Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les relations économiques et financières franco-allemandes, 1932-1939

 | 
Sylvain Schirmann

Troisième partie. L’impossible accord ? 1er août 1935-10 juillet 1937

Chapitre XI. Une France vulnérable

Texte intégral

1La mise en liquidation du clearing n’a rien changé aux relations franco-allemandes. Dès août 1935 les mêmes services en France et en Allemagne règlent de la même façon et avec la même intensité les relations économiques et Financières entre les deux partenaires. Seule modification : un nouveau compte coexiste avec un ancien compte. Ce qui posait problème continue donc à en créer. Les insuffisances du système voulu par le Reich jouent au détriment de la France dont la position commerciale et financière est peu enviable.

I. CONSIDÉRATIONS SUR LE CLEARING FRANCO-ALLEMAND1

  • 1 Deux analyses juridiques sur le fonctionnement du clearing in : Pierre Jarry, L’Office franco-alle (...)

2Par le système de la compensation, les États cherchent à rendre possible ce qui semble irréalisable, et à répondre à des dangers pressants. Le déséquilibre du clearing peut cependant provenir des mécanismes élaborés et des intentions des partenaires.

A. LES INSUFFISANCES DE L’ACCORD DE JUILLET 1934ET DE SES AVENANTS SUCCESSIFS

  • 2 B. Isaac, op. cit., p. 175.
  • 3 Le pari des autorités françaises in B. Isaac, op. cit., p. 177.

3L’accord de 1934 s’appuyait sur une double constatation. L’Allemagne était d’abord dans l’impossibilité de prélever sur ses réserves en devises les sommes nécessaires pour faire face à ses obligations commerciales et financières. Elle avait ensuite une balance commerciale active à l’égard de la France. « La tare du bilatéralisme »2 franco-allemand a été de mettre en corrélation ces deux éléments, c’est-à-dire un fait général (les réserves de la Reichsbank) avec un fait particulier (la balance commerciale franco-allemande). Mais les négociateurs pensaient qu’une telle situation ne pouvait être que transitoire. Il fallait donc tenir jusqu’au redressement de la conjoncture mondiale et de l’économie allemande. L’accord évitait un double danger : la prohibition du commerce franco-allemand et la restriction du crédit international suite aux moratoires allemands3.

  • 4 Un dossier de presse qui se trouve dans AEF B 31519 fait ressortir à travers toutes les coupures d (...)

4Pour réussir ce pari, certaines garanties auraient été bien utiles. Pourquoi ne pas avoir lié les possibilités de paiement aux possibilités d’exportation ? Il suffisait d’adapter les échanges entre les deux pays à la réglementation des importations en Allemagne. Dès modification des proportions, l’exportation française devrait automatiquement, par une clause juridique, subir des variations de même ampleur. Or la France n’a jamais accordé ses contingents en fonction du bon fonctionnement du clearing. L’Allemagne pouvait ainsi vendre ou acheter selon son bon vouloir, peu tenue d’honorer l’esprit de la compensation4.

5Un autre élément perturbateur reste la maîtrise intégrale que le gouvernement du Reich conserve sur sa monnaie. En effet, le cours accepté par le mécanisme correspond au cours moyen du jour à la Bourse de Berlin. Le Reich gardait par ce biais la possibilité de modifier le dispositif. L’adoption de cette parité légale est une des causes du renversement de la balance dès août 1934. L’absence de transfert de devises incite les autorités allemandes à faire pression sur les importateurs pour qu’ils achètent ce dont le Reich a besoin dans les pays liés par un accord de clearing avec Berlin. Le déséquilibre était donc juridiquement possible.

  • 5 Calcul effectué par B. Isaac, op. cit., p. 203.
  • 6 Cf. présente étude, IIe partie sur le clearing franco-allemand, notamment en octobre-novembre 1934 (...)

