Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les relations économiques et financières franco-allemandes, 1932-1939

 | 
Sylvain Schirmann

Quatrième partie. Heurs et malheurs de la coopération économique 1937-1939

Chapitre XIX. L’apaisement économique (décembre 1938-mars 1939)

Texte intégral

1Tout est mis en œuvre pour que la déclaration du 6 décembre 1938 ne reste pas lettre morte. Les deux pays semblent décidés à donner forme au grand dessein esquissé par G. Bonnet et J. von Ribbentrop. Les premiers projets fleurissent à la fin du mois de décembre 1938. Les réponses au questionnaire du 7 décembre ouvrent de grandes perspectives, malgré les difficultés du moment. Une collaboration d’envergure est même envisagée en février-mars 1939. Elle est à l’origine, dès la fin de l’hiver, d’une série d’accords qui confirme les bonnes dispositions de l’instant. L’entrée des troupes allemandes à Prague casse définitivement cette ardeur.

I. LES INTENTIONS

  • 1 MAE à Coulondre, 12 janvier 1939. AEF B 31476.

2De part et d’autre le mois de décembre 1938 est mis à profit pour rechercher les voies d’une relance économique. Experts, fonctionnaires, ministres élaborent les documents qui seront échangés comme prévu aux alentours du 15 janvier 19391. L’examen des souhaits permet de dresser la liste des convergences. Celle-ci ne doit cependant pas faire oublier que certains problèmes restent en suspens.

A. LES SOUHAITS FRANÇAIS

  • 2 MAE à ministre des Finances, 26 décembre 1938 à Min. Com. AEF B 31475.
  • 3 MAE à ministre des Finances, 20 décembre 1936. AEF B 31475.

3Paris souhaite dans un avenir proche la conclusion d’un accord de tourisme entre les deux pays. Celui-ci présenterait, selon les responsables français, plusieurs avantages. Il aurait le mérite, puisqu’il demande à être financé, de relancer les échanges franco-allemands. Il permettrait ensuite à quelque 10 000 ressortissants du Reich de se rendre en France, ce qui « saurait être favorable à [notre] propagande ». L’accord aurait surtout le mérite de mettre sur les rails le « véritable rapprochement ». Il est « la trame nécessaire au dessein politique esquissé par la récente déclaration franco-allemande »2. Mais le ministère du Commerce, peu enclin à un accord pour lequel il faudrait trouver des moyens de financement, envisage d’autres pistes pour parvenir à un rapprochement avec Berlin3.

  • 4 MAE à Coulondre, 12 janvier 1939. AEF B 3147.

4Le 12 janvier 1939 les réponses françaises au questionnaire du 7 décembre 1938 sont prêtes4. Elles sont envoyées à Coulondre qui les communique au gouvernement allemand. Pour relancer les achats français, Paris s’en remet entièrement aux autorités du Reich. La France espère que l’Allemagne utilisera dorénavant la totalité des contingents alloués. Elle regrette que ses possibilités de vente soient liées, par la faute des accords de 1937, au développement des exportations allemandes en France. Elle formule le voeu que ses produits agricoles puissent reprendre la place qu’ils occupaient par le passé sur le marché allemand. En ce qui concerne les échanges entre le Reich et les colonies, Paris se félicite de l’essor pris par les opérations de compensation privée. Les autorités françaises croient cependant devoir attirer l’attention de l’Allemagne sur certaines difficultés liées aux produits vendus par le Reich et qui concurrencent l’industrie française. Des conversations directes peuvent lever ces obstacles. Paris estime, enfin, que Berlin devrait élargir ses possibilités de vente en ouvrant des crédits aux acheteurs coloniaux.

  • 5 Note verbale de l’Ambassade de France à AA du 14 janvier 1939. PAAA R 107135
  • 6 Note verbale 14 janvier 1939, op. cit. PAAA R 107135.

5La France se montre également favorable à une relance des ententes industrielles privées5. Il s’agit dans un premier temps de redynamiser les ententes existantes, puis d’en créer de nouvelles dans le cadre d’un resserrement des liens entre la Confédération Nationale du Patronat Français et le Reichsverband der Deutsche Industrie. Toute action concertée sur les marchés internationaux bénéficierait de l’appui du gouvernement français. Celui-ci n’envisage plus en ce début d’année 1939 un accord sur le tourisme. Il souhaite en revanche la mise en place d’un « Comité d’accueil » qui « pourrait favoriser dans les domaines de la culture et de la technique les relations entre la jeunesse et certaines élites des deux pays »6.

  • 7 Note verbale 14 janvier 1939, op. cit.

6Des voyages de groupes d’importance égale seraient dès lors réglés par le biais de la compensation directe. Pour le tourisme le gouvernement français imagine la création de bureaux hôteliers chargés de collecter les versements de voyageurs désireux de se rendre dans l’autre pays. Les sommes dont disposerait chaque bureau serviraient à régler le paiement des frais de séjour des ressortissants du partenaire. Aux deux gouvernements de fixer les taux de conversion des monnaies indispensables pour ce type de tourisme7.

