Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les relations économiques et financières franco-allemandes, 1932-1939

 | 
Sylvain Schirmann

Première partie. Vers le clearing franco-allemand. Des accords de décembre 1932 à l’accord du 28 juillet 1934

Chapitre premier. Des relations économiques et financières perturbées à la fin de la République de Weimar (1931-1932)

Texte intégral

  • 1 Sur les relations franco-allemandes au temps de la crise économique mondiale, voir : Franz Knippin (...)
  • 2 A.D., série Relations commerciales, sous-série Allemagne, volume 70. Lettre du Ministère des Affai (...)

1Au plus fort de la crise bancaire, Brüning se rend à Paris pour solliciter une aide financière1. L’intransigeance française amène le Chancelier allemand à y renoncer. La « visite de politesse » de Laval à Berlin (en septembre 1931) peut faire redémarrer la collaboration franco-allemande, dans la mesure où une commission bilatérale - la commission économique franco-allemande - est créée. Dès lors un certain optimisme s’installe et l’Europe se met à espérer - ou à craindre - les répercussions possibles d’une entente économique franco-allemande2. Celle-ci dépend très largement des objectifs, des résultats qu’en attendent les deux partenaires.

I. DES INTENTIONS AUX OCCASIONS MANQUÉES

A. LES INTENTIONS

  • 3 Mémorandum du gouvernement du Reich du 10 novembre 1931. A.D. série Relations commerciales, sous-s (...)
  • 4 Mémorandum du 10 novembre 1931, op. cit.

2Les intentions allemandes sont consignées dans un mémorandum du 10 novembre 19313. À côté de souhaits très généraux - amélioration des rapports germano-français, efforts communs pour lutter contre la crise - la commission bilatérale devrait, selon le Reich, travailler à une union douanière européenne. L’Allemagne propose ensuite toute une série de mesures concrètes pour parvenir aux buts fixés. Elle voudrait qu’on examine le cas des industries des deux pays « susceptibles de supporter la réduction progressive des barrières douanières dans les relations germano-françaises ». Le gouvernement allemand propose également des échanges de participations industrielles, l’abaissement d’un commun accord des prix et la redynamisation « du pacte du fer »4. Il évoque la possibilité d’une coopération au Proche-Orient (en Turquie, en Perse), d’une association pour les grands travaux dans les colonies françaises. Il aimerait qu’on mette fin à la discrimination dont il est l’objet au Maroc (par exemple, l’absence d’un consulat à Tanger). Ce mémorandum prétend même n’avoir qu’un seul objectif : relancer la coopération européenne à laquelle « une coopération franco-allemande active » doit donner corps. Les autorités du Reich n’oublient cependant pas de rappeler que « le problème de l’arrêt des retraits et la couverture de (leurs) dettes extérieures (à court terme) qui est en rapport avec la politique générale du commerce et la défensive en cours contre leurs exportations » pourrait être un frein à une « normalisation » qu’elles désirent.

  • 5 Conclusions adoptées par la commission interministérielle le 6 novembre 1931. A.D., série Relation (...)
  • 6 Lettre du 7 novembre 1931 du ministre du Commerce au ministre des Affaires Étrangères. A.D., série (...)
  • 7 Lettre du 7 novembre 1931, op. cit.
  • 8 Lettre du 7 novembre 1931, op. cit. Cette lettre fixe également les demandes de contingents suivan (...)

3Les intentions françaises apparaissent moins ambitieuses et autrement plus protectionnistes. Elles figurent dans des conclusions adoptées par une commission interministérielle le 6 novembre 19315. Il s’agit d’abord d’un plan concernant la navigation rhénane. Paris demande, sous la pression du Comité des Armateurs français sur le Rhin, la formation d’un cartel qui contrôlerait le trafic rhénan, formation revendiquée à quatre reprises depuis février 1931. Après le conseil des ministres du 3 novembre 1931, qui s’était prononcé en faveur du principe du contingentement des produits industriels étrangers, le gouvernement souhaite le négocier avec l’Allemagne6. La commission économique franco-allemande devra faire « tous les efforts pour amener les représentants des industries françaises et allemandes à s’entendre sur les modalités de l’importation en France des produits allemands en question »7. Suit une liste de produits avec les pourcentages d’importation8. Paris exprime un autre grief : Berlin doit abandonner la concurrence ferroviaire qu’elle livre sur les lignes qui vont de l’Italie au Nord de la France ou de la Tchécoslovaquie vers la France.

  • 9 Note du 14 novembre 1931 émanant de la Direction des Relations commerciales du ministère des Affai (...)
  • 10 Note du 14 novembre, op. cit.

4Le 14 novembre 1931 ces dispositions sont reprises et complétées9. La République envisage de réamorcer des ententes industrielles nouvelles, d’étudier l’organisation de services franco-allemands combinés sur certains itinéraires maritimes et aériens. Pourquoi ne pas dresser un inventaire des travaux à accomplir dans différents pays et étudier avec les banques la possibilité financière de les réaliser ? Pour ces travaux à l’étranger « une attention doit être portée à la Pologne, l’Espagne et l’Amérique du Sud ». Paris n’exclut plus la possibilité de souscrire aux projets allemands pour des participations françaises aux affaires de gaz ou d’électricité. En clair, le gouvernement français n’est pas hostile à toute forme de collaboration qui « tout en cherchant à aboutir à des résultats intéressant la France et l’Allemagne s’attacherait à orienter leur collaboration vers une coopération européenne »10.

B. LE MAUVAIS FONCTIONNEMENT DU COUPLE FRANCO-ALLEMAND

  • 11 Rapport du 29 décembre 1931 sur l’activité de la commission économique franco-allemande d’octobre (...)
  • 12 Rapport du 29 décembre 1931, op. cit..

5La commission bilatérale s’attache davantage aux problèmes immédiats qu’aux grands projets. Sa tâche « la plus urgente »11 consiste à régler le différend surgi entre le Reich et la France à propos du contingentement français, contraire, selon les Allemands, au traité de 1927. Elle s’y attelle provoquant ainsi une série d’ententes privées, tout en exerçant une pression pour le renouvellement des cartels arrivés à expiration. Au 1er janvier 1932 ce type d’accords concerne une centaine de marchandises ; une cinquantaine s’y ajoutent encore au premier semestre 1932. La commission suscite également une série d’ententes dans le domaine des transports, notamment dans celui de l’aviation où « elle espère les résultats les plus immédiats »12. Elle souhaite un rapprochement des techniques, des normes de construction et espère la création de pools franco-allemands entre des compagnies de navigation pour des lignes vers Istanbul et l’Amérique du Sud. Dans le domaine de la coopération économique et technique le bilan peut sembler encourageant.

6En revanche sur le plan politique et financier, l’entente piétine et révèle le mauvais fonctionnement du couple franco-allemand.

