Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les relations économiques et financières franco-allemandes, 1932-1939

 | 
Sylvain Schirmann

Première partie. Vers le clearing franco-allemand. Des accords de décembre 1932 à l’accord du 28 juillet 1934

Chapitre V. Une nouvelle donne longue à venir (janvier 1934-juin 1934)

Texte intégral

1La dénonciation du traité franco-allemand affaiblit la position française. Mais la liberté retrouvée permet à Paris de proposer d’utiliser les trois mois de préavis pour négocier un nouvel accord. Les prorogations successives de l’ancien traité de 1927 - jusqu’au 31 juillet 1934 - suffisent à démontrer l’extrême difficulté à trouver un compromis. A la fièvre de janvier 1934 succède, au printemps de 1934, une période d’hésitations due autant à l’incertitude politique française qu’au renforcement des tendances autarciques d’un Reich atteint par une nouvelle crise financière en juin 1934.

I. LES PAS INCERTAINS DU COUPLE FRANCO-ALLEMAND

2La sérénité des propos au lendemain de la dénonciation laisse augurer d’un avenir prometteur. Cependant, très rapidement, les volontés positives s’enlisent, alors que la guerre commerciale reprend ses droits. Seul le protocole SICAP résiste aux difficultés.

A. LES ESPOIRS D’UNE DENONCIATION

  • 1 D’après copie de la note contenue dans une lettre du Ministère des Affaires étrangères au Ministèr (...)
  • 2 Dossier de presse constitué à l’occasion de la dénonciation du traité de commerce franco-allemand (...)
  • 3 Cité par J.-B. Duroselle, La Décadence, op. cit., p. 85.
  • 4 Dossier de presse, op. cit., article de C. J. Gignoux, « Le litige commercial franco-allemand » in(...)
  • 5 Le Petit Parisien, 19 janvier 1934. AEF B 31515.
  • 6 Le Temps, 20 janvier 1934. AEF B 31515.

3Dans sa note de dénonciation, le gouvernement français propose immédiatement l’ouverture de négociations1. Et même si toute la presse souligne le courage de Laurent-Eynac2, le ministre du Commerce, elle prêche dans son ensemble la modération, car pour elle, selon le mot de Paul-Boncour, « les dangers ne sont plus à démontrer d’une conception qui tend à isoler les États les uns des autres, et qui, en abolissant entre eux toute solidarité d’intérêts, affaiblit les bases de leurs relations pacifiques »3. L’espoir est grand, côté français, d’inaugurer, comme en 1927, la politique de stabilisation douanière par un accord avec l’Allemagne. Pour le ministre du commerce, « il ne s’agit pas de comprimer les exportations allemandes, mais de négocier équitablement l’extension des nôtres »4. En dénonçant le traité, le gouvernement veut « localiser le différend franco-allemand et préparer la voie aux négociations qui vont s’ouvrir en vue d’une nouvelle donne »5. Mais la France avait-elle autre chose à proposer que la conciliation, quand elle « compte parmi les plus gros clients de l’Allemagne et qu’elle lui achète plus qu’elle ne lui en vend »6 ? Paris n’a aucun intérêt à relancer la guerre douanière, car une réduction de son déficit commercial, la récupération des avoirs français en Allemagne l’incitent à la modération.

  • 7 B. Isaac, op. cit., p. 87.
  • 8 Dossier de presse, op. cit. AEF B 31515.
  • 9 AEF B 31515.

4Presse et dirigeants allemands lui en savent gré. Feder, secrétaire d’État à l’économie, calme d’abord le jeu en expliquant que le Reich « fera tout pour éviter une guerre douanière »7. La presse, obéissant, semble-t-il, à un mot d’ordre, est unanime à louer la volonté de collaboration affichée par la France. La Deutsche Allgemeine Zeitung du 18 janvier 1934 constate que « la France ne désire pas entrer dans une période de guerre douanière avec l’Allemagne », et le quotidien poursuit : « l’Allemagne ne souhaite nullement commencer avec la France une lutte de cette nature »8. Le Völkischer Beobachter partage le même optimisme. « Nous ne voyons - mentionne-t-il dans son édition du 19 janvier 1934 - dans la dénonciation du traité de commerce franco-allemand aucune raison d’aggravation des rapports entre les deux pays ». Il participe à une euphorie qui croit que « la réorganisation des rapports économiques satisfaisante pour les deux puissances sera un prélude et un présage favorable de l’apaisement politique entre eux »9.

