Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les relations économiques et financières franco-allemandes, 1932-1939

 | 
Sylvain Schirmann

Introduction

Texte intégral

  • 1 Voir J. Bariety, Les relations franco-allemandes après la première guerre mondiale, Paris, 1977.

1Le traité de Versailles a indéniablement favorisé la France en lui permettant d’orienter au mieux de ses intérêts ses échanges avec l’Allemagne1. Les difficultés de la République de Weimar tout comme les échéances imposées par le traité de paix améliorent progressivement la position du Reich. Le plan Dawes assure le paiement des réparations et permet à Berlin de bénéficier des capitaux américains. La restructuration de l’économie allemande, fruit de ces investissements, procure au Reich une compétitivité préjudiciable à la France. Au traité de Locarno (1925) vient s’ajouter « un Locarno économique » : le traité de commerce de 1927. L’accord d’août 1927 est un indice supplémentaire de l’amélioration des relations entre les deux partenaires.

  • 2 Voir Konsul Dr E. Respondek, Wirtschaftliche Zusammenarbeit zwischen Deutschland und Frankreich, B (...)
  • 3 Voir F. Knipping, Deutschland, Frankreich und das Ende der Locarno Ära. Studien zur internationale (...)

2Beaucoup de travaux contemporains de ces événements insistent alors sur la complémentarité des deux économies2. On se plaît à imaginer une étroite imbrication des intérêts matériels des deux pays. Celle-ci est la clé de la paix et de la prospérité en Europe. Le libre-échangisme voulu par l’accord commercial de 1927 profite davantage à Berlin qu’à Paris. Les deux pays s’en accommodent jusqu’au moment où la crise économique mondiale brise les rêves de coopération. L’Allemagne, affectée d’abord, cherche une aide française qui se dérobe au début des années 1930. C’est donc bien avant l’arrivée au pouvoir d’Hitler que les relations franco-allemandes tant économiques que politiques se tendent3.

3La nomination d’Hitler à la chancellerie ne modifie en rien dans l’immédiat les relations économiques et financières entre les deux pays. La lecture des objectifs du dirigeant nazi ne peut cependant pas ne pas manquer d’inquiéter. La réorientation autarcique que le nouveau chancelier renforce, l’impulsion qu’il donne à une économie de guerre posent problème aux responsables français. Ceux-ci ont-ils les possibilités de contrecarrer par des moyens classiques les visées allemandes ? Cette étude tente de répondre à cette question. Elle essaye, à travers la présentation des échanges économiques et financiers franco-allemands pendant les années trente, de chercher à savoir à qui ces relations ont profité. Ont-elles favorisé les efforts de guerre du Reich ? Ou freiné la politique belliciste de Berlin ? La déclaration de guerre de septembre 1939 apporte une réponse simple : Paris n’a pas pu freiner les ambitions d’Hitler. Reste alors à comprendre pourquoi les relations économiques et financières ont peu pesé sur les relations diplomatiques entre les deux pays.

4L’étude commence en décembre 1932. Les arrangements signés ce mois-là constituent une première adaptation à la crise. Ils inaugurent juridiquement l’ère des replis nationaux. Bien avant Hitler la tendance autarcique est en place. Le nouveau chancelier n’aura qu’à accentuer cette politique. Il apparaît donc important de montrer la continuité économique entre Weimar finissant et l’hitlérisme naissant, du moins dans les rapports commerciaux et financiers avec Paris. Une telle approche permet également de mieux mettre en valeur la spécificité du pouvoir nazi dans ses relations économiques avec la France. Le dernier accord analysé dans ce travail – celui du 20 juillet 1939 – signé à un mois de la guerre favorise indéniablement la présentation d’un bilan de ces relations.

5Nous avons adopté un plan chronologique. Celui-ci nous semble le plus indiqué, d’abord parce que trois accords essentiels marquent chacun de façon bien spécifique une période donnée. Le protectionnisme introduit dans l’accord de 1927 par les avenants de décembre 1932 dure jusqu’en 1934. Le traité de juillet 1934 institue un clearing sans transfert de devises jusqu’en 1937. Le dispositif du 10 juillet 1937 modifie à nouveau le régime des échanges. Dorénavant les sorties de devises sont autorisées et les exportations comme les importations évoluent de façon identique. La démarche chronologique permet également de mieux suivre ces négociations longues et complexes qui mettent systématiquement à plat tous les aspects des relations entre les deux pays. Les avantages commerciaux accordés à l’un sont souvent compensés par des contreparties financières octroyées à l’autre. Ce marchandage s’apprécie mieux en suivant une trame événementielle.

