Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les relations économiques et financières franco-allemandes, 1932-1939

 | 
Sylvain Schirmann

Conclusion générale

Texte intégral

1Les relations économiques franco-allemandes souffrent d’un recul constant pendant la période concernée par cette étude. Ce recul généralisé est certes lié à la crise et aux politiques suivies. Mais il est également le signe des tensions politiques entre les deux États. Décidé à en finir avec l’ordre versaillais pour fonder un Reich millénaire, Hitler ne peut que nuire à la paix en Europe. C’est dans ce contexte que s’inscrivent les échanges commerciaux et financiers franco-allemands.

2Le commerce franco-allemand décline régulièrement pendant l’immédiat avant-guerre. De privilégiés, la France et l’Allemagne sont devenus partenaires secondaires, tant la réorientation géographique de leurs échanges les éloigne l’un de l’autre. L’effort du Reich porte en direction du Sud-Est européen ; Berlin y acquiert à la veille du conflit des positions fort enviables. L’Amérique latine rentre également dans le champ prioritaire des investigations allemandes. La France quant à elle a tendance à se replier sur son Empire et ses autres positions s’effritent. Cette modification de la structure géographique du commerce s’accompagne également de la contraction des échanges qui affecte chacun des partenaires. Leurs affaires réciproques connaissent cependant une baisse plus rapide que celle qui affecte leur commerce extérieur global. Les échanges de la France avec ses partenaires reculent de 40 % entre 1929 et 1938, alors qu’ils diminuent de 60 % entre Paris et Berlin, chiffre proche du recul du commerce extérieur allemand.

3Une analyse des intérêts financiers aboutit aux mêmes conclusions. À la veille de la guerre, il y a peu d’intérêts français en Allemagne. La plus grande part des placements français est constituée par les deux emprunts Dawes et Young. Ceux-ci sont nettement plus importants que le montant des engagements privés. Les créances aux mains des acteurs économiques français représentent environ 600 millions de francs, soit à peu près 4 à 5 % des placements extérieurs français. Le mécanisme SICAP assure de surcroît un rapatriement satisfaisant des sommes dues par le Reich. Son fonctionnement laisse espérer un prochain remboursement de la totalité des créances. Paris peut également se montrer satisfait du règlement définitif des emprunts extérieurs du gouvernement allemand obtenu en 1939. L’Allemagne y garantissait ses engagements en contrepartie d’une réduction d’intérêts. La coopération, relativement active au début des années 1930, s’efface peu après l’année 1934 et même les affaires de compensation privée qu’on voudrait généraliser n’ont pas le succès escompté. Ce dernier fuit également la tentative de relance effectuée en 1937. La collaboration en reste à ses balbutiements et les deux économies ne sont absolument pas interdépendantes à la veille du conflit.

4Une telle situation est indéniablement liée à la crise. Les politiques que mènent les deux pays ne peuvent que conduire à ce désengagement réciproque. Hitler renforce les tendances autarciques déjà élaborées par les autorités de Weimar. Avec l’aide de Schacht, il perfectionne un contrôle des changes en place à son arrivée. Il oriente surtout l’économie allemande vers le réarmement : condition de l’acquisition d’un espace vital qui seul peut permettre au

5Reich de faire face à cette plaie qu’est la crise. Les relations économiques extérieures sont donc organisées en fonction de cet unique objectif. Le politique s’impose dès lors à l’économique. Dès la mise en route du Nouveau Plan, le commerce du Reich avec la France est dominé par la recherche de matières premières. Les moratoires, puis le système du clearing qui fonctionne jusqu’en 1937 favorisent Berlin qui peut se ravitailler sans avoir à en assurer le règlement en devises. Ils garantissent au Reich un solde libre de devises que le dispositif de juillet 1937 maintient par un autre procédé. Cette pointe assure l’approvisionnement du réarmement.

6Une telle politique est suivie avec davantage d’âpreté après l’échec du Nouveau Plan. Le plan quadriennal confié à Göring connaît également des déboires. Le Führer envisage dès lors une guerre localisée pour assurer l’autarcie économique allemande. Sa préparation requiert les ressources de l’Empire français. C’est tout le sens de la politique commerciale de l’Allemagne à l’égard de la France. A l’accord coke-minerai s’ajoute un excédent commercial suffisant pour honorer les engagements financiers du Reich et dégager une pointe qui compense le déficit commercial envers le Sud-Est européen.

