Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Crise, coopération économique et financière entre États européens, 1929-1933

 | 
Sylvain Schirmann

Les conférences de la dernière chance

Chapitre XIV

La conférence de Stresa, 5-20 septembre 1932

Texte intégral

1Réunie à Stresa sous la présidence de Georges Bonnet, la conférence pour le règlement des problèmes de l’Europe de l’Est et du Sud-Est inaugure les manifestations prévues en juillet 1932 pour sortir de la crise. On attend ses résultats qui serviront de tremplin éventuel aux réunions futures. La situation catastrophique du monde danubien réclame, quant à elle, des solutions urgentes.

2Pour y faire face, les délégués présents en Italie constituent deux comités. L’un s’occupera des questions économiques, et notamment de l’épineux dossier céréalier ; l’autre des questions financières et monétaires. Les trois semaines de débat accouchent de propositions que la CEUE, sous les auspices de laquelle se déroule la conférence, doit adopter avant de les proposer aux États. Pour ces derniers le sauvetage de l’Europe centre-orientale a également d’autres enjeux.

La situation de l’Europe danubienne

3Confrontés à une crise sans précédent, les États de l’espace danubien ont été amenés à prendre des mesures qui n’ont souvent eu comme seul effet que d’amplifier la crise. Crise économique et crise financière s’épaulent et amènent les pays au bord du gouffre. Une présentation de leur situation, à la veille de la conférence qui doit les sauver est éclairante à ce propos.

La situation financière

4L’Europe danubienne s’est habituée depuis de nombreuses années à travailler avec des capitaux étrangers. Cet afflux s’est tari à partir de 1930. Le service de la dette de ces pays est essentiellement assuré par la balance commerciale. Avec la chute du prix des céréales et le développement du protectionnisme agraire, les difficultés de remboursement se sont accentuées. La crise des débouchés a amplifié l’endettement extérieur des États de l’Est et du Sud-Est européen. Ceux-ci, confrontés aux retraits massifs des capitaux à court terme, ont choisi de pratiquer le contrôle des changes. Mais cette politique ne change rien à leur réalité financière. La pression de la dette demeure et le déficit budgétaire ponctionne les ressources intérieures, car, dans ce contexte, aucune puissance créditrice n’est prête à prendre le risque d’investissements supplémentaires. La situation est cependant différente en fonction des pays, comme l’illustre le tableau qui suit.

Tableau 5 : Endettement extérieur des pays de l’Europe du Centre et du Sud-Est en 1932

PAYS

À long terme

À court terme

Total

Service de
la dette

 

publique

privée

publique

privée

général

par hab.
en francs

général

en %
export.

Autriche

1 162

530

73

 658

2 423

361

214

22

Bulgarie

 630

15

 34

 679

121

33

15

Grèce

2 153

194

45

 26

2 418

378

140

49

Hongrie

1 647

719

302

1 106

3 774

432

248

48

Pologne

2 797

178

1 482

4 457

139

268

24

Roumanie

4 705

151

 410

5 266

292

203

28

Tchécoslovaquie

1 457

230

 350

2 037

138

105

5

Yougoslavie

2 979

290

3 269

235

124

29

(En millions de francs suisses)
(D’après SDN, Doc. n° C. 666. M. 321. 1932. VII, Rapport de la conférence de Stresa, p. 7 et p. 30-40.)

  • 1 « Restrictions au commerce des devises et données statistiques pour l’Autriche, la Bulgarie, la Grè (...)

5Les réserves des banques centrales ne cessent de décroître, ce qui rend hypothétique tout remboursement. Les statistiques sont à cet égard parlantes. Les réserves de la Banque centrale autrichienne passent de 621 millions de francs suisses à la fin du premier trimestre 1931 à 140 millions à la fin du second trimestre 1932. Durant la même période, celles des autres instituts monétaires de l’Europe centre-orientale s’amenuisent dans les mêmes proportions. En Grèce, elles diminuent de 75 %. En Hongrie, l’encaisse passe de 138 à 97 millions de francs suisses ; en Pologne de 547 à 308 millions de francs suisses. En Tchécoslovaquie, seul le quart des disponibilités monétaires quitte le pays de 1931 à 1932. Certains États s’en tirent un peu mieux. La Roumanie réussit encore à maintenir à flot son stock d’or et de devises : 310 millions de francs suisses à la fin du premier trimestre 1931, 303 millions au début du second trimestre de 1932. C’est le cas également de la Yougoslavie dont les réserves ne diminuent que de 10 millions de francs suisses de 1931 à 1932. Celles-ci grimpent même entre le premier et le second trimestre de 1932 : + 2 millions de francs suisses1. La faiblesse financière a amené certains États à réagir par des moratoires de transfert. Les débiteurs sont obligés de verser, dans ce cas de figure, le montant de leurs dettes en monnaie locale auprès d’un organisme national. Les créanciers étrangers peuvent en disposer sous certaines conditions : réutilisation dans le pays, comptes bloqués, etc. Ces moratoires existent en Autriche et en Hongrie, partiellement en Bulgarie. La Grèce a même franchi un pas supplémentaire dans la mesure où elle n’honore plus le remboursement de la dette intérieure et des dettes extérieures à court et moyen terme. En revanche elle continue d’assurer le service des emprunts à long terme.

  • 2 Voir note précédente.

6Les mêmes pays sont confrontés à un important déficit budgétaire. L’Autriche a bouclé l’année 1931 avec un déficit de 234 millions de francs suisses. Elle espère retrouver l’équilibre en 1932. Tchécoslovaquie et Grèce envisagent même un léger excédent : + 1 million de francs suisses dans les deux cas. La situation des comptes publics est décevante ailleurs. En Hongrie, le solde passif se monte à 163 millions de francs suisses en 1931. Les autorités prévoient de le ramener à 114 millions en 1932. Les chiffres polonais donnent le vertige : le déficit est multiplié par trois entre l’exercice 1930/1931 et l’exercice 1931/1932. Celui de la Roumanie double dans le même laps de temps. L’activité économique n’arrive pas à compenser cette situation des paiements2.

La crise économique

7Les chiffres qui suivent témoignent de l’étendue du désastre commercial. Si l’ensemble des pays est concerné par ce repli important des échanges commerciaux, celui-ci ne les concerne pas tous de la même manière. Certains États sont davantage victimes que d’autres de la multiplication des entraves douanières. L’absence de diversification des exportations constitue également un handicap que d’aucuns ont du mal à supporter. La situation financière empêche toute restructuration économique. Les chiffres du premier semestre de 1932 laissent envisager une importante contraction du commerce extérieur par rapport à 1931 : de 25 à 50 % selon les cas pour les importations, dans des proportions voisines pour les exportations. La situation est dramatique pour l’Autriche et la Grèce qui doivent faire face à de forts déficits commerciaux. Elle pourrait se dégrader pour la Hongrie et la Bulgarie, car leur balance commerciale est négative pour la première fois au cours du premier semestre de 1932. La Tchécoslovaquie se trouve dans le même cas de figure. La situation des autres pays est de loin plus enviable : Roumanie, Pologne et Yougoslavie affichent des scores positifs. Mais leurs excédents se contractent néanmoins. Cela conduit à un manque à gagner renforcé par la chute des cours des produits agricoles. Les prix des denrées céréalières sont, en effet, divisés par trois de 1929 à 1932.

