Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Finances et politique en Bretagne

 | 
Dominique Le Page

Catalogue prosographique

Introduction

Texte intégral

  • 1 Cf. J. Kerhervé, Les gens de finances des ducs de Bretagne, 1365-1491, Catalogue prosopographique, (...)

1La publication de ce catalogue prosopographique s’imposait pour au moins trois raisons. Nous avons voulu d’abord « rendre vie » à tous les financiers, modestes ou puissants, dont les noms nous ont accompagné au cours de ces années de recherche et qui ont servi de fondement à notre étude. Nous avons voulu ensuite prolonger le travail effectué par Jean Kerhervé pour la période ducale1. Nous avons voulu enfin transmettre un relais au chercheur qui voudra entreprendre l’étude du personnel et de l’administration des finances en Bretagne dans la seconde moitié du xvie siècle.

  • 2 Notamment les répertoires du cabinet des titres de la Bibliothèque Nationale. Nous n’avons pas eu (...)
  • 3 Cf. Lapeyre (André) et Scheurer (Rémy), Les notaires et secrétaires royaux sous les règnes de Loui (...)

2Les caractéristiques de la période étudiée nous ont imposé de faire preuve de modestie dans la rédaction des notices. Ces années d’intégration de la Bretagne à la France posent en effet au chercheur le problème de la dispersion des sources. Si l’essentiel se trouve encore en Bretagne, il convient cependant, avec la part de plus en plus grande prise par les administrateurs français, d’explorer d’autres dépôts d’archives. Faute de temps, nous avons privilégié les archives parisiennes pour lesquelles nous disposions de bons instruments de travail2 et délaissé les archives provinciales – tourangelles ou lyonnaises par exemple – où les recherches auraient été plus difficiles à mener et donc plus aléatoires. Cette lacune joue surtout pour les receveurs les plus modestes ; les grands officiers ont fait, quant à eux, l’objet d’études fouillées depuis une vingtaine d’années3 et nous n’aurions pu rien ajouter d’important en ce qui les concerne. Ce catalogue n’a donc aucune prétention à l’exhaustivité : il se veut invitation, pour tous ceux qui le consulteront, à en corriger les erreurs, à en compléter les données afin d’approfondir la connaissance de la Bretagne au xvie siècle.

3Quatre catégories ont particulièrement retenu notre attention : les officiers de l’administration centrale, les receveurs ordinaires, les receveurs du fouage et le personnel de la Chambre des comptes. Dans la première catégorie, nous avons distingué deux groupes : celui des grands officiers (le général, le trésorier receveur général et le contrôleur général) et celui des charges secondaires où nous avons réuni, outre le receveur des aides dont la singularité a posé un problème de classification, les officiers responsables du paiement des gages du personnel des grandes institutions (Parlement, Conseil-Chancellerie et États) ainsi que les titulaires d’offices dont l’importance a décliné du fait de l’intégration de la Bretagne à la France (les trésoriers des guerres et de l’Épargne et les généraux des monnaies). N’ont pas été pris en compte les officiers des hôtels royaux du fait qu’ils ne géraient pas uniquement des fonds provenant du duché.

  • 4 Seules quelques recettes comme celles de Clisson, d’Ingrandes et Champtocé, pour lesquelles nous n (...)
  • 5 Nous renvoyons au catalogue de J. Kerhervé pour la description de la géographie et des revenus de (...)

4La composition des autres catégories est plus conventionnelle. Les receveurs ordinaires ont été regroupés par baillies et 37 recettes ordinaires ont été considérées4. Nous n’avons pas procédé à une description de chacune d’entre elles dans la mesure où les cadres anciens ont été préservés5. Nous nous sommes contenté, pour celles qui ont été accordées en don, de présenter dans une brève introduction les différents bénéficiaires de la faveur royale.

  • 6 La seule modification intervenue par la suite est la subdivision de l’évêché de Rennes en 1543. El (...)

5La stabilité des cadres de gestion a prévalu également pour les recettes du fouage. Leurs limites ont correspondu à celles des évêchés, à l’exception du début du xvie siècle qui a vu la subdivision de certains d’entre eux. Quand cela a été possible, nous avons indiqué, dans les notices des receveurs concernés, quelle a été leur zone d’activité6. Les membres de la Chambre des comptes, enfin, ont été classés en quatre groupes : les clercs et secrétaires, les maîtres et auditeurs, les présidents, les officiers spécialisés. Nous avons joint à ce personnel les commis à recevoir les restes des officiers de finances. Le fait que cette charge ait constitué, pendant la majeure partie de la période, une attribution complémentaire du receveur et payeur des gens des comptes, rendait possible cette association.