6Celle-ci permet enfin de raccrocher relations économiques et relations diplomatiques. Il est en effet important de voir si la traversée de la zone de risques en 1934-1935 se vérifie également dans le domaine économique. Ou si les agressions hitlériennes modifient les relations économiques entre les deux pays. Nous nous sommes préoccupés exclusivement des relations bilatérales. Cependant, à partir du moment où les rapports avec les pays tiers ou bien la situation économique intérieure interviennent sur les échanges franco-allemands, nous croyons devoir évoquer ces aspects internes, comme internationaux, sans en faire une présentation exhaustive.

7Les sources consultées sont essentiellement des archives publiques. Celles accessibles au Quai d’Orsay contiennent peu de documents intéressant les relations économiques et financières franco-allemandes pendant la période concernée par la présente étude. Nous avons surtout travaillé à partir des archives économiques et financières de la rue de Bercy. Les dossiers bien plus abondants nous ont permis d’avoir une vue d’ensemble de ces questions économiques franco-allemandes et surtout de suivre les négociations des principaux accords. Nous avons également consulté les rapports mensuels de l’Office franco-allemand des paiements, réelle mine pour la période concernant le clearing. Les sources françaises ont été confrontées aux dossiers du Politisches Archiv de l’Auswärtiges Amt à Bonn. Nous avons procédé à un examen plus minutieux des fonds de l’ambassade d’Allemagne à Paris, des « Handakten » (papiers) de certains présidents de délégations allemandes (Ulrich, Wiehl, Hemmen) ainsi que des fonds de la Handelspolitische Abteilung concernant les relations économiques franco-allemandes.

8N’ayant pas utilisé d’archives privées (de société, de banque ou de chambre de commerce) l’étude souffre nécessairement d’une présentation superficielle de l’attitude des milieux d’affaires. Nous avons mentionné leurs interventions dès qu’elles apparaissaient au niveau des pouvoirs publics. Dès lors notre travail s’intéresse essentiellement aux relations de deux économies nationales et accorde une place privilégiée aux gouvernements comme acteurs définissant le cadre de ces relations. Cela correspond également au renforcement du rôle des États dans la lutte contre la crise tant économique que politique.

9Ce travail n’aurait pas connu d’aboutissement sans le soutien de M. le professeur Raymond Poidevin, qui a dirigé la thèse dont est issu cet ouvrage. Nous lui sommes gré de nous a voir suggéré ce sujet et de nous en a voir facilité l’étude par une présence constante tout au long de ce travail. En nous invitant à venir présenter les relations économiques et financières franco-allemandes dans le cadre de programmes de recherches qu’il dirigeait, il nous a sans cesse stimulé, encouragé, nous obligeant ainsi à approfondir notre pensée. Il a, par sa disponibilité, su écouter nos interrogations et réorienter notre travail lorsque le besoin s’en faisait sentir. Il nous a enfin toujours honoré de sa confiance en nous laissant la liberté nécessaire à un travail de recherche et en nous associant à ses publications. Nous prions M. le professeur Raymond Poidevin de trouver ici l’expression de notre profonde gratitude. Les mots souvent en pareilles circonstances manquent.

10Nous avons également toujours trouvé beaucoup de compréhension auprès des services des Archives Diplomatiques, des Archives Économiques et Financières, de l’Auswärtiges Amt. Nous tenons tout particulièrement à exprimer notre reconnaissance à Mme Dijoux, qui a constamment guidé nos recherches aux Archives Économiques, rue Saint-Honoré d’abord, rue de Bercy ensuite.

11Notre gratitude va aussi à notre sœur, Mme Danielle Burgun, qui a pris sur elle la réalisation technique de notre thèse, apportant une disponibilité prise à sa vie de famille et que nous n’arriverons pas à honorer à sa juste mesure. Notre frère, M. Jean-Louis Schirmann, nous a aidé à traiter les statistiques.

12Nos remerciements vont de même à Danièle Battiston qui a bien voulu assurer la relecture de ce travail et nous faire profiter de ses judicieuses suggestions. Sa présence aura été stimulante du début à la fin de ce travail.

13Merci enfin à tous nos amis qui par un encouragement ou une interrogation nous ont constamment permis de surmonter nos doutes. Ce travail est un peu le leur. L’auteur reste cependant seul responsable de toutes les imperfections de l’étude.

Notes

1 Voir J. Bariety, Les relations franco-allemandes après la première guerre mondiale, Paris, 1977.

2 Voir Konsul Dr E. Respondek, Wirtschaftliche Zusammenarbeit zwischen Deutschland und Frankreich, Berlin, 1929. Thèse soutenue par P. Reynaud dans sa thèse mentionnée plus longuement dans les pages suivantes.

3 Voir F. Knipping, Deutschland, Frankreich und das Ende der Locarno Ära. Studien zur internationalen Politik in der Anfangsphase der Weltwirtschaftskrise, Munich, 1987.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable