Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les relations économiques et financières franco-allemandes, 1932-1939

 | 
Sylvain Schirmann

Première partie. Vers le clearing franco-allemand. Des accords de décembre 1932 à l’accord du 28 juillet 1934

Conclusion de la première partie

Texte intégral

1Signé après Locarno, le traité de commerce franco-allemand de 1927 portait les marques de l’espoir d’une collaboration économique encourageante pour la paix en Europe. Dès 1930 pourtant avec les premières manifestations de la crise en Allemagne, la coopération est menacée. Chacun cherche à exploiter ou à préserver ses « illusoires avantages ». L’esprit de l’accord de 1927 sombre : contingents, surtaxe de change, relèvements de droits de douane, dumping, contrôle des changes rendent difficile l’application d’un texte devenu de fait caduc. Les arrangements de décembre 1932 essayent péniblement de ramener un minimum de sécurité dans les paiements entre l’Allemagne et la France. Mais la possibilité de représailles économiques contenue dans l’avenant du 28 décembre ruine toute réelle coopération. Peu de cartels nouveaux naissent et les ententes industrielles directes, si fréquentes en 1932, ne sont plus renouvelées. Le commerce entre les deux pays se contracte, chacun faisant tout pour protéger son marché intérieur.

2À partir de 1933, chaque État cherche seul la voie du succès, et tente de l’imposer au partenaire. Hitler, avec Schacht, renforce les tendances autarciques de l’Allemagne. La Wehrwirtschaft, inaugurée par les premières mesures en faveur de l’agriculture, impose « le primat du politique sur l’économie ». Le commerce extérieur du Reich ne doit donc être orienté qu’en fonction des nécessités de cette « économie de guerre ». En France, l’amplification de la crise pousse le gouvernement en septembre 1933 à chercher sa liberté commerciale et à renforcer « la politique du donnant-donnant ». Incapable de l’imposer à l’Allemagne, Paris n’a plus d’autre choix que de dénoncer un traité peu adapté aux nouvelles circonstances.

3Le litige commercial franco-allemand n’est qu’un des aspects des difficultés entre les deux pays au début des années 1930. Continuellement sur la défensive, la France a voulu repousser une dénonciation que le Reich lui a pratiquement imposée. En 1932, le problème était déjà d’actualité. La question des dettes de guerre, celle de l’égalité des droits ont pesé sur des pouvoirs publics préoccupés de sortir d’un relatif isolement diplomatique. Bien davantage encore, l’Allemagne veut apparaître comme disposée à la coopération économique et, de ce fait, veut faire rejeter la rupture sur une France qui n’accepte pas de reconnaître le caractère particulier de la situation du Reich. Le provisoire en vigueur dans les relations économiques entre les deux pays à partir de janvier 1934 arrange Paris, peu concerné par le remboursement des dettes. Ayant obtenu satisfaction par les accords SICAP sur les créances bancaires, la France pense, et les chiffres lui donnent raison, réduire un déficit commercial préoccupant.

4Berlin affûte ses armes protectionnistes et oriente le commerce français au mieux de ses intérêts. Par le moratoire des transferts de juin 1934, il ramène Paris à la table des négociations. Paris peut-il se dérober quand les emprunts Dawes et Young constituent la plus grande part du service de la dette allemande pour la France ? Aux tractations à venir de délimiter le cadre d’un nouvel accord : sauver les intérêts particuliers ou créer les conditions d’une coopération adaptée à la crise ?

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540