Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les relations économiques et financières franco-allemandes, 1932-1939

 | 
Sylvain Schirmann

Deuxième partie. Le clearing franco-allemand 28 juillet 1934-1er août 1935

Chapitre X. La mise en liquidation du clearing

Texte intégral

1Nul accord ne fut plus discuté que le clearing franco-allemand. Renouvelé à la fin du mois de mars 1935, il apparaissait aux deux gouvernements comme un moindre mal. Mais chacun cherchait fondamentalement à améliorer ses positions. Le débat du printemps 1935 sur l’orientation de la politique économique française pèse de tout son poids sur les échanges extérieurs du pays. Il est suivi de près par Schacht qui espère en tirer profit. L’hypothétique équilibre du clearing rend de plus en plus improbable tout accord. Est-ce le saut dans l’inconnu ?

I. DÉVALUATION OU DÉFLATION ?

2Les États-Unis sont, dès le début de l’année 1935, intéressés par une stabilisation monétaire. Mais tout arrangement de ce type suppose une entente avec Londres et des choix économiques internes cohérents. Le débat autour de ces problèmes ne pouvait pas ne pas avoir de répercussions sur le clearing, alimentant du même coup les spéculations de Schacht.

A. FLANDIN OU LAVAL ?

  • 1 Voir M. Margairaz, op. cit., tome I, p. 70 à 100.
  • 2 Voir E. Bussière, op. cit., p. 445 et suiv.
  • 3 M. Margairaz, op. cit., t. I, p. 71.

3Cordell Hull ouvre au début de l’année 1935 la voie à des consultations officieuses pour la stabilisation monétaire.1 Celles-ci sont difficiles car les positions de Paris et de Londres restent diamétralement opposées. Pour les Britanniques, la France doit d’abord mettre fin à son protectionnisme. C’est la condition d’une stabilisation réussie. Pour le gouvernement français, il convient d’abord d’arrêter le flottement de la livre. Ce n’est qu’ensuite qu’il faut supprimer les barrières commerciales et dévaluer le franc. La position française est intenable car le bloc-or se désagrège après la dévaluation du Belga le 30 mars 19352. Le choix est douloureux. La France doit-elle dévaluer ou poursuivre une politique de déflation renforcée ? Coulondre met en lumière les dangers de chaque voie : « la course vers un terme inconnu » (la dévaluation) ou le protectionnisme accru avec un « système d’économie dirigée (la déflation)3. La seule issue reste la stabilisation des monnaies. Or Londres, malgré les États-Unis, maintient son refus. Que faire ?

  • 4 M. Margairaz, op. cit., t. I, p. 76.
  • 5 M. Margairaz, op. cit., t. I, p. 75.

4Au mois de mai 1935, un vaste mouvement de spéculation se déchaîne contre le franc. L’encaisse-or de la Banque de France diminue. Le 10 mai, 45 millions sont retirés ; le 13 mai, 232 millions de francs partent ; entre le 25 et le 30 mai, 5,36 milliards de francs de métal précieux quittent les réserves de l’institut d’émission4. Provoquée autant par la perspective d’un déséquilibre financier ingérable, car au printemps 1935 on « entre dans une conjoncture des armements »5, que par le succès de la Gauche aux élections municipales du 13 mai 1935, la crise monétaire renforce l’hostilité que les milieux d’affaires portent à Flandin. Celui-ci souhaite une pause dans la déflation et la stabilisation des monnaies. La grande industrie, la presse financière, la grande majorité de la droite réclament le maintien de la parité-or. Le débat est tranché par le renversement de Flandin le 31 mai 1935 et son remplacement par Laval le 7 juin 1935. Le nouveau président du Conseil ne veut pas d’une dévaluation isolée. Avec le soutien des milieux d’affaires, il s’engage dans la voie d’une déflation renforcée.

  • 6 M. Margairaz, op. cit., t. I, p. 82.
  • 7 M. Margairaz, op. cit., t. I, p. 93.

5Celle-ci accroît le protectionnisme qui correspond aux vœux du patronat intéressé à la compression des coûts de production et à la défense du marché national. Elle satisfait les organisations ouvrières obnubilées par la question de l’emploi. Le Service de l’Economie Nationale, dont les prérogatives sont renforcées par Laval, contrôle les commandes publiques à l’étranger pour « protéger la main-d’œuvre et l’industrie nationale »6. Il encourage dès que possible le troc. La politique de Laval favorise les entrepreneurs auxquels l’État réserve le marché français « sans prélèvements accrus et en respectant leur indépendance » : c’est l’ère de « l’interventionnisme protecteur »7. Elle renforce le décalage entre la France et le monde extérieur. La stabilisation monétaire repoussée, la dévaluation isolée rejetée, la démobilisation douanière impossible sont les marques de la faiblesse de la France dans ce monde en crise. Le débat français, puis la nouvelle ligne économique Laval se répercutent sur le clearing.

B. LA PRESSION DES PROTECTIONNISTES

6Dès le mois d’avril 1935, le gouvernement français se trouve en face d’une « coalition » d’industriels et d’agriculteurs qui attaquent les effets pervers du clearing franco-allemand.

  • 8 Le rapport de Touchard, intitulé « Le régime économique de la Sarre et les négociations franco-all (...)
  • 9 Rapport Touchard, op. cit.
  • 10 Le courrier se trouve aux : AEF B 31519.
  • 11 Note du 5 juillet 1935. Le comité des Forges à J. Rueff. AEF B 31520.

7Le 11 avril 1935, Touchard, de la Chambre de Commerce de Saint-Étienne, dénonce le régime économique de la Sarre et le système de la compensation. Pour lui, les négociateurs français « ont délibérément sacrifié les intérêts de l’industrie à ceux de l’agriculture »8. Le contingent accordé à la Sarre est supérieur de 30 % aux ventes sarroises des années 1932-1934. La franchise douanière abaisse les prix. Ils sont inférieurs à ceux qui avaient cours avant le plébiscite. Au 30 juin, écrit Touchard, « la frontière économique doit correspondre à la frontière politique »9. La protection de l’industrie française - donc celle de la main-d’œuvre - l’impose. Jusqu’à la fin du mois de juin un imposant courrier demande « la suppression des avenants relatifs à la Sarre »10. Est-ce à dire qu’il faut simplement inclure la Sarre dans le dispositif maintenu du clearing ? L’influent Comité des Forges fait savoir à J. Rueff qu’il n’a pas de préférence particulière pour un type d’accord11. Mais il veut, quel que soit l’arrangement, que la métallurgie puisse être réglée pour ses ventes par l’intermédiaire de la SICAP. D’autre part, un nouveau dispositif avec l’Allemagne devrait faire la part belle aux compensations privées. Le rattachement de la Sarre a fait perdre 100 millions de francs par an à la branche. Le Comité estime donc que l’Etat a à encourager et à développer les exportations du secteur en Allemagne, car si ces possibilités de vente ne se présentent pas il faut licencier 4 000 personnes. Mais une relance des achats allemands souhaités par ces industriels ne déséquilibre-t-elle pas davantage le clearing ? La volonté de freiner les importations industrielles en provenance du Reich est-elle compatible avec les intérêts de l’agriculture ?

  • 12 Compte rendu de ces travaux, Le Matin, 23 avril 1935.
  • 13 Les conclusions du Congrès ont paru dans l’hebdomadaire Association agricole du 14 mars 1935.
  • 14 Le Petit Parisien du 21 juin 1935.
  • 15 La Journée industrielle du 13 juin 1935.

8Le 23 avril, l’Assemblée générale des Producteurs de lait demande le renouvellement au 1er juillet de l’accord « garantissant les débouchés de la Sarre aux produits laitiers de l’Est de la France »12. Le Congrès agricole de mai 1935 proteste, dans ses conclusions, contre « la part insuffisante faite à l’agriculture dans l’accord conclu... avec l’Allemagne »13. Il faut assurer coûte que coûte les débouchés sarrois mais également augmenter les ventes françaises en important davantage de charbon, par exemple. En juin 1935, une délégation défend le même point de vue chez Georges Bonnet, le ministre du commerce14. Mais en associant la Confédération générale de la Production française à la préparation des négociations commerciales avec le Reich, le gouvernement choisissait le protectionnisme souhaité par la grande industrie15.

9Les tergiversations de Paris en ce printemps 1935 retiennent également toute l’attention de Schacht.

C. LES SPECULATIONS DE SCHACHT16

  • 16 Deux communications renseignent le gouvernement français sur les intentions de Schacht : le 3 avri (...)
  • 17 Berthelot à Baumgartner, 3 avril 1935, AEF B 31520.
  • 18 Télégramme François-Poncet, 13 avril 1935, n° 1196. AEF B 31520.

10Le président de la Reichsbank suit avec beaucoup d’intérêt le débat concernant la stabilisation des monnaies. La dévaluation des monnaies anglo-saxonnes et le rachat de bons à bas prix sur les marchés étrangers lui ont permis jusqu’à présent de ramener la dette allemande de 20 à 12 milliards de RM. L’objectif de Schacht est de parvenir à la comprimer autour d’un montant de 4 à 6 milliards de RM. Pour ce faire, la devise allemande se doit d’être surévaluée. Le Reich a donc tout intérêt à soutenir et à se montrer solidaire du bloc-or, et surtout de la France, après la dévaluation du Belga. Avant de ranimer le commerce extérieur allemand par une dépréciation du mark, Schacht a l’intention d’obtenir une contraction de la dette et la suppression du transfert régulier du service des emprunts Dawes et Young, « le dernier vestige de la funeste politique des réparations et de la servitude de l’Allemagne »17. Il aimerait offrir aux porteurs de ces emprunts des titres funding à 4 % que la Reichsbank achèterait à 40 % de leur valeur, comme c’est déjà le cas depuis février 1935 pour les détenteurs britanniques de coupons. Par une loi du 26 février 1935, le Reich garantit ce transfert. Si elle obtenait par ce biais une réduction substantielle de sa dette, l’Allemagne serait prête à une dévaluation en même temps que d’autres pays du bloc-or. Mais d’ici là il faut que la France tienne ferme ! Ce n’est qu’après la compression de cette dette que le financier allemand envisage une stabilisation générale des changes qui doit « s’accompagner d’une redistribution des stocks d’or condition indispensable d’un assainissement financier international »18. Position conforme à celle qu’il avait adoptée avant la Conférence économique de Londres en 1933 !

  • 19 Vermerk, « Besprechung im Auswärtigen Amt über deutsch-französische Wirtschaftsverhandlungen am 7 (...)

11En attendant, les pays attachés à la défense de la parité-or présentent un autre avantage. La surévaluation du mark qu’ils cautionnent bien involontairement permet à l’Allemagne d’importer, lorsqu’un clearing n’existe pas, des matières premières à moindre coût. Schacht ne peut être que satisfait de la décision française de ne pas dévaluer. Elle est bien plus importante que le maintien de la compensation. La dénonciation des arrangements du 28 juillet 1934 et de tous ses avenants à l’initiative de Paris n’est pas prise tragiquement à Berlin. Une réunion, le 7 juin 1935 à l’Auswärtiges Amt, constate laconiquement que dans les négociations à venir avec la France, l’Allemagne peut prendre la responsabilité d’un échec, car le mécanisme de la liquidation prévu en novembre 1934 conserve le clearing qui empêchera toujours le transfert de devises19. Le Reich a-t-il dès lors besoin de la conclusion d’un nouveau traité réclamé à cor et à cri par les organisations professionnelles françaises ? À Paris de faire les concessions qui s’imposent !

II. L’ACCORD IMPOSSIBLE

12Le dispositif du 28 juillet 1934 nourrit les mécontentements. Ils amènent les pouvoirs publics français à demander la conclusion d’un nouvel accord. La République a-t-elle les moyens d’y amener le Reich ?

A. LA DENONCIATION DU CLEARING

  • 20 Voir P. Jarry, op. cit., qui donne les comptes de l’OFA jusqu’en 1936, p. 117 et suiv.
  • 21 3 juin 1935. Lettre ministère des Affaires étrangères à ministre des Finances rappelle que cette d (...)

13Prévue par l’échange de notes du 16 avril 1935, la baisse des exportations françaises est conséquente en mai. De plus de 120 millions de francs en avril elles chutent à 77 millions en mai. C’est cependant insuffisant. Malgré le rattachement de la Sarre, le déficit du clearing depuis son entrée en vigueur atteint 300 millions de francs. L’OFA accuse des retards de paiement pour une valeur de 560 millions de francs20. Il fallait donc continuer à réduire encore les exportations françaises pour espérer rétablir rapidement les équilibres. Mais peut-on en faire supporter le poids à nos industries ? Celles-ci avaient déjà fait connaître leur opposition à une telle politique, et cela d’autant plus que le Reich continue à manipuler le clearing. A la mi-mai 1935, il renoue avec des « pratiques déloyales ». Les achats en France reprennent : 3 millions de francs supplémentaires sont « dépensés » à la fin de mai 1935. Surtout les exportations allemandes régressent et passent de 160 millions de francs fin mai 1935 à 137 millions de francs fin juin. Le solde commercial passif de Paris s’amenuise. Le prélèvement 15,75 % effectué sur les ventes allemandes relègue le remboursement des arriérés aux « calendes grecques ». Dans ces conditions le gouvernement français prend le 28 mai 1935 la décision de dénoncer pour le 30 juin 1935 l’arrangement du 28 juillet 1934 sur les échanges commerciaux21.

