Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les relations économiques et financières franco-allemandes, 1932-1939

 | 
Sylvain Schirmann

Quatrième partie. Heurs et malheurs de la coopération économique 1937-1939

Chapitre XX. Vers la guerre : avril-septembre 1939

Texte intégral

  • 1 Note verbale de l’ambassade de France à l’AA le 31 mars 1939. PAAA R 107136.

1La rupture des négociations qui suit le coup de force hitlérien du 15 mars 1939 marque la fermeté que Paris entend désormais appliquer. L’opinion publique et les autorités allemandes attendent avec impatience la date du 1er avril 1939. En choisissant de ne pas dénoncer le traité de 1937, la France surprend son monde1. Dès lors une question s’impose : à quoi correspondent les négociations qui s’ouvrent en mai 1939 et aboutissent aux accords du 29 juin et 20 juillet 1939 ? Ces derniers permettent à un mois de la guerre de dresser un état des relations économiques et financières entre les deux pays.

I. LA FERMETÉ APRÈS L’APAISEMENT

2Le départ d’Alphand et de la délégation française ne rompt pas les tractations, car il faut régler les affaires en cours. Les entretiens et les prises de position à venir laissent présager une plus grande fermeté française.

A. LA POURSUITE DES ENTRETIENS

3Trois affaires mobilisent encore l’énergie des négociateurs. La première concerne les compensations privées. La seconde traite du renouvellement du dispositif SICAP. La dernière soulève enfin la question d’une éventuelle dénonciation des accords de juillet 1937.

  • 2 Unterredung Shöne, AA - Leblanc, SICAP, du 23 mars 1939. PAAA R 107136.

4La collaboration franco-allemande autorise, sous l’égide de la Commission mixte, des affaires de compensation privée2. Deux dossiers sont discutés à la fin du mois de mars 1939 sans qu’apparemment le contexte politique vienne s’immiscer dans les débats. Français et Allemands se mettent d’accord sur la livraison d’une presse à l’industrie automobile française en contrepartie d’un paiement en avoirs détenus par des ressortissants de la République en Allemagne. Au cours de la même discussion un troc, droits de passage contre des moteurs Diesel, est négocié.

  • 3 Propositions Moeneclaey, le 30 mars 1939. Acceptation par Shöne le 24 avril 1939. L’accord est pro (...)

5A la fin de ce même mois, des rencontres entre Moeneclaey pour la SICAP et Schöne, conseiller au ministère de l’Économie du Reich, visent à proroger le dispositif du 10 mars 1933. Paris souhaite prolonger l’accord jusqu’au 1er juillet 1940, puis jusqu’au 1er juillet 1941 si un accord commercial est en vigueur à cette date. Le nouvel arrangement fixerait la somme réservée aux rapatriements à 1,6 million de RM par mois. Les 300 000 RM payés en moins par rapport à la situation antérieure seraient affectés au règlement des ventes françaises en Allemagne. De nouvelles créances françaises pour une valeur de 15 millions de francs intégreraient le dispositif. Elles concernent les sociétés Kiener, Michelin, Électricité de Strasbourg, De Wendel, Pont-à-Mousson et J. Roulet. La proposition française est acceptée par le Reich et l’accord est prorogé le 8 mai 1939 à condition qu’un renouvellement du dispositif du 10 juillet 1937 soit conclu3.

  • 4 Note verbale, Amba. Berlin à AA, 31 mars 1939, op. cit.
  • 5 Aktenvermerk signé Sabath, le 24 mars 1939. PAAA R 107136.

6Paris n’est pas prêt à dénoncer cet accord même si une telle solution avait été envisagée. La France prône cependant la fermeté dans les discussions futures. La note verbale du 31 mars 1939 qui annonce la renonciation française à la dénonciation s’accompagne d’un certain nombre de conditions4. Le futur accord devra régler de façon définitive le Dawes, le Young et les emprunts autrichiens. Il trouvera de nouvelles ressources destinées à l’exécution du dispositif sur les transferts. Les contingents alloués au Reich seront enfin réduits. Une telle position ne peut que s’opposer à celle exprimée par l’Allemagne. Berlin est décidé à maintenir les dispositions particulières qui existent entre la France et la Tchécoslovaquie, notamment les consolidations tarifaires sur le textile, le fer de forge, la céramique, l’acier et la ferblanterie. Leur maintien dégagerait 1 million de RM d’exportations annuelles supplémentaires5. Paris a cependant d’autres intentions.

