Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Finances et politique en Bretagne

 | 
Dominique Le Page

Catalogue prosographique

Les officiers de l’Administration centrale

Texte intégral

LES GRANDES CHARGES

LES GÉNÉRAUX DES FINANCES

11. Jean François seigneur de Cardonne

  • 1 Date à laquelle il confirma l’autorisation donnée à Julien Le Jeune, procureur général, d’être pay (...)

2Il fut institué général des finances par lettres de Charles VIII données à Montsoreau le 23 avril 1491 (ALA B 51 f° 10-11), soit peu de temps après la prise de Nantes par les troupes royales. Ses gages furent fixés à la somme de 2 940 l. par an comme pour les autres généraux du royaume. Il demeura dans cette charge après la mort de Charles VIII puis François d’Angoulême l’y confirma le 22 décembre 1514 « en consideration des bons et louables services que ledit Jean François avoit fait à feue Anne de France duchesse de Bretagne mere de ce prince en toutes ses affaires et mesmement en l’estat et office de son conseiller et general de ses finances en sesdits pais et duché de Bretagne » (B.N. CAR 152 f° 76). Il délaissa cet office à son gendre Philibert Tissart entre le 8 avril 1516 (ALA B 51 f° 254)1 et le 17 avril 1516 où l’on repère une première intervention de Tissart en tant que général (A.M. Nantes DD 43 f° 11).

  • 2 Il figurait à ce titre dans l’état de Jean de Beaune, argentier du dauphin Charles, pour les année (...)

3Il descendait d’une famille noble du Roussillon entrée au service de la France après l’annexion de la province en 1463 par Louis XI. Dans les lettres de naturalité qui lui furent accordées en juin 1492, Charles VIII précisait que « des son jeune age et enfance Louis XI le retira et fit venir lui et retint en son service où il a longuement esté et jusques à ce qu’il le mist pour nous servir et estre autour de nostre personne, nous estant encore jeune enfant » (B.N., Dupuy 634 f° 179-180). Devenu maître d’hôtel ordinaire de Charles VIII2, Cardonne joua un rôle important dans la politique espagnole de ce dernier – Maulde de La Clavière et de Calan indiquent tous deux qu’il fut gouverneur et sénéchal de la partie de l’Armagnac située au-delà de la Garonne – participant dès 1487 à des négociations pour la restitution du Roussillon au royaume de Castille, La-bande-Mailfert l’accusant même d’avoir été, en 1487, un agent secret de Ferdinand d’Aragon qui lui aurait promis le gouvernement du Roussillon et de la Cerdagne au cas où le mariage entre le roi de France et l’infante Isabelle se serait réalisé (Labande-Mailfert, « Charles VIII et son milieu », p. 125-126). En mai 1492, il figura encore avec Louis d’Amboise, évêque d’Albi, l’évêque de Lectoure, Gilbert de Montpensier parmi les ambassadeurs français qui reprirent les discussions avec l’Espagne et permirent la signature du traité franco-espagnol du 19 janvier 1493 à Barcelone.

4Cette carrière ne le prédisposait pas à devenir général des finances de Bretagne mais plusieurs éléments ont pu jouer en sa faveur : d’abord le fait qu’il faisait partie de la maison du roi, et les interventions qu’à ce titre il fit en Bretagne au cours des campagnes de 1488 à 149 l. Sa venue dans le duché est attestée par un sauf-conduit qui lui fut délivré le 15 septembre 1490 par la duchesse Anne pour regagner la cour de Charles VIII après qu’il est venu traiter de paix à la cour de Bretagne (ALA B 12 f° 176). Il était donc déjà connu dans le duché avant le mariage franco-breton. Il bénéficia aussi, sans qu’on sache exactement à partir de quand (est-ce en tant que général pour obtenir le paiement de ce qui était dû à Françoise de Dinan ou avant 1491 ? Il est difficile de se prononcer), de l’appui de Françoise de Dinan qui, « en rescompance et rémunération des grans, honorables et agreables plaesirs et services » que Cardonne lui avait faits « en ses grans et necessaires affaires », lui fit don, le 31 mai 1494, de la maison de Derval située dans la rue de Verdun à Nantes et de la terre et seigneurie des Dervallières et de Grilleau, biens dont la valeur était estimée alors à 1 000 écus bonne monnaie (A.M. de Nantes, DD 15-4). Son origine espagnole put enfin le faire agréer d’Anne dont les penchants hispanophiles étaient avérés en raison de ses ascendants familiaux, du soutien que lui avaient apporté les soldats espagnols avant 1491 (Labande-Mailfert, « Anne de Bretagne, espagnole », M.S.H.A.B., 1954, t. XXXIV, p. 39-45). C’est ce qui expliquerait en partie pourquoi elle ne remit pas en cause les pouvoirs de Cardonne après la mort de Charles VIII.

5Témoins de la confiance dont il bénéficiait, les gratifications qu’il reçut de la part du roi : ainsi dans le compte d’Olivier Barraud pour les années 1495-1496, bénéficiait-il de 3 500 l. « pour l’aider à supporter les mises et les depenses que faire luy a convenu en aucunes charges à lui données par icelui seigneur durant le voyaige par lui fait pour le recouvrement de son royaume de Sicille, tant de l’aller que du retour, et ce, oultre les gaiges dons pensions et bienffaiz qu’il a du roi » (fr 8310 f° 216) et de 6 000 l. « en consideration des bons et recommandables services qu’il a faiz par cy devant au roi et des le temps de son jeune aage en l’estat et office de maistre d’ostel alentour de sa personne, à grant cure et solicitude et diligence, que autrement en plusieurs grans et lointains voyaiges où il l’a envoyé pour ses grans et urgens affaires et mesmes en faveur et contemplacion de son mariage et pour l’augmentacion et accroissement d’icelui » (id., f° 218).

  • 3 II prêta serment le 20 août 1516 entre les mains de messire Regnaud de Brignac, chevalier, conseil (...)

6Après la mort d’Anne de Bretagne, sa carrière prit un nouveau cours, marqué par l’abandon de sa charge de général, par l’accession à la première présidence de la Chambre des comptes (il est mentionné dans la confirmation du personnel de la Chambre par François Ier mais son accession peut être plus précoce). Dans le même temps, il chercha à rester attaché aux maisons royales et en juin 1516, il bénéficia d’une lettre de retenue en l’état et office de conseiller, maître d’hôtel ordinaire de Claude pour services rendus à sa mère3. Il semble avoir cumulé cette charge avec le service des enfants de Claude et de François Ier puisque dans un compte pour les années 1521 à 1524, il figure comme maître d’hôtel du dauphin de Viennois, des ducs d’Orléans et d’Angoulême aux gages de 300 l. (B.N. fr Nouv. acq. 9175 f° 489).

7Il décéda avant le 26 septembre 1526, date à laquelle le roi nomma Clérembaut Leclerc premier président de la Chambre des comptes (ALA B 51 f° 300).

8Il avait épousé Françoise de La Boissière dont il eut au moins deux filles dont l’une, Claude, épousa Antoine Bohier de La Chênaie, neveu de Thomas et fils d’Henri, général des finances et l’autre, prénommée Anne, qui épousa Philibert Tissart.

9Il était chevalier, sr d’Azay-Le-Chétif (actuel Azay-sur-Indre), du Grand et du petit Chedigny en Touraine. En Bretagne, il possédait les terres de Vair et du Chaffault dans les paroisses d’Anetz et de Saint-Herblon, les terres de la Grée en Saint-Herblon et des Dervallières en Chantenay.

102. Philibert Tissart

11Il bénéficia de la résignation de son beau-père Jean François de Cardonne à une date inconnue, probablement au cours de l’année 1515. Il demeura en charge jusqu’à sa destitution survenue au mois de février 1528.

  • 4 Ils avaient pour commis Etienne Jallier.

12La famille Tissart était originaire de Touraine et débuta sa carrière en Bretagne après 1498 : Philibert fut commis au paiement des gens des comptes de janvier 1512 à janvier 1519 avec Guillaume Loysel4, ALA B 576 f° 65. En 1516, il occupait la charge de contrôleur général de l’artillerie, charge dans laquelle il succéda, selon toute vraisemblance, à son frère François (notice 187).

  • 5 Cette donation fut confirmée par la régente le 16 juin 1525 et enregistrée par la Chambre des comp (...)

13Pour Philibert, la période qui s’étend jusqu’en 1527 fut celle de l’ascension sociale : en septembre 1516, il fut anobli avec son frère François (CAB 321) et le 11 janvier 1523, il reçut en don la seigneurie de Touffou dont le revenu était alors estimé à 4 ou 500 l.5

  • 6 Il est fait mention également d’une autre somme de 20 000 1. en litige entre Tissart et Lespinay.

14Après 1527, la venue de la commission Minut fit basculer son destin ; il se retrouva au premier rang des victimes parmi les officiers de finances. Avant le 1er septembre 1527, il fut l’objet des attentions de la commission de la Tour Carrée, étant même incarcéré un temps à la Bastille (Bourgeois de Paris, « Journal », p. 309). Il fut destitué de son office aux environs du 4 février 1528 (Hamon, op. cit., p. 895). Dans l’arrêt qui fut rendu ce même jour contre lui, ses biens furent saisis tandis qu’il était condamné à tenir prison jusqu’au paiement au roi de 13 594 l. Il devait, dans un délai de six mois, fournir des acquits aux héritiers de J. de Lespinay d’un montant de 23 439 l. 1 s.6 et justifier le paiement de 20 108 l. 2 s. 6 d. fait par Bertrand de Tours à l’amiral de Bonnivet. Dès le 29 mars 1528, le roi l’autorisa à sortir de prison à condition qu’il payât comptant 4 000 l. au trésorier d’Apesteguy et qu’il s’engageât à verser au même 9.584 l. dans un délai de quatre mois ; Tissart s’acquitta de la première somme le 9 avril 1528 (qui est peut-être la date effective de sa libération) et le 15 août 1528, de la seconde.

  • 7 Il fut curateur entre 1535 – mention le 16 juin 1535, ALA B 37 f° 95 – et le 5 octobre 1541, date (...)

15Le règlement des différends entre Tissart et Lespinay fut conduit en partie par la Chambre des comptes de Bretagne. Celle-ci s’en prit, après la mort de Philibert, à Léon Tissart7 puis à Joachim Tissart lui-même à partir de 1545. De façon très classique, les héritiers présentèrent, le 10 juin 1535, un acte de renonciation d’Anne de Cardonne à la communauté des biens entre elle et son mari, ce qui permit à Claude Tissart, mariée à François d’Argy, de faire lever, le 8 juin 1548, la saisie mise sur une série de biens lui venant de sa mère, à savoir la seigneurie du Plessis-du-Vair et des Dervallières ainsi qu’une maison située à Nantes dans la rue de Verdun (ALA B 576 f° 99-100). Entre temps, les gens des comptes condamnèrent, le 13 novembre 1545, Joachim Tissart à fournir des acquits pour un montant de 2 075 l. 13 s. 1 d. ou à payer comptant cette somme. Devant son incapacité à régler ce montant, la vente du lieu de Lizart situé au bailliage de Blois fut décrétée, le 5 juillet 1547, et elle semble bien avoir eu lieu après que Joachim Tissart y eut consenti le 16 juillet 1549 (ALA B 576 f° 175). Cela ne mit pas fin aux poursuites. Cependant, au cours des années 1550 – durant lesquelles les héritiers du général furent assignés plusieurs fois à comparaître à la Chambre, le dossier Tissart ne connut pas d’avancée significative en dépit de deux interventions comminatoires d’Henri II, le 9 décembre 1554 (ALA B 579 f° 76) et le 15 novembre 1555 (ALA B 579 f° 231-232). Le 28 novembre 1560, une commission spéciale composée à la fois de membres du Parlement de Bretagne – dont François Callon et Charles Le Frère, présidents – et de gens des comptes – François Motay, Guillaume Morin, Pierre Riou et Pierre Ménardeau – fut créée à la demande du procureur des comptes pour rendre un jugement définitif. Le roi la désavoua et restitua à la Chambre, le 15 décembre 1560, son autorité sur ce dossier (La Gibonays, op. cit., p. 209-210). La peur d’être dépossédés de leurs prérogatives conduisit les gens des comptes à rendre leur sentence dès le 30 décembre 1560. Par ce jugement, la Chambre, prenant en considération les sommes versées par Tissart en 1528, les prêts faits par son beau-père Jean François de Cardonne à Charles VIII et François Ier, la présentation par ses héritiers d’acquits, pour un montant de 23 439 l., aux successeurs de Lespinay (présentation qui a dû être faite entre 1550 et 1560) ainsi que le règlement du dossier Bonnivet/De Tours, leva la saisie mise sur les biens, demandant seulement aux héritiers de verser 579 l. 17 s. 6 d. au receveur des restes, Florimond Le Charron (ALA B 582 f° 55-58).

16Philibert Tissart était le fils de François Tissart et de Françoise Morin de la Morinière (B.N. CAB 321). Il avait épousé Anne de Cardonne, fille de Jean François.

17Il était sr des Dervalières (en Chantenay), du Drouillay (paroisse de Vertou), et de Vair (paroisse d’Anetz). Potier du Courcy, op. cit., t. II, p. 599.

183. Gilles de Commacre

19Il fut commis, le 16 février 1529, « pour faire et dresser les estats des recettes des receveurs particuliers tant des impotz et fouaiges, que des fermiers et receveurs ordinaires et pour soy trouver aux baulx des fermes » (ALA B 51 f° 352) après la suppression de la généralité des finances de Bretagne. On ne sait jusqu’à quand il exerça cette commission mais le 12 mai 1529 le roi ordonnait à la Chambre des comptes de ne recevoir à compter « aucun receveurs fermiers sans que premièrement ilz vous montrent et facent aparoir de leurs estatz particuliers faitz et signez de notredit conseiller et president » (ALA B 52 f° 352).

20Pour l’ensemble de sa carrière, cf. notice 469.

214. Gilbert Bayard

22Il était en charge avant le 18 août 1529 (cf. Hamon, op. cit., p. 895) et le resta jusqu’à l’institution, consécutive à sa propre résignation, d’Antoine Bullioud en 153l.

  • 8 On le trouve mentionné parmi les gens commis par le roi, par lettre du 1er septembre 1531, pour as (...)
  • 9 C’est lui qui rédigea, sur les ordres de François Ier, le 16 août 1525, une lettre de protestation (...)

23La brièveté de son passage en Bretagne ne lui permit sans doute pas d’exercer pleinement son office8 qui fut surtout pour lui une récompense pour les services rendus précédemment à François Ier. Il était notaire et secrétaire royal (mention dès 1507-1508) ; il accomplit, de 1525 à 1530, d’importantes missions diplomatiques tant en Espagne9. – où il fut associé aux négociations concernant le traité de Madrid et où il fut, un moment, incarcéré de janvier à juin 1528, qu’aux Pays-Bas en 1529 pour préparer la paix des Dames ou encore en Flandres dans l’hiver 1530-1531. Il assista le connétable de Montmorency dans la collecte de la rançon pour la libération des fils de François Ier en 1530.

  • 10 Elle peut s’expliquer par la mort de Louise de Savoie dont il était également secrétaire, Jacquart (...)

24Sa carrière financière avait commencé au début des années 1520 comme receveur et vicomte de Mortain et, jusqu’en 1530, il portait le titre d’élu des finances. Le 11 juillet 1528, il fut nommé secrétaire des finances, ce qui lui donna ses entrées au Conseil étroit jusqu’à la fin du règne de François Ier. Après son passage à la généralité de Bretagne – et peut-être ensuite à la généralité de Normandie –, sa carrière connut une certaine éclipse10 dont la fin fut marquée par son accession, en 1542, à la charge de secrétaire et de contrôleur général des guerres.

25Il possédait des seigneuries en Auvergne et était apparenté à la famille Bohier par l’une de ses cousines qui avait épousé Thomas B. (cf. notice 7). Il s’était, quant à lui, marié deux fois, la première avec Madeleine Robertet, fille de François R. et la seconde, le 12 février 1531, avec Marguerite Porte, veuve de Jean Vealle, sr de Rioux, élu de Tulle en Limousin (Lapeyre et Scheurer, op. cit., t. II, pl. XI).

26Il décéda en 1548 en prison, victime des règlements de comptes après la mort de François Ier.

27Voir Prévot et Roman d’Amat, Dictionnaire de biographie française, t. V, p. 991.

285. Antoine Bullioud

29Il fut institué, le 29 octobre 1531, après la résignation de Gilbert Bayard. Cet office lui fut donné par François Ier en considération « des bons et agreables services qu’il a par cy devant faitz tant à nous que à feue notre tres chere et tres amee dame et mere... es charges qu’il a eues de nous et d’elle, esquelles il s’est tres bien et loyaument acquité » (ALA B 52 f° 27-28, son acte d’institution est signé par le connétable de Montmorency). Il conserva cette charge jusqu’à sa mort survenue avant le 19 avril 1547, date à laquelle son successeur, Guy Arbalète fut nommé (ALA B 53 f° 30).

30On ne connaît pas sa carrière avec précision ; on sait qu’en 1524, il était clerc de Philibert Babou, trésorier de l’Epargne, chargé notamment de compter les deniers transférés à Blois par Jean de Lespinay, trésorier de Bretagne (Mention de Pierre Le Sassier, l’un des transporteurs de fonds, le 14 juillet 1534, ALA B 570 f° 116). Il fut ensuite trésorier du Bourbonnais (ALA B 52 f° 27). Alors qu’il était général de Bretagne, il était également attaché au service du cardinal de Tournon, lieutenant général du roi à Lyon en 1537. En 1538, il fut ainsi chargé de dresser l’état des dépenses en Piémont (Hamon, op. cit., II, p. 719).

  • 11 Sa fille Marguerite se maria à Laurent Prunier, sr du Montaris, trésorier de France en Dauphiné et (...)

31Il était le fds aîné de Amé Bullioud – qui fut échevin de Lyon en 1493, 1497, 1498, 1503, 1508, 1512 et 1520 – et de Marie de Thumery. Il avait trois frères : Maurice, conseiller au Parlement de Paris, prieur de Saint-Samson d’Orléans et doyen de Saint-Marcel de Paris (mort le 27 mai 1541) ; Thomas, receveur général de la marine (mort à Marseille en 1550) ; Robert, chantre de Saint-Paul de Lyon. Il avait épousé Marguerite du Bourg dont il eut trois enfants11.

32Il était sr de Vaulx en Beaujolais et de Bonnelles en Ile-de-France (Potier du Courcy, op. cit., p. 183). Il ne possédait pas de biens en Bretagne et, en septembre 1549, la Chambre fit prendre ses papiers qui étaient demeurés dans un coffre dans la maison de Vincent Mouillard à Nantes (ALA B 576 f° 162).

336. Guy Arbalète

34Il fut nommé à cette charge en récompense des services rendus à François Ier comme maître des comptes à Paris. Il conserva cet office jusqu’en 1552, année au cours de laquelle il le résigna au profit de Nicolas de Troyes (Meslier, « Recueil... », op. cit., p. 40-42).

35Il était notaire et secrétaire royal et, le 16 juin 1545, il fut pourvu d’un office de conseiller maître clerc en la Chambre des comptes de Paris après la résignation de Guillaume Bohier, sr de Panchien (C.A.F., p. 750, 14448). Il résigna cette charge au profit de Me Guillaume Bailly, avocat au bailliage du Palais à Paris le 25 juillet 1547 (C.A.H., 07-2711).

36Son grand-père était conseiller aux Grands Jours de Bretagne en 1495.

37Il était originaire du Gâtinais et était sr de la Borde (Potier du Courcy, op. cit., t. I, p. 16).

TRÉSORIERS ET RECEVEURS GÉNÉRAUX

387. Thomas Bohier

  • 12 Charles VIII fit son entrée dans la ville de Nantes le jour de Pâques 1491, Antoine Dupuy, Histoir (...)

39Il fut institué le 20 avril 1491, c’est-à-dire peu de temps après la prise de Nantes par les troupes royales12. Son premier compte commence à cette date et se termine le 31 décembre 1491 (ALA B 575 f° 201). Il resta en charge jusqu’en 1494 (Jacqueton, op. cit., p. 298) sans que l’on sache précisément à quelle date il résigna son office. On sait seulement qu’il rendit son compte pour l’année 1494 en association avec Olivier Barraud (ALA B 51 f° 393-394). La recette de Bretagne fut donc pour lui une étape dans une carrière liée au service proche du roi.