6Il appelle cependant d’autres questions : pourquoi une aussi lente mobilisation des arriérés ? L’escompte des récépissés pouvait être décidée unilatéralement. Pourquoi ne pas l’avoir fait ? Il suppose une intervention directe de l’État qui aurait dû imaginer un système d’avis de crédit permettant à l’exportateur de rentrer rapidement et à moindre coût dans ses frais, car l’immobilisation des créances dure en moyenne 16 mois à partir de 19355. Les autorités françaises ont toujours cherché - à tort - à obtenir l’assentiment de l’Allemagne en faveur de telles mesures. Comme le Reich y voyait une dévaluation de fait du mark, il opposait systématiquement une fin de non-recevoir6. Paris se reposait donc entièrement sur Berlin pour résoudre le dysfonctionnement du clearing. L’Allemagne devait freiner les exportations françaises et obtenait, sans obligation aucune, les contingents nécessaires à ses ventes. La France, elle, était pieds et poings liés.

B. POUR LE REICH : « ABSICHERUNG NACH WESTEN »7

  • 7 Voir l’étude sur ces questions de Georges W.F. Hallgarten et Joachim Radkau, Deutsche Industrie un (...)
  • 8 Hallgarten-Radkau, op. cit., p. 321.

7Pour avoir les mains libres à l’Est, le Reich cherchait à se couvrir à l’Ouest. La prévention de ce risque mobilise tous les moyens : militaire, économique, financier et diplomatique. La bilatéralisation des relations commerciales dans le cadre du Nouveau Plan, cette « systématisation »8 des relations économiques et financières extérieures, tout concourt à lier certains pays par des préférences et des accords de clearing. Ceux-ci tournent en faveur de l’Allemagne, car les instruments de la politique économique dirigée du Reich sont si denses qu’il peut orienter les rapports à sa guise. Pour y parvenir, Berlin joue du scénario catastrophe qui amène les autres pays à participer à la régénération de son économie. Les dettes privées de l’Allemagne sont par ce biais étatisées et donc la crise de l’économie allemande se transforme en une crise politique, fruit de la « ploutocratie » des vainqueurs.

  • 9 Hallgarten-Radkau, op. cit., p. 328-329.
  • 10 In Mühlen Norbert, Der Zauberer : Leben und Anleihen des Dr Hjalmar Horace Greeley Schacht, Zurich (...)

8Le système des clearings, et notamment l’accord avec la France, présente encore d’autres avantages. Lié indirectement au bloc-or, Berlin peut se débarrasser à moindres frais de ses dettes, allégées par la dévaluation du dollar et du sterling. Voilà pourquoi, indépendamment des séquelles encore vivantes de 1923, il refuse une dévaluation qui lui aurait permis de stimuler ses exportations9. De surcroît, la multiplication de partenaires ainsi liés permet de s’affranchir progressivement des contraintes de l’économie mondiale. Le système de la compensation offre au Reich la possibilité, contre la garantie du paiement des créances, d’orienter au mieux de ses intérêts le commerce des autres États. La France se retrouve à la traîne d’une puissance dont elle peut difficilement contrecarrer les initiatives en Europe danubienne. Quelle résonance que ces mots d’un opposant au « magicien des finances allemandes » : « Quand Schacht murmure clearing, des milliards que l’Europe pensait encore posséder à l’instant même disparaissent »10 ! La coopération n’a pour unique objectif que la mobilisation des ressources allemandes et européennes pour la Wehrwirtschaft en contrepartie d’une hypothétique garantie des paiements. Un simple examen des chiffres reflète la fragilité de la position française.

II. LES RELATIONS ÉCONOMIQUES ENTRE LES DEUX ÉTATS À LA FIN DE L’ANNÉE 193511

  • 11 Les données statistiques : Rapports mensuels présentés à M le ministre du Commerce et de l’Industr (...)

