Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les relations économiques et financières franco-allemandes, 1932-1939

 | 
Sylvain Schirmann

Quatrième partie. Heurs et malheurs de la coopération économique 1937-1939

Chapitre XVII. L’Anschluss et ses indices sur les relations économiques franco-allemandes

Texte intégral

1Les difficultés de fonctionnement de l’accord du 10 juillet 1937 ne sont pas exclusivement liées à la conjoncture économique qui sévit dans les deux pays. Dès le début de l’année 1938 Hitler met en œuvre son projet d’annexions territoriales limitées. La dégradation du climat politique provoquée par l’Anschluss le 13 mars 1938 place la France dans l’obligation de redéfinir sa politique à l’égard du Reich. Dorénavant les rapports économiques dépendent davantage de considérations politiques que de facteurs économiques.

2L’agression contre l’État autrichien suscite certaines interrogations. Quelle est sa place dans l’économie de guerre voulue par le plan de quatre ans ? Elle modifie la donne franco-allemande et amène de nouvelles négociations pour adapter le traité de 1937 à la situation créée. L’accord qui en résulte le 2 août 1938 n’est-il pas une reconnaissance de jure de l’absorption de l’Autriche par le Reich ?

I. L’IMPACT ÉCONOMIQUE DE L’ANNEXION DE L’AUTRICHE

  • 1 Cf. l’analyse de H. Laufenburger, L’économie allemande à l’épreuve..., op. cit., p. 103.

3Il est erroné de considérer l’annexion de l’Autriche comme un des moyens économiques capables de diminuer la dépendance du Reich. Néanmoins les autorités allemandes n’ont pas manqué de mettre en valeur les avantages matériels qu’elles retiraient de l’agrandissement de leur pays1. Dans ces conditions il faudra bien reconsidérer les rapports économiques de cette grande Allemagne avec ses partenaires habituels. Paris a d’importantes positions financières à défendre.

A. LE BILAN ECONOMIQUE DE L’ANSCHLUSS

  • 2 Cf. B.J. Wendt, Grossdeutschland, op. cit., p. 134 et suiv., ch. 4.

4L’annexion de l’Autriche doit être considérée comme une étape du programme d’expansion qui vise à réaliser l’hégémonie allemande sur un grand espace économique en Europe. De prime abord, les deux économies - celle du Reich et de l’Autriche - sont complémentaires2. Pays de produits primaires l’ancien État des Habsbourg pouvait en partie combler les insuffisances de l’Allemagne. Sa production laitière est largement excédentaire. Il en est de même pour certaines matières premières dont l’exploitation mérite encore d’être intensifiée : bois, fer, plomb, zinc. Que dire de l’énorme potentiel hydraulique ! Les perspectives pétrolières semblent également prometteuses. Les capacités industrielles de Vienne sont sous-employées depuis le début de la crise, mais les besoins de l’économie du Reich plaident pour une relance de la machine. Selon les autorités allemandes, le rattachement est d’une importance capitale pour l’économie de guerre.

  • 3 H.E. Volkmann in Deist, Messerschmidt, Volkmann, Wette, Ursachen und Voraussetzungen, op. cit., p. (...)
  • 4 Cité par H.E. Volkmann, op. cit., p. 382.
  • 5 Cité par H.E. Volkmann, op. cit., p. 384.

5La rapidité mise par Göring pour étendre le plan de quatre ans au territoire annexé témoigne de ce rôle que peut jouer l’Autriche3. Le 14 mars, le ministre nazi déclare que ses soucis principaux seront dorénavant « l’intensification de la recherche énergétique, la prospection systématique des trésors du sous-sol et la rentabilisation des moyens de communication, comme de l’industrie »4. Très rapidement l’économie autrichienne est sous la coupe de celle du Reich. Prises de participation, achats au rabais de firmes réorientent la production autrichienne en fonction du réarmement allemand. Les ouvriers autrichiens marqués par le chômage sont invités d’abord, forcés ensuite à se rendre dès la fin mars 1938 en Allemagne « où on en a fortement besoin » selon les mots mêmes de Göring5.