5Dans ce climat Paris joint le geste à la parole, car avec la dénonciation est annoncée une diminution de l’exportation allemande pour une valeur de 300 millions de francs : bien moins que ce que prévoyaient les contingentements du 1er janvier 1934. Tout laisse penser à un accord facile et rapide. Les négociations qui s’engagent pour le renouvellement du protocole SICAP du 10 mars 1933 montrent une tout autre réalité.

B. LE RENOUVELLEMENT DE L’ACCORD DU 10 MARS 1933

  • 10 Le protocole de la SICAP est souvent qualifié ainsi par les fonctionnaires français.
  • 11 Conversations entre J. Velay, F. Madinier et le Dr von Wedel. Compte rendu du 2 mars 1934. AEF B 3 (...)

6Alors que le « premier accord des charbons »10 avait été signé dans la foulée des arrangements de décembre 1932, les négociations pour son renouvellement se déroulent, elles, dans une période transitoire pour les relations économiques entre les deux pays. Ayant permis le rapatriement de 250 millions de francs de créances bancaires, l’accord donnait également satisfaction à l’Allemagne, puisqu’il permettait, aux moyens d’exportations supplémentaires, un effacement des dettes et une rentrée de devises. Lorsque les discussions commencent peu après le 10 février 1934, Jean Velay, de la Banque Française d’Acceptation, doit faire face à de nouvelles demandes que le Reich lui signifie par l’intermédiaire de von Wedel11. Elles visent à intégrer dans les avoirs à rapatrier ceux des banques étrangères de la place de Paris - environ 50 millions de RM -, une somme voisine des avoirs français encore à récupérer. La gamme de marchandises concernées par le protocole devrait s’étendre au papier-journal et un dédommagement de 600 000 RM serait à verser au Papierverband pour les abattements dont celui-ci n’a pas pu bénéficier après le moratoire Hoover. L’Allemagne souhaite que le contingent fixé en janvier 1934 reste en vigueur, pour les produits concernés, pendant toute la durée d’un accord que Berlin aimerait laisser en place jusqu’à épuisement complet des avoirs - juillet 1936 estime-t-on. En contrepartie le Reich exige une diminution de 0,12 % des taux d’intérêts servis aux banques françaises (les taux sont de 4 % pour les crédits de caisse, de 4,43 % pour les crédits d’acceptation).

  • 12 Rapport au ministre. Compte rendu des négociations fait par Moeneclaey, administrateur de la SICAP (...)

7La position française est élaborée lors d’une conférence interministérielle tenue au Quai d’Orsay le 28 février 193412. Paris veut repousser à une date ultérieure l’adhésion des banques étrangères à l’accord. La France est prête à accorder - dans le cadre du protocole - la clause de la nation la plus favorisée. Quant au papier-journal, il n’est absolument pas question d’un dédommagement à verser au Papierverband, même si les autorités françaises souhaitent l’inclure dans les dispositions à venir. L’accord fonctionnerait ensuite jusqu’au 1er mai 1935. Paris pose enfin une condition incontournable : dans les exportations allemandes de charbon, un pourcentage à fixer doit être impérativement attribué aux mines contrôlées par la maison De Wendel. Si cette dernière question ne trouvait pas de solution, le gouvernement français se réserve la faculté de dénoncer unilatéralement le texte avec un préavis d’un mois.

  • 13 Rapport au ministre du 7 mars 1934, op. cit. AEF B31518 - SICAP.

8Faute d’entente - à l’exception de l’affaire De Wendel - Moeneclaey, pour la SICAP, et Scheuerl, Directeur au Reichwirtschaftsministerium, prorogent simplement, le 7 mars 1934, l’accord du 10 mars 1933 jusqu’au 1er mars 193513.

  • 14 Rapport au ministre du 7 mars 1934, op. cit. AEF B31518 - SICAP.
  • 15 Rapport au ministre du 7 mars 1934, op. cit. AEF B31518 - SICAP.
  • 16 Toutes les citations sont extraites du rapport au ministre du 7 mars 1934, op. cit. AEF B 31518 - (...)

