Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Finances et politique en Bretagne

 | 
Dominique Le Page

Catalogue prosographique

Les officiers de la Chambre des comptes

Texte intégral

LES CLERCS ET SECRÉTAIRES DE LA CHAMBRE DES COMPTES

Clercs et secrétaires de la Chambre des comptes

Clercs et secrétaires de la Chambre des comptes

1381. Jean Le Nas

2Il fut secrétaire des comptes jusqu’à sa promotion en 1505 au rang d’auditeur. Cf. notice 429.

3382. Pierre Mahé

4Il était clerc de seconde catégorie le 18 novembre 1485 (ALA E 153/27). Il fut confirmé dans cette charge par Charles VIII en 1492 (à cette date, il était également greffier) puis par Anne en 1498. Il ne figurait plus à la Chambre en 1514. On repère encore sa signature le 22 mai 1500 lors de la conclusion du compte de Martin Ayrolde, receveur des fouages de Nantes (ALA B 4296 f° 9).

5Il avait également obtenu l’office de payeur des gens des comptes en 1486 mais il ne l’avait plus en 1492. Le décès de Charles VIII lui permit de retrouver partiellement cette charge puisque dans un acte du 10 juillet 1499 il était qualifié de commis au paiement des gens des comptes (ALA E 185-9).

6Il était le fils d’Alain M., secrétaire de François II et possédait le manoir du Cambout en Plumieux.

7Cf. J. Kerhervé, Cat., t. III, notice 46, p. 713.

8383. Yves Maydo

9Cf. notice 432.

10384. François de Callac

11Cf. notice 431.

12385. Eonnet / Yvon Davy

13Il était auditeur des comptes de seconde catégorie depuis le 21 octobre 1486. Il fut confirmé dans ses fonctions par Charles VIII et Anne de Bretagne. Il ne figurait plus à la Chambre en 1514.

14Il avait épousé Anne ou Olive Baudoin dont il eut un fils, prénommé Guillaume, qui lui a succéda à la Chambre des comptes (Cf. notice 400).

15Il était sr de Kerscomarch en Noyal-Pontivy.

16Pour l’ensemble de sa carrière, cf. J. Kerhervé, Cat., T. III, notice 119, p. 752-753.

17386. François Le Saux

18Il était clerc et greffier des comptes depuis juin 1486 (B.N. fr. 8269 f° 454). Il fut confirmé dans ces charges par Charles VIII et Anne de Bretagne. Il résigna son office en faveur de Michel le Bigot en mars 1508 (ALA B 17 f° 29).

19Il témoigna au procès du maréchal de Gié le 5 mai 1505. Il se disait alors âgé de 66 ans ou environ et précisait qu’il avait étudié à Paris où il avait vu Arthur de Montauban, l’un des responsables de la mort de Gilles de Bretagne (De Maulde, Procédures politiques du règne de Louis XII, op. cit., p. 411-412).

20Il était le fils d’Henriet le Saux et avait épousé Jeanne Marion.

21Il était sr de Cremeuzen.

22Pour l’ensemble de sa carrière, cf. J. Kerhervé, Cat., t. III, notice 51, p. 716.

23387. Jean de La Rue

24Il fait partie des officiers d’origine tourangelle nommés par Charles VIII en août 1492. Il n’était plus membre de la Chambre en 1498 (son nom ne figurait déjà plus au bas d’un acte signé par les gens des comptes le 1er décembre 1495, ALA E 212/5).

25On peut certainement l’identifier avec le personnage du même nom qui était notaire et secrétaire royal le 23 juin 1481 (Lapeyre et Scheurer, op. cit., notice 372, p. 183). Il fut ensuite argentier de la reine Anne (B. Chevalier, Tours, ville royale, 1350-1520, p. 545). En 1499, il fut commis au paiement de plusieurs gentilhommes venus de Sicile et d’Italie. Il témoigna lui-aussi au procès du maréchal de Gié. Sa déclaration apprend qu’il était âgé – en mars 1505 – de 40 ans, qu’il était depuis deux ans « au service » « de mesdame et sr d’Engoulesme » (en tant qu’argentier) et qu’il avait précédemment servi le général Briçonnet (De Maulde, op. cit., p. 548).

26Il avait épousé Perrine Le Fuzelier qui se remaria, après son décès, avec Jean Testu (on retrouve un personnage du même nom, argentier de François Ier avec Marc de La Rue dans les années 1520).

27388. Jean de Quilfistre / Quisistre

28Il fit, comme le précédent, un passage rapide à la Chambre des comptes : il fut nommé secrétaire en août 1492 par Charles VIII mais son nom ne figurait plus dans la liste du personnel en 1498.

29Il a laissé peu de traces dans les archives. Il est cependant vraisemblable qu’il dut sa nomination à l’appui du maréchal de Rieux : on trouve, en effet, plusieurs Quilfistre au service de cette famille. Ainsi en 1505, un François de Quilfistre était présent à la montre du maréchal de Rieux (Dom Morice, op. cit., 870). Un personnage du même nom était procureur du sr de Rieux en 1529 (Dom Morice, op. cit., 988).

30La famille de Quilfistre était originaire de la paroisse de Saint-Molf (Potier du Courcy, op. cit., t. III, p. 10).

31389. Olivier de Lanvaux

32Cf. notice 433.

33390. Alain Martin

34On ne sait à quelle date il entra à la Chambre des comptes mais son nom figurait déjà au bas d’un acte adopté par cette dernière le 1er décembre 1495 (ALA E 212/22). Il fut confirmé dans son office de secrétaire par Anne de Bretagne en 1498 (ALA B 116 f° 49). Il ne figurait plus à la Chambre en 1514.

35Commencée avant 1491, sa carrière se poursuivit sous Charles VIII puisque ce dernier l’institua trésorier des guerres, charge où il demeura de 1492 à 1495 (ALA B 4303).

36Il avait épousé Marie Thomelin qui, après son décès, se remaria avec Guillaume Davy (Cf. notice 400).

37Pour l’ensemble de sa carrière, cf. J. Kerhervé, Cat., t. III, notice 40, p. 610.

38391. Jean de Lespinay

39Il fut secrétaire des comptes entre 1498 et 1515.

40Pour l’ensemble de sa carrière, cf. notice 427.

41392. Gilles Thomas

42Il entra à la Chambre des comptes au plus tard en 1503 (ALA B 14 f° 146). Il tut remplacé après sa mort, survenue en 1506, par son fils François.

43Cf. notice 32.

44393. Mathurin Baud

45Cf. notice 437.

46394. François Thomas

47Fils du précédent. Il fut institué vers 1506 et il quitta la Chambre entre le 7 mai 1512 (ALA B 4296, compte de l’évêché de Dol) et janvier 1514 où son nom ne figure pas dans la liste de confirmation du personnel par Louis XII.

48395. Guillaume Loysel l’Aîné

49Cf. notice 438.

50396. Michel Le Bigot

51Le 2 juillet 1495, Jean Gelin lui résigna à survivance son office de « garde et administrateur et autres enseignemens estans en la Chambre ». Michel Le Bigot lui succéda effectivement dans cette charge le 17 avril 1498 (ALA B 51 f° 176). Il poursuivit son ascension en bénéficiant en mars 1508 de la résignation, faite par François Le Saux, de l’office de clerc et secrétaire et greffier (ALA B 17 f° 29). Il fut confirmé dans cette charge par François Ier. Il quitta la Chambre entre le 3 juillet 1523 (ALA B 51 f° 251) et novembre 1524. En mars 1517, il était qualifié de maître et auditeur des comptes (Livre Doré, op. cit. p. 81).

52Le 30 juin 1549, ses héritiers, à savoir Bertrand Le Hardy, fils de sa sœur Guillemette Le Bigot et Françoise Le Bigot étaient en procès avec les héritiers de Philibert Tissart et de Guillaume Loysel pour non paiement de ses gages de secrétaire des comptes (ALA B 576 f° 138).

53397. Robert Millon

54Selon Fourmont (Histoire de la Chambre des comptes..., Appendice, p. II), il siégeait déjà à la Chambre des comptes en 1503. On relève sa signature dans des actes de la Chambre en 1513 (notamment le 8 mars 1513, ALA B 4295 f° 153). Il fut confirmé dans son office en 1514, 1515 et 1524 et resta membre de la Chambre jusqu’au 24 octobre 1537. Il résigna alors sa charge en faveur de Me François Bertho (ALA B 52 f° 147), probablement pour raison de santé (il était signalé absent pour cette raison dès le 8 mai 1536, ALA B 571 f° 68).

55Pas d’autres activités financières connues.

56Il était le fils de Robert Millon et de Marie Thomelin et était issu d’une famille financière déjà importante sous François II puisque son grand-père, Yvon, fut l’un des grands commis de Pierre Landais. Un doute subsiste cependant sur sa généalogie. J. Kerhervé situe la mort de son père vers l’année 1505 (cf. J. Kerhervé, Cat., t. III, notice 37, p. 624-625). Cependant, le 14 mars 1515, Robert Millon « l’un des gens des comptes et sa compagne Marie Thomelin » bénéficiaient encore d’une évocation devant les sénéchaux de Vannes et de Lamballe (ALA B 22 f° 37), ce qui tendrait à prouver que le père de Robert Millon était toujours vivant à cette date et que Robert Million père et fils siégèrent successivement à la Chambre. Cela expliquerait pourquoi Robert Millon resta bloqué toute sa carrière au rang de secrétaire des comptes.

57Il décéda le 30 septembre 1540 (ALA B 2147).

58Il était sr de la Touche-Millon de la Riotilaye et de Vergal en Pacé, (Potier du Courcy, op. cit., t. II, p. 278). En 1537, il possédait en copropriété avec Mathurin Baud un courtil près de l’Erdre « sis entre une maison appelée la maison des Lyons d’un côté, d’autre côté le coin qui conduit au port communeau, par le devant la rue qui conduit de Saint-Léonard à la grosse tour » (ALA B 1893 f° 87). Il avait épousé Jacquemyne de Saint-Denoual, dont il eut au moins un fils, Jean.

59398. Gilles de Commacre

60Cf. notice 469.

61399. Jean Thomelin

62Il est mentionné pour la première fois comme secrétaire des comptes dans la confirmation du personnel de la Chambre par François Ier en 1515. Il garda cet office jusqu’au 7 juin 1525, où il le résigna en faveur de Pierre de Callac (ALA B 51 f° 279).

63Avant d’accéder à la Chambre, il avait mené une carrière financière active : il avait été fermier des ports et havres de 1503 à 1506 avec Jean du Boterff, Yvonnet de La Barre et Louis le Mezec (ALA B 575 f° 35) fermier du billot dans l’évêché de Vannes en 1510 avec Jean et Pierre Pineau (ALA B 18 f° 231) et fermier de la prévôté de Nantes avec Jean Pineau, Jean Tregouet, Pierre Cosnoal... du 1er octobre 1513 au 1er octobre 1516 (ALA B 21 f° 224, ALA B 22 f° 25). Il avait été également receveur des aides de Bretagne (mention en 1508, ALA B 17 f° 167 et mention encore le 21 septembre 1511, ALA B 20 f° 167).

64Il avait un fils prénommé François qui était encore appelé à comparaître à la Chambre le 23 avril 1544 pour apurer la somme de 1 139 l. 3 d. déportée au compte, conclu en 1516, de la ferme des ports et havres prise par son père de 1503 à 1506 (ALA B 575 f° 35).

65Il était sr du Bellon (paroisse d’Elven), Potier du Courcy, op. cit., t. II, p. 278.

66400. Guillaume Davy

67Il est mentionné pour la première fois comme secrétaire des comptes en janvier 1514 et il succéda très probablement à son père Yvon dans cette charge. Le 23 août 1532, il résigna son office à survivance en faveur de son fils François (ALA B 52 f° 110-111) mais il est très peu probable que ce dernier en ait bénéficié puisque le 20 novembre 1540, Guillaume Davy fit le même type de résignation en faveur cette fois de Pierre Riou (ALA B 52 f° 215). C’est ce dernier qui siégeait à la Chambre en 1547.

68Pas d’autres activités financières connues.

69Il avait épousé Marie Thomelin, la veuve d’Alain Martin, ce qui entraîna sa convocation à la Chambre le 16 avril 1539 avec Mathurin Baud et René Boutin pour apurer les déports de la ferme des ports et havres prise par Jean Le Baud, Amaury Briczon et Alain Martin de 1486 à 1489 (ALA B 573 f° 229-230). L’affaire ne trouva pas de conclusion, les héritiers d’Amaury Briczon refusant de comparaître.

70Le 21 février 1534, il bénéficia d’un mandement en tant que garde naturel de Catherine et François Davy, héritiers d’Olive Davy leur sœur et de Catherine Davy, religieuse au couvent Sainte-Claire de Nantes contre me François Thomelin, sr du Bellon (ALA B 36 f° 25), acte qui tendrait à confirmer l’existence de liens familiaux entre les Davy et les Thomelin.

71Guillaume Davy était sr de Kerscomarch comme son père.

72401. Jean Coué

73Il fut admis à la Chambre comme notaire, clerc et secrétaire des comptes entre 1515 – il ne figure pas dans la liste de confirmation du personnel par François Ier – et le 6 mars 1517, date à laquelle on relève sa signature au bas d’un acte (ALA B 51 f° 189). Le 11 décembre 1529, il présenta un mandement de survivance de son office en faveur de son fils Julien Coué (B 568 f° 114). Il mourut avant le 21 juin 1531 (ALA B 33 f° 115).

74Avant d’accéder à la Chambre, il avait mené une activité financière substantielle, essentiellement comme fermier : il avait été ainsi fermier du billot dans l’évêché de Rennes avant 1506 (ALA B 16 f° 45), dans l’évêché de Nantes en 1510 (ALA B 18 f° 32), en 1511 (ALA B 19 f° 35), dans l’évêché de Saint-Malo en 1513 (ALA B 21 f° 16).

  • 1 Le 25 août 1514, ce dernier signait d’ailleurs un acte, par lequel Jamet Capeau lui constituait 50 (...)

75Plusieurs éléments permettent de penser qu’il était proche du clan Lespinay-Parajau : son mariage – il avait épousé Jeanne Robelot, sœur de Bertranne R., femme du trésorier Lespinay1 ; son association à plusieurs reprises dans son activité de fermier avec Thomas Costard (notamment en 1511 et en 1513) : celui-ci avait épousé Guyonne Parajau, apparentée à la famille de Jean P., trésorier général. Dernier signe – et sans nul doute le plus probant – de solidarité de Coué avec Parajau : sa présentation comme caution pour lui, le 27 mars 1528 (ALA B 568 f° 73), après sa suspension de la trésorerie générale.

76Il descendait d’une famille noble établie à Renac depuis au moins 1427 et dont l’un des membres, Guillaume C, était receveur de Clisson de 1428 à 1430 (Cf. J. Kerhervé, Cat., t. III, notice 2, p. 343).

77Jean Coué était sr du Brossay (paroisse de Rénac). Il avait acquis dans la paroisse Saint-Vincent à Nantes une maison qu’il revendit à Olivier Harrouys, lequel y demeurait toujours en 1537 (ALA B 1893 f° 7-8).

78402. François Guillart

79Il fit son entrée à la Chambre entre janvier 1515 et le 18 juillet 1520 (ALA B 4296 f° 8). Il y resta jusqu’à sa mort survenue avant le 6 mai 1526 (ALA B 51 f° 283). Pour l’ensemble de sa carrière cf. notice 299.

80403. Pierre Lonoré

81Il accéda à la Chambre le 15 décembre 1521 après « la procuration » de Gilles de Commacre à l’office de maître des comptes (ALA B 51 f° 237) et il resta en charge jusqu’à sa mort survenue avant le 22 septembre 1529 (ALA B 51 f° 377).

82Son intégration au personnel des comptes constitue dans son cas aussi le couronnement d’une carrière financière importante. On le trouve, en effet, mentionné comme fermier de la traite des blés dans les évêchés de Nantes et de Vannes d’octobre 1510 à octobre 1512 (ALA B 19 f° 60), fermier de l’impôt dans l’évêché de Cornouaille en 1515 (ALA B 22 f° 40), en 1517. En 1516, il prenait aussi la ferme du billot dans le même évêché. D’octobre 1516 à octobre 1519, il participait à la ferme de la prévôté de Nantes (ALA B 23 f° 220). Il conclut sa carrière en prenant la ferme du billot et appétissement dans l’évêché de Nantes en 1518 (ALA B 24 f° 32), dans l’évêché de Dol en 1521, dans l’évêché de Saint-Brieuc en 1519 et 1521 (ALA B 570 f° 12) et celle des impôts et billots dans les évêchés de Léon et de Tréguier en 1522 (ALA B 27 f° 170).

83Il avait épousé Guillemette de Coetanezre, veuve d’Alain Rolland, receveur de Conq, Fouesnant et Rosporden de 1502 à 1520. C’est d’ailleurs lui qui rendit à la Chambre le dernier compte de ce receveur en tant que tuteur de ses enfants (ALA B 4295 f° 308). Le 10 octobre 1526, Pierre Lonoré était encore mentionné comme garde, tuteur de Guillaume Rolland et autres ses frères, enfants de feux Alain Rolland et Catherine Kerfors (ALA B 30 f° 199). C’est par ailleurs un dénommé Jean Lonoré, probablement apparenté à Pierre, qui avait succédé à Alain Rolland dans la recette ordinaire précédemment mentionnée.

84Il était sr de la Forêt en Loctudy.

85404. Jean Parajau

86Cf. notice 11.

87405. Guillaume de Lespinay

88Son nom n’est pas mentionné dans la liste du personnel de la Chambre qui prête serment à François Ier après la mort de la reine Claude mais le 23 septembre 1524, il résigna son office de clerc, secrétaire et greffier au profit de Jean de La Rivière (ALA B 51 f° 269). Il avait succédé probablement à Jean de Lespinay le jeune, après sa mort intervenue en 1517 (cf. notice 436). Il convient donc de l’identifier avec le fils de ce dernier ; il était donc le petit-fils du trésorier général, qui était signalé comme son garde naturel en mai 1517 (B.N. CAR 382 f° 335).

89C’est lui qui dut faire face aux poursuites engagées après la mort de son grand-père Jean de Lespinay (cf. notice 9). Il décéda en 1545. Son fils, Pierre, réussit à reprendre le contrôle de tout le patrimoine familial grâce particulièrement à son mariage en 1563 avec Éléonore du Perreau, héritière de Louis, – c’est-à-dire de celui-là même qui avait bénéficié du don des biens saisis par François Ier en 1529 –, un mariage qui lui permit de redevenir propriétaire de la terre de Lespinay, effaçant ainsi les effets des mesures répressives du règne de François Ier.

90Il était sr de Monceaux. Il avait épousé en 1514 Marie du Chaffault, fille aînée de Jean, sr du Chaffault, de Monceaux (paroisse de Saint-Philibert de Grandlieu) et de la Marzette / Marzille en Poitou.

91406. Jacques Hubert

92Il fut institué notaire, clerc, secrétaire et greffier le 9 août 1524 après la résignation de Jean Parajau (ALA B 51 f° 269). Il conserva cette charge jusqu’à son décès survenu avant le 5 juin 1545 (ALA B 52 f° 279-280).

93Sa carrière, avant son accès à la Chambre, est peu connue. On peut supposer qu’il était proche du clan Lespinay-Parajau puisqu’il bénéficia de la résignation de Jean Parajau et qu’il avait été commis à la ferme des ports et havres, le 11 février 1523 (ALA B 28 f° 19), par Jean de Lespinay à la place de Pierre Cosnoal.

94On ne sait s’il y avait des liens de parenté entre lui et Jean Hubert, receveur ordinaire de Rennes (cf. notice 248) ni avec le personnage du même nom qui était procureur des bourgeois de Nantes en 1492 et en 1506 (Livre doré, op. cit., p. 78).

95Il possédait la seigneurie de la Thébaudière pour laquelle il bénéficia d’une maintenue, adressée aux juges de Nantes, le 12 mars 1533 (ALA B 35). Le même jour, il se vit accorder une sauvegarde perpétuelle, expédiée – précisait l’extrait – « par advis et opinion de messeigneurs les maîtres des requêtes et conseillers estans audit conseil lors de l’octroy dicelle » (id.).

96Le 2 février 1546, les gens des comptes prenaient la décision d’acheter à sa veuve et à ses héritiers la maison qu’il possédait au bout du bâtiment de la Chambre (elle comportait, outre un corps de logis, une buanderie et un grenier à foin) pour le prix de 500 l. en raison des risques d’incendie qu’elle pouvait poser (ALA B 52 f° 294).

97Il appartenait à une famille implantée dans les paroisses de Mordelles (évêché de Rennes) et de Goven (évêché de Saint-Malo), Potier du Courcy, op. cit., t. II, p. 36.

98407. Jean de La Rivière

99Il fut institué clerc, secrétaire et greffier suite à la résignation de Guillaume de Lespinay le 23 septembre 1524 (ALA B 51 f° 269). Il demeura en charge jusqu’à son décès survenu avant le 2 janvier 1553, date à laquelle Me François Durant lui succéda (ALA B 53 f° 192).

100Il appartenait à la famille La Rivière qui contrôla la recette ordinaire du Gâvre pendant une grande partie de la première moitié du xvie siècle. Il fut, pour sa part, receveur ordinaire de ce domaine de 1511 à 1524, succédant à son père Pierre de La Rivière. Il résigna son office de châtelain à son fils, René, en 1525 (cf. notice 212).

101C’était également un proche du trésorier Parajau pour lequel il se portait caution le 27 mars 1528 (ALA B 568 f° 216).

102Il avait épousé Françoise de La Chasse. Après son décès, celle-ci se remaria avec Tristan de Saint-Martin qui, le 11 décembre 1557, demanda à ce que la Chambre entérine le don qui lui avait été fait de l’office de secrétaire et auditeur après la résignation de Guillaume de Francheville. Les gens des comptes convoquèrent Saint-Martin et François de La R., frère de Jean, et exigèrent, avant de procéder à la réception, que les deux hommes apurent non seulement les comptes de Jean pour la recette du Gâvre – il était resté redevable de 1 445 l. s. 1 d. et n’avait rendu compte de sa commission au paiement des menus plaisirs de la Chambre – mais aussi ceux de son père René. François de La Rivière demanda à ce que Saint-Martin paie les dettes de Jean puisque celui-ci avait fait don à sa femme de ses biens ou qu’il verse au moins la moitié des sommes demandées si cette donation n’avait pas eu lieu. Tristan de Saint-Martin fut pourtant reçu le même jour à la Chambre, en rappelant qu’il avait donné une caution de 3 000 l. « en cas qu’il fut subject à compter » (ALA B 580 f° 229-230).

103En 1537, il possédait dans la paroisse Sainte-Croix à Nantes une maison qu’il louait à un certain Claude Bourbon, fondeur (ALA B 1893 f° 20).