  • 6 H.E. Volkmann, op. cit., p. 384-385.

6Autre motif de satisfaction pour le Reich, les réserves en devises du petit État danubien suffisent à couvrir les besoins de la moitié du plan de quatre ans, aux dires des fonctionnaires allemands. H.E. Volkmann estime l’apport autrichien à 900 millions de RM, soit une quinzaine de fois la réserve de la Reichsbank6. Une telle bouée de sauvetage assure dans l’immédiat les importations de 1938. L’annexion procure enfin un avantage stratégique. Le nouveau Reich possède dès lors une frontière commune avec l’espace balkanique et danubien qui constitue son arrière-pays économique. L’Allemagne se rapproche donc de ce Sud-Est européen si vital pour l’approvisionnement économique en cas de guerre. Elle commence à récolter les fruits de sa politique de pénétration dans le bassin du Danube. Mais tout bilan suppose un passif.

  • 7 H. Laufenburger, L’économie allemande à l’épreuve..., op. cit., p. 229 et suiv.

7L’examen des échanges du Grand Reich indique que l’incorporation de l’Autriche a été plus un poids qu’une chance. Si le déficit commercial de l’ancien Reich se chiffre à la fin de l’année 1938 à 192 millions de RM, celui de la Grande Allemagne atteint environ 400 millions de RM7. Celle-ci n’exporte guère plus que l’ancienne : 5,6 milliards de RM contre 5,5 milliards ; mais elle importe en revanche beaucoup plus : 6 milliards de RM contre 5,4 milliards. L’Autriche dépend en effet largement de l’étranger pour son alimentation. Les matières premières que l’État alpin exportait avant son rattachement à l’Allemagne accroissent maintenant les capacités de l’économie de guerre allemande, mais il lui faut des importations supplémentaires à compenser par des exportations. Enfin il appartient au Reich d’honorer les dettes autrichiennes, ce qui, compte tenu des législations en vigueur et des intérêts financiers des autres puissances, pose problème.

B. LES INTERETS FRANÇAIS CONCERNES

  • 8 Les dossiers AEF B 31420 et B 31420 permettent de suivre les statistiques des accords de clearing (...)

8Le commerce franco-autrichien soumis à un accord de clearing représente moins d’un douzième du commerce franco-allemand. Déficitaire de 45 millions de francs en 1936, la balance française se dégrade encore au cours de l’année 1937 et son solde passif se situe à 85 millions de francs. Les échanges ont progressé. Leur valeur est passée de 237 millions de francs en 1936 à 350 millions de francs en 19378. Les intérêts français restent surtout financiers.

  • 9 26 mars 1938, J. Rueff à P. Mendès France, sous-secrétaire d’État, AEF B 31516.

9Une note de J. Rueff pour Pierre Mendès France, jeune sous-secrétaire d’État, les évoque9. La dette autrichienne est essentiellement publique. Elle résulte de l’héritage de l’Empire austro-hongrois et de crédits consentis au nouvel État après le premier conflit mondial. Les emprunts d’avant-guerre sont centralisés par la Caisse Commune. Trois catégories d’avoirs constituent un portefeuille évalué à 88,22 millions de francs. Un premier groupe se compose d’obligations de chemins de fer et de mandats du Trésor autrichien pour un montant de 8,2 millions de francs. Un second comprend pour une somme de 27 millions de francs des emprunts de collectivités locales : ville de Vienne, Basse-Autriche, Zeltweg... Le dernier enfin renferme pour une valeur de 52,9 millions de francs les obligations du chemin de fer Danube-Save-Adriatique.