40Thomas Bohier entra au service de Louis XI en 1482 comme valet de chambre. Il conserva cette charge auprès de Charles VIII, devenant ensuite notaire et secrétaire du roi en mai 1489.

41Sa carrière financière prit son véritable essor quand il obtint en 1491 la charge de commis au paiement des deniers pour les menus plaisirs du roi. Il fut ensuite maître à la Chambre des comptes de janvier 1494 à décembre 1498, général des finances de Normandie du 5 octobre 1493 jusqu’à sa mort en 1524. Il joua, à partir de 1495, un rôle important dans les guerres d’Italie et fut nommé par Louis XII à la superintendance des finances dans ce pays en avril 1511.

42Il se maria à deux reprises : la première fois avec Madeleine Bayard puis après la mort de celle-ci avec Catherine Briçonnet, fille du cardinal Guillaume B., s’apparentant ainsi aux grandes familles tourangelles.

43Il était originaire de la ville d’Issoire. Il était notamment seigneur de Saint-Cirgues (Puy-de-Dôme) et de Chenonceaux (Indre-et-Loire).

44Lapeyre et Scheurer, op. cit., t. I, notice 74, p. 44-45-46 et t. II, pl. XIX. Voir aussi Bernard Chevalier, op. cit., 1.1, p. 445 et Mickael Harsgor, « Recherches sur le personnel du Conseil du roi sous Charles VIII et Louis XII », t. IV, p. 2056-2099.

458. Olivier Barrault/Barraud

46Il bénéficia de la résignation du précédent au cours de l’année 1494 et il demeura en charge jusqu’au 16 avril 1498, son dernier compte allant du 1er juin 1496 jusqu’à cette date (ALA B 51 f° 394). La mort de Charles VIII mit fin à sa carrière dans le duché bien qu’il se fût porté candidat à sa propre succession au cours de l’année 1498 (ALA E 122/28).

47Il était notaire et secrétaire royal depuis au moins mars 1478 et fut receveur des tailles et aides ainsi qu’élu dans l’élection d’Angers (Célestin Port, Dictionnaire du Maine-et-Loire, p. 208). Sa carrière se développa cependant surtout grâce aux guerres de Bretagne. Dès 1487, il fut commis au paiement des pionniers, charpentiers... employés par Charles VIII dans les élections d’Angers, Saumur, Chinon, Loudun et Tours. En 1488, il fut chargé du paiement des pensions des gentilhommes bretons (Lapeyre et Scheurer, op. cit., notice 32, p. 20-21). Il devint ensuite commis de Thomas Bohier à la trésorerie générale de Bretagne (mention le 7 juin 1492, A.M. Rennes liasse 1058 f° 12) et c’est tout naturellement qu’il lui succéda au cours de l’année 1494. Il semble avoir profité de sa situation dans le duché pour acquérir en 1495 un office de greffier aux Grands Jours de Bretagne (Dom Morice, Pr. t. III, 781-783). Il était toujours vivant en 1511, date à laquelle il figurait parmi les invités de passage à la table de la Chambre des comptes à Nantes, portant toujours son titre de trésorier de Bretagne (ALA B 4303).

48Il tarda à rendre ses comptes : celui pour les années 1495 et 1496 (c’était son deuxième compte) ne fut conclu que le 10 mars 1520 (B.N. fr. 8310). Le troisième compte portant sur le reste de son activité – il l’avait présenté en juillet 1502 – n’était toujours pas conclu en 1529, malgré une condamnation donnée en ce sens en 1503 par le Parlement de Bretagne. Le 5 novembre 1529, la Chambre demanda à son fils aîné François Barraud, représenté par son procureur Jean Barraud, d’apurer une somme estimée à 100 000 l. (ALA B 569 f° 7). La conclusion de ce compte le 28 mai 1530 – elle fut décidée autoritairement par la Chambre qui refusa de communiquer aux Barraud un double du compte concerné – permit de ramener les déports à la valeur de 22 600 l. Dans le même temps, une procédure fut lancée pour procéder à la déduction de son second compte. En jouant sur les défailles, en mettant à profit l’épidémie de peste qui affectait Nantes en 1532, en faisant appel contre les erreurs commises par les gens des comptes, les héritiers réussirent à gagner du temps et ce n’est sans doute qu’en 1535, sur ordre de la commission Poyet, que la saisie fut mise sur les biens de Barraud, la dette de ce dernier étant alors estimée à 15 065 l. 3 s. 8 d. (ALA B 52 f° 212).

49Cette somme était toujours due en 1540 ; l’intervention de Jean d’Ogier, époux d’Antoinette Barraud, fit que le roi accepta, le 19 octobre 1540, « en ayant regard et consideration aux bons et agreables services que ledit d’Oger a par cy devant faitz au fait de nos guerres », de composer avec les héritiers et de lever la saisie mise sur les biens contre le paiement comptant de 4 000 l. au trésorier et receveur général des finances extraordinaires et des parties casuelles, Jean Laguette. La Chambre des comptes, qui avait été préalablement consultée (elle avait rendu son jugement le 5 mai 1540, ALA B 573 f° 407-408) entérina cet accord, demandant seulement aux héritiers de rembourser au receveur des restes les dépenses faites pour la saisie des biens et de payer 114 l. 10 s. aux gens des comptes pour leurs droits.

50Il était le fils de Jean Barraud, capitaine de l’artillerie d’Angers et échevin dès la création de la mairie en 1474. Il fut lui-même élu maire d’Angers le 1er mai 1497, et réélu les 1er mai 1504 et 1505 (C. Port, op. cit.). Il possédait à Angers « le logis Barrault » (occupé aujourd’hui par les musées et la bibliothèque municipale).

51Il avait épousé Perronnelle Briçonnet, fille de Guillaume B., sr de la Kaerie et du Portau, auditeur des comptes et conseiller au Parlement de Paris, et de Jeanne Brinon (Lapeyre et Scheurer, op. cit., t. II, pl. XXII). Il eut au moins deux enfants : François, chanoine d’Angers en 1535 et Antoinette.

529. Jean de Lespinay

53On ne connaît pas la date exacte de son institution, qui dut suivre de peu le décès de Charles VIII. Son premier compte conclu le 9 juillet 1518 couvre cinq années et neuf mois s’achevant le 31 décembre 1503, ce qui le fait commencer fin mars début avril 1498 (ALA B 4297 f° 543). Il était déjà mentionné comme trésorier de Bretagne dans le compte du béguin de Charles VIII d’avril à juin 1498 (D.M. Pr. III 793).

  • 13 Dans le compte d’Olivier Barraud il est crédité d’une somme de 120 l.t. pour l’année 1495, B.N. fr (...)

54Sa carrière avait commencé dès 1475 comme receveur ordinaire du Gâvre et, jusqu’en 1489, il avait multiplié les activités tant comme fermier que comme receveur des fouages (Cf. J. Kerhervé, Cat., t. I, notice 55, p. 52-53), le plus souvent en association avec son père. Le 14 avril 1489, il avait été promu à la trésorerie générale et il conserva cette charge jusqu’à la nomination de Thomas Bohier. Après le mariage entre Anne et Charles VIII, il se replia sur la Chambre des comptes où il obtint, dès la confirmation du personnel de celle-ci, le 3 août 1492, un siège de maître et auditeur (ALA B 51 f° 1). Il fut en même temps inscrit sur la liste des pensionnés du roi13. Seule la mort de Charles VIII lui permit pourtant de retrouver un rôle de premier plan.

55À partir de 1498, Jean de Lespinay combina l’exercice de sa charge de trésorier général avec le contrôle de la recette des devoirs de billots et appétissements de 1500 à au moins 1515 (ALA B 4297 f° 542 et f° 544). Parallèlement, il chercha à contrôler un certain nombre de recettes en y plaçant des hommes à lui : ainsi pour la recette ordinaire de Nantes qu’il confia à Pierre Avignon puis à son propre fils Guillaume, ainsi pour la recette du Gâvre où il commit Jean de La Rivière, le 21 juillet 1503, à la demande d’Anne, ainsi pour les fouages de Dol qui revint à son clerc Jean Baptiste de Servy puis à François Bonnet. Il assura lui-même la perception des fruits de plusieurs seigneuries saisies sur ordre du roi ou placées sous l’autorité judiciaire pendant des procès : il fut notamment, à la suite de son fils Guillaume, séquestrateur des terres d’Issé et de Rieux pendant le procès entre Françoise de Rieux et son fils Jean de Laval d’une part et Jean de Rieux d’autre part (ALA B 19 f° 172) ; on le trouve aussi mentionné comme séquestrateur des terres de Derval, Guéméné et Beauregard pendant le procès entre le sr de Rieux, garde naturel de sa fille et la vicomtesse de la Bellière (ALA B 17 f° 171). Il était également sous-garde de la forêt du Gâvre (ALA B 23 f° 282).

56La documentation ne permet de saisir qu’une partie de son activité et, une allusion du 15 juillet 1530, extraite des livres de la Coquays, procureur de son petit-fils Guillaume reconnaît « avoir vacqué à l’examen, fin et conclusion des comptes des fouages et impostz de Cornouaille et des aides et autres... et confesse qu’il n’a presenté comptes des billots pour ledit de Lespinay » (ALA B 569 f° 79) laisse entendre que Lespinay contrôla, en fait, plus de recettes, soit par des commis, soit par des officiers qui lui étaient proches, que les listes dont nous disposons ne le laissent voir.

57Son crédit retrouvé sous le règne d’Anne, il put se faire quelque peu rembourser des sommes qui lui étaient dues depuis 1491. Vers 1500, il demandait en effet à être « appointé de quelques sommes de deniers à valoir sur son deu du temps precedent le mariage de la royne à ce que mieux il puisse entretenir son credit au service de ladite dame » (ALA E 209/22), requête qui fut en partie satisfaite puisque dans un compte non daté (on peut le situer vers 1500-1502), il est indiqué qu’il avait reçu 4 000 l. (ALA E 209/26) dont la moitié lui avait été payée par Pierre Thierry, commis au paiement des dettes de Bretagne (ce qui peut permettre de conclure que d’autres versements ont pu être effectués par la suite) et l’autre moitié avait été prise directement sur sa propre recette de trésorier. C’est probablement en fait surtout l’exercice de cette charge qui lui permit de rentrer dans ses fonds et de continuer à agrandir une fortune héritée de son père, constituée essentiellement de biens localisés dans la paroisse de Plessé dans l’évêché de Nantes (avec la seigneurie du Rozet et les manoirs de Bodouan et de Lespinay) et déjà enrichie sous le règne de Charles VIII par l’achat de la seigneurie de Trémar aux Tournemine en 1495.

58L’agrandissement de ce patrimoine fut mené méthodiquement sous le règne d’Anne. Ainsi le 28 janvier 1498, il acquit de Pierre Olivier demeurant à Plessé quatre pièces de terre labourables (« une dans la bocze de castelles dans la frairie de langles et les trois autres dans la bocze de Kernouer »). Il semble n’avoir acheté une partie de ces biens (ceux de Langle notamment) que pour les utiliser ensuite dans d’autres opérations foncières. En effet, le 15 octobre 1499, il obtint de Brience Blanchart en échange de 30 l. et de pièces de terre situées en la frairie de Langle... « le lieu vulgairement nommé le hault Espinay consistant tant en maisons, jardins, rues, terres arables, non arables, prés et appartenances que autres heritages... lesdites choses situées en la frarie de Rozet contenant trente journaux de terre ou environ ». Il poursuivit ses acquisitions en achetant à Jean Mérot une maison et ses dépendances avec un tiers de journal de terre situés au bourg de Plessé, le 17 mars 1500 puis il reporta son attention sur le domaine de Rozet auquel il adjoignit « une pièce de terre en pré » achetée à Jean Moriceaux le 4 juin 1511. En couronnement de ce processus, il obtint de la reine Anne le transfert de l’anoblissement de l’ancienne métairie de Lespinay – qu’il fit détruire – à celle du Haut-Epinay et l’anoblissement de quatre métairies dont deux étaient construites sur son domaine de Lespinay – Bodouan et Couedan – et deux autres – nommées la Haute-Ville et Carguemer – qui avaient été acquises par lui à proximité de ce même domaine (ALA B 21 f° 289). Cette attention accordée à ses possessions de Plessé ne l’empêcha pas d’acheter d’autres biens : ainsi le 4 mai 1512 se porta-t-il acquéreur, dans la paroisse de Guenrouet, de quatre pièces de terre, ainsi fit-il également l’achat, à une date inconnue, des terres de Lanvaux et d’Auvers en Fougeray. Il possédait par ailleurs une maison nommée Beau-Soleil dans la rue Saint-Vincent à Nantes. Ce patrimoine patiemment constitué, signe de l’affirmation de Lespinay et de la faveur dont il jouissait auprès d’Anne, devint, après la mort de cette dernière, un élément de fragilité, en étant considéré progressivement comme le révélateur de malversations et en devenant l’enjeu des poursuites menées contre le trésorier.

  • 14 La marquise de Lespinay mentionne à deux reprises dans l’ouvrage qu’elle a consacré à son ancêtre (...)

59La mort d’Anne de Bretagne marqua, en effet, un infléchissement dans sa carrière : cela se traduisit par l’obligation qui lui fut faite de rendre compte. Il dut conclure son premier exercice de la recette générale le 9 juillet 1518 (ALA B 4297 f° 543) et présenter le compte de son fds Guillaume – dont il s’était porté héritier – pour la recette ordinaire de Nantes et la saisie de la seigneurie de Retz en 1520 (cf. notice 186). Malgré ces premières poursuites14, il réussit à conserver la recette générale jusqu’à son propre décès survenu soit à la fin du mois de janvier, soit plus probablement à la fin du mois de juillet 1524 (B.N. CAR d’Hozier 382, il aurait encore présenté un compte le 13 juillet 1524, ALA B 568 f° 12).

  • 15 Créanciers parmi lesquels on trouve Gilles Le Rouge, Louis des Déserts, Hervé du Quelenec, Gilles (...)

60Dès sa mort, sur décision du conseil de Bretagne, la saisie fut mise sur ses biens dont l’inventaire fut confié à à deux membres de la chancellerie bretonne : Nicolas Duval, secrétaire et Me Jean Degatz, conseiller. Cette mesure conduisit Guillaume de Lespinay, petit-fils du trésorier, à se porter héritier sous bénéfice d’inventaire (dès la mise des scellés puis les 5 et 18 août 1524) et à mener une double bataille, l’une pour retrouver la jouissance des biens du trésorier, l’autre pour accéder aux documents servant à la reddition de ses comptes. Après qu’il eut fait une demande en ce sens, le conseil de Bretagne l’autorisa, le 22 septembre 1524, à rentrer en possession des biens de son aïeul ainsi que de ses papiers à condition qu’il s’engageât à remettre une caution et à rembourser les créanciers du trésorier15. Cette décision fut toutefois remise en cause par la Chambre des comptes qui donna, le 16 mars 1525, un délai de quinze jours à Guillaume de L. pour rendre ses comptes et ne lui accorda que 300 l. pour l’aider dans sa tâche.

61Les autorités royales firent une première intrusion dans la procédure en nommant, en novembre 1524, une commission composée de Jean Briçonnet, vice-chancelier, de Jean Vaillant, bailli de Dunois, conseiller au Grand Conseil, de Pierre de Bidoux, sr de Lartigue, vice-amiral de Bretagne et de Guillaume Barthélémy, contrôleur général de Bretagne, pour faire rendre compte à Guillaume de Lespinay « et à toutes les personnes dont on trouvera des reconnaissances et de remettre tous les deniers revenant bons à Charles Luillier » (C.A.F., 18122). Cette commission mit les propriétés de Lespinay sous séquestre – la gestion en fut confiée à Charles Luillier (qui reçut ordre de vendre tous les biens périssables) ; elle tenta aussi d’accélérer les poursuites en ordonnant à G. de Lespinay de rendre compte des deux dernières années d’exercice du trésorier avant la fête de la Chandeleur 1525 et lui laissa, pour cela, la disposition des papiers servant à sa décharge, tout en exigeant que les documents contribuant à sa charge soient remis à la Chambre des comptes. Le 23 avril 1525, le procureur de la Chambre des comptes obtint un mandement pour faire vendre aux enchères les biens meubles de Lespinay situés dans la ville de Nantes (ALA B 29 f° 62).

62Contrairement aux attentes du pouvoir royal et, faute d’une définition précise de ses pouvoirs, ce nouvel acteur vint compliquer le règlement du dossier, provoquant des rivalités entre commissaires et gens des comptes. Devant la confusion grandissante, la régente ordonna, par un mandement du 15 août 1525, que tous les intervenants dans le dossier fussent convoqués devant les Grands Jours de Bretagne qui, après audition de chacun, rendirent un arrêt exigeant que les papiers fussent remis dans leur totalité à Guillaume de Lespinay.

  • 16 C’est Charles Bricet, sr de la Mothe, qui fut chargé de percevoir les sommes dues à Lespinay.
  • 17 Elle avait accepté le 19 février 1528 que Castillon fût chargé d’administrer les biens sans entéri (...)
  • 18 ALA B 51 f° 329 R° et V°.

63Cette mesure ne fut pas appliquée en raison d’un durcissement des autorités royales à partir de 1527. Au mois de juin, le roi fit transférer au conseil étroit des acquits de Lespinay « à l’estimation d’un million d’or » (mention du 18 juin 1527) afin, semble-t-il, d’obtenir paiement de tous ceux qui avaient des dettes à l’égard du trésorier16. Le 4 novembre de la même année, il fut demandé d’envoyer à Paris une copie du compte de ce dernier par Jean Pineau, sr de Kerjean et entre ces deux dates, au mois d’octobre, François Ier fit don des domaines de Lespinay et de Trémar « et generalement ce qui appartenoit audit feu J. de Lespinay es paroisses de Plessé et de Guenrouet » à Louis du Perreau, sr de Castillon, gentilhomme de la chambre du roi (ALA B 51 f° 373-375). Ce don ne fut toutefois enregistré par la Chambre des comptes de Bretagne que le 24 janvier 153017 après que le roi eut délivré une lettre de jussion dans laquelle la dette de Lespinay était estimée – pour les comptes déjà clos – à 79 355 l. 18 s. 5 d. Les terres de Lanvaux et d’Auvers en Fougeray furent, quant à elle, vendues, au profit du roi (pour la somme de 1 000 l.), à Anne, vicomtesse de Rohan, par acte du 24 décembre 1527 avec les domaines du Gâvre et de Lesneven, sans que, à la différence de ces derniers, la monarchie pût les racheter (ALA B 51 f° 329). Toutefois Anne de Rohan eut des difficultés pour prendre possession de ces biens que Guillaume de Lespinay semble avoir réussi à vendre avant qu’ils ne soient saisis18.

  • 19 Celui-ci était marié à Catherine du Chaffault, sœur de Jean du G, ALA B 31 f° 192.
  • 20 G. de Lespinay figure sur la liste remise à Julien Bertho, receveur des restes, parmi les officier (...)

64Simultanément, le pouvoir royal accrut sa pression afin d’obtenir une conclusion de tous les comptes de J. de Lespinay : le 10 mars 1530, ordre fut donné par le roi d’arrêter Guillaume de Lespinay et de saisir ses biens (ALA B 51 f° 377) ; en Bretagne même, la commission Minut intervint, le 20 novembre 1531, pour que le compte du trésorier fût conclu avant Noël « pour bien entendre le faict des receveurs et comptables » (ALA B 568 f° 167). Suite à ces interventions, G de Lespinay fut effectivement mis en arrêt au château de Nantes le 24 janvier 1532. Son temps d’» incarcération » fut bref puisque, le 9 février 1532, les gens des comptes l’autorisèrent à tenir son arrêt dans la maison de son beau-frère, Christophe Brécel19, le sénéchal de Nantes. Il ne retourna pas en prison après cette date prenant, par la suite, prétexte d’une maladie pour demeurer chez lui où il fut placé sous la garde d’un huissier de la Chambre, Jean Aubin (ALA B 569 f° 173, mention du 11 mai 1532). La menace semble avoir été pourtant suffisamment forte pour l’amener à présenter et à conclure les différents comptes du trésorier, notamment le sixième compte (années 1518-1521) qui fut présenté en mars 1530 et conclu en mars 1533 et le septième compte (années 1522-1523), présenté le 24 janvier 1532 et conclu le 15 décembre 153420 (ALA B 121 f° 49-53).

