Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les relations économiques et financières franco-allemandes, 1932-1939

 | 
Sylvain Schirmann

Première partie. Vers le clearing franco-allemand. Des accords de décembre 1932 à l’accord du 28 juillet 1934

Chapitre IV. La dénonciation du traité de commerce franco-allemand de 1927

Texte intégral

1Commencées le 31 octobre 1933, les négociations ressemblent à un dialogue de sourds. Interrompues à plusieurs reprises, elles sont arrêtées à la veille de Noël 1933. Les deux pays, par une application scrupuleuse de leurs stratégies, se condamnent à une dénonciation du traité de 1927. Le pari de pouvoir désormais par une voie propre résoudre ses difficultés, le pari d’imposer au partenaire sa volonté suppose une position tant économique que politique bien affirmée. Est-ce le cas ? Mais la possibilité de remettre de l’ordre dans les rapports tendus entre les deux pays suscite, au lendemain de la dénonciation, de nouveaux espoirs. Chacun mesure-t-il réellement les handicaps à surmonter ?

I. LES NÉGOCIATIONS DE L’AUTOMNE 1933

2L’échange de lettres du 30 septembre 1933, en annonçant l’ouverture prochaine de négociations, clôture momentanément une guerre douanière dont le dernier épisode reste le relèvement par le Reich de certains droits au 1er octobre 1933. La mesure n’est cependant que la réponse aux dispositions françaises d’août 1933. L’amélioration escomptée dépend du déroulement des rencontres où il faut concilier des positions très tranchées.

A. LES ATTENTES

  • 1 Consultations du 20 octobre 1933 au ministère de l’Économie publique PAAA R 105558. Sous la présid (...)
  • 2 Télégramme du 31 octobre 1933. Ulrich, président de la délégation allemande à l’Auswärtiges Amt. P (...)
  • 3 Consultations du 20 octobre 1933, op. cit. PAAA R 105558.

3Fixés lors d’une consultation au ministère de l’Économie publiqueirn1 les objectifs du Reich sont exposés dès l’ouverture des négociations, le 31 octobre 1933, par Ulrich, président de la délégation allemande2. Il s’agit d’éviter la réduction des exportations ou du moins de « maintenir la chute des ventes dans des proportions raisonnables »3. Pour ce faire - Ulrich n’hésite pas à le rappeler - Berlin dispose de certains arguments. D’abord toute initiative contre les exportations allemandes influence de façon négative la situation des devises de la Reichsbank. A terme, une réduction des achats français en Allemagne rendrait impossible le paiement des dettes. Le contingentement pourrait donc déboucher sur un moratoire du Reich. Un solde positif de la balance commerciale est donc indispensable. Le gouvernement allemand se réserve également la possibilité d’utiliser la loi de protection des exportations. Enfin la clause de la nation la plus favorisée, toujours en vigueur entre les deux pays, amène l’Allemagne à demander à la France des mesures de fermeté équivalentes à l’encontre du protectionnisme américain ou du dumping de change anglais. Si Paris prend des dispositions contre Washington et Londres, Berlin ne peut que s’aligner. En attendant, il refuse de faire seul les frais de la politique française. La position allemande est limpide : à la France de prendre l’initiative. L’Allemagne se contentera d’accepter les propositions françaises ou de prendre les mesures de rétorsion voulue par la défense de ses intérêts.

  • 4 Télégramme du 31 octobre 1933, op. cit. PAAA R 105559.
  • 5 Télégramme du 31 octobre 1933, op. cit. PAAA R 105559.

4Les attentes françaises sont bien plus nombreuses. Il s’agit de faire accepter la nouvelle ligne directrice de la politique commerciale française. La France veut réduire l’excédent commercial allemand, tout en laissant au Reich un surplus pour qu’il puisse faire face à ses engagements financiers. A cet effet, Bonnefon-Craponne, directeur des accords commerciaux, souhaite une augmentation des exportations françaises, un accord pour le transfert intégral des intérêts et le renouvellement de l’arrangement sur le tourisme4. Il assure l’Allemagne de la volonté française de maintenir les ententes privées de contingentements et le protocole SICAP. La révision espérée entend conserver les dispositions favorables à Paris. L’Allemagne doit inaugurer cette politique commerciale d’ensemble que les autorités françaises projettent de mettre en place pour le 1er janvier 1934. Paris sait qu’il faut prendre l’initiative de propositions concrètes, mais craint la réplique allemande. Dès la première réunion, Bonnefon-Craponne pose deux questions essentielles : « comment l’Allemagne compte-t-elle utiliser la loi pour la protection de ses exportations ? Quels sont les dégâts que le Reich peut faire à la France en contrepartie des contingents5 ? ». En clair, les avantages que d’autres pays pourraient accorder à la France contre des importations nouvelles seront-ils plus importants que les mesures de rétorsion que Berlin prendra si son exportation est réduite ? Le sentiment d’insécurité prédomine chez les négociateurs français. Ils savent que les possibilités réelles de compromis sont faibles, leurs propositions pouvant à tout moment être contrées par l’Allemagne. Cette atmosphère tendue pèse sur les négociations.

B. LE DEROULEMENT DES NEGOCIATIONS6

  • 6 Le déroulement de la négociation peut être suivi dan le détail grâce aux papiers Ulrich, président (...)
  • 7 Télégramme Ulrich à l’Auswärtiges Amt du 2 novembre 1933 ; PAAA R 105559.
  • 8 Télégramme Ulrich à l’Auswärtiges Amt du 3 novembre 1933 ; PA AA R 105559.

