Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un milieu libéral et européen

 | 
Laurence Badel

Préface

René Girault

Texte intégral

1La construction européenne figure parmi les sujets « à la mode » en ces dernières années du vingtième siècle. Phénomène facile à comprendre puisque l’actualité nous pousse à nous interroger sur cette actuelle et profonde mutation des relations entre États et peuples de l’Europe occidentale. D’où proviennent ces transformations ? Sont-elles dues à des concours de circonstances imprévus ou temporaires dans l’après-seconde-guerre mondiale, tels les engagements contraints des Européens de l’ouest pendant la Guerre Froide ou les nécessités d’un marché élargi pour répondre aux besoins d’une croissance continue ? Procèdent-elles au contraire d’un mouvement plus ample, plus profond, issu de réflexions de penseurs politiques ou d’hommes d’affaires préoccupés dès les débuts de ce siècle par l’avenir de l’Europe, alors dominée par les nationalismes et le protectionnisme ?

2Les réponses des historiens aux précédentes questions sont encore fragmentaires. Il faut d’abord revisiter le passé avec de nouvelles approches sans prétendre que l’évolution de l’Europe occidentale dans la seconde moitié du xxe siècle fut aisément prévisible ou qu’elle obéisse à une parfaite logique. Depuis environ une vingtaine d’années, des historiens de l’Europe occidentale se sont rassemblés pour mener de concert des enquêtes qui déboucheront sur des réponses globales ; un premier stade de la recherche collective dépend d’analyses multiples, sectorielles, périodisées. Ainsi, des milieux politiques, sociaux, économiques, des groupes d’acteurs ou de décideurs, des courants intellectuels ou religieux, doivent être scrutés, tout en tenant compte des nombreuses vicissitudes d’une histoire européenne agitée et foisonnante, pour tenter ensuite d’apporter des conclusions pertinentes. Méthode qui suppose de bien repérer ces milieux « porteurs », c’est-à-dire susceptibles d’engendrer une certaine « conscience européenne » dépassant la traditionnelle conscience nationale, quelle que puisse être la forme politique ou économique adoptée pour construire l’Europe.

  • 1 Voir sur ce sujet la synthèse des premières recherches entreprises par le groupe « Milieux économi (...)

3Le monde des affaires ne pouvait manquer de retenir l’attention des historiens1. Pendant le xxe siècle, industriels, commerçants, banquiers, agriculteurs ont dû élargir leurs zones d’activité, souvent au-delà de l’horizon national, afin d’assurer la croissance de leurs entreprises ; du coup, ils étaient portés à la réflexion – et à l’action – sur les moyens les meilleurs pour réaliser un marché plus vaste, plus ouvert, plus compétitif. Cependant le monde des affaires est loin d’être uniforme ; les activités des uns et des autres les poussent en général à envisager des logiques de branches ou de secteurs ; certes des orientations communes peuvent fédérer ce monde multiforme, notamment lorsqu’il s’agit de se « défendre » contre des adversaires communs, tels que l’État qui, en Europe occidentale, a de plus en plus tendance à agir dans le domaine économique, financier, fiscal, etc. Toutefois les traditionnelles distinctions entre participants au monde des affaires, bien analysées par les historiens des siècles passés, persistent encore suffisamment au xxe siècle pour que toute recherche commence par des enquêtes de branches. Banquiers ou industriels ont été les premiers et le plus largement étudiés, peut-être parce qu’ils offraient des archives d’entreprises faciles à repérer, ou bien parce qu’ils n’hésitaient pas à exposer leurs points de vue dans leurs mémoires suivant une mode aujourd’hui répandue. Rien de tel ou presque à propos des dirigeants du grand commerce, au moins en France ; trop de discrétion de ces acteurs ? Trop peu de documentation conservée ? Oubli d’un secteur de la distribution par les historiens davantage séduits par les secteurs de la production ?

4Dans ces conditions, la thèse de Laurence Badel fait figure d’œuvre pionnière. Dans son introduction, celle-ci nous explique fort bien les raisons et les conditions qui l’entraînèrent vers l’étude du grand commerce français au xxe siècle. Nous ne les reprendrons pas ; simplement soulignons l’obligation qui lui fut imposée par la minceur des travaux historiques déjà existants sur ce secteur d’activité, à savoir reconstituer une histoire « générale » de cette branche avant que de s’interroger sur la propension – ou non – des leaders des « grands magasins » à vouloir « construire » l’Europe. Certes des publications sur telle ou telle entreprise commerciale importante avaient déjà vu le jour, mais, le plus souvent, pour répondre à des besoins de « réclame » ou à des circonstances particulières comme les commémorations des anniversaires de fondation de l’entreprise, donnant à ces ouvrages, ou brochures, un ton d’autosatisfaction assez critiquable. En outre, ce récit des exploits passés d’une entreprise se prêtait assez mal à un questionnement orienté vers la recherche de la « conscience européenne » chez les décideurs des grands magasins ou des magasins à succursales multiples. Dès lors, comment aborder l’étude des réflexions menées par ces dirigeants de firmes, d’abord fort logiquement préoccupés par les méthodes de gestion de la distribution et peut-être éloignés des perspectives « européennes » parce qu’ils ne les rencontraient pas dans la vie quotidienne de leur entreprise ?