65À l’issue de ce dernier compte, la dette de J. de Lespinay fut estimée à 83 465 l. 8 d. sans compter les sommes qui restaient encore à apurer. Malgré l’importance de ce montant, les poursuites contre lui se relâchèrent quelque peu après 1535. A cela, il est plusieurs explications possibles : la conclusion des comptes entraîna d’abord un processus de vérification des papiers fournis et de recherche des omissions faites, ce qui provoqua la convocation de receveurs ou de bénéficiaires de dons mentionnés dans les comptes. Ainsi le sr de Châteaubriant remit-il en cause les paiements qui lui avaient été faits par Lespinay sur une transaction de 70 000 l. passée entre lui et le roi. Ainsi Michel Menant demanda-t-il à ce que G. de Lespinay rende compte de 12 000 l. provenant de la saisie des bénéfices religieux. A ces difficultés s’ajouta celle constituée par les relations entre le général des finances, Philibert Tissart, et Lespinay lui-même, tous les paiements de ce dernier devant être justifiés par un acte du premier. Ce problème fut en partie résolu par l’obligation faite à Tissart puis à ses héritiers par la commission de la Tour Carrée de remettre à la famille Lespinay des acquits pour un montant de 23 439 l. l s., ce qui semble avoir été fait – mais très lentement – puisque dans le jugement définitif rendu en faveur des Tissart, cette somme n’était plus demandée. Toutes ces procédures différèrent d’autant l’apurement définitif de Lespinay.

66Guillaume de Lespinay semble enfin avoir bénéficié de protections importantes : celle de Jean de Châteaubriant, gouverneur de Bretagne dont G. de Lespinay en tant que sr de Monceaux était le vassal, celle d’Anne de Rohan ensuite. Lors de l’une de ses comparutions à la Chambre, le 16 mai 1536, alors qu’on lui demandait de remettre des lettres de son grand-père, il parvint à obtenir un délai en arguant du fait qu’il était au service de la dame de Rohan et en présentant des lettres de cette dernière « par lesquelles elle prie les gens desdits comptes de expedier incontinant ledit de Lespinay et de le luy envoyer » (ALA B 571 f° 77).

67À la fin des années 1530, il était encore poursuivi à propos de litiges avec différents receveurs – Michel Menant, les héritiers de François Guillart notamment – mais les procédures ne retrouvèrent jamais l’intensité qu’elles avaient eues jusqu’en 1535. Après sa mort, survenue en 1545, son fils Pierre fut toutefois inquiété : le 22 juin 1562, il lui fut demandé de montrer les documents attestant qu’il avait bien payé les 83 465 l. 8 d. monnaie dus (ALA B 582 f° 231). Le 27 avril 1566, il était déclaré par ailleurs redevable de 1 383 l. 5 s. 8 d. dues par la conclusion du compte de Guillaume de Lespinay, pour la saisie de Retz de 1506 à 1508 (ALA B 121 f° 49-53). En 1571, les poursuites reprirent à l’instigation du procureur général de Bretagne et du procureur de la Chambre des comptes mais Pierre de Lespinay obtint, le 4 mars 1571, un mandement du roi ordonnant de cesser de l’inquiéter à propos de la somme « de 83 mille et tant de livres » s’il apparaissait bien qu’il n’était, ainsi qu’il le prétendait, aucunement héritier du trésorier général (Marquise de Lespinay, op. cit., p. 238-239). L’absence de mention de ce dossier par la suite peut laisser penser que son traitement fut conclu par ce mandement royal.

68Jean de Lespinay avait eu cinq enfants (cf. J. Kerhervé, Cat., t. I, notice 55, p. 53) dont deux fils : l’aîné, Jean, sr de Malarit, lui succéda en 1498 à la Chambre des comptes en tant que clerc et secrétaire puis devint maître des comptes en mai 1515 (cf. notice 427). Le deuxième fils se prénommait Guillaume ; il fit une carrière financière dans l’ombre de celle de son père, exerçant notamment la charge de receveur ordinaire de Nantes (cf. notice 186).

69Référence : Marquise de Lespinay, Jehan de Lespinay, thrésorier de Bretagne, 1448-1524, Fontenay-Le-Comte, 1937.

7010. Michel Moysan

71Il reçut commission de Philibert Tissart pour percevoir un quartier de la trésorerie générale en 1524 après la mort de Jean de Lespinay (ALA B 575 f° 213). D’autres documents indiquent qu’il reçut seulement les restes de la recette de Lespinay (ALA B 576 f° 187).

72Il occupa plusieurs charges en Bretagne : il fut receveur des fouages de l’évêché de Léon en 1519 et, par mandement du 10 décembre 1519, il fut institué en l’office de miseur général et commis aux réparations des villes et châteaux de Bretagne après le décès de Pierre Le Royer. La modification du financement des réparations qui, par une ordonnance du 1er février 1522, fut confié « aux receveurs ordinaires ou des fouaiges et billotz plus prochains des lieux où se feront lesdites reparations adce qu’ilz puissent se faire au moindre frais », ne lui permit pas d’exercer cet office et ce n’est finalement que le 29 octobre 1540, après un arrêt de la Chambre des comptes, qu’il put entrer en possession de cette charge (ALA B 574 f° 48-49). Il fut également, sous les ordres de Michel Menant, « commis au paiement, garde, rafraîchissement et avitaillement de la place de Brest » au début des années 1520 (ALA B 575 f° 88). En 1546, il était aussi contrôleur de la place de Brest (ALA B 575 f° 218).

73En acceptant qu’il devînt commis aux réparations des châteaux de Bretagne, la Chambre mit une condition : qu’il réglât la totalité des comptes pour les charges qu’il avait exercées jusqu’alors en Bretagne. Cela entraîna un intérêt plus grand des gens des comptes pour son dossier et, devant l’insolvabilité de Moysan, la Chambre s’en prit aux héritiers de Philibert Tissart, ce dernier étant rendu responsable des dettes de son commis (ALA B 576 f° 187, mention du 28 avril 1550). Parallèlement, elle fit mettre la saisie sur les biens de Moysan dont la maison de Cournesmes/Couesmes et l’étang des vallées près de Blois (commune de Tranblery ?) pour non-paiement de plus de 4 000 l. (mention le 6 novembre 1548, ALA B 572 f° 219). La gestion de ces propriétés fut confiée à un certain Nicolas Carré, marchand de cette ville. Celui-ci ne put exercer sa charge parce que des procès avaient été engagés par les enfants de Moysan qui prétendirent que ces biens leur venaient de leur mère et non de leur père. La saisie fut finalement levée en décembre 1558 (ALA B 581 f° 238).

74La femme de Michel Moysan s’appelait Marie Baffart (ALA B 581 f° 238). Il eut au moins quatre enfants : Michel, Madeleine, Hélène et Marie, épouse de Pierre du Thénou (ALA B 572 f° 219).

7511. Jean Parajau

76Il fut institué le 9 août 1524 (ALA B 51 f° 269) et il resta en charge jusqu’à sa suspension par le roi le 26 décembre 1527 (ALA B 568 f° 66).

  • 21 On sait ainsi qu’en 1495-1496, Jean Parajau l’aîné était fermier de la traite des bêtes vives – B. (...)
  • 22 Il reprend les listes du personnel de la Chambre établies au xviiie siècle, ALA 13 JJ6 f° 70.

77Sa carrière avait commencé avant 1491 en association avec son père, nommé lui-aussi Jean Parajau, et avec Jean de Lespinay, les trois hommes ayant pris la ferme des ports et havres d’entre le Couesnon et l’Arguenon en 1487 (Cf. Jean Kerhervé, Cat. t. II, notice 16, p. 387-388). Jean Parajau continua son activité sous le règne de Charles VIII, toujours en association avec son père21. Le détail de sa carrière de 1498 à 1515 est mal connu : dans son « Histoire de la Chambre des comptes », H. Fourmont22 indique que Jean Parajau était clerc, secrétaire et greffier à la Chambre des comptes dès 1498. Il doit cependant s’agir d’une erreur car son nom ne figure pas dans la liste de confirmation du personnel par Anne cette année là (à cette date Pierre Mahé et François Le Saux devaient toujours être greffiers) ni dans celles de Louis XII en 1514 et de François Ier en 1515.

  • 23 Mais on ne peut non plus exclure l’hypothèse qu’il fit un bref passage à la Chambre avant de repre (...)
  • 24 Il faut rester prudent car le 3 juillet 1538 les registres de la Chambre mentionnent un feu Jean P (...)
  • 25 Un Jean Parajau était mentionné comme châtelain de Blain, 2 août 1522, ALA B 27 f° 170.

78Nous aurions tendance, pour notre part, à penser que son entrée à la Chambre est plus tardive – elle coïncide peut-être avec la promotion de Loysel à la charge de maître des comptes en 1519 –, la première mention que nous ayons trouvé de lui datant de 1520 (ALA B 568 f° 25). Il aurait ainsi continué son activité de receveur des finances jusqu’à cette époque23, ce qui est confirmé par plusieurs mentions dans les registres de chancellerie : Jean Parajau est mentionné comme fermier de l’impôt et billot dans les évêchés de Saint-Malo et de Saint-Brieuc en 1517 (ALA B 23 f° 160) et dans celui de Rennes en 1518 (ALA B 24 f° 131) 24. Quoi qu’il en soit, Jean Parajau résigna son office de secrétaire et greffier en faveur de Jacques Hubert (ALA B 51 f° 269) le 9 août 1524, c’est-à-dire le jour même où il fut institué trésorier général25.

  • 26 Son premier compte correspondant pour la période allant du 9 août 1524 au 31 décembre 1525 fut con (...)

79Il accéda à cette charge à un mauvais moment alors que s’intensifiaient les contrôles contre les grands officiers : quoiqu’il eût, contrairement à son prédécesseur, fait moins de difficultés à présenter ses comptes26, le roi le suspendit de sa charge le 26 décembre 1527 jusqu’à ce qu’il eût régularisé sa situation et payé ce qu’il devait.

80Face à la mesure qui le frappait, Jean Parajau tenta d’abord de se dérober : il refusa d’entendre la lecture du mandement de suspension et se réfugia au couvent des Cordeliers de Nantes. C’est dans ce lieu qu’il conclut un accord avec Olivier Harrouys le 30 janvier 1528 par lequel il certifia « n’avoir pas touché les deniers de la recette generale pour les mois de janvier, février et mars fors que la somme de 8 207 l.10 s. des fermiers de la prevosté de Nantes, item 2 000 l. il a mandé recevoir de Jean du Fresne, receveur de Dol pour envoyer à Paris par un marchant pour bailler au trésorier de l’Extraordinaire de France et 1 500 l.. du commis du receveur des fouages de Nantes.... aussi a dict qu’il a baillé plusieurs ses quictances à plusieurs de ses clercs et commis pour recevoir partie desdits deniers qui escherront en ce moys de janvier, février prochain venant mais qu’il n’en a aucune chose receu ». Pour prouver la véracité de ses propos, il accepta le même jour d’être placé en otage au château de Nantes (ALA B 568 f° 68).

  • 27 Le roi indiquait aussi qu’il fallait refuser de porter à ses comptes toutes les sommes assignées s (...)
  • 28 Un Jean Parajau était mentionné comme châtelain de Blain, 2 août 1522, ALA B 27 f° 170.

81Tous ses efforts visèrent dès lors à recouvrer l’exercice de son office. Dès le début du mois de février, il semble avoir fait des propositions (le détail n’en est pas connu) à la Chambre pour qu’elle lève sa suspension mais, dans une lettre du 12 février 1528, le roi commanda aux gens des comptes de le maintenir au château de Nantes jusqu’à conclusion de ses comptes27. Devant cette fin de non-recevoir, Parajau se soumit aux commandements de la Chambre permettant la conclusion de deux de ses comptes, l’un le 6 mars 1528 pour les restes dus par les fermiers et receveurs de Bretagne et l’autre le 28 du même mois pour la trésorerie générale pour deux années finies le 30 septembre 1527 (ALA B 4297 f° 547), comptes par lesquels il demeurait débiteur de 8 475l. 17 s. 10 d. ob. Fort de ce règlement qui, selon lui, annulait les raisons de sa suspension, il se présenta à nouveau devant la Chambre dès le 27 mars 1528 et demanda à être réintégré dans sa charge. Pour convaincre les gens des comptes, il fit deux propositions : d’abord de payer ce qu’il devait (« fors 1 124 l. luy mis en sourceance »), puis de donner une caution équivalent à un quartier de la recette de la trésorerie générale. La Chambre se déclara incompétente concernant sa réintégration et le renvoya pour cela devant le roi. Pour ce qui est de sa dette, elle lui ordonna de s’en acquitter auprès du trésorier de l’Épargne et elle le convoqua à l’ouverture suivante pour rendre compte de la somme de 33 000 l. consacrée à ravitaillement de bateaux (ALA B 568 f° 73-76). Parallèlement, le dossier de Jean Parajau fut pris en charge par la commission de la Tour Carrée qui se fit envoyer le double de ses comptes28 et qui rendit une sentence contre lui dans le courant de l’année 1528.

  • 29 Il fut pourtant payé de ses gages – montant à 3 000 1. – pour l’année 1528, comme l’atteste l’ordr (...)

82Jean Parajau ne retrouva jamais son office29 ni ne fut totalement mis à l’écart puisque le 16 décembre 1528, il devint premier président de la Chambre en bénéficiant de la résignation de Clérembaut Leclerc (ALA B 51 f° 345). Cette nomination à la tête de l’organisme chargé de contrôler sa gestion ne laisse pas de surprendre d’autant que les poursuites continuèrent contre lui pour apurer ses comptes, ce qu’attestent les nombreux arrêts rendus à son propos par le conseil de Bretagne mais aussi par l’activité de la Chambre des comptes au début des années 1530.

83Les registres de chancellerie révèlent, en effet, qu’au cours des années 1530, il fut l’objet d’attaques de certains de ses créanciers ou de receveurs avec lesquels il avait eu des démêlés : ainsi Denis Perraud et Yvon Sily obtinrent, le 2 juillet 1530, un mandement (demande de 200 l.) « emané de France » contre lui et Jean de La Rivière (ALA B 32). Il en alla de même pour Hervé Le Guriec, Jean Le Guriec, Guillaume Glazren (demande de 565 l. 8 d. ob)... le même jour. Il fut également l’objet de poursuites de Jean de Laval, gouverneur de Bretagne (ALA B 36 f° 106, mention du 20 juillet 1534), du président Antoine Le Viste qui obtint qu’il soit astreint à lui payer 400 l. (ALA B 36 f° 128, 12 septembre 1534). Dans le même temps, Parajau s’efforça de faire payer ceux qui lui devaient de l’argent : parmi ses débiteurs, on trouve des receveurs comme Gilles Carré qui fut condamné à lui payer 180 l. (ALA B 33, 18 novembre 1531), Jean Guillou qui dut verser 330 l. (ALA B 36 f° 140, 3 octobre 1536) ou Guy de Tours, receveur des fouages de Cornouaille et trésorier des guerres contre lequel Parajau obtint licence de faire arrêt sur ses gages jusqu’à entier paiement de ce qu’il lui devait (ALA B 32, 20 août 1530). On y rencontre aussi Jean Briçonnet, vice-chancelier : le 27 août 1530, pouvoir fut donné par le conseil de Bretagne à Jean Parajau de s’en prendre aux fermiers de ses bénéfices en Bretagne – dont l’abbaye de Blanche-Couronne – et le 7 octobre 1534, il obtint le droit de faire vendre du sel lui appartenant « au terrouer » de Guérande (ALA B 36). A la même période, Jean Parajau tentait de protéger ses biens : il bénéficia d’une maintenue sur ses héritages le 3 août 1530 (ALA B 32) et sur son office de sous-garde des bois et forêt de la terre et seigneurie du Gâvre le 20 août 1530 (ALA B 32).

  • 30 Il s’agit en fait d’une réactivation dans son cas car dès le 28 mai 1530, il avait été commis pour (...)
  • 31 Ils ne commencèrent à travailler que le 10 mars 1535, ALA B 570.
  • 32 Le 28 juillet 1535, Parajau bénéficia d’un « mandement de licence o povoir relever appel ou appeau (...)
  • 33 Le 4 décembre 1535, le procureur parle de plus de 10 000 1. mais il ne semble s’agir d’une dette q (...)
  • 34 Il demanda à ce qu’on lui paie préalablement 40 1. de rente plus les arréages. Le procureur de la (...)

84À partir de 1534, Le pouvoir royal fit reprendre les poursuites à son encontre : le 30 juin, Gilles de Commacre transmit à la Chambre un mandement par lequel il était demandé d’apurer les déports de ses comptes et d’en envoyer extrait à Paris (ALA B 570 f° 107). Il est vraisemblable que par ce mandement le roi donna également commission au sénéchal et à l’alloué de Nantes pour assister à l’apurement avec les gens des comptes. Ceux-ci désignèrent, le même jour, Mathurin Baud pour y procéder30. L’indisponibilité du sénéchal et de l’alloué31 et la maladie de Parajau – « qui est notoyre », selon ses propres paroles – firent traîner l’affaire tout au long de l’année 1534. On aperçoit pourtant ses efforts pour récupérer ses quittances (ainsi le 19 avril 1535, son procureur Antoine Symonain remit à la Chambre une quittance D’Apesteguy de 1 518 l., ALA B 570). La conclusion de l’apurement dut intervenir avant la fin de l’année 153532 sans que l’on sache à quelle somme fut estimée la dette de Parajau33. L’insolvabilité de Parajau entraîna la mise en vente de ses biens à laquelle s’opposa Pierre Parajau, prêtre, le 24 novembre 153634. Le 1er décembre 1536, la vente fut décrétée et les deniers ainsi gagnés devaient être confiés à Julien Bertho, dépositaire de justice (ALA B 571 f° 188).

85On peut se demander pourtant si cette vente eut bien lieu. Le 23 février 1537, Antoine Symonain remit à la Chambre une quittance de Guillaume Preudhomme, trésorier de l’Epargne, du 11 avril 1528 qui montre que Parajau avait effectivement payé 7 351 l., somme dont il avait été trouvé redevable lors de la conclusion de ses comptes en mars 1528. De façon plus importante, Parajau, pour faire face à son passif, fut contraint de céder, le 16 avril 1537, sa charge de premier président des comptes à Gilles de La Pommeraie. Le prix de cet office, évalué à 12 000 l., fut déduit de la somme qu’il pouvait encore devoir pour la trésorerie générale. Parajau perdit ainsi ce qui semble bien avoir été l’essentiel de son patrimoine ; son bref passage à la trésorerie se solda pour lui par un échec même s’il réussit à obtenir, en guise de dessous de table, 1 200 l. – que La Pommeraie accepta de lui payer « pour plus facilement s’en accorder avec luy » (A.N. J 968 l3).

86D’autant qu’en 1537, il fut à nouveau inquiété – un mandement royal fut donné en ce sens le 7 juin 1539, ALA B 573 f° 315 – comme les autres trésoriers, cette fois pour justifier les sommes qu’il avait dépensées pour les frais de transport des deniers de la trésorerie depuis la création de l’Epargne en 1523. L’examen de ce dossier fut confié d’abord à une commission composée de Louis des Déserts, du sénéchal et de l’alloué de Rennes, commission à laquelle Parajau remit un cahier de ses frais le 17 avril 1537. Le décès de Des Déserts contraignit le roi à charger les gens des comptes, par un mandement du 7 juin 1539 (ALA B 573 f° 315), de vérifier cette comptabilité et de rendre un avis sur la question. Parajau comparut à cet effet une dernière fois à la Chambre le 19 novembre 1539 (ALA B 573 f° 342) mais il décéda avant le 16 juin 1540, date à laquelle les gens des comptes rendirent leur sentence. Ils estimèrent que le trésorier restait redevable au roi de 7 700 l. (ALA B 574 f° 21-22). Le 28 juin 1540, le dossier fut transmis à la veuve de Parajau pour qu’elle traite directement avec le roi (ALA B 574 f° 18). Cette affaire n’apparaît pas, par la suite, dans les livres de la Chambre des comptes.

  • 35 En second mariage, ce dernier avait épousé Marie de Lespinay, fille de Jean, le trésorier général.
  • 36 Celui-ci peut être aussi un enfant né d’un premier mariage de Jean Parajau l’aîné. Ce qui permet d (...)

87Jean Parajau était le fils de Jean Parajau l’aîné et de Jeanne Guyolle, elle-même fille de Pierre Guyolle35 et de Robine Delestre. De ce mariage, plusieurs autres enfants naquirent dont Guillette – épouse de François Daventure –, Guyonne – épouse de Thomas Costard qui fut fermier du billot dans l’évêché de Saint-Malo en 1513 – ALA B 21 f° 80 – et fermier de la traite des bêtes vives de 1512 à 1515 – ALA B 21 f° 80 –, Pierre – il devint prêtre –, Jeanne – mariée à Olivier Juhel – et peut-être également Jean Parajau le jeune36.

