Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les relations économiques et financières franco-allemandes, 1932-1939

 | 
Sylvain Schirmann

Troisième partie. L’impossible accord ? 1er août 1935-10 juillet 1937

Chapitre XIII. Les orientations de l’automne 1936

Texte intégral

1Les décisions préparées au cours de l’été 1936 sont communiquées publiquement en septembre de la même année. À Nuremberg, Hitler présente au monde entier la nouvelle politique économique allemande : un plan de quatre ans dont la réalisation est confiée à Göring. En France, L. Blum, avec l’accord des États-Unis et du Royaume-Uni, met fin au sacro-saint principe de la parité-or. La dévaluation du franc, instrument de la relance économique, répond également à des préoccupations diplomatiques. Les choix opérés peuvent-ils permettre une amélioration de la coopération franco-allemande ? Ou au contraire leur logique conduit-elle les deux États à maintenir le statu quo et ses embûches ? Les discussions de l’automne 1936 plaident pour la coopération.

I. LE PLAN DE QUATRE ANS1

  • 1 Pour de plus amples informations sur le plan de quatre ans, voir : Barkai, Avraham, Das Wirtschaft (...)

2La politique économique suivie par le Reich depuis 1933 hypothèque le réarmement. Un choix s’impose, largement conditionné par la mission hégémonique que le Fuhrer a assignée à l’Allemagne. Lancé dans l’euphorie du congrès de Nuremberg en septembre 1936, le plan de quatre ans est une décision irréversible.

A. LES RAISONS D’UN CHOIX

  • 2 Le mémorandum Schacht du 3 février 1936 est présenté dans Bloch, Charles, Le IIIe Reich et le Mond (...)
  • 3 Pour la présentation statistique, voir : Volkmann, Hans-Erich, op. cit., p. 330 et 331 ; Poidevin (...)

3Schacht met Hitler en garde contre les limites du nouveau plan en février 19362. À l’été 1936 la situation du Reich est dramatique. L’insuffisance de devises et de matières premières ralentit le programme du réarmement. En mai 1936, les stocks ne couvrent qu’un à deux mois des besoins du pays. Les fabriques de munitions tournent à 70 % de leurs capacités. À très court terme (moins d’un mois), les métaux non ferreux ne suffisent pas à satisfaire les besoins de l’armée. Certaines branches introduisent le chômage partiel. La menace d’une crise comparable à celle des années 1930 est bien réelle3. Ces difficultés intérieures renforcent l’énorme dépendance économique du Reich. Une autre politique s’impose.

  • 4 Volkmann, Hans-Erich, op. cit., p. 329.
  • 5 Volkmann, Hans-Erich, Aspects de l’économique militaire nazie de 1933 à 1936, op. cit., p. 277-278

4Trois choix sont possibles. Le premier, qui a la faveur de Schacht, consiste à ralentir le rythme du réarmement. Des exportations supplémentaires devraient dès lors redonner vitalité à l’économie allemande. Cette position diffère l’entrée en guerre. Il s’agit de souhaiter un réarmement en profondeur, capable de donner à la population les moyens de tenir un conflit long4. La seconde hypothèse est favorable au maintien du rythme du réarmement, même si celui-ci se fait au détriment de la population. La dernière variante enfin vise à fixer un objectif stratégique immédiat et limité, sous la forme d’une acquisition territoriale. Cet objectif augmenterait les capacités du réarmement et présenterait l’avantage de satisfaire l’amour-propre du peuple allemand5.

  • 6 Sur la nomination de Göring et le jeu de Schacht, voir Volkmann, Hans-Erich, Die NS Wirtschaft, op (...)
  • 7 Volkmann, Hans-Erich, Die NS Wirtschaft, op. cit., p. 332.

5Pour Hitler, il n’est pas question de remettre en cause les efforts consentis. C’est l’enseignement qu’il faut tirer de la décision, le 4 avril 1936, de confier à Göring le réarmement intérieur6. Ce dernier a tout pouvoir pour mettre en application les décisions du Fûhrer. Les instances de l’État, comme du parti, sont à sa disposition. En faisant de Göring le nouveau maître de l’arsenal allemand, Hitler renforce le dirigisme économique. Les premières impulsions ne peuvent cependant donner satisfaction. La revitalisation du commerce extérieur devrait permettre au Reich de passer le cap délicat du ravitaillement. Mais les séances consacrées à cette question concluent à l’incapacité de mettre en œuvre ce programme. En effet la difficile conjoncture internationale, comme l’existence de travaux publics lucratifs en Allemagne, découragent les exportateurs7.

  • 8 Brinkmann, Rudolf, Wirtschaftspolitik aus nationalsozialistischen Kraftquell. Eine Sammlung ausge- (...)
  • 9 Volkmann, Hans-Erich, Die NS Wirtschafl, op. cit., p. 333.