5Les négociations commencent effectivement le 2 novembre 1933. Au souhait français d’un accord sur le transfert intégral des intérêts, l’Allemagne oppose la nécessité d’exportations supplémentaires pour se procurer les devises nécessaires. Ces intérêts, qui se montent aux dires de Bonnefon-Craponne à 1,25 million de francs pour le second semestre 1933, peuvent être couverts par le contingent de 75 % à négocier. La proposition a le don d’irriter Berlin qui réclame les ventes supplémentaires sur un contingent de référence, celui du dernier trimestre 19337. Le lendemain, la délégation française, tout en maintenant ses demandes, tente d’inverser les rôles. Au Reich d’émettre le souhait d’un relèvement de son contingentement fixé à 25 %. Pour obtenir ce surplus, il devra proposer des compensations. A la délégation allemande de fournir des listes de marchandises pour des exportations supplémentaires et d’offrir des avantages correspondants ! Les objectifs du gouvernement français sont simples : l’équilibre des paiements franco-allemands. Il fixe les moyens d’y parvenir : réduction de la totalité des contingents allemands pour une somme de 400 millions de francs. L’Allemagne conserverait donc annuellement un solde commercial actif de 300 millions de francs, suffisant pour faire face à ses engagements financiers. Ulrich, estimant inacceptable le principe de l’équilibre des paiements, interrompt les discussions8.

  • 9 Télégrammes n° 7 et n° 8 à l’Auswärtiges Amt du 6 novembre 1933 ; PAAA R 105559.
  • 10 Télégramme Ulrich à l’Auswärtiges Amt du 8 novembre 1933 ; PAAA R 105559.
  • 11 Télégramme Ulrich à l’Auswärtiges Amt du 10 novembre 1933 ; PAAA R 105559.
  • 12 La décision est communiquée à Bonnefon-Craponne par Ulrich le 10 novembre 1933 lors d’un entretien (...)

6Elles reprennent le 6 novembre 1933 et frôlent l’échec. La France ne veut céder en rien si « elle n’obtient pas une réduction substantielle du solde commercial favorable à l’Allemagne », même s’il faut immédiatement dénoncer le traité de commerce9. En attendant, Bonnefon-Craponne se déclare prêt à fournir à la délégation allemande une liste des propositions de réduction des contingents octroyés au Reich et propose des négociations techniques pour mettre au point un accord de transfert. Le 8 novembre, il remet à Ulrich le document promis l’avant-veille. Pour les produits chimiques et l’appareillage industriel, il n’y aurait pas lieu de réduire les contingents allemands. Pour les appareils de mesure la diminution se monte à 25 %, alors que pour les autres produits industriels et agricoles elle se chiffre à 75 %10. Le 10 novembre, Ulrich signale à Bonnefon-Craponne que « la liste oblige l’Allemagne à utiliser la loi pour la protection des exportations ». Il lui transmet une liste d’exportations françaises appelées à être contingentées. Il s’agit de productions textiles, d’alcools forts, de vins, de bois et des marchandises d’origine coloniale11. L’entente n’étant pas possible, les deux délégations se quittent et les plénipotentiaires allemands rentrent à Berlin le 11 novembre 1933 pour des consultations12.

  • 13 Aufzeichnung vom 30 November 1933. Compte rendu d’une réunion restreinte (Ulrich et Weymann pour l (...)
  • 14 La décision de faire cette double démarche est prise par le Handelspolitischer Ausschuss. (HPA) du (...)
  • 15 Télégramme de Ritter à Ulrich, président de la délégation allemande du 11 décembre 1933. PAAA R 10 (...)
  • 16 Télégramme d’Ulrich à l’Auswärtiges Amt du 14 décembre 1933 ; PAAA R 105559.
  • 17 Télégramme d’Ulrich à l’Auswärtiges Amt du 19 décembre 1933 ; PAAA R 105559.

7Les travaux, repris le 16 novembre, n’avancent guère. Ils sont bloqués par les négociations que Paris mène parallèlement avec la Suisse, le Portugal, l’URSS, et, par l’intransigeance des deux pays. Le 30 novembre, après avoir refusé la revendication française de la réduction du solde commercial allemand de 300 millions de francs, Ulrich exprime à nouveau la nécessité pour la délégation qu’il préside de rentrer à Berlin13. Mais cette fois-ci l’Auswärtiges Amt dépêche son ambassadeur chez Paul-Boncour pour que le Quai d’Orsay exerce une pression sur le ministre du Commerce. L’Office des Affaires étrangères fait la même démarche auprès de François-Poncet à Berlin14. L’Allemagne ne reviendra négocier à Paris que lorsque la situation sera débloquée. Le 8 décembre 1933, à la reprise des entretiens, les deux délégations campent fermement sur leurs positions. A Ulrich, qui veut arrêter une discussion qui ne rime plus à rien, Ritter ordonne « de rester à Paris jusqu’à la Saint-Sylvestre, de tenter toutes les possibilités pratiques pour parvenir à un accord »15. Le président de la délégation allemande fait dès lors preuve d’une ingéniosité vaine pour sauver les négociations. Le 12 décembre, il est prêt à renoncer aux scrips pour certaines exportations et à réduire le solde commercial, à condition d’entamer des négociations sur des contingentements concrets. Il se propose de remettre à Bonnefon-Craponne le lendemain une liste des propositions allemandes16. Celui-ci, le 14 décembre, maintient intégralement la position française. Et lorsque Ulrich, le 19 décembre, vient lui demander ce qu’il propose en contrepartie des propositions listées par les Allemands, il répond : « la dénonciation »17. Le Reich n’a dès lors plus le choix : ou il arrête les négociations ou il accepte les positions françaises. Le 21 décembre 1933, la délégation allemande quitte Paris. L’échec des négociations conduit à la dénonciation du traité de commerce de 1927.

C. LA DENONCIATION DU TRAITE DE COMMERCE DU 17 AOUT 1927

8Devant ce qu’il considère comme un refus allemand d’honorer ses engagements, le gouvernement français proclame qu’il appliquera par décision unilatérale les propositions présentées lors des négociations. Le 1er janvier 1934, Paris réduit les contingents du Reich de 313 millions de francs. De nouvelles dispositions, pour une valeur de 200 millions de francs, laissent entrevoir une réduction de l’exportation allemande vers la France de 500 millions de francs pour l’année à venir.

  • 18 Handelspolitischer Ausschuss (HPA) du 10 janvier 1934 ; PAAA R 105559.
  • 19 Deutsche Allgemeine Zeitung du 23 décembre 1933.

9Le 10 janvier 1934, Berlin met au point les mesures de représailles contre Paris. L’exportation française vers le Reich devrait connaître une diminution de 160 millions de francs. Le Handelspolitischer Ausschuss (HPA) qui a pris cette décision ajoute que « les mesures, malgré les risques d’un conflit avec la France, sont à prendre immédiatement »18. Le 12 janvier, contre l’avis du Reichsfïnanzministerium qui craint cette guerre commerciale, un décret soumet les exportations françaises à un contingentement qui les frappe pour la valeur mentionnée ci-dessus, et ce uniquement pour le premier trimestre 1934. Les journaux allemands se déchaînent contre une France qui pratique « le retour à l’ancien système mercantiliste de la réciprocité pour désavantager l’Allemagne »19.

  • 20 Dans un article de L’Avenir du 19 janvier 1933 intitulé « L’accord commercial franco-allemand est (...)
  • 21 C’est ce qui ressort d’une revue de presse à travers les journaux français du 10 au 30 janvier 193 (...)

10Le Reich s’étant refusé à rapporter son décret comme le souhaitait la France, Paris, à la date d’entrée en vigueur de la mesure allemande le 19 janvier 1934, dénonce le traité de commerce du 17 août 1927. Une période de préavis de trois mois figurant dans l’accord, celui-ci ne deviendra caduc qu’à partir du 20 avril 1934. L’Allemagne, bien évidemment, s’indigne de la note française, car le décret du 12 janvier « s’est efforcé de ne pas aggraver de nouveau le conflit économique franco-allemand »20. En France, en revanche, l’opinion publique se félicite de cet acte qui a permis au pays de retrouver sa liberté21.

  • 22 Le Journal 18 janvier 1933. Article de René Dubreuil « Le duel économique franco-allemand » AEF B (...)

11Les mesures de représailles qui ont conduit à la dénonciation du traité sont à l’image des négociations entamées depuis le communiqué français du 1er septembre 1933. Elles traduisent la fermeté de deux délégations peu disposées aux concessions et préférant parfois « la politique du poing sur la table »22. Elles témoignent également de l’importance profonde de l’enjeu, qui souvent dépasse les simples préoccupations commerciales.

II. LES ENJEUX

12Quels étaient les réels intérêts qui permettent d’appréhender les raisons pour lesquelles Paris a dénoncé l’accord de 1927 ou pourquoi Berlin n’a pas pris l’initiative d’un tel acte alors que ses prises de position lors des négociations devaient logiquement l’y amener ?

A. LES INTERETS ECONOMIQUES

13Le simple bilan des relations économiques franco-allemandes peut difficilement à lui seul expliquer le divorce. Beaucoup plus certainement, une analyse des stratégies économiques globales livre une des clefs majeures de l’événement. Reste à présenter les acteurs qui ont pesé sur ces choix.

1. Le bilan économique franco-allemand23

  • 23 Les chiffres du bilan économique franco-allemand proviennent de deux documents : Balance commercia (...)

14Depuis 1929, la balance commerciale du Reich est positive à l’égard de la France. Mais Paris compense cet état par une situation globale des paiements excédentaire. La crise modifie progressivement les données du problème. Lorsque les négociateurs s’asseoient autour de la table du ministère du Commerce à Paris, ils ne peuvent pas ne pas avoir en tête certains chiffres. Le solde commercial favorable à l’Allemagne pour une valeur de 1,8 milliard de francs en 1932 se réduit et laisse envisager un bilan final pour 1933 de 1,2 milliard de francs. Ce qui est inquiétant pour le Reich c’est le maintien des ventes françaises d’une année sur l’autre (environ 1,7 milliard de francs), pendant que ses exportations se réduisent de 600 millions de francs. Comme le solde avec les colonies françaises est négatif (120 millions de francs), Berlin veut mettre fin à une situation inquiétante. Quant à Paris, l’importance de son déficit commercial lui pose problème et sa balance des comptes se dégrade. En 1933, la France a encore un solde positif de 780 millions de francs provenant essentiellement des rapatriements SICAP, des intérêts des prêts bancaires et des revenus des valeurs mobilières. La balance des invisibles dégage un surplus de 170 millions, dont 90 liés aux recettes de l’accord sur le tourisme. Le déficit global de la France est patent : 370 millions de francs. Le service des emprunts Dawes (19 millions de francs par an) et celui des emprunts Young (163 millions de francs par an) déduits, il reste au Reich 200 millions de francs environ qui pourraient honorer les autres créances françaises sur l’Allemagne estimées à 600 millions de francs. Paris n’est guère disposé à laisser perdurer cette situation et ce d’autant plus que la conjoncture française est mauvaise.

2. Les enjeux français24

  • 24 Les chiffres sont empruntés à deux ouvrages : J.B. Duroselle, La décadence, op. cit., ch. II p. 55 (...)

15Les constats dressés ci-dessus s’appliquent également à la position française dans le monde. Le commerce extérieur recule. Les échanges, estimés à 73 milliards de francs en 1931, passent à 47 milliards en 1933. Les exportations et les importations s’effondrent, mais le déficit commercial reste le même : 10,2 milliards de francs en 1932, 10 milliards en 1933. La balance des paiements accuse elle aussi des résultats négatifs : 2,9 milliards de francs pour 1933. La puissance financière de la France est sérieusement entamée. Cela est d’autant plus cruellement ressenti que la conjoncture, après la reprise de 1932, se renverse au milieu de l’année 1933. De juin 1933 à la fin de l’année, l’indice de la production industrielle baisse de douze points et le chômage augmente. La crise larvée s’installe durablement. Si sur le plan intérieur le gouvernement français s’en remet à une politique de déflation classique, sur le plan extérieur, il compte sur trois piliers traditionnels : l’or, Méline et l’Empire.

