Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les relations économiques et financières franco-allemandes, 1932-1939

 | 
Sylvain Schirmann

Première partie. Vers le clearing franco-allemand. Des accords de décembre 1932 à l’accord du 28 juillet 1934

Chapitre III. 1933 : L’escalade de la tension au lendemain de l’accession d’Hitler au pouvoir

Texte intégral

1L’arrivée d’Hitler à la tête du Reich en janvier 1933 n’a pas entraîné d’emblée une modification des relations économiques et financières entre la France et l’Allemagne. À la suite des accords signés en décembre 1932, le temps semble à l’éclaircie car les deux puissances règlent par une série d’accommodations les questions en suspens. Mais le cours nouveau de la politique commerciale allemande, l’échec de la Conférence économique de Londres sonnent le glas d’une coopération franco-allemande qu’empêche bien davantage encore la politique financière de Schacht, nouveau maître de la Reichsbank depuis mars 1933. À partir de l’été 1933, Paris et Berlin s’orientent vers la rupture.

I. LA RELATIVE ACCALMIE (JANVIER-MAI 1933)

  • 1 Cf. P. Reynaud, « Les relations commerciales... », op. cit., p. 228.

2Les accords de décembre 1932 doivent permettre aux deux pays de repartir sur de nouvelles bases. Ils laissent entrevoir de meilleures affaires et ce d’autant plus que, dans la question des réparations comme dans celle du désarmement, l’Allemagne vient d’obtenir gain de cause. Cette « détente »1 a des effets bénéfiques pour les premiers mois d’application des règlements signés en décembre 1932. Elle facilite la solution du problème des avoirs français gelés en Allemagne, même après l’arrivée d’Hitler à la chancellerie.

A. L’ACCORD SUR LE TOURISME (31 DECEMBRE 1932)

  • 2 Lettre du 23 janvier 1933. Le ministre des Affaires étrangères au ministre des Finances. Ce courri (...)

3Dès janvier et février 1933, l’accord sur le tourisme est l’objet d’accommodements. Son article 5 stipule que les deux gouvernements se rencontreront pour discuter des modalités d’application pratique du dispositif2.

  • 3 Accord sur le tourisme avec l’Allemagne. Modalités d’application prévues à l’article 5 de cet acco (...)

4Fin janvier 1933, les deux pays conviennent que les touristes allemands sont obligés d’utiliser les marks mis à leur disposition en billets de chemin de fer, coupons d’hôtels... Les agences françaises établies en Allemagne sont habilitées à délivrer ces bons, tout comme les offices germaniques. Un échange de lettres du 8 février 1933 revient sur ces dispositions et règle définitivement la question des flux touristiques3.

5Le Mitteleuropaïsches Reiseburo (MER) est autorisé à remettre à tous les Allemands qui désirent faire un voyage en France des lettres de crédit et des coupons d’hôtel pour une valeur maximale de 500 RM par personne. Le MER n’a pas besoin de l’autorisation de l’Office des devises. Les lettres de crédit doivent satisfaire aux conditions suivantes : n’être tirées que sur les correspondants du MER en France et servir exclusivement au paiement du séjour. Enfin les moyens de paiement non utilisés reviennent à la Reichsbank. L’accord donne satisfaction à la France qui cherche à le renouveler dès la fin de l’année 1933.

6Les handicaps dont souffre le nouvel accord des paiements (24 décembre 1932) sont eux aussi remis sur le tapis dès le début de l’année 1933.

B. DE L’ABANDON DE LA COMPENSATION A UN NOUVEAU REGIME BANCAIRE

  • 4 Bernard Isaac, Les accords franco-allemands sur les paiements commerciaux (1932-1938). Thèse de dr (...)
  • 5 Bernard Isaac, op. cit., p 54.

7L’Allemagne ne supporte qu’à contre-cœur « ce régime imposé »4 car elle veut retrouver le plus rapidement possible la libre disposition « des devises mises sous tutelle »5 par l’arrêté du 31 décembre 1932. Le système retenu crée une discrimination entre les marchandises allemandes et exempte de la responsabilité du clearing certains importateurs français. La composition des marchandises peut d’ailleurs les soumettre à deux régimes différents. L’Office enfin n’est pas adapté à l’importance du trafic commercial entre la France et l’Allemagne. Les paiements reçus avec retard ne lui permettent pas de couvrir rapidement les créanciers français. Toutes ces difficultés suscitent de nouvelles conversations à partir de février 1933.

  • 6 AEF B 31513.
  • 7 Journal Officiel du 25 février 1933.

8Le principe même de la compensation est abandonné et les deux États reviennent à un régime des paiements plus classique. Dans un premier temps, les huit postes statistiques mentionnés dans l’arrêté du 31 décembre sont restreints : fer et acier, machines et mécaniques, bois communs, papiers et pâtes de cellulose assurent dorénavant les ressources de l’Office. Puis le 18 février 1933 un protocole confidentiel abroge l’ensemble de l’accord du 24 décembre 19326. Il précise d’abord que certains exportateurs allemands sont prêts à accepter, en paiement de leurs ventes, les RM disponibles au compte de l’Office franco-allemand à la Reichsbank. L’Office a la possibilité de vendre ces marks par l’entremise d’intermédiaires qualifiés. Le gouvernement français supprime enfin l’arrêté du 31 décembre 1932. Un nouvel arrêté, du 24 février 1933 celui-ci, règle pendant dix-huit mois les paiements commerciaux7.

9En France, les importateurs honorent leur fournisseur allemand. Ils ont la possibilité dans la limite des contingents d’acheter librement outre-Rhin. En Allemagne, les acheteurs de produits français peuvent, à côté de leur contingent normal de devises, payer leurs marchandises par un versement en marks au bureau central de la Reichsbank. Ces marks ne sont pas gelés. Le compte de l’Office franco-allemand reste libre et le crédit peut être employé sur le territoire du Reich. Près de 500 millions de francs ont été transférés ainsi. L’accord a finalement « normalisé » de façon temporaire les relations entre les deux pays. La normalisation s’observe aussi par la mise en place d’accords sur le déblocage des créances bancaires.