9En mars 1935, Paris espère être en mesure d’imposer ses vues, car « nous n’aurons plus qu’une cinquantaine de millions de francs à rapatrier, alors que les Allemands auront toujours 800 millions d’exportations de charbon et dérivés à protéger »14. Plus intéressantes encore sont les raisons évoquées par l’administrateur de la SICAP pour expliquer le rejet des propositions françaises15. Les autorités allemandes, déçues par le contingentement appliqué au charbon, estiment avoir fait d’importants efforts en rapatriant entièrement les créances bancaires prévues par l’accord. D’autre part, elles savent exploiter le fait que l’industrie métallurgique française est dépendante du charbon allemand. Cela rend toute menace française inefficace. De surcroît, l’Allemagne ne craint pas une lutte économique qui pourrait l’opposer à la France. Elle « estime Paris aussi impuissant à porter des coups à un adversaire qu’à donner des avantages sérieux à un ami ». Les Allemands ont conscience qu’une guerre économique lésera davantage la France car « la population allemande au sentiment patriotique et collectif surexcité... est prête à tous les sacrifices », alors que « [le gouvernement français] cédera, vaincu par la pression des intérêts particuliers ». Et Moeneclaey conclut de façon prémonitoire : « il serait vain d’espérer une modification à notre avantage des accords existants tant que durera un pareil état d’esprit »16. Finalement Paris doit s’estimer heureux de la prorogation pure et simple d’un accord qui permettra à la France de rapatrier dans l’année à venir 265 millions de créances bancaires... et remercier l’Allemagne de bien vouloir honorer ses dettes.

  • 17 Entretien Coulondre - Mouvement des Fonds 15 mars 1934. AEF B 31515.

10Comment dans ces conditions n’encourage-t-on pas le Reich à faire de la surenchère ? Tout au long du printemps 1934 les négociations commerciales sont différées par le Quai d’Orsay. Les Affaires étrangères, par les déclarations de Coulondre, estiment un accord commercial avec l’Angleterre plus urgent et plus important. Il sera ensuite temps de conclure avec l’Allemagne. Paris ne veut pas froisser Berlin au moment où les exportations allemandes reculent sensiblement. Ce serait une impolitesse politique que de ne pas attendre que le mouvement s’inverse, car cette baisse ne peut être que passagère aux yeux des experts français17. En attendant cette consultation d’ensemble, Berlin marque des points.

  • 18 B. Isaac, op. cit., p. 87.

11Le traité de 1927, devenu si avantageux pour le Reich, est prorogé le 10 mars 1934 jusqu’au 20 mai. Au moment où le protocole SICAP est renouvelé, le contingent français accordé à l’Allemagne pour le deuxième trimestre ne réduit plus les importations allemandes que de 75 millions de francs. Mais Berlin maintient intégralement son contingentement à l’égard de la France. Bien davantage encore, il impose de nouveaux droits : le 13 mars sur les produits agricoles, les tissus, le cuir, le bois. Un conseil spécial est chargé, auprès du Conseil d’Empire, d’examiner toutes les demandes d’importations de produits français. Aucun accord sur le tourisme, si important pour Paris, n’est en vue. « Pour ces raisons techniques »18, le traité de 1927 est encore prorogé à deux reprises jusqu’au 31 juillet 1934. Que souhaitait réellement la France, au regard de ces événements ?

C. LES CLEFS DE L’ATTITUDE FRANÇAISE

  • 19 Compte rendu de la rencontre François-Poncet - von Bülow du 15 janvier 1934. Le compte rendu est t (...)
  • 20 Communiqué du 17 janvier 1934. François-Poncet au quai d’Orsay. AEF B 31515.
  • 21 Paul-Boncour à Laurent-Eynac, le 19 janvier 1934. AEF B 31515.

12Peu de temps avant la dénonciation du traité de 1927, le Quai d’Orsay souhaite un geste d’apaisement à l’égard de l’Allemagne. Dès le 15 janvier François-Poncet se fait l’apôtre de cette volonté auprès de von Bülow. Pour l’ambassadeur de France, il n’est pas raisonnable « de se brouiller pour 20 ou 25 millions de RM » car les conséquences d’un tel geste « dépassent de beaucoup l’importance d’une pareille somme »19. Aux services du Quai d’Orsay, il recommande le 17 janvier « une dénonciation avec ménagement ». Il suggère d’envoyer des instructions aux douanes pour qu’elles accordent des faveurs aux marchandises allemandes20. Le Quai d’Orsay impose cette voie au gouvernement, car le jour même de la dénonciation, des instructions sont données aux postes frontières pour favoriser l’entrée des produits allemands et « ainsi éviter une aggravation du conflit franco-allemand tout en facilitant les négociations »21. Quelles craintes peuvent justifier une telle modération ?

  • 22 Communiqué du 17 janvier 1934, op. cit. AEF B 31515.
  • 23 In Duroselle J.-B., La Décadence, op. cit., p. 94.
  • 24 In Duroselle J.-B., La Décadence, op. cit., p. 94-95.

13La première crainte est politique. Les Affaires étrangères veulent éviter « qu’on jette une suspicion sur nos réelles intentions dans d’autres domaines »22. Le conflit commercial s’ajoute à d’autres litiges dans lesquels la France est souvent isolée, comme dans l’épineuse question du désarmement. Le Royaume-Uni, partisan soit d’une réduction de la puissance militaire française, soit d’un réarmement allemand, souhaite un compromis entre les deux pays sur cette affaire. La France est sur la défensive. Peut-elle prendre la responsabilité d’empêcher ce compromis demandé par le mémorandum britannique du 29 janvier 1934 ? Peut-elle « porter ce coup terrible aux espérances de tous les amis de la paix ? »23 Une note du 31 janvier 1934 précise que la France n’a pas un besoin impérieux de signer une entente sur le désarmement. « Alors il faut monnayer la bonne volonté française », mais en prenant suffisamment de précautions pour ne pas être responsable d’un échec24. Les bonnes dispositions françaises, le langage de la modération de ce début d’année 1934 donnent l’image d’un pays disposé à un accord (ou des accords) pour peu qu’on tienne compte de son besoin de sécurité et de sa situation économique. Paris calme également le jeu par crainte des représailles économiques.

  • 25 Correspondance échangée entre le 16 janvier et le 10 février 1934. AEF B 31515.
  • 26 Lettre de G. Bonnet, ministre des Finances à Paul-Boncour, ministre des Affaires étrangères, 26 ja (...)

14La correspondance entre le Quai d’Orsay, le ministère du Commerce et la Rue de Rivoli exprime pendant la même période une double inquiétude25. La première est celle de voir l’Allemagne dénoncer tous les autres accords qui ont comme base la convention de 1927 : accords SICAP, ententes industrielles, crédits gelés, accords sarrois, arrangements sur le tourisme. La seconde, c’est la peur de voir, en cas d’intransigeance française, Schacht remettre en cause le paiement des emprunts Dawes et Young, « portant ainsi un très grave préjudice à l’épargne française »26. Ces craintes ne sont pas si infondées, car l’Allemagne maintient uniquement l’accord sarrois de 1928, réglant les courants de marchandises entre elle et le territoire sous mandat. Le gouvernement Doumergue, qui se met en place en février 1934, hérite de cette situation et doit poursuivre le marathon commercial engagé pour donner corps à la stratégie définie le 1er septembre 1933.

  • 27 Voir son analyse dans Duroselle, La Décadence, op. cit., p. 97.

15Désarmement, négociations économiques avec le Reich, c’est tout le dossier litigieux franco-allemand que Barthou a à régler. Le débat entre les partisans d’un accord (François-Poncet, A. Léger et les services du Quai d’Orsay) et ses adversaires (Weygand, Tardieu, Doumergue) est tranché. La note du 17 avril 193427 constate que les négociations avec l’Allemagne sont inutiles. La France « doit donc placer au premier plan de ses préoccupations les conditions de sa propre sécurité ». Le refus du désarmement exprimé à cette occasion et sa mise au point ont entraîné les reports successifs de la négociation franco-allemande au moins jusqu’en avril 1934. Ceux-ci sont aussi liés, et peut-être davantage encore, à la situation économique et à deux négociations importantes poursuivies par Paris avec la Belgique en février 1934, puis le Royaume-Uni en mars 1934.

  • 28 Voir E. Bussière, La France, la Belgique, op. cit., p. 430 à 439.
  • 29 Voir E. Bussière, op. cit., p. 435.

16Les accroissements de contingents souhaités par la Belgique font à partir du 9 février 1934 l’objet de discussions28. L’accord élaboré difficilement et signé le 4 août 1934 porte sur des avantages réciproques pour une valeur de 40 millions de francs belges. La peine mise à solutionner cette question témoigne de la difficulté à rendre effectif un système du bloc-or, relancé au printemps 1934. Le projet, élaboré par Stoppani, chef du service économique de la SDN prévoit « l’attribution de contingents supplémentaires négociée par une voie bilatérale entre les pays du bloc-or »29. La relance commerciale attendue à la suite de cette mesure pourrait permettre la reprise économique que de toute manière les politiques protectionnistes empêchent. Le projet resterait en vigueur pendant une année. Puis il conviendrait d’ouvrir le bloc-or à l’Allemagne et surtout au Royaume-Uni. Or sur ces propositions, portées à la connaissance des autorités françaises, pèse l’issue des négociations en cours avec Bruxelles et Londres. Pour la Belgique, seul le marché français peut permettre des exportations supplémentaires. Mais Paris veut les faire dépendre de mesures de réciprocité et des résultats obtenus avec l’Angleterre. L’accord du 17 juin 1934 accorde à Londres la totalité des contingents de référence. La France s’aligne sur le Royaume-Uni en lui accordant la clause de la nation la plus favorisée, celle qu’elle refuse à l’Allemagne et qui condamne le bloc-or car elle empêche de donner des contingents additionnels à la Belgique.

17La fermeté de la note du 17 avril 1934 sur la question du désarmement n’a aucune traduction sur le plan économique. La France est incapable de faire un choix dominant : un pas vers l’Angleterre, un petit pas vers la Belgique et le bloc-or, une attitude conciliante pour ne pas rompre avec l’Allemagne, hésitations qui placent le gouvernement français en position délicate pour des négociations toujours différées. Le renforcement des tendances autarciques du Reich les rendra inévitables.

II. LE RENFORCEMENT DES TENDANCES AUTARCIQUES DE L’ALLEMAGNE

18La prorogation de l’accord de 1927 permet au Reich de poursuivre à moindre frais sa guerre douanière. « Le droit aux représailles économiques » prévu à l’avenant du 28 décembre 1932 est appliqué à deux reprises contre Paris. Le 13 mars 1934 Berlin relève les droits sur les exportations françaises de produits agricoles et textiles. Les mêmes produits auxquels s’ajoute le verre sont à nouveau frappés le 20 juillet 1934. Entre-temps, le 27 mars, le Reich maintient ses contingents du 12 janvier 1934, réduisant les ventes françaises de 160 millions de francs pour le second trimestre 1934. Pourquoi modifierait-il sa politique surtout qu’en janvier 1934 sa balance commerciale est déficitaire pour la première fois depuis le déclenchement de la crise ?

19Le solde passif de 22 millions de RM en janvier atteint 82 millions de RM en avril. Le Reich procède alors à une accentuation de sa politique autarcique.

A. LA POLITIQUE COMMERCIALE DU REICH

20Ne pouvant plus utiliser le créneau des exportations, car les autres pays appliquent des mesures de rétorsion, l’Allemagne utilise le contrôle des importations et une réglementation draconienne des devises pour minimiser l’impact de ses difficultés économiques.

  • 30 B. Isaac, op. cit., p. 8.
  • 31 Voir B. J. Wendt, Grossdeutschland. Aussenpolitik und Kriegsvorbereitung des Hitler-Regimes, Dtv 1 (...)

