Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les relations économiques et financières franco-allemandes, 1932-1939

 | 
Sylvain Schirmann

Troisième partie. L’impossible accord ? 1er août 1935-10 juillet 1937

Chapitre XIV. Les négociations du premier semestre 1937

Texte intégral

1Les pourparlers officieux s’engagent dès le mois de décembre 1936. Ces contacts permettent de relever les divergences. Les négociations officielles débutent le 3 mars 1937, après le renouvellement du protocole SICAP. Elles n’offrent aucun progrès encourageant jusqu’à la venue de Schacht à Paris en mai 1937. Dès lors les événements semblent se précipiter et la conclusion d’un accord intervient le 10 juillet 1937.

I. DES POSITIONS BIENS TRANCHÉES (JANVIER-MAI 1937)

2Ni la France ni l’Allemagne ne souhaitent prolonger l’absence d’accord. Bien au contraire, les deux partenaires estiment cette situation gênante. Les pressions économiques, le contexte politique rendent l’accord impératif. Au prix de quelles concessions ?

A. QUE SOUHAITE LA FRANCE1 ?

  • 1 Les dossiers AEF B 31516, PAAA R 107050, peuvent permettre de suivre les négociations. Ils renseig (...)

3Le gouvernement français aimerait que le nouveau traité réponde à trois objectifs principaux : une relance du commerce bilatéral, le paiement de toutes les obligations financières allemandes et la mise en place d’un accord sur le tourisme, indispensable dans la perspective de l’Exposition Universelle de 1937.

1. Relancer le commerce

  • 2 Statistiques de l’OFA - Relevé du 31 décembre 1937, AEF B 32420.
  • 3 Note destinée à J. Rueff, non signée, le 9 janvier 1937, AEF B 31516.

4C’est à la fin de l’année 1936 que le commerce franco-allemand atteint son niveau le plus bas. Les achats français restent stables : 1,9 milliard de francs en 1936 contre 1,8 milliard en 1935. Les ventes, en revanche, continuent leur régression : 860 millions de francs en 1936 contre 1,1 milliard en 19352. L’absence d’accord pénalise davantage les exportateurs français que leurs homologues allemands. Cette situation préjudiciable à l’industrie comme à l’agriculture n’a plus de raison d’être en décembre 1936. En effet, les créances de l’ancien compte étant apurées, pourquoi continuer à faire patienter les exportateurs3 ? Surtout qu’à la suite de la dévaluation, les prix français sont devenus compétitifs.

  • 4 Rueff à Auriol, 9 janvier 1937, AEF B 31516.
  • 5 Note destinée à J. Rueff, 9 janvier 1937, op. cit., AEF B 31516.
  • 6 Note destinée à J. Rueff, op. cit.

5Les autorités françaises, notamment le ministère des Finances, sont conscientes de la difficulté de la tâche. Dès janvier 1937, Jacques Rueff, le directeur du Mouvement général des fonds, explique à V. Auriol « qu’il est imprudent d’attendre un accroissement des exportations françaises en Allemagne »4. Selon la rue de Rivoli, il faut modifier la structure des ventes. La faiblesse de la France tient au fait que ses exportations de produits finis sont dérisoires. Ces dernières, qui représentent 36,6 % des achats allemands en 1934, n’en constituent plus que 11 % à la fin de l’année 19365. L’Allemagne est-elle disposée à renoncer à ses importations de matières premières ? Les fonctionnaires français le pensent et « escomptent raisonnablement une meilleure répartition des ventes »6.

  • 7 MAE à Min. Fin., 26 janvier 1937, AEF B 31515.
  • 8 Procès-verbal de la commission tenue aux Accords commerciaux le 16 mars 1937, AEF B 31516.
  • 9 Procès-verbal du 16 mars 1937, op. cit., AEF B 31516.

6Deux problèmes restent en suspens : celui des créances arriérées du nouveau compte et celui du paiement des exportations postérieures à décembre 1936. Si d’emblée le gouvernement français penche pour une réduction des ventes (le 26 janvier on propose à Ritter de fixer la valeur des achats allemands à 30 % des ventes du Reich à la France)7, bien vite il se résout à proposer un système de prélèvement sur les importations pour apurer les arriérés commerciaux8. Un chiffre est même mentionné : 200 millions de francs par an. Il permettrait de régler les dettes dans un délai d’une année. Quant aux ventes françaises survenues après décembre 1936, elles pourraient être réglées par un système analogue à celui de l’accord germano-belge. 55 % du produit des importations en provenance d’Allemagne serviraient à couvrir les exportations françaises. Enfin Paris imagine une relance de certaines formes de compensation privée9. Le règlement des dettes commerciales pose l’épineuse question des paiements.

2. Obtenir le règlement des obligations financières

  • 10 MAE à Min. Fin., 27 janvier 1937, au sujet des négociations commerciales avec l’Allemagne. AEF B 3 (...)
  • 11 MAE à Min. Fin., 27 janvier 1937, op. cit., AEF B. 31516.

7Quelles sont les sommes qui n’ont pas encore fait l’objet d’un rapatriement en ce début d’année 1937 ? Les intérêts en Sarre se montent à 495 millions de francs en capital auxquels il faut ajouter 37 millions de francs de revenus divers. Les avoirs privés se chiffrent à 250 millions de francs. Enfin le service des emprunts Dawes et Young mobilise dorénavant 138 millions de francs par an10. Comment assurer le transfert de telles sommes ? La France dispose depuis le 10 mars 1933 du mécanisme SICAP. Celui-ci a permis de rapatrier 37 millions de francs de créances sarroises au 30 septembre 1936. Il devrait encore en transférer 15 millions jusqu’au 28 février 1937, date de l’expiration du protocole. Ce dernier a, depuis sa mise en place, permis le recouvrement de créances françaises pour un montant d’un milliard de francs11.

8Paris souhaite maintenir le dispositif et lui confier de nouvelles charges. La SICAP devrait en priorité assurer le service du Dawes et du Young. Seconde mission de la société : le transfert des avoirs privés de l’accord de Naples. Il s’agirait ensuite de rapatrier les intérêts des autres avoirs des particuliers et enfin d’apurer les créances bancaires. L’organisme assurerait ainsi un rapatriement total de 360 millions de francs répartis comme suit :

  • service des emprunts Dawes et Young : 138 millions de francs ;
  • créances sarroises : 40 millions de francs ;
  • créances privées : 60 millions de francs ;
  • créances bancaires : 100 millions de francs ;
  • divers (dont des emprunts garantis) : 20 millions de francs12.
  • 13 Procès-verbal du 16 mars 1937, op. cit., AEF B 31516.

9En mars 1937 le ministère des Finances élabore un autre dispositif13. Il conviendrait de fixer le montant des importations allemandes en France à 2,4 milliards de francs. Sur cette somme, un organisme prélèverait 1,4 milliard de francs pour régler les exportations françaises. 200 millions de francs seraient affectés aux arriérés commerciaux. On constituerait une provision nécessaire au Dawes et au Young (138 millions de francs) et on laisserait une pointe de 200 millions de francs au Reich. La SICAP continuerait à rapatrier les créances sarroises, bancaires et privées. Les documents disponibles n’apportent cependant aucun renseignement sur les 500 millions de francs de surplus laissés au Reich. Ceux-ci suffiraient amplement à financer un accord de tourisme espéré depuis 1933.

3. Conclure un accord de tourisme

  • 14 Moeneclaey, Rapport au Président du Conseil rendant compte de la commission interministérielle du (...)
  • 15 Moeneclaey à ministre des Finances, 1er mars 1937, op. cit.
  • 16 Moeneclaey à ministre des Finances, 1er mars 1937, op. cit.

10L’Exposition Universelle, à laquelle la France entend donner une large publicité, rend nécessaire la conclusion d’un accord de tourisme. Les sorties de RM étant interdites par l’Allemagne, le gouvernement français se trouve dans l’obligation de proposer le financement d’un tel arrangement. Le projet, élaboré entre le 15 et le 24 février 1937, prévoit un mécanisme fort complexe14. Les autorités françaises désirent mettre à la disposition des Allemands qui souhaitent se rendre à l’Exposition une somme de 110 millions de francs. L’argent proviendrait d’un rapatriement d’une créance Lazard Frères par l’intermédiaire de la SICAP. La banque, après la perception de son dû, Financerait l’accord de tourisme sous la forme d’un crédit octroyé au Reich et ultérieurement remboursé par le protocole SICAP15. L’Exposition Universelle n’est bien évidemment qu’un prétexte. Paris souhaite en effet conclure ensuite un accord définitif16. Le Reich poursuit-il les mêmes objectifs ?

B. QUE SOUHAITE L’ALLEMAGNE17 ?

  • 17 Voir note 1 du présent chapitre.

11Pour l’Allemagne un accord-cadre répondrait également à une triple finalité. La situation particulière du Reich impose un solde actif ; Berlin cherche à assurer un ravitaillement indispensable en matières premières et à éviter des problèmes de financement. Des lors les questions sont simplement techniques : comment assurer ces objectifs ?

1. Se procurer un solde actif

  • 18 Note destinée à J. Rueff, 9 janvier 1937, op. cit., AEF B 31516.
  • 19 Ritter, AA à Lefeuvre, attaché commercial, 26 janvier 1937, AEF B 31515.
  • 20 Procès-verbal du 16 mars 1937, op. cit., AEF B 31516.

12La balance commerciale franco-allemande jouant systématiquement en faveur de l’Allemagne, il n’y a pas lieu en principe d’évoquer la réalité d’un solde actif. Ce dernier peut cependant résulter d’une somme fixe ou d’un pourcentage. Le Reich, fidèle à sa position, souhaite obtenir une pointe de 200 millions de francs. Mais il ne s’en contente plus uniquement. Ses exigences comportent l’octroi de la clause de la nation la plus favorisée et le retour aux anciens contingents18. Bref l’Allemagne espère stimuler ses ventes par l’arrangement commercial. Cette préoccupation se retrouve dans une lettre de Ritter à Lefeuvre, l’attaché commercial à Berlin19. Le directeur de la section économique de l’Auswärtiges Amt y rappelle son opposition à toute réduction des exportations du Reich. Un calcul effectué par les services de la Wilhelmstrasse propose d’autoriser des ventes allemandes pour une somme de 2,6 milliards de francs. Celle-ci servirait à couvrir les ventes françaises grâce à un prélèvement de 45 % de son montant. Sur ces bases le solde actif allemand sera nécessairement supérieur aux 200 millions de francs qui doivent être garantis20. Il permettra l’achat de matières premières.

2. Se procurer des matières premières

  • 21 Moeneclaey à ministre des Finances, le 1er mars 1937, op. cit., AEF B 31515.
  • 22 MAE à ministre des Finances, 4 mars 1937, AEF B 31516. La lettre donne des informations sur les di (...)

13Dès le 10 février 1937, les Allemands font le forcing pour garantir leur approvisionnement en minerai français. Ils demandent que les recettes excédentaires de la SICAP (provenant des charbons allemands) servent à financer l’achat du fer français21. En clair, le gouvernement du Reich propose un accord de troc. Pour bien appuyer sa revendication, il fait d’un accord coke-minerai un préalable à un accord de tourisme22.

3. Alléger la dette allemande

  • 23 Rueff à V. Auriol, le 10 avril 1937, AEF B 31516.
  • 24 Rueff à V. Auriol, le 10 avril 1937, AEF B 31516.

14L’Allemagne envisage de transformer l’ensemble des obligations privées en titres funding qui feront l’objet d’un règlement sur la base d’un taux d’intérêt réduit de 4 %23. Pour le Dawes et le Young, le Reich refuse catégoriquement un paiement sur la base de l’or (donc franc 1928) des intérêts de l’emprunt 1930. Il demande une réduction des obligations liées aux deux engagements24. Le taux d’intérêt du Dawes devrait passer de 7 à 5 %, celui du Young de 5,5 à 4, 5 %. L’Allemagne cherche à alléger les contraintes qui pèsent sur son économie de guerre.

15La conclusion d’un accord entre les deux pays est freinée par des positions aussi contradictoires.

C. DES NEGOCIATIONS QUI S’ENLISENT25

  • 25 Voir n. 1 du présent chapitre.

16Ouvertes à Berlin, le 3 mars 1937, peu après le renouvellement du protocole SICAP, les négociations se poursuivent à partir d’avril à Paris. Elles n’offrent aucun progrès notoire avant la venue de Schacht, même si la convention du 10 mars 1933 est prorogée et un accord provisoire sur le tourisme signé.

1. Deux arrangements provisoires : le dispositif SICAP et l’accord de tourisme

  • 26 Note de J. Rueff pour V. Auriol, le 3 mars 1937. AEF B 31516.

17C’est le 1er mars 1937 que le régime SICAP est prorogé pour une période d’un an26. Le mécanisme, qui donne satisfaction aux deux pays, est simplement reconduit dans ses dispositions essentielles. La France a renoncé à étendre le protocole aux emprunts Dawes et Young tout comme les Allemands ont cédé sur la question du choix des créances transférées. Le renouvellement de la convention a été dominé par l’urgence de l’accord sur le tourisme.

  • 27 Copie de cet échange de lettres, MAE à ministre des Finances, le 13 mars 1937, AEF B 31516.

18Un échange de lettres du 11 mars 1937 apporte une solution provisoire à ce problème27. Le fonds de tourisme dispose dorénavant d’une somme de 30 millions de francs fournie par des contingents supplémentaires ouverts à l’Allemagne, et financée par le transfert d’une part égale de la créance de la banque Lazard. Il sera porté à 110 millions de francs, conformément au plan suggéré par la France, dès que l’accord général franco-allemand négocié depuis le 3 mars sera conclu. L’arrangement provisoire autorise l’utilisation des francs mentionnés ci-dessus à partir du 1er mai 1937. Ces modestes pas ne doivent pas faire oublier que les divergences fondamentales n’ont pas encore été réglées : ni à Berlin pendant la première phase des négociations (3 mars 1937-10 avril 1937), ni à Paris pendant la seconde phase ouverte le 15 avril.

2. D’insurmontables difficultés

  • 28 Rueff à V. Auriol, le 10 avril 1937, op. cit.

19À Berlin, les deux délégations se sont bornées à rappeler leurs positions de principe. Quatre problèmes sont soulevés. Le premier concerne le Dawes et le Young. Le Reich refuse catégoriquement d’envisager un paiement des intérêts de l’emprunt Young sur la base de l’or. C’est la sanction de la dévaluation française. Paris n’est pas disposé à céder sur la question des taux d’intérêt. Pour J. Rueff, « c’est la condition sine qua non d’un accord économique »28. La France ne peut et ne veut restituer à l’Allemagne la clause de la nation la plus favorisée, ni les consolidations liées à l’accord de juillet 1934. Le Reich envisage-t-il dès lors de satisfaire la demande d’une meilleure répartition de ses achats en France ? Rien n’est défini quant au régime des transactions commerciales du nouvel accord.

  • 29 Note, ministre des Finances, intitulée Mobilisation des arriérés du clearing, 23 avril 1937. AEF B (...)
  • 30 Note, ministre des Finances, à Quesnay, directeur général BRI, Bâle, 28 avril 1937, AEF B 31516.
  • 31 Procès-verbal du 16 mars 1937, op. cit., AEF B 31516.

20L’autre grande question reste la solution à apporter au problème des arriérés du nouveau compte. Faut-il, comme le souhaite le Reich, régler les possesseurs de récépissés au moyen d’un crédit octroyé à l’OFA ou à la Reichsbank par la Banque des Règlements Internationaux29 ? Ou, comme l’espère Paris, prélever un pourcentage sur les ventes allemandes en France de manière à rembourser les arriérés en un an30 ? Un dernier problème demeure : la mise en place d’un accord coke-minerai. En contrepartie de l’arrangement provisoire sur le tourisme, Paris avait accordé à Berlin la livraison de 100 000 tonnes de minerai supplémentaires par rapport aux mois de mars et d’avril 1935 pour les périodes correspondantes de l’année 1937. Le Reich s’était également engagé à poursuivre ses exportations de coke vers la France pour un volume de 205 000 tonnes par mois. Berlin souhaite que ces dispositions constituent le premier pas vers un accord général coke-minerai. Pour Paris, il s’agit d’une simple concession momentanée31.

  • 32 Note de J. Rueff pour le ministre des Finances, le 24 mai 1937, AEF B 31516.

21La fermeté réciproque bloque la deuxième phase des négociations. Les conversations sont suspendues en mai 1937, chacun maintenant intégralement sa position. Paris attend surtout la visite de Schacht prévue pour le 25 mai. En effet, les autorités françaises suspectent le président de la Reichsbank d’être à l’origine de l’intransigeance allemande. Celui-ci souhaiterait personnellement obtenir d’Auriol les concessions qu’il désire32. La perspective d’un tel succès permettrait au financier allemand de renforcer sa position auprès d’Hitler. L’inauguration du pavillon allemand de l’Exposition Universelle fournit à Schacht le prétexte de son initiative.

II. SCHACHT À PARIS : HÂTER LA CONCLUSION D’UN ACCORD33

  • 33 Se reporter aux Archives de l’Ambassade d’Allemagne à Paris. PAAA Findbuch Paris, Band 776, 4.
  • 34 Von Welczeck, Ambassade Paris à A.A. Berlin, le 3 juin 1937. PAAA Findbuch Paris, Band 776, 4.

22À la veille de l’arrivée du président de la Reichsbank, presse, opinion publique et même autorités françaises restent très pessimistes quant à l’avancée des négociations franco-allemandes bloquées depuis l’automne 1936. Tout ce monde insiste sur la nécessité de ne pas se lier aveuglément à l’Allemagne34. Que peut bien, en effet, offrir Schacht ? Ce qu’il laisse entendre à François-Poncet est de bon augure. Mais Hitler comme Blum sont-ils disposés à suivre cette voie ?

A. LES PROPOSITIONS SCHACHT

  • 35 MAE à ministre des Finances, le 22 mai 1937, AEF B 31516.
  • 36 MAE à ministre des Finances, le 22 mai 1937, op. cit.

23Dans un entretien accordé à François-Poncet le 21 mai 1937, Schacht se dit porteur de nouvelles sensationnelles pour l’évolution de la politique en Europe35. Moyennant l’octroi de facilités économiques et d’un domaine colonial, l’Allemagne se déclare prête à aborder l’examen d’un accord de limitation des armements. Le Reich pourrait même souscrire à un projet de pacte occidental (un nouveau Locarno) et réintégrer à Genève une SDN dont le Covenant aurait été séparé du traité de Versailles et corrigé de telle manière que la Ligue ne soit plus un tribunal investi de la faculté de juger ses propres membres. Schacht indique ensuite que l’Allemagne souhaite renforcer ses liens avec le Royaume-Uni. Il indique enfin la méthode à employer. Celle-ci consiste à privilégier « la libre conversation des hommes qui débrouillent les questions en suspens avant l’intervention officielle des gouvernements »36. Son voyage parisien confirme-t-il ces intentions ?

  • 37 Ambassade, Paris à AA, le 26 mai 1937, PAAA Findbuch Paris, 776, 4, reproduit également dans L’Ère (...)

24Le discours inaugural du 26 mai 1937 revient sur les thèmes développés à François-Poncet37. En présence de cinq ministres du Front populaire, Schacht assène un de ses discours favoris : « Rien d’essentiel n’a encore eu lieu pour libérer le monde de la pression d’engagements financiers. La clé de tous ces accords se trouve dans les mains du politique. » Or le politique doit résoudre la crise allemande car le Reich « est avec la Suisse le seul pays au monde qui ne possède pas la garantie alimentaire pour sa population sur son territoire ou dans les colonies. » Il faut donc modifier ce système et Schacht laisse planer la menace de la guerre. « Celui qui veut (maintenir le système) n’arrivera jamais à écarter les facteurs d’insécurité », dit-il à ses interlocuteurs français.

  • 38 Ambassade, Paris à AA, le 27 mai 1937, PAAA Findbuch Paris, 776, 4.
  • 39 Ibid.
  • 40 Procès-verbal conversation Schacht-Auriol, 27 mai 1937 à 17 h 45, établi par J. Rueff, AEF B 31516
  • 41 Ambassade Paris à AA, le 30 mai 1937, PAAA Findbuch Paris, 776, 4.

25Le lendemain, à la Chambre de commerce allemande à Paris38, le ministre allemand livre les conditions du succès des négociations en cours. Deux dispositions essentielles doivent figurer dans le traité. L’une viserait à diminuer les exportations françaises vers l’Allemagne pour assurer à celle-ci une forte pointe lui permettant d’honorer ses engagements financiers et de s’approvisionner en matières premières. La seconde consisterait à mettre en place un accord coke-minerai et à envisager « la participation de l’industrie allemande aux riches réserves [...] de la France et de ses colonies »39. Le même jour, par le chantage, Schacht essaie d’obtenir d’Auriol le renoncement à la clause-or. « C’est la clause-or ou la paix »40 ! Mais le dignitaire du Reich est incapable de fournir au ministre français des suggestions précises pour réaliser cette paix qu’il propose. Au comité France-Allemagne, il revient à la charge. Les offres de l’Allemagne sont énormes : « la paix européenne, la garantie formelle de la paix en Europe. » Quant aux demandes du Reich, elles sont dérisoires : une activité coloniale quelconque « dont la forme, les modalités, le caractère international même pourraient être discutés »41.

26La constance, la force de ces propos ne devraient-elles pas inciter les responsables français à souscrire aux propositions allemandes ?

B. LES RESERVES FRANÇAISES

  • 42 L’Intransigeant, 28 mai 1937.
  • 43 Pupier, Jean, « En écoutant le Dr Schacht », in La Journée industrielle du 29 mai 1937.

27Les interventions de Schacht provoquent d’abord l’hostilité quasi générale de la presse. Les journaux sont assez unanimes pour dénoncer la politique hitlérienne du chantage à la paix. Pour L’Ère nouvelle du 27 mai 1937, Schacht est simplement venu obtenir la réduction des intérêts du Dawes et du Young, et, par le biais de la revendication coloniale, l’approvisionnement de son industrie de guerre. L’Intransigeant est sur la même longueur d’ondes. L’Allemagne veut continuer à vivre sur son domaine tout en l’élargissant42. « En pleine phase de réarmement, elle demande que l’on renforce sa puissance économique et ses ressources industrielles. Cela renforcerait-il du même coup la paix du monde ? » Même la presse patronale émet de sérieuses réserves sur les intentions de Schacht. Le Reich demande aux autres pays de mieux faire participer son industrie à l’exploitation des matières premières mondiales. Quant aux facilités qui peuvent être consenties à l’approvisionnement de Berlin, Jean Pupier écrit à leurs propos : « si c’est en canons, non ! »43.

  • 44 Note de J. Rueff à V. Auriol, 28 mai 1937. Compte rendu de la rencontre Schacht-Bastid du 26 mai 1 (...)
  • 45 Procès-verbal conversation Schacht-Auriol, 27 mai 1937, op. cit., AEF B 31516.

28Les responsables gouvernementaux adoptent eux aussi une attitude ferme, sans pour autant renoncer à une éventuelle conciliation. P. Bastid, le ministre du Commerce, qui rencontre Schacht le 26 mai 1937 en présence de Rueff, maintient catégoriquement la position française dans la question des emprunts Dawes et Young44. Il n’est pas question d’accepter un abattement du taux d’intérêt de ces deux engagements. Le lendemain, 27 mai, le même J. Rueff assiste à l’entretien Schacht-Auriol. Le ministre des Finances souligne l’attachement de la France à la clause-or. Cette position irrite Schacht à un point tel qu’il songe à repartir pour Berlin. V. Auriol calme alors le jeu sans se laisser prendre au piège de la sainte colère feinte par le président de la Reichsbank. Ce dernier, incapable de formuler des propositions précises, permet à la rue de Rivoli de camper sur les positions qu’elle s’était fixées45.

29Schacht pouvait-il réellement faire des avances ? Qu’il s’agisse d’une initiative personnelle - et dans cette hypothèse ses propositions sont vouées à l’échec - ou d’un contact autorisé par Hitler pour sonder les intentions françaises, la visite du président de la Reichsbank a au moins le mérite de relancer la négociation économique franco-allemande.

III. VERS LA CONCLUSION D’UN ACCORD

  • 46 Président de la délégation allemande à Président de la délégation française, 27 mai 1937, AEF B 31 (...)

30La reprise des discussions franco-allemandes coïncide avec l’arrivée de Schacht. L’initiative en revient à la délégation allemande le 27 mai 193746. Les principales questions sont abordées pendant le séjour du ministre du Reich. Mais la délicate situation française (le renversement de L. Blum) repousse la conclusion de l’accord au 10 juillet 1937.

A. LA REPRISE DES POURPARLERS

  • 47 Président de la délégation allemande à président de la délégation française, 27 mai 1937, AEF B 31 (...)

31Hemmen, président de la délégation allemande, soumet à son homologue Alphand les nouvelles propositions de Berlin47. Celles-ci contiennent « deux grandes catégories de clauses ». Les clauses commerciales suggèrent l’octroi à l’Allemagne de contingents d’une valeur de 15 millions de francs. Elles prévoient un solde libre de 200 millions de francs, dont 50 % doivent être affectés prioritairement à des achats en France. L’Allemagne s’engage à réserver aux ventes agricoles françaises des contingents supplémentaires de devises. Les clauses financières assurent la totalité du règlement des intérêts des emprunts Dawes et Young à la condition que le Reich puisse, comme dans le cas du régime en vigueur avec le Royaume-Uni, constituer semestriellement les provisions. Les intérêts des avoirs privés seraient ramenés à 3,5 %. L’Allemagne aimerait enfin placer en France certaines obligations sarroises et à cette fin concéder un régime préférentiel. En contrepartie Berlin accepte toutes les autres demandes françaises relatives aux transferts financiers.

  • 48 Note de Rueff pour le ministre des Finances, 28 mai 1937, AEF B 31516.
  • 49 Ibid.

32Donner satisfaction à ces propositions apparemment conciliantes c’est d’abord séparer l’accord financier de l’accord général. En effet, le service du Dawes et du Young espéré par l’Allemagne implique deux versements par an en lieu et place des provisions mensuelles. Or un accord de commerce ne peut pas fonctionner sur des règlements semestriels. La France est-elle prête à accepter cette discordance ? Les services de V. Auriol sont favorables au maintien d’un système des transferts qui repose sur des provisions mensuelles48. Ils souhaiteraient charger la SICAP de son fonctionnement. Ils hésitent à souscrire au projet allemand qui n’offre qu’une maigre garantie : l’engagement de la Reichsbank. Le passé immédiat montre ce qu’il faut en attendre. La crainte d’une défaillance du Reich est omniprésente. Rueff, dans une note du 28 mai 1937, explique clairement qu’en cas de cessation des paiements, le dispositif SICAP ne ferait perdre qu’une mensualité, alors que le projet de Berlin engagerait immédiatement une semestrialité49. La position française est sans ambiguïté ; Paris veut bien discuter des propositions allemandes à la condition que les provisions du Dawes et du Young soient constituées mensuellement. Cette divergence ne devrait pas empêcher la conclusion d’un accord. La discussion se déroule cependant au moment où le couperet est suspendu au-dessus du gouvernement Blum.

B. LES INCERTITUDES FRANÇAISES

  • 50 Cité par Margairaz Michel, L’État, les Finances et l’Économie, op. cit., tome I, p. 279.
  • 51 Margairaz Michel, op. cit., p. 278.
  • 52 Margairaz Michel, op. cit., p. 281.

33La négociation avec le Reich pose la question de la priorité à donner à l’économie ou au politique. Faut-il d’abord envisager des arrangements économiques, voire coloniaux, avantageux pour Berlin dans l’espoir d’un arrêt de la course aux armements ? Ou alors « (passer) aux facilités financières, aux fournitures de matières premières, à tous les problèmes de cette nature, lorsqu’on aura acquis... que le règlement est possible »50 ? Dès le mois de décembre 1936, le gouvernement français souhaite, en accord avec Londres et Washington, mettre au point un plan en trois volets. Les deux premières propositions visent à accorder une aide économique et financière au Reich. Elles envisagent la réduction des barrières douanières et l’accès pour l’Allemagne aux matières premières. En contrepartie le projet espère obtenir une limitation de l’arsenal allemand. Ce plan privilégie l’approche économique51. Le refus américain de souscrire à une telle démarche place les conversations franco-allemandes directement en première ligne. Elles seules, selon W. Bullit, l’ambassadeur américain à Paris, peuvent sauver la paix52.

  • 53 Margairaz Michel, op. cit., p. 285 et suivantes.
  • 54 Margairaz Michel, op. cit., p. 300.
  • 55 Margairaz Michel, op. cit., p. 310.

34Mais Blum pose le règlement politique dès lors comme un préalable aux arrangements économiques. Cela explique l’échec partiel des conversations directes. Pour trouver une issue, il faut lever l’hypothèque Blum et inverser les priorités. Les difficultés du cabinet Blum à maîtriser les problèmes économiques pèsent dorénavant sur la diplomatie française. La dévaluation de l’automne 1936 n’arrête pas l’exode des capitaux. La situation financière est alarmante dès le début de l’année 193753. Que faire pour rétablir l’équilibre ? Plusieurs solutions sont envisagées : ouvrir des crédits, lancer un emprunt obligatoire sur les sociétés ou encore un emprunt extérieur qui pourrait résulter « de la solidarité politique des démocraties en face des menaces de guerre »54. Ne pourrait-on pas abandonner la parité fixe de la monnaie pour piéger les spéculateurs ? Blum tranche. Le 5 mars 1937, le conseil des ministres décide du contenu de « la pause ». Sous la pression de Rueff, Rist et Baudouin, le gouvernement abandonne la politique keynésienne de relance par la demande55. Il s’isole dans une politique du franc fort et suit les partisans du renforcement du protectionnisme, inquiets du déficit commercial. Le 10 juin 1937, le ministre de l’Économie, Spinasse, soumet à la Chambre un projet de loi autorisant le gouvernement à modifier par décret le tarif douanier. Le refus des pleins pouvoirs financiers par le Sénat entraîne la chute du premier gouvernement Blum, le 22 juin 1937.

  • 56 Cf. également R. Girault, « Léon Blum... », op. cit

35Le gouvernement Chautemps, dans lequel Bonnet succède à Auriol, ne peut empêcher une nouvelle dévaluation le 30 juin 1937. Mais il est prêt à une reprise du dialogue avec l’Allemagne. En effet, Bonnet et Rist, Rueff et Monnick sont favorables à la conclusion d’un accord économique, prélude à un arrangement d’ensemble avec le Reich56. Dès lors, en une petite semaine, les négociations aboutissent et l’accord est conclu le 10 juillet 1937.

Notes

1 Les dossiers AEF B 31516, PAAA R 107050, peuvent permettre de suivre les négociations. Ils renseignent sur les souhaits français et allemands.

2 Statistiques de l’OFA - Relevé du 31 décembre 1937, AEF B 32420.

3 Note destinée à J. Rueff, non signée, le 9 janvier 1937, AEF B 31516.

4 Rueff à Auriol, 9 janvier 1937, AEF B 31516.

5 Note destinée à J. Rueff, 9 janvier 1937, op. cit., AEF B 31516.

6 Note destinée à J. Rueff, op. cit.

7 MAE à Min. Fin., 26 janvier 1937, AEF B 31515.

8 Procès-verbal de la commission tenue aux Accords commerciaux le 16 mars 1937, AEF B 31516.

9 Procès-verbal du 16 mars 1937, op. cit., AEF B 31516.

10 MAE à Min. Fin., 27 janvier 1937, au sujet des négociations commerciales avec l’Allemagne. AEF B 31516.

11 MAE à Min. Fin., 27 janvier 1937, op. cit., AEF B. 31516.

12 Note de J. Rueff pour Vincent Auriol, 3 mars 1937. Dispositif proposé par Rueff approuvé le même jour par le ministre, AEF B 31516.

13 Procès-verbal du 16 mars 1937, op. cit., AEF B 31516.

14 Moeneclaey, Rapport au Président du Conseil rendant compte de la commission interministérielle du 15 février 1937, AEF B 31515. Voir également Moeneclaey, SICAP à ministre des Finances, le 1er mars 1937, AEF B 31515.

15 Moeneclaey à ministre des Finances, 1er mars 1937, op. cit.

16 Moeneclaey à ministre des Finances, 1er mars 1937, op. cit.

17 Voir note 1 du présent chapitre.

18 Note destinée à J. Rueff, 9 janvier 1937, op. cit., AEF B 31516.

19 Ritter, AA à Lefeuvre, attaché commercial, 26 janvier 1937, AEF B 31515.

20 Procès-verbal du 16 mars 1937, op. cit., AEF B 31516.

21 Moeneclaey à ministre des Finances, le 1er mars 1937, op. cit., AEF B 31515.

22 MAE à ministre des Finances, 4 mars 1937, AEF B 31516. La lettre donne des informations sur les discussions du 3 mars 1937.

23 Rueff à V. Auriol, le 10 avril 1937, AEF B 31516.

24 Rueff à V. Auriol, le 10 avril 1937, AEF B 31516.

25 Voir n. 1 du présent chapitre.

26 Note de J. Rueff pour V. Auriol, le 3 mars 1937. AEF B 31516.

27 Copie de cet échange de lettres, MAE à ministre des Finances, le 13 mars 1937, AEF B 31516.

28 Rueff à V. Auriol, le 10 avril 1937, op. cit.

29 Note, ministre des Finances, intitulée Mobilisation des arriérés du clearing, 23 avril 1937. AEF B 31515.

30 Note, ministre des Finances, à Quesnay, directeur général BRI, Bâle, 28 avril 1937, AEF B 31516.

31 Procès-verbal du 16 mars 1937, op. cit., AEF B 31516.

32 Note de J. Rueff pour le ministre des Finances, le 24 mai 1937, AEF B 31516.

33 Se reporter aux Archives de l’Ambassade d’Allemagne à Paris. PAAA Findbuch Paris, Band 776, 4.

34 Von Welczeck, Ambassade Paris à A.A. Berlin, le 3 juin 1937. PAAA Findbuch Paris, Band 776, 4.

35 MAE à ministre des Finances, le 22 mai 1937, AEF B 31516.

36 MAE à ministre des Finances, le 22 mai 1937, op. cit.

37 Ambassade, Paris à AA, le 26 mai 1937, PAAA Findbuch Paris, 776, 4, reproduit également dans L’Ère Nouvelle, le 27 mai 1937.

38 Ambassade, Paris à AA, le 27 mai 1937, PAAA Findbuch Paris, 776, 4.

39 Ibid.

40 Procès-verbal conversation Schacht-Auriol, 27 mai 1937 à 17 h 45, établi par J. Rueff, AEF B 31516.

41 Ambassade Paris à AA, le 30 mai 1937, PAAA Findbuch Paris, 776, 4.

42 L’Intransigeant, 28 mai 1937.

43 Pupier, Jean, « En écoutant le Dr Schacht », in La Journée industrielle du 29 mai 1937.

44 Note de J. Rueff à V. Auriol, 28 mai 1937. Compte rendu de la rencontre Schacht-Bastid du 26 mai 1937, AEF B 31516.

45 Procès-verbal conversation Schacht-Auriol, 27 mai 1937, op. cit., AEF B 31516.

46 Président de la délégation allemande à Président de la délégation française, 27 mai 1937, AEF B 31516.

47 Président de la délégation allemande à président de la délégation française, 27 mai 1937, AEF B 31516.

48 Note de Rueff pour le ministre des Finances, 28 mai 1937, AEF B 31516.

49 Ibid.

50 Cité par Margairaz Michel, L’État, les Finances et l’Économie, op. cit., tome I, p. 279.

51 Margairaz Michel, op. cit., p. 278.

52 Margairaz Michel, op. cit., p. 281.

53 Margairaz Michel, op. cit., p. 285 et suivantes.

54 Margairaz Michel, op. cit., p. 300.

55 Margairaz Michel, op. cit., p. 310.

56 Cf. également R. Girault, « Léon Blum... », op. cit

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540