Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les relations économiques et financières franco-allemandes, 1932-1939

 | 
Sylvain Schirmann

Quatrième partie. Heurs et malheurs de la coopération économique 1937-1939

Chapitre XVIII. Vers le « Munich économique »1

Texte intégral

  • 1 J.B. Duroselle, La Décadence, op. cit., p. 373.

1L’acceptation de l’Anschluss et l’accord du 2 août 1938 encouragent Hitler à poursuivre ses objectifs. Munich en est une suite logique. L’arrangement sur les Sudètes est-il le prélude à la paix en Europe ? A-t-il été encouragé par des milieux d’affaires qui souhaitent cette voie ? Ou l’accord politique conduit-il nécessairement à un renforcement de la coopération économique ? S’il est certain que divers groupes sont favorables à une entente avec Berlin et ce avant Munich, les difficultés économiques du Reich incitent ses responsables à chercher le rapprochement avec Paris. L’avantage peut donc être économique et politique. C’est toute l’ambiguïté de la déclaration du 6 décembre 1938.

I. LES DÉCIDEURS ÉCONOMIQUES FRANÇAIS ET L’ALLEMAGNE

  • 2 Voir : P. Birnbaum. Le Peuple et les gros, histoire d’un mythe - Paris 1979. J.N. Jeanneney, L’arg (...)
  • 3 P. Fridenson, « Le patronat français » in La France et les Français en 1938-1939, p. 139 à 157.

2Que n’a-t-on écrit - et ce dès les années trente - sur la subordination du pouvoir politique à la toute-puissance des milieux d’affaires ? Les mythes ont couru sur « les dynasties bourgeoises », « la synarchie », les trusts et le Comité des Forges2. Qu’en est-il des rapports du patronat français avec l’Allemagne ? Surtout à un moment où s’exprime, après le Front populaire, une « certaine revanche patronale »3.

A. LES PARTISANS D’UNE COLLABORATION ECONOMIQUE AVEC L’ALLEMAGNE

3Les milieux d’affaires français favorables à un rapprochement avec le Reich n’ont pas à proprement parler une stratégie d’ensemble commune. À l’exception des membres du Comité de prévoyance et d’action sociale, qui ne cachent pas leur préférence pour les régimes politiques autoritaires dès 1936, beaucoup de responsables économiques et financiers ne font aucun mystère de leur aversion à l’encontre du totalitarisme. Qu’est-ce qui peut, dès lors, être à la base d’un souhait de « collaboration » économique avec l’Allemagne ?

  • 4 Les Nouveaux Cahiers, n° 22, 1er avril 1938.
  • 5 In J. Bouvier, R. Giranet, J. Thobie, L’impérialisme à la française, 1919-1960..., p. 217.

4L’analyse part souvent de la réalité française du milieu des années trente. L’ensemble du patronat est relativement d’accord pour partager la position exprimée par A. Detœuf, d’Alsthom, dans les Nouveaux Cahiers d’avril 1938. « La perte de notre rang, notre humiliation en terme de puissance date de longtemps » écrit-il. Et il poursuit, amer : « ... nous serons ce que nous sommes, un pays de seconde classe... »4. « La mystique impériale », ce salut attendu de l’Empire, exprimée avec force lors de la Conférence économique de la France métropolitaine et d’outre-mer au début de l’année 1935, n’est-ce pas la reconnaissance de la faiblesse française vis-à-vis de partenaires européens ? En Europe centrale, où s’étend théoriquement une zone d’influence que Paris ne peut se permettre de négliger, force est de constater que « les marchandises (dans cette zone) ne suivent pas les capitaux »5. Ce thème du déclin français alimente les revues et publications des décideurs économiques. Crise démographique, absence de dynamisme, mentalités obsolètes en sont les signes visibles tout comme le recul international.

  • 6 Cité par R. Franck et J. Bouvier, « Sur la perception de la « puissance » économique en France pen (...)
  • 7 Ibid., p. 178.

5Au lendemain de l’Anschluss, Le Bulletin quotidien constate que « l’Allemagne est la première puissance militaire du continent »6. La France et ses alliés n’ont pas pu s’opposer à la constitution de cet « empire nazi de langue germanique ». Peut-elle encore rêver de briser la domination allemande ? Oui, affirme le Bulletin, mais à la condition de faire « un effort suivi de discipline intérieure et de travail »7. Le redressement national est donc possible ! Reste à se défaire des responsables de la crise française et à appliquer la bonne stratégie.

  • 8 Ibid., p. 178.
  • 9 In Y. Lacaze, L’opinion publique française et la crise de Munich, Paris. 1991, p. 497.

6Les tares françaises incombent essentiellement - à la lecture d’une presse patronale et professionnelle - au Front populaire. Coupable désignée, « l’expérience sociale d’inspiration marxiste »8 a amené la funeste « loi des quarante heures ». La politique de Léon Blum est génératrice de désordres économiques et sociaux. Elle a conduit à « un déclin immérité de la Nation ». D’autres responsables expriment des tonalités différentes en suggérant que le libéralisme économique a montré ses limites. Ils souhaitent une économie plus dirigée et proposent de s’inspirer des accords de cartels, car ceux-ci permettent une organisation économique digne de ce nom. Une expérience d’économie dirigée est également appelée de ses vœux par les organisations rurales, par le monde des petits artisans et commerçants. Adversaires d’un capitalisme qui impose « la tyrannie des villes », ils s’opposent aussi à l’idéologie socialiste, qui ruine la propriété et ne reconnaît pas l’effort individuel9. Le mal est désigné. Reste à chercher à l’endiguer, et, sur ce plan, les méthodes divergent.

  • 10 Ibid, p. 497.

7L’Union nationale des syndicats agricoles (UNSA), les comités de défense paysanne espèrent le retour à une France terrienne, soucieuse de ses traditions ancestrales. Le monde paysan, qui a payé un très lourd tribut lors du premier conflit mondial, souhaite ardemment la paix. Pour y parvenir, rien de mieux que de « réaliser l’union des nations paysannes : France, Italie, Espagne »10. Celle-ci peut s’opposer aux pays industriels. Sur ces bases, on se met à rêver à une organisation européenne, une organisation dans laquelle la France, pays où la ruralité se conjugue avec bonheur, pourrait à nouveau retrouver son rang sur le marché allemand, le seul à offrir, s’il redevient actif, de notables débouchés aux produits de l’agriculture.

  • 11 Voir R. Franck, J. Bouvier et P. Fridenson, op. cit.
  • 12 P. Valentin, « Notre politique extérieure, une direction », in Nouveaux Cahiers, n° 20, 1er mars 1 (...)

8Les milieux industriels et bancaires laissent entendre un autre son de cloche. L’équipe des Nouveaux Cahiers pense possible un rapprochement franco-allemand fondé sur la considération des intérêts respectifs des deux pays. P. E. Flandin, le dépositaire politique de cette ligne, croit que la France, incapable de s’opposer au Reich en Europe, est contrainte de traiter avec lui. Cela suppose que Paris abandonne ses ambitions en Europe continentale pour mieux se replier sur l’Empire. La politique d’apaisement préconisée vis-à-vis de l’Allemagne est donc le moyen du redressement français11. Celui-ci est avant tout économique. L’idée d’exécuter conjointement des grands travaux en Europe et en Afrique, « la gestion commune de territoires appartenant à plusieurs États colonisateurs » auraient des incidences positives pour la conjoncture française12.

  • 13 Cf. P. Fridenson, op. cit., p. 152.
  • 14 In Y. Lacaze, op. cit., p. 489.

9Un trop grand effort d’armement que suppose toute politique d’endiguement du Reich ne pourrait lui aussi que renforcer le déséquilibre économique du pays. Voilà ce que pense par exemple Louis Renault. L’économie de l’armement, poursuit A. Detœuf, « menace les finances publiques » et fait courir un risque de totalitarisme, en accroissant l’intervention de l’État13. Au bout du compte, la coopération avec l’Allemagne est le levier de la reconstruction économique du pays. Elle assainirait le budget de l’État, permettrait le renforcement des groupes industriels qui pourraient dès lors repartir à l’assaut des marchés extérieurs (comme Renault ou Alsthom en Pologne). Un conflit franco-allemand serait considéré, sous cet angle, comme criminel. Il empêcherait la renaissance d’une France moralement forte qui, selon les vœux de P. Baudouin, directeur de la Banque d’Indochine, pourrait s’associer avec l’Allemagne « en vue de la défense et de la reconstruction d’un Occident menacé »14.

10Pour d’autres membres du patronat, cette politique constituerait à n’en pas douter une défaite pour la France. Ce qu’ils préconisent, c’est une plus grande fermeté à l’égard du Reich.

B. LES ADEPTES DE LA FERMETE

  • 15 La journée industrielle, 3 septembre 1938.
  • 16 La journée industrielle, 7 septembre 1938.