10Les emprunts émis par l’Autriche sous les auspices de la SDN ont été garantis par différents pays européens. L’emprunt 1933-1953 comporte une tranche française portant intérêt à 5,5 % et dont le montant de départ s’élevait à 408 millions de francs. Au 15 mars 1938, suite à des rachats en bourse, sa valeur n’atteint plus que 333 millions de francs. Le service nécessite une annuité de 34,693 millions de francs. L’engagement bénéficie de la garantie de l’État français. Le second emprunt 1934-1959 résulte de la conversion de l’emprunt 1923-1943. Il comporte une tranche française de 109 millions de francs souscrite intégralement par la Caisse des Dépôts et Consignations. La particularité de cette émission réside dans le fait que l’ensemble des tranches est garanti à concurrence d’un pourcentage par différents gouvernements. L’État français a accordé sa couverture à 24,5 % du montant, ce qui représente environ 60 millions de francs. Le service des titres détenus par les épargnants français ne nécessite que 8,5 millions de francs. L’épargne française est donc intéressée pour 49 millions de francs annuels auxquels il convient d’ajouter l’amortissement de la dette d’avant guerre, soit au total 140 millions de francs, autant que le Dawes et le Young.

  • 10 Note de J. Rueff du 26 mars 1938, op. cit., AEF B 31516.
  • 11 Note de J Rueff du 26 mars 1938, op. cit., AEF B 31516.

11La réalisation de l’Anschluss économique et financier ne peut manquer de susciter des craintes françaises. Paris risque d’être placé devant l’alternative suivante : ou l’Autriche gardera une certaine indépendance économique et un accord spécial de paiement devra être conclu ; ou l’État alpin - selon toute vraisemblance - sera intégré totalement dans le Reich et il faudra réviser le dispositif de juillet 1937 pour tenir compte de ce nouvel élément10. Mais d’autres questions se font jour. L’Allemagne n’en profitera-t-elle pas pour dénoncer les emprunts émis sous les auspices de la SDN ? Ou pour demander la suppression de la clause-or assortie aux émissions d’avant 1914 ? Une note du 26 mars envisage l’hypothèse la plus défavorable, celle d’une défaillance complète11. Dans ce cas le Trésor français devrait supporter la totalité de la charge liée aux emprunts autrichiens.

12En acceptant de discuter avec le Reich de tous ces problèmes, la France reconnaît de jure l’annexion. Elle a décidé de sauver ses intérêts financiers et d’accepter la violation du traité de Versailles.

II. LES NÉGOCIATIONS DE L’ÉTÉ 1938

  • 12 Note de J. Rueff pour le ministre, 12 mai 1938. AEF B 31518. Au sujet du renouvellement de l’accor (...)

13Paris obtient le 12 mai 1938 le renouvellement de l’accord SICAP. Prolongé jusqu’au 1er août 1939, celui-ci octroie à l’Allemagne une réduction des rapatriements : 1,9 million de RM par mois contre 2,3 millions de RM précédemment12. Il laisse augurer d’un aboutissement rapide de la question autrichienne, car la France a assez facilement répondu aux souhaits allemands. Mais l’Anschluss met en jeu d’autres intérêts et surtout élargit le cercle des pays concernés. Paris, d’abord partisan d’une relative fermeté à l’égard de l’Allemagne, doit céder à peu près sur toute la ligne en juillet 1938.

A. UNE REACTION INTERNATIONALE INEFFICACE

  • 13 Note de J. Rueff pour le ministre, 29 juin 1938. AEF B 31516.

14L’ensemble des États souscripteurs et garants des emprunts autrichiens d’après-guerre décide, à travers un comité, de traiter d’un commun accord les questions liées aux obligations 1933 et 1934. Ce comité considère l’Allemagne comme le dépositaire légal des emprunts garantis du gouvernement autrichien. Il souhaite négocier avec elle la situation future de ces emprunts13.

  • 14 Funk, ministre de l’Économie du Reich, cité par Le Temps du 27 juin 1938, article de Frédéric Jenn (...)