9Au moment où Berlin et Paris mettent fin à des accords qui vont continuer encore à régir leurs relations durant deux années, une mise à plat des relations économiques franco-allemandes s’impose. Les échanges entre les deux partenaires s’amenuisent et mettent en valeur la vulnérabilité commerciale de Paris. La masse des obligations financières du Reich, dont celles à l’égard du marché français, fragilise encore davantage la République.

A. UNE POSITION COMMERCIALE FRAGILE12

  • 12 Mentionnons trois articles contemporains sur ces relations commerciales franco-allemandes : R. Lau (...)

10La contraction du commerce franco-allemand commencée en 1930 se poursuit au cours de l’année 1935. D’une valeur totale de 12 milliards de francs au début de la décennie, il ne représente plus que 2,7 milliards de francs en 1935. L’évolution, conforme à la réduction des échanges extérieurs français (- 80 %), concerne aussi bien les ventes allemandes que françaises. Les exportations allemandes dans la même période reculent, passant de 7,9 milliards à 1,7 milliard de francs. Les achats du Reich en France suivent la même courbe : 4,1 milliards de francs en 1930 contre 1 milliard en 1935. La diminution des échanges s’est encore accélérée entre 1934 et 1935. En un an les ventes allemandes ont régressé de 25 % et les ventes françaises, qui avaient progressé de 1933 à 1934, subissent un net repli de 45 %. Le rattachement de la Sarre au Reich est capital pour expliquer ces chiffres. Il se traduit, malgré les accords spécifiques, par une perte d’exportations de 650 millions de francs pour la France et de 400 millions pour l’Allemagne. La contraction des échanges, liée à la crise et aux politiques qui l’accompagnent, met singulièrement en valeur l’extrême vulnérabilité de la position française.

11Chroniquement déficitaire depuis 1931, le solde commercial français s’améliorait tout aussi régulièrement. Mais le déficit se creuse à nouveau en 1935 : 700 millions de francs contre 300 millions en 1934. Cette augmentation est ressentie avec un certain soulagement par les responsables français, car les craintes d’un non-paiement des exportations, bien vivantes à l’été 1934, s’éloignent, les chiffres laissant entrevoir une alimentation suffisante du clearing. Plus inquiétante est l’évolution de la structure de ce commerce. Les exportations françaises sont constituées en 1930 à 80 % par trois grandes catégories de biens : les produits semi-ouvrés et ouvrés des industries textiles (27 %), les produits bruts d’élevage et d’agriculture (23,3 %) et enfin les fers, fontes et aciers ouvrés pour 19 %. En 1935 la composition des ventes françaises s’est légèrement modifiée. Si les produits de l’industrie textile arrivent encore en tête, leur part cependant recule : 17,2 %. Les produits agricoles suivent le même chemin : 13,3 %. Un poste connaît une progression spectaculaire : les minerais représentent dorénavant 16,5 % des achats allemands en France contre 3,5 % en 1930. Fers, fontes et aciers ouvrés obtiennent encore péniblement 9,4 % des exportations.

  • 13 J. Marseille, Le commerce entre la France et l’Allemagne pendant les années 1930, op. cit., p. 284

12Les ventes allemandes étaient dominées par deux postes : les machines avec 34,2 % et les combustibles avec 18,6 % des exportations. Qu’en est-il en 1935 ? Les fournitures de combustibles sont largement en tête : 30 % des ventes du Reich. Les machines en constituent encore 20 %. Les produits chimiques, en troisième position, n’ont plus qu’une part de 7 %. L’évolution montre que l’Allemagne se rend de plus en plus indépendante des produits agricoles et textiles français. Berlin profite du clearing pour se ravitailler en minerai sans avoir à effectuer un transfert de devises. En revanche, l’exportation allemande écoule le surplus de houille du Reich (encore renforcé par le retour de la Sarre) et les productions réputées « made in Germany » : machines-outils, électriques... La structure du commerce franco-allemand est sans doute, comme l’a écrit J. Marseille, de « type colonial »13.

