Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les relations économiques et financières franco-allemandes, 1932-1939

 | 
Sylvain Schirmann

Préface

Raymond Poidevin

Texte intégral

1Il fallait oser aborder un sujet difficile, neuf, à peine effleuré jusque-là tant l’étude des relations économiques et financières franco-allemandes à l’époque d’Hitler apparaissait complexe ne serait-ce qu’en raison du jeu de mécanismes particuliers riches en aléas. Sylvain Schirmann s’est lancé dans l’aventure ; il apporte ici une contribution essentielle à la connaissance des relations franco-allemandes dans les années 1930.

2Tout en procédant pas à pas au décodage des mécanismes, l’auteur met à jour et suit ces négociations longues, ambiguës, quasi permanentes, couronnées seulement par deux accords - 1934, 1937 - mais jalonnées par une série d’avenants, de protocoles confidentiels, d’échanges de lettres, d’accords particuliers. Au cours de ces négociations, tous les problèmes sont systématiquement évoqués car ce marchandage permanent porte sur tout : plans Dawes et Young, balance commerciale, minerai de fer, coke, produits agricoles, questions monétaires, coopération économique...

3On voit à l’œuvre une multitude d’acteurs : ministères, organismes techniques, commissions... sans oublier les hommes qui ont cherché à imprimer une marque personnelle aux relations : Schacht, von Ribbentrop côté allemand, Blum, Reynaud, Bonnet, Rueff, Alphand côté français. Les divergences de vue entre ministères, entre clans... ne manquent pas et suscitent d’âpres controverses.

4On découvre - exemples à l’appui - que les contacts économiques et financiers bilatéraux s’insèrent dans un contexte plus large, économique ou diplomatique, tout en subissant aussi l’influence des conjonctures nationales et des remous qui secouent la scène internationale. Le rôle de la grande crise économique, de l’état de l’économie allemande, du réarmement du Reich, du jeu diplomatique d’Hitler, de la faiblesse de certaines positions françaises tributaires de l’Angleterre... apparaissent clairement.

5Signé en 1927, le traité de commerce franco-allemand est condamné avant l’arrivée d’Hitler au pouvoir. Il faut de longues tractations pour le remplacer par les différents accords du 28 juillet 1934 : un accord commercial, un accord de compensation, un accord financier. Dénoncé par la France dès l’été suivant, le dispositif instaurant le clearing fonctionne encore pendant deux ans mais les considérations politiques deviennent primordiales avec l’annonce du réarmement allemand et l’entrée des troupes allemandes en Rhénanie.

6Une valse-hésitation marque les nouvelles négociations. Des initiatives avortent comme celle d’un Schacht dont les calculs cherchent surtout à remédier aux difficultés économiques du Reich en prônant une collaboration économique. Il vient à Paris en août 1936 pour y rencontrer Léon Blum. Alors que certains hauts fonctionnaires des Finances et du Quai d’Orsay souhaitent que satisfaction soit donnée à l’Allemagne, Blum et Auriol veulent obtenir d’abord un accord politique, le retour du Reich au système de la sécurité collective.

7Après le renversement du gouvernement du Front populaire, les partisans de l’economic appeasement gagnent du terrain. Les accords du 10 juillet 1937 - arrangements commerciaux, accords de transferts - constituent les premiers jalons d’une coopération économique qui n’est pas remise en cause par les crises majeures comme l’Anschluss et Munich. La déclaration franco-allemande du 6 décembre 1938 est suivie d’une série de projets de grande envergure qui n’avortent qu’en mars 1939 lorsque Hitler absorbe le reste de la Tchécoslovaquie. Le sursaut, la fermeté française n’empêchent pas la conclusion, en juillet 1939, de nouveaux accords malgré l’aggravation de la tension internationale.

8Au total, le bilan de la politique française est décevant. Cantonnée trop souvent dans une position défensive, soucieuse avant tout de ses intérêts financiers, la France abandonne à l’Allemagne toute une série d’avantages qui ne font que renforcer la puissance du Reich sans éloigner le spectre de la guerre.

9Par la qualité et l’ampleur de la recherche, la profondeur de la réflexion, la précision de la synthèse, le caractère très neuf de conclusions solidement charpentées, cet ouvrage éclaire tout un aspect des relations franco-allemandes resté trop longtemps dans l’ombre. Ce travail honore l’école française d’histoire des relations internationales : l’auteur a constamment le souci de suivre les perspectives tracées par Pierre Renouvin et Jean-Baptiste Duroselle. Une fois de plus, démonstration est faite que les forces profondes ont largement influencé les relations entre les deux pays, que l’économique et le politique sont intimement liés même s’ils ne marchent pas toujours au même pas et s’ils appellent des conclusions nuancées. Des pièces essentielles, concrètes, sont versées ici à ce vieux débat.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540