11La perte de prestige de la France ne doit pas conduire à un alignement sur Berlin. Pour R. Patenôtre, P. Reynaud, comme pour E. Mercier, le président de la Compagnie française des pétroles, c’est la menace nazie qui est de loin le plus grand péril pour la France. Le Reich est un défi aux libertés politiques et économiques. Il convient donc d’esquisser un rapprochement avec les Anglo-Saxons. Des initiatives sont prises dans ce sens dès 1935. La Chambre de commerce internationale de Paris n’a-t-elle pas en juin 1935 créé avec la fondation Carnegie un comité d’experts, chargé d’étudier les mesures à prendre pour abaisser les entraves au commerce ? Ces experts devraient également faire d’intéressantes propositions pour parvenir à une stabilisation des monnaies. En 1937, Les tenants d’une telle ligne soutiennent l’entrée des Américains dans le cartel de l’acier. Le développement des liens avec les puissances anglo-saxonnes est le seul moyen pour renforcer la France. En revanche toute coopération avec l’Allemagne est suicidaire. Jean Pupier, éditorialiste de la Journée industrielle écrit que la Weltanschauung hitlérienne est facteur de guerre15. Le 7 septembre 1938, il poursuit : « Toute collaboration européenne est impossible tant que certains Etats veulent réaliser des buts de guerre en pleine paix »16.

  • 17 J. N. Jeanneney, François de Wendel en République. L’argent et le pouvoir (1914-1940), Paris 1976.
  • 18 Propos maintes fois rapportés : in Jeanneney, in Duroselle, La Décadence, op. cit., in Lacaze, op. (...)

12Le cas de De Wendel a été longuement analysé par J.-N. Jeanneney17. Le sidérurgiste lorrain est favorable à un renforcement des liens avec le Royaume-Uni, ce qui revient à exclure tout rapprochement avec Staline, peu apprécié à Londres. Au moment où la tension internationale s’amplifie, il fait du danger allemand la priorité des priorités. Partisan du respect des traités, il estime que « la peste brune » est bien plus à craindre que « le danger bolchevique intérieur »18.

  • 19 In Y. Lacaze, op. cit., p. 490.

13Quant à Ernest Mercier, le président de la Compagnie française des pétroles, il fait bande à part. Il est au sein du monde patronal le rare partisan d’une entente économique franco-soviétique qui viendrait renforcer l’alliance militaire entre les deux pays. Dès 1935 et jusqu’au déclenchement des hostilités, il s’élève systématiquement contre la politique d’abandon de la France19.

14Cette ligne de résistance amène certaines chambres de commerce à demander un développement prioritaire des industries de guerre. Le réarmement est une nécessité si la France ne veut pas être détruite.

  • 20 In Le moniteur des soumissions, 29 juin 1935.
  • 21 In Le Lorrain, 27 mai 1935.

15Parmi les adeptes de la fermeté à l’égard du Reich figurent également en bonne position certains industriels alsaciens-lorrains. Leur position est davantage dictée par des considérations économiques. Concurrencés directement par les produits allemands, ils souhaitent de la part des autorités françaises des actions musclées pour faire cesser cet état de fait. De Dietrich veut protéger les constructeurs français, « durement atteints » par la crise, des produits allemands. La chambre de commerce de Strasbourg propose d’interdire l’installation en France d’entreprises étrangères, surtout en zone frontalière20. En Lorraine, la presse se fait l’écho des positions de certains industriels. Parlant des exportations françaises de minerais, un quotidien messin remarque que « notre gouvernement sait... qu’il dispose d’une monnaie d’échange, dont la valeur peut faire ouvrir largement les frontières allemandes aux produits français »21. Plutôt utiliser ses armes pour contraindre le partenaire à coopérer, que préconiser un rapprochement sans contrepartie !

C. ET MUNICH ?

  • 22 In Y. Lacaze, op. cit., p. 489.
  • 23 In Y. Lacaze, op. cit., p. 483 à 494.

16La grande majorité des milieux industriels français ne considère pas Munich comme une défaite. Si l’Europe centrale se dérobe à la France, c’est tout simplement parce que Paris, depuis le début des années 1930, a sans cesse facilité les initiatives du Reich par son absence de fermeté. Munich évite la guerre. La signature des accords peut laisser ce temps nécessaire au redressement moral du pays, condition de la reprise économique. Celle-ci ne s’obtient que « par le retour à la pleine liberté de gestion du patronat »22 et par l’abandon de la semaine de 40 heures. Les accords de Munich modifient également les courants d’échanges entre la France, le Reich et la Tchécoslovaquie. Il faut par conséquent - c’est l’avis d’un certain nombre de chambres de commerce - réorienter notre commerce, et avec lui toute notre politique extérieure, vers une collaboration plus large avec l’Allemagne23.

  • 24 In Y. Lacaze, op. cit.

17Sur ces questions diplomatico-économiques s’opposent cependant deux groupes patronaux. Le premier groupe, composé surtout d’industriels, est favorable, malgré ses sympathies pour Mussolini ou Franco, à la résistance contre l’Allemagne. F. de Wendel, Schneider, Rothschild, Mercier, qui appartiennent à ce camp, souhaitent le développement prioritaire des industries d’armement. À l’opposé, un second groupe, où coexistent industriels et banquiers, ne veut pas entendre parler d’un réarmement excessif. Celui-ci pourrait en effet compromettre la reprise économique car il engloutirait d’importants capitaux. L. Renault, H. de Peyerimhoff (houillères), les banques Lazard et d’Indochine sont partisans de l’apaisement et du repli de la France sur son Empire colonial. Munichois, ils soutiennent sans réserve la politique de G. Bonnet au Quai d’Orsay. Ils sont enclins à vouloir un accord de coopération avec l’Allemagne au lendemain de l’annexion du territoire des Sudètes24. Cette collaboration est également souhaitée par le Reich, mais pour des raisons diamétralement opposées.