  • 13 Rapport du 29 décembre 1931, op. cit. La VEBA est un holding des entreprises fiscales de la Prusse (...)
  • 14 Rapport du 29 décembre 1931, op. cit.
  • 15 Note allemande traduite et publiée dans La Vie Économique du 12 novembre 1931. Elle date du 10 nov (...)
  • 16 La Vie Économique du 12 novembre 1931 - Extraits de la note allemande du 10 novembre 1931, op. cit

7Aux Allemands qui proposent aux Français de prendre des intérêts dans la VEBA, dans l’électricité de l’État de Hambourg, dans le gaz de Hesse, de participer à la gestion de ces affaires13 - avec droit de contrôle et perception de bénéfices - les industriels français, poussés par les banques, répondent que « dans l’état actuel du marché financier ils ne voient pas pour le moment la possibilité de se procurer les ressources nécessaires »14. Les projets de travaux en commun sont enterrés, car la France ne veut pas en supporter seule le financement alors que l’Allemagne se réserve la fourniture du matériel. Où est le rêve de « l’union du capital français avec la main-d’œuvre allemande, qui permettrait d’entreprendre la solution d’importants problèmes économiques dans les Balkans, en Afrique du Nord et dans d’autres parties du monde »15 ? Une telle coopération « pourrait vraisemblablement jouer un rôle important pour le développement des transactions avec l’URSS »16 !

  • 17 Note du 5 janvier 1932, de la Direction commerciale du Ministère des Affaires Étrangères pour le s (...)

8Ce qui préoccupe la France c’est la situation politique et financière de l’Allemagne. Les travaux de la commission doivent avant tout servir à museler le Reich et l’empêcher de poursuivre le démantèlement du traité de Versailles. Plusieurs notes de janvier 1932 permettent de se rendre compte de la stratégie française17.

  • 18 Note du 14 janvier 1932, op. cit.
  • 19 Note du 14 janvier 1932, op. cit.
  • 20 Note du 14 janvier 1932, op. cit.
  • 21 Note du 14 janvier 1932, op. cit..

9Il convient avant tout de laisser se développer les travaux susceptibles d’aboutir à un accord, notamment ceux qui concernent les ententes si vitales pour la politique de contingentement de la France. Ensuite l’activité de la commission bilatérale peut servir à régler l’épineuse question des réparations. Une note du 14 janvier 193218, destinée au Président du Conseil, analyse plusieurs hypothèses. L’objectif français est de démontrer à l’Angleterre, à l’Italie et à la Belgique que l’Allemagne libérée du paiement des Réparations serait sur le plan commercial « plus dangereuse qu’elle ne l’est déjà »19. Il importe donc de corriger le plan Young, qui ne comprend pas de garanties hypothécaires, par un nouvel aménagement des réparations. On envisage un système par lequel l’Allemagne, pendant la durée du moratoire, paierait l’annuité inconditionnelle que les Alliés lui prêteraient aussitôt. « Ce prêt »20 pourrait servir à des solutions classiques comme l’achat d’obligations des chemins de fer du Reich, aux prestations en nature, voire même au financement des grands travaux dans les colonies. Il serait encore plus judicieux d’utiliser cette somme « de façon à modifier l’attitude des Allemands en leur procurant des avantages immédiats et sensibles »21

  • 22 Note du 14 janvier 1932, op. cit.
  • 23 Note du 14 janvier 1932, op. cit.
  • 24 Note du 14 janvier 1932, op. cit.

10Paris souhaite donc réemployer l’annuité inconditionnelle dans des participations industrielles. Par ce biais, le Quai d’Orsay espère « hypothéquer l’industrie allemande »22. La note destinée au chef du gouvernement est on ne peut plus explicite : « la part de gestion que les créanciers obtiendraient leur permettrait de contrôler les industries allemandes et, par cela même, de freiner le rythme de la production allemande et d’établir plus d’harmonie entre les principales industries européennes »23. La stratégie française est claire : il suffit de s’appuyer sur les offres allemandes de prises de participations industrielles faites à la commission économique franco-allemande, de montrer à l’Allemagne les avantages que ces participations lui procureraient (marks frais, dégel de crédits étrangers, possibilité de trouver à nouveau des devises) et ainsi « intéresser l’Allemagne au maintien des réparations tout en lui imposant une charge qui limiterait ses possibilités d’expansion »24. Cette position défensive permettrait de conserver Versailles et de se protéger de la crise naissante.

  • 25 Reichskreditgesellschaft. Le développement économique de l’Allemagne pendant le premier semestre d (...)
  • 26 Reichskreditgesellschaft, rapport, op. cit. p. 37.

11À l’inverse, il s’agit pour le Reich d’utiliser la crise pour mettre fin au traité scandaleux et de s’assurer une position commerciale de choix en Europe. Dans un rapport intitulé « Le développement économique de l’Allemagne pendant le premier semestre 1931 »25, la Reichskreditgesellschaft, organisme bancaire proche du ministère de l’Économie, insiste sur le fait que la France, pays prêteur, peut plus facilement s’accommoder d’un recul des exportations que l’Allemagne de surcroît handicapée par la lourde charge des réparations. L’étude indique que, pour faire face aux obligations (réparations et annuités d’engagements privés), la balance commerciale du Reich devrait avoir un solde positif de 200 millions de RM par mois. « Cette augmentation correspondrait à une réduction de 8 % des importations, soit à une amélioration de 6 % des exportations »26. Comme les pays bénéficiaires des réparations semblent hostiles à l’octroi de nouveaux prêts, Berlin n’a que deux cartes à jouer :

  • soit la réduction des paiements ;
  • soit l’abandon au profit du Reich d’une part plus importante dans le commerce mondial.
  • 27 Reichskreditgesellschaft, rapport, op. cit. p. 23.
  • 28 Reichskreditgesellschaft, rapport, op. cit. p. 24.

12Or la crise contribuant à aggraver cette situation, l’Allemagne se trouve devant un surplus de frais (car « les réparations ne proviennent d’aucune division internationale du travail »27), source de tensions. « Ces dettes politiques »28 sont les vraies responsables de la situation allemande. Il est donc « légitime » de mettre fin à l’héritage de Versailles, ce qui permettrait aux yeux de Brüning et d’Hindenburg de sauver Weimar.

  • 29 Reichskreditgesellschaft, rapport, op. cit. p. 31.
  • 30 Schröder Hans-Jürgen. « Deutsche Sudosteuropapolitik 1929-1936. Zur Kontinuitât Deutscher Aussen-p (...)

13Si la situation financière allemande « constitue le second maillon faible de l’économie mondiale »29, le Reich tire de cette faiblesse une force, car à travers le moratoire Hoover, à travers la conférence de Lausanne puis par les accords de « Stillhalte », il se libère progressivement des contraintes extérieures. Dans le même temps, il avance ses pions en Europe centrale et danubienne. Au projet d’union douanière de Curtius et de Schôber torpillé par la France, l’Auswärtiges Amt, sur les recommandations de Von Bülow, s’oriente vers une politique danubienne d’ensemble, qui devrait non seulement aboutir à des avantages économiques certains mais encore démanteler le système de sécurité français en débauchant les pays de la Petite Entente30. Dans cette optique sont signés successivement deux accords commerciaux préférentiels : l’un avec la Roumanie en juin 1931, l’autre avec la Hongrie en juillet 1931.

C. « L’ANNEE DES OCCASIONS MANQUEES »

  • 31 Cf. Knipping F., « Die deutsch-franzöziche », op. cit. p. 49.
  • 32 Cité par René Girault et Robert Frank, Turbulente Europe et nouveaux mondes, 1914-1941. Paris 1988 (...)

14L’année 1931 apparaît surtout comme « l’année des occasions manquées »31. Significative à cet égard est la rencontre Laval-Brüning de juillet 1931 à Paris, peu après l’acceptation par la France du moratoire Hoover. A Brüning venu demander une aide financière, la France oppose des demandes politiques que le chancelier se garde bien d’accepter. Au cours de la même année, la France est obligée de renoncer à certains projets. Le « marché commun » danubien, tel que Paris le concevait : - abaissement interne des droits de douane ; conclusion d’accords préférentiels avec la France ; garantie accordée aux monnaies d’Europe centrale dans le cadre d’un fonds de stabilisation alimenté par la France et l’Angleterre - a pour finalité d’éviter le rapprochement de cette zone avec le Reich. Il est mis en échec par Londres qui ne veut pas d’un alignement de ces pays sur la politique monétaire française, et par Berlin qui, après l’échec de l’union austro-allemande, continue à développer son influence en Europe orientale. Double échec également pour le projet d’Union Européenne et l’initiative d’A. Léger et J. Rueff de créer une « union commerciale paneuropéenne32 ».

  • 33 Lipmann. Tribune du 23 septembre 1931, article consacré à la nécessité d’une entente franco-améric (...)
  • 34 Lipmann. op. cit.
  • 35 Notes envoyées par le Président du conseil au ministre des Affaires Étrangères le 3 décembre 1931. (...)
  • 36 Télégramme de l’Ambassade de France à Berlin nos 1413 à 1415 du 22 septembre 1931. A.D. série Y, I (...)
  • 37 Télégramme du 22 septembre 1931, op. cit.
  • 38 Télégramme du 22 septembre 1931, op. cit.
  • 39 Le Matin, 7 mai 1931.

15Les réalités montrent que « l’Allemagne se méfie toujours des initiatives de Paris et (que) Paris ne veut pas abandonner l’Europe à l’influence germanique »33. A Berlin se développe « le mythe de la France qui peut tout, mais qui délibérément empêche tout »34. La France qui refuse son concours financier à l’Europe, et surtout à une Allemagne qui en a bien besoin, se désintéresse, aux dires des autorités allemandes « de toutes les ruines qui arrivent et qu’elle provoque »35. Médias et partis politiques déclenchent une campagne contre l’étalon-or en prétendant qu’il faut abandonner « ce système monétaire qui ne sert qu’à rendre prospères les anciens adversaires de l’Allemagne »36. Hugenberg souhaite que le Reich prenne la tête d’une coalition « en vue d’exercer une pression irrésistible sur la France et les États-Unis »37, des pays « qui thésaurisent avec une intention d’hégémonie politique »38. L’or français multiplie les craintes allemandes : crainte de voir « la France faire de l’Autriche un état vassal »39, et crainte de la voir intervenir dans les affaires allemandes. Le discours est invariablement le même : Paris veut la perte de l’Allemagne ; il faut donc se libérer du boulet qu’est le traité de Versailles.

16Pourtant les raisons qui poussent le gouvernement français à une grande prudence dans cette question des prêts ne correspondent pas à la description machiavélique faite par Berlin. La France entend surtout lier son aide à sa sécurité.

  • 40 Le discours de Flandin du 23 septembre 1931 à la SDN a été envoyé au ministère des Affaires Étrang (...)
  • 41 Voir F. Knipping, op. cit., note 1.

17En septembre 1931 à la SDN, Flandin précise : « si l’on nous demande d’organiser et même de garantir dans le cadre international de vastes opérations de financement, ce à quoi nous sommes disposés dans la mesure de nos moyens, il faut ouvrir toutes grandes les écluses de la paix »40. L’Allemagne devrait donc renoncer à la modification de ses frontières orientales pendant dix ans, garantie de paix que Brüning a éludée lors de sa visite en juillet 193141.

  • 42 Note confidentielle intitulée : « le franc français et la réserve d’or » envoyée par Laval à Brian (...)

18Ce besoin de sécurité n’est pas la seule explication de l’attitude française. Le souvenir très présent des emprunts russes, autrichiens et ottomans incite à redoubler de prudence. Le gouvernement français évoque enfin clairement la possibilité de transformer cet énorme stock d’or (en octobre 1931, 67 milliards de francs de réserves) en un trésor de guerre, lorsque la crise touchera plus amplement la France42.

19Les objectifs recherchés par chaque camp à travers l’entente franco-allemande sont contradictoires, irréconciliables. Pour l’Allemagne, elle doit permettre le démantèlement du traité de Versailles et atténuer les effets de la crise économique. Pour Paris, elle n’est qu’un moyen pour garantir sa sécurité et maintenir une forme « de prospérité » économique. Dès lors, la coopération ne peut être qu’illusoire. Comment s’étonner dans ces conditions que dès la fin de l’année 1931, les deux pays s’engagent dans une « guerre économique », peu conforme à l’esprit de l’accord commercial de 1927. Incapable de s’entendre, chacun pense avoir plus de chances à faire face seul à ses difficultés.

II. UN RAPPORT DE FORCES DÉFAVORABLE A LA FRANCE

A. UNE BALANCE COMMERCIALE ACTIVE POUR LE REICH43

  • 43 On consultera avec intérêt trois études qui traitent du commerce franco-allemand à cette période : (...)

20A la fin des années vingt, l’Allemagne est devenue un partenaire commercial privilégié pour la France : 1er fournisseur, 4e client en 1930. La valeur totale des échanges atteint la même année 12 milliards de francs. Dès cette date s’amorcent à la fois la réduction du commerce entre les deux pays et le déficit accentué du solde français.

21En deux ans, le montant des échanges régresse de 60 % : 12 milliards de francs en 1930, 5,3 milliards de francs en 1932. Cette chute spectaculaire est le résultat de la crise mondiale et des politiques qui l’accompagnent, celles du « donnant donnant », dont les deux pays usent abondamment : dumping, contrôle des changes dès juillet 1931, protectionnisme administratif du côté allemand ; relèvement des droits en 1931, contingents dès le 5 mai 1931, surtaxe des changes du côté français. Mais ces politiques cachent deux stratégies distinctes : le Reich opte pour la restriction des devises, alors que la France préfère limiter l’entrée des marchandises. Le résultat est cependant le même une baisse brutale des échanges franco-allemands.

22La crise a également mis en valeur la vulnérabilité de Paris dont le solde commercial avec l’Allemagne n’a cessé de se détériorer. Le passif français s’est accru dans des proportions alarmantes au début des années trente. Excédentaire de 700 millions de francs en 1928, la balance commerciale devient déficitaire en 1929 avec un passif de 1,8 milliard de francs. Celui-ci s’accentue et atteint 3,7 milliards en 1930, puis 3,3 milliards en 1931 pour tomber à 1,9 milliard en 1932. Cette détérioration est due pour une large part à la diminution des exportations françaises vers l’Allemagne alors que les importations en provenance du Reich reculent moins sensiblement. Ce décalage tient autant à l’évolution distincte de la conjoncture économique dans les deux pays qu’à la structure de ce commerce.

23L’éclatement précoce et l’aggravation rapide de la crise en Allemagne s’accompagnent d’une diminution importante du pouvoir d’achat qui a pour corollaire la réduction des importations et la pratique du dumping car il s’agit d’écouler une production que le marché intérieur ne peut plus absorber. Jusqu’à la fin de l’année 1930 c’est le marché français qui offre des débouchés à une partie des marchandises allemandes, alors que les exportations françaises fléchissent. Lorsqu’en 1931, la crise touche la France, les ventes allemandes diminuent elles aussi. Le décalage conjoncturel entre les deux pays a joué au profit du Reich. Il est encore renforcé par la structure des échanges.

24Les exportations françaises sont constituées par des produits agricoles, semi-ouvrés ou des matières premières (76 % des ventes) et donc très dépendantes du pouvoir d’achat de la population allemande. Elles ont été ainsi tôt et fortement affectées par le marasme économique d’outre-Rhin. En revanche les ventes allemandes représentent surtout des produits destinés aux fabricants (outillage et combustible pour 53 % ; le total des ventes pour l’industrie de transformation est proche de 80 %). Elles ne subissent donc qu’avec retard les fluctuations économiques. La France importe des productions nécessaires à sa croissance, alors qu’elle vend au Reich des marchandises dont celui-ci peut immédiatement restreindre la consommation en période de crise. De surcroît l’Allemagne a réussi, grâce à la compression des salaires (8 % de 1927 à 1932 en moyenne) et à la rationalisation de son économie, à maintenir ses prix de revient compétitifs par rapport à la France. Cela lui confère une prime à l’exportation, des exportations que tous les pouvoirs économiques encouragent et qui fragilisent la position française. Celle-ci semble également bien peu enviable dans le domaine financier.

B. UNE SITUATION FINANCIERE PROBLEMATIQUE44

  • 44 Voir entre autres : Dietmar Keese, Die Volkswirtschaftlichen Gesamtgrössen für das Deutsche Reich (...)

25Alors que la balance commerciale reste favorable, le Reich connaît un déficit considérable de sa balance des capitaux. À la fin de l’année 1930, le total des placements étrangers outre-Rhin atteint la somme de 25,5 milliards de RM. Compte tenu des 9,7 milliards de RM investis par l’Allemagne hors de ses frontières, les engagements financiers du Reich se montent à 15,6 milliards de RM. Un bilan établi fin juillet 1931 corrige légèrement ces données. Les capitaux étrangers approchent de 23 milliards de RM qui se répartissent de la manière suivante :

  • 8 milliards de RM placés à court terme (dont 5,1 au profit des banques) ;
  • 9 milliards de RM injectés à long terme ;
  • 6 milliards de RM en actions et en immeubles.
  • 45 Lettre de François-Poncet, ambassadeur à Berlin à A. Tardieu, président du conseil et ministre des (...)
  • 46 Lettre de A. François-Poncet du 6 avril 1932, op. cit. Cf également Bergwerkzeitung du 28 mai 1932 (...)

26Comme les avoirs allemands à l’étranger sont estimés à cette même date à 8,5 milliards de RM, le solde passif s’élève à 14,5 milliards. Aux crédits à court terme il faut ajouter les avances directement consenties aux industriels et aux importateurs allemands par leurs fournisseurs. Les engagements à court terme dans l’économie allemande s’élèvent donc au milieu de l’année 1931 à 11 milliards de RM. Ces crédits ont été utilisés largement pour l’économie intérieure, convertis en fonds de roulement ou en placements à long et moyen terme. Dès lors ils ne peuvent être retirés rapidement sans porter gravement préjudice à l’économie allemande. Dans la foulée de la crise financière de juillet 1931, qui a mis en lumière la faiblesse en liquidités de la Reichsbank, l’Allemagne a obtenu un moratoire couvrant la période du 31 juillet 1931 au 1er mars 32. Ce premier accord d’immobilisation (Stillhalte), signé à Bâle le 18 août 1931, concerne 5,5 milliards de RM de crédits. Un nouvel accord, conclu à Berlin, le 23 janvier 1932, renouvelle les engagements allemands pour un an à partir du 1er mars 1932. Ces deux « moratoires sur les créances privées »45 laissent entrevoir à certains groupements économiques du Reich une « faillite honnête »46.

  • 47 Question posée par H. Laufenburger dans un article des Dernières Nouvelles de Strasbourg, du 26 ju (...)

27En réalité, la délicate situation des paiements ne peut s’apprécier qu’en tenant compte du solde commercial. En 1931, l’excédent commercial allemand (3 milliards de RM) suffit largement à faire face aux engagements extérieurs : 1,3 milliard pour le service des intérêts auxquels s’ajoutent 992 millions de RM pour les réparations. La possibilité d’honorer les dettes n’est même pas contrariée par l’important retrait de capitaux de l’été 1931 (5 milliards de RM) prélevé sur les réserves de la Reichsbank et les avoirs à l’étranger. Or la France, en exécution du moratoire Hoover d’abord, en application des décisions de Lausanne ensuite, a pratiquement consenti à l’Allemagne la suspension, voire la fin des réparations. Une grande partie des banquiers a accepté les accords de Stillhalte qui suspendent les remboursements allemands au titre des dettes commerciales privées. Ces efforts n’empêchent pas Paris de régler ponctuellement le solde passif de la balance commerciale franco-allemande (3,385 milliards de francs en 1931). Celui-ci représente le triple des créances privées françaises (1,2 milliard de francs environ). Il est suffisant pour recouvrer ce que l’Allemagne doit à la France. L’opinion française pose dès 1932 la question essentielle : « Est-il admissible aussi longtemps que l’Allemagne jouit d’un moratoire que la France paie ses dettes commerciales ? »47. Cette situation, illogique au regard des chiffres, n’est-elle que le résultat logique des politiques anti-crise ?

III. CRISE ET RECHERCHE D’UNE NOUVELLE DONNE

A. LE REPLI NATIONAL

  • 48 Hans Erich Volkmann, « Die N.S.-Wirtschaft in Vorbereitung des Krieges » in W. Deist M. Messerschm (...)

28Dans un article consacré à « L’économie national-socialiste et la préparation de la guerre », H.E. Volkmann met en valeur la particularité de la crise en Allemagne48. L’originalité du phénomène est davantage liée aux dimensions, aux conséquences politiques qu’aux aspects économiques.

  • 49 Cf. Dietmar Keese, op. cit.

29Une crise rampante se développe tôt en Allemagne. Dès 1928, les principaux indicateurs économiques virent au rouge49. Déjà à la fin de l’année 1927 le chômage progresse. Début 1928, les investissements reculent. La crise internationale a amplifié et renforcé cette « déprime nationale ». La véritable situation de crise est concomitante de l’ère Brüning. Elle atteint son point critique entre juin 1931 et le milieu de l’année 1932. L’échec de l’union douanière austro-allemande, l’effondrement du Kreditanstalt de Vienne provoquent une hémorragie de devises et de capitaux. En juin 1930, les réserves en or et en devises de la Reichsbank sont estimées à 3,174 milliards de RM. En décembre 1930, elles atteignent 2,778 milliards. Le mouvement de retrait se chiffre à 1,774 milliard au mois de juin 1931. Seule l’annonce du moratoire Hoover stoppe le phénomène. En juillet 1931, le contrôle des changes est institué en Allemagne, car à ce moment-là l’encaisse-or de la Reichsbank, sous l’effet conjugué des retraits étrangers et d’une fuite des capitaux allemands, ne se monte plus qu’à 1,260 milliard de RM.

