Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les relations économiques et financières franco-allemandes, 1932-1939

 | 
Sylvain Schirmann

Troisième partie. L’impossible accord ? 1er août 1935-10 juillet 1937

Chapitre XII. Initiatives et attentisme au cours de l’année 1935-1936

Texte intégral

1Décidé à créer les conditions d’un accord, le gouvernement du Reich multiplie les initiatives dès l’automne 1935. Pendant pratiquement une année, aide-mémoire, déclarations, contacts officieux cherchent une ouverture du côté français. Celle-ci tarde à venir. Paris est certes déçu par ses relations économiques avec l’Allemagne. Il a dû admettre la faillite du clearing. Les deux partenaires quittent également les rives calmes et se préparent à affronter l’inconnu. Le réarmement accru et la remilitarisation de la Rhénanie ne peuvent pas rester sans incidence sur les relations entre les deux pays. La possible victoire du Front populaire conditionne largement l’attitude française. Les projets sans lendemain ne se comprennent que par la modification du contexte diplomatique et politique.

I. DES INITIATIVES SANS LENDEMAINS IMMÉDIATS

  • 1 Trois dossiers permettent de suivre les initiatives : AEF B 31515, AEF B 31520, PAAA R 87313.

2Utilisant l’ouverture entrevue en novembre 1935, le Reich multiplie les projets1. Peu novateurs, ils n’ont guère de chances de susciter l’intérêt français. Dès janvier 1936 de nouvelles initiatives rompent avec le discours traditionnel des autorités allemandes. Mais l’entrée des troupes allemandes en Rhénanie et les élections françaises remettent à plus tard les contacts économiques entre les deux pays.

A. L’AFFRONTEMENT DE POSITIONS BIEN ARRETEES : OCTOBRE 1935-DECEMBRE 1935

  • 2 Exposé remis par le gouvernement du Reich à l’Ambassade de France à Berlin, le 19 novembre 1933, A (...)
  • 3 Hartenstein, Reichswirtschaftsministerium à Moeneclaey, directeur général des Monnaies, 18 novembr (...)

3Fin octobre 1935, l’ambassade d’Allemagne remet au gouvernement français un aide-mémoire qui doit servir de base à l’ouverture de négociations commerciales2. Le Reich exige un solde net de 200 millions de francs et souhaite la création de marks-touristes vendus en France en contrepartie d’avoirs français à débloquer en Allemagne. Si les documents envisagent l’extension de la compensation privée, ils étudient également le moyen de procurer des devises supplémentaires à la Reichsbank. Berlin est disposé à offrir aux porteurs français de créances publiques et privées des obligations à 4 % l’an comme contre-valeur des intérêts, dividendes et autres paiements à assurer par le Reich. Celui-ci désire enfin obtenir le libre choix de ses importations en provenance de France. Le principe du solde disponible provenant d’exportations supplémentaires est à nouveau évoqué par Hartenstein, le 18 novembre 19353. Sa lettre à Moeneclaey lie la prolongation de l’accord SICAP à l’obtention pour l’industrie allemande d’un contingent 1936 égal à celui de 1934 : ce qui revient à demander des exportations supplémentaires, car entre-temps la Sarre a été rattachée à l’Allemagne. À cette position, somme toute classique et connue, répond une attitude française tout aussi prévisible.

  • 4 Note française du 2 novembre 1935, remise par le Quai d’Orsay à l’ambassade du Reich à Paris. « Ré (...)
  • 5 Der Deutsche Volkswirt, 15 novembre 1935. Les relations commerciales franco-allemandes : de la gue (...)
  • 6 Moeneclaey à Hartenstein, le 19 décembre 1935. AEF B 31520. Réponse à la lettre Hartenstein du 18 (...)
  • 7 Moeneclaey à Hartenstein, le 19 décembre 1935. AEF B 31520.
  • 8 Copie de ce mémorandum envoyé par le ministère des Affaires étrangères au ministère des Finances, (...)
  • 9 « Observations du gouvernement français... », op. cit. AEF B 31515.
  • 10 Dans une lettre du 8 janvier 1936 à Laval, François-Poncet mentionne l’effet produit par cette déc (...)

4Le 2 novembre 1935 la France fait part de son opposition au principe du solde net4. « Le système anglais », tout au long des discussions de l’année 1935, n’est plus à l’ordre du jour. Paris affiche une position sans ambiguïtés : « le nouveau clearing ne concernera pas uniquement les échanges de marchandises, mais tous les paiements »5. Il annonce son intention de rétablir un contingentement strict. La leçon du dysfonctionnement de l’accord de juillet 1934 est retenue. Quant au reste, le gouvernement français prend acte des positions allemandes, mais diffère sa réponse. Pour le ministère des Finances, il faut sauver le protocole SICAP pour lequel l’Allemagne avait demandé un surplus d’exportations. Le 19 décembre Moeneclaey propose une augmentation du contingent sur les bases de 1935, donc nécessairement inférieur aux chiffres de 19346. Il exige cependant que le Reich s’engage à renouveler le protocole sur ces bases. Il se montre même favorable à une étude de toutes les voies qui pourraient proroger le dispositif SICAP. Mais prévient-il : « un non-renouvellement du protocole modifierait en revanche l’attitude des autorités françaises à l’égard des importations en provenance d’Allemagne »7. La même fermeté se retrouve dans le mémorandum français du 3 janvier 1936, réponse à l’exposé allemand du 19 novembre8. Après avoir rappelé le maintien des positions du 2 novembre 1935, le Quai d’Orsay se déclare opposé à une compensation privée génératrice d’un surplus de devises pour la Reichsbank. Puis il pose comme condition à la conclusion d’un accord l’obtention d’exportations françaises uniformes sur toutes les positions tarifaires allemandes. Il exige « une base de référence invariable »9 : tout le contraire de ce qu’espère l’Allemagne. Les exigences françaises servent à gagner du temps, à repousser un accord jugé trop précoce. Elles amènent le Reich à rester sans accord jusqu’à l’apurement de l’ancien compte ou à proposer d’autres pistes. C’est la seconde voie qu’il choisit10.

B. DES PROPOSITIONS INEDITES SANS SUITE : JANVIER-MARS 1936

  • 11 10 janvier 1936, Lefeuvre, attaché commercial à ministre du Commerce et de l’Industrie. Compte ren (...)
  • 12 Note à l’ambassade d’Allemagne, le 22 janvier 1936. AEF B 31515.
  • 13 Vermerk signé Benzler le 18 février 1936. PAAA R 87314.