  • 22 Note verbale de l’Ambassade de France à l’Auswärtiges Amt., le 31 mai 1935. PAAA R 87311.
  • 23 Note verbale de l’Ambassade de France à l’Auswärtiges Amt., le 31 mai 1935. PAAA R 87311.
  • 24 1er juin 1935. Note de Moeneclaey pour te ministre des Finances. AEF B 31518.
  • 25 D’après L’Information du 26 juin 1935.

14Elle est communiquée à l’Auswärtiges Amt le 31 mai 1935 par une note verbale de l’ambassade de France22. Celle-ci, après avoir rappelé les raisons de la dénonciation, estime « indispensable de ne reprendre les négociations que sur des bases permettant d’associer étroitement la solution du problème du règlement à celle du problème des échanges ». La note précise en outre que « la dénonciation ne saurait en aucune façon être interprétée comme une rupture. Elle n’a d’autre objet que de donner aux négociateurs la liberté d’action qui est indispensable à l’établissement d’un régime plus stable et plus satisfaisant des échanges franco-allemands »23. Pour le gouvernement français, les futures négociations répondaient à un triple objectif : obtenir un nouveau statut des échanges, une solution au problème des arriérés dans le cadre d’un nouvel accord des paiements et un règlement de la question des relations avec la Sarre. Bien entendu il faut également sauver les règlements du Dawes, du Young, des créances bancaires et des exportations à venir. Les pouvoirs publics pensaient pouvoir récupérer la totalité des paiements par l’entremise de la SICAP, mais l’opposition de Moeneclaey, son cogérant, supprime cet espoir24. À la délégation qui part pour Berlin de voir comment elle peut obtenir le maintien du clearing en assurant son équilibre et en résorbant les arriérés existants25.

B. LES NEGOCIATIONS DE JUIN-JUILLET 1935

  • 26 L’intégralité de la négociation peut être suivie par une note de J. Rueff pour le ministre avec co (...)

15Les pourparlers s’ouvrent le 17 juin 1935. Les négociateurs français proposent à l’Allemagne de réduire ses achats. Ils imaginent un règlement des ventes françaises par un réescompte des récépissés de clearing. Ils cherchent à obtenir le renoncement du Reich à la clause de la nation la plus favorisée. Pour résorber les arriérés, le plan français prévoit d’en affecter la moitié à la SICAP et exige de Berlin l’abandon du solde créditeur net. Les propositions de Paris essuient un refus catégorique26.

  • 27 Note Rueff, 23 juin 1935, op. cit., AEF B 31520.
  • 28 Note Rueff, 23 juin 1935, op. cit., AEF B 31520.

16L’Allemagne exige la mise en place « d’un accord anglais » d’ici le 1er octobre 1935. La France en accepte le principe mais ne veut le voir entrer en vigueur qu’après la liquidation de tous les arriérés27. L’intransigeance allemande jointe à une nouvelle revendication d’un solde libre de 200 millions de francs aboutit au constat d’échec de la négociation. Les deux délégations liquident le clearing. Elles prorogent les accords qui viennent d’expirer jusqu’au 15 juillet pour organiser techniquement les procédures de liquidation. Elles renouvellent également l’accord sarrois jusqu’au 31 août 1935. Les négociateurs français quittent Berlin le 22 juin 1935. Ils donnent rendez-vous à leurs homologues allemands au début du mois de juillet à Paris28.

  • 29 2 juillet 1935. Lettre Schacht à von Neurath « Nous ne négocions aucun accord commercial : la miss (...)
  • 30 5 juillet 1935. Note pour le Ministre par Baumgartner, au sujet des négociations franco-allemandes (...)
  • 31 11 juillet 1935. Ministère des Affaires étrangères à ministère des Finances. AEF B 31515.
  • 32 17 juillet 1935. Une lettre ministère des Affaires étrangères au ministère des Finances fait le po (...)
  • 33 Voir ch. III, IIe partie de la présente étude consacrée à l’accord du 20 novembre 1934.