88Jean Parajau était, comme son père, sr du Guymo en Plessé (évêché de Nantes).

8912. Olivier Harrouys dit Beauharnais

  • 37 Il fit envoyer, le même jour, à Harrouys un état abrégé des deniers à percevoir pour les quatre qu (...)

90Il fut institué commis à la trésorerie générale par la Chambre des comptes, le 29 janvier 1528, après la suspension de Jean Parajau (ALA B 568 f° 66-69). Cette nomination fut approuvée par le roi dès le 12 février 1528 (ALA B 570 f° 70-71)37 et ses pouvoirs furent renouvelés à deux reprises, la première à une date inconnue pour les mois d’avril, mai, juin – mention le 13 avril 1528 –, la seconde le 6 mai 1528 pour une durée indéterminée (ALA B 51 f° 340-341). Le compte qu’il rendit de sa charge s’arrête au 30 septembre 1528 (ALA B 4297 f° 547), mais il n’est pas exclu qu’il ait continué à exercer cette commission jusqu’à l’institution de Palamède Gontier le 11 décembre 1528 (ALA B 51 f° 346-347).

91Olivier Harrouys avait été précédemment clerc de Jean Parajau et c’est probablement à ce titre qu’il avait été commis à la perception des fouages de l’évêché de Cornouaille pour l’année finie en septembre 1525 après le décès de Gilles Lesné (ALA B 4296 f° 207). On ne lui connaît pas d’autres activités financières.

  • 38 Les autres sont me Jean Grignon, Etienne Rivière et Pierre Bernard, qualifié de marchand de la vil (...)

92Quand il fut institué commis à la trésorerie, Harrouys présenta comme cautions et pièges une série de personnages dont deux au moins sont identifiables38 : il s’agit de François de Kermenguy, alloué de Nantes et sr de la Potardière (cf. notice 472) et Jacques de Châteautro, sr du Chêne, sénéchal de Cornouaille et maître des requêtes au conseil de Bretagne.

93En l’instituant, les gens des comptes affirmèrent au roi qu’il avait « nom d’être homme de bien et de diligence » (ALA B 568 f° 69) mais il n’accepta cette commission qu’après avoir passé un accord avec Parajau (voir supra) par lequel ce dernier déclara les sommes qu’il avait déjà perçues sur le quartier de janvier-février-mars 1528, en s’engageant à les lui remettre avec les obligations qu’il détenait sur les receveurs. Cet accord n’aplanit cependant pas toutes les difficultés : le 24 mars 1528, Harrouys présenta une requête à la Chambre demandant à ce qu’on lui remît les obligations des receveurs du fouage des évêchés de Cornouaille et de Léon et du receveur des aides de Bretagne « lesquelz sont demeurez en reste de plus de 9 000 l. de deniers de leurs receptes escheuz et payables le 15e jour de février derrain passé ad ce que, par icelles obligations, il puisse faire ses diligences sur eulx, leurs pleiges et cautions » ou qu’il soit déchargé de cette somme. Il signala aussi d’autres sommes perçues par Parajau – dont 1 341 l. du receveur des fouages de Rennes et 135 l. 15 s. des fermiers des billots de Dol – et que celui-ci avait omis de préciser dans l’accord qu’ils avaient conclu (ALA B 568 f° 72). Les gens des comptes accédèrent à ses demandes mais Parajau contesta la décision prise, prétendant avoir déjà versé l’argent à Harrouys, obtenant que ce dernier fût contraint de prêter serment sur les reliques de Saint-Hervé à l’église Saint-Pierre de Nantes (ALA B 568 f° 73, 28 mars 1528). L’absence de mention de ces différends par la suite laisse supposer qu’ils furent réglés même si Harrouys eut des difficultés pour se faire donner les obligations de tous les receveurs par Jean Parajau, ce qui amena le roi, dans son mandement du 13 avril 1528, à lui ordonner de s’exécuter (ALA B 51 f° 340-341).

94Le compte d’Olivier Harrouys fut conclu le 15 décembre 1529 : à l’issue de cet examen il devait 4.920 l. 14 s. 11 d., somme qu’il remit à Pierre Cosnoal, en vertu d’un mandement royal donné en ce sens. La Chambre fit difficulté pour reconnaître ce versement soutenant que les sommes dues par les trésoriers généraux ne devaient pas être inscrites sur le rôle des restes mais adressées directement au trésorier de l’Epargne (ALA B 568 f° 154). Du fait de cette opposition, les héritiers de Harrouys avaient toujours des difficultés en 1540 pour récupérer les originaux des quittances des héritiers de Pierre Cosnoal (mention du 15 novembre 1540, ALA B 574 f° 62). Malgré ces problèmes, l’apurement du compte de Harrouys avait été conclu le 29 mars 1531 (ALA B 4297 f° 547), sans arrêter les poursuites puisque le dossier n’était pas totalement clos en novembre 1544 où il fallait encore procéder à l’apurement final de sa comptabilité. Ce retard peut s’expliquer en partie, comme pour Parajau, par l’obligation faite à Harrouys de justifier les sommes dépensées pour la perception et l’acheminement des deniers de sa recette (dépenses à justifier, il faut le remarquer, jusqu’à la fin du mois de septembre 1529).

95Cette tâche incomba, après sa mort survenue vers le mois d’août 1539 (ALA B 573 f° 312), à son fils Guillaume. À sa requête, le conseil du roi lui proposa de demeurer quitte des frais de la trésorerie – 6 000 l. avaient été déportés au compte de son père pour ce poste – en payant comptant 3 000 l. Le 8 avril 1540, G. Harrouys ne s’était toujours pas acquitté de ce paiement et la Chambre lui donnait trois semaines pour le faire (ALA B 573 f° 391-392). L’absence d’allusion à cette somme dans l’ajournement de 1544 incline à penser, qu’entre ces dates, un règlement intervint.

  • 39 Outre les Harrouys, on trouve les Hérédia, les d’Espinoze, les Astudillo et les Compludo. Olivier (...)
  • 40 Des monnayers nantais portaient ce nom dans les années 1520.

96La famille Harrouys était d’origine espagnole ; son arrivée à Nantes date de la fin du xve siècle, lors d’une seconde vague d’immigration ibérique dans la cité ligérienne39. Son parcours est exemplaire de ces familles qui surent très vite s’allier avec les lignages de la bourgeoisie bretonne et placer certains de leurs membres dans l’administration du duché. Ainsi Olivier épousa-t-il Guillecte Franchepierre40, sur laquelle on possède peu de renseignements mais dont on sait, grâce aux livres de la Chambre, qu’elle était héritière de Pierre Robert, ancien fermier du domaine d’Auray avec Richard Maillard (cf. J. Kerhervé, Cat. t. I, notice 19, p. 137) et donc apparentée à ces familles de receveurs déjà en activité avant 1491.

  • 41 Il reçut commission de ce dernier pour trois années commençant le 1er janvier 1529 aux gages de 60 (...)
  • 42 Signature le 10 novembre 1535, ALA B 37 f° 169.

97Le fils d’Olivier, Guillaume, débuta sa carrière dans les finances comme commis d’Étienne Tissart, payeur des gens des comptes41 puis il devint secrétaire en chancellerie, probablement au cours de l’année 153542 et enfin greffier en chef du Parlement en 1554 (Potier du Courcy, op. cit., t. II, p. 9). Il épousa Marie Touzelin, fille de Pierre (ALA B 572 f° 79, mention du 15 novembre 1546), que l’on peut sans doute identifier avec le receveur du fouage de l’évêché de Nantes du même nom (Cf. notice 331).

98L’implantation de la famille dans la région nantaise s’accentua par l’achat à Couéron de la terre de La Rivière dont Olivier Harrouys se disait le seigneur (ALA B 34 f° 121). Les Harrouys étaient également sr de La Seilleraye en Carquefou (Potier du Courcy, op. cit., t. I, p. 9). Leur anoblissement fut tardif : ce n’est qu’en janvier 1554 que Guillaume obtint le droit d’acquérir des terres nobles (Saulnier, Le Parlement..., op. cit., t. II, p. 652).

  • 43 Voir D. Dessert, Argent, pouvoir et société au Grand Siècle, Paris 1984, notice 237 p. 602.
  • 44 Fils du précédent.

99Olivier Harrouys siégeait occasionnellement au conseil des bourgeois de Nantes : on trouve son nom mentionné dans la séance du 8 mars 1530 au cours de laquelle les bourgeois décidaient de lancer un emprunt de 100 écus pour compléter les 2 500 écus accordés au roi pour la libération du dauphin et duc d’Orléans (A.M. de Nantes, BB 2-13). Ses descendants jouèrent eux aussi un rôle important dans la vie nantaise : outre Guillaume qui fut maire de Nantes en 1572, la famille Harrouys43 fournit quatre maires à cette ville de 1571 à 1625 (Potier du Courcy, op. cit. p. 9). Un nommé Louis d’Harrouys44, sr de la Seilleraye, devint président à la Chambre des comptes en Bretagne en 1626 (ALA 13 JJ6). Le dernier membre important de cette famille fut Guillaume (1618-1699), trésorier général des États de Bretagne (1657-1687), mort à la Bastille en 1699.

10013. Palamède Gontier

  • 45 Palamède Gontier figurait encore parmi les commissaires du roi aux États de Bretagne en 1534 en ta (...)

101Il fut institué le 11 décembre 1528, suite à la résignation faite en sa faveur par Jean Parajau (ALA B 51 f° 346-347). Il resta en charge jusqu’à sa suspension par mandement royal donné à Compiègne le 28 octobre 1531 (communication à la Chambre le 14 décembre 1531, ALA B 568 f° 187), mesure qui précède la mise sur la touche de tous les receveurs généraux du 4 novembre 1531. Cette suspension, à caractère d’abord provisoire, afin de donner le temps aux trésoriers de régulariser leurs comptes, impliquait que les fonds fussent envoyés directement des receveurs particuliers aux caisses centrales. Mais elle fut confirmée par une ordonnance du 7 février 1532 qui institua des commis à la place des trésoriers et réaffirmée par l’ordonnance du 20 décembre 1532 qui entraîna la suspension les commis mis en place au début de 1532 (Hamon, op. cit., t. II, p. 319-320). Malgré sa suspension, Palamède Gontier continua à porter son titre de receveur général – et probablement à en percevoir les gages – jusqu’au moins 153545.

  • 46 Il est mentionné aussi comme greffier en chef du parlement de Dijon.
  • 47 Ainsi le 20 août 1529, Chabot, qui avait reçu le pouvoir d’ordonner lui-même les dépenses pour un (...)

102Il était notaire et secrétaire royal depuis le 2 juin 1525 (C.A.F., t. VIII, 23851) et élu de Sens, charge à laquelle il renonça le 7 décembre 1527 pour devenir greffier du bailliage de Châlon (C.A.F., t. VI, 19 410)46. Sa carrière se développa sous la protection de l’amiral Chabot qui signa sa lettre d’institution comme trésorier général (ALA B 51 f° 346-347) et qui se fit, par la suite, payer certains de ses frais sur la recette de Bretagne47. Après sa mise à l’écart de la trésorerie, c’est sans doute grâce à cette même protection que Gontier acquit, le 18 novembre 1533, l’office de notaire et secrétaire du roi, de la maison et couronne de France puis, le 14 juillet 1535, celui de secrétaire de la chambre et des commandements du roi (C.A.F., t. VIII, 32607) et qu’il reçut à plusieurs reprises des missions en Angleterre : ainsi le 16 janvier 1534 il fut chargé d’y porter des lettres (C.A.F., t.III, 7473) et le 20 octobre 1534 il fut désigné pour y accompagner l’amiral Chabot (C.A.F., t. II, 7392).

103C’est encore grâce à ce dernier qu’il retrouva du service en Bretagne : le 24 octobre 1537, il fut commis pour exercer l’office de trésorier de la marine du Ponant à la place de Jean de Vimont suspendu jusqu’à la reddition de ses comptes (C.A.F., t. III 9372). Son arrestation en décembre 1538, suite à des accusations portées à son encontre au sujet de son administration comme greffier de l’amirauté de France, préfigura la disgrâce de l’amiral. S’il fut libéré le 31 juillet 1541 (Hamon, op. cit., p. 785) – au bout de trois années de détention –, ce n’est que le 12 juillet 1542 qu’il obtint des lettres de réhabilitation (C.A.F., t. VIII, 33 016), lettres à relier au retour en grâce de Chabot (Palamède Gontier fut cité à comparaître lors de son procès). Après la mort de ce dernier, Palamède Gontier passa au service des Guise.

104Les Gontier étaient originaires de Bourgogne et Palamède était le fils de Louis Gontier et de Radegonde Donet. De son mariage avec Marie de Corbery, il eut trois enfants, Barbe – femme de Claude, président aux requêtes du palais de Dijon –, Jean – greffier en chef au parlement de Dijon et secrétaire d’État – et Louise, femme de Jacques, baron de Blési et d’Ecutigny, trésorier général de Bourgogne (B.N., D.B. 320).

105Palamède Gontier était baron de Semur en Brionnois.

10614. Noël Barbillon

107Il fut commis officiellement à la trésorerie par un acte du 7 février 1532 à la condition de fournir une caution de 10 000 l. (ALA B 52 f° 26) mais il était probablement en charge depuis la suspension de P. Gontier. Il reçut pour première mission d’encaisser les deniers du terme du fouage de janvier 1532, de les transmettre au château du Louvre ou d’effectuer directement des versements selon les assignations délivrées par le trésorier de l’Epargne. La Chambre le chargea en outre, le 11 mars 1532, de la perception des restes des comptes conclus « en la presente ouverture » (ALA B 568 f° 187). Il fut suspendu par l’ordonnance du 20 décembre 1532 et écarté définitivement de la trésorerie de Bretagne.

108C’était un proche de Palamède Gontier dont il fut le commis à la trésorerie générale et auquel il servit occasionnellement de procureur : ainsi le 14 mars 1532, était-il présent à la Chambre des comptes de Bretagne pour conclure son compte de trésorier, ALA B 569 f° 159). Les liens entre les deux hommes sont attestés aussi dans la prise de charges rouennaises : la lettre de provision de Barbillon comme contrôleur des aides et tailles de Rouen, le 12 octobre 1543, fait mention de Palamède Gontier (B.N. P.O. 190) et Barbillon servit de procureur au même Gontier dans une affaire de ferme dans la même ville (29 octobre 1544, cité par P. Hamon, op. cit., t. II, p. 652).

109En Bretagne, N. Barbillon fut également receveur du fouage dans l’évêché de Tréguier de 1533 à 1541 (ALA B 4296 f° 265) en bénéficiant de la résignation de Jean Hux (ALA B 570 f° 73-74). Il y avait pour commis Roger Pitois et présenta comme cautions, outre ce dernier, Noël Hays et Antoine Symonain par acte du 29 décembre 1534 (ALA B. 12 838 f° 476). À noter aussi qu’il tenta d’obtenir l’office de payeur des gens des comptes détenu par Etienne Tissart comme l’atteste cette notation des livres de la Chambre des comptes du 14 décembre 1531 : « Nouel Barbillon a remontré qu’il pretend à avoir l’office de payeur de messieurs des comptes par resignation de Estienne Tissart, lequel office est en la nomination desdits gens des comptes et desire avecques luy besoigner pour ledit office suyvant ce que en a ja esté entre eulx parlé moyennant le bon plaisir de mesdits sgrs des comptes luy bailler leur nomination audit office » (ALA B 568). Cette tentative échoua du fait des problèmes de Tissart pour régulariser ses comptes.

110Sa commission à la trésorerie générale ne provoqua pas contre lui de poursuites particulières encore que son compte pour l’année 1531 ne fut conclu que le 15 novembre 1536 ; il présenta en même temps un apurement et une déclaration des dépenses faites pour l’année finie le 31 décembre 1532 (ALA B 4297 f° 547).

11115. Michel Cosson

112Il fut commis à la trésorerie suite au mandement royal du 20 décembre 1532 qui donnait pouvoir dans chaque généralité au général des finances, à un gentilhomme de robe courte, un de robe longue et à un clerc « pour aller es juridictions et prendre des receveurs particuliers et financiers les bordereaux affermés contenant les espèces » (ALA B 12 838 notice 231 f° 35, voir aussi O.R.F., t. VI p. 294-301). Cette commission dut, comme dans les autres provinces, faire l’objet d’une reconduction trimestrielle puis annuelle. Elle resta en place jusqu’au 26 décembre 1538, date à laquelle tous les clercs commis depuis 1532 furent relevés afin de rendre leurs comptes (O.R.F., t. IX, 2e partie, p. 266-272), ce qui correspond bien à ce que l’on peut observer dans le cas de Michel Cosson – qui fut l’élément stable de la commission bretonne à partir de 1533 – dont le dernier compte, portant sur l’année 1538, fut conclu le 18 décembre 1539 (ALA B 4297 f° 248). Son état de l’année 1535 pour la trésorerie générale a été conservé (B.N. fr. 22342 f° 135-140).

113On connaît au moins deux autres charges financières exercées par Michel Cosson en Bretagne : il fut commis au paiement des compagnies des sr de Châteaubriant et de Montejean (C.A.F., 7900 et 9141 ; mention du 17 septembre 1535, C.A.F., p. 139, 8131) et surtout receveur des fouages de l’évêché de Vannes de 1529 à 1554 où il succéda à Antoine Dessefort (ALA B 4296 f° 176-178). Il avait pour commis Noël Hays (ALA B 35 f° 36).

  • 48 Cela correspondait à 907.L. 5 s. 6 d. pour le 6e compte de la trésorerie générale conclu en décemb (...)

114Il rendit régulièrement ses comptes mais ses enfants (Jean, Jacques, Pierre, Claude et Anne) furent néanmoins l’objet de poursuites après son décès. Le 15 octobre 1555 : il leur fut demandé de régler la somme de 2 948 l. 10 s. 2 d.48 et d’apurer des déports estimés à 11 459 l. 4 s. 2 d. C’est son fils aîné Jean qui fit face aux poursuites : il tenta de gagner du temps en refusant de reconnaître qu’il était l’héritier de son père – c’est son frère Jacques qui revendiqua cette responsabilité (ALA B 579 f° 212-215) – et en se présentant seulement comme procureur de ses frères. Il chercha également à récuser des membres de la Chambre, notamment Marc Fortia et Martin Chauvrais. Les gens des comptes mirent en échec ces différentes tentatives et continuèrent à s’en prendre à lui, considérant qu’il tenait son office de receveur de Vannes de son père, que « cette charge constituait quasi le tout et quelque soit plus de la moitié des biens que possedoyt ledit deffunt » et qu’elle devait donc servir, le cas échéant, à payer les restes dus. Le 17 octobre 1555, un délai de quinze jours lui fut donné pour régler sa dette, sans que cela amène un règlement rapide de l’affaire et, le 1er juillet 1556, le dossier en était toujours au même point (ALA B 579 f° 89). Les livres de la Chambre ne donnent pas d’indication, dans les années suivantes, sur son évolution.

115La famille Cosson semble originaire de Blois ; c’est dans cette ville du moins que vivaient les enfants de Michel C. dans les années 1550.

11616. Florimond Le Charron

117Il fut d’abord commis à la trésorerie à la place de Cosson à partir de décembre 1538 (O.R.F ;, t. IX, 2e partie, p. 266-272) – son premier compte concerne l’année finie le 31 décembre 1539, ALA B 4297 f° 549 – puis il fut institué officiellement trésorier par le dauphin Henri, le 10 mai 1540, après que ce dernier eut reçu la charge de l’administration de la Bretagne. Ses gages étaient d’abord de 1 000 l. par an (ALA B 52 f° 200) puis ils furent portés à 1 400 l. en 1545 (ALA B 575 f° 149). Henri II, dans le cadre d’une nouvelle réforme des finances, lui donna pouvoir de recevoir tous les revenus de Bretagne (l’autre trésorier, André Rageau, vit sa charge supprimée), « y compris les dons caritatifs, octroyés de villes pour la soulde des gens de guerre, » et porta ses gages à 3 000 l. (ALA B 53 f° 25-26, 24 juin 1547, C.A.H. 06. 241).

  • 49 Le 4 septembre 1543, ordre était encore donné à la Chambre des comptes de Paris de rétablir à ses (...)