5Le 7 janvier, Wilhelm annonce à Lefeuvre que la Reichsbank se chargerait de la liquidation du clearing, dès l’entrée en vigueur d’un nouvel accord11. En contrepartie du règlement des créances non encore payées, l’institut d’émission demande des crédits. Ceux-ci seraient accordés et remboursés en francs. À titre d’assurance, des lettres de change se trouvant dans le portefeuille de la Reichsbank changeraient de propriétaire. Remises au prêteur, elles seraient remplacées à leur échéance par de nouveaux effets. Le moment de surprise passé, le gouvernement français prend acte des nouvelles dispositions allemandes. Le 22 janvier 1936, il accepte à nouveau de prendre en compte les frais accessoires et de les régler par l’intermédiaire de l’OFA12. Puis le 27 janvier le Quai d’Orsay fait savoir à Köster qu’une date souhaitable pour la reprise de négociations commerciales serait début mars ! Cependant le 17 février 1936, une indiscrétion de Lefeuvre révèle aux autorités allemandes que la France n’envisage pas sérieusement des tractations avant les élections13.

  • 14 François-Poncet à P.-E. Flandin, le 28 février 1936. Compte rendu de la conversation Schacht-Lefeu (...)
  • 15 François-Poncet à P.-E. Flandin, op. cit. AEF B 31515.
  • 16 Procès-verbal de la réunion du 4 mars 1936. AEF B 31518. Présents : pour le commerce : Bonnefon-Cr (...)
  • 17 François-Poncet à P.-E. Flandin, op. cit. AEF B 31515.

6Schacht tente une dernière fois d’amener Paris à la table des discussions. Il dit à Lefeuvre qu’au cours des négociations à venir, il est prêt à renoncer au solde libre de 200 millions de francs. Il aimerait affecter une telle somme à l’achat de matières premières et de produits agricoles en France et dans les colonies14. « Deux choses lui tiennent à cœur », note François-Poncet, « la réduction de l’intérêt des emprunts Dawes et Young et la reprise normale des échanges franco-allemands, dont il a souligné la grande importance politique »15. Une relance du commerce entre les deux pays serait considérée comme une preuve de bonne volonté par les dignitaires du IIIe Reich. L’ambassadeur souhaite une réponse encourageante aux déclarations de Schacht. Mais pour le moment le gouvernement se soucie davantage du mécanisme SICAP16. Il veut y inclure le transfert du service des avoirs français en Sarre et cherche à obtenir que la répartition des créances à rapatrier soit le fait exclusif du ministre des Finances, après consultation de la SICAP. Paris conserve l’espoir de transférer par ce dispositif le Dawes et le Young qui figurent au premier rang des priorités. L’entrée des troupes allemandes en Rhénanie clôt des négociations qui prorogent simplement l’accord existant pour avril et mai 1936. C’en est fini de l’étude des suggestions de Schacht, « seules susceptibles de faciliter la reprise des négociations commerciales »17.

  • 18 L’Allemagne et le problème des sanctions. AEF B 31474 in supplément au Bulletin Quotidien n° 66, m (...)
  • 19 L’Allemagne et le problème des sanctions, op. cit. AEF 31474.

7La violation du traité de Locarno marque l’arrêt des contacts. Elle pose la question des sanctions économiques. Une étude du 19 mars 1936 rappelle « qu’une barrière opposée à certaines exportations allemandes serait grave pour le Reich »18. Le constat dressé - à savoir que les deux tiers de l’exportation allemande vont vers des pays européens (43 % vers l’Europe occidentale) - le document conclut : « Ce sont donc les pays européens occidentaux, qui vont se trouver en face de leur responsabilité. Car leur balance commerciale avec l’Allemagne leur donne l’arme décisive ; leur contiguïté leur permet de ne faire qu’un bloc en cas d’une pression brutale de l’Allemagne. » Puis un regret : « il est hélas ! peu vraisemblable que ce bloc occidental se constitue intégralement. » Mais le texte se termine par une note d’espoir : « même fissuré ou réduit » il faut prendre des sanctions « car l’effet n’en serait pas moins considérable aussi bien du point de vue matériel que du point de vue moral »19.

  • 20 Lettre Moeneclaey à Hartenstein, 3 juin 1936. AEF B 31518.

8Le même jour l’Angleterre donne sa garantie à la France et à la Belgique en cas de violation des frontières par le Reich. C’est la reconnaissance du coup de force hitlérien en Rhénanie. Quant aux sanctions économiques, le gouvernement britannique, échaudé par l’attitude française dans la question des sanctions italiennes, les décline poliment. Au sein de la SDN, la France est isolée. Hitler a à nouveau passé le cap des dangers. Le fait accompli, la discussion s’enlise. Les élections d’avril-mai 1936 escamotent encore davantage une réaction et un débat dont personne ne veut. En attendant le protocole SICAP est prolongé, le 28 mai 1936, jusqu’au 28 février 193720. Le 24 août 1936, le Reich continue dans la voie tracée : l’allongement de la durée du service militaire (2 ans) porte les effectifs de la Wehrmacht à 700 000 hommes. Comme la réunion de juillet 1936 à Londres entre les puissances locarniennes reste un échec, seul un tête-à-tête peut revigorer le dialogue franco-allemand. L’intermédiaire en sera Schacht.

C. SCHACHT A PARIS21

  • 21 Le voyage de Schacht peut être couvert par le dossier suivant : PAAA Findbuch Paris, Aktengruppe P (...)

9La visite de politesse de Schacht à Paris le 25 août 1936 reste entourée d’un certain mystère. Est-il venu apporter un plan économique et monétaire pour la reconstruction de l’Europe ? ou alors ouvrir de vastes perspectives à la coopération franco-allemande en Europe centrale, en Extrême-Orient ?

  • 22 In Hallgarten-Radkau, Deutsche Industrie..., op. cit., p. 325. Les auteurs racontent l’entrevue Sc (...)
  • 23 Déclaration de Schacht à L’information, 29 août 1936.
  • 24 Compte rendu du 29 août 1936. PAAA Findbuch Paris, Aktengruppe Paris, Band 776, 3,4. La même infor (...)