C. LES ACCORDS SICAP (10 MARS 1933)

  • 8 Voir chapitre II de la présente étude.

10Précédemment nous avions déjà mentionné l’accord intervenu au début du mois de décembre 1932 pour le rapatriement d’anciens avoirs bancaires8. A ce moment, les négociateurs allemands avaient déclaré à la SICAP qu’il pourrait y avoir renouvellement de ce type d’arrangement si toutefois un accord sur les paiements intervenait prochainement. Celui-ci signé le 24 décembre, les tractations entre les banques françaises et la Reichsbank pouvaient continuer par l’intermédiaire de la SICAP. Elles aboutissent le 10 mars 1933 aux accords dits SICAP, une des bases solides des relations économiques franco-allemandes jusqu’à la guerre.

  • 9 AEF B 31513.
  • 10 AEF B 31513.

11Par une lettre du 5 janvier 1933, Jean Velay, président du Comité des Institutions bancaires de France, expose à la Reichsbank les plans français permettant de « tenir compte des deux problèmes qui touchent la question des crédits bancaires à court terme : la liquidité des débiteurs allemands et les possibilités de transfert des devises de l’Institut d’émission »9. Le dispositif préconisé par les banquiers français est le suivant : les banques françaises seraient prêtes à constituer entre elles un syndicat de toutes leurs créances à court terme. Un compte commun à l’ensemble des banques françaises serait ouvert à la Reichsbank et une mensualité de 5 millions de RM (contrepartie des devises dues) versée sur celui-ci. Pour régler le problème du décaissement des devises, Velay écrit en substance : « les banques françaises seraient disposées à user de leur influence auprès du gouvernement français pour obtenir de celui-ci qu’il consente à laisser importer d’Allemagne en France des charbons et leurs dérivés... à titre exceptionnel. Ces importations seraient acquittées au moyen des RM versés par les débiteurs allemands. Elles seraient effectuées sous le contrôle de la SICAP »10. Le Président du comité français espère obtenir 6 millions de RM d’importations mensuelles, ce qui permettrait d’apurer 72 millions de RM de créances françaises par an. Comme dans le même temps, les ventes de charbon allemand devraient se monter à 120 millions de RM (chiffres de 1932), un solde est même laissé à l’Allemagne, évitant ainsi de créer un déficit dans les recettes normales en devises de la Reichsbank.

  • 11 Reichhardt est Ministerialdirektor an Reichswirtschaftsministerium. Lettre du 23 janvier 1923 à M. (...)

12Le 23 janvier 1933, Reichhardt11, après en avoir discuté avec Fuchs, directeur de la Reichsbank, précise à Gaillet-Billoteau les points qui lui semblent fondamentaux. D’abord l’Allemagne ne veut pas se lier à un groupe particulier de créanciers par des conventions spéciales avant la conclusion du nouvel accord d’immobilisation (Stillhalte). Puis il insiste sur le fait que seules des exportations supplémentaires doivent être payées avec des crédits immobilisés. Eu égard à ce principe, un tiers des exportations de charbon du passé peut être considéré comme supplémentaire. Berlin exige encore une garantie de « non-diminution des importations de charbon ». Un calcul est rapidement effectué : 9 millions de RM d’exportations de charbon par mois permettrait de libérer 3 millions de RM de créances françaises. Les sommes dépassant 9 millions libèrent le même montant d’avoirs français. Le Reich demande enfin expressément que toutes les banques françaises ayant des avoirs chez lui approuvent le nouvel accord de Stillhalte. Sont visés le Crédit Lyonnais, la Société Générale, la Banque Nationale de Crédit et le Comptoir d’Escompte.

  • 12 Lettre de Gaillet-Billoteau à Reichhardt, le 26 janvier 33. AEF B 31513. Elle a été rédigée à Pari (...)
  • 13 Lettre de Gaillet-Billoteau à Reichhardt, 26 janvier 1933, op. cit. AEF B 31513.

13Les désirs allemands appellent de nouvelles réactions françaises. Le 26 janvier, Paris exprime sa volonté de voir les créances françaises être rapatriées dans un délai d’un an12. Quant au reste, les divergences portent exclusivement sur les chiffres. Pour le gouvernement français, les exportations exceptionnelles représentent 70 % des ventes totales allemandes de charbon et le paiement des produits peut absorber 8,3 millions de RM par mois. La France voudrait immédiatement régler les détails d’application d’un accord, qui « doit effectivement fonctionner dès le 1er mars 1933 »13. L’Allemagne oppose une fin de non-recevoir : la négociation continuera après la conclusion du nouvel accord d’immobilisation. Paris a d’ailleurs tout intérêt à accepter cette décision, car la poursuite des conversations aurait valu à la France des difficultés avec les Américains et les Anglais, favorables à un front unique des créanciers.

14Signé à Berlin le 17 février 1933, le nouvel accord sur les crédits gelés permet la reprise des conversations franco-allemandes. Dès le 23 février, si le principe du déblocage des avoirs des banques françaises par le biais de la

  • 14 Communication de J. Velay adressée à J. Gédéon, sous-directeur de la Banque française d’Acceptatio (...)

15SICAP est maintenu, les négociations piétinent à cause d’une bataille de chiffres14. La France veut s’assurer un rapatriement minimal de 5,1 millions de RM car, ses avoirs bancaires s’élevant à 100 millions de RM, il faut au moins attendre 1935 pour espérer leur remboursement intégral. Or Paris souhaite les récupérer en 1934.

  • 15 Lettre du 6 mars 1933 du Ministerialrat Kralik à Gaillet-Billoteau. Le document a été transmis le (...)
  • 16 Sur cet accord, un récapitulatif historique des négociations et une analyse des dispositions du te (...)