104408. Pierre de Callac

105Il entra à la Chambre comme huissier, charge qu’il exerçait déjà le 15 décembre 1522 (ALA B 27 f° 262). Le 7 juin 1525, il fut institué clerc, notaire et secrétaire des comptes après la résignation de Jean Thomelin (ALA B 51 f° 279) mais ce n’est que le 8 avril 1526 qu’il résigna son office d’huissier en faveur de Jean Aubin (ALA B 52 f° 86). Il inaugurait ainsi une longue période de présence à la Chambre puisque, s’il résigna son office à survivance en faveur de son fils Geoffroy le 6 mai 1546 en raison de son grand âge (ALA B 52 f° 296, l’acte était confirmé le 14 avril 1548, ALA B 53 f° 55), il semble bien qu’il lui ait survécu et un Pierre de Callac était toujours secrétaire des comptes en 1557.

106Pierre de Callac avait été commis de Jacques de Callac (cf. notice 313) à la recette des fouages de Dol (ALA B 27 f° 262) puis receveur en titre de la même recette.

107Il appartenait à cette famille de Callac qui sut placer plusieurs de ses membres à la Chambre des comptes et était peut-être le fils de François de C. (cf. notice 431) et le frère de Jacques. Il portait, en tout cas, le titre de sr de La Salle tout comme eux (mention notamment le 15 avril 1539, ALA B 573 f° 220), ce qui tendrait à prouver qu’il récupéra l’héritage d’Olivier de Callac, le fils de Jacques.

108409. Gilles Bricaud

109Il fut institué secrétaire et auditeur des comptes le 6 mai 1526 après la mort de François Guillart (ALA B 51 f° 283). Le 31 janvier 1545, il résigna cet office à survivance en faveur de Jean Douette (ALA B 52 f° 277-278).

110Il fit une carrière essentiellement nantaise : signalé comme greffier des bourgeois de Nantes entre 1514 et 1517 (compte du miseur Jean Spadine, Livre Doré, op. cit., p. 20), il devint ensuite contrôleur de la recette ordinaire de la ville (mention en 1521). Il occupait encore cette charge lors de son entrée à la Chambre des comptes et le roi lui permit de cumuler les deux offices, contrevenant ainsi aux ordonnances royales délivrées dans ce domaine. Le 23 juillet 1548, il fut institué trésorier des chartes après la résignation de François de Kermenguy et il céda son office de contrôleur ordinaire de Nantes à François Ménardeau le 21 janvier 1551 (ALA B 53 f° 123).

111Le 1er janvier 1544, le dauphin lui accorda 30 l. de pension annuelle à prendre, en plus de ses gages ordinaires, sur la recette ordinaire de Nantes (ALA B 575 f° 32).

112Il se mettait occasionnellement au service des Grands, notamment à Jean, comte de Penthièvre et c’est dans sa maison à Nantes en présence de Florimond Le Charron, que Thomas Martel, présenta son premier compte de la recette de Lamballe pour les années 1537-1544 (A.C.A, E 84).

113Il était sr de Viollain. On a peu de renseignements sur ses liens familiaux : on sait seulement qu’en 1531, il était, en tant que curateur de Claude Vivien, en procès avec Jean Vivien et sa femme (ALA B 33 f° 138).

114410. Antoine Dessefort / D’Essefort

115Il fut nommé notaire et secrétaire des comptes le 22 février 1529 après la mort de Pierre Lonoré (ALA B 51 f° 377). Il résigna son office à survivance en faveur de son fils Michel le 20 juillet 1545 mais il était toujours présent à la Chambre en mai 1557.

116Il avait mené, avant d’accéder à la Chambre, une carrière financière active qui débuta vers 1516. À partir de cette date, en effet, il apparaît comme receveur ordinaire de Nantes et il le demeura jusqu’en juillet 1529. Il cumula cette recette avec plusieurs autres responsabilités : il fut ainsi, de 1520 à novembre 1528, receveur du fouage dans l’évêché de Vannes ; en novembre 1520, il était signalé comme commis à recevoir les restes des comptables (ALA B 25 f° 183). Cette commission explique peut-être pourquoi, il devint, en mars 1525, miseur des œuvres et réparations de la Chambre des comptes (mention du 20 mars, ALA B 568 f° 13) puisqu’il était habituel de consacrer ces sommes à ce genre de dépenses. Il semble avoir été parallèlement commis d’Etienne Tissait, payeur des gens des comptes et le 4 décembre 1529, on lui demandait de rendre compte de cette commission jusqu’en décembre 1528 (ALA B 569 f° 14). En 1527, on le retrouve miseur du château de Nantes et de janvier 1526 à juillet 1528, il prit en charge la recette ordinaire de Loyaux. Il compléta cette importante activité par la prise de fermes dont celle des ports et havres – à une date non spécifiée (le 10 février 1531, il lui était demandé d’en rendre compte, ALA B 569 f° 14 – et celle des mines de Bretagne – ALA B 569 f° 132). Il ne dédaignait pas non plus les offices judiciaires : en 1525, il était notamment procureur de Touffou (ALA B 29 f° 69).

117Il dut très vraisemblablement cette carrière à la protection du comte de Laval dont il avait été le trésorier général (le 14 février 1523, il était dit qu’il avait occupé cette charge « naguère, » ALA B 28 f° 21). Il était donc apparenté à Alexandre Dessefort, trésorier de l’Épargne du duché, dont nous avons vu qu’il devait lui-aussi ses offices à la protection de cette maison. Ces liens donnaient à Antoine Dessefort ses entrées à la cour, qui le mettaient en mesure de prêter de l’argent au roi : dans les années 1530, ordre fut ainsi donné à Julien Bertho, receveur des restes, de lui verser 535 l. pour le rembourser de pareille somme avancée à François Ier en 1527 (C.A.F., t. III, 9221, p. 371). Le 5 juin 1537, enfin, il justifiait ses absences répétées à la Chambre en affirmant qu’il avait été à la cour « puis ung an » (ALA B 571 f° 303).

118Les Dessefort étaient originaires du Berry où ils possédaient des biens dans les paroisses de Varennes et de Selles. C’est Antoine – né en 1480 – qui s’installa le premier à Nantes. Il s’intégra très rapidement en Bretagne, en tissant notamment des liens avec les Hux tant sur le plan professionnel (Jean Hux le jeune fut commis d’Antoine Dessefort à la recette ordinaire de Nantes avant de lui succéder dans cette charge – ; A. Dessefort relaya, lui-même, un temps, Jean Hux l’aîné à la recette de Loyaux) que familial : Antoine épousa Perrine Hux, fille de Pierre Hux et d’Aliénor Raboceau, et sœur de Jean Hux l’aîné et de Jean Hux le jeune. Il eut au moins deux enfants : Michel, auditeur à la Chambre des comptes (cf. notice 420) et Gillette mariée à Jean Gabard puis à François Giraud, sr de Clermont.

119Antoine Dessefort consolida son implantation en Bretagne en achetant des terres et tout particulièrement la seigneurie du Breil en Bouguenais. Le 29 mai 1527, il présenta à la Chambre un mandement royal d’exemption de cette terre. Avant d’entériner cet acte, les gens des comptes ordonnèrent une enquête, confiée à Alain Mandart (ALA B 568 f° 57). Le décès de ce dernier, et la longue maladie de Dessefort retardèrent l’entérinement de cette exemption. Celui-ci eut lieu 19 années plus tard, le 26 juin 1546. La terre du Breil fut exemptée du paiement de 110 s. de rente dus à la seigneurie de Touffou ainsi que du fouage, le tout montant à 9 l. 10 s. En échange, Dessefort renonça à 110 s. de rente qui lui étaient dus sur la recette ordinaire de Nantes, comme ayant cause de Olivier Le Gendre (ALA B 576 f° 11-12). Le 30 juin 1556, la Chambre enregistra ses lettres de déclaration de noblesse, lettres qui lui avaient été délivrées en septembre 1555 (ALA B 580 f° 85).

120Voir Saulnier, Le Parlement de Bretagne, op. cit., p. 302-303 et La famille Le Lou et ses alliances, Revue de Bretagne et de Vendée, 1911, p. 185-211.

121411. Julien Coué

122Il bénéficia de la résignation à survivance de son père Jean le 11 décembre 1529 (ALA B 568 f° 114) et lui succéda probablement au cours de l’année 1531 (Cf. notice 401). Il était toujours présent à la Chambre le 20 mai 1557 lors de la venue de la commission Tambonneau et fit partie des plus farouches opposants à la mise en place du nouveau règlement.

123Pas d’autres activités financières connues.

124Il avait épousé Marie Complude, qui était probablement apparentée à la famille espagnole du même nom implantée à Nantes au début du xvie siècle (H. Touchard, op. cit., p. 355). Il était en procès avec Jean, le frère de cette dernière, en 1533 (ALA B 35 f° 58).

125Il succéda à son père comme sr du Brossay. Il possédait aussi la seigneurie de la Souchaye qu’il avait affermée de 1531 à 1536 à Julien Bertho, commis à recevoir les restes (ALA B 575, mention du 17 décembre 1543).

126412. Jean Boulomer l’Aîné

127Il fut institué le 4 mars 1529 par lettres royales délivrées à Dijon et il fut reçu à la Chambre le 11 mars 1530 (ALA B 51 f° 376). Il avait bénéficié de la résignation d’Yves Maydo. Il résigna son office à survivance en faveur de son fils prénommé lui-aussi Jean le 5 mars 1541 (ALA B 52 f° 214).

128Pas d’autres activités financières connues.

129Le fait qu’il ait obtenu, le 14 septembre 1531, une évocation d’un procès devant le lieutenant et l’alloué de Vannes tendrait à prouver qu’il était originaire de cette région (ALA B 33).

130On ne sait s’il y avait des liens de parenté entre lui et Hervé Boulomer, qui avait perçu le fouage dans l’évêché de Vannes en 1486, pour le compte du maréchal de Rieux (J. Kerhervé, Cat., t. III, p. 681).

131Il était sr de Kerfraut et de Loqueltas. Selon Potier du Courcy, il était également sr de Lorière dans la paroisse de Nozay, Potier, op. cit., t. I, p. 145.

132413. François Davy

133Il bénéficia d’une résignation à survivance avec son père le 23 août 1532 (ALA B 52 f° 110-111) mais il décéda probablement avant 1540 puisque cette année-là son père fit une résignation identique en faveur de Pierre Riou (ALA B 52 f° 215).

134Pas d’autres activités financières connues.

135414. François Bertho

136Il bénéficia le 24 octobre 1537 de la résignation de Robert Millon (ALA B 52 f° 147) et il resta à la Chambre jusqu’au 8 mai 1542, date à laquelle il résigna lui-même son office en faveur de Bernard Rocaz (ALA B 52 f° 233-234).

137Il était bachelier en lois et on ne lui connaît pas d’autres activités financières.

138On ne sait s’il y avait des liens de parenté entre lui et Alain Bertho, receveur de Lamballe (Cf. notice 224) ou Julien B., commis à recevoir les restes (cf. notice 509).

139Un individu du même nom, qualifié de sr de Launay, était sénéchal de Carhaix en 1551 (ALA B 577 f° 236).

  • 2 Ce que pourrait confirmer l’autorisation de s’absenter qu’il obtint, le 19 avril 1542, pour s’occu (...)
  • 3 Potier affirme que François Bertho, auditeur des comptes, était s’ de la Guitonnière.

140On ne sait s’il faut le rattacher à la famille des Bertho qui était attestée dans la région de Lamballe depuis le xve siècle2 ou à une famille poitevine du même nom qui possédait la seigneurie de la Guitonnière3 et dont un descendant, prénommé Jacques, sr de La Guitonnière, devint conseiller au Parlement de Bretagne en 1576, Potier du Courcy, op. cit., t. I, p. 75) et Saulnier, op. cit., p. 79.

141415. Pierre Riou

142Il bénéficia de la résignation à survivance de Guillaume Davy, le 20 novembre 1540 (ALA B 52 f° 215). Il était devenu titulaire de la charge en 1547 et il était encore présent à la Chambre en 1557.

143Il était le gendre de Guillaume Davy (ALA B 574 f° 296).

144Pas d’autres activités financières connues.

145416. Jean Boulomer le Jeune

146Il bénéficia de la résignation à survivance de son père le 5 mars 1541 (cf. notice 412). Il est possible qu’il commença à exercer son office à partir de cette date puisque son père accompagna sa résignation d’une déclaration par laquelle il manifestait son intention de ne plus vouloir servir (ALA 13 JJ 6 f° 64). Jean Boulomer était toujours membre de la Chambre en 1557. L’année suivante, il connut des problèmes puisqu’il résigna son office en faveur de Golven de Quercrist à la condition d’être reçu comme avocat. Le 23 décembre 1558, Quercrist fut reçu à la Chambre sans que Boulomer ait obtenu l’office demandé et il se retrouva donc sans charge (ALA B 581 f° 62-63).

147417. Bernard Rocaz

148Il bénéficia de la résignation de François Bertho le 8 mai 1542 (ALA B 52 233-234). Le 22 avril 1551, il résigna cet office en faveur de son gendre me Guillaume Francheville qui avait épousé sa fille Jeanne Rocaz (ALA B 53 f° 120-121).

149Pas d’autres activités financières connues.

150Il était fils de Jean Rocaz et frère de Jean, receveur du fouage dans l’évêché de Dol (notice 317).

151418. Jean Douette l’Aîné

152Il bénéficia de la résignation à survivance de Gilles Bricaud le 31 janvier 1545 (ALA B 52 f° 277-278). Il lui succéda entre 1547 et 1557.

153Il était licencié en droit. Pas d’autres activités financières connues.

  • 4 Celle-ci était la fille d’Antoine Dessefort, cf. notice n° 410.

154Il était le gendre de Gilles Bricaud. Un Jean Douette, sieur de la Grande Noé, devint conseiller en Parlement en 1559. Il était le fils de Pierre Douette, argentier de Jean de Laval en 1524 (Pacault, op. cit., p. 450). Ce conseiller était marié à Françoise Girault, fille de Pierre, sr de Clermont, et de Gillette Dessefort4. On ne sait s’il faut l’identifier avec notre secrétaire des comptes, avec son fils, voire son frère ?

155Voir Saulnier, op. cit., p. 306-307.

156419. Julien Dortel

157Il fit un passage éclair à la Chambre puisqu’il obtint l’office de greffier et secrétaire après la mort de Jacques Hubert le 5 juin 1545 (ALA B 52 f° 279-280) et qu’il le résigna en faveur de Jean de Carheil dès le 1er janvier 1546 (ALA B 52 f° 91). Son serment avait été pris par les gens des comptes le 18 juin 1545 (ALA B 52 f° 280).

158Au moment de son institution, il était clerc et contrôleur du guet de la garde du dauphin. On lui connaît au moins deux autres charges : celle de greffier de la prévôté de Saumur, qu’il résigna en faveur de Guy Farineau le 27 mars 1546 (C.A.F., t. V, 15653) et celle de payeur de la compagnie du dauphin pour laquelle il devait rendre compte à la Chambre le 7 novembre 1547 (ALA B 572 f° 128).

159420. Michel Dessefort

160Il bénéficia de la résignation à survivance de son père Antoine le 20 juillet 1545 (ALA B 52 f° 282). La Chambre reçut son serment le 14 octobre 1545 (ALA B 52 f° 283) mais jusqu’en 1557, c’est son père qui exerça l’office.

161Il fut nommé avocat général en 1554 puis conseiller en parlement en 1556 et joua un rôle important dans la mise en place de la première municipalité de Nantes en 1560 (Livre Doré de l’hôtel de la ville de Nantes, op. cit., p. 90-92).

162Il avait épousé la fille de Charles Le Frère, président du Parlement de Bretagne et il mourut sans enfant.

163Voir Saulnier, op. cit., p. 302 et La famille Le Lou et ses alliances, Revue de Bretagne et de Vendée, 1911, p. 185-211.

164421. Jean de Carheil

165Il bénéficia de la résignation de Julien Dortel le 1er janvier 1546 (ALA B 52 f° 291). Confirmé dans ses fonctions par Henri II en 1547, il décéda avant le 19 novembre 1554 (ALA B 579 f° 59).

166Le 24 juillet 1538, il était procureur du vicomte de Rohan dans un différend qui l’opposait à son ancien trésorier général, Martin de Chauvrais (ALA B 573 f° 117).

167Il était le fils de Guillaume de Carheil et de Jeanne Spadine. Il avait choisi, le 7 janvier 1532, sa propre mère comme curateur pour lui et ses frères et sœurs mineurs François, Pierre, Hélène, Françoise et Guyonne. Il avait alors entre 14 et 20 ans. Il était probablement le neveu d’Alain de la Bouéxière, procureur des comptes – qui avait épousé lui aussi une demoiselle Spadine. La mère de J. de Carheil choisit d’ailleurs ce dernier comme caution durant le temps de sa curatelle (B.N. CAR 152 f° 85).

168Il avait épousé Jeanne Coupegorge et son frère François reçut l’ordre de la Chambre, le 19 novembre 1554, de remettre les papiers qu’il possédait dans sa maison à Nantes (ALA B 579 f° 59).

169Il possédait le manoir de Carheil situé dans la paroisse de Plessé.

170422. Geoffroy de Callac

171Il bénéficia de la résignation à survivance de son père le 6 mai 1546 (ALA B 52 f° 296).

172Cf. notice 408.

LES MAÎTRES DES COMPTES

Les maîtres de la Chambre des comptes

Les maîtres de la Chambre des comptes

173423. Jean II Gibon

174Il était auditeur de seconde catégorie à la Chambre depuis le 25 mars 1477 et avait accédé à la première catégorie avant le 22 décembre 1489. Il resta en charge sous Charles VIII, fut confirmé par Anne de Bretagne et résigna son office en faveur de son fils en 1504. Il était également, depuis 1489, procureur de la Chambre.

175Pour l’ensemble de sa carrière, cf. J. Kerhervé, Cat. t. III, notice 114, p. 751-752.

176424. Maurice III de Kerloeguen

177Il avait été reçu comme clerc le 4 juillet 1468 et promu auditeur de seconde classe le 4 février 1482. Confirmé par Charles VIII en 1492, par Anne en 1498, il connut une promotion sous le règne de celle-ci en devenant maître-auditeur et conseiller du roi (mention de 1501). Il ne figurait plus dans le personnel de la Chambre en 1514.

178Cf. J. Kerhervé, Cat. t. III, notice 43, p. 712.

179425. Jean III Rolland

180Il était clerc des comptes depuis au moins le 18 février 1477 et l’était encore le 18 avril 1488. Il aurait donc connu une promotion en 1492 lors de la retenue du personnel de la Chambre par Charles VIII. Il appartenait encore à la Chambre en 1498 et fut confirmé dans ses fonctions par Anne mais il en avait disparu en 1514.

181Cf. J. Kerhervé, Cat., t. III, notice 45, p. 713.

182426. Guillaume de Beaune

183Institué maître à la Chambre des comptes par Charles VIII le 3 août 1492, il fut confirmé par Anne de Bretagne en 1498 et demeura en charge au moins jusqu’au 3 mars 1507 (ALA B 51 f° 73). Il serait mort entre le 6 septembre 1508 et le 27 février 1510 (Spont, op. cit. note 2, p. 82).

184Il était le fils de Jean de Beaune, marchand de Tours et argentier du dauphin de 1470 à 1479, et frère de Jacques de Beaune, sr de Semblançay. En août 1505, ce dernier intervint auprès d’Anne de Bretagne pour qu’elle accordât la survivance de la maîtrise des comptes de Bretagne à son neveu Guillaume en raison de la maladie de son frère (Spont, op. cit. p. 82). Il ne semble pas que la demande ait abouti.

185Guillaume de Beaune était sr de La Charmoye (commune de Ballan-Miré, Indre-et-Loire) et se maria deux fois, la première avec Jeanne Briçonnet, la seconde avec Catherine Ruzé dont il eut plusieurs enfants : Martin, Guillaume (mort avant novembre 1530, marié avec Catherine Brocet, receveur de la sénéchaussée de Guyenne, receveur des aides et tailles en Poitou de 1509 à 1520 et en Touraine de 1511 à 1516 et commis à la sépulture de Louis XII), Marie et René (membre de la Chambre des aides – 26 novembre 1507 – puis du Parlement – 2 septembre 1508 – et enfin lieutenant civil au Châtelet de Paris – 4 avril 1512).

186Cf. Lapeyre et Scheurer, Les notaires et secrétaires du roi, t. II, pl. XII.

187427. Jean de Lespinay

188Son entrée à la Chambre des comptes en 1492 constitua pour lui un repli après son éviction de la trésorerie générale. Il y demeura jusqu’à sa restauration dans cette charge par Anne de Bretagne en 1498.

189Pour l’ensemble de sa carrière, cf. notice 9.

190428. Jean III Gibon

191Il bénéficia le 16 juin 1504 de la résignation que lui fit son père des offices de maître des comptes et de procureur (ainsi que de sénéchal d’Auray et de Vannes). Il resta en charge jusqu’à sa mort en 1521.

192Il était également secrétaire en chancellerie, office qu’il résigna en faveur de son frère cadet Pierre le 29 juin 1506 (Rosmorduc, op. cit., t. IV, p. 174-175).

193Il avait épousé Jeanne de Lannion (celle-ci décéda avant le 16 septembre 1513 puisqu’à cette date il obtint le don du rachat échu après sa mort) dont il eut deux enfants : Jean IV Gibon (marié en 1523 à Adeline de Carné, fille de Tristan de Carné) et Guyonne.

194Il était sr du Grisso comme son père. En septembre 1513, la reine Anne avait donné droit aux chartreux d’Auray d’échanger avec lui les rentes qu’ils détenaient dans la paroisse de Grand-Champ contre des rentes situées plus près de leur couvent (ALA B 51 f° 147). Il avait obtenu, en juin 1519, la permission de rétablir une justice à quatre « postz » – de bois ou de pierre – sur ses fiefs.

195Cf. Rosmorduc, t. IV, p. 174-175.

196Jean Le Nas / Jean Droillart / François de Callac / Yves Maydo

197Leur présentation peut être groupée puisqu’ils étaient tous les quatre membres de la Chambre avant 1492, qu’ils furent confirmés comme clercs et secrétaires par Charles VIII et par Anne et qu’ils furent institués auditeurs, toujours par cette dernière, le 4 juillet 1505, bénéficiant ainsi d’une mesure de rattrapage de carrière et d’une augmentation annuelle de gages de 100 l. (ALA B 51 f° 59).

198429. Jean Le Nas

199Il était clerc des comptes depuis le 12 mai 1474 et il se plaignait en 1505 de n’avoir pas été promu à l’ancienneté à cause des préférences accordées aux favoris de la reine. Il était le fils de Lucas Le Nas, lui-aussi membre de la Chambre (cf. J. Kerhervé, Cat., t. III, notice 44, p. 712). Il ne figurait plus à la Chambre en 1514.

200430. Jean Droillart

201Il était clerc des comptes depuis au moins 1485 et, après sa promotion de 1505, il conserva son office jusqu’à sa mort survenue avant le 14 décembre 1524 (ALA B 51 f° 268). Il était le fils de Laurent Droillart, ancien clerc des comptes. Il possédait la seigneurie de Kerlen dans la presqu’île de Rhuys (cf. J. Kerhervé, Cat. t. III, notice 47, p. 713-714).

202431. François de Callac

203Il demeura à la Chambre au moins jusqu’au 30 mars 1511 (ALA B 4297). Si son nom ne figure pas dans la confirmation du personnel en 1514, la famille de Callac continua d’être présente dans cette institution : d’abord par l’intermédiaire de Jacques, huissier en 1515 puis par celui de Pierre, huissier en 1524 puis clerc à partir de 1525. François de Callac était sr de La Salle en Melrand (cf. J. Kerhervé, Cat. t. III, notice 49, p. 715).