  • 8 Note verbale 14 janvier 1939, op. cit.

7Le mémorandum français évoque dans son dernier point les possibilités d’une collaboration économique plus large. Les ententes industrielles devraient déboucher sur des organisations mixtes chargées de la prospection des marchés des pays tiers. « Cette forme d’associations d’intérêts pourrait trouver dans l’exploitation des ressources minières de divers pays de larges possibilités d’activités »8. Le consortium franco-allemand fournirait le matériel et la collaboration technique. La production alimenterait le marché mondial, car il est nécessaire de rémunérer en devises libres le capital investi. Paris propose même à Berlin de lui suggérer dans un très court terme divers projets.

8Ces suggestions relanceraient les relations économiques franco-allemandes. À condition que Berlin soit sur la même longueur d’ondes.

B. LES SOUHAITS ALLEMANDS

  • 9 Coulondre à MAE, 13 décembre 1938. AEF B 31476.
  • 10 Cf. le dossier R. 107135 du PAAA « Handelsvertragsverhältnis zu Deutschland ».

9La presse allemande a mis, dès le retour de von Ribbentrop, l’accent sur la possibilité d’une collaboration entre Berlin et Paris dans l’Europe du Sud-Est. Elle demande à la France d’abandonner « une politique commerciale dont les visées ont un caractère essentiellement politique »9. Si tel était le cas, l’Allemagne pourrait favoriser le transfert des énormes intérêts financiers que la France a dans cette partie de l’Europe. Ainsi la déclaration du 6 décembre doit assurer au Reich la mainmise sur l’Europe danubienne. C’était la condition d’une collaboration accentuée avec Paris. L’ambiguïté française sur cette question n’empêche cependant pas le Reich de faire d’autres propositions10.

  • 11 Le Temps, 10 janvier 1939, « Les intérêts français à l’étranger ».

10Pour relancer le commerce franco-allemand qui connaît un important recul depuis les accords de juillet 1937, Berlin propose de faire gérer directement par les offices allemands les contingents octroyés au Reich. Le gouvernement allemand souhaite pouvoir bénéficier de commandes provenant des administrations françaises et exporter des machines, des produits finis dans les colonies françaises. Paris réduirait ensuite son tarif douanier et accorderait des contingents supplémentaires pour une valeur de 7 millions de francs pendant le premier semestre 1939. Ces exportations additionnelles concerneraient également le marché d’Outre-Mer. Berlin regrette que Paris ne lève pas les interdits qui frappent les achats allemands de caoutchouc, de bauxite et d’aluminium pour lesquels les deux pays pourraient mettre en place un système analogue à l’accord coke-minerai « qui constitue un exemple des plus tangibles et des plus heureux »11.

  • 12 Sabath à A.A., 10 janvier 1939. PAAA R 107135.
  • 13 Note verbale, 14 janvier 1939, op. cit.

11Les désirs allemands font également mention de deux questions particulières. L’une concerne le Maroc, l’autre la Tchécoslovaquie12. Pour ce qui est des échanges avec le protectorat français, l’Allemagne demande une réduction des tarifs douaniers et des facilités d’établissement et de voyage. L’introduction de la législation allemande dans le territoire des Sudètes depuis le 28 octobre 1938 n’a pas encore réglé les problèmes entre Berlin et Paris. Le Reich espère toujours obtenir de la France un remaniement des contingents franco-tchèques au profit du territoire des Sudètes. La question des paiements n’ayant pas encore trouvé de solution, Paris reste prudent pour l’octroi de contingents aux Sudètes13. Tout au plus le gouvernement français consent-il à des échanges de stricte réciprocité. La déclaration du 6 décembre 1938 devrait lever cette hypothèque, estime-t-on à Berlin. Voilà pourquoi le Reich profite du nouveau climat pour reposer cette question. La détente ne doit cependant pas faire oublier les tensions économiques et financières qui existent encore entre les deux pays.

C. LES CRISPATIONS

12Certaines difficultés subsistent aussi bien dans le domaine commercial que dans le secteur financier. Les échanges du Reich avec les colonies, l’accord coke-minerai posent problème. À cela s’ajoutent l’épineuse question du Dawes et du Young et la renégociation du protocole SICAP.

  • 14 Liste in PAAA R 107135 du 11 janvier 1939.
  • 15 Michel Paris, « Nos bois coloniaux et les accords franco-allemands », in La Journée industrielle, (...)

13Depuis le milieu de l’année 1938, d’éventuelles exportations coloniales vers l’Allemagne sont frappées d’interdits par Paris. Une liste de produits pour décembre 1938 mentionne le caoutchouc, l’huile de palme, le bois d’okoumé, le riz. Les autorités allemandes élaborent le 11 janvier 1939 un document précisant les principales interdictions d’exportations en provenance des autres pays qui leur posent problème. On y relève les peaux, les essences le coton, la bauxite, l’aluminium, les scories Thomas et celles au phosphore, le bois d’okoumé et le minerai de fer14. La politique française répond tantôt à la volonté de se réserver le marché colonial, tantôt à une prudence vis-à-vis des capacités allemandes de paiement. L’attitude de la Métropole crée le mécontentement en Afrique occidentale et équatoriale fortement touchée par la mévente d’okoumé. L’Allemagne ayant toujours fourni d’importants débouchés à ce bois exotique, la situation ne peut avoir que des effets bénéfiques pour elle. En effet les colonies concernées font pression sur leur ministre, Mandel, afin qu’il trouve rapidement un terrain d’entente avec le Reich15. Mais cela équivaudrait à brader le marché impérial, ce à quoi Paris se refuse.

  • 16 Échanges minerai-coke, chiffres mensuels, rapport du 19 janvier 1939. AEF B 31516.
  • 17 Rapport du 19 janvier 1939, op. cit.

14L’accord coke-minerai fournit un autre exemple des impasses que connaissent les deux pays. Un bilan de janvier 1939 montre que l’Allemagne consacre des devises libres à l’achat de tonnages complémentaires de minerais nord-africains, qui proviennent de l’Ouenza et du Maroc16. Le Reich prévoit d’en importer pour une valeur d’un million de RM en supplément de ce qu’il achetait déjà en 1938. L’Allemagne veut ainsi, en augmentant la part du minerai d’Afrique du Nord dans ses importations, renforcer sa position dans cette partie de l’Empire français. Elle fragilise par conséquent la Métropole. Paris propose dès lors d’inclure dans l’accord coke-minerai une distribution de pourcentages entre minerai métropolitain et minerai colonial17. L’Allemagne a-t-elle intérêt à l’accepter ?

  • 18 Sabath, AA à Alphand 11 janvier 1939. PAAA R 107135.
  • 19 Litter à Couve de Murville, 27 janvier 1939. PAAA R107135.
  • 20 Vermerk signé Litter, compte rendu d’une entrevue avec Guindey, 1er février 1939. PAAA R 107135.

15Les questions financières alourdissent également le climat. Des divergences apparaissent au sujet du Dawes et du Young. Le remboursement des coupons est-il lié à l’accord de transfert ou nécessite-t-il de la part du Reich un paiement, hors de tout traité particulier ? Pour le gouvernement du Reich, les emprunts ne courent que pendant la durée de l’accord, c’est-à-dire jusqu’au 30 juin 1939. Si le texte n’est pas dénoncé, il est prolongé d’un an, ce qui veut dire que le service des emprunts sera assuré jusqu’au 30 juin 194018. Pour les autorités françaises l’automatisme n’est pas évident juridiquement. Fin janvier 1939, Couve de Murville et son homologue allemand Litter se mettent d’accord pour un approvisionnement mensuel de l’amortissement des emprunts d’une valeur de 9,75 millions de francs et ce jusqu’au 15 mai 1940. Mais l’Allemagne n’a pas encore accédé à la demande française d’un règlement définitif de cette question, hors de tout accord de transfert19. Elle est prête à s’y résoudre si la France ramène uniformément les taux d’intérêts à 4 % et si elle supprime les provisions mensuelles20.

  • 21 Ministre des Finances à ministre du Commerce, 16 février 1939. AEF B31518.
  • 22 Reynaud à Gentin, 16 février 1939, AEF B 31518.

16L’accord sur la SICAP qui arrive à expiration au 1er août 1939 soulève quelques polémiques. Le gouvernement du Reich aimerait y adjoindre un accord touristique21. De même il voudrait réduire les sommes affectées au transfert des créances françaises, alors que celles-ci ont augmenté au cours de l’année 1938 à cause de la liquidation d’entreprises étrangères en Allemagne, de la politique antisémite qui oblige les nationaux à liquider leurs biens et à revenir en France, et à cause de l’annexion de l’Autriche et du pays des Sudètes. P. Reynaud aux Finances est catégorique ; il faut exiger, dit-il, que « l’accord soit renouvelé après le 1er août dans sa consistance actuelle »22. De nouvelles difficultés s’annoncent.

17L’ambiance créée par la déclaration du 6 décembre 1938, le discours d’Hitler du 30 janvier 1939 par lequel celui-ci peint les difficultés économiques de l’Allemagne incitent Paris à taire ces divergences et à chercher la voie de la conciliation.

II. LES NÉGOCIATIONS DE FÉVRIER 1939 ET LES PREMIÈRES ESQUISSES D’UNE NOUVELLE COOPÉRATION ÉCONOMIQUE

18Le déplacement d’Alphand à Berlin au début du mois de février 1939 marque le début d’une nouvelle politique française à l’égard de l’Allemagne. Deux arrangements sont conclus au cours de ce mois. Il faudra toute l’énergie de P. Reynaud pour empêcher la conclusion d’un protocole SICAP désastreux pour la France. Mais ce n’est qu’un incident qui ne remet pas en cause la nouvelle politique suivie par Bonnet et Daladier.

A. LES ARRANGEMENTS DE FEVRIER 193923

  • 23 Texte de l’avenant confidentiel signé à Berlin le 14 février 1939, in AEF B 31516.