8La situation sociale, quant à elle, se dégrade considérablement. Le chômage s’amplifie touchant tout autant la main d’œuvre agricole que la main d’œuvre industrielle. De 1929 à 1932, la production manufacturière polonaise diminue de moitié et les exportations du secteur secondaire tchèque régressent de 60 %. Ces chiffres sont en soi évocateurs. Ils expliquent qu’un tiers des ouvriers polonais soit frappé par le chômage à la fin de l’année 1932. La Hongrie connaît la même proportion de sans-emploi. En Tchécoslovaquie, le nombre de chômeurs se rapproche du million au tournant de l’année 1932. La crise est également renforcée par les politiques de déflation suivies par les principaux gouvernements. La baisse du pouvoir d’achat qui en résulte accentue le cycle cumulatif de la crise. C’est ce mouvement, préjudiciable à l’ensemble de l’économie européenne, qu’il s’agit de briser à Stresa.

Tableau 6 : Commerce extérieur des pays de l’Est et du Sud-Est européen en 1931 et au cours du premier semestre 1932

Pays

Année

Import.

Export.

Export. de
(en % des
exportations)

Balance

Commerce extérieur,
déduction faite
du commerce des pays
intéressés entre eux

 

 

 

 

denrées aliment. et tabac

céréales

 

import.

export.

Autriche

1931

1 576

 954

05,0

– 622

1 021

0 950

 

I° sem.32

 544

 275

03,9

00,20

– 269

0 284

0 175

Bulgarie

1931

 173

 220

87,7

02,23

0+ 47

0 126

0 145

 

I° sem.32

 77

 68

92,9

03,46

00– 9

0 036

0 033

Grèce

1931

 544

 285

89,6

– 259

0 495

0 248

 

I° sem.32

 212

 80

91,8

– 132

0 124

0 049

Hongrie

1931

 500

 516

61,9

14,60

0+ 16

0 256

0 274

 

I° sem.32

 154

 138

 ?

15,10

0– 16

0 078

0 060

Pologne

1931

 848

1 090

33,5

04,70

+ 242

0 724

0 857

 

I° sem.32

 251

 313

32,0

06,70

0+ 62

0 213

0 242

Roumanie

1931

 492

 684

46,7

39,50

+ 192

0 354

0 475

 

I° sem.32

 169

 232

41,5

35,70

0+ 63

0 123

0 161

Tchécoslovaquie

1931

1 804

2 017

08,7

01,10

+ 213

1 392

1 435

 

I° sem.32

 606

 570

10,6

02,70

0– 36

0 455

0 391

Yougoslavie

1931

 435

 435

53,3

14,60

0 252

0 238

 

I° sem.32

 124

 130

53,4

13,40

00+ 6

0 078

0 065

(En millions de francs suisses)
(D’après SDN, doc. n° C. 666. M. 321. 1932. VII., p. 30-40.)

Travaux, résolutions et prolongement de la conférence de Stresa

9La conférence de Stresa (ou encore réunion du Comité de l’Europe de l’Est et du Sud-Est) choisit d’emblée de se scinder en deux comités. Une première commission, économique et agricole, est chargée des questions qui ont trait aux restrictions des échanges et au relèvement du prix des denrées alimentaires ; une seconde, s’occupe des considérations financières. Les décisions finales tentent de proposer une solution d’ensemble aux deux grands problèmes traités individuellement par chaque groupe spécialisé. Lorsque les représentants des États se séparent le 20 septembre 1932, la CEUE dispose d’un projet dont la mise en place dépend autant d’elle que des gouvernements européens.

Les travaux de la commission économique et agricole3

  • 3 Voir SDN – CEUE – Rapport de la conférence de Stresa…, doc. n° C. 666. M. 321. 1932. VII., p. 18-24

10Les travaux se déroulent en trois phases. Dans un premier temps, la commission entend les trois propositions déposées par la France, l’Allemagne et l’Italie. Celles-ci visent à répondre aux demandes du bloc agraire. Elle se divise ensuite en deux sous-comités, l’un regroupant les pays vendeurs, l’autre les pays acheteurs. À eux d’esquisser des solutions aux problèmes agricoles de l’Europe danubienne. Une dernière phase du travail de la commission consiste à trouver le moyen terme entre les projets des uns et des autres.

  • 4 Archives Diplomatiques (AD) – Ministère des Affaires Étrangères (MAE) – Paris, Série Relations comm (...)
  • 5 AD – MAE, vol. 51 op. cit., compte rendu du 8 septembre 1932.
  • 6 AD – MAE, vol. 51 op. cit., compte rendu séance du 9 septembre 1932.

11Le projet français, proposé par Coulondre, sous-directeur des relations commerciales du Quai d’Orsay, cherche à obtenir un prix rémunérateur pour les céréales de l’Est et du Sud-Est européen. La délégation française se prononce pour une convention multilatérale qui garantirait un prix rémunérateur aux ventes de céréales des pays agraires. Dans la proposition française, il n’est cependant pas fait mention d’une obligation d’achat pour les pays industriels de l’Ouest. Les pays importateurs seuls fixeraient les quantités à acheter par un système de quantités fixes ou de pourcentages. L’entrée en vigueur d’un tel système dépendrait également de l’accord des pays tiers, c’est-à-dire de ceux avec lesquels les pays participant à ce traité multilatéral ont auparavant conclu des traités de commerce4. Aux desseins français s’oppose un plan italien, présenté à la conférence par le sénateur De Michelis. L’Italie est hostile à une convention multilatérale qui ne demande des efforts qu’aux États importateurs de céréales (ce qui est son cas) et dont l’application est liée à un accord des pays extérieurs à l’Europe. Elle est favorable à un système de traités bilatéraux à négocier au cas par cas avec les États intéressés. Ces négociations ne devraient porter que sur des mesures destinées à faciliter l’écoulement des céréales danubiennes. L’une des mesures envisagées concerne la réduction des droits entre partenaires. Mais le projet italien imagine également un fonds d’aide à cette partie dépressive de l’Europe. Y participeraient tous les États européens qui verseraient une contribution en fonction de leur part dans le commerce mondial5. Quant à la proposition allemande, elle se rapproche du système de bilatéralité évoqué ci-dessus. Elle s’abstient de faire mention d’éventuels versements à un fonds de solidarité. Elle ouvre la voie à une série de traités de réciprocité dont l’ensemble pourrait être consigné dans un traité collectif. Cette perspective recueille l’appui de Schüller, le directeur des Accords commerciaux autrichien6. Mais il faut également sonder les vendeurs au profit desquels sont élaborés ces textes.

  • 7 AD – MAE, vol. 51 op. cit., compte rendu séance du 9 septembre 1932.
  • 8 AD – MAE, vol. 51 op. cit., compte rendu séance du 9 septembre 1932.

12Le ministre roumain du Commerce, Madgearu, intervient au nom de tout le front agraire. Il place les grandes puissances devant leurs responsabilités, car les États qu’il représente n’ont pas de préférence particulière. L’essentiel à leurs yeux consiste à trouver un moyen de relever les prix intérieurs. Ces pays sont disposés à participer à un régime qui généraliserait un système de préférences et qui permettrait d’écouler l’intégralité des excédents céréaliers à des prix rémunérateurs. Ils sont davantage favorables à une réduction des droits douaniers, mais se déclarent prêts à étudier toute autre proposition, notamment celle d’une éventuelle ristourne. Quant au financement du système des préférences, les États agraires estiment qu’il ne relève pas de leur compétence : « chaque pays acheteur, dit Madgearu, ayant le bon droit de choisir la voie qui lui convient7 ». Dès lors la balle est dans le camp des pays occidentaux. La proposition de Posse, directeur au ministère de l’Économie du Reich, consistant à créer un sous-comité des acheteurs, rallie alors les suffrages des délégués présents8. Deux sous-comités, correspondant, à deux fronts – acheteurs et vendeurs – se font face dorénavant. Au premier de préciser les demandes, au second, les offres.

  • 9 AD – MAE, vol. 51 op. cit., s/comité des États acheteurs, compte rendu du 10 septembre 1932.
  • 10 AD – MAE, vol. 51 op. cit., compte rendu du 10 septembre 1932 et réunion des trois du 12 septembre (...)

13Les pays acheteurs se mettent d’accord sur la durée et les denrées concernées par un éventuel arrangement. Ils tombent assez facilement d’accord pour envisager de l’appliquer aux produits céréaliers et ce, pendant l’année en cours « et sur un certain nombre d’années à venir ». Pour ménager les pays d’outre-mer, on prévoit d’accorder une subvention mesurée à l’Europe danubienne, car les États industrialisés craignent que l’aide ne soit détournée pour augmenter les superficies cultivées. D’autres, c’est le cas de Coulondre, souhaitent un engagement écrit de la part des pays agraires sur ce dernier point9. Les principales difficultés surgissent lorsqu’il s’agit d’envisager le régime des préférences et le principe d’un fonds de secours et de revalorisation des céréales. Sur ces points s’opposent adversaires et partisans d’une convention multilatérale, adversaires et partisans d’une contribution financière à un organisme commun. À la tête du groupe favorable à l’action plurilatérale et à la constitution d’un fonds, la France. Coulondre expose le projet français d’une convention obligatoire dans laquelle on fixerait les obligations des uns et des autres, notamment en matière d’achat de céréales danubiennes. À côté des préférences ainsi accordées, le fonctionnaire du Quai d’Orsay imagine également la constitution d’un fonds destiné « à remédier à la crise actuelle ». L’idée consiste à amener des États à verser des sommes représentant un pourcentage très faible de la valeur de leur commerce extérieur (0,2 %). Seraient sujets à contribution tous les États européens. L’argent collecté servirait à garantir des prix rémunérateurs aux céréales, et même pour la délégation française, « à venir éventuellement en aide à la situation des monnaies en Europe10 ». Contre cette proposition se dresse un quatuor formé de l’Allemagne, de la Suisse, de l’Italie et de l’Autriche.

  • 11 AD – MAE, vol. 51 op. cit., compte rendu séance du 10 septembre 1932.
  • 12 AD – MAE, vol. 51 op. cit., compte rendu séance du 10 septembre 1932.
  • 13 AD – MAE, vol. 51 op. cit., compte rendu séance du 12 septembre 1932.

14Ce groupe met l’accent sur les préférences bilatérales qu’il faut développer. Le délégué allemand Posse se prononce en faveur d’un système d’accords bilatéraux qu’il conviendra par la suite d’harmoniser. Il s’oppose à l’idée d’un fonds suggérée par Coulondre. Cette proposition est inacceptable pour le Reich qui supporte des charges financières importantes. D’autre part, comme l’Allemagne a déjà élaboré certains accords préférentiels avec des pays de la Mitteleuropa, comme elle est prête à en souscrire d’autres, elle ne voit pas très bien pourquoi on lui imposerait encore un effort supplémentaire à travers la participation à un fonds commun11. Stucki, le directeur de la division du Commerce à Berne, tout en proposant que les pays qui n’achèteraient pas des céréales danubiennes participent au fonds commun, met le doigt sur l’incongruité de ce qu’il envisage. Peut-on demander, par exemple, au Royaume-Uni de verser des sommes à un fonds de revalorisation des céréales de l’Europe de l’Est ? Cela reviendrait à le faire payer doublement : d’abord ses achats de blé aux États-Unis, puis sa contribution au fonds céréalier12. Schüller dresse, quant à lui, le tableau réaliste de la situation : les pays acheteurs ont environ 30 millions de quintaux à absorber à un prix revalorisé de deux francs-or. Il n’y a donc qu’à demander des contre-propositions aux pays vendeurs. Des efforts ont déjà été faits pour l’écoulement de l’excédent de 1932. Des accords ont été conclus entre la Hongrie et trois acheteurs : l’Allemagne, l’Italie et la France. Berlin et Paris absorbent aussi une partie du surplus roumain. Quant à la Yougoslavie, elle place une partie de son stock en Autriche, en Tchécoslovaquie et en France. Pour envisager la poursuite de l’effort, De Michelis suggère aux acheteurs de constituer un comité de trois membres chargé de rédiger une proposition définitive à faire aux vendeurs13.

  • 14 AD – MAE, vol. 51 op. cit., réunion des trois, compte rendu séance du 12 septembre 1932.

15Constitué des représentants allemands, français et italiens, le comité « de synthèse » réussit à se mettre d’accord le 12 septembre 1932. On envisage d’abord un régime préférentiel pour trois céréales : l’orge, le blé et le maïs. Le système ne s’appliquerait qu’aux États agricoles, ce qui inclut la Pologne, mais exclut la Tchécoslovaquie et l’Autriche. Ces deux pays pourraient passer des accords bilatéraux avec leurs partenaires de l’Europe centrale et orientale. Le débat porte à nouveau sur le fonds commun, car Posse craint que les avantages, que l’on accorderait par le biais de cet organisme, ne servent à rembourser les dettes contractées par ces pays. Et le représentant allemand d’imaginer que l’Angleterre pourrait être la première bénéficiaire du système de sauvetage de l’Europe centrale, elle qui à Ottawa vient juste de prendre le large14. Le principe en est cependant arrêté, mais le fonds sera limité aux trois céréales mentionnées ci-dessus. Reste maintenant à proposer ces dispositions aux autres acheteurs et à élaborer les mécanismes de fonctionnement. Cela suppose également tenir compte des réflexions des États vendeurs.

  • 15 AD – MAE, vol. 51 op. cit., compte rendu commission économique du 12 septembre 1932.

