Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Crise, coopération économique et financière entre États européens, 1929-1933

 | 
Sylvain Schirmann

Les conférences de la dernière chance

Introduction à la troisième partie

Texte intégral

1L’Acte final de la conférence de Lausanne invite la Société des Nations à donner corps à deux conférences pour faire face aux difficultés de l’heure. La première, concernant les pays de l’Est et du Sud-Est européen, vise à aider ces pays agraires à sortir de leurs difficultés. La restauration de l’équilibre économique et financier de l’espace danubien, à laquelle cette manifestation doit contribuer, n’est pas seulement utile à la résorption de la crise. Elle sert également un dessein politique, dans la mesure où elle peut favoriser la stabilité du continent. La réunion est d’ailleurs placée sous l’autorité de la Commission d’Études pour l’Union Européenne. Elle peut peut-être tracer la voie à une conférence monétaire et économique internationale dont Lausanne a souhaité la convocation.

2L’ambition de cette éventuelle manifestation n’est ni plus ni moins que de sortir la planète des ornières dans lesquelles elle s’est enlisée depuis 1929. Il le faut, car, pour les responsables politiques, ces réunions apparaissent comme celles de la dernière chance, tant les problèmes à résoudre sont encore nombreux. Il faut d’abord faire face à une réduction du commerce international. Tout un arsenal douanier freine les échanges. Les politiques économiques autarciques amplifient ce phénomène. Le recul des relations commerciales s’accompagne de relents de guerre économique. Les États ont également d’autres griefs à faire valoir. Le niveau considérable de l’endettement international (dettes privées comme dettes publiques) mécontente les pays créditeurs et les nations débitrices. L’incertitude financière est renforcée depuis 1931 par l’instabilité monétaire. Le contrôle des changes, introduit par certains, et le détachement de l’or, pratiqué par d’autres, modifient les règles habituelles des transferts de capitaux. Du travail en perspective pour remettre de l’ordre dans ces dysfonctionnements !

3La réussite est capitale. Elle permettrait d’abord de pourvoir au relèvement de l’Europe centrale. Un succès dans cet espace géographique serait capital d’un point de vue politique. Il créerait les conditions d’une stabilité économique, qui découragerait l’expression d’un révisionnisme, voire d’un nationalisme extrémiste qui menace la région. Les considérations politiques pèsent d’ailleurs de tout leur poids sur les projets des uns et des autres. Le climat de méfiance est entretenu par la crise sociale (cf. l’importance du chômage) et les impasses de la conférence du Désarmement qui a ouvert ses portes en février 1932. Les gouvernements sont devant le dilemme suivant : améliorer avant tout le climat économique, ou régler prioritairement les questions politiques ? La réponse à cette alternative laisse trop d’échappatoires aux États.

4Quelques lueurs d’espoir subsistent cependant. À Lausanne, la question des réparations a trouvé une solution satisfaisante. Elle laisse envisager un règlement des dettes interalliées. On attend beaucoup des élections présidentielles américaines prévues à la fin de l’année 1932. Le président élu disposerait, avec la durée totale de son mandat, d’une marge de manœuvre plus grande que celle du locataire en exercice de la Maison Blanche, obligé de tenir compte de son opinion publique à la veille de cette capitale échéance. Le sursaut est attendu, et de ces conférences annoncées, et du désir de coopération sincère des États. À moins de vouloir se ménager des lendemains amers !

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540