II. LES SOUHAITS ALLEMANDS

18À quoi correspondent les désirs maintes fois exprimés par les autorités allemandes, au moment des accords de Munich, de renforcer la collaboration économique avec Paris ?

A. DES RELATIONS ECONOMIQUES PEU SATISFAISANTES

  • 25 Amba. Berlin à MAE, 30 septembre 1938, avec copie à Min. Fin. AEF B 31475.

19C’est au moment même où la question des Sudètes apparaît cruellement sur le devant de la scène, que le Reich se plaint de la situation des rapports commerciaux franco-allemands. Dès le 11 septembre 1938, la presse allemande, quasi unanime, déclare que les relations économiques « pourraient être encore largement développées »25.

  • 26 Berliner Tageblatt. 11 septembre 1938.

20Depuis la signature de l’accord économique, les rentrées de devises ont été de 15 % inférieures aux estimations du 10 juillet 1937. Les raisons d’une telle insuffisance sont à chercher du côté de Paris. À cause des dévaluations du franc, lit-on dans les journaux allemands, la concurrence pour l’exportation du Reich est forte sur le marché français. Si les produits allemands veulent s’imposer, Berlin doit consentir d’importants sacrifices et recourir au dumping. Les autorités allemandes notent également un nationalisme économique français. Depuis l’Anschluss, et surtout depuis Munich, des importateurs français se passent des produits allemands. Berlin déplore l’absence de commandes en provenance des administrations de la République, et se plaint du sort fait à son commerce avec l’Empire. La compensation privée prévue par le traité de 1937 est souvent difficile et le commerce colonial protégé par des contingents d’importation26.

  • 27 MAE à Coulondre, 12 janvier 1939. AEF B 31476.
  • 28 MAE à Coulondre, 12 janvier 1939. AEF B 31476.

21Le mauvais fonctionnement des échanges franco-allemands dépend aussi du Reich. L’industrie allemande ne montre que peu d’empressement à satisfaire le marché français. Elle n’utilise en effet qu’une fraction des contingents que lui procurent les accords de 1937. La réorientation des courants d’échanges vers l’Europe orientale éloigne le Reich des marchés occidentaux qu’il met de plus en plus de temps à satisfaire27. Dans les colonies, Paris regrette que les produits allemands soient trop similaires aux siens pour pouvoir espérer une amélioration de leurs positions. La France est surprise par le fait que l’Allemagne ne propose jamais un système de vente à crédit qui intéresserait l’Outre-mer28. Et que dire du peu d’empressement mis par l’Allemagne à acheter des produits agricoles français ? Les difficultés rencontrées sont ainsi l’occasion d’un exposé de griefs réciproques. Mais elles fournissent également à Berlin un prétexte pour proposer des mesures fort concrètes.

  • 29 Liste des produits in PAAA R 107135 en date du 11 janvier 1939.
  • 30 H.E. Volkmann, in Deist, Ursachen, op. cit., p. 367 et suiv.

22Le Reich souhaite d’abord une reprise de ses achats en France. Il dénonce l’attitude française qui limite les exportations de produits intéressant l’économie allemande. La liste fournie est constituée essentiellement de matières premières : peaux, caoutchouc, coton, bauxite, aluminium, déchets de fer, acier, bois exotiques. Berlin espère que des accords similaires à l’arrangement coke-fer se mettront en place pour ces produits29. Les autorités du Reich imaginent la multiplication de trocs particuliers et suggèrent au gouvernement français un dispositif qui vise à échanger des produits agricoles contre des machines agricoles, des engrais allemands. Ces accords spécifiques pouraient représenter une valeur de 6,5 millions de RM en 1939. L’effort fait par le Reich pour relancer les échanges avec la France se comprend aisément au regard de sa situation économique30.

B. LES DEBOIRES DU PLAN QUADRIENNAL

  • 31 B.J. Wendt, Grossdeutschland, op. cit., p. 136.