6Les autorités économiques tentent alors de trouver un complément en ordonnant une utilisation plus intensive du sol et sous-sol allemand. Brinkmann, secrétaire d’État à l’Économie, stimule « l’esprit de découverte des Allemands... celui qui va permettre l’élaboration de produits neufs, de produits de substitution. »8 Qui doit supporter le financement de telles finalités ? Göring, qui connaît l’état déficient des caisses du Reich, souhaite en faire supporter le poids aux banques et aux entreprises. Les investissements massifs liés à ces projets, l’aide nécessaire de l’État supposent du temps. Leur réalisation permettrait un réarmement en profondeur de l’Allemagne. Celui-ci serait vraisemblablement terminé vers 19459. Hitler est-il, à l’été 1936, prêt à la patience ?

B. LES CHOIX DE L’ETE 1936

  • 10 Volkmann, Hans-Erich, Die NS Wirtschaft, op. cit., p. 334.

7Le Führer n’est pas décidé à renoncer à ses ambitions extérieures. Bien au contraire, il veut exploiter avec opportunisme toutes les modifications de la donne européenne pour renforcer la position allemande. La politique économique est au service de cet objectif. Elle doit lui permettre la constitution rapide d’une armée capable d’intervenir par des actions localisées. Hitler aspire à modifier, avec cet outil, les bases territoriales du Reich par un jeu subtil et changeant d’agressions militaires et de pressions diplomatiques. L’agrandissement de l’espace allemand élargit ensuite les possibilités économiques. Le coup de force territorial pare ainsi aux difficultés économiques10. Les ressources limitées du Reich doivent donc être utilisées pleinement pour un réarmement capable de permettre à la Wehrmacht d’intervenir pour une action localisée dans un proche avenir. L’agression prévue vise à modifier les bases spatiales du Reich. La politique économique devenait le support indispensable du « Blitzkrieg ».

  • 11 Voir Bloch Charles, Le IIIe Reich et le Monde, op. cit., p. 165 et le chapitre VI : « La préparati (...)
  • 12 Volkmann, Hans-Erich, Die NS Wirtschaft, op. cit., p. 335-336.

8Hitler arrête ses grandes décisions au mois d’août 1936. Elles sont la substance du plan de quatre ans lancé à Nuremberg en septembre 1936. L’aide-mémoire d’août 1936 demande à l’armée et à l’économie du Reich d’être opérationnelles dans un délai de quatre ans11. Il lance une mobilisation économique totale, condition de l’hégémonie allemande en Europe. Le document s’intéresse surtout à la situation des matières premières. Cinq points essentiels en constituent le corpus : parvenir, en renforçant la prospection, à couvrir d’ici dix-huit mois les besoins de la Wehrmacht en huiles minérales ; produire en masse du caoutchouc synthétique et des fibres artificielles à partir du bois ; transformer la houille et ses dérivés en corps gras ; développer l’extraction minière sans se braquer sur la teneur en métal des roches ; faire abstraction du facteur coût de toutes ces recherches12.

  • 13 Voir également Wendt, Bernd-Jürgen, Aussenpolitik und Kriegsvorbereitung des Hitler Régimes, Münch (...)

9Ce programme économique s’inscrit dans « le combat pour l’affirmation du peuple allemand qui doit bientôt commencer »13. C’est l’espace vital qui assurera alimentation et matières premières. Il s’agit d’en préparer la conquête en prenant pendant la période transitoire préliminaire toutes les mesures nécessaires pour réduire l’insuffisance minérale du Reich. Une telle perspective confine le commerce extérieur à un rôle d’appoint : exploiter toutes les possibilités d’exportation pour importer ce qui est indispensable au réarmement. Comment faire passer ce programme annonciateur d’une proche intervention de la Wehrmacht ?

  • 14 Volkmann, Hans-Erich, Die NS Wirtschaft, op. cit., p. 334.
  • 15 Volkmann, Hans-Erich, Die NS Wirtschaft, op. cit., p. 334.
  • 16 C’est la conclusion de Volkmann, Hans-Erich, Die NS Wirtschaft, op. cit., p. 336.

10Le Congrès de Nuremberg fournit à Hitler, dans une ambiance euphorique, l’occasion de faire digérer la nécessité des sacrifices14. Le but du plan de quatre ans reste en substance « l’amélioration du standard de vie de l’intégralité de la population allemande ». Mais l’objectif est menacé par « le danger bolchevique qu’il s’agit de contrecarrer en entreprenant des efforts de réarmement »15. Ceux-ci sont à la base d’un futur fort pouvoir d’achat, à condition de se servir du matériel militaire ainsi accumulé. Le plan n’a qu’une seule ambition : installer dans cette période de paix les structures économiques pour des agressions planifiées. En septembre 1936, Hitler donne libre cours à ses ambitions effrenées. Le plan annonce au monde entier l’expansion économique allemande qui est territoriale16. Tous les responsables de tous les pays sont prévenus. Le point de non-retour est atteint au moment où la France est elle-même placée devant des choix économiques déterminants.