15Le Reich prétend quant à lui ne pas avoir à honorer les engagements contractés par le feu État autrichien. Funk, ministre de l’Économie, explique que l’Autriche est un pays vaincu, conquis après une guerre civile. Les difficultés de l’ancien État des Habsbourg sont si graves qu’il se serait trouvé dans l’impossibilité de tenir à brèves échéances ses obligations financières. Les dettes autrichiennes présentent d’ailleurs comme celles de l’Allemagne un caractère politique lié à l’infamie des traités de 1919-192014. L’Allemagne n’a donc pas à honorer des engagements qui ont déjà eu pour effet d’enrichir les prêteurs. Elle refuse d’entrer en contact avec le comité.

  • 15 Note de J. Rueff pour le ministre, 29 juin 1938. AEF B 31516.
  • 16 Note de J. Rueff, ibid.

16Ce dernier, réuni à Londres du 9 au 11 juin 1938, décide de laisser chaque État prendre en ce qui le concerne les mesures appropriées « pour protéger ses droits et ceux de ses nationaux »15. Il souhaite cependant qu’un contact soit maintenu entre les gouvernements afin de suivre une ligne de conduite si possible uniforme. La politique du « chacun pour soi » amène le gouvernement français à demander l’ouverture de négociations qui se tiennent à partir du 10 juin 1938 à Paris16. La même démarche est faite au même moment par l’Angleterre, la Belgique, la Hollande, la Suède, la Suisse et la Tchécoslovaquie.

B. LA NEGOCIATION DE PARIS : UNE FRANCE FERME

17Jusqu’à la fin du mois de juin 1938 Paris maintient un cap ferme.

  • 17 Note de J. Rueff, 29 juin 1938, ibid.

18Dès le début des pourparlers, les autorités françaises entendent obtenir l’exécution intégrale par l’Allemagne des obligations financières de l’Autriche. Mais le Reich - tout en se déclarant juridiquement non lié aux obligations autrichiennes - n’accepte d’y faire face que contre de sérieuses contreparties. Celles-ci concernent d’autres avoirs. L’Allemagne demande la réduction du taux d’intérêt du Dawes de 7 % à 4,5 % et du Young de 5,5 % à 3,5 %. Le pourcentage maximal applicable aux créances privées françaises devrait être ramené à 3 %17. L’économie ainsi réalisée satisferait le service des emprunts autrichiens. Une telle attitude provoque le durcissement de la position française.

  • 18 Note J. Rueff, 29 juin 1938, ibid.

19Paris avance le fait que l’Autriche payait régulièrement ses dettes. « Ce qui était possible avant le rattachement (n’est pas) impossible maintenant »18, d’autant plus que le Reich vient de récupérer l’important stock de réserves monétaires en Autriche. De surcroît la pointe que le commerce franco-allemand laisse à Berlin se monte à près de 200 millions de francs. Elle suffit amplement à assurer le service de la dette autrichienne dont l’annuité est estimée à 150 millions de francs par les négociateurs. Paris ne veut pas entendre parler d’une réduction du taux d’intérêt des emprunts liés aux réparations. Le non-respect de la clause-or porterait également un lourd préjudice aux détenteurs français. Ceux-ci sont lésés par la dévaluation du franc. Le gouvernement est cependant décidé à faire céder le Reich.

  • 19 Note J. Rueff pour Marchandeau, ministre des Finances, 29 juin 1938. AEF B 31517. La note est inti (...)
  • 20 Note pour Marchandeau, op. cit., 29 juin 1938, AEF B 31517.

20La pression suggérée consiste à établir un clearing unilatéral19. Ce dernier permettrait, grâce à la suppression de la pointe consentie à l’Allemagne, de récupérer des sommes suffisantes pour le service des emprunts autrichiens. L’institution d’un tel système présenterait des inconvénients majeurs pour le Reich. À Paris on espère que « la menace sera suffisante (pour) à elle seule amener un revirement »20. Mais cette fermeté française sera-t-elle suivie d’effets si le Reich manque à son devoir ? La clef du succès dépend d’autres facteurs. Le Reich peut en effet répliquer sur le Dawes et le Young ; ou remettre en question l’accord coke-minerai qui arrive à échéance en août 1938. La capacité de résistance de Paris est aussi liée aux négociations en cours entre le Reich et les autres États concernés par les emprunts autrichiens.