16Fortement attachés à l’étalon-or, refusant le contrôle des changes, les pouvoirs publics souhaitent, depuis la Conférence économique de Londres, que les pays qui partagent la même conception se serrent les coudes. Cette obstination renchérit les marchandises françaises qui ont de plus en plus de mal à s’imposer sur les marchés extérieurs. Pour éviter l’accentuation de la crise, une politique protectionniste généralisant le « donnant-donnant » est élaborée le 1er septembre 1933 et le commerce orienté davantage vers l’Empire colonial. Telles sont les mesures qu’il faut faire accepter à l’Allemagne.

  • 25 Le rapport intitulé « La défense des porteurs français de valeurs allemandes » a été envoyé à la d (...)
  • 26 Rapport du 18 mai 1933, op. cit. AEF B 31513.
  • 27 Louis Vincelles, « Les traités qui nous ruinent » dans le journal L’homme libre du 17 mars 1933. A (...)
  • 28 Louis Vincelles, op. cit. AEF B 31513. La revue de presse permet de suivre toute ces pressions pro (...)

17Les milieux protectionnistes, en effet, se déchaînent contre un Reich auquel la France laisse un excédent commercial suffisant pour payer sa dette, un Reich marâtre. L’Association des porteurs français de valeurs allemandes, dans un rapport du 18 mai 1933, souligne que « la France retire un demi-milliard de revenus d’Allemagne, alors qu’elle lui donne 1,5 milliard de revenus par l’excédent du commerce » et pose la question essentielle : « nous appartient-il encore de jouer ce rôle de dupes25 ? » Elle propose une solution de force : un prélèvement douanier de 75 % sur toutes les importations allemandes autres que celles prévues par les accords SICAP. Ce prélèvement pourrait être remboursé au vendeur allemand « au moyen des marks provenant de nos coupons non transférés26. » Les médias se font l’écho de la pression exercée par les groupements économiques et relayée par les parlementaires. Les relations commerciales avec l’Allemagne, peut-on lire dans certains journaux, représentent « un désastre pour l’économie nationale », car tous les ans « ce traité (1927) nous fait payer un tribut de deux milliards au Reich27 ». Les voix du monde agricole, qui dénoncent le contingentement que le Reich impose, et celles du monde industriel, qui souhaitent se protéger de la concurrence allemande, exhortent le ministre du commerce « à redresser les colossales erreurs commises contre notre pays depuis 1927 et tout dernièrement encore28 ». Face à cette levée de boucliers, le gouvernement, et surtout le ministère du Commerce, n’avaient pas d’autre choix que d’en arriver au communiqué du 1er septembre 1933. Les pouvoirs publics avaient également conscience que les négociations avec l’Allemagne étaient la pierre angulaire de toute la réorientation envisagée. Vu la place prise par le Reich dans le commerce extérieur français - un dixième du déficit commercial de la France provient de ses échanges avec l’Allemagne - le succès de la négociation avec Berlin aurait probablement eu un très grand impact sur toutes celles que Paris menait parallèlement.

  • 29 C’est ainsi qu’Ulrich qualifie l’accord franco-danois du 8 novembre 1933. Télégramme du 8 novembre (...)

18La France, en effet, est engagée dans une redéfinition d’ensemble de ses rapports économiques avec le reste du monde. En novembre 1933, des négociations souvent incertaines monopolisent toute l’énergie du ministère du Commerce. Le 3 novembre, un accord transitoire est signé avec l’Espagne. Le 8 novembre, un troc « rails de chemin de fer contre beurre » scelle un traité franco-danois29.

19Le 21 novembre des pourparlers s’engagent avec Berne et doivent déboucher sur un nouveau statut commercial. Mais les difficultés survenues lors des discussions amènent les deux pays à prolonger le régime existant jusqu’au 1er février 1934. Le 27 novembre, c’est au tour du Portugal de négocier avec Paris, suivi par l’URSS, avec laquelle, après un accord provisoire, les négociations avaient été interrompues. Au Royaume-Uni, la France propose l’échange de la politique de contingentement contre la suppression de la surtaxe de change. Avec la Pologne, en décembre 1933, la partie n’est guère aisée. D’autres discussions - avec les pays du bloc-or et la Belgique surtout - s’enlisent. La France a ainsi pris la responsabilité d’un marathon commercial pour lequel elle est peu armée car, au lieu de mener le jeu, les négociateurs sont trop liés par les répercussions qu’ont entre eux ces différents pourparlers. L’incertitude des négociations franco-allemandes pèse sur toutes ces discussions. Ne pouvant rien obtenir par ce biais et sous la pression d’une opinion publique acquise à la cause protectionniste, les autorités françaises sont poussées à la dénonciation. Mais peuvent-elles espérer que l’Allemagne renonce à défendre ses intérêts ?

3. Les intérêts allemands

  • 30 Les chiffres concernant l’économie allemande sont empruntés à Avraham Barkai, Das Wirtschaftssyste (...)

20Le Reich n’est pas disposé à modifier ses rapports économiques avec la France. Si les chiffres permettent de comprendre la volonté allemande30, la vaste restructuration en cours depuis janvier explique également la détermination de Berlin, car les effets de cette politique ne doivent pas être entravés par les négociations avec Paris.

21L’exportation allemande est en constant recul : de 13,7 milliards de RM en 1929 elle tombe à 5,7 milliards à la fin de 1932, puis à 4,8 milliards en 1933. Les importations suivent la même courbe descendante : 13,5 milliards en 1929, 4,7 milliards en 1932 et enfin 4,2 milliards en 1933. L’excédent de 1 milliard de RM en 1932, n’est plus que de 600 millions en 1933. Le déficit des paiements atteignant 447 millions de RM en 1933 contre 256 millions en 1932. La situation des réserves de la Reichsbank est préoccupante : 400 millions de marks de réserves en or et devises à la fin de l’année 1933 contre 918 millions en décembre 1932. Or Hitler avait promis de mettre fin à la situation de crise au moment où il prend le pouvoir.

  • 31 L’Allemagne propose ce type d’accord à la France ; PAAA R 105559.
  • 32 Voir Schroder H. J., « Deutsche Süidosteuropapolitik », op. cit., chapitre I, p. 5.

22Le nouveau programme économique marqué par un renforcement de l’autarcie prévoit d’atteindre assez rapidement l’autosuffisance alimentaire. Cela suppose qu’on freine les importations agricoles par un relèvement des droits et stimule la production par des mesures d’encouragement. Les programmes Reinhardt (juin et septembre 1933), qui visent à combattre le chômage par les travaux publics et le réarmement, supposent l’importation de matières premières dont l’Allemagne est dépourvue. La nécessité vitale de ces achats est problématique pour un Reich dont les réserves en devises s’amenuisent. La solution pour l’Allemagne consiste en une triple action : vendre, renforcer le contrôle des changes et réorienter le commerce extérieur. Vendre par un dumping organisé qui utilise les représailles économiques. Contrôler les changes en créant toute une panoplie de monnaies en non-circulation capables d’exercer une pression sur le partenaire. Réorienter le commerce en souhaitant un système fondé sur une réciprocité avantageuse pour l’Allemagne. L’accord germano-hollandais de décembre 1933 montre la voie31 : un solde commercial très positif pour l’Allemagne obtenu par la vente de produits industriels. Cet actif doit permettre à l’Allemagne l’achat de matières premières et de quelques produits finis dans l’Empire colonial néerlandais et le remboursement des intérêts dus. Le système de la complémentarité déplace également le commerce allemand vers les pays de l’Europe orientale et balkanique32.

  • 33 In Avraham Barkai, op. cit. p. 164.

23Ces orientations sont la conséquence d’un arbitrage rendu par Hitler le 23 mars 1933. Le 23 février, les grandes organisations industrielles souhaitent que le Reich relâche la muraille protectionniste pour stimuler davantage l’exportation allemande qui emploie trois millions de personnes. Face à elles, les confédérations agricoles exigent un renforcement des droits de douane et du contingentement. Elles demandent l’abandon d’un commerce trop ouvert sur le marché mondial33. Le 23 mars, en annonçant les mesures d’aide à l’agriculture et les nouveaux droits sur les importations agricoles, Hitler tranche au profit du monde paysan. C’est le départ d’une expérience d’économie dirigée qui doit, à travers les programmes Reinhardt, à travers le soutien sans réserve à l’agriculture, puis à travers le réarmement, faire de l’Allemagne la puissance européenne dominante. Il faut encore faire accepter cette politique à ceux qui n’y voient pas d’intérêt.

  • 34 Voir l’analyse faite par Avraham Barkai, op. cit. p. 103 et suivante.
  • 35 In Avraham Barkai, op. cit. p. 164.

24La loi du 23 mars 1933, par laquelle Hitler arbitre le conflit entre industriels et agriculteurs, fournit le fondement d’une réorganisation de l’économie, dorénavant subordonnée au primat du politique. A partir de l’été 1933, la prise en mains est sensible. Les responsables économiques du Reich, issus de la droite traditionnelle, sont soit épaulés par des nationaux-socialistes, soit remplacés. Hugenberg, en juin 33, est remplacé par K. Schmitt à l’Économie et W. Darré à l’Agriculture. Schwerin von Krosigk aux Finances est secondé par le nazi Reinhardt, qui occupe le poste de secrétaire d’État34. Le 14 juillet 1933, le régime du parti unique est installé. Dès lors l’organisation économique est subordonnée aux volontés politiques. Les principales organisations industrielles et commerciales sont transformées en Offices d’Empire, dont le plus important reste l’Office de ravitaillement du Reich, créé en septembre 1933 et chargé de contrôler les importations agricoles. Le même mois, attaquée dès juillet 1933 par une loi qui permet à l’État de mettre en place des cartels en fonction de ses besoins, puis intéressée par Schacht à l’économie du réarmement en août 1933, la grande industrie reconnaît « le primat de la politique35 ». Le 7 décembre enfin, toutes les organisations professionnelles se dissolvent dans un Deutscher Arbeiter Front (DAF). L’économie dirigée peut dorénavant fonctionner et les bons résultats obtenus en 1933 permettent de penser que la voie choisie est de loin la meilleure.

  • 36 Un rapport de la Reichskreditgesellschaft-Aktiengesellschaft Berlin intitulé La situation économiq (...)
  • 37 Avraham Barkai, op. cit. p. 232.
  • 38 Compte rendu de la H.P. A. du 28 novembre. 1933 télégraphié le 29 novembre 1933 par Ritter à Ulric (...)