II. LA DÉVALUATION DU FRANC

  • 17 Voir la situation économique de la France, entre autres : Caron, François, Histoire économique de (...)
  • 18 Girault René « Léon Blum, la dévaluation de 1936 et la conduite de la politique extérieure de la F (...)

11Les premières mesures du gouvernement de Front populaire ont cherché à créer les conditions d’une relance économique. Malgré l’augmentation du pouvoir d’achat, les principaux indicateurs économiques restent au rouge : recul de la production industrielle, chômage, inflation. Autre source d’inquiétude, les écarts entre les prix français et étrangers ne cessent de croître17. Dans ces conditions la question de la dévaluation est d’une brûlante actualité en cette fin d’été 1936. Acte de politique économique, enjeu de rivalités droite-gauche, la dévaluation de 1936 est également un acte diplomatique dont les contemporains n’ont peut-être pas saisi l’importance. R. Girault a mis en lumière cet aspect. Nous lui emprunterons ses principales conclusions avant de mesurer l’impact de « ce grand dessein occidental » sur les relations franco-allemandes au cours de l’hiver 1936-193718.

A. L’ENJEU DIPLOMATIQUE DE LA DEVALUATION DE 1936

  • 19 Girault René, « Léon Blum... », op. cit., p. 92.

12Les principaux responsables politiques des démocraties occidentales savent que leur liberté de manœuvre diplomatique dépend très largement de leur capacité à maîtriser la crise économique et sociale de leur pays. Un échec dans ce domaine correspondrait à la fin du libéralisme menacé par le fascisme comme par le bolchevisme. Dans ces conditions pourquoi ne pas tenter une politique de solidarité « entre les trois principales places fortes de la démocratie »19 ? Ce « camp atlantique » répond de surcroît aux nécessités diplomatiques de chacune des puissances. Pour la France il est capital de trouver des appuis solides face à Hitler. À cette fin Paris souhaite obtenir davantage qu’une déclaration d’assistance britannique. Le projet peut satisfaire les tendances « d’appeasement » du Foreign Office. Roosevelt, plus éloigné, est davantage tenté par un isolationnisme sacré.

  • 20 Idem, p. 96.
  • 21 Idem, p. 99.

13L’arme, le moyen du rapprochement, c’est la dévaluation du franc, élaborée dans le cadre d’une négociation tripartite. L’idée d’un réajustement de la monnaie française est suggérée dès 1935 par les Anglais20. Progressivement, hommes politiques (L. Blum) et experts (E. Monnick) sont gagnés à ce point de vue. Sous la pression des hauts fonctionnaires de la rue de Rivoli, Blum est conduit à négocier avec les Anglo-Saxons « une nouvelle valeur du franc en rapport avec les réalités économiques qui prévalent dans les échanges internationaux »21. Le gouvernement français pourrait alors réaliser un coup double : restaurer le niveau des prix et reprendre l’initiative en politique extérieure. La déclaration du 25 septembre 1936 stabilise les trois grandes monnaies occidentales. Le franc est dévalué de 32 % et la livre a un cours voisin de 5 dollars. Les trois pays s’entendent sur la nécessité de défendre les parités. Le 1er octobre 1936, la loi monétaire française signe la fin de la convertibilité-or. Est-ce le premier pas d’une reconstruction économique européenne dans le cadre d’un challenge politique qui oppose les démocraties aux fascismes ?

B. LE BILAN D’UNE DEVALUATION : REPRISE ECONOMIQUE ET GRAND DESSEIN OCCIDENTAL ?

  • 22 Girault René, « Léon Blum... », op. cit., p. 104.

14La dévaluation tardive n’empêche pas la relance économique dès l’automne 1936. En trois mois la production industrielle progresse de 12 %. Le chômage régresse et atteint son niveau de novembre 1934. Mais les contemporains sont davantage frappés par les pertes d’or et l’inflation (12 % en 3 mois), sans voir que, même avec cette hausse, les prix français sont pour la première fois inférieurs à ceux du Royaume-Uni22. La victoire économique reste possible à la fin de l’année 1936. Qu’en est-il du challenge politique ?

  • 23 Idem, p. 105.
  • 24 Idem, p. 106.
  • 25 Idem, p. 106-107.
  • 26 Idem, p. 107.

15La dévaluation ferait partie d’un vaste plan élaboré par les Anglo-Saxons et relayé en France par le milieu des Finances. L’idée en est fort simple : accorder des crédits ou des avances contre des engagements politiques et économiques. Elle consiste donc à acheter la paix aux puissances fascistes. R. Girault mentionne la volonté britannique de parvenir aussi bien à un nouveau Locarno qu’à une conférence économique de la dernière chance23. Monnick, attaché financier à Londres, se déclare proche des positions précédentes. Il pense que des négociations avec l’Allemagne permettraient de débloquer une aide américaine24. Il échafaude un plan qui prévoit le contrôle des matières premières par un trust occidental. Le projet devrait débaucher l’Italie et amener l’Allemagne à la table des discussions. Le 23 décembre 1936 tout semble en bonne voie. En effet, un entretien Delbos-Welczek consacré aux compensations coloniales et économiques évoque la contrepartie de concessions politiques en Europe et envisage un règlement pacifique en Espagne25. La rencontre Schacht - François-Poncet du 30 décembre maintient ces perspectives26.

16Les deux pays peuvent-ils réellement s’engager sur la voie de la paix dès lors qu’Hitler a choisi l’agression pour résoudre les difficultés allemandes ?

III. LES DISCUSSIONS DE L’AUTOMNE 1936

17Le dialogue franco-allemand est dominé par trois questions en cette fin d’année 1936. Il s’agit d’abord de reprendre le dossier des négociations avec la Syrie et le Liban. La résorption progressive de l’arriéré de l’ancien compte pose ensuite le problème des futures relations commerciales entre les deux partenaires. Celles-ci sont souvent perturbées par la surveillance accrue du commerce colonial, comme le montre le cas des exportations de fer algérien vers l’Allemagne. Ces problèmes cachent tous la question de la nouvelle définition des rapports franco-allemands.

A. LA MISE EN PLACE D’UN ACCORD AVEC LES ÉTATS DU LEVANT SOUS MANDAT FRANÇAIS27

  • 27 Le dossier PAAA R 107 137 permet de suivre ces négociations.
  • 28 Commissaire général (Damas) à consul général allemand (Beyrouth), 7 septembre 1936. PAAA R 107137.
  • 29 Auswärtiges Amt. Deutsche Botschaft, 10 septembre 1936. PAAA R 107137.
  • 30 Forster, Amba. Paris, télégramne à l’AA, 21 septembre 1936. PAAA R 107137. Les propositions ont ét (...)

18Parallèlement à la discussion du pacte franco-syrien qui doit conduire le mandat à l’indépendance se tiennent des négociations consacrées à l’avenir du commerce germano-syrien. Dès le début du mois de septembre 1936, le commissaire général, avec l’accord des industriels locaux, remet au consul allemand de Beyrouth un projet d’accord28. Celui-ci prévoit un clearing germano-syrien autonome et une réduction de la parité entre les exportations des deux pays. Les ventes syriennes qui représentent à peine 20 % des ventes allemandes devraient être rétablies dans une proportion de 50 %. La réponse du Reich, le 10 septembre, souhaite inclure cet accord dans un dispositif général franco-allemand, sur la base du « système anglais ». En effet, dit la lettre, « la situation des devises ne permet pas de renoncer à la parité effective » du moment29. Le 21 septembre le Quai d’Orsay présente les nouvelles propositions françaises à l’ambassade d’Allemagne. Les deux pays (Reich et Syrie) s’accorderaient la clause de la nation la plus favorisée. Le gouvernement français accepte le principe d’une disparité dans le volume des exportations des deux pays. Il est prêt à consolider une pointe à Berlin : 20 % de ses ventes. L’accord doit intervenir rapidement et être conclu pour une durée d’un an30.

  • 31 Sarnow (RWM) à Sabath (AA), 25 septembre 1936. PAAA R 107137.
  • 32 Note de la Reichsbank, 2 octobre 1936. PAAA R 107137
  • 33 Pour les bases de la négociation voir Amba Paris a Sabath (AA), télégramme 27 octobre 1936. PAAA R (...)

19Le 25 septembre une note de Sarnow, directeur au Reichswirtschatsministerium, à Sabath, de l’Auswärtiges Amt, donne son accord à l’octroi réciproque de la clause préférentielle31. L’acceptation du principe d’un solde commercial favorable à l’Allemagne satisfait pleinement le représentant du ministère de l’Économie. En revanche Sarnow souhaite que les exportations syriennes ne dépassent pas 25 % du montant des ventes allemandes. La note évoque également la possibilité d’une négociation d’ensemble avec la France sur la base de l’accord anglais. Le 2 octobre 1936 la Reichsbank autorise une parité maximale de 50 %32. Le 27 octobre 1936 les bases de la négociation sont arrêtées par les deux gouvernements. L’accord intervient le 30 janvier 1937 à Berlin33.