204432. Yves / Yvon Maydo

205Il était clerc des comptes le 1er septembre 1485. Il fut confirmé dans sa charge de maître et auditeur par François Ier en janvier 1515. En 1524, un nommé Yves Maydo était toujours membre de la Chambre ; cependant il est peu probable qu’il soit devenu maître puisqu’en 1530, quand il résigna son office, il n’était toujours mentionné que comme secrétaire des comptes (ALA B 51 f° 376).

206Yvon Maydo comparut au procès de Pierre de Rohan le 5 mai 1505 : il se disait alors âgé de quarante ans ou environ, se présentait comme le neveu de Hervé Maydo, ancien trésorier général de Bretagne et faisait contre la famille du maréchal de Gié une lourde déposition. Il l’accusait notamment d’avoir provoqué la destitution de son oncle qui aurait eu le tort de prendre la défense de Gilles de Bretagne (De Maulde, Procédures politiques du règne de Louis XII, p. 413-417).

207Il était sr de Tréduday (paroisse de Séné dans l’évêché de Vannes) et il mourut le 30 janvier 1530 (ALA B 2333). Son fils Jacques comparut à la Chambre le 8 juin 1543 ; il lui était demandé d’apurer la somme de 6 452 l. 1 s. 1 d. déportée au compte de Hervé Maydo conclu en mars 1482, le procureur des comptes soutenant que son père avait récupéré l’héritage de Gilles Maydo, fils de l’ancien trésorier. Jacques Maydo nia détenir aucun bien ayant appartenu à ce dernier et, le 16 mai 1545, il fut mis hors d’ajournement (ALA B 575 f° 123), décision qui laisse perplexe puisqu’il portait le titre de sr de Tréduday comme Hervé Maydo...

208433. Olivier de Lanvaux

209Il devint secrétaire à la Chambre entre le mois d’août 1492 et le 1er décembre 1495, date à laquelle on trouve sa signature au bas d’un acte de la Chambre (ALA E 122/22). En 1498, il fut confirmé dans sa charge de secrétaire par Anne de Bretagne (ALA B 116 f° 46) et il connut une promotion peu après puisqu’en 1503, on le trouve qualifié de conseiller et auditeur des comptes (ALA B 14 f° 128). Le 3 mars 1514, il portait le titre de premier maître des comptes (ALA B 12 838 f° 186). Confirmé dans son office par François Ier en 1515, il demeura en poste jusqu’à sa mort survenue avant le 18 avril 1519.

  • 5 Il demandait vers 1500 à ce qu’on lui verse 187 l. 18 s. 1 d. lui restant dus par la déduction de (...)

210Il avait commencé sa carrière financière en 1489 en percevant le fouage dans l’évêché de Cornouaille comme commis du trésorier général5. En 1490, il leva le fouage de l’évêché de Vannes dans les châtellenies d’Auray, Hennebont et la vicomte de Rohan (cf. J. Kerhervé, Cat., t. III, notice 45, p. 681). Le 27 août 1513, il était, par ailleurs, signalé comme alloué de Ploërmel (ALA B 21 f° 159). Le 19 janvier 1515, il obtint une maintenue sur l’office de procuration de la même juridiction (ALA B 22 f° 8).

211Divers indices permettent de penser que O. de Lanvaux figura à partir de 1498 parmi les proches conseillers d’Anne de Bretagne. Et d’abord le don de cent livres de pension annuelle qui lui fut accordé le 4 juillet 1506 en considération « des bons et recommandâmes services... tant en l’exercice de son office et en plusieurs affaires où il s’est toujours bien et loyaument comporté » (ALA B 51 f° 79). Les missions qui lui furent confiées ensuite : en 1507, il fut commis avec Yves Maydo à la réformation des cens et rentes dues à la recette de Ploërmel (ALA B 4295 f° 249) ; le 19 avril 1510, il fut chargé avec Jean Gibon de la réformation du domaine de Rhuys (ALA B 12 838 f° 156). Les nombreux arrêts dont il bénéficie dans les registres de chancellerie enfin : le 18 mars 1510, par exemple il bénéficia d’un état de causes jusqu’à six semaines « obstant s’en aller en court » (ALA B 19 f° 62).

212Olivier de Lanvaux était fils de Pierre de L. et d’Anne de Guémadeuc. Un personnage portant le même nom était secrétaire à la chancellerie de Bretagne et perçut le fouage dans l’évêché de Tréguier jusqu’en 1508 (cf. notice 364) sans que l’on connaisse avec précision ses liens avec Olivier de Lanvaux (il était peut-être son frère).

  • 6 En 1526, la veuve d’Olivier de Lanvaux menait une action en justice contre son propre fils afin d’ (...)

213Olivier de Lanvaux était marié à Perrinelle Glé et en eut au moins un fils, prénommé lui-aussi Olivier, en faveur duquel il résigna à survivance son office de procureur de Ploërmel le 6 septembre 1517 (ALA B 23 f° 282)6 Olivier de Lanvaux le jeune fut confronté à l’action de la commission Le Rouge « pour deniers par son feu père trop receuz de feu Pierre Thierry et autres » et ses biens furent saisis, tant qu’il n’aurait pas satisfait à leurs demandes (ALA B 569 f° 164-165, mention du 18 avril 1532). Les archives de la Chambre ne permettent pas de connaître l’épilogue de cette affaire.

214Olivier de Lanvaux était sire de Beaulieu en Bignan. Il avait obtenu en 1514 un droit d’enfeu chez les Carmes de Ploërmel (Bellevue, Ploërmel, p. 101). Le 3 juillet 1517, il bénéficiait d’une maintenue sur le lieu de la Touche (ALA B 23 f° 48). Le 19 décembre 1523, le roi accordait au trésorier Lespinay le droit d’évoquer à Nantes un procès par lequel il voulait obliger son héritier à lui payer « plusieurs sommes de deniers qu’il avait prêtées à son père en affirmant que la plus grande part de ses biens et héritages » était située dans cette juridiction et que O. de Lanvaux était décédé dans cette ville (B.N. CAR 382 f° 338-339).

215434. Régnaud de Brignac

216On ne sait pas à quelle date précise il devint maître des comptes. Son nom apparaît seulement dans la liste de confirmation du personnel de la Chambre par François Ier en janvier 1515. Il résigna son office très peu de temps après – le 13 mai 1515, B.N. CAR 382 – en faveur de Jean de Lespinay le jeune, sr de Malarit.

217Sa promotion à cet office constitua une récompense pour les services rendus à Anne de Bretagne. Il faisait partie de son hôtel depuis la fin du règne de Charles VIII : dans le rôle des officiers pour les années 1496-1498, il portait le titre de panetier et percevait des gages de 300 l. (B.N. fr. 8269 f° 403). Il gravit ensuite les échelons de l’hôtel, devenant maître d’hôtel et conseiller au plus tard en 1505 (Dom Morice, Pr., t. III, 877) puis premier maître d’hôtel (Dom Morice, Pr. t. III, 913, mention du 13 octobre 1513). Il jouait un rôle important auprès de la reine : son nom apparaît parmi les membres de son conseil qui contrôlent, le 21 juin 1506, les dépenses faites par Raoul Hurault pour le procès du maréchal de Gié (Maulde de La Clavière, Procédures politiques du règne de Louis XII, p. 590-591) ; en 1513, on le retrouve encore parmi les conseillers qui règlèrent le problème de Saint-Malo (Dom Morice, op. cit., 913). Après la mort d’Anne, il passa au service de sa fille Claude, dont il devint également le premier maître d’hôtel (mention du 13 mai 1515). En 1517, un nommé Renaud de Brignac était capitaine de Houdan, sans que l’on sache s’il s’agit du même personnage (ALA B 575 f° 225).

218Plusieurs autres serviteurs de Anne portaient le nom de Brignac. On rencontre ainsi un Jean de Brignac, capitaine des francs-archers dans l’évêché de Vannes le 14 octobre 1489 (Dom Morice, op. cit., 664), puis échanson d’Anne pour l’année commencée le 1er octobre 1498 (Dom Morice, op. cit., 801). Il recevait une pension de 400 l. en 1502 et en 1510, il fut commis avec Olivier de Lanvaux pour réformer les terres et seigneuries de Rhuys (ALA B 12 838 notice 845, f° 156). C’est peut-être encore lui qui était capitaine des élus de Vannes en 1498 et en 1509 (Dom Morice, op. cit., 889). On relève aussi la présence d’un Pierre de Brignac qui était homme d’armes de la duchesse en 1489. Le 20 janvier 1496, sa pension était réduite de 80 l. pour subvenir aux frais de l’expédition de Naples (Dom Morice, op. cit., 753). Son nom apparaît encore dans le rôle des 50 hommes d’armes de la garde d’Anne sous la charge du sire de Maillé à la fin du règne de Charles VIII (Dom Morice, op. cit., 805).

219Il appartenait probablement à cette famille de Brignac implantée dans les paroisses de Serent, de Severac et d’Elven et dont l’un des membres, Pierre, fut abbé de Saint-Gildas-de-Rhuys puis de Redon (Potier du Courcy, op. cit., t. I, p. 172).

220435. Gabriel Miro / Miron

221Les incertitudes concernant sa période d’activité sont encore plus grandes que pour le précédent. Son nom figure seulement dans la liste de confirmation du personnel de la Chambre par François Ier en janvier 1515 ; on ne sait ni à quelle date il obtint cet office ni jusqu’à quand il le conserva. Il est possible que cette charge ait constitué pour lui une position de repli après la mort d’Anne, en attendant de retrouver du service auprès des nouveaux souverains.

222Deux personnages portaient ce nom : Gabriel Miro le jeune et G. Miro l’aîné. Ils furent tous les deux médecins de la reine ; le premier se voyait attribuer 600 l. de gages dans l’état de la maison d’Anne pour les années 1496-1498. Le second était gratifié de 400 l. (B.N. fr. 8269 f° 405). Il était l’oncle du précédent et serait mort avant le 25 septembre 1496, date à laquelle Gabriel Miron le jeune reçut 500 l. pour employer à l’exécution de son testament (B.N. fr. 28310 f° 150). Le maître des comptes est donc à identifier avec Gabriel Miro le Jeune.

223La faveur des Miro viendrait de leur fonction de médecin de la reine – ils assistaient celle-ci lors de ses grossesses – et sans doute aussi de leur origine espagnole. Les Miro jouaient aussi le rôle de conseillers : le nom de Gabriel se retrouve au bas d’ordonnances prises par Anne en 1498 et en janvier 1499, il fut présent à son mariage à Nantes. Son importance est attestée par l’augmentation de ses rétributions puisqu’en 1500, il percevait 700 l. de gages, à quoi venaient s’ajouter 100 l. pour sa femme, à titre de pension.

224Il était domicilié à Tours où il prit part à la vie municipale : le 8 mars 1510-1511, il était présent à l’assemblée de la ville et il devint échevin en 1513, au plus tard. Son gendre, Bernard Fortia fut reçu pair et conseiller le 4 novembre 1517 (B. Chevalier, op. cit., p. 372, note 12).

225436. Jean de Lespinay le Jeune

226Il fit probablement son entrée à la Chambre comme clerc et secrétaire en 1498 après le rétablissement de son père, Jean de Lespinay, à la trésorerie générale. Il devint auditeur des comptes le 13 mai 1515 après la résignation de Régnaud de Brignac. (B.N. CAR 382). Il serait resté en charge jusqu’à sa mort survenue le 20 avril 1517.

227Pas d’autres activités financières connues.

  • 7 Jean de Laval, sr de Châteaubriant, s’opposa dans un premier temps à ce mariage qui avait été conc (...)

228Il avait épousé en premières noces Hélène de Marbré, fille de Guillaume de Marbré, écuyer, et de Jeanne Lemaître, sr et dame de Malarit. Après la mort de sa première épouse, il épousa, en 1514, Agnès de Saint-Marsault, veuve de Jean du Chaffault, alors que, dans le même temps, son fils Guillaume épousait Marie du Chaffault, fille d’Agnès de Saint-Marsault et de Jean du Chaffault7.

229Son cœur fut inhumé devant le maître autel de l’église saint-Yves à Paris.

230Cf. Marquise de Lespinay, Jehan de Lespinay, thrésorier de Bretagne, 1448-1524, Fontenay-Le-Comte, 1937.

231437. Mathurin Baud

232Il fit son entrée à la Chambre des comptes entre 1498 et le 3 décembre 1505 (ALA B 51 f° 56). Il fut confirmé dans son office de secrétaire par Louis XII puis par François Ier et devint maître et auditeur des comptes entre 1515 et 1524. Il demeura dans sa charge jusqu’à sa mort survenue avant le 12 janvier 1540 (ALA B 52 f° 197-198).

233Il était le troisième fils d’Olivier Baud, trésorier des guerres sous François II (J. Kerhervé, Cat., t. III notice 8, p. 76-77). En 1538-1539, il dut – en tant qu’héritier de son frère Jean Baud et par représentation de feu Olivier Baud son fils, sr de La Boulaye –affronter des poursuites de concert avec Guillaume Davy et René Boutin pour apurer les déports de la ferme des ports et havres des évêchés de Vannes et Cornouaille d’octobre 1486 à octobre 1489 prise par Jean le Baud, Alain Martin et Amaury Briczon (ALA B 573 f° 200). L’issue de ces poursuites n’est pas connue.

234Mathurin Baud possédait la seigneurie de Moligné (en Domagné) qu’il avait héritée de son père et, la seigneurie de la Boulaye (en Betton) lui échut après le décès, en 1533 (ALA B 35 f° 236), de son neveu Olivier. Il se fit inhumer, comme son père, dans l’église conventuelle des Cordeliers à Rennes en la chapelle Saint-Julien.

235438. Guillaume Loysel l’Aîné

236Il entra à la Chambre entre 1498 et le 4 juillet 1509 (ALA B 4296 f° 117). Il fut confirmé dans sa charge de secrétaire et greffier par Louis XII et François Ier. Il devint maître et auditeur des comptes le 18 avril 1519 après le décès d’Olivier de Lanvaux (ALA B 51 f° 259) et il le demeura jusqu’à sa destitution pour forfaiture, destitution prononcée avant le 24 mars 1532 par les commissaires à la réformation des abus perpétrés en matière de finances en Bretagne (ALA B 52 f° 30).

237Il était également général des monnaies de Bretagne, au moins depuis le 6 mai 1517 (ALA B 51 f° 195), office dans lequel il succéda, selon toute vraisemblance, à Arthur du Pan (voir notice 51). Il prit aussi en charge, de janvier 1512 à janvier 1519, la commission du paiement des gens des comptes avec Philibert Tissart (ALA B 576 f° 65).

238On ne sait laquelle de ces trois charges lui valut de perdre son office de maître des comptes, d’autant que les archives de la Chambre des comptes font apparaître un officier actif tant par sa présence lors des différentes ouvertures, par le nombre de comptes qu’il contrôla, et par les missions qui lui furent confiées par ses pairs ou par les autorités royales. Le 24 novembre 1526, il fut ainsi chargé d’aller à la cour avec Gilles Bricaud pour les affaires de la Chambre (ALA B 568). En mars 1529, il fut convoqué à Paris puis à Saint-Germain-en-Laye avec Pierre de Callac pour assister à la reddition des comptes de Jean Parajau (ALA B 573 f° 314). Le 28 mai 1530, c’est lui qui fut chargé de recevoir le rôle des restes et de vérifier quels officiers avaient payé leur dû (ALA B 568 f° 131). Le 20 mai 1531, enfin, les gens des comptes ordonnèrent que les clés de la Chambre lui fussent confiées en l’absence d’Alain Mandait ou de l’huissier (ALA B 568 f° 163).

239Malgré cette activité importante, il était l’objet de soupçons depuis 1526 et avait été mis en cause par Pierre Cosnoal (cf. notice 445) dans un rapport envoyé aux autorités royales cette même année. Il y était notamment accusé d’avoir été à Tours assister au contrôle du compte du trésorier de Lespinay et d’avoir donc participé, de concert avec les grands officiers de finances, au détournement des revenus du duché. Loysel avait nié ces accusations en précisant que c’étaient Olivier de Lanvaux et Michel Le Bigot qui avaient été à Tours et qu’il n’avait reçu, quant à lui, aucune rétribution pour un tel déplacement. Les soupçons demeurèrent cependant, confirmés a posteriori par le fait que c’est Pierre Cosnoal, son accusateur, qui récupéra ses offices de maître des comptes et de général des monnaies après sa destitution. Guillaume Loysel n’avait, d’autre part, pas réglé tous ses comptes, ce qui fragilisait sa position au moment où les contrôles du personnel financier s’intensifiaient et où il était demandé plus de rigueur au personnel de la Chambre lui-même.

240En 1514, c’est à lui que Jean de Lespinay, trésorier général, remit la somme de 10 300 l. que Jean de Laval, sire de Châteaubriant, lui avait imposée, à titre d’amende féodale pour ne l’avoir pas consulté lors du mariage de son petit-fils avec la fille de Jean du Chaffault dont la seigneurie de Monceaux lui devait hommage (Marquise de Lespinay, op. cit.).

241Guillaume Loysel avait épousé Jeanne Malaise ; il en eut au moins deux fils : Guillaume, sr de La Touraudaie comme son père, et François, sr du Plessis-Bouchet, qui épousa Françoise du Chaffault, sœur cadette de Marie du C, femme de Guillaume de Lespinay.

242Guillaume Loysel était sr de La Touraudaie (paroisse de Theil ?). Le 10 janvier 1517, il bénéficia d’une sauvegarde générale adressée aux juges de Nantes pour les seigneuries de la Touraudaie, Dorson et de Launay situées en la paroisse de Sucé (ALA B 23 f° 153).

243439. Yves Le Flo

244Il fit son entrée à la Chambre entre janvier 1515 et le 26 novembre 1524, date à laquelle il prêta serment de fidélité à François Ier avec les autres membres du personnel de la Chambre après le décès de la reine Claude de France (ALA B 51 f° 267). Il resta en charge jusqu’à sa mort survenue avant le 20 mai 1526.

245Il était sénéchal de Hennebont depuis le 10 août 1503 (ALA B 14) et il siégeait occasionnellement à la chancellerie de Bretagne comme conseiller (notamment en mai 1515, ALA B 22 f° 64). Le reste de sa carrière est peu connu. Il semblait lié aux milieux financiers de Hennebont et de Vannes : le 15 novembre 1508, les fermiers de la traite des blés, Jean Kergret et Jean Bellec, obtenaient un exécutoire contre lui, Alain de Kernerec (cf. notice 375), Jacques Bellec et Louis Le Mezec (ALA B 17 f° 16). Après sa mort, Gilles de Kermoro mena des poursuites contre sa veuve « touchant certain compte et obligation » fait avec lui (ALA B 30 f° 178).

246Il avait épousé une demoiselle Jourdain et il se disait sr de Kermatelay.

247440. François Tissart

248Il est mentionné pour la première fois comme maître des comptes lors de la prestation du serment de fidélité du personnel de la Chambre à François Ier le 26 novembre 1524 (ALA B 51 f° 267). Il conserva cet office jusqu’à sa mort intervenue avant le 27 mai 1527 (ALA B 51 f° 323-324).

249Il faut sans doute l’identifier avec le frère de Philibert Tissart et conclure que son accès à la Chambre constitua pour lui le couronnement d’une carrière menée pour la plus grande partie en Bretagne où il fut receveur ordinaire de Nantes et trésorier de l’artillerie.

250Pour l’ensemble de sa carrière, cf. notice 187.

251441. Alain Mandart

252Il fut institué conseiller, maître et auditeur à la Chambre des comptes le 14 décembre 1524 après le décès de Jean Droillart (ALA B 51 f° 268). Il resta en charge jusqu’à sa propre mort intervenue avant le 27 octobre 1536.

253Le 17 juin 1503, il avait été institué secrétaire, notaire, tabellion et passeur dans le duché (ALA B 14 f° 72). Il était également secrétaire à la chancellerie de Bretagne, au moins depuis le 5 mai 1515 (ALA B 22 f° 63). Le 25 février 1531, il bénéficia d’une maintenue sur l’office de connétable de la ville et du château de Josselin (ALA B 33 f° 31).

254Il était sr de La Botière. Potier du Courcy mentionne une famille du même nom qui possédait les seigneuries de la Mandardière (paroisse de Pacé) et de la Bretesche (paroisse de Saint-Grégoire) et à laquelle il rattache ce maître des comptes (Potier, op. cit., t. II, p. 228).

255442. Gilles de Commacre

256Cf. notice 469.

257443. Marc de La Rue

258Il bénéficia de la résignation de Gilles de Commacre le 10 décembre 1526 (ALA B 51 f° 324-325) mais il ne fut reçu par les membres de la Chambre que le 11 novembre 1527. Il résigna cet office en faveur de Noël Hays le 25 mars 1542 (ALA B 52 f° 229).

  • 8 À ce titre, il bénéficia, le 8 juin 1523, d’un exécutoire de 2 000 l. sur le receveur des fouages (...)
  • 9 Le 15 octobre 1538, il communiqua à la Chambre des comptes de Bretagne une copie de ses premier et (...)

259Il était notaire et secrétaire du roi et le demeura jusqu’à son accession à la Chambre des comptes puisque le 9 décembre 1526 cet office fut accordé à Pierre Parent (C.A.F. t. VI, 20754, p. 362). Sa principale charge financière fut celle d’argentier du roi François Ier avec Jean Testu8. On ne sait pas avec précision pendant combien de temps il exerça cette charge mais il en fut suspendu pour rendre ses comptes, probablement au cours de l’année 1526. Le 5 mai 1528, il fut rétabli dans cet office mais on ne sait s’il l’exerça par la suite (C.A.F., t. VI, 19512, p. 120)9. Il accompagna le roi lors des campagnes d’Italie et fut fait prisonnier à Pavie (Hamon, op. cit., t. II, p. 714).

  • 10 Une lettre du 29 mars 1538, où il informe le chancelier des difficultés de sa tâche, a été conserv (...)

260Il participa peu aux travaux de la Chambre, ce qui conduisit à l’adoption de sanctions à son encontre ; le 17 décembre 1532, ordre fut donné à Guillaume Harrouys, commis à faire le paiement des gens des comptes, de ne pas lui verser 21 l. en raison d’une absence de 21 jours durant la dernière ouverture de l’année (ALA B 568 f° 215). Cet ordre fut rapporté dès le 21 mai 1533 (ALA B 568 f° 213), ce qui révèle qu’il disposait d’appuis au niveau du pouvoir central. Il fut en effet employé à d’autres tâches que celle de maître des comptes. En 1537, il fut chargé, avec le général Antoine Bullioud, de faire l’appréciation du domaine de Penthièvre avant sa cession à Jean de Brosse. L’année suivante, il fut commis par le roi à la perception des deniers de la trésorerie générale (mention du 14 décembre 1538, ALA B 573 f° 206)10. Le 31 janvier 1548, il était encore en activité (il était qualifié de secrétaire du roi) puisqu’il recevait commission avec Guillaume Bohier, sr de Panchien, pour aliéner le domaine à Blois, Tours et Poitiers (C.A.H. 01-316). Il se fit cependant remplacer, dès le 23 avril 1548, par Pierre de Juglart, sr de Challais (C.A.H. 04. 232 2820).

261Il était originaire de Touraine et fut nommé maire de Tours en 1535 en remplacement de Guillaume Ruzé (Carré de Busserolle, op. cit., t. II) et en 1536.

262Il était probablement le fils de Jean de La Rue, secrétaire des comptes en 1492 (Cf. notice 387). Il avait épousé Claude Gedoyn, fille de Robert, secrétaire des finances sous Louis XII et François Ier et était, par cela même, beau-frère de Jean Breton, sr de Villandry, secrétaire des finances très influent sous François Ier. Il avait des liens avec les Bohier, tout particulièrement Antoine auquel il servait occasionnellement de procureur.

263Il était sr de La Coste et de la Boissière en Touraine. Le 5 juin 1534, il bénéficia, avec René et Jean Vivien, d’un délai d’un an pour faire hommage pour la baronnie du Thour (bailliage de Vitry, châtellenie de Sainte-Menehould), C.A.F., t. VI, 20754, p. 362.

264444. Jacques Viart

265Il fut institué maître des comptes le 27 mai 1527 après le décès de François Tissart et il resta en charge jusqu’au 14 août 1548, date à laquelle il résigna son office en faveur de François Motay (ALA B 53 f° 104-105).

  • 11 Il avait été chargé de différentes commissions par Claude – notamment pour des travaux au château (...)

266Son acte d’institution mentionne qu’il était licencié en lois, rapporteur en chancellerie à Paris et élu sur le fait des aides et tailles en l’élection de Blois. Il était en effet originaire de cette ville et appartenait à la famille Viart qui contrôla la recette du comté de Blois pendant le règne de François Ier. La généalogie de cette famille n’est pas facile à établir avec certitude. Si l’on s’appuie sur les notices du catalogue des actes de François Ier, on peut émettre l’hypothèse que son père se prénommait également Jacques et qu’il fut receveur de ce domaine jusque dans les années 1520 (mention le 7 juin 1515, C.A.F., t. V, 15943, p. 246 ; mention encore le 7 avril 1526, C.A.F., t. VI, 19106, p. 39)11. L’accession de Jacques Viart à la Chambre des comptes de Bretagne serait donc une conséquence de la présence de la reine dans cette ville, présence qui aurait orienté ses ambitions vers le duché. Il aurait ensuite bénéficié de l’appui du sr de Châteaubriant comme l’atteste une lettre du 8 juillet 1537 adressée par Jean Breton, secrétaire des finances au chancelier de France (A.N. J 968 252). Jacques Viart ne semble avoir considéré l’accession à la maîtrise de la Chambre des comptes de Bretagne que comme une étape dans sa carrière. Il exerça son office avec si peu de zèle qu’il fut, lui-aussi, sanctionné pour son absentéisme. En outre, dans la lettre de Jean Breton, précédemment citée, le secrétaire des finances le recommandait pour un office de conseiller au Grand Conseil affirmant que Viart était prêt à laisser « es mains du roi sondit office de maître des comptes de Bretagne qu’il tient à present pour en disposer à son bon plaisir » ou à le résigner « au profit d’un sien amy qui fournira comptant es mains de qui il vous plaira pour subvenir es affaires dudit seigneur la somme de 2 000 escuz » (A.N. J 968 252).

267Cet appui ne suffit pas ; Viart demeura à la Chambre des comptes de Nantes. C’est ce qui explique, sans doute, qu’à titre de compensation, on lui ait accordé en avril 1541, 120 l. de pension, outre ses gages ordinaires, pour services rendus au roi dans cette institution pendant 14 ans (ALA B 52 f° 218). Le 11 janvier 1546, un dénommé Jacques Viart obtint l’office de solliciteur à la Chambre des comptes de Blois (C.A.F., t. VI, 23172, p. 823). S’il s’agit du même personnage que le nôtre – mais nous n’avons aucune certitude –, cela expliquerait son abandon de l’office de maître des comptes de Bretagne en 1548.

  • 12 Charge qu’il tenait de son oncle, Jacques Hurault de Chiverny.
  • 13 Il avait épousé en 1529 Françoise Phéfypeaulx, fille de Raymond, dit Le Picart, sr de La Brosse, e (...)

268Il avait épousé Jeanne de Moulins, fille de Thibault de Moulins, gentilhomme de la fauconnerie du duc d’Orléans et de Jeanne Hurault, et eut au moins un fils prénommé lui aussi Jacques qui fut gouverneur et bailli de Blois12 et qui devint conseiller au Parlement de Bretagne en juillet 155413, Saulnier, op. cit., t. II, p. 850.

269Il avait rang d’écuyer et était sr de la Courtaujay et de Candé en Bourgogne.

270La famille Viart était implantée à Blois depuis le début du xive siècle (D. Devynek, Le comté de Blois sous la maison de Châtillon, mémoire de maîtrise sous la direction de B. Chevallier, 1976, dactylographié, Université de Tours) ; elle était sans doute d’origine flamande et vint dans cette ville avec la maison de Châtillon. En 1495, un Guillaume Viart était déjà receveur du comté de Blois (B.N. PO 150, dossier 3042).

271445. Pierre Cosnoal

272Il fut institué maître des comptes le 24 mars 1532 (sa réception eut lieu le 4 juin 1532, ALA B 568 f° 194) mais il siégea très peu de temps puisqu’il mourut avant le 20 novembre 1532 (ALA B 570 f° 96). Dans son acte d’institution, le roi précise que l’office lui a été donné « en faveur mesmement et pour consideracion des bons et agréables services qu’il nous par cy devant faitz à la verification et élucidation d’aucuns abus faitz par le passé en noz finances » (ALA B 52 f° 30). Son accès à la Chambre des comptes ne saurait se comprendre si l’on omet le rôle qu’il joua dans la venue de la commission Minut en Bretagne en 1526. Cet office parachevait aussi une longue carrière financière commencée sous le règne d’Anne de Bretagne.

273Il fut en effet fermier du billot dans les évêchés de Vannes et de Cornouaille en 1511 avec Jacques Bellec (ALA B 19 f° 215), fermier de l’impôt dans les mêmes évêchés ainsi que dans celui de Tréguier et la ville de Saint-Malo en 1513 (ALA B 21 f° 234), fermier du billot de Tréguier en 1514 (ALA B 22 f° 39). On le trouve ensuite comme fermier des ports et havres des évêchés de Vannes et Cornouaille avec Jean Tregouet l’Aîné en 1513 (mention du 11 août, ALA B 21 f° 146), fermier des sècheries de Cornouaille de septembre 1512 à septembre 1515 avec Jacques Penfrat, Gilles Bellec, Jean Beaujouan, Alain Laeser, Mahé Le Mezec et Henri Bobillé (ALA B 121 f° 15), fermier de la prévôté de Nantes de 1513 à 1516 avec Jean Pineau, Jean Tregouet l’aîné, Bernard Tregouet, Jean Thomelin et Charles Eudo (ALA B 22 f° 25).

274La prise de cette dernière ferme semble lui avoir occasionné ses premiers ennuis. Le 19 janvier 1516, Jean Tregouet bénéficiait d’une évocation à Ploërmel touchant « certaine ferme » prise en sa compagnie (ALA B 22 f° 213). Le 30 juillet de la même année, il obtint un exécutoire contre lui (ALA B 23 f° 62). Le 2 juillet 1517, il fut cependant sommé de le libérer et de « l’acquiter » pour un différend touchant la ferme de la prévôté de Nantes (ALA B 23 f° 235). Dans le même temps, Cosnoal était poursuivi par le procureur général de Bretagne qui obtint à son encontre, le 14 mars 1517, un relèvement d’appel en parlement de Bretagne mais il ne parvint apparemment pas à le faire incarcérer puisqu’il fut remis, le 26 mars 1517, dans l’immunité du couvent Saint-François de Nantes en promettant de se constituer prisonnier huit jours avant la session du parlement (ALA B 23 f° 235).

275Cette première affaire n’empêcha pas Cosnoal de continuer son activité de fermier dans les années suivantes, en prenant notamment la ferme des impôts et billots en 1521 dans l’évêché de Vannes (ALA B 25 f° 201) puis dans celui de Saint-Malo en 1522 (ALA B 27 f° 41) et 1523 (ALA B 28 f° 63). C’est en 1521 aussi probablement qu’il prit la responsabilité de la ferme des ports et havres de Vannes, Cornouaille, Léon et Tréguier avec Charles Macé, Jacques Bellec, Guillaume du Boisdelasalle et Henri Cosnoal (ALA B 29 f° 204). Là encore, les choses tournèrent mal et, le 22 janvier 1523, Jean de Lespinay fut autorisé, devant son refus de fournir une caution, à commettre un homme responsable pour faire la recette des deniers de cette ferme (ALA B 28 f° 8), ce qu’il fit en la personne de Jacques Hubert, qui obtint le 11 février 1523 un exécutoire sur les commis de Cosnoal (ALA B 28 f° 19). Le 3 septembre de la même année, confirmation de ses problèmes, Morelet de Museau et Jean de Poncher, trésoriers des guerres, obtinrent un mandement de prise de corps sur ses pièges et commis, Jean Pencollet et Guarreau (ALA B 28 f° 158).

  • 14 Près d’un an plus tard, le 17 juin 1531, les mêmes commissaires se voyaient encore adresser un man (...)

276Ces difficultés peuvent expliquer pourquoi il prit l’initiative d’envoyer aux autorités royales un rapport dénonçant les pratiques financières en Bretagne. L’existence de ce document, qui n’a pas été conservé, est attestée par deux indices : quand la commission Minut intervint pour la première fois à la Chambre des comptes le 16 juillet 1526, son président demanda à Cosnoal de lui remettre les articles qu’il avait mentionnés dans son mémoire et après qu’il eut certifié « qu’il n’a envoyé articles ni contre la Chambre des comptes ni contre le tresorier général », les membres de la commission rétorquèrent que « tout ce qu’ilz ont fait est des deppendances des articles dudit Cosnoal » (ALA B 568 f° 45-46). Dans le rapport qu’ils envoyèrent au roi après leur venue dans le duché, les commissaires font allusion à un « accusateur », sans autre précision, mais que tout incite à identifier avec Cosnoal, d’autant que ce dernier connut après 1526 une promotion rapide. Le 6 mai 1527, il fut pourvu de l’office de sénéchal d’Auray et d’Hennebont après la mort de Pierre de Quenevilic (C.A.F.). Il fut associé ensuite à la commission Le Rouge à partir du 1er mars 1531 (ALA B 568 f° 150) et eut la charge de percevoir les amendes qu’elle infligea aux officiers. Sa tâche fut élargie par la suite puisque le 7 septembre 1532, il reçut officiellement commission pour recevoir les deniers provenant des amendes, confiscations, restes de comptes et déports adjugés au roi par cette même commission et il dut les remettre au trésorier Laguette (C.A.F.). À la même période, il bénéficia personnellement de lettres de grâce que Gilles Le Rouge et Jean Le Cozic, commissaires, devaient entériner le 17 décembre 1530 (ALA B 32)14. Son accession à la Chambre des comptes constitua le couronnement de ces marques de confiance et cela est d’autant plus net qu’il profita de la destitution pour forfaiture de Guillaume Loysel, dont il récupéra, par la même occasion l’office de général des monnaies (C.A.F.).

277Sa promotion semble pourtant avoir suscité des réticences. De la part de membres de la chancellerie bretonne tout d’abord : le 14 septembre 1532, Cosnoal avait bénéficié d’un exécutoire de 1 000 l. sur Palamède Gontier et Noël Barbillon, somme que les commissaires sur le fait des finances avaient ordonné de lui verser (ALA B 34 f° 195). Dès le 16 septembre 1532 pourtant, Palamède Gontier fut autorisé à s’opposer à cet exécutoire (ALA B 34 f° 195). Le mandement délivré à cette occasion – visiblement rajouté dans les registres de la chancellerie – fut signé par Louis des Déserts, président du Parlement et par Jean Le Cozic, sénéchal de Cornouaille, ce qui montre bien, qu’au sein des plus hautes instances, l’action de Cosnoal ne fut pas approuvée par tous. Des difficultés lui furent faites aussi par les gens des comptes : en 1531, le même Cosnoal avait des démêlés avec Olivier Harrouys avec lequel il avait composé pour son reste de la trésorerie générale mais à qui il refusait de remettre le mandement royal ordonnant de faire cette composition (ALA B 569 f° 93, mention du 16 mars 1531). Parallèlement, les gens des comptes refusaient d’allouer cette somme au compte d’Harrouys sous prétexte que les deniers dus par les trésoriers généraux devaient être remis directement au trésorier de l’Épargne et non au commis à recevoir les restes. Cosnoal engagea alors une procédure de suspicion à rencontre des gens des comptes. En 1540, l’affaire n’était toujours pas réglée.

278Le rôle joué par Cosnoal après 1526 ne mit pas sa famille à l’abri des poursuites après son décès. En le recevant comme maître des comptes, le personnel de la Chambre avait mis comme condition qu’il réglât tous ses comptes dans un délai d’un an. Son décès l’empêcha de s’exécuter si bien qu’après sa mort, les poursuites furent engagées contre ses héritiers. Elles concernèrent en premier lieu sa veuve, Marie de Kerouallen qui se porta héritière sous bénéfice d’inventaire et tutrice de son fils dès le 14 novembre 1532, par un acte passé devant la cour de Hennebont (ALA B 574 f° 329). Elle choisit pour procureur Guillaume Bellec et réussit à gagner du temps en obtenant des délais pour réunir ses papiers. Cependant le 1er décembre 1536, Charles Le Frère, sr de Belle-Ile, présenta à la Chambre un mandement du roi en date du 11 novembre ordonnant que l’on procédât à l’examen des comptes de Cosnoal (ALA B 571 f° 200). Cela conduisit les gens des comptes à convoquer à nouveau sa veuve puis à apposer la saisie sur ses biens le 15 octobre 1538 (ALA B 573 f° 128), saisie renouvelée le 3 juillet 1541 après que Marie Kerouallen eut renoncé à la communauté des biens avec son époux. La gestion des biens fut confiée au receveur de Hennebont, Guillaume Bellec (ALA B 574 f° 240-241). En 1543, les poursuites furent réactivées contre son fils François, devenu majeur. On lui demanda, le 2 juin 1543, d’apurer la somme de 16 000 l. déportée au compte de la ferme des ports et havres commencée en 1519 et de rendre compte de diverses sommes que Pierre Cosnoal avait reçues en tant que commis à recevoir les restes des comptables. Il obtint un délai – en prétextant qu’il n’avait « esté au pays et toujours esté aux escelles » – mais ne parvint pas à faire lever la saisie sur ses biens. La Chambre lui accorda seulement la somme de 50 l. pour l’aider à dresser ses comptes (ALA B 574 f° 329). Les archives de la Chambre ne permettent pas de savoir comment le dossier a été finalement conclu mais François Cosnoal ne comparut, dans les années suivantes, qu’à propos de sommes perçues par son père sur des receveurs taxés par les commissaires (cas de Jean Goulart, cf. notice 256).

279Pierre Cosnoal avait des liens familiaux avec d’autres receveurs des finances, notamment Henri Cosnoal, fermier des havres et des sècheries de Cornouaille : François Cosnoal, le fils de Pierre, était signalé comme l’un de ses héritiers en 1544 (ALA B 575 f° 72). Il se portait héritier également de Guillaume Bellec, receveur de Hennebont (Cf. notice 84). Par les Cosnoal, on a l’impression de pénétrer dans un milieu financier soudé auquel appartenaient des receveurs ordinaires comme les Des Fontaines (notice 83) et les Bellec, les Kermoro (Gilles de Kermoro, receveur de Hennebont était marié à Marguerite Cosnoal, elle-même héritière de Henri C, notice 82) qui ont contrôlé la recette d’Hennebont, comme Jean Guymar, receveur de Rhuys (cf. notice 95) – il était l’époux de Blanche Cosnoal, qui s’est elle-même remariée ensuite avec Guillaume du Boisdelasalle que l’on retrouve associé avec Pierre Cosnoal dans la ferme des ports et havres – et qui a pris le contrôle de nombreuses fermes dont celles des ports et havres et des sècheries, sans compter les participations aux fermes des impôts et des billots. Les éléments précis manquent pour définir la nature de toutes ces associations.

280Pierre Cosnoal possédait la seigneurie de Kerandeur : il avait obtenu en juillet 1528, autre signe de sa faveur à la fin des années 1520, le droit d’y élever une justice à trois piliers (C.A.F., 3079).

281Potier du Courcy signale une famille du même nom, originaire d’Ecosse, à laquelle il rattache ce maître des comptes et qui possédait des biens dans la paroisse de Nostang (Potier, op. cit., t. I, p. 295).

282446. Jean Hux l’Aîné

283Il fut institué maître des comptes le 1er janvier 1534 (ALA B 52 f° 63) et il le demeura jusqu’au 10 décembre 1543, date de sa résignation de son office à survivance en faveur de son frère nommé lui aussi Jean Hux (ALA B 52 f° 265).

284Son entrée à la Chambre fut précédée d’une importante carrière financière : il fut tour à tour receveur de Loyaux de 1520 à 1525, receveur du fouage et des impôts dans l’évêché de Tréguier de 1523 à 1533. Il participa également à des fermes comme celle des billots dans l’évêché de Dol en 1523, dans celui de Tréguier en 1529, celle des ports et havres de 1528 à 1531 avec Abel Courtais. En septembre 1533, il remportait encore la ferme des ports et havres (ALA B 570 f° 73). Il reçut commission, à une date imprécise, pour s’occuper de la fonte de l’artillerie de Bretagne. Enfin, comme son prédécesseur Pierre Cosnoal, il fut pourvu, avec l’office de maître des comptes, de celui de général des monnaies.

285Son accession à la Chambre récompensait, semble-t-il, un officier honnête qui sut passer avec succès le double barrage du contrôle du personnel de la Chambre et celui des commissions des finances. Il présenta en effet son mandement d’institution à la Chambre dès le 31 janvier 1534 mais sa réception fut retardée jusqu’à ce qu’il eût fait la preuve de sa renonciation à son office de receveur des fouages et de l’apurement tous ses comptes : en mars 1534, il fit un bilan détaillé de son activité financière devant le personnel des comptes et offrit de verser immédiatement tout ce qu’il pouvait encore devoir. Il vint à bout, sans trop de dommage, d’une mise en examen par la commission Minut-Le Rouge. Celle-ci l’accusa de malversation et lui fit grief d’avoir versé 1 000 l. au sr de Landal en fonction de l’état général de 1523 alors que le roi avait, la même année, révoqué toutes les pensions. Bien que Jean Hux s’en défendît en montrant la quittance du sr de Landal et les lettres du roi le tenant quitte de cette somme, les commissaires le condamnèrent tout de même à remettre 1 000 l. à Mathieu de Kerguern, greffier de la commission, en attendant que l’affaire fût totalement éclaircie. Cette question ne retarda pas son intégration à la Chambre mais Jean Hux dut cependant attendre le 15 novembre 1542 pour que les gens des comptes, considérant que les commissaires qui l’avaient jugé « étaient decebdez fors ceux qui sont à Tholouze et Paris et Me François de Kermenguy », condamnent Mathieu de Kerguern à le rembourser des 1 000 l. (ALA B 574 f° 278-279)

286Jean Hux avait épousé Françoise Percherel. Il décéda en octobre 1544. Le 15 octobre 1546, ses héritiers, à savoir Gilles Spadine, sr de La Nicollière et époux de Yvonne Percherel, Jean Hux, son frère, Michel Dessefort, fils d’Antoine D. et de (...) Hux, Jean Gallapart, me Pierre Giraud et Gillette Dessefort son épouse, furent convoqués à la Chambre pour faire hommage pour les terres que Jean Hux possédait dans la juridiction de Nantes (ALA B 572 f° 59).

287Jean Hux était sr de La Trocardière (paroisse de Rezé), Potier, op. cit., t. II, p. 40.

288447. Jean d’Alesso / Dalesso

289Il fut institué maître des comptes le 27 octobre 1536 après le décès d’Alain Mandait. Il résigna son office en faveur de Louis Bitaud le 9 juillet 1552 (ALA B 53 f° 189).

  • 15 Le 9 janvier 1551, il présenta ainsi à la Chambre des lettres de Montmorency, l’autorisant durant (...)

290Il était licencié es lois. Il dut probablement l’obtention de cet office à la protection du connétable de Montmorency dont il était l’un des serviteurs15 et dont il devint l’intendant général (au moins à partir de 1552).

291On ne lui connaît pas d’autres charges en Bretagne. Le 9 mars 1546, Jean Dalesso fut pourvu de l’office de maître des comptes de Blois (C.A.F., t. VI, 23082, p. 805). En décembre 1556, il était conseiller du roi et maître ordinaire à la Chambre des comptes à Paris (ALA B 695). La famille Dalesso serait originaire de Calabre en Italie et le propre père de Jean, prénommé André, était le neveu de saint François de Paule qui l’aurait fait venir avec lui en France en 1482. Grâce à cette protection, il serait devenu valet de chambre, maître de la fourrière et échanson de l’hôtel de Louis XI. Marié avec Jacquette Malandrin, originaire de Blois, il eut plusieurs enfants dont Jean, futur maître des comptes en Bretagne. André Dalesso décéda en 1530.

292Jean Dalesso épousa en 1545 Marie de la Saussaie, nièce de M. de Morvilliers, évêque d’Orléans et garde des sceaux de France. De ce mariage, six enfants naquirent dont : François, sr d’Eragny et maître ordinaire à la Chambre des comptes de Paris ; André, sr du Mesnil, conseiller du roi, grand maître enquêteur et général réformateur des eaux et forêts ; Michelle et Anne. Jean Dalesso mourut le 13 septembre 1572 à l’âge de 59 ans (il aurait donc accédé à la Chambre des comptes de Bretagne à l’âge de 23 ans). (B.N. DB 11).

293Jean Dalesso était sr de Lézeau et d’Eragny.

294448. Pierre Piraud / Picaud

295Il fut institué maître des comptes le 6 octobre 1540 après le décès de Mathurin Baud (ALA B 52 f° 197-198). Il fut reçu à la Chambre le 10 avril 1540. Il décéda avant le 19 mars 1541, date à laquelle il fut remplacé par François Phélipeaux.

296On ne lui connaît pas d’autres activités financières en Bretagne. Il dut probablement son accession à cet office à la protection de Jean de Laval dont il était le secrétaire en 1540 (cf. Antoine Pacault, op. cit., t. I, p. 61).

297Le 17 novembre 1535, la Chambre entérina un acte lui donnant le droit d’acquérir dans le duché des fiefs nobles jusqu’à la valeur de 500 l. (ALA B 570). En 1538, Jean de Laval lui fit don de la métairie de Taillecol, en Rougé, pour le dédommager des sommes qu’il lui avait prêtées (A. Pacault, op. cit., p. 61).

298449. François Phélipeaux

299Il fut nommé le 19 mars 1541 après le décès du précédent (ALA B 52 f° 214) et il resta en charge jusqu’au 5 janvier 1549, date à laquelle il résigna son office en faveur de Martin de Chaurais.

300Pas d’autres activités connues en Bretagne.