B. LA VOIE DE LA FERMETE

  • 6 Lamm, Amba. Paris à AA, 6 avril 1939. PAAA R. 107136.

7Daladier s’oppose à des négociations sur le protectorat de Bohême-Moravie. Il cherche avec l’appui d’autres membres de son cabinet à imposer la voie de la fermeté. Plusieurs mesures sont évoquées6. L’invasion de la Tchécoslovaquie ne doit rapporter aucun supplément de devises au Reich. Aucun contingent n’est désormais distribué pour les marchandises de l’ex-République tchécoslovaque.

8Paris cherche à placer le Reich devant une alternative : ou le Reich accorde une autonomie économique à la Bohême-Moravie ou les marchandises importées de cette province seront soumises au strict régime de la compensation sous l’autorité de l’Office franco-allemand. Les futures négociations sont liées à l’acceptation par le Reich de l’une ou l’autre condition ci-dessus. La même position est réaffirmée au mois d’avril 1939.

  • 7 Moeneclaey à Schöne, 30 mars 1939. PAAA R 107136.

9Le gouvernement français rappelle également sa volonté d’obtenir un accord définitif sur les emprunts du Reich7.

  • 8 Aufzeichnung Hemmen, président de la délégation allemande, 14 juillet 1939. PAAA R 107136.

10La fermeté traduit la suspicion qui pèse dorénavant sur l’Allemagne. Les milieux du commerce souhaitent un boycott des produits d’outre-Rhin. La presse rend compte de la méfiance de l’opinion publique à l’égard du Reich. Les débats parlementaires expriment la même inquiétude et on exige de « ne plus livrer le fer qui nous retombera dessus un jour en bombes8 ». Cette attitude prédomine au moment où s’ouvrent en mai 1939, à Paris, les négociations.

II. LES ACCORDS DE JUIN-JUILLET 1939

11Le camp de la fermeté semble triompher pendant la première phase des négociations. Le durcissement de la position française laisse entrevoir une rupture que le groupe des « apaiseurs » réussit à éviter. Les deux accords qui sortent de ces discussions sont vidés de leur contenu par le climat qui entoure leur mise au point.

A. LES NEGOCIATIONS

  • 9 Hemmen à AA, le 6 juin 1939. PAAA R 107136.
  • 10 Clodius, AA à Hemmen 9 juin 1939. PAAA R 107136.

12Tout paraît bloqué au début du mois de juin 1939. Paris se refuse à poursuivre les négociations tant que le Reich s’opposera à un règlement définitif concernant le Dawes et le Young9. Un tel cas - une rupture des pourparlers - signifierait le simple maintien de l’accord du 10 juillet 1937. En d’autres termes Paris pourrait alors dénoncer les accords coke-minerai. Les pertes matérielles seraient dès lors importantes pour Berlin, à moins que le gouvernement allemand ne se décide à faire des concessions. A l’Allemagne qui essaye de contrecarrer la position française par une réduction des ventes de coke gênante pour l’industrie de la France, Paris répond par une réorientation de ses achats10. Le gouvernement envisage d’envoyer de Monzie, ministre des Travaux publics, aux États-Unis pour se procurer du coke, même plus cher. Vers le milieu du mois de juin 1939, le charbon du Reich est progressivement remplacé par celui en provenance de Pologne et du Royaume-Uni.

  • 11 Arrêté douanier du 19 avril 1939.
  • 12 Sur le commerce entre les colonies françaises et le Reich, à la veille de la guerre, voir PAAA R 1 (...)

13La politique française est la conséquence logique de la préparation économique de la guerre. D’autres mesures visent à gêner les préparatifs allemands. Dès avril 1939, le gouvernement français avait prohibé les exportations agricoles des États du Levant vers le Reich11. Le 6 juin, il restreint les sorties d’aluminium et de bauxite. L’interdiction frappe directement l’Allemagne, un des plus gros clients. Le 11 juin c’est au tour du minerai de fer algérien de ne plus pouvoir prendre le chemin de Berlin. Il est dorénavant réservé aux nécessités du réarmement des alliés de la France et du Royaume-Uni. Fin juin, toute l’exportation tunisienne - sauf les ventes à la Métropole - est interdite. Des prohibitions mises en place jusqu’au 15 août 1939 visent à renforcer l’effort militaire français et à affaiblir l’économie de guerre du Reich12.