19Le 14 février 1939 à Berlin, Alphand et Wiehl signent un avenant confidentiel qui modifie l’exécution technique des accords coke-minerai. Ceux-ci prévoient dorénavant d’affecter une somme de 340 000 RM jusqu’au 30 juin 1939 au paiement du minerai. En revanche les livraisons allemandes de coke diminuent : elles passent de 175 000 tonnes/mois à 70 000 tonnes/mois. L’arrangement stipule que 10 % du minerai de fer vendu à l’Allemagne sera payé. Le reste est honoré par les livraisons de coke et le rapatriement des créances. Un quota métropole-colonie est prévu : le minerai nord-africain ne peut plus représenter que 16 % des ventes françaises. Ainsi, en échange d’une augmentation des parts de livraisons reconnue à la métropole, Paris exporte davantage de fer en Allemagne ; un fer qui n’engendre pour le Reich qu’une maigre sortie de devises.

  • 24 Protocole d’application de l’application de l’accord franco-allemand du 2 août 1938 signé le 21 fé (...)

20Le 21 février 1939, Couve de Murville et Litter concluent à Berlin un protocole sur les obligations Krédit Anstalt 1936 du gouvernement autrichien24. Le texte prévoit que les détenteurs français de ces coupons devront se faire délivrer des certificats de propriété par le Crédit Lyonnais dans des conditions identiques à celles en vigueur pour le Dawes et le Young. Les obligations certifiées seront rachetées pour les coupons venus à échéance entre le 1er septembre 1938 et le 1er mars 1939. Au Crédit Lyonnais de transmettre au Reichsfinanzministerium une indication sur le montant nécessaire pour assurer le paiement du 1er mars 1939. Le ministère versera les sommes dans un délai de 7 jours. La certification définitive interviendra le 15 avril. La carte de l’arrangement que joue le gouvernement français ne fait cependant pas l’unanimité parmi ses membres.

B. LA DISCUSSION SICAP ET LE DEBAT BONNET-REYNAUD

  • 25 Reynaud à Gentin, 16 février 1939, op. cit.

21Le gouvernement allemand souhaite utiliser le mécanisme SICAP pour financer un accord sur le tourisme. Il aimerait également à partir du 1er août 1939 affecter une somme de 900 000 RM/mois au paiement d’exportations françaises. Le solde pourrait alors se répartir ainsi : 400 000 RM consacrés au rapatriement des créances des particuliers, 800 000 RM pour le retour des avoirs bancaires et 200 000 RM comme ressources pour un accord sur le tourisme. Le plan que les Allemands présentent comme une concession à la France nécessite donc des contreparties : acheter à partir du 1er juillet 1939 du minerai pour une somme mensuelle de 500 000 RM (contre 340 000 RM prévus par l’accord du 14 février 1939)25.

  • 26 Reynaud à Gentin, 16 février 1939, op. cit.
  • 27 Reynaud à Gentin, 1er février 1939. AEF B 31518.
  • 28 Reynaud à Gentin, 16 février 1939, op. cit.
  • 29 Reynaud à Gentin, 16 février 1939, op. cit.

22Le projet allemand accueille l’approbation de G. Bonnet, très attaché avec Coulondre à la conclusion d’un accord de tourisme26. Il soulève en revanche l’opposition catégorique de P. Reynaud. « Je ne vois aucune raison, écrit-il le 1er février à Bonnet, pour que des sacrifices soient imposés à des intérêts français »27. Il est hors de question rue de Rivoli de retenir les suggestions allemandes. Celles-ci reviennent à faire financer par les créanciers français l’accord de tourisme et une partie des importations allemandes de fer. Reynaud conseille à Bonnet de travailler à un plan de troc touristique. Au ministre du Commerce Gentin, Reynaud écrit qu’il ne s’opposerait pas « à une légère diminution du chiffre des rapatriements SICAP qui pourrait atteindre 200 000 RM » par mois à la condition que cela ne porte pas sur les créances des particuliers et que le statu quo soit consacré pour les exportations de fer28. Il faut enfin obtenir des Allemands l’inclusion d’autres tranches d’avoirs dans le protocole SICAP. Reynaud campe fermement sur ses positions : si le Reich ne se range pas à ses avis, on prolongera simplement le protocole existant. Il semble avoir été entendu, car, le 16 février, le gouvernement diffère les discussions SICAP.29.

23Cela ne constitue pas pour autant une victoire pour la ligne de résistance incarnée par P. Reynaud. Celui-ci, isolé, ne peut rien contre la ligne Bonnet-Daladier.

C. LE PARI DE L’APAISEMENT ECONOMIQUE

  • 30 Wiehl à von Ribbentrop, 27 février 1939 PAAA R 107135. Von Welczeck, Ambassade Paris à A.A., 21 fé (...)
  • 31 Lamm, Ambassade Paris à A.A., 20 février 1939. PAAA R 107135.
  • 32 Le Temps, 20 février 1939. F. Jenny, « Les négociations économiques avec l’Allemagne ».