118Avant d’accéder à la trésorerie générale de Bretagne, F. Le Charron fut commis au paiement des officiers domestiques du roi après la suspension – ou la mort ? (les documents sont contradictoires) de Jean Carré le 25 mars 1533 (C.A.F., t. II, p. 364 5597) ; il semble en fait que les deux hommes aient partagé ce travail, du moins pour les années 1536-1537, Le Charron agissant sous le contrôle de Carré (Hamon, op. cit., p. 653).49

119Il exerça d’autres charges en Bretagne mais apparemment toutes en liaison avec sa fonction de trésorier général : il fut ainsi responsable de ravitaillement et des fortifications des places de Brest, Conq, Saint-Malo et Nantes (il présenta ses comptes à la Chambre le 14 novembre 1545, ALA B 575 f° 177). Après la fuite de Julien Bertho, il reçut la charge de recevoir les restes des comptables : son mandement de commission donné à Paris date du 7 juin 1539 (ALA B 573 f° 280).

120Il travaillait également au service de quelques grandes familles possessionnées dans le duché de Bretagne. Ainsi, en mai 1545, il était signalé comme « gerant le fait » de Jean de Bretagne, comte de Penthièvre, et c’est devant lui et Guy de Torigné, dans la maison de Gilles Bricaud, sr de Viollain, que Thomas Martel présenta son premier compte de la recette de Lamballe pour les années 1537-1544 (A.C.A., E 84). Il devint en 1552 receveur général de la baronnie de Châteaubriant pour le comte de Montmorency. Il reçut pouvoir de ce dernier, vers la même période de le représenter dans toutes les affaires le concernant en Bretagne (Cf. Antoine Pacault, op. cit., t. I, note 110, p. 119).

121Sa femme s’appelait Marie Simonnot (ALA B 4297 f° 552). Il serait décédé au cours de l’année 1560 puisque son 18e compte pour cette année-là fut rendu par ses héritiers.

122Il était sr de La Pabotière (De Calan, Documents sur les États, op. cit., p. 122).

CONTRÔLEURS GÉNÉRAUX

12317. Jean Boudet

124Il remplaça Jean de Cerisy peu avant le mariage français et figurait avec le titre de contrôleur parmi les commissaires du roi délégués aux États convoqués à Vannes en novembre 1491 (D.M, Pr. III 705). Il demeura peu de temps dans cette charge et fut remplacé par Jean de La Primaudaie au cours de l’année 1492 (Dom Morice, Pr., t. III, 733).

  • 50 À moins qu’une erreur ait été commise sur la date de son décès.

125Deux personnages au moins ont porté ce prénom : le premier fut contrôleur général des finances du duc d’Orléans lors de son séjour en Bretagne de 1485 à 1488. Il prêta de l’argent à François II et on lui devait encore 1 325 l. en 1500 (ALA E 209/28). Ses enfants se prénommaient Michel (il était conseiller au Parlement de Paris sous le règne de Louis XII), Simon et Jean. Il avait donc toutes les qualités pour être identifié avec notre contrôleur général : le problème est qu’il mourut en 148850. Le second fut notaire et secrétaire royal et décéda en 1524 (Lapeyre et Scheurer, op. cit., notice 82, p. 49).

126Louis XII exempta les enfants du premier personnage de toute poursuite concernant les bijoux dont le père avait eu la garde pendant les guerres de Bretagne (B.N. fr. 5501, f° 221-22-223).

12718. Jean de La Primaudaie

128Il fut institué au cours de l’année 1492 et resta en charge jusqu’en 1495 (B.N. fr 8310, f° 231). Ses gages étaient de 1 200 l. par an.

129Il était probablement originaire de Bretagne (peut-être de la région de Pontivy) et fut attiré à Tours par le service du roi comme son frère Philippe. Il fut tour à tour clerc de la Chambre en 1470 (B.N. fr. 20 685, f° 511), receveur des aides à Loudun vers 1475 ; la même année il est mentionné comme clerc du général ou du trésorier du Languedoc (B.N. fr. 23263, f° 29). Il était secrétaire du roi depuis au moins 1476 et devint n. et s. à bourses le 1er octobre 1479 (B.N., lat. 18347, f° 12) puis secrétaire des finances le 14 novembre 1483 (ibid., f° 23). Il était un proche conseiller de Charles VIII (Labande-Mailfert, op. cit., p. 150).

  • 51 Il fit la revue de l’artillerie et des hommes à Dinan le 1er juillet 1489, A.D.I. et V. 1F 1126 f° (...)

130Il eut, au long de sa carrière, de nombreuses responsabilités auprès des armées. On le trouve à partir du 1er avril 1483 comme trésorier du camp du roi (A.N. KK 63, f° 170) et commis au paiement des soldes de 6 000 hommes du champ de guerre (B.N. fr. 23266, f° 21). Il intervint activement durant la campagne de Bretagne dans le ravitaillement des armées51, pour la prise de la ville de Nantes en 1491 où il avança 2 458 écus au roi (B.N. fr. 32511, f° 413). Il joua également un rôle dans le développement de la marine sous Charles VIII (en supervisant notamment la mise en chantier, en 1490, à Tonnay-Charente de deux caraques, Labande-Mailfert, op. cit., p. 240) et il prit part ensuite à la campagne d’Italie. Il y fut institué en 1495, trésorier du royaume de Naples et receveur général des monnaies, ce qui le conduisit à abandonner ses offices français et notamment son office de contrôleur général de Bretagne (Labande-Mailfert, op. cit., note 510, p. 351).

131Il avait épousé Jeanne Morin, sœur d’Agnès, femme de Victor Gaudin (qui fut argentier d’Anne de Bretagne, ALA B 4297 f° 542) et il était sr de Villemartin, commune de Morigny-Champigny, (Essonne). Il mourut dans le royaume de Naples avant le 4 mars 1496 (B.N. fr. 8310, f° 231). Bien qu’il eût résigné son office de contrôleur général, Charles VIII fit don à sa veuve de la totalité de ses gages pour l’année 1495 « en faveur et consideration de bons et agreables services » qu’il avait faits au roi « en plusieurs et maintes manières et mesmement qu’il trespassa en son service ou royaume de Sicille » (B.N. fr. 8310 f° 231).

132Il était sr de Villemartin (commune de Morigny-Champigny dans l’Essonne).

133Références : Lapeyre et Scheurer, notice 368 ; B. Chevalier (Tours, ville royale, op. cit., t. II, p. 214, p. 313).

13419. Jean du Bois de Fontaine

135Il bénéficia de la résignation de La Primaudaie vers le mois d’avril 1495 et il resta en charge dix mois jusqu’au 8 mars 1496, date à laquelle le roi fit don de l’office à Nicole Briçonnet. (B.N. fr. 8310, f° 232). Il n’occupa pas d’autres charges en Bretagne.

136En 1490, il était valet de chambre du roi puis il devint notaire et secrétaire royal. Il fut pourvu, le 5 novembre 1494, de l’office de secrétaire des finances à la place de Thomas Bohier et il accompagna lui-aussi le roi en Italie. Après son passage dans la charge de contrôleur de Bretagne, il occupa un office de maître lai à la Chambre des comptes de Paris – du 8 mars 1496 au 15 janvier 1498 –, obtenant à la même époque l’office de contrôleur général des finances de Languedoïl – nomination le 8 mars 1496. Il acheva sa carrière comme receveur général d’Outre-Seine à partir de 1504 : c’est l’exercice de cette charge ainsi que celle de trésorier des menus plaisirs qui entraîna, le 26 avril 1505, sa destitution suite à des détournements évalués à 192 595 l.

137Il était le gendre de Thomas Bohier dont il avait épousé la fille Jeanne le 6 octobre 1493. Anne de Bretagne assista à leur mariage. Il possédait les châtellenies de Maran et de Sonzay en Indre-et-Loire. Il décéda en 1539.

138Référence : Lapeyre et Scheurer, op. cit., notice 216, p. 117 + pl. XXXVIII.

13920. Nicole Briçonnet

140Il fut pourvu de cet office le 8 mars 1496 (voir supra) et il le conserva probablement jusqu’en 1506, date à laquelle on trouve mention pour la première fois de son successeur, Guillaume Barthélémy.

  • 52 Ses gages étaient de 1 200 l. pour 1493, de 1 600 l. pour 1494 et de 1 800 l. pour 1495, B.N. fr. (...)

141Il était notaire et secrétaire du roi depuis au moins 1493. Sa carrière est moins dense que celle de ces prédécesseurs puisque, en-dehors du contrôle général de Bretagne, on ne lui connaît qu’une autre responsabilité, celle de trésorier général, argentier, maître de la Chambre aux deniers du dauphin Charles-Orland de 1492 à 149552. Cette moindre variété est due probablement à sa mort précoce qui survint vers 1506 – il était né en 1472 – (son inventaire après décès fut dressé en 1506, B. Chevalier, op. cit., p. 559, note 208).

142Il était le fils de Guillaume Briçonnet, général des finances en Languedoc de 1483 à 1493, évêque de Saint-Malo puis cardinal à partir de 1495. Il avait épousé Charlotte de Poncher, fille de Louis, dont il eut une fille, Anne, qui se maria en 1520 avec Jean Grolier, trésorier et receveur général de Milan.

143Lapeyre et Scheurer, op. cit., notice 104, p. 61. Voir aussi Claude Bassereau, Jean Briçonnet l’aîné et Jean Briçonnet le jeune, thèse dactylographiée de l’Ecole des Chartes, 1951.

14421. Guillaume Barthélémy/Berthélémy

  • 53 Il continua à remettre à la Chambre ses livres de contrerolle : ainsi le 16 décembre 1539, a-t-il (...)

145Il succéda à Nicole Briçonnet en 1506, sans que l’on connaisse la date exacte de son institution (ALA B 570 f° 159, le 19 novembre 1535, il présentait à la Chambre des comptes ses livres de contrerolles depuis 1506 jusqu’en décembre 1535). Il resta en charge jusqu’à sa mort le 2 septembre 1541 (ALA B 575 f° 158), mais il avait préalablement, à une date que l’on ne connaît pas, résigné son office à survivance en faveur de son gendre Florimond Fortier (ALA B 52 f° 234). Cette charge était privée de toute importance réelle depuis les réformes du 28 décembre 1523 qui enlevèrent aux contrôleurs la capacité d’expédier les décharges (Jacqueton, Le trésor de l’Épargne sous François Ier, p. 13). Il avait continué cependant à être payé de ses gages, qui avaient été réduits et ramenés à 720 l. par an (ALA B 574 f° 326)53.

146Il commença sa carrière au service d’Anne de Bretagne en tant que clerc de Me Pierre Signac, contrôleur de l’argenterie de la reine du 1er octobre 1495 au 30 septembre 1496 (A.N. KK 85 f° 50). Il fut également contrôleur général de l’hôtel de Renée, fille d’Anne de Bretagne (mention en 1525. Ses gages étaient de 300 l., B.N. Nouv. Acq. 9175, f° 605).

147Il n’eut pas d’autres charges en Bretagne.

148Il eut deux types d’interventions dans le duché : d’abord comme commissaire du roi aux États (en septembre 1512, 1513, 1515, 1517, 1519, 1521, 1522 – non mentionné en 1524 –, en 1527, 1531, 1534) puis comme membre de commissions. On le trouve ainsi chargé, en novembre 1524, avec Jean Briçonnet, vice-chancelier, Pierre de Bidoux.... d’accélérer la reddition des comptes de Guillaume de Lespinay, petit-fils du trésorier Jean de L. (C.A.F.).

  • 54 Mention d’un Jean Barthélémy dans Lapeyre et Scheurer, op. cit., notice 33 mais sans que l’on sach (...)

149Il avait une fille nommée Marie qui épousa Florimond Fortier (ALA B 574 f° 326) et un fds prénommé Guillaume qui obtint, le 24 octobre 1548, certification de la Chambre selon laquelle il avait assisté en 1540 à la baillée des fermes de Bretagne en tant que commis de son père (ALA B 572 f° 213)54.

15022. Florimond Fortier

151Il succéda officiellement à son beau-père le 21 novembre 1541 et il fut reçu à la Chambre des comptes le 5 juillet 1542 bien que, écrit le greffier de la Chambre, « par certain edict et ordonnance du roy sur la mutacion et changement de l’ordre de ses finances telz et semblables estaz et offices de contrerolleur general eussent esté renduz inutilles ». Ses gages étaient fixés à 400 l. par an à prendre des mains du trésorier général de Bretagne (ALA B 52 f° 234).

152Il était valet de chambre ordinaire du dauphin et du duc d’Orléans, charge dont il fut pourvu, probablement au cours de l’année 1536 (C.A.F., t. VIII, 29345). Il réussit à obtenir le 29 novembre 1542 mandement du dauphin Henri ordonnant que lui soient payés les gages de Guillaume Barthélémy s’élevant à 5 760 l. pour les années 1532-1539 (ALA B 574 f° 326) et, le 19 octobre 1545, la Chambre entérina un autre don, toujours pour les gages de son beau-père, pour la période allant du 1er janvier 1540 au 2 septembre 1541 (ALA B 575 f° 158).

153Le 11 juillet 1534, il prêta foi et hommage, comme procureur de sa sœur, Claude Fortier (veuve de Guillaume de Seigne, sr de Boispatau) pour la seigneurie de Fausses-besses (Fosse-Besse, paroisse de Bléré), mouvant d’Amboise (C.A.F., t. VI, p. 365, 20772). Il était lui-même sr de Renay et possédait une maison à Tours (C.AF., t. VII, p. 558, 26890).

154On trouve mention dans Lapeyre et Scheurer (notice 262, p. 134-135+ pl. XLIV) d’un Florimond Fortier dit l’aîné, mort vers 1516, qui était notaire et secrétaire royal et commis au compte des frais de l’extraordinaire des guerres – il participa en tant que tel aux guerres de Bretagne en 1487 et aux guerres d’Italie en 1507. Son fils prénommé lui-aussi Florimond – que l’on est incité à identifier avec notre contrôleur général – lui aurait succédé dans cette charge en 1516 (C.A.F., VII, p. 779, n° 29 006).

LES CHARGES SECONDAIRES

TRÉSORIERS DES GUERRES ET DES MORTES-PAYES

15523. Alain Martin

156Il est mentionné comme trésorier des guerres dans un cahier de dépenses de bouche à la Chambre pour l’année 1495 et il aurait été en charge de 1492 à 1495 (ALA B 4303).

157Pour l’ensemble de sa carrière, cf. notice 390.

15824. Robert Millon

159Mentionné dans le même document avec le même titre. On peut se demander quelle était la nature réelle de ses fonctions puisque dans le compte d’Olivier Barraud pour les années 1495-1496, il n’est pas fait mention de trésorier des guerres de Bretagne et que tous les paiements à caractère militaire – fortifications, mortes-payes – étaient confiés à des commis particuliers.

160Pour l’ensemble de sa carrière, cf. notice 397.

16125. Laurent Pares

162Dans la liste de nomination d’officiers faite après la mort de Charles VIII, il est indiqué que la trésorerie des guerres lui a été donnée avec la mention désobligeante que « jamais n’a peu estre rangé à rendre compte » (E128/22). Il dut exercer très peu de temps cette charge, si tant est qu’il l’ait exercée – puisqu’il décéda avant la fin du siècle et que le compte de ses successeurs – Jean de Ros et Gilles Le Breton –, qui a été conservé, porte sur l’année 1498 (Dom Morice, Pr., t. III, 820).

163Son fils Jacques faisait l’objet de poursuites à la Chambre des comptes et s’opposait à la saisie mise sur ses biens pour des comptes non réglés de la trésorerie des guerres (période d’exercice non précisée) en novembre 1529 (ALA B 569 f° 12) et en janvier 1530 (ALA B 569 f° 28).

164Pour l’ensemble de sa carrière, voir J. Kerhervé, Cat., t. I, notice 13, p. 81.

16526. Jean de Ros et Gilles Le Breton

166Gilles Le Breton est connu par ailleurs comme receveur du fouage ordonné en octobre 1498 dans l’évêché de Rennes (il devait être plus particulièrement en charge des tabliers de Vitré et de Fougères). Il fit également la perception de l’impôt sur les vins dans le même évêché avec François Daville de novembre 1498 à novembre 1500 (ALA B 4296 f° 45). Il avait demandé, après la mort de Charles VIII, la charge de receveur du fouage dans l’évêché de Saint-Brieuc « à defaut de Vannes » (E 128/22) et comme il ne fut pas satisfait, son accès à la trésorerie des guerres constitua pour lui une forme de compensation. Il décéda probablement vers 1500. Les fouages des années 1500-1502 au tablier de Vitré et de Fougères furent perçus par Pierre Le Breton (ALA B 4296 f° 66).

167Jean de Ros/Jean Riou

168Il dut exercer seul la charge de trésorier des guerres de 1500 à la fin de l’année 1506 (on le trouve mentionné une dernière fois comme trésorier le 5 décembre 1506, ALA B 16 f° 143). On ne lui connaît pas d’autres charges financières (un nommé Jean de Ros était greffier du Parlement le 25 septembre 1503, ALA B 14 f° 127). On ne sait quels liens il y avait entre lui et ce Jean Riou – appelé aussi Jean de Ros – qui fut receveur de Rhuys de 1459 à 1460 (J. Kerhervé, Cat., t. I, notice 15, p. 173) ni avec Thomas de Riou, argentier de l’écurie de la reine en 1492-1493 (A.N. KK 83 f° 18 et J. Kerhervé, op. cit., t. III, notice 50, p. 655-656).

169Son fils, prénommé lui aussi Jean, comparut à la Chambre le 11 avril 1537 pour apurer ses déports de la trésorerie s’élevant à 3 502 l. 17 s. 10 d. d’une part et à 95 l. d’autre part (ALA B 571 f° 267-268). Un délai lui fut accordé et renouvelé le 4 juillet 1538 (ALA B 573 f° 105). Un compte fut conclu le 4 juillet 1539 (ALA B 574 f° 126). Deux années plus tard, le 7 novembre 1541, Jean de Ros n’en avait toujours pas réglé les déports arguant de sa maladie et de la nécessité d’aller à Tours recouvrer ses acquits pour justifier son retard (ALA B 574 f° 167).

170Un Jean Rio était argentier de François de Laval de 1509 à 1517, sans qu’on soit sûr qu’il s’agit bien du fils de notre Jean de Ros (A. Pacault, op. cit., t. II, p. 439).

17127. François Guillart

172Son premier compte, pour trois années finissant le 31 décembre 1509, fut conclu le 18 novembre 1511 (ALA B 4297), ce qui confirme bien qu’il succéda à J. de Ros au début de l’année 1507. Il resta en charge jusqu’à sa mort survenue avant le 1er mai 1517 (ALA B 51 f° 198). Il était probablement lié à Jean de Ros puisqu’en 1498 il avait obtenu la recette des fouages de Cornouaille que ce dernier convoitait (ALA E 128/22) et qu’il prit son relais à la trésorerie des guerres.

173Des poursuites furent menées contre son héritier Charles Guillart à propos de cette charge de trésorier des guerres : ainsi le 20 novembre 1532, il lui fut demandé d’apurer la somme de 2 948 l. 17 s. monnaie déportée au compte de François Guillart conclu le 12e jour de juillet 1518 et de tenir compte de la somme de 5 000 l. reçue par le même du trésorier Jean de Lespinay (ALA B 573 f° 131). Treize années plus tard, le 28 novembre 1545, il lui était toujours demandé de régulariser cette dernière somme (ALA B 575 f° 187).

174Pour l’ensemble de sa carrière, cf. notice 298.

17528. Bertrand de Tours (Jacquemin)

176Les documents dont nous disposons, que ce soient les registres de la chancellerie ou les livres de la Chambre des comptes, indiquent tantôt qu’il était trésorier de l’Épargne (ALA B 23 f° 184, mention du 18 mars 1517 ou ALA B 573 f° 402, mention du 27 avril 1540), tantôt qu’il était trésorier des guerres (ALA B 24 f° 111, mention du 23 avril 1518). Il est possible qu’il ait cumulé ces deux charges, succédant pour la première nommée, à Jean Neveu et, pour la seconde, à François Guillart. Quoi qu’il en soit, il dut son accession à ces deux offices à ses liens familiaux avec le général Philibert Tissait dont il devait avoir épousé une proche parente puisque sa femme s’appelait Antoinette (ou Anne) Tissart. On ne connaît pas la date précise de son accession précise à ces deux fonctions, la marge d’incertitude étant la plus grande pour la trésorerie de l’Épargne. Pour la trésorerie des guerres, nous l’avons vu (cf. supra), il en prit possession fin 1516, début 1517, après le décès de François Guillart. Il resta peu de temps en charge et sa mort survint avant le 14 août 1518, date à laquelle Alexandre Dessefort lui succéda à la trésorerie de l’Épargne (B.N. fr. 5503 f° 207).