  • 13 AA à Hemmen, 15 juin 1939. PAAA R 107136.
  • 14 AA à Hemmen, 15 juin 1939, op. cit.
  • 15 Aufzeichnung Hemmen, 14 juillet 1939, liber Verhandlungen mit Frankreich. PAAA R 107136.

14Mais cet effort de réarmement ne leur permet pas de se passer de relations réciproques. Il faut au Reich le fer français et à la France le charbon allemand. Paris a encore de surcroît d’importants intérêts financiers à défendre. Or cette réalité pèse sur les négociations. C’est le Reich qui crée l’ouverture au milieu du mois de juin 1939. Il donne son accord à un règlement définitif du Dawes et du Young, comme à celui des emprunts garantis autrichiens13. Le 15 juin l’Allemagne fait même un geste supplémentaire : elle accepte le maintien du taux d’intérêt du Young à 5 %, à condition de pouvoir obtenir un accord coke-fer et un règlement des échanges entre la France et le Protectorat de Bohême-Moravie14. La proposition allemande rencontre en France le soutien de ceux qui pensent encore pouvoir jouer la carte de l’apaisement. Alphand, de La Baume, Coulondre défendent les projets du Reich auprès des ministères concernés. Ils essayent, forts de l’appui de Bonnet et de Gentin, de persuader Daladier de la nécessité d’une décision politique dans un tel contexte. « Pour l’Allemagne et la France, il n’y a pas de voie moyenne : c’est ou la guerre, ou une coopération sur grande échelle15 ». Ils espèrent bien évidemment une entente d’envergure, même au détriment de la Pologne, tant les désirs d’Hitler sont sans ambiguïté. Leur action et la nécessité économique ont raison du Président du Conseil. Celui-ci donne son aval à l’entente concrétisée par deux accords signés le 29 juin et le 20 juillet 1939.

B. LES ACCORDS DE JUIN-JUILLET 193916

  • 16 In AEF B 31517.

15L’accord signé le 29 juin 1939 prolonge à partir du 1er juillet le dispositif du 10 juillet 1937 d’une année. Les deux pays ont cependant pris soin d’apporter quelques modifications à l’ensemble des textes. De nouveaux contingents d’importations sont fixés. L’Allemagne pourra utiliser 1,3 million de RM pour honorer ses achats jusqu’en décembre 1939. Cette somme se répartit de la manière suivante : 590 000 RM pour les importations de fer, 450 000 RM pour celles de l’okoumé et 260 000 RM pour une liste de productions que Paris fixera librement.

16Le dispositif coke-minerai est prolongé jusqu’au 31 décembre 1939. Il prévoit la livraison de 160 000 tonnes de charbon par mois en contrepartie d’une pointe allemande dans le commerce des matières premières. Paris s’engage à fournir 500 000 tonnes de fer et un versement de 450 000 RM, comme aide à l’économie du Reich. Un troc nouveau portant sur une compensation charbon-okoumé est conclu. Le marché représente une valeur approximative de 300 000 RM.

  • 17 Échange de lettre Alphand-Hemmen, avec note verbale qui entre en application le 1er juillet 1939, (...)
  • 18 Voir PAAA R 107136, Accords du 1er juillet 1939.

17Un accord personnel Hemmen-Alphand règle par note verbale la question du Protectorat de Bohême-Moravie17. Une liste de contingents avec effet rétroactif au 1er avril 1939 entre en application le 1er juillet 1939. La France accorde au Protectorat des contingents nouveaux pour une valeur de 110 millions de francs. « Prague », en contrepartie, autorise des importations de France pour un montant de 80 millions de francs. Quant au reste le traité franco-tchèque du 7 mars 1939 reste en vigueur. Il permet au Protectorat de continuer à vendre pour 1 million de RM en France. Paris restitue également 20 millions de francs d’avoirs tchèques gelés. Berlin s’engage pour sa part à honorer les créances commerciales du Protectorat jusqu’à la fin de l’année 1939. Un dispositif similaire est conclu, par échange de lettres, pour Memel. La France reconnaissait ainsi les nouvelles agressions allemandes. Le principe d’un accord fondamental sur les emprunts extérieurs est arrêté. Des discussions techniques pour résoudre ce problème sont prévues jusqu’au 20 juillet 193918.

  • 19 Accord additionnel du 20 juillet 1939 signé à Berlin. AEF B 31517. PAAA R 107136.

18L’accord additionnel du 20 juillet 193919 règle de façon définitive le régime des emprunts Dawes et Young, comme celui des emprunts autrichiens. Pour l’emprunt 1924, des provisions mensuelles seront versées à la banque Lazard. Celle-ci honorera les coupons en circulation avec un intérêt de 5 %. Les négociateurs laissent cependant au gouvernement allemand la possibilité de racheter chaque année les obligations certifiées. Le Reich peut à cette fin utiliser les sommes du fond d’amortissement de l’emprunt. Le même mécanisme s’applique au Young. La différence vient du rythme des annuités : pour le Dawes elles sont versées en une fois, pour le Young en 3 fois, le 15 novembre, le 31 mars et le 15 mai de chaque année. L’intérêt annuel d’un coupon reste fixé à 5 %.

19L’Allemagne est autorisée pour les emprunts autrichiens à racheter les obligations. La Caisse des Dépôts et Consignations cédera, dès que le Reich le souhaitera, ses titres à un prix fixé à 870 francs par obligation cotée 1 000 francs à la Bourse de Paris. Les sommes requises pour cette transaction sont prélevées sur les ressources réservées par la SICAP au transfert des créances de particuliers. Les deux gouvernements sont tombés d’accord sur un montant proche de 150 000 RM par mois. Au 1er juillet 1940, l’Allemagne aurait ainsi mis fin à ses obligations financières liées à l’annexion de l’Autriche.

20À un mois de l’ouverture des hostilités, ces accords ne manquent pas d’intriguer. À quoi correspondent-ils ?

C. LA PORTEE DES ACCORDS DE JUIN-JUILLET 1939

  • 20 Voir La Journée industrielle du 21 juillet 1939.

21Si l’on excepte la position illusoire de ceux qui pensent encore sauver la paix, les responsables français ont surtout cherché à renforcer leur appareil productif. Ils y parviennent par la réduction des contingents alloués à l’Allemagne et par des importations de coke désormais garanties. Comme il ne faut pas favoriser les capacités de l’économie de guerre allemande, Paris s’oppose à toute augmentation d’exportations de minerai de fer. Enfin ce qui intéresse la France, c’est de retrouver sa place sur le marché tchèque et d’assurer la récupération de créances commerciales bloquées depuis plusieurs mois à Prague20.

  • 21 Voir chapitres précédents de la présente étude sur le fonctionnement SICAP.

22Berlin peut également avoir des motifs de satisfaction. La reprise des relations commerciales entre la France et le protectorat de Bohême-Moravie équivaut pour le Reich à une reconnaissance du fait accompli. D’autre part sur le plan économique et financier l’Allemagne ne fait pas que des concessions, comme le gouvernement semble vouloir le faire croire. Elle continue à s’adjuger jusqu’en décembre 1939, 500 000 tonnes de fer. La pointe octroyée par la France favorise un solde en devises utilisé pour l’achat des produits nécessaires à l’intensification du réarmement. Enfin, c’est à la France, par l’intermédiaire de la SICAP et de l’accord des paiements en vigueur, d’assurer les ressources nécessaires au règlement d’emprunts qui pèsent de moins en moins pour le Reich21.

23Paris a certes réussi à mieux défendre ses intérêts industriels et financiers, mais la position française est purement défensive. Elle ne gêne pas fondamentalement les préparatifs allemands. Le peut-elle dès lors que les intérêts français en Allemagne sont essentiellement financiers ?

III. UN BILAN À LA VEILLE DE LA GUERRE

24Pour Paris le marché allemand n’est pas et de loin le plus emblématique. Le recul du commerce au cours des années trente n’a pas été enrayé par « l’appeasement ». Bien plus, les deux partenaires se sont livrés à une concurrence préjudiciable à la France sur les marchés tiers.

A. LE RECUL ET LA REORIENTATION DU COMMERCE FRANCO-ALLEMAND22

  • 22 Statistiques de l’OFA, AEF B 31420, B 31421.

25Premier fournisseur et quatrième client de l’économie française au début des années 1930, l’Allemagne possède alors également un important solde actif : près de 3,8 milliards de francs en 1930. La chute brutale des échanges s’amorce avec la crise et atteint son point le plus bas en 1936. Depuis le déclenchement de la crise, les importations en provenance du Reich ont en effet diminué de 80 %. Les ventes françaises outre-Rhin ont dans le même temps reculé de 89 %. L’excédent commercial allemand a lui-même subi une régression de 68 %. À partir de 1937, le commerce franco-allemand redémarre. Sa valeur double de 1936 à 1937. Il passe d’un montant total des échanges proche de 2,3 millions de francs à une somme voisine de 4,6 millions de francs, hauteur à laquelle ils se stabilisent jusqu’à la guerre. Ce recul qui affecte la décennie des années « trente » s’accompagne d’une diminution des quote-parts respectives.

26Alors que les échanges de part et d’autre du Rhin représentent encore 6 % du commerce du Reich et 9,7 % de celui de la France en 1930, ils atteignent à la veille de la guerre les chiffres respectifs de 3,5 % et 6,2 %. La position française est plus faible que celle de l’Europe balkanique, du Proche-Orient, de l’Amérique latine et de l’Europe Scandinave. Elle se situe derrière la position britannique et américaine. Le recul allemand sur le marché français est quant à lui la conséquence du repli de Paris sur l’Empire et du développement du commerce français avec le Royaume-Uni, la Belgique et la Pologne, phénomène qui s’accentue à l’approche de la guerre. La réorientation géographique qui accompagne la contraction du commerce va de pair avec une modification de la structure des échanges.

27Plus de 90 % des marchandises qui constituent l’achat allemand en France sont considérées comme vitales. 80 % sont des matières premières indispensables pour l’industrie : fer (32 %), matières textiles (11 %), bois (8 %), phosphate (5 %). Paris et son Empire sont nécessaires au réarmement allemand. Ces importations sont de plus en plus financées par des exportations de houille, indispensables à une industrie française dont l’effort de guerre a développé le potentiel productif. Ainsi, en renouvelant les accords à l’été 1939, les deux pays songent-ils essentiellement à ne pas compromettre leur propre réarmement, en attendant les effets de la réorientation géographique de leurs échanges. La France se met en quête du marché américain, polonais, britannique et réserve ses produits de plus en plus à ses Alliés. L’Allemagne a commencé sa marche vers l’Europe de l’Est. Le « Grosswirtschaftsraum » est en voie de constitution, mais des intérêts financiers français subsistent dans cette zone.

B. LES INTERETS FINANCIERS

  • 23 Une lettre Moeneclaey à Couve de Murville du 6 février 1939 » est intitulée : « Avoirs restant à r (...)

28Une lettre de Moeneclaey à Couve de Murville fait le point sur les avoirs qui restent encore à rapatrier au 1er août 193923. Le document montre le peu d’engagements financiers français outre-Rhin. Les grandes banques nationales (Crédit commercial, Crédit Lyonnais, Lazard) ont des créances qui se chiffrent à 59 millions de francs. Les banques alsaciennes et locales (Sogenal, Banque Fédérative, Crédit foncier et communal d’Alsace-Lorraine) sont intéressées à concurrence de 152 millions de francs. Les affaires industrielles (Saint-Gobain, Michelin, De Wendel, Firminy) attendent encore le rapatriement de 308 millions de francs engagés en Allemagne. Des entreprises alsaciennes (grands moulins de Strasbourg, Wurmser, Staechelin, Kiener) sont créditrices de 63 millions de francs. Les engagements français plafonnent donc à 582 millions de francs. Ils intéressent en premier lieu le territoire du Reich pour 485 millions de francs. S’y ajoutent depuis février 1938, 92 millions de francs d’avoirs autrichiens et depuis octobre 1938, 6 millions de francs en provenance du territoire des Sudètes. La SICAP assure le rapatriement annuel de 280 millions de francs de créances. L’organisme peut ainsi dans un délai de deux ans couvrir toutes les créances françaises sur le Reich.