24C’est vers le milieu du mois de février 1939 que la ligne politique française d’un rapprochement avec l’Allemagne est définitivement arrêtée. Daladier a été fortement impressionné par le discours d’Hitler au Reichstag le 30 janvier 1939. Le Fuhrer y décrit les difficultés économiques du Reich dans des termes si alarmistes qu’il légitime en fait par avance toute agression, car celle-ci répondrait à un impératif vital. A moins qu’un sérieux effort économique des puissances occidentales ne parvienne à améliorer la situation politique30 ? C’est par exemple ce que pense Gignoux, le patron des patrons français. Il demande de lier le désarmement à une conférence économique internationale. Cette conférence aurait pour tâche de mettre fin le plus rapidement possible à la rivalité économique du Reich et des puissances occidentales, car celle-ci s’affirme « comme un des facteurs les plus dangereux pour la paix »31. Le Temps souhaite que la France et l’Angleterre facilitent « la transition, forcément délicate, de l’économie d’armement actuelle (du Reich) à une économie normale »32. La coopération économique préfigure alors la paix.

  • 33 Von Welczeck, Ambassade Paris à A.A., 21 février 1939. PAAA R 107135.

25Un entretien Lamm (chef du service économique de l’Ambassade d’Allemagne à Paris) - de La Baume, (directeur adjoint au Quai d’Orsay) est éclairant sur les objectifs du gouvernement français33. Au fonctionnaire du Reich qui veut des effets tangibles et pratiques, de La Baume rétorque « que c’est le devoir de la France que de répondre à cet appel ». Daladier a en effet demandé, après le discours menaçant d’Hitler du 30 janvier 1939, que le programme envisagé le 6 décembre 1938 se discute dorénavant sous sa responsabilité directe. Le président du Conseil prend donc en charge la préparation des prochaines négociations franco-allemandes. À cet effet il a convoqué pour la fin du mois de février 1939 une commission interministérielle qui doit fixer le contenu concret du rapprochement.

  • 34 Von Welczeck à A.A., 21 février 1939, op. cit.
  • 35 Von Welczeck à A.A., 21 février 1939, op. cit.

26G. Bonnet a, quant à lui, l’intention de créer un « Centre économique franco-allemand » composé de parlementaires chevronnés et des présidents des grandes chambres de commerce françaises34. Ce centre se fixerait comme but le développement des échanges économiques entre les deux pays. De La Baume et Lamm se mettent d’accord pour une rencontre entre industriels français et allemands fixée au 20 mars 1939. Une démarche est parallèlement tentée par Coulondre et le Quai d’Orsay auprès du ministre du Commerce afin que ce dernier stimule la relance des associations d’intérêts entre la France et l’Allemagne35.

27Il aura fallu le discours d’Hitler pour que la France accélère et aille même au-devant d’un rapprochement dont elle attend beaucoup. A-t-elle la certitude que l’aide accordée au Reich par cette coopération serve la cause de la paix ? Car celle-ci peut avoir pour effet d’accélérer davantage encore la course aux armements. Quoi qu’il en soit, Daladier, Bonnet et certains industriels français sont décidés à jouer cette ultime carte.

III. « LES RICHES HEURES » DE « L’ECONOMIC APPEASEMENT »36

  • 36 Cf. également : B.J. Wendt, Appeasement 1938, Wirtschaftliche Rezession und Mitteleuropa. Frankfur (...)

28Préparée par la Commission interministérielle du 25 février 1939, la nouvelle politique enfantera un premier accord le 10 mars 1939. Celui-ci est considéré comme le point de départ d’une collaboration plus vaste. Paris n’en a peut-être pas pesé tous les aspects. L’agression contre la Tchécoslovaquie vient le rappeler à point nommé.

A. LA COMMISSION INTERMINISTERIELLE DU 25 FEVRIER 193937

  • 37 Procès-verbal de la commission interministérielle du 25 février 1939, sous la présidence de Daladi (...)
  • 38 Présents : Daladier (Président du Conseil), Chautemps (Vice-Président du Conseil), Bonnet (Affaire (...)

29La réunion placée sous la présidence de Daladier prend cinq décisions importantes. L’absence de P. Reynaud montre clairement ce que le ministre des Finances pense de cette commission. Le ministre n’y est même pas représenté, ni par un membre de son cabinet, ni par un haut fonctionnaire de la rue de Rivoli38.

30La Commission envisage d’abord une étude sur les prix des produits allemands. Si les contingents du Reich ne sont pas épuisés, c’est à cause des prix élevés qu’il pratique. Pour relancer l’exportation allemande de laquelle dépendent les ventes françaises, les autorités envisagent un assouplissement du système de contingentement français. Pour accélérer cette relance le gouvernement souhaite de prochaines rencontres entre représentants industriels des deux pays. À eux d’élaborer les formes de collaboration sur les marchés tiers et d’améliorer les ententes industrielles existantes. Une opération de troc est ensuite envisagée. Elle permettrait de vendre des produits agricoles français et de recevoir en échange des machines-outils pour les administrations publiques « et notamment la Défense nationale, la Marine et l’Air ». Ces mesures entraîneraient une augmentation des ventes chiffrées pour chacun des deux pays à une somme comprise entre 60 et 80 millions de francs.