16Un accord en dessous de 5,1 millions de RM n’assure plus le second objectif que les autorités françaises s’étaient fixées : assurer la couverture des frais de la Convention d’Essen. Cette convention de juillet 1930 voulait que 50 % du charbon transporté en amont de Ruhrort et 20 % en aval le soient sous pavillon français. Elle octroyait à la navigation rhénane un fret, lui constituait une subvention indirecte. La fin des réparations abroge cette situation que le gouvernement français cherche à réactiver par le biais de l’accord sur les charbons. En effet un courtage de 4 % sur le rapatriement minimal de 5,1 millions de RM pourrait donner à la navigation rhénane une subvention de 205 000 RM par mois. Lorsque les négociateurs allemands proposent un chiffre mensuel de 3,6 millions de RM, ils se heurtent au refus français15. Paris menace de ne pas signer l’accord de Stillhalte et de réduire le contingent allemand de charbon. Mais un terrain d’entente est finalement trouvé le 10 mars 1933 entre Moeneclaey, de la SICAP, et Reichhardt, au nom du gouvernement allemand16.

  • 17 Exposé fait par J. Velay, directeur de la Banque française d’acceptation, lors de la réunion de l’ (...)

17L’accord prévoit que toutes les importations de charbons et produits dérivés dépassant 6,6 millions de RM sont considérées comme « achats exceptionnels ». Elles peuvent donc être payées avec les créances des banques françaises. Cette procédure est applicable du 1er mars 1933 au 28 février 1934. Mais le gouvernement allemand fait savoir qu’il est déjà en principe prêt à la prolonger si cela permet à la Reichsbank de libérer des avoirs pour des exportations supplémentaires. L’accord sera réétudié si des circonstances exceptionnelles survenaient. Enfin tout le territoire douanier français (métropole, colonies, protectorats et territoires sous mandat) est concerné par le dispositif. Le contingent de charbon n’existant pas hors métropole, Paris pense encourager les exportations de charbon allemand vers les colonies et donc accroître ces mêmes ventes au mieux des intérêts des créanciers. Comme les exportations des autres produits dérivés représentaient traditionnellement 6,6 millions de RM mensuellement, la France réalise un triple objectif : la gratuité du charbon, comme au temps des réparations, le maintien de la navigation rhénane et le déblocage d’avoirs bancaires. L’Allemagne, quant à elle, améliore la situation de ses paiements au moyen d’exportations supplémentaires. Elle se libère à moindre frais de ses dettes. J. Velay, directeur de la Banque Française d’Acceptation, estime que les créances à débloquer s’élèvent à 589 655 498 francs. Elles le sont au moyen de 234 216 000 francs d’exportations allemandes supplémentaires pour un an17. Le procédé a fort bien réussi, puisqu’à la fin de l’année 1933, 247 millions de francs ont ainsi été débloqués.

  • 18 Jean-Baptiste Duroselle, Politique étrangère de la France - La décadence 1932-1933, Imprimerie nat (...)

18Clauses d’application de l’accord sur le tourisme, aménagement de l’accord de paiement, déblocage des créances par un système qui satisfait à la fois la France et l’Allemagne, tout laisse à penser que les deux puissances ont su négocier correctement « la mise à zéro des compteurs »18 décidée en décembre 1932. L’ambiance est à la coopération, même avec les nouveaux dirigeants en place depuis le 30 janvier 1933. Pourtant les premières mesures économiques anodines du régime en février 1933, le renforcement des pouvoirs des nazis en mars ne laissent planer aucun doute. À l’éclaircie du printemps devait succéder l’assombrissement de l’été 1933.

II. L’ASSOMBRISSEMENT DE L’ÉTÉ 1933

19Les nazis, par une politique agrarienne d’abord, un renforcement du contrôle des changes ensuite, isolent davantage l’Allemagne au cours du second semestre 1933. Le repli répond souvent bien davantage à des impératifs idéologiques qu’à de réelles nécessités économiques. Cette obsession allemande à vouloir suivre « la voie tracée » place les partenaires devant un choix cornélien : accepter cette politique au détriment de ses propres intérêts ou la dénoncer au risque de l’escalade des représailles.

A. LA POLITIQUE AGRARIENNE DE 1933, PREMIERE ETAPE VERS L’AUTARCIE

20Dès janvier 1933, le Reich relève les droits d’entrée sur un grand nombre de produits agricoles.

  • 19 La chronologie des décrets se trouve dans Paul Reynaud, op. cit., p. 220 et suivantes.

21Le premier décret-loi (19 janvier 1933) frappe les importations de pommes de terre, de choux, de bois19. Il est suivi le 7 février par un texte fixant de nouveaux droits sur les produits de l’élevage. Les 17 et 18 février, deux nouveaux décrets taxent les entrées de produits laitiers, de légumes et de fruits ; ils précèdent une nouvelle réglementation pour les importations de margarine et de graisses alimentaires en vigueur à partir du 23 mars. Le 28 mars 1933, un Office d’Empire pour l’importation des graines et fruits oléagineux, des huiles et tourteaux est institué. Tous ces produits ne peuvent plus être importés que sous le contrôle de cette nouvelle administration. Celle-ci perçoit, à côté de droits de douane élevés, une surtaxe de monopole qui rend dorénavant les marchandises étrangères inabordables. Le 4 avril 1933, le gouvernement du Reich oblige les fabriques de margarine allemande à réduire leur production de 50 %, ce qui diminue d’autant les importations de produits étrangers et notamment français utilisés pour cette fabrication.

  • 20 Cité par Paul Reynaud, op. cit., p. 232
  • 21 Cité par Paul Reynaud, op. cit., p. 231.

22Le Reich, par un relèvement des droits de douane, par le contingentement et les surtaxes, par les Offices d’Empire et le contrôle des productions nécessitant de fortes importations, instaure une politique agrarienne qui doit lui assurer sa propre subsistance sans recours à autrui. Cela correspond, malgré l’élévation du coût de la vie qui en résulte, à la vision des nouveaux maîtres de l’Allemagne : « le bien commun doit, dans tous les cas, dominer l’intérêt individuel »20. Werner Daitz résume les principes économiques nationaux-socialistes : « la conception économique national-socialiste entend que chaque peuple produise tout ce dont il a besoin pour son existence dans un espace vital qu’il doit assurer quoi qu’il arrive et qui, notamment, ne doit pas être détruit par des événements de politique commerciale et monétaire venus de l’extérieur »21.