25À la différence de la France, les résultats allemands sont encourageants36. La production s’accroît de 12 % pour les biens de consommation, mais surtout de 32 % pour les biens de production : signe d’une reprise des investissements et surtout de l’efficacité des programmes Reinhardt qui mobilisent 5,5 milliards de RM. La production agricole dépasse très largement celle de 1932 (de 12 %). Elle laisse envisager pour la première fois la suffisance alimentaire du Reich et incite les pouvoirs publics à continuer la politique agraire fixée. Le chômage recule : 6 millions de chômeurs en décembre 1932 ; 3,8 millions en novembre 1933. Ces succès sont dus à un programme de travaux publics financés par un déficit budgétaire, entraînant une réorientation du commerce extérieur. Ce programme nécessite davantage d’importations de matières premières, dont la part passe de 27,3 % des importations en 1932 à 32,5 % en 193337. Cela place l’Allemagne, si elle ne veut pas sacrifier le peu de devises qu’elle possède, dans l’obligation de vendre et de garder un solde positif des paiements dès qu’elle le peut. Le solde positif à l’égard de Paris doit, dans un tel contexte, être maintenu coûte que coûte. A la réunion du Handelspolitischer Ausschuss du 28 novembre 193338, les fonctionnaires allemands imposent aux industriels conviés l’engagement de maintenir les ventes en France et le renoncement aux ententes privées. Or les organisations économiques intéressées par l’exportation en France avaient auparavant admis le principe d’une restriction des ventes allemandes en France. Elles souhaitaient même la fixation d’un contingent global que les exportateurs allemands se répartiraient ensuite. Cela, les autorités du Reich n’en veulent pas. Elles désirent, à travers des discussions sur les contingents particuliers, réduire les velléités françaises et empêcher la contraction du solde commercial allemand.

26Pour l’Allemagne il n’était alors ni question de céder aux désirs français, ni de suivre ceux de ses exportateurs car une réorientation du commerce extérieur dans le sens souhaité par Paris aurait remis en cause les priorités allemandes et servi de moyens de pressions à d’autres pays en négociations avec Berlin. L’insistance exprimée par le Reich de ne pas dénoncer le traité de commerce franco-allemand de 1927 ne se comprend en revanche que par rapport au contexte diplomatique.

B. LES ENJEUX DIPLOMATIQUES

  • 39 Charles Bloch, Le IIIe Reich et le monde, Paris 1986, p. 92 et suivantes : l’auteur analyse le mém (...)
  • 40 Charles Bloch, op. cit., p. 121.

27L’arrivée au pouvoir d’Hitler pouvait laisser craindre des attitudes menaçantes de la France. En réalité, elle divise les responsables politiques. Les uns (Daladier, François-Poncet) restent partisans d’une entente malgré tout, alors que d’autres (Paul-Boncour, Léger) souhaitent n’agir qu’en concertation avec l’Angleterre. Dès mars 1933, un mémorandum de von Bulow fixe les grands objectifs de la politique extérieure du Reich39. Le but reste la révision intégrale du traité de Versailles. Mais comme l’Allemagne est exposée au danger d’une guerre préventive, une extrême prudence s’impose et Berlin doit utiliser ses atouts : son potentiel économique, sa capacité de travail et son endettement. Les dettes restent le meilleur moyen pour intéresser les puissances étrangères à la stabilité allemande et au soutien de certaines revendications. Pour lever les craintes, Hitler, le 17 mai 1933 au Reichstag, s’engage à ne vouloir réviser Versailles que par des voies pacifiques et propose des pactes de non-agression à tous les voisins de l’Allemagne. Impressionnée par ce discours, l’Angleterre conseille à la France la modération et entraîne Paris à parapher le Pacte à Quatre le 7 juin 1933. Hitler était admis officiellement parmi les grands. Le 20 juillet 1933, le Concordat avec le Vatican lui permet de diviser « le front de l’opposition morale dans le monde contre son régime40 ». Reconnu diplomatiquement, peu menacé par une hypothétique guerre préventive et ayant établi le 14 juillet 1933 le régime du parti unique, Hitler peut dans des conditions plutôt favorables commencer les négociations sur le désarmement.

  • 41 Charles Bloch, op. cit., p. 112.
  • 42 PAAA R 105558.
  • 43 Décision du 6 septembre 1933. PAAA R 105558.
  • 44 Cf. Télégramme de Ritter à Koehler du 26 septembre 1933. PAAA R 105558.
  • 45 Paul Elbel, « Faut-il dénoncer l’accord de commerce franco-allemand ? dans Agence Economique, 19 o (...)

28Le 11 décembre 1932, l’Allemagne avait obtenu l’égalité des droits. Mais les négociations sur le désarmement s’enlisaient. Au « plan constructif » français repoussé en février 1933, succède une proposition Mac Donald, favorable à l’Allemagne puisqu’elle permet l’acquisition d’armes interdites et une armée de 200 000 hommes. Acceptée par Hitler, le 17 mai 1933, comme base de futures négociations, elle suscite l’inquiétude française, car elle ne tient pas compte de la militarisation d’un million de SA. En septembre, au moment où s’établissent les premiers contacts économiques, de Brinon est chargé par Daladier d’une mission auprès du Chancelier du Reich41. Pendant leur entretien, ils imaginent une rencontre Daladier-Hitler au cours de laquelle le Président du Conseil consentirait à reconnaître le réarmement allemand. Craignant les réactions de son opinion publique et de Paul-Boncour, Daladier ne donne pas suite au projet. Mais Hitler a dorénavant bien conscience des divergences au sein du cabinet français. Pendant toute cette période (septembre-début octobre 1933), l’attitude allemande est marquée du sceau de la conciliation qui se retrouve dans les approches commerciales. Tout en rappelant sa position, le Reich ne veut ni dénoncer le traité, ni en tirer prétexte pour refuser les nouveaux contingents français. Tout ce qu’il souhaite, c’est de pouvoir les négocier. Bien plus, il est disposé à adhérer au bloc-or42. Pendant que ce discours est tenu aux responsables français, les autorités allemandes préparent la loi sur la protection des exportations destinée surtout à contrecarrer la France43. Ce discours d’apaisement répond surtout à « des raisons politiques44 ». Il va à la rencontre des déclarations des responsables français qui pensent que « la dénonciation créerait des éléments de perturbation supplémentaires en Europe45 ». Il s’inscrit dans la Conférence sur le désarmement et notamment dans la perspective du compromis de Paris (22 septembre 1933) élaboré par les États Unis, le Royaume-Uni et la France. Celui-ci prévoit une commission de contrôle permanent sur le désarmement, une période probatoire de 4 ans et la possibilité ensuite pour l’Allemagne de réarmer afin d’atteindre l’égalité effective. Lorsque ce plan est annoncé le 14 octobre à Genève, Hitler, refusant la période probatoire de 4 ans, quitte la Conférence sur le désarmement et la SDN, conformément à une décision prise au Conseil des ministres du 12 mai 1933. La stratégie allemande est claire : jouer l’apaisement y compris dans les relations économiques pour ensuite mettre en lumière « les intransigeances » françaises qui condamnent l’Allemagne à quitter la SDN.