21Le 22 mars 1934, une loi sur le contrôle des matières premières et des produits finis crée des Offices de contrôle chargés de surveiller l’importation des marchandises. Ils doivent pour chaque produit mentionner le degré de nécessité de l’achat et son utilité. Les premières administrations se chargent de contrôler le coton, la laine, les autres fibres textiles, les métaux non ferreux, les peaux et les pelleteries, produits intéressant au premier chef l’exportation française. Le régime concernant « ces matières premières d’intérêt vital »30 est étendu le 27 juillet 1934 à tous les produits industriels. Pour assurer le fonctionnement des Offices, le Reich, marchandise après marchandise, décrète une prohibition d’achat à l’étranger. Cette politique, qui doit limiter le déficit commercial, poursuit également deux autres objectifs. Les prohibitions ont pour conséquence d’imposer aux industries allemandes le recours aux réserves de matières premières existant sur le sol germanique. Elles permettent la progressive mise en place d’un programme sur les Ersatz (produits de substitution) lancé le 14 décembre 1933 par un accord sur l’essence entre le Reichwirtschaftsministerium et l’IG Farben pour le développement d’un carburant de synthèse31. Une analyse des premiers Offices montre que les pays les plus touchés par ce type de contrôle sont les États-Unis, le Royaume-Uni par ses colonies et la France. Par ce biais l’Allemagne exerce une pression sur les pays qui sont soit les premiers créanciers du Reich (États-Unis, Royaume-Uni), soit les fournisseurs inévitables du Reich pour certaines productions (France). Celui-ci espère ainsi obtenir une réduction des dettes, ou des exportations supplémentaires. Les intérêts des partenaires devaient servir les désirs allemands. Une telle stratégie est déjà en œuvre avec les pays balkaniques et l’Europe orientale. Dès 1933, l’Allemagne avait conclu un accord commercial avec la Hongrie. Le 8 mars 1934 un traité commercial est scellé avec la Pologne. Le 1er mai au tour de la Yougoslavie de se lier au Reich. En échange de débouchés agricoles, Berlin se défausse dans cette zone de ses productions industrielles et se donne les bases d’un « Grosswirtschaftsraum ». Le dispositif commercial est encore renforcé par une stricte législation sur les devises.

B. LE RENFORCEMENT DE LA REGLEMENTATION DES DEVISES32

  • 32 Voir les analyses de B. Isaac, op. cit., p. 89 et suivantes ; Henry Laufenburger, « La vie économi (...)

22Les titulaires d’autorisations générales peuvent depuis mai 1932 régler la moitié de leurs paiements sur les contingents autorisés en devises. Inchangé au cours de l’année 1933, le pourcentage subit des diminutions successives de mars à septembre 1934. Ramené à 45 % en mars, il passe à 35 % en avril et atteint 10 % de la valeur des contingents de base en juin 1934. En septembre, 5 % du paiement seulement pourra se faire en devises. Cette réglementation peu stimulante pour les importations est renforcée par d’autres décisions qui écartent encore davantage le Reich des échanges internationaux. Un décret du 16 février 1934 menace les importateurs tentés par des arrangements privés sur les monnaies de confiscation des valeurs intéressées par leurs opérations. A partir du 1er mai 1934, l’exportation de billets de banque allemands est interdite. Quant aux touristes, ils ne peuvent dorénavant emporter que 50 RM sans autorisation spéciale. Enfin chaque citoyen est obligé de donner à la Reichsbank les créances en marks qu’il a sur l’étranger. Celle-ci peut obliger les exportateurs à hâter la rentrée de leurs avoirs commerciaux. A partir du 25 juin 1934, elle répartit quotidiennement les devises entre les importateurs bénéficiaires d’une autorisation. Son objectif est simple : ne pas laisser sortir plus de devises qu’elle n’en encaisse. Pour ce faire la banque centrale sélectionne les importateurs en fonction de l’utilité de l’achat et de la monnaie dans laquelle est libellée la facture.

23Jointes aux hésitations françaises, les tendances délibérément autarciques de la politique allemande freinent les relations économiques entre les deux pays.

C. UNE REDUCTION FATALE DES ECHANGES ENTRE LES DEUX PAYS

  • 33 Les chiffres proviennent de Pierre Jarry, L’Office franco-allemand des paiements commerciaux, op. (...)

24Les échanges commerciaux entre les deux partenaires poursuivent leur contraction. De 390 millions de francs en moyenne par mois en 1933, ils passent à 370 millions en janvier 1934, puis à 350 en février pour ne plus atteindre que 330 millions en juin 1934. Cette réduction du volume des échanges n’est pas vécue de la même manière de part et d’autre du Rhin. Elle est surtout due à la chute des exportations allemandes. Stabilisées autour de 215 millions de francs jusqu’en avril 1934, elles s’effondrent à partir de mai 1934 pour ne pas dépasser 181 millions de francs en juin. Parallèlement, les exportations françaises suivent une courbe inverse. En baisse légère jusqu’en mai 1934, elles progressent et se stabilisent à 151 millions de francs en juin. Voilà pourquoi à partir du mois de février 1934, le déficit commercial français, qui est alors de 74 millions de francs, baisse jusqu’à 30 millions de francs en juin33. La contraction du commerce liée à la grande incertitude des rapports entre les deux pays et aux politiques suivies, conforte chacun des partenaires dans sa voie. Paris ne cherche pas avec la dernière énergie à modifier cette situation transitoire qui, pour l’instant, rejoint les objectifs fondamentaux de sa politique : réduire le solde commercial défavorable par diminution des importations allemandes et maintien, voire amélioration, des exportations françaises. Depuis mars 1933, la France assure le rapatriement des avoirs bancaires, ce que l’Allemagne a encore confirmé en mars 1934. A-t-elle intérêt à modifier cette situation qui correspond à ses attentes tant qu’un nouveau traité n’est pas en vue ? Ou mieux encore peut-elle obtenir les mêmes avantages d’un nouvel accord ?

  • 34 Pierre Jarry, op. cit., p. 129 et suivantes.

25Berlin est pour sa part également satisfait. La réduction des échanges est obtenue par des mesures liées à l’autarcie souhaitée. L’analyse des exportations françaises durant cette période montre que l’Allemagne achète moins de superflu : soieries, produits de luxe, poteries... Elle diminue ses achats de produits finis, quitte à les fabriquer plus chers chez elle. C’est le cas des ouvrages en métaux, des chaudières. En revanche elle augmente ses achats en France de produits agricoles (semences, céréales et fourrages), mais surtout de matières premières et de produits fabriqués (tissus de coton, automobile)..., réarmement oblige. Comme en même temps, les ventes de produits agricoles allemands à la France diminuent (pommes de terre, fruits secs et frais, produits de l’élevage) et que celles de minerais (à part la houille) s’effondrent de 80 %, force est de constater que les résultats sont encourageants pour l’autarcie34. Cette politique de repli a également des conséquences sur la collaboration industrielle.

  • 35 Laurence Ballande, op. cit., p. 321-322 et p. 5 dans l’introduction de sa thèse.

26Si la crise a relancé la formation des cartels - L. Ballande suggère l’idée d’un âge d’or entre 1932 et 1935 -, il n’en est rien pour ceux qui intéressent la France et l’Allemagne35. En 1932, les deux pays participent, par l’entremise de leurs entreprises, à quatre nouveaux cartels. En mai 1933, entrepreneurs belges, luxembourgeois, allemands et français mettent au point à Liège une Entente Internationale des Feuillards et Bandes à Tubes. Valable pour cinq ans, elle attribue à chaque adhérent un contingent d’exportation. Les ordres sont centralisés en Belgique par un comptoir qui fixe également les prix. Les marchés intérieurs des quatre pays participants sont réservés aux firmes nationales. Le 1er juin 1933, à Luxembourg, est renouvelée l’Entente Internationale de l’Acier. A chaque pays membre (France, Allemagne, Belgique, Luxembourg) est attribué un contingent de vente sur les marchés libres. L’EIA change surtout de dimension avec l’adhésion du Royaume-Uni et de la Pologne en 1935, car elle risque de modifier l’état du marché sidérurgique européen. En juin 1934 une Entente Internationale du fer blanc renaît à Londres. Elle prend la relève d’un ancien cartel dissous en 1931 à cause de la chute de la livre sterling. L’arrangement signé pour trois ans entre des industriels anglais, américains, allemands et français vise lui également à réserver les marchés intérieurs aux nationaux et à attribuer des pourcentages de vente sur les marchés extérieurs. Un bilan est vite esquissé : sur vingt-deux accords de cartels internationaux signés en 1933-1934, trois impliquent conjointement la France et l’Allemagne. La forme même des arrangements, dans la mesure où on prévoit la protection du marché national et où aucune action n’est envisagée en commun sur les marchés libres, témoigne de cette volonté de s’en sortir seul. L’ère de la coopération semble terminée.

27Mais la politique à la petite semaine qui caractérise les relations économiques franco-allemandes depuis janvier 1934 n’est plus possible quand l’Allemagne décide le 9 juin 1934, et unilatéralement, d’un moratoire des transferts pour quinze jours, puis, le 13 juin, d’un moratoire général de six mois à compter du 1er juillet 1934. Le manquement allemand oblige la France, à la suite d’autres États, à demander l’ouverture de négociations pour la mise au point d’un accord qu’on espère cette fois-ci adapté à la réalité de la crise.

Notes

1 D’après copie de la note contenue dans une lettre du Ministère des Affaires étrangères au Ministère du Commerce. Lettre du 19 janvier 1934. AEF B 31515.

2 Dossier de presse constitué à l’occasion de la dénonciation du traité de commerce franco-allemand par le Ministère des Finances. AEF B 31515.

3 Cité par J.-B. Duroselle, La Décadence, op. cit., p. 85.

4 Dossier de presse, op. cit., article de C. J. Gignoux, « Le litige commercial franco-allemand » in L’Information du 18 janvier 1934. AEF B 31515.

5 Le Petit Parisien, 19 janvier 1934. AEF B 31515.

6 Le Temps, 20 janvier 1934. AEF B 31515.

7 B. Isaac, op. cit., p. 87.

8 Dossier de presse, op. cit. AEF B 31515.

9 AEF B 31515.

10 Le protocole de la SICAP est souvent qualifié ainsi par les fonctionnaires français.

11 Conversations entre J. Velay, F. Madinier et le Dr von Wedel. Compte rendu du 2 mars 1934. AEF B 31518 - SICAP.

12 Rapport au ministre. Compte rendu des négociations fait par Moeneclaey, administrateur de la SICAP. Le document date du 7 mars 1934. AEF B 31518 - SICAP.

13 Rapport au ministre du 7 mars 1934, op. cit. AEF B31518 - SICAP.

14 Rapport au ministre du 7 mars 1934, op. cit. AEF B31518 - SICAP.

15 Rapport au ministre du 7 mars 1934, op. cit. AEF B31518 - SICAP.

16 Toutes les citations sont extraites du rapport au ministre du 7 mars 1934, op. cit. AEF B 31518 - SICAP.

17 Entretien Coulondre - Mouvement des Fonds 15 mars 1934. AEF B 31515.

18 B. Isaac, op. cit., p. 87.

19 Compte rendu de la rencontre François-Poncet - von Bülow du 15 janvier 1934. Le compte rendu est transmis le 17 janvier 1934 par le ministre des Affaires étrangères au ministre du Commerce. AEF B 31515.

20 Communiqué du 17 janvier 1934. François-Poncet au quai d’Orsay. AEF B 31515.

21 Paul-Boncour à Laurent-Eynac, le 19 janvier 1934. AEF B 31515.

22 Communiqué du 17 janvier 1934, op. cit. AEF B 31515.

23 In Duroselle J.-B., La Décadence, op. cit., p. 94.

24 In Duroselle J.-B., La Décadence, op. cit., p. 94-95.

25 Correspondance échangée entre le 16 janvier et le 10 février 1934. AEF B 31515.

26 Lettre de G. Bonnet, ministre des Finances à Paul-Boncour, ministre des Affaires étrangères, 26 janvier 1934. AEF B 31515.

27 Voir son analyse dans Duroselle, La Décadence, op. cit., p. 97.

28 Voir E. Bussière, La France, la Belgique, op. cit., p. 430 à 439.

29 Voir E. Bussière, op. cit., p. 435.

30 B. Isaac, op. cit., p. 8.

31 Voir B. J. Wendt, Grossdeutschland. Aussenpolitik und Kriegsvorbereitung des Hitler-Regimes, Dtv 1987, p. 237.

32 Voir les analyses de B. Isaac, op. cit., p. 89 et suivantes ; Henry Laufenburger, « La vie économique en Allemagne », in Revue d’Économie politique, Paris, 1934.

33 Les chiffres proviennent de Pierre Jarry, L’Office franco-allemand des paiements commerciaux, op. cit., p. 115 et suivantes.

34 Pierre Jarry, op. cit., p. 129 et suivantes.

35 Laurence Ballande, op. cit., p. 321-322 et p. 5 dans l’introduction de sa thèse.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540