30Cette crise financière, si spectaculaire dans ses apparences, n’est que le reflet d’un mouvement économique de fond dont nous rappellerons simplement quelques ordres de grandeur. Le produit national allemand a diminué de 37 % entre 1929 et 1932. Entre les mêmes dates, la consommation recule de 35 %, et le cap des 6 millions de chômeurs est dépassé. L’investissement ne suffit même plus au renouvellement du capital existant. Pour remédier à une telle situation, le gouvernement Brüning adopte un ensemble de décrets-lois destinés à freiner la consommation, les dépenses publiques et les investissements, mesures qui valent à son auteur une impopularité croissante. Mais le chancelier a également l’intention de profiter de la crise pour mettre fin au service des réparations. Cet objectif, qui domine dans toutes les décisions importantes, l’empêche de prendre les dispositions qui s’imposent pour soutenir l’économie.

  • 50 Cf. Hans Erich Volkmann, op. cit., p. 221.
  • 51 Cité par Hans Erich Volkmann, op. cit., p. 222.
  • 52 Robert Friedlaender-Prechtl, Wirtschaftswende. Die Ursachen der Arbeitslosen-Krise und deren Bekäm (...)
  • 53 Cité par Hanz Erich Volkmann, op. cit., p. 224.

31Le développement de la crise, qui peut servir la diplomatie allemande, le retrait des capitaux étrangers, les difficultés de paiement de l’Allemagne renforcent la méfiance des classes moyennes d’abord, des groupements agraires et industriels ensuite, à l’égard de la République de Weimar. Les milieux patronaux pensent que la dépression sera durable. Ils remettent en question l’ordre économique mondial et formulent le vœu de le remplacer par une organisation plus nationale. A l’espace mondial, cadre traditionnel des échanges, doit succéder un espace transnational plus restreint. Et si « l’autarcie est devenue le terme le plus usité dans la presse et les périodiques »50, la plupart de ces décideurs savent que l’Allemagne, dans ses frontières actuelles, ne peut se suffire à elle-même. Il faut donc définir une nouvelle politique commerciale appuyée sur un protectionnisme renforcé qui garantirait les intérêts du Reich à long et à court terme. Sombart évoque « la nécessité d’une orientation ferme, planifiée des relations économiques entre États à partir d’un point de vue national »51. Le libéralisme commercial, principe déjà périmé, doit faire place au bilatéralisme complémentaire. Cette complémentarité voulue dans les échanges contient les prémisses d’une réorientation de l’espace commercial vers un « Grosswirtschaftsraum ». L’autarcie s’inscrirait ainsi pour Friedlander-Prechtl, comme pour le « Mitteleuropaïsche Wirtschaftstag » qui représente les intérêts de la grande industrie allemande, dans « un espace économique dominé par l’Allemagne en Europe centrale et du Sud-Est »52. Treviranus envisage la restauration de l’unité économique des anciens empires centraux démantelés par un réseau de petits États avec leur protection douanière. Elle doit renforcer la capacité du Reich à rivaliser avec les puissances coloniales, les États-Unis et le Japon53.

32Le repli national passe pour l’Allemagne par un contrôle des changes qui évite la fuite des capitaux, un protectionnisme commercial qui contingente les importations et stimule les exportations, un espace économique en Europe danubienne qui combine avantages économiques et politiques, et enfin par la suppression de toutes les dettes extérieures. Ce nationalisme économique gagne également la France.

33Pour faire face à la crise qui s’y est installée plus tardivement, les autorités françaises suivent, avec des moyens différents, la même politique que celle pratiquée outre-Rhin. Rappelons les mesures qui ont un impact sur les relations économiques

34Devant le déficit commercial provoqué par la chute des exportations, la France renforce le protectionnisme. Dès 1931, les pouvoirs publics relèvent les droits de douane sur les produits agricoles d’abord, sur la majorité des produits industriels ensuite, en 1932. Pour ne pas subir la dévaluation de la Livre, un décret du 12 novembre 1931 remet à l’honneur la surtaxe de change (15 % ad valorem sur les exportations en provenance de pays à monnaie dépréciée). La même année, le contingentement se transforme progressivement en muraille anti-importations. En mai 1931 les licences d’importation pour les produits azotés sont imposées. Le 15 juillet 1931, le charbon est, à son tour, contingenté. Au cours du second semestre de l’année 1931, tous les produits de base de l’agriculture, de l’élevage et des industries analogues sont frappés par de telles mesures étendues au début de l’année 1932 aux produits industriels.

  • 54 A. Sauvy, Histoire économique de la France entre les deux guerres, 1965-1972. Tome 2, p. 448 et su (...)

35Le manque à importer est compensé par un redéploiement du commerce français vers les colonies54. Du 1er janvier 1931 au milieu de l’année 1932, les importations en provenance de l’Empire augmentent de 34 %, pendant que les exportations métropolitaines vers l’outre-mer diminuaient de 30 %. Dans le même laps de temps, les importations en provenance de l’étranger reculent de 51 % et les exportations françaises de 55 %. Pour ne pas avoir à subir les difficultés de paiement liées aux perturbations économiques mondiales, la France cherche à renforcer le caractère bilatéral de ses relations avec l’extérieur. Un arrêté du 15 février 1932 fixe la technique du régime de la compensation, et des accords de ce type sont conclus avec l’Autriche, la Hongrie, l’Estonie, la Lettonie, la Tchécoslovaquie, la Yougoslavie et la Grèce... le « Grosswirtschaftsraum » des Allemands. L’ensemble de ces mesures n’améliorent guère la position française. La dépression mondiale, la baisse générale de l’activité, et le cloisonnement de l’économie internationale amplifient le facteur aggravant des pays du Bloc-or. L’écart (20 %) existant entre les prix des pays « dévalués » et la France joue au bénéfice des premiers. Ce facteur isole encore davantage Paris, convaincu que le cap de l’orthodoxie financière permettra de résorber la crise.

36Ce règne du « chacun pour soi » imprime sa marque aux relations économiques et financières franco-allemandes au cours de l’année 1932.

B. LA GUERRE DOUANIERE

37Aux mesures de contingentements dont le gouvernement français prend l’initiative en 1931, l’Allemagne répond par un système de protection reposant sur un contrôle des changes de plus en plus sophistiqué.

1. La politique française

  • 55 Lettre du Syndicat général des cuirs et peaux de France au ministre du Commerce, 21 décembre 1931. (...)
  • 56 Lettre du Syndicat général des cuirs et peaux de France au ministre du commerce, 21 décembre 1931. (...)
  • 57 Les pièces 174 à 275 de ce dossier cité en notes 55 et 56 constituent les plaintes de ces secteurs (...)
  • 58 Cela est déjà confirmé par une lettre de Coulondre à Ritter, du 25 novembre 1934. A.D. série Relat (...)

38Au courant du second semestre 1931, les protestations des milieux d’affaires français qui réclament la mise en place d’un contingentement destiné à freiner les importations allemandes sont nombreuses. Le Syndicat général des cuirs souhaite en décembre 1931 que « nous nous gardions de faire le jeu de nos antagonistes. Ce sont de redoutables concurrents »55. Pour lui la situation est alarmante, car, écrit-il au ministre du Commerce, « ce n’est pas quand la maison brûle - et c’est le cas pour notre industrie - qu’il faut organiser une conférence des pompiers pour étudier les moyens les plus efficaces pour éteindre le feu »56. Pour ce syndicat, seule la fermeture partielle et temporaire des frontières peut résoudre les difficultés de la branche. Les secteurs des jouets, des tôles, des fourches et faux, par un volumineux courrier, font peser la menace de la fermeture d’entreprises « suite à la concurrence déloyale des Allemands »57. Ils ont tendance à considérer qu’uniquement « un contingentement des importations peut les sauver de la ruine »58. La pression des industriels est relayée par les parlementaires dont les lettres viennent se faire l’écho des difficultés du monde des producteurs.

  • 59 Lettre du ministre du commerce au ministre des Affaires Étrangères. 31 décembre 1931.
  • 60 A.D. série Relations commerciales, sous-série Allemagne, volume 73, pièce 276.

39Le Quai d’Orsay semble, quant à lui, ne pas vouloir emprunter à fond la voie souhaitée. Face à un ministère du Commerce qui a déjà étudié les dispositions techniques pour mettre en œuvre le contingentement industriel, il insiste pour que « les dispositions envisagées soient appliquées de manière à entraver le moins possible les efforts qui sont développés parallèlement en vue d’aboutir à des ententes privées et notamment entre industries françaises et allemandes »59. Les services des Affaires étrangères, sans méconnaître l’urgence d’un certain nombre de mesures de protection, préfèrent qu’à travers la commission économique franco-allemande, on aboutisse le plus rapidement possible à « des accords privés et à de nouveaux accords de cartels »60.

  • 61 Les volumes 51 et 52 de la série Relations commerciales, sous-série Allemagne - Archives diplomati (...)

40Sous l’égide de cette commission, les deux pays parviennent à des résultats. Sur les 110 produits susceptibles, d’après une liste adressée par le Reichsverband der Industriellen à la Fédération générale de la production française, de faire l’objet d’ententes industrielles, 65 sont effectivement concernés par une série d’arrangements à l’amiable au cours du premier semestre 1932. Les accords présentent généralement le même contenu61. Industriels français et allemands se mettent d’accord de façon précise sur le volume annuel des exportations allemandes vers la France. Ce total est ensuite divisé par 12, mais le contingent mensuel ainsi obtenu peut être reporté d’un mois sur l’autre. Le certificat de contingentement est délivré par le comptoir syndical de la branche en Allemagne, avec l’agrément du gouvernement français. L’accord est souvent valable pour un an avec tacite reconduction si le préavis de dénonciation d’un mois n’est pas utilisé par l’une ou l’autre partie. L’arrangement prend automatiquement fin si le traité de commerce du 17 août 1927 est dénoncé. Enfin l’arbitrage est confié à la Fédération internationale de la branche concernée. Ces accords sont ensuite confirmés par décret du gouvernement français : en août 1932, 47 décrets réglementent les importations françaises, mais 9 catégories de produits ont été contingentées d’autorité.

2. Les maigres résultats de la relance des cartels62

  • 62 Les lignes suivantes s’appuient sur le travail de Laurence Ballande, Essai d’étude monographique e (...)

41La réactivation des cartels tant souhaitée par le Quai d’Orsay comme par la commission économique franco-allemande n’a pas les résultats escomptés. Trois nouvelles ententes internationales intéressent la France et l’Allemagne en 1932.

42Le 1er janvier 1932, les producteurs de tréfilés fondent à Bruxelles l’IWECO (International Wire Export Company). Ce cartel se propose de contrôler les exportations des pays participants par l’octroi d’un contingent national de vente. Des prix minima sont fixés par accord entre les adhérents. Un comité central à Londres recense les commandes et les distribue entre les groupes.

43L’entente sur l’aniline, qui existe depuis 1928, s’ouvre en 1932 à la Pologne. L’adhésion polonaise permet de redéfinir le fonctionnement du cartel. L’entente souhaite répartir rationnellement la production. Pour ce qui est de la distribution, chaque pays se réserve son marché national. Sur les marchés libres, une concurrence atténuée est admise : en cas de perte d’un marché, une compensation à l’amiable est prévue entre les membres. En matière de prix il n’y aurait pas d’arrangement.

44Un dernier accord concernant l’importation du papier journal en France est signé le 4 août 1932 à Paris. C’est une convention écrite tripartite conclue entre la Fédération nationale des journaux français, le Comptoir français du papier journal et les représentants des papeteries européennes. Elle fixe les contingents de chaque pays importateur et aligne les prix sur ceux pratiqués par le Comptoir français. L’accord peut être résilié en cas de modification du régime douanier français.

45Deux ententes internationales, auxquelles participent la France et l’Allemagne, sont renouvelées au courant de l’année 1932 : d’une part celle sur les produits chimiques industriels qui fixe les prix et les quotes-parts de livraison des pays membres ; d’autre part l’entente de Karlsbad sur la porcelaine et la céramique entre la France, l’Allemagne et la Tchécoslovaquie qui est prolongée en octobre 1932. Elle assure aux importateurs français un prix minimum et des contingents maxima de vente.

  • 63 A.D. Série Relations commerciales, sous-série Allemagne, volume 50, 51, 52 renferment les plaintes (...)

46Un bilan succinct permet d’affirmer que les ententes industrielles directes ont davantage permis au marché français de se protéger que la timide relance des cartels. Les deux moyens utilisés suscitent le mécontentement allemand et provoquent un durcissement de l’attitude de Berlin63.

3. L’attitude allemande

  • 64 Une analyse du dispositif allemand est présenté dans : Charles Bettelheim, L’économie allemande so (...)

47Dumping, contingentement et contrôle des changes constituent l’arsenal des « représailles » allemandes64.

  • 65 Voir Bettelheim, op. cit., tome II, p. 43.

48Dès 1930, primes à l’exportation, ristournes aux vendeurs permettent d’encourager les ventes de produits métallurgiques, de céréales et de viande. Des subventions, sous la forme de primes de vente ou de crédits à l’exportation, offrent au Reich la possibilité de promouvoir certaines branches exportatrices : les producteurs de minerai de fer, les viticulteurs, le syndicat de l’azote... Les fonds de chômage peuvent être versés directement aux entreprises qui fabriquent des marchandises destinées aux marchés extérieurs. À côté de ce dumping administratif, qui se renforce tout au long de l’année 1932, existe également un ensemble de pratiques privées qui stimulent l’exportation : produits de premier choix déclassés par les industriels en produits de second choix ; pratique de la fixation du prix par l’acheteur, etc. L’encouragement prodigué aux exportations a eu la préférence des autorités du Reich. Le gouvernement allemand cherche surtout à se protéger des importations agricoles françaises qu’il a réglementées par un décret du 23 février 1932. La réduction des achats est obtenue bien davantage par un contrôle des changes de plus en plus efficace65.

49Le contrôle des devises date de juin 1931. Le dispositif inauguré au moment de la crise financière est complété par les Ordonnances du 21 août 1931, du 19 février 1932 et du 14 avril 1932. Elles interdisent progressivement l’exportation des capitaux et soumettent à un contrôle tous les paiements à l’étranger. A partir d’octobre 1931, les importateurs allemands sont gratifiés de « contingents de devises » qui correspondent à une fraction de leurs paiements effectués à l’étranger entre le 1er octobre 1930 et le 30 septembre 1931. Mais les offices de devises, qui supervisent le dispositif mis en place, ne peuvent accorder qu’un contingent maximal de 250 000 RM. Des restrictions modifient quelque peu le principe général. Les offices ont la possibilité, pour le paiement de marchandises absolument nécessaires à l’économie ou de marchandises achetées avant août 31, d’octroyer des devises supplémentaires jusqu’à concurrence de 20 000 RM.

50Pour les étrangers titulaires de comptes en Allemagne trois types de situations coexistent. Des comptes dits « libres » ouverts après le 15 juillet 1931 permettent à l’étranger d’effectuer librement toutes les transactions voulues en Allemagne. En revanche, toute demande de rapatriement de ses avoirs est soumise à l’autorisation d’un office de contrôle, la Devisenbewirtschaftungstelle. Les comptes « bloqués » comprennent eux tous ceux ouverts avant le 15 juillet 1931. Leur solde créditeur ne peut faire l’objet de rapatriements et les titulaires d’un tel compte sont encouragés à placer leurs capitaux à long terme en Allemagne. Les comptes « différés », enfin, sont constitués par des capitaux versés au profit d’un étranger, qui n’a pas encore obtenu l’autorisation générale de rapatriement.

51Cette réglementation complexe place les exportateurs étrangers dans une situation incertaine encore aggravée par le régime des « contingents maxima » institué dès le début de 1932. Le gouvernement du Reich fixe mois par mois la part du contingent de base tel qu’il a été défini en octobre 1931. En mars 1932 le pourcentage est fixé à 75 %, en avril à 55 %, puis en mai à 50 % de la moitié de la valeur des importations d’octobre 1930. Ce pourcentage constitue un maximum, chaque cas particulier étant soumis à l’examen du Finanzamt compétent qui ne se décide qu’après consultation des organisations industrielles et des chambres de commerce. Quels barrages administratifs !

  • 66 Les premières velléités de modification du traité de 1927 datent de la fin de l’année 1931. A.D., (...)

52La politique allemande de réduction des importations grâce au contrôle des changes accompagne la recherche d’un moratoire total ou partiel des dettes extérieures. Il s’agit d’alléger la situation des devises et de se libérer des dettes, héritage pour Berlin du traité de Versailles. Se trouve ainsi posée la délicate question des paiements. Le Reich s’expose à des représailles qu’il compte éviter en tablant sur la division des créanciers. Pour la France de telles pratiques rendent caduques les dispositions du traité de commerce de 1927. Il convient de lui substituer un nouveau modus vivendi que Paris s’efforce de rechercher tout au long de l’année 193266. Les négociations, dans ce contexte de guerre douanière, dans ce règne du « donnant donnant » risquent d’être épineuses.

Notes

1 Sur les relations franco-allemandes au temps de la crise économique mondiale, voir : Franz Knipping, Deutschland, Frankreich und das Ende der Locarno-Ära. Studien zur internatianalen Politik in der Anfangs- phase der Weltwirtschaftskrise, Munich 1987. Franz Knipping, « Die deutschfranzösichen Beziehungen und die Weltwirtschaftskrise ». in J. Bariety, A. Guth, J.M. Valentin, La France et l’Allemagne entre les deux guerres mondiales. Actes du colloque tenu en Sorbonne (Paris IV) 15-17 janvier 1987. Presses universitaires de Nancy, 1987, pages 47 à 57.

2 A.D., série Relations commerciales, sous-série Allemagne, volume 70. Lettre du Ministère des Affaires Étrangères à Corbin, ambassadeur de France à Bruxelles en date du 3 novembre 1991. Dans cette lettre, le Quai d’Orsay fait référence à un courrier du 8 octobre 1931, dans lequel Corbin exprimait les craintes belges des répercussions possibles d’une entente économique franco-allemande. La Belgique a créé d’importantes difficultés pour le renouvellement du cartel de l’acier en 1931.

3 Mémorandum du gouvernement du Reich du 10 novembre 1931. A.D. série Relations commerciales, sous-série Allemagne, volume 70.

4 Mémorandum du 10 novembre 1931, op. cit.

5 Conclusions adoptées par la commission interministérielle le 6 novembre 1931. A.D., série Relations commerciales, sous-série Allemagne, volume 70.

6 Lettre du 7 novembre 1931 du ministre du Commerce au ministre des Affaires Étrangères. A.D., série Relations commerciales, sous-série Allemagne, volume 70. La lettre mentionne les décisions du Conseil des ministres du 3 novembre 1931.

7 Lettre du 7 novembre 1931, op. cit.

8 Lettre du 7 novembre 1931, op. cit. Cette lettre fixe également les demandes de contingents suivants : tôles, vêtements confectionnés, papier sulfurisé, outillage, articles de ménage, bateaux de rivières, jeux et jouets, gobeleterie, constructions mécaniques, appareils scientifiques d’optique et de précision.

9 Note du 14 novembre 1931 émanant de la Direction des Relations commerciales du ministère des Affaires Étrangères. Elle est destinée à A. Briand, ministre des Affaires Étrangères et cherche à faire le point des possibilités d’entente avec l’Allemagne, à la veille de la 1re réunion de la commission économique franco-allemande. A.D., série Relations commerciales, sous-série Allemagne, volume 70.

10 Note du 14 novembre, op. cit.

11 Rapport du 29 décembre 1931 sur l’activité de la commission économique franco-allemande d’octobre à décembre 1931. A.D., série Relations commerciales, série Allemagne, volume 70.

12 Rapport du 29 décembre 1931, op. cit..

13 Rapport du 29 décembre 1931, op. cit. La VEBA est un holding des entreprises fiscales de la Prusse (charbon, mines de fer, électricité, potasse..)

14 Rapport du 29 décembre 1931, op. cit.

15 Note allemande traduite et publiée dans La Vie Économique du 12 novembre 1931. Elle date du 10 novembre 1931 et est conservée aux A.D., série Relations commerciales, sous-série, Allemagne, volume 70. Elle s’intitule : « Préparation d’une coopération franco-allemande sur les marchés extérieurs ».

16 La Vie Économique du 12 novembre 1931 - Extraits de la note allemande du 10 novembre 1931, op. cit.

17 Note du 5 janvier 1932, de la Direction commerciale du Ministère des Affaires Étrangères pour le service français de la SDN Note du 14 janvier 1932, de la Direction politique du Ministère des Affaires Étrangères au Président du Conseil, Pierre Laval. Note complémentaire du 19 janvier 1932 sur l’activité de la commission économique franco-allemande. Ces trois notes ont conservées aux A.D., série Relations commerciales, sous-série Allemagne, volume 70.

18 Note du 14 janvier 1932, op. cit.

19 Note du 14 janvier 1932, op. cit.

20 Note du 14 janvier 1932, op. cit.

21 Note du 14 janvier 1932, op. cit..

22 Note du 14 janvier 1932, op. cit.

23 Note du 14 janvier 1932, op. cit.

24 Note du 14 janvier 1932, op. cit.

25 Reichskreditgesellschaft. Le développement économique de l’Allemagne pendant le premier semestre de 1931. Rapport, Berlin 1931. Ce rapport se trouve aux A.E.F. Dossier B 31470.

26 Reichskreditgesellschaft, rapport, op. cit. p. 37.

27 Reichskreditgesellschaft, rapport, op. cit. p. 23.

28 Reichskreditgesellschaft, rapport, op. cit. p. 24.

29 Reichskreditgesellschaft, rapport, op. cit. p. 31.

30 Schröder Hans-Jürgen. « Deutsche Sudosteuropapolitik 1929-1936. Zur Kontinuitât Deutscher Aussen-politik in der Weltwirschaftskrise » in Geschichte und Gesellschaft. Zeitschrift für Historische Sozialwissen- schaft. 2 Jahrgang. Heft 1 « Aussenwirtschaft und Aussenpolitik im Dritten Reich ». Göttingen 1976 p. 5 à 33.

31 Cf. Knipping F., « Die deutsch-franzöziche », op. cit. p. 49.

32 Cité par René Girault et Robert Frank, Turbulente Europe et nouveaux mondes, 1914-1941. Paris 1988, p. 174.

33 Lipmann. Tribune du 23 septembre 1931, article consacré à la nécessité d’une entente franco-américaine.

34 Lipmann. op. cit.

35 Notes envoyées par le Président du conseil au ministre des Affaires Étrangères le 3 décembre 1931. A.D., série Y, internationale 1918-1940, volume 219 : Finances, dossier général, 24 février 1931 - 29 décembre 1933.

36 Télégramme de l’Ambassade de France à Berlin nos 1413 à 1415 du 22 septembre 1931. A.D. série Y, Internationale 1918-1940 - volume 219.

37 Télégramme du 22 septembre 1931, op. cit.

38 Télégramme du 22 septembre 1931, op. cit.

39 Le Matin, 7 mai 1931.

40 Le discours de Flandin du 23 septembre 1931 à la SDN a été envoyé au ministère des Affaires Étrangères par Massigli le 23 septembre à 21 h 45. Le télégramme est enregistré sous le n° 157. A.D. série Y, Internationale 1918-1940, volume 219.

41 Voir F. Knipping, op. cit., note 1.

42 Note confidentielle intitulée : « le franc français et la réserve d’or » envoyée par Laval à Briand le 3 décembre 1931. A.D. série Y, Internationale 1918-1940, volume 219.

43 On consultera avec intérêt trois études qui traitent du commerce franco-allemand à cette période : L. Coquet, P. Jeranec, R. Altermann, Les échanges franco-allemands : leurs principaux aspects d’après la statistique. Union Française des industries exportatives, s.d. Paris novembre 1932. Paul Reynaud, Les relations commerciales franco-allemandes depuis la guerre jusqu’au 1er janvier 1935, thèse de droit, Lyon 1935, 297 pages. Plus particulièrement la troisième partie : les rapports commerciaux franco-allemands pendant la crise actuelle, p. 161 et suiv. Jacques Marseille, Le commerce entre la France et l’Allemagne pendant les années 1930. Actes du colloque franco-allemand tenu à Paris du 10 au 12 mars 1977. « La France et l’Allemagne 1932-1936 », Éditions du CNRS, 1980, p. 279 et suiv.

44 Voir entre autres : Dietmar Keese, Die Volkswirtschaftlichen Gesamtgrössen für das Deutsche Reich in den Jahren 1925-1933. In Die Staats und Wirtschaftskrise des Deutschen Reichs 1929/1933. Sechs Beiträge herausgegeben von Weiner Conze und Hans Raupach. Stuttgart 1967 p. 35 à 82.

45 Lettre de François-Poncet, ambassadeur à Berlin à A. Tardieu, président du conseil et ministre des Affaires Étrangères, en date du 6 avril 1932. Elle expose la politique financière et économique du Reich. A.E.F. B 31570.

46 Lettre de A. François-Poncet du 6 avril 1932, op. cit. Cf également Bergwerkzeitung du 28 mai 1932, un article intitulé : « Comment se présenterait pour l’Allemagne une faillite honnête ».

47 Question posée par H. Laufenburger dans un article des Dernières Nouvelles de Strasbourg, du 26 juin 1932 intitulé : « Le règlement des créances privées sur l’Allemagne ».

48 Hans Erich Volkmann, « Die N.S.-Wirtschaft in Vorbereitung des Krieges » in W. Deist M. Messerschmidt, H.E. Volkmann, W. Wette. Ursachen und Voraussetzungen des Zweiten Weltkrieges. Frankfurt am Main 1989, p. 211 à 429.

49 Cf. Dietmar Keese, op. cit.

50 Cf. Hans Erich Volkmann, op. cit., p. 221.

51 Cité par Hans Erich Volkmann, op. cit., p. 222.

52 Robert Friedlaender-Prechtl, Wirtschaftswende. Die Ursachen der Arbeitslosen-Krise und deren Bekämpfung, Leipzig 1931, p. 132.

53 Cité par Hanz Erich Volkmann, op. cit., p. 224.

54 A. Sauvy, Histoire économique de la France entre les deux guerres, 1965-1972. Tome 2, p. 448 et suiv. Les chiffres du commerce colonial lui sont empruntés.

55 Lettre du Syndicat général des cuirs et peaux de France au ministre du Commerce, 21 décembre 1931. A.D., série Relations commerciales, sous-série Allemagne, vol. 73, pièce 267.

56 Lettre du Syndicat général des cuirs et peaux de France au ministre du commerce, 21 décembre 1931. A.D., série Relations commerciales, sous-série Allemagne, vol. 73, pièce 267.

57 Les pièces 174 à 275 de ce dossier cité en notes 55 et 56 constituent les plaintes de ces secteurs industriels.

58 Cela est déjà confirmé par une lettre de Coulondre à Ritter, du 25 novembre 1934. A.D. série Relations commerciales, sous-série Allemagne, volume 73, pièce 95.

59 Lettre du ministre du commerce au ministre des Affaires Étrangères. 31 décembre 1931.

60 A.D. série Relations commerciales, sous-série Allemagne, volume 73, pièce 276.

61 Les volumes 51 et 52 de la série Relations commerciales, sous-série Allemagne - Archives diplomatiques - contiennent une série d’accords signés dans le cadre de ces négociations.

62 Les lignes suivantes s’appuient sur le travail de Laurence Ballande, Essai d’étude monographique et statistique sur les ententes économiques internationales. Thèse de Droit, Paris 1936.

63 A.D. Série Relations commerciales, sous-série Allemagne, volume 50, 51, 52 renferment les plaintes allemandes et les menaces de « représailles » économiques.

64 Une analyse du dispositif allemand est présenté dans : Charles Bettelheim, L’économie allemande sous le nazisme. 2 tomes, 1re édition 1945, tome II, p. 40.

65 Voir Bettelheim, op. cit., tome II, p. 43.

66 Les premières velléités de modification du traité de 1927 datent de la fin de l’année 1931. A.D., série Relations commerciales, sous-série Allemagne, vol. 70.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540