301Potier du Courcy fait erreur quand il rattache ce maître des comptes à une famille bretonne du même nom (Potier du Courcy, op. cit., t. II, p. 380). Son titre seigneurial – il était sr de la Brosse (ALA B 574 f° 104) – permet de le relier à une famille originaire du Blaisois dont l’un des membres, Guillaume, était grenetier au grenier à sel de Blois en 1527. Il était le fils de Raymond Phélypeaulx, sr de La Brosse, dont la fille épousa Jacques Viart (Saulnier, op. cit., t. II, p. 850 et notice 444).

302Il avait épousé Perrine Le Lou, fille de Jean Le Lou, sr du Breil (La famille Le Lou et ses alliances, Revue de Bretagne et de Vendée, 1911, p. 185-211).

303450. Noël Hays

304Il bénéficia de la résignation de Marc de La Rue le 25 mars 1542 (ALA B 52 f° 229). Le 4 mai 1552, il résigna lui-même cet office à survivance en faveur de me Pierre Gautier. Le 8 juillet 1552, il fit une déclaration à la Chambre dans laquelle il affirmait son intention d’exercer personnellement son office jusqu’à ce qu’il en ait autrement décidé. Le même jour, les gens des comptes prirent acte de cette décision mais procédèrent tout de même à la réception de Gautier en considérant que Hays n’avait pas formulé sa volonté dans le délai de quarante jours normalement imparti pour ce faire, en interdisant toutefois à Gautier d’exercer l’office avant la mort de Hays (ALA B 577 f° 198).

305Pour l’ensemble de sa carrière, cf. notice 324.

306451. Jean Hux le Jeune

307Il bénéficia de la résignation à survivance de son frère le 10 décembre 1543 (ALA B 52 f° 265) – à la condition de délaisser son office de receveur ordinaire de Nantes dans un délai de six mois – et il resta en charge jusqu’au 28 juin 1546, date à laquelle il résigna son office en faveur de Jean Tissart (ALA B 52 f° 297).

308Jean Hux illustre le flou qui pouvait exister dans la réception de nouveaux membres à la Chambre, surtout quand ils appartenaient à des familles connues par le personnel de cette institution. Le 14 novembre 1545, il demanda à être reçu à son office de maître des comptes en remontrant qu’il avait fait ses diligences pour apurer ses comptes, comme cela lui avait été imposé. Les gens des comptes ne lui donnèrent pas satisfaction et remirent sa réception au moment où il aurait fait fin en ses comptes (ALA B 575 f° 177). Près de quatre années plus tard pourtant, le 13 juillet 1549, le procureur Alain de La Bouéxière poursuivit Jean Avril, payeur des gens des comptes, pour lui avoir payé les gages, alors qu’il n’avait toujours pas apuré sa comptabilité, le procureur soutenant même qu’il n’avait jamais exercé son office. Jean Avril justifia son paiement en affirmant qu’il avait vu Hux exercer son office au bureau de la Chambre, « signer brieffs et assister au bureau comme autres gens desdits comptes et boyre et manger avec eux » et demanda à ce que le montant des gages fut alloué à ses comptes (ALA B 576 f° 186). Le procureur ne se satisfit pas de ces arguments et demanda à ce que la Chambre se prononce sur la question, voulant que certains membres du personnel, qu’il tenait pour suspects, n’assistassent pas au jugement. Le 19 juillet 1549, les gens des comptes ordonnèrent que la somme – d’un montant de 617 l. 10 s. monnaie – fut portée au compte de Jean Avril (ALA B 576 f° 168). L’affaire se terminait donc bien ; elle montre pourtant les incertitudes qui régnaient au sein d’une des institutions les plus établies du duché.

309Pour l’ensemble de sa carrière, cf. notice 189.

310452. Jean Tissart

311Il bénéficia de la résignation de Jean Hux le 28 juin 1546 (ALA B 52 f° 297). Il fut confirmé dans sa charge par Henri II en août 1547. Il résigna son office en faveur de me René Cheumard le 12 août 1553 (ALA B 53 f° 234).

312Il était le deuxième fils de François Tissart (cf. notice 187).

313Il était sr de Seaulieu.

314453. François Motay

315Il bénéficia de la résignation de Jacques Viart le 14 août 1548 (ALA B 53 f° 104-105). Il était encore présent à la Chambre en mai 1557.

316Il était secrétaire en lois.

317Il présenta ses lettres d’institution à la Chambre dès le 12 novembre 1548 mais sa réception fut retardée par l’action du procureur des comptes Alain de La Bouéxière et de son substitut Hervé Boulomer qui lui reprochèrent, le 19 novembre 1548, d’être héritier en partie de receveurs restés redevables à l’égard du roi, notamment de Guyon de La Ruelle, son grand-père maternel. Les procédures menées contre lui tout au long de l’année 1549 permettent d’entrevoir son réseau familial. Furent en effet assignés à comparaître avec lui Julien et Jean Motay ses frères, me Bernard Rocaz (marié en premières noces avec une Motay), Guillaume Francheville et Jeanne Rocaz, Tristanne Trebel, veuve de Jean Motay. On voit ainsi que les Motay étaient les héritiers d’une famille financière déjà en activité avant 1491 et qu’ils appartenaient, dans les années 1540, à un groupe dont plusieurs membres gravitaient autour de la Chambre dont Bernard Rocaz (cf. notice 417) et Guillaume Francheville.

318Les difficultés faites à François Motay permirent aussi de régler partiellement un dossier de comptable. Il lui fut demandé, avant de l’admettre à la Chambre, de rendre compte de plusieurs sommes dont était resté comptable Guyon de La Ruelle à savoir 3 888 l. 5 s. faisant le reste de 12 650 l. pour une avance faite en 1488 à François II dans l’évêché de Nantes, 6 167 l. faisant partie de 30 000 l. pour un « esgail » levé dans le même évêché en 1488 et perçu par Yvon Guyolle. On lui demanda enfin de tenir compte de la somme de 112 l. 7 d. monnaie déportée à l’apurement rendu par les héritiers de La Ruelle pour une ferme de la prévôté de Nantes. François Motay fit face à cette succession en payant à F. Le Charron les sommes de 107 l. 1 s. 7 d. et de 1 700 l. et en fournissant des cautions pour la somme de 6 167 l. 10 s. Ces paiements, joints à de nouvelles lettres royales – datées du 28 janvier 1549 – confirmant sa nomination à la charge de maître des comptes, conduisirent la Chambre à procéder à sa réception le 16 décembre 1549 (ALA B 572 f° 362-365).

319Il était sr de La Primaudière (paroisse de Bédée), Potier, op. cit., t. II, p. 307.

320454. Martin Chauvrais / Chaurais dit Bourbonnais

321Il bénéficia de la résignation de François Phélipeaux le 5 janvier 1549 (ALA B 53 f° 78). Dès le 5 juin 1549, il résigna lui-même son office à survivance en faveur de son fils Pierre (ALA B 53 f° 85). Il était toujours membre de la Chambre en mai 1557.

322Il avait été précédemment receveur général du sr de Rohan (mention du 1er juin 1538, ALA B 573 f° 81). Le 2 janvier 1551, il présenta à la Chambre des lettres du roi pour excuser son absence durant l’ouverture en cours et le faire payer de ses gages, en raison des occupations qu’il avait auprès du sr de Rohan (ALA B 577 f° 69).

323455. Pierre Gautier

324Il bénéficia de la résignation à survivance de Noël Hays le 4 mai 1552 (ALA B 53 f° 179) et il entra en charge au plus tard au début de l’année 1553. Il était toujours membre de la Chambre en mai 1557.

325Son acte d’institution indique qu’il était lieutenant et juge ordinaire de Guérande. Il est le premier maître des comptes qui semble avoir présenté un acte de bonne vie pour être reçu à la Chambre. Dans ce document daté du 14 avril 1552, un certain nombre de témoins certifiaient « l’avoir veu vivre en bon chrestien, hanter, frequenter et assister au service de Dieu et de son Eglise et vivre comme vray catholique et n’avoir sceu ne entendu qu’il ayt james esté soubzpesonné ne accusé d’aucuns cas de malefices ne avoir esté touché ou souillé d’aulcune hérésie luthérienne ou autres erreurs et faulces doctrynes » et l’avoir « toujours veu observant les statuz et constitutions de l’eglise en faisant office de vray fidèle et chrestien » (ALA B 53 f° 180).

LES PREMIERS PRÉSIDENTS DE LA CHAMBRE DES COMPTES

Premiers présidents de la Chambre des comptes

Premiers présidents de la Chambre des comptes

326456. Guillaume Guéguen

327Il devint premier président des comptes le 20 août 1490 (ALA B 12 f° 177). Il fut confirmé dans sa charge par Charles VIII et demeura en poste jusqu’à sa mort survenue en 1506 au manoir épiscopal de Nantes.

  • 16 Il recevait des gages de 900 l. (deuxième compte de Jacques de Beaune du 1er octobre 1492 au 30 se (...)

328De 1491 à sa mort, sa carrière connut une évolution semblable à celle des principaux serviteurs des Montfort, marquée à la fois par des gratifications – outre sa charge de premier président, il devint, le 16 juin 1494, vice-gouverneur du conseil de Bretagne ; il était inscrit en outre sur la liste des pensionnés du roi et fut à plusieurs reprises commissaire aux États – et des déconvenues – puisque bien qu’il eût été élu évêque de Nantes le 15 novembre 1487, il ne réussit pas, pendant le règne de Charles VIII, à entrer en possession de cet évêché, détenu par Robert d’Espinay. Il parvint cependant à garder une influence auprès d’Anne de Bretagne : il fut l’un de ses chapelain et aumônier en 149216 et figura parmi les pensionnés de la reine. Il continua à remplir des missions auprès d’elle : en 1496, il fut gratifié de 350 l. pour l’avoir représenté au conseil tenu par le roi à Lyon pour des affaires concernant le roi de Navarre.

  • 17 Son accession à cet évêché est clairement spécifiée dans les accords conclus entre Anne et Louis X (...)

329Il retrouva toutes les faveurs après 1498 : il devint évêque de Nantes17 et joua un rôle important au sein du conseil d’Anne jusqu’à sa mort en 1506.

330Pour l’ensemble de sa carrière, cf. J. Kerhervé, Cat., t. III, notice 138, p. 779-782.

331457. Jean François de Cardonne

332On ne sait pas exactement à quelle date il devint premier président de la Chambre. Il est mentionné pour la première fois dans cette charge lors de la confirmation du personnel par François Ier le 15 janvier 1515 (ALA B 132 f° 330-331) et la malchance a voulu que, lors de la confirmation de ce même personnel par Louis XII l’année précédente, après le décès d’Anne de Bretagne, seul le second président, en l’occurrence Alain Marec, ait été mentionné. Alors que doit-on en conclure ? que Cardonne ne devint premier président qu’en 1515, c’est-à-dire peu de temps avant de résigner son office de général au profit de son gendre Philibert Tissart – et dans ce cas on ne sait pas qui a occupé cette charge après la mort de Guillaume Guéguen ? Ou que cet office lui fut accordé dès 1506 et qu’il cumula donc la fonction de général et de premier président pendant quelques années ? Le débat reste ouvert. Cardonne est demeuré premier président jusqu’à sa mort survenue en 1526 (De Calan dans son Histoire de la Bretagne au xvie siècle dit qu’il est mort en Espagne où il avait accompagné les fils de François Ier gardés en otages par Charles Quint. Nous n’avons pu vérifier cette assertion qui, si elle s’avérait, constituerait un bel épilogue pour un destin quelque peu mystérieux et hors du commun).

333Pour l’ensemble de sa carrière, cf. notice l.

334458. Clérembaut Leclerc

335Il fut nommé premier président après la mort de Cardonne et son acte d’institution date du 26 septembre 1526 (ALA B 51 f° 300). Son passage à la tête de la Chambre des comptes fut très bref puisqu’il résigna son office, le 15 décembre 1528, au profit de Jean Parajau (ALA B 51 f° 345).

336Il était notaire et secrétaire royal et fut commis de Jacques de Beaune à la trésorerie et recette générale des finances de la reine Claude de France du 1er janvier 1520 – au moins – au 26 juillet 1524 (son compte a été clos à la Chambre à Nantes en 1526, ALA B 573 f° 122-123). Cette commission explique son accession à l’office de premier président ; son acte d’institution précise bien que cette charge lui est accordée « en faveur des bons et agréables services qu’il a faictz à feue notre tres chere et tres amée compaigne la Royne... en l’office et estat de trésorier de sa maison qu’il a tenu et exercé par long temps où il a bien et loyaument servi au gré et contentement de feue notre dite compaigne et de ses officiers ».

337Après sa résignation en faveur de Jean Parajau, il fut pourvu, le 14 août 1532, de l’office de conseiller correcteur à la Chambre des comptes de Paris (C.A.F. t. II, p. 180, 4734). On le trouve ensuite en charge de différentes commissions : ainsi, en 1539 est-il commis à la recette générale de Languedoil (C.A.F., t. VI, p. 519, 21 591) et, à la même période, de la recette des terres de la maison d’Orléans (mention du 10 juillet 1539, C.A.F., p. 22, 11 106). La résignation qu’il fit en faveur de Jacques Gobelin de son office de correcteur à la Chambre des comptes de Paris le 7 février 1545 semble avoir mis un terme à sa carrière (C.A.F., t. VI, p. 719, 14 343).

338459. Jean Parajau

339Il bénéficia de la résignation du précédent le 15 décembre 1528. Dans l’acte d’institution, le roi souligne qu’il « a voulu se servir de lui dans un état et office honorable ». Cette accession à la première présidence constitua pour lui, tout à la fois, des retrouvailles avec une institution où il avait siégé jusqu’en 1524 comme clerc secrétaire et greffier, et un repli – ou une compensation ? – après son éviction de la trésorerie générale mais aussi une étape sur le chemin de sa disgrâce. En effet, malgré sa nomination, les poursuites furent maintenues contre lui afin d’obtenir un entier règlement des charges dont il avait eu la responsabilité et il dut céder son office en 1537 pour paiement de 12 000 l., somme correspondant à une partie de son passif en tant qu’ancien trésorier de Bretagne. Il avait toutefois cessé de siéger à la Chambre depuis 1535 – on note une dernière fois sa présence comme premier président le 3 mars 1535 – sans que l’on sache si son absence, par la suite, s’explique, par des problèmes de santé ou tout simplement par une mise à l’écart due à l’accélération des procédures à son encontre – c’est en effet le 10 mars 1535 que comparurent pour la première fois à la Chambre le sénéchal et l’alloué de Nantes qui avaient reçu commission pour procéder avec les gens des comptes à l’examen et clôture de ses déports (ALA B 570 f° 135).

340Pour l’ensemble de sa carrière, voir notice 11.

341460. Hervé du Quélénec

342Il est mentionné comme commis à la première présidence le 15 décembre 1535 (B.N. fr. 22 342 f° 135-140) et il assura donc l’intérim entre Parajau et Gilles de La Pommeraie. On peut penser que son institution est due à l’action de la commission Poyet chargée par le roi en novembre 1535 de réorganiser la Chambre des comptes de Bretagne.

  • 18 Il succéda dans ces charges à Maurice de Quenec’hquivillic, ALA B 568 f° 181.

343Sa carrière, menée essentiellement dans le domaine judiciaire – il était docteur en droit (ALA B 26 f° 48) –, avait commencé sous le règne d’Anne de Bretagne. Le 8 septembre 1512, on le trouve mentionné comme alloué de Guérande (ALA B 51 f° 136-137) et il faisait également partie, depuis au moins 1508, du conseil de Bretagne. Il cumula par la suite les offices judiciaires puisqu’il fut tour à tour sénéchal de Châteaulin (mention le 6 mars 1528, ALA B 568 f° 70), de Duault, Gourin, Châteauneuf-du-Fou et Landeleau (mention le 1er décembre 1531, ALA B 568 f° 181) et dans le rapport Bullioud il est présenté aussi comme procureur de Carhaix18. Il était enfin conseiller au Parlement de Bretagne.

344Il fut associé aux travaux de la commission Le Rouge (mention le 20 mai 1531, ALA B 568 f° 163) et, durant son passage à la première présidence de la Chambre, il fut chargé de la réformation du domaine de Carhaix (ALA B 571 f° 146, 10 juillet 1536) et du domaine de Nantes (ALA B 571 f° 151, 12 juillet 1536).

345Son parcours révèle donc un homme qui sut s’adapter aux changements politiques survenus en Bretagne et qui sut gagner la confiance des autorités successives. Ainsi, en 1514, figurait-il en compagnie de Jean de Lespinay parmi les exécuteurs du testament de Philippe de Montauban, chancelier de Bretagne (Dom Morice, Pr., t. III, 924) ; et en 1540, il était inscrit dans l’état de la maison de Guéméné avec le titre de conseiller (trois chevaux à livrée, bouche à cour, 250 livres de gages), Dom Morice, Pr., t. III, 1039-1040.

346Il était sr du Stang en Trébrivan et avait épousé Marguerite de Kerriec, dame de Coëtanfao (paroisse de Seglien). Il décéda avant le 25 mai 1547, puisqu’à cette date sa veuve obtenait de la Chambre des comptes l’entérinement de lettres de François Ier, du 24 décembre 1546, par lesquelles il lui était permis, en compensation d’un don de 500 l. fait le 13 février 1528, de ne pas payer de droits de lods et ventes pour des terres acquises par son mari dans la juridiction de Carhaix (ALA B 576 f° 27).

347461. Gilles de La Pommeraie

348Il fut institué le 18 avril 1537 suite à la résignation de Jean Parajau et il occupa cette charge jusqu’à sa mort en 1545.

349Il était attaché à l’hôtel du roi avec les titres successifs d’échanson, de panetier et de maître d’hôtel. Son acte d’institution indique que l’office de président des comptes lui a été donné « en faveur des bons et loyaux services... faits en plusieurs voyages et ambaxades... esquels il s’est si bien et diligeamment employé qu’il en est digne de singulière recommandation ». Cet extrait résume bien le trait dominant de la carrière de La Pommeraie, celui de diplomate. Il accomplit plusieurs missions, d’abord en Flandre auprès de Marguerite d’Autriche en février 1529 et à Malines devant le grand conseil de l’empereur pour obtenir l’enregistrement des traités de Madrid et de Cambrai, la même année. Il fut encore envoyé auprès de l’empereur en novembre 1531 (C.A.F., t. VI, p. 274, 20 295). Mais c’est l’Angleterre qui fut le cadre principal de son activité : il y alla en décembre 1531 (C.A.F., t. II, p. 100, 4340), en mai 1532 – pour négocier un traité de paix avec Henri VIII (mention du 21 mai, C.A.F., t. II, p. 144, 4565) –, en avril 1533 (C.A.F., t. II, p. 665, 6995), en octobre 1536 (C.A.F., t. III, p. 249, 8670).

  • 19 Les gages de L. Des Déserts étaient de 360 l., ceux de Cosson de 120 l. et ceux de la Pommeraie de (...)

350Cette intense activité diplomatique ne l’empêcha pas de jouer un rôle important en Bretagne, particulièrement dans les années 1530. Il fut d’abord associé à la commission chargée en 1532 de percevoir les revenus des différentes recettes du duché après la suspension des trésoriers généraux. Il était assisté dans cette tâche de Michel Cosson et de Louis des Déserts, président du Parlement puis, après le désistement de celui-ci, de François de Kermenguy.19. On ne sait jusqu’à quand il exerça cette commission mais, le 16 avril 1540, François Ier délivrait des lettres, portant acquits de 6 725 L, pour les trois membres de la commission (ALA B 12 838 f° 32) et l’on peut donc supposer que son activité dura jusqu’en 1538. Le 10 novembre 1535, il faisait également partie de la commission chargée d’enquêter sur les terres nobles acquises par des roturiers en Bretagne avec Louis des Déserts, Gilles de Commacre... (O.R.F., t. VII, notice 693, p. 222-226).

351Son accession à la présidence des comptes accrut ses responsabilités dans le duché, responsabilités que l’on peut apercevoir dans une lettre qui lui fut adressée par le chancelier de France le 18 novembre 1539, où trois missions lui étaient assignées : réunir au domaine les portions qui en avaient été séparées, procéder à la réformation de ce même domaine – La Pommeraie apparaît un peu comme le chef d’orchestre de cette réformation puisqu’il lui est demandé de déterminer les recettes qui doivent être prioritairement inspectées –, de contrôler la gestion des trésoriers généraux présents et passés et de faire rentrer les deniers dus au roi par les nobles (ALA B 573 f° 328-329). C’est une tâche équivalente qui lui fut encore confiée, le 14 octobre 1543, puisqu’il fut alors désigné comme commissaire du roi pour percevoir un emprunt de 40 000 écus et pour faire payer les récalcitrants (ALA B 52 f° 258-259).

  • 20 Guy XVI avait épousé la sœur du connétable.

352Gilles de La Pommeraie mettait aussi ses talents au service des grandes familles nobles : le 8 octobre 1535, il figurait ainsi parmi les témoins et les conseillers – avec Hervé du Quélénec – de la transaction entre René, vicomte de Rohan et Marie de Rohan, dame de Guéméné (B.N. fr. 22342 f° 134). Il intervenait aussi dans le conseil administrant les domaines du connétable de Montmorency (Bedos Rezak, op. cit., p. 35) et constituait, pour ce dernier, un conseiller efficace, notamment dans ses relations avec la famille de Laval20 : le 22 octobre 1535, il représentait ainsi Montmorency lors de la désignation d’un curateur pour Guy XVII à l’occasion de son mariage avec Claude de Foix (Bertrand de Broussillon, op. cit., notice 2396, p. 124-125) mais son rôle fut surtout important dans l’affaire de la succession de Jean de Laval-Châteaubriant, ce dernier ayant fait donation d’une partie de ses biens au connétable. C’est la Pommeraie qui, en cette occasion, indiqua à Montmorency la conduite à tenir puis qui fut chargé de la prise de possession des propriétés avant, sans doute, d’en superviser l’administration (lettres de Montmorency à La Pommeraie du 4 avril 1540 et du 21 mai 1540, Bertrand de Broussillon, op. cit., notices 2457 et 2465).

353Il appartenait à une famille dont la présence est attestée en Bretagne depuis 1427. Sa mère s’appelait Catherine du Verger et il obtint, alors qu’il était président des comptes de Bretagne, des lettres de main-levée sur ses biens après qu’elle eut été bannie du royaume (C.A.F., t. VII, p. 451, 25 643).

354Il était sr de La Pommeraie (paroisse de Caro dans l’évêché de Saint-Malo) et d’Entrammes dans le Maine. Sa femme, Jeanne Le Jeune, lui apporta la seigneurie de la Morlaye (paroisse de Missiriac dans l’évêché de Vannes), Potier du Courcy, op. cit., t. II, p. 407. En janvier 1536, le roi lui accorda le droit d’établir deux foires annuelles et un marché hebdomadaire à Entrammes (C.A.F., t. III, p. 273, 8777).

355462. Cosme Clausse

356Il fut nommé premier président le 27 mars 1545 après la mort de Gilles de La Pommeraie en récompense des services rendus à la conduite des finances du dauphin (ALA B 52 f° 273). Il résigna cette charge dès le 15 août 1547.