  • 14 Cf. l’analyse éclairante du Temps du 29 avril 1935 sur cette question, op. cit.
  • 15 Paradoxe relevé par R. Lauret, le Temps, 29 avril 1935, op. cit.

13La faiblesse française est encore accentuée par le redéploiement commercial opéré par Berlin. Certains pays ont pu mieux freiner le recul de leur clientèle que la France. D’autres ont même réalisé des progrès sur le marché allemand. Pour les productions agricoles, Italiens, Hollandais et Américains se maintiennent mieux que les Français. Bulgarie, Grèce, Yougoslavie, Roumanie et Hongrie raffermissent leurs positions. C’est la conséquence de la réorientation géographique du commerce extérieur allemand, et par là l’établissement d’un « Wirtschaftsraum »14. Dans les relations économiques franco-allemandes, le Reich est indiscutablement en position dominante. Paris est pris entre deux exigences contradictoires qui rendent toute politique commerciale difficile. L’intérêt économique de l’industrie et de l’agriculture commande une relance des exportations vers l’Allemagne. Mais pour être sûre d’être payée, la France ne doit pas vendre plus qu’elle n’achète au Reich qui, de ce fait, peut fixer à sa guise la balance commerciale entre les deux partenaires15.

  • 16 Voir à ce sujet les statistiques allemandes publiées le 6 novembre 1936. Elles concernent l’évolut (...)

14Autre facteur perturbateur, le commerce allemand est indispensable à l’Empire colonial français. À l’exception des mandats du Levant, toutes les possessions ont un solde actif à l’égard du Reich16. En 1935, celui de l’Algérie se monte à 2,5 millions de RM, alors que le solde indochinois s’élève à 1,7 million de RM et celui de l’Afrique occidentale à plus de 4 millions de RM. Au total, l’excédent commercial de l’Empire se chiffre à 23 millions de RM en 1935. Le Reich est un débouché précieux pour les phosphates, le fer, le caoutchouc, le coton, les bois exotiques qu’il n’arrive pas à couvrir avec ses exportations de machines principalement. Toute politique commerciale française ne peut que tenir compte de cette réalité. En attendant, la bonne situation de l’Empire ne doit pas amener à perdre de vue le presque triplement du solde en faveur de l’Allemagne. Il couvre largement les obligations financières du Reich à l’égard de la place de Paris.

B. LES OBLIGATIONS FINANCIERES DU REICH17

  • 17 Chaque préparation d’une négociation SICAP permet de faire le point sur les obligations financière (...)

15Au moment où la procédure de liquidation se met en place, le déficit du clearing se chiffre à 325 millions de francs et les règlements en attente atteignent leur maximum à 630 millions de francs. À la fin du mois d’octobre 1935, 293 millions de francs de créances ne sont pas encore couverts et l’arriéré représente 510 millions de francs. À la fin de l’année, il se monte (ancien et nouveau compte) à 417 millions de francs. Mais les créances du nouveau compte (postérieures au 1er août 1935) augmentent.

  • 18 Calcul effectué d’après la situation de l’Office de Compensation au 31 décembre 1935. Copie de cet (...)

16Ces créances commerciales ne représentent pas les seules obligations financières du Reich à l’égard de Paris. Un état de 1935 estime les avoirs à rapatrier à 400 millions de francs : 188 millions de francs de créances bancaires à recouvrer par le protocole de la SICAP, s’y s’ajoutent 74 millions appartenant à la French American Banking Corp. ; 50 millions doivent revenir à la Banque Fédérative de Strasbourg. Le Trésor possède lui-même des créances pour une valeur de 3 millions de francs. Quant aux avoirs financiers, propriété de particuliers et d’industriels, les autorités les estiment à 40 millions de francs, les trois principaux ayants droit étant Saint-Gobain, Cusenier et la Navigation rhénane. Le gouvernement espère faire transiter toutes ces sommes par le biais de la SICAP qui a déjà rapatrié 900 millions de francs de créances à la fin de l’année 1935. À ces engagements anciens s’ajoutent dorénavant pour 40 millions de créances françaises sur la Sarre. Enfin par « le prélèvement 15,75 % » sur les ventes allemandes, l’OFA encaisse annuellement 144 millions de francs pour le service des emprunts Dawes et Young. L’ampleur de ces engagements, surtout celle des deux emprunts liés aux réparations - l’essentiel des avoirs financiers français en Allemagne - oblige Paris à maintenir un solde commercial actif pour Berlin. Il doit également apurer les créances de l’ancien compte du clearing et une partie de celles du nouveau compte. Un calcul à partir des chiffres de 1935 montre la quadrature du cercle à laquelle la France est confrontée18.