  • 24 Données chiffrées communiquées par M. Tacel, La France et le monde au xxe siècle, Paris, 1989, p. (...)

29Reste à assurer annuellement le transfert de 128 millions de francs pour les coupons Dawes et Young. À cette somme s’ajoutent 4 millions de francs pour les intérêts des emprunts sarrois. Le gouvernement allemand ayant décidé d’honorer les engagements de feu l’Autriche, Paris a réussi à obtenir un versement annuel de 52 millions de francs à ce titre. Le Reich doit ainsi annuellement 185 millions de francs aux porteurs d’emprunts vendus sur la place de Paris. Ces capitaux représentent peu de choses par rapport à l’ensemble des placements français dans le monde : 11 milliards de francs-or24. Mais certaines dettes restent symboliques : le Dawes et le Young. Leur non-règlement serait ressenti comme une agression ou une capitulation française.

  • 25 R. W. M. à A. A. 7 novembre 1939, PAAA R 107136.

30La situation économique et financière des deux pays permet de comprendre le renouvellement des accords à la veille de la guerre. Des échanges commerciaux peu intenses permettent aux deux États de poursuivre les préparatifs économiques du conflit. Le faible portefeuille d’obligations est un handicap pour Paris : aucune pression suffisante ne peut s’exercer sur Berlin. Après la déclaration de guerre, le ministère de l’Économie du Reich demande à ses services, le 7 novembre 1939, de considérer dorénavant comme caducs les engagements allemands à l’égard du marché français25. La mesure s’applique également à tout ce que le Reich n’a pas encore réglé depuis le 2 septembre 1939.

Notes

1 Note verbale de l’ambassade de France à l’AA le 31 mars 1939. PAAA R 107136.

2 Unterredung Shöne, AA - Leblanc, SICAP, du 23 mars 1939. PAAA R 107136.

3 Propositions Moeneclaey, le 30 mars 1939. Acceptation par Shöne le 24 avril 1939. L’accord est prorogé le 8 mai 1939. AEF B 31518.

4 Note verbale, Amba. Berlin à AA, 31 mars 1939, op. cit.

5 Aktenvermerk signé Sabath, le 24 mars 1939. PAAA R 107136.

6 Lamm, Amba. Paris à AA, 6 avril 1939. PAAA R. 107136.

7 Moeneclaey à Schöne, 30 mars 1939. PAAA R 107136.

8 Aufzeichnung Hemmen, président de la délégation allemande, 14 juillet 1939. PAAA R 107136.

9 Hemmen à AA, le 6 juin 1939. PAAA R 107136.

10 Clodius, AA à Hemmen 9 juin 1939. PAAA R 107136.

11 Arrêté douanier du 19 avril 1939.

12 Sur le commerce entre les colonies françaises et le Reich, à la veille de la guerre, voir PAAA R 107051. Y figurent toutes les prohibitions françaises.

13 AA à Hemmen, 15 juin 1939. PAAA R 107136.

14 AA à Hemmen, 15 juin 1939, op. cit.

15 Aufzeichnung Hemmen, 14 juillet 1939, liber Verhandlungen mit Frankreich. PAAA R 107136.

16 In AEF B 31517.

17 Échange de lettre Alphand-Hemmen, avec note verbale qui entre en application le 1er juillet 1939, en date du 29 juin 1939. PAAA R 107136. AEF B 31517.

18 Voir PAAA R 107136, Accords du 1er juillet 1939.

19 Accord additionnel du 20 juillet 1939 signé à Berlin. AEF B 31517. PAAA R 107136.

20 Voir La Journée industrielle du 21 juillet 1939.

21 Voir chapitres précédents de la présente étude sur le fonctionnement SICAP.

22 Statistiques de l’OFA, AEF B 31420, B 31421.

23 Une lettre Moeneclaey à Couve de Murville du 6 février 1939 » est intitulée : « Avoirs restant à rapatrier au 1er août 1939 », AEF B 31518. Un autre document interne du ministère des Finances, fait le point, le 27 avril 1939. Intérêts et revenus français en Allemagne. AEF B 31516.

24 Données chiffrées communiquées par M. Tacel, La France et le monde au xxe siècle, Paris, 1989, p. 138.

25 R. W. M. à A. A. 7 novembre 1939, PAAA R 107136.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540