23Le plan quadriennal en place depuis 1936 arrivait difficilement à répondre aux objectifs qu’Hitler avait assignés à Göring. La construction de la ligne Siegfried, le réarmement et la prise en compte d’un certain pouvoir d’achat pour les masses créent des blocages. Dès 1937 le nombre d’ouvriers qualifiés fait cruellement défaut. Les capacités industrielles n’offrent guère de perspectives encourageantes. Les comptes de clearing, notamment ceux avec l’Europe du Sud-Est, sont déficitaires et les devises rares (70 millions de RM à la fin de l’année 1937). Que dire des réserves en matières premières ? Göring, lui-même, éclaire de façon significative la situation de ce secteur. « Les performances du plan de 4 ans ne peuvent pas être satisfaisantes dans les domaines vitaux pour la guerre. Dans le secteur de la poudre et des explosifs, la situation est à proprement parler catastrophique... » Le responsable de l’économie allemande définit les secteurs où la quête de ressources lui semble essentielle : poudre, explosif, essence, aluminium, fer31.

  • 32 Sur ce plan, voir B.J. Wendt, op. cit., p. 137
  • 33 B.J. Wendt, op. cit., p. 137.

24L’échec du plan quadriennal entraîne la mise en place d’un nouveau programme de ravitaillement de l’économie de guerre, le 12 juillet 1938. Le document fixe deux objectifs. Il s’agit d’abord d’assurer la production de munitions, et par conséquent de se rendre maître des matières premières nécessaires. Le Reich cherche ensuite à couvrir ses besoins en aluminium, magnésium, pétrole et caoutchouc. La réalisation de ce plan complémentaire devait être effective vers 194332. Mais le 1er juin 1938 un document émanant de l’État-major s’inquiète du réarmement occidental. Il met en évidence que l’Allemagne n’a pas les capacités économiques pour effectuer à long terme un tel effort. Les officiers allemands prévoient une augmentation des capacités militaires anglaises et françaises à partir de l’automne 193933. Il devenait dès lors urgent d’agir.

25La dure réalité qui menace l’économie de guerre entraîne plusieurs réactions. Pour les autorités du Reich le moment est venu de réaliser le « Grosswirtschaftsraum ». La constitution de l’espace économique allemand, entamée avec l’Anschluss, se fait en direction des Sudètes. Le contrôle des territoires occidentaux du quadrilatère tchécoslovaque laisse espérer une augmentation du potentiel du Reich. Mais cette politique n’est réalisable que si le contact est maintenu avec les puissances occidentales et notamment avec Londres. D’autant plus que les pays occidentaux fournissent à une Allemagne en proie à des difficultés économiques un excédent commercial et des réserves en devises. Il convient donc pour le Reich de chercher l’accord politique et économique avec ces pays. Ainsi annexion des Sudètes et tentative de rapprochement avec Paris sont liées. L’une comme l’autre permet à l’Allemagne de faire face à l’économie de guerre. Une date charnière se profile cependant déjà : l’été 1939, car à ce moment-là le rapport de forces, aux dires de la Wehrmacht, se renverserait au profit de la France et du Royaume-Uni.

III. DE MUNICH À LA DÉCLARATION DU 6 DÉCEMBRE 1938

26Munich oblige la France à reconsidérer toute sa politique extérieure. La perte de prestige de Paris donne de plus en plus de poids aux tentatives de rapprochement avec l’Allemagne. À quoi correspond l’accord du 6 décembre 1938 ?

A. LES INITIATIVES DE L’AUTOMNE 1938

  • 34 F. Knipping, « Die Deutsch-französische Erklärung von 6 Dezember 1938 », in K. Hildebrand und KF. (...)
  • 35 F. Knipping, op. cit.

27L’initiative de la relance du dialogue revient à la France. En effet Daladier, à son retour de Munich, souhaite, avec l’accord de Bonnet et de François- Poncet, un rapprochement avec le Reich, à l’image de la déclaration germano-britannique obtenue par Chamberlain après la signature des accords de Munich. Au début du mois d’octobre 1938, François-Poncet fait miroiter à von Weizsäcker, le secrétaire d’État allemand, les gains probables d’un voyage de von Ribbentrop à Paris : un nouveau Locarno, une déclaration sur des consultations régulières et un accord sur les parités monétaires34. Ces propositions sont reconfirmées par l’ambassadeur au Führer, le 18 octobre 1938. Si Hitler admet les frontières franco-germaniques, il est en revanche plus discret sur les autres frontières occidentales du Reich. Il manifeste cependant beaucoup d’intérêt pour la collaboration économique que lui propose François-Poncet et souhaite que des experts se penchent sur ces questions35. Ribbentrop est chargé de consigner par écrit cet entretien, dont le texte devra être acheminé à Paris pour recueillir l’approbation du gouvernement français. Les échanges manuscrits s’achèvent le 23 novembre. Ils permettent la venue du ministre des Affaires étrangères du Reich et la déclaration du 6 décembre 1938. Reste à s’interroger sur les motivations profondes d’un tel rapprochement.

  • 36 F. Knipping, op. cit.
  • 37 F. Knipping, op. cit.