  • 46 PAAA R 105559. Télégramme Ulrich-Ritter du 31 octobre 1933. Le document présente le climat tendu d (...)
  • 47 C’est ce qui ressort d’une revue de presse française effectuée le 15 novembre 1933 par Wolffs Tele (...)
  • 48 Télégramme von Bulow à l’Ambassade à Paris, 4 décembre 1933. PAAA R 105559.
  • 49 Aktenvermerk - Rencontre François-Poncet-Benzler le 23 décembre 1933. PAAA R 105559.

29La décision du 14 octobre, ratifiée par un référendum le 12 novembre, rend d’emblée les négociations économiques plus difficiles, car à la position conciliante de septembre fait place une attitude allemande plus dure46. Le Reich ne veut dorénavant pas rogner ses avantages économiques. Sa position, l’impact du référendum allemand sur l’opinion française (92 % d’Allemands approuvent l’acte d’Hitler) provoquent un débat en France : ne faut-il pas se montrer moins intransigeants dans nos demandes commerciales et prendre l’initiative d’une relance franco-allemande47 ? Le Reich y est également intéressé, car la démarche effectuée début décembre 1933, à un moment où les négociations commerciales sont bloquées, auprès de François-Poncet et du Quai d’Orsay a pour but de se servir des cartes acquises à ce rapprochement. Et de se procurer des avantages commerciaux et financiers48 ! Mais « les ministères économiques » et le ministère des Finances, avec l’appui des groupements économiques et du Parlement, préoccupés par la conjoncture, imposent au Quai d’Orsay une « politique contre laquelle il ne peut rien faire49 ».

  • 50 Cf op. cit. PAAA R 105559.

30C’est dans le but d’affaiblir la France que le Reich tente de l’isoler et de lui faire porter la responsabilité de la dénonciation du traité de commerce de 1927, comme celle de l’échec de la Conférence sur le désarmement. Voilà pourquoi Ritter ordonne à Ulrich de tout tenter jusqu’à la Saint-Sylvestre50, car il s’agit de rendre crédibles les offres allemandes, transmises par l’ambassadeur britannique Philipps en décembre 1933. Elles consistent en un réarmement limité accompagné de pactes de non-agression. En refusant ces propositions le 1er janvier 1934, premier jour de la nouvelle politique commerciale française, Paul-Boncour isole Paris de Londres et de Rome. Il renforce Berlin. Les négociations économiques apparaissent ainsi comme un moyen de renforcer l’isolement français en permettant à Hitler de dénoncer « l’égoïsme sacré » français. Paris refuse à l’Allemagne les armements auxquels elle a droit ! Paris, en ne concédant pas certains avantages économiques, veut la banqueroute allemande.

  • 51 Serruys, Excelsior, 3 octobre 1933, « Le traité de commerce franco-allemand de 1927 ».
  • 52 Revue de presse, op. cit. en note 22, chapitre IV. AEF B 31513.

31L’Allemagne avait donc intérêt à pousser la France à dénoncer un traité qui n’était de toute façon « plus qu’une duperie »51. Disposés à protéger en priorité l’économie, les ministères techniques et les organisations professionnelles ont choisi la dénonciation, un moyen qui permettait à la France de retrouver sa liberté et qui allait dans le sens des souhaits de l’opinion publique. Il comportait des inconvénients politiques : la dénonciation isolait et affaiblissait diplomatiquement la France. La liberté retrouvée laissait entrevoir des initiatives pour mettre fin à ce handicap52. Mais Paris a-t-il en ce début d’année 1934 les mêmes atouts que Berlin ?

Notes

1 Consultations du 20 octobre 1933 au ministère de l’Économie publique PAAA R 105558. Sous la présidence de Waldeck, les représentants du ministère de l’Économie, de la Reichsbank et des Affaires étrangères arrêtent les revendications allemandes pour les négociations à venir.

2 Télégramme du 31 octobre 1933. Ulrich, président de la délégation allemande à l’Auswärtiges Amt. PAAA R 105559.

3 Consultations du 20 octobre 1933, op. cit. PAAA R 105558.

4 Télégramme du 31 octobre 1933, op. cit. PAAA R 105559.

5 Télégramme du 31 octobre 1933, op. cit. PAAA R 105559.

6 Le déroulement de la négociation peut être suivi dan le détail grâce aux papiers Ulrich, président de la délégations allemande. PAAA Dossier R 105558 et R 105559. Handaktensammlung - Nachtrag Akten 45/5 betreffend Frankreich Ulrich ; R. 105558 1er septembre 1933-31 octobre 1933 ; R. 105559 1er novembre 1933-10 janvier 1934.

7 Télégramme Ulrich à l’Auswärtiges Amt du 2 novembre 1933 ; PAAA R 105559.

8 Télégramme Ulrich à l’Auswärtiges Amt du 3 novembre 1933 ; PA AA R 105559.

9 Télégrammes n° 7 et n° 8 à l’Auswärtiges Amt du 6 novembre 1933 ; PAAA R 105559.

10 Télégramme Ulrich à l’Auswärtiges Amt du 8 novembre 1933 ; PAAA R 105559.

11 Télégramme Ulrich à l’Auswärtiges Amt du 10 novembre 1933 ; PAAA R 105559.

12 La décision est communiquée à Bonnefon-Craponne par Ulrich le 10 novembre 1933 lors d’un entretien particulier. PAAA R 105559

13 Aufzeichnung vom 30 November 1933. Compte rendu d’une réunion restreinte (Ulrich et Weymann pour l’Allemagne ; Bonnefon-Craponne, Lefeuvre, Gazel pour la France ; PAAA R 105559.