10Concrètement Schacht est venu chercher un peu d’air pour une économie allemande qui s’essouffle. Comment ? Plusieurs pistes ont été évoquées. Le retour des colonies au Reich a certes été discuté, mais pas dans des termes analogues à ceux utilisés par le président de la Reichsbank à la fin de l’année 1936 : « les colonies sont indispensables à l’Allemagne même au prix d’une guerre »22. Schacht est conscient que l’attribution de territoires ne résoudra pas les problèmes de l’économie allemande. C’est par la coopération en Europe, et plus particulièrement avec la France, que la fuite en avant pourra être évitée. Ainsi souhaite-t-il « après la liquidation du clearing franco-allemand, établir les échanges entre les deux pays sur de nouvelles bases permettant leur développement. »23. Cela passe par exemple par le règlement de la question sarroise24. En effet l’accord particulier a pris fin en novembre 1935.

  • 25 « Anhaltspunkte fur eine Besprechung mit dem Reichsbankpräsidenten Dr Schacht », 25 août 1936. PAA (...)
  • 26 Déclaration au Tageblatt de Vienne du 15 septembre 1936. Envoyée à Paris par le ministre de la Rép (...)
  • 27 Le 12 août 1936, le gouvernement français exprime sa volonté d’assurer la participation allemande. (...)

11Depuis, ni charbons sarrois, ni produits agricoles lorrains ne franchissent les frontières. Ne peut-on pas trouver une solution qui satisfasse les deux camps ? Pour parvenir à un traité économique franco-allemand, Schacht envisage même d’accorder des facilités d’exportation à des produits finis français25. L’entente commerciale qu’il est venu chercher ou relancer à Paris est « le seul moyen à peu près sûr qu’on pourrait mettre en œuvre pour maintenir la paix »26. Un geste dans cette direction est l’accord de principe intervenu pour une participation de l’Allemagne à l’Exposition Universelle de 1937. La SICAP assure cependant le transfert des fonds nécessaires à cette opération : 20 millions de francs27.

  • 28 Pariser Tageszeitung, 30 août 1936 in article de G. Bernhard « Politik auf Reise ».
  • 29 L’information est rapportée par L’Agence économique et financière du 31 août 1936.
  • 30 Rapport d’Arnal, 5 octobre 1936, « Les Allemands et le Front populaire ». AEF B 31474.

12Mais le ministre de l’Économie du Reich avait également pour objectif de minimiser le geste de son Fuhrer qui prolongeait la durée du service militaire. Pour ce faire, rien de mieux que de déclarer au monde entier à partir de Paris que « le régime hitlérien est disposé à une entente inébranlable avec la France »28. Dans la grande réorientation monétaire qui se discute entre Londres, Washington et Paris, a-t-il voulu ou a-t-il tenté de jouer sa partie29 ? Il n’est dans tous les cas pas pressé d’arriver à un accord avec ce gouvernement du Front populaire qui lui inspire toutes les craintes et qu’il croit éphémère30. Paris a également pour le moment abandonné toute idée de négociation économique d’ensemble avec Berlin.

13Un an après l’entrée en liquidation du clearing, aucun accord n’est parvenu à sceller les relations entre les deux partenaires. Pourtant les initiatives allemandes n’ont pas fait défaut. Mais la France a sans cesse réussi à différer l’entrée en pourparlers. A-t-elle peur des réelles motivations allemandes face auxquelles elle ne se sent pas armée ? Ou alors suit-elle une ligne de conduite définie ?

II. L’IMPASSE ÉCONOMIQUE, SEULE CLEF DE L’ATTITUDE ALLEMANDE ?

14Fin 1935-début 1936, l’économie allemande, malgré les performances du Nouveau Plan, n’est pas en mesure de couvrir les besoins du pays, surtout en cas de conflit. Le Reich doit y remédier. Comme souvent, il cherche à se faire concéder une série d’avantages en spéculant sur la faiblesse des partenaires.

A. LES DIFFICULTES ECONOMIQUES DU REICH31

  • 31 Un certain nombre d’ouvrages et d’articles sont consacrés à la crise économique allemande à l’hive (...)

15La situation de l’Allemagne en ce début d’année 1936 est extrêmement problématique. Sur le plan alimentaire, le Reich importe environ pour 370 millions de RM de matières grasses et, d’après les prévisions, il aurait du mal à faire la « soudure » d’une récolte agricole à l’autre. L’industrie allemande achète pour une valeur de 2 552 millions de RM de matières premières, soit 60 % du total des importations du Reich. Or ces matières premières, si nécessaires, font cruellement défaut au réarmement. Pauvre en fer, l’Allemagne en importe principalement de France et de Suède. Sa production de métaux non ferreux est insuffisante. Seule l’industrie chimique a de meilleures perspectives. Le commerce extérieur, après avoir été déficitaire en 1934, est légèrement excédentaire en 1935 : à peine un solde positif de 100 millions de RM. Or qui permet à l’Allemagne de régler ses importations de matières premières, d’équilibrer cette balance ? Sur l’Europe occidentale le Reich a un excédent de 700 millions de RM en 1935. Son plus grand souci est de maintenir ce commerce qui permet de couvrir les achats en Amérique du Sud, en Europe balkanique et aux États-Unis. Ce maintien évite l’épuisement des réserves en devises du Reich, réserves qui atteignent à peine, fin février 1936, 77 millions de RM.

16La pression existe également à l’intérieur du Reich. La politique hitlérienne dominée par la volonté de faire repartir la machine économique montre ses limites. Les grands travaux, le réarmement, en dépit de son ampleur, n’ont pas réussi à faire disparaître le chômage qui affecte encore 2 millions de personnes au début de l’année 1936. L’orientation prise creuse le déficit budgétaire estimé à 414 millions de RM pour l’exercice 1934-1935. La dette flottante connaît une progression spectaculaire : 1,5 milliard de RM fin décembre 1932 pour atteindre 17 milliards en décembre 1935. La dette totale se monte à 30 milliards de RM. Schacht n’arrive pas à la consolider. Le contexte économique rend indispensable le ravitaillement en matières premières - que ce soit pour continuer le réarmement ou détendre le marché intérieur.

B. ASSURER L’APPROVISIONNEMENT EN MATIERES PREMIERES

17Pour y parvenir le Reich joue sur trois tableaux : maintenir et au besoin accroître les réserves en devises ; lier des producteurs de matières premières et reposer la question coloniale.

  • 32 Köster à l’Auswärtiges Amt, 29 juillet 1935. PAAA R 87313.
  • 33 Cf. procès-verbal du 4 mars 1936, op. cité. AEF B 31518, paragraphe 1 : « Les conditions allemande (...)

18Dès le 29 juillet 1935, Köster met en valeur les avantages de la position française. « La France, dit-il en substance à G. Bonnet, peut en cas de force majeure être son propre fournisseur et son propre client »32. Or l’Allemagne, pénalisée par la pénurie de matières premières, a absolument besoin d’un solde libre en devises. Différentes mesures qui visent à préserver, voire à accroître les réserves monétaires de la Reichsbank sont indirectement proposées à Paris au cours de cette première année de liquidation du clearing. D’octobre à décembre 1935 les autorités allemandes insistent sur la nécessité d’un solde libre, l’octroi d’exportations supplémentaires. Elles cherchent ensuite à diminuer le montant des rapatriements de créances en tentant de les convertir en obligations, puis en mars 1936 en essayant d’intégrer au mécanisme SICAP quelques 66 millions de francs de remboursement d’emprunts à long terme33. Le dispositif le plus ingénieux est proposé à Lefeuvre : liquider le clearing en échange de crédits en francs. Le Reich réaliserait alors un double bénéfice. L’accord de compensation ayant joué en sa faveur, il a pu obtenir un solde actif de devises auquel, en échange du remboursement des arriérés, viendrait s’ajouter à nouveau un crédit en francs. Le plan, si Paris l’accepte, permettrait de lier les banques françaises à la sauvegarde des intérêts allemands, second objectif des initiatives allemandes.

  • 34 François-Poncet à P. Laval, le 31 décembre 1935. Présentation succincte des négociations et des ac (...)
  • 35 Léon Noël, ambassadeur de France en Pologne, à Yvon Delbos, ministre des Affaires étrangères, le 7 (...)
  • 36 Léon Noël, 7 juillet 1936, op. cit., AD Série Z, Europe 1930-1940, sous-série Allemagne, volume 78 (...)

19Dès la fin de l’année 1935, le Reich fait le forcing pour renforcer ses liens avec les producteurs de matières premières, complémentaires de son économie. En décembre 1935 des accords sont conclus avec la Hongrie et la Tchécoslovaquie34. À l’été 1936, Schacht entreprend une tournée dans les États danubiens. Aux uns et aux autres le Président de la Reichsbank tient à peu près le même discours. « Vous êtes pauvres, votre pays n’est pas équipé, vous manquez de machines, de locomotives, d’outils ; l’Allemagne vous en offre en paiement des matières premières et des produits agricoles que vous avez en abondance »35. Or ces produits sont nécessaires à l’Allemagne, « en cas de guerre surtout »36. Ne dit-il pas la même chose à la France, lorsqu’il affirme en février 1936, qu’il aimerait consacrer le solde libre à l’achat de matières premières et de denrées agricoles sur le marché français. Après tout si la France n’est pas pauvre, elle connaît la crise et elle souffre de la réduction de ses ventes en Allemagne. Cette volonté d’hégémonie du Reich se retrouve également dans la question coloniale évoquée dès le début de l’année 1936 et discutée entre Schacht et Blum à l’été 1936.

  • 37 Mentionnons deux ouvrages qui lient les problèmes coloniaux et la question des matières premières  (...)
  • 38 G. Maroger, op. cit., p. 235.
  • 39 G. Maroger, op. cit., p. 242.
  • 40 Consulat général allemand de Beyrouth à Auswärtiges Amt, le 27 juillet 1936, « Deutschland Warenau (...)
  • 41 « Deutschland Warenaustausch mit dem Mandatsgebiet », op. cit. PAAA R 107137.
  • 42 Cf. l’analyse du décret français du 23 décembre 1936 qui institue la taxe de 6 %, in PAAA R 107050

20Jusqu’en 1935 les gouvernements du Reich ne soutiennent aucune initiative pour une expansion coloniale37. La revendication est liée à l’existence du problème des matières premières et des devises. « L’Allemagne ne résoudra cette situation que si les matières premières sont produites sur le territoire monétaire même de la nation »38. D’où la revendication d’un domaine mark pour Berlin. Le problème n’est pas tant l’acquisition d’un territoire que l’obtention de droits sur différentes sources de matières premières. Cela rend la position allemande souple, car le problème colonial peut dès lors être résolu de plusieurs manières. Qu’il s’agisse « d’une internationalisation des colonies » ou d’un « pool de matières premières », le Reich accueille avec bienveillance ces projets qui ne correspondent pas à des acquisitions territoriales39. Lui-même a commencé « une offensive pacifique »40 pour occuper une place de choix dans le commerce des mandats français du Levant. Le 16 juillet 1936, conformément à l’accord du 28 juillet 1934, la clause de la nation la plus favorisée accordée aux marchandises allemandes depuis octobre 1935, est prorogée pour la Syrie et le Liban. Le même mois le Reich propose à la France d’ouvrir des négociations commerciales, car « dans les exportations syriennes, il y a des matières premières importantes pour l’Allemagne »41. La France, souhaitant affranchir les territoires sous mandat du Levant, accepte l’offre allemande, car en associant les Syriens à une négociation, elle prépare la voie de l’autonomie. Elle propose un accord calqué sur le dispositif du 28 juillet 1934. Mais la volonté de réduire le déficit commercial syrien, les tergiversations liées à la ratification de l’indépendance repoussent l’accord néanmoins signé le 20 janvier 1937. Les efforts allemands concernent d’autres morceaux de choix de l’Empire. À la fin de l’année 1935, les ventes de phosphates vers l’Allemagne sont contrôlées. Le 10 août 1936, le gouvernement français limite les exportations de fer à partir de l’Algérie. Début 1937, il établit une taxe de 6 % sur tous les achats algériens en dehors de l’Empire. Les deux mesures visent le Reich42.

21Pour mettre en œuvre tous ces moyens, Berlin pense pouvoir compter sur deux atouts : la crise économique en France et le désir de Paris de sauver la paix à tout prix.

C. LES CALCULS ALLEMANDS

22Le calcul allemand pour amener la France à souscrire à ces initiatives reposait sur un double pari. La crise économique contraindrait Paris à souscrire un accord et la volonté d’apaisement des dirigeants français y conduirait d’autant plus facilement que l’accord à venir serait présenté comme le fondement de la paix en Europe.

  • 43 Voir le dossier PAAA R 87313.
  • 44 M. de Baillieucourt-Courcol, directeur général, gérant du Comptoir des Phosphates d’Algérie et de (...)
  • 45 In La Journée industrielle, 13 février 1936.
  • 46 François-Poncet à Flandin, le 28 février 1936. AEF B 31515.

23Tous les rapports allemands soulignent l’importance de la crise qui sévit en France43. Or les observateurs du Reich insistent unanimement sur le fait que seules des exportations pourraient détendre quelque peu l’atmosphère. Les pressions ne manquent pas : agriculteurs, industries exportatrices, groupements économiques de l’Union coloniale, tous souhaitent un accord avec le Reich. « Nous ne doutons pas que lorsqu’un nouveau mode d’échanges ou de transfert aura été défini avec le gouvernement allemand nos exportations vers ce pays reprennent un cours normal. Mais en attendant ne serait-il pas possible d’accorder à nos exportations un contingent spécial qui pourrait être réglé soit sur les excédents des prélèvements Dawes et Young, soit sur les excédents des comptes de la SICAP ? »44. Le groupement des maraîchers s’interroge : « Pourquoi réduit-on nos ventes en Allemagne ? »45. Et François-Poncet de renchérir : « Si nous écoutions Schacht nous rendrions de l’air à une Allemagne qui s’essouffle,... pas assez pour la sauver, mais assez toutefois pour améliorer notre propre crise »46. L’ambassadeur craint que d’autres pays occupent la place jadis dévolue à la France.

  • 47 Déclaration de Schacht rapportée par J. Sauerwein, in Paris-Soir du 25 août 1936.
  • 48 Schacht à L’Agence économique et financière dans le numéro du 29 août 1936.
  • 49 François-Poncet à Flandin, le 28 février 1936. AEF B 31515.
  • 50 Le ministre des Affaires étrangères à M. le ministre des Finances, le 11 mars 1936. AEF B 31515.
  • 51 V. Duroselle J.-B., La Décadence, op. cit., ch. V, « Le Drame rhénan », p. 153 et suiv.
  • 52 Le capital, 10 septembre 1936.

24Mais l’Allemagne dramatise également sa situation et fait de la coopération économique un préalable à la paix. Le marchandage prend réellement de l’ampleur après la remilitarisation de la Rhénanie et atteint son point culminant en août 1936 avec la visite du Président de la Reichsbank à Paris. Le Reich demande à la France « d’aider l’Europe à remplacer la mystique de la guerre par les œuvres saines et profitables de la paix »47. Schacht a laissé entendre que la seule alternative à ses projets de coopération européenne et donc à un accord franco-allemand qui en serait la base, « c’est le réarmement »48. Il sait pouvoir compter sur des partisans en France. François-Poncet pense qu’un arrangement économique permettra à Paris « d’acquérir aux yeux du Reich un avantage politique et moral »49. Flandin, au Quai d’Orsay, souhaite que la France saisisse l’opportunité provoquée par les propositions du ministre de l’Économie allemande pour « répondre aux besoins actuels du Reich »50 et ce, deux jours après la déclaration de Sarraut sur « Strasbourg à la portée des canons allemands »51. Le gouvernement du Front populaire cherche à assurer la participation allemande à l’exposition de 1937 et par la SICAP assure les ressources de transfert qui font défaut au Reich, malgré l’opposition de V. Auriol aux Finances. Mais certains dénoncent « ce régime de la douche écossaise »52 pratiqué par Berlin. Le 24 août 1936, le Reich augmente ses effectifs militaires et Schacht parle à Paris, le 25, de la collaboration économique européenne, condition de la paix. Cette coopération doit assurer à l’Allemagne des avantages économiques capables de l’aider à poursuivre une politique qui s’essouffle. L’hégémonie qui en résulterait comportait aussi des avantages politiques.

  • 53 Discours de Lyon, reproduit par G. Maroger, op. cit., p. 295.

25Il revenait à Léon Blum d’établir en janvier 1937 la connexion entre tous les aspects de la politique allemande et de poser la question centrale. « Quelle est la nation qui consentira à coopérer avec une autre nation, soit en lui ouvrant des crédits, soit en lui ouvrant des facilités de peuplement ou de colonisation, soit par tout autre moyen, si elle doit conserver si peu que ce soit l’appréhension que le secours prêté par elle risque de se retourner un jour contre elle, que les crédits, les matières premières, les établissements extérieurs viendront encore accroître une force et un potentiel militaires dont elle-même ou ses amis seraient les victimes ? Il existe donc une liaison nécessaire, une connexion inéluctable entre coopération économique d’une part, organisation pacifique et arrêt de la course aux armements de l’autre »53. Pour Blum la concession d’avantages économiques à l’Allemagne n’est pas un préalable à la paix, mais la paix la condition de discussions économiques approfondies. Or l’Allemagne cherche à assurer un réarmement fort compromis. Au moment où le Président du Conseil s’exprime ainsi, l’ancien compte du clearing est liquidé, mais l’accord, dix-huit mois après la dénonciation de l’été 1935, n’est toujours pas en vue. Est-ce, malgré les sollicitations allemandes, le fruit des circonstances ou d’une politique ferme suivie par Paris ?

III. UN ATTENTISME DE CIRCONSTANCE

  • 54 Aufzeichnung vom 22 November 1935, « über die Aussichten fur die Aufnahme der deutsch-franzôsi- ch (...)

26Köster, dans un rapport du 22 novembre 1935, livre déjà toutes les clefs de l’attitude française. « J’ai l’impression, écrit-il à la Wilhelmstrasse, que la France veut indéfiniment repousser le début des pourparlers réels. Les hésitations sont liées à la situation politique et économique du pays marquée elle aussi par l’incertitude »54.

A. QUELLE POLITIQUE ECONOMIQUE ?

  • 55 Aufzeichnung 22 novembre 1935, op. cit. PAAA R 87313.
  • 56 Henri Dubief, Le déclin de la IIIe République, 1929-1938. Nouvelle Histoire de la France contempor (...)

27La France se satisfait depuis 1933 d’une « économie végétative »55. Le cortège des fléaux - crise de l’investissement, de l’épargne, chute des prix intérieurs et de la production, déficit budgétaire - a jusqu’à présent résisté à toutes les thérapies tentées. Celles-ci se fondent sur l’idée « qu’une énergique contraction des dépenses devait suffire pour provoquer une baisse intérieure des prix ramenant le niveau français au niveau des prix étrangers »56. C’est le sens de la politique menée par Laval à partir de juin 1935. Par la réduction des dépenses publiques de 10 %, par la diminution des coûts, il fallait obtenir une baisse des prix. Mais cette politique, comme celles qui l’avaient précédée, n’améliore pas l’écart entre les prix français et étrangers. La détérioration du commerce qu’elle entraîne appelle des mesures protectionnistes. Les exportations diminuent : 37 % en moins de 1930 à la fin de l’année 1935. Les importations se maintiennent mieux : un recul de 20 % pendant la même période qui contribue à accentuer le déficit de la balance commerciale. L’État protège, contingente, réglemente ventes et achats, puis à partir de 1934 s’oriente vers des accords bilatéraux. Les relations économiques avec le Reich apportent suffisamment d’enseignements sur les résultats d’une telle politique. Elle a même coupé les ailes à la timide reprise qui s’amorçait en 1935. Son échec pose le problème du choix : faut-il poursuivre, modifier et si oui quelle orientation donner à une nouvelle ligne économique ? Le débat est intense et les autorités sont soumises à des pressions contradictoires.

  • 57 François-Poncet à Laval, 8 janvier 1936. AEF B 31474. L’ambassadeur exprime les craintes de Blessi (...)
  • 58 Les services de l’Ambassade d’Allemagne à Paris ont constitué un dossier sur les pressions auxquel (...)
  • 59 Max Tacel, La France et le Monde au xxe siècle, Paris 1989, p. 153.
  • 60 Cf. note 44 du présent chapitre, ci-dessus.

28La solution d’un redéploiement commercial « vers les bons payeurs » est imaginée et esquissée à l’automne 193557. La clause de la nation la plus favorisée s’applique à la Belgique, à la Suisse, à l’Angleterre et aux Pays-Bas. En revanche elle est supprimée pour l’Allemagne. Les négociations sont actives avec les États-Unis. Elle dureront jusqu’au traité de commerce de mai 1936. Enfin Paris cherche, au même moment, des possibilités de coopération économique et financière avec la Pologne. Cette esquisse d’un redéploiement commercial répond à plusieurs objectifs. Elle permet d’abord un rapprochement avec les puissances anglo-saxonnes, préalable à toute stabilisation des monnaies. Elle présente ensuite l’avantage de pallier la réduction des exportations françaises en Allemagne, car le gouvernement est soumis à d’importantes pressions. Les agriculteurs veulent retrouver les 44 millions de francs d’exportations perdus par le non-renouvellement de l’accord sarrois58. Il en est de même des milieux exportateurs et de certaines branches industrielles soucieux de maintenir d’étroites relations avec le Reich. Mentionnons les prises de positions favorables dans ce sens de Pucheu, du Comptoir sidérurgique, du président Duchemin, de Kuhlmann, voire de P. Baudouin, de la Banque d’Indochine59. Autre groupe de pression, les producteurs des matières premières et des produits agricoles des colonies dont le commerce toujours excédentaire avec le Reich se contracte dangereusement depuis août 193560.

  • 61 Discussion Heyden-Rynsch avec de La Baume, télégramme Heyden-Rynsch à Auswärtiges Amt, 9 janvier 1 (...)
  • 62 H. Dubief, op. cit., p. 30.

29Mais certains sont violemment hostiles à tout accord. Tant que l’Allemagne n’ouvre pas ses frontières aux produits finis de l’industrie française, il n’est pas question d’un accord61. Bien au contraire, il faut freiner et contenir par de nouvelles mesures de protection les importations en provenance du Reich. La baisse du pouvoir d’achat français empêche d’ailleurs toute progression notoire des ventes allemandes. Le marché français n’étant plus porteur, comment le relancer ? Les uns, avec un Paul Reynaud relativement isolé, penchent pour la dévaluation. Léon Blum qui pense que « le fétichisme monétaire est un obstacle à la réfection économique », prône une intervention de l’État pour relever le pouvoir d’achat et assurer le plein emploi62.

30Le débat ne reste pas sans incidence sur le gouvernement d’union nationale dirigé par Laval, car, sous l’autorité de Daladier, le parti radical se prononce en octobre 1935 contre les décrets-lois et pour le programme du rassemblement populaire. Il ne restait plus qu’un pas à franchir : le 22 janvier 1936, les ministres radicaux quittent le gouvernement et provoquent sa chute. Coincé entre des pressions contradictoires et à quelques mois d’élections capitales, le cabinet peut-il adopter une ligne claire ? En attendant les échéances du scrutin, il temporise, c’est-à-dire maintient sa ligne et la procédure de liquidation telle qu’elle fonctionne. La même attitude prévaut quant au choix des options de politique étrangère.

B. QUELLE ATTITUDE ADOPTER FACE AU REICH ?

  • 63 R. Girault et R. Frank, Turbulente Europe et nouveaux mondes 1914-1941, op. cit., p. 206.

31Trois conceptions s’affrontent pour répondre au problème majeur posé à la diplomatie française. Une tendance est partisane d’une alliance avec Rome, jointe à une entente avec l’Allemagne, à la condition que Berlin n’ait pas de visées à l’Ouest. Les tenants de cette ligne pensent que la France n’a plus les moyens d’être le gendarme de l’Europe. Il convient donc d’assurer sa propre sécurité derrière une ligne Maginot, militaire comme économique. L’ennemi pour ce groupe, c’est « l’hydre rouge »63, Moscou, qui à travers le Front populaire menace de désagréger la France. De composition fort diverse, car rassemblant aussi bien des admirateurs d’un fascisme à l’italienne que des conservateurs (Tardieu, Flandin), des radicaux (Bonnet), voire des hommes du monde industriel comme Gignoux, les fervents de cette politique rejettent toute initiative qui peut s’assimiler à un coup de force contre l’Allemagne.

  • 64 R. Poidevin et J. Bariéty, Les relations franco-allemandes 1815-1975, Paris 1977, p. 298.
  • 65 Cf. le titre de l’ouvrage de P. Gerbet, Les palais de la paix.

32Une telle visée est également rejetée par tous ceux qui, autour d’une certaine gauche, continuent de croire à la sécurité collective. L. Blum et E. Herriot campent sur ces positions. C’est, comme l’écrit J. Bariety, « le recours presque magique au mot paix, qui doit nous débarrasser des importants soucis extérieurs »64. Tout en admettant progressivement la nécessité d’un réarmement, d’accords bilatéraux, les adeptes de cette orientation regardent encore du côté des « palais de la paix »65 et espèrent toujours amener Hitler à la table des négociations.

  • 66 R. Girault et R. Frank, op. cit., p. 205.

33Enfin les adeptes d’une politique plus nationaliste, les « tenants d’une Realpolitik nouvelle formule »66 voient plus que jamais dans l’Allemagne l’ennemi héréditaire. Là également se retrouvent des gens de toutes tendances : à droite P. Reynaud, de Kerillis ; à gauche P. Cot, J. Zay. Leur position est simple - réarmer et nouer des alliances solides capables d’inquiéter Hitler, sans se soucier de la coloration politique du partenaire : un accord avec le Royaume-Uni et l’URSS. La vieille alliance d’avant 1914.

