Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Finances et politique en Bretagne

 | 
Dominique Le Page

Troisième partie. Le personnel des finances face à l'intégration: mutations et origines

Conclusion de la troisième partie

Texte intégral

1La conquête de la Bretagne par la France a eu pour effet d’augmenter la part des non-originaires dans le personnel financier. Là encore le contraste a été net entre le règne de Charles VIII où les Tourangeaux ont accaparé les principales responsabilités et les années 1498-1514 où la volonté de restauration de la duchesse Anne s’est traduite par un appel à un personnel majoritairement breton. Après avoir respecté, dans la première partie de son règne, les officiers mis en place par Anne, François Ier a permis l’arrivée d’une seconde génération d’officiers non originaires dont l’influence s’est fait sentir dans les grandes charges et dans les degrés supérieurs de la Chambre des comptes. À la fin de la période, un contraste demeure entre les officiers supérieurs, qui sont des non-originaires, et ceux qui assurent à la base la perception des deniers, qui sont issus pour la plupart d’entre eux du duché. La volonté de s’assurer le contrôle des finances a donc eu pour conséquence un recrutement différencié du personnel lors des étapes importantes de l’histoire politique du duché. Le processus d’intégration ne se réduit pourtant pas à ce phénomène. La volonté des souverains de ménager les officiers en place, le besoin de disposer de relais dans le duché, le redémarrage de l’économie après les années de guerre, ont permis à l’élément local de préserver ses positions dans les principales institutions et de retrouver un rôle dans la perception des impôts ; parallèlement, certains officiers non originaires ont mené l’essentiel de leur carrière dans le duché. Le personnel financier, du fait de ce double mouvement, a associé, de façon durable, éléments locaux et éléments extérieurs, recrutés majoritairement dans les provinces voisines. Les liens, professionnels et familiaux, qu’ils ont commencé à tisser, ont inscrit peu à peu la Bretagne dans un espace dépassant ses frontières traditionnelles, l’unissant par là même davantage au royaume.

2Au-delà de ces différences dans leur recrutement, les officiers de finances, par l’activité même qu’ils exercent, demeurent constamment l’objet de la surveillance du pouvoir qui déclenche régulièrement contre eux de vastes opérations de contrôle.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540