Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Finances et politique en Bretagne

 | 
Dominique Le Page

Catalogue prosographique

Les receveurs ordinaires des domaines ducaux

Texte intégral

BAILLIE DE BROERECH OU DE VANNES

DOMAINE DE VANNES

Receveurs ordinaires de Vannes

Receveurs ordinaires de Vannes

163. Alain de Kerneret / Kernerec

2Voir notice 375.

364. Pierre de Kerneret / Kernerec

4On ne lui connaît pas d’autres activités financières.

5Il figure parmi les officiers poursuivis dans les années 1530. Ses biens et ceux de sa fille, Jacquette de Kernerec, furent saisis le 28 février 1531 pour refus de comparaître à la Chambre (ALA B 569 f° 75). Le receveur des restes, Noël Barbillon, engagea dès 1531 une partie de ses biens – dont un lieu nommé le « Couleau » – à un nommé Jacques Benoît pour la somme de 500 l. (ALA B 573 f° 72). Sa maison, située à Vannes, fut acquise par Pierre Lorneloux contre la promesse de payer au roi le reste dû par P. de Kernerec (ALA B 574 f° 55). Cela ne mit pas fin aux poursuites contre ses héritiers et, malgré les menaces d’amendes – 100 l. le 18 avril 1532 (ALA B 569 f° 168) – sa veuve, Vincente Guillemoto, et sa fille étaient toujours défaillantes le 28 janvier 1533 pour conclure son compte présenté le 3 juin 1519 par leur procureur, Yvon de Trenegat, mari de Jacquette (ALA B 570 f° 65).

6Le 18 mai 1538, Vincente Guillemoto présenta le compte de son mari pour la période 1502-1504. Cela n’empêcha pas la mise en vente de tous ses biens. Un compromis semble cependant avoir été trouvé quand P. Lorneloux, comme il s’y était engagé en 1531, accepta de régler l’apurement de ses comptes en étant subrogé aux biens de P. de Kernerec (ALA B 574 f° 158). Les gens des comptes exigèrent de lui qu’il payât la somme de 1 000 l. au receveur des restes, Julien Bertho, « pour partie des debtes de feu Kernerec » et qu’il jurât l’arrêt à Nantes jusqu’à la clôture du dossier. La pression de la Chambre fut bénéfique puisque le 18 novembre 1542 l’apurement des différents comptes fut conclu (ALA B 4295 f° 171).

7Il décéda avant le 25 juin 1506 (ALA B 16 f° 65).

865. Jean Pineau dit Kerjean

9Son petit-fils, Claude Pineau, présenta le 30 juin 1551 l’apurement de son compte pour ses trois années d’exercice à Vannes ; il restait redevable de 445 l. 5 s. oboles monnaie, 11 tonneaux 3/4 de tonneau froment, 3 chiens à oiseau, 3 gictz à oiseau et 48 l. 5 s. 6 d. monnaie lui furent mis en déports. Dix années plus tard, le dossier n’avait pas avancé. Le 13 juin 1561, la saisie fut mise sur ses biens (ALA B 582 f° 100), ce qui l’amena à payer une partie de sa dette. Le 27 avril 1566, seuls les déports restaient à régler (ALA B 121 f° 49-53).

10Voir notices 376 et 201.

1166. Jean Loquemeran

12Pas d’autres activités financières connues.

13Les deux premiers comptes de Jean Loquemeran furent conclus en respectant le délai de deux ans imparti aux receveurs ordinaires mais le troisième compte, achevé le 11 avril 1514, ne fut conclu que le 15 décembre 1536 par Jean Pineau. Ce dernier devait encore apurer en 1539 481 l. 18 s. déportés à ce compte (ALA B 573 f° 354).

1467. Jean Dubot

15Des personnages du même nom étaient receveurs de Hennebont, de Ploërmel, de Quimper dans les années 1440 (J. Kerhervé, Cat., t. III, p. 828). On ne sait quels liens ils avaient avec notre receveur qui n’a guère laissé de traces dans les archives.

1668. Olivier de Kermeno

17Il fit aussi la recette des deniers accordés par les nobles pour le paiement de la rançon des fils de François Ier (ALA B 4295 f° 173).

18Il fut procureur du précédent (ALA B 569, mention du 6 mars 1531).

1969. Hugues des Barres

20Il est mentionné d’abord comme commis d’Olivier de Kermeno (ALA B 4295 f° 173) auquel il dut succéder comme receveur après sa mort.

21Il s’inscrit dans la catégorie des receveurs que les gens des comptes durent harceler pour les contraindre à régulariser leur situation. Ainsi, le 3 octobre 1537, était-il défaillant « pour compter depuis son institution et pour aparoir l’obligation de ses pieges » (ALA B 571 f° 44). Le 26 novembre 1537 (ALA B 573 f° 11), son procureur Antoine Symonain, présenta son premier compte qui fut conclu le 15 décembre de la même année. Un scénario équivalent se reproduisit pour son second compte mais l’ampleur des sanctions s’accrut : le 16 mai 1539 (ALA B 573 f° 124), il jura l’arrêt à Nantes – il bénéficie toutefois d’un élargissement contre la promesse de se présenter à Nantes le 20 juin suivant. Le 9 octobre 1539 (ALA B573 f° 312), la prise fut décrétée sur lui du fait de son défaut à l’ajournement. À sa mort, survenue au début de l’année 1540, sa veuve, Perrine de Rémulgol, renonça à sa succession (ALA B 574 f° 124), ce qui ne l’empêcha pas d’être encore poursuivie pour tenir compte du temporel de l’abbaye de Rhuys dont son mari avait fait la recette après la mort de Jean de la Motte (ALA B 575 f° 125) ni de continuer à comparaître à la Chambre où elle présenta l’apurement du dernier compte de son mari le 28 novembre 1541 (ALA B 4295 f° 173).

2270. Saturnin Mahé

23Il présenta le 18 juin 1541 à la Chambre son mandement d’institution à la recette de Vannes délivré à Fontainebleau le 30 novembre 1540 après la mort de Hugues des Barres (ALA B 574 f° 140).

24Il fut également receveur de Rhuys de juin 1549 à juin 1550 (ALA B 4295 f° 214) et chargé de la levée de l’emprunt dans la juridiction de Vannes en 1542 (ALA B 574 f° 159).

25Ses pièges et cautions étaient Laurent Mahé, Léon Juhel et Pierre Maupertuis, receveur d’Auray et Quiberon (ALA B 574 f° 159).

26Il était marié à Perrine Maupertuis (ALA B 579 f° 163), héritière de Pierre Maupertuis. Voir notice 78.

DOMAINE D’AURAY ET QUIBERON

27Ce domaine fut presque constamment aliéné à la fin du xve siècle et dans la première moitié du xvie malgré les efforts faits par la Chambre pour en préserver la possession au roi. Le 2 janvier 1506, Anne en fit don sa vie durant à Jacques Guibé, capitaine de Rennes et des gentilhommes de sa maison (ALA B 51 f° 56) « en remuneration... de plusieurs grans mises, pertes et dommages qu’il a eu portées » au service de François II. La Chambre n’entérina ce don que pour 800 l., à prendre des mains du receveur ordinaire.

28Sous François Ier, ce domaine fut donné, le 13 avril 1520, à Bertrand Le Voyer, sr de la Court, conseiller et maître d’hôtel ordinaire pour le récompenser des services rendus à Anne et Louis XII en tant que capitaine de Brest et pour le dédommager des dépenses qu’il avait faites dans cette charge (ALA B 51 f° 228-229). Une lettre de jussion fut nécessaire le 31 janvier 1521 (ALA B 51 f° 233) pour que la Chambre entérinât le don dans sa forme première et acceptât que B. Voyer pût prendre le revenu sur présentation de ses simples quittances et non après inscription à l’état général des finances « en ensuyvant le bon plaisir du roi et apres luy avoir consulté ladite matiere et à la royne et duchesse notre souveraine dame » (ALA B 51 f° 233). L’édit d’Argilly, révoquant les aliénations du domaine, ne paraît pas avoir remis en cause cette donation. Le 24 avril 1523, après le décès de B. Le Voyer, ce domaine fut attribué à Gillette du Guiny, damoiselle d’honneur de Claude « pour qu’elle puisse tenir son etat et bien se marier » (ALA B 51 f° 277). Là encore une lettre de jussion fut indispensable, signée cette fois de Louise de Savoie le 16 janvier 1525 (ALA B 51 f° 278), pour que la Chambre donnât officiellement son consentement – elle ne le fit que le 10 juillet 1526. Dans la réalité, elle maintint son obstruction n’autorisant que le versement de 400 l. par an et pour cinq ans seulement.

29Les gens des comptes firent encore preuve de mauvaise volonté après que le roi eut transféré la donation à Antoine de Brigneux, écuyer ordinaire (et marié entre-temps à Gillette du Guiny), le 23 novembre 1528 : il fallut trois lettres de jussion pour qu’ils acceptassent le 8 mai 1531 (ALA B 51 f° 401-404). Satisfaction de courte durée puisque le 23 juin 1533, Auray et Quiberon furent attribués à Anne de Vernon, épouse du sr de Bron, pour les services qu’elle avait rendus à Louise de Savoie et aux filles de François Ier avec charge pour elle de verser chaque année 400 l. à Gillette du Guiny (ALA B 52 f° 69-70). Malgré la confirmation de cette somme le 4 novembre 1534 (ALA B 52 f° 76), le roi abandonna, le 21 janvier 1535, la totalité du revenu de ce domaine à Anne de Vernon en assignant les 400 l. à Gillette du Guiny sur les revenus de Bretagne « ou ailleurs ainsi que verrons à propos » (ALA B 52 f° 90).

30Anne de Vernon conserva ensuite le bénéfice de cette seigneurie jusqu’à la fin du règne de François Ier (confirmation pour six ans le 18 juin 1539, ALA B 52 f° 182-183).

Receveurs ordinaires d’Auray et Quiberon

Receveurs ordinaires d’Auray et Quiberon

3171. Geffroy Lestrillart / Estrillart

32Voir J. Kerhervé, Cat., t. 1, p. 136, notice 18.

3372. Henry Le Lyon et Jean Le Roux

34Pas d’autres activités financières connues.

3573. Yvonnet de la Barre

36Il résigna son office de receveur d’Auray et Quiberon en faveur de Jean du Bodern (l’acte de don en faveur de ce dernier fut enregistré à la chancellerie de Bretagne le 20 octobre 1518, ALA B 24 f° 215), qui, en plus d’un associé, devait être un membre par alliance de sa famille puisque, après un premier mariage avec Perrine Bourdon, Yvonnet de la Barre se remaria avec une dénommée Jeanne du Bodern.

37Il fut également fermier des brefs de Bretagne hors le comté de Nantes avec Yvonnet du Bollan du 1er octobre 1494 au 30 septembre 1497, fermier des havres de l’évêché de Cornouaille du 1er octobre 1497 au 1er octobre 1500 (ALA B 4296 f° 507) et de 1503 à 1506 avec Jean du Boterff (Bodern) et Louis Le Mezec (ALA B 573 f° 84).

38Il décéda avant 1520, sans qu’il eût présenté son dernier compte pour la période allant du 15 avril 1517 au 4 octobre 1518. À partir de 1529, les poursuites furent menées activement contre ses héritiers, à savoir sa veuve Jeanne du Bodern (qui s’était remariée avec François Thomelin) et Olive de la Barre, sa fille. La saisie fut apposée une première fois sur ses biens en décembre 1529 et renouvelée le 24 mars 1531, après le refus du sénéchal de Vannes de la mettre à exécution (ALA B 569 f° 95). La gestion des biens fut confiée à Olivier de Kermeno, receveur de Vannes.

39Le 9 novembre 1535, ils étaient encore poursuivis pour non-paiement de 1 187 l. 5 d. 6e de denier monnaie... au receveur des restes, Julien Bertho, pour un compte présenté le 10 mars 1522 et conclu le 5 juillet 1535 (ALA B 570 f° 152). Le premier décembre de la même année, sa veuve et sa fille obtinrent le droit de vendre une partie des biens saisis pour paiement de ce reste (ALA B 570 f° 164). Cette demande ne constitua qu’un moyen pour gagner du temps car le 28 janvier 1536 elles n’avaient toujours payé que 25 l. 14 s. 8 d. sur la somme due (ALA B 570 f° 191). La vente des héritages de Y. de la Barre fut décrétée avant le 26 mai 1536 suite à un mandement de la chancellerie de Bretagne et de la Chambre des comptes, le receveur des restes étant chargé de la mettre à exécution « sans qu’il fust besoin faire prisaige ne gauleage » des propriétés concernées.

40Les opérations de vente se heurtèrent à deux obstacles principaux. Le premier est signalé par le procureur de la Chambre dès le 26 mai 1536 : il fut constitué par des proches du receveur qui s’opposèrent physiquement aux enchères « en donnans menasses par parolles rigoreuses disans a ceulx qui les voulloint prendre et meptre à pris : « si vous les prenez vous ne serez james » sans proceix, je vous menerai tellement que n’en joyrez james et plusieurs autres menasses, empeschans ladite baillee jurans et blasphemans le nom de dieu, et voullans contraindre les achapteurs desdits heritaiges à s’en aller... à raison de quoy ont este lesdits biens et heritaiges baillez à moindre pris qu’ilz ne valloint de 4 à 500 L » (ALA B 570 f° 90 et 91).

41Le deuxième obstacle fut créé par les opposants déclarés aux ventes des biens. Trois furent cités à comparaître à la Chambre le 27 mai 1536 : il s’agit de Jean Pineau (voir notice 97), de Françoise du Mas et de Jeanne Bourdon dont le procureur, Guillaume Byno fut formellement accusé de s’être également opposé physiquement aux enchères. Seules les raisons de l’opposition de J. Bourdon sont connues avec précision et il est intéressant de les citer car elles donnent de précieuses indications sur la fortune de Y. de la Barre.

  • 1 La fortune de Y. de la Barre était estimée à 6 000 l. à la mort de sa première femme.

42Ce dernier avait constitué en faveur de Marguerite Bourdon, mère de sa première épouse et héritière d’une moitié de ses biens, une rente annuelle de 40 l. sur une série de biens1 situés à Vannes dont « ung parc et piecze de terre estans soubz pré nommé le pré de la garenne estant es methes de la seigneurie de Kerer assez pres du village de Cursac, une piecze de terre soubz labourage située pres et adjacent d’un placitre, auquel est la justice patibulaire du chapitre de Vennes es methes de Poulhoho, une autre piecze lors estans soubz jardin situee pres la rue de la vieille boucherie et la chapelle de la magdelaine, une maison et jardin que tenoit lors Pierre Nicolas paticier et à present Jullienne de la Barilliere, situez sur les douffves et sur un chemin qui conduit de la rue des 3 maries et du marcheix de Vennes au port et havre de Vennes..., une meson située au boulevart de la porte de St Salmon en laquelle demoure Henry de la Vallee coutelier, une meson o ses appartenances située en la rue de la terre de Kerer touchant d’un costé à meson où decebda ledit feu de la Barre et d’autre costé à meson que autrefois fut à feu Raoullin Le Moutonnier, une autre meson o son jardin y adjacent que tient Raoullet Ridejan, apoticaire, située assez pres des chemins des douves et sur ledit chemyn qui conduit de la rue des 3 maries et du marcheix de Vennes au port et havre de Vennes et à la rue de la terre de Kerer » (ALA B 571 f° 112 à 117). La vente des biens de Y. de la Barre risquant d’annuler cette rente, Jeanne Bourdon, elle-même fdle et héritière de Marguerite, s’y opposa. La Chambre engagea une enquête pour connaître la réalité de ses droits et, en attendant le jugement, elle lui interdit de faire procès aux acheteurs des propriétés concernées et arrêta le 30 mai 1536, son procureur, G. Byno, qui avait usé de menaces afin d’empêcher les procédures d’aboutir. Elle fut cependant obligée de le relâcher aussitôt faute de preuves matérielles de cette obstruction (ALA B 571 f° 138 et 139).

43La vente des biens dut avoir lieu comme l’attestent le mandement de la Chambre délivré le 5 mars 1537 en faveur de Pierre Le Mezec, l’un des acheteurs, qui ordonna qu’on le laisse jouir de ce qu’il avait acquis (ALA B 571 f° 351 et 352) et la confirmation de Julien Bertho, receveur des restes, d’avoir eu entier paiement de ce qui était dû par Y. de La Barre. En conséquence de quoi, Jeanne du Bodern sollicita, le 8 octobre 1537, la levée de la saisie apposée sur les biens restants et la restitution par Olivier de Kermeno, receveur de Vannes de ce qu’il avait perçu pendant cette saisie (ALA B 571 f° 351 et 352). Elle se heurta toutefois à un refus des gens des comptes qui exigèrent qu’elle apurât 1 910 l. 13 s. déportés au dernier compte de son mari.

44Douze années plus tard, le 1er juillet 1549, cet apurement n’était toujours pas conclu et la Chambre renouvela sa menace de transformer les déports en « reste cler » malgré la renonciation de Jeanne du Bodern aux biens de son époux (ALA B 576 f° 158 et 159).

45D’autres poursuites furent menées contre les héritiers de Y. de La Barre pour les différentes fermes qu’il avait prises. Le plus grand nombre des personnes en cause – les héritiers des consorts furent également inquiétés par la Chambre – rendit la conclusion des dossiers encore plus longue. En 1567, les héritiers de Y. de La Barre et ceux d’Yvon-net du Bollan demeuraient encore redevables de 1 637 l. 13 s. sur les 2 561 l. 13 s. déjà dus en avril 1518 pour la ferme des brefs de Bretagne de 1494 à 1497 et ce malgré la vente de plusieurs biens appartenant à du Bollan (ALA B 121 f° 49 à 53).

46Yvonnet de la Barre était seigneur de Kergren.

4774. Jean du Bodern

48Il semble avoir fait sa carrière en association avec Y. de La Barre avec lequel il prit plusieurs fermes (voir supra). Rappelons aussi qu’il bénéficia de la résignation de ce même de La Barre pour accéder à la recette d’Auray.

49Il eut un nommé Jean Le Roux comme commis, au moins pour la période allant d’août 1518 à janvier 1519 (ALA B 27 f° 160).

50Il rendit régulièrement ses comptes ; les livres de la Chambre mentionnent rarement son nom. Le 21 avril 1535, il fut cependant défaillant à un ajournement pour apurer les déports de son dernier compte conclu en décembre 1528 (ALA B 571 f° 27), ce qui fut finalement fait le 14 novembre 1537 (ALA B 4295 f° 199).

51Jean du Bodern se signala en novembre 1540, comme opposant aux ventes des biens de Yvonnet du Bollan, fermier des brefs de Bretagne de 1494 à 1497 avec Yvonnet de La Barre (voir supra). Les raisons de son opposition ne sont pas indiquées mais il semblait agir au nom des filles de Y. du Bollan et plus particulièrement de Bertranne dont il tenta de préserver la propriété sur un lieu nommé Penher en prétendant que ce bien lui est advenu par héritage de sa mère, Perrine Bonnyer, et non de son père. C’est probablement aussi par communauté d’intérêt avec les du Bollan qu’il se porta acquéreur de la métairie du Mortier appartenant à Yvonnet et mise en vente, à une date inconnue, par Florimond Le Charron, receveur des restes (ALA B 121 f° 53).

52Il était sr de Luhamen/Ruhamen (ALA B 12 838 f° 454). Un Jean du Bodern, sr du Vauguet, bénéficia d’une sauvegarde adressée aux juges de Vannes le 9 octobre 1538 (ALA B 38).

53Il présenta Charles Eudo comme piège et caution (ALA B 12 838 f° 454). Ce dernier fut notamment fermier du convoi en 1521 avec Yvon Riou, Charles Jouhan, Jean Le Guriec et Gilles Bellec (ALA 569 f° 95).

5475. Maurice de Kermoro / Louis de Clegueriec

55Ils eurent tous les deux la charge de la recette d’Auray pour une période de trois années trois-quarts commencée le 5 janvier 1528 et finie le 30 septembre 1531 (ALA B 573 f° 234), sans que l’on sache à quel titre. L. de Clegueriec est mentionné comme commis à la recette alors que M. de Kermoro porte le titre de receveur. On ne peut écarter totalement l’hypothèse qu’ils aient pris cette recette à ferme pour Gillette du Guiny et Antoine de Brigneux. À signaler qu’un nommé Hervé Eudo présenta à la Chambre ses lettres de nomination de receveur ordinaire d’Auray et Quiberon datées du 16 avril 1530.

56Maurice de Kermoro et Louis de Clegueriec n’ont pas eu d’autres activités financières.

57Maurice de Kermoro était le fils de Gilles de Kermoro (cf. notice 82). Il décéda avant le 22 avril 1537 : à cette date, sa veuve, remariée à un certain Guy de Villiers, et son frère François furent ajournés à la Chambre avec Louis de Clegueriec pour compter de cette recette (ALA B 573 f° 234).

5876. Raoul de Quehern

59Il fut titulaire de l’office de receveur d’Auray et exerça donc sa charge au profit d’Antoine de Brigneux puis d’Anne du Vernon, femme du sr de Bron (ALA B 52 f° 69 et 70). La fin de son activité en tant que receveur d’Auray fut peut-être une conséquence du don, le 21 janvier 1535, de la totalité du revenu de la recette à la même Anne du Vernon qui bénéficia en outre du droit de nommer le receveur ordinaire (ALA B 52 f° 90). Le 12 novembre 1535, Pierre Maupertuis présenta à la Chambre l’acte de résignation de R. de Quehern de cet office, acte fait en sa faveur (ALA B 570 f° 154 et 155).

60Son remplacement fut sans doute hâté par son peu de zèle à rendre compte. Le 9 décembre 1535, la Chambre décréta son arrestation du fait de son refus de régulariser sa situation (ALA B 570 f° 170). Cette première sanction l’amena à conclure son premier compte en février 1536. Trois années plus tard, le 12 juin 1539, il n’avait toujours pas apuré les déports de ce compte : en conséquence, la Chambre renouvela l’ordre de l’arrêter et demanda la saisie de ses biens. La gestion de ces derniers fut confiée à Pierre Maupertuis, alors commis à la recette d’Auray. Sanction là encore apparemment efficace puisque le 5 avril 1540, Raoul de Quehern obtint de la Chambre un délai de quelques jours en soulignant que « son livre d’appurement est à grossayer » (ALA B 573 f° 384). Il n’est plus mentionné par la suite dans les livres de la Chambre.

61Raoul de Quehern avait présenté son père, lui aussi prénommé Raoul, sr de Pontoren et Jean Mezec, sieur de Portellec, comme pièges le 3 avril 1533 (ALA B 12 838 f° 457).

6277. Jean Henry dit Marc

63Il est mentionné par Béchameil de Nointel ; on peut se demander toutefois s’il fut effectivement receveur d’Auray (son temps d’exercice correspond en partie à celui de Pierre Maupertuis – voir ci-après) et s’il n’eut pas simplement commission des juges de cette juridiction pour recevoir des deniers pour les réparations à faire dans ce domaine. C’est à ce titre en tout cas qu’il fut poursuivi par la Chambre le 16 juillet 1538 : il lui fut demandé de compter pour une période allant du 5 avril 1536 au 13 juillet de la même année (ALA B 573 f° 105 et 106). Il peut également avoir été commis de Pierre Maupertuis dont le premier compte commence à la Noël 1535 (ALA B 4295 f° 200).

64Pas d’autres activités financières connues.

6578. Pierre Maupertuis

66Son institution marque un retour à la stabilité : il conserva cette recette pendant vingt-quatre années jusqu’à la Noël 1559 (ALA B 4295 f° 199 à 200). Il bénéficia de la résignation de Raoul de Quehern et il cumula, à partir de la saint Nicolas d’hiver 1538, la recette d’Auray avec celle de Muzillac (ALA B 4295 f° 187). Son accession à cette dernière charge fut facilitée par le fait que cette part du domaine avait été également accordée à Anne du Vernon (ALA B 573 f° 147).

67Il exerça d’autres charges financières, essentiellement dans la région vannetaise. Il fut notamment sous-fermier de l’impôt et billot dans les 12 paroisses de Vannes en 1527 (ALA B 31 f° 141), 1530 (ALA B 32), 1536 (ALA B 37 f° 168) et il prit une sous-ferme identique à Muzillac en 1530 et 1531 (ALA B 32). Il fut également commis à recevoir l’emprunt de 1542 (ALA B 575 f° 22).

68Le 9 novembre 1535, il présenta Laurent « Pehen », sr de Guern et de Preauleau comme piège (ALA B 4295 f° 483).

  • 2 A. Bullioud, lors de son inspection de 1537, ne visita pas la recette d’Auray « à cause que du rev (...)

69Il rendit ses comptes de la recette d’Auray et de Muzillac avec régularité2. On ne trouve de poursuite à son encontre qu’à cause des deniers de l’emprunt de 1542 pour lesquels il eut quelques difficultés à régulariser sa situation, ce qui lui valut en juillet 1550 un court séjour au Bouffay de Nantes (ALA B 570 f° 225). Le 11 juillet 1550, dernière date à laquelle nous trouvons mention de lui, il fut élargi sur son arrêt après avoir promis de comparaître à l’ouverture suivante pour « fermer l’appurement de ses parties passées en deport » (ALA B 576 f° 228). Ses héritiers, à savoir Perrine Maupertuis, épouse de Saturnin Mahé (cf. notice 70) et Jean de Maupertuis étaient encore assignés à comparaître à la Chambre le 22 juin 1555 (ALA B 579 f° 163).

DOMAINE DE HENNEBONT ET NOSTANG

Receveurs ordinaires de Hennebont et Nostang

Receveurs ordinaires de Hennebont et Nostang

7079. Henri Juzel

71Pour sa carrière, voir J. Kerhervé, Cat., t. I, notice 25, p. 157.

7280. Jean Mezec

73Pas d’autres activités financières connues.

7481. Henri Coznoual/Cosnoal

75Il mena une carrière financière assez importante puisqu’il fut tour à tour fermier des sècheries de Cornouaille avec Pierre Timoy – probablement d’octobre 1494 à octobre 1497 (ALA B 14 f° 97), fermier du convoi (mention le 28 octobre 1505, ALA B 15 f° 99) et fermier des havres de Vannes du 1er octobre 1500 au 30 septembre 1503 avec Gilles de Kermoro et Gilles Bellec (ALA B 14 f° 97).

76En 1504 il présenta une requête aux États afin d’obtenir un rabais pour la ferme des havres de Vannes à cause des guerres contre l’Espagne qui empêchèrent les navires bretons de prendre la mer en juillet 1501, décembre 1502 et en 1503 (ALA E 128/16).

77Il décéda avant 1518 (ALA B 24 f° 70). Il est possible qu’il ait eu un fils portant le même prénom que lui, mêlé également aux fermes de Bretagne et notamment à la ferme des havres de Vannes, Cornouaille, Léon et Tréguier pour laquelle il bénéficie de deux exécutoires le 9 novembre 1521 (ALA B 26 f° 190).

78On a peu de détails sur les poursuites engagées contre lui mais le 15 octobre 1538 sa veuve et son fils Charles étaient déclarés défaillants à la Chambre. Le 8 octobre 1544, la liste des opposants à la vente de ses biens fut publiée (ALA B 575 f° 72) : y figuraient Jean de Boutier, François Beaujouan et de François Cosnoal, fils de Pierre Cosnoal (pour ce dernier, voir notice 445).

7982. Gilles de Kermoro

80Mise à part la ferme des havres prise avec Henri Cosnoal (voir supra), on ne lui connaît qu’une autre activité financière : la modeste sous-ferme du devoir d’impôt pour la ville de Hennebont et ses faubourgs prise en 1510 (ALA B 18 f° 212).

81Même s’il semble avoir régulièrement rendu ses comptes, ses héritiers – ses fils François et Maurice (pour ce dernier, voir notice 75) sa fille Blanche mariée avec Gilles Brizoual – furent poursuivis à la Chambre à partir de 1535. On leur demandait d’affiner les comptes présentés et d’apurer les déports. Le 13 mai 1536, F. de Kermoro fut condamné à payer 13 l. 10 s. monnaie, sur ce que son père pouvait devoir, à Bernard de Saint-Do, huissier de la Chambre, pour les dépenses faites afin d’ajourner les receveurs à Nantes (ALA B 571 f° 76). Après la présentation d’un premier apurement de ses comptes le 14 octobre 1538, ses biens furent mis en vente sans que l’on sache avec certitude si elle fut effectivement mise à exécution car Jean du Bodern et son fils François s’y opposèrent le 6 octobre 1539, ce dernier s’engageant à payer les deniers dus au receveur des restes (ALA B 573 f° 207). Le 10 juin 1541, ses héritiers étaient pourtant toujours redevables de 288 l. 18 s. 3 d. déportés au compte conclu en décembre 1538 (ALA B 574 f° 124), solde probablement réglé par la présentation de l’apurement de ce cinquième compte par Gilles Brizoual le 15 juin 1542 (ALA B 4295 f° 230).

82Il avait été marié avec Marguerite Cosnoal qui était héritière de Henri Cosnoal (mention le 19 décembre 1529, ALA B 569 f° 22).

8383. Georges des Fontaines

84Il fut également fermier des brefs de Bretagne du 1er octobre 1530 au 30 septembre 1533 (ALA B 569), fermier des impôts de Vannes en 1520 avec Jean Bellec (ALA B 570 f° 176) et chargé de recevoir les deniers pour la rançon des fils de François Ier dans la même juridiction (ALA B 573 f° 335).

85Il décéda avant le 2 mai 1538 et l’on peut supposer que, de cette date au 31 août 1539, la recette fut en fait exercée par son gendre Guillaume Bellec (qui avait épousé sa fille Marie) qui parvint à prendre ensuite officiellement sa succession.

86À sa mort, ses biens furent saisis et les poursuites furent menées contre Guillaume Bellec qui, le 10 juin 1541, se voyait encore réclamer l’apurement de 1 862 l. 17 s. 8 d. déportés au compte des impôts de Vannes de l’année 1520 (ALA B 574 f° 125). Par la suite, le sort des deux hommes se confond à la Chambre.

8784. Guillaume Bellec

88Gendre du précédent. Pas d’autres activités financières connues.

89Plusieurs receveurs portent ce nom de famille au début du xvie siècle, ainsi Jean B., fermier de la traite des blés en 1511 (ALA B 20) ou encore Gilles Bellec à la carrière nettement plus étoffée puisqu’il fut successivement fermier des sècheries de Cornouaille de 1512 à 1515, fermier des ports et havres de Cornouaille en 1516 avec Jean Beaujouan (ALA B 22 f° 219), fermier du billot de Vannes en 1517 avec Gilles Beaujouan (ALA B 23 f° 136), fermier du billot des évêchés de Cornouaille et Saint Malo avec Henri Bobillé et Jean Tregouet le jeune en 1521 (ALA B 25 f° 201). On trouve également Jacques Bellec fermier du devoir d’impôt et billot dans l’évêché de Vannes avec Jean Pineau en 1506 (ALA B 15 f° 99). On ne peut cependant déterminer avec précision le lien existant entre eux, les uns agissant plus particulièrement dans le secteur vannetais – comme Jean, domicilié à Hennebont ou Jacques fermier du devoir de billot dans cette même ville en 1510 (ALA B 19 f° 26) –, les autres en Cornouaille – c’est le cas de Gilles (mais celui-ci fut associé, comme on l’a vu, avec les Beaujouan qui étaient également une famille de Hennebont).

90Guillaume Bellec eut, en ce qui concerne la reddition de ses comptes, le comportement de l’officier moyen qui, sans se soustraire systématiquement aux poursuites, cherche à gagner du temps. Il envoya ainsi son procureur, Jean de Plumaugat, présenter son compte le 9 décembre 1540 en en rendant la conclusion impossible car il ne communiqua pas les garants et acquits indispensables aux vérifications ; cela conduisit les gens des comptes à décider « que veu les defauts precedents le compte sera conclu en l’estat » (ALA B 574 f° 82). Le 20 juin 1542, son deuxième compte fut clos (ALA B 4295 P 231) ; toutefois, le 1er juin 1545, il fut constitué prisonnier au Bouffay avant d’être élargi dans la ville de Nantes à la condition expresse de rendre son troisième compte le plus rapidement possible (ALA B 575 f° 143).

91Après sa mort, survenue vers mai 1548, ses héritiers, sa veuve, Marie des Fontaines (qui, s’étant remariée avec un certain Jean Steaulec, renonça à ses biens pour échapper aux poursuites), Louis Bellec, garde de ses enfants, François Cosnoal (voir notice 445) furent convoqués tour à tour à Nantes. Le dernier nommé devait encore, le 23 avril 1550, compter de la recette de Hennebont du 1er septembre 1546 jusqu’à la mort de Bellec et apurer 1 195 l. 16 s. 11 d. monnaie déportés à son dernier compte conclu en mai 1547 (ALA B 576 f° 184).

92Il présenta Jean Bellec, Louis Bellec et Henri Le Panec comme cautions le 1er juin 1527 (ALA B 12 838 f° 482).

9385. Prigent Lemoyne

94Pas d’autres activités financières connues.

DOMAINE DE MUZILLAC

95La seigneurie de l’Isle fut donnée aux moines de Prières comme l’atteste le bilan des aliénations du domaine fait par la Chambre des comptes aux environs de 1502 (ALA E 128/17). L’évolution de cette seigneurie est mal connue pour les années suivantes. Quant au domaine de Muzillac, il ne semble avoir été aliéné que tardivement au profit d’Anne de Vernon ; encore est-il difficile de savoir la date précise de cette aliénation, le seul indice dont nous disposons étant fourni par le titre de receveur ordinaire d’Auray et Muzillac que portait Pierre Maupertuis en 1541 (ALA B 574 f° 147). Le profit tiré de ce domaine était de toute façon modeste : il était estimé à 50 l. en 1535 où il était dit « que la plupart est alliené et ce qui en reste à peine peult suffire de payer les charges ordinaires » (B.N. fr 22 330 f° 643-700).

Receveurs ordinaires de Muzillac

Receveurs ordinaires de Muzillac

9686. Olivier Bouilt

97Leonne du Ressez, tutrice de ses enfants, présenta son compte qui fut conclu à la Chambre le 21 février 1495 (ALA B 4295 f° 187).

9887. Jacques Du Besne

99Il n’est pas mentionné par Béchameil de Nointel et seule une notation du 12 juin 1539 dans les livres de la Chambre des comptes précise qu’il fut receveur de Muzillac « auparavant feu Jean Le Bot » (ALA B 573 f° 261).

100Pas d’autres activités financières connues.

10188. Jean du Bot

102Pas d’autres activités financières connues.

103Olive Guyasson, la veuve de son fils prénommé lui-aussi Jean, fut poursuivie le 12 juin 1533 pour compter de la recette de Muzillac de 1510 jusqu’au 1er juin 1517 (ALA B 573 f° 260).

10489. Jean Delestic/Delester

105Il fut commis à cette recette le 1er juin 1517 (ALA B 573 f° 260) mais on ne sait pas exactement jusqu’à quelle date il la conserva.

106Pas d’autres activités financières connues.