31La Commission arrête à cette Fin une série de projets précis. Elle envisage de procéder à l’achat d’une grue flottante pour le port de Cherbourg. Elle conçoit que l’usine électrique de Gennevilliers s’équipe en Allemagne en se procurant deux ponts mobiles et un déchargeur pour bateaux. Elle invite le ministre des Travaux publics à examiner la mise au point des projets d’hydrogénation des lignites, car le matériel nécessaire à cette technique ne peut venir que d’Allemagne. Le même ministère devrait commander outre-Rhin l’équipement de la mine d’Halouze. Ces fournitures précises relanceraient les échanges car elles représentent 150 millions de francs. En contrepartie Paris souhaite vendre pour une somme identique. Sur la même base de la compensation, le gouvernement recherche également la formule d’un accord de tourisme.

32Une grande partie de la réunion est consacrée à l’examen de la collaboration dans les colonies et protectorats français. Paris décide d’accepter la participation de l’industrie allemande à l’exploitation d’une mine de fer à Conakry, conformément au vœux du Reich. Au ministre des Colonies échoue la difficile tâche de voir comment le capital français pourrait participer à cette entreprise. Des projets d’exploitation de parasoliers pour la fabrication de pâte à papier sont évoqués. L’industrie allemande serait ensuite intéressée à l’équipement de la mine de manganèse de l’Imini au Maroc. La France honorerait le Reich à l’aide d’annuités de matières premières. Une compensation similaire pourrait être imaginée pour la Tunisie. Daladier insiste alors pour que tous les dossiers évoqués pendant la séance soient prêts pour la semaine suivante. À Gentin, au ministère du Commerce, de les centraliser. La commission se quitte en chargeant Juge, conseiller commercial de l’Ambassade de France à Berne, d’une mission pour examiner les problèmes que pose dans le domaine économique la reprise des relations diplomatiques avec l’Espagne de Franco.

33Quelles réactions suscite cette ligne politique ?

B. ASSENTIMENTS ALLEMANDS ET INQUIETUDES FRANÇAISES

  • 39 Wiehl à von Ribbentrop, 27 février 1939 PAAA R 107135.
  • 40 Lefeuvre à Schöne, Conseiller au Reichswirtchaftsministerium, 27 février 1939. PAAA R 107135.

34Les autorités allemandes notent, avec une certaine satisfaction, à la fin du mois de février 1939 que « les nouvelles propositions avec lesquelles la France mène ses approches », correspondent en tout point à l’initiative anglaise, à savoir : « avec des mesures économiques détendre la situation politique »39. Le 27 février 1939, Lefeuvre porte les commandes françaises à Berlin. Il fait également part aux autorités allemandes de la bonne volonté française dans la question des Sudètes, car Paris s’engage à ne pas faire de difficultés pour régler les problèmes afférents aux transferts concernant le territoire arraché à Prague40. Qu’attend la France en échange ?

  • 41 Lefeuvre à Schöne, 27 février 1939, op. cit. Voir également Coulondre à MAE, 7 mars 1939. AEF B 31 (...)

35Trois éléments constituent la contrepartie de ce marchandage41. La France espère que l’Allemagne fera un effort pour aboutir à la conclusion d’un accord sur le tourisme. Paris compte également sur Berlin pour pouvoir participer à la reconstruction de l’Espagne. Les autorités françaises pensent obtenir enfin la prise en compte de tous leurs intérêts en pays Sudète. Ce plan suscite des inquiétudes, chez les industriels notamment.

  • 42 Camille Didier, « Nos relations commerciales avec l’Allemagne », in L’Usine du 2 mars 1939. AEF B (...)
  • 43 Statuts de l’AFIPA. 1er avril 1939 in AEF B 31476. L’association a été créée le 1er mars 1939. Ell (...)

36L’idyllisme français risque d’être la cause d’une trop grande dépendance à l’égard du Reich. Le type de commerce envisagé menace le marché intérieur car les machines, pièces détachées et ouvrages importés d’Allemagne sont de plus en plus produits sur le territoire français. Pour vendre les productions agricoles, le gouvernement a choisi de sacrifier des pans entiers de l’industrie. Si la collaboration est souhaitable, « il faut définir les limites d’intérêts respectifs, en se gardant de toute illusion qui risquerait d’amener à un moment donné de dangereuses déceptions »42. C’est ce que veut également « l’Association française d’intérêts permanents en Allemagne » (AFIPA) créée par les représentants de la grande industrie43. Elle se fixe un double objectif : veiller sur les intérêts des associés et favoriser le développement des relations économiques avec les pays dans lesquels les adhérents ont fait des investissements.

  • 44 « L’expansion industrielle allemande. Ses méthodes ne peuvent être applicables aux colonies frança (...)
  • 45 C. Didier in L’Usine du 2 mars 1939.