C. PARIS S’ALIGNE SUR LONDRES

21L’attitude française évolue avec la conclusion d’un arrangement entre le Reich et le Royaume-Uni.

  • 21 L’accord est mentionné dans une note de J. Rueff pour Marchandeau, le 12 juillet 1938. AEF B 31516
  • 22 Note Rueff à Marchandeau le 12 juillet 1938. AEF B 31516.

22L’Anschluss est surtout une question politique entre le Reich et ses partenaires européens. Il aurait nécessité une résolution commune des puissances qui aille au-delà du Comité Économique des Garants. Le Royaume-Uni qui avait pris l’initiative de l’action commune joue désormais son propre jeu. Il n’est pas hostile à une certaine réduction des intérêts du Dawes et du Young. Le 30 juin 1938 un accord germano-britannique fragilise la position française21. Le texte prévoit la prise en charge de la dette autrichienne par l’Allemagne. En contrepartie Londres accepte une réduction des taux d’intérêts du Dawes à 5 % et du Young à 4,5 %. Le même jour une entente germano-suisse va dans le même sens22. La position française devenait intenable.

  • 23 Ibid.
  • 24 Ibid.
  • 25 Ibid.

23La délégation allemande décide le 12 juillet 1938 d’interrompre les négociations jusqu’à ce que la France ait modifié sa position sur le Dawes et le Young23. La Direction du Mouvement Général des Fonds prêche alors la modération. « Nous serons obligés, écrit J. Rueff à son ministre P. Marchandeau, de céder sur les taux d’intérêts, si nous voulons obtenir que l’Allemagne assure le service de la dette autrichienne »24. Pour faire accepter ce sacrifice aux porteurs, la rue de Rivoli tente de se faire accorder des taux supérieurs à ceux consentis à l’Angleterre. Tentative illusoire pour J. Rueff, car pour lui, la France n’a pas d’autre choix que de s’aligner sur le précédent britannique. C’est finalement l’objectif du ministère des Finances : « obtenir un règlement, aussi favorable que celui qui a été concédé à la Grande-Bretagne »25.

  • 26 Aide-mémoire du 15 juillet 1933 remis à la délégation allemande le 16 juillet 1938, AEF B 31516.

24L’aide-mémoire remis le 16 juillet 1938 à la délégation allemande confirme ces dispositions26. Conformément aux instructions de Marchandeau, le texte exige la prise en charge par l’Allemagne des dettes autrichiennes. En contrepartie la France accepte d’envisager une réduction des taux d’intérêts des emprunts Dawes et Young. Pour le Dawes, comme pour le Young, le taux uniforme de 5 % est proposé aux négociateurs allemands. Le recul français met rapidement fin aux discussions et un accord est signé à Berlin, le 2 août 1938. Il dépasse le cadre d’un simple arrangement concernant l’Anschluss. Les deux pays en ont profité pour redistribuer l’ensemble des cartes économiques et Financières.

III. LES ACCORDS ADDITIONNELS DU 2 AOÛT 1938

  • 27 Alphand (Délégation française à Berlin) à ministre des Finances, le 28 juillet 1933 (texte télépho (...)

25Les dernières difficultés entre les deux délégations sont levées le 28 juillet 193827. Tout s’accélère dès lors et en quelques jours de nouveaux accords répondent à la situation créée par l’annexion de l’Autriche. L’importance du dispositif est davantage politique qu’économique.

A. LES ARRANGEMENTS DU 2 AOUT 1938

  • 28 Chambre des Députés n° 4356, seizième Législature. Session extraordinaire de 1938. Annexe du procè (...)

26Le dispositif du 10 juillet 1937 subit, pour ce qui est de l’accord commercial et de l’accord des paiements, de légères retouches28.