107Le 5 novembre 1529, il était défaillant pour rendre compte de 2 000 l., estimation de ce qu’il avait perçu pendant plus de dix ans (ALA B 569 f° 4). Les poursuites furent maintenues contre lui et son procureur, Jean Aubin, tout au long des années 1530 ; elles eurent pour résultat de l’amener à conclure ses comptes (l’un d’entre eux fut clos le 11 mai 1538). Le 10 juin 1541, il devait encore apurer 138 l. 1 s. 8 d. (ALA B 574 f° 126).

10890. Julien de La Houlle

109Il n’est pas mentionné par Béchameil de Nointel et c’est grâce aux poursuites menées contre son frère Yvon de La Houlle que l’on peut savoir qu’il fut receveur de Muzillac avant Jean de Kerar (ALA B575 f°216). La date de son entrée en charge est impossible à déterminer du fait des incertitudes sur le temps d’exercice de Jean Delester ; quant à la fin de son activité, on peut raisonnablement supposer qu’elle se situe vers juin 1534, mois auquel commence le compte de son successeur Jean de Kerar qui fut commis à cette recette après sa suspension. Sa carrière semble s’être terminée tragiquement : son frère déclara, le 17 mai 1546, qu’il s’était noyé, sans préciser toutefois s’il s’agit d’un accident ou d’un acte volontaire (ALA B 575 f° 216).

110En 1546 son frère et héritier se voyait demander de rendre compte de la recette, tâche à laquelle il se soumit sans empressement, prétextant qu’il ne pouvait recouvrer les acquits indispensables dont les uns avaient disparu lors de la noyade de son frère tandis que les autres avaient brûlé lors de l’incendie de la maison du greffier qui les avait en garde (ALA B 575 f° 216).

111Le dossier progressa par la suite : le 8 avril 1551, on ne demandait plus à Yves de La Houlle – héritier de Julien qui est noté à tort comme « receveur de Brest et de Saint-Renan » – que d’apurer de 56 l. 16 s. 6 d. monnaie déportées à un apurement conclu en 1547 (ALA B 577 f° 57).

11291. Jean de Kerar

113Il fut commis après la suspension du précédent.

114On ne lui connaît pas d’autres activités financières.

115Il n’exerça probablement cette recette que le temps d’un seul compte du 24 juin 1534 au 23 juin 1538, compte qui n’était toujours pas présenté le 13 avril 1545 (ALA B 575 f° 109). Du fait de ce retard, la prise fut ordonnée sur sa personne ce même jour : il comparut, près d’un mois plus tard, le 11 mai 1545 (ALA B 575 f° 109). Détenu prisonnier au Bouffay, il demanda, le 5 novembre 1545, « à etre elargi entre les mains de l’un des huissiers ou des sergents pour qu’il puisse faire ses diligences », ce qui lui fut refusé tant qu’il n’aurait pas présenté son compte. Ce refus eut des effets bénéfiques puisque, après avoir obtempéré à la demande de la Chambre, J. de Kerar obtint un élargissement dès le 9 novembre 1545 en promettant de se représenter dans un délai de quinze jours sous peine de 300 l. d’amende et en baillant un nommé Jean Gautier, domicilié à Nantes comme piège et caution (ALA B 575 f° 174).

116Jean de Kerar mourut avant le 13 avril 1548, date à laquelle sa veuve était défaillante à la Chambre pour apurer 138 l. 5 d. déportés à son compte conclu le 14 décembre 1545 (ALA B 576 f° 64). Après avoir refusé à nouveau de comparaître le 10 mai 1549 (ALA B 576 f° 119), elle renonça aux biens de son mari, provoquant leur saisie le 3 juin 1549 (ALA B 576 f° 139). Sans qu’on en ait la preuve formelle, on peut supposer que ces biens, dont la gestion fut confiée à Pierre Maupertuis, furent effectivement vendus puisque tous les autres héritiers de Kerar renoncèrent à sa succession le 13 juin 1549 (ALA B 576 f° 142).

117Il avait épousé Olive Guyasson, veuve de Jean du Bot, fils du précédent receveur du même nom (ALA B 573 f° 354).

11892. Pierre Maupertuis

119Cf. notice 78.

DOMAINE DE RHUYS

120Le domaine de Rhuys fut accordé au prince d’Orange en 1488 avec celui de Touffou. Ce don fut confirmé par Charles VIII, le 28 octobre 1491, pour dix ans sur l’affirmation de Jean de Châlon que François II et Anne lui en avaient fait préalablement cession (Dom Morice, Preuves, t. III, 706-707). Le 18 octobre 1498 puis le 4 juin 1501 (Dom Morice, Pr., t. III, 843-847), Anne de Bretagne entérina les actes précédents, allant même jusqu’à céder la propriété de Rhuys au prince d’Orange de façon héréditaire en se réservant toutefois la possibilité de racheter ce domaine en payant 50 000 écus. Ce faisant, elle se heurta à une double opposition : celle de la Chambre des comptes de Bretagne pour qui le prince d’Orange avait été déjà suffisamment indemnisé – elle envoya deux de ses membres auprès d’elle pour lui exposer ses raisons – ; celle du chancelier Philippe de Montauban (et d’une partie du conseil) qui refusa de sceller l’acte de donation « disant que le prince faisoit demande deraisonnable et qu’il eut mieux valu qu’il n’eust point les sceaux, » ce qui obligea Anne à sceller elle-même l’acte en son absence (B.N. fr 22 342 f° 42-43).

121Malgré la décision d’Anne, la Chambre ne désarma pas dans son opposition à cette donation : dans une ambassade envoyée auprès d’elle aux environs de 1502 (ALA E 128/17), elle décrivit avec force détails la seigneurie de Rhuys et de Suscinio « qui est située à trois lieues de la cité et ville de Vennes, circuye et avironnée de mer, apartenant de chasteau et forteresse, forestz, buissons et parcs où y a habundance de bestes à chasses, grant nombres de beaux et bons estangs, molins, salines, vignes, domaines, abbayes et autres embellissementz à merveilles, de grant emolument et revenu » soulignant « que l’on dit tout notoirement que les princes et ducs de Bretagne ont porté le nom de Vernon qui est l’une des partyes deladite seigneurie et icelle seroit tenue, censée reputée l’une des maisons principales de ceste principaulté et les appellacions deladite sont illec arrestées sans povoir ailleurs ressortir ». Cette insistance des gens des comptes – qui explique peut-être par ailleurs leur surveillance étroite de la gestion des receveurs de cette seigneurie – porta ses fruits puisqu’en 1510, Anne réunit Suscinio et Touffou au domaine (ALA B 51 f° 186).

122Sous François Ier, Rhuys fut accordé au sr de Rieux le 1er décembre 1523 (ALA B 51 f° 287-288). Le 15 juin 1526, du fait de l’opposition de la Chambre, le roi fut obligé de délivrer une lettre de jussion pour qu’il en prît véritablement possession (ALA B 51 f° 288). En 1530, en vertu des traités de Madrid et de Cambrai, Philibert de Chalon demanda à retrouver la propriété de Touffou et Suscinio. Par lettre du 16 juin 1530 (ALA B 51 f° 184-186), François Ier sollicita l’avis de la Chambre et du conseil de Bretagne. Ces derniers, reprenant les éléments d’une enquête faite en 1516, conclurent, le 8 juillet 1530 (ALA B 51 f° 383-398), que l’héritier du prince d’Orange n’avait aucun droit sur ces seigneuries qui, du fait qu’elles avaient déjà été reprises par Anne en 1510, n’appartenaient plus à la maison d’Orange au début de la guerre entre François Ier et Charles Quint. Elles n’avaient donc pas à être comprises dans ces traités. Si les demandes de Philibert de Chalon semblent bien avoir été rejetées, le traité de Cambrai eut tout de même des conséquences pour les domaines de Touffou et de Rhuys dont le sort fut désormais séparé : Touffou fut accordé à Madeleine d’Estrac ; Rhuys, après avoir été réuni au domaine par mandement du 16 octobre 1531 (ALA B 12 838 f° 3) revint, le 30 mai 1532, à Françoise de Foix, dame de Châteaubriant, femme de Jean de Laval, gouverneur et lieutenant général de Bretagne. Après la mort de son épouse, ce dernier se vit confirmer le don le 26 octobre 1537 (ALA B 52 f° 142) puis le 6 décembre 1542 pour une période de cinq années (ALA B 52 f° 242-243).

123Le vaste mouvement d’aliénation du domaine observable sous l’administration du dauphin Henri se vérifie également pour Rhuys qui, après le décès de Jean de Laval, fut cédé, dans un premier temps, à Diane de Poitiers, le 2 juillet 1543, en mémoire des services rendus par son mari (ALA B 52 f° 256-257) puis à Claude de Lorraine, marquis du Maine, et à sa compagne Louise de Brézé, fille de Diane de Poitiers, pour une période de trente années afin que leur mariage pût se faire. Les conditions de la donation étaient particulièrement avantageuses pour les bénéficiaires : les autorités royales ne pouvaient leur racheter la seigneurie du vivant de Henri et elles devaient, une fois ce terme passé, leur verser 30 000 l. en une seule fois pour en retrouver la pleine propriété (ALA B 53 f° 8-9).

Receveurs ordinaires de Rhuys

Receveurs ordinaires de Rhuys

12493. Pierre Francheville

125Il était en charge dès le Tr décembre 1488 (voir J. Kerhervé, Cat., t. I, p. 192 à 194) : il resta receveur jusqu’en décembre 1498 (A. Morbihan, 93 J 743).

126Ses héritiers, Etienne et Jeanne obtinrent un mandement d’Anne daté du 3 août 1512 par lequel la reine leur fit don du reste dû par leur père pour le fouage levé en 1486 dans l’évêché de Vannes en raison des difficultés (rébellion des nobles, dont les Rohan, contre le duc) que connaissait la Bretagne à cette période. La Chambre des comptes entérina ce mandement mais les héritiers devaient toujours apurer 345 l. 12 s. le 11 juillet 1514 (A. du Morbihan, 93 J 6).

127Guillaume, le petit-fils de Pierre, qui était né vers 1522, épousa Jeanne Rocaz en 1552 et devint procureur général à la Chambre des comptes de Bretagne le 11 décembre 1557. Il résigna cette charge en faveur de son fils Jean en 1575 (ALA 13 JJ 6).

12894. Alain de Kernerec

129Il prit la ferme de Rhuys pour trois années avec Guillaume Botrel le 7 mars 1499 suite à un mandement du prince d’Orange en faveur de l’affermage délivré le 29 décembre 1498. La baillée de la ferme fut faite en présence de Jean de Boul, receveur général du prince d’Orange en Bretagne et de Jean Gibon, sr du Grisso. Le 23 mars 1502, Philiberte de Luxembourg, tutrice de Philibert de Châlon confirma Alain de Kernerec mais comme receveur ordinaire (A. du M., 93 J 743). Ce dernier présenta Guillaume Callon, sr de la Ville James – acte du 9 janvier 1506 – et Henri Le Bailli, sr de Sulle-acte du 22 avril 1506 – comme cautions (A. du Morbihan, 93 J 743).

130Pour l’ensemble de sa carrière, cf. notice 375.

13195. Jean Guymar

132Il est mentionné comme commis de Alain de Kernerec (ALA B 575 f° 50). Il exerça toutes les responsabilités liées à cette charge et c’est contre ses héritiers que les poursuites furent menées. Sa femme, Blanche Cosnoal, se remaria après sa mort avec Me Guillaume du Boisdelasalle, domicilié à Sarzeau (ALA B 33 f° 39) ; ils exercèrent quelques temps la recette de Rhuys après le décès de Guymar, décès survenu avant novembre 1516 (ALA B 575 f° 50).

133Pas d’autres activités financières connues.

  • 3 Le 30 octobre 1537, G. du Boisdelasalle était signalé comme détenu au Bouffay et les gens des comp (...)

134Blanche Cosnoal présenta elle-même le compte de Guymar à la Chambre le 24 novembre 1516 mais le 4 décembre 1529 sa conclusion n’était toujours pas faite. A partir de cette date, les poursuites s’intensifièrent contre elle et G. du Boisdelasalle. Suite à leurs différentes « defailles », ordre fut donné d’arrêter ce dernier le 9 mars 1531 ; il fut renouvelé le 9 mars 1534 (ALA B 570 f° 77)3.

135Par la clôture du compte finalement faite le 18 mai 1538 (ALA B 4295 f° 213), Blanche Cosnoal et G. du Boisdelasalle restèrent « debteurs de 5 754 l.11 s. 8 d. monnaie, 18 gros d’or, 6 gros d’argent, 12 paires gants blancs, 6 paires esprons blancs, 6 paires noirs, 6 paires mytaines, 6 esleurs, 32 chappons, 12 poulets, 4 591 poules, 84 pippes de vin et 336 oyseaulx de rivière 3/4 d’oyseau ».

  • 4 Ces biens se composaient d’une maison dite du pressoir avec vigne et jardin, un jardin cerné de mu (...)

136Leur incapacité à régler ces différents montants entraîna la saisie des biens de J. Guymar et de G. du Boisdelasalle le 25 mai 1544 (A. du Morbihan, 93 J 480)4. Pierre du Boisdelasalle, sr de Lanredic/Lanouedic, neveu de Guillaume (dont le décès était survenu au début des années 1540), et Blanche Cosnoal essayèrent de s’opposer aux bannies des propriétés, le premier prétextant que la moitié des biens de G. du Boisdelasalle lui revenait en tant qu’héritier de Jean, frère de Guillaume, et qu’elle ne pouvait donc être saisie. Blanche Cosnoal soutint qu’elle avait renoncé aux biens de son premier mari. Toutes ces allégations ne remirent pas en cause la saisie des biens ni la vente d’une partie d’entre eux : le 19 novembre 1547, une maison appartenant à G. du Boisdelasalle à Sarzeau fut vendue pour 245 l. monnaie à Léon Juzel (ALA B 575 f° 51 et 52). En 1562, une partie de ces biens faisait toujours l’objet d’une saisie : le 16 décembre de cette année là, après le décès de Vincent Mern et de son fils, qui en avaient assuré la garde jusque là, la Chambre ordonna de trouver de nouveaux commissaires pour les remplacer (ALA B 582 f° 270).

137Guillaume du Boisdelasalle et son héritier Pierre ont été fermiers du domaine de Rhuys sous Jean Pineau le jeune (ALA B 34 f° 118).

13896. Jean Pineau

139Voir notice 376.

14097. Jean Pineau le Jeune

141Pas d’autres activités financières connues.

142Fils du précédent. Son cas est difficile à distinguer de celui de son père qui fut tout comme lui receveur de Rhuys et qui connut des poursuites des gens des comptes dans les années 1530.

  • 5 Il est sans nul doute l’officier dont le nom revient le plus souvent dans les registres de chancel (...)

143Il est l’un des officiers dont le dossier à la Chambre est le plus volumineux et dont on peut suivre sur près de vingt ans les démêlés avec les gens des comptes. La richesse de ce cas est due à la mauvaise volonté de Pineau de régulariser sa situation et à son caractère procédurier5. De plus, il exerça lors d’une période d’intensification des contrôles ; enfin les revenus de la recette de Rhuys furent attribués à des personnages importants dont le sr de Rieux de 1523 à 1531 et surtout Françoise de Foix, dame de Châteaubriant, à partir du 30 mai 1532, qui n’acceptaient pas facilement des retards de paiement.

144Dès le 24 décembre 1529, soit deux ans après la fin de son premier compte, la Chambre ordonna la saisie de ses biens, la prise de sa personne et la suspension de son office (ALA B 569 f° 25). Jusqu’au 24 juin 1537, date de sa sortie d’activité, il fut l’objet d’une surveillance permanente. Le 6 mars 1531, malgré son indisposition certifiée par témoins, la saisie et la suspension furent renouvelées, ce qui poussa son procureur, sept jours plus tard, à présenter son compte de huit années et à jurer l’arrêt à Nantes jusqu’à sa conclusion (ÀLA B 569 f° 88). Refusant toujours de comparaître en personne, Pineau vit une nouvelle fois la prise ordonnée sur lui le 4 mars 1532 et la suspension de son office encore prononcée jusque « à avoir rendu son compte et payé le reliqua et ajourné à ceste fin à la prochaine ouverture à comparoir en personne à peine de 500 l. payable au roy, en cas de deffault de y comparoir, et de privacion de son office » (ALA B 569 f° 161). Le 27 juin 1532, la Chambre donna commission à Jean Dubot, Olivier de Kermeno et Jean Delestre pour percevoir les revenus d’Auray et bailler les fermes de la recette (ALA B 568 f° 192). A la menace de privation de son office, J. Pineau répondit en obtenant une maintenue et sauvegarde adressée aux juges de Vannes et Rhuys sur sa charge et sur ses héritages (ALA B 34 f° 80) et en donnant pouvoir à son procureur Symonain de travailler à Nantes à la clôture de son compte (ALA B 569 f° 164).

145Dans le même temps, il engagea une bataille de procédure dirigée tout d’abord contre ceux qui lui devaient de l’argent afin de les obliger à le payer : ainsi, le 12 juin 1532, le conseil de Bretagne adressa aux juges de Vannes un mandement leur ordonnant de contraindre Pierre du Boisdelasalle « à faire payement de ce qu’il luy doit par raison des obligations faites sur ledit du Boisdelasalle touchant les fermes des terres de la seigneurie dudit Reuys » (ALA B 34 f° 118). Le 28 septembre 1532, il bénéficia d’un exécutoire, à caractère plus général, « sur ceulx qui lui doivent par cause de ladite recepte » (ALA B 34 f° 204). Son offensive judiciaire fut également menée contre les gens des comptes dont il contesta les jugements à propos de sa gestion et, le 9 août 1532 (ALA B 34 f° 162), il obtint un relèvement d’appel en Parlement « contre le procureur des comptes de certains reffuz delais et denegations faitz contre lui » (appel renouvelé le 28 mai 1533-ALA B 35 f° 126).

146Cette bataille judiciaire ne l’empêcha pas, le 13 novembre 1532, de solliciter son élargissement de l’arrêt où il était placé et la levée de sa suspension. Il alléguait que les mesures prises contre lui retardaient la rentrée des deniers du roi et promettait d’être présent personnellement à la clôture de son compte (ALA B 568 f° 202). Ces arguments parvinrent à fléchir les membres de la Chambre qui cédèrent à ses demandes mais provoquèrent la colère du procureur (qui n’avait pas été consulté) et qui fit adopter le 12 décembre 1532 une nouvelle mesure de suspension (ALA B 568 f° 213). Mesure qui fut effectivement exécutée puisque Françoise de Châteaubriant obtint le 22 juillet 1533 un mandement du conseil de Bretagne par lequel il fut donné commission à Olivier de Kermeno, receveur de Vannes, de faire la levée des revenus de Rhuys et de lui en verser les deniers pendant le temps de son application (ALA B 35).

147Dans l’intervalle entre ces deux dates, J. Pineau était signalé à Nantes où il fut détenu d’abord au Bouffay puis élargi dans la ville et les faubourgs en février 1533 contre l’engagement à venir chaque jour à la Chambre pour besogner à son compte sous peine de 20 l. payables au roi par chacun « deffault » et en présentant plusieurs cautions dont Me Pierre de Villiers, Olivier de Kermeno, Jean du Boterff et Antoine Symonain (ALA B 570 f° 17). Cette avalanche de sanctions le contraignit à conclure et apurer son premier compte en mai 1533 (ALA B 4295 f° 213) puis à rendre plus régulièrement ses comptes sans qu’il devînt pour autant un officier modèle. Le 9 mars 1534, il fut poursuivi par le procureur de la Chambre qui lui demanda de présenter ses cautions (ALA B 570 f° 77). Le même jour, l’argentier de la dame de Châteaubriant, Jean de Kervouday, lui reprocha de n’avoir versé que 400 l. à sa maîtresse sur le revenu de Rhuys et sur sa réponse « qu’il a employé le reste des deniers tant en reparacions et frais de justice et que ladite dame a fait recepvoir partie des deniers des fermes de ladite seigneurie par ses gens », la Chambre lui ordonna d’aller voir Françoise de Châteaubriant dans un délai de quinze jours (ALA B 570 f° 77). Le 13 mai 1536, il lui fut par ailleurs demandé de préciser quels droits il prélevait lors de la baillée des fermes de sa recette (ALA B 571 f° 75).

148De mai à décembre 1536, on le retrouve encore en arrêt à Nantes ainsi qu’en octobre 1538 où, signe de mansuétude, il bénéficia d’un élargissement jusqu’à l’ouverture suivante (ALA B 573 f° 152). Pour gagner du temps, il joua tantôt sur l’absence de réformation de sa recette où s’étaient accumulés les caditz l’empêchant de verser ce qui lui était demandé, tantôt il s’appuya sur la réalisation de cette même réformation pour montrer qu’elle lui imposait de nouvelles tâches retardant d’autant la reddition de ses comptes (ALA B 573 f° 350, mention du 26 novembre 1539). Cette habileté à se saisir de la moindre difficulté pour échapper au contrôle fit que le 10 juin 1541, il devait encore apurer de 2 633 l. 6 s. 8 d. et 1/3 de denier, 16 tonneaux de froment, 16 tonneaux et demi de seille déportés à son avant-dernier compte conclu le 11 décembre 1538 et d’au moins 1 700 l. déportés à son dernier compte conclu en mai 1540 (ALA B 575 f° 125) même si entre-temps, il dut s’acquitter de quelques dettes comme en témoigne l’exécutoire que Julien Bertho obtint sur lui le 20 novembre 1538 (ALA B 38 f° 180).

149Le 2 mai 1549, ces sommes n’étaient toujours pas apurées ; ce ne sont pourtant pas elles qui retinrent l’attention des gens des comptes dans les années 1540 mais plutôt le problème des successions que J. Pineau avait choisi d’assumer, à savoir celle de J. Loquemeran (voir ci-avant) et surtout celle de son propre père (décédé vraisemblablement au début des années 1540), dont J. Pineau s’était porté héritier sous bénéfice d’inventaire le 23 avril 1544 (ALA B 575 f° 36). C’est à cause de ces héritages qu’il fut soumis une dernière fois à l’arsenal répressif de la Chambre – prise de corps le 5 juin 1546 (ALA B 575 f° 225), arrêt au château de Nantes en juin 1549 (ALA B 576 f° 110). Quand il mourut (fin 1549-début 1550), son fils Claude dut prendre en charge l’héritage judiciaire de la famille (voir notice 376).

15098. Jean Vennier

151On sait seulement qu’il fut commis à cette recette entre J. Pineau et Vincent Chesdane, ce qui laisserait supposer que le premier fut suspendu de son office (ALA B 573 f° 79). Pas d’autres activités financières connues.

15299. Vincent Chesdane

153Le 9 juillet 1539, son père, Jean, fit enregistrer à la Chambre son mandement d’institution à la recette de Rhuys, mandement donné à St Germain-en-Laye le 12 septembre 1538 (ALA B 573 f° 291).

154Pas d’autres activités financières connues.

155Il présenta Jean Chesdane, son père, et Guillaume Rodouer comme cautions (ALA B 12 838 f° 481).

156100. Jean Chesdane

157Père du précédent. Il semble avoir exercé cette recette en association avec son fils ou en tant que commis, les deux hommes rendant séparément compte à la Chambre. On note des chevauchements entre leurs années d’exercice, ainsi le quatrième compte de Jean Chesdane couvre la période allant de la St Jean-Baptiste 1544 à la St Jean Baptiste 1545 alors que le quatrième compte de son fils va de la St Jean-Baptiste 1544 à la St-Jean-Baptiste 1546 (ALA B 4 295 f° 213).

158101. Saturnin Mahé

159Voir notice 70.

BAILLIE DE CORNOUAILLE

DOMAINE DE QUIMPER

Receveurs ordinaires de Quimper

Receveurs ordinaires de Quimper

160102. Guyon Fauchart

161Il faut sans doute lire Guyon Foucart.

162Cf. notice 170.

163103. Jean Calvy/Jean Chauve

164Il prit aussi en charge les recettes de Quimperlé et de Carnoët de 1494 à 1501 (ALA B 4295 f° 265).

165Il était peut-être apparenté à Raoul Calvy, évêque de Quimper et second président à la Chambre des comptes (Cf. notice 466).

166104. Jean Le Baud

167Avec Jean Le Baud, nous nous retrouvons en terrain plus familier même si la généalogie de la famille Le Baud n’est pas facile à reconstituer. J. Kerhervé l’identifie comme le fils de Jean Le Baud qui fut receveur de Quimper de 1467 à 1485 puis fermier de 1488 à 1492. En reprenant la recette de Quimper en 1506, Jean Le Baud le jeune prolongea une tradition familiale bien établie : il conserva cette recette pendant plus de vingt ans.

168Son activité financière ne s’arrêta pas là puisqu’il prit, en association avec son père et son frère Olivier, la ferme des ports et havres de Vannes, Léon, Tréguier, Saint-Brieuc de 1515 à 1518 (ALA B 4297 f° 279) et qu’il se chargea, de 1506 à 1512, de la ferme des sècheries de Cornouaille (ALA B121 f° 16). C’est toujours en collaboration avec son père et son frère Olivier qu’il s’engagea pour Gilles Lesné à faire la recette des impôts et fouages de Cornouaille – probablement à partir de 1518 – à condition de payer chaque année 800 l. à Amboise ainsi que « deux charges de chappons de Cornouaille rendus à Nantes » (ALA B 27 f° 33). On le retrouve également comme commis à la recette de Quimperlé sous Jean Bruneau d’octobre 1525 jusqu’à son décès survenu probablement en novembre 1529.

169Il laissa de nombreux enfants : Jean, Christophe, Morice, Olivier et Alix, les trois derniers nommés étant encore mineurs en 1529. Ses héritiers durent faire face à une succession difficile : le 5 novembre 1529, ils se virent demander de conclure son compte de Quimper de 1523 à 1526 pour une somme de 3 000 l. ainsi que le compte de Quimperlé pour un montant équivalent. L’héritage fut d’abord assumé par Jean puis par Christophe mais les archives de la Chambre des comptes ne donnent pas l’impression que les poursuites aboutirent : en 1541, Christophe Le Baud demeurait toujours redevable de 2 490 l. 1 d. déportés au compte de son père pour la recette de Quimperlé.

170Cf. J. Kerhervé, Cat., t. I, p. 206.

171105. Christophe Le Baud

  • 6 Son serment de receveur ordinaire de Quimper fut reçu par la Chambre le 21 janvier 1530, ALA B 568 (...)

172Fils du précédent. Il prit sa suite à la recette de Quimper6 et il lui succéda probablement aussi comme commis à la recette de Quimperlé (ALA B 570 f° 48). On ne lui connaît pas d’autres activités financières.

  • 7 La Chambre mentionne cette suspension le 9 novembre 1536 mais elle dut prendre effet plus tôt puis (...)

173Il est l’un des officiers qui eut le plus de problèmes avec la Chambre des comptes dans les années 1530 encourant toutes les peines réservées à l’officier mauvais payeur. Poursuivi pour les comptes de son père et les siens, il fut suspendu une première fois de son office en avril 15367 avec interdiction de le mettre en d’autres mains avant d’avoir fait fin en ses comptes (ALA B 571 f° 159). La suspension fut renouvelée le 5 juin 1537 sans que Le Baud perdît totalement le contrôle de la recette de Quimper qui fut donnée à son commis Hervé Cochet de 1537 à 1541. De prise de corps en refus de paiement, C. Le Baud vit la saisie mise sur ses biens le 18 novembre 1542 à la demande de ses deux pièges, René du Menez et Charles Davy qui alléguèrent « qu’il s’est obligé à plusieurs qui touchent à prendre ses biens et qu’il a fait des pertes en marchandies et que le roy ne pourroit trouver de quoy se payer si lesdits biens estoint ainsi dissipez » (ALA B 574 f° 275). Le 23 avril 1544, la Chambre décréta, pour non paiement de 952 l. 5 s. 1 d., la vente de trois maisons, deux lui appartenant en propre et l’autre prise à Charles Davy, son piège (ALA B 575 f° 34). Là encore, il parvint à retarder l’application de cette décision en rendant un compte le 20 juin 1544. La décision de vente fut toutefois renouvelée le 25 juin 1546. Sa mort, survenue avant le 20 avril 1547, offrit à ses héritiers un nouveau délai.

174Les poursuites s’engagèrent alors contre sa veuve, Louise Tanguy, tutrice de sa fille Françoise et contre René du Menez son deuxième piège, à qui la Chambre réclama 472 m. 3 s. 3 d. pour le compte conclu le 4 juillet 1544 (ALA B 575 f° 71). Pour éviter le pire sa veuve produisit un acte de renonciation à ses biens dès le 20 avril 1547 (ALA B 576 f° 22). Cet acte fut contesté, le 1er juillet 1549, par la Chambre sous le prétexte qu’elle avait vécu plus d’un an et un jour en mariage avec lui et qu’elle occupait toujours sa maison (ALA B 576 f° 151). Sans que l’on connaisse l’épilogue exact de cette affaire, on peut dire qu’elle est révélatrice de l’attitude de la Chambre face à un receveur récalcitrant : l’obstination des gens des comptes à mener les poursuites jusqu’à leur terme est contrariée par les difficultés rencontrées, ce qui entraîne la durée interminable des dossiers et l’adoption de solutions de compromis.

175106. Jean Le Baud

176Frère du précédent. Il n’exerça la commission de la recette de Quimper que le temps d’une année.

177On lui connaît peu d’autres activités financières et sa carrière est difficile à distinguer de celle de son père qui portait le même prénom. Il est toutefois vraisemblable que c’est lui qui prit la ferme du devoir d’impôt dans l’évêché de Cornouaille en 1522 avec Charles Jouhan et Henri Bobillé (ALA B 27 f° 2 et f° 207).

178Par son mariage avec Françoise Le Guriec, il était apparenté à une importante famille de fermiers : son beau-père, Jean Le Guriec, avait pris la ferme des ports et havres de Vannes, Cornouaille, Léon et Tréguier de 1518 à 1521 ainsi que la ferme du convoi vers la même période avec Charles Eudo, Jean Tregouet, Yvon Riou, Yvon Rouzault, Alain Olivier et Charles Jouhan (ALA B 569 f° 113) et la ferme des sècheries de Cornouaille, peut-être en association avec Jean Le Cleuziou, de 1524 à 1527 (ALA B 29 f° 164). Après le décès de Jean Le Guriec, Jean Le Baud fut d’ailleurs poursuivi, à titre d’héritier, pour conclure le compte du convoi. Il fut un temps emprisonné à Nantes en mars 1531 (ALA B 569 f° 84).

179107. Hervé Cochet

180Il n’est connu que comme commis de Christophe Le Baud qu’il dut assister de 1530 à 1536 et de 1541 à 1543 et qu’il dut suppléer de 1537 à 1541. Il lui servit également à l’occasion de procureur : c’est lui qui présenta l’apurement de son deuxième compte à la Chambre le 25 juin 1539 (ALA B 4295 f° 280).

181Un nommé Pierre Cochet, dont on ne connaît pas les liens avec Hervé, est mentionné comme fermier du devoir de billot en l’évêché de Cornouaille en 1531 (ALA B 33 f° 8).

182108. Yves Le Baud

183Il confirme la mainmise de la famille Le Baud sur la recette de Quimper pendant plus d’un demi-siècle. Ses liens familiaux avec les précédents sont certains mais difficiles à préciser. Il fut tour à tour tuteur des enfants de Jean Le Baud (ALA B 571 f° 321 et 322) et d’Olivier, frère du précédent (ALA B 571 f° 277). Il serait donc peut-être le frère de ces deux mêmes Jean et Christophe.

184Il mena une carrière financière notable puisque, avant de se charger de la recette de Quimper, il prit, de 1531 à 1543, celle de Conq, Fouesnant et Rosporden (ALA B 4295 f° 309). On le retrouve aussi comme commis à recevoir les deniers de la rançon du roi dans la juridiction de Quimperlé (mention le 12 juin 1539, ALA B 573 f° 261). C’est également lui qui perçut l’emprunt exigé en 1542 pour la ville de Quimper ( ALA B 575 f° 136).

185Il semble s’être acquitté avec rigueur des devoirs de sa charge, les archives de la Chambre ne mentionnant aucune poursuite à son encontre.

DOMAINE DE CAP-SIZUN

Receveurs de Pont-l’Abbé, Cap-Caval, Cap-Sizun et Porzec

Receveurs de Pont-l’Abbé, Cap-Caval, Cap-Sizun et Porzec

186109. Denis Rolland

187Il fut responsable de cette recette du 1er janvier 1490 au 30 juin 1491.

188110. Guyon Foucart

189Mention le 4 janvier 1508 (ALA B 17 f° 1).

190Cf. notices 102 et 170.

191111. Pierre Morel

192Pas d’autres activités financières connues.

193112. Julien Morel

194On ne connaît que le nom de ses héritiers qui étaient Me Pierre Morel, Jacques Morel, Marguerite Morel, épouse de Jean Pinart et Marie Morel, femme de Jean Adam. Ils furent défaillants à la Chambre le 30 mars 1531 pour présenter l’apurement de ses comptes (ALA B 569 f° 97).

195113. Jean Lonoré

196Voir notice 140.

DOMAINE DE PONT-CROIX

Receveurs de Pont-Croix

Receveurs de Pont-Croix

197114. O. Le Flour / Le Floch

198Il conserva cette recette de 1485 à décembre 1523.

199Son fils et héritier, René Le Flour, se vit, le 5 novembre 1529, demander de régler ses comptes pour un montant de 3 000 l. (ALA B 569 f° 5). Le 28 janvier 1533, il lui restait encore 2 167 l. 3 s. 8 d. monnaie à apurer (ALA B 570 f° 10).

200Voir J. Kerhervé, Cat., t. I, p. 216, notice 14.

201115. René Le Flour

202Fils du précédent. Il exerça cette recette sur une période de vingt-trois ans confirmant la mainmise de la famille Le Flour sur ce domaine. Il ne semble pas avoir exercé d’autres activités financières.

203Il offre le cas d’un officier qui, tout en ne rendant pas régulièrement compte, échappa à toute mesure répressive. Dès le 5 novembre 1529, il était déclaré défaillant pour compter de sa recette depuis son institution. Il le fut encore le 19 janvier 1531, le 28 janvier 1533, le 7 mai 1535, le 9 novembre 1536 et le 16 mai 1537. A. Bullioud, lors de son passage à Pont-Croix, le somma, sur peine de suspension de son office, de rendre ses comptes de 12 années à l’ouverture suivante de la Chambre et de donner l’obligation de ses cautions. La menace fut suivie d’effet puisque le 7 novembre 1537, R. Le Flour présenta à Nantes l’apurement d’un compte de son père et son propre compte pour la période 1523-1533 (ALA B 4295 f° 294).

204Il décéda probablement en octobre 1546 : le 13 avril 1548, sa veuve, Constance Le Louet et ses frères, Julien et Sébastien, étaient encore poursuivis par la Chambre qui leur demandait de présenter son compte depuis novembre 1543 et d’apurer les déports de son dernier compte conclu en décembre 1544, déports s’élévant à 3 592 l. 19 s. 9 d. monnaie (ALA B 576 f° 65).