7Pour Paris, il convient d’abord de défendre l’économie française contre la concurrence allemande. Dès septembre 1933, la France cherche à imposer une politique du donnant-donnant amplifiée par l’échec de la Conférence de Londres. L’entêtement mis à préserver la parité-or du franc isole Paris, incapable de prendre la tête du bloc-or pour lequel Bruxelles, Berne, voire Rome, le sollicitent. Vis-à-vis de l’Allemagne, la France s’engage dans une bilatéralisation (l’accord de clearing de juillet 1934) problématique. Elle cherche prioritairement à préserver ses intérêts financiers immédiats. Cette politique à courte vue s’accompagne du renforcement du protectionnisme et du repli impérial. À partir de 1937, après la dévaluation du franc, Paris cherche à reconquérir ses parts sur le marché allemand, car l’exportation est un moyen de lutte contre la crise intérieure. La France veut imposer ses produits agricoles, ouvrir des débouchés à ses productions coloniales, à ses surplus de matières premières. Mais l’Allemagne n’entend pas participer au redressement français sans de substantiels avantages. Le fait qu’elle les obtienne en permanence est la preuve de la domination économique du Reich.

8Berlin a réussi ce tour de force : transformer systématiquement en avantages ses faiblesses économiques. Incapable d’imposer une politique de stricte réciprocité, le gouvernement français n’a plus d’autre choix que de dénoncer en 1934 le traité de 1927. Les moratoires de juin 1934 obligent Paris, pour défendre ses intérêts, à envisager un régime commercial qui le lie à l’Allemagne. Le clearing, dont l’équilibre résulte nécessairement d’un déficit commercial français, est subordonné au bon vouloir du Reich. Celui-ci utilise la marge de manœuvre qui lui est ainsi octroyée pour créer volontairement des arriérés qui permettent d’exercer une pression économique sur la France. Berlin réussit de cette façon à isoler Paris. La dénonciation du clearing n’améliore pas la position française. Le gouvernement de la République ne veut plus entendre parler d’un accord tant que l’arriéré ne sera pas résorbé. Mais il doit répondre à une double pression : celle des milieux exportateurs et coloniaux qui veulent exploiter la dévaluation et reprendre pied sur le marché allemand, et celle de l’Allemagne qui, à partir de mars 1936, utilise le chantage à la paix. Le nouvel accord de juillet 1937 ne laisse envisager aucun renforcement de la position de la France, car toute vente outre-Rhin entraîne inévitablement des achats en Allemagne. Le dispositif ne fait que consolider le déficit français comme en décembre 1932.

9La domination allemande s’observe également à travers l’évolution de la structure de ce commerce. Ce dernier ressemble de plus en plus à un échange de type colonial. L’exemple du minerai de fer est significatif à cet égard. Celui-ci représente en 1930 3,5 % des ventes françaises à l’Allemagne. A la veille de la guerre, il constitue à lui seul un tiers des exportations françaises vers le Reich. Avec les autres matières premières nécessaires à l’économie de guerre allemande, c’est presque 80 % des achats allemands en France qui sont constitués par des produits primaires. Ceux-ci sont payés par des exportations de charbon et de produits finis qui concurrencent directement certaines productions françaises. Paris ne peut mettre fin à cette structure, car le déficit commercial qui résulte de ces échanges garantit le paiement de nos exportateurs et le remboursement des créances françaises sur le Reich. Bénéfice capital pour l’Allemagne qui réussit par ce mécanisme à faire payer par l’importateur français les matières premières nécessaires à son réarmement et à lui faire honorer les dettes du Reich.

10D’où peut venir cette faiblesse de Paris ? La France a jusqu’en 1934 la hantise des représailles économiques allemandes. Le marché du Reich est vital pour quelques exportateurs français influents et Paris reste dépendant pour certaines importations : combustibles, engrais, machines. Le gouvernement s’est d’autre part fixé une priorité : recouvrer les emprunts Dawes et Young. Une telle politique encouragée par l’état des finances du pays sape toute politique commerciale d’endiguement. Elle encourage la reconnaissance de la particularité du Reich et favorise un recul face aux exigences commerciales de Berlin. Dès lors déficit commercial et structure des échanges trouvent une légitimation de caractère national : ils honorent les créanciers français. L’Allemagne peut alors facilement orienter à sa guise le commerce français.

11La France s’isole également de ses autres partenaires. Son entêtement à conserver la parité-or handicape sa compétitivité et coupe le pays du monde anglo-saxon. Mais au même moment Paris est incapable de prendre la tête d’un bloc-or que les petits États européens souhaitent. Rivés à leurs intérêts immédiats, les pouvoirs publics français favorisent une stricte bilatéralisation des échanges. Celle-ci leur fait perdre des partenaires habituels comme la Belgique ou le Royaume-Uni. La part de Paris en Europe du Sud-Est diminue au profit du Reich pour lequel l’isolement économique de la France va de pair avec son isolement politique.

12Paris est soumis à une double pression intérieure. La Présidence du Conseil doit souvent arbitrer entre le ministère du Commerce, partisan d’une relance des échanges commerciaux, et la Rue de Rivoli, favorable aux rapatriements d’avoirs et au règlement du Dawes et du Young. Le Quai d’Orsay a toujours campé sur des positions fermes en ce qui concerne le Dawes et le Young. Rue de Rivoli et Quai d’Orsay ont imposé le clearing. C’est encore le ministère des Finances, sous l’autorité d’Auriol et avec l’appui de Blum, qui impose la solution attentiste jusqu’en juillet 1937 malgré l’avis opposé du Mouvement général des Fonds attaché à une entente économique avec le Reich. La chute de Blum précipite en juin 1937 les événements. L’accord du 10 juillet 1937, peu favorable à l’amélioration des positions économiques françaises, a une fonction symbolique : il doit inaugurer le rapprochement franco-allemand, garant de la paix en Europe.

13La tentative « d’appeasement » économique est surtout l’œuvre du Quai d’Orsay et du ministère du Commerce. Bonnet et Gentin, de La Baume et Alphand imaginent une coopération étendue entre les deux pays. Pour y parvenir, ils sont prêts à sacrifier certains rapatriements financiers. L’opposition catégorique de Reynaud à la collaboration pousse la Direction des Fonds à rechercher la garantie d’une solution définitive du Dawes et du Young. Son obtention en juillet 1939 lève la dernière hypothèque technique à une entente plus vaste. Mais le contexte politique avait changé.

14Ces réflexions mettent en lumière le rôle éminent du politique dans ces relations économiques franco-allemandes. Le problème est fort simple : la collaboration économique est-elle la condition de la paix ? Ou faut-il d’abord amener Berlin à un accord politique, prélude d’une coopération économique ?

15Ce débat devient central à partir de mars 1936 avec la remilitarisation allemande et l’entrée des troupes du Reich en Rhénanie. Pour Blum, Auriol puis Reynaud, il ne faut pas céder au chantage à la paix dont le Reich s’est fait une spécialité. Les rencontres Schacht-Blum, comme Schacht-Auriol montrent quelles sont les priorités du leader du Front populaire. La paix est la condition d’une négociation économique d’ensemble. Blum fera dès lors tout pour retarder les négociations de 1936-1937, aidé souvent en cela par les circonstances. Mais par la dévaluation de l’automne 1936, Blum a également donné son appui à la Rue de Rivoli qui voulait continuer « un dessein atlantique » pour sauver la paix. Ce projet supposait un arrangement franco-allemand.

16Une telle vision incarnée par Rueff et relayée par Bonnet qui remplace Auriol aux Finances, ne peut que conduire à une révision pacifique de Versailles. L’entente économique est le préalable de la paix. L’acceptation de l’Anschluss et de l’incorporation du territoire des Sudètes sont à cet égard des gestes d’apaisement. L’espérance d’une paix obtenue avec une politique de coopération d’envergure envisagée par la déclaration du 6 décembre 1938 se révèle illusoire. En effet elle permet à Hitler d’obtenir les matières premières nécessaires à son réarmement sans avoir à accorder de contreparties. Apparemment le seul succès français a été d’amener en permanence l’Allemagne à payer son dû et cela au détriment du commerce français. Tout au plus certains ont-ils pu juger l’apaisement indispensable pour gagner le temps nécessaire à un réarmement intensif. Mais le répit dépend encore d’Hitler.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540