27L’avenant commercial confirme l’intégration de l’Autriche dans le Reich. Les contingents dont Vienne bénéficiait avant l’Anschluss sont redistribués à l’Allemagne. Berlin obtient encore la prolongation de l’accord coke-fer pour une durée de six mois. Quant à l’ancien territoire du Reich, Paris lui conserve intégralement les quotas accordés en 1937. Le mécanisme de paiement reste le même que celui élaboré le 10 juillet 1937. Le gouvernement allemand s’engage à affecter mensuellement 3,7 millions de RM aux transferts.

  • 29 Lettre Alphand à Hemmen, 16 novembre 1938. PAAA R 107135.
  • 30 Lettre Alphand à Hemmen, 16 novembre 1938, op. cit.

28La partie financière de l’accord additionnel prévoit que le Reich assure dorénavant le service à plein des titres autrichiens appartenant à des porteurs français. Le transfert de ces rapatriements se fera au moyen des ressources de l’accord de juillet 1937. Quant aux emprunts Dawes et Young, l’intérêt a été fixé à 5 %. Pour mettre en application le nouveau régime des deux derniers emprunts, des négociations doivent s’engager entre Couve de Murville, du Mouvement Général des Fonds, et son homologue allemand, Litter29. Les discussions entre les deux hommes achoppent à l’automne 1938 sur un point qui n’avait pas été soulevé en août. Pour Litter les modalités pratiques n’avaient qu’un caractère provisoire lié à la durée de l’accord franco-allemand, c’est-à-dire jusqu’au 30 juin 1939. En revanche pour Couve de Murville, le régime Dawes et Young est indépendant du traité et le règlement intervenu définitif jusqu’à l’amortissement total des emprunts30. Ces positions opposées condamnent à renégocier à nouveau en juin 1939.

29En définitive l’accord ne permettait guère une amélioration des échanges. Il est important surtout par sa dimension politique.

B. LA DIMENSION POLITIQUE DES TEXTES DU 2 AOUT 1938

  • 31 François-Poncet à MAE, 3 août 1938, AEF B 31516.
  • 32 Cité par R. Poidevin, Vers une relance des relations..., op. cit., p. 353.
  • 33 National Zeitung, 3 août 1938. Le quotidien est édité à Essen.
  • 34 Cité par R. Poidevin, Vers une relance des relations..., op. cit., p. 352.
  • 35 François-Poncet à MAE, 3 août 1938, AEF B 31516

30L’accord consacre la reconnaissance officielle par la France de l’agression de mars 1938. On ne s’y est pas trompé à Berlin où la conclusion de l’arrangement fait l’objet d’une grande satisfaction. Ces accords confirment l’intégration de l’Autriche dans le Reich et contribuent à faire disparaître le phénomène autrichien comme tel31. La Gazette de la Bourse mentionne, le 3 août 1938, que « tout accord économique raisonnable, à cause des inquiétudes politiques actuelles, doit susciter chez les parties intéressées un écho d’autant plus favorable »32. La presse proche de Göring titre le même jour : « une étape sur le chemin d’une paix véritable »33. « Le régime, selon François-Poncet, se félicite ostensiblement du règlement des difficultés graves que l’incorporation de l’Autriche aurait pu soulever »34. Et comme en même temps l’accord ne remet pas en cause l’approvisionnement du Reich en fer, Berlin ne peut que doublement se réjouir. Même à Paris, H. Alphand, Directeur des Accords commerciaux, pense que l’accord additionnel contribuera à assainir l’atmosphère politique entre les deux partenaires35.

31La dimension politique de l’accord est aux yeux de Berlin essentielle. En effet le dispositif reprend les grandes lignes du traité de 1937 et garantit à Paris le remboursement des dettes autrichiennes. Il ne permet en revanche aucune amélioration notoire des relations économiques entre les deux pays. L’arrangement peut servir de cadre à une nouvelle incorporation prévue à Berlin : celle du territoire des Sudètes. Il montre à Hitler que la France est prête à renoncer à l’Europe centrale dans la mesure où ses intérêts financiers immédiats seront préservés. La position française cache-t-elle une stratégie plus élaborée ? L’automne 1938 permet de répondre à ces interrogations.

Notes

1 Cf. l’analyse de H. Laufenburger, L’économie allemande à l’épreuve..., op. cit., p. 103.

2 Cf. B.J. Wendt, Grossdeutschland, op. cit., p. 134 et suiv., ch. 4.

3 H.E. Volkmann in Deist, Messerschmidt, Volkmann, Wette, Ursachen und Voraussetzungen, op. cit., p. 384.

4 Cité par H.E. Volkmann, op. cit., p. 382.

5 Cité par H.E. Volkmann, op. cit., p. 384.

6 H.E. Volkmann, op. cit., p. 384-385.

7 H. Laufenburger, L’économie allemande à l’épreuve..., op. cit., p. 229 et suiv.

8 Les dossiers AEF B 31420 et B 31420 permettent de suivre les statistiques des accords de clearing souscrits par la France. On y trouve à côté des chiffres concernant le Reich, les données pour l’Autriche. Les statistiques proviennent de ces dossiers.

9 26 mars 1938, J. Rueff à P. Mendès France, sous-secrétaire d’État, AEF B 31516.

10 Note de J. Rueff du 26 mars 1938, op. cit., AEF B 31516.

11 Note de J Rueff du 26 mars 1938, op. cit., AEF B 31516.

12 Note de J. Rueff pour le ministre, 12 mai 1938. AEF B 31518. Au sujet du renouvellement de l’accord SICAP.

13 Note de J. Rueff pour le ministre, 29 juin 1938. AEF B 31516.

14 Funk, ministre de l’Économie du Reich, cité par Le Temps du 27 juin 1938, article de Frédéric Jenny, « Les dettes extérieures autrichiennes et allemandes ».

15 Note de J. Rueff pour le ministre, 29 juin 1938. AEF B 31516.

16 Note de J. Rueff, ibid.

17 Note de J. Rueff, 29 juin 1938, ibid.

18 Note J. Rueff, 29 juin 1938, ibid.

19 Note J. Rueff pour Marchandeau, ministre des Finances, 29 juin 1938. AEF B 31517. La note est intitulée « Négociations franco-allemandes et dettes autrichiennes ».

20 Note pour Marchandeau, op. cit., 29 juin 1938, AEF B 31517.

21 L’accord est mentionné dans une note de J. Rueff pour Marchandeau, le 12 juillet 1938. AEF B 31516.

22 Note Rueff à Marchandeau le 12 juillet 1938. AEF B 31516.

23 Ibid.

24 Ibid.

25 Ibid.

26 Aide-mémoire du 15 juillet 1933 remis à la délégation allemande le 16 juillet 1938, AEF B 31516.

27 Alphand (Délégation française à Berlin) à ministre des Finances, le 28 juillet 1933 (texte téléphoné par de La Baume), AEF B 31516.

28 Chambre des Députés n° 4356, seizième Législature. Session extraordinaire de 1938. Annexe du procès- verbal de la séance du 4 octobre 1938. Projet de loi tendant à l’approbation de l’Accord franco-allemand du 2 août 1938. Imprimerie de la chambre des Députés, 11 pages. Texte des accords également in AEF B 31516.

29 Lettre Alphand à Hemmen, 16 novembre 1938. PAAA R 107135.

30 Lettre Alphand à Hemmen, 16 novembre 1938, op. cit.

31 François-Poncet à MAE, 3 août 1938, AEF B 31516.

32 Cité par R. Poidevin, Vers une relance des relations..., op. cit., p. 353.

33 National Zeitung, 3 août 1938. Le quotidien est édité à Essen.

34 Cité par R. Poidevin, Vers une relance des relations..., op. cit., p. 352.

35 François-Poncet à MAE, 3 août 1938, AEF B 31516

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540