16Leur premier travail consiste à fixer le prix des céréales. Les prix intérieurs, par quintal, sont en 1932 de 12 francs suisses pour le blé, 5 francs pour l’orge et 6 francs pour le maïs. Il faudrait les relever et parvenir aux montants suivants : 18 francs pour le blé, 15 francs pour l’orge et 14 francs pour le maïs. Quant au fonds de revalorisation, il recueille l’assentiment des pays danubiens à la condition qu’il soit suffisamment élevé. Une estimation de Madgearu fixe à 80 millions de francs suisses le montant nécessaire à la seule revalorisation des céréales. Si l’on veut encore au-delà restaurer les monnaies, c’est une somme plus importante qui est nécessaire. D’autre points sont évoqués par les pays acheteurs : la mise au point d’un programme de travaux publics, d’un régime des transports et l’institution d’un organisme international de crédit agricole. Le programme de travaux pourrait d’ailleurs constituer une importante contrepartie pour les efforts réalisés par les pays acheteurs15.

  • 16 SDN – CEUE, doc. n° C. 666. M. 321. 1932. VII. p. 18-24.

17La commission agricole et économique délègue Schüller auprès de la commission financière pour discuter avec elle du fonds commun envisagé, avant de tomber d’accord sur un projet de convention, le 16 septembre 1932. Celui-ci propose la revalorisation des céréales par la combinaison de deux moyens : avantages à accorder dans le cadre de traités bilatéraux sous réserve des droits des États tiers et contribution à un fonds spécial. La première partie du texte permet de limiter la production des céréales dans les pays d’Europe centrale, car elle les empêche de tirer profit du régime de faveur pour augmenter leur superficie cultivée, ou leur rendement. D’autre part les accords bilatéraux doivent mentionner précisément les quantités vendues et les avantages accordés. Le fonds spécial, dont la création est envisagée, devra être suivi par un comité. Les États pourraient se libérer de leurs contributions par des accords bilatéraux. Mais simplement on insiste sur le fait que les pays les plus importants d’Europe devraient y participer, car tout le monde a intérêt au relèvement de l’Europe centrale et danubienne, vu la place qu’elle occupe en Europe, notamment en raison de ses relations financières avec le reste du continent. Le projet de convention comporte également des réflexions sur l’organisation d’un régime de transport et le lancement de travaux publics. Pour les communications, le texte mentionne la nécessaire amélioration de la coopération dans le domaine ferroviaire. L’effort le plus important devrait cependant être fait dans le secteur du transport par voie d’eau (simplification douanière, ports…). Un programme de travaux publics compléterait l’effort en faveur des céréales, car les experts réunis à Stresa se prononcent en faveur de moyens pour l’écoulement, le stockage des céréales et la construction d’infrastructures dans les pays de l’espace danubien. Il aurait l’avantage de permettre une collaboration européenne. Enfin la conférence insiste sur la mise en service rapide de la Société internationale de crédit agricole, dont l’étude est à l’ordre du jour depuis 1931. Mais le projet comporte également de fâcheux oublis : aucun effort en faveur du tabac (si vital pour la Grèce et la Bulgarie), ni en faveur du seigle (capital pour la Pologne) ; aucune action n’est envisagée dans le secteur non agricole (important pour s’attaquer aux difficultés autrichiennes et tchécoslovaques)16. Il dépend enfin des décisions de la commission financière.

Les travaux de la commission financière

18Deux grandes questions sont examinées par la commission financière. Les représentants des États s’occupent d’abord du problème de l’endettement des pays de l’espace danubien. Le second point qui retient leur attention concerne la monnaie, car il s’agit de parvenir à terme à l’abolition du contrôle des changes.

19En ce qui concerne les dettes, les experts s’accordent très rapidement. Ils préconisent des mesures intérieures et extérieures. On attend avant tout des efforts des différents gouvernements concernés. Deux voies s’imposent : soit la politique de déflation qui doit conduire à une réduction du pouvoir d’achat de groupes entiers de la population et à un effort budgétaire, soit le flottement de la monnaie. Le climat psychologique et le souvenir des années vingt empêchent d’opter pour la seconde solution. Il convient dès lors de voir à quelles conditions mener une politique de l’étalon-or qui ne s’accompagne pas d’entraves au commerce. Des mesures classiques sont alors envisagées : modification du taux d’escompte, intervention sur le marché libre. Mais elles se heurtent à l’existence de dettes importantes, et aux moratoires des transferts qui limitent l’action des banques centrales. Seul, le règlement de l’endettement pourrait alors redonner une marge de manœuvre aux instituts monétaires nationaux, à la condition bien évidemment que les gouvernements poursuivent leur effort budgétaire.

  • 17 SDN – CEUE, doc. n° C. 666. M. 321. 1932. VII. p. 13.

20Il est certain que le relèvement des prix céréaliers contribuerait grandement à alléger le poids des dettes. Mais en attendant, le renforcement du crédit des pays de l’Europe centrale et orientale passe par des arrangements avec les principaux créanciers. Le problème est différent selon qu’il s’agit de dettes à court ou à long terme. Pour les premières, la situation est délicate. Une série de crédits à court terme ont été gelés ; d’autres sont immobilisés dans des placements à long terme. Dès lors les débiteurs sont matériellement incapables de les rembourser. Les accords de « Stillhalte » (immobilisation) conclus multiplient les arriérés et compliquent encore la solution. Les experts réunis à Stresa se mettent assez facilement d’accord sur des solutions. On insiste sur les négociations bilatérales et on souhaite parvenir à des accords directs entre créanciers et débiteurs. Une piste est suggérée : libérer graduellement ces crédits à l’intérieur des frontières d’un État (c’est-à-dire laisser au prêteur étranger la possibilité de les utiliser librement à l’intérieur de l’espace national de l’emprunteur) ou alors les affecter au paiement des marchandises exportées17.

  • 18 SDN – CEUE, doc. n° C. 666. M. 321. 1932. VII. p. 14.

21Les dettes à long terme sont en majorité des dettes publiques. Le problème est dès lors différent dans la mesure où il dépend de la capacité budgétaire et de transfert des États débiteurs. La mobilisation des ressources pour leur remboursement dépend donc largement de la politique financière suivie par ces pays. Si l’emprunteur doit honorer ses obligations, il ne fait pas de doute que le créancier a également des obligations, notamment permettre au débiteur de rembourser. Les États créanciers (prêteurs publics comme privés) auraient intérêt à constituer une représentation commune de leurs intérêts et à entrer en négociation avec les gouvernements des États endettés. Un rééchelonnement du service de la dette pourrait alors fournir une base de négociation. D’autres voies sont possibles : la concession d’avantages commerciaux, par exemple. La contrepartie serait évidemment le respect régulier des échéances18.

  • 19 Sur projet français, voir : AD – MAE, Série Relations commerciales 1919-1940, s/série C Autriche, v (...)

22Les questions monétaires suscitent davantage de controverses au sein de la commission financière. La réforme du Gold Exchange Standard que les experts souhaitent, est considérée comme hors du champ de compétence de la conférence de Stresa. Elle relève de la future conférence internationale. On débat en revanche de la création d’un fonds monétaire, « un fonds de normalisation », dont le projet est élaboré par Maxime Robert, du Mouvement général des fonds. Le délégué français rappelle que Stresa n’a pas pour fonction de rédiger une convention à cet effet. Cette responsabilité incombe à la CEUE, qui peut désigner à cette fin des experts de la SDN et de la BRI. Les experts réunis en Italie ne peuvent, quant à eux, que recommander la constitution d’un tel fonds et qu’imaginer son fonctionnement. Son objectif consiste à supprimer les entraves aux changes en renforçant au moment opportun l’encaisse des banques d’émission. Dans le cas présent, les États de l’Europe centrale et orientale se trouvent dans l’impossibilité de conclure des emprunts de stabilisation. Les avances indispensables pourraient leur être consenties par un groupe de partenaires européens. La certitude de cette aide inciterait plus facilement les gouvernements à faire les efforts nécessaires pour équilibrer leurs budgets. Sans parler de l’effet psychologique de la création de cet organisme ! Pour l’expert français, les pays intéressés à la levée des restrictions commerciales auraient avantage à participer au fonds envisagé. La contribution de chaque membre serait proportionnelle au montant de ses recettes douanières. On confierait la gestion de cet organisme à la BRI, dont il serait juridiquement distinct. Le projet français appelle cependant certaines réactions19.

  • 20 AD – MAE, vol. 52 op. cit., séance du 14 septembre 1932.
  • 21 AD – MAE, vol. 52 op. cit., séance du 14 septembre 1932.
  • 22 AD – MAE, vol. 52 op. cit., séance du 14 septembre 1932.
  • 23 AD – MAE, vol. 52 op. cit., séance du 14 septembre 1932.

23Il se heurte d’abord à l’opposition du Royaume-Uni. Londres, explique son représentant Bewley, n’a elle-même pas stabilisé sa propre monnaie. Les autorités britanniques peuvent alors difficilement participer à la stabilisation des monnaies d’Europe centrale ; d’autant plus qu’elles ont des obligations monétaires à l’égard de certains pays d’outremer. La Grande-Bretagne estime que le seul effort est à fournir par les États concernés. À l’Europe danubienne de mener une vigoureuse politique déflationniste qui permettra le retour à un commerce normal des devises20. Les Pays-Bas n’envisagent un tel organisme que s’il a une dimension internationale, et non pas exclusivement européenne. Le représentant de la Banque centrale néerlandaise, Bruins, signale par exemple que son pays « est aussi intéressé à la stabilisation du yen japonais ou de la roupie indienne qu’à celle du pengoe hongrois ». Ce problème ne peut donc être traité qu’à la prochaine conférence internationale. Pour l’Europe, La Haye imagine un renforcement du rôle de la BRI. Lorsque la stabilisation des changes sera sur le point d’être réglée par l’un ou l’autre pays, et ce par un effort interne, la BRI pourrait alors conclure un emprunt d’accompagnement auquel certains gouvernements accorderaient une garantie21. Quant aux pays destinataires eux-mêmes, ils trouvent la proposition française trop restrictive, dans la mesure où elle ne concerne que la stabilisation monétaire. Pour Madgearu, le fonds devrait être utilisé également à la liquidation des crédits agricoles et industriels gelés à l’intérieur22. Paris obtient le concours de Rome dans cette affaire. Le gouvernement italien se rallie à la proposition française, avec une réserve cependant. Elle concerne la gestion du fonds qui ne doit être confiée qu’à un organisme technique, en l’occurrence la BRI23.

24Au bout du compte la commission se rallie au principe d’un fonds exclusivement monétaire, pour fournir une aide qui renforcerait les encaisses au moment opportun. Mais elle imagine qu’il pourrait constituer le point de départ d’un mécanisme qui régulariserait également la situation hors d’Europe. La question de la subvention reste ouverte et les sommes versées sont considérées comme des avances récupérables dès que le fonds aura rempli sa mission. Il ne reste donc plus au comité de Stresa qu’à s’en remettre à la conférence mondiale pour examiner dans quelle mesure l’organisme commun pourrait rentrer dans le cadre d’une action qui ne serait plus exclusivement européenne. Se pose alors aussi la définition d’un lien avec le fonds de revalorisation des céréales envisagé par la commission économique, tellement il est évident qu’en Europe danubienne, contrôle des changes et problème céréalier sont intimement mêlés.

  • 24 SDN – CEUE, doc. n° C. 666. M. 321. 1932. VII., p. 26, Discours de G. Bonnet, le 20 septembre 1932.

25À la CEUE de jouer dorénavant, car c’est elle qui peut définir étroitement comment « le plan européen élaboré à Stresa » doit se réaliser. À elle d’esquisser cette œuvre qui, aux dires des experts réunis en Italie, est la seule qui puisse « épargner à l’Europe le péril mortel auquel elle court24 ».

Les prolongements de Stresa

  • 25 In Résumé mensuel des travaux de la Société des Nations, vol. XII, n° 10, octobre 1932, p. 393.

26Georges Bonnet présente les résultats de la conférence de Stresa à la Commission d’Études pour l’Union Européenne, le 30 septembre 1932. Il rappelle le projet de convention de revalorisation des céréales que les experts souhaiteraient, s’il était adopté, maintenir en vie jusqu’en 1935. Il insiste sur la liberté concédée aux États, qui ont le choix de participer à cette action par l’intermédiaire du fonds ou par tout autre moyen, notamment par des accords bilatéraux. La question du fonds monétaire reste, quant à elle, ouverte. C’est en effet à la CEUE qu’il appartient de répondre à certaines considérations. Celles-ci ont trait à la constitution d’un organisme unique ou à la mise en place de deux institutions, l’une pour les céréales, l’autre pour le sauvetage monétaire. À la CEUE de régler également le problème de la gestion d’un tel fonds et de fixer la contribution des États participants25.

  • 26 Résumé mensuel…, op. cit., vol. XII, n° 10, octobre 1932, p. 395.
  • 27 Sur la réunion voir, Résumé mensuel…, op. cit., vol. XII, n° 11, novembre 1932, p. 463 et suiv.

27Le lendemain, 1er octobre 1932, la CEUE lance un certain nombre d’initiatives. Elle salue d’abord le travail entrepris à Stresa. Celui-ci contient, à son avis, « les éléments essentiels d’une politique de restauration de la situation économique et financière de l’Europe ». Une résolution prie le Conseil de la SDN de « faire procéder, avec le concours des organismes compétents…, à l’élaboration détaillée du fonds de normalisation monétaire ». À ces mêmes experts de voir si ce fonds est compatible avec l’organisme de revalorisation des céréales. Un terme est fixé : il s’agit de prendre des décisions en décembre. En même temps, on encourage les pays à signer des accords bilatéraux, dans le cadre prévu à Stresa. La CEUE pose cependant deux conditions à la finalisation de ces accords : ils doivent préserver les droits des États tiers et obtenir l’accord des gouvernements avant leur adoption26. Le 15 octobre 1932, le Conseil procède alors à la nomination d’un comité d’experts chargé d’examiner et d’élaborer le projet de fonds de normalisation monétaire. Placé sous l’autorité de Bachmann, président de la Banque nationale suisse, ce comité se réunit le 26 octobre 1932 à Genève27.

  • 28 Voir note précédente.

28Sa session de travail qui dure jusqu’au 1er novembre 1932 aboutit à un projet communiqué aux États membres de la CEUE et de la SDN. Le texte, une simple esquisse, rappelle des principes généraux qui devraient guider la mise en œuvre du fonds. Les experts ont en effet estimé qu’il leur était difficile d’agir autrement « à cause de l’incertitude de la situation ». L’organisme projeté se contentera simplement de contribuer au rétablissement de conditions monétaires normales en Europe centrale et orientale. Son action viendra en relais de celle déjà engagée par les différents États en vue de la suppression du contrôle des changes. « Il ne devrait, dit le document, intervenir qu’à la dernière phase de la restauration monétaire dans un pays déterminé ». Comment pourrait-il fonctionner ? L’action du fonds consisterait à fournir des crédits ou des avances aux banques d’émission, en contrepartie de garanties. Reste à établir la hauteur de la participation des États. Les experts préfèrent laisser cette question ouverte et la soumettre au gouvernement. Bachmann et ses collègues se prononcent en faveur de la BRI pour la gestion de cet organisme. Mais la banque de Bâle devrait rester en relation constante avec la SDN. Prévu pour une durée de cinq ans, le fonds répartirait, à son terme, les actifs entre les souscripteurs. La balle est maintenant dans le camp des différents gouvernements. Ceux-ci préfèrent attendre les résultats des commissions préparatoires (v. ci-dessous) de la conférence mondiale28.

  • 29 Note de la Section Financière de la SDN – 25 novembre 1932, in AD – MAE, Série Relations Commercial (...)

29D’autres perspectives ouvertes par la conférence de Stresa font également l’objet d’études. Un comité d’études des questions de travaux publics, relevant de la section financière de la SDN, examine en novembre 1932, les projets d’équipements publics qui pourraient faire l’objet de mesures en Europe centrale et danubienne. Les travaux retenus le sont en fonction de trois critères : leur influence sur la diminution du chômage, leur productivité et leur caractère d’intérêt national. Six pays sont retenus pour différents programmes : l’Autriche, la Hongrie et la Lettonie pour des travaux d’infrastructures routières ; la Bulgarie pour l’assèchement et la mise en valeur du réseau fluvial ; la Pologne et la Yougoslavie pour des programmes d’équipement plus complets (réseau de chemins de fer, électrification, barrages…). Le tout pour un montant d’environ 900 millions de francs suisses, si le sous-comité monétaire de la section financière trouve les ressources29.

30Seules avancées significatives de la conférence de Stresa, les arrangements bilatéraux pour les céréales. Des accords ont déjà été conclus avant la tenue de la conférence qui n’a fait que confirmer, sur ce point, les pratiques en usage. Une convention existe entre la France et la Hongrie. Elle prévoit des importations de froment hongrois plafonnées à 10 % des besoins d’achats français. La préférence porte sur les droits qui n’excèdent pas 70 % du tarif habituel. Budapest a également signé des textes avec l’Allemagne et l’Italie, mais ils ne sont pas encore entrés en vigueur. Paris a de surcroît accordé à la Roumanie des préférences qui portent sur des exportations roumaines de blé et de maïs, et applique le même système à la Yougoslavie. Belgrade a également conclu des accords avec l’Autriche et la Tchécoslovaquie. Ils portent au total sur la vente de plus d’un million de quintaux de blé. Ces préférences ont aussi, comme l’ensemble des questions en débat à la conférence de Stresa des enjeux politiques. Elles sont mues par des considérations nationales.

Les enjeux de la conférence de Stresa

31La conférence de Stresa se déroule dans le contexte des rivalités entre puissances pour le sauvetage de l’Europe centrale. Elle se situe dans la continuité des conférences d’Ottawa et de Varsovie. Elle traduit l’importance de l’enjeu de la réorganisation économique et politique en cours.

La conférence de Varsovie (24-27 août 1932) et le bloc agraire

  • 30 Bundesarchiv-Berlin, Deutsche Reichsbank, dossier R. 2501/5897 – Internationale Konferenzen April 1 (...)

32L’initiative de la réunion de Varsovie revient à la Pologne, qui dans le contexte de la conférence de Lausanne a souhaité réunir l’ensemble des pays agricoles de l’Est et du Sud-Est européen. Pour les autorités polonaises il s’agit d’harmoniser les positions et de préparer un front commun en vue de la conférence de Stresa. Mais le geste de la Pologne répond également aux conséquences que peut entraîner la conférence d’Ottawa. Il faut en effet se souvenir que l’Allemagne, dans le cadre des traitements préférentiels en vigueur, a toujours refusé d’accorder des avantages aux produits agricoles polonais et baltes. Ceux-ci trouvent depuis le début de la crise des possibilités de placement auprès du Royaume-Uni. Or la conférence d’Ottawa, en consacrant le régime de la préférence impériale, menace l’exportation balte et polonaise. Comme les portes sont fermées pour des raisons politiques du côté du Reich, le gouvernement polonais n’a d’autre choix que de tenter de faire pression sur les pays occidentaux30.

  • 31 Deutsche Reichsbank R. 2501/5897.

33Il dispose d’une arme : l’endettement. Les États agraires sont des États débiteurs. Le remboursement des dettes dépendra des conditions accordées aux céréales, en terme de prix rémunérateurs et d’écoulement des surplus. À cette date, Varsovie dispose d’un atout supplémentaire, car la Pologne n’a toujours pas introduit le contrôle des devises. Les positions adoptées à la conférence reprennent un mémorandum que les autorités polonaises ont fait parvenir à leurs partenaires. Les pays présents réclament un surplus d’exportations à placer chez les créanciers pour couvrir le remboursement des dettes. Ils exigent un crédit de la part des mêmes pays pour permettre à leur banque centrale de convertir les effets gelés, à travers la constitution d’un fonds. La réciprocité qui pourrait être à la base de la conclusion d’accords commerciaux ne devra dorénavant plus perdre de vue la situation de la balance des paiements. Ces résolutions sont surtout adressées aux créanciers, et notamment aux plus importants d’entre eux : la France, la Belgique, la Suisse et les États-Unis dans le cas polonais. On peut y ajouter le Royaume-Uni, et à un degré nettement moindre les Pays-Bas, pour d’autres contrées de l’espace danubien31.

  • 32 Voir Mourin Maxime, Les relations franco-soviétiques 1917-1967, Paris, Payot, 1967, p. 167 et suiv.

34Le mémorandum polonais qui sert de base à ces demandes du front des pays agrariens vise également à s’opposer aux desseins allemands, car les autorités du Reich ne disposent pas de l’atout financier qui leur permettrait de fournir les crédits demandés. L’Allemagne a toujours eu le souci de dominer la région par la complémentarité économique qu’elle cherchait à exploiter à son profit. Voilà pourquoi Berlin s’est systématiquement montrée favorable à un système de traités bilatéraux pour sortir cette partie de l’Europe de la crise. Le meilleur soutien aux projets polonais vient de la Roumanie. La difficile mise en application de l’accord germano-roumain (il n’est pas encore en vigueur au moment de Stresa) s’explique en partie par les pressions françaises sur la Roumanie. Paris cherche dans le cadre du rapprochement franco-soviétique qui se poursuit à constituer un bloc contre l’Allemagne. Il pourrait comprendre Varsovie, qui a déjà conclu un pacte de non-agression avec l’URSS, et la Roumanie qu’il faut encore convaincre32. Les avantages économiques concédés à Bucarest auraient alors une contrepartie politique. Tous les accords signés par l’Allemagne dans cet espace ne sont pas encore entrés en vigueur, certains pays agraires se demandant encore quelle stratégie est la plus payante : celle qui consiste à entrer dans la clientèle d’une puissance, ou celle qui consiste à faire front et à obtenir le règlement de leurs difficultés dans un cadre européen général. Les projets exposés par les puissances sont à comprendre dans ce contexte.

Stresa et la reconstruction de l’Europe

  • 33 AD – MAE, vol 51 op. cit., séance du 10 septembre 1932.
  • 34 Deutsche Reichsbank, R. 2501/5897.

35La réorganisation de l’Europe est le sujet central que l’on retrouve aussi bien à Lausanne en juillet 1932 qu’à Stresa en septembre 1932. Cette question est l’objet d’un jeu entre les puissances européennes, car à travers les plans de sauvetage de l’Europe centrale, c’est surtout sa vision du continent que l’on cherche à imposer. Lorsque le Reich s’oppose à la perspective d’un fonds monétaire, voire de revalorisation des céréales, c’est certes aussi à une cause d’une situation financière précaire. L’opinion publique allemande, en proie à une poussée nationaliste, comprendrait difficilement que Berlin vienne au secours d’économies, alors que l’Allemagne même est face à d’importantes difficultés, et, pratique, comme les pays qu’il s’agirait de secourir, le contrôle des changes33. Le soutien allemand à un système de préférences concernant trois céréales poursuit un double objectif : il fragilise la position de Paris, qui ne peut offrir une complémentarité économique aussi prononcée que celle du Reich, et, il exclut la Pologne, car les céréales dont il s’agit ne font pas référence au seigle, principale exportation polonaise. Certes, l’Allemagne est elle-même grosse productrice de cette denrée. Mais le fait qu’elle s’oppose à l’introduction de cette céréale dans le groupe de celles parties prenantes d’un éventuel accord montre bien qu’elle ne cherche pas à protéger son économie. Elle souhaite simplement qu’une telle mesure dissocie le front agraire et ramène vers elle les pays exportateurs de blé : la Hongrie, la Roumanie et la Bulgarie. Ce système de préférences régionales tel qu’il est envisagé par Berlin est la condition de l’éclatement du bloc agraire. C’est une nécessité si l’on veut jouer un rôle actif dans cette partie de l’Europe34.

  • 35 Voir Résumé mensuel…, op. cit., vol. XII, n° 7, juillet 1932, p. 325 et suiv.
  • 36 AD – MAE, vol. 51 op. cit., séance du 10 septembre 1932, Chiffres concernant les excédents de récol (...)
  • 37 Voir Schulz Matthias, Deutschland, der Völkerbund und die Frage der europäischen Wirtschaftsordnung (...)

36Paris ne s’y trompe pas et cherche à contrecarrer l’influence allemande par l’arme financière. Le contrôle des changes et l’endettement de cette région sont mis à profit par la France pour essayer de préserver un fragile statu quo. Elle fait pression en juillet 1932 à la SDN pour l’adoption d’un nouvel emprunt en faveur de l’Autriche, assorti bien évidemment d’une clause de maintien de l’indépendance autrichienne35. Le fonds préconisé par Paris vise non seulement à procurer des moyens qui laissent présager une amélioration de la situation financière et commerciale de la région, mais également à maintenir l’homogénéité d’un bloc agraire qu’un sauvetage global préserverait des tentations révisionnistes et de l’influence allemande. La France ne se contente pas simplement de ces propositions. Elle pratique avec un égal bonheur la politique des traités bilatéraux avec la Hongrie, la Roumanie et la Yougoslavie ; mais elle est loin de pouvoir proposer les mêmes quantités à l’achat que l’Allemagne (à titre d’exemple Paris achète au titre du régime préférentiel 900 000 quintaux de maïs à la Roumanie, pendant que Berlin propose à Bucarest des transactions sur un volume de 3,3 millions de quintaux36). L’Italie a une position, quant à elle, intermédiaire. Elle se rallie à Paris pour la constitution du fonds, mais se retrouve sur la même ligne que l’Allemagne pour les relations économiques, préférant un système de réciprocité. Rome cherche à se tailler une zone d’influence dans l’espace danubien. Le fonds réduirait l’influence allemande et ouvrirait à Mussolini des possibilités d’action dans la région, par le biais des accords préférentiels. Celui signé avec la Hongrie en est un exemple significatif. Rome, comme Berlin, sont dans la même position. À l’heure des regroupements régionaux, les deux puissances ont peur de l’isolement. Elles cherchent à éviter que la dernière zone à prendre, l’Europe centrale et danubienne, leur échappe37.

  • 38 Cf. Bonnet Georges, Le Quai d’Orsay sous trois Républiques, Fayard, Paris, 1961, p. 110-112.

37Ces deux puissances sont extérieures à tous les regroupements en cours. L’Union belgo-luxembourgeoise s’est agrandie vers les Pays-Bas en été 1932 par la convention d’Ouchy. Elle peut inciter les pays scandinaves à se greffer sur cette réalité. La conférence impériale d’Ottawa prévoit, quant à elle, un système d’accords bilatéraux qui facilite les courants d’échanges entre les différentes parties de l’Empire britannique. Une barrière protectionniste est élevée autour des possessions impériales. Cet espace commercial prolonge l’espace monétaire, la « zone sterling » née en 1931. Cette réorganisation de la politique commerciale du Royaume-Uni fait une victime sur le continent européen : l’Allemagne. Le marché britannique lui est dorénavant moins ouvert. Cela explique la position de l’Angleterre à Stresa. S’opposant au fonds envisagé par la France parce que ses intérêts d’outremer sont supérieurs à ceux qu’elle a en Europe danubienne, l’Angleterre refuse même de participer à un éventuel organisme de stabilisation des monnaies dans cette partie de l’Europe. Addison, le délégué britannique à Stresa, conseille aux représentants français de se désintéresser de l’Europe centrale. Paris a, à l’image du Royaume-Uni, l’empire colonial. Pour Londres, la sécurité commence sur le Rhin. Elle ne peut comprendre la position de Paris, celle favorable au maintien du statu quo en Europe centrale et de la prééminence française, à travers des alliés interposés. Pour le Royaume-Uni, la Mitteleuropa est destinée à l’influence allemande38.

  • 39 Cité par Le Temps du 5 août 1932.

38La crainte du révisionnisme allemand n’est pas la seule raison qui explique le soin mis par Paris à vouloir organiser cet espace centre-européen en fonction de ses intérêts. Lausanne n’a pas simplement lancé une initiative pour sauver l’Europe centrale et danubienne. Les puissances invitantes ont également appelé de leurs vœux une conférence mondiale. Dans cette perspective, la France craint l’isolement. On connaît l’acceptation américaine de participer à cette réunion internationale. Dès lors le problème de l’organisation européenne change de nature : faut-il que les États-Unis jouent un rôle moteur dans le règlement des problèmes du Vieux Monde ? Les opinions européennes, comme américaine, sont partagées. Les propos du sénateur Borah, président de la commission sénatoriale des Affaires étrangères, ne peuvent qu’inquiéter la France : « toute conférence économique, dit-il le 5 août 1932 à Minneapolis, serait vouée à un échec si les problèmes des réparations, des dettes de guerre et du désarmement n’étaient pas réglés par les efforts concertés des nations intéressées. Une conférence qui ne tiendrait pas compte de cette nécessité serait comparable à une représentation d’Hamlet sans le personnage principal39 ». En retirant ses placements étrangers, Paris ne dispose plus de sa force de pression habituelle. Les divergences sont criantes avec les puissances anglo-américaines. Elles portent sur la sécurité, le désarmement et l’attachement à l’étalon-or. Un succès dans le sauvetage de l’Europe centrale serait bénéfique pour Paris dans la perspective de la conférence mondiale.

  • 40 Voir Schulz Matthias, Deutschland…, op. cit., p. 305-306.

39Dans ces conditions, la conférence de Stresa est vouée à l’échec. Les propositions adoptées sont différées et leur éventuelle entrée en vigueur dépendra des décisions de la conférence internationale. Cette réalité ne fait que renforcer chez les États danubiens le sentiment de l’inutilité de telles manifestations. Ceux-ci critiquent le manque de compréhension de l’Angleterre pour leur situation. Ils sont obligés de voir au grand jour la faiblesse d’une France incapable d’imposer sa solution et de plus en plus autarcique. La solution d’ensemble ne peut venir que de la tenue de cette conférence internationale pour laquelle aucune date n’a encore été retenue. En attendant, il ne reste à l’Europe danubienne qu’à chercher à écouler ses céréales, à travers des solutions bilatérales40.

* * *

40Prévue pour résorber les difficultés du continent européen, la conférence de Stresa ne peut que constater la difficulté à mettre en œuvre un plan qui récolterait l’approbation des États du continent. L’échec de cette tentative se justifie en partie par les problèmes économiques des uns et des autres. Mais l’insuccès s’explique également par le face à face de puissances antagonistes. La CEUE n’a dès lors plus qu’un rôle minime à jouer, car la future architecture du continent se décidera lors de la conférence économique internationale. Les commissions préparatoires de cette manifestation prennent alors le relais de la conférence de Stresa. Mais avec les États-Unis !

Notes

1 « Restrictions au commerce des devises et données statistiques pour l’Autriche, la Bulgarie, la Grèce, la Hongrie, la Roumanie, la Pologne, la Tchécoslovaquie et la Yougoslavie » in SDN – CEUE – Rapport de la Conférence de Stresa pour la reconstruction économique de l’Europe centrale et orientale – Doc. n° C. 666. M. 321. 1932. VII., p. 30-40.

2 Voir note précédente.

3 Voir SDN – CEUE – Rapport de la conférence de Stresa…, doc. n° C. 666. M. 321. 1932. VII., p. 18-24.

4 Archives Diplomatiques (AD) – Ministère des Affaires Étrangères (MAE) – Paris, Série Relations commerciales, s/série C Autriche, volume 51, Commission économique de la conférence de Stresa, compte rendu séance du 8 septembre 1932.

5 AD – MAE, vol. 51 op. cit., compte rendu du 8 septembre 1932.

6 AD – MAE, vol. 51 op. cit., compte rendu séance du 9 septembre 1932.

7 AD – MAE, vol. 51 op. cit., compte rendu séance du 9 septembre 1932.

8 AD – MAE, vol. 51 op. cit., compte rendu séance du 9 septembre 1932.

9 AD – MAE, vol. 51 op. cit., s/comité des États acheteurs, compte rendu du 10 septembre 1932.

10 AD – MAE, vol. 51 op. cit., compte rendu du 10 septembre 1932 et réunion des trois du 12 septembre 1932.

11 AD – MAE, vol. 51 op. cit., compte rendu séance du 10 septembre 1932.

12 AD – MAE, vol. 51 op. cit., compte rendu séance du 10 septembre 1932.

13 AD – MAE, vol. 51 op. cit., compte rendu séance du 12 septembre 1932.

14 AD – MAE, vol. 51 op. cit., réunion des trois, compte rendu séance du 12 septembre 1932.

15 AD – MAE, vol. 51 op. cit., compte rendu commission économique du 12 septembre 1932.

16 SDN – CEUE, doc. n° C. 666. M. 321. 1932. VII. p. 18-24.

17 SDN – CEUE, doc. n° C. 666. M. 321. 1932. VII. p. 13.

18 SDN – CEUE, doc. n° C. 666. M. 321. 1932. VII. p. 14.

19 Sur projet français, voir : AD – MAE, Série Relations commerciales 1919-1940, s/série C Autriche, vol. 52, conférence de Stresa – Commission financière, séance du 14 septembre 1932.

20 AD – MAE, vol. 52 op. cit., séance du 14 septembre 1932.

21 AD – MAE, vol. 52 op. cit., séance du 14 septembre 1932.

22 AD – MAE, vol. 52 op. cit., séance du 14 septembre 1932.

23 AD – MAE, vol. 52 op. cit., séance du 14 septembre 1932.

24 SDN – CEUE, doc. n° C. 666. M. 321. 1932. VII., p. 26, Discours de G. Bonnet, le 20 septembre 1932.

25 In Résumé mensuel des travaux de la Société des Nations, vol. XII, n° 10, octobre 1932, p. 393.

26 Résumé mensuel…, op. cit., vol. XII, n° 10, octobre 1932, p. 395.

27 Sur la réunion voir, Résumé mensuel…, op. cit., vol. XII, n° 11, novembre 1932, p. 463 et suiv.

28 Voir note précédente.

29 Note de la Section Financière de la SDN – 25 novembre 1932, in AD – MAE, Série Relations Commerciales 1919-1940, s/série B., Information Économique, vol. 33. Mai-décembre 1932.

30 Bundesarchiv-Berlin, Deutsche Reichsbank, dossier R. 2501/5897 – Internationale Konferenzen April 1932-septembre 1932.

31 Deutsche Reichsbank R. 2501/5897.

32 Voir Mourin Maxime, Les relations franco-soviétiques 1917-1967, Paris, Payot, 1967, p. 167 et suiv.

33 AD – MAE, vol 51 op. cit., séance du 10 septembre 1932.

34 Deutsche Reichsbank, R. 2501/5897.

35 Voir Résumé mensuel…, op. cit., vol. XII, n° 7, juillet 1932, p. 325 et suiv.

36 AD – MAE, vol. 51 op. cit., séance du 10 septembre 1932, Chiffres concernant les excédents de récolte de 1932.

37 Voir Schulz Matthias, Deutschland, der Völkerbund und die Frage der europäischen Wirtschaftsordnung 1925-1933, Krämer, Hamburg, 1997, p. 305.

38 Cf. Bonnet Georges, Le Quai d’Orsay sous trois Républiques, Fayard, Paris, 1961, p. 110-112.

39 Cité par Le Temps du 5 août 1932.

40 Voir Schulz Matthias, Deutschland…, op. cit., p. 305-306.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540