28Le règlement de la crise des Sudètes a indéniablement miné le prestige français en Europe orientale. Le doute n’est plus permis : le Reich est la puissance hégémonique du continent. Sa capacité militaire dépasse celle de la France et du Royaume-Uni. Un état des lieux dressé par Gamelin en décembre 1938 mentionne que la France n’a aucune chance de remporter une guerre contre l’Allemagne à la sortie de l’hiver 193936. La question centrale posée aux responsables français est donc extrêmement simple : comment remédier au lendemain des accords de Munich à cette faiblesse ? Si pour les uns il convenait de se replier sur l’Empire colonial et d’abandonner l’Europe centrale à l’Allemagne, pour d’autres il fallait esquisser un rapprochement avec la Pologne et l’URSS afin de contrecarrer les velléités germaniques. En réalité l’alternative présentée n’en était pas une, car l’abandon de l’Europe centrale n’était guère concevable. Celui-ci aurait indéniablement renforcé le Reich qui pouvait dès lors se retourner contre l’Ouest. La seule réponse diplomatique possible devenait l’attente. Le temps permettait la poursuite du réarmement et, pensait-on, l’affaiblissement d’Hitler37. La détente gagnait la durée nécessaire au renforcement des capacités de résistance. La position défensive de la France ne lui laisse aucun autre choix : l’apaisement avec la perspective de ce gain de temps indispensable est une nécessité.

  • 38 F. Knipping, op. cit.

29Quant à Hitler, le rapprochement franco-allemand lui laisse les mains libres à l’Est. Il correspond à une stratégie mûrement élaborée. En entretenant une propagande de paix, jointe dorénavant au geste, Hitler minimise les tensions franco-allemandes qui portent sur les colonies et la construction de la ligne Siegfried. Le Führer cherche ainsi à se prémunir d’une intervention sur ses frontières occidentales, pendant qu’il opère à l’Est. En effet, dès la fin du mois d’octobre 1938, il a clairement arrêté son agression contre ce qui reste de la Tchécoslovaquie et contre d’autres États orientaux. Pourquoi alors ne pas répondre à une initiative avantageuse venant des gouvernants français ? Ribbentrop exprime clairement ce calcul allemand. À Coulondre, successeur de François-Poncet, il déclare que « les États européens doivent se limiter à leurs réels intérêts ; la France a l’Empire, le Royaume-Uni également ; l’Allemagne a l’Europe du Sud-Est »38. La position allemande est simple : si elle est reconnue, il n’y aura plus de divergences en Europe et l’entente franco-allemande ne pourra qu’aller de l’avant. La faible opposition française à ces discours ne peut qu’encourager le Reich à répondre à l’initiative de Paris. Cette dernière signifie pour lui : « les mains libres à l’Est ».

30Si de part et d’autre des motivations diplomatiques poussent au rapprochement, le dysfonctionnement économique incite également à l’entente. Les questions commerciales, financières, les intérêts ne sont pas étrangers à la déclaration de décembre 1938.

B. LES CONSIDERATIONS ECONOMIQUES

  • 39 F. Knipping, op. cit.

31G. Bonnet souhaite dès le mois d’octobre 1938 des discussions économiques et financières franco-allemandes. Elles lui semblent utiles pour mettre à plat tous les problèmes liés à la faiblesse de la devise française. À la fin du même mois, le Quai d’Orsay confirme à Abetz que la collaboration économique franco-allemande « pourrait constituer le premier objet d’une déclaration. »39. Était-ce le début d’un « economic appeasement », d’une stratégie économique d’ensemble voulue par Paris pour garantir la paix en Europe ?

  • 40 J.B. Duroselle, La Décadence, op. cit., p. 372 et suiv. « Munich et l’Économie ».

32Une telle politique suppose un retrait français d’Europe orientale. Or l’analyse des faits montre qu’il n’en est rien. Ce n’est qu’après Munich que la France se rend compte que ses intérêts financiers sont menacés par l’expansion commerciale de l’Allemagne dans cette partie du continent. Largement présente en Europe centrale et orientale dans tous les secteurs, la France a certes tendance à éviter des placements à long terme depuis l’arrivée d’Hitler au pouvoir. Bien au contraire, Paris semble plutôt déterminé à maintenir ses positions à la fin de l’année 193840. La résistance est d’abord incarnée par Schneider qui ne cède qu’à contrecœur ses intérêts dans le groupe tchèque Skoda, le 31 décembre 1938. La Banque des pays de l’Europe centrale qui avait dû vendre les parts de sa succursale de Vienne à la Dresdnerbank redouble d’efforts pour garder son siège de Prague. Schneider, encore lui, par l’intermédiaire de Skoda, cherche à préserver à tout prix ses prises de participation dans l’Anglo-Czechoslovak and Prague Crédit Bank. La « résistance » à l’influence allemande provenant de ces milieux d’affaires est également suivie par les pouvoirs publics.

  • 41 J.B. Duroselle, La Décadence, op. cit., p. 377.
  • 42 J.B. Duroselle, op. cit., p. 378.

33Ceux-ci prennent progressivement conscience que le Reich est en train de réaliser ce Mitteleuropa si désiré : le Danube en passe de devenir « un fleuve allemand ». Le commerce du Reich avec les pays danubiens est dorénavant supérieur à celui qu’il effectue avec la France, le Royaume-Uni, les États-Unis réunis. La menace allemande débouche sur l’envoi d’une mission économique française en Europe centrale41. H. Alphand, directeur des Accords commerciaux et chef de la mission, pense que des investissements français pourraient concurrencer efficacement les positions allemandes. P. Reynaud, ministre des Finances, est favorable à l’accroissement des achats dans cette zone. Il ne veut en revanche guère entendre parler de crédits qui permettraient d’augmenter nos ventes à ces pays. Même l’État-major souhaite que la mission puisse favoriser « les prises de participations françaises dans les usines de cuivre, de plomb, de zinc et d’antimoine, dans les entreprises métallurgiques et chimiques »42. Si ces projets doivent être suivis d’effets, nul doute qu’ils provoqueront l’ire des Allemands, en se heurtant aux intérêts de Krupp et de l’IG Farben.

  • 43 43 J.B. Duroselle, op. cit., p. 378.

34Les chances de cette mission qui quitte Paris le 15 novembre 1938 ne sont pas négligeables. D’abord elle démontre que la République n’entend pas rester inactive dans cette sphère orientale de l’Europe. La France exprime ainsi sa volonté de défendre ses intérêts en apportant un argument de poids : elle paie ses achats en devises. Mais des handicaps amènent l’échec de l’entreprise, comme le mentionne le rapport final envoyé à Gentin, ministre du Commerce, le 19 décembre 19384433. Les prix élevés et les produits essentiellement agricoles n’intéressent pas Paris. Le ministre de l’Agriculture, Queuille, s’oppose à tous les projets qui pourraient concurrencer le secteur dont il a la charge. La contre-offensive vers l’Europe de l’Est est condamnée au moment même où la déclaration franco-allemande donne un souffle nouveau à la collaboration économique entre les deux pays.

35Y a-t-il un lien entre les deux faits ? Nous pensons davantage que depuis le milieu de l’année 1938 les difficultés intérieures rendent vitale une relance des échanges économiques franco-allemands. C’est ce que souhaite la déclaration du 6 décembre 1938.

C. LA DECLARATION DU 6 DECEMBRE 193844

  • 44 À côté de l’article de F. Knipping, op. cit., voir : F. L’Huillier, « Les Français et l’accord du (...)

36La déclaration marque l’aboutissement des accords de Munich. L’annonce d’une politique de bon voisinage, la garantie réciproque des frontières laissent entrevoir des consultations que les deux partenaires désirent dès que la nécessité se fait sentir. Le point trois du texte signé entre Bonnet et Ribbentrop envisage même de tout faire pour empêcher la résurgence de crises internationales. Mais Ribbentrop arrive accompagné d’une importante délégation d’experts économiques, ce qui laisse présager de la dimension que doit prendre, aux yeux de Berlin, le rapprochement franco-allemand.

  • 45 MAE à Coulondre, le 12 janvier 1939. AEF B 31476.
  • 46 Frankfurter Zeitung 10 décembre 1938 et Coulondre à MAE, le 13 décembre 1938. AEF B 314763. Coulon (...)

37Le 7 décembre, sur la proposition du directeur des services économiques de l’Auswärtiges Amt, Wiehl, les deux pays mettent au point un questionnaire qu’ils se proposent d’étudier pour le 15 janvier 193945. Le document doit rechercher les possibilités d’une collaboration économique renforcée entre les deux pays. La première piste de travail vise à élaborer des dispositions pour relancer le commerce franco-allemand, y compris les échanges entre le Reich et les colonies. Les deux partenaires s’intéresseraient ensuite à la création de nouvelles ententes industrielles. Dès lors un autre aspect de l’étude consiste à trouver des facilités de contact entre les ressortissants des deux États. La dernière question se fixe l’ambitieux objectif d’organiser dans des pays tiers une coopération franco-allemande. L’ambiguïté cependant demeure : selon Berlin, Paris, en échange de ce rapprochement, se désintéresserait de l’Europe centrale46. La France a toujours exprimé le contraire comme le montre sa politique à la fin de l’année 1938. Quoi qu’il en soit, la déclaration du 6 décembre, la réunion du lendemain annonceraient la collaboration économique.

38La déclaration du 6 décembre 1938 marque l’apogée de la politique française de rapprochement à l’égard du Reich. La volonté de coopération doit laisser à Paris le temps nécessaire à un renforcement de son potentiel, mais elle permet à Hitler de se prémunir à l’Ouest. Elle soulève une grave interrogation : la France a-t-elle laissé à l’Allemagne les mains libres en Europe orientale ? La politique française montre que Paris n’est pas prêt à sacrifier ses intérêts dans cette zone. Dès lors le seul résultat tangible reste la perspective d’une coopération économique. Les deux pays, pour des motifs tant conjoncturels que diplomatiques, ont intérêt à jouer momentanément cette carte à fond.

Notes

1 J.B. Duroselle, La Décadence, op. cit., p. 373.

2 Voir : P. Birnbaum. Le Peuple et les gros, histoire d’un mythe - Paris 1979. J.N. Jeanneney, L’argent caché. Milieux d’affaires et pouvoirs politiques dans la France du xxe siècle. Paris 1981. Beau de Loménie, Les responsabilités des dynasties bourgeoises, tome V, De Hitler à Pétain, Paris, 1973.

3 P. Fridenson, « Le patronat français » in La France et les Français en 1938-1939, p. 139 à 157.

4 Les Nouveaux Cahiers, n° 22, 1er avril 1938.

5 In J. Bouvier, R. Giranet, J. Thobie, L’impérialisme à la française, 1919-1960..., p. 217.

6 Cité par R. Franck et J. Bouvier, « Sur la perception de la « puissance » économique en France pendant les années 1930 ». In R. Girault-R. Franck (sous la direction de), La puissance en Europe, 1938-1940, Paris, 1984, p. 178.

7 Ibid., p. 178.

8 Ibid., p. 178.

9 In Y. Lacaze, L’opinion publique française et la crise de Munich, Paris. 1991, p. 497.

10 Ibid, p. 497.

11 Voir R. Franck, J. Bouvier et P. Fridenson, op. cit.

12 P. Valentin, « Notre politique extérieure, une direction », in Nouveaux Cahiers, n° 20, 1er mars 1938.

13 Cf. P. Fridenson, op. cit., p. 152.

14 In Y. Lacaze, op. cit., p. 489.

15 La journée industrielle, 3 septembre 1938.

16 La journée industrielle, 7 septembre 1938.

17 J. N. Jeanneney, François de Wendel en République. L’argent et le pouvoir (1914-1940), Paris 1976.

18 Propos maintes fois rapportés : in Jeanneney, in Duroselle, La Décadence, op. cit., in Lacaze, op. cit.

19 In Y. Lacaze, op. cit., p. 490.

20 In Le moniteur des soumissions, 29 juin 1935.

21 In Le Lorrain, 27 mai 1935.

22 In Y. Lacaze, op. cit., p. 489.

23 In Y. Lacaze, op. cit., p. 483 à 494.

24 In Y. Lacaze, op. cit.

25 Amba. Berlin à MAE, 30 septembre 1938, avec copie à Min. Fin. AEF B 31475.

26 Berliner Tageblatt. 11 septembre 1938.

27 MAE à Coulondre, 12 janvier 1939. AEF B 31476.

28 MAE à Coulondre, 12 janvier 1939. AEF B 31476.

29 Liste des produits in PAAA R 107135 en date du 11 janvier 1939.

30 H.E. Volkmann, in Deist, Ursachen, op. cit., p. 367 et suiv.

31 B.J. Wendt, Grossdeutschland, op. cit., p. 136.

32 Sur ce plan, voir B.J. Wendt, op. cit., p. 137

33 B.J. Wendt, op. cit., p. 137.

34 F. Knipping, « Die Deutsch-französische Erklärung von 6 Dezember 1938 », in K. Hildebrand und KF. Werner (Eds), Deutschland und Frankreich 1936-1939. Munich 1981, p. 523.

35 F. Knipping, op. cit.

36 F. Knipping, op. cit.

37 F. Knipping, op. cit.

38 F. Knipping, op. cit.

39 F. Knipping, op. cit.

40 J.B. Duroselle, La Décadence, op. cit., p. 372 et suiv. « Munich et l’Économie ».

41 J.B. Duroselle, La Décadence, op. cit., p. 377.

42 J.B. Duroselle, op. cit., p. 378.

43 43 J.B. Duroselle, op. cit., p. 378.

44 À côté de l’article de F. Knipping, op. cit., voir : F. L’Huillier, « Les Français et l’accord du 6 décembre 1938 », in Les Relations franco-alemandes 1933-1939, CNRS 1976, p. 411 à p. 424.

45 MAE à Coulondre, le 12 janvier 1939. AEF B 31476.

46 Frankfurter Zeitung 10 décembre 1938 et Coulondre à MAE, le 13 décembre 1938. AEF B 314763. Coulondre fait le commentaire de l’article du 10 décembre 1938, et précise que le sentiment du journal est partagé par l’opinion allemande.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540