14 La décision de faire cette double démarche est prise par le Handelspolitischer Ausschuss. (HPA) du 28 novembre 1933. Le HPA regroupe les responsables des ministères concernés par les négociations économiques et financières. Elle est faite le 4 décembre 1933 chez François-Poncet à Berlin. PAAA R 105559.

15 Télégramme de Ritter à Ulrich, président de la délégation allemande du 11 décembre 1933. PAAA R 105559.

16 Télégramme d’Ulrich à l’Auswärtiges Amt du 14 décembre 1933 ; PAAA R 105559.

17 Télégramme d’Ulrich à l’Auswärtiges Amt du 19 décembre 1933 ; PAAA R 105559.

18 Handelspolitischer Ausschuss (HPA) du 10 janvier 1934 ; PAAA R 105559.

19 Deutsche Allgemeine Zeitung du 23 décembre 1933.

20 Dans un article de L’Avenir du 19 janvier 1933 intitulé « L’accord commercial franco-allemand est dénoncé », le correspondant présente une revue de presse allemande sur les relations économiques franco-allemandes. La phrase citée est dans le Völkischer Beobachter du 18 janvier 1934.

21 C’est ce qui ressort d’une revue de presse à travers les journaux français du 10 au 30 janvier 1934 déposés aux AEF B 31513.

22 Le Journal 18 janvier 1933. Article de René Dubreuil « Le duel économique franco-allemand » AEF B 31513.

23 Les chiffres du bilan économique franco-allemand proviennent de deux documents : Balance commerciale de la France et de ses colonies avec l’Allemagne 1932-1933 ; Balance des comptes franco-allemands 1933 et des quatre premiers mois de 1934. Les documents établis par le Mouvement Général des Fonds ont servi pour préparer les négociations de juin-juillet 1934. AEF B 31470.

24 Les chiffres sont empruntés à deux ouvrages : J.B. Duroselle, La décadence, op. cit., ch. II p. 55 et suivantes et ch. VII, p. 211 et suivantes ; A. Sauvy, Histoire économique de la France, op. cit., tome II.

25 Le rapport intitulé « La défense des porteurs français de valeurs allemandes » a été envoyé à la direction générale du Mouvement des fonds. AEF B 31513.

26 Rapport du 18 mai 1933, op. cit. AEF B 31513.

27 Louis Vincelles, « Les traités qui nous ruinent » dans le journal L’homme libre du 17 mars 1933. AEF B 31513.

28 Louis Vincelles, op. cit. AEF B 31513. La revue de presse permet de suivre toute ces pressions protectionnistes qui s’exercent sur les pouvoirs publics.

29 C’est ainsi qu’Ulrich qualifie l’accord franco-danois du 8 novembre 1933. Télégramme du 8 novembre 1933 à l’Auswärtiges Amt. PAAA R 105559.

30 Les chiffres concernant l’économie allemande sont empruntés à Avraham Barkai, Das Wirtschaftssystem des Nationalsozialismus, Frankfurt am Main, 1988, p. 232 et suivantes.

31 L’Allemagne propose ce type d’accord à la France ; PAAA R 105559.

32 Voir Schroder H. J., « Deutsche Süidosteuropapolitik », op. cit., chapitre I, p. 5.

33 In Avraham Barkai, op. cit. p. 164.

34 Voir l’analyse faite par Avraham Barkai, op. cit. p. 103 et suivante.

35 In Avraham Barkai, op. cit. p. 164.

36 Un rapport de la Reichskreditgesellschaft-Aktiengesellschaft Berlin intitulé La situation économique de l’Allemagne à la fin de 1933 recense secteur par secteur les résultats économiques de l’Allemagne et conclut à l’inévitable redressement. Un exemplaire de ce rapport se trouve : AEF B 31513.

37 Avraham Barkai, op. cit. p. 232.

38 Compte rendu de la H.P. A. du 28 novembre. 1933 télégraphié le 29 novembre 1933 par Ritter à Ulrich à Paris. PAAA R 105 559.

39 Charles Bloch, Le IIIe Reich et le monde, Paris 1986, p. 92 et suivantes : l’auteur analyse le mémorandum von Bülow du 13 mars 1933.

40 Charles Bloch, op. cit., p. 121.

41 Charles Bloch, op. cit., p. 112.

42 PAAA R 105558.

43 Décision du 6 septembre 1933. PAAA R 105558.

44 Cf. Télégramme de Ritter à Koehler du 26 septembre 1933. PAAA R 105558.

45 Paul Elbel, « Faut-il dénoncer l’accord de commerce franco-allemand ? dans Agence Economique, 19 octobre 1933.

46 PAAA R 105559. Télégramme Ulrich-Ritter du 31 octobre 1933. Le document présente le climat tendu des négociations.

47 C’est ce qui ressort d’une revue de presse française effectuée le 15 novembre 1933 par Wolffs Telegra- phisches Buro. PAAA R 105559.

48 Télégramme von Bulow à l’Ambassade à Paris, 4 décembre 1933. PAAA R 105559.

49 Aktenvermerk - Rencontre François-Poncet-Benzler le 23 décembre 1933. PAAA R 105559.

50 Cf op. cit. PAAA R 105559.

51 Serruys, Excelsior, 3 octobre 1933, « Le traité de commerce franco-allemand de 1927 ».

52 Revue de presse, op. cit. en note 22, chapitre IV. AEF B 31513.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540