17Weymann, à la tête d’une petite délégation, se rend à Paris pour la reprise des pourparlers le 4 juillet 1935. Il n’a qu’une seule mission définie par Schacht : « ne négocier aucun accord commercial, mais mettre au point la liquidation du clearing »29. Il répond, à la proposition transactionnelle de Bonnefon-Craponne de faire entrer en vigueur « le système anglais » le 1er janvier 1936, si à cette date les arriérés ne dépassent pas 50 millions, qu’il a « ordre de n’étudier que les questions relatives à la liquidation » sauf si Paris veut introduire immédiatement le système anglais et accorder une pointe de 200 millions de francs30. Le 11 juillet, Bonnefon-Craponne consent un solde de 100 millions, mais la délégation allemande montre peu d’empressement31. Le 13, François-Poncet est chargé de proposer à la Wilhelmstrasse le passage à l’accord anglais le 1er janvier 1936, « quel que soit le montant des arriérés ». Mais l’Allemagne devrait renoncer à un crédit net32. À la suite d’un nouveau refus du Reich, le gouvernement français cherche impérativement à sauver le Dawes, le Young et le fonctionnement de la SICAP. Comment le faire si ce n’est en appliquant ce qui avait été prévu à la fin de l’année 1934 : « l’accord du 28 juillet continuera à jouer jusqu’à liquidation complète de part et d’autre des créances qui ont pour origine la vente de marchandises avant la date d’expiration du dit accord »33. En attendant, cette date est repoussée du 15 au 31 juillet. Le délai est employé à régler quelques modalités pratiques.

  • 34 Agence Économique et Financière, 30 juillet 1935, un article intitulé : « Les relations commercial (...)

18À la date du 1er août, les deux pays retrouvent leur liberté commerciale. Ils s’accordent cependant certains avantages. Berlin concède à la France la clause de la nation la plus favorisée. Paris octroie à Berlin le tarif douanier minimum. L’arrangement sur la Sarre est prorogé d’un mois. La liquidation du clearing prévoit que 70 % des exportations allemandes couvriront les arriérés antérieurs au 1er août. 30 % serviront au paiement des achats du Reich. Mais ces pourcentages s’appliquent après prélèvement du 15,75 %. Les emprunts Dawes et Young étaient sauvés34. À cette date le déficit effectif du clearing atteignait 325 millions de francs. Les règlements en attente dépassaient légèrement 600 millions de francs. Si le mécanisme de la convention de 1934 fonctionne sans accroc, les arriérés seront liquidés en décembre 1936. Qu’en est-il de ceux à venir ?

C. EN GUISE DE BILAN : UNE SITUATION PARADOXALE

  • 35 1er août 1935. Lettre de François-Poncet à Laval, Président du Conseil, ministre des Affaires étra (...)

19La liquidation du clearing rétablit de facto le régime commercial que l’on a supprimé en principe. Jusqu’en décembre 1936 les deux pays ont le temps de réfléchir à un nouvel accord. À qui profitera ce délai ? François-Poncet évoque sans détours les risques. « Le temps, écrit-il à Laval le 1er août 1935, ne pourra pas améliorer notre position »35. L’ambassadeur de France a conscience des avantages du Reich. La propagande nazie fait porter modérément la responsabilité de l’échec à la France. L’opinion allemande « tend à croire que notre attitude est en partie inspirée par des arriére-pensées politiques ». Y-a-t-il intérêt à laisser s’ancrer une telle opinion dans « les cerveaux du IIIe Reich » ? La faible position financière de la France ne permet pas d’exercer une pression économique sur l’Allemagne. Elle ne pourrait d’ailleurs « que provoquer une vive réaction psychologique Outre-Rhin ». Et puis n’est-ce pas l’intérêt commercial de la France que « de garder position sur un marché qui aura toujours une puissance d’achat et de nombreux solliciteurs » ?

20Le 30 juillet 1935, le Reich signait avec la Belgique un accord de « type anglais ». Il prouvait par là qu’un arrangement avec lui était toujours possible. Paris, éprouvé une première fois par la dévaluation du Belga qui marque la fin du bloc-or, affaibli tactiquement par l’accord germano-belge, a-t-il un autre choix que de chercher à éviter la guerre économique ? En cet été 1935 le Reich réussissait un beau doublé. En obtenant le 18 juin 1935 l’accord naval avec le Royaume-Uni, Hitler isolait diplomatiquement la France. Schacht, en réussissant à faire adhérer la Belgique au « système anglais » renvoie Paris à l’isolement économique. Berlin pesait dorénavant politiquement et économiquement en Europe. La France avait-elle les ressources pour contrecarrer cette hégémonie naissante ?