37Les industriels français craignent tout autant la présence allemande dans les colonies. L’échange colonial souhaité par le Reich est simple : il offre sa technologie industrielle pour mettre en valeur des richesses dont il demande une part en contrepartie. Pour les hommes d’affaires français, si l’Empire a besoin d’un effort d’équipement supplémentaire, c’est à la France de le fournir44. Laisser ce soin à d’autres c’est compromettre l’unité impériale. Aux autorités françaises de pratiquer à l’égard de l’Allemagne une politique réaliste pour ne pas être confronté « à un moment donné à de dangereuses déceptions »45. Le patronat français attend des gestes allemands.

  • 46 Vermerk AA signé Pol, 7 mars 1939, PAAA R 107135.

38Or Berlin repousse dès le début du mois de mars 1939 les propositions françaises de coopération en Espagne. « Nous n’avons pas le moindre intérêt à faciliter les intérêts français en Espagne », lit-on le 7 mars 1939 dans une note de la Wilhemstrasse. Venir avec la France discréditerait le Reich, car « les Espagnols ne nous comprendraient plus »46. L’affaire montre le sens du rapprochement voulu par l’Allemagne : la participation de l’économie française à l’effort de guerre du Reich. En attendant la désillusion, la coopération est à son zénith au début du mois de mars 1939.

C. LES REALITES CONCRETES

  • 47 Texte de l’avenant in AEF B 31517.

39L’accord du 10 mars 1939 qui complète le dispositif du 10 juillet 1937 est conçu pour être le prélude du grand rapprochement47. L’avenant signé entre Alphand et Wiehl concerne le territoire des Sudètes. Les échanges entre la France et cette ancienne partie de la Tchécoslovaquie sont intégrés dans les relations économiques franco-allemandes. Un accord concernant les transferts d’avoirs est également signé. La question du rapatriement des créances privées sur le territoire des Sudètes pose cependant encore problème. Les ressources sont insuffisantes pour assurer la totalité des règlements. Comme il n’est pas question pour le Reich d’utiliser le surplus de devises libres disponibles à la Reichsbank, la délégation française accepte de rediscuter de cette question à l’été 1939 lors du renouvellement des arrangements financiers et commerciaux du 10 juillet 1937. La position conciliante de Paris permet la poursuite des négociations le 11 mars 1939.

  • 48 Note de l’ambassade de France à l’AA 11 mars 1939, PAAA R 107135.
  • 49 Wiehl à l’AA, 10 mars 1939, PAAA R 107135. Compte rendu d’une rencontre avec L. Lamoureux, ancien (...)

40Ce jour-là le gouvernement français présente à son homologue allemand les propositions concrètes du rapprochement48. Un compte spécial de 145 millions de francs est suggéré. Pour cette valeur un échange produits agricoles français-produits industriels du Reich doit se mettre en place. Paris souhaite la participation du groupe Otto Wolff, à raison d’un tiers du capital, à la mise en valeur de la mine de Conakry. L’Allemagne équiperait les mines de manganèse de l’Imini au Maroc. Les Vereinigte Stahlwerke fourniraient le matériel réclamé par la mine d’Halouze dans l’Orne. Ces prestations seraient honorées par des exportations de fer ; une quantité est même proposée : 300 000 tonnes mensuelles sur deux ans et demi. Paris se prononce enfin sur un accord de tourisme basé sur la compensation à 100 %. Bonnet envisage même de faire participer le Reich à la construction du Transsaharien et à l’installation de complexes portuaires dans l’Empire49.

  • 50 Ambassade Paris à AA, 21 mars 1939, PAAA R 107136.

41Mais le 16 mars 1939, au lendemain du coup de force nazi contre la Tchécoslovaquie, les négociations sont interrompues. Alphand rentre précipitamment à Paris, suivi le 17 mars par l’ensemble de la délégation française. En même temps les accords franco-tchèques sont suspendus et Paris interdit les importations en provenance de Prague50. L’apaisement économique prend brutalement fin.

42La politique de « la collaboration constructive » n’est désormais plus possible. Le climat de tension entretenu par Berlin empêche sa réalisation. Les relations économiques et financières entre Paris et Berlin sont dorénavant inscrites dans la perspective d’une guerre proche.

Notes

1 MAE à Coulondre, 12 janvier 1939. AEF B 31476.

2 MAE à ministre des Finances, 26 décembre 1938 à Min. Com. AEF B 31475.

3 MAE à ministre des Finances, 20 décembre 1936. AEF B 31475.

4 MAE à Coulondre, 12 janvier 1939. AEF B 3147.

5 Note verbale de l’Ambassade de France à AA du 14 janvier 1939. PAAA R 107135

6 Note verbale 14 janvier 1939, op. cit. PAAA R 107135.

7 Note verbale 14 janvier 1939, op. cit.

8 Note verbale 14 janvier 1939, op. cit.

9 Coulondre à MAE, 13 décembre 1938. AEF B 31476.

10 Cf. le dossier R. 107135 du PAAA « Handelsvertragsverhältnis zu Deutschland ».

11 Le Temps, 10 janvier 1939, « Les intérêts français à l’étranger ».

12 Sabath à A.A., 10 janvier 1939. PAAA R 107135.

13 Note verbale, 14 janvier 1939, op. cit.

14 Liste in PAAA R 107135 du 11 janvier 1939.

15 Michel Paris, « Nos bois coloniaux et les accords franco-allemands », in La Journée industrielle, 27 janvier 1939.

16 Échanges minerai-coke, chiffres mensuels, rapport du 19 janvier 1939. AEF B 31516.