  • 22 Voir à ce sujet : Hans-Erich Volkmann, « Aspects de l’économie militaire nazie de 1933 à 1936 », i (...)
  • 23 In H. E. Volkmann, « Aspects... », op. cit., p. 256.
  • 24 In H. E. Volkmann, « Aspects... », op. cit., p. 256.
  • 25 In H. E. Volkmann, « Aspects... », op. cit., p. 257.

23Cette conception s’exprime dans un programme élaboré avant la prise du pouvoir par Hitler. Le « leitmotiv » économique des nazis proclame « l’autarcie du grand espace économique »22. Cela suppose résolu le problème de l’espace, seule condition pour que l’Allemagne retrouve sa place dans le concert des nations. C’est donc la conquête de l’espace vital en Europe centrale et orientale qui doit permettre « la création d’un territoire économique dont la production et la consommation se suffiraient à elles-mêmes et (...) dont les ressources assureraient les conditions d’existence économique »23 d’une population qui s’accroît de 900 000 personnes par an. Et si cette orientation ne pouvait s’effectuer par une voie pacifique, « le recours à l’épée apparaissait - dès lors - non seulement comme une nécessité, mais comme un droit »24. Le premier objectif économique d’Hitler devenait la création d’une Wehrmacht. Lors d’une réunion de cabinet, le 8 février 1933, le chancelier exige « le tout pour la Wehrmacht ». « Wehrwirtschaft » et « Rustungspolitik »25 trouvent dans ces réflexions leurs fondements. Tous les acteurs économiques doivent s’y adapter.

24Pour réaliser ce programme, l’attention première se porte sur l’agriculture. L’expansion des productions agricoles correspond au souhait de « marcher sur deux jambes », c’est-à-dire d’équilibrer, dans le futur développement du

  • 26 In H. E. Volkmann, « Ursachen und ... », op. cit. ch. I, première partie, p. 227.
  • 27 In H. E. Volkmann, « Ursachen und ... », op. cit., p. 227.

25Reich, agriculture et industrie. L’équilibre poursuivi permet de fidéliser la paysannerie qui doit constituer un élément de stabilisation politique du nouveau régime, « un soc solide comme rempart contre la dégénérescence sociale »26. Parallèlement, Hitler poursuit la quête d’une autarcie alimentaire, garantie de l’indépendance du Reich « pour les jours sombres qui s’annoncent »27.

  • 28 Le thème revient dans tous les discours et écrits économiques du NSDAP.

26Cet objectif immédiat permet également aux nouveaux maîtres des lieux de réorienter la stratégie commerciale allemande. La Ligue agraire (Landbund) avait élaboré un programme en cinq points dont l’application a des incidences importantes sur le commerce extérieur du Reich. Elle a émis le vœu de voir Berlin rétablir sa complète autonomie tarifaire, instituer des contingents à l’importation et décréter des mesures spéciales de protection pour l’ensemble des produits agricoles. La Ligue veut lutter contre le dumping commercial et monétaire des pays étrangers et exige que les pouvoirs publics freinent les importations de margarine et de graisse animale. C’est ce programme que les décrets du printemps 1933 initient. Les importations de produits agricoles sont réduites et du coup la production intérieure relancée. Deux piliers de la politique national-socialiste s’échafaudent : la protection du marché intérieur et la relance de la production nationale. Les premières mesures prises par le nouveau chancelier ne sont plus uniquement des moyens ponctuels pour se défendre contre « une crise importée »28, mais les premiers pas vers une réorientation globale de l’économie allemande inaugurée par l’agriculture, celle du repli national. L’attitude allemande à la conférence économique de Londres en est une illustration.

B. LA CONFERENCE ECONOMIQUE DE LONDRES (JUIN-JUILLET 1933)

  • 29 Rapport Gaillet-Billoteau, voir note 30. AEF B 31513.

27Après la suppression « du boulet des réparations »29, la Conférence de Londres suscite les plus grands espoirs, car, suite logique de Lausanne, elle laisse entrevoir le rétablissement d’une certaine normalité dans les relations économiques entre les principales puissances du moment. Mais le travail préparatoire et la conférence elle-même mettent en lumière l’incapacité de la France et de l’Allemagne à s’entendre pour faire triompher certains intérêts communs.

  • 30 La position allemande est étudiée par M. Gaillet-Billoteau dans un rapport du 30 novembre 1932. AE (...)
  • 31 Rapport de Gaillet-Billoteau, op. cit.

28Les attentes allemandes sont grandes. Pour Berlin, la conférence « c’est le moyen le plus sûr de régler les dettes privées »30, car de la solution de cette question dépend le rétablissement des relations économiques et financières. Le Reich attend des avantages précis pour le développement de son commerce, la réglementation de son crédit. Pour lui, il faut alléger ou consolider les dettes à court terme afin de supprimer la réglementation des devises, entrave aux transactions. Ses autorités proposent la baisse générale des taux d’intérêts et des arrangements internationaux pour une réduction de l’escompte officiel. Elles veulent obtenir la consolidation des crédits par voie d’emprunts. Dans le domaine purement commercial, l’Allemagne désire une stabilisation des prix, la liberté des échanges avec le maintien de la clause de la nation la plus favorisée, l’abaissement des barrières douanières de façon à permettre aux états débiteurs de s’acquitter de leurs dettes en produits et de développer leurs exportations. Berlin voit dans la Conférence de Londres « un moyen propice pour faire admettre son besoin d’exporter ses marchandises et d’importer de nouveaux capitaux »31. Peut-elle compter sur la France ?

  • 32 Note sur la deuxième réunion de la commission préparatoire de la conférence de Londres 29 décembre (...)
  • 33 Télégramme de Boisanger à Paul-Boncour, ministre des Affaires étrangères, à propos de la réunion d (...)
  • 34 Télégramme de Boisanger à Paul-Boncour, ministre des Affaires étrangères, à propos de la réunion d (...)

29La lecture des vœux français formulés par Rist à la conférence préparatoire de Genève est de mauvais augure. Le délégué français pose comme « condition préalable à toute amélioration le retour à l’étalon-or »32. Un fonds commun international devrait faciliter pour Paris la suppression du contrôle des devises. Pour ce qui est du commerce international, la France pense que « de bons résultats », dans le contexte présent, « peuvent être facilement atteints par des accords bilatéraux, voire régionaux. »33. Elle n’est pas favorable à de grandes négociations internationales. Elle souhaite que la conférence s’occupe enfin du règlement des dettes de guerre, condition, pour Paris, de son succès. Sur ces points une entente avec l’Allemagne est possible dans la question des dettes et dans l’élaboration du plan qui permettrait à Berlin de revenir à l’étalon-or. Mais la France ne peut admettre de partager « le tas d’or sur lequel elle est assise »34.

  • 35 R. Girault et R. Frank, op. cit., p. 176.

30Le rapprochement n’est cependant pas impossible, car le Reich est fortement irrité par le Royaume-Uni. Il supporte difficilement les effets néfastes de la dévaluation de la Livre sur ses exportations, comme les conséquences du repli impérial britannique affiché à la Conférence d’Ottawa. Il dénonce également le fort protectionnisme américain. Mais Paris, comme Berlin, attend du partenaire l’ouverture. Chacun espère de l’autre un renoncement dans la question des parités des monnaies par rapport à l’or. Personne cependant n’en prend l’initiative. Hitler et surtout le nouveau président de la Reichsbank, Schacht, jouent la carte de la modération car leur marche encore incertaine vers l’autarcie ne leur permet pas d’accepter un retour à l’étalon-or puisque les réserves allemandes connaissent un étiage du métal précieux. Comme le mentionne R. Girault, ils ont dû être soulagés en entendant Roosevelt déclarer : « Le monde ne sera plus endormi par la tromperie spécieuse d’arriver à une temporaire et probablement artificielle stabilité des échanges internationaux à partir de l’accord de quelques pays puissants. Un système économique national sain est un meilleur facteur de son bien-être que le cours de son change fixé selon les variations des autres nations.35 » Le repli national est officiellement consacré en juin 1933 lors de cette conférence internationale. Le nouveau président des États-Unis « isole » la France. Il encourage Schacht à poursuivre la politique commencée en juin 1933.

C. LA POLITIQUE DE CONTROLE DES CHANGES DU DR SCHACHT36

  • 36 Un article de L’agence économique et financière de juin 1933 intitulé « Les différentes catégories (...)

31La défense du mark, rendue nécessaire par la situation des réserves en devises de la Reichsbank, est également utilisée par l’Allemagne pour développer ses exportations. Bien avant la nomination de Schacht à la tête de la Banque centrale, les autorités allemandes emploient déjà les marks bloqués pour convertir leurs dettes ou accroître leurs ventes. La pratique n’en est pas généralisée et les procédés se réduisent à deux types principaux. Une première combinaison permet à l’exportateur d’utiliser une fraction de sa vente et de se la faire payer en titres d’emprunts allemands émis sur les places étrangères. Ceux-ci sont ensuite revendus en Allemagne aux émetteurs. Le bénéfice substantiel réalisé par les exportateurs n’est qu’une subvention indirecte, une prime à la vente.

32La deuxième combinaison s’appuie sur toute une panoplie de marks bloqués. D’abord les Altguthaben permettent à l’Allemagne de bloquer les comptes antérieurs aux accords de Stillhalte (16 juillet 1931). Les Kreditsperrmarks, postérieurs à août 1931, comprennent les remboursements de crédits qui ne font pas partie des accords d’immobilisations. Le Reich y inclut à partir de 1932 les produits de la vente d’immeubles. Les Notensperrmarks sont constitués par les billets de banque allemands remis par des banques étrangères à un organisme financier sur un compte nécessairement bloqué. Les Effektensperrmarks proviennent de la vente des titres allemands par des étrangers. Les Registermarks correspondent aux dettes à court terme : parties prenantes des accords de Stillhalte. Enfin les Sondermarks ou scrips gèlent les dettes à long terme. Avec l’accord de l’Office de contrôle, ces marks bloqués peuvent servir à des dépenses en Allemagne (surtout de tourisme) ou être convertis en crédits à long terme à accorder aux entreprises allemandes. Ils sont aussi utilisés pour stimuler les exportations, car le Reich permet à l’importateur de ses produits de payer une partie du prix des marchandises en marks gelés.

33Ces opérations affectent cependant peu la France. Paris détient en quantité importante des titres des emprunts Dawes et Young, mais leur service est régulièrement assuré par l’Allemagne. Faiblement victime des accords de Stillhalte, elle a obtenu par le protocole du 10 mars la possibilité de dégeler des avoirs bancaires. De même, dès octobre 1932, des techniques similaires (l’accord sur le raisin) permettent le rapatriement de certaines créances particulières. Ayant peu d’intérêt en jeu, Paris est peu tenté par les combinaisons de dégel des marks bloqués. Tout change lorsque le Reich institutionnalise le système en juin 1933.

34La loi du 6 juin 1933 oblige les Allemands à verser tout ce qui est dû à un créancier étranger sur un compte ouvert pour eux dans une Caisse de conversion créée à Berlin. Ces versements sont à effectuer en Reichsmark au cours moyen officiel coté dans la capitale du Reich. La caisse remet, en fonction de ce que la Reichsbank lui fournit, une partie de la contre-valeur des marks versés par les débiteurs allemands. Pour le solde, le créancier étranger se retrouve en possession de bons à échéance indéterminée libellés en RM : les scrips. Seuls, les intérêts des emprunts Dawes et Young échappent à ce type de transfert.

  • 37 B. Isaac, op. cit., p. 77.