17Moyenne mensuelle des exportations allemandes d’août à décembre 1935 150 millions F.

18Exportations par l’intermédiaire de la SICAP 12 millions F.

19Solde 138 millions F.

20Prélèvement 15,75 % OFA 21, 7 millions F.

21Solde 116, 3 millions F.

22Versement 70 % pour liquidation de l’ancien compte 81.4 millions F.

23Versement 30 % pour le nouveau compte 34,9 millions F.

24Solde libre pour la Reichsbank

2515,75 % 21,7 millions F.

26– service Dawes et Young 12 millions F.

279,7 millions F.

28Moyenne mensuelle des exportations françaises d’août à décembre 1935 51.5 millions F.

29– Versement nouveau compte 34,9 millions F.

30= Déficit moyen mensuel du nouveau compte 16.6 millions F.

31Depuis l’entrée en liquidation du clearing, l’apurement de l’ancien compte et le service des obligations financières de l’Allemagne créent tous les mois un solde libre de 9,7 millions de francs pour la Reichsbank et de nouveaux arriérés dus à la France pour un montant de 16 millions de francs. Pour y remédier, il faudrait encore vendre moins à l’Allemagne : diminuer par exemple les exportations de 34 % ! La situation est intenable.

III. L’IMPASSE FRANÇAISE

  • 19 Köster à l’Auswärtiges Amt, le 29 juillet 1935. PAAA R 87313.

32L’initiative d’une relance revient à G. Bonnet, ministre du Commerce, qui, à la fin du mois de juillet 1935, souhaite une série de rencontres pour « sortir de l’impasse »19. Mais les propositions allemandes sont en permanence repoussées par la France qui cherche à éviter de réels pourparlers.

A. L’INITIATIVE BONNET

  • 20 Aktenvermerk, Berlin 29 juillet 1935, signé Ritter PAAA R 87313.
  • 21 Aufzeichnung, 31 juillet 1935, signée Meyer. PAAA R 87313.

33Le 29 juillet 1935, G. Bonnet fait part à l’ambassadeur allemand Köster de son intention de rencontrer Ritter pour parler « de l’évolution à venir des relations économiques franco-allemandes »20. Officieuse, la rencontre pourrait se dérouler au courant du mois d’août ou de septembre à Bâle ou à Baden-Baden. La proposition du ministre du Commerce rencontre l’approbation enthousiaste de von Neurath, qui non seulement accepte le principe d’une telle rencontre, mais suggère qu’il « faut tout y tenter » pour trouver un terrain d’entente21.

  • 22 Document confidentiel du 19 juin 1935. Prise en charge des arriérés commerciaux. Prévisions pour l (...)

34Bonnet cherchait à faire passer un plan confidentiel adopté par le gouvernement français dès juin 1935 et que l’accord de liquidation ne pouvait pas juridiquement prendre en compte22. Il reprend un souhait maintes fois exprimé par Paris : faire prendre en charge la totalité des arriérés commerciaux et bancaires par la SICAP. L’étude chiffrait le total de ces créances à une hauteur de 514 millions de francs. Elle élaborait ensuite un mécanisme de rapatriement sur 18 mensualités de 30 millions de francs. Elle fixait ensuite des priorités : d’août à décembre 1935 la SICAP réglerait les créances du Trésor, puis jusqu’en octobre 1936 le déficit du clearing et enfin jusqu’en janvier 1937 les créances bancaires. Les 15,75 % prélevés sur les exportations du Reich serviraient à couvrir le Dawes et le Young. Paris cherche ainsi à assurer le recouvrement total de ses avoirs en Allemagne. Mais le Reich n’est pas disposé à l’admettre sans contrepartie.

  • 23 Köster à l’Auswärtiges Amt, le 29 juillet 1935. PAAA R 87313.

35Dès le 29 juillet Köster place Bonnet face aux réalités : « une pointe de 200 millions de francs est nécessaire à l’Allemagne comme l’huile l’est au moteur »23. Puis il suggère au ministre que les deux pays pourraient trouver un accord pour réduire les intérêts des tranches Dawes et Young. Le gouvernement français, aux dires de l’ambassadeur, n’a aucun mal dans le cadre de sa politique de déflation à amputer le service des emprunts qu’il a garantis. Deux positions trop conditionnelles pour qu’un accord puisse en résulter.

  • 24 Aktenvermerk, signé Ritter, 5 septembre 1935 PAAA R 87313.
  • 25 Rapport de l’ambassade d’Allemagne à Paris à Sabath, Auswärtiges Amt, 6 décembre 1935. Concerne la (...)

36Le difficile renouvellement de l’arrangement sarrois le 31 août 1935 reflète la situation délicate des rapports entre les deux pays.24. Ce n’est que le 30 août que la France exprime la demande de prolonger le clearing franco-sarrois. François-Poncet et Ritter tombent rapidement d’accord sur les contingents de beurre et de corps gras français autorisés en Sarre, car nécessaires. Les autres denrées agricoles, de même que les contingents industriels sarrois, seront examinés ultérieurement. L’accord « à la va-vite » est la résultante de pressions des agriculteurs et parlementaires lorrains désireux à quelques mois des élections de sauver des courants d’échanges habituels25. Mais il ne correspond pas aux souhaits des industriels qui espèrent que les quotas distribués aux Sarrois ne les gêneront pas trop.

37Les résultats de l’initiative Bonnet sont minces : pas d’arrangement, un même constat des divergences et un accord sarrois renouvelé superficiellement. Mais l’insistance du ministre qui cherche à tout prix des conversations officieuses laisse croire aux Allemands que la France est prête à écouter leurs propositions.

B. LES INITIATIVES ALLEMANDES

  • 26 19 septembre 1935, note verbale de l’ambassade d’Allemagne au ministère des Affaires étrangères. A (...)
  • 27 Rencontre Benzler (Wilhelmstrasse) et Lefeuvre du 2 octobre 1935. Copie du compte rendu de cette r (...)
  • 28 Copie lettre François-Poncet - Ministre des Affaires étrangères du 2 octobre 1935 transmise à Bonn (...)
  • 29 L’attaché financier de l’ambassade de France au ministre des Finances, 11 octobre 1935 AEF B 31515
  • 30 Cf. Deutsche Volkswirt du 15 novembre 1935, op. cit. L’article se termine par : « impossible de di (...)
  • 31 Note relative au clearing franco-allemand - 25 octobre 1935, AEF B 31515.
  • 32 Le 23 octobre 1935 Laval communique la note à Bonnet avec la mention : « Le gouvernement allemand (...)

38Les arriérés qui s’accumulent sur le nouveau compte de l’OFA forcent le gouvernement allemand à prendre des mesures adaptées « à l’état de choses créé par le gouvernement français »26. Pour éviter la multiplication des retards de paiement, la Deutsche Verrechnungskasse a ordre, à partir du 20 septembre 1935, de n’accepter des versements que si une contre-valeur a été effectivement virée à l’OFA. Le 5 octobre, Benzler, de l’Auswärtiges Amt, propose à l’attaché commercial Lefeuvre de prélever sur l’ancien compte de l’Office les sommes nécessaires à l’apurement du nouveau. Si les arriérés continuent à s’y accumuler, le Reich n’aura pas d’autre choix que « d’arrêter la distribution des permis d’importations »27, donc de réduire les ventes françaises en Allemagne. L’ambassade de France à Berlin souhaite que l’Office fasse les avances nécessaires, car « il y a intérêt à chercher un moyen d’éviter une nouvelle chute de nos exportations »28. Berlin, laissé sans réponse, décide au début du mois d’octobre « de réduire les ventes françaises dans une proportion qui devrait permettre l’amortissement de la dette commerciale allemande dans un délai éloigné de 6 à 7 mois »29. À la condition que la France maintienne au même niveau ses achats en Allemagne. Et le Reich de présenter une demande de contingents à augmenter. Le refus français de les octroyer s’accompagne d’une vague promesse d’étudier les propositions allemandes « lors de futures négociations »30. Les hésitations françaises découlent d’une position exprimée par une note du 25 octobre 193531. Les tractations en vue de fixer le régime des paiements commerciaux qui pourra se substituer au clearing ne devront être effectives que lorsque celui-ci sera entièrement liquidé. Le préalable français, c’est donc l’apurement de l’ancien compte. D’ici là il faut tenir. Or l’Allemagne pousse à la roue et remet dès fin octobre « un aide-mémoire pour servir de base à l’ouverture de négociations qui pourraient se dérouler à Berlin »32.

39Dès lors pour atteindre son objectif Paris a-t-il une autre voie que celle qui consiste à maintenir une procédure de liquidation qui lie la France au Reich, et qui permet à ne pas en douter l’apurement des créances de l’ancien compte ? Au prix de nouveaux arriérés et une position de plus en plus fragile ! L’année 1936 est marquée par ce jeu, ce rapport entre les initiatives allemandes et l’immobilisme français.

Notes

1 Deux analyses juridiques sur le fonctionnement du clearing in : Pierre Jarry, L’Office franco-allemand, op. cit., p. 3 et suiv. « Théorie de la compensation ». B. Isaac, Les accords franco-allemands, op. cit., p. 173 à 216.

2 B. Isaac, op. cit., p. 175.

3 Le pari des autorités françaises in B. Isaac, op. cit., p. 177.

4 Un dossier de presse qui se trouve dans AEF B 31519 fait ressortir à travers toutes les coupures de journaux que l’Allemagne respecte le texte de l’accord, mais jamais l’esprit. Le dossier couvre la période juillet 1935, au moment des négociations sur les procédures de liquidation.

5 Calcul effectué par B. Isaac, op. cit., p. 203.

6 Cf. présente étude, IIe partie sur le clearing franco-allemand, notamment en octobre-novembre 1934, le système de réescompte des récépissés refusé par le Reich.

7 Voir l’étude sur ces questions de Georges W.F. Hallgarten et Joachim Radkau, Deutsche Industrie und Politik von Bismarck bis heute – Frankfurt am Main 1974, p. 320 à 342.

8 Hallgarten-Radkau, op. cit., p. 321.

9 Hallgarten-Radkau, op. cit., p. 328-329.

10 In Mühlen Norbert, Der Zauberer : Leben und Anleihen des Dr Hjalmar Horace Greeley Schacht, Zurich 1938, p. 13.

11 Les données statistiques : Rapports mensuels présentés à M le ministre du Commerce et de l’Industrie. Pour les années 1935, 1936 et 1937 (jusqu’au mois d’avril) : AEF B 31515. Les Rapports des Offices de compensation, également mensuels : AEF B 32420 et AEF B 32421