5Dans son enquête, Laurence Badel a su agir à la façon d’un bon détective. Elle est partie de quelques indices apparents (prises de position pro-européenne de certaines associations inspirées par le grand commerce) pour retrouver de bons témoins (les syndicats patronaux, certains décideurs dans les ministères chargés de la politique extérieure économique, surtout les porte-parole du milieu des grands commerçants avec au premier rang de ceux-ci Jacques Lacour-Gayet), puis pour reconstituer un puzzle compliqué (interférences entre État et patronat, entre patronat et mouvements pro-européens) et, pour finir, en « inventant » – nous usons de ce mot en son sens juridique exact – un milieu original, car constamment libéral et fortement actif dans les organisations qui s’efforçaient de valoriser « l’idée européenne » pendant l’entre-deux-guerres et pendant la guerre, jusqu’à la période qui devait aboutir à la première manifestation notoire des tenants de la construction européenne, le Congrès de la Haye en 1948.

6On ne peut en quelques pages rendre compte de la richesse des apports nouveaux de cette thèse. Ce sont sans cesse des informations inédites à propos d’un milieu jusque-là peu connu ; il est vrai que l’auteur a pu bénéficier de sources souvent inconnues qu’elle a pu « débusquer », comme les archives de l’Union du grand commerce de centre-ville, de la section française de la Ligue européenne de coopération économique, de banques privées, etc., complétées par des papiers personnels.

7Encore fallait-il dominer cette profusion d’informations : Laurence Badel sait remarquablement ordonner les documents présentés pour les rendre « parlants ». Elle sait aussi rassembler ses remarques ou ses intuitions en des réflexions plus générales qui deviennent autant de conclusions sur l’histoire globale de l’économie française pendant les périodes étudiées, sur le bouillonnement des idées dans une France d’abord soumise à la grande crise économique, puis à la défaite de juin 1940, à l’Occupation et à la Collaboration. Son travail s’inscrit tout à fait dans l’intelligente remise en perspective du régime de Vichy effectuée par les historiens français depuis une vingtaine d’années. Enfin, et peut-être surtout, elle éclaire de manière souvent définitive les liens qui existèrent entre certains leaders du patronat français et ceux qui tentaient de populariser des idéaux pro-européens, liens intellectuels ou théoriques sans doute, liens financiers ou prosaïques aussi. Si l’on veut connaître et comprendre le « lobbying » dans la France du xxe siècle on pourra s’informer et retenir les nombreux exemples analysés dans ce livre. Ce n’est évidemment pas la première fois que des historiens français s’interrogent sur les interférences ou les interdépendances entre l’argent et le pouvoir, mais voici de nouvelles matières à réflexion sur ce sujet.

8Parmi les nombreuses idées générales suggérées par la thèse de Laurence Badel, je voudrais m’attarder sur deux d’entre elles qui éclairent particulièrement les originalités de la société dirigeante française entre 1920 et 1950.

9On savait déjà par des travaux antérieurs combien les élites françaises de cette période avaient été marquées, pénétrées, par les « intellectuels » formés dans quelques grandes institutions parisiennes (Sciences Po, Rue d’Ulm, Polytechnique) entrant ensuite soit dans la vie politique, soit dans le monde des affaires. Le milieu du grand commerce n’échappe pas à cette règle, mais il lui ajoute une touche supplémentaire, car il place à sa tête des personnalités qui, au départ, lui étaient assez étrangères, mais qui avaient des dons de plume et de l’entregent dans la société parisienne avant de devenir l’incarnation quasi-permanente de ce milieu ; à cet égard l’itinéraire de Jacques Lacour-Gayet peut être considéré comme symbolique.

10Du coup, on voit concrètement comment des petits groupes, unis par des liens de camaraderie issus d’études communes, peuvent plus tard transcender des barrières naturelles comme celles établies entre représentants de l’État, en l’espèce le Quai d’Orsay ou le ministère des Finances, et porte-paroles ou leaders de milieux d’affaires. L’osmose entre pouvoir d’État et pouvoir patronal existait bien avant que l’École nationale d’administration vît le jour ; non seulement le pantouflage facilitait les passages entre les deux secteurs, mais une commune formation engendrait des rapprochements discrets autour d’idées partagées ou d’objectifs communs. Des comparaisons avec les pays voisins permettraient sans doute de mesurer cette spécificité française, encore que le cas britannique ne soit pas si différent, avec des décideurs publics ou privés « fabriqués » ensemble dans quelques fameux collèges d’Oxford ou de Cambridge. C’est bien d’un monde dirigeant dont il s’agit, obéissant à ses règles de savoir-vivre et savoir-écrire, sachant user des « réseaux » établis entre eux à la ville — en l’espèce surtout Paris —, adhérant à quelques idéaux communs, assez proches politiquement, même si des originalités sont permises parfois, plus enclins à l’action discrète qu’aux discours tonitruants, au point d’avoir longtemps échappé aux enquêtes des historiens. Nous sommes bel et bien dans les sommets de la France, minimisant en quelque sorte la fameuse distinction entre État et secteur privé.

11Toutefois le régime politique en place, Troisième République, État français de Vichy, Quatrième République à ses débuts, offrait des capacités d’intervention plus ou moins faciles ou nécessaires ; il ne les a jamais interdites.

12Grâce aux nombreux exemples présentés par Laurence Badel dans cet ouvrage, nous pouvons saisir les méthodes et les moyens d’intervention du secteur du grand commerce auprès des divers pouvoirs politiques. Ceux-ci sont souvent en prise directe avec les grands événements de la vie politique française : en 1919, en 1936-1937 et bien sûr pendant les bouleversements de la guerre et de la Libération, l’organisation patronale du grand commerce « s’adaptait » aux transformations de la vie politique française par des changements de ses structures professionnelles, de ses relais vis-à-vis de l’opinion publique — on retiendra ici comment la radio devint un outil au service du libéralisme —, tout en gardant une même confiance dans la base fondamentale de son action, l’utilité profonde du libéralisme.

13Car voici le second point qui mérite de retenir l’attention. Les principaux acteurs ou leaders du grand commerce français, avec à leur tête Jacques La-cour-Gayet, ont toujours été fidèles au libéralisme. Cette permanence dans leurs convictions explique, justifie, leurs attitudes quelle que fût la période considérée. En particulier on aurait pu s’attendre à une entente parfaite entre le régime de Vichy et les dirigeants du grand commerce, puisqu’ils avaient une même hostilité politique et économique à l’encontre du Front populaire et de sa symbolique ; un pareil esprit de revanche pouvait les animer ; or, assez vite, passé le ralliement premier au Maréchal, une opposition nette sépara les « dirigistes » de Vichy et les « libéraux » du grand commerce. Du coup, les prétentions nazies et vichystes de construire une Europe nouvelle pouvaient difficilement séduire les groupes pro-européens nés dans l’avant-guerre sous le patronage de certains leaders du grand commerce ; certes il y eut bien des « collaborateurs » parmi les adhérents des ligues ou associations pro-européennes d’avant-guerre, mais la croyance réelle en les vertus du libéralisme suffisait à écarter de la collaboration des gens comme Jacques Lacour-Gayet, tout, comme un peu plus tard, elle en fera un opposant aux réformes de la Libération.

14Nous touchons là aux sources des convictions « européennes » de dirigeants du grand commerce et à leur intervention déterminante dans la constitution, puis le développement des ligues destinées à populariser la construction européenne. La thèse de Laurence Badel contient sur ces sujets des informations neuves et capitales. L’histoire de ces groupes pro-européens est bien mise en lumière ; pour en revenir aux interrogations formulées au début de cet avant-propos, nous possédons désormais une description minutieuse du cheminement vers l’unité européenne de certains responsables français de l’entre-deux-guerres. Sans vouloir simplifier à l’extrême les justifications de tels engagements, constatons l’interférence des idéaux libéraux avec les idéaux pro-européens. Dans sa remarquable conclusion, Laurence Badel discerne trois spécificités dans la conviction libérale du patronat du grand commerce français : la conjonction d’un libéralisme intérieur et d’un libéralisme extérieur, un projet d’une union européenne substitut à un idéal libre-échangiste universel conçu comme utopique, une idée d’Europe associée à la modernisation des entreprises commerciales. On mesure ainsi fort bien les raisons pratiques et concrètes qui poussèrent les groupes de décideurs de ce secteur de la distribution vers un soutien actif aux « laboratoires d’idées », comme le CAED ou la LICE, pro-européens. Ce ne sont pas ces groupes qui construisirent la CECA ou le Marché commun dans les années cinquante, mais ce sont bien eux qui, dès l’entre-deux-guerres, menèrent la réflexion ou l’agitation autour d’un futur européen commun, celui de l’intégration nécessaire des économies nationales sans que la solution supranationale paraisse comme une nécessité au nom de la défense constante du libéralisme.

15Grâce au livre de Laurence Badel nous passons d’une histoire plutôt mythique des origines de la construction européenne à une histoire vraie du passé « européen », faite par des hommes préoccupés et inspirés par la vie quotidienne de leurs entreprises. Ce n’est pas un mince mérite.

Notes

1 Voir sur ce sujet la synthèse des premières recherches entreprises par le groupe « Milieux économiques » dans Idendité et conscience européenne au xxe siècle, Paris, Hachette 1994, « L’émergence de l’idée économique européenne d’un après-guerre à l’autre », Eric Bussière et Michel Dumoulin, p. 67 et suivantes.

Auteur

Professeur Émérite à la Sorbonne

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540