35La circulaire du 23 septembre 1933 complète ce dispositif. Elle interdit le paiement des achats en Allemagne au moyen d’anciens avoirs gelés. Ceux-ci peuvent être déposés à la Caisse de conversion qui délivre à leurs détenteurs des scrips ou des avis de crédit, avec l’accord de la Reichsbank. L’unification des conditions d’achat et de vente des marks bloqués est ainsi achevée. Les scrips ne se traitent dès lors qu’à Berlin à la Golddiskontobank, marché de scrips où « la demande résulte des possibilités d’exportations supplémentaires et l’offre, des ventes de scrips par les créanciers étrangers »37. Les cours, en général stables, sont inférieurs de moitié à la valeur nominale des avoirs. L’exportateur perçoit donc en échange d’exportations supplémentaires des scrips qu’il paye deux fois moins que la valeur nominale de la créance. Le crédit étranger verse son bénéfice au vendeur allemand ! ! ! Seule restriction au système, la Reichsbank exige que 40 % du prix de la marchandise soit payé par l’importateur en devises. Mais la marge d’utilisation des scrips reste grande.

36Un dumping des changes imaginé par Schacht permet dorénavant, par une ingéniosité exceptionnelle, au commerçant allemand de consentir sur son prix de revient un rabais allant jusqu’à 50 %. Ce dispositif suscite une vive émotion en France. Il amène le gouvernement de la République à contre-attaquer avec ses armes, transformant les escarmouches du début de l’année 1933 en réelle guerre douanière.

III. UNE GUERRE DOUANIÈRE INCERTAINE

  • 38 Pierre Jarry, L’office franco-allemand des paiements commerciaux et le commerce franco-allemand, t (...)

37La guerre douanière n’est pas concomitante du « maquis hérissé de monnaies allemandes en non-circulation »38 élaboré par Schacht. Elle n’a pas cessé avec la signature des accords de décembre 1932. Maintenue dans des proportions acceptables, elle reprend avec vigueur à l’été 1933.

A. L’ESCALADE DES REPRESAILLES39

  • 39 L’idée de représailles économiques franco-allemandes et l’expression de droit de représailles, in (...)
  • 40 Voir note précédente.

38La nouvelle orientation politique du Reich - la recherche de l’autarcie avec comme première étape l’autonomie alimentaire - explique qu’il se serve le premier de la faculté de déconsolidation prévue par l’avenant du 28 décembre 1932. Le 15 février 1933 l’Allemagne annonce à la France qu’elle dénonce à compter du 1er mars 1933 une série de droits pour une valeur de 85 millions de francs correspondant essentiellement à des produits agricoles. Bloqué par la législation en vigueur, le gouvernement français ne peut que contingenter, par un décret du 20 mars 1933, l’importation d’articles allemands. La mesure suscite des réactions en Europe, car, comme Paris avait accordé à l’Allemagne la clause de la nation la plus favorisée, d’autres pays font les frais de la rivalité franco-allemande. Il faut attendre le 12 juillet pour qu’une loi relève les droits sur les produits contingentés le 20 mars. Ces déconsolidations - sur des produits essentiellement industriels - sont estimées à 119 millions de francs. Pour le Reich, elles sont disproportionnées par rapport à ses mesures de février 1933. Entre les deux pays, l’interprétation de l’avenant du 28 décembre relance la polémique. Son article V mentionne la possibilité de déconsolider à la condition que les répercussions de cette mesure soient supportées de façon identique par les deux puissances. Pour Berlin, une vision quantitative de cet article ne doit déboucher que sur des mesures de valeur exactement égale. Paris, pour sa part, estime qu’il faut tenir compte du rapport existant entre les exportations allemandes vers la France et les exportations françaises vers l’Allemagne. Fermement campé sur sa position, le Reich utilise « son droit de représailles »40 à la loi du 12 juillet 1933. Le 2 août 1933 il déconsolide les exportations françaises de primeurs. Un palier supplémentaire est franchi le 6 août. La France inaugure un tarif douanier sur les arachides. Fait nouveau, elle taxe, pour protéger l’Empire, une matière première. Bien davantage, elle est dans l’obligation de répercuter ces droits sur les industries de transformation, car huiles et lubrifiants sont également frappés. Le 21 août, les industries allemandes consommatrices de corps gras sont à leur tour frappées par ces nouvelles dispositions. La réponse allemande vient le 1er octobre 1933. Berlin taxe, pour une valeur de 66 millions de francs, les denrées agricoles françaises. La préparation de mesures de rétorsion par Paris montre que la France avait modifié sa politique dans le sens d’une plus grande fermeté à l’égard de l’Allemagne. L’attitude française se comprend par la nouvelle voie commerciale que le gouvernement entend dorénavant poursuivre.

B. LA NOUVELLE VOIE FRANÇAISE

  • 41 Analyse de cette tentative de constitution du bloc-or dans Eric Bussière, La France, la Belgique e (...)
  • 42 Cité in E. Bussière, op. cit., p. 424.

39La nouvelle position française est esquissée pendant la Conférence économique de Londres. La déclaration de Roosevelt provoque le rapprochement des pays attachés à l’étalon-or. Dans un communiqué publié le 3 juillet, ceux-ci expriment leur fidélité à la parité-or des monnaies et se disent prêts à coopérer à cette fin41. Ce même jour, par l’intermédiaire de Coulondre, le quai d’Orsay se prononce pour une « dimension commerciale à donner au bloc-or »42. Vœu suivi d’effet, car le lendemain Serre, ministre du Commerce, réunit ses partenaires étrangers et annonce son intention de vouloir diminuer la protection douanière entre les pays fidèles à l’étalon-or. Mais chacun a une vision particulière de cette trève douanière. Entre ceux qui comme la Belgique souhaitent une trève générale, et ceux qui comme la France veulent qu’elle ne porte que sur les contingents, le fossé est énorme.

40Les divergences portent également sur les éventuels participants au bloc-or. Si l’Italie désire y inclure l’Allemagne, la France envisage à tout prix d’y faire adhérer l’Angleterre. Pour régler ces questions les pays se fixent un délai : à la fin du mois de septembre 1933, un protocole doit être signé dans le cadre de la SDN. Retenons que la France, cohérente avec sa position exprimée à Londres, participe à la construction de ce qui n’est encore qu’une ébauche de bloc-or.

41Mais la réalité des chiffres pousse le gouvernement français à reléguer cette ambition au second rang de ses priorités. Le déficit commercial atteint 12 milliards de francs a la fin de l’année 1933. La reprise économique plus lente à venir qu’ailleurs pèse sur la décision prise par Daladier à la fin du mois d’août 1933. Communiquée à l’ensemble des partenaires, celle-ci vise à faire du contingentement un moyen de négociations. Désormais les pays étrangers ne reçoivent plus que 25 % de leurs contingents primitifs. Le solde (75 %) ne leur est restitué qu’en contrepartie d’avantages concédés aux exportations françaises. L’État dirige dorénavant le commerce extérieur. Pour ce solde, il est entendu que des pays proches monétairement et commercialement seront favorisés : une préférence est accordée au bloc-or.

  • 43 E. Bussière, op. cit., p. 429.
  • 44 Dans une lettre du 5 septembre 1933, von Bülow fixe le compte rendu de cette rencontre. Politische (...)
  • 45 6 septembre 1933, PAAA R 105558.

42La France ne peut cependant ne pas tenir compte de l’Allemagne. La nouvelle politique « de réciprocité accentuée, tempérée par une préférence au profit du bloc-or »43 est communiquée par François-Poncet à von Bulow au début du mois de septembre 193344. Présentant les décisions du cabinet français, l’ambassadeur termine ses propos en plaçant l’Allemagne devant un choix délicat : ou le Reich adhère aux négociations du bloc-or et il ne connaîtra pas de modification du contingentement jusqu’au 1er janvier 1934, ou il n’adhère pas et le nouveau système lui est appliqué dès le 1er octobre 1933. Le 6 septembre, le gouvernement allemand précise sa position. « À la politique annoncée par la France doit être répondu par une loi qui permettent d’opposer aux États, qui réduisent les importations allemandes et pratiquent ... une politique défavorable à l’Allemagne, des contingents d’importations discriminatoires »45. La note est claire. Elle précise qu’il faut simplement dire à la France que Berlin est d’accord pour adhérer à une convention économique du bloc-or. Mais les Allemands ne croient pas à la réalisation d’un tel arrangement.

  • 46 Télégramme de Döhle à l’Auswärtiges Amt, 11 septembre 1933. PAAA R 105558.
  • 47 Télégramme de Döhle, op. cit.
  • 48 Échange de lettres Arnal-von Bülow, 30 septembre 1933. PAAA R 105558.

43Paris veut également s’attirer les bonnes grâces de Berlin. La France a surtout peur des représailles immédiates que peut entraîner le communiqué du 1er septembre. Le 11 septembre, recevant le diplomate Döhle, Bonnefon-Craponne, directeur des accords commerciaux au ministère du Commerce, expose les raisons du choix français. Il comprend très bien que l’Allemagne puisse s’opposer, au nom des accords de 1927 et de 1932, aux contingentements à fixer, et, à la renonciation de la clause de la nation la plus favorisée, mais elle placerait alors la France dans l’obligation de dénoncer le traité de commerce franco-allemand46. Sa proposition concerne l’ouverture de négociations entre les deux gouvernements après l’accord sur l’or auquel « le Reich devrait adhérer ». La communication de cet entretien est télégraphiée par Döhle à Berlin : « J’ai le sentiment que Bonnefon-Craponne veut éviter une dénonciation du traité et souhaite, à travers des négociations, de nouvelles possibilités d’action pour la France47. » L’accord sur l’or n’intervenant pas, Paris reporte les mesures de contingentements à l’égard du Reich au 1er janvier 1934. Enfin un échange de lettres von Bülow-Arnal du 30 septembre 1933 stipule que les deux pays ne se livreront pas au jeu des représailles économiques et entreront en négociation le plus rapidement possible pour discuter des nouvelles modalités commerciales à mettre en place48.

  • 49 Exposé de Serre, ministre du Commerce et de l’Industrie, au conseil des ministres du 29 septembre (...)

44Entre-temps deux événements ont quelque peu changé les données. Au conseil des ministres du 29 septembre 1933, le gouvernement français a modifié son communiqué du 1er septembre49. Les contingents agricoles sont fixés à 75 %, le reste étant négociable ; le contingent industriel, qui entre en application de façon provisoire le 1er octobre, accorde 33 % des quantités de référence. Les négociations qui s’ouvrent avec différents partenaires doivent permettre l’élaboration d’un système définitif pour novembre. Repli français, alors que l’Allemagne a affûté ses armes pour le bras de fer à venir. Le 22 septembre 1933, une loi fondamentale concernant la protection de l’exportation allemande permet au Reich de prendre toutes les mesures de rétorsion voulue contre les pays qui gênent l’exportation allemande.

45La France avait-elle les moyens de mener de front une série de tractations avec l’ensemble de ses partenaires, de dynamiser ce bloc-or au sein duquel elle souhaite des courants préférentiels ? Le parti pris de vouloir faire de l’accord à négocier avec l’Allemagne la pierre angulaire de ce nouveau dispositif n’est-il pas illusoire lorsque Berlin est tout entier accaparé par la défense des positions acquises : contingents existants, ententes privées, représailles économiques ? Les négociations s’annoncent donc bien incertaines.

Notes

1 Cf. P. Reynaud, « Les relations commerciales... », op. cit., p. 228.

2 Lettre du 23 janvier 1933. Le ministre des Affaires étrangères au ministre des Finances. Ce courrier transmet le texte de l’accord sur le tourisme du 31 décembre 1932. AEF B 31513. La lettre fait également le point sur les négociations touristiques en cours.

3 Accord sur le tourisme avec l’Allemagne. Modalités d’application prévues à l’article 5 de cet accord. Copies d’un échange de lettres à Berlin, le 8 février 1933. AEF B 31513.

4 Bernard Isaac, Les accords franco-allemands sur les paiements commerciaux (1932-1938). Thèse de droit Lyon 1938, p. 54.

5 Bernard Isaac, op. cit., p 54.

6 AEF B 31513.

7 Journal Officiel du 25 février 1933.

8 Voir chapitre II de la présente étude.

9 AEF B 31513.

10 AEF B 31513.

11 Reichhardt est Ministerialdirektor an Reichswirtschaftsministerium. Lettre du 23 janvier 1923 à M. Gaillet-Billoteau, attaché financier à l’ambassade de France à Berlin. AEF B 31513.

12 Lettre de Gaillet-Billoteau à Reichhardt, le 26 janvier 33. AEF B 31513. Elle a été rédigée à Paris par Maxime Robert, directeur général du Mouvement des Fonds, Jean Velay et Moeneclaey.

13 Lettre de Gaillet-Billoteau à Reichhardt, 26 janvier 1933, op. cit. AEF B 31513.

14 Communication de J. Velay adressée à J. Gédéon, sous-directeur de la Banque française d’Acceptation du 23 février 1933.

15 Lettre du 6 mars 1933 du Ministerialrat Kralik à Gaillet-Billoteau. Le document a été transmis le 8 mars 1933 à M. Robert, directeur du Mouvement général des Fonds. AEF B 31513.

16 Sur cet accord, un récapitulatif historique des négociations et une analyse des dispositions du texte sont consignés dans une lettre de Moeneclaey à Reichhardt, 14 mars 1933. AEF B 31513.

17 Exposé fait par J. Velay, directeur de la Banque française d’acceptation, lors de la réunion de l’Union syndicale des banquiers de Paris et de la province, le 4 avril 1933. À cette réunion assistaient les banques françaises bénéficiant des avantages accordés par le protocole du 10 mars 1933. AEF B 31513.

18 Jean-Baptiste Duroselle, Politique étrangère de la France - La décadence 1932-1933, Imprimerie nationale 1979, édition utilisée Points Seuil, p. 67 : « ...fa France repartait de zéro en 1933. » Cette expression que Duroselle emploie à propos du désarmement et des réparations peut s’appliquer également à l’économie.

19 La chronologie des décrets se trouve dans Paul Reynaud, op. cit., p. 220 et suivantes.

20 Cité par Paul Reynaud, op. cit., p. 232

21 Cité par Paul Reynaud, op. cit., p. 231.

22 Voir à ce sujet : Hans-Erich Volkmann, « Aspects de l’économie militaire nazie de 1933 à 1936 », in La France et l’Allemagne, communication présentée au colloque franco-allemand tenu à Paris du 10 au 12 mars 1977. CNRS Paris. 1980, p. 255-278.

23 In H. E. Volkmann, « Aspects... », op. cit., p. 256.

24 In H. E. Volkmann, « Aspects... », op. cit., p. 256.

25 In H. E. Volkmann, « Aspects... », op. cit., p. 257.

26 In H. E. Volkmann, « Ursachen und ... », op. cit. ch. I, première partie, p. 227.

27 In H. E. Volkmann, « Ursachen und ... », op. cit., p. 227.

28 Le thème revient dans tous les discours et écrits économiques du NSDAP.

29 Rapport Gaillet-Billoteau, voir note 30. AEF B 31513.

30 La position allemande est étudiée par M. Gaillet-Billoteau dans un rapport du 30 novembre 1932. AEF B 31513.

31 Rapport de Gaillet-Billoteau, op. cit.

32 Note sur la deuxième réunion de la commission préparatoire de la conférence de Londres 29 décembre 1932. DDF (documents diplomatiques français...). AEF B.31470.

33 Télégramme de Boisanger à Paul-Boncour, ministre des Affaires étrangères, à propos de la réunion de la commission préparatoire de la conférence économique, 9 janvier 1933. Documents diplomatiques français.

34 Télégramme de Boisanger à Paul-Boncour, ministre des Affaires étrangères, à propos de la réunion de la commission préparatoire de la conférence économique, 9 janvier 1933. Documents diplomatiques français, 1re série, tome II, n° 178.

35 R. Girault et R. Frank, op. cit., p. 176.

36 Un article de L’agence économique et financière de juin 1933 intitulé « Les différentes catégories de marks bloqués » essaie de présenter la panoplie des marks gelés permettant à l’Allemagne de pratiquer le dumping des changes.

37 B. Isaac, op. cit., p. 77.

38 Pierre Jarry, L’office franco-allemand des paiements commerciaux et le commerce franco-allemand, thèse de droit, Paris, 1936, p. 14.

39 L’idée de représailles économiques franco-allemandes et l’expression de droit de représailles, in Paul Reynaud, op. cit., p. 218 et suivantes.

40 Voir note précédente.

41 Analyse de cette tentative de constitution du bloc-or dans Eric Bussière, La France, la Belgique et l’organisation économique de l’Europe - 1918-1935, Imprimerie nationale, 1992, p. 415 et suivantes.

42 Cité in E. Bussière, op. cit., p. 424.

43 E. Bussière, op. cit., p. 429.

44 Dans une lettre du 5 septembre 1933, von Bülow fixe le compte rendu de cette rencontre. Politisches Archiv des Auswärtigen Amts - (PAAA) - Handakten Ulrich (Papiers Ulrich), R 105558.

45 6 septembre 1933, PAAA R 105558.

46 Télégramme de Döhle à l’Auswärtiges Amt, 11 septembre 1933. PAAA R 105558.

47 Télégramme de Döhle, op. cit.

48 Échange de lettres Arnal-von Bülow, 30 septembre 1933. PAAA R 105558.

49 Exposé de Serre, ministre du Commerce et de l’Industrie, au conseil des ministres du 29 septembre 1933. Celui-ci approuve l’initiative de l’Office national du commerce extérieur, qui met en place ce nouveau système pour le 1er octobre 1933. PAAA R 105558.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540