12 Mentionnons trois articles contemporains sur ces relations commerciales franco-allemandes : R. Lauret, Le Temps du 29 avril 1935, « Le commerce extérieur de la France avec l’Allemagne » ; L’Agence économique du 13 mars 1936, « Le commerce franco-allemand » ; « Der Deutsche Volkswirt » du 15 novembre 1935, « Les relations commerciales franco-allemandes : de la guerre des clearings à un traité de commerce ? »

13 J. Marseille, Le commerce entre la France et l’Allemagne pendant les années 1930, op. cit., p. 284.

14 Cf. l’analyse éclairante du Temps du 29 avril 1935 sur cette question, op. cit.

15 Paradoxe relevé par R. Lauret, le Temps, 29 avril 1935, op. cit.

16 Voir à ce sujet les statistiques allemandes publiées le 6 novembre 1936. Elles concernent l’évolution du commerce franco-allemand de 1931 à la fin du premier trimestre 1936. Les statistiques du commerce du Reich avec les colonies y figurent. PAAA R 107140.

17 Chaque préparation d’une négociation SICAP permet de faire le point sur les obligations financières du Reich. Les chiffres de cette étude viennent de : Prévisions pour l’aménagement de 18 mensualités par la SICAP à partir du 31 août 1935. Document confidentiel du 19 juin 1935, AEF B 31520. Note du 12 novembre 1935, Jean Velay à Moeneclaey AEF B 31520. Procès Verbal de la réunion du 4 mars 1936. Il fixe les instructions données à Moeneclaey pour négocier un renouvellement de l’accord du 10 mars 1933. AEF B 31518.

18 Calcul effectué d’après la situation de l’Office de Compensation au 31 décembre 1935. Copie de cette situation transmise au ministère des Finances. AEF B 32420.

19 Köster à l’Auswärtiges Amt, le 29 juillet 1935. PAAA R 87313.

20 Aktenvermerk, Berlin 29 juillet 1935, signé Ritter PAAA R 87313.

21 Aufzeichnung, 31 juillet 1935, signée Meyer. PAAA R 87313.

22 Document confidentiel du 19 juin 1935. Prise en charge des arriérés commerciaux. Prévisions pour l’aménagement de 18 mensualités par la SICAP à partir de la date du 31 août 1935. AEF B 31520.

23 Köster à l’Auswärtiges Amt, le 29 juillet 1935. PAAA R 87313.

24 Aktenvermerk, signé Ritter, 5 septembre 1935 PAAA R 87313.

25 Rapport de l’ambassade d’Allemagne à Paris à Sabath, Auswärtiges Amt, 6 décembre 1935. Concerne la situation allemande sur le marché français. PAAA R 87313.

26 19 septembre 1935, note verbale de l’ambassade d’Allemagne au ministère des Affaires étrangères. AEF B 31519.

27 Rencontre Benzler (Wilhelmstrasse) et Lefeuvre du 2 octobre 1935. Copie du compte rendu de cette rencontre envoyée par le président du Conseil, ministre des Affaires étrangères au ministre du Commerce et de l’Industrie. Laval à Bonnet le 4 octobre 1935. AEF B 31515.

28 Copie lettre François-Poncet - Ministre des Affaires étrangères du 2 octobre 1935 transmise à Bonnet le 4 octobre 1935. AEF B 31515

29 L’attaché financier de l’ambassade de France au ministre des Finances, 11 octobre 1935 AEF B 31515.

30 Cf. Deutsche Volkswirt du 15 novembre 1935, op. cit. L’article se termine par : « impossible de dire quand un large traité de commerce franco-allemand pourra être conclu ».

31 Note relative au clearing franco-allemand - 25 octobre 1935, AEF B 31515.

32 Le 23 octobre 1935 Laval communique la note à Bonnet avec la mention : « Le gouvernement allemand souhaite réponse rapide... Il voudrait négociations à Berlin. » La réponse est double : une note envoyée à l’Allemagne le 2 novembre 1935 et la note à « usage interne » du 25 octobre, op. cit., AEF B 31515.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable