Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les relations économiques et financières franco-allemandes, 1932-1939

 | 
Sylvain Schirmann

Troisième partie. L’impossible accord ? 1er août 1935-10 juillet 1937

Conclusion de la troisième partie

Texte intégral

1L’entrée en liquidation du clearing ouvre une nouvelle période dans les relations économiques franco-allemandes. Liée au Reich par un important arriéré, la France n’envisage aucune forme d’accord tant que la dette n’est pas résorbée. L’attentisme qui résulte d’une telle position a souvent été favorisé par les événements. L’entrée des troupes allemandes en Rhénanie a permis à Paris de repousser les initiatives du Reich de janvier-février 1936. Le gouvernement Sarraut préfère laisser la responsabilité des négociations à son successeur. Le forcing allemand – dont témoigne le voyage de Schacht à Paris – répond à une situation de crise interne. Les résultats du nouveau plan amènent Hitler à décréter un deuxième plan quadriennal confié à Göring. La perspective d’une guerre localisée à court terme prévue par le Führer suppose un accord avec Paris, car les ressources de l’Empire français sont nécessaires à l’Allemagne. Mais elle place le gouvernement du Front populaire devant un dilemme de taille : l’accord économique doit-il dans ces conditions être signé ? La question est pressante dès le mois de décembre 1936, après l’apurement de l’ancien compte.

2La France doit dès lors, sous la pression des exportateurs, entrer en négociation avec le Reich. Les positions exprimées pendant ces discussions restent très tranchées. Paris cherche, à travers un accord, une relance de ses exportations et la sécurité de ses paiements. Quant au Reich, il souhaite simplement que l’économie française participe à l’effort du réarmement allemand. Pour y parvenir Berlin fait le chantage à la paix.

3Schacht, par exemple, réclame colonies, abaissement des taux d’intérêts, matières premières pour sauver l’ordre européen. Son discours est-il crédible ? L. Blum souhaite quant à lui un accord politique. C’est la condition de la signature d’un accord économique. Mais sa démission en juin 1937, après une période d’incertitudes, précipite la conclusion d’un nouveau dispositif appelé à entrer en vigueur le 1er août 1937.

4« L’impossible accord » ne risque-t-il pas d’être « un accord impossible » ? Sa signature ne lève pas certaines ambiguïtés. La domination économique allemande ne fait guère de doute. Le Reich se procure les matières premières nécessaires à son industrie lourde et devient le fournisseur exclusif de l’économie française en coke. Le dispositif ne permet guère à Paris d’améliorer ses positions sur le marché allemand. Peut-on justifier de tels abandons contre la simple disparition des arriérés commerciaux ? Pour les deux partenaires le traité représente davantage qu’un arrangement économique. Il met fin à deux années de situation difficile, et laisse envisager d’autres règlements du contentieux franco-allemand. Les concessions économiques faites au Reich ne peuvent dès lors se comprendre que si celui-ci accorde des contreparties politiques. Audacieux pari lorsqu’on connaît l’objectif assigné par Hitler au plan de quatre ans. Il peut être doublement perdu : la domination économique peut conduire à la domination politique.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540