  • 67 R. Poidevin et J. Bariety, op. cit., p. 295.
  • 68 Vermerk signé Benzler du 18 février 1936. Rencontre avec Lefeuvre du 17 février 1936. PAAA R 87314

34L’attitude du gouvernement dans l’affaire de la Rhénanie consiste à ne pas répliquer seul, mais dans le cadre d’une action collective envisagée avec l’Angleterre, voire l’Italie. Bref ne rien faire. Elle exacerbe à nouveau les divisions de l’opinion publique. Car Hitler justifie bien évidemment son agression par l’existence du pacte franco-soviétique qui oblige l’Allemagne encerclée à chercher elle-même les moyens de sa défense sur ses frontières. Les contradictions internes paralysent le gouvernement qui à « six semaines des élections législatives ne veut pas mobiliser »67. La grande affaire pour la France reste la préparation des élections d’avril-mai 1936. Elle empêche toute initiative comme le confirmait l’attaché commercial Lefeuvre à Benzler : « il ne faut pas penser à des négociations avec la France, car avant les élections il n’est pas possible de fixer les lignes directrices pour une politique commerciale »68.

35La note du 25 octobre 1935 qui prévoyait un accord avec l’Allemagne après le règlement des arriérés de l’ancien compte a été fort bien servie par les événements. Le Cabinet, paralysé par les échéances électorales et soumis à la pression d’intérêts opposés, a différé sans cesse des négociations, par contrainte plus que par liberté de choix.

36L’année 1936 apparaît comme un tournant important pour les relations économiques entre la France et l’Allemagne. D’un côté les limites du Nouveau Plan compromettent la Wehrwirtschaft. De l’autre la déflation et l’attachement inconditionnel à la parité-or hypothèquent les chances d’une reprise économique durable. En 1936, le Reich tente de nouvelles ouvertures pour assurer la prospérité économique intérieure et le réarmement. Ou choisir « les canons au lieu du beurre » ? En France la majorité à sortir des urnes devra elle aussi trancher : déflation, dévaluation ou relance, fermeté ou apaisement ? Au printemps de 1936, on attend le double verdict : la décision d’Hitler et celle des électeurs français.

Notes

1 Trois dossiers permettent de suivre les initiatives : AEF B 31515, AEF B 31520, PAAA R 87313.

2 Exposé remis par le gouvernement du Reich à l’Ambassade de France à Berlin, le 19 novembre 1933, AEF B 31515. L’exposé est intitulé : « Au sujet des conditions dans lesquelles pourraient s’engager les négociations commerciales franco-allemandes ». Joint à ce document AEF B 31515, une copie de l’aide-mémoire du 23 octobre 1935.

3 Hartenstein, Reichswirtschaftsministerium à Moeneclaey, directeur général des Monnaies, 18 novembre 1935. AEF B 31520.

4 Note française du 2 novembre 1935, remise par le Quai d’Orsay à l’ambassade du Reich à Paris. « Réponse du gouvernement français au gouvernement allemand au sujet des conditions dans lesquelles pourraient s’engager les négociations commerciales franco-allemandes ». AEF B 31515.

5 Der Deutsche Volkswirt, 15 novembre 1935. Les relations commerciales franco-allemandes : de la guerre des clearings à un traité de commerce.

6 Moeneclaey à Hartenstein, le 19 décembre 1935. AEF B 31520. Réponse à la lettre Hartenstein du 18 novembre 1935.

7 Moeneclaey à Hartenstein, le 19 décembre 1935. AEF B 31520.

8 Copie de ce mémorandum envoyé par le ministère des Affaires étrangères au ministère des Finances, le 9 janvier 1936, « Observations du gouvernement français, sur l’exposé que le gouvernement allemand a remis à l’ambassade de France à Berlin, le 19 novembre 1935 ». AEF B 31515.

9 « Observations du gouvernement français... », op. cit. AEF B 31515.

10 Dans une lettre du 8 janvier 1936 à Laval, François-Poncet mentionne l’effet produit par cette déclaration en Allemagne. AEF B 32474.

11 10 janvier 1936, Lefeuvre, attaché commercial à ministre du Commerce et de l’Industrie. Compte rendu d’un entretien avec Wilhelm, adjoint de Puhl à la Reichsbank, le 7 janvier 1936. AEF B 31515.

12 Note à l’ambassade d’Allemagne, le 22 janvier 1936. AEF B 31515.

13 Vermerk signé Benzler le 18 février 1936. PAAA R 87314.

14 François-Poncet à P.-E. Flandin, le 28 février 1936. Compte rendu de la conversation Schacht-Lefeuvre. Flandin envoie le texte le 2 mars 1936 aux Finances. AEF B 31515.

15 François-Poncet à P.-E. Flandin, op. cit. AEF B 31515.

16 Procès-verbal de la réunion du 4 mars 1936. AEF B 31518. Présents : pour le commerce : Bonnefon-Craponne, Ogé, Dillien ; pour les Affaires étrangères : de La Baume ; pour la SICAP : Moeneclaey, de Peyrecave, Leblond ; pour M. Mandel : Mainguet. Le but de la réunion : fixer les instructions pour négocier un renouvellement de l’accord du 10 mars 1933.

17 François-Poncet à P.-E. Flandin, op. cit. AEF B 31515.

18 L’Allemagne et le problème des sanctions. AEF B 31474 in supplément au Bulletin Quotidien n° 66, mars 1936.

19 L’Allemagne et le problème des sanctions, op. cit. AEF 31474.

20 Lettre Moeneclaey à Hartenstein, 3 juin 1936. AEF B 31518.

21 Le voyage de Schacht peut être couvert par le dossier suivant : PAAA Findbuch Paris, Aktengruppe Paris, Band 776, 3, 4. Il s’agit des archives de l’ambassade d’Allemagne à Paris.

22 In Hallgarten-Radkau, Deutsche Industrie..., op. cit., p. 325. Les auteurs racontent l’entrevue Schacht- Dodd à la fin de l’année 1936. Les questions coloniales y sont évoquées. Schacht réclame même la possession de la Nouvelle-Guinée par l’Allemagne.

23 Déclaration de Schacht à L’information, 29 août 1936.

24 Compte rendu du 29 août 1936. PAAA Findbuch Paris, Aktengruppe Paris, Band 776, 3,4. La même information est reproduite dans Le Temps du 30 août 1936.