357Il était notaire et secrétaire royal de François Ier et secrétaire des finances du dauphin – ce dernier l’autorisa à exercer conjointement cet office et celui de premier président – et la Bretagne ne constitua qu’une brève étape dans sa carrière puisqu’après l’avènement au trône d’Henri II, il devint secrétaire des commandements puis secrétaire d’État et enfin contrôleur général de la guerre.

358Le 19 novembre 1543, le dauphin lui avait fait don en viager du revenu du greffe ordinaire de Nantes (ALA B 52 f° 260).

359Il était marié à Marie Burgensis. Son fils aîné, Henry, fut conseiller au parlement de Bretagne de 1566 à 1568 (Saulnier, op. cit., p. 239).

360Il était sr de Marchaumont et il a fait construire, à partir de 1551, le château de Fleury-en-Bière près de Fontainebleau. Le 18 février 1542, il avait prêté hommage au roi pour les fiefs d’Origny et de Thorigny, mouvant des châtellenies de Corbeil et de Monthléry (C.A.F., t. VI, p. 654, 22314).

361463. Jacques de Saint-Mesmin

362Il fut nommé le 15 août 1547 après la résignation du précédent (ALA B 53 f° 16) pour services rendus à François Ier et il resta dans sa charge jusqu’au 11 janvier 1551.

363Il avait été précédemment commis au contrôle des postes du roi (mention du 12 octobre 1538, C.A.F., t. III, p. 621, 10355) et surtout contrôleur général de la maison de Marguerite de France.

364464. Marc Fortia

365Il bénéficia de la résignation du précédent le 11 janvier 1551 (ALA B 53 f° 139). Son acte d’institution fut signé par le cardinal de Lorraine (ALA B 577 f° 75). Il était toujours en charge en 1557.

366Suite à une aliénation du domaine royal, il acheta, à une date inconnue, avec son père, Bernard Fortia, les greffes de Saumur et d’Angers (C.A.F., t. III, 10126, p. 569).

367Il était fils de Bernard Fortia, trésorier de France, sr de Paradis, de la Branchoire et des Touches, et de Jeanne Miron, fille de Gabriel Miron, premier médecin de la reine Anne et maître à la Chambre des comptes de Bretagne (Carré de Busserolle, op. cit. t. II). Il avait deux frères : François, qui fut trésorier de la marine (mention du 10 novembre 1556, ALA B 580 f° 128), secrétaire de la Chambre du roi et trésorier des Parties Casuelles en 1572, et Bernard, qui devint conseiller au Parlement de Bretagne en 1566 (Saulnier, op. cit., p. 377-378).

368Il était lui-même sr des Touches et épousa en 1551 Françoise d’Authon (Lyon).

369Cf. Carré de Busserolle, op. cit., t. II, et Bernard Chevalier, op. cit., p. 372, notice 12.

LES SECONDS PRÉSIDENTS DE LA CHAMBRE DES COMPTES

Seconds présidents de la Chambre des comptes

Seconds présidents de la Chambre des comptes

370465. Guillaume Le Borgne

371Il fut nommé second président le 13 septembre 1490 en remplacement de Guillaume Guéguen (ALA B 12 f° 177). Il fut confirmé dans ses fonctions par Charles VIII le 3 août 1492 (ALA B 51 f° 1). On ne sait jusqu’à quand il resta à la Chambre mais il ne figurait plus dans la liste du personnel en 1498. Le dernier acte faisant mention de lui date du 1er décembre 1495 (ALA E 122/22).

372Cf. J. Kerhervé, Cat., t. III, notice 159, p. 788-789.

373466. Raoul Calvy / Raoul Le Moel

374Il figure dans l’acte de confirmation du personnel de la Chambre par Anne de Bretagne le 17 avril 1498 (ALA B 116 f° 47-48). Il est probablement resté en charge jusqu’à son décès survenu le 31 mai 1501.

375Il était chanoine de Poitiers et aumônier de Charles VIII. Il fut élu évêque de Cornouaille le 22 novembre 1493 et prêta serment de fidélité au roi le 28 janvier 1494 (ALA B 51 f° 9). Il fit son entrée solennelle à Quimper le 18 octobre 1496 (Dom Taillandier).

376467. Jean Calloet

377Il succéda sans doute au précédent vers 1501 et il demeura en fonction jusqu’à sa mort qui intervint le 7 mars 1505. En 1509, son héritier Dominique Calloet obtenait un ajournement au conseil contre Me Jean Régnier, payeur des gens du conseil, et Nicolas

378Duval, payeur des gens des comptes, pour obtenir le versement de ses gages de conseiller en chancellerie et de président de la Chambre des comptes (ALA B 18 f° 138).

379Il était docteur en droit civil et canonique et mena parallèlement une carrière judiciaire et ecclésiastique. En 1494, il figurait parmi les six conseillers de la chancellerie bretonne institués par Charles VIII (Dom Morice, Pr., t. III, 758) et, l’année suivante, il faisait également partie des Grands Jours de Bretagne avec le titre de conseiller-clerc (Dom Morice, Pr., t. III, 782, acte du 27 novembre 1495). Sa carrière se poursuivit sous Anne de Bretagne qui le nomma maître des requêtes et conseiller ordinaire lors du rétablissement de la chancellerie bretonne le 7 avril 1498 (Dom Morice, op. cit., 791). On lui confia sous son règne, différentes missions, notamment en 1500, où il fut désigné comme juge-arbitre dans le différend entre la reine et le vicomte de Rohan (Dom Morice, op. cit., 828) et où il fut aussi chargé d’une enquête, avec Guillaume Le Bigot, sur les droits prétendus par le même vicomte de Rohan sur la seigneurie du Gâvre (ibid., 836-838). Chantre et chanoine de Cornouaille, il fut, avec l’appui de Louis XII (dont il était le confesseur), élu évêque de Tréguier en 1501 et il fit son entrée dans sa cité épiscopale le 4 septembre 1502 (Dom Morice, op. cit. 858-859).

380Jean Calloet appartenait à une famille morlaisienne.

381468. Alain Marec

382Il figurait parmi les membres de la Chambre qui prêtèrent serment de fidélité à Louis XII, le 20 janvier 1514, après la mort d’Anne de Bretagne mais il avait accédé à l’office de second président avant cette date et le 5 janvier 1509 (ALA B 18 f° 2), il portait déjà ce titre. Il fut confirmé dans son office par François Ier en 1515 et en 1524 et il le conserva jusqu’à sa mort, survenue le 19 novembre 1526.

  • 21 Ce qui l’apparenterait peut-être à l’importante famille rennaise des Bourgneuf et expliquerait en (...)

383Les généalogies concernant les Marec sont contradictoires. Potier du Courcy fait une distinction entre Alain Marec, sénéchal de Rennes, marié à Luce de Bourgneuf et un autre Alain, son fils, qui aurait été président à la Chambre des comptes (Potier, op. cit., t. II, p. 233). Saulnier, dans son Histoire du Parlement de Bretagne présente Pierre Marec, conseiller au Parlement, comme le fils de René Marec, sr de Monbarot et de Luce Bourgneuf (Saulnier, op. cit., p. 618)21. Nous aurions, pour notre part, tendance à penser que les deux Alain Marec cités par de Courcy n’en font qu’un seul, fils de Nicolas Marec, qui a été à la fois sénéchal de Rennes et président à la Chambre des comptes et qui a eu pour fils Pierre Marec.

384Le nom d’Alain Marec apparaît dans le compte établi en 1498 pour le béguin de Charles VIII (Dom Morice, op. cit., 793) puis en janvier 1499 parmi les signataires du traité de mariage entre Louis XII et Anne de Bretagne. Il est alors présenté comme sénéchal de Rennes (ibid., 815). En 1498, il aurait également fait partie, en tant que conseiller, des Grands Jours de Bretagne. Le 27 mars 1503, il bénéficia de la résignation de son père Nicolas de l’office d’alloué de Goélo (ALA B 14 f° 93). La suite de sa carrière est moins connue et se confond avec sa charge de second président à la Chambre des comptes.

385Il était sr de La Martinière (paroisse de Saint-Aubin de Rennes) et de Monbarot. Son fils Pierre fit également une carrière importante dans le domaine judiciaire en étant maître des requêtes au conseil de Bretagne, conseiller aux Grands Jours au moins à partir de 1523 et enfin conseiller au Parlement lors de sa création en 1554. Il reçut des missions dans le domaine financier : il fit partie de la commission chargée de percevoir les deniers de la trésorerie générale entre 1532 et 1538 ; il seconda aussi le général des finances Antoine Bullioud lors de la collecte des décimes en 1537. La même année, il était nommé commissaire pour aliéner le domaine à 10 % avec François de Kermenguy (ALA B 52 f° 124-125).

386469. Gilles de Commacre

387Il offre l’exemple d’un officier non breton qui mena l’essentiel de sa carrière dans le duché, gravissant un à un les degrés de la hiérarchie de la Chambre des comptes et remplissant, au service du roi, une série de missions à partir des années 1520, ce qui en fait l’un des principaux instruments de la politique royale en Bretagne au cours de cette période.

388Son nom apparaît pour la première fois dans la liste de confirmation du personnel de la Chambre par François Ier le 15 janvier 1515. Il est alors mentionné comme clerc et secrétaire des comptes. Le 14 novembre 1521, il fut institué en l’office de conseiller, maître et auditeur après la mort de Jean Gibon (ALA B 51 f° 236) pour services rendus à la reine Claude mais il ne semble pas qu’il ait pu bénéficier de cette promotion puisque le 20 mai 1526, il fut pourvu du même office après le décès d’Yves Le Flo (ALA B 51 f° 289), toujours en reconnaissance de services rendus à Claude et au roi. Son ascension ne s’arrêta pas là : le 9 décembre de la même année, il fut promu second président de la Chambre après la mort d’Alain Marec (ALA B 51 f° 299). Il conserva cet office jusqu’au 23 mai 1534, date à laquelle il le résigna en faveur de Guillaume Loysel le jeune (ALA B 52 f° 72).

  • 22 Il est mentionné comme tel dans un acte du 26 novembre 1524, ALA B 51 f° 267 et le resta peut-être (...)

389Sa carrière en Bretagne s’explique en partie par ses fonctions au service de Claude dont il était le secrétaire ordinaire depuis au moins 1518 aux gages de 150 l. (B.N., fr. 21 451, f° 330). Il fit ensuite partie des maisons des enfants royaux et, dans un état pour la période du 1er octobre 1521 au 30 septembre 1524, il figurait comme secrétaire du dauphin de Viennois, du duc d’Orléans et d’Angoulême et des filles du roi aux gages de 60 l. (B.N., fr. 21 451, f° 490). Il poursuivit sa carrière en devenant, à une date indéterminée notaire et secrétaire du roi, ce qui lui permit de gagner la faveur de François Ier et de Louise de Savoie22. La mort de Claude ne mit pas fin à son ascension ; elle semble, au contraire, l’avoir accélérée. En-dehors de sa promotion à la Chambre des comptes, il fut, après 1524, chargé de plusieurs tâches importantes dans le duché : il fut d’abord envoyé comme commissaire aux États de Bretagne pour prendre le serment de fidélité des nobles et des officiers bretons après le décès de la reine et il s’assura lui-même de la prestation du serment des membres de la Chambre des comptes, le 26 novembre 1524. Puis en 1528, ce fut lui qui transmit aux gens des comptes le mandement de suspension de Jean Parajau. Le 16 février 1529, ce fut encore lui qui reçut commission pour faire les états particuliers des receveurs de Bretagne après la suppression de l’office de général (ALA B 51 f° 352). Il est, par ailleurs, régulièrement cité parmi les commissaires du roi aux États de Bretagne, notamment en 1527, 1531, 1534, 1540.

  • 23 Sa date d’accession à cet office est inconnue, on sait seulement qu’il l’occupait le 22 octobre 15 (...)

390La résignation de son office de second président ne mit pas fin à sa carrière en Bretagne même si elle put signifier une certaine réorientation de son activité que marque l’obtention de la charge de maître d’hôtel du dauphin23. Sa connaissance du duché lui valut cependant de remplir d’autres missions après 1534 : ainsi le 10 novembre 1535, il fit partie de la commission d’enquête sur les terres nobles acquises par des roturiers en Bretagne avec La Pommeraie, Louis des Déserts... ; le 13 mai 1536, il fut chargé avec le sr de Longueval, maître d’hôtel ordinaire du roi, d’une enquête sur le comté de Penthièvre (ALA B 52, f° 103-105) ; en 1538-1539 enfin, il accompagna le sr des Fontaines, lieutenant du connétable de Montmorency, dans sa tournée d’inspection des places fortes de Bretagne (C.A.F., t. III, 10989, p. 762). C’est la dernière mission qu’on lui connaisse en Bretagne et il reçut, en dédommagement des frais engagés pour l’accomplir, 300 écus soleil, provenant de la vente d’un office de secrétaire à la chancellerie de Bretagne (C.A.F., t. III, 10989, p. 762).

391Ses états de service lui valurent régulièrement les faveurs royales. Le 25 décembre 1527, il obtenait le renouvellement pour dix ans d’un don de 200 l. ts par an que lui avait fait la reine Claude de France en 1518 (C.A.F., t. VI, 19431, p. 104). La même année, par une lettre du 9 juin 1524, le roi intervenait pour qu’il fût payé de ses gages de président de la Chambre « bien qu’il soit près et à l’entour de la personne de nous et de notre chere et tres amée dame et mere pour nos propres affaires ». Louise de Savoie appuyait la demande de son fils dans une lettre datée du 10 juin 1527 et précisait : « vous assurant qu’il mérite qu’on le traite favorablement en ses affaires et de ma part vous prie l’avoir toujours en bonne recommandation de sorte qu’il soit entièrement payé de sesdits gaiges tout ainsi que s’il estoit ordinairement par delà, en quoy faisant me ferez très agréable plesir dont j’aurais souvenance en général et particulier et m’employer pour vous lorsque aulcune chose me vouldrez requérir » (ALA B 568 f° 59).

392Il avait su gagner la confiance de la famille de Laval et, le 22 octobre 1535, il figurait parmi les personnes consultées par Pierre d’Argentré lors de la désignation de René de Montejean comme curateur de Guy XVII à l’occasion son mariage avec Claude de Foix (Bertrand de Broussillon, op. cit., notice 2396, p. 124-125).

393Il avait épousé Marie « Buan » dont il eut au moins un fils prénommé Jean. Il était écuyer et rendit hommage le 12 février 1539 pour ses fiefs du Retail, ou Commacre (en Auvergne ? commune de Sainte-Catherine-de-Fierbois), du Verger, du Boisdurant et pour ceux de Vaux et de Boisgirard. Le 4 janvier 1540, il acheta du seigneur de Saint-Maure la seigneurie de Beauregard située dans la paroisse de Saint-Epain (Carré de Busserolle, Dictionnaire d’Indre-et-Loire, t. I, p. 342). Il était également sr de Blandin. Il vivait encore en décembre 1546.

394Un dénommé Maurice de Commacre fut abbé de Landevennec et de Boquen (Potier du Courcy, op. cit., t. I, p. 283).

395470. Guillaume Loysel le Jeune

396Il a bénéficié de la résignation de Gilles de Commacre le 23 mai 1534 (ALA B 52 f° 72). Sa carrière à la Chambre fut brève et tourmentée en raison de la plus grande attention accordée, durant cette période, à la compétence des gens des comptes, du fait sans doute aussi des sanctions dont fut victime son père, destitué de sa charge de maître des comptes en 1532 pour forfaiture (cf. notice 438). Le 7 juillet 1534, les membres de la Chambre lui imposèrent, avant de pouvoir présider, « de faire residence pour le temps et espace de deux ans au lieu et ranc des maistres desdits comptes pendant lequel temps ledit Loysel aura l’exercice place et oppinion comme l’un des maistres et comme le dernier venu », les gens des comptes prenant le soin de préciser que « sa reception n’eust esté faite autrement pour les considerations sur ce eues au bureau de ladite Chambre » (ALA B 570 f° 108). Ces conditions ne suffirent pourtant pas à le faire entrer en grâce de sorte qu’en 1535, il fut victime de la commission Poyet qui le destitua pour incompétence, ce qui le contraignit à résigner son office de second président en faveur de Jean de Plédran le 9 novembre 1535 (ALA B 52 f° 145).

397On ne lui connaît pas d’autres activités financières, ni avant 1534, ni après son départ de la Chambre.

398Il était sr de La Touraudaie comme son père.

399471. Jean de Plédran

400Il bénéficia de la résignation de Guillaume Loysel le Jeune le 9 novembre 1535 (ALA B 52, f° 145) et eut une carrière aussi mouvementée que la sienne. Sa réception fut ajournée à plusieurs reprises par les membres de la Chambre suite à l’opposition du procureur Alain de la Bouéxière qui lui reprochait des liens familiaux avec un ancien receveur de Lamballe, Jean Guéguen (cf. J. Kerhervé, Cat., t. II, notice 20, p. 414-415), dont les comptes n’avaient pas été totalement apurés et de n’être pas capable – du fait de handicaps physiques et d’une totale incompétence dans le domaine financier – d’assumer les tâches d’un second président. Il fallut trois lettres de jussion du pouvoir royal (la première datée du 14 février 1536, suite à laquelle J. de Plédran est installé à la Chambre par le sénéchal de Nantes ALA B 52 f° 145 ; la seconde délivrée au mois de décembre de la même année – ibid. ; la troisième datée du 26 avril 1537 – ALA B 52 f° 146-147) pour que J. de Plédran fût reçu officiellement par la Chambre le 8 mai 1537 (ALA B 571 f° 288-289). Comme Loysel, il ne jouit pas longtemps de son office et le 26 janvier 1540, en raison de son insuffisance, il fut remplacé par François de Kermenguy, à charge pour le successeur de lui rembourser les deniers qu’il avait dépensés pour obtenir la provision de cette charge (ALA B 52 f° 221-222).

401Il était doyen de la cathédrale de Nantes et curé, à partir de 1503, de la paroisse de Saint-Nicolas dans cette même ville. En-dehors de ces deux principales charges, il cumulait plusieurs bénéfices religieux – on le trouve mentionné, au hasard des documents, comme curé d’Hillion (ALA B 17 f° 23), doyen de Cresmyeuc dans l’évêché de Dol (ALA B 17 f° 137), recteur de Saint-Aubin-des-Châteaux, d’Herbignac et de Saint-Étienne-de-Montluc, curé de Guéméné-Penfao et prieur de Marzac (mention du 6 avril 1538, ALA B 38 f° 59) – mais sans qu’il soit possible de démêler toujours son activité de celle de son frère cadet qui se prénommait lui aussi Jean.

402Il dut en fait cette réussite à son origine familiale : il était, par sa mère, neveu de Guillaume Guéguen, évêque de Nantes et président de la Chambre des comptes et sa carrière se développa dans le sillage de celle de son oncle. Le 25 mai 1506, il assistait en sa compagnie à la signature de contrat de mariage de Claude de France et de François d’Angoulême au Plessis-Les-Tours. C’est sans doute grâce à cette protection qu’il put siéger occasionnellement à la chancellerie de Bretagne où sa présence est attestée au moins quatre fois en 1506 (notamment le 25 juin, ALA B 16 f° 65). La mort de son oncle ne mit pas fin à sa faveur auprès d’Anne de Bretagne puisqu’on le retrouva encore en 1510 parmi les députés bretons convoqués à l’assemblée de Tours pour protester contre la politique papale à l’égard de la France. C’est sans doute grâce également à la protection de la reine qu’il put devenir conseiller au parlement de Bretagne, à une date qu’on ne connaît pas mais le 20 novembre 1536, il se prévalait d’une ancienneté de « vingt ou plus » dans cette cour (ALA B 571 f° 178). La suite de sa carrière, après l’avènement de François Ier est moins connue et l’on peut supposer que la mort d’Anne a mis fin à son ascension, même s’il continua à disposer d’appuis au niveau du pouvoir central, notamment le chancelier Antoine du Bourg qui appuya sa candidature à la seconde présidence de la Chambre des comptes.

403La famille de Plédran était originaire de l’évêché de Saint-Brieuc. Jean de Plédran eut au moins deux frères dont l’un Mathieu a été évêque de Dol – c’est lui qui aurait introduit le premier missel en français dans cet évêché – et dont l’autre, prénommé Jean, appartenait lui-aussi à l’ordre du clergé.

  • 24 Le 22 octobre 1538, il demandait encore paiement d’une partie des gages de G. Guéguen, en tant que (...)
  • 25 Jacques de Beaune obtenait le 24 août 1510 que l’affaire fût portée devant le Parlement de Bretagn (...)

404Jean de Plédran possédait, dans la juridiction de Moncontour, la seigneurie de Bosiguel où il obtenait le droit, le 29 octobre 1530, de remettre une justice à trois « postz » (ALA B 32). Il possédait aussi les terres de Beaurepère et de Frossay dans l’évêché de Nantes (ALA B 34 f° 9). Après la mort de Guillaume Guéguen en 1506, il avait été chargé de l’exécution de son testament avec Guillaume Le Bigot (ALA B 16 f° 160) et de la garde de son héritier, nommé lui-aussi Guillaume Guéguen, sr du Clos. À ce titre, il fit face aux problèmes de succession de l’évêque, entamant des procédures pour récupérer l’argent qui lui était dû24 mais subissant aussi les poursuites de ses créanciers – dont Jacques de Beaune qui lui demandait le 6 mai 1508 de lui rembourser « certaine somme » « de deniers qu’il presta au feu evesque de Nantes », ALA B 17 f° 5025. En 1536 et 1537, le procureur de la Chambre lui reprochait de s’être enrichi grâce à cette succession, l’accusant « d’avoir disposé de ses biens » (il s’agit de ceux de Guillaume Gueguen) « ainsi que bon luy sembla et print ses robes et autres abillements et les avoir depuis portez et mis à ses usaiges » (ALA B 571, f° 212). La preuve de ces accusations n’était pas apportée même si les archives de la chancellerie montrent que l’héritier de l’évêque n’avait pas totalement approuvé les opérations menées par le doyen de Nantes (en janvier 1533, il obtenait en chancellerie un mandement relevant contre certaines transactions faites par le doyen, ALA B 34 f° 6).

405Pour plus de détails, cf. D. Le Page, L’affaire Jean de Plédran, « Kreiz », t. III, 1994.

406472. François de Kermenguy

407Son accession à la seconde présidence de la Chambre se fit en deux temps : il fut d’abord commis pour exercer cette charge après la destitution de Guillaume Loysel le jeune – il siégea pour la première fois à la Chambre à l’ouverture du 8 novembre 1535, ALA B 570 f° 150. Cependant, l’achat de l’office par Jean de Plédran semble l’avoir très vite incité à ne plus siéger à la Chambre, ce qui amena le procureur Alain de la Bouéxière à lui ordonner, le 4 décembre 1535, d’exercer son office tant que le doyen de Nantes n’aurait pas été reçu officiellement par les gens des comptes (ALA B 570, f° 150). On peut donc penser qu’il demeura nominalement commis jusqu’à l’installation de J. de Plédran à la Chambre par le sénéchal de Nantes le 4 mars 1536 (ALA B 572 f° 16). Il profita ensuite de la destitution du même J. de Plédran, le 26 janvier 1540, pour s’imposer durablement dans la charge de second président (ALA B 52 f° 221-222). Le 24 janvier 1548, il obtint le droit de résigner cet office à survivance en faveur de son fils, acte qui était confirmé le 10 novembre 1554 (ALA B 53 f° 391).