205116. Judicael Autret

206Dernier receveur de Pont-Croix, ce domaine ayant été réuni ensuite à celui de Quimper.

DOMAINE DE CARHAIX ET DUAULT

Receveurs de Carhaix et Duault

Receveurs de Carhaix et Duault

207117. Yvon de Kergoruc

208Il eut la responsabilité de cette recette de juin à décembre 1491.

209118. Pierre de Kergoet

210Il cumula les recettes de Carhaix et de Duault (B.N. fr. 8310).

211Voir notice 146.

212119. Guillaume le Grand

213Pas d’autres activités financières connues.

214120. Regnault Bertault

215Il était toujours en charge le 19 novembre 1520.

216Pas d’autres activités financières connues.

217Un extrait d’un document de la Chambre pour les années 1511-1520 précise qu’il était resté redevable de 1 125 l. 9 s. 8 d. pite monnaie pour un compte conclu le 3 juin 1519 et qu’il en avait payé seulement 200 l. à Antoine Dessefort, commis à recevoir les restes (A. I. et V. 1F1120) Il fut défaillant à la Chambre pour compter le 30 mars 1531 (ALA B 569 f° 96). Il quitta sans doute la Bretagne pour échapper aux poursuites car les gens des comptes font allusion, le 1er décembre 1531, à un commis – non précisé –qui avait perçu les droits seigneuriaux après que Bertault « se fut absenté dudit pays » (ALA B 568 f° 181).

218121. Jean Le Grand

219Pas d’autres activités financières connues.

220122. Guillaume Duphin

  • 8 Les gens des comptes indiquent « qu’il commist durant le temps qu’il fut receveur... aultres perso (...)

221Il n’est pas mentionné par Béchameil de Nointel : seuls les registres de la Chambre des comptes le signalent et précisent qu’il avait été nommé à l’office de Carhaix après le départ de R. Bertault. Il n’exerça pas personnellement la charge8.

222Pas d’autres activités financières connues.

223123. Thébaud Guillart

224Son héritier, Charles Guillart, se vit demander par les gens des comptes, le 20 novembre 1538, d’apurer la somme de 235 l. 8 s. 8 d., de 9 sommes de froment et de 9 sommes de [seille] déportés à son compte conclu le 1er mars 1529 (ALA B 573 f° 131). Le dossier n’était toujours pas clos le 28 novembre 1545 (ALA B 575 f° 187).

225Voir notice 367.

226124. Guillaume Derien

227Pas d’autres activités financières connues.

228Il conserva cette charge après 1524 puisque le 28 janvier 1533, les gens des comptes lui demandèrent de régulariser sa situation depuis son dernier compte rendu en juillet 1526 et d’apurer des déports s’élevant à 98 l. 5 s. et 3 sommes de seille (ALA B 570 f° 15). Il était encore signalé défaillant le 21 avril 1534 (ALA B 570 f° 83).

229125. Bizien du Quelenec

230Il a laissé peu de traces dans les archives. On sait seulement que le 5 février 1529, la Chambre donna commission à ses membres pour aller prendre son serment de receveur : malade, il ne pouvait se déplacer jusqu’à Nantes (ALA B 568 f° 86).

231Il fournit à Michel Cosson, commis à la trésorerie générale, Me Alain du Botlem et Vincent Kergoet comme pièges (acte du 3 février 1536 (ALA B 12 838 f° 457).

232126. Gilles Eneznou / Euzenou

233Il est difficile de savoir exactement quand Gilles Euzenou prit en charge la recette de Carhaix : le compte qu’il rendit le 11 juillet 1536 pour la période du 1er juin 1528 au 31 décembre 1535 était déjà le second, ce qui permet de penser qu’il prit la succession de Thébaud Guillart, sans doute dès décembre 1523 ou janvier 1524.

234Il fit également la perception des deniers levés sur les nobles pour la rançon du roi : c’est la seule autre charge financière qu’on lui connaisse en-dehors de la recette de Carhaix (ALA B 573 f° 388).

  • 9 Charles Euzenou, fils d’Henri, receveur de Carhaix de 1476 à 1485, était poursuivi à la Chambre po (...)

235Après sa mort survenue en octobre 1536, les poursuites furent lancées contre sa veuve, Madeleine de Kerpregent. Celle-ci refusa de comparaître devant A. Bullioud le 4 août 1537 pour présenter le compte de son mari de janvier à octobre 1536. Le général lui fit alors ordonner, par un sergent, de lui faire parvenir les acquits de la recette aux États de Vannes en septembre. Le 10 juin 1541, elle devait toujours apurer diverses sommes dont 249 l. 7 s. 3 d. monnaie déportés à son second compte conclu en juillet 1536, 241 l. 3 s. 4 d. déportés à un autre compte conclu en juin 1540 et conclure un troisième compte présenté en juillet 1539 (ALA B 574 f° 126). De défailles en nouveaux ajournements, le règlement du dossier se fit progressivement : le 16 mai 1547, dernière date où est fait mention de Euzenou, l’apurement de son deuxième compte fut présenté ; il ne restait plus à régler, semble-t-il, que sa dernière période d’exercice de janvier à octobre 1536 (ALA B 4295 f° 328)9.

236127. Hervé Guéguen

237On peut se demander s’il fut receveur ou commis à cette recette car dans son rapport A. Bullioud précisait que « le receveur ordinaire dudit Duault est naguère decedé » (il s’agit probablement de Bizien du Quelenec) et il manda à son commis – qui devait être H. Gueguen – de se rendre à Vannes aux États suivants pour lui donner la commission et pour recevoir ses cautions et serment.

238Hervé Guéguen décéda avant avril 1543 : c’est son frère Yves qui régularisa sa situation à la Chambre le 5 avril de cette même année en concluant son dernier compte (du 1er janvier 1540 au 13 février 1541) et en présentant l’apurement du précédent (ALA B 4295 f° 328).

239128. Hervé Gérard

240Il portait le titre de commis à la recette de Carhaix.

241Voir notice 156.

242129. Jean Le Scoarnec

243Pas d’autres activités financières connues.

244130. Guillaume Augelart

245Sa nomination marque un retour à la stabilité puisqu’il conserva cette recette jusqu’en 1560.

246Voir notice 157.

247131. Guillaume de Pempoullou

248Pas d’autres activités financières connues.

249Ses cautions étaient François du Dresnay, sieur de Cœtles, Jean de Kergoet et Pierre de Vieulxchastel (acte du 3 mars 1548, ALA B 12 838 f° 494).

DOMAINE DE CHATEAULIN

Receveurs de Châteaulin

Receveurs de Châteaulin

250132. Jean de Kergoet

  • 10 Du 1er janvier 1512 au 31 décembre 1514, la recette fut exercée par Bertrand Guégan qui est mentio (...)

251A la fin du xve s. et au début du xvie, il cumula les recettes de Gourin – de façon certaine du 1er janvier 1500 au 31 décembre 1511 – mais il s’agit de son deuxième compte (ALA B 4295 f° 316) – et de janvier 1515 au 20 juin 151710 –, de Château-neuf-du-Faou, Huelgoat et Landeleau du 1er janvier 1492 au 31 décembre 1512 et par son commis – nommé Jean Moreau – du 1er janvier 1513 au 31 décembre 1516 (ALA B 4295 f° 341) et de Châteaulin de 1495 – mais il dut là-aussi commencer plus tôt – à décembre 1511.

252Il fut également fermier de l’impôt dans les évêchés de Cornouaille et de Léon en 1511 (ALA B 20), fermier du billot dans l’évêché de Nantes avec Alain Mainguy en 1513 (ALA B 21 f° 143), fermier du convoi en 1513 avec Jean de Goesbriend, Jean Kerret, Hamon Martin, Alain Mainguy... (ALA B 21 f° 45) et en 1522 avec Jean Tregouet (ALA B 27 f° 22) et fermier des brefs en 1523 (ALA B 28 f° 57). De 1500 à 1510, il fut associé pour des fermes de billots et d’impôts dans les évêchés de Cornouaille, Léon, Tréguier, Saint-Malo et Saint-Brieuc avec Yvon de la Forêt, Yvon de la Bouéxière, Jean Marec et Vincent de Guizcanou (ALA B 19 f° 98).

  • 11 Il contesta pourtant que Kergoet possédât des biens dans sa juridiction.

253Décédé avant le 14 décembre 1526, sa succession fut assumée par sa veuve, Anne de Kerbuzic, et son fils Me Yves de Kergoet. En novembre 1529, ses restes et déports furent estimés à 20 000 l. pour des comptes rendus en 1520. En conséquence, le 21 mars 1531, ses biens et ceux de son fils furent saisis et confiés aux receveurs de Châteaulin, Jean Treouret, et de Morlaix, Jean de Kermelec11. Malgré une renonciation à ses biens, sa veuve obtint de la Chambre, le 26 avril 1532, la confirmation de la possession, sa vie durant, d’une maison et d’un courtil que son mari lui avait donnés en douaire (ALA B 568 f° 190). Le 28 janvier 1533, les gens des comptes précisèrent sa dette à savoir pour les déports de la recette de Huelgoat..., 1 453 l. 13 s. 1 d. monnaie, 9 sommes et demie de froment, 9 sommes 3/4 de somme de seille, 25 sommes 1 boisseau d’avoine, 114 cornées et demie, 43 gélines et demie et 1/6e de géline et pour Châteaulin 7 641 l. 18 s. 7 d. monnaie, 2 sommes froment. L’action de la Chambre des comptes obtint, en ce qui le concerne, des résultats : le 25 juin 1544, son fds n’était plus redevable que de 55 l. monnaie (mais des poursuites étaient maintenues pour la seigneurie d’Edern et de Briec, revenue au domaine après la mort du vicomte du Faou).

254Il était probablement l’un des descendants de Jean de Kergoet, receveur de Gourin de 1455 à 1456 et Huelgoat, Châteauneuf-du-Faou et Landeleau en 1459 (voir J. Kerhervé, Cat., t. I, notice II, p. 270).

255133. Jean Treouret

256Son activité financière semble limitée à cette recette. L’interruption que l’on note dans sa carrière du 31 décembre 1516 au 30 décembre 1521 est peut-être due à une suspension dont il fut victime : il ne conclut en effet son premier compte qu’en mai 1522 (ALA B 4295 f° 350). Cette hypothèse est confirmée par le fait, qu’après une brève période de régularité – le compte des années 1522-1523 fut conclu dès 1524 –Treouret se distingua à nouveau par son peu d’empressement à régulariser sa situation et le compte pour 1526-1527 ne fut conclu qu’en 1534 (ALA B 4295 f° 350).

257Il est dès lors tout naturel que Treouret se retrouvât parmi les officiers poursuivis dans les années 1530. Le 6 juillet 1534, il figurait sur la liste des receveurs qui avaient rendu leur compte depuis le 21 mai 1533, liste remise à Julien Bertho, receveur des restes (ALA B 570 f° 111) Le 17 novembre 1537, son procureur, Pierre Coquais – qui présentait son compte pour les années 1527-1529 – se vit encore réclamer le compte des sept années précédentes et le compte de la saisie des héritages de Jean de Kergoet (ALA B 573 f° 4). Parallèlement, la mise en vente de ses biens fut ordonnée pour paiement de ce qu’il devait. Faute de biens meubles, la bannie fut décrétée sur ses héritages le 15 mars 1537 (ALA B 571 f° 261). L’intervention de A. Bullioud, général des finances, permit d’accélérer les procédures entamées contre lui : le 5 mai 1537, il fut suspendu pour – écrit Bullioud – « ce que a esté negligent de rendre ses comptes de ladite recepte de Châteaulin qu’il a à rendre de dix années quelques injonctions et adjournements que pour ce luy en ayent esté faitz et que les commissaires sur les recouvrements des deniers de la recepte générale de Bretagne se sont plaintz à nous de ne savoir tyrer aucun payement de luy ne le trouver ne appréhender » (A. I. et V.). Cette suspension prit un caractère définitif : Treouret n’est plus mentionné par la suite dans les archives de la Chambre des Comptes.

258134. Jean de Botmeur

259Pas d’autres activités financières connues.

260Le 17 juin 1534, son procureur, Guyon Lerrant, jura l’arrêt à Nantes jusqu’à avoir conclu l’apurement de son compte présenté en 1523 tout en refusant « de se obliger pour ledit Botmeur s’il doibt par l’issue dudit apurement » (ALA B 570 f° 98). Le 10 juin 1541, on lui demandait encore 1 581 l. 19 s. 6 d, 23 briques de seille, 15 briques d’avoine, 15 gélines qui ont été déportés par son apurement conclu en décembre 1538 (ALA B 574 f° 124). Du fait de son incapacité à apurer totalement son compte – en 1544, il devait encore 208 l. 14 s. 2 d. sans compter les « espèces » – ses biens furent mis en criées par Florimond Le Charron (mention le 22 avril 1544, ALA B 575 f° 33).

261135. Hervé Le Vestle / Silvestre

262Il fut commis à la recette de Châteaulin par A. Bullioud après la destitution de Treouret.

263Son bref exercice de cette commission s’explique par les spéculations financières variées auxquelles il se livra : il fut, en effet, tour à tour, commis à recevoir les deniers levés pour quatre décimes dans l’évêché de Cornouaille (mention le 29 juin 1532, ALA B 34 f° 135), fermier des ports et havres de 1536 à 1539 avec Bertrand Lucas et Jean Le Cleuziou (ALA B 4297 f° 586), fermier des brefs de 1547 à 1550 (id. f° 586), fermier du billot dans l’évêché de Tréguier en 1544 (ALA B 576 f° 150) et receveur du fouage dans l’évêché de Léon à partir de 1543. Un Hervé Le Vestle est également mentionné comme commis à recevoir l’emprunt en 1542 au terroir de Guérande, sans que l’on sache s’il s’agit bien du même personnage (ALA B 575 f° 6).

264Il était lié aux milieux bourgeois de Quimper puisque Morice Le Mestouet et Yvon Le Paoust, marchands de cette ville, se portèrent cautions pour lui pour la recette de Châteaulin ( ALA B 12838 f° 479).

265Il était marié à Guyonne de Kerouant et eut au moins une fille prénommée Esther, dame de la Coudraye, qui épousa François de La Haye, sr du Plessis-du-Chat, et qui adhéra à la religion réformée (Trévédy, Promenade à Pratanros et Coetfao, B.S.A.F., 1882, p. 33, note 1).

266Il était seigneur de Poulguinan.

267Potier du Courcy signale une famille du même nom qui possédait les seigneuries du Guern et de Kermarker dans la paroisse de Ploerdut (Potier, op. cit., t. III, p. 217).

268Voir aussi notice 325.

269136. Jean Moysan

270Avec lui, la stabilité s’imposa à nouveau : il resta 21 ans en charge de la recette de Châteaulin.

271Pas d’autres activités financières connues.

272Il fournit Hervé Kerbescont, sieur de Kerlevenan, et Jean Guillot comme cautions à A. Bullioud par acte du 26 septembre 1539 (ALA B 12 838 f° 487).

DOMAINE DE CONCARNEAU, FOUESNANT, ROSPORDEN

Receveurs de Concarneau, Fouesnant, Rosporden

Receveurs de Concarneau, Fouesnant, Rosporden

273137. Jean Quignart

274La ville de Concarneau fut prise par les Français le 15 février 1489. Après avoir confirmé René Le Gallou dans sa charge, les autorités royales changèrent donc peu de temps après le titulaire de cette recette, sans que l’on sache vraiment qui était Jean Quignart.

275138. Nicolas Duval

276On ne sait s’il excerça cette recette entre le 30 juin 1498 et le 1er mai 1501 du fait qu’aucune trace de compte n’a été conservée pour cette période.

277Voir notice 501.

278139. Alain Rolland

279Sa carrière avait commencé en tant que receveur du fouage au tablier de Quimper-corentin en 1490 et en 1492. Il fut également fermier des sècheries de Cornouaille avec Alain Le Garz, Henri Le Baud, Yvonnet Derien et François Guillart du 1er octobre 1500 au 30 septembre 1503 (ALA B 121 f° 15).

280Il décéda probablement en 1520. La tutelle de ses enfants fut assurée par Me Pierre Lonoré, secrétaire à la Chambre des comptes, et qui avait épousé sa veuve, Guillemette de Coetanezre (ALA B 29 f° 32). Il est possible, en outre, que ce dernier ait assuré la gestion de la recette avant qu’elle ne soit reprise par Jean Lonoré le 1er avril 1521. Plaideraient en faveur de cette hypothèse les poursuites menées en 1534 contre son héritier – lui aussi nommé P. Lonoré – pour conclure l’apurement de la recette de Concarneau (ALA B 570 f° 109).

  • 12 Le procureur de ces derniers, Guyon Lerrant, obtint un délai en demandant que l’on estimât les rép (...)

281C’est, de toute façon, P. Lonoré qui présenta à la Chambre, au nom de ses enfants, le compte d’A. Rolland pour les années 1518-1520 (ALA B 4295 f° 308). Le 27 juin 1531, l’apurement de son second compte était conclu. Noël Barbillon, commis de Palamède Gontier, refusa dans un premier temps de se charger de la perception de la somme de 97 l. 16 s. qui restait due – et que Guillaume, fils d’Alain, acceptait pourtant de payer – (ALA B 568 f° 170). Il finit par se soumettre le 11 mars 1532. Le 28 janvier 1533, les déports des autres comptes de A. Rolland furent estimés à 1 085 l. 19 s. 4 d. Les poursuites furent engagées contre sa veuve et son fils aîné Guillaume Rolland12. On ne sait si les gens des comptes mirent à exécution la menace de transformer « en rests clers » les sommes mises en déports mais la présentation par les enfants d’A. Rolland de l’apurement de son troisième compte le 26 février 1534 (ALA B 4295 f° 309) laisse à penser qu’ils surent éviter les sanctions les plus contraignantes.

282140. Jean Lhonoré / Lonoré

283Il fut également receveur de Pont-l’Abbé, Cap-Caval et Porzec du 1er février 1522 au 31 juillet 1550 (ALA B 4295 f° 300 et 301), fermier des sècheries de Cornouaille du 1er octobre 1527 au 30 septembre 1530 avec René du Menez et Pierre Geffroy (B 574 f° 13 et 14) et commis à recevoir l’emprunt de 1542 avec Yvon (Yves ?) Le Baud dans la juridiction de Quimperlé (ALA B 575 f° 40).

284Il était probablement apparenté à Pierre Lonoré et ce sont donc ces liens familiaux qui lui permirent d’accéder à la recette de Concarneau après le mariage de Pierre avec la veuve d’Alain Rolland.

285Il présenta régulièrement ses comptes à la Chambre pour la recette de Concarneau ; pour celle de Pont-L’Abbé il ne se soumit à aucun contrôle de 1529 à 1537. Cela lui valut un rappel à l’ordre de Bullioud le 7 août 1537 et une assignation à comparaître à Nantes le 3 octobre de la même année (ALA B 571 f° 344). La présentation régulière d’apurements de ses comptes atteste, par la suite, de son sérieux (un sérieux confirmé par A. Bullioud qui, malgré son rappel à l’ordre, le qualifie avec un certain Michel Philippe de Rosporden « de gens de bien et loyaux »).

286141. Yves Le Baud

287Voir notice 108.

288142. Pierre de Penanrun

289Il présenta Yves Le Baud comme caution (ALA B 12 838 f° 486).

290143. Pierre du Menez

291Plusieurs membres du personnel financier portent ce nom au début du xvie siècle dont René du Menez, déjà évoqué, fermier des sècheries de Cornouaille de 1503 à 1506 et Jean du Menez, son père, associé dans la même ferme.

292Il s’agissait certainement d’une famille de Quimper. Par acte du 10 mars 1546, il présenta Me Jean Arthur, Yves Le Goff et Louis Mahouault comme cautions (ALA B 12 838 f° 496).

DOMAINE DE GOURIN

Receveurs de Gourin

Receveurs de Gourin

293144. Jean de Kergoet

294Voir notice 132.

295145. Bertrand Guégan

296Commis du précédent.

297On ne lui connaît pas d’autres activités financières.

298146. Pierre de Kergoet

299Il fut également receveur de Carhaix et de Duault du 1er janvier 1492 au 31 décembre 1499 (ALA B 4295 f° 327).

300Il décéda avant le 21 avril 1534 (ALA B 570 f° 83). Le 1er juillet 1549, son fils, Me Yves de Kergoet, fut déclaré défaillant à la Chambre pour conclure les déports de son compte, déports s’élevant à 105 l. monnaie (ALA B 576 f° 156).

301147. Amaury Stangnier / Stangnyer

302Commis du précédent.

303Le 4 novembre 1529, il ne se présenta pas à l’ajournement de la Chambre pour compter de cette recette – « à l’estimation de 2000 l. ou plus » – depuis son institution (ALA B 569 f° 4). Par la suite, il ne se soumit jamais aux injonctions des gens des comptes puisque le 4 juin 1539 sa veuve, Anne Toulgoet, se vit demander la même chose que son mari, sans plus de succès (ALA B 573 f° 257).

304148. Jean Stangnier

305Tel père tel fils pourrait-on écrire, si l’on était sûr d’un lien de parenté entre ces deux receveurs mais les archives sont imprécises sur ce point. Les deux personnages – outre l’absence de toute autre responsabilité financière – ont un point commun : une égale difficulté à rendre compte. De juin 1537 à octobre 1540, Jean Stangnier se déroba à toutes les convocations de la Chambre. A. Bullioud qui, lors de son passage à Gourin en août 1537, essaya vainement de le rencontrer et ne put, en son absence, procéder à l’inspection de la recette, le suspendit et demanda que l’on commît quelqu’un à sa place.

  • 13 Il fut condamné à payer 20 l. pour les frais de son transfert depuis Carhaix.

306Le 6 octobre 1540, la Chambre ordonna son transfert des prisons de Carhaix, où il avait été mis sur ordre du trésorier général, au Bouffay de Nantes. Le 1er juillet 1542, cet ordre n’avait toujours pas été exécuté : il fut donc renouvelé avec commandement de payer les dépenses de Stangnier durant sa détention grâce à ses biens qui avaient été saisis (B 574 f° 238). Stangnier comparut enfin à la Chambre le 14 juillet 1542 ; son dossier fut confié au procureur et à Jean Boulomer. Son compte fut conclu dès le 15 juillet 1542 et il bénéficia d’un élargissement (ALA B 574 f° 251)13. Pas de mention ultérieure. Il est probable que la perte de son office et la saisie de ses biens lui permirent de régler sa dette.

307149. Hervé Gérard

308Voir notice 156.

309150. Maurice Le Doux

310Mentionné comme commis à la recette ordinaire de Gourin.

311Il présenta Me Hervé Gérard et Michel Papias comme cautions le 31 août 1548 (ALA B 12 838 f° 497).

DOMAINE DE HUELGOAT ET CHATEAUNEUF-DU-FAOU

Receveurs de Huelgoat, Châteauneuf-du-Faou, Landeleau

Receveurs de Huelgoat, Châteauneuf-du-Faou, Landeleau

312151. François de Kersaliou

313Pour sa carrière, voir J. Kerhervé, Cat., t. II, notice 13, p. 533-544.

314152. Jean de Kergoet

315Cf. notice 132.

316153. Jean Moreau

317Pas d’autres activités financières connues.

318Le 14 avril 1539, la Chambre décida que son compte pour cette recette devait être conclu étant donné les « defailles » répétées de sa veuve, Ysabeau Le Louet, et de son héritier en concédant toutefois que « les parties reffuzées à son compte, si les héritiers apparaissent garants, leur en sera fait raison et dedans un an... et à pareil des vielx comptes qui seront concludz en absence » (ALA B 573 f° 220). Aucune autre mention par la suite.

319154. Anceau de Botmeur / Botnier

320Il dut continuer à gérer la recette après 1522 puisque le 12 juin 1539, la Chambre demanda à sa veuve, Jeanne Hamon, de tenir compte de la recette depuis 1521 et d’apurer les déports de son dernier compte (ALA B 573 f° 263).

321Il avait bénéficié d’un mandement royal le 9 juin 1518 lui donnant un an de délai pour compter pour ce « qu’il estoit au service de la reine sa mère » (ALA B 12 838 f° 9).

322155. Guillaume Riou

323Il n’est pas mentionné dans les listes de Béchameil de Nointel mais, en visitant le domaine de Huelgoat le 2 août 1537, A. Bullioud note que G. Riou fut receveur de ce domaine avant Hervé Gérard. Il ne précise toutefois pas sa période exacte d’exercice. Dans les livres de la Chambre, on relève des poursuites menées contre G. Riou, receveur de Huelgoat, Landeleau et Châteauneuf-du-Faou, qui fut défaillant aux différents ajournements du 13 juin 1534 (ALA B 570 f° 97) au 16 mai 1537 (ALA B 571 f° 276) pour compter de ces recettes et apurer les déports de ses précédents comptes. Les registres mentionnent aussi un Yvon Riou que les auditeurs semblent confondre avec Guillaume en le sommant lui-aussi de rendre les comptes de la même recette ; mais il peut s’agir toutefois de son héritier : à l’appui de cette hypothèse, le fait que les poursuites engagées contre lui furent plus tardives et datent du 27 avril 1540 (ALA B 573 f° 402).

324Yvon Riou eut une carrière plus riche que Guillaume qui semble s’être limité à la recette de Huelgoat. On le repère, en effet, comme fermier du billot et de l’impôt de Léon en 1523 (ALA B 28 f° 35), 1525 (ALA B 29 f° 185), comme fermier du billot pour le même évêché en 1528 (ALA B 570 f° 12) et comme fermier de l’impôt en 1530 (ALA B 34 f° 90). Les registres de chancellerie mentionnent, par ailleurs, que Me Yvon Riou fut fermier des ports et havres en 1535 (ALA B 37 f° 13).

325Guillaume et Yvon partagèrent une même réticence à rendre des comptes. Dans son rapport, Bullioud souligne que « depuis vingt ans ou environ n’a esté rendu aucun compte de la recepte de Huelgoat » ... Il ordonna à G. Riou – qui était donc toujours en vie en août 1537 – et à son successeur, Hervé Gérard, de le faire à la prochaine ouverture de la Chambre « sur peine de mainmise en leurs biens et heritaiges, amandes et prisons ». Yvon Riou, quant à lui, fut porté défaillant à la Chambre le 27 avril 1540, ce qui amena les gens des comptes à décréter la prise de sa personne (ALA B 573 f° 402), sans que l’on puisse savoir dans les années suivantes si ces poursuites aboutirent.

326Le 15 mars 1533, un Yvon Riou, sr de Kermenec, obtint une évocation à Lesneven en demande d’héritage contre Olivier Gérault (ALA B 35 f° 59).

327156. Hervé Gérard / Girard

  • 14 Cette dernière date est une hypothèse que nous formulons en tenant compte de trois éléments :
    1. Le (...)

328Il fut également fermier de l’impôt dans l’évêché de Saint-Malo en 1535 (ALA B 37 f° 168), commis à la recette des fouages de l’évêché de Nantes sous Audebert Valleton (mention le 7 juin 1533, ALA B 570 f° 48), receveur de Carhaix d’octobre 1536 à octobre 154814. Hervé Gérard fut enfin commis à la recette de Gourin d’octobre 1540 à octobre 1548 suite à la mise à l’écart de Jean Stangnier (ALA B 4295 f° 317). Il cumula donc les deux recettes de Huelgoat et Carhaix pendant une année et celles de Carhaix et Gourin pendant huit années.

329Sommé lui-aussi par A. Bullioud de régulariser sa situation, il ne semble pas s’être exécuté avec beaucoup de hâte puisque son compte ne fut conclu que le 27 avril 1540 ; encore resta-t-il redevable de 579 l. 5 s. 3 d. monnaie (plus des espèces) mais le passage du général l’incita sans doute à délaisser la recette de Huelgoat. Ce défaut de zèle conduisit la Chambre, ce même jour d’avril 1540, à le placer sous la garde du commis du receveur des restes.

330Sa veuve, Jeanne Bihan, fut condamnée le 1er juillet 1549 à compter de la recette de Carhaix du 30 mai 1545 jusqu’au décès de son mari et à apurer les déports de son second compte montant à 80 l. monnaie. On lui demanda, en outre, de compter de la recette de Gourin, depuis le 12 octobre 1542. Pour échapper aux poursuites, elle fit apparaître un acte de renonciation aux biens du défunt (ALA B 576 f° 156).

331157. Guillaume Augelart / Engerart

332Après les changements déjà remarqués pour les autres recettes dans les années 1530, on renoue ici aussi, avec G. Augelart, avec la stabilité. Augelart conserva la responsabilité du domaine de Huelgoat pendant vingt-deux années, rendant régulièrement ses comptes comme la plupart des receveurs de cette période. Il cumula cette recette avec celle de Duault du 1er janvier 1542 à la saint Jean-Baptiste 1560 (ALA B 4295 f° 329).

333Il fut également fermier du billot dans l’évêché de Cornouaille en 1540 (ALA B 574 f° 149) et commis à tenir le compte de la saisie de l’abbaye du Relecq après le décès de Louis d’Acigné (ALA B 574 f° 376).

334Par acte du 18 septembre 1537 (ALA B 12 838 f° 488), il avait présenté François Pasquier, Jean Hauchet, marchand demeurant à Quimper, comme cautions.

DOMAINE DE QUIMPERLE

Receveurs de Quimperlé et Carnoët

Receveurs de Quimperlé et Carnoët

335158. Mahé Baud

336Il était déjà en activité avant 1491 ; il parvint donc à conserver cette recette en récompense des services rendus au maréchal de Rieux et en dépit de la prise de contrôle du duché par Charles VIII.

337L’accélération des poursuites entraîna la conclusion tardive de son compte – le 12 mai 1539.

338Pour l’ensemble de sa carrière, voir J. Kerhervé, Cat., t. I, p. 280, notice 14.

339159. Jean Calvy/Jean Chauve

340Voir notice 103.

341160. François Guillart

342Il s’agit certainement du frère du trésorier des guerres (cf. notices 27 et 298).

343Le 1er juillet 1549, son fils et héritier Charles Guillart devait encore apurer 81 l. 5 s. 2 d. déportés au compte de F. Guillart rendu en février 1515 (ALA B 576 f° 177), situation qui semble avoir été réglée définitivement par la présentation de l’apurement le 14 octobre 1550 (ALA B 4295 f° 266).

344161. Pierre de Kertzcael

345C’était peut-être un commis de F. Guillart. Pas d’autres activités financières connues.

346162. Yvon Cormain

347Mêmes remarques que pour le précédent.

348Ce sont ses héritiers qui rendirent son deuxième compte à la Chambre le 2 mars 1523 (ALA B 4295 f° 266). L’un d’entre eux, Philippe Cormain, prit sa suite à la recette de Quimperlé du 1er octobre 1521 au 30 septembre 1522 (ALA B 4295 f° 266).

349163. Jean Bruneau

350Bien que titulaire de l’office, il ne l’exerça pas lui-même : c’est Jean Le Baud qui, jusqu’à sa mort en 1529, en perçut les revenus et dut en rendre compte à la Chambre (voir notice 104). La commission fut exercée ensuite par Christophe Le Baud, héritier du précédent.

351Pas d’autres activités financières connues.

352164. Jean Pencollet

353Son premier compte débute le 20 juin 1532 (ALA B 4295 f° 266). La Chambre enregistra, le 28 juin de la même année, le mandement de don de la recette de Quimperlé délivré en sa faveur (ALA B 568 f° 192). Il eut pour commis Raoul Le Roy qui lui servit occasionnellement de procureur – c’est lui qui présenta ses comptes à Nantes –mais c’est Pencollet qui demeura redevable devant la Chambre.

354Pencollet fut par ailleurs sous-fermier de l’impôt et du billot de la ville et faubourgs de Hennebont avec Gilles Brizoual en 1533 (ALA B 35 f° 4), 1534 (ALA B 36), 1538 (ALA B 38 f° 189).

355Il fut souvent poursuivi par les gens des comptes et laissa à sa mort une situation non réglée. Le 23 avril 1544, les biens de ses fils Pierre et Yvon furent saisis pour avoir refusé de comparaître et leur gestion fut confiée au receveur de Hennebont (ALA B 575 f° 36). Des poursuites sont encore mentionnées le 23 avril 1550 contre sa veuve, contre Yvon Huby et Jean Guillemoto occupant des biens qui lui appartenaient et contre les héritiers de l’un de ses pièges, Jean Beaujouan pour refus de compter de la période du 14 décembre 1538 au 1er février 1539 (ALA B 576 f° 185).

356Il était marié avec Jeanne Beaujouan, apparentée selon toute vraisemblance à la famille des Beaujouan dont on trouve plusieurs membres mêlés à des activités financières, ainsi Jean Beaujouan qui fut fermier du devoir d’impôt de l’évêché de Vannes avec Gilles Bellec pour l’année 1518 (ALA B 24 f° 29) ou encore François Beaujouan, fermier des sècheries de Cornouaille avec Jacques Penfrat et consors du 1er octobre 1509 au 1er décembre 1515 (ALA B 576 f° 185).

  • 15 Ses biens et héritages étaient estimés à plus de 4 000 écus.

357Ses cautions en 1537 étaient Jean du Boutiez15, Jean de Chesdebouc, Guillaume Stangnier, Grégoire Le Picart et Noël Pencollet (acte du 9 septembre 1537, ALA B 12 838 f° 492).

358165. Alain Bihan (ou Riant)

359Son commis fut également Raoul Le Roy (ALA B 574 f° 19). Sa veuve, Marie Meur, renonça à ses biens par acte présenté à la Chambre le 13 avril 1548 (ALA B 576 f° 65).

360166. Jean Hédreu

361Il était commis à cette recette.

362Ses cautions étaient Henry Le Meunier, bourgeois et marchand de Quimperlé et Charles Putry (ALA B 12 838 f° 499, acte du 22 octobre 1547).

BAILLIE DE LÉON

DOMAINE DE LESNEVEN16

  • 16 Le domaine de Lesneven fut vendu, comme le domaine du Gâvre, à Anne de Rohan le 20 décembre 1527 ( (...)

Receveurs ordinaires de Lesneven

Receveurs ordinaires de Lesneven

363167. Hervé Kermenguy

364Voir J. Kerhervé (Cat., t. II, p. 293, notice 20).

365168. Gilles Le Roux

366Pas d’autres activités financières connues.

367169. Yvon Le Grand

368Pas d’autres activités financières connues.

369170. Guyon Foucart

370À identifier probablement avec le receveur de Quimper en 1492-1493 (voir notice 102). Il figurait parmi les personnes partiellement indemnisées sur ordre de la reine Anne en février 1501 et il obtint 500 l., faisant partie de 10 000 l. qu’il avait dépensées « pour un veaige de Flandre d’avoir esté retardé avec sa nef nommée le Griffon pour amener certain nombre d’Alemans au secours du feu duc par le commandement du sgr de Maupertuys » (ALA E 209/35) et on peut donc penser que cette accession à la recette de Lesneven constitua pour lui une forme de compensation pour les pertes qu’il avait subies au service des Montfort. Il obtint un mandement de maintenue sur l’office de receveur de Lesneven le 16 mai 1515 (ALA B 22 f° 73) « nonobstant le trouble luy fait sur icelle par Jean Kerguelen qui s’est vanté estre institué audit office et est enjoinct oudit de Kerguelen aporter au prouchain terme ses droitz que veult pretendre oudit office » (ALA B 22 f° 73). Cela ne semble pas avoir été suffisant pour qu’il garde sa charge puisque son dernier compte s’acheva le 12 juillet 1514 et que c’est ce même Kerguelen qui lui succéda.

371Il fut également fermier des sècheries de Cornouaille du 1er octobre 1488 au 1er octobre 1491 avec Vincent Goesbrient, Olivier Le Flour et Vincent Le « Fanier » (ALA B 121 f° 13) et receveur des revenus du temporel de l’évêché de Léon lors de sa saisie en 1503. Il avait alors pour commis Jean Penfeunteniou et Yvon Pilven (ALA B 14 f° 66).

372171. Jean Kerguelen

373Pas d’autres activités financières connues. On ne sait de quels appuis il a bénéficié pour accéder à cette charge, on constate seulement que le changement de receveur intervient peu après la mort d’Anne de Bretagne, ce qui donna peut-être l’occasion aux Rohan d’imposer un de leurs hommes à la tête d’un domaine convoité par eux depuis longtemps. Cette hypothèse pourrait être confirmée par le fait que, lorsque Anne, vicomtesse de Rohan, acheta le domaine de Lesneven le 24 décembre 1527 – avec celui du Gâvre – pour partie de la somme de 22 000 l. qu’elle avait avancée au roi, J. de Kerguelen fut maintenu dans son office (il était encore mentionné en tant que receveur le 12 juillet 1531, ALA B 33).

374Malgré cette vente, la Chambre des comptes tenta de garder un contrôle sur l’activité de Kerguelen après 1527 sans toutefois rencontrer un grand succès et, du 28 janvier 1533 (ALA B 570 f° 3) au 13 avril 1548 (dernière date où l’on trouve son nom mentionné), il lui fut demandé, puis à ses héritiers, la même chose à savoir de compter de la recette de Lesneven depuis le 17 octobre 1527 et d’apurer les déports de son quatrième compte s’élevant à 622 l. 8 s. 8 d. obole monnaie, 29 boisseaux de froment, 26 boisseaux et l/6e de boisseau d’orge, 500 boisseaux d’avoine, 200 gélines et 4 chappons (ALA B 576 f° 66).

375Jean de Kerguelen décéda avant le 16 mai 1537 et sa succession fut reprise par sa veuve Gillette Le Roy puis par son fils Nicolas de Kerguelen (ALA B 571 f° 194).

376Il avait présenté le 12 mars 1518 Me Jean Le Guyrieuc, « receveur de Landerneau » comme piège (ALA B 12 838 f° 454).

377172. Yves de Kergoezgat

378Il fut commis à la recette de Lesneven entre le moment du rachat de cette seigneurie aux Rohan et celui de l’aliénation au sr d’Audoyns.

379Pas d’autres activités financières connues.

380173. Guillaume Le Hezou

381Il exerça cette charge pendant une brève période de 9 mois commençant au jour du don de Lesneven au sr d’Audoyns le 11 septembre 1540 (B 52 f° 204). La Chambre entérina le don à la condition que le revenu soit perçu des mains du receveur ordinaire (ALA B 52 f° 205).

382Il décéda avant le 5 décembre 1542, date à laquelle sa veuve Marguerite Huon fut convoquée à la Chambre (ALA B 574 f° 292).

383174. Benoît Légal

384Il fut lui aussi commis pour une très brève période de quatre mois qui s’acheva avec la mort du sr d’Audoyns. Cette succession de commis peut révéler autant une difficulté à trouver un receveur stable pour une charge aux profits réduits du fait de son aliénation que le souci des autorités – le général et la Chambre – de garder un contrôle même limité sur une portion du domaine royal. Ainsi dès le 18 juin 1540, la Chambre dépêcha deux de ses membres, Gilles Bricaud et François Bertho, à Lesneven pour voir dans quel état la dame de Rohan avait laissé ce domaine (ALA B 574 f° 11). Le passage des commissions de réformation put fournir, par la suite, l’occasion de nommer ces commis.

385Le 23 avril 1544, B. Legal était signalé défaillant à la Chambre pour compter du temps de sa commission jusqu’au décès du sr d’Audoyns (ALA B 575 f° 37).

386175. Tanguy Gouzillon

387Convoqué à la Chambre le 23 avril 1544 pour rendre compte en tant que commis à cette recette, il prétendit ne pas être tenu à compter et qu’il avait reçu les deniers « sous Pierre Moreau, lequel estoit commis par le general. » Il fut mis hors de procès (ALA B 575 f° 37).

388Pas d’autres activités financières connues.

389176. Guillaume Dufranc

390Son institution correspond à une reprise de contrôle de la recette de Lesneven mais sa période d’exercice, du 5 novembre 1543 au 2 juillet 1546, interfère avec celle d’un dénommé Pierre Moreau qui aurait été nommé par A. Bullioud à cette même charge (ALA B 575 f° 37). Pierre Moreau était encore en activité le 21 avril 1544, date à laquelle les livres de la Chambre mentionnent « qu’il s’est absenté hors du pays » (ALA B 575 f° 41). Le 23 avril, son commis Tanguy Gouzillon fut mis hors de procès pour la raison que l’obligation de compter incombait à Moreau (ALA B 575 f° 37).

391La commission confiée à ce dernier par Bullioud peut s’expliquer par la suspension de Dufranc mais on n’en a pas la preuve formelle. On peut noter néanmoins que son compte ne fut conclu que le 11 avril 1564, soit dix-huit années après sa fin effective, ce qui est un délai anormalement long pour cette période (ALA B 4295 f° 361). Ce délai s’explique par la difficulté que les gens des comptes eurent pour savoir à qui s’en prendre pour compter de cette recette puisque Dufranc ne régularisa pas sa situation de son vivant. Les poursuites furent engagées d’abord contre son piège Guillaume Nicolas, sieur de Lestic, mais celui-ci refusa de rendre compte alléguant n’avoir pas touché aux deniers de la recette et que Dufranc « estoit decebdé riche en biens à grant valleur et sans hoirs procreez de son corps, ayant delaissé Ysabel Le Boudic, sa femme avec laquelle il avoit esté conjoinct en mariage par plus de jour et an, laquelle estoit demourée sur la detention des biens dudit Lefranc et iceulx ou la plupart avoit cachez, latitez et receliez et peu de temps après seroit convollée en secondes noces avec Jean de Mareil, ouquel mariage ilz auront esté par plus de jour et an, de quoy offrait ledit Nicollas faire preuve affin d’empescher certain renoncy qu’il disoit icelle Ysabel voulloir faire aux biens de la communité de mariage d’entre elle et ledit Dufranc, tendant n’estre subjecte à rendre compte ». Après une procédure qui dura plus de deux ans, Nicolas obtint un arrêt, le 17 septembre 1551, contraignant l’époux de la veuve de Dufranc à rendre compte (ALA B 577 f° 141-142), ce qui ne fut fait que treize années plus tard. Guillaume Dufranc habitait à Brest.

392177. Tanguy de La Tour

393Sa nomination marque un retour à la stabilité puisqu’il conserva la recette de Lesneven vingt-quatre années. Il portait lui-aussi le titre de commis et, le 8 septembre 1548, il bailla comme caution « pour luy Me Bernard Manyon de ce qu’il recevrait entre cy et la reformation qui serait faite de ladicte recepte » (ALA B 12 838 f° 497).

DOMAINE DE BREST ET SAINT-RENAN

394Ce domaine fut attribué le 21 février 1528, pour dix ans, à Alain de Guengat, conseiller et maître d’hôtel ordinaire du roi, capitaine du château de Brest pour le récompenser des services rendus durant les guerres. Le don était généreux, puisque en plus du revenu de Brest que de Guengat pouvait faire recevoir par ses procureurs en ayant le droit de pourvoir aux offices, il recevait également celui de Châteaulin et du Tail jusqu’à la valeur de 800 l. monnaie de Bretagne (ALA B 51 f° 337). Suite à une lettre de jussion, la Chambre donna son consentement en interdisant toutefois au bénéficiaire de nommer ou de destituer des officiers et en le chargeant « de faire profiter les terres frostes et caditz et réunir et ajoindre à icelles les heritaiges, rentes, revenuz et autres choses qui en peuvent avoir este usurpées » (ALA B 51 f° 339).

395Dès le 16 octobre 1531, le roi reprit la possession de ce domaine sans qu’il fût procédé à de nouvelles aliénations (ALA B 12 838 f° 3).

Receveurs ordinaires de Brest

Receveurs ordinaires de Brest

396178. Robert Bohier

397On ne connaît pas la date officielle de son institution. On sait seulement qu’il était déjà en activité en 1495-1496 (B.N., fr. 8310 f° 21). Ayant obtenu une maintenue et sauvegarde sur le revenu de la recette de Brest le 14 mai 1522 (ALA B 27 f° 112), il était encore probablement en charge en 1524. On ne peut dire toutefois avec certitude s’il conserva cet office des années 1490 jusqu’à ce terme. La date de fin de son deuxième compte n’est pas mentionnée par Béchameil de Nointel ; cependant la date de sa conclusion – le 14 mars 1509 – permet d’inférer qu’il dut s’achever en 1505 ou 1506. Le troisième compte de Bohier – B. de Nointel n’en fait pas mention – aurait couvert la période 1505-1506 à la Noël 1517, ce qui fait environ onze années. Cela semble beaucoup mais n’est pas totalement invraisemblable même si l’hypothèse selon laquelle Bohier aurait perdu cette recette dans les premières années du xvie siècle ou au début du règne de François Ier ne peut être totalement écartée.

398Il ne semble pas avoir eu d’autres activités financières.

399Le 14 mai 1518, la chancellerie entérina un don de 500 l. fait en sa faveur « pour le recompenser de la fortune du feu qui avoit brullé sa maison en Saint-Renan au temps

400que le roy estoit au lieu de Saint-Renan » (ALA B 24 f° 272) mais, lors des poursuites qui furent menées contre son héritier François Bohier dans les années 1530, le procureur A. de La Bouexière demanda que cette somme ne fût pas allouée à ses comptes sous prétexte que l’acte de don avait été seulement scellé en chancellerie « qu’est contre l’ordre des finances et chose non acoustumée » (ALA B 569 f° 140). La Chambre reporta sa décision et on ne sait si ces 500 l. étaient compris dans les 5 335 l. 3 s. 11 d. monnaie que François Bohier devait encore apurer pour son père le 28 janvier 1533 (ALA B 570 f° 12).

401Robert Bohier était marié à Marguerite Le Voyer (ALA B 31 f° 13). Il eut deux fils, François et Hamon, qui lui succédèrent à la recette de Brest. Il décéda avant le 26 octobre 1525 (ALA B 29 f° 186). Nous n’avons pas réussi à savoir s’il existait des liens entre lui et la puissante famille des Bohier qui fournit plusieurs officiers de finances à la Bretagne sous le règne de Charles VIII (dont Thomas, cf. notice 7).

402179. François Bohier

403Fils du précédent.

404Pas d’autres activités financières connues.

  • 17 Le 8 février 1531, on lui en reprochait déjà quatre et il fut probablement suspendu puisque, Guy P (...)

405Il montra peu de zèle à rendre ses comptes et usa de tous les subterfuges pour en retarder la conclusion : il multiplia les défailles17, évita autant que possible de comparaître lui-même à Nantes, en choisissant d’abord son frère Hamon comme représentant (ALA B 569 f° 58) puis en recourant à un procureur professionnel, Antoine Symonain (ALA B 570 f° 87).

406De ce fait, son premier compte, pour six années, présenté en juin 1531, ne fut conclu que le 7 mai 1534 après que deux prises de corps et une saisie de ses biens eurent été décrétées contre lui et que la Chambre eut décidé, le 20 juin 1534, de conclure ce compte sans qu’il pût présenter de nouveaux acquits (ALA B 570 f° 41). Le 6 juillet 1534, son nom figurait dans la liste des officiers remise à Julien Bertho, chargé de percevoir les restes dus par les comptables (ALA B 570 f° 111). La saisie de ses biens ordonnée le 8 février 1531 fut par ailleurs effectivement appliquée et paradoxalement confiée à son propre frère à qui l’on demanda le 21 avril 1535 d’en rendre compte (ALA B 571 f° 27).

  • 18 On ne peut toutefois négliger la possibilité que les Bohier aient considéré cet office de receveur (...)

407Le harcèlement de la Chambre le conduisit à conclure plus rapidement son second compte ; il l’amena aussi à délaisser la recette de Brest dès l’année 1532 au profit de son frère18. Il était signalé défaillant à la Chambre le 8 avril 1551 pour apurer 6745 l. 15 s. 4 d. déportés en son compte conclu en juin 1535, de 954 l. 8 d. monnaie déportés en un compte de son frère conclu en 1549 et de 5 394 l. 12 s. 9 d. monnaie déportés au quatrième compte de son père conclu en 1524 (ALA B 577 f° 59).

408François Bohier se disait sr de Kerbohier, lieu qu’il partageait avec sa mère (ALA B 25 f° 218, mention du 10 septembre 1533).

409180. Hamon Bohier

410Frère du précédent.

411Il fut reçu par la Chambre le 7 juin 1532 et, ce même jour, Yvon Le Breton, receveur de Lannion, Julien Bertho, receveur de Loyaux et Mathurin Petiteau, receveur de Guérande jurèrent qu’il était « capable et suffisant pour exercer ledit office et plus grant charge » (ALA B 569 f° 179).

412En 1537, il s’occupa, en plus de sa recette, de l’approvisionnement du château de Brest (ALA B 571 f° 295).

413Dès le 28 janvier 1533, il fut convoqué à la Chambre pour présenter son compte depuis son institution mais il refusa de comparaître et le 21 avril 1535 il était encore signalé défaillant (ALA B 571 f° 27). Le 16 mai 1537, toujours poursuivi pour le même motif, il obtint, par son procureur Alain Kernatous, un délai de trois semaines motivé par ses occupations au château de Brest. Les gens des comptes assortirent cette mesure d’une menace de suspension et d’une amende de 100 l. (ALA B 571 f° 295).

414Lors de son passage à Brest les 30 et 31 juillet 1537, A. Bullioud lui ordonna, vu qu’il n’avait toujours pas obtempéré aux ordres de la Chambre, de le faire à la prochaine ouverture et de lui apporter à Vannes l’obligation de ses pièges et cautions sous peine de suspension de son office. Ce n’est pourtant qu’après que la prise eut été décrétée sur sa personne le 16 avril 1539 (ALA B 573 f° 222) que son premier compte fut conclu en juillet de la même année (ALA B 574 f° 57). Commença ensuite la lutte pour l’apurement des déports estimés le 10 novembre 1540 à 1 038 l. 2 d. (ALA B 574 f° 57).

415L’obstination de la Chambre eut malgré tout quelques effets bénéfiques dans la mesure où H. Bohier rendit par la suite ses comptes avec plus de régularité tout en essayant de retarder leur conclusion en jouant, mais c’est un phénomène courant dans les années 1540, sur l’absence de réformation de sa recette et sur l’abondance des cadits pour expliquer ses problèmes de gestion (ALA B 575 f° 90).

416Hamon Bohier décéda avant le 5 juin 1546 et c’est son frère François qui recueillit sa succession (ALA B 575 f° 211) avec la charge de présenter son dernier compte (ce qu’il fit puisque la conclusion intervint le 15 juin 1547, ALA B 4295 f° 373) et d’apurer les déports précédents.

417Hamon Bohier avait présenté Me Tanguy Roland comme piège par acte du 16 juillet 1532 (ALA B 12 838 f° 458).

418181. Charles Jouhan

419Cf. notice 322.

420182. Bertrand de Coetmanach

421Il mit fin à plus de cinquante années de mainmise de la famille Bohier sur la recette de Brest.

BAILLIE DE NANTES

DOMAINE DE NANTES

422Les seules aliénations de ce domaine que l’on connaisse eurent lieu au temps de François Ier et du dauphin Henri : elles concernèrent tout d’abord l’île d’Indrette sur le revenu de laquelle Jeanne du Casaut, épouse d’Olivier Baraton, conseiller et maître d’hôtel ordinaire du roi, sr de Champiré, fut autorisée, le 8 février 1529, à prendre chaque année 300 l. sa vie durant pour services rendus à la reine Claude (ALA B 51 f° 354). La Chambre – « qui n’a pas acoutumé enregistrer telz et pareils dons » – tenta là aussi de s’opposer à cette aliénation et elle obtint seulement que les 300 l. fussent pris des mains du receveur ordinaire de Nantes (ALA B 51 f° 355). En 1532, la commission de réformation du domaine mit la saisie sur ce revenu, ce qui conduisit le roi à reconsidérer la durée du don qui, de viager, fut réduit à un temps de trois ans le 22 décembre 1532 (ALA B 52 f° 45). Par la suite, Jeanne du Casaut obtint le renouvellement régulier notamment le 23 décembre 1535 pour six ans (ALA B 52 f° 179-180) et le 16 septembre 1542 pour six autres années (ALA B 52 f° 238).

423L’affaire se reproduisit à l’identique pour l’autre donation faite à Jeanne du Casaut, à savoir le pré de Bresse « joignant la ville de Nantes ». Accordé une première fois le 28 août 1532 pour une durée indéterminée (ALA B 52 f° 46-47), ce don fut renouvelé le 9 juin 1533 pour dix ans (ALA B 52 f° 170-171) et le 20 avril 1540 pour un temps identique (ALA B 52 f° 236).

424C’est sous le dauphin Henri que ce domaine fut le plus fortement entamé au profit de Jean d’Audoins, gentilhomme de la Chambre, qui reçut le 11 septembre 1540 le don des revenus du greffe ordinaire de Nantes (ALA B 52 f° 204) et le 22 septembre 1540 2 000 l. à prendre de façon viagère sur la recette de Nantes (ALA B 52 f° 203). Le 19 novembre 1543, après son décès, le profit du greffe revint à Cosme Clausse, secrétaire des finances du dauphin (ALA B 52 f° 260). Quant au don de 2 000 l. dont bénéficiait ce même seigneur jusqu’à sa mort, il fut divisé en deux parts de 1 000 l. en faveur de deux gentilhommes de la Chambre pour services rendus pendant les guerres, François de La Châteigneraie – par don du 21 novembre 1543 (ALA B 52 f° 264) – et François d’Albon, sr de Saint-André – par don du 22 novembre 1543 (ALA B 52 f° 262-263).

Receveurs ordinaires de Nantes

Receveurs ordinaires de Nantes

425183. Pierre Avignon

426Il fut l’homme des transitions puisqu’il assuma la recette de Nantes à trois moments charnière : à savoir en 1491-1492 (il fut commis par Jean François de Cardonne), du 1er octobre 1499 au 31 décembre 1501 (il est mentionné comme commis de Jean de Lespinay) et du 1er janvier 1514 au 31 décembre 1515. Sa nomination prépara, dans chacun des cas, l’arrivée d’un receveur plus stable, Clément Collet sous Charles VIII, Jean et Guillaume de Lespinay sous Anne et Antoine Dessefort au début du règne de François Ier. Cet effacement n’empêche pas qu’il ait pu demeurer commis au service des titulaires de l’office, ce qui est au moins prouvé dans le cas des Lespinay par l’exécutoire dont il bénéficia le 31 mars 1509 comme commis à la recette de Nantes et de Loyaux (ALA B 18 f° 61).

427À part la recette de Loyaux qu’il contrôla en même temps que celle de Nantes et la perception du fouage de cet évêché en 1490, on ne lui connaît pas d’autres activités financières si ce n’est peut-être la ferme de la prévôté de Nantes au début du xvie siècle qu’il aurait prise avec Me Artur Le Fourbeur et Abel Courtays (ALA B15 f° 50).

428Pierre Avignon fut peu inquiété par les gens des comptes. La principale mention date du 19 janvier 1536 : le procureur de la Chambre demanda à ses deux fils de conclure l’apurement du compte de leur père (ALA B 570 f° 183). Sans s’opposer à la demande qui leur était faite, Arthur et Guillaume précisèrent qu’il y avait d’autres héritiers dont ils sollicitèrent la convocation. Le dossier fut clos, selon toute vraisemblance, le 28 décembre 1544, par la présentation de l’apurement demandé (ALA B 4295 f° 10).

429Pierre eut deux fds, Guillaume et Arthur. Ce dernier mena lui aussi une carrière financière, principalement dans l’évêché de Vannes où il fut fermier du devoir d’impôt et billot en 1522 (ALA B 26 f° 188), en 1523 en association avec Alain Avril (ALA B 27 f° 268), en 1524 « et pour les années prochaines » (ALA B 28 f° 186). Le 21 janvier 1530, on le trouve mentionné comme fermier du devoir de billot et appétissement dans l’évêché de Nantes (ALA B 32 f°). Il l’était encore le 7 juin 1533 avec Jean Lemercier (ALA B 570 f° 48).

430Pierre Avignon, bourgeois de Nantes, obtint un mandement adressé aux juges de Rennes et de Fougères sur son lieu et métairie de la Villeche située en la paroisse d’Izé au diocèse de Rennes le 3 août 1510 (ALA B 19 f° 150).

431Voir aussi J. Kerhervé, Cat., t. III, notice 48, p. 611.

432184. Clément Collet

433Il cumula cette recette avec celle de Loyaux du 16 juillet 1494 au 30 septembre 1499 (ALA B 4295 f° 38). On ne lui connaît pas d’autres activités financières en Bretagne.

434Il décéda avant le 13 février 1506, date à laquelle sa veuve, Anne Prunelle, comme tutrice de ses enfants, procéda à la conclusion de son premier compte (ALA B 4295 f° 7).

435Son nom figurait dans la liste des receveurs demeurant hors de Bretagne qui furent poursuivis sur ordre de François Ier le 27 mai 1517 (ALA B 51 f° 190) mais les poursuites tardèrent à s’engager contre ses héritiers. Sa veuve était signalée défaillante, le 9 mars

4361531, pour compter de la recette de Nantes du temps de son mari (ALA B 569 f° 84). Le 28 mars 1533, on lui demanda d’apurer les déports des comptes présentés, déports s’élevant à 6 380 l. 19 s. 6 d. et l/6e de denier monnaie, 2 setiers et 2/9e de setier froment mesure de Loyaulx, 3 setiers l/9e de setier et 45 boisseaux 2/3 et l/9e de boisseau seille dicte mesure, 15 boisseaux 2/3 de boisseau avoyne..., 21 pippes de vin, 11 charges de sel 1/3 et l/9e de charge, 1/3 et l/9e de vache, 2 moutons et 2/3 de mouton, 2/9e de porc,

4378 « biens » à bœuf et charrette, 23 chappons et 1/3 de chappon et 10 poulies 2/3 et l/10e de poulie (ALA B 570 f° 8).

438Elle était toujours signalée comme défaillante le 21 avril 1535, dernière date à laquelle nous la trouvons mentionnée (ALA B 571 f° 28).

439185. Jean de Lespinay

440Deux hommes portaient ce nom : le trésorier général et son fils aîné, époux d’Hélène de Marbré puis d’Agnès du Chaffault. En retenant l’hypothèse que ce dernier succéda à son père à la Chambre des comptes en 1498 ou en 1499, on peut conclure que le trésorier général tint à s’assurer le contrôle de l’une des recettes ordinaires les plus importantes de Bretagne en y commettant d’abord Pierre Avignon, en la prenant lui-même en charge ensuite (mais il put conserver Pierre Avignon comme commis) et en la transmettant enfin à son deuxième fils Guillaume.

441Pour l’ensemble de la carrière de Jean de Lespinay, voir notice 9.

442186. Guillaume de Lespinay

443Fils du précédent. Il resta probablement en charge jusqu’à sa mort survenue avant le 9 juin 1509, date à laquelle son père obtint un exécutoire sur ceux qui lui étaient « demeurés debteurs tant à cause de la recepte ordinaire de Nantes, Loyaulx et terre et seigneurie de Retz » (ALA B 18 f° 108).

444Il fut également responsable de la saisie de la seigneurie de Retz de 1506 (mais cette date marque le début d’un second compte) à 1508 (ALA B 121 f° 51).

445C’est son père qui conclut son compte de la saisie de Retz le 26 février 1520 (ALA B 121 f° 53), conclusion par laquelle le trésorier général resta redevable de 1 152 l. 14 s. 8 d. et 1/3 de denier, somme que l’on exigeait encore de ses héritiers le 27 avril 1566 (ALA B 121 f° 53).

446Il avait épousé Guillemette Moulnier dont il eut au moins un fils prénommé Charles (il fut baptisé le 1er mai 1503).

447187. François Tissart

448Son nom ne figure pas dans les listes de Béchameil de Nointel : il est seulement attesté comme receveur ordinaire de Nantes dans une notice des registres de la chancellerie de Bretagne du 23 septembre 1510 (ALA B 19 f° 182).

449Il était le frère de Philibert, général de Bretagne (notice 2) mais son activité dans le duché est antérieure à la sienne. Il fut ainsi receveur des seigneuries de Retz et de Machecoul pendant leur saisie du 4 janvier 1509 au 20 juillet 1511, charge dans laquelle il paraît avoir également succédé à Guillaume de Lespinay (ALA B 4295 f* 395). On le trouve ensuite mentionné, le 17 septembre 1513, comme trésorier général de l’artillerie du duché (ALA B 21f° 169). Le 17 mai 1518, il était qualifié de contrôleur général de l’artillerie (C.A.F., t. V, 16720, p. 398). C’est très certainement lui qui fut également maître à la Chambre des comptes de Bretagne.

  • 19 Un secrétaire nommé Tissart signa un acte de la reine Anne le 15 août 1513, ALA B 51 f° 138.

450Le 26 septembre 1521, il portait le titre de secrétaire de la reine (B.N., P.O. 2848) mais il est possible qu’il ait rempli également cet office auprès d’Anne19.

451Il était le fils de François Tissart et de Françoise Morin de la Morinière. Par son mariage avec Françoise de Villebresme, il était apparenté à la famille de Pierre Morin, commis à la trésorerie générale d’Anne de Bretagne pendant la minorité de Jacques de Beaune, puisque son épouse était une fille, née d’un premier mariage de Françoise Prévost, seconde femme de ce même trésorier. François Tissart eut au moins trois fils : l’aîné François obtint les seigneuries de la Villetissart et de la Guêpière et devint notaire et secrétaire du roi ; le deuxième Jean, sr de Seaulieu intégra la Chambre des comptes de Bretagne en 1546 (cf. notice 452) ; le cadet Louis, sr de Mazères, fit carrière comme homme d’armes dans la compagnie du dauphin (B.N., P.O. 2848).

452Il fut anobli en même temps que son frère en septembre 1516 (C.A.F., t. VII, 23423, p. 43). Il avait rang d’écuyer et était sr de la Villetissart et de la Guêpière (paroisse de Nazelles près d’Amboise). Le 17 septembre 1523, il fit hommage pour la métairie de la Bardoullière (C.A.F., t. V, 17 707, p. 592) et pour le fief de la Pènerie près d’Amboise. Il possédait également le fief de Maulaville, situé au bout des ponts d’Amboise (mention du 4 avril 1524, C.A.F., t. V, 17 773, p. 606).

453188. Antoine Dessefort

454Sa nomination traduit une reprise de contrôle de la recette de Nantes par des officiers d’origine française après l’intérim assuré par Pierre Avignon. Elle posa, dans son cas tout du moins, les bases d’une implantation durable qui se manifesta par la conservation de cette charge pendant plus de treize années, son accession ensuite à la Chambre des comptes (elle date du 22 février 1529, ALA B 51 f° 377), l’achat de biens dans l’évêché de Nantes et la formation de liens familiaux avec des financiers locaux, les Hux, dont l’un des représentants lui succéda à la recette de Nantes.

455Il avait pour commis Jean Hux le Jeune (mention du 9 juin 1526, ALA B 51 f° 282).

456Pour l’ensemble de sa carrière, voir notice 410.

457189. Jean Hux le Jeune

458Il était précédemment commis d’Antoine Dessefort (mention le 9 juin 1526, B 51 f° 282).

459Il fit une carrière dans le sillage de celle de son frère, qui résigna en sa faveur son office de général des monnaies de Bretagne le 8 février 1544 (ALA B 575 f° 31) et celui de maître et auditeur de la Chambre des comptes le 10 décembre 1543 (ALA B 52 f° 265). Le 13 avril 1553, il était signalé comme commis à la généralité de Bretagne sous Guy Arbalète (ALA B 578 f° 5).

460Il fut également séquestrateur des terres de Houdon et de Vieillevigne du 1er novembre 1528 au 11 novembre 1529 (ALA B 4295 f° 9) et miseur, à une date indéterminée, des dépenses faites pour la construction de l’auditoire, geôle et prisons du Bouffay (ALA B 4295 f° 12). Par mandement royal du 22 septembre 1535, il se vit, par ailleurs, confier la recette, dans l’évêché de Nantes, du tiers du revenu et du temporel des abbayes et de la moitié des autres bénéfices suite à la saisie ordonnée par le roi dès le 12 février 1535 pour non-paiement des décimes. Comme François Ier mit fin à cette mesure dès le 30 septembre 1536 en demandant, de surcroît, que les receveurs remboursent les deniers perçus, Jean Hux présenta une requête à la Chambre tendant à être dédommagé des frais engagés par lui pendant les deux années d’exercice de sa commission. Le 27 juin 1543, les gens des comptes proposèrent, en contre partie de ses dépenses, de le tenir quitte de 550 l. mis en reste à son compte conclu le 25 novembre 1540 (ALA B 574 f° 355).

461Il rendit ses comptes avec régularité tout en faisant preuve de pugnacité face au personnel de la Chambre au sein duquel il pouvait bénéficier de l’appui d’A. Dessefort et de son propre frère à partir de 1534. On le vit ainsi demander, le 11 février 1530, que son compte fut conclu « pour qu’il ne soit pas contraint payer plus que sa recette monte » et faire appel de la décision de la Chambre quand celle-ci évalua le montant du domaine de Nantes à 7 320 l. (ALA B 568 f° 118), somme qu’il jugea trop élevée. Le 30 juin 1533, il récusa Me Alain Mandart et Jacques Hubert qui étaient chargés d’examiner ses comptes au motif qu’ils voulaient le faire compter de taux et amendes qui revenaient par coutume aux juges et greffiers de Nantes ainsi que du rachat échu par la mort d’Anne de Rohan, rachat dont le roi avait fait don aux enfants de la défunte. Il reprocha enfin aux deux auditeurs de lui avoir tenu « termes de rigueur et donné plusieurs menaces aultres que n’ont accoutumé faire les autres auditeurs » (ALA B 570 f° 45). L’absence de Mandart permit aux gens des comptes de lui donner partiellement satisfaction, le 11 mai 1534, en nommant Me Robert Millon et Guillaume Davy pour « besogner » à son compte en attendant que le premier nommé fût revenu (ALA B 570 f° 89).

462Son accession à la Chambre accéléra le traitement de ses dossiers sans toutefois les régler totalement puisque l’apurement de ses 7e, 8e et 9e comptes présenté par lui à la Chambre le 30 juin 1543 ne fut conclu que le 23 juin 1554 et encore faut-il préciser que l’apurement de cet apurement ne fut définitivement clos que le 15 octobre 1573 (ALA B 4295 f° 12). Entre-temps, le 14 avril 1556, sa veuve avait obtenu du roi la remise des 1 800 l. dont il était resté redevable par la fin de ses comptes (ALA B 580 f° 280).

463Il était le fils de Pierre Hux et d’Aliénor Raboceau. Il avait épousé en premier mariage Gratienne Poulain – il en eut une fille, Françoise qui épousa François Garreau, conseiller du roi au présidial de Nantes – et en second mariage Gabrielle de Baugé (ALA B 4295 f° 12) dont il eut cinq enfants, notamment Gabriel (receveur des décimes de Bretagne et des fouages de Saint-Malo puis trésorier des États de Bretagne en 1594) et Jeanne qui épousa Pierre Ménardeau, maître des comptes de Bretagne. Jean Hux mourut avant le 18 juin 1555 (ALA B 579 f° 156).

464Il était seigneur de la Bouchetière dans la paroisse de Rezé (ALA B 575 f° 177).

465Références : « La famille Le Lou et ses alliances », Revue de Bretagne et de Vendée, 1911, p. 185-211. Voir aussi notice 451.

466190. François Jallier dit Vendôme

467Il présenta son mandement d’institution à la Chambre le 3 novembre 1544 et il l’avait obtenu en juillet 1544 (ALA B 575 f° 83).

468Il fut également fermier de la traite des bêtes vives pour au moins trois années (mention le 22 octobre 1533 [ALA B 35] et le 4 novembre 1535 [B 37 f° 167]). Son activité la plus importante fut toutefois sa participation à la ferme de la prévôté de Nantes du 1er octobre 1537 au 1er octobre 1540 en tant que consort d’Antoine Bretin et d’Humbert Geslin (ALA B 574 f° 79) et du 1er octobre 1540 au 1er octobre 1543 avec Jean Tireau, Jean Hux le Jeune, Noël Hays, Robin Pillais et un dénommé Drouet (ALA B 574 f° 114).

469Jean Poulain le Jeune se porta caution pour lui par acte du 11 octobre 1544 (ALA B 12 838 f° 483).

470Il appartenait aux milieux marchands de Nantes et affirma, dans une requête présentée à la Chambre le 20 juin 1541, « faire faict de marchandie de 5 à 6 000 l. par an et qu’il a gaigné par » « quelques années 1 000 l. par autre 600 l. par aultre moins » (ALA B 574 f° 127-128). Le 16 décembre 1534, la chancellerie de Bretagne lui délivra par ailleurs une lettre de change (ALA B 36 f° 176).

  • 20 Celle-ci était la fille de Nicolas de Troyes, sr de Boisrégnaud, trésorier et receveur général de (...)

471Il était le fils de Jean Jallier dit Vendôme, qui exerçait le métier de changeur à Nantes et de Julienne Raboceau (ALA B 1893 f° 8). Il avait épousé Marguerite Poulain dont il eut cinq enfants, notamment Jean qui lui succéda dans son office de receveur ordinaire (ALA B 4295 f° 11) et François, époux de Bonne de Troyes20, général des finances de Bretagne.

472Il était sr de La Renaudière et de Ranzay dans la paroisse de Saint-Donatien. En 1536, il demeurait dans la paroisse Saint-Vincent dans une maison d’Olivier Harrouys – mais elle avait appartenu précédemment à son propre père –, maison située entre celle du même Harrouys et celle d’Antoine Dessefort (ALA B 1893 f° 19).

473On ne sait s’il y avait des liens entre lui et Étienne Jallier, receveur du fouage de Tréguier (cf. notice 347).

474Référence : « La famille Le Lou et ses alliances », Revue de Bretagne et de Vendée, 1911, p. 185-211.

475191. Jean Jallier

476Fils du précédent. Il résigna lui-aussi son office à survivance en faveur de son fils prénommé Jean (ALA B 579 f° 171).

DOMAINE DE LOYAUX

477La recette de Loyaux et les autres domaines ducaux du sud de la Loire furent attribués à Françoise de Châteaubriant, probablement par Anne. Elle en jouissait encore aux environs de 1502 (ALA E 128/17). Le 22 août 1504, Jean de Mondragon, capitaine de Nantes, en reçut le don pour, selon la reine, le remercier « des bons et loyaux services qu’il a faits en plusieurs affaires et voyages qui lui ont été confiés » (ALA B 51 f° 54). La Chambre, en entérinant l’acte, limita la donation à 600 l. par an.

  • 21 Julien Bertho reçut l’ordre de la Chambre de faire appliquer ce mandement le 9 novembre 1531, ALA (...)

478La vicomté de Loyaux eut son destin associé dans les années 1520 à celui du comté de Penthièvre. Attribuée comme ce dernier vers 1520-1521 à l’amiral de Bonnivet, elle fut ensuite accordée le 25 avril 1525 par Louise de Savoie à Louis de Lorraine, comte de Vaudemont puis à son frère Claude de Lorraine, duc de Guise et gouverneur de Champagne le 23 octobre 1528 (ALA B 51 f° 361-364). Réuni au domaine le 16 octobre 153121, Loyaux fut à nouveau attribué le 8 février 1532 (ALA B 52 f° 57-58) aux Guise qui en gardèrent ensuite l’usufruit malgré l’attribution du comté de Penthièvre à Jean de Brosse en 1536. Le don fut renouvelé pour dix ans à Claude de Lorraine le 19 septembre 1547 (ALA B 53 f° 51).

479Cette succession d’aliénations eut pour effet de séparer la gestion des recettes ordinaires de Nantes et Loyaux qui, à partir de 1520, furent dotées de receveurs distincts. La seule exception est présentée par Antoine Dessefort de 1526 à 1528, ce qui tendrait à prouver que pendant ces années le revenu ne fut pas affermé. Mais la tendance à la séparation réapparut dès 1528, favorisée par la possibilité donnée à Claude de Lorraine de nommer l’officier chargé de la perception des revenus.

Receveurs ordinaires de Loyaux

Receveurs ordinaires de Loyaux

480192. Clément Collet

481Cf. notice 184.

482193. Pierre Avignon

483Cf. notice 183.

484194. Jean Hux l’Aîné

485Il semble le premier receveur à ne pas prendre en charge en même temps la recette de Nantes.

486Pour l’ensemble de sa carrière, cf. notice 446.

487195. Antoine Dessefort

488Cf. notice 410.

489196. Jean Capelier

490Sa nomination traduit une nouvelle séparation avec la recette de Nantes qui était alors assurée par Jean Hux le Jeune.

491Il est mentionné aussi comme receveur du prieuré de Vertou (ALA B 35, 12 novembre 1533). Un nommé Jean Capelier était essayeur des monnaies de Nantes en 1542 (ALA B 574 f° 286, 2 décembre 1542).

492Ajourné à la Chambre dès le 17 janvier 1532 pour présenter son compte sous peine de 4 marcs d’argent d’amende (ALA B 569 f° 141), il comparut le 23 janvier et obtint un délai de huit jours pour réunir ses acquits des mains des procureurs du duc de Guise. Son compte fut conclu le 2 décembre 1533 (ALA B 4295 f° 38). Le 19 février 1536 il fut condamné à en présenter l’apurement (ALA B 570 f° 183).

493197. Julien Bertho

494Le don de la recette de Loyaux lui fut fait par Claude de Lorraine duc de Guise, le 8 mai 1531, et il semble, tout en portant le titre de receveur, avoir tenu pour lui la recette à ferme. Cela est confirmé par le fait que Claude de Lorraine figurait parmi les opposants à la vente de ses biens, le 17 décembre 1543, demandant à ce que lui soient préalablement versés 363 l. 10 s. 1 d. monnaie lui restant dus pour « la ferme » de Loyaux pour quatre années commencées à la mi-carême 1531 (ALA B 575).

495Cf. notice 509.

496198. René de Quercy

497Son accession à cet office est le fruit tout à la fois de la résignation dont il bénéficia de la part de Julien Bertho et de la nomination faite par le roi, à la demande du duc de Guise, le 5 janvier 1537 (ALA B 571 f° 243-244).

498Pas d’autres activités financières connues.

499Sa carrière est l’une des plus brèves et des plus pathétiques parmi les officiers de cette première moitié du xvie siècle. Dès le 14 avril 1539, la prise fut décrétée sur sa personne avec ordre de l’interner au Bouffay du fait de son refus de comparaître à la Chambre (ALA B 573 f° 219). Le 14 juin 1539, sa présence était signalée à l’abbaye de Buzay où il s’était réfugié pour échapper aux poursuites (ALA B 573 f° 265-266) et, en attendant sa capture, la Chambre ordonna à son successeur, Guillaume Main, de rendre compte de l’argent qu’il lui devait.

500Il comparut probablement à Nantes entre le 6 octobre 1540, date à laquelle il était encore signalé défaillant et le 12 octobre 1541 où Me Jean Peschart, procureur du duc de Guise, demanda à la Chambre qu’on l’oblige à verser à son maître le reste trouvé par déduction du compte qu’il avait rendu (ALA B 574 f° 155). Cette requête relança les poursuites à son encontre ; elles furent marquées par la saisie de ses biens et son internement au Bouffay en novembre 1541. La dernière vision que l’on ait de lui est donnée par le chartronnier de cette prison qui informa les gens des comptes qu’il n’était pas « de bon entendement et qu’il a plusieurs lectres, lesquelles il pourrait rompre et gecter au feu quelles concernent le fait de ladite recepte » et qui demanda de faire un inventaire de ses papiers et de les transférer à la Chambre (ALA B 574 f° 174).

501199. Guillaume Main

502Il prit selon toute vraisemblance la succession de René de Quercy dès 1538. Il conserva donc cette recette pendant vingt-deux ans jusqu’à sa mort. Son dernier compte fut rendu par sa veuve, Perrine Poullain (ALA B 4295 f° 39).

503Le 8 janvier 1535, il était signalé comme receveur « de messieurs de Notre-Dame de Nantes » (A.M. de Nantes, CC 376-76).

504Il était le fils de Pierre Main, sr du Bault et miseur de Nantes de 1528 à 1530 et le frère de Robert Main, trésorier des mortes-payes (cf. notice 30).

DOMAINE DE GUÉRANDE

  • 22 Dans le compte de Lespinay pour 1502 et 1503 (ALA e 212/19) il est précisé que la recette ordinair (...)

505Plusieurs changements sont intervenus dans le mode de gestion de cette recette des années 1490 aux années 1550. Sous Charles VIII, il paraît évident que le système de la régie s’est imposé, ce qu’atteste la présence d’un receveur : Yvonnet Vallée. Par contre, avec le retour d’Anne en 1498, Guérande fut momentanément intégré à la ferme de la prévôté de Nantes22, ce qui expliquerait l’absence de receveur ordinaire entre Y. Vallée et J. Pineau.

506La suite est plus incertaine : si l’on se réfère à la liste de receveurs fournie par Béchameil de Nointel, on peut conclure que le système de la régie fut réintroduit à partir de 1507 avec Jean Pineau et qu’il se maintint après, avec une incertitude toutefois pour les années 1520 où nous ne connaissons pas le nom du receveur. Des entorses à ce système purent exister, notamment sous Jean Pineau lui-même dont on sait par ailleurs qu’il fut fermier de la prévôté de Nantes d’octobre 1513 à octobre 1516 (ALA B 21 f° 224), la tentation ayant sans doute été grande pour lui de réunir à nouveau ces deux recettes.

507La principale aliénation du domaine de Guérande, concernant 299 œillets des salines (estimation 300 l.), fut faite le 21 octobre 1526 au profit de Tristan de Carné (don viager), pour des services rendus à Louis XII et François Ier, notamment dans la défense des côtes de Guérande lors des attaques anglaises et en échange de la capitainerie d’Auray dont il avait accepté de se démettre à la demande du roi (ALA B 51 f° 321-323). François Ier ajouta à ce don d’autres salines accordées jusque là à titre d’aumône aux Jacobins de Guérande et qui, à l’expiration de la fondation, devaient également revenir à de Carné. Une lettre de jussion fut nécessaire le 27 mai 1527 pour que la Chambre acceptât cette aliénation le 9 juillet 1527 (ALA B 51 f° 323). L’action des commissaires à la réunion du domaine provoqua une réduction du don à une durée de trois ans le 7 août 1532 (ALA B 52 f° 72), don reconduit pour une autre période de trois années le 1er mai 1534 (ALA B 52 f° 74).

508Il semble toutefois que de Carné ait profité de cette faveur pour accaparer tout le revenu des salines de Guérande. Dès le 26 mars 1530, Palamède Gontier, trésorier général, à qui la Chambre demandait pourquoi « il ne faisoint aucune charge du revenu de Guerande par son compte, disait n’en avoir peu riens recevoir et que msgr de Carné prend le tout du revenu et que il avait fait mettre Pierre Pineau au Bouffay » (ALA B 569). Instruit de ce dossier lors de sa venue en Bretagne en 1537, A. Bullioud, refusant de s’en prendre au commis à la recette de Guérande pour cette période comme voulait le faire le procureur Alain de La Bouexière – accusé au passage d’être à la solde des de Carné – envoya une lettre au chancelier pour l’informer de la situation. Il ordonna à la Chambre de convoquer les héritiers du bénéficiaire pour les forcer à rendre compte. La comparution du fils de Carné dans les années suivantes montre que cette injonction fut suivie d’effet sans que l’on sache si elle aboutit à un règlement du dossier.

Receveurs ordinaires de Guérande

Receveurs ordinaires de Guérande

509200. Yvonnet Vallée

510Il est mentionné comme receveur ordinaire de Guérande (ALA E 128/22). On ne sait pas jusqu’à quand il conserva cette recette.

511Pas d’autres activités financières connues.

512Son compte pour quatre années présenté en juin 1501 ne fut conclu que le 5 mai 1539 et le 1er juin 1541, son héritier, Gilles Vallée, était défaillant à la Chambre pour apurer 897 l. 6 s. 3 d. déportés à ce compte (ALA B 574 f° 126).

513201. Jean Pineau l’Aîné

514Il prit la recette de Guérande peu après avoir délaissé la recette de Vannes. Béchameil de Nointel ne mentionne qu’un compte rendu par lui, couvrant la période allant du 1er octobre 1507 au 30 septembre 1510 (ALA B 4295 f° 43) et qui fut conclu le 13 mai 1524. Les livres de la Chambre précisent cependant que J. Pineau fut également receveur de Guérande en 1511, 1512, 1513, 1514, 1515, 1517, 1518, 1519 (ALA B 570 f° 147).

515Il est possible, comme cela semble avoir eu lieu à Rhuys, que Jean Pineau ait eu son propre fils Pierre comme commis. Un acte du 4 février 1530 mentionne ainsi que P. Pineau restait « debteur » à cause de la recette de Guérande (ALA B 569 f° 28).

516Le 30 juin 1535, le compte pour les années 1511-1519 avait été présenté mais pas encore conclu (ALA B 570 f° 147). La Chambre demanda le 19 janvier 1536 à son procureur Antoine Symonain d’apurer ses déports ; il obtint un délai jusqu’à l’ouverture suivante en arguant du fait que Pineau était en arrêt à Rennes (ALA B 570 f° 183). Le 26 novembre 1543, son fils, appelé aussi Jean Pineau, fut astreint, après son décès, à tenir compte et apurer ; le 15 octobre 1544 il devait encore présenter l’apurement final du premier compte de la recette de Guérande conclu en mai 1526 (ALA B 575 f° 145).

517Pour l’ensemble de sa carrière, cf. notice 376.

518202. Pierre Pineau / Jacques Pineau

519Un doute règne pour savoir qui a effectivement tenu la recette de Guérande dans les années 1520. Claude Pineau, petit-fils du précédent receveur, à qui l’on demandait le 12 novembre 1550, de compter de cette recette depuis le dernier compte de Jean Pineau, répondit que « iceluy feu Pineau n’avoit exercé et touché à ladite recepte depuis sondit dernier compte mais un nommé Jacques Pineau ou comys de par luy savoir Yves Morio, quel Jacques Pineau aurait esté pourveu en ladite recepte par le roy et requis delai pour faire aparoir » (ALA B 577 f° 31). Claude Pineau affirma en outre ne pas être héritier de Jacques. Le procureur du roi à la Chambre des comptes s’attaqua après aux héritiers de Philibert Tissart – son attache figurait au mandement d’institution de Jacques Pineau –pour qu’ils produisent l’acte des cautions que le général avait dû exiger de ce dernier (ALA B 577 f° 37, mention du 20 novembre 1550). L’affaire ne fut plus évoquée par la suite.

520Ces informations sont quelque peu contradictoires avec les poursuites mentionnées plus haut contre Pierre Pineau, à moins qu’il n’y ait confusion entre ce dernier et Pierre, ou que Pierre a succédé à Jacques.

521203. Jean Eon

522Il était signalé défaillant à la Chambre le 8 novembre 1533 pour compter de la recette de Guérande, sans que l’on sache à quel moment il fut commis à cette charge (ALA B 570 f° 53).

523Ses biens furent saisis le 12 juin 1534 (ALA B 570 f° 96).

524Il demeurait à Ponchâteau.

525204. Jean Berthelot

526Il est mentionné comme commis et il ne resta en charge de cette recette que pendant deux années.

527Pas d’autres activités financières connues.

528On peut sans doute l’identifier avec le nommé Jean Berthelot – ou son fils qui se prénommait aussi Jean – qui reçut, le 6 mars 1517, l’office de concierge du château de Nantes suite à la résignation faite en sa faveur par Gillette Prieur, veuve de Roland Paignac (précédent concierge), et au mariage de Jean Berthelot avec la nièce de Gillette (ALA B 51 f° 252). Dans son rapport de 1537, A. Bullioud précise que le commis à la recette de Guérande en 1532-1533 était « un pauvre mortepaye du château de Nantes » sans que l’on sache s’il fait allusion à Berthelot lui-même ou, ce qui est plus vraisemblable, à un personnage délégué par lui pour faire les fruits de Guérande.

529Comparaissant à la Chambre le 21 avril 1534, il fut condamné à rendre compte à l’ouverture suivante (ALA B 570 f° 83). Le 15 décembre 1535, il obtint un délai identique ainsi que la convocation du sr de Carné (ALA B 570 f° 175). Son compte fut finalement conclu le 13 juillet 1542 (ALA B 1295 f° 43) et, dès le 13 novembre, il demandait qu’on lui versât 16 l. 1 s. 8 d. qui lui restaient dus par la déduction qui avait été faite. Il offre ainsi l’un des cas d’officier à l’égard de qui la Chambre reconnut des dettes ; exemple suffisamment rare pour que l’on reproduise le jugement rendu par les gens des comptes : « veu le compte rendu qui montre que luy est deu ladite somme et qu’il luy a eté deporte 209 l. 17 s. 6 d. dont il a rendu quitance de 42 l. 10 s. et le parsus, estre pour cadiz, veu que le suppliant est hors de charge et que le temps duquel il a compte est du temps du roy et consideré la modicité de la somme, il est donné ordre à Mathurin Petiteau, receveur de Guérande, sur ce qu’il peut devoir au roy le payer » (ALA B 574 f° 270).

530205. Mathurin Petiteau

531Il fut également fermier du billot dans l’évêché de Vannes en 1533 (ALA B 35 f° 120). Un nommé Martin Petiteau était commis d’Alain Bertho, receveur de Lamballe en 1529 (ALA B 12 838 f° 454, mention du 11 novembre 1529). Il est tentant de l’identifier avec Mathurin et le lien peut être, nous semble-t-il, fait grâce à Jean Jarnys que Mathurin Petiteau présenta le 8 mars 1535 comme caution (ALA B 12 838 f° 484) ; or, Julien Bertho, apparenté à Alain et receveur de Loyaux (domaine donné au duc de Guise comme Lamballe) à la même période avait pour épouse une dénommée Simone Jarnys (qui était la fille de Jean). Coïncidence troublante pour ne pas révéler une erreur de transcription dans le Turnus Brutus et que Mathurin et Martin étaient un seul et même personnage.

532Il décéda avant le 18 novembre 1545 (ALA B 575 f° 179) en laissant plusieurs comptes à conclure ou à apurer. Sa veuve, Jeanne Jollan, dut faire face aux poursuites concernant le règlement de son dernier compte. Pour y échapper, elle renonça à la communauté des biens entre elle et son mari : Alain de La Bouéxière contesta cet acte et soutint qu’elle avait joui des biens de Petiteau (ALA B 575 f° 199).

533Les gens des comptes firent probablement saisir ses biens ; en effet, le 4 juin 1546, Jean Pitet, tenant « hostelerie » à Nantes « à l’ymage de Notre-Dame » comparut au bureau de la Chambre et jura qu’en sa maison il n’y avait qu’une malle appartenant à feu Mathurin Petiteau, malle dans laquelle se trouvaient « une robbe de sarge et ung saye et n’y avoir en sa maison autres biens ne lectres. » Ordre lui fut donné de tout remettre à l’huissier de la Chambre (ALA B 575 f° 225).

534Par la suite, les gens des comptes s’en prirent aux héritiers de Jean Jarnys, piège de Petiteau, sans grand succès apparent (mention notamment le 8 avril 1551, ALA B 577 f° 62).

535206. Nicolas Homeau

536Il fut commis par les officiers de la juridiction de Guérande pour faire cette recette (ALA B 576 f° 169).

537Pas d’autres charges financières connues.

538Jean Meneust s’engagea comme caution pour lui par acte du 24 novembre 1546 (ALA B 12 838 f° 495).

539Il présenta son compte à la Chambre dès le 10 mai 1547 (ALA B 576 f° 30), compte qui fut conclu le 25 juin de la même année (ALA B 4295 f° 44). Deux ans plus tard, soit le 4 juin 1549, les gens des comptes ordonnèrent aux juges de Guérande (qui n’avaient pu prendre de sanctions contre lui, malgré une première injonction, du fait qu’il avait, selon, eux, quitté leur juridiction et vendu tous ses biens) de faire diligence pour le trouver, le mettre au Bouffay et pour inventorier ses biens (ALA B 576 f° 169-170). Cette menace fut suivie d’effet puisque Nicolas Homeau présenta l’apurement de son compte, apurement conclu le 13 novembre 1549 (ALA B 4295 f° 44).

540Le 12 décembre 1558, un individu portant le même nom faisait l’acquisition de 44 œillets des marais de Guérande, suite à l’aliénation de cette portion du domaine, pour la somme de 245 l. (ALA B 581 f° 43).

541207. Jean Meneust

542Il n’est pas mentionné par Béchameil de Nointel mais trois indices nous permettent d’affirmer qu’il a bien tenu la recette de Guérande : un acte du 24 novembre 1546 par lequel Jean de Kerjean se porta caution pour lui (ALA B 12 838 f° 495), un accord du 13 août 1547 passé devant la cour de Guérande par lequel Nicolas Homeau résigna son office en faveur de Jean Meneust (ALA B 12 838 f° 495) et la demande faite à l’héritier de Jean Pineau, Claude Pineau, de compter de la recette de Guérande « du temps que Jean Meneust exerça la charge jusques à son deceix, duquel Jean Meneust Jean Pineau le jeune fut plege et caution » (ALA B 576 f° 182).

543Après avoir été procureur de la veuve de Petiteau, la caution de N. Homeau, il reprit donc lui-même cette recette mais pour peu de temps puisque dès le 3 janvier 1549 Roland Bocolic prit sa succession (son décès est évoqué dans un acte du 16 avril 1550, ALA B 576 f° 182).

544Claude Pineau, héritier de Jean, refusa de compter pour lui, disant que Meneust n’avait jamais été institué « en ladite recepte et aussi que celuy Pineau son pere n’estoit obligé seulement pour le fait de ladite recepte que à Homeau estant lors receveur ordinaire de Guérande » (ALA B 577 f° 31), ce qui constitue un mensonge si l’on se réfère à l’acte de caution mentionné précédemment. Bien que la Chambre eût pris possession, le 20 juin 1551, du coffre où Meneust conservait ses « lectres et acquits » (ALA B 577 f° 86), l’affaire ne connut pas de développement important par la suite.

545Il était marié à Marguerite Jaguelin et on ne sait s’il y avait des liens entre lui et les Meneust qui exercèrent l’office de concierge de la Chambre.

546208. Roland Bocolic

547Sa nomination marque un retour à la stabilité.

DOMAINE DU GAVRE

548Le sort de ce domaine s’explique en grande partie par l’opposition entre les prétentions des Rohan de le contrôler et la volonté royale de le conserver. L’incertitude quant à la réalité des titres de propriété des uns et des autres amena Louis XII en novembre 1500, à confier une enquête à Me Jean Calloët et Me Guillaume Le Bigot pour déterminer à qui appartenait la seigneurie du Gâvre. Les commissaires aboutirent à trois conclusions : le vicomte de Rohan n’avait aucun droit sur ce domaine et c’est seulement en mettant à profit les guerres de Bretagne qu’il avait réussi à usurper cette seigneurie et à y placer ses capitaines ; Charles VIII avait ordonné au prince d’Orange d’en reprendre possession en son nom ; après 1498, Louis de Lornay en avait assuré la garde « pour et au nom de la Royne comme duchesse » (Dom Morice, « Preuves », III, 836-838). En 1503, Lornay était toujours chargé de cette tâche (ALA E 128/22).

  • 23 Le 25 juin 1540, Me Christophe Brecel fut nommé séquestrateur du Gâvre et de Lesneven, ALA B 574 f (...)

549La reprise de contrôle du domaine, perceptible par la nomination de Pierre de La Rivière en juillet 1503, fut de courte durée et le 3 juin 1504, Anne fit don du revenu à son échanson Thomas Destuer, en mémoire des services que « ledit Destuer a faitz tant à feu notre tres cher seigneur et père le duc... et à nous durans les guerres qui ont eu cours en notredit pays où il a suivi sans varier ni tenir autre party et a esté prins prisonnier par trois ou quatre fois où il a employé grant somme de deniers pour ses rançons ». Le don était valable durant le plaisir de la reine et prenait effet depuis la mort de Louis de Melon/Melun, mineur (ALA B 51 f° 87-88). La mort d’Anne provoqua une nouvelle tentative du vicomte de Rohan pour reprendre le contrôle du Gâvre, tentative fructueuse puisqu’il obtint le 5 juillet 1515 le don de la seigneurie et de la capitainerie sa vie durant (ALA B 51 f° 173). Après son décès, le Gâvre revint à Dordet de La Roque, sr Destuer, l’un des cent gentilhommes de l’hôtel du roi (ALA B 51 f° 192), époux de la fille de Thomas Destuer. Exploitant les besoins financiers de la monarchie, Anne de Rohan parvint à acheter, le 20 décembre 1527, le Gâvre et Lesneven pour partie d’un prêt de 22 000 l. fait au roi (ALA B 51 f° 329). Sur les 22 000 l., 2 000 l. furent accordées à D. de La Roque pour le dédommager des frais qu’il avait engagés pour l’entretien de la seigneurie (« pour son droit de viage et d’usufruit »). La « lutte » des Rohan et de la monarchie s’acheva pourtant au profit de cette dernière qui, en signe d’attachement à ce domaine, le racheta en 154023. Ce rachat s’explique probablement par une volonté de reconstituer le domaine après avoir confié l’administration de la Bretagne au dauphin Henri ; il se comprend aussi par la réticence des autorités royales à laisser trop longtemps une seigneurie entre les mains d’une famille qui en revendiquait depuis longtemps la pleine propriété. Cette reprise n’empêcha pas que le Gâvre fut peu de temps après – le 11 septembre 1540 (ALA B 52 f° 204) – accordé en don au sr d’Audoyns.

550La gestion de cette recette se ressentit de cette rivalité entre les Rohan et la monarchie : aux périodes d’affermage, sous les Rohan, où l’on retrouve la famille Le Coutelier – à l’exception de la période 1515/1517 – s’opposent les périodes de mise en régie où c’est la famille La Rivière qui maintint son contrôle.

Receveurs ordinaires du Gâvre

Receveurs ordinaires du Gâvre

551209. Jean Le Coutelier

552Institué par le vicomte de Rohan. Il est difficile de déterminer combien de temps il resta en charge.

553Il fut receveur du fouage pour le vicomte de Rohan dans une partie de l’évêché de Saint-Malo en 1488 (ALA B 51 f° 14).

554210. Pierre de La Rivière

555Il fut commis par Jean de Lespinay qui, le 21 juillet 1503, avait reçu mandement du conseil de Bretagne « de commettre et instituer personne feable qui des deniers de la recette du Gâvre puisse repondre et en rendre compte à la Chambre » (ALA B 14 f° 86). Il ne fut pas remis en cause par la nouvelle aliénation du domaine du Gâvre survenue en 1504 au profit de Destuer.

556Pas d’autres activités financières connues.

557211. Jean de La Rivière

558Héritier et fils du précédent.

559Voir notice 407.

560212. René de La Rivière

561Il n’est pas mentionné par Béchameil de Nointel bien qu’il ait bénéficié du don de cet office par le roi le 23 septembre 1524 (ALA B 568 f° 216) suite à la résignation faite en sa faveur par son père Jean de La Rivière (qui accéda à la même période à la Chambre des comptes).

562213. Julien Le Coutelier

563Le retour des Rohan, marque d’une belle obstination, se traduisit par l’affermage de la recette et la réapparition d’un Le Coutelier comme fermier (ALA B 573 f° 396).

564214. Claude de La Rivière

565La terre du Gâvre fut rachetée en 1540 et le 17 avril (ALA B 573 f° 396) interdiction était faite à Julien Le Coutelier de verser les revenus au sr de Rohan. Le rachat fut marqué par la réapparition d’un commis membre de la famille La Rivière, sans que l’on puisse préciser ses liens avec les précédents.

566Sa commission fut brève et la fin coïncide avec le don du Gâvre par Henri II, le 11 septembre 1540 (ALA B 52 f° 204) au sr d’Audoyns, don qui entraîna probablement un nouvel affermage de la recette.

567215. François de La Rivière

568Le frère de Jean de La Rivière portait ce prénom.

569Il présenta Jean Amyot, « demeurant en l’habitation dudit Gâvre », comme caution par acte du 26 août 1550 (ALA B 12 838 f° 498).

DOMAINE DE TOUFFOU

570Jusqu’en 1510, le domaine de Touffou eut un destin parallèle à celui de Rhuys, en étant accordé au prince d’Orange (à la place de Martin des Rye, ALA E 156/32) et à ses héritiers puis repris par le roi. Sous François Ier, le destin des deux domaines divergea et Touffou fut attribué, le 11 janvier 1523, à Philibert Tissart, général de Bretagne (l’acte fut entériné par la Chambre le 28 juin 1525, ALA B 568 f° 21). La destitution de ce dernier en 1528 rendit cette terre au roi qui 13 juin 1530, la donna, sa vie durant et à sa demande, à Madeleine d’Estrac, dame d’Avaugour, comtesse de Vertus et d’Entremont en compensation de la seigneurie de Fontenay-Le-Comte, dont elle jouissait auparavant, qu’elle avait cédée, à la demande du roi, au sr de Vauguyon pour l’indemniser des terres qu’il avait abandonnées à l’empereur en Artois en vertu du traité de Madrid (ALA B 51 f° 408-409). La commission de révision du domaine conduisit le roi, probablement en 1533 – cet acte n’a pas été conservé –, à confirmer le don mais à le ramener à une durée de dix ans. Le 7 juin 1543, le dauphin Henri renouvela cette concession pour une autre période de dix années (ALA B 52 f° 253).

571L’aliénation de ce domaine s’accompagna de l’abandon de la régie au profit de la ferme tant sous le prince d’Orange que sous les d’Avaugour où la recette fut tenue par la famille Hervouet.

Receveurs ordinaires de Touffou

Receveurs ordinaires de Touffou

572216. Pierre Maillard

573Ses héritiers furent poursuivis le 4 mars 1536 afin de conclure son compte présenté le 14 juillet 1509 pour la période allant de septembre 1491 au 27 octobre 1491 qui semble donc avoir été sa seule période d’exercice (ALA B 571 f° 64). Le compte fut effectivement conclu le 28 juillet 1538 (ALA B 4295 f° 30).

574217. Enguerrand de Brégilles

575Voir J. Kerhervé (Cat., t. II, p. 394, notice 9).

576218. Robert du Lyon

577Sa nomination correspond à la reprise de contrôle de la recette sur ordre d’Anne de Bretagne en 1510 (ALA B 51 f° 493) et il sortit de charge après la donation faite à Madeleine d’Estrac. Cette aliénation se traduisit par le remplacement de Robert du Lyon et l’affermage de la recette, avec cependant un chevauchement pour la période 1531-1534 qui correspond tout à la fois au 7e et dernier compte de R. du Lyon et au premier bail d’André Hervouet, fermier mis en place par la dame d’Avaugour.

578On ne lui connaît pas d’autres activités financières.

579La succession de Robert du Lyon fut assumée par sa veuve puis par ses enfants et ne posa, semble-t-il, pas de problèmes majeurs.

580S’il n’est pas sûr que R. du Lyon fût d’origine tourangelle, il était en tout cas lié aux milieux tourangeaux d’où était issue sa femme, Jeanne de Tours. Deux de ses enfants sont connus : Marie de Troyes et Guillaume du Lyon. Ce dernier fut commis de Jean Sachet à la recette des impôts et fouage de Cornouaille (ALA B 570 f° 112, mention du 10 juillet 1534).

581Un nommé Me Robert du Lion était médecin de la reine en 1494 (B.N. fr. 8269 f° 388-389).

582219. André Hervouet

583Il fut fermier de la châtellenie de Touffou de la fête Saint-Aignan 1531 à 1534 et de 1534 à 1537 (ALA B 571 f° 31). L’acte d’affermage est reproduit dans les livres de la Chambre des comptes et montre que la première ferme fut conclue par un acte du 12 juillet 1531, la seconde par un acte du 9 novembre 1534. A. Hervouet s’engageait à payer 900 l. pour la première année de la ferme et 950 l. pour chacune des deux années suivantes (ALA B 571 f° 37-38).

584L’aliénation du domaine s’est donc traduite dans ce cas aussi par l’abandon de la régie au profit de la ferme, les d’Avaugour ayant en cela contrevenu à la volonté royale qui stipulait que le revenu devait être pris des mains du receveur en place. Cela amena les gens des comptes à interdire, le 22 juin 1535, à A. Hervouet de verser les deniers de Touffou aux d’Avaugour tant qu’il n’aurait pas lui-même rendu compte à la Chambre et qu’il n’aurait pas montré l’acte de levée de la saisie après la réunion du domaine en 1532. En attendant l’accomplissement de ces deux conditions, ordre lui fut donné de verser les revenus à Jean Hux, receveur ordinaire de Nantes (ALA B 571 f° 35-36).

585On ne lui connaît pas d’autres activités financières et l’acte d’affermage mentionne qu’il était marchand, demeurant au village de « Labouche tullou » en la paroisse Saint-Martin.

586220. Pierre Hervouet

587Il garda cette recette pendant dix-sept années jusqu’à sa mort en 1554 (ALA B 4295 f° 52).

588Son nom indique qu’il était lié au précédent receveur, sans doute son fils. Le 23 octobre 1550, il fit apparaître à la Chambre la copie d’un mandement royal qui lui ordonnait de ne plus toucher aux revenus de la recette s’il n’acceptait pas de la prendre à ferme et de verser chaque année une part du montant de celle-ci aux d’Avaugour. C’est un nommé Blays Régnier qui fut chargé de la perception des revenus même si Hervouet conserva par la suite son titre de receveur de Touffou (ALA B 577 f° 20).

589Il présenta Etienne Cassard, de Vertou, comme piège et caution par acte du 6 novembre 1536 (ALA B 12838 f° 458).

590Sa femme s’appelait Marquise Cassard (ALA B 4295 f° 32).

BAILLIE DE PENTHIÈVRE

DOMAINE DE LAMBALLE

  • 24 Le 28 octobre 1491, dans l’acte où il confirmait la donation pour dix ans de Suscinio, Rhuys et To (...)
  • 25 En 1498, le prince d’Orange s’intitulait comte de Penthièvre, Dom Morice, Pr., t. III, 794).
  • 26 La décision d’Anne, en septembre 1513, de réunir les ports et havres d’entre Couesnon et Arguenon (...)
  • 27 Il fut nommé, cette même année, gouverneur et lieutenant général du comté de Bourgogne et de Charo (...)

591Comme les terres du comté de Penthièvre (Lamballe, Moncontour, ports et havres d’entre Couesnon et Arguenon), Lamballe fut accordé au prince d’Orange en 1487 par François II. Le don ne fut pas remis en cause par la suite ni par Charles VIII24, ni par Anne de Bretagne25. Le prince d’Orange en conserva le bénéfice jusqu’à son décès en 1502. Les terres revinrent ensuite à ses héritiers26, à savoir sa femme puis son fils. Ce dernier en garda la jouissance jusqu’en 1517, c’est-à-dire jusqu’au moment où il passa au service de Charles Quint27. Tous ses biens furent saisis par le roi et le comté de Penthièvre fut attribué, à titre provisoire, eu sr de Bonnivet en dédommagement des terres perdues par sa femme en Flandre et en Artois (C.A.F., t. VII, 25 507, p. 436. La date précise du don n’est pas connue).

  • 28 Les documents sont contradictoires. À l’issue d’une première enquête sur les droits du prince d’Or (...)
  • 29 Les lettres furent présentées à la Chambre des comptes de Nantes le 8 novembre 1531 par Palamède G (...)
  • 30 Cet acte fit l’objet d’une lettre de jussion délivrée à Nantes le 23 août 1532, ALA B 52 f° 57-58.

592Après la mort de Bonnivet à Pavie, ce domaine tomba entre les mains de la famille de Guise : il fut accordé d’abord à Louis de Lorraine, comte de Vaudemont, le 25 mars 1525 (ALA B 51 f° 290) puis à son frère, Claude de Lorraine, le 23 octobre 1528, après son décès dans le royaume de Naples (ALA B 51 f° 361-364). Depuis le traité de Madrid en 1526, François Ier avait pourtant promis de restituer les terres que possédait le prince d’Orange avant le déclenchement de la guerre avec Charles Quint, et notamment le comté de Penthièvre (O.R.F., t. IV, P. 212). On ne sait s’il respecta sa parole mais il est vraisemblable que la mort de Philibert de Chalon devant Florence en 1530 permit à Claude de Lorraine de garder le revenu de ces terres28. Par la suite, le comté de Penthièvre fut réuni au domaine par mandement royal du 16 octobre 153129, mais, dès le 8 février 1532, François Ier revint sur sa décision à la demande des Guise30.

593La dernière phase de l’histoire de ce domaine rejoint celle de la famille de Penthièvre : la décision de François Ier de reconnaître les droits de cette dernière permit à Jean de Brosse, duc d’Etampes, de se voir accorder, par l’édit de Crémieux du 23 mars 1536, la propriété des terres de Lamballe, Moncontour, des ports et havres entre Couesnon et Arguenon et des sècheries de Cornouaille (ALA B 52 f° 116-120, O.R.F., t. VIII, p. 57-65). Cette décision fut toutefois difficile à mettre en application puisque le 24 juin 1537, le roi fut obligé de renouveler l’ordre de céder ces terres à Jean, duc d’Etampes après que les receveurs ont continué à verser revenu au duc de Guise (ALA B 51 f° 161-162, le compte de Thomas Martel, premier receveur nommé par Jean de Brosse, commence effectivement en 1537).

Receveurs ordinaires de Lamballe

Receveurs ordinaires de Lamballe

594221. Vincent Le Blanc

595Cf. notice 346.

596Les biens de ses héritiers furent saisis le 20 juin 1550 pour n’avoir pas apuré son compte du fouage de Saint-Brieuc de 1491 (ALA B 576 f° 216).

597Voir J. Kerhervé (Cat., t. II, p. 416, notice 25).

598222. Jean Videlou

599Il fut peut-être en concurrence avec Vincent Le Blanc à moins que Videlou n’ait été chargé plus spécifiquement de la recette de Moncontour, donnée également au prince d’Orange.

600Son fils fut mis hors d’ajournement le 5 avril 1543 pour compter de la recette de Lamballe et Moncontour pour son père depuis l’année 1497. La Chambre décida qu’il ne serait pas rappelé sans délibération du Bureau (ALA B 574 f° 302).

601223. Jean Guillou

602Il fut fermier pour l’amiral de Bonnivet : le 12 juillet 1525, il demanda à la Chambre des garanties pour les versements qu’il lui avait faits (ALA B 568).

  • 31 Il fut officiellement institué par Jean Parajau suite à la demande faite par le procureur de la Ch (...)

603Il est difficile de faire le bilan de toutes les recettes ordinaires dont il eut la responsabilité et de présenter les limites chronologiques de leur exercice. Son domaine de base fut celui de Jugon qu’il occupa au moins du 12 novembre 1511 au 4 février 1539 (ALA B 4295 f° 130-131), domaine auquel il ajouta celui de Cesson de la mi-carême 1522 à février 1540 (ALA B 4295 f° 147). Il profita ensuite de la cession du comté de Penthièvre à l’amiral de Bonnivet puis aux Guise pour diversifier son activité : il fut receveur de Lamballe de janvier 1525 à juillet 152631 – puis fermier des recettes et seigneuries de Lamballe, Moncontour et des ports et havres entre Couesnon et Arguenon de juillet 1526 à juillet 1528 au profit de Louis de Lorraine, comte de Vaudemont. On le retrouve enfin comme receveur de Lamballe de juillet 1528 au 30 juin 1529 (ALA B 2447 f° 11). Il est probable, sans que nous en ayons la preuve, qu’il conserva durant cette année Moncontour et les ports et havres en en déléguant la gestion à des commis.

604Les documents sont contradictoires en ce qui concerne l’affermage de la comté de Penthièvre : ils mentionnent tantôt que Guillou était associé à Jean Tregouet pour la recette de Moncontour (ALA B 570 f° 32), tantôt qu’» il tenait le revenu du comté de Penthièvre dudit Tregouet à ferme » (ALA B 35). Plaident en faveur de la première hypothèse le fait que ce soit J. Guillou qui ait dû rendre compte de cette ferme à la Chambre, les poursuites judiciaires qu’il lança contre les clercs et commis de Tregouet touchant le revenu de Penthièvre (ALA B 35, mention du 16 juin 1533) et l’absence de poursuites contre les Tregouet concernant cette recette.

605Cependant, la famille Tregouet avait une dimension financière sans commune mesure avec celle de Guillou – le père et le fils, tout deux prénommés Jean, ayant multiplié les spéculations depuis le début du xvie siècle –, ce qui incline à penser que Guillou bénéficia de leur appui pour prendre cette ferme et de l’assistance de leurs commis pour en cueillir les fruits, la charge d’en rendre compte lui incombant en dernier lieu.

606Il fut également fermier du devoir d’impôt dans l’évêché de Saint-Brieuc en 1516 (ALA B 23 f° 112).

607Jean Guillou fait partie des officiers dont le nom revient le plus souvent dans les livres de la Chambre, quand le processus de contrôle des officiers s’intensifia. Ses plus grands ennuis lui vinrent de la ferme du comté de Penthièvre et plus particulièrement des recettes de Lamballe et de Moncontour dont on lui demanda de rendre compte depuis juillet 1526. Le 16 décembre 1529, après qu’il eut quitté Nantes en violation d’un arrêt juré, ses biens furent saisis et ordre fut donné de s’emparer de sa personne. Comparaissant à la Chambre le 25 mai 1530, il fut condamné à tenir arrêt au Bouffay (ALA B 569 f° 55) où on le retrouvait encore près d’un mois plus tard le 22 juin, refusant toujours de montrer ses livres de compte et demandant à ce que Jean Parajau, président des comptes, fut écarté des délibérations concernant son dossier du fait qu’il le tenait pour suspect (ALA B 569 f° 60-61).

608La lenteur de la procédure s’explique dans son cas par la difficulté du procureur des comptes à démontrer qu’il avait eu effectivement la responsabilité des recettes incriminées – ce qui permet de comprendre le refus de Guillou de rendre ses livres de compte –et à démêler une situation compliquée par l’affermage du revenu et par la dilution des responsabilités que cela entraînait. Si Jean Guillou reconnut finalement qu’il avait été en charge de Lamballe et Moncontour de 1526 à 1528 – il en présenta le compte le 5 juillet 1531 (ALA B 2447 f° 11) – ce n’est toutefois que le 30 avril 1533 qu’il admit qu’il était associé avec J. Tregouet pour la recette de Moncontour et qu’il en avait donné lui-même commission du 19 septembre 1527 au 1er mars 1529 à un nommé Jean de Launay (ALA B 570 f° 32). Du fait de cette confusion, le dossier n’était toujours pas conclu le 24 février 1537 (ALA B 571 f° 54).

609Jean Guillou décéda avant le 2 juin 1541 et sa succession fut reprise par son fils Denis, sa femme Henriette Pinaut/Picaut. Ses autres enfants renoncèrent à son héritage (ALA B 574 f° 119).

610224. Alain Bertho

611Il présenta son mandement de don de l’office de receveur ordinaire de Lamballe et Moncontour à la Chambre le 6 novembre 1529 suite à la nomination de Claude de Lorraine, duc de Guise, le 24 septembre 1529 (ALA B 568 f° 105). Il n’eut en fait la responsabilité que de la recette de Lamballe (on connaît les receveurs de Moncontour pour la même période) probablement jusqu’au don du comté de Penthièvre à Jean de Brosse (il était toujours receveur de Lamballe le 16 octobre 1536, Dom Morice, Preuves, t. III, 1031).

612On ne lui connaît pas d’autres charges financières.

613Il eut pour commis « Martin » Petiteau (cf. notice 205) et il présenta comme caution par acte du 11 novembre 1529 me Jean Bertho, sieur de Trego, son frère (ALA B 12 838 f° 454). – Il mit du temps à clore son compte présenté en juillet 1539 du fait de ses difficultés à obtenir les pièces justificatives de ses versements au duc de Guise. Convoqué le 16 juin 1544 pour apurer ce compte, il obtint un délai jusqu’à l’ouverture suivante du fait qu’il était « à la poursuite des ses acquits auprès du sgr de Guise » (ALA B 575 f° 69). Le 20 avril 1547, la situation n’était pourtant toujours pas réglée et il lui restait encore 1 971 l. 5 s. 7 d. monnaie déportés à ce même compte à apurer (ALA B 576 f° 25).

614On ne sait quels liens l’unissaient à Julien Bertho, receveur de Loyaux de 1531 à 1536, domaine également donné au duc de Guise ni à François Bertho, clerc de la Chambre des comptes. Le 22 novembre 1542, un nommé François Bertho, fils de Jean Bertho, sr du Richay, comparut à la Chambre : il lui fut demandé de tenir compte de la recette de Lamballe du temps dont son père en eut la charge.

615225. Thomas Martel

616Il fut responsable de cette recette pour Jean de Brosse.

DOMAINE DE JUGON

617Le domaine de Jugon fut accordé par la duchesse Anne en 1491 au sr Maupertuis, maître de l’artillerie de Bretagne, contre un prêt de 6 000 l. Il pouvait nommer le receveur ordinaire et transmettre le domaine à ses héritiers (ALA E 128/17). On ne sait jusqu’à quand il en conserva le bénéfice mais il en jouissait toujours en 1503 (ALA E 212/19). Le 22 septembre 1526, François Ier fit don du revenu de Jugon à Antoine de Montbourcher, sr du Plessis-Bordage, échanson ordinaire, à la place des 6001. de pension qu’il recevait par an (ALA B 51 f° 369-370). La Chambre des comptes refusa d’entériner cet acte et ne donna son accord que pour 300 l., à prendre des mains du receveur ordinaire. Elle ne s’inclina que le 2 décembre 1529 après deux lettres de jussion du roi, l’une du 26 mars 1527, l’autre du 24 novembre 1529 (ALA B 51 f° 369-370). Montbourcher mourut avant juillet 1537 : en inspectant le domaine de Jugon à ce moment-là, Antoine Bullioud en dénonça l’état de délabrement et en imputa la responsabilité au sr du Plessis-Bordage « qui avait baillé le revenu à ferme sans laisser le receveur ordinaire se immiscer au fait de sadite recepte » et au receveur Jean Guillou qui n’avait pas fait respecter les droits du roi. Il ordonna à ce dernier de faire toutes les réparations nécessaires, en prélevant les finances nécessaires « tant sur les restes deuz audit feu Bordaige à cause dudit revenu que sur ses héritiers et biens tenant. »

618Le domaine de Jugon fut à nouveau aliéné le 20 avril 1541, au profit cette fois de Pierre Evrard, fils de la nourrice du dauphin (celle-ci l’avait accompagné en Espagne), ALA B 52 f° 223-224.

Receveurs ordinaires de Jugon

Receveurs ordinaires de Jugon

619226. Georges de Leke

620Cf. J. Kerhervé, Cat., t. II, notice 18, p. 427.

621227. Jean Haupras

622Le sr de Maupertuis jouissait toujours du revenu de Jugon en 1503 (ALA E 212/19). L’institution de Haupras signifierait peut-être que les autorités royales ont voulu reprendre le contrôle de la gestion de cette recette.

623228. Jean de Kerpregent

624Il bénéficia d’un exécutoire en tant que receveur de Jugon le 21 octobre 1508 (ALA B 17 f° 146).

625229. Jean Guillou

626Cf. notice 223.

627230. Guillaume Labbé

628Il fut commis à cette recette après la mort de Jean Guillou en attendant la nomination d’un autre receveur.

629Pas d’autres activités financières connues.

630Il présenta Jean de La Mothe et Guillaume Fallous, sieur de La Touche comme cautions (mention du 4 mai 1540, ALA B 12 838 f° 488).

631Il mourut en activité. Après son décès des poursuites furent lancées contre son fils, prénommé lui-aussi Guillaume et contre sa veuve Olive Noël.

632231. Michel Cornillet

633Il présenta sa lettre d’institution à la Chambre le 4 juin 1546 (ALA B 575 f° 225). Julien Cornillet se porta caution pour lui pour une demi-année par acte du 8 mai 1550 (ALA B 12 838 f° 498).

DOMAINE DE CESSON32

  • 32 Après 1498, ce domaine fut donné à Henri Le Bref, ancien huissier de François ii (ALA E 212/20).

Receveurs ordinaires de Cesson

Receveurs ordinaires de Cesson

634232. Jean Guillou

635Cf. notice 223.

636233. Julien Cado

637Il fut commis à la recette de Cesson par A. Bullioud. Il prêta serment devant le sénéchal de cette juridiction le 23 octobre 1540 (ALA B 12 838 f° 489).

DOMAINE DE MONCONTOUR

Receveurs ordinaires de Moncontour

Receveurs ordinaires de Moncontour

638234. Pierre Le Douaren

639Il fut fermier de la recette de Moncontour au profit de l’amiral de Bonnivet à partir de juillet 1521 et ce pour trois ans et huit mois (ALA B 574 f° 277).

640Convoqué à la Chambre le 5 novembre 1529 pour « compter de le recette ou ferme » de Moncontour à l’estimation de 5 000 l., il fut déclaré défaillant et il semble bien qu’il ne comparût jamais de son vivant (il était encore signalé défaillant le 25 février 1534, ALA B 570 f° 56). Ce n’est que le 20 avril 1540 que François Gicquel, marié avec sa veuve, Jeanne Le Douaren, présenta le compte de la recette de Moncontour en son nom et au nom des autres consorts de la ferme, sans que cela provoquât une accélération de la procédure, le greffier de la Chambre des comptes notant : « a esté encommancé à besogner sur ledit compte et pour aulcunes raisons a esté le compte retardé et leur a esté assigné leur terme au premier terme de la prochaine ouverture » (ALA B 573 f° 397). Le compte ne fut effectivement conclu qu’en avril 1543 (ALA B 2447 f° 4).

641235. Jean Guillou

642Cf. notice 223.

643236. Jean de Launay

644Il fut commis par Jean Guillou lui-même du 19 juillet 1527 au 1er mars 1529 (ALA B 570 f° 32).

645Il comparut à la Chambre soit en personne, soit par son procureur me François Joubineaulx au cours de l’année 1530 pour rendre compte de sa commission, sans que les registres indiquent clairement l’issue de la procédure.

646237. François Gicquel

647Il est mentionné comme receveur ordinaire de Moncontour du 2 février 1529 au 1er mars 1536, c’est-à-dire du temps où Claude de Lorraine percevait le revenu du comté de Penthièvre (ALA B 2447 f° 2). Il aurait ainsi réussi à récupérer un domaine déjà pris à ferme par Pierre Le Douaren, premier époux de sa femme Jeanne Le Douaren. On ne peut toutefois écarter totalement l’hypothèse qu’il y ait eu erreur des greffiers dans la compilation des archives de Penthièvre et qu’ils aient confondu François Gicquel et François Gouyquet. Cela serait confirmé par le fait que Gicquel ne fut poursuivi qu’en tant que procureur de sa femme, héritière de Pierre Le Douaren et que, par contre, Gouyquet fut assigné à comparaître à Nantes dès 1536, année présentée comme sa première année d’exercice. À moins que Gicquel n’ait été commis de Gouyquet.

648238. François Gouyquet

649D’après le registre B 2447, il fut receveur de Moncontour pour sept années à partir de mars 1536 mais dès le 4 mai 1536, François de Callac, qui devait examiner son compte de Moncontour fut déchargé de cette tâche pour s’occuper d’un autre compte (ALA B 571 f° 67), ce qui permet de penser que sa période d’exercice commença plus tôt et qu’il eut la responsabilité de cette recette sous Claude de Lorraine.

650La conclusion du compte présenté en 1536 fut retardée pour le même motif que pour Alain Bertho, receveur de Lamballe, à savoir la difficulté à récupérer des acquits du duc de Guise, tâche à laquelle Gouyquet était encore occupé le 30 juin 1541 (ALA B 574 f° 132).

651Il était propriétaire de la métairie de Baupatry pour laquelle il bénéficia d’une maintenue et sauvegarde le 5 octobre 1532 (ALA B 34 f° 206).

652Un nommé François Gouyquet fut greffier d’office de Moncontour le 18 août 1535 (ALA B 37 f° 136), sans qu’on sache s’il s’agit bien de notre receveur.

BAILLIE DE PLOËRMEL

DOMAINE DE PLOËRMEL

  • 33 Le comte de Laval avait reçu cependant en 1519 4 660 l. à prendre sur les recettes de Ploërmel, Va (...)

653Ce domaine ne fut aliéné33 que par le dauphin Henri à Jacques d’Albon, sr de Saint-André, gentilhomme de la chambre pour services rendus pendant les guerres par un acte daté du 11 septembre 1540 – il reçut en même temps la seigneurie de Saint-Aubin et le revenu du greffe ordinaire de Rennes (ALA B 52 f° 246). La Chambre essaya de restreindre la portée de ce don soulignant que la seigneurie de Ploërmel « se poursuyt et comporte en l’une des plus belles et grandes juridictions du duché et dont meuvent et dependent plusieurs barons et autre grant nombre de vassaulx et subjectz ...dont les aveux et rachatz peuvent et pouront quelque foiz monter vingt mil livres et plus » et ne l’enregistra que pour la somme de 1 200 l. le 12 novembre 1540 (ALA B 52 f° 206-207) mais elle dut s’incliner après une lettre de jussion délivrée dès le 12 décembre 1540 (ALA B 52 f° 210).

Receveurs ordinaires de Ploërmel

Receveurs ordinaires de Ploërmel

654239. Jean de La Regneraye

655Voir J. Kerhervé, Cat., t. II, p. 455, notice 19.

656240. Charles Serec

657Pas d’autres activités financières connues.

658241. Guillaume Bérard

659Il fut l’un des bénéficiaires des nominations faites par Anne de Bretagne en 1498 après la mort de Charles VIII (ALA E 128/22).

660Il était écuyer de bouche de la reine depuis 1492 (A.N. KK 85), il était encore mentionné dans cette charge en 1505 (compte de Raoul Hurault, Dom Morice, Preuves, t. III, 876-878). Il percevait pour cet office des gages de 200 l. par an (B.N. fr. 8269 f° 403).

661Jusqu’en 1506 au moins, il fit exercer cette recette par des commis dont Olivier Mauléon et Jean de Tregarenteuc qui rendirent personnellement leurs comptes à la Chambre, le premier le 8 mai 1504 (ALA B 4295 f° 248), le second le 1er juillet 1511 (ALA B 4295 f° 248). De 1506 à 1518, G. Bérard semble avoir exercé la recette lui-même, ce qui est attesté par le fait que ce soit lui qui ait assumé la reddition des comptes à la Chambre. Il est de plus probable par ailleurs, bien que cela ne soit pas précisé par Béchameil de Nointel, que Tregarenteuc soit demeuré son commis jusqu’en juillet 1520 : c’est d’ailleurs contre ses héritiers que les poursuites furent menées pour obtenir un apurement du dernier compte de Bérard fini le 21 juillet 1520 et conclu le 11 décembre 1523.

662Le 19 juin 1506, G. Bérard fut commis par Anne « miseur à l’ediffication des prinsons et brèches de la sainture et closture de la ville de Ploërmel » (ALA B 51 f° 74-75). C’est la seule autre charge financière qu’on lui connaisse avec la recette des rachats de la vicomte de Rohan et de Porhouet pour l’année commencée le 4 avril 1516 (ALA B 4295 f° 249).

663Dans les années 1530, ce sont les descendants de Jean Tregarenteuc qui furent assignés à comparaître à Nantes à propos de la recette de Ploërmel. Il s’agit de Vincent Tregarenteuc, curateur de Jeanne, petite-fille de Jean (dont le fils, lui-aussi décédé, se prénommait Pierre). Le 28 janvier 1533, il lui fut demandé d’apurer les déports du dernier compte de J. Tregarenteuc conclu en décembre 1523, déports s’élevant à 5 350 l. 14 s. 2 d. monnaie (ALA B 570 f° 15). Ce n’est que quatre années plus tard, le 2 mars 1537, que le livre de cet apurement fut effectivement présenté, sans que cela provoquât toutefois l’accélération de la procédure puisque les gens des comptes renvoyèrent, ce même jour, l’affaire à l’ouverture suivante « pour l’occupation qu’est à present au tablier » (ALA B 571 f° 241).

664Le 16 novembre 1540, Pierre de Callac estima le reste dû par les héritiers Tregarenteuc – ils étaient alors représentés par un nommé Jean Tregarenteuc dont le curateur était Me François Bérard – à 81 l. 12 s. 9 d. La Chambre ordonna qu’il en soit fait paiement à Florimond Le Charron, receveur des restes (ALA B 574 f° 63). L’absence de poursuites les années suivantes laisse penser que le dossier fut conclu par le paiement de cette somme.

665242. Jean Picaud

666Il était probablement le gendre du précédent suite à son mariage avec sa fille Françoise (ALA B 35).

667Il fut également fermier du devoir de billot dans l’évêché de Vannes en 1518 (ALA B 24 f° 56) et il fit la recette des deniers versés par les nobles pour la rançon du roi et de ses enfants dans la juridiction de Ploërmel (ALA B 573 f° 399).

668On connaît au moins un de ses commis : il s’agit de Guillaume Lemoyne mentionné le 7 juin 1533 (ALA B 570 f° 48).

669Son nom apparaît régulièrement dans les registres de la Chambre au cours des années 1530 mais il sut, en alternant « defailles » et présentation de comptes, tout à la fois gagner du temps et échapper aux mesures répressives, ce qui en fait un receveur honnête selon les normes du temps. Si A. Bullioud n’inspecta pas la recette de Ploërmel au cours de son périple de 1537, il convoqua Jean Picaud à Malestroit le 5 juillet 1537 et exigea qu’il montrât « ses papiers, garentz et acquitz » ainsi que le double de son dernier compte de la recette. Picaud se rendit à cette convocation et, en sa présence, le général fit l’état au vrai de sa recette jusqu’au 31 décembre 1536 et il lui donna un délai de quatre jours pour apporter une certification de la suffisance de ses pièges.

670Il était seigneur du Clos Havart (ALA B 12 838 f° 457).

671243. Julien Picaud

672Il bénéficia, pour accéder à cet office, de la résignation de son père. Cette dernière, acceptée par le roi le 10 mars 1536, vérifiée par A. Bullioud le 13 mars, fut entérinée par la Chambre le 20 mai 1536 (ALA B 571 f° 87).

673Pas d’autres activités financières connues. On trouve cependant son nom associé à celui de Jean Avril (cf. notice 359) qui s’engagea, le 4 décembre 1540, à le faire comparaître à la Chambre et à payer, en cas de non-comparution, la somme de 100 écus (ALA B 574 f° 79). Cette association pourrait laisser penser que ces deux hommes eurent des activités financières communes, peut-être dans la prise de fermes, mais nous n’en possédons pas la preuve.

674Il présenta, le 20 mai 1536, son propre père Jean Picaud comme piège ainsi qu’un nommé Gilles Delalande (ALA B 571 f° 87).

675Il rendit ses comptes avec régularité sous la pression toutefois de la Chambre qui le menaça du Bouffay le 4 décembre 1543 (ALA B 575 f° 17) ; le don du revenu de Ploërmel à Jacques d’Albon, sr de Saint-André, le 11 septembre 1540, n’affecta pas cette régularité mais l’amena, en plus de ses comptes ordinaires, à présenter un compte séparé (dont le début coïncide avec la date de l’aliénation) pour 14 années, 3 mois et 20 jours, conclu à la Chambre le 27 juin 1561 (ALA B 4295 f° 250). Cette séparation dans la gestion montre que dans ce cas, au moins, il n’y eut pas d’affermage de la recette (ce qui tient probablement à l’importance de la juridiction de Ploërmel) et permet de penser que le sr d’Albon ne jouit peut-être pas de la totalité du revenu de cette seigneurie malgré la lettre de jussion du dauphin Henri du 12 décembre 1540 (ALA B 52 f° 210). Il épousa Françoise Avril, fille d’Alain A. et sœur de Jean et Simon A. (cf. notice 359).

676244. Bertrand Picaud

677Sans qu’on connaisse ses liens exacts avec le précédent, son nom confirme le maintien du contrôle de la famille Picaud sur la recette de Ploërmel.

BAILLIE DE RENNES

DOMAINE DE RENNES

678L’aliénation de ce domaine se fit d’abord partiellement au profit de Robert d’Acigné qui reçut, le 25 mai 1516, le don viager du revenu du greffe ordinaire pour services rendus pendant les guerres (ALA B 51 f° 187-188). En entérinant cet acte, la Chambre estima ce revenu à 500 l. monnaie par an. Suite à la saisie mise sur sur tous les biens aliénés en 1531, François Ier réduisit la durée du don à trois ans par un mandement du 21 juillet 1533 (ALA B 52 f° 65-66). Après la mort de R. d’Acigné, le revenu du greffe fut accordé, le 13 décembre 1536, pour dix ans à Jean d’Espinay, sr de Boisdulier en remplacement d’une pension de 500 l. dont il jouissait auparavant et pour les services qu’il avait rendus sous les ordres de Jean de Laval, lieutenant et gouverneur général de Bretagne (ALA B 52 f° 123). Sous le dauphin Henri, ce don fut transféré le 11 septembre 1540, comme celui de Ploërmel et de Saint-Aubin-du-Cormier, à Jacques d’Albon (ALA B 52 f° 206).

679Cependant, la principale aliénation de ce domaine fut faite au profit de Guy, comte de Laval, qui reçut, le 15 septembre 1528, la totalité du revenu de la recette de Rennes en remplacement de ses gages de gouverneur, gages s’élevant à 4 000 l. par an (ALA B 51 f° 343-345). La résistance de la Chambre des comptes (qui refusa de consentir au don sur le motif que le revenu était supérieur à 4 000 l.) amena le roi à délivrer une première lettre de jussion le 13 janvier 1529 (ALA B 51 f° 365) puis à préciser, le 30 avril 1529, que ce n’était pas la totalité de la recette qui était accordée mais seulement 4 460 l. pour l’année 1529 et 4 000 l. pour les années suivantes (ALA B 51 f° 353). Les tergiversations royales se terminèrent par une deuxième lettre de jussion datée du 13 août 1529 qui accordait ... tout le revenu de Rennes au comte de Laval (ALA B 51 f° 365). Ce don fut révoqué le 16 octobre 1531 (ALA B 12 838 f° 3). Il ne semble pas que cette recette ait été cédée par la suite.

Receveurs ordinaires de Rennes

Receveurs ordinaires de Rennes

680245. Michel Thierry

681Cf. notice 336.

682Voir J. Kerhervé (Cat., t. II, notice 26, p. 473-475).

683246. Robinet Goubin / Gobin

684Il prit la recette de Rennes après la mort de Michel Thierry (dont il avait été le commis, A. I. et V., Eb 15 f° 15). Il la conserva jusqu’à son propre décès, survenu probablement fin 1525-début 1526 (mention le 4 octobre 1526 de feu Robinet Goubin, ALA B 30 f° 185).

685Sa carrière avait commencé avant 1491 : il avait été notamment receveur du fouage de l’évêché de Saint-Brieuc en 1490 (J. Kerhervé, Cat., t. III, notice 41, p. 640). Elle connut une interruption sous le règne de Charles VIII et on ne retrouve trace de lui qu’après 1498. Outre la recette de Rennes, il fut receveur du fouage dans l’évêché de Rennes en 1520 (cf. notice 341).

  • 34 Ainsi, en 1514, il fut chargé avec d’autres bourgeois de la ville de contrôler tous les comptes de (...)

686Il fut l’un des notables de Rennes dans les vingt premières années du xvie siècle. Miseur de Rennes en 1504 avec Jean Denis (A.M. Rennes, 1061), il prit part régulièrement à la mise aux enchères des fermes de de la ville, remportant celle de la cloison des vins en 1509 (A.M. Rennes, 1063) et celle de la cloison des peaux en 1511 (A.M. Rennes, liasse 1062). La même année, il fut délégué pour obtenir du général de Bretagne une décharge de 1 200 l. sur les billots de l’évêché de Rennes pour les fortifications de la ville. Il figura à plusieurs reprises parmi ceux qui furent chargés d’examiner les comptes des précédents miseurs34. Le 5 novembre 1515, il reçut 70 l. pour avoir été à la cour afin de demander à ce que Rennes pût continuer à prélever le droit de « vingtain soult » (A. M. de Rennes, 1063 f° 16).

  • 35 À identifier certainement avec celui qui fut miseur de Rennes de février 1524 à février 1525 avec (...)

687Sa succession fut assumée par sa femme, Marie Lambert, et par Guillaume Goubin35, tuteur et curateur de ses enfants Joachim, Gilles, Jeanne et Michau. Ils firent peu l’objet de poursuites dans les années 1530 ; les seules inquiétudes qui leur furent faites provenant des commissaires chargés de contrôler la perception des droits et devoirs seigneuriaux. Le 19 juin 1532, Guillaume Goubin obtint un relèvement d’appel en Parlement contre une de leurs sentences, sans que l’on ait d’autres précisions (ALA B 34 f° 123). Le 16 février 1535, ce dossier n’était toujours pas clos puisque le procureur de cette commission, Me Pierre Herbert, obtenait de la Chambre communication des comptes de Robinet Goubin et de Michel Thierry (ALA B 571 f° 20).

688Robinet Goubin était sr de Couaisme (A.M. Rennes 1064).

689247. Guillaume Pellemoine

690On ne lui connaît pas d’autres activités financières.

691Exerçant au moment de l’intensification des contrôles, il rendit ses comptes avec régularité. L’apurement des deux derniers fut conclu le 29 octobre 1541 (ALA B 4295 f° 60). Pour le contraindre à régler son solde, la Chambre lui avait ordonné le 26 avril 1535 de verser 36 l. 7 s. 6 d. à Jean Hux pour ses jetons de Me des comptes.

692Sa femme s’appelait Jacquette Godet (ALA B 571 f° 354). Il décéda avant 1537.

693Il était sr du Chesnay.

694248. Jean Hubert

695Il bénéficia de la résignation de Guillaume Pellemoine (C.A.F., t. VII, 28 658) dont il devait être très proche puisqu’il accepta d’être à plusieurs reprises son procureur à la Chambre des comptes (mention notamment le 3 mars 1535, ALA B 570 f° 133).

696Il fut également fermier du billot de Rennes en 1542 (ALA B 575 f° 38).

  • 36 Ce dernier fut miseur de Rennes avec Pierre Boulanger de février 1529 à février 1530, A.M. Rennes (...)

697Il présenta Guillaume Pellemoine et Pierre Cohier, sieur de la Teillaye36 comme cautions le 27 septembre 1534 (ALA B 12 838 f° 487). Leur solvabilité fut confirmée par Me François Callon, docteur régent d’Angers et Guy Meneust, garde de la Chambre des comptes. Ils assurèrent que « les richesses et facultez » de Pellemoine s’élevaient à plus de 3 000 l. Lors de son passage à Rennes, le 19 juillet 1537, Bullioud ayant été informé que « ses pièges et cauptions estaient decedés », lui demanda d’en présenter d’autres, ce que Hubert fit en la personne de Gilles Le Royer et de Jacques Rossignol le 13 mai 1539 (ALA B 571 f° 272). La solvabilité de ces derniers fut garantie par Jean Le Royer, sieur de la Gravelle, Raoullet Johannelles et Jean Loyson, qualifié de bourgeois de Vitré, par acte du 5 novembre 1542 fait devant le sénéchal de Rennes en la ville de Vitré (ALA B 12838 f° 488).

  • 37 Le 5 mai 1545, il fut demandé à son successeur, Jean Aulnette de compter de la recette de Rennes « (...)

698La Chambre fut constamment contrainte de le maintenir sous pression pour le contraindre à rendre ses comptes et pour le faire payer les restes. Cette mauvaise volonté provoqua sa suspension qui intervint selon toute probabilité au cours de l’année 154337. Après sa sortie de charge, les poursuites furent activées contre lui pour qu’il apure ses exercices mais aussi pour qu’il tienne compte du rachat de la châtellenie de Bain échu au roi après la mort de Jean de Laval, sr de Châteaubriant, le 11 février 1543. En conséquence, le 14 avril 1545, ses biens furent saisis et ordre fut donné de le détenir au Bouffay jusqu’à complet règlement de sa situation (ALA B 575 f° 110). Pour payer une partie de ses dettes, il consentit, le 4 novembre 1545, que les rentes qu’il possédait sur le domaine de Rennes fussent amorties (ALA B 575 f° 168). Le 19 novembre 1545, il était toujours redevable de 600 l. La Chambre s’en prit alors à ses cautions Gilles Le Royer et Jacques Rossignol, lesquels parvinrent toutefois à échapper aux mesures répressives en comparaissant à Nantes où ils présentèrent une requête dans laquelle ils affirmèrent « ne savoir ne entendre de recepte ne mesmes de souffrances pour ce que n’est leur faict mais [qu’il] leur a convenu abandonner fait de marchandie et icelle vendre... pour satisfaire et payer le trésorier » et surtout en promettant de remettre les acquits de Hubert qui étaient en leur possession (ALA B 575 f° 181). Ces différentes menaces conduisirent ce dernier à se plier aux injonctions des gens des comptes : son dernier apurement fut conclu le 17 décembre 1546 (ALA B 4295 f° 62).

699Il fut procureur des héritiers de Marc de La Villegontier (le 28 mars 1533, ALA B 570 f° 29) et de Thomas Fectuet (le 22 novembre 1531, ALA B 569 f° 137), tous deux receveurs de Fougères.

700249. Jean Aulnette

701Sans qu’on en ait la preuve formelle, on peut supposer qu’il bénéficia de la résignation du précédent à la place duquel il avait été commis après sa suspension. J. Hubert figurait d’ailleurs parmi les cautions qu’il présenta le 2 juillet 1543 avec Gilles Le Royer, Jean Le Royer (qui s’étaient portés précédemment cautions pour Hubert), Jocelin Le Chapelier (miseur de Rennes avec Jean Le Ménager de février 1532 à février 1533, A.M. Rennes 1066), Michel Boucher et Jean Rabault (ALA B 12 838. f° 482). Leur solvabilité fut garantie par Jean Bouyn, apothicaire et par Me Olivier Tirel, avocat, et par Simon Bonemer, marchand de Rennes.

702Il avait été chargé en 1540 du financement des travaux engagés pour rendre la Vilaine navigable (ALA B 574 f° 123) mais sa principale fonction fut celle de receveur de Rennes qu’il assura jusqu’en novembre 1558, soit pendant quinze années (ALA B 4295 f° 63).

703Il rendit ses comptes avec régularité à l’exception toutefois des deux derniers dont l’un fut conclu neuf années après sa fin par un nommé Jean Aulnette, tuteur de ses enfants, et l’autre avec un retard de dix-huit ans par sa veuve, Jacquette Le Royer (ALA B 4295 f° 63).

DOMAINE DE DINAN

704Le domaine de Dinan fut constamment aliéné de 1491 à la fin du règne de François Ier. Le vicomte Jean de Rohan, après en avoir pris le contrôle pour les Français, en reçut l’usufruit de Charles VIII le 7 octobre 1490 (Dom Morice, Preuves, t. III, 705). Le 22 juillet 1498, Anne confirma le don « durant nostre plaisir » – en réservant 100 l. qui devaient être versés au chapitre de Saint-Malo (ALA B 51 f° 83). Jean François de Cardonne, général des finances, entérina l’acte le 20 décembre 1498 pour une durée de dix ans.

  • 38 De 1525 à 1533, Jean de Laval reçut chaque année 900 l. sur le revenu de Dinan et, en 1534, 400 l. (...)

705Le don fut renouvelé le 26 juin 1505 par Anne et Louis XII (ALA B 51 f° 85) et reconduit par François Ier le 2 juillet 1515, le roi donnant même au vicomte de Rohan le droit de percevoir les rachats, ce que n’avaient pas fait les précédents souverains (ALA B 51 f° 172). Après la mort du vicomte de Rohan, François Ier accorda 100 l. ainsi que le revenu du tabellionage de Dinan à Guillaume Dufay, capitaine du château. Le 23 juin 1518, il transféra ce domaine à Pierre de Laval, sr de Montafilant, pour les services qu’il avait rendus « à la derraine conqueste et reduction qu’avons faicte de nostre duché de Milan où il s’est très vertueusement employé, sans y espargner le danger et peril de sa personne » (ALA B 51 f° 199-200). Il lui accorda le droit de présenter des candidats aux offices de la seigneurie. Dinan demeura ensuite dans la maison de Laval puisque le 2 décembre 1521, François Ier le céda à Jean de Laval, sr de Châteaubriant, en reconnaissance des services faits par son frère Pierre et pour l’aider à payer les dettes que ce dernier avait contractées (ALA B 51 239-240-241). Cette donation entra aussi dans le cadre du règlement d’une transaction de 70 000 l. passée entre le roi et Jean de Laval dès 151738. On peut penser que c’est la liquidation de ce contentieux qui permit le 14 janvier 1537 à François Ier de céder Dinan au sr d’Annebaud pour dix ans en remplacement de la seigneurie de Guingamp et en remerciement des services qu’il avait rendus au cours des guerres « decza et dela les montz et derrenierement à la conqueste et reduction en noz mains et obeissance des pays et duché de Savoye et principaulté de Piedmont, garde et conservation de nostre ville de Thurin où il s’est prudentement et vaillamment conduict et employé, exposant sa personne en touz perils et dangiers » (ALA B 52 f° 113-114). Après la mort de François Ier, ce don fut confirmé par Henri II pour dix autres années le 9 septembre 1547 (ALA B 53 f° 32).

Receveurs ordinaires de Dinan

Receveurs ordinaires de Dinan

706250. Denis Gervaise

707Il dut sa nomination à la protection du vicomte de Rohan qui avait pris le contrôle de Dinan dès 1488.

708Voir J. Kerhervé, Cat., t. II, notice 24, p. 488.

709251. Guillaume Le Bascle

710Il fut lui aussi nommé à la requête du vicomte de Rohan (ALA E 122/28).

711Il fut chargé du financement des fortifications de Dinan en 1520 (ALA B 25 f° 1) et en 1522 (ALA B 27 f° 259). C’est probablement lui qui fut également séquestrateur de la seigneurie de Pontchâteau (ALA B 28 f° 131).

712Après son abandon de la recette de Dinan en 1523, il fut poursuivi pour apurer ses comptes. Il décéda sans avoir satisfait aux demandes de la Chambre. Après sa mort survenue à la fin de l’année 1532, les gens des comptes s’en prirent à Maurice Le Bascle, son fils aîné, qui utilisa plusieurs artifices pour ralentir la procédure. Il prétexta d’abord, le 28 janvier 1533, ne pas avoir accès aux documents de son père qui étaient situés dans une maison où plusieurs personnes étaient mortes de la peste (ALA B 570 f° 1). Ayant obtenu un délai de quinze jours, il nia, ensuite, avoir touché aux biens de son père et en être l’héritier. Cela provoqua le 11 février 1533, un renvoi de l’affaire à l’ouverture d’après Pâques (ALA B 570 f° 19). Ce n’est que le 28 avril 1533 qu’il reconnut être l’héritier sous bénéfice d’inventaire de G. Le Bascle. Il bénéficia, le même jour, d’un nouveau délai, pour établir son compte (ALA B 570 f° 30). Par la suite, il gagna encore du temps en se soustrayant aux convocations – il fut ainsi déclaré défaillant le 28 février 1534 (ALA B 570 f° 56) – et en faisant comparaître à la Chambre d’autres héritiers de son père notamment l’un de ses gendres Guillaume Gicquel (ALA B 573 f° 297-298). Ce n’est finalement que le 16 avril 1536 que les gens des comptes le condamnèrent à apurer 352 l. 3 s. 4 d. déportés au compte de son père conclu en 1526 (ALA B 573 f° 353). L’exécution de la sentence fut retardée en raison du procès qu’il avait engagé contre les héritiers de Guillaume du Fay, ancien capitaine de Dinan, pour récupérer des acquits. Le 7 octobre 1540, dernière date de mention de ce dossier, un nouveau délai d’un an lui fut accordé (ALA B 574 f° 32).

713Il était sr des Alleux.

714252. François Delalande

715Non mentionné par Béchameil de Nointel, on peut supposer qu’il bénéficia de la résignation du précédent auquel il était apparenté. On ne sait pas quand il cessa d’exercer cette recette.

716Pas d’autres activités financières connues.

717Après sa mort survenue avant février 1531, du fait qu’il n’avait rendu aucun compte, les poursuites furent lancées contre sa veuve puis contre son frère Arthur Delalande. Celui-ci refusa sa succession, ce qui provoqua la saisie de ses biens le 4 décembre 1535 (ALA B 571 f° 170). Le 6 octobre 1540, leur inventaire n’était toujours pas fait (ALA B 574 f° 29).

718Sa femme s’appelait Bertranne Le Bascle.

719Un dénommé François Delalande figurait parmi les cautions que Jean Parajau présenta à la Chambre le 27 mars 1528 pour tenter de conserver la trésorerie générale (ALA B 568 f° 73-76).

720253. Jean du Fresne

721Il présenta Pierre de Mareau, sieur de la Vallée en Dol, et Pierre Columbel, marchand demeurant à Antrain, comme cautions par acte du 27 septembre 1537 (ALA B 12 838 f° 484).

722Pour l’ensemble de sa carrière, cf notice 315.

723254. Toussaint Commaillé

724On ne sait s’il fut commis ou receveur en titre de cette recette. Il n’est pas mentionné comme receveur par Béchameil de Nointel. Cependant, dès le 12 mai 1542, la Chambre lui demanda d’en rendre compte depuis la mort de Jean du Fresne. Il répondit, ce même jour, qu’il avait simplement eu commission du général « actendant qu’il feust pourveu de receveur toutefois n’avoit usé dudit povoir et que le seigneur de Henbaud a baillé le revenu à ferme et a remontré qu’il ne se trouve personne qui veuille prendre la recepte pour ce qu’il y a beaucoup de caditz et de choses usurpees et qui seroyt bien requis la reformer » (ALA B 574 f° 212). Le 23 avril 1545, il intervint à la Chambre pour que fut accordé un délai à J. Le Bégassoux, receveur en titre, du fait que « la veuve du Fresne a encore partie des fermes, aussi que la recepte a este par environ deux années sans y estre pourveu et n’est encore exerce que par commission » (ALA B 575 f° 115). Ces différentes allégations ne l’empêchèrent pas le 7 mai 1550 de demander et d’obtenir de la Chambre d’être admis à compter de la recette de Dinan depuis la mort de Jean du Fresne jusqu’au 18 janvier 1548 et donc de recevoir les gages prévus pour cet office (ALA B 576 f° 191).

725On peut conclure de ces contradictions que T. Commaillé fut véritablement commis à la recette de Dinan dont le revenu fut affermé. Son accession à la charge fut favorisée par d’Annebaud dont il servit les intérêts à Guingamp puis à Dinan. Il conserva pour lui la perception des devoirs seigneuriaux ainsi que l’en accusa Le Bégassoux le 16 octobre 1544, délaissant à ce dernier, peut-être en tant que commis, le fruit plus aléatoire des fermes ordinaires.

726Pour l’ensemble de sa carrière, cf notice 316.

727255. Jean Le Begassoux

728Pas d’autres activités financières connues.

729Il conclut son compte pour six années le 8 juillet 1547 (ALA B 4295 f° 102) après avoir été amené à Nantes le 27 juin 1547 par un sergent et incarcéré (ALA B 576 f° 52).

730256. Jean Goulart

731Il portait le titre de receveur de Dinan.

732C’est un officier à la carrière longue et mouvementée, pour qui la recette de Dinan constitua une position de repli après des années difficiles. Il semble en effet que l’on puisse l’identifier avec le personnage du même nom signalé dès le 20 décembre 1516 comme receveur et commis à la recette des aides de Bretagne (ALA B 23 f° 142), charge qu’il aurait exercée sous Nicole Robillart jusqu’en 1525 puis sous Claude Tissart (ALA B 568 f° 23) et peut-être à titre personnel jusqu’au 12 décembre 1533, date à laquelle le roi fit don de l’office à Noël Hays (ALA B 570 f° 62). Il fut également fermier des ports et havres entre Couesnon et Arguenon d’octobre 1518 à octobre 1521 (mention du 23 février 1520, ALA B 25 f° 29) puis d’octobre 1521 à octobre 1524 avec Jean du Fresne et Hamon Goulart (ALA B 569 f° 4), fermier de la traite des bêtes vives, à une date indéterminée (ALA B 32, mention le 23 juin 1530) et fermier des ports et havres avec Hamon Goulart et Jean Durant en 1533 (ALA B 570 f° 48-49).

  • 39 En juin 1548, le procureur de François Cosnoal, fils de Pierre reconnut que ce dernier avait reçu (...)
  • 40 Le 19 novembre 1535, sa femme demanda encore toutefois à ce que la conclusion de son compte fût re (...)

733Il fut l’une des principales victimes des poursuites de la fin des années 1520. Suite à son refus de rendre compte, il fut suspendu de son office de receveur des aides et ses biens saisis le 15 novembre 1529 (ALA B 569 f° 9). Le 4 mars 1533, il fut placé en détention au Bouffay pour refus de paiement de 1 128 l. 16 s. 1 d. monnaie dus pour un exercice conclu en janvier 1531 et pour ne pas avoir présenté ses comptes depuis le 24 novembre 1529 (ALA B 570 f° 23). Son dossier fut pris pris en charge par la commission Le Rouge qui le contraignit à payer une partie de sa dette à Pierre Cosnoal, commis à recevoir les restes et les amendes39. Jusqu’en 1535, il fut l’objet d’un harcèlement continu de la Chambre. Cela le conduisit à conclure progressivement tous ses comptes40 et à céder son office de receveur des aides, probablement en faveur de Noël Hays (cf. notice 324).

  • 41 Une maison que Antoine Perruguet essayait de s’approprier en 1542, ALA B 574 f° 264.

734Ce passé explique en partie le nombre de personnes qui furent sollicitées en 1545, afin de certifier qu’il avait les capacités financières requises pour exercer l’office de receveur de Dinan. On y trouve, en effet, deux membres de la Chambre des comptes, Jean de La Rivière et Antoine Dessefort, un payeur des gens du conseil, Antoine Bretin, et un receveur du fouage de Tréguier, Humbert Geslin (l’acte fut signé par Me Noël Hays, sieur de la Vincendière pour lequel J. Goulart s’était porté caution le 9 juin 1537 quand il était receveur des fouages de Léon, ALA B 12 838 f° 493). Ils attestèrent que Jean Goulart était « homme riche et solvable jusqu’à la somme de 100 l. de rente, scavoir en une maison située en la Grand Rue de ceste ville de Nantes41, parœsse de Sainte-Croix, joignant d’un costé à la maison des veuve et heritiers de feu Bertrand Morin laquelle maison estoit pour lors affermée 73 l., que aussi certifient lesditz nommez que Hamon Goulard, sieur de la Porte-Basse, sesdit porte plege et caution dudict Goullard a plusieurs des parties de Dinan mais n’ont à present congnœssance desdites richesses et facultez pour ce qu’ilz n’ont residé esdictes parties de Dinan où est ledit Hamon demourant » (ALA B 12 838 f° 485). Le 9 octobre 1546, J. Goulart présenta Hamon Goulart et Me Hamon Bonfils comme cautions et, à la demande de Bullioud, il rajouta Bertrand de Serres, « demourant en la ville de Dinan », le 16 octobre 1546 (ALA B 12 838 f° 485).

735Son commis à la recette de Dinan s’appelait Jean Espaullart. Il avait charge de rendre compte à la Chambre (ALA B 577 f° 20). Jean Goulart avait un fils prénommé Laurent (ALA B 4295 f° 35).

DOMAINE DE FOUGÈRES

736C’est au camp dressé devant Pavie que François Ier procéda à la première aliénation importante de ce domaine (auquel étaient liés Bazoges et Antrain), le 2 février 1525, au profit de René de Montejean en faveur des services « faictz tant du faict de nos guerres esquelles il s’est toujours toujours bien et vaillamment porté et conduict et en icelles estre prins prinsonnier par noz ennemys, blessé et navré par plusieurs foiz et en diverses parties de son corps, en grant dangier de sa personne et encores à present est avec nous en nostre camp devant la ville de Pavye où tenons noz ennemys assiegez, que aultrement en plusieurs autres manieres, en quoy faisant il luy a convenu porter et soustenir plusieurs grans fraiz mises et depenses et payer grosse somme de deniers ausdits ennemys pour sa ranczon » (ALA B 51 f° 293). L’acte fut confirmé le 18 avril 1525 (ALA B 51 f° 294-295) par Louise de Savoie puis à nouveau par François Ier, le 9 août 1526, du fait du refus de la Chambre des comptes de l’entériner. Suite à la saisie mise par les commissaires à la révision du domaine, le roi renouvela le don pour cinq années le 16 août 1532 (ALA B 52 f° 40) et le reconduisit pour une même durée le 11 juillet 1536 (ALA B 52 f° 138). Après le décès de Montejean, Fougères fut accordé à Claude de Clermont, sr de Dampierre (ALA B 52 f° 201-202) puis à Diane de Poitiers le 14 avril 1547 (ALA B 53 f° 14-15) en compensation du domaine de Rhuys alors cédé à sa fille.

737À partir de 1525, les bénéficiaires de Fougères obtinrent le droit de présenter un candidat à l’office de receveur ordinaire.

Receveurs ordinaires de Fougères

Receveurs ordinaires de Fougères

738257. Patry Le Bascle

739Il fut receveur en association avec Jean Hagomar (cf. notice 50), soit à titre de commis soit à titre de consort.

740Pas d’autres activités financières connues après 1491.

  • 42 Les documents de la Chambre se contredisent, indiquant tantôt que la femme de J. de Néant, Laurenc (...)

741Peu de traces de poursuites contre lui. Dans le rôle des restes donné à Nicolas Duval le 18 décembre 1506, il est indiqué qu’il devait 40 l. 15 s. pour son dernier compte conclu à Nantes le 10 décembre 1505 (ALA B 51 f° 70-71). Cette affaire n’était toujours pas conclue une vingtaine d’années plus tard. La réouverture des dossiers dans les années 1530 provoqua la convocation de ses héritiers pour conclure l’apurement qu’il avait présenté, toujours pour le même compte, le 23 mai 1508. Comparurent ainsi, le 2 mai 1530, son fds aîné Nicolas, procureur de ses frères, Michel et Guyon (ALA 569 f° 43-44) puis Jean de Néant, mari de Laurence Pralain, héritière pour moitié de Patry Le Bascle42. Devant la défaille de ces derniers le 11 avril 1537, la Chambre décida de procéder à la conclusion de l’apurement présenté en 1508 (ALA B 571 f° 268), ce qui fut effectivement fait le 11 mai 1537 mais en présence de Marguerite Le Bascle (ALA B 4295 f° 115). Celle-ci mit un terme aux poursuites en rendant dès le 5 novembre 1537 l’apurement du précédent apurement.

742Il décéda avant le 6 octobre 1526, date à laquelle sa fille Marguerite Le Bascle, mariée à Pierre Jarinel, obtint une évocation à Fougères touchant sa succession (ALA B 30 f° 193).

743Voir J. Kerhervé, Cat., t. II, p. 503, notice 19.

744258. Marc de La Villegontier

  • 43 Dans la liste d’affectation des officiers remise à Anne après la mort de Charles VIII, il est indi (...)

745Il était commis d’Arthur du Pan (cf. notice 51) qui reprit la recette de Fougères après la mort de Jean Hagomar43. Béchameil de Nointel mentionne deux séries de comptes pour M. de la Villegontier sans que l’on arrive à comprendre les raisons de cette différence de numérotation mais il est possible qu’à partir de 1515 il ait assumé seul la recette.

746Pas d’autres activités financières connues.

747Il eut Adrien Marinier pour commis de 1520 à 1523 (ALA B 571 f° 63).

748Ses héritiers furent ajournés à la Chambre dans les années 1530. Sa veuve Ambroise Le Porc, son fils François, ses filles Jeanne – mariée à Me Arthur Courtais – et Guyonne – mariée à Thomas Fectuet – se firent représenter par Jean Hubert (cf. notice 248), par Pierre Coquays le 21 avril 1534, (ALA B 570 f° 83) puis par Thomas Fectuet (mention du 10 juin 1541, ALA B 574 f° 124). Les poursuites les amenèrent à conclure l’apurement du dernier compte de M. de La Villegontier le 11 décembre 1537 (ALA B 4295 f° 116) et l’apurement de cet apurement le 22 novembre 1546 (ALA B 4295 f° 117). Les héritiers de son commis furent également poursuivis.

749259. Thomas Fectuet

750Gendre du précédent. On ne lui connaît pas d’autres activités financières. Son temps d’activité correspond presque totalement à la période où Fougères fut cédé à René de Montejean.

751Convoqué régulièrement à la Chambre tout au long des années 1530, il confia la défense de ses intérêts à quatre procureurs, à savoir Jean Hubert (mention le 22 novembre 1531, ALA B 569 f° 137), Jean Hautbois (mention le 28 janvier 1533, ALA B 570 f° 4), Pierre Coquays (mention le 21 avril 1534, ALA B 570 f° 83) et Jean Saucet (mention le 21 mai 1540, ALA B 573 f° 129).

752Il décéda à la fin de l’année 1541 ou au début de l’année 1542, laissant à ses héritiers le soin de présenter son dernier compte à la Chambre et d’apurer les déports de ses précédents exercices. Les procédures contre eux furent marquées par leur extrême rapidité.

753Son dernier compte, effectivement conclu par Me Guillaume de La Fontaine, tuteur de ses enfants Marc, Guillaume et Bertrand, le 26 avril 1543, entraîna, presque immédiatement, le 29 mai 1543, la saisie et la mise en vente de ses biens pour le recouvrement de 1 306 l. 1 s. 10 d. ob monnaie (ALA B 575 f° 7). Dès le 20 décembre 1543, les gens des comptes rendirent leur sentence concernant les oppositions faites à la vente des lieux des Ordières, du Baillot et de la Guénaudière : ils acceptèrent de reconnaître les demandes de Me Guillaume de La Fontaine dont une partie des biens – confondue avec ceux de Fectuet – furent exclus de la vente mais repoussa les sollicitations de Guyonne, sa veuve, qui exigeait qu’on lui versât son droit de douaire ainsi que 50 l. de rente constituées en sa faveur par son époux (ALA B 575 f° 27-28).

754Après la vente de ces biens, les héritiers continuèrent à être inquiétés pour apurer les précédents comptes de Fectuet : le 26 mai 1545, Marc, l’un de ses fils, obtint de la Chambre un exécutoire sur les débiteurs de son père pour éviter que le reste de ses héritages fussent vendus à la demande du trésorier général pour le paiement de 496 l. monnaie demeurés en reste après un apurement présenté par Me Guillaume de La Fontaine cette même année (ALA B 575 f° 122). La suite du dossier est plus difficile à connaître même si l’on sait que Guillaume de La Fontaine permit également la conclusion de apurements des sixième et septième comptes de Fectuet respectivement les 5 novembre 1545 et 7 novembre 1545 (ALA B 4295 f° 117). Mais ce n’est qu’en avril 1574 que Radegonde Fectuet, fille de Thomas, conclut l’apurement... de l’apurement de son huitième compte (ALA B 4295 f° 117).

755Il avait présenté Arthur Suaie, sieur de la Daniaie, comme piège par acte du 13 juillet 1525 (ALA B 12 838 f° 453).

756260. Georges Courtois

757Il portait le titre de commis à la recette de Fougères (ALA B 575 f° 67).

758Pas d’autres activités financières connues.

759Il avait épousé à Marie Tiellin qui se remaria, après son décès, avec Jean Le Marinier. Il leur fut demandé le 17 juin 1556 d’apurer 1418 l. 11 s. déportés au second compte de Courtois conclu en décembre 1545 (ALA B 580 f° 60).

760261. Jacques de Châtillon

761Également commis.

762Cf. notice 39.

763262. Jean Meneust le Jeune

764Il présenta ses lettres d’institution à la Chambre le 30 juin 1547 (elles avaient été données à Chantilly le 30 juin 1547) de receveur ordinaire de Fougères, Bazoges, Rimoux et Antrain (ALA B 576 f° 55). C’est donc lui qui succéda officiellement à Thomas Fectuet.

765Il avait été lui-même procureur de Guillaume de La Fontaine, tuteur des enfants de Fectuet (mention le 26 avril 1543, ALA B 575 f° 27).

766Il présenta Georges Chevalerie, sieur de Lespine (cf. notice 342), comme piège (ALA B 12 838 f° 497).

DOMAINE DE HÉDÉ

767Pendant toute la période, ce domaine resta entre les mains de la famille d’Avaugour mais changea de statut. Sous les règnes de Charles VIII et d’Anne, François d’Avaugour en conserva la jouissance à titre de propriétaire et ce n’est qu’après sa mort que son fils connut des difficultés pour le recevoir en héritage. Après l’édit de réunion du domaine d’Argilly en 1521, le procureur général de Bretagne engagea, en effet, un procès contre lui pour le contraindre à montrer les lettres de donation délivrées à son père par le duc François II. N’ayant pu le faire (il dit les avoir perdues), il n’obtint la reconduction du don (à titre viager), le 28 mai 1527, qu’à la condition de renoncer à ses prétentions à la propriété de ce domaine (ALA B 51 f° 379-380).

768Hédé connut ensuite l’évolution du reste des propriétés ducales en étant saisi par la commission à la révision du domaine en 1531 puis concédé à nouveau à François d’Avaugour le 23 juillet 1532 mais pour une durée de dix ans seulement (ALA B 52 f° 60-61). Ce don fut reconduit pour une autre période de dix années le 12 juillet 1544 par le dauphin Henri (ALA B 52 f° 267).

769Béchameil de Nointel n’indique qu’un nom de receveur pour Hédé : il s’agit de Jean Généraux qui exerça du 14 mai 1534 au 9 octobre 1554 (ALA B 4295 f° 83). Il est cependant probable que la remise en cause de la propriété de ce domaine par les d’Avaugour avait dû entraîner dès 1527 l’institution d’un receveur, ce qui est attesté par l’ajournement adressé par la Chambre des comptes le 12 mai 1541 à tous les receveurs de Hédé « qui ont esté depuis le 28 mai 1527 et ont touché aux deniers de la recette » (ALA B 574 f° 109). L’absence de nom de receveur de 1527 à 1534 pourrait s’expliquer par le fait que, pendant cette période, ce furent les receveurs de Rennes qui assurèrent la perception des deniers (dans l’acte de confirmation du premier don de dix ans le 3 mars 1535, la Chambre précisa que le R.O. de Rennes doit rendre compte de cette recette, ALA B 52 f° 61).

Receveurs ordinaires de Hédé

Receveurs ordinaires de Hédé

770263. Jean Généraux

771Pas d’autres activités financières connues.

DOMAINE DE SAINT-AUBIN-DU-CORMIER

  • 44 Les héritiers de Montauban engagèrent un procès pour faire reconnaître leurs droits, entraînant un (...)

772Ce domaine fut constamment aliéné à la fin du xve et dans la première moitié du xvie siècle. Il fut d’abord accordé en 1488 par François II à Philippe de Montauban, chancelier de Bretagne, avec les châtellenies de Bazouge-La-Pérouse, Marcillé-Raoul et Rimoux (ALA B 51 f° 36). Ce don fut confirmé par Anne le 20 septembre 1489 puis par Charles VIII le 6 février 1492 (A. I. et V., E.M. 171). Cependant, la révocation des aliénations du domaine le 17 février 1493 conduisit la Chambre des comptes à faire une enquête pour vérifier le bien-fondé des droits de Montauban et, malgré les conclusions positives de celle-ci (ALA B 51 f° 205), le conseil royal n’accorda que le domaine de Saint-Aubin à Montauban. Dès son retour au pouvoir, après la mort de Charles VIII, Anne, par un acte du 20 avril 1498 (ALA B 51 f° 37-38), donna satisfaction aux demandes de son serviteur, lui accordant même la possibilité de transmettre ces domaines à ses héritiers. Cette dernière faveur ne fut pourtant pas appliquée44 : après la mort du chancelier, Saint-Aubin fut accordé – avec les forêts de Rennes et de Liffré –, le 22 décembre 1516, à Jean d’Acigné, baron de Coetmen et de Fontenay, vicomte de Tonquédec et de Loyat et à sa femme Gillette de Coetmen, dame d’honneur de la reine (ALA B 51 f° 271). De façon originale, ce furent le conseil et le procureur général de Bretagne, avant la Chambre des comptes, qui s’opposèrent à l’enregistrement de l’acte, en s’appuyant sur les ordonnances des précédents ducs qui interdisaient les aliénations du domaine puis en refusant d’accorder à Jean d’Acigné le droit de nommer et de contrôler les receveurs ordinaires. A chaque fois, le roi passa outre à leur opposition en délivrant deux lettres de jussion, la première datée du 1er juin 1517, l’autre du 20 mars 1518. Il confirma une nouvelle fois le don, le 7 mars 1522 (ALA B 51 f° 366-367), après la révocation des aliénations suite à l’édit d’Argilly puis reconnut, le 26 décembre 1523, le droit au fils de Jean d’Acigné de succéder à son père après sa mort sans avoir besoin d’obtenir de nouvelles lettres de don. Hostile à tout principe d’hérédité, la Chambre refusa de donner son consentement à ce dernier mandement, ce qui conduisit le roi à délivrer une lettre de jussion le 8 avril 1529. Les gens des comptes s’inclinèrent en imposant toutefois au nouveau propriétaire de réédifier, dans un délai de quatre années, les moulins de la seigneurie.

  • 45 Il obtint en même temps que les revenus lui fussent versés en espèces.

773La commission de révision du domaine de 1531 amena le roi à réduire le don à une durée de cinq ans – on ne possède pas ce document –, don qui fut reconduit pour une autre période de cinq années le 11 juillet 1536 (ALA B 52 f° 136). Le 11 septembre 1540, Saint-Aubin fut attribué avec Ploërmel au sr de Saint-André, Jacques d’Albon (ALA B 52 f° 206). L’obligation faite aux héritiers de Montauban le 6 octobre 1540 « de rendre en bonne et deue reparation les moulins et chaussées de la seigneurie de Saint-Aubin » (ALA B 574 f° 27) ainsi que la demande faite par le sr d’Albon, le 4 octobre 1546, qu’une commission vînt se rendre compte de l’état « ruineux » du domaine (ALA B 575 f° 225)45 attestent que les aliénations successives avaient laissé cette seigneurie dans une situation déplorable.

774Les receveurs de Saint-Aubin, du fait de l’aliénation, ne sont connus avec certitude qu’à partir de 1529.

Receveurs ordinaires de Saint-Aubin-du-Cormier

Receveurs ordinaires de Saint-Aubin-du-Cormier

775264. Jean Guichard

776Voir J. Kerhervé, Cat., t. II, notice 14, p. 520.

777265. Guillaume Hédé

778Il fut receveur de Saint-Aubin pendant une courte période, immédiatement après la mort de Philippe de Montauban.

779On ne lui connaît pas d’autres activités financières.

780Son fils, Guillaume de Hédé était signalé défaillant à la Chambre le 28 janvier 1533 pour apurer les déports – ils s’élevaient à 54 l. 11 s. monnaie – de son compte conclu en décembre 1520 (ALA B 570 f° 7). Un an plus tard, le 25 février 1534, la situation n’était toujours pas réglée (ALA B 570 f° 56).

781266. Guillaume Boulle

782Il n’est pas mentionné par Béchameil de Nointel : son existence est connue seulement par les poursuites dont il fut l’objet à partir de 1529. On ne sait à quelle date il fut institué, peut-être après la mort de Jean d’Acigné.

783Convoqué à la Chambre pour compter depuis son institution le 5 novembre 1529 (ALA B 569 f° 7), il refusa de comparaître. Après sa mort, son fils, prénommé lui-aussi Guillaume (mention le 21 avril 1534, ALA B 570 f° 83) et sa femme, Perrine Macé (mention le 4 mai 1536, ALA B 571 f° 64) ne répondirent pas aux convocations de la Chambre.

784267. Pierre Julienne

785Il conserva cette recette pendant dix-neuf années.

786Pas d’autres activités financières connues.

787Il présenta Gilles Boimin, sr de « Brandonne, » demeurant dans la paroisse de Moigné près de Rennes et Jean Le Rarmoux, sieur de la Coherne de Noyai/Sèche comme cautions par acte du 5 octobre 1540 (ALA B 12 838. f° 488).

788Il était probablement Rennais : il comparut en effet à la Chambre en 1538 en faveur des héritiers de François Daville et confirma « avoir ouy dire et tenir tout notoirement en la ville de Rennes que ledit Daville mourut fort pauvre de biens » (ALA B 573 f° 84-85).

789268. Pierre Maillard

790Il fut en charge de cette recette de 1548 à 1554 (ALA B 4295 f° 92).

BAILLIE DE TRÉGUIER

DOMAINE DE GUINGAMP

791Ce domaine fut accordé à Claude d’Annebaud, conseiller et chambellan du roi, pour dix ans le 17 mars 1527 (ALA B 51 f° 313-314). Après avoir été saisi par les commissaires à la réformation du domaine en 1532, le roi en renouvela le don au même, le 17 juillet 1532, pour une durée de cinq ans (ALA B f° 61-62). À l’expiration de ce temps, le roi récupéra cette seigneurie et accorda en compensation le domaine de Dinan à Claude d’Annebaud (ALA B f° 113-114).

Receveurs ordinaires de Guingamp

Receveurs ordinaires de Guingamp

792269. Julien Rivault

793Il dut sa nomination à cette charge à la faveur dont sa famille bénéficiait auprès de Charles VIII. On ne sait toutefois s’il convient l’identifier avec Gilles Rivault – lui-aussi sr de Kerisac –, qui devint maître d’hôtel ordinaire de Charles VIII après avoir participé à la conspiration contre P. Landais et qui contribua en 1488 à gagner François d’Avaugour à la cause du roi – ou si ces deux personnages étaient distincts.

794Voir J. Kerhervé (Cat., t. III, p. 669, notice 51) et Raison du Cleuziou, A., Gilles Rivault, maître d’hôtel du roi Charles VIII, Bulletin et Mémoire de la Société d’émulation des Côtes-du-Nord, t. LVII, 1922, p. 119-140).

795270. Yvon Poisson

796Son compte fut rendu par sa veuve, Marie Videlou tutrice de son fils Tristan Poisson (ALA B 2447 f° 31).

797271. Henri Le Carme

798Il fit preuve d’une remarquable longévité puisqu’il conserva cette recette pendant 27 années. Sa sortie de charge suivit de peu la donation faite par le roi du domaine de Guingamp au sr d’Annebaud le 17 mars 1527 (ALA B 51 f° 313-314).

799Il fut également chargé de la recette des fruits de la régale de Tréguier après la mort de Jean Calloët (ALA B 19 f° 123) et de la saisie de l’abbaye de Bégard à une date indéterminée (ALA B 569). Il fut aussi sous-fermier du devoir de l’impôt au bailliage de l’ordinaire de Goélo (ALA B 14 f° 117, mention du 16 septembre 1503) et fermier des ports et havres de Tréguier et de Saint-Brieuc en 1523 avec Guillaume Cléauroux et Pierre Fleuriot (ALA B 28 f° 32).

800Il fit l’objet de poursuites au début des années 1530 à cause des lenteurs mises à rendre ses derniers comptes : le 22 avril 1532, la Chambre ordonna de l’arrêter (ALA B 569 f° 169). À sa mort, sa succession fut reprise par son fils Pierre Le Carme. Ce dernier devait encore apurer les comptes de son père le 2 mai 1549 : il obtint ce même jour un délai supplémentaire d’un mois en prétendant que « les gens de guerre, qui vont en Ecosse, ont passé par sa maison et prins, brullé et emporté acquitz et garens... servans pour la reddition dudit appurement » (ALA B 576 f° 117).

801Un nommé Henri Le Carme était mentionné comme sr des Isles le 9 mai 1523 (ALA B 28 f° 74).

802272. Toussaint Commaillé

803Il prit la responsabilité de cette recette pour le compte du sr d’Annebaud. Il resta probablement en charge de Guingamp jusqu’à la reprise de cette seigneurie par le roi en janvier 1537 (ALA B 52 f° 113-114).

804Souvent absent aux ajournements de la Chambre, il semble avoir profité de la protection du sr d’Annebaud pour échapper aux sanctions les plus sévères. Grâce à cela, la demande de suspension de son office formulée par le procureur A. de La Bouexière le 8 mai 1536 ne fut pas entérinée et il put retarder le règlement de ses comptes. Ainsi, quand la Chambre lui demanda d’apurer ses déports de la recette de Guingamp le 12 mai 1542, il répondit qu’il avait une quittance générale du sr d’Annebaud. Plus de trois ans plus tard, le 14 décembre 1545, le dossier en était toujours au même point sans que cela amenât les gens des comptes à s’émouvoir outre mesure (ALA B 575 f° 200). Le 14 juin 1549, il fut restitué d’une « défaille pour l’occupation qu’il a dit avoir au service de l’admirai de France » (ALA B 576 f° 146).

805Cf. notice 316.

806273. Jean Gouyquet

  • 46 Son passage dans cette ville date précisément du 27 juillet.

807Il est mentionné comme commis à la recette de Guingamp par Antoine Bullioud dans son rapport de 153746 mais il devait être en charge depuis au moins 1535 (ALA B 37, mention du 17 février 1535). On ne sait pas jusqu’à quand il demeura responsable de cette recette.

808Il fut également fermier de l’impôt de Tréguier en 1535 (ALA B 37 f° 14) et commis à percevoir les fruits de ce même évêché en 1538 (ALA B 38 f° 51). On trouve par ailleurs son nom mentionné en compagnie de celui de Yvon Rouzault (ALA B 37 f° 134) – connu comme fermier du billot de Saint-Brieuc en 1527 et 1528 (ALA B 570 f° 14) –ce qui peut laisser penser que Jean Gouyquet était bien un financier professionnel dont les archives ne révèlent qu’une partie de l’activité.

809Jean Gouyquet est l’un des rares officiers dont Bullioud ait pris la défense au cours de sa tournée d’inspection de 1537, le présentant même comme le receveur modèle injustement persécuté par les officiers de justice locaux. Le sénéchal de Guingamp, Roland Pinart, voulut en effet lui imposer des dépenses exagérées pour la réfection des ponts de cette ville. Gouyquet refusa alléguant qu’il n’avait pas le droit de faire des dépenses supérieures à 20 l. sans en référer aux gens des comptes, et offrit de faire les réparations pour 10 ou 12 livres payables sur ses propres deniers plutôt que de contrevenir aux ordonnances du roi. Son refus entraîna l’emprisonnement de son serviteur et la vente de ses biens pour paiement du montant des travaux. Lors de son passage, Bullioud prit fait et cause pour Gouyquet en estimant que les dépenses ne devaient pas excéder 12 ou 15 l., en ordonnant au sénéchal de ne plus le poursuivre et en condamnant de façon générale l’attitude des officiers de justice « que pour telles et semblables executions molesses et molestations dont ilz sont accoustumez user envers les receveurs ordinaires qu’ilz estiment leurs varletz et subjectz, iceulx receveurs s’ennuyent de leurs charges et offices tellement qu’ilz nous poursuyvent tous les jours de les decharger de leursdites charges et qu’il ne se peult plus trouver personne qui veuille servir le roy en la plupart des recettes ordinaires. »

810Un nommé Bertrand Gouyquet était fermier de la coutume ancienne de la ville de Guingamp en 1510 (ALA B 19 f° 172).

DOMAINE DE MINIBRIAC

811En 1503, le domaine de Minibriac était toujours entre les mains du sr de Coëtmen qui en avait reçu le don de François II, en reconnaissance d’une dette de 15 000 l. Ce don avait été confirmé par les successeurs du duc, même si les prétentions de Coëtmen avaient été ramenées à 5 000 l. (ALA E 212/20).

812Ce domaine fut aliéné ensuite au profit de Jean, bâtard de Rieux, le 1er juin 1526 pour des services rendus aux prédécesseurs de François Ier, notamment lors des guerres et en remplacement de sa pension (ALA B 51 f° 304-306). Il en conserva le bénéfice jusqu’à sa mort en 1535. Le domaine revint alors à Bonaventure de Mareil pour une durée de dix ans (ALA B 2447 f° 17-18).

Receveurs ordinaires de Minibriac

Receveurs ordinaires de Minibriac

813274. Roland Cléauroux

814Il inaugura la main-mise de la famille Cléauroux sur la recette de Minibriac. On ne lui connaît pas d’autres activités financières.

815275. Guillaume Cléauroux

816Il fut en charge de 1506 jusqu’à au moins 1538. Il exerça cette recette comme receveur jusqu’en 1526 puis comme fermier pour le Bâtard de Rieux – de 1526 à 1535 (ALA B 2447 f° 17) – puis pour Bonaventure de Mareil – de 1535 à 1538 (ALA B 2447 f° 18). Il décéda avant le 10 juin 1541 (ALA B 574 f° 121).

817Ses quatre premiers comptes furent présentés en respectant les délais fixés par la Chambre et les sommes dues lors de la conclusion furent payées avec régularité. Ainsi si l’on prend à titre d’exemple son troisième compte conclu le 18 mars 1523, soit moins d’un an après sa fin, il est précisé qu’il « fut deu audit receveur 1 156 l. 15 s. 6 d. et le deu plusieurs especes esquelles appreciées et compensées o le rest demoure quicte » (ALA B 2447 f° 2). L’affermage de la recette semble avoir détendu les liens entre la Chambre et le receveur qui, à partir de 1528, fut signalé plusieurs fois défaillant à Nantes. La pression des gens des comptes l’amena toutefois progressivement à régulariser sa situation même s’il était encore demandé à son héritier le 10 juin 1541 d’apurer les déports d’un compte conclu le 8 avril 1540 (ALA B 574 f° 121).

818Il avait présenté Henri Le Carme comme piège par acte du 16 mars 1525 (ALA B 12 838 f° 453).

819Guillaume Cléauroux était seigneur de Keraufret (ALA B 34 f° 258).

DOMAINE DE GOÉLO

Receveurs ordinaires de Goélo

Receveurs ordinaires de Goélo

820276. Jean Rolland

821Voir J. Kerhervé (Cat, t. II, p. 547, notice 18).

822277. Pierre Courson

823Il exerça cette recette à deux reprises à savoir en 1495-1496 et de la Saint-Michel 1506 à la Saint-Michel 1512 mais il devait agir, pour cette dernière période, en tant que commis de Guillaume Courson.

824Non mentionné dans les poursuites des années 1520-1530.

825278. Guillaume Courson

826Il fut institué receveur de Goélo en 1499 (ALA B 571 f° 17-18).

827Pas d’autres charges financières connues.

828Il décéda avant avril 1531. Après sa mort les poursuites furent menées contre sa veuve Perrine Lavrille/Avril à qui il fut demandé de compter depuis 1529 jusqu’à l’entrée en charge de Yvon de Plusquellec, successeur de Courson, et d’apurer les déports de son compte pour les années 1523-1528 (ALA B 571 f° 17-18). Le 21 juin 1535, la saisie fut apposée sur ses biens pour refus de comparaître à la Chambre (ALA B 570 f° 107). Cependant, cette mesure semble avoir été difficile à appliquer pour différentes raisons : l’appel interjeté par la veuve de Courson au conseil de Bretagne, le refus de François de Lestic, commis en 1535 à la recette de Goélo de la mettre à exécution (ALA B 570 f° 156-157). Le 15 novembre 1535, la saisie fut renouvelée mais, le 12 juillet 1536, elle fut levée : ordre fut donné de rembourser tout ce qui avait été pris pendant son application (ALA B 571 f° 150).

829Dans ce cas, les sanctions conduisirent les héritiers du receveur à se plier aux injonctions de la Chambre puisque, après avoir présenté le dernier compte de Courson le 10 mars 1534, Antoine Symonain, le procureur de la famille rendit l’apurement le 21 juin 1536, mettant ainsi fin aux poursuites (ALA B 571 f° 108).

830Guillaume Courson avait épousé en premier mariage Jeanne Brulon, veuve de Jean Baud, fermier des ports et havres d’octobre 1486 à octobre 1489 avec Alain Martin et Amaury Briczon, ce qui valut à ses héritiers de se voir demander à partir de 1538 d’apurer les comptes de cette ferme (ALA B 573 f° 244). Les livres de la Chambre ne permettent pas de préciser comment ce dossier fut conclu mais il semble que les poursuites se soient concentrées sur les descendants directs de Jean Baud et d’Alain Martin, laissant ainsi la famille Courson à l’écart.

831Guillaume Courson était qualifié de « noble homme ». Il avait eu deux fils de son mariage avec Perrine Avril : Olivier et Tanguy (ALA B 571 f° 17-18).

832279. Yvon de Plusquellec

833Il commença sa carrière comme commis de Guillaume Courson au nom duquel il exerça la recette de Goélo du 8 avril 1531 au 29 avril 1532. Il bénéficia ensuite de la résignation de ce même Courson, (ALA B 568 f° 193, il présenta cet acte à la Chambre le 30 avril 1532).

834On ne lui connaît pas d’autres activités financières. Sa carrière est l’une des plus brèves du fait des poursuites qui furent engagées contre lui, dès 1534, pour son refus de rendre compte à la Chambre. La rigueur dont la Chambre fit preuve contre lui résulta de son non-respect des obligations de tout officier et de la pression exercée par la puissante famille des Laval qui avait reçu en don une partie du revenu de Goélo et qui, du fait du refus ou de l’incapacité de Plusquellec de payer ce qu’il devait, ne cessa de le harceler tant qu’il n’eut pas rempli ses engagements.

835Ainsi, le 17 septembre 1532, Antoinette de Daillon, douairière de Laval, obtint un premier exécutoire sur Plusquellec. Cette mesure fut renouvelée le 10 janvier 1533 en faveur des sires de Châteaubriant et de Montmorency, tuteurs du sr de Laval, pour la somme de 1 100 l. (ALA B 35 f° 5) et le 10 décembre 1533 pour 6 000 l. (ALA B 35). Les appels interjetés par Plusquellec n’empêchèrent pas la machine judiciaire de se mettre en action contre lui et il fut suspendu de son office avant le 1er mai 1534, date à laquelle débute le compte de François Lestic qui avait été commis à sa place (ALA B 4295 f° 142). Le 8 mai 1534, il était détenu au Bouffay depuis trois mois « par deffault de bailler caupcion, de tenir le compte et payer le reliqua deladite recepte quel estoit monté 10 000 l. monnaie par chacun an » (depuis son institution le 30 avril 1532). Devant son peu de diligence à se soumettre aux injonctions qui lui étaient faites, les gens des comptes ordonnèrent, le 8 mai 1534, que sa pension quotidienne fut réduite de 7 s. à 3 s. 4 d.» sauf à le diminuer ou augmenter veu les diligences qu’il fera de rendre sondit compte ou bailler caupcions de son reliquat » (ALA B 570 f° 143-144). Le même jour, le procureur de la Chambre lui proposa de le faire libérer à condition qu’il présentât des cautions et qu’il s’engageât, dans un délai de six semaines, à rendre ses comptes.

836Devant la lenteur des procédures, le comte de Laval obtint au cours de l’année 1534 le transfert de Plusquellec à Rennes – où il était encore détenu le 26 janvier 1535 – à la prison de la Feuillée pour le contraindre à compter devant ses officiers. Contestée dans son autorité, la Chambre ordonna le retour de Plusquellec au Bouffay où il était à nouveau signalé le 15 février 1535 (ALA B 571 f° 18-19-20). Les poursuites prirent dès lors un tour plus répressif tout en ménageant à Plusquellec, à chaque stade, la possibilité de s’y soustraire s’il obtempérait à ce qui lui était demandé. Le 12 mars 1535, ses biens furent saisis et un délai lui fut donné jusqu’à l’ouverture suivante pour rendre ses comptes.

837Le 19 novembre 1535, Plusquellec était toujours présent au Bouffay, soutenant qu’il ne pouvait rendre ses acquits dont une partie lui avait été dérobée et dont l’autre lui était inaccessible, la saisie étant mise sur ses biens. La Chambre ordonna que les acquits saisis lui fussent remis par inventaire et lui accorda un nouveau délai de trois semaines pour conclure ses comptes autorisant « les procureurs et dreceurs de compte communiquer et aller à luy audit Bouffay pour luy drecer ses comptes » (ALA B 570 f° 158).

838Du fait de ces pressions, la conclusion du compte dut intervenir en décembre 1535 et elle entraîna, peu après, la vente des biens de Plusquellec pour paiement d’une partie du reste jusqu’à la somme de 1 300 l., vente assortie d’une interdiction faite au receveur « de meptre son office en autres mains que entre les mains du roy sur payne d’estre pugni » (ALA B 571 f° 163, mention du 9 novembre 1536)

839Parallèlement, pour établir toutes les responsabilités dans ses insuffisances, la Chambre s’en prit à Noël Barbillon, commis à la trésorerie générale en 1532, l’accusant de n’avoir pas pris les cautions de Plusquellec avant de le laisser entrer en charge. Elle s’en prit également aux officiers de la juridiction de Goélo dont Me René du Quelen, procureur du roi, à qui elle reprocha la même chose qu’à Barbillon, exerçant de surcroît un chantage à son encontre en menaçant, le 9 novembre 1536, de le condamner à payer lui-même le reste de Plusquellec s’il se montrait incapable de faire l’inventaire des biens qu’il possédait (ALA B 571 f° 164-165). La vente des biens fut freinée par la déclaration d’opposants à sa mise en œuvre, opposants issus des milieux avec lesquels Plusquellec était en relation d’affaires – Guillaume Le Gonidec, procureur de la dame de Laval, Pleson Lespervier, Mathieu Gelin, Jeanne Le Carret, Charles Lagadec sont ainsi nommés – et de sa propre famille, à savoir ses frères et sœurs cadets – Jeanne, Pierre, Roland et Marie –, agissant en tant qu’héritiers de leur mère. Tout en s’engageant au nom du roi, le 22 novembre 1536, à faire verser à ces derniers ce qui leur pourrait revenir du fait de leur droit naturel, la Chambre maintint le principe de la vente (ALA B 573 f° 185-186) et celle-ci fut véritablement effectuée : les biens furent acquis par un nommé Louis Le Picart qui se vit, dès le 1er décembre 1536, astreint à payer 184 l. 16 s. monnaie à la dame de Laval, 180 l. 10 s. 6 d. à Gelin et 159 l. 4 s. à Jean des Vignes, geôlier du Bouffay, pour la dépense de Plusquellec pendant sa détention (ALA B 571 f° 196-197).

840La vente ne mit pas un terme définitif à l’affaire du fait du refus de Louis Le Picart, le 14 mars 1537, de verser le prix des biens de Plusquellec au receveur des restes tant que tous les opposants à l’adjudication des biens de Plusquellec n’auraient pas été déboutés. Accusé d’avoir suscité lui-même ces oppositions « pour que les deniers luy demeurent entre les mains », Le Picart fut menacé d’être lui-même arrêté les 11 avril (ALA B 571 f° 270) et 26 mai 1537 (ALA B 571 f° 299). Les biens vendus furent à nouveau saisis et confiés à François Lestic, commis à la recette de Goélo (ALA B 571 f° 261). L’absence de mention de ce dossier par la suite dans les livres de la Chambre peut laisser penser que ces mesures suffirent pour amener Le Picart à résipiscence. Quant à Plusquellec, qui restait propriétaire de son office il fut probablement libéré à la fin de l’année 1536 après que la dame de Laval eut donné son accord (ALA B 571 f° 202). Le 6 mai 1542, une dernière mention est faite de lui quand Antoine Dessefort et Jean Boulomer furent envoyés en commission pour vérifier les papiers qu’il avait abandonnés au Bouffay dans deux armoires de « la chambre des bourgeois » (ALA B 574 f° 209).

841280. François Lestic

842Il fut commis par Antoine Bullioud après la suspension de Yvon de Plusquellec survenue en mai 1534. Il fut déchargé, à sa propre demande, de cette commission par le même Bullioud pour raison « de plusieurs affaires et negoces esquelles il est occupé ».

843Pas d’autres activités financières connues. C’est probablement le même François Lestic qui se porta caution de Roland Panic, commis d’Humbert Geslin, receveur des impôts et fouages de Tréguier en 1545 (ALA B 12 838 f° 478).

844Il était sr de Penvern (ALA B 12 838 f° 480). Un nommé François Lestic, sr de la Ville-Durant, fut anobli par Henri II en avril 1548, sans que l’on sache s’il s’agit du même personnage (ALA B 53 f° 93-94).

845En 1570-1571, on trouve un Jean Lestic comme receveur de Goélo (ALA B 4295 f° 146).

846281. Pierre Le Neveu

847Il fut commis par A. Bullioud pour deux années commençant le 25 juin 1537 en remplacement de François Lestic.

848Ce dernier se porta caution pour lui par acte du 29 septembre 1537 (ALA B 12 838 f° 480).

849282. Olivier Le Roux

  • 47 Par cet accord il s’engagea « liberer et compter » et à fournir des cautions « dans le temps de tr (...)

850Mentionné aussi comme commis. Il accéda à cette charge grâce à un accord passé avec Yvon de Plusquellec, receveur en titre, le 18 mai 1539, devant le lieutenant de la cour de Goélo47. Olivier Le Roux fut ensuite commis officiellement par Antoine Bullioud auquel il fournit également des cautions, à savoir Jean de Chesdebois, Gilles Taillart, sieur de Kerdallet, Morice Le Roux et Jean de Quelen (ALA B 12 838 f° 480).

851Il était sieur de la Fontaine Boucher.

852283. Laurent de Plusquellec

853Probablement héritier d’Yvon de Plusquellec dont il aurait repris la charge d’officier. Il conserva la recette pendant douze années avant qu’elle ne fût affermée dans les années 1560 (ALA B 4295 f° 143).

854Il présenta Me Jean Lesterre et Pierre de Rosmar comme pièges par acte du 18 octobre 1549 (ALA B 12 838 f° 494).

DOMAINE DE LANNION

Receveurs ordinaires de Lannion

Receveurs ordinaires de Lannion

855284. Olivier du Tertre

856Il était sommelier d’échansonnerie de François II dès 1487 et conserva cette charge après 1491 : dans l’état des officiers d’Anne pour 1496-1498, il se voyait attribuer des gages de 200 l. (B.N. fr 8269 f° 404).

857Dans le compte d’Olivier Barraud pour 1495-1496, il était gratifié de 60 l. pour les services qu’il avait rendus à François II et à Anne et de 60 l. à titre de pension (B.N. fr. 8310 f° 22). Son maintien dans cette recette constitua un moyen de lui verser ces sommes puisqu’il devait les prélever directement sur ses rentrées.

858Voir J. Kerhervé (Cat., t. II, p. 555, notice 11).

859285. Jean Kergret

860Il avait pour commis Yvon Mainguy et il prit la recette de Lannion à deux moments distincts à savoir pendant trois mois de septembre à novembre 1491 (où il paraît faire double emploi avec O. du Tertre) et du 1er septembre 1499 au 30 novembre 1502 (où il fait l’intérim entre du Tertre et Larmor).

861286. Olivier Larmor

862Il appartenait à l’hôtel d’Anne de Bretagne : il est mentionné comme aide aux sommeliers de l’échansonnerie de bouche dans l’état de sa maison pour l’année commencée le 1er octobre 1498 (ses gages étaient de 60 l., Dom Morice, Pr., t. III, 802). Il devint sommelier de l’échansonnerie de bouche de la reine au début du xvie siècle (il portait ce titre en 1510). Il est donc probable que Larmor bénéficia d’une résignation de Du Tertre. La recette de Lannion resta donc entre les mains de serviteurs de la maison royale.

863Non mentionné dans les poursuites des années 1520-1530.

864287. Geffroy Le Breton

865Il prit la succession de Larmor à partir de décembre 1520 après avoir géré la recette avec lui de 1506 à 1520. Il inaugure la période de mainmise de la famille Le Breton sur la recette de Lannion (ALA B 12 838 f° 453).

866Un acte du 19 décembre 1515 le mentionne aussi comme receveur de Guingamp (ALA B 22 f° 194).

867Le 9 novembre 1524, il avait présenté Raoul de la Villeneuve et Jacques Le Couabec, sieur de Cleuzmeur comme pièges (ALA B 12 838 f° 453). Il demeurait à Lannion.

868288. Yvon Le Breton

869Pas d’autres activités financières connues.

870Il rendit régulièrement ses comptes et lors de son passage à Lannion, le 26 juillet 1537, A. Bullioud ne lui fit aucun reproche particulier.

871Il demeurait à Lannion (ALA B 12 838 f° 483-484) et était le fils de Geffroy Le Breton. Il présenta Christophe du Dresnay, sieur de Kerhouan, Pierre Larmor, Catherine Barbotière, veuve de Geffroy Le Breton comme pièges par acte du 25 juin 1529 (ALA B 12 838 f° 454).

872Il avait reçu l’autorisation, le 13 septembre 1521, « de descendre par eau par la riviere de Loyre des parties d’Orleans bledz jusques à 40 muidz ou environ pour mener iceulx et conduire et distribuer es eveschez de Cornouaille, Leon et Treguier » (ALA B 26 f° 64).

873289. Raoul Le Breton

874Il présenta Yvon Le Breton et Gilles de Kersonnay comme pièges le 14 avril 1540 (ALA B 12 838 f° 483-484).

DOMAINE DE MORLAIX ET LANMEUR

Receveurs ordinaires de Morlaix et Lanmeur

Receveurs ordinaires de Morlaix et Lanmeur

875290. François Fougay

876Voir J. Kerhervé (Cat, t. II, p. 564, notice 17).

877291. Pierre Merien

878Il fut également commis de Julien Rivault, receveur des impôts et fouages de Tréguier (B. N. fr 8310 f° 251).

879Non mentionné dans les poursuites.

880292. Yvon / Yvonnet Derien

881Cf. notice 365.

882293. Jean de Kermelec

883Il exerça lui-même la recette du 14 juin 1513 à la fin février 1523 puis par des commis, à savoir Guillaume du Vieuxchastel et Thomas Callouët à partir de 1526 (ALA B 4295 f° 384).

884Cf. notice 366.

885294. Jean de Kermelec le Jeune

886Il succéda vraisemblablement à son père en février 1531 et conserva cette recette pendant treize années. Il eut également recours à des commis dont son propre frère nommé lui aussi Jean de Kermelec (mentionné notamment le 4 juillet 1538, ALA B 573 f° 105).

  • 48 À signaler toutefois que le 28 juin 1543, il était désigné comme commis à tenir la montre des fran (...)
  • 49 Il bénéficia d’un élargissement le 4 juillet 1538 – ALA B 573 f° 105 – mais il fut à nouveau mis e (...)

887On ne lui connaît pas d’autres charges financières48. Chaque reddition de ses comptes se fit sous la pression de la Chambre dont les contraintes ne dépassèrent jamais le stade de l’arrêt à Nantes pour son procureur Pierre Coquays ou pour son frère49 qui semble avoir assumé toutes les responsabilités de la charge de receveur.

888Les plus graves ennuis lui vinrent de la succession de Thomas Callouët dont il présenta le compte pour quatre années finies en 1530 avec Antoine Symonain, procureur de Jeanne Le Gentil (mère et héritière de Callouët) le 5 mars 1537 et dont le procureur ainsi que le receveur des restes Julien Bertho exigèrent, qu’en tant que « receveur en chef » il réglât les déports (ALA B 571 f° 242). Le 11 avril 1537, après qu’il eut quitté Nantes malgré l’arrêt qu’il avait juré, la Chambre ordonna la saisie de ses biens. L’absence de toute mention de cette affaire après cette date ainsi que la concentration des poursuites sur la mère de Callouët (ALA B 573 f° 107, mention du 10 juillet 1538) peuvent laisser penser que Kermelec sut, par la suite, se tirer de ce mauvais pas.

889Il avait présenté Jean de Kermelec, « juveigneur », sieur de Kergoat comme piège par acte du 30 septembre 1540 (ALA B 12 838 f° 490).

890Il était sr de Kerjenou (id.).

891295. Nicolas de La Porte

892Egalement commis du précédent. Il était déclaré défaillant à la Chambre le 14 juillet 1546 pour compter de deux années (ALA B 576 f° 15).

893296. François de La Porte

894Père du précédent.

Notes

1 La fortune de Y. de la Barre était estimée à 6 000 l. à la mort de sa première femme.

2 A. Bullioud, lors de son inspection de 1537, ne visita pas la recette d’Auray « à cause que du revenu diceluy la dame de Bron en joyst par don du roi ».

3 Le 30 octobre 1537, G. du Boisdelasalle était signalé comme détenu au Bouffay et les gens des comptes refusaient de l’élargir du fait qu’il n’avait toujours pas procédé à l’examen et conclusion du compte présenté le 24 novembre 1516 – ala B 571 f° 370 et 371.

4 Ces biens se composaient d’une maison dite du pressoir avec vigne et jardin, un jardin cerné de murailles, une pièce de terre labourable, ces trois propriétés situées à Sarzeau ou à proximité, et une pièce de terre labourable située au Rusault Coz à Rhuys.

5 Il est sans nul doute l’officier dont le nom revient le plus souvent dans les registres de chancellerie pour des procès.

6 Son serment de receveur ordinaire de Quimper fut reçu par la Chambre le 21 janvier 1530, ALA B 568 f° 117.

7 La Chambre mentionne cette suspension le 9 novembre 1536 mais elle dut prendre effet plus tôt puisque son frère Jean fut commis dès le 1er janvier 1536.

8 Les gens des comptes indiquent « qu’il commist durant le temps qu’il fut receveur... aultres personnes pour faire ladite recepte » – ALA b 568 f° 181 – sans que leur nom soit indique.

9 Charles Euzenou, fils d’Henri, receveur de Carhaix de 1476 à 1485, était poursuivi à la Chambre pour conclure le compte de son père le 17 novembre 1540 – ALA b 574 f° 66 –, contrôle auquel il se soumit finalement le 22 novembre 1542, mettant ainsi un terme aux procédures engagées. On ne sait s’il avait des liens de parenté avec Gilles.

10 Du 1er janvier 1512 au 31 décembre 1514, la recette fut exercée par Bertrand Guégan qui est mentionné par ailleurs comme son commis, ala B 27 f° 194.

11 Il contesta pourtant que Kergoet possédât des biens dans sa juridiction.

12 Le procureur de ces derniers, Guyon Lerrant, obtint un délai en demandant que l’on estimât les réparations faites en la juridiction de Concarneau... – ALÀ B 570 f° 2.

13 Il fut condamné à payer 20 l. pour les frais de son transfert depuis Carhaix.

14 Cette dernière date est une hypothèse que nous formulons en tenant compte de trois éléments :
1. Le 14 avril 1548, H. Gérard fut condamné par la Chambre à compter de la recette de Carhaix pour deux années commencées le 1er juin 1545 ;
2. G. Augelart rendit un compte – non précisé – pour cinq mois du 6 octobre 1548 au 2 mars 1549 mais il ne peut s’agir que de Carhaix car Augelart a tenu compte séparément de Duault pour une période allant de janvier 1546 à janvier 1549 et il est donc plus que probable qu’il assura l’intérim de Carhaix après la mort de Gérard (mort qui serait donc survenue au début du mois d octobre 1548) ;
3. Guillaume de Penpoullou prit en charge la recette Carhaix à partir du 1er mars 1549.

15 Ses biens et héritages étaient estimés à plus de 4 000 écus.

16 Le domaine de Lesneven fut vendu, comme le domaine du Gâvre, à Anne de Rohan le 20 décembre 1527 (ALA B 51 f° 329) et racheté ensuite par le roi au cours de l’année 1540. Son évolution reste comparable ensuite à celle du Gâvre.

17 Le 8 février 1531, on lui en reprochait déjà quatre et il fut probablement suspendu puisque, Guy Prévost, commis de Palamède Gontier reçut l’ordre le 4 février 1530 de nommer quelqu’un à sa place, ALA B 569 f° 29.

18 On ne peut toutefois négliger la possibilité que les Bohier aient considéré cet office de receveur de Brest comme un bien familial et que François ait été contraint de le délaisser à son frère cadet suite à des problèmes de succession : cela pourrait être confirmé par l’évocation que Hamon obtint contre son frère le 8 mars 1533 en demande de son droit naturel, – ALA B 35 f° 218 – afin de conserver la propriété des autres héritages de leur père et par le fait que François Bohier retrouva la recette de Brest de la saint-Michel 1545 à octobre 1549 après le décès de son frère Hamon – ALA B 4295 f° 373.

19 Un secrétaire nommé Tissart signa un acte de la reine Anne le 15 août 1513, ALA B 51 f° 138.

20 Celle-ci était la fille de Nicolas de Troyes, sr de Boisrégnaud, trésorier et receveur général de Bretagne.

21 Julien Bertho reçut l’ordre de la Chambre de faire appliquer ce mandement le 9 novembre 1531, ALA B 569 f° 135.

22 Dans le compte de Lespinay pour 1502 et 1503 (ALA e 212/19) il est précisé que la recette ordinaire de Guérande est affermée avec la prévôté.

23 Le 25 juin 1540, Me Christophe Brecel fut nommé séquestrateur du Gâvre et de Lesneven, ALA B 574 f° 16.

24 Le 28 octobre 1491, dans l’acte où il confirmait la donation pour dix ans de Suscinio, Rhuys et Touffou au prince d’Orange, le roi lui cédait, pour la même durée, les ports et havres d’entre Couesnon et Arguenon, Dom Morice, Preuves, t. III, 706-707).

25 En 1498, le prince d’Orange s’intitulait comte de Penthièvre, Dom Morice, Pr., t. III, 794).

26 La décision d’Anne, en septembre 1513, de réunir les ports et havres d’entre Couesnon et Arguenon au domaine – les héritiers du prince d’Orange devaient être payés d’une somme équivalente sur le revenu du duché – ALA B 116 f° 33 et 34 – n’aurait pas été appliquée du fait de sa mort en janvier 1514, ALA B 51 f° 184-186.

27 Il fut nommé, cette même année, gouverneur et lieutenant général du comté de Bourgogne et de Charolais avec une pension de 4 000 l.

28 Les documents sont contradictoires. À l’issue d’une première enquête sur les droits du prince d’Orange, la Chambre affirma en 1530 : « de present a eu la jouissance desdites terres et seigneuries de Lamballe... par mandementz du roy entherinez et executez par autres que par gens des comptes », ALA B 51 f° 383-398. Ces propos sont en contradiction avec ceux du receveur ordinaire Alain Bertho qui soutint, en mars 1534, « n’avoir fait aulcuns paiements au prince d’Orange, ni à gens de par luy et ne luy en avoir esté demandé mais... en avoir faict paiement à d’autres, A.C. d’A. E 2. »

29 Les lettres furent présentées à la Chambre des comptes de Nantes le 8 novembre 1531 par Palamède Gontier, ALA B 569 f° 134.

30 Cet acte fit l’objet d’une lettre de jussion délivrée à Nantes le 23 août 1532, ALA B 52 f° 57-58.

31 Il fut officiellement institué par Jean Parajau suite à la demande faite par le procureur de la Chambre le 19 mars 1525 qu’il fût commis homme solvable à la recette de Lamballe et Moncontour après la mort de Bonnivet – ALA B 569 f° 61.

32 Après 1498, ce domaine fut donné à Henri Le Bref, ancien huissier de François ii (ALA E 212/20).

33 Le comte de Laval avait reçu cependant en 1519 4 660 l. à prendre sur les recettes de Ploërmel, Vannes, Rennes et Guingamp.

34 Ainsi, en 1514, il fut chargé avec d’autres bourgeois de la ville de contrôler tous les comptes depuis 1499 jusqu’en 1512.

35 À identifier certainement avec celui qui fut miseur de Rennes de février 1524 à février 1525 avec Guillaume Priois, A. M. de Rennes, 1065.

36 Ce dernier fut miseur de Rennes avec Pierre Boulanger de février 1529 à février 1530, A.M. Rennes 1066.

37 Le 5 mai 1545, il fut demandé à son successeur, Jean Aulnette de compter de la recette de Rennes « du temps qu’il en eust commission durant la suspension de Jean Hubert », ALA B 575 f° 119.

38 De 1525 à 1533, Jean de Laval reçut chaque année 900 l. sur le revenu de Dinan et, en 1534, 400 l., ALA B 575 f° 75.

39 En juin 1548, le procureur de François Cosnoal, fils de Pierre reconnut que ce dernier avait reçu 225 l. 17 s. 1 d. de J. Goulart, ALA B 576 f° 105.

40 Le 19 novembre 1535, sa femme demanda encore toutefois à ce que la conclusion de son compte fût retardée assurant que son mari était « au recouvrement de ses acquitz et jouyssementz », ALA B 570 f° 159.

41 Une maison que Antoine Perruguet essayait de s’approprier en 1542, ALA B 574 f° 264.

42 Les documents de la Chambre se contredisent, indiquant tantôt que la femme de J. de Néant, Laurence Pralain, est héritière de P. Le Bascle, tantôt que J. de Néant est marié avec Marguerite Le Bascle, fille de Patry.

43 Dans la liste d’affectation des officiers remise à Anne après la mort de Charles VIII, il est indiqué que cette recette devait revenir à ce dernier, E 128/22.

44 Les héritiers de Montauban engagèrent un procès pour faire reconnaître leurs droits, entraînant une nouvelle enquête de la Chambre dont les résultats furent publiés le 18 juillet 1518 – ALA B 51 f° 202/206 : ils reprenaient les conclusions de l’enquête de 1494, rajoutant seulement qu’ils n’avaient pas trouvé mention que Montauban ni ses héritiers aient tenu compte de plusieurs bijoux appartenant à Anne et que le chancelier, dans une notice de son testament, avait ordonné, qu’au cas où les terres de Bazoges, Marcillé et Rimoux seraient reprises par Anne ou par ses successeurs « que feust rabatu la somme de 2 000 escus sur sesdites demandes. » Malgré ces conclusions en demi-teinte, les héritiers réussirent tardivement à obtenir gain de cause et en 1570 Philippe de Ruffec reçut 23 400 l. pour le racquit de Bazoges, Rimoux et Saint-Aubin.

45 Il obtint en même temps que les revenus lui fussent versés en espèces.

46 Son passage dans cette ville date précisément du 27 juillet.

47 Par cet accord il s’engagea « liberer et compter » et à fournir des cautions « dans le temps de trois ans », promesse dont il s’acquitta dès le 18 juillet 1539, date à laquelle il présenta pour lui Jean de Chefdebois, sieur de Kerlouet, Jean de Kerlen, sieur de Kerlohou, Gilles Taillart, sieur de Kerdallet, Morice Le Roux, sieur de la Ville Helion, personnages dont la solvabilité fut confirmée par sept témoins (ALA b 12 838 f° 479-480).

48 À signaler toutefois que le 28 juin 1543, il était désigné comme commis à tenir la montre des francs-archers de Tréguier – ALA B 573 f° 319.

49 Il bénéficia d’un élargissement le 4 juillet 1538 – ALA B 573 f° 105 – mais il fut à nouveau mis en arrêt le 13 octobre 1539 – ALA B 573 f° 313.

Table des illustrations

Titre Receveurs ordinaires de Vannes
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2135/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Receveurs ordinaires d’Auray et Quiberon
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2135/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 183k
Titre Receveurs ordinaires de Hennebont et Nostang
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2135/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Receveurs ordinaires de Muzillac
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2135/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Titre Receveurs ordinaires de Rhuys
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2135/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 226k
Titre Receveurs ordinaires de Quimper
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2135/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Receveurs de Pont-l’Abbé, Cap-Caval, Cap-Sizun et Porzec
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2135/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Titre Receveurs de Pont-Croix
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2135/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Titre Receveurs de Carhaix et Duault
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2135/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 395k
Titre Receveurs de Châteaulin
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2135/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Titre Receveurs de Concarneau, Fouesnant, Rosporden
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2135/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Receveurs de Gourin
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2135/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 178k
Titre Receveurs de Huelgoat, Châteauneuf-du-Faou, Landeleau
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2135/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 177k
Titre Receveurs de Quimperlé et Carnoët
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2135/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Receveurs ordinaires de Lesneven
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2135/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 229k
Titre Receveurs ordinaires de Brest
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2135/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Titre Receveurs ordinaires de Nantes
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2135/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 225k
Titre Receveurs ordinaires de Loyaux
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2135/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Receveurs ordinaires de Guérande
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2135/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 209k
Titre Receveurs ordinaires du Gâvre
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2135/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 167k
Titre Receveurs ordinaires de Touffou
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2135/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Titre Receveurs ordinaires de Lamballe
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2135/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Titre Receveurs ordinaires de Jugon
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2135/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Titre Receveurs ordinaires de Cesson
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2135/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Receveurs ordinaires de Moncontour
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2135/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
Titre Receveurs ordinaires de Ploërmel
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2135/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Receveurs ordinaires de Rennes
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2135/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Receveurs ordinaires de Dinan
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2135/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 178k
Titre Receveurs ordinaires de Fougères
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2135/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Titre Receveurs ordinaires de Hédé
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2135/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Titre Receveurs ordinaires de Saint-Aubin-du-Cormier
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2135/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
Titre Receveurs ordinaires de Guingamp
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2135/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Titre Receveurs ordinaires de Minibriac
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2135/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Titre Receveurs ordinaires de Goélo
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2135/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 186k
Titre Receveurs ordinaires de Lannion
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2135/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Receveurs ordinaires de Morlaix et Lanmeur
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2135/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 152k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540