25 « Anhaltspunkte fur eine Besprechung mit dem Reichsbankpräsidenten Dr Schacht », 25 août 1936. PAAA, Findbuch Paris, Bd 776, 3,4.

26 Déclaration au Tageblatt de Vienne du 15 septembre 1936. Envoyée à Paris par le ministre de la République française en Autriche à M. Yvon Delbos, ministre des Affaires étrangères, le 17 septembre 1936. AEF B 31474.

27 Le 12 août 1936, le gouvernement français exprime sa volonté d’assurer la participation allemande. « C’est d’un intérêt politique majeur. » Note pour le ministre, 12 août 1936. AEF B 31515. Le 22 septembre 1936, le processus de transfert par la SICAP est notifié à l’ambassade d’Allemagne. AEF B 31515.

28 Pariser Tageszeitung, 30 août 1936 in article de G. Bernhard « Politik auf Reise ».

29 L’information est rapportée par L’Agence économique et financière du 31 août 1936.

30 Rapport d’Arnal, 5 octobre 1936, « Les Allemands et le Front populaire ». AEF B 31474.

31 Un certain nombre d’ouvrages et d’articles sont consacrés à la crise économique allemande à l’hiver 1935-1936. Mentionnons : Harold James, Deutschland in der Weilwirtschaftskrise, 1924-1636, Stuttgart, 1988. Le passage consacré par R. Poidevin, in « L’Allemagne et le monde aux xxe siècle », aux résultats du « Nouveaux Plan », p. 106-107 ; Avraham Barkaï, op. cit., ch. III, p. 103 à 204 ; H. E. Volkman, Ursache, op. cit., p. 314 à 329 ; H. Laufenburger, « La Vie économique en Allemagne », Revue d’économie politique, 1936, p. 1377 à 1413

32 Köster à l’Auswärtiges Amt, 29 juillet 1935. PAAA R 87313.

33 Cf. procès-verbal du 4 mars 1936, op. cité. AEF B 31518, paragraphe 1 : « Les conditions allemandes ».

34 François-Poncet à P. Laval, le 31 décembre 1935. Présentation succincte des négociations et des accords avec ces pays. AEF B 31474.

35 Léon Noël, ambassadeur de France en Pologne, à Yvon Delbos, ministre des Affaires étrangères, le 7 juillet 1936, « Au sujet du voyage de Schacht dans les Balkans ». AD Série Z, Europe 1930-1940, sous-série Allemagne, volume 782.

36 Léon Noël, 7 juillet 1936, op. cit., AD Série Z, Europe 1930-1940, sous-série Allemagne, volume 782.

37 Mentionnons deux ouvrages qui lient les problèmes coloniaux et la question des matières premières : Gilbert Maroger, Essai sur les revendications coloniales, thèse pour le doctorat en droit, Paris 1938, 440 p. ; Étienne Dennery, Le Problème des matières premières, Paris 1939, 240 p.

38 G. Maroger, op. cit., p. 235.

39 G. Maroger, op. cit., p. 242.

40 Consulat général allemand de Beyrouth à Auswärtiges Amt, le 27 juillet 1936, « Deutschland Warenaustausch mit dem Mandatsgebiet ». PAAA R 107137.

41 « Deutschland Warenaustausch mit dem Mandatsgebiet », op. cit. PAAA R 107137.

42 Cf. l’analyse du décret français du 23 décembre 1936 qui institue la taxe de 6 %, in PAAA R 107050.

43 Voir le dossier PAAA R 87313.

44 M. de Baillieucourt-Courcol, directeur général, gérant du Comptoir des Phosphates d’Algérie et de Tunisie à M. le ministre des Affaires étrangères, 17 février 1936. AEF B 31515.

45 In La Journée industrielle, 13 février 1936.

46 François-Poncet à Flandin, le 28 février 1936. AEF B 31515.

47 Déclaration de Schacht rapportée par J. Sauerwein, in Paris-Soir du 25 août 1936.

48 Schacht à L’Agence économique et financière dans le numéro du 29 août 1936.

49 François-Poncet à Flandin, le 28 février 1936. AEF B 31515.

50 Le ministre des Affaires étrangères à M. le ministre des Finances, le 11 mars 1936. AEF B 31515.

51 V. Duroselle J.-B., La Décadence, op. cit., ch. V, « Le Drame rhénan », p. 153 et suiv.

52 Le capital, 10 septembre 1936.

53 Discours de Lyon, reproduit par G. Maroger, op. cit., p. 295.

54 Aufzeichnung vom 22 November 1935, « über die Aussichten fur die Aufnahme der deutsch-franzôsi- chen Wirtschaftshandlungen », Köster, ambassade d’Allemagne à Paris à Auswärtiges Amt. PAAA R 87313.

55 Aufzeichnung 22 novembre 1935, op. cit. PAAA R 87313.

56 Henri Dubief, Le déclin de la IIIe République, 1929-1938. Nouvelle Histoire de la France contemporaine, volume 13, Paris, 1976, p. 155 ; voir F. Caron, Histoire économique de la France xixe-xxe siècles. Paris 1981, p. 202. La citation reproduite est de C. Rist.

57 François-Poncet à Laval, 8 janvier 1936. AEF B 31474. L’ambassadeur exprime les craintes de Blessing, un des directeurs de la Reichsbank, au sujet de la réorientation du commerce extérieur français.

58 Les services de l’Ambassade d’Allemagne à Paris ont constitué un dossier sur les pressions auxquelles le gouvernement français est soumis. PAAA R 87313.

59 Max Tacel, La France et le Monde au xxe siècle, Paris 1989, p. 153.

60 Cf. note 44 du présent chapitre, ci-dessus.

61 Discussion Heyden-Rynsch avec de La Baume, télégramme Heyden-Rynsch à Auswärtiges Amt, 9 janvier 1936. PAAA R 87314.

62 H. Dubief, op. cit., p. 30.

63 R. Girault et R. Frank, Turbulente Europe et nouveaux mondes 1914-1941, op. cit., p. 206.

64 R. Poidevin et J. Bariéty, Les relations franco-allemandes 1815-1975, Paris 1977, p. 298.

65 Cf. le titre de l’ouvrage de P. Gerbet, Les palais de la paix.

66 R. Girault et R. Frank, op. cit., p. 205.

67 R. Poidevin et J. Bariety, op. cit., p. 295.

68 Vermerk signé Benzler du 18 février 1936. Rencontre avec Lefeuvre du 17 février 1936. PAAA R 87314.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540