Notes

1 Voir M. Margairaz, op. cit., tome I, p. 70 à 100.

2 Voir E. Bussière, op. cit., p. 445 et suiv.

3 M. Margairaz, op. cit., t. I, p. 71.

4 M. Margairaz, op. cit., t. I, p. 76.

5 M. Margairaz, op. cit., t. I, p. 75.

6 M. Margairaz, op. cit., t. I, p. 82.

7 M. Margairaz, op. cit., t. I, p. 93.

8 Le rapport de Touchard, intitulé « Le régime économique de la Sarre et les négociations franco-allemandes » a été publié par L’Usine du 11 avril 1935.

9 Rapport Touchard, op. cit.

10 Le courrier se trouve aux : AEF B 31519.

11 Note du 5 juillet 1935. Le comité des Forges à J. Rueff. AEF B 31520.

12 Compte rendu de ces travaux, Le Matin, 23 avril 1935.

13 Les conclusions du Congrès ont paru dans l’hebdomadaire Association agricole du 14 mars 1935.

14 Le Petit Parisien du 21 juin 1935.

15 La Journée industrielle du 13 juin 1935.

16 Deux communications renseignent le gouvernement français sur les intentions de Schacht : le 3 avril 1935 : Berthelot, attaché financier à Baumgartner, Directeur du Mouvement général des Fonds. La lettre est intitulée : « Au sujet des emprunts Dawes et Young » et le 13 avril 1935 : Télégramme n° 1196 de François-Poncet au ministère des Affaires étrangères. Compte rendu d’une rencontre Berthelot avec des personnalités de la Reichsbank (Blessing ?) La rencontre est consacrée à une présentation des objectifs de Schacht. Les deux documents : AEF B 31520.

17 Berthelot à Baumgartner, 3 avril 1935, AEF B 31520.

18 Télégramme François-Poncet, 13 avril 1935, n° 1196. AEF B 31520.

19 Vermerk, « Besprechung im Auswärtigen Amt über deutsch-französische Wirtschaftsverhandlungen am 7 Juni 1935 ». PAAA R 87311.

20 Voir P. Jarry, op. cit., qui donne les comptes de l’OFA jusqu’en 1936, p. 117 et suiv.

21 3 juin 1935. Lettre ministère des Affaires étrangères à ministre des Finances rappelle que cette décision avait été prise le 28 mai 1935. AEF B 31515.

22 Note verbale de l’Ambassade de France à l’Auswärtiges Amt., le 31 mai 1935. PAAA R 87311.

23 Note verbale de l’Ambassade de France à l’Auswärtiges Amt., le 31 mai 1935. PAAA R 87311.

24 1er juin 1935. Note de Moeneclaey pour te ministre des Finances. AEF B 31518.

25 D’après L’Information du 26 juin 1935.

26 L’intégralité de la négociation peut être suivie par une note de J. Rueff pour le ministre avec copie à M. Couve de Murville, le 23 juin 1935. AEF B 31520.

27 Note Rueff, 23 juin 1935, op. cit., AEF B 31520.

28 Note Rueff, 23 juin 1935, op. cit., AEF B 31520.

29 2 juillet 1935. Lettre Schacht à von Neurath « Nous ne négocions aucun accord commercial : la mission Weymann n’a pour fonction que de mettre au point un accord de liquidation du clearing ». Approuvé par von Neurath. PAAA R 87312.

30 5 juillet 1935. Note pour le Ministre par Baumgartner, au sujet des négociations franco-allemandes. AEF B 31520.

31 11 juillet 1935. Ministère des Affaires étrangères à ministère des Finances. AEF B 31515.

32 17 juillet 1935. Une lettre ministère des Affaires étrangères au ministère des Finances fait le point sur la mission confiée à François-Poncet le 13 juillet 1935. AEF B 31515.

33 Voir ch. III, IIe partie de la présente étude consacrée à l’accord du 20 novembre 1934.

34 Agence Économique et Financière, 30 juillet 1935, un article intitulé : « Les relations commerciales franco-allemandes après le 1er août 1935 ».

35 1er août 1935. Lettre de François-Poncet à Laval, Président du Conseil, ministre des Affaires étrangères, au sujet « des relations commerciales franco-allemandes après l’échec des négociations ». AEF B 31519. Les citations qui suivent sont extraites de ce document.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540