  • 7 ALA B 4295 et ALA B 4296. Elles ont été complétées pour le comté de Penthièvre par les documents d (...)
  • 8 ALA B 14 et suivants.
  • 9 ALA B 568 et suivants.
  • 10 Cette source demanderait, à l’instar des registres de chancellerie, un dépouillement systématique.
  • 11 ALA B 51, 52 et 53. Nous avons utilisé aussi la source B 4297 qui précise, pour quelques grands of (...)
  • 12 Nous n’avons pas réussi, par exemple, a déterminer qui a été président de la Chambre de 1506 à 151 (...)
  • 13 La seule exception notable est celle de la recette de Duault-Carhaix qui, à partir de 1498, a conn (...)
  • 14 Nous pensons notamment au catalogue des actes de François Ier qui n’a pas d’équivalent pour les rè (...)
  • 15 Mais là aussi les doutes demeurent : dans la date d’entrée en fonction du général Gilbert Bayard, (...)

6Les listes élaborées par l’intendant Béchameil de Nointel7 ont constitué la source principale pour établir le catalogue des receveurs ordinaires et des receveurs du fouage. Elles se sont révélées fiables dans l’ensemble. Le seul reproche que l’on peut leur faire est qu’elles ne distinguent pas toujours clairement les titulaires des offices et leur commis du fait qu’elles ne prennent en considération que le nom de ceux qui ont rendu les comptes à la Chambre de Nantes. Cette ambiguïté a été partiellement écartée par la consultation d’autres archives : les registres de chancellerie8 et surtout les livres de la Chambre des comptes de Bretagne9 qui, par le biais des poursuites engagées dans les années 1520-1540, constituent une « mine inépuisable »10 pour la connaissance des carrières des officiers, de leur famille, de leurs alliances, voire de leur patrimoine. Pour les grands officiers et le personnel de la Chambre, nous nous sommes appuyé essentiellement sur les livres des mandements royaux11 qui indiquent les dates d’institution et souvent aussi les dates d’entrée en charge des officiers concernés. Malgré la richesse des archives consultées, des incertitudes sont demeurées : elles sont plus nombreuses pour la période 1492-151412 et jouent surtout pour les officiers non-originaires dont beaucoup n’ont fait qu’un bref passage dans le duché. La stabilité croissante du personnel avec la généralisation du système des offices, la concentration, dans les recettes ordinaires13 et dans celles du fouage, de la perception des revenus entre les mains d’un seul homme, la plus grande variété des sources14 ont permis, pour la période suivante, de faire preuve de plus de précision15.

  • 16 Pour les receveurs ordinaires, ce temps d’activité a été évalué à partir des comptes présentés à l (...)

7Dans le détail, l’organisation s’établit comme suit. Pour chaque office, la liste des différents titulaires a été présentée dans un tableau de synthèse où sont mentionnés, outre les noms des receveurs, leur temps d’activité16 et les références sur lesquelles nous nous sommes appuyé. Chaque nom renvoie à une notice : pour les individus qui ont exercé plusieurs responsabilités, la description de la carrière a été faite lors de la présentation de la fonction la plus importante ou de celle qui a été exercée le plus longuement. La consultation de l’index – où la référence principale est indiquée en caractères gras – permettra au lecteur de s’y retrouver plus facilement.

8Dans chaque notice, nous avons insisté sur quatre points principaux :

  • dans un premier point, qui concerne surtout les grands officiers et les membres de la Chambre des comptes, nous avons précisé le temps d’activité et les conditions d’accès et de sortie de l’office ;
  • dans un deuxième point, nous avons présenté les autres responsabilités exercées par l’individu, permettant ainsi d’avoir un aperçu de sa carrière ;
  • le troisième point nous a amené à sortir du cadre strict de la prosopographie. Comme notre période d’étude est marquée par une intensification du contrôle à rencontre des officiers, nous avons essayé d’établir un bilan du dossier de chacun d’entre eux face aux poursuites. Au-delà des charges exercées, cet élément constitue, en effet, une dimension importante de l’activité des officiers dans la mesure où il apporte d’utiles renseignements sur la « conscience professionnelle » des individus, où il peut expliquer l’essor ou la fin d’une carrière. Quand cela a été possible, nous avons indiqué les raisons des poursuites, les réactions des receveurs face au contrôle, les étapes du règlement de leur dossier. Les grands officiers17 et quelques receveurs « de base »18 pour lesquels l’information était abondante, ont fait l’objet de développements plus consistants, nous évitant de multiplier les exemples dans la partie que nous avons consacrée au contrôle dans le premier volume ;
  • le quatrième point renoue avec une « rubrique » classique des catalogues prosopographiques : nous y avons regroupé les éléments qui concernent l’origine de la famille des financiers. Quand l’occasion s’est présentée, nous avons indiqué les éléments de leur patrimoine mais nous n’avons pas fait de recherche systématique dans ce domaine qui nous éloignait du cadre de notre étude.

9Nous avons cherché à respecter ce plan pour le plus grand nombre d’officiers : toutefois, pour un nombre appréciable de receveurs ordinaires pour lesquels les sources étaient rares, nous avons dû nous contenter de faire la synthèse des informations recueillies sans pouvoir construire de véritables notices.

Notes

1 Cf. J. Kerhervé, Les gens de finances des ducs de Bretagne, 1365-1491, Catalogue prosopographique, 3 tomes, Paris, 1986.

2 Notamment les répertoires du cabinet des titres de la Bibliothèque Nationale. Nous n’avons pas eu le temps par contre d’exploiter les minutes notariales.

3 Cf. Lapeyre (André) et Scheurer (Rémy), Les notaires et secrétaires royaux sous les règnes de Louis XII, Charles VIII et Louis XII (1461-1515), Paris, 1978, 2 vol. ; Chevalier (B.), Tours, ville royale, 1356-1520, Louvain-Paris, 1975 ; Hamon (P.), L’argent du roi : Finances et gens de finances en France au temps de François Ier, Paris, 1993.

4 Seules quelques recettes comme celles de Clisson, d’Ingrandes et Champtocé, pour lesquelles nous n’avons pas trouvé de listes de receveurs, n’ont pas été traitées.

5 Nous renvoyons au catalogue de J. Kerhervé pour la description de la géographie et des revenus de chaque recette.

6 La seule modification intervenue par la suite est la subdivision de l’évêché de Rennes en 1543. Elle n’a pas posé de problème pour déterminer les receveurs en charge des deux tabliers du diocèse (Vitré-Fougères et Rennes).

7 ALA B 4295 et ALA B 4296. Elles ont été complétées pour le comté de Penthièvre par les documents de la série B 2447.

8 ALA B 14 et suivants.

9 ALA B 568 et suivants.

10 Cette source demanderait, à l’instar des registres de chancellerie, un dépouillement systématique.

11 ALA B 51, 52 et 53. Nous avons utilisé aussi la source B 4297 qui précise, pour quelques grands officiers, les dates de reddition des comptes et par là-même leur période d’exercice.

12 Nous n’avons pas réussi, par exemple, a déterminer qui a été président de la Chambre de 1506 à 1515.

13 La seule exception notable est celle de la recette de Duault-Carhaix qui, à partir de 1498, a connu deux receveurs. Dans le tableau de présentation de la liste des officiers, nous avons indique par les lettres C et D la zone d’activité des uns et des autres.

14 Nous pensons notamment au catalogue des actes de François Ier qui n’a pas d’équivalent pour les règnes de Charles VIII et de Louis XII.

15 Mais là aussi les doutes demeurent : dans la date d’entrée en fonction du général Gilbert Bayard, dans certains mouvements de personnel à la Chambre, dans la composition des commissions chargées de la perception des deniers de la trésorerie générale dans les années 1530...

16 Pour les receveurs ordinaires, ce temps d’activité a été évalué à partir des comptes présentés à la Chambre. Pour les receveurs du fouage, deux périodes ont été distinguées : de 1492 à 1514, nous avons indiqué, quand cela a été possible, le nom des responsables de la perception pour chaque année. Après, avec la stabilité croissante de ces officiers, nous nous sommes contenté de mentionner – en caractères gras – les dates limites de leur activité. Pour le personnel de la Chambre des comptes, la même nuance peut être faite. Jusqu’à la mort d’Anne, de nombreuses imprécisions n’ont pu être écartées : les dates indiquées correspondent le plus souvent à des dates extrêmes connues. Après 1515, les dates présentées indiquent les temps réels d’activité.

17 Notamment Philibert Tissart, Jean de Lespinay, Jean Parajau.

18 François Bonnet, Thomas Fectuet, Jean Pineau le jeune, J.B. de Servy, Yvon de Plusquellec.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540