Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les relations économiques et financières franco-allemandes, 1932-1939

 | 
Sylvain Schirmann

Deuxième partie. Le clearing franco-allemand 28 juillet 1934-1er août 1935

Conclusion de la deuxième partie

Texte intégral

1Créé pour adapter les relations économiques entre les deux pays à la crise, le dispositif du 28 juillet 1934 devait garantir à la France le paiement de ses exportations et le recouvrement des créances financières. Il permettait à l’Allemagne d’honorer ses dettes et de maintenir un courant d’échanges sans avoir à transférer des devises. La grande lacune du clearing réside dans l’absence de lien juridique entre l’accord des paiements et l’accord commercial. L’équilibre qui résultait nécessairement d’un déficit commercial français, qui n’était pas garanti dans les textes, était ainsi subordonné au bon vouloir des deux partenaires.

2Dès sa mise en route, l’Allemagne utilisait l’accord à d’autres fins. La compensation devint un excellent moyen pour se procurer des matières premières indispensables au réarmement sans avoir à en assurer le règlement en devises. L’incapacité de la France à mettre fin à cette pratique témoigne de la faiblesse de sa position. La politique de déflation poursuivie après la dévaluation du Belga, l’incapacité à prendre la tête d’un bloc-or qui n’est plus qu’un mirage illustrent le recul économique français. Incapable de prendre une autre initiative que celle qui consiste à se focaliser sur ses intérêts financiers immédiats, elle abandonne la partie à l’Allemagne.

3Le Reich utilise en effet le clearing de manière « agressive », peu conforme à l’esprit du traité, mais en tout point de vue cohérent avec la lettre. Le déficit commercial allemand, conséquence des choix économiques de Berlin, permet dès la mise en vigueur du traité, de disposer d’un nouveau moyen de pression. Les arriérés pèsent de façon permanente sur les négociations franco-allemandes, car si les créances financières sont couvertes, les créances commerciales en revanche se multiplient (500 millions de francs à la liquidation). Le rattachement de la Sarre est l’occasion d’exporter vers la France (qui souhaite pour l’équilibre du clearing des ventes allemandes) ce que le marché allemand ne peut absorber et de conserver l’approvisionnement agricole de Sarrebruck jusqu’à ce que le Reich puisse satisfaire ces besoins.

4L’économie française est orientée au mieux des intérêts de l’Allemagne et la liquidation ne peut améliorer cette position. Par le clearing, Berlin avait réussi à isoler économiquement Paris. G. Bonnet, le ministre du Commerce, en a conscience, car dès la fin de juillet 1935 il multiplie les initiatives pour essayer d’y mettre fin. Celles-ci sont-elles compatibles avec un mécanisme de liquidation que l’Allemagne a intérêt à faire respecter, car conforme au clearing ?

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540