20L’arrangement commercial accorde aux produits du Levant le tarif le plus faible sur le territoire allemand. Les produits du Reich sont soumis au tarif normal : l’Allemagne ne peut donc prétendre aux avantages spéciaux que le Mandat a accordés aux États voisins. La proportion entre les exportations syriennes et allemandes est fixée à 45 %. Chaque partie assure le libre transfert du règlement des achats. Quant aux créances commerciales antérieures à l’accord, elles sont réglées selon des dispositions du clearing franco-allemand de juillet 1934. Le dispositif est conclu pour une durée de deux ans. Il est renégocié dès que l’équilibre des 45 % est rompu.

  • 34 Duroselle Jean-Baptiste, La Décadence, op. cit., p. 323.

21L’accord témoigne de l’offensive allemande au Proche-Orient. Conçu dans une phase où la mission Viénot devait apporter l’indépendance aux territoires sous mandat du Levant, le traité n’a finalement pas les répercussions souhaitées car l’accord franco-syrien sur l’autonomie n’a jamais été ratifié34. Certes l’Allemagne peut continuer à s’approvisionner en denrées alimentaires, en textiles et à déverser ses machines. Mais les avantages commerciaux cependant ne seront jamais relayés par des avantages politiques. Faut-il dès lors penser que l’arrangement fait partie d’une volonté d’apaisement, prémisse d’un accord général évoqué à plusieurs reprises au cours des négociations ? L’apurement progressif de l’ancien compte, que la France souhaite comme préalable, lève en tout cas un obstacle.

B. L’APUREMENT DE L’ANCIEN COMPTE : QUEL REGIME COMMERCIAL ?

  • 35 Note « Sur l’office franco-allemand des paiements commerciaux » établie par A. Fayol, inspecteur d (...)
  • 36 Ministre du Commerce à ministre des Finances, le 28 novembre 1936. AEF B 31515.
  • 37 MAE à ministre du Commerce, le 9 décembre 1936. AEF B 31515.
  • 38 MAE à ministre du Commerce, 4 décembre 1936. AEF B 31515.

22Un rapport établi par l’inspecteur des Finances A. Fayol chiffre le déficit du clearing à 231 millions de francs à la fin du mois d’août 193635. Sur cette somme, l’arriéré de l’ancien compte se solde à 117 millions de francs. Une nouvelle situation, le 26 novembre, indique qu’il reste à régler 9,285 millions de francs pour apurer complètement les anciennes créances. Le rythme des règlements laisse supposer une liquidation complète du clearing pour la première quinzaine de décembre36. Celle-ci intervient effectivement le 4 décembre 1936. Le Reich est donc en mesure de disposer à son gré de la totalité des produits de l’exportation vers la France. Il peut à sa guise délivrer des certificats de devises pour un volume tel que la liquidation du nouveau compte soit retardée indéfiniment. C’est ce que craignent les autorités françaises. Elles cherchent à ouvrir des négociations « pour fixer contractuellement le nouveau régime du clearing »37. Leur crainte n’est pas illusoire. Dès octobre 1936 les ventes françaises augmentent, passant de 58 à 86 millions de francs en un mois. En effet, le Reich libelle ses autorisations en RM, ce qui revient à gonfler les achats de 42 % après la dévaluation française38.

  • 39 Compte rendu envoyé par MAE à ministre des Finances, le 12 décembre 1936. AEF B 31515.
  • 40 Compte rendu, 12 décembre 1936, op. cit. AEF B 31515.
  • 41 Lettre Delbos à Auriol, 17 décembre 1936. AEF B 31515.
  • 42 Lettre Delbos à Auriol, op. cit.
  • 43 Entretien Ritter-François-Poncet, le 15 décembre 1936. Teneur de cet entretien : lettre MAE à mini (...)

23Une commission interministérielle examine le 7 décembre 1936 ce qu’il convient de faire pour résorber les arriérés du nouveau compte : 250 millions de francs39. Le gouvernement français souhaite affecter les 70 % réservés à l’ancien compte à l’apurement du nouveau. Le 10 décembre, la demande, transmise par François-Poncet à la Wilhelmstrasse, est accompagnée du désir de rechercher « les bases sur lesquelles pourraient enfin reprendre entre les deux pays des relations contractuelles commerciales normales »40. À l’Allemagne qui aimerait connaître les vœux français en matière commerciale, Yvon Delbos fait répondre que Paris est prêt à accepter le système anglais. Bien entendu le Reich doit d’abord donner son accord à l’affectation des 70 % aux arriérés du nouveau compte,41 et attendre que ce nouveau compte soit entièrement apuré. François-Poncet est chargé de recueillir les vœux allemands. Il doit insister pour « qu’aucune rencontre entre les deux délégations ne soit Fixée avant que les bases d’un accord aient été trouvées »42. L’Allemagne accepte le principe français : l’apurement du nouveau compte par le mécanisme jadis réservé à l’ancien43. Ce geste technique ne laisse présager en rien l’ouverture des négociations. En effet les difficultés de la SICAP et le contrôle des exportations algériennes illustrent les tensions de l’instant.

C. LES TENSIONS : SICAP ET MINERAI DE L’OUENZA

  • 44 Note Moeneclaey (SICAP) pour le ministre des Finances, le 27 octobre 1936. Elle fait le point sur (...)
  • 45 Note Moeneclaey, 27 octobre 1936, op. cit.
  • 46 Note ministre des Finances, 9 janvier 1937. AEF B 31516.
  • 47 Note 9 janvier 1937, op. cit., AEF B 31516.

24L’interprétation du renouvellement du 3 juin 1936 de l’accord SICAP soulève certaines difficultés à l’automne 1936. Le texte prévoyait que le gouvernement français pouvait dorénavant rapatrier la part de créances particulières qu’il voulait. Une clause de sauvegarde permettait à l’Allemagne de limiter les rapatriements de cette nature à 200 000 RM par mois en cas de nécessité majeure. À la demande des autorités françaises, les sommes transférées en août et en septembre s’élevaient à 300 000 RM par mois. Le 8 octobre le Reichswirtschatsministerium décide de s’en tenir strictement à l’avenir aux 200 000 RM par mois44. Mieux encore, il veut récupérer le supplément accordé en août et en septembre. La querelle est l’occasion de négociations à la fin du mois d’octobre 193645. Si le Reich accepte de ne pas récupérer les 100 000 RM transférés, il refuse en revanche d’admettre dorénavant au protocole les avoirs bancaires non compris dans la convention SICAP du 10 mars 1933. Il interdit le rapatriement des sommes provenant de ventes de titres ou d’immeubles. Il souhaite étendre le dispositif aux créances dont le remboursement l’intéresse, c’est-à-dire imposer au gouvernement français les avoirs à rapatrier. Une commission interministérielle se penche sur le problème le 23 décembre 193646. Selon elle, il convient de maintenir la SICAP, car « le mécanisme nous donne de sérieuses garanties pour certains transferts qu’il faudra assurer essentiellement : le service des emprunts Dawes et Young »47. Une reconduction de l’accord en février 1937 est donc nécessaire.

  • 48 Note verbale Amba. Paris à MAE, 8 décembre 1936. PAAA R 107050. Elle rappelle l’historique de l’af (...)
  • 49 Note verbale, 8 décembre 1936, op. cit., PAAA R 107050.
  • 50 Un dossier « Décrets français de contingentements du 23 décembre 1936 au 31 janvier 1937 », in PAA (...)

25La discussion la plus épineuse concerne les ventes de fer algérien au Reich, arrêtées à partir de novembre 1936 et contingentées pour l’année 1937 à 350 000 tonnes. La décision du 13 octobre 1936 - celle qui fixe ces quote-parts - réserve également une partie du fer maghrébin à la Pologne, à la Belgique et à la Tchécoslovaquie48. À partir de novembre, la société de l’Ouenza n’a plus le droit de vendre sa production au Reich. La discrimination exaspère Berlin qui, le 8 décembre 1936, par note verbale, « prie le Ministère des Affaires étrangères de trouver une solution rapide à la question »49. Le 1er janvier 1937, des taxes à l’importation de 6 % frappent tous les produits non originaires de l’Empire qui pénètrent sur le sol algérien50.

  • 51 Réponse MAE à la note allemande du 8 décembre 1936, le 4 janvier 1937. PAAA R 107050.
  • 52 Réponse MAE, 4 janvier 1937, op. cit., PAAA R 107050.
  • 53 Position allemande concernant la lettre française du 4 janvier 1937. RWM à AA le 13 février 1937. (...)
  • 54 Les notes de janvier 1937 expriment toutes ce souhait. Des contacts officieux sont pris dès décemb (...)

26La décision française, présentée comme résultant de l’absence d’un traité de commerce depuis le 1er août 1935, vise à limiter les ventes de minerai aux tonnages exportés en 1935. Si les contingents ont été dépassés - c’est le cas du Reich -, la France doit envisager une réduction de ses ventes jusqu’au 1er mai 1937. En réalité Paris cherche à faire pression sur Berlin pour que celui-ci garantisse en 1937 le tonnage de 1935 de ses ventes de coke. L’Allemagne devrait également admettre le principe qu’une augmentation des ventes de fer soit compensée par des livraisons supplémentaires de coke et de charbon. Un accord coke-minerai de fer avant la lettre ! La proposition française est très précise : 2 tonnes de minerai lorrain pour une tonne de coke. Pour l’Algérie, « compte tenu de la teneur en fer plus élevée, la proportion de minerais doit être réduite »51. Et la note du Quai d’Orsay conclut : « le gouvernement français autorisera un tonnage additionnel de 100 000 tonnes prévu avec la société de l’Ouenza que si l’Allemagne a le désir de maintenir les courants commerciaux actuels en ce qui concerne le coke »52. Le Reich demande à Paris de garantir, le 13 février 1937, 7,2 millions de tonnes de fer pour l’année en cours (autant qu’en 1936). Il se déclare prêt à vendre autant de coke qu’en 1935 (1,3 million de tonnes)53. Mais Berlin n’est pas prêt à associer mathématiquement coke et fer. Il propose d’ailleurs que la SICAP se charge des transactions relatives à ces produits. Dialogue de sourds. En effet les deux pays prévoient de régler la question dans le cadre d’un accord général, pour lequel on espère l’ouverture prochaine des négociations54. En attendant, ventes de coke allemand et ventes de fer français restent contingentées.

  • 55 Note destinée à J. Rueff, non signée : le 9 janvier 1937. Elle est intitulée : « Allemagne. Nouvel (...)
  • 56 Cf. également Girault, René, « Léon Blum... », op. cit., p. 108 : « en confiant la gestion du plan (...)

27La tension économique franco-allemande de l’automne 1936 doit trouver aux yeux des gouvernants une solution dans un accord à venir. Le renouvellement du protocole SICAP, tout comme le règlement des créances du nouveau compte, obligent à débattre du contentieux. C’est ce que souhaite une note française du 9 janvier 1937 : « dans l’ordre commercial des raisons impérieuses exigent qu’il soit mis fin au plus tôt à l’état actuel des choses »55. Politiquement les pourparlers sont tout aussi nécessaires, car on pense pouvoir connecter coopération économique et organisation de la paix. Dans quel ordre : le politique avant l’économique ? ou l’inverse ? « L’achat de la paix dépend d’Hitler »56. N’a-t-il pas déjà tranché en lançant le plan de quatre ans ?

Notes

1 Pour de plus amples informations sur le plan de quatre ans, voir : Barkai, Avraham, Das Wirtschaftsys- tem des Nationalsozialismus, Frankfurt am Main, 1988, 279 pages ; le chapitre 4 : Die Kriegs- und Eroberungs- wirtschaft 1937-1945, p. 211 et suiv. ; Volkmann, Hans-Erich, Die AS, Wirtschaft in Vorbereitung des Krieges, in Deist. W, Messerschmidt M. Volkmann H.E., Wette W., op. cit., p. 211 à 429, notamment le chapitre V : Die Wehrwirtschaft im Zeichen des Vierjahresplans, p. 329 à 374.

2 Le mémorandum Schacht du 3 février 1936 est présenté dans Bloch, Charles, Le IIIe Reich et le Monde, op. cit., p. 200.

3 Pour la présentation statistique, voir : Volkmann, Hans-Erich, op. cit., p. 330 et 331 ; Poidevin Raymond, L’Allemagne et le monde au XXe siècle, op. cit., p. 106 et 107.

4 Volkmann, Hans-Erich, op. cit., p. 329.

5 Volkmann, Hans-Erich, Aspects de l’économique militaire nazie de 1933 à 1936, op. cit., p. 277-278.

6 Sur la nomination de Göring et le jeu de Schacht, voir Volkmann, Hans-Erich, Die NS Wirtschaft, op. cit., p. 329-330.

7 Volkmann, Hans-Erich, Die NS Wirtschaft, op. cit., p. 332.

8 Brinkmann, Rudolf, Wirtschaftspolitik aus nationalsozialistischen Kraftquell. Eine Sammlung ausge- wählter Vorträge, Reden und Ansprachen, Jena 1939, p. 75.

9 Volkmann, Hans-Erich, Die NS Wirtschafl, op. cit., p. 333.

10 Volkmann, Hans-Erich, Die NS Wirtschaft, op. cit., p. 334.

11 Voir Bloch Charles, Le IIIe Reich et le Monde, op. cit., p. 165 et le chapitre VI : « La préparation économique, militaire et psychologique de la guerre », p. 189 et suiv.

12 Volkmann, Hans-Erich, Die NS Wirtschaft, op. cit., p. 335-336.

13 Voir également Wendt, Bernd-Jürgen, Aussenpolitik und Kriegsvorbereitung des Hitler Régimes, München, 1987, p. 106 et suiv.

14 Volkmann, Hans-Erich, Die NS Wirtschaft, op. cit., p. 334.

15 Volkmann, Hans-Erich, Die NS Wirtschaft, op. cit., p. 334.

16 C’est la conclusion de Volkmann, Hans-Erich, Die NS Wirtschaft, op. cit., p. 336.

17 Voir la situation économique de la France, entre autres : Caron, François, Histoire économique de la France au XIXe-XXe siècle, 1981, chap. 11, p. 189 et suivantes ; Tacel, Max, La France et le monde au XXe siècle, 1989, p. 116 à 168 ; Asselain, Jean-Charles, Histoire économique de la France, tome 2, 1984 ; Sauvy, Alfred, Histoire économique, op. cité ; Dubieff, Henri, Le déclin de la IIIe République, op. cit.

18 Girault René « Léon Blum, la dévaluation de 1936 et la conduite de la politique extérieure de la France », in Relations internationales, 1978, n° 13, p. 91 à 109.

19 Girault René, « Léon Blum... », op. cit., p. 92.

20 Idem, p. 96.

21 Idem, p. 99.

22 Girault René, « Léon Blum... », op. cit., p. 104.

23 Idem, p. 105.

24 Idem, p. 106.

25 Idem, p. 106-107.

26 Idem, p. 107.

27 Le dossier PAAA R 107 137 permet de suivre ces négociations.

28 Commissaire général (Damas) à consul général allemand (Beyrouth), 7 septembre 1936. PAAA R 107137.

29 Auswärtiges Amt. Deutsche Botschaft, 10 septembre 1936. PAAA R 107137.

30 Forster, Amba. Paris, télégramne à l’AA, 21 septembre 1936. PAAA R 107137. Les propositions ont été adressées à Forster par de La Baume.

31 Sarnow (RWM) à Sabath (AA), 25 septembre 1936. PAAA R 107137.

32 Note de la Reichsbank, 2 octobre 1936. PAAA R 107137

33 Pour les bases de la négociation voir Amba Paris a Sabath (AA), télégramme 27 octobre 1936. PAAA R 107137. Pour les accords, voir « Accords conclus le 20 janvier 1937 entre les Etats du Levant et l’Allemagne ». PAAA R 107137.

34 Duroselle Jean-Baptiste, La Décadence, op. cit., p. 323.

35 Note « Sur l’office franco-allemand des paiements commerciaux » établie par A. Fayol, inspecteur des Finances. Le 29 septembre 1936. AEF B 31515.

36 Ministre du Commerce à ministre des Finances, le 28 novembre 1936. AEF B 31515.

37 MAE à ministre du Commerce, le 9 décembre 1936. AEF B 31515.

38 MAE à ministre du Commerce, 4 décembre 1936. AEF B 31515.

39 Compte rendu envoyé par MAE à ministre des Finances, le 12 décembre 1936. AEF B 31515.

40 Compte rendu, 12 décembre 1936, op. cit. AEF B 31515.

41 Lettre Delbos à Auriol, 17 décembre 1936. AEF B 31515.

42 Lettre Delbos à Auriol, op. cit.

43 Entretien Ritter-François-Poncet, le 15 décembre 1936. Teneur de cet entretien : lettre MAE à ministre des Finances, le 29 décembre 1936. AEF B 31515.

44 Note Moeneclaey (SICAP) pour le ministre des Finances, le 27 octobre 1936. Elle fait le point sur les difficultés en cours. AEF B 31520.

45 Note Moeneclaey, 27 octobre 1936, op. cit.

46 Note ministre des Finances, 9 janvier 1937. AEF B 31516.

47 Note 9 janvier 1937, op. cit., AEF B 31516.

48 Note verbale Amba. Paris à MAE, 8 décembre 1936. PAAA R 107050. Elle rappelle l’historique de l’affaire.

49 Note verbale, 8 décembre 1936, op. cit., PAAA R 107050.

50 Un dossier « Décrets français de contingentements du 23 décembre 1936 au 31 janvier 1937 », in PAAA R 107050, commente la mesure comme anti-allemande.

51 Réponse MAE à la note allemande du 8 décembre 1936, le 4 janvier 1937. PAAA R 107050.

52 Réponse MAE, 4 janvier 1937, op. cit., PAAA R 107050.

53 Position allemande concernant la lettre française du 4 janvier 1937. RWM à AA le 13 février 1937. PAAA R 107050.

54 Les notes de janvier 1937 expriment toutes ce souhait. Des contacts officieux sont pris dès décembre 1936, voir chapitre suivant.

55 Note destinée à J. Rueff, non signée : le 9 janvier 1937. Elle est intitulée : « Allemagne. Nouvelles négociations ». AEF B 31516.

56 Cf. également Girault, René, « Léon Blum... », op. cit., p. 108 : « en confiant la gestion du plan de 4 ans à Göring, Hitler marque déjà le sens de ses préférences... ».

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable