve douanière qui entrerait en vigueur au premier mai et serait limitée à la durée de la conférence. Le 28 avril, le gouvernement américain envisage de la mettre en application le jour de l’ouverture de la conférence, le 12 juin 1933. Du 1er mai au 12 juin, les États participants à la conférence s’abstiendraient de prendre des mesures qui handicaperaient davantage encore le commerce international. Le projet américain recueille l’acceptation britannique. Les Français sont en revanche plus sceptiques sur le bien fondé d’une telle initiative. La proposition de Roosevelt est pour le gouvernement français subordonnée à certaines conditions : stabilisation des monnaies, adhésion à la trêve d’un nombre minimum de pays, mise en vigueur des mesures tarifaires actuellement en discussion à la Chambre des députés, possibilité de dénonciation en cas de modification de la situation économique. Le gouvernement français se réserve également la possibilité de prendre des mesures de surtaxe de changes en cas de dévaluation monétaire préjudiciable aux intérêts français33.

  • 34 Schacht à AA, 7 mai 1933 in PAAA – Bonn, R. 118 561.
  • 35 Schacht à AA, 10 mai 1933 in PAAA – Bonn, R. 118 561.
  • 36 Télégramme Schacht à Dreyse, du 9 mai 1933, in PAAA – Bonn, R. 118 561.
  • 37 Schacht à Hitler, 15 mai 1933, Impressions générales du voyage, in PAAA – Bonn, R. 118 562, Interna (...)

36Schacht voit tout de suite le profit qu’il peut retirer des divergences franco-américaines. Il se rallie à la trêve proposée par Washington, même si depuis février 1933 le cours autarcique de la politique économique allemande s’est encore renforcé. Les priorités allemandes sont ailleurs. Schacht, toujours lui, télégraphie à l’Auswärtiges Amt, le 7 mai 1933 : « Désarmement, règlement des dettes et meilleurs accords commerciaux sont si importants que l’on n’a pas le droit de briser l’ambiance avec des chicaneries34. » Le lendemain, 10 mai, il insiste à nouveau auprès des autorités de son pays : « répondre par la négative à l’idée de la trêve douanière, cela isolerait l’Allemagne – eu égard au changement d’ambiance – dans la question des transferts35 ». Dès lors le président de la Reichsbank fait part à Roosevelt du désir allemand de voir aboutir l’armistice douanier. Mais en même temps, la trêve ne peut, à son avis, rentrer en application qu’à l’ouverture de la conférence. Cela redonne un peu d’air au Reich. Les autorités allemandes ne peuvent alors que se réjouir de la perspective d’un ajustement nécessaire des dettes et d’une réduction des intérêts ouverte par les autorités fédérales. Pour Roosevelt, le projet concerne aussi bien les dettes privées que les dettes politiques. Ces bonnes dispositions américaines incitent Schacht à convoquer de Washington une conférence des créanciers de l’Allemagne pour la fin du mois de mai 1933 à Berlin36. La délégation allemande peut alors rappeler les principes dont le Reich se réclame : retour à l’étalon-or, suppression des entraves commerciales y compris par des accords de réciprocité régionale, et règlement de la question des dettes. Mais aucune des demandes formulées par l’Allemagne n’est présentée aux Américains comme une condition préalable à la trêve douanière adoptée le 12 mai 1933, voire au succès de la conférence mondiale. La stratégie allemande consiste à ne pas brusquer Washington pour rompre l’isolement. Schacht a compris qu’il suffit de peu de chose pour renverser le cours des événements. L’opposition française aux projets américains favorise les desseins du président de la Reichsbank. Le financier allemand en rendant compte de son séjour américain à Hitler, le 15 mai 1933, incite le chancelier allemand à utiliser son intervention au Reichstag pour « indiquer fortement notre désir de paix37 ». Comment ne pas voir dans le voyage de Washington une cause de l’offensive de charme hitlérienne ? Le discours du nouveau maître du Reich, le 17 mai 1933, est à cet égard significatif.

37Autre pays à tenter de briser l’isolement : l’Italie.

L’Italie et la conférence préliminaire38

  • 38 Se reporter au dossier PAAA – Bonn, R. 118 561.

38Rome a d’abord placé sa confiance dans les autorités françaises. Beaucoup de positions peuvent rapprocher Paris et Rome. Les deux pays restent attachés à l’or et souhaitent conserver la maîtrise de leur politique douanière. Mais les autorités françaises attendent davantage du dialogue avec Londres et Washington. Le voyage de Jung aux États-Unis permet à Rome de soumettre à Roosevelt les réserves italiennes. Celles-ci portent sur la question des dettes, car le gouvernement italien est favorable à leur règlement définitif, conformément aux décisions de Lausanne. Mussolini veut obtenir leur suppression ou un allégement conséquent. L’Italie s’oppose aussi à la conception américaine de la trêve douanière. Elle se réserve des mesures de défense de son marché. Ne produisant que peu de matières premières, la péninsule se prononce contre toute politique économique qui conduirait au relèvement des prix des produits de base. Si elle se trouve placée devant le fait accompli, l’Italie prendrait des mesures de rétorsion.

39Mais Mussolini va également à Washington pour tenter d’obtenir l’aval des autres puissances et notamment le soutien du nouveau chef de l’exécutif américain à son projet de pacte à quatre qu’il a lancé au printemps 1933. En proposant un directoire européen de quatre puissances, le Duce pense créer les conditions de l’entente politique, étape indispensable au règlement des questions économiques.

* * *

40Le projet de « direction tripartite » a échoué au printemps 1933. Anglais, Américains et Français portent une responsabilité particulière dans cet échec. En refusant de lâcher du lest, ils hypothèquent sérieusement la conférence. Washington, Londres et Paris ont alors du mal à freiner les appétits des autres puissances, qui mettent à profit leurs divergences.

41Les pays profitent du mois qui leur reste avant l’ouverture de la conférence pour affûter leurs armes, arrêter leurs positions et chercher le contact avec d’éventuels alliés. La pré-conférence de Washington consacre déjà le règne du chacun pour soi !

Notes

1 G. Dayras (expert français) à MAE, le 17 décembre 1932. AD – Paris, Série Relations Commerciales, s/série B Information économique, volume 33. L’expert assiste aux travaux de la commission économique franco-allemande. Au même moment on discute des amendements à apporter à l’accord commercial de 1927.

2 Lettre de J. Rueff à Ministre des Finances, 7 mars 1933 in AEF – B. 32 317.

3 Discussions du même jour (7 mars 1933) entre Rueff et Leith-Ross, in AEF – B. 32 317.

4 Sur ces entretiens voir le dossier « Conférence économique de Londres », Notes et correspondances diverses in AEF – B. 32 317 et AD – Série SDN, s/série I, J, vol. 1210. Entretiens franco-anglais.

5 Rueff à Ministre des Finances, en date du 29 mars 1933 in AEF – B. 32 317. Les autorités britanniques (surtout Leith-Ross) informent J. Rueff de l’état de leurs discussions avec les Américains. On caresse toujours l’espoir d’un front avec les Français dans l’affaire des dettes.

6 Rueff à Ministre des Finances, en date du 29 mars 1933 in AEF – B. 32 317.

7 Lettre Rueff à Ministre des Finances du 31 mars 1933, in AEF – B. 32 317.

8 Lettre Rueff à Ministre des Finances du 5 avril 1933 in AEF – B. 32 317.

9 Lettre Rueff à Ministre des Finances du 7 avril 1933 in AEF – B. 32 317.

10 Lettre A. Léger – MAE à P. Claudel du 27 février 1933, in AEF – B 32 317.

11 Voir note de M. Robert du 7 mars 1933, in AEF – B 32 317.

12 Télégramme de Paul Claudel à MAE du 9 mars 1933 in AEF – B 32 317.

13 Télégramme de Paul Claudel à MAE du 10 mars 1933, in AEF – B. 32 317.

14 Cette rencontre est relatée dans une correspondance entre MAE et Min. Finances, en date du 29 mars 1933 in AEF – B 32 317.

15 Lettre MAE à Min. Finances le 11 avril 1933, in AEF – B. 32 317.

16 La position américaine est remise à Monick, cf. télégramme Monick à Ministère des Finances du 8 avril 1933 in AEF – B 32 317.

17 Cité par Monick, télégramme du 8 avril 1933 cité ci-dessus.

18 Voir par exemple les « Observations sur le programme monétaire et financier soumis par le gouvernement des États-Unis » du Ministère des Finances du 10 avril 1933 in AEF – B 32 317.

19 Communiqué par télégramme de Monick à Min. Finances, le 19 avril 1933 in AEF – B 32 317.

20 Voir chemise « Projet de fonds commun tripartite pour la stabilisation monétaire » in AEF – B 32 318.

21 Retranscription d’un échange téléphonique Affaires étrangères à Ministère des Finances du 27 avril 1933 in AEF – B 32 318. On y rapporte l’entretien du matin même entre Rist et les experts français.

22 Entretien du 27 avril 1933, Télégramme Rist à Min. Finances du 27 avril 1933, in AEF – B 32 318.

23 Conversations Bizot-Bonnet du 27 avril 1933, in AEF – B 32 318.

24 Voir note précédente.

25 Ministère des Finances à Affaires étrangères, 28 avril 1933, in AEF – B 32 318.

26 Communiqué commun Roosevelt-Herriot, 29 avril 1933, in AEF – B 32 318.

27 Télégramme des Affaires étrangères à Min. Finances 28 avril 1933, in AEF – B 32 318.

28 Télégramme Monick à Herriot et Bizot, le 4 mai 1933 in AEF – B 32 318.

29 Monick à Min. Finances en date du 4 mai 1933, Méthode proposée pour arriver à un règlement des dettes in AEF – B 32 318.

30 Télégramme Monick à Min. Finances du 5 mai 1933 in AEF – B 32 318.

31 Note du Ministère des Finances, élaborée par Maxime Robert, du 8 mai 1933, in AEF – B 32 318. Elle résume la position française et donne des indications sur les vues britanniques.

32 Sur le voyage de Schacht aux États-Unis, voir PAAA – Bonn, Dossier R 118 561, Internationale Weltwirtschaftskonferenz in London 1933 vom 29 April 1933 bis zum 15 mai 1933.

33 Sur les débats autour de la trêve douanière, se reporter à Note de la Direction des Relations Commerciales du Quai d’Orsay du 29 avril 1933 intitulée « Au sujet des négociations de Washington » in AD – Série Relations commerciales 1919-1939, s/série B Information économique, volume 33. et PAAA – Bonn R. 118 561.

34 Schacht à AA, 7 mai 1933 in PAAA – Bonn, R. 118 561.

35 Schacht à AA, 10 mai 1933 in PAAA – Bonn, R. 118 561.

36 Télégramme Schacht à Dreyse, du 9 mai 1933, in PAAA – Bonn, R. 118 561.

37 Schacht à Hitler, 15 mai 1933, Impressions générales du voyage, in PAAA – Bonn, R. 118 562, Internationale Weltwirtschaftskonferenz in London 1933 vom 16 Mai 1933 bis 23 Mai 1933.

38 Se reporter au dossier PAAA – Bonn, R. 118 561.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540