17 Rapport du 19 janvier 1939, op. cit.

18 Sabath, AA à Alphand 11 janvier 1939. PAAA R 107135.

19 Litter à Couve de Murville, 27 janvier 1939. PAAA R107135.

20 Vermerk signé Litter, compte rendu d’une entrevue avec Guindey, 1er février 1939. PAAA R 107135.

21 Ministre des Finances à ministre du Commerce, 16 février 1939. AEF B31518.

22 Reynaud à Gentin, 16 février 1939, AEF B 31518.

23 Texte de l’avenant confidentiel signé à Berlin le 14 février 1939, in AEF B 31516.

24 Protocole d’application de l’application de l’accord franco-allemand du 2 août 1938 signé le 21 février 1939, in PAAA R 107135.

25 Reynaud à Gentin, 16 février 1939, op. cit.

26 Reynaud à Gentin, 16 février 1939, op. cit.

27 Reynaud à Gentin, 1er février 1939. AEF B 31518.

28 Reynaud à Gentin, 16 février 1939, op. cit.

29 Reynaud à Gentin, 16 février 1939, op. cit.

30 Wiehl à von Ribbentrop, 27 février 1939 PAAA R 107135. Von Welczeck, Ambassade Paris à A.A., 21 février 1939. PAAA R 107135.

31 Lamm, Ambassade Paris à A.A., 20 février 1939. PAAA R 107135.

32 Le Temps, 20 février 1939. F. Jenny, « Les négociations économiques avec l’Allemagne ».

33 Von Welczeck, Ambassade Paris à A.A., 21 février 1939. PAAA R 107135.

34 Von Welczeck à A.A., 21 février 1939, op. cit.

35 Von Welczeck à A.A., 21 février 1939, op. cit.

36 Cf. également : B.J. Wendt, Appeasement 1938, Wirtschaftliche Rezession und Mitteleuropa. Frankfurt am Main 1966, 152 pages ; R. Poidevin, Vers une relance, op. cit., in Frankreich-Deutschland 1936-1939, op. cit.

37 Procès-verbal de la commission interministérielle du 25 février 1939, sous la présidence de Daladier. AEF B 31476.

38 Présents : Daladier (Président du Conseil), Chautemps (Vice-Président du Conseil), Bonnet (Affaires étrangères), de Monzie (Travaux publics), Queuille (Agriculture), Gentin (Commerce), Mandel (Colonies), Patenôtre (Économie nationale), Pomaret (Travail). Les ministres étaient assistés des fonctionnaires suivants : de La Baume (Quai d’Orsay, Directeur adjoint des Affaires politiques), Alphand (Accords commerciaux), Blum- Picard (Directeur des Mines), Brasard (Directeur de l’Agriculture), Diethelm (directeur du cabinet de Mandel). P. Reynaud invité s’est excusé et ne s’est pas fait représenter.

39 Wiehl à von Ribbentrop, 27 février 1939 PAAA R 107135.

40 Lefeuvre à Schöne, Conseiller au Reichswirtchaftsministerium, 27 février 1939. PAAA R 107135.

41 Lefeuvre à Schöne, 27 février 1939, op. cit. Voir également Coulondre à MAE, 7 mars 1939. AEF B 31476.

42 Camille Didier, « Nos relations commerciales avec l’Allemagne », in L’Usine du 2 mars 1939. AEF B 31476.

43 Statuts de l’AFIPA. 1er avril 1939 in AEF B 31476. L’association a été créée le 1er mars 1939. Elle représente les sociétés De Wendel, Saint Gobain, Aciéries de Micheville, Aciéries de la Marine et d’Homécourt, Fonderies de Pont-à-Mousson, Aciéries de Longwy, Hutchinson, Société Générale Alsacienne de Banque. Le comité est présidé par Gaillet-Billoteau, des Finances, la société de Redange-Dilling en assure le secrétariat et les petits-fils de Fr. de Wendel et Cie la trésorerie.

44 « L’expansion industrielle allemande. Ses méthodes ne peuvent être applicables aux colonies françaises », in L’Usine du 2 mars 1939.

45 C. Didier in L’Usine du 2 mars 1939.

46 Vermerk AA signé Pol, 7 mars 1939, PAAA R 107135.

47 Texte de l’avenant in AEF B 31517.

48 Note de l’ambassade de France à l’AA 11 mars 1939, PAAA R 107135.

49 Wiehl à l’AA, 10 mars 1939, PAAA R 107135. Compte rendu d’une rencontre avec L. Lamoureux, ancien ministre du Commerce. La rencontre a lieu à la foire de Leipzig. Lamoureux est porteur de ces deux projets que Bonnet lui a demandé de transmettre aux autorités allemandes.

50 Ambassade Paris à AA, 21 mars 1939, PAAA R 107136.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540