408Il mena une carrière essentiellement judiciaire et devint, probablement en 1527, après le décès de Jean Desgatz, alloué de Nantes (première mention dans cette charge le 1er mars 1527, ALA B 31, f° 82). C’est l’exercice de cet office qui lui permit de se signaler une première fois à l’attention des autorités royales puisqu’il eut la garde, avec Pierre Laurent, procureur de Nantes, des papiers de Jean de Lespinay et qu’il accepta, malgré un arrêt contraire du parlement de Bretagne, de transmettre au conseil étroit du roi à Paris les acquits de l’ancien trésorier général (B.N., CAR 382).

409Dès lors, son nom se trouve constamment mêlé aux changements qui affectent les structures et le personnel financier de la Bretagne. Le 29 janvier 1528, il se portait caution d’Olivier Harrouys, commis à la trésorerie générale du duché après la suspension de Jean Parajau (ALA B 568 f° 67). On le trouve ensuite associé aux travaux de la commission Le Rouge, notamment le 3 juillet 1531 (ALA B 568 f° 169). Le 3 décembre 1532, sa présence est encore signalée à la Chambre des comptes (ALA B 568 f° 212), sans que l’on sache à quel titre il y intervint. Il fut chargé ensuite de remplacer Louis des Déserts, probablement au cours de l’année 1533, dans la commission mise en place le 20 décembre 1532 pour percevoir les deniers de la recette générale de Bretagne, en compagnie de Gilles de la Pommeraie et de Michel Cosson (ALA B 12 838 f° 32, notice 217). En 1535, il fit partie de la commission chargée d’enquêter sur les terres nobles détenues par les roturiers dans le duché. Le 13 octobre 1536, il figurait parmi les magistrats commis par le roi pour faire rendre compte aux receveurs du vicomte de Rohan (B.N. fr. 23 342 f° 144). Le 25 février 1537, enfin, il se vit confier avec Pierre Marec la tâche d’aliéner le domaine à 10 % (ALA B 52 f° 221-222).

410Le grand nombre de tâches confiées à F. de Kermenguy montre donc qu’il bénéficiait de la totale confiance des autorités royales, confiance que confirment les attendus de son acte de nomination à la charge de second président où il est dit que l’office lui est donné « pour la bonne et entiere confiance que nous avons de la personne de notre amé et feal maître François de Kermenguy, alloué de Nantes, et de ses sens, suffisance, loyaulté, preudhomie et bonne diligence » (ALA B 52 f° 221). Cinq années plus tard, le 8 avril 1545, cette confiance ne se démentait pas puisqu’il se voyait confier la tâche de faire l’ouverture de la Chambre après la mort de Gilles de La Pommeraie et, dans l’acte où il le chargeait de cette mission, le roi prenait le soin de préciser que « sommes advertiz que vous estes celuy dicelle Chambre qui autant peut nous y faire service » (ALA B 575 f° 109).

411Il était également conseiller aux Grands Jours depuis au moins le 14 décembre 1530 (ALA B 32) et trésorier des chartes (mention le 27 juin 1534, date à laquelle il doit rechercher tous les documents pouvant servir au procureur général du roi à Paris pour la réunion du domaine de Bretagne, ALA B 571 f° 43-44). Il a résigné ce dernier office en faveur de Gilles Bricaud le 23 juillet 1548 (ALA B 53 f° 78-79).

412La famille des Rohan avait occasionnellement recours à ses services : ainsi, le 8 octobre 1535, il figurait parmi les témoins assistant à la transaction entre René, vicomte de Rohan, et la dame de Guéméné, Marie de Rohan (B.N. fr. 22 342 f° 134).

413La famille de Kermenguy était déjà notable dans l’évêché de Nantes dès le xive siècle et on peut penser que la carrière accomplie par François de Kermenguy en accrut le renom. Il avait épousé Marie Grignon, dame de Rainefort et en eut un fils, prénommé lui aussi François qui suivit les traces de son père : il lui succéda à la Chambre des comptes – voir supra – et devint à son tour conseiller aux Grands Jours (mention le 11 avril 1551) puis au parlement de Bretagne lors de sa création le 6 juillet 1554. En 1554, il résigna toutefois son office de conseiller au Parlement pour demeurer à la Chambre des comptes (Saulnier, Histoire du Parlement, op. cit., p. 547). Il fut également sénéchal de Blain, ce qui confirme les liens de la famille Kermenguy avec les Rohan (A. Pacault, op. cit., p. 450).

414Il possédait les seigneuries de Kermenguy – paroisse de Grand-Champ –, de la Patouillère et du Chesne-Cottereau – paroisse de Saint-Sébastien –, de Rainefort – paroisse de Pierric –, Potier du Courcy, op. cit., t. II, p. 11-112. Il détenait également une maison dans la paroisse Saint-Denis à Nantes (ALA B 53 f° 174).

LES OFFICIERS SPÉCIALISÉS DE LA CHAMBRE DES COMPTES

Gardes des livres de la Chambre des comptes

Gardes des livres de la Chambre des comptes

415473. Jean Gelin

416Il exerçait déjà cette charge le 21 octobre 1486 (ALA B 10 f° 50) et il fut confirmé par Charles VIII. Le 2 juillet 1495, il résigna cet office à survivance en faveur de Michel Le Bigot, qui lui succéda le 17 avril 1498 (ALA B 51 f° 176).

417Cf. J. Kerhervé, Cat., t. III, notice 3, p. 792.

418474. Michel Le Bigot

419Il exerça cette charge d’avril 1498 au mois de mars 1508, c’est-à-dire jusqu’à son accession à l’office de clerc et secrétaire et greffier.

420Cf. notice 396 pour l’ensemble de sa carrière.

421475. Lucas Le Saux

422Dans son Histoire de la Chambre des comptes, Fourmont se contredit, indiquant d’abord que Jacques de Callac détenait l’office de garde des livres puis précisant un peu plus loin que c’était Lucas Le Saux. Nous aurions, pour notre part, tendance à penser que ce dernier était bien le titulaire de l’office et qu’il l’occupait donc depuis 1508, date à laquelle François Le Saux, auquel il était sans doute apparenté, s’était démis de sa charge de secrétaire des comptes (cf. notice 386).

423476. Guy Meneust

424Il succéda au précédent entre 1515 et 1524 – il prêta serment de fidélité à François Ier après la mort de Claude –, sans que l’on puisse préciser davantage sa date d’accès à la Chambre. Le 28 août 1532, il résigna son office à survivance en faveur de son fils Guillaume (ALA B 51 f° 31-32) et il mourut avant le 21 mai 1549, date à laquelle Guillaume obtint confirmation de l’office de garde (ALA B 53 f° 89).

425Sa femme, Perrine Le Bigot, était l’une des héritières de Michel Le Bigot, ce qui indique que cet office de garde des livres resta dans les mains des mêmes familles dans cette première moitié du xvie siècle.

426477. Guillaume Meneust

427Il bénéficia de la résignation de son père et lui succéda en 1549 (cf. notice précédente). Un personnage du même nom serait devenu auditeur des comptes en 1570 (Fourmont, op. cit.).

428Le 21 novembre 1551, il fut pourvu également de l’office de contrôleur ordinaire de Rennes aux gages de 100 l. par an (ALA B 53 f° 184-185).

Procureurs de la Chambre des comptes

Procureurs de la Chambre des comptes

429478. Jean II Gibon

430Il était déjà procureur le 22 décembre 1489 (ALA B 12 f° 44) et il le demeura jusqu’en 1504. Il exerçait cette charge avec celle de maître des comptes.

431Pour l’ensemble de sa carrière, cf. notice 423.

432479. Jean III Gibon

433Il bénéficia de la résignation de son père en 1504 et resta en charge jusqu’à sa mort survenue en 1521 mais il avait peut-être déjà renoncé à son office de procureur. Il est de toute façon le dernier à avoir cumulé cet office avec celui de maître.

434Cf. notice 428.

435480. François Racine

436Selon Fourmont, il était procureur des comptes avant 1520. Il le demeura jusqu’à son décès survenu avant le 19 avril 1522 (ALA B 51 f° 247).

437D’autres personnages du même nom sont connus et notamment Nicolas R., conseiller aux Grands Jours de Bretagne en 1495, jusqu’à sa résignation en faveur de Louis des Déserts en 1508 (ALA B 17 f° 25).

438François et Nicolas avaient cotisé à un emprunt de François II à Rennes en 1487, le premier pour 30 l., le second pour 60 l.

439Il était sr de Galisson (paroisse de Domloup), Potier, op. cit., t. III, p. 17.

440481. Alain de la Bouéxière

441Il fut institué procureur le 19 avril 1522 après le décès du précédent (ALA B 51 f° 247) et le resta jusqu’à sa mort survenue avant le 12 février 1553, date à laquelle il fut remplacé par Me Antoine de Farges (ALA B 53 f° 302).

442Son acte d’institution précise qu’il était docteur en lois. En 1529, il était l’un des quatre régents de l’université de Nantes et percevait à ce titre 160 l. de gages par an (mention du 7 mai, ALA B 568 f° 93) ; en 1540, il était sénéchal de Lesneven (mention du 15 mai, ALA B 573 f° 420). Il l’était encore en 1547 (mention du 3 juin, ALA B 53 f° 48-49). Sa carrière fut couronnée par l’obtention d’un office de conseiller en parlement (mention du 7 novembre 1548, ALA B 572 f° 221).

443Pour récompenser son zèle, le dauphin Henri lui accorda, le 8 septembre 1546, une pension annuelle de 300 l., en plus de ses gages qui n’étaient que de 50 l. (ALA B 52 f° 299). Au mois d’août de la même année – et il y a peut-être un lien entre les deux faits –, il reçut commission pour faire une enquête sur les terres tenues par les sergents féodés et sur leurs obligations (mention du 28 août, ALA B 52 f° 298-299).

444Il travaillait lui aussi occasionnellement au service des grandes maisons princières de Bretagne, notamment au service des Rohan : en juin 1538, il était procureur de ce seigneur dans l’affaire qui l’opposait à son receveur général Martin Chaurais (ALA B 573 f° 81). Il figurait également en 1536 dans la commission chargée de l’audition des comptes des receveurs de la vicomté de Rohan.

445Alain de La Bouéxière était apparenté à la famille des Spadine, importante famille marchande d’origine espagnole installée à Nantes depuis le règne de Jean V et il avait épousé Françoise Spadine, fille de Jean Spadine, sr du Housseau et d’Ysabeau Picart (ALA B 1893 f° 12). Ces liens de parenté lui valurent d’être convoqué à la Chambre, le 5 juin 1551, en tant que garde naturel de ses enfants, pour rendre compte d’une ferme de la prévôté dont l’oncle de sa femme, prénommé lui aussi Jean, aurait eu la charge. Il nia les faits mais fut écarté du dossier comme suspect (ALA B 577 f° 82).

446Il avait au moins deux enfants, prénommés Olivier et Anne, qui se virent demander par les gens des comptes, le 25 octobre 1554 (ALA B 579 f° 37), de restituer à la Chambre les papiers que leur père possédait et de rendre compte de la gestion de deux maisons situées près de la rue de la Juiverie, l’une appelée la maison d’Étampes et l’autre la maison d’Orange (qui était très vraisemblablement l’ancienne maison du prince d’Orange).

447Il était sr de Kernezenray (juridiction de Lesneven), terre pour laquelle il bénéficia d’une maintenue le 20 septembre 1533 (ALA B 33). Il possédait aussi la seigneurie de la Bellangeraie (CAR 152).

Greffiers de la Chambre des comptes

Greffiers de la Chambre des comptes

448482. Pierre Mahé

449Il était signalé comme tel dans la retenue du personnel de la Chambre par Charles VIII le 3 août 1492 (ALA B 51 f° 1).

450Cf. notice 382.

451483. François Le Saux

452Cf. notice 386.

453484. Michel Le Bigot

454À partir de 1508 après la résignation de François Le Saux. Cf. notice 438.

455485. Guillaume Loysel l’Aîné

456Il succéda probablement à Pierre Mahé dans cette charge mais sans que l’on sache précisément à quelle date. Il la conserva jusqu’à son accession à la maîtrise des comptes en 1519.

457Cf. notice 438.

458486. Jean Parajau

459On ne sait à quelle date précise il fut pourvu de cet office. Il le conserva jusqu’à sa résignation en faveur de Jacques Hubert en septembre 1524. Cf. notice 11.

460487. Guillaume de Lespinay

461Les incertitudes sont les mêmes que pour le précédent quant au début de son entrée en charge et comme Parajau, il résigna son office en faveur de l’un de ses proches, Jean de La Rivière, en 1524.

462Cf. notice 405.

463488. Jacques Hubert

464Il fut greffier de 1524 jusqu’à son décès survenu avant juin 1545.

465Cf. notice 406.

466489. Jean de La Rivière

467Il exerça cette charge de 1524 jusqu’à son décès survenu avant juin 1553.

468Cf. notice 407.

469490. Julien Dortel

470En 1545-1546.

471Cf. notice 419.

472491. Jean de Carheil

473Après la résignation du précédent.

474Cf. notice 421.

475492. François Durant

476Après le décès de Jean de La Rivière.

Huissiers de la Chambre des comptes

Huissiers de la Chambre des comptes

477493. Geoffroy Deline

478Il était en charge depuis 1467 et fut confirmé par Charles VIII et par Anne de Bretagne. Il ne figurait plus à la Chambre en 1514.

479Pour l’ensemble de sa carrière, cf. J. Kerhervé, Cat., t. III, notice 13, p. 796.

480494. Pierre Rolland

481Anne lui fit don de l’office d’huissier le 22 novembre 1509 suite à une résignation (non précisée mais il peut s’agir de celle de Geoffroy Deline), ALA B 18 f° 213. Il n’était plus membre de la Chambre en 1515.

482On ne sait s’il y avait des liens entre lui et Alain Rolland qui fut receveur ordinaire de Conq, Fouesnant et Rosporden.

483495. Charles Jouhan

484Il figure avec ce titre dans la confirmation du personnel de la Chambre par François Ier en janvier 1515 (ALA B 132 f° 330-331). Le 8 avril 1526, il résigna son office en faveur de Bernard de Saint-Do (ALA B 52 f° 105).

485Le 17 juillet 1526, il obtint de la Chambre que lui soient payés ses gages d’huissier, à raison de 60 l. par an pour trois années finies en décembre 1525 (ALA B 568 f° 43).

486Pour l’ensemble de sa carrière, cf. notice 322.

487496. Jacques de Callac

488Il est mentionné comme huissier dans la confirmation du personnel de la Chambre par François Ier en janvier 1515.

489497. Pierre de Callac

490Pierre est signalé titulaire de cet office le 15 décembre 1522 (ALA B 27 f° 262). Il est possible qu’il ait pris la suite de Jacques dont il avait été le commis puis le successeur à la recette des fouages de Dol. Il resta en charge jusqu’au 26 mai 1525, date à laquelle il fit une résignation en faveur de Jean Aubin (ALA B 568).

491Pour l’ensemble de leur carrière, pour Jacques voir notice 313, pour Pierre voir notice 314.

492498. Bernard de Saint-Do

493Il bénéficia de la résignation de Charles Jouhan (cf. supra) et il resta en charge jusqu’au 18 juin 1551, date à laquelle il résigna son office en faveur de Jean Le Vavasseur (ALA B 53 f° 145).

494Pas d’autres charges connues. Le 9 janvier 1538, il obtint un mandement d’abrévation à Saint-Renan contre Brient de Saint-Do, son frère, en demande de droit naturel, ce qui tendrait à faire penser qu’il était originaire de cette localité (ALA B 38 f° 7).

495499. Jean Aubin

496Il bénéficia de la résignation de Pierre de Callac (cf. supra) et il resta en charge jusqu’au 28 juillet 1551, date à laquelle il résigna son office en faveur de Me Ponce Goujon (ALA B 53 f° 146).

497Il était un proche de la famille Callac auquel il servait occasionnellement de procureur : ainsi le 7 février 1536 parlait-il à la Chambre au nom de Guyon de Callac, lui-même curateur d’Olivier, fils de Jacques de Callac (ALA B 571 f° 51-52).

498De façon générale, son absentéisme, les libertés prises dans l’exercice de son office lui valurent tout au long de sa carrière de nombreuses sanctions. Le 13 mars 1530, il fut condamné à aller passer dix jours au Bouffay de Nantes pour avoir été absent au début des travaux de la Chambre (ALA B 568 f° 121). Le 12 mai 1548, il fut, pour la même raison, remplacé pendant le temps de l’ouverture par Jacques Bernard (ALA B 576 f° 121). Le 18 décembre 1549, enfin, il se vit infliger 60 s. d’amende pour n’avoir pas fait les ajournements qui lui avaient été commandés et pour avoir pris fait et cause pour certains receveurs ou leurs héritiers que la Chambre poursuivait (ALA B 572 f° 313).

499Il habitait à Malestroit et il obtenait le 13 avril 1544 l’autorisation de la Chambre de s’y rendre « pour aller jusques à sa maison pour la raison des gens de guerre qui passent par ledit lieu de Malestroit » (ALA B 575 f° 110).

Payeurs de la Chambre des comptes

Payeurs de la Chambre des comptes

500500. Tanguy de La Gaubertière

501Il fut institué payeur des gens des comptes par Charles VIII lors de la retenue du personnel de la Chambre le 3 août 1492 (ALA B 51 f° 1) et il résigna sa charge le 2 mai 1494 (ALA B 51 f° 11). Il faisait aussi la perception des restes dus par les comptables (B.N. fr. 8310 f° 176).

  • 26 Dans le compte de Barraud, il est gratifié de 200 l. « pour partie de plus grant somme en faveur e (...)

502Il fait partie de ce contingent d’officiers arrivés en Bretagne à l’occasion des guerres d’indépendance. Au cours de celles-ci, il fut trésorier de l’artillerie royale (J. Kerhervé, op. cit., t. I, p. 369). Il occupait aussi la charge de secrétaire du roi, charge qu’il continua à exercer après la prise de contrôle du duché par les armées françaises. Dans le compte d’Olivier Barraud pour 1495-1496, il était ainsi gratifié de 300 l. pour avoir dressé les expéditions nécessaires pour la réformation de la justice en Bretagne et pour la réduction du nombre de notaires (B.N. fr. 8 310 f° 222). Outre son office de payeur des gens des comptes, il reçut, à une date indéterminée, celui de contrôleur des mortes-payes, charge qu’il résigna en faveur de Pierre Le Royer le 22 juillet 1497 (ALA B 51 f° 34). Il prit part à la campagne d’Italie26 et cela explique sans doute qu’il ait abandonné sa charge de payeur des gens des comptes en 1494. On ne trouve plus mention de lui en Bretagne après 1498.

503501. Nicolas Duval

504Il fut institué commis au paiement « des gages et ordonnances des gens des comptes » le 2 mai 1494 après la résignation de Tanguy de La Gaubertière. Dans l’acte de nomination, Charles VIII précise que l’office lui a été donné « pour la bonne et entiere confiance » qu’il avait en lui « et de ses sens suffisance, loyauté et bonne diligence... et en faveur d’aucuns noz principaux serviteurs ses parens et amys et des bons, continuelz, agreables services qu’il a faitz et fait chacun jour soubz leur charge et autrement en maintes manieres » (ALA B 51 f° 11). Il fut confirmé par Anne de Bretagne en 1498 et par François Ier en janvier 1515. Mais, tout en restant titulaire de l’office, il semble bien qu’il l’ait donné en commission à Philibert Tissart et Guillaume Loysel à partir de janvier 1512, c’est du moins ce que l’on peut déduire des poursuites engagées en 1548 contre les héritiers de ces deux derniers (ALA B 576 f° 65, mention du 13 avril 1548, il était demandé aux héritiers de Loysel et Tissait d’apurer 3 982 l. 6 s. déportées au compte rendu par Étienne Jallier pour le temps de sept années commencées en janvier 1512). On ne sait jusqu’à quelle date précise il est resté en charge.

505Il avait pour commis Etienne Jallier. Celui-ci eut peut-être plus spécifiquement la responsabilité de la perception des restes, charge qu’il exerça aussi pour Tissart et Loysel.

506Il était d’origine tourangelle ; sa carrière commença en Bretagne en janvier 1493 par la prise en charge de la recette ordinaire de Concarneau, Fouesnant et Rosporden dont il resta responsable jusqu’au 30 avril 1502, avec une interruption (mais elle est peut-être due aux lacunes de la documentation) de juillet 1498 à avril 1501 (ALA B 4295 f° 307). Parallèlement, il assurait le paiement des 50 mortes-payes de la place de Concarneau et le financement des fortifications et réparations de la même place ainsi que celle de Brest (B.N. fr. f° 122). En 1503, il fut également commis à la perception des décimes en Bretagne (ALA B 14 f° 144, mention du 8 novembre). Sa réussite lui permit d’acquérir un office de secrétaire et greffier en chancellerie de Bretagne (mention le 4 février 1517, ALA B 23 f° 165). C’est à ce titre probablement – et sans doute aussi en tant qu’ancien responsable à recevoir les restes des comptables – qu’il reçut commission le 20 juillet 1520 avec Jean Briçonnet, vice-chancelier et Me Gilles Berthelot pour faire compter les receveurs des décimes, jubilés et croisades levés en Bretagne (ALA B 25 f° 121).

507Le mouvement de poursuites déclenché à partir des années 1520 entraîna sa mise en cause ; il dut conclure un compte du paiement du personnel de la Chambre en mai 1525, sans que toutefois son dossier fût clos. En 1532, il était porté plusieurs fois défaillant (notamment le 19 février et le 5 mars, ALA B 569 f° 151 et 155) et après son décès, survenu avant le 5 mars 1537, les gens des comptes s’en prirent à sa veuve, Catherine Bernard et à sa fille Marie. En octobre 1540, Florimond Le Charron, receveur des restes, mit en vente la maison qu’il possédait à Nantes, provoquant l’opposition de Christophe Lescouble et le report de la criée (ALA B 574 f° 33). C’est peut-être ces difficultés qui entraînèrent une reprise des poursuites contre sa veuve et sa fille. On leur demandait le 19 décembre 1540 d’apurer 679 l. 18 s. 6 d. déportés à son compte de la recette de Concarneau conclu en janvier 1509 et d’apurer 2 926 l. 1 s. 2 d. monnaie déportés au troisième compte du paiement du personnel de la Chambre conclu en mai 1525 (ALA B 574 f° 95). Face à ces demandes, sa fille comparut à la Chambre, le 10 mai 1541, et obtint un nouveau délai pour chercher ses papiers (ALA B 574 f° 106). Sa mère, quant à elle, renonçait aux biens de son mari (ALA B 574 f° 107). La fin des poursuites n’est pas connue.

508Parallèlement à ces procédures publiques, sa famille fut victime de plaintes d’héritiers de membres de la Chambre pour non paiement de gages. C’est le cas notamment de Jean de Plédran, exécuteur du testament de Guillaume Guéguen, ancien président des comptes, qui obtint, le 22 octobre 1538, qu’à défaut de montrer une quittance de 1 218 l. 6 s., les ayants droit de Duval soient condamnés à lui payer cette somme (ALA B 573 f° 143-144).