177On ne lui connaît pas d’autres activités financières en Bretagne.

178Sa veuve fit l’objet de poursuites de la Chambre des comptes après son décès. Elles concernèrent sa gestion de la trésorerie de l’Épargne. Dès le 20 mars 1522, elle obtint, en tant que tutrice et garde de sa fille Philiberte, un relèvement d’appel en Parlement d’une sentence rendue par les gens des comptes au profit du procureur Alain de la Bouéxière (ALA B 27 f° 45). Les poursuites furent relancées contre elle à la fin des années 1520 (notamment le 10 mars 1531, ALA B 569 f° 85-86). Elles touchèrent deux domaines : on lui demanda d’abord de payer la somme de 15 668 l. 2 s. ld. restant due par la conclusion (elle était intervenue en février 1522) du compte de la trésorerie de l’Épargne pour deux années commencées en janvier 1516 et, dans un deuxième temps, de présenter l’apurement de ce même compte. Antoinette Tissart s’opposa à la première demande en alléguant que le roi avait fait don de ce montant à l’amiral de Bonnivet et qu’elle avait composé avec lui. Son incapacité à fournir des quittances de Bonnivet ainsi que la bataille de procédure engagée par le procureur de la Chambre – qui soutint que le roi n’avait pas levé décharge d’une telle somme car un tel don contrevenait aux ordonnances royales en matière de finances – retardèrent la conclusion de cet aspect du dossier. Et ce n’est en fait que le 30 décembre 1560, dans le cadre du jugement rendu en faveur des héritiers de Philibert Tissart que la Chambre des comptes entérina ce paiement (ALA B 582 f° 55-58, ainsi que celui de la somme de 4 440 l. dont l’origine n’est pas précisée).

179C’est peut-être la difficulté d’Antoinette Tissait à apurer les comptes de son mari – deuxième raison des poursuites – qui amena la saisie puis la mise en vente de ses biens qui est signalée le 20 octobre 1540 (ALA B 574 f° 39) et qui entraîna la comparution à la Chambre le 17 novembre 1540 (ALA B 574 f° 39) puis le 1er décembre 1540 (ALA B 574 f° 78) d’une série d’opposants parmi lesquels on trouve, outre sa veuve, Jacques Hubert, Léon Tissart, abbé de Buzay, Charles Brécel, Joachim Tissart, fils de l’ancien général Philibert, Me François Ernaud, Me Jean Bricaud et Marie de Troyes (fille de Robert du Lyon, cf. notice 218). Les livres de la Chambre n’indiquent pas, par la suite, si cette vente eut bien lieu.

  • 55 Le 11 décembre 1490, un dénommé Me Jacquemyn de Tours était armurier de la duchesse Anne, ALA B 13 (...)
  • 56 Dans le compte d’Olivier Barraud, il bénéficiait, en tant qu’ancien serviteur du duc, d’un don de (...)

180Bertrand de Tours était peut-être apparenté à un armurier du nom de Alain Jacquemin, dit lui aussi de Tours, dont la présence est attestée en Bretagne avant 149155 mais il avait exercé cette charge auparavant sous François II56. Il était encore en activité – à moins qu’il ne s’agisse de son fils – en 1526, date à laquelle il demandait à être rétribué pour la garde et l’entretien des équipements militaires du château de Nantes (ALA B 568 f° 333).

181Deux indices confirment la réalité de ces liens. Lors de la saisie des biens de Bertrand de Tours en 1540, la veuve de ce dernier intervint à la Chambre pour empêcher que deux maisons de Nantes, à savoir celle où demeurait Marie de Troyes et une autre située « au bas chemin » y soient comprises parce qu’elles étaient « de la succession de feu Jacquemyn de Tours ». Le rentier de Nantes de 1536 apprend par ailleurs que Guillaume du Lyon et Marie de Troyes (celle-ci était la fille de Pierre de Troyes et de Jeanne de Tours) possédaient dans la paroisse Saint-Denis de Nantes – « près le pilori » – une maison située à côté de la maison de Bertrand de Tours et d’Antoinette Tissart, maison qui avait appartenu précédemment à Jacquemyn de Tours (ALA B 1893 f° 7-8). Ces éléments suggèrent qu’il existait bien des liens entre les familles de Tours, Tissart et du Lyon, mais sans que, dans l’état actuel de nos connaissances, il soit possible de les préciser davantage.

18229. Guy / Guyon de Tours

183Il est attesté comme trésorier des guerres au moins dès le 16 novembre 1520 (ALA B 25 f° 186) mais il dut, selon toute vraisemblance, succéder au précédent titulaire de l’office au cours de l’année 1518. Il sortit de charge entre le 5 novembre 1529 (ALA B 569 f° 7) et le 15 mai 1531 (ALA B 568 f° 162).

184Il assura la perception des fouages dans l’évêché de Cornouaille de 1526 à 1533 (cf. notice 302). Il fut aussi fermier des billots dans l’évêché de Dol en 1522, 1523 (ALA B 573 f° 33) et fermier des impôts et billots dans l’évêché de Cornouaille en 1532 (ALA B 34 f° 11).

185Il fut victime du mouvement de poursuites lancé à la fin des années 1520 en tant que trésorier des guerres et receveur des fouages. Le 5 novembre 1529, il lui fut demandé, pour la recette du fouage, de rendre compte d’une somme, estimée à 100 000 l., correspondant à ses quatre premières années d’exercice. Pour la trésorerie des guerres, son passif fut estimé à 50 000 l. et concernait une période commencée en décembre 1523. On exigeait enfin de lui qu’il conclue un compte présenté en février 1528 pour le paiement de la solde de 140 hommes d’armes (ALA B 569 f° 7). Cette mise en demeure lui fit conclure son premier compte des fouages le 5 juillet 1530 (ALA B 4296 f° 207) et procéder, sans que l’on en connaisse la date, à la reddition de ses comptes de la trésorerie des guerres ; mais il refusa de payer les sommes dont il avait été trouvé redevable prétextant que le reste qui lui était demandé correspondait à ses gages pour le paiement des mortes-payes (ALA B 568 f° 162), ce qui conduisit la Chambre à décréter son arrestation le 17 mai 1531. Il évita la détention au château de Nantes en jurant l’arrêt – à cause de sa maladie – au domicile de Guillaume du Lyon, marchand, qui s’engagea à le garder sous peine de payer lui-même ce qu’il devait (ALA B 569 f° 112). Dans le même temps, son dossier fut pris en main par une commission, vrai semblablement celle dirigée par Le Rouge qui prononça contre lui un jugement à l’égard duquel il fit appel en parlement le 20 septembre 1532 (ALA B 34 f° 196). Appel qui n’empêcha qu’il fût avec François Thierry, sr de Boisorcant, condamné à verser les sommes dont ils avaient été trouvés redevables au sr de Châteaubriant pour la moitié du paiement de 9 000 l. dues à ce dernier (C.A.F., 13 février 1533).

  • 57 Le 8 novembre 1547, les déports du dernier compte de Guy de Tours s’élevaient à 3 750 1. et la Cha (...)

186Le renforcement du contrôle l’astreignit à rendre ses comptes suivants avec plus de régularité et à délaisser progressivement ses offices, d’abord celui de trésorier des guerres vers 1531 – mais peut-être a-t-il été dans ce cas victime d’une mesure de suspension –, puis celui de receveur du fouage à la fin de l’année 153357.

  • 58 Dès le 8 novembre 1547, la Chambre avait demandé significativement à deux de ses membres non-breto (...)

187Dans les années suivantes, il fut encore poursuivi pour apurer les déports de ses comptes (ainsi le 21 avril 1535 pour les comptes de la trésorerie des guerres, ALA B 571 f° 28) mais aussi comme héritier de Bertrand de Tours (mention du 20 mai 1540, ALA B 573 f° 419). Après sa mort survenue avant le 17 novembre 1540 (ALA B 574 f° 64), la Chambre des comptes s’en prit à sa veuve Marie Musset et au fils de cette dernière, Jean Sachet (cf. notice 303) qui s’opposèrent à la vente de ses biens58. L’affaire s’égara ensuite dans les procédures et, le 6 mai 1548, la Chambre en était encore, après que Marie Musset eut renoncé à la communauté des biens avec son ancien mari, à diligenter une enquête à Blois pour vérifier la réalité de cette renonciation (ALA B 576 f° 121). Guy de Tours demeurait en 1540 au bailliage de Blois (ALA B 573 f° 419).

18830. Robert Main

189Il est signalé comme trésorier des guerres et des mortes-payes dès le 26 mai 1532 et il resta en charge jusqu’à sa mort survenue avant le 20 avril 1547 (ALA B 576 f° 22).

190On ne lui connaît pas d’autres charges financières.

191Il fut régulièrement convoqué à la Chambre à partir de 1534 pour rendre compte de sa charge mais ses défailles ne débouchèrent jamais sur l’adoption de mesures de rétorsion contre lui.

192Robert était le fils de Pierre Main, – miseur de Nantes de 1528 à 1530 puis contrôleur (mention du 11 mars 1532, A.M. de Nantes, BB 2-14) – et de Christine La Folie. Son frère Guillaume Main fut receveur de Loyaux (cf. notice 199). Sa sœur Georgette avait épousé Guillaume Cherrier, secrétaire en chancellerie de Bretagne et caution de Julien Bertho, receveur des restes (cf. notice 509). La famille Main possédait des rentes sur la ville de Nantes (dont une de 30 l. sur la maison de la prévôté, A.M. de Nantes, CC 376-119).

193Sa femme s’appelait Gillecte de Peillac (ALA B 576 f° 22). Il eut au moins deux filles, Jeanne et Catherine.

194Il était sr du Bault comme son père.

19531. François Romans

196Il présenta Georges Chevalerie, Jean Avril et Hervé Cochet comme pleiges et cautions par acte du 28 septembre 1547 (ALA B 12 838 f° 497).

TRÉSORIERS DE L’ÉPARGNE

19732. Gilles Thomas

  • 59 Ainsi, en 1500, il fut assigné de 5 000 l. sur le douaire d’Anne « pour convertir au faict et répa (...)

198Il bénéficia probablement du rétablissement de cette charge après la mort de Charles VIII à une date qui n’est pas connue (mais la charge est attestée à partir de 1499, B.E.C., 1849, p. 168). Il resta en fonction jusqu’à sa mort survenue vers 1506 (J. Kerhervé, Cat., t. I, p. 67-70). Ses gages étaient fixés à 200 l. par an (ALA E 210/212) ; s’y ajoutaient différentes sommes correspondant au paiement des missions qui lui étaient confiées : ainsi reçut-il, en 1503, 240 l. « pour son deffray d’avoir esté de Nantes à Bloys faire mener la vesselle d’argent de la reyne où il a vacqué allant et venant et séjournant par trois moys et demi » (ALA E 212/19). Sa charge de trésorier de l’Épargne faisait en outre de lui une sorte de responsable du château de Nantes dont il veillait occasionnellement aux réparations59.

199L’essentiel de sa carrière se développa avant 1491. Sous le règne de Charles VIII, il fut cantonné à la charge de garde des chartes de Bretagne ,(B.N. fr. 8310 f° 217) mais il réussit, après avoir rendu ses comptes de la trésorerie de l’Épargne devant les membres de la commission Le Roux, à obtenir du roi un acte ordonnant de lui verser, sur les restes des receveurs de Bretagne, la somme de 53 942 l. 8 s. 20 d. qui lui restait due par François II (ALA B 51 f° 15, acte du 1er février 1494). Cet acte fut confirmé par Louis XII le 13 avril 1499 (ALA B 51 f° 43-44). Il bénéficia ensuite de la faveur d’Anne qui lui conserva sa charge de garde des chartes (aux gages de 120 l. par an, ALA E 212/19) et qui lui accorda un office de secrétaire à la Chambre des comptes (au plus tard en 1503).

200Pour l’ensemble de sa carrière, voir Jean Kerhervé, Une famille d’officiers de finances bretons au xve siècle. Les Thomas de Nantes, A.B.P.O., 1976, p. 7-33.

20133. Jean Neveu

202Il est attesté comme trésorier de l’Épargne en 1507 (B.E.C., 1849, p. 171) et il l’était encore le 20 juillet 1510, date à laquelle il bénéficia d’un exécutoire de 3 000 l. à la fois comme trésorier de l’Épargne et comme miseur des œuvres et réparations du château de Nantes, sur Jean Pineau, receveur des impôts et fouages de Vannes (ALA B 19 f° 145).

203L’ensemble de sa carrière est mal connu : on sait seulement qu’en juillet 1503, il était commis à tenir le compte du bâtiment du château de Nantes (ALA B 14 f° 94). C’est peut-être grâce à cette commission qu’il réussit à prendre la succession de Gilles Thomas (le 19 février 1506, il était signalé comme miseur du château de Nantes, ALA B 16 f° 14).

204Il possédait une maison en la paroisse Saint-Denis à Nantes, maison qui fut achetée par Me Arthur Riallen, desservant de la chapellenie que Jean Neveu avait fondée (ALA B 1893 f° 4).

20534. Bertrand de Tours

206Il semble avoir, contrairement à ses prédécesseurs, manié des sommes importantes puisque le 18 mars 1517, la chancellerie de Bretagne enregistrait un exécutoire délivré en sa faveur de 220 000 l. à valoir sur plusieurs fermiers et receveurs de Bretagne pour deux années commencées en 1517 (ALA B 23 f° 184).

207Pour l’ensemble de sa carrière, cf. notice 28.

20835. Alexandre Dessefort

209Il fut pourvu de l’office de trésorier et garde de l’Épargne de Bretagne le 14 août 1518 après la mort de Bertrand de Tours en récompense des services rendus à la reine Claude, comme secrétaire ordinaire. Ses gages étaient de 300 l. monnaie de Bretagne, valant 360 l., payables sur la recette ordinaire de Nantes. Le 24 octobre 1541, il obtint du dauphin Henri la confirmation de ce versement – transformé en pension –» combien », comme l’affirmait l’acte, « que ledit office soit de present inutille et sans aucun effet ne exercice, ce neantmoins estant advertiz des bons et agreables services faitz par ledit Dessefort à feue notre dicte dame et mère pour recongnoissance desquelz et aussi pour la grande charge qu’il a eu de femme et plusieurs enfants » (B.N. fr. 5503 f° 207). Sa veuve Françoise le Groux et ses filles Françoise, Catherine et Marie virent ce don encore reconduit par François II le 30 août 1560 (ALA B 582 f° 47).

210Il ne semble pas avoir occupé d’autres fonctions financières en Bretagne ; on sait seulement qu’il fut, entre janvier 1526 et juillet 1528, chargé d’acheminer des ancres de marine de Bayonne à Brest pour l’équipement du navire nommé La Françoise (C.A.F., acte du 15 juin 1537). Il était un protégé de la famille des Laval, surtout de Guy XVI qui, le 11 juillet 1530, dans une lettre à Anne de Montmorency, où il le priait de donner un emploi aux anciens serviteurs de Claude de France dans la maison d’Éléonore d’Autriche, lui recommandait tout spécialement Alexandre Dessefort et écrivait : « ... maître Alexandre Desrefort, qui estoit secretaire de ladite feue dame, lequel a esté depuis à moy, m’a escript de la court, où il est present, qu’il desiroit recouvrer sondict estat en l’un desdicts lieux, me priant vous en vouloir escryre à ceste cause et que je l’ay employé par droit aux affaires du roy où il s’est bien porté et me semble qu’il est pour faire service, je vous prie que, en ma faveur le vueillez avoir pour recommendé et que par vostre moyen, il puisse recouvrer sondict estat ou, à tout le moins, qu’il soit clerc des offices de ladite dame et de mesdits srs (Bertrand de Broussillon, La Maison de Laval, t. IV, 1902, notice 2349, p. 99-100).

211Voir aussi à Antoine Dessefort (cf. notice 410).

RECEVEURS DES TAUX ET AMENDES DU PARLEMENT ET PAYEURS DES GAGES DES GENS DU PARLEMENT

21236. Jean Croquesel

  • 60 Un individu portant le même nom était procureur des bourgeois de Saint-Brieuc aux États de 1526 – (...)

213Il est déjà mentionné dans le compte d’Olivier Barraud (B.N. fr. 8310, f° 129-130) où il semblait assisté de Philippe Berthault (fr. 8310 f° 144-145). Il eut pour commis Étienne Jallier (mention du 4 juillet 1505, ALA B 15 f° 63 et du 8 juillet 1508, ALA B 17 f° 90) et Toussaint Chambellan (mention du 7 mai 1516, ALA B 23 f° 14)60.

214Pas d’autres charges financières connues en Bretagne.

215Son nom figure dans la liste des officiers signalés dans un mandement de François Ier pour n’avoir pas présenté tous leurs comptes en Bretagne (ALA B 51 f° 190-191). Ses héritiers étaient toujours poursuivis dans les années 1530 : on leur demandait le 28 janvier 1533 de conclure le compte du paiement des gens du Parlement présenté en janvier 1523, de présenter compte du temps « depuis escheu dont decebda comptable ledit Croquesel » et de compter des taux et amendes du Parlement de 1500 à 1515 et d’apurer les déports de son dernier compte conclu en juillet 1513 montant 364 l. (ALA B 570 f° 10).

  • 61 Anne Augier, après la mort de Croquesel, se maria avec un nommé Louis de Montmorency.

216Les poursuites furent menées contre sa veuve Anne Augier (plusieurs fois défaillantes) puis contre son fils Louis de Montmorency (mention le 14 octobre 1538, ALA B 573 f° 127)61 puis contre Toussaint Chambellan (mention le 8 octobre 1539, ALA B 573 f° 309).

21737. Adrien Augier

  • 62 Un Charles Pineau, avocat de la cour de Nantes, bénéficia d’une sauvegarde le 7 juillet 1526, ALA (...)

218Il est mentionné dans cette charge dès le 11 mai 1520 (ALA B 25 f° 76). Il succéda probablement à Croquesel après 1517. Il eut pour commis et procureur Charles Pineau62.

219On ne lui connaît pas d’autres charges financières en Bretagne. Le 3 septembre 1537, il était signalé comme commis au paiement des réparations de Guise et de Bray-sur-Somme (C.A.F., t. III, p. 385, 9280).

220Le dossier d’Adrien Augier et de Charles Pineau est l’un des plus fournis dans les livres de la Chambre des comptes. Ils furent victimes de la volonté des autorités financières de régulariser une recette, celle des taux et amendes, qui avait échappé jusqu’à eux à tout contrôle strict.

221Des poursuites sont mentionnées contre eux en 1531 (A. Augier est défaillant le 9 mars 1531, ALA B 569 f° 84) : elles conduisirent Augier à conclure un compte et à en présenter un autre le 14 juillet 1531 pour sept années finissant en décembre 1528 (ALA B 570 f° 3). La conclusion de ce dernier s’avéra particulièrement difficile et entraîna l’adoption de mesures de plus en plus sévères contre Augier et Pineau, celui-ci étant jugé à la fois comme commis pour le paiement des gens du parlement et comme responsable de la perception des taux et amendes. Suite à des défailles répétées, Pineau fut placé en arrêt à Nantes à plusieurs reprises au cours de l’année 1535. Le 22 juin 1535, il obtint un délai de quelques jours pour présenter son compte des taux et amendes « dont il dit n’estre du tout prest à presenter et qu’il y besoigne de heure en heure » (ALA B 571 f° 40). Le 28 juin 1535, la prise fut à nouveau décrétée sur lui (ALA B 570 f° 146). Augier fit présenter, le 15 juillet 1536, par son procureur Symonain, un premier mandement royal en sa faveur – il est donné à Lyon, daté du 26 juin 1536 et accompagné de lettres missives de Guillaume Poyet – qui demanda aux gens des comptes de lui accorder, ainsi qu’à Pineau, un délai pour faire fin et conclusion en ses comptes. Il obtint un sursis de quatre mois qui ne fut pas suffisant puisque, le 11 avril 1537, la Chambre décréta à nouveau la prise de leur personne et ordonna la saisie de leurs biens. Celle-ci ne semble pas avoir été exécutée immédiatement (obtention d’un délai sans doute grâce au paiement fait par Augier de 400 l. au sr d’Acigny selon un mandement du 22 juin 1537, ALA B 571 f° 330), et si Charles Pineau fut bien détenu au Bouffay, où il était encore le 15 juillet 1537 demandant de nouveaux délais (ALA B 571 f° 322), il bénéficia rapidement d’un élargissement, ce qui amena la Chambre, après avoir constaté que le reste dû par la conclusion de leur compte était élevé, à renouveler, le 15 octobre 1537, l’ordre d’incarcérer Augier et Pineau au château de Nantes et à confier à Julien Bertho la mission de saisir leurs biens. Cependant, dès le 20 octobre 1537, ils bénéficièrent d’un nouvel élargissement en promettant de rendre leur compte pour la période allant du 1er janvier 1529 au 31 décembre 1534 (ALA B 571 f° 362-363).

222Bullioud, lors de sa venue en Bretagne cette même année 1537, suspendit A. Augier et donna commission à Me Silvestre Perier pour percevoir les taux et amendes du parlement pour les années 1535, 1536 et 1537. Il accéléra le règlement de l’affaire amenant les gens des comptes à ordonner la vente des biens de Pineau (ALA B 573 f° 124-125) et Augier à remettre 2 000 l. au receveur des restes (ils furent à nouveau incarcérés). Pour gagner du temps, ce dernier parvint alors à obtenir un second mandement royal daté du 2 octobre 1538, leur accordant un délai d’un an pour rendre leurs comptes et pour payer le reste encore dû pour ceux déjà rendus. Le procureur s’opposa à l’entérinement de ce mandement disant que Augier et Pineau n’avaient pas révélé toute la vérité au roi, que notamment ils devaient encore compter de dix années et demandant à la Chambre de continuer à procéder à la vente des biens de Pineau. Le 3 décembre 1538, les gens des comptes entérinèrent le mandement royal, exigeant avant de remettre Pineau et Augier en liberté, qu’ils présentent des cautions jusqu’à la valeur de 6 000 l., ce que Augier fit par acte du 28 décembre 1538 produisant pour lui Me Gaston du Séchay, avocat en Parlement à Paris dont la solvabilité fut garantie par Guillaume du Lyon (cf. notice 218), Michel Jourdan, clerc des finances, et Hugues Gilbert, marchand demeurant à Paris (ALA B 12 838 f° 492).

223Dès 1539, les poursuites reprirent contre C. Pineau concernant les amendes du parlement : elles provoquèrent à nouveau son incarcération au Bouffay et, après sa mort survenue avant le 26 octobre 1541 (ALA B 574 f° 164), c’est Adrien Augier qui dut faire face au passif de son ancien commis. Le 23 avril 1543, la prise fut décrétée contre lui pour le non-paiement de 817 l. 4 s. 11 d. demeurés en reste de son compte de receveur des gens du parlement conclu en 1538 et pour 4 689 l. 8 s. 2 d. monnaie dus par l’apurement de son troisième compte des amendes (ce qui constituait le reste de Pineau). C’est peut-être l’importance de cette dette qui amena Augier à se défaire de son office qui fut donné le 4 décembre 1543 à Michel Bouillon ; elle le conduisit aussi à demander et à obtenir le 4 décembre 1543 à être subrogé dans les biens et les dettes de C. Pineau à la condition de régler son passif, ce qui provoqua la mise en vente des propriétés de ce dernier, notamment les lieux de la Lormière et de la Bretonnière situés dans la paroisse de Vigneux près de Nantes (mention le 20 décembre 1543, ALA B 575 f° 100-101). Le 26 novembre 1544, ce dossier n’était toujours pas clos du fait des oppositions mises à la vente de ces biens : A. Augier restait toujours redevable de 4 689 l. 8 s. 2 d. Comparaissant à Nantes, il élisait domicile chez Me Florimond Le Charron, trésorier général qui s’engageait comme caution pour lui à hauteur de 600 l. (ALA B 575 f° 95).

224A. Augier était bourgeois de Paris, marguillier de Saint-Germain, l’Auxerrois et sr d’Aubervilliers. Il était marié à Jeanne Le Moine, fille de Jean Le Moine, clerc et auditeur à la Chambre des comptes de Paris, et de Jacqueline Le Maçon.

22538. Silvestre Périer

226Il fut commis par Antoine Bullioud en octobre 1537 à la place d’Adrien Augier suspendu (ALA B 573 f° 206).

227Le 14 septembre 1548, Florimond Le Charron lui donna commission pour qu’en son nom il fasse la vente des biens meubles de Jean de Laval, baron de Châteaubriant, après son décès (A.M. de Nantes, DD 19-1).

22839. Jacques de Châtillon

229Il fut receveur des taux et amendes du parlement de 1543 à 1548 environ. Il fut officiellement déchargé de l’office le 28 juin 1551, date à laquelle il fut remplacé par Thomas Texier (ALA B 577 f° 133).

230On le connaît surtout grâce aux poursuites qui furent engagées contre lui à partir de 1547. Le 9 juillet 1547, on le trouvait incarcéré au Bouffay de Nantes où « il remontre qu’il a été outragé par le geôlier et sa femme » et il demandait à être transféré au château (les geôliers nièrent ces accusations et prétendirent que c’est Châtillon qui les avait battus). Il proposa en outre de donner 1 800 l. au procureur du trésorier général et de présenter caution pour le reste de ce qu’il devait (ALA B 576 f° 59). Le 26 avril 1548, ses biens furent saisis et ordre fut donné de le maintenir prisonnier du fait du reste important qu’il devait apurer. Son commis, Pierre Texier, remit à la Chambre, le 18 mai 1548, les rôles des taux et amendes pour les années 1543, 1544, 1545, 1546, 1547 ainsi que deux quittances, l’une de Châtillon du 16 avril 1548 de 226 écus soleil, 33 doubles ducat, 20 ducats simples, 20 pistoles et 4 nobles rose, l’autre de Le Charron (ALA B 576 f° 92). Du fait de son incapacité à apurer la somme de 16 442 l. 4 s. l d. ob monnaie et de fournir de caution – seul Pierre Texier se proposa pour une somme de 2 000 l. à condition que le rôle des amendes lui fût remis –, il fut suspendu de son office le 20 juin 1548 et maintenu au château de Nantes – le trésorier Le Charron ne trouva pas de biens lui appartenant (ALA B 576 f° 108).

231La dernière notation que l’on a sur lui date du 10 juillet 1549 quand la Chambre lui remit 25 l. sur ce qu’il pouvait devoir de la recette de Fougères pour avoir passé huit jours avec deux sergents pour le surveiller « afin de retirer certains actes de caution de receveurs du roy estans en un coffre qui fut à feu Me Antoine Bullioud » (ALA B 576 f° 184).

23240. Michel Bouillon

233Il bénéficia de la résignation d’Adrien Augier le 4 décembre 1543. Il était receveur et payeur des gages, pensions et droits des gens tenant le parlement.

234Il présenta Nicolas Bouillon, fourrier ordinaire du corps du roi demeurant en la paroisse de Huynetz près de Chinon et Etienne Servan, serrurier ordinaire du dauphin habitant à Beaumont en Touraine, comme cautions par acte du 19 octobre 1546 (ALA B 12 838 f° 496).

RECEVEURS ET PAYEURS DES GAGES DES GENS DU CONSEIL

23541. Jean Régnier

236Il est attesté comme payeur des gens du conseil en 1513 (ALA B 21 f° 221). Il dut cependant être nommé avant cette date et semble avoir été le premier titulaire de cet office.

237Il fait partie du personnel arrivé en Bretagne sous le règne de Charles VIII : en 1495-1496, il était commis au paiement des mortes-payes de la place de Nantes (B.N. fr 8310 f° 37-38). Il prit aussi la recette des impôts et fouages de l’évêché de Saint-Brieuc en 1497 et en 1498 (ALA B 574 f° 213). Signe de son importance – il était clerc de Cardonne, général de Bretagne –, les bourgeois de Rennes lui offrirent « deux esta-meaulx de vin » en octobre 1496 (A.M. de Rennes, liasse 1059 f° 7).

238Il était notaire et secrétaire royal (Lapeyre et Scheurer, Les notaires et secrétaires du roi, t. I, notice 573, p. 274).

239Son commis pour le paiement des gens du conseil était Pierre de Laval (ALA B 23 f° 177).

240Il figure parmi les officiers de finances ayant refusé de compter à la Chambre des comptes de Bretagne et contre lesquels François Ier lança un ordre de poursuite le 27 mai 1517 (ALA B 51 f° 190-191). À cette date, il était pourtant déjà décédé et avait délaissé son office à Gilles Carré, époux de sa fille Marie (mention du 28 février 1517, ALA B 23 f° 177).

24142. Gilles Carré

242Il détenait déjà cette charge en février 1517 (ALA B 23 f° 177). Il resta en charge jusqu’à sa destitution en 1532. Il faisait aussi la recette des amendes infligées par la chancellerie (mention du 22 mai 1536, ALA B 571 f° 92-93).

243Gendre du précédent, il appartenait à la famille des Carré, d’origine rennaise, qui réussit à imposer ses membres dans plusieurs charges financières en Bretagne sous le règne d’Anne. Son père Michel, apothicaire de la reine, fut receveur des fouages de l’évêché de Saint-Malo de 1498 à 1510 ; son frère Jean, également apothicaire, receveur des fouages de Léon d’au moins 1503 à 1516. Il mena lui-même une carrière financière notable bénéficiant de la succession de son père comme contre-garde des monnaies de Rennes (don de la reine du 20 octobre 1509, ALA B 19 f° 62) et comme receveur des fouages de Saint-Malo, charge dans laquelle il demeura de 1510 à 1531. Il prit également plusieurs fermes dont celle des impôts et billots de l’évêché de Rennes en 1519 avec Julien Lamy et Robinet Goubin (ALA B 24 f° 246) et celle du billot de l’évêché de Vannes en 1522 avec Jean Tregouet le jeune (ALA B 26 f° 212). Comme son père Michel, il exerça des responsabilités à Rennes, prenant notamment la charge de miseur de février 1516 à février 1517 avec Guillaume Lemeignan (A.M. de Rennes, liasse 1064).

244Sa carrière de payeur des gens du conseil se termina brutalement puisqu’il fut destitué pour forfaiture au début de l’année 1532 (ALA B 53 f° 5), perdant par la même occasion son office de receveur des fouages de Saint-Malo. Le roi, par un mandement donné à Valognes, le 30 avril 1532, donna commission à Me Pierre Laurent, procureur de Nantes, et à Me François de Kermenguy, alloué, pour obtenir de la Chambre des comptes un bilan de sa situation, ce qui fut fait le 11 mai 1532 (ALA B 569 f° 173-174-175). Par cet état, il apparaissait que G. Carré était redevable de 1 443 l. 3 s. 4 d. pite monnaie pour son compte de payeur des gens du conseil présenté en mai 1532, de 200 l. 12 s. 4 d. pour la recette des fouages de Saint-Malo – compte présenté en avril 1532 – et de 2 995 l. 2 s. 9 d. monnaie comme l’un des héritiers de son père Michel Carré (« pour autant qu’ilz ne fourniront d’acquitz »). Malgré le règlement de ces différents soldes, Gilles Carré ne retrouva pas ensuite de charges financières et limita son activité à la ville de Rennes, devenant connétable après la mort du sr de Monbeille, le 8 mars 1534 (A.M. de Rennes, liasse 1067).

245Il était sr des Loges (paroisse de la Mézière) et possédait le manoir de la petite Gouzée en Gévézé.

24643. Antoine Bretin/Bertin

247Il profita de la destitution de Gilles Carré pour s’imposer dans cette charge dès 1532 (ALA B 53 f° 5). Il la conserva probablement jusqu’à sa mort survenue avant le 11 décembre 1555 (ALA B 579 f° 223). Par un acte du 26 août 1545, le roi lui confirma le droit de prendre pour gages 12 deniers par livre sur les sommes – elles s’élevaient à 8 584 l. 16 s. – destinées à payer les gens du conseil (ALA B 53 f° 5). À la différence de son prédécesseur, il semble ne pas avoir fait la recette des amendes du conseil ; c’est du moins ce qu’il prétendit le 22 mai 1536. La Chambre le condamna pourtant à en rendre compte le même jour.

248Il avait, à son actif, une carrière financière importante marquée par plusieurs prises de participation à la ferme de la prévôté de Nantes, notamment d’octobre 1531 à octobre 1534 (ALA B 36), d’octobre 1537 à octobre 1540 avec Humbert Geslin et François Jallier (ALA B 574 f° 79), d’octobre 1540 à octobre 1543 (ALA B 574 f° 79) et d’octobre 1548 à octobre 1551 avec Jean Courrais, marchand de Nantes, et Georges Chevalerie (ALA B 572 f° 239). Il fut également fermier du billot de Nantes pour les années 1525 (ALA B 37 f° 4), 1538 (ALA B 38 f° 43), 1541 (année au cours de laquelle il le perçut dans les évêchés de Saint-Brieuc et de Vannes, ALA B 576 f °29), fermier du billot de Vannes avec Roger Pitois en 1546 (ALA B 572 f° 185) et fermier des ports et havres de 1546 à 1549 (ALA B 576 f° 137). Il était probablement un financier professionnel : dans un acte du 28 juin 1541 où il demandait à être indemnisé pour la transformation de la prévôté de Nantes en régie, il précisait que, comme son consort Noël Hays, « il ne se meslait de marchandie » (ALA B 574 f° 127-128).

249Il fut régulièrement assigné à comparaître à la Chambre des comptes au cours des années 1530 et 1540 mais sans que cela entraînât de mesures particulières à son encontre (son deuxième compte pour l’année finie le 30 juin 1547 fut conclu le 16 décembre de la même année, ALA B 4297 f° 550).

250Il était marié à Gillette Durant, fille de Jean Durant, qui mena lui aussi une carrière financière importante à la fois comme fermier du billot de Nantes (notamment en 1518, ALA B 571 f° 33) et comme fermier de la prévôté (du 1er octobre 1525 au 1er octobre 1528, ALA B 30 f° 217). C’est Bretin qui fit face aux problèmes de succession de son beau-père. Il tenta, en tant que tel, de récupérer ce que Jean Parajau – auquel Durant semblait très lié – lui devait. N’ayant pas réussi à obtenir totalement satisfaction de la Chambre des comptes qui donna la priorité aux créances royales (mentions le 4 décembre 1535, ALA B 570 f° 169 et le 14 décembre 1535, ALA B 570 f° 173), il réussit à obtenir un mandement du roi ordonnant que Parajau lui paie la somme de 1 100 l. Il présenta ce mandement à Nantes le 20 mars 1536 (ALA B 572 f° 30) et la Chambre l’entérina pour la somme de 985 l. 17 s. 5 d. le 23 mars 1536 (ALA B 572 f° 32-33).

251Bretin se porta caution pour plusieurs receveurs, notamment Jean Goulart (cf. notice 256) et Julien Bertho (cf. notice 509).

252Le 20 juin 1543, il présenta à la Chambre des comptes l’hommage fait au roi par le sr de Guéméné.

  • 63 Le 19 décembre 1513, mention d’un Guillaume Bretin au conseil des bourgeois, A.M. de Nantes, BB 2- (...)

253Il était sr de L’Abbaye dans la paroisse de Chantenay près de Nantes (ALA B 12 838 f° 485). Il obtint, le 4 juillet 1536, le droit d’acquérir jusqu’à 500 l. de revenus de terres nobles (ALA B 52 f° 160). Il fut membre du conseil des bourgeois de la ville de Nantes63, assemblée dans laquelle on relève notamment sa présence le 15 avril 1548 lors de la délibération concernant l’emprunt de 60 000 l. levé par Henri II sur les villes bretonnes (A.M. de Nantes, AA 23-13).

25444. Jacques Chéreau

255Il fut institué receveur des taux, amendes et confiscations des chancellerie et conseil de Bretagne par lettres royales données à Lyon le 19 janvier 1536. Il présenta ses lettres d’institution à la Chambre le 27 mai 1536. Avant de le recevoir, les gens des comptes exigèrent qu’il fît la preuve d’avoir fourni une caution au général des finances (ALA B 571 f° 92-93). Un an plus tard, il n’était toujours pas reconnu officiellement par la Chambre dont le procureur soutenait qu’il était insolvable et exigeait de Bretin qu’il continuât à rendre compte des amendes (ALA B 571 f° 301, mention du 4 juin 1537).

25645. Guillaume Baudron

257Il fut également receveur des amendes de la chancellerie et du conseil de Bretagne. Pas d’autres activités financières connues.

258Il présenta Jean Coignart, sieur de La Chapelle (près de Bécherel) comme caution par acte du 27 septembre 1541 (ALA B 12 838, notice 1646, f° 491).

TRÉSORIERS ET PAYEURS DES ÉTATS

25946. Pierre Thierry

260Sa date d’institution n’est pas connue. Il demeura en charge jusqu’en septembre 1522 (B.N. fr nouv. acq. 456 f° 4).

  • 64 La date de son institution n’est pas connue avec précision : dans l’état des valeurs des finances (...)

261Il était fils de Julien Thierry et sa carrière financière se développa surtout à partir de 1498. Il fut ainsi fermier de la prévôté de Nantes (mention le 2 mai 1505, ALA B 15 f° 42, et le 19 février 1513, ALA B 21 f° 41). Le 16 février 1503, il bénéficia d’un exécutoire comme commis au recouvrement des billots de Bretagne (ALA B 14 f° 22). Sa principale charge financière semble toutefois avoir été celle de commis au paiement des dettes du duc François II dont il eut la responsabilité à partir de la restauration des pouvoirs d’Anne après 149864 jusque dans les années 1520 (le 4 février 1520, il bénéficiait encore de trois exécutoires pour cette charge, ALA B 25 f° 17).

262Après sa mort survenue vers 1527, son fils François Thierry fit l’objet de poursuites de la Chambre des comptes non pas pour sa charge de trésorier des États – dont le contrôle échappait aux gens des comptes – mais en tant que commis au paiement des dettes de Bretagne : les procédures furent, semble-t-il, enclenchées par une commission – sans doute la commission Le Rouge – dont François Thierry contesta une sentence – non précisée – en faisant appel au Parlement le 13 septembre 1532 (ALA B 34 f° 186) mais sans obtenir satisfaction puisque le 13 février 1533 le sr de Châteaubriant obtint, pour paiement de 9 000 l., une assignation sur les amendes infligées par les commissaires à Guy de Tours et à François Thierry (C.A.F.).

263Le 28 janvier 1533, la Chambre demanda à ce dernier d’apurer les déports du dernier compte de son père conclu le 25 mai 1525, déports s’élevant à 4 057 l. 2 s. 6 d. et de rendre tous les documents restés en sa possession (ALA B 570 f° 5). Son procureur Jean Hubert présenta un apurement en son nom le 11 février 1533 mais sans avoir le pouvoir d’assister à son examen (ALA B 570 f° 19-20), tâche qui incomba par la suite à Antoine Symonain (ALA B 570 f° 76). Le 6 juillet 1534, le nom de François Thierry figurait dans la liste des officiers ayant rendu leurs comptes depuis le 21 mai 1533, liste qui fut remise à Julien Bertho, receveur des restes (ALA B 570 f° 14). Pas de mention par la suite.

264Parallèlement à ces poursuites, François Thierry fut en butte aux plaintes déposées par des bénéficiaires des versements ordonnés par Anne pour le paiement des dettes de son père et qui n’avaient pas obtenu satisfaction ; cela amena régulièrement la Chambre à le condamner à verser ces sommes (ainsi, le 26 novembre 1534, fut-il condamné à payer 220 l. à Yvon Guillecte et Alliette Callouart et 220 autres livres à l’héritier d’un certain Jean Picart, ALA B 571 f° 7-8).

265Sa participation à la perception des impôts publics ne l’empêcha pas, comme son père, de continuer à mener ses activités financières personnelles dont le rayon d’action dépassait le cadre de la Bretagne : en 1502, il effectua, à la demande d’Anne de Bretagne, un paiement de 10 000 l. à Venise en faveur de la reine de Hongrie, paiement pour lequel il reçut 500 l. en considération des frais qu’il avait eus pour « l’avance, le port et l’achapt d’or » (cf. Jean Kerhervé, Cat., t. I, p. 107-108, notice 25, cf. ALA E 212/19). Il fournissait aussi des marchandises à la Cour, notamment sous le règne de Charles VIII (B.N. fr. 8310).

  • 65 Le 18 février 1516, liasse 1064 ; il figurait aussi parmi les personnages chargés en 1514 de vérif (...)

266Il joua un rôle éminent à Rennes au cours du premier quart du xvie siècle : il fut délégué de la ville aux États en 1507-1508 avec Pierre Bertrand (A.M. Rennes liasse 1062) et on retrouve régulièrement son nom parmi celui des notables devant qui les fermes étaient baillées (exemple en 1508, liasse 1062), ou qui supervisaient la reddition des comptes des miseurs65.

267Il bénéficia des faveurs du pouvoir royal : le 3 avril 1511, il reçut un don de 500 l. d’Anne de Bretagne (ALA B 20 f° 17).

268Il était sr de Boisorcant et il avait épousé Jacquette du Pontrouaud. Après le décès de cette dernière en 1522, il entra dans les ordres, mettant ainsi fin à sa carrière de financier. Il mourut le 7 mai 1527 (ALA B 2141). Ses biens revinrent à son deuxième fils, François.

26947. Julien Lamy

270Il succéda à Pierre Thierry à partir de septembre 1522 et il présenta Gilles Carré comme caution (B.N. fr. Nouv. acq. 456 f° 4).

  • 66 Il tenta de prendre des fermes : en 1510, il figurait parmi les enchérisseurs pour la ferme du vin (...)

271Il fut notamment fermier du billot de l’évêché de Rennes en 1508 avec Michel Challet (liasse 1062), en 1519 avec Gilles Carré et Robinet Goubin (ALA B 24 f° 246), en 1526 (ALA B 30 f° 48). Parallèlement, il mena une carrière dans le cadre de la ville de Rennes66 et fut miseur avec Geoffroy Le Febvre de février 1515 à février 1516 (liasse 1064). Il fut envoyé régulièrement en mission pour défendre les intérêts de sa ville : ainsi alla-t-il à Nantes en 1516 pour demander au capitaine Jean de Mondragon que le chancelier tienne le conseil à Rennes (liassel064). En 1517, il alla à la cour (liasse 1064 f° 10) et en 1529, on le retrouve encore mentionné comme chargé de mission, cette fois auprès du comte de Laval (liasse 1066).

272Il était fils de Julien Lamy et demandait en 1516, en tant qu’héritier de son père, à ce qu’on lui rembourse 6 l. monnaie qu’il avait prêté à Anne de Bretagne en 1489 (A.M. de Rennes, liasse 1064 f° 18).

273Il mourut avant le 26 janvier 1535, date à laquelle ses héritiers – à savoir sa veuve Anne Garnier, son fds Yvon, Pierre Cohier, époux de sa fille Raoulette (Pierre Cohier fut miseur de Rennes de février 1529 à février 1530, A.M. de Rennes, liasse 1066) –furent assignés à comparaître à la Chambre (ALA B 571 f° 13).

27448. Alain Avril

275Il devint trésorier des États à partir de 1534. En 1540, il résigna son office à survivance en faveur de son fils Jean Avril.

276Pour l’ensemble de sa carrière, cf. notice 359.

27749. Jean Avril

GÉNÉRAUX DES MONNAIES

27850. Jean Hagomar

279Il exerça cette charge sous le règne de Charles VIII jusqu’à sa mort en 1498.

280L’essentiel de sa carrière s’était développé avant 1491. Sous le règne de Charles VIII, il fut chargé de recevoir et de répartir les 120 000 l. promises par le roi au traité de Laval. Il conserva en outre la recette ordinaire de Fougères qu’il exerça avec Patry Le Bascle (cf. notice 257).

281Cf. J. Kerhervé, Cat., t. II, notice 25, p. 472-473.

28251. Arthur du Pan

283Il était déjà général le 1er avril 1503 (ALA B 14) et succéda probablement à Jean Hagomar dès 1499. Ses gages étaient de 200 l. par an. Il conserva cette charge jusqu’à sa mort survenue vers 1517-1518.

284Il avait commencé sa carrière avant 1491 et figurait parmi les cent hommes d’armes gentilhommes de la maison d’Anne de 1488 à 1491 (Dom Morice, Pr., t. III, 725). En 1490, il était capitaine de la place de Châteaugiron et il fut chargé par Anne de Bretagne d’une mission auprès du roi d’Angleterre. Il fut connétable de Rennes de 1492, au moins, jusque vers 1517 (A.M. de Rennes, liasse 1064). Après 1498, il succéda également à Hagomar à la tête de la recette ordinaire de Fougères.

  • 67 Il fut institué, au plus tard, en 1473, comme commis par Pierre Landais, cf. J. Kerhervé, Cat., t. (...)

285Il était héritier de Michel Le Doulx, marchand rennais. Ce dernier avait été garde-robier de François II67 puis responsable de l’argenterie d’Anne de Bretagne, charge .dans laquelle il fut remplacé le 16 décembre 1491 par Victor Gaudin (Spont, op. cit., p. 20).

286II était sr de La Haye.

28752. Guillaume Loysel

288Il était en charge le 6 mai 1517 (ALA B 51 f° 195). Il fut destitué en 1532. Pour l’ensemble de sa carrière, cf. notice 438.

28953. Pierre Cosnoal

290Il remplaça Guillaume Loysel en tant que maître des comptes et en tant que général des monnaies en 1532 (C.A.F.) mais il ne resta pas longtemps en charge puisqu’il mourut avant le 4 décembre 1532.

291Pour l’ensemble de sa carrière, cf. notice 445.

29254. Jean Hux l’Aîné

293Il récupéra les deux offices de Cosnoal. En 1544, il résigna son office en faveur de son frère (ALA B 575 f° 31).

294Pour l’ensemble de sa carrière, cf. notice 446.

29555. Jean Hux le Jeune

296Pour l’ensemble de sa carrière, cf. notice 189.

RECEVEURS DES AIDES

29756. Jean Briçonnet

298Il était mentionné comme tel dans le compte d’Olivier Barraud pour les années 1495-1496 (B.N. fr. 8310 f° 165).

299Cf. notice 362.

30057. Jean Thomelin

301On le trouve mentionné comme receveur des aides en 1508 (ALA B 17 f° 167) et le 21 septembre 1511 (ALA B 20 f° 167). Il dut délaisser cette charge lors de son accession à la Chambre des comptes.

302Pour l’ensemble de sa carrière, cf. notice 399.

30358. Nicole Robillart

304On ne sait à quelle date il entra en charge et on ne lui connaît pas d’autres fonctions en Bretagne.

305On peut très certainement l’identifier avec le personnage du même nom qui était signalé comme vicomte et receveur ordinaire de Gisors le 14 août 1532 (C.A.F., t. II, p. 180, 4736). Il dut peut-être à Renée de France, qui était possessionnée dans la région de Chartres, son intérêt momentané pour la Bretagne.

30659. Claude Tissart

307Il présenta le 11 juillet 1525 à la Chambre des comptes les lettres patentes du roi par lesquelles il était pourvu de l’office de l’aide des villes de Bretagne suite à la résignation de Nicole Robillart (ALA B 568 f° 23).

308Il est peu probable qu’il ait exercé cette charge lui-même et il dut s’en remettre, comme le précédent, à Jean Goulart.

30960. Jean Goulart

310Il était mentionné dès le 20 décembre 1516 comme receveur et commis à la recette des tailles et aides des villes (ALA B 23 f° 142). Il fut suspendu le 15 novembre 1529, (ALA B 569 f° 9).

311Pour l’ensemble de sa carrière, cf. notice 256.

31261. Noël Hays

313Le roi lui fit don de cet office le 12 décembre 1533. Son serment fut pris par la Chambre des comptes de Bretagne le 26 janvier 1534 (ALA B 570 f° 62).

314Cf. notice 324.

31562. Michel Périer

316Par acte du 27 décembre 1541, il présenta Nicolas Thébault, sieur de Kerbernard et Yvon Bobillé demeurant à la Roche-Bernard comme cautions (ALA B 12 838 f° 491, notice 1 644).

Notes

1 Date à laquelle il confirma l’autorisation donnée à Julien Le Jeune, procureur général, d’être payé de ses gages sans attendre l’élaboration de l’état général des finances.

2 Il figurait à ce titre dans l’état de Jean de Beaune, argentier du dauphin Charles, pour les années 1470-1478, à la date du 18 janvier 1478, aux gages de 240 1., B.N. fr Nouv. acq. 9175, f° 481.

3 II prêta serment le 20 août 1516 entre les mains de messire Regnaud de Brignac, chevalier, conseiller et premier maître d’hôtel (B.N. CAR 152 f° 77).

4 Ils avaient pour commis Etienne Jallier.

5 Cette donation fut confirmée par la régente le 16 juin 1525 et enregistrée par la Chambre des comptes le 28 juin 1525, ALA B 568 P 21.

6 Il est fait mention également d’une autre somme de 20 000 1. en litige entre Tissart et Lespinay.

7 Il fut curateur entre 1535 – mention le 16 juin 1535, ALA B 37 f° 95 – et le 5 octobre 1541, date à laquelle il délaissa cette charge, ALA B 574 f° 148.

8 On le trouve mentionné parmi les gens commis par le roi, par lettre du 1er septembre 1531, pour assister aux États tenus à Vannes en septembre de la même année mais on ne sait s’il fut véritablement présent, Lalande de Calan, op. cit., p. 82.

9 C’est lui qui rédigea, sur les ordres de François Ier, le 16 août 1525, une lettre de protestation dénonçant par avance les concessions que le roi aurait pu faire à Charles Quint en raison de sa captivité à Madrid, François 1er, Jean Jacquart, p. 176.

10 Elle peut s’expliquer par la mort de Louise de Savoie dont il était également secrétaire, Jacquart, op. cit., p. 216.

11 Sa fille Marguerite se maria à Laurent Prunier, sr du Montaris, trésorier de France en Dauphiné et frère d’Artus Prunier, premier président au parlement de Grenoble, B. N., D. B.45.

12 Charles VIII fit son entrée dans la ville de Nantes le jour de Pâques 1491, Antoine Dupuy, Histoire de la réunion de la Bretagne à la France, t. II, p. 222.

13 Dans le compte d’Olivier Barraud il est crédité d’une somme de 120 l.t. pour l’année 1495, B.N. fr 8310 f° 208.

14 La marquise de Lespinay mentionne à deux reprises dans l’ouvrage qu’elle a consacré à son ancêtre des lettres écrites le 19 décembre 1523 au conseil du roi par Jean de Lespinay dans lesquelles il aurait demandé des délais de paiement du fait des difficultés à faire rentrer les impôts et du fait aussi des avances qu’il avait faites au trésor, Marquise de Lespinay, op. cit. p. 88.

15 Créanciers parmi lesquels on trouve Gilles Le Rouge, Louis des Déserts, Hervé du Quelenec, Gilles Carré.

16 C’est Charles Bricet, sr de la Mothe, qui fut chargé de percevoir les sommes dues à Lespinay.

17 Elle avait accepté le 19 février 1528 que Castillon fût chargé d’administrer les biens sans entériner le don, ALA B 568 f° 69-70.

18 ALA B 51 f° 329 R° et V°.

19 Celui-ci était marié à Catherine du Chaffault, sœur de Jean du G, ALA B 31 f° 192.

20 G. de Lespinay figure sur la liste remise à Julien Bertho, receveur des restes, parmi les officiers qui avaient rendu leurs comptes depuis le 21 mai 1533, ALA B 570 f° 111.

21 On sait ainsi qu’en 1495-1496, Jean Parajau l’aîné était fermier de la traite des bêtes vives – B.N. fr. 8310 f° 52.

22 Il reprend les listes du personnel de la Chambre établies au xviiie siècle, ALA 13 JJ6 f° 70.

23 Mais on ne peut non plus exclure l’hypothèse qu’il fit un bref passage à la Chambre avant de reprendre une activité financière.

24 Il faut rester prudent car le 3 juillet 1538 les registres de la Chambre mentionnent un feu Jean Parajau le jeune qui aurait perçu le souday dans les évêchés de Nantes et de Vannes en 1490 – ALA B 573 f° 101-102 – alors que le trésorier était encore vivant à cette époque.

25 Un Jean Parajau était mentionné comme châtelain de Blain, 2 août 1522, ALA B 27 f° 170.

26 Son premier compte correspondant pour la période allant du 9 août 1524 au 31 décembre 1525 fut conclu le 16 mars 1526, ALA B 4297 f 547.

27 Le roi indiquait aussi qu’il fallait refuser de porter à ses comptes toutes les sommes assignées sur lui et dont le paiement aurait été ensuite différé pour « les grans affaires qui nous sont sourvenuz » ainsi que « toutes les parties... employées en sesdits comptes dont le paiement avant l’ordonnance derrenièrement faicte sur le faict de nosdites finances se souloit faire par descharges si dicelles il ne rapporte acquit de nous deuement verifiez depuis ladite ordonnance et création de nostre espargne », ALA B 568 f° 70-71.

28 Un Jean Parajau était mentionné comme châtelain de Blain, 2 août 1522, ALA B 27 f° 170.

29 Il fut pourtant payé de ses gages – montant à 3 000 1. – pour l’année 1528, comme l’atteste l’ordre donné en ce sens par la Chambre des comptes le 16 juillet 1529, ALA B 568 f° 103.

30 Il s’agit en fait d’une réactivation dans son cas car dès le 28 mai 1530, il avait été commis pour procéder à cet apurement, ALA B 568 f° 131.

31 Ils ne commencèrent à travailler que le 10 mars 1535, ALA B 570.

32 Le 28 juillet 1535, Parajau bénéficia d’un « mandement de licence o povoir relever appel ou appeaulx en parlement de sentence contre luy donnée en son absence par les gens des comptes, sénéchal et alloue de Nantes touchant certains depors et veriffication diceulx », ALA B 37 f° 119.

33 Le 4 décembre 1535, le procureur parle de plus de 10 000 1. mais il ne semble s’agir d’une dette que pour une année ; dans un acte du 23 mars 1536, les gens des comptes précisèrent que Parajau restait, suite à un apurement, redevable de 4 120 1. 17 s. 1 d. ob. – ALA B 572 f 32-33 –.

34 Il demanda à ce qu’on lui paie préalablement 40 1. de rente plus les arréages. Le procureur de la Chambre lui reprocha cette action et de faire preuve ainsi d’ingratitude « luy qui a denier et bienfait du roy savoir l’aulmosnerie de Rozé dont le roy luy a fait don », ALA B 571 f° 188.

35 En second mariage, ce dernier avait épousé Marie de Lespinay, fille de Jean, le trésorier général.

36 Celui-ci peut être aussi un enfant né d’un premier mariage de Jean Parajau l’aîné. Ce qui permet de formuler cette hypothèse, c’est que le trésorier ne figure pas parmi les héritiers de Pierre Guyolle et de Jean Parajau l’aîné qui sont poursuivis dans les années 1530 – mention notamment le 15 mars 1536, ALA B 572 f° 24-25.

37 Il fit envoyer, le même jour, à Harrouys un état abrégé des deniers à percevoir pour les quatre quartiers, état établi par le trésorier de l’Epargne.

38 Les autres sont me Jean Grignon, Etienne Rivière et Pierre Bernard, qualifié de marchand de la ville de Nantes : un personnage du même nom fut fermier de la prévôté de Nantes d’octobre 1528 à octobre 1531.

39 Outre les Harrouys, on trouve les Hérédia, les d’Espinoze, les Astudillo et les Compludo. Olivier Harrouys était peut-être lui-même lié a ce Gacian Harruys dont Henri Touchard dit qu’il eut cinq enfants entre 1497 et 1502 (Henri Touchard, op. cit., p. 356, note 113).

40 Des monnayers nantais portaient ce nom dans les années 1520.

41 Il reçut commission de ce dernier pour trois années commençant le 1er janvier 1529 aux gages de 60 1. par an, ALA 12 838, notice 1585 f° 471.

42 Signature le 10 novembre 1535, ALA B 37 f° 169.

43 Voir D. Dessert, Argent, pouvoir et société au Grand Siècle, Paris 1984, notice 237 p. 602.

44 Fils du précédent.

45 Palamède Gontier figurait encore parmi les commissaires du roi aux États de Bretagne en 1534 en tant que trésorier général, Lalande de Calan, Documents..., op. cit., p. 84.

46 Il est mentionné aussi comme greffier en chef du parlement de Dijon.

47 Ainsi le 20 août 1529, Chabot, qui avait reçu le pouvoir d’ordonner lui-même les dépenses pour un voyage à Plaisance afin d’obtenir de Charles-Quint la ratification du traité de Cambrai, assigna les deniers nécessaires sur Palamède Gontier (C.A.F., t. I, 3452).

48 Cela correspondait à 907.L. 5 s. 6 d. pour le 6e compte de la trésorerie générale conclu en décembre 1539, à 1 502 l. 2 s. 8 d. pour le premier compte des décimes conclu en juillet 1539, à 77 l. 9 s. 10 d. pour le 2’ compte des emprunts conclu en mai 1538.

49 Le 4 septembre 1543, ordre était encore donné à la Chambre des comptes de Paris de rétablir à ses comptes de payeur des officiers domestiques du roi pour l’année 1536 la moitié de ses gages et de ceux de Jean Carré son adjoint (C.A.F., t. IV, p. 494, 13325).

50 À moins qu’une erreur ait été commise sur la date de son décès.

51 Il fit la revue de l’artillerie et des hommes à Dinan le 1er juillet 1489, A.D.I. et V. 1F 1126 f° 24.

52 Ses gages étaient de 1 200 l. pour 1493, de 1 600 l. pour 1494 et de 1 800 l. pour 1495, B.N. fr. Nouv. acq. 9175 f° 484.

53 Il continua à remettre à la Chambre ses livres de contrerolle : ainsi le 16 décembre 1539, a-t-il rendu son livre « de l’année commencée quant au domaine et billotz le 1er jour de janvier 1539, quant au fouage et impost au 15e de novembre oudit an et quant aux fermes des prevostez de Nantes, brieuffz, portz et havres, trecte des bestes vives et secheries au 1er jour doctobre précédent en icelle an et finissant ledit an revolu et includ 1539 » (ALA B 573 f° 366).

54 Mention d’un Jean Barthélémy dans Lapeyre et Scheurer, op. cit., notice 33 mais sans que l’on sache si on peut le rattacher à notre personnage.

55 Le 11 décembre 1490, un dénommé Me Jacquemyn de Tours était armurier de la duchesse Anne, ALA B 13 f° 85.

56 Dans le compte d’Olivier Barraud, il bénéficiait, en tant qu’ancien serviteur du duc, d’un don de 160 l., B.N. fr. 8310 f° 203.

57 Le 8 novembre 1547, les déports du dernier compte de Guy de Tours s’élevaient à 3 750 1. et la Chambre menaçait de transformer cette somme en reste si sa veuve ne présentait pas d’acquits, ALA B 572 f° 130, c’est cette incapacité qui peut justifier la saisie des biens.

58 Dès le 8 novembre 1547, la Chambre avait demandé significativement à deux de ses membres non-bretons – Viart et Dalesso-de faire une enquête sur la coutume de Touraine en matière de renonciation de biens, ALA B 572 f° 130.

59 Ainsi, en 1500, il fut assigné de 5 000 l. sur le douaire d’Anne « pour convertir au faict et réparation du chastel de Nantes », ALA e 19/6.

60 Un individu portant le même nom était procureur des bourgeois de Saint-Brieuc aux États de 1526 – La Lande de Calan, Documents inédits relatifs aux États de Bretagne, p. 70.

61 Anne Augier, après la mort de Croquesel, se maria avec un nommé Louis de Montmorency.

62 Un Charles Pineau, avocat de la cour de Nantes, bénéficia d’une sauvegarde le 7 juillet 1526, ALA B 30 f° 128 ; un personnage du même nom était alloué de Blain et de Plessé, en 1531, ALA B 33 f° 63.

63 Le 19 décembre 1513, mention d’un Guillaume Bretin au conseil des bourgeois, A.M. de Nantes, BB 2-4 ; le 4 mars 1519, mention d’un François Bretin, BB 2-8.

64 La date de son institution n’est pas connue avec précision : dans l’état des valeurs des finances de la Bretagne pour les années 1502 et 1503, il était assigné de 40 000 1. pour convertir au paiement des dettes de Bretagne pour deux années, ALA e 212/19 ; il conclut, par ailleurs, un compte pour six années finies le 31 décembre 1511 le 10 juillet 1514 – ALA B 4297 f° 543.

65 Le 18 février 1516, liasse 1064 ; il figurait aussi parmi les personnages chargés en 1514 de vérifier la comptabilité des miseurs de Rennes de 1499 à 1512 (ibid. liasse 1064).

66 Il tenta de prendre des fermes : en 1510, il figurait parmi les enchérisseurs pour la ferme du vingtain soult, (A. M. de Rennes, liasse 1063).

67 Il fut institué, au plus tard, en 1473, comme commis par Pierre Landais, cf. J. Kerhervé, Cat., t. I, notice 51, p. 42-43.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540