Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les relations économiques et financières franco-allemandes, 1932-1939

 | 
Sylvain Schirmann

Quatrième partie. Heurs et malheurs de la coopération économique 1937-1939

Conclusion de la quatrième partie

Texte intégral

1Les deux années qui précèdent le conflit ont été dominées par la question de « l’appeasement » économique. L’impact politique du traité de juillet 1937 n’est plus à démontrer. Il est cependant curieux de constater que cela n’a pas eu d’incidences directes sur des échanges qui ne connaissent pas la progression espérée par les deux pays. Le rapprochement souhaité s’éloigne comme en témoigne l’échec des projets de coopération.

2En signant le 2 août 1938 un accord qui reconnaît implicitement l’annexion de l’Autriche, Paris pense pouvoir assainir l’atmosphère politique en Europe. Les déboires du plan quadriennal, les discours musclés d’Hitler incitent les décideurs français à chercher la voie de la conciliation. Rares sont ceux qui prêchent la fermeté à l’égard du Reich. La ligne de l’apaisement atteint son apogée après Munich dans la déclaration franco-allemande du 6 décembre 1938. Celle-ci lance une politique de collaboration constructive que Berlin entretient, car elle permet au Reich l’achat de matières premières indispensables au réarmement. Reste à savoir si ce rapprochement correspond à la recherche de la détente.

3Cette politique prend fin brutalement en mars 1939 avec l’entrée des troupes allemandes à Prague. La fermeté qui s’esquisse n’est pas un obstacle au renouvellement en été 1939 des accords de juillet 1937.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540