509Il demeurait à Tours où il trafiquait sur le sel. De 1504 à 1507, il conclut une série de marchés avec des voituriers pour transporter du sel de Nantes à Selle-Sur-Cher, Montrichard, Amboise et Blois (Foussedouaire, t. V, f° 174, t. VI, f° 36, t. VIII, f° 14, 15, 16, 19, 23, 66, cité par B. Chevalier, op. cit., note 7, p. 430). On trouve son nom associé à Jacques de Beaune : suite à la vente des biens de ce dernier, Duval était en procès le 4 novembre 1528 avec un certain Sébastien de La Grange pour une somme de 1 804 l. 4 d. qui était due à l’ancien général des finances (O.R.F., t. V, p. 194).

  • 27 Il est frappant de noter que presque tous les actes qui font mention de bénéfices accordés à Briço (...)

510Il avait épousé Catherine Bernard (celle-ci avait reçu 4 500 l. à l’occasion de ce mariage, B. Chevalier, op. cit., note 109, p. 505). De ce mariage, naquit au moins une fille prénommée Marie qui épousa Jean de Beaucouche, secrétaire et maître d’hôtel de Jean Briçonnet, vice-chancelier de Bretagne27, charges qui lui valurent d’obtenir à son tour un office de secrétaire à la chancellerie de Bretagne ainsi que l’office de procureur de Touffou (mention du 26 septembre 1520, ALA B 25 f° 158).

511Dans Lapeyre et Scheurer, Nicolas Du Val, greffier à la chancellerie de Bretagne en 1531, est présenté comme le fils de Denis Du Val, notaire et secrétaire royal, et de Louise Becdelièvre (L. et S., op. cit., t. II, pl. XLII). On ne sait, par ailleurs, quels liens de parenté il y avait entre lui et Nicolas Duval, institué conseiller au Parlement de Bretagne en 1563 (Saulnier, op. cit., p. 313-314).

512502. Étienne Tissart

  • 28 Année qui marque la fin du compte de Jallier. Le 14 décembre 1529, il était condamné à payer les g (...)

513Sa date d’entrée en charge n’est pas connue avec précision mais on peut supposer qu’elle se situe entre 151728 et le 18 décembre 1520, date à laquelle lui est délivré un exécutoire comme receveur et payeur des gages « des estatz gens des comptes » et de receveur « des restatz des comptables » (ALA B 25 f° 215). Il résigna cet office en juin 1537 en faveur de Jean Avril et il expliquait cet acte en disant qu’» il ne peult à présent icelui exercer à cause de la longue distance de sa demeure » (ALA B 571 f° 303-304). Il ne semble pas avoir eu la tâche de faire la perception des restes, charge qui fut confiée, tout au long des années 1520 et 1530, à d’autres receveurs.

  • 29 L’acte par lequel Harrouys recevait commission a été conservé : il a été passé le 13 décembre 1529 (...)

514Il eut pour commis Antoine Dessefort de 1520 à 1528 puis Guillaume Harrouys de 1529 à 1532 et enfin Julien Bertho du 1er janvier 1533 à juin 1537 (ALA B 573 f° 80)29.

515Avant de s’occuper du paiement des gens des comptes, Étienne Tissart fut vraisemblablement trésorier de la marine du Ponant.

  • 30 Le 8 février 1531, Olivier Harrouys refusa de prendre des lettres que voulait lui communiquer la C (...)

516Sa carrière de payeur des gens des comptes fut mouvementée, essentiellement à partir du déclenchement des poursuites dans les années 1525-1530. Le 12 novembre 1529, il comparut à la Chambre et jura de ne pas quitter Nantes sans avoir conclu tous ses comptes sous peine de 10 000 l. d’amende (ALA B 569 f° 3). L’incapacité à régulariser sa comptabilité le conduisit parallèlement à tenter de résigner son office : en 1531, il promit ainsi de le céder à Noël Hays. Malgré l’accord des gens des comptes, celui-ci ne parvint pas à entrer en possession de la charge, faute d’un arrangement complet avec Tissart et en l’absence aussi d’une approbation des autorités royales (mention du 14 décembre 1531, ALA B 568 f° 182). Tissart essaya de s’entendre, dans le même temps, avec Noël Barbillon mais sans plus de succès, l’opération n’ayant pas eu cette fois l’aval de la Chambre (ALA B 568 f° 183)30.

517On retrouve ensuite sa trace en 1533 : le 28 janvier, il était signalé défaillant pour compter de trois années finies le dernier jour de décembre 1531 et pour apurer les déports de son compte conclu en décembre 1529, déports s’élevant à 220 l. (ALA B 570 f° 9) ; le 26 mars, il jura l’arrêt à Nantes jusqu’à avoir payé les gages dus aux gens des comptes mais il fut élargi le lendemain en s’engageant à présenter « homme solvable pour lui » (ALA B 570 f° 28). Un an plus tard, le 28 avril 1534, il était encore signalé absent (ALA B 570 f° 86). C’est ce qui conduisit sans doute le procureur, Alain de La Bouéxière, à écrire, vers 1536-1537, une lettre au chancelier de France dans laquelle il lui demandait de s’opposer à la résignation que tentait alors de faire Tissart de son office pour ce qu’» il est comptable au roy en grosses sommes et que n’a aultres biens que ledit office où le roy puisse estre payé » et parce que « ledit Tissart se tient caché tellement que l’on ne l’a peu trouver pour le contraindre à tenir compte et entre autres choses de la somme de 19 000 l. dont s’est trouvé un recepissé entre les lettres du feu tresorier Lespinay » (A.N. J 967 43). La nomination de Jean Avril en 1537 semble avoir mis fin à ces problèmes et on ne trouve plus mention d’Etienne Tissart dans les années suivantes.

518On ne sait s’il y avait des liens de parenté entre lui et Philibert Tissart. Mais le fait qu’il lui ait succédé au paiement des gens des comptes, le fait aussi que son arrivée dans le duché suive de peu l’accession de Philibert au généralat plaident en faveur de ces liens de parenté.

519503. Jean Avril

520Il fut nommé par la Chambre le 5 juin 1537 suite à la résignation de Tissart et avec l’accord du roi (ALA B 571 f° 303-304). Le 23 octobre 1537, la Chambre différa toutefois la prestation de son serment et exigea, avant d’y procéder, qu’il obtienne l’autorisation de son père et qu’il fournisse la liste de ses cautions. Cela était fait le 5 novembre : Alain Avril et Noël Hays se portaient garants pour lui, Hays devenant également son commis (ALA B 571 f° 364).

521Le 10 mai 1541, il résigna son office à survivance en faveur de son frère Simon (ALA B 574 f° 107) mais celui-ci n’en bénéficia pas puisque Jean renouvela cet acte, en faveur cette fois de son propre fils, le 11 avril 1548 (ALA B 576 f° 61).

522Pour l’ensemble de sa carrière, voir notice 359.

LES COMMIS À RECEVOIR LES RESTES

Commis à recevoir les restes

Commis à recevoir les restes

523504. Étienne Jallier

524Il exerça cette charge sous la responsabilité de Nicolas Duval et vraisemblablement jusqu’en 1517.

525Cf. notice 347.

526505. Antoine Dessefort

527Il était mentionné comme tel le 10 novembre 1520 (ALA B 25 f° 183).

528Cf. notice 410.

529506. Charles Luillier

530On ne sait à quelle date précise il fut commis à recevoir les restes mais il est vraisemblable qu’il fut associé à la commission instituée le 17 août 1524 – elle était composée de Guillaume Luillier, maître des requêtes de l’hôtel du roi et conseiller en parlement de Bretagne, Marc le Groing, gentilhomme de la Chambre et Pierre de Broons, vice-amiral de Bretagne – pour rechercher toutes les sommes dues au roi en Bretagne et pour faire rendre compte au trésorier Lespinay (ALA B 12 838 f° 33, notice 221). Il est en tout cas nommément cité dans la commission qui prit le relais de la précédente et qui fut créée le 11 novembre 1524 – composée du vicomte de la Mothe-au-Groing, de Jean Briçonnet, vice-chancelier, de Guillaume Barthélémy, contrôleur général, du vice-amiral de Bretagne Pierre de Bidoux, de Jean Le Vaillant, bailli de Dunois et conseiller au grand conseil – pour obliger Guillaume de Lespinay, l’héritier du trésorier, à rendre compte. L’étendue de ses pouvoirs fut précisée dans un mandement de Louise de Savoie du 13 avril 1525 : il avait commission de recevoir les restes dus par les comptables depuis l’avènement de François Ier et du temps de ses prédécesseurs (ALA B 116 f° 52). Il recevait en outre la gestion des biens du trésorier Lespinay puisque, par lettres patentes datées du 18 février 1525, le roi ordonna de mettre entre ses mains les possessions du trésorier sans qu’il lui fût nécessaire de fournir une caution (ALA B 568). On ne sait pas à quel moment précis sa commission prit fin.

531Pas d’autres activités financières connues en Bretagne.

  • 31 Il mourut avant le 28 avril 1534, ALA B 570 f° 86.

532Dès le 12 juin 1526, la Chambre reçut l’ordre du roi de procéder à l’examen de ses comptes (ALA B 568). Cela le conduisit à présenter un compte le 8 décembre 1527 (ALA B 570 f° 9) mais il n’avait toujours pas procédé à sa conclusion le 5 novembre 1529, date à laquelle il fut déclaré défaillant. Les sommes dont il devait justifier l’utilisation étaient estimées à 100 000 L (ALA B 569 f° 8). On lui demandait en outre de rendre compte de la gestion des biens de Lespinay dont il avait eu la charge. Il choisit Antoine Symonain comme procureur dans les années suivantes sans que son dossier connût une avancée significative de son vivant31. Le 28 juin 1537, la saisie fut mise sur ses biens, ce qui amena sa veuve à conclure son compte avant le 31 octobre 1539, date à laquelle il ne lui était plus demandé que d’apurer les déports. La clôture définitive du dossier n’intervint cependant que sept années plus tard, le 8 décembre 1546, et fut marquée par la levée de la saisie mise sur ses biens suite au paiement, par ses héritiers, de la somme de 1 077 l. 12 s. 4 d. dont il était resté redevable (ALA B 575 f° 226).

533Il avait épousé Jeanne Doucet qui se remaria, après son décès, avec Etienne/Jean Clavier (ALA B 571 f° 271). Il avait au moins deux filles prénommées Anne et Françoise – épouse de Claude Marchant, maître des comptes à Blois (ALA B 575 f° 226).

534Nous n’avons pas réussi à établir les liens de parenté qui existaient entre lui et l’importante famille des Luillier qui produisit plusieurs notaires et secrétaires royaux dont Eustache, trésorier et receveur de Carcassonne, maître à la Chambre des comptes et en charge de plusieurs commissions financières jusqu’à sa mort en 1524 (L. et S. op. cit., t. I, notice 439).

535Il possédait la seigneurie de Coupegorge et résidait à Paris (mention du 20 juin 1531, ALA B 569 f° 120).

536507. Pierre Cosnoal

537Il assura la perception des restes dans le cadre de la commission Le Rouge.

538Cf. notice 445.

539508. Noël Barbillon

540Il fut chargé de recevoir les restes alors qu’il était commis à la trésorerie générale (11 mars 1532, la Chambre lui donnait ordre de percevoir les restes des receveurs dont les comptes avaient été conclus pendant l’ouverture, ALA B 568 f° 187). Le 11 octobre 1535, il bénéficia encore de deux exécutoires en tant que commis à recevoir les restes (ALA B 37 f° 158).

541509. Julien Bertho

542Il fut institué commis à recevoir les restes sur proposition de la Chambre des comptes qui écrivit une lettre en sa faveur au chancelier le 24 avril 1534 (ALA B 570 f° 84-85). Son serment fut pris le 26 juin 1534 (ALA B 570 f° 104). Il resta en charge jusqu’au 7 juin 1539 (ALA B 573 f° 280).

543Il exerça d’autres charges financières : il fut receveur de Loyaux du 1er mai 1531 au 30 avril 1536 (ALA B 4295) et commis d’Etienne Tissart au paiement des gens des comptes de janvier 1533 à juin 1537 (ALA B 573 f° 80). Le 16 février 1530, il bénéficia d’un exécutoire en tant que fermier du devoir de billot dans l’évêché de Tréguier sur ses sous-fermiers (ALA B 30). Il possédait par ailleurs l’office de sous-garde de la forêt de Touffou (ALA B 573 f° 277-278).

544Pour éviter de rendre compte de cette charge, il prit la fuite au mois de juin 1539, ce qui contraignit la Chambre à ordonner, le 26 juin 1539, la saisie de ses biens et de ses offices ainsi que ceux de sa caution, Guillaume Cherrier, secrétaire à la chancellerie de Bretagne (ALA B 573 f° 277-278). Dès le 19 novembre 1539, les gens des comptes rendirent leur sentence contre lui en son absence et celle de Guillaume Cherrier : sa dette était estimée à 12 785 l. 16 s. 7 d. En cas de non-paiement de cette somme à Florimond Le Charron, receveur des restes, il fut décidé de vendre ses biens et dans l’immédiat, ordre fut donné de l’incarcérer ainsi que Cherrier et de mettre la saisie sur les créances qu’il pouvait posséder (ALA B 574 f° 41-43).

  • 32 Mention le 12 mai 1540 que l’ordre de vente est renouvelé, en mettant à part toutefois les biens a (...)

545Du fait de sa fuite, ce sont sa veuve, Simone Jarnys, et Guillaume Cherrier qui durent faire face aux poursuites. Incapables de présenter les garants et acquits demandés, ils ne purent empêcher la promulgation d’un ordre de mise en vente de ses biens en 154032. La vente effective fut retardée pendant plus de trois années du fait des opposants à sa mise en œuvre et ce n’est que le 17 décembre 1543 (ALA B 575) que la Chambre rendit sa sentence définitive contre eux, permettant la mise aux enchères des propriétés de Bertho. Celles-ci furent acquises par Me Julien Le Jeune (mention le 10 mai 1544, ALA B 575 f° 41). Parallèlement, Guillaume Cherrier perdit aussi la plupart de ses biens. Le 14 avril 1543, il offrit de les céder (avec son office) au roi à la condition « qu’on le laisse vivre librement sans detempcion de sa personne, à ce que puisse par son service et travail acquerir de nouveau quelques biens pour se nourir et entretenir » promettant « s’il trouve moyen de parvenir à quelque ample fortune, de payer et d’acquiter ce qu’il pourra en rabatant sur le debit dudit Bertho » (ALA B 573 f° 21). Les gens des comptes le renvoyèrent devant le roi pour obtenir une lettre de grâce nécessaire et ordonnèrent, le 10 décembre 1543, à Antoine Bretin, payeur des gens du conseil, de verser ses gages de secrétaire à Florimond Le Charron (ALA B 575 f° 22). Un délai de six mois lui fut cependant donné, le 12 décembre 1543, à sa demande, pour rechercher tous ceux qui devaient de l’argent à Bertho et faire payer ces créances au roi (ALA B 575 f° 24°). On ne trouve pas, par la suite, mention de la vente des biens de Cherrier ni de lettre de grâce du roi délivrée en sa faveur.

546Julien Bertho était fils de Guillaume B. Il possédait des terres dans les paroisses de Rezé et de Sainte-Lumine. Le rentier de Nantes de 1537 révèle qu’il possédait une maison près de la rue de la poissonnerie dans la paroisse Sainte-Croix à Nantes (ALA B 1893 f° 37-38).

Notes

1 Le 25 août 1514, ce dernier signait d’ailleurs un acte, par lequel Jamet Capeau lui constituait 50 s. de rente, en présence et dans la maison de Jean Coué à Nantes – B.N. CAR 382.

2 Ce que pourrait confirmer l’autorisation de s’absenter qu’il obtint, le 19 avril 1542, pour s’occuper de ses « expreix affaires au pays bas » (ALA B 574 f° 199).

3 Potier affirme que François Bertho, auditeur des comptes, était s’ de la Guitonnière.

4 Celle-ci était la fille d’Antoine Dessefort, cf. notice n° 410.

5 Il demandait vers 1500 à ce qu’on lui verse 187 l. 18 s. 1 d. lui restant dus par la déduction de son compte, ALA E 209/26.

6 En 1526, la veuve d’Olivier de Lanvaux menait une action en justice contre son propre fils afin d’avoir paiement de son droit de douaire – ALA B 30 f° 76.

7 Jean de Laval, sr de Châteaubriant, s’opposa dans un premier temps à ce mariage qui avait été conclu sans son consentement alors que la seigneurie de Monceaux – dont Jean du Chaffault était propriétaire – dépendait de lui ; il donna son approbation après que le trésorier Jean de Lespinay lui eut payé 10 300 l. à titre d’amende féodale, somme remise à Guillaume Loysel, s’ de la Touraudaie.

8 À ce titre, il bénéficia, le 8 juin 1523, d’un exécutoire de 2 000 l. sur le receveur des fouages de Saint-Malo, Gilles Carré – ALA B 28 f° 100).

9 Le 15 octobre 1538, il communiqua à la Chambre des comptes de Bretagne une copie de ses premier et troisième comptes de l’argenterie conclus à Paris en avril 1526, par lesquels il apparaissait qu’il avait pris charge des sommes de 8 000 l. et de 15 000 l. qui lui avaient été versées par Jean de Lespinay – ALA B 573 f° 127.

10 Une lettre du 29 mars 1538, où il informe le chancelier des difficultés de sa tâche, a été conservée – A.N. J 967 110.

11 Il avait été chargé de différentes commissions par Claude – notamment pour des travaux au château de Blois – et après sa mort, il fut commis à recevoir les revenus de son patrimoine. Son fils François lui succéda à la recette du comté de Blois – mention du 26 novembre 1531, C.A.F.. t. II, 4317, p. 95.

12 Charge qu’il tenait de son oncle, Jacques Hurault de Chiverny.

13 Il avait épousé en 1529 Françoise Phéfypeaulx, fille de Raymond, dit Le Picart, sr de La Brosse, et de Jeanne Prevost, ce qui l’apparentait à la famille de François Phélypeaulx, maître des comptes, cf. notice n° 449.

14 Près d’un an plus tard, le 17 juin 1531, les mêmes commissaires se voyaient encore adresser un mandement leur demandant de prolonger de six mois l’entérinement de sa grâce – ALA B 33.

15 Le 9 janvier 1551, il présenta ainsi à la Chambre des lettres de Montmorency, l’autorisant durant l’ouverture, à aller à Châteaubriant et Villocher pour s’occuper de ses bois et de ses forêts – ALA B 577 f° 109.

16 Il recevait des gages de 900 l. (deuxième compte de Jacques de Beaune du 1er octobre 1492 au 30 septembre 1493, A.N. KK 85) ; dans le compte du même, pour la période allant du 1er janvier 1492 au 30 septembre 1492, il percevait 600 l. à titre de conseiller et de vichancelier – A.N. KK 83.

17 Son accession à cet évêché est clairement spécifiée dans les accords conclus entre Anne et Louis XII en 1499, Dom Morice, Pr., t. III, 817-818.

18 Il succéda dans ces charges à Maurice de Quenec’hquivillic, ALA B 568 f° 181.

19 Les gages de L. Des Déserts étaient de 360 l., ceux de Cosson de 120 l. et ceux de la Pommeraie de 300 l. – C.A.F., t. VII, p. 700, 28458.

20 Guy XVI avait épousé la sœur du connétable.

21 Ce qui l’apparenterait peut-être à l’importante famille rennaise des Bourgneuf et expliquerait en partie sa carrière.

22 Il est mentionné comme tel dans un acte du 26 novembre 1524, ALA B 51 f° 267 et le resta peut-être jusqu’à sa promotion à la seconde présidence de la Chambre puisqu’un acte du 9 décembre 1526 mentionne qu’Antoine Petremol est pourvu de l’office de notaire et secrétaire – de la Chambre des comptes de Bretagne ? – après la promotion de Commacre a la seconde présidence, C.A.F., t. V, 18879, p. 809.

23 Sa date d’accession à cet office est inconnue, on sait seulement qu’il l’occupait le 22 octobre 1535 et encore le 4 avril 1539, C.A.F., t. III, p. 762. Dans un état de l’hôtel des enfants royaux établi pour la période allant du 1er janvier 1527 au 31 décembre 1539, il est gratifié de 700 l. de gages, « y compris ce qu’il avoit en l’estat de feue madame », B.N. fr. Nouv. acq. 9175 f° 497.

24 Le 22 octobre 1538, il demandait encore paiement d’une partie des gages de G. Guéguen, en tant que président des comptes, à Jean Beaucouche, héritier de Nicolas Duval, payeur des gens des comptes (ALA B 573 f° 143-144).

25 Jacques de Beaune obtenait le 24 août 1510 que l’affaire fût portée devant le Parlement de Bretagne « obstant l’occupation des gens du conseil et mesmes que la pluspart des diceulx gens du conseil sont suspectz entre parties », ALA B 19 f° 169.

26 Dans le compte de Barraud, il est gratifié de 200 l. « pour partie de plus grant somme en faveur et rescompence de plusieurs bons et agreables services qu’il a faitz au roi au voyaige d’Italye et à son retour », B.N. fr. 8310 f° 222.

27 Il est frappant de noter que presque tous les actes qui font mention de bénéfices accordés à Briçonnet en Bretagne dans les registres de chancellerie sont signés par Duval.

28 Année qui marque la fin du compte de Jallier. Le 14 décembre 1529, il était condamné à payer les gages d’Olivier de Lanvaux du 1er janvier au 18 avril 1519, ALA B 568 f° 115.

29 L’acte par lequel Harrouys recevait commission a été conservé : il a été passé le 13 décembre 1529 et stipulait qu’il fasse la recette des gages des gens des comptes pendant trois années – commencées le 1er janvier 1529 – pour un salaire annuel de 60 l. Dans un acte complémentaire, Harrouys précisait qu’il n’avait de comptes à rendre qu’à Tissart et qu’il ne devait donc pas comparaître pour cette charge à la Chambre – ALA B 12 838, f° 471.

30 Le 8 février 1531, Olivier Harrouys refusa de prendre des lettres que voulait lui communiquer la Chambre afin que son fils les remette à Etienne Tissart, ALA B 568.

31 Il mourut avant le 28 avril 1534, ALA B 570 f° 86.

32 Mention le 12 mai 1540 que l’ordre de vente est renouvelé, en mettant à part toutefois les biens acquis par le couple avant que Bertho ait eu des charges financières ainsi que 300 l. pour le droit de douaire de son épouse, ALA B 573 f° 417.

Table des illustrations

Titre Clercs et secrétaires de la Chambre des comptes
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2137/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 415k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2137/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 474k
Titre Les maîtres de la Chambre des comptes
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2137/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 451k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2137/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre Premiers présidents de la Chambre des comptes
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2137/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 217k
Titre Seconds présidents de la Chambre des comptes
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2137/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 218k
Titre Gardes des livres de la Chambre des comptes
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2137/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 142k
Titre Procureurs de la Chambre des comptes
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2137/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Titre Greffiers de la Chambre des comptes
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2137/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 243k
Titre Huissiers de la Chambre des comptes
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2137/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
Titre Payeurs de la Chambre des comptes
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2137/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Titre Commis à recevoir les restes
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2137/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 150k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540