Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Finances et politique en Bretagne

 | 
Dominique Le Page

Troisième partie. Le personnel des finances face à l'intégration: mutations et origines

Chapitre VIII. Les origines du personnel ou Français et Bretons dans l’administration financière

Texte intégral

1La présentation des changements intervenus dans le personnel ainsi que celle des grands officiers en première partie nous a amené, à plusieurs reprises, à faire référence à l’origine des financiers exerçant dans le duché. Nous aimerions maintenant reprendre cette question de façon méthodique. Après avoir mis en évidence la part des non-originaires dans le personnel financier, nous tenterons de montrer quelles significations ont revêtues les changements constatés dans le recrutement géographique du personnel. L’intégration de la Bretagne au royaume conduit originaires et non-originaires à intensifier leurs relations : grâce à l’exemple des receveurs et des gens des comptes, nous chercherons à en présenter les aspects. Nous concluerons cette étude par une présentation spécifique des deux catégories de personnel.

I. L’ORIGINE DES GENS DE FINANCES

A. MISE EN ÉVIDENCE

1. Remarques préliminaires

  • 1 Gabriel Miron, originaire d’Espagne, habitant à Tours, médecin de la reine Anne et qui de ce fait (...)
  • 2 Il n’existait pas de lettres de naturalité pour les officiers de finances. Seuls les candidats à d (...)
  • 3 Il faut relever la grande capacité des étrangers – au sens large du terme – à s’intégrer, qu’il s’ (...)
  • 4 La situation est comparable pour les Bohier, receveurs ordinaires de Brest, dont le père Robert ar (...)
  • 5 Cf. notice n° 461. Tous ces personnages, partagés du fait de leurs alliances ou de leurs biens, en (...)

2Nous avons adopté la même classification que dans le développement précédent en établissant pour chaque catégorie la part des Bretons et des non-Bretons, sur l’ensemble de la période. La distinction n’a pas été toujours facile à faire à une époque où l’on était davantage d’un « pays » que d’un royaume ou d’une principauté, où le sentiment d’appartenance se définissait surtout par rapport à une maison royale ou princière1. L’implantation de non-originaires a amené par ailleurs à se demander quand un individu pouvait être considéré comme Breton2 : Antoine Dessefort, qui arrive en Bretagne en 1515 en provenance du Berry, ne présente pas à ce moment de problème de classification mais, quinze ans plus tard, quand il entre à la Chambre des comptes après avoir fait toute sa carrière dans le duché, après avoir acheté des biens dans le comté de Nantes et avoir noué des alliances familiales avec les financiers locaux – les Hux –, est-il toujours étranger à la province3 ? Nous avons tranché cette difficulté en différenciant originaires et non-originaires, ce qui nous a permis de classer A. Dessefort dans le second groupe dans toutes les charges qu’il a occupées mais de considérer son fils Michel comme Breton4. Il a été aussi difficile de prendre en considération toutes les nuances existant dans les statuts des personnes notamment pour celles, comme Gilles de La Pommeraie, président à la Chambre des comptes, dont la famille était originaire du duché mais qui avait conclu des alliances matrimoniales en dehors de la province, ce qui le plaçait dans une position intermédiaire. Là aussi le fait qu’il était originaire du duché a permis de le classer comme Breton5.

2. Généralités

Tableau 32. Nombre des Bretons et des non-Bretons dans les différentes charges financières

Tableau 32. Nombre des Bretons et des non-Bretons dans les différentes charges financières
  • 6 Un même individu a pu être compté plusieurs fois s’il a occupé des charges dans des domaines diffé (...)
  • 7 J. Kerhervé avait repéré 17 étrangers pour la période 1365-1491 totalisant 28 fonctions soit 1,7 % (...)
  • 8 Si l’on prend en compte le temps d’exercice et non plus le nombre de titulaires, on constate que, (...)

3Sur un total de 479 fonctions6, de 1491 à 1547, les non-originaires en ont détenu 80, soit environ 16,7 %. Ce chiffre révèle une nette augmentation de la part des non-originaires dans l’administration financière par rapport à la période ducale7, ce qui est le signe d’une ouverture plus large de la Bretagne sur l’extérieur (d’autant que le relevé n’a été fait que sur une période de moins de 60 ans). Il faut cependant aller au-delà de ce chiffre global et examiner, catégorie par catégorie, la part respective des Bretons et des non-originaires. L’étude des données montre l’inégalité des situations. Quatre groupes apparaissent. Pour les grandes charges, la domination des non-originaires est nette. Elle est constante pour la charge de général et pour celle de contrôleur. Pour la trésorerie générale, la domination se vérifie aussi, quoique de façon plus atténuée, puisque trois trésoriers sur neuf furent Bretons. Deux périodes de domination française ont été séparées par un long interrègne breton8.

  • 9 Quelques incertitudes sont à mentionner, notamment pour Jean Bruneau, receveur de Quimperlé et Cam (...)

4Un deuxième groupe réunit charges secondaires et receveurs du fouage. Le poids des non-originaires, sans être majoritaire, représente encore un tiers des postes avec des cas particuliers comme le receveur du Parlement dont tous les titulaires ont été recrutés en dehors de la Bretagne. Dans les deux derniers groupes, leur influence est moindre : elle représente un cinquième des offices à la Chambre mais elle est très faible, voire quasiment nulle, dans les recettes ordinaires9. La constatation serait la même pour le monde des fermes où, à l’exception de celles des impôts (et de la ferme de la prévôté en début de période) qui étaient associées aux recettes du fouage, la part des non-originaires a été infime.

5En s’intéressant aux différents sous-groupes, on peut, en fait, aller au-delà de ce premier classement et opérer un regroupement en deux catégories : la première reprend les charges qui ont été disputées entre non-Bretons et Bretons (avec une part des non-originaires voisine ou supérieure à 30 %), celles qui ont été dominées par ces derniers. Dans la première, on peut réunir les grandes charges, les trésoriers de l’Épargne, les receveurs des aides, les receveurs du fouage, les charges de présidents, de maîtres et de payeurs à la Chambre. Dans la seconde se rangent les payeurs des États, les généraux des monnaies, les trésoriers des guerres et les charges de secrétaires, ainsi que les offices secondaires de la Chambre (huissiers, gardes...) et bien entendu les receveurs ordinaires. Il semble qu’il y ait eu une nette différence entre les charges occupées par les locaux et celles qui ont constitué un enjeu soit par le pouvoir qu’elles donnaient, soit par les capacités financières qu’elles requéraient. Toutes les tâches qui supposaient une connaissance précise du terrain, ou qui demandaient peu d’investissements initiaux, ont été contrôlées par les locaux.

B. L’ÉVOLUTION

  • 10 Nous avons distingué cinq périodes : 1492-1498, 1499-1514, 1515-1524, 1525-1540 et 1541-1547.

6Pour mesurer l’évolution, nous avons choisi comme paramètres les receveurs du fouage et le personnel de la Chambre. La première fait partie des catégories où il y a eu rivalité entre Bretons et non-originaires : il faut donc chercher à savoir comment ce rapport de forces a évolué sous les différents règnes10. Pour le personnel de la Chambre, le tableau nous a montré que la situation était contrastée d’une charge à l’autre : il faut donc là aussi regarder comment les équilibres se sont modifiés de 1492 à la fin des années 1540. Les résultats sont les suivants :

1. Les receveurs du fouage

7Part des non-originaires :

  • 11 Les trois receveurs du fouage bretons, Julien Rivault dans l’évêché de Tréguier, Bertault (un dout (...)

8L’évolution du recrutement des receveurs du fouage permet de distinguer cinq phases. Les deux premières correspondent au règne de Charles VIII et à la reprise en main de l’administration par Anne après 1498. À un recrutement presque exclusivement français sous le premier11 succède un recrutement à très nette dominante bretonne sous la seconde. Après 1498, tous les receveurs sont originaires du duché à l’exception de Martin Ayrolde dans l’évêché de Nantes qui poursuit une carrière commencée en Bretagne sous Charles VIII. Les changements d’hommes se sont accompagnés à chaque fois d’un déplacement de l’aire de recrutement des receveurs.

  • 12 La seule génération qui n’a pas réussi à se perpétuer est celle des receveurs arrivés en Bretagne (...)
  • 13 Il reste en charge jusqu’à sa mort fin 1516-début 1517.
  • 14 Cf. notice n° 300. Il était clerc de l’hôtel du roi.
  • 15 Cf. notice n° 410.

9Les trois dernières phases permettent de préciser la chronologie. Jusqu’en 1524, la part des Bretons reste majoritaire. Dans la mesure où François Ier n’a pas procédé à de vastes mouvements de personnel, la Bretagne vit, jusqu’au début des années 1520, sur « l’héritage humain » d’Anne12 : les receveurs que celle-ci avait mis en place conservent leur charge, le plus souvent, jusqu’à leur décès. C’est le cas de François Guillart dans l’évêché de Cornouaille13 et de Jean Carré dans l’évêché de Léon jusqu’en 1517. On constate cependant une remontée de la part des Français grâce à la relève progressive de la génération précédente : Gilles Lesné14 remplace François Guillart après sa mort en 1517 dans l’évêché de Cornouaille ; Antoine Dessefort15 succède aux Pineau à Vannes.

10De 1524 à 1540, une quatrième phase se dégage : la part des Français redevient prédominante. Toussaint Commaillé remplace Jean du Fresne après sa mort à Dol, Nicolas Berthereau est nommé à Saint-Malo à la place de Gilles Carré et Noël Hays succède à Charles Jouhan dans l’évêché de Léon en 1536. Michel Cosson et Noël Barbillon bénéficient de deux résignations d’officiers qui sont promus à la Chambre : le premier de celle d’Antoine Dessefort dans l’évêché de Vannes, le second de celle de Jean Hux à Tréguier. Deux évêchés restent tenus par des non-originaires : celui de Cornouaille par Jean Sachet, celui de Nantes par Audebert Valton puis par Pierre Tousselin. Seuls deux évêchés sont contrôlés par des Bretons : celui de Rennes où Bernard Tregouet poursuit sa longue carrière, celui de Saint-Brieuc, qui est tenu par Guillaume Percherel puis par Jean de Néant.

  • 16 Ils étaient originaires d’Anjou.

11La dernière période, de 1540 à 1547, voit les rapports tourner à nouveau à l’avantage des Bretons (avec toutes les précautions d’usage) : les frères Jean et Simon Avril prennent le contrôle des évêchés de Saint-Malo et de Cornouaille. Les Nantais Humbert Geslin et Antoine Perruguet se succèdent à Tréguier. Jean Rocaz s’installe à Dol et Hervé Le Vestle dans l’évêché de Léon. Pour les non-originaires, l’exception nantaise se confirme et le morcellement de l’évêché de Rennes entre le tablier de cette ville et celui de Vitré permet l’arrivée des Chevalerie16.

12Si l’on fait un bilan, on constate qu’aucun évêché n’a été constamment tenu par des Bretons alors que l’évêché de Nantes est resté tout au long de la période sous le contrôle de receveurs non originaires du duché. Les autres ont vu se succéder les deux catégories selon un rythme Français-Breton-Français-Breton pour Saint-Malo, Cornouaille, Léon, Tréguier et Dol, un rythme Français-Breton pour Saint-Brieuc et un rythme Français-Breton-Français pour Rennes.

2. La Chambre des comptes

Tableau 33. Nombre de non-originaires à la Chambre des comptes

Tableau 33. Nombre de non-originaires à la Chambre des comptes
  • 17 Voir supra, p. 212 et suivantes.

13Pour la Chambre, les commentaires peuvent être plus brefs dans la mesure où l’analyse rejoint en partie ce que nous avons dit précédemment sur les changements intervenus dans cette institution17. On constate que la part des Français est allée en augmentant sur l’ensemble de la période mais que la part de l’élément autochtone est restée majoritaire. Toutes les charges n’ont pas suscité la même convoitise : la seule catégorie où les non-originaires font une avancée significative est celle des maîtres. Les offices de secrétaires sont restés entre les mains des mêmes familles bretonnes. Le sort des charges de président est partagé : sur une proportion globale plus forte pour les Bretons, ces derniers ont maintenu leur contrôle sur la charge de second président alors que les rapports de forces se sont à peu près équilibrés pour la première présidence.

II. ESSAI D’INTERPRÉTATION

A. UNE SIGNIFICATION POLITIQUE ?

1. Une dimension incontestable

  • 18 On pourrait faire la même remarque pour le payeur du Parlement dont le titulaire a toujours été un (...)
  • 19 Dans le cas de la Bourgogne, dès 1517, les locaux ont repris le contrôle de la trésorerie générale (...)

14On peut dire que le recrutement géographique a revêtu pour les grandes charges un sens politique tout au long de la période. Cela est manifeste pour la charge de général. Ce poste est apparu comme le signe du rattachement de la Bretagne à la France : c’est ce qui explique peut-être pourquoi, après l’avoir un moment supprimé en 1529, le pouvoir l’a ensuite rétabli d’abord à titre de faveur puis de manière plus durable. Le général a toujours été un homme proche du roi ou de son conseil, comme ordonnateur ou comme administrateur des finances, d’où son recrutement en dehors du duché18. Pour la charge de trésorier et receveur général, le contraste est net entre le règne de Charles VIII où les titulaires sont français et les années 1498-1528 où trois officiers bretons se succèdent. L’éviction de Parajau conduit, après l’intermède Harrouys, à recourir à nouveau à un personnel non originaire du duché avec Palamède Gontier, Noël Barbillon, Michel Cosson puis Florimond le Charron. De ce fait, on aboutit, à partir des années 1530, à une situation bretonne originale : alors que le haut personnel financier des autres provinces connaît une régionalisation de son recrutement, le duché, quant à lui, reste dominé par des administrateurs recrutés hors de son sein19. Il y a donc parallélisme entre reprise en main du secteur financier et recours à un personnel extérieur au duché. Le cas de Michel Cosson est à cet égard significatif : il a succédé à Antoine Dessefort dès 1529 dans l’évêché de Vannes comme receveur du fouage. Cependant, le fait que ce soit lui qu’on a désigné en 1532 pour faire partie de la commission chargée de prélever les deniers de la recette générale de Bretagne confirme que, dans ce cas aussi, on a fait délibérément appel à un non-originaire, ce qui suggère à tout le moins une certaine méfiance à l’égard du personnel local.

  • 20 Il a choisi logiquement ses subordonnés en dehors du duché.
  • 21 Il s’appuyait en partie sur un personnel recruté localement.
  • 22 Cf. notice n° 322.

15La dimension politique apparaît aussi dans les variations qu’ont subies les recettes du fouage. L’opposition est en effet frappante entre les périodes correspondant au règne de Charles VIII et aux années 1528-1540 où le personnel est majoritairement français et les années 1498-1524 où l’élément breton domine. La volonté du pouvoir d’imposer son contrôle est passée à chaque fois par un recrutement géographique différencié des receveurs. Ces contrastes permettent de distinguer périodes d’intégration active et période de temporisation. Aux premières appartiennent les années 1492-1498 et les années 1524-1540. Sous Charles VIII, le recours à un haut personnel extérieur à la Bretagne20 et la volonté du roi de s’assurer le contrôle des finances ont abouti à un recrutement majoritairement français. De 1524 à 1540, la situation est plus complexe. L’évolution des receveurs du fouage est dépendante à la fois de la mise à l’écart du trésorier Parajau21 et de l’intensification des contrôles. Trois nouveaux receveurs non originaires ont dû leur institution à ces opérations : Noël Hays, Noël Barbillon et Nicolas Berthereau. Le premier a peut-être bénéficié des poursuites dont a été victime Charles Jouhan pour lui succéder dans l’évêché de Léon22 ; N. Barbillon, venu en Bretagne pour seconder Palamède Gontier, a cherché dans la recette de Tréguier une position de repli après sa propre suspension de la trésorerie générale. Nicolas Berthereau, pour sa part, a profité de la destitution de Gilles Carré pour s’emparer de la recette de Saint-Malo. Dans les deux cas, l’accentuation de la pression royale, qu’elle passe par une remise en cause des grands officiers ou par un accroissement de la surveillance des receveurs, a eu pour effet une arrivée de receveurs extérieurs au duché.

  • 23 Un maître avec Guillaume de Beaune, un secrétaire avec Jean de La Rue et le payeur avec Tanguy de (...)
  • 24 Un parallèle peut être fait symboliquement entre le règne de Charles VIII et la deuxième partie du (...)
  • 25 Voir supra, p. 213.
  • 26 Le Flo/Commacre, Marec/Commacre, Cardonne/Leclerc, Tissart/Viart, Mandart/Dalesso, Lonoré/Dessefor (...)
  • 27 Cf. dernière partie.
  • 28 Il ne faudrait pas faire une lecture trop simpliste des nominations. Quand Marc de La Rue est inst (...)

16Pour la Chambre des comptes, on note que l’arrivée des éléments français a obéi à la même chronologie que pour les receveurs du fouage. Elle s’est produite d’abord en 1492. Trois des quatre membres nommés par Charles VIII étaient d’origine tourangelle23. La volonté de garder rinstitution nouvellement confirmée sous contrôle s’est accompagnée de l’introduction d’officiers extérieurs aux milieux financiers locaux (comme la conquête du duché a permis à des éléments extérieurs de s’imposer). A partir de 1515, la part de l’élément non originaire augmente progressivement. La véritable rupture ne se produit qu’à partir de 1524 : elle affecte surtout la catégorie des maîtres24. Dans ce groupe, les changements observés entre 1524 et 1547 profitent surtout à des non-originaires qui prennent une place croissante : trois sur cinq en 1540, quatre sur cinq en 1547. Cela confirme l’importance que le pouvoir semble avoir accordé à cette charge. Si nous reprenons les analyses développées précédemment25, on constate, de façon plus générale, que sur neuf nominations faites suite au décès d’un membre de la Chambre entre 1524 et 1540, six ont bénéficié à un non-originaire26 et, sur les six, quatre ont entraîné le remplacement d’un Breton par un non-originaire. L’augmentation de la part des non-originaires a été parallèle à l’activation du contrôle contre les officiers du duché27. On peut donc en faire une lecture politique en notant le fait que la volonté de mieux surveiller le personnel s’est traduite par un appel à des gens des comptes choisis en dehors de la province comme si l’on avait cherché à rompre les solidarités qui existaient entre les receveurs et les agents du contrôle28.

  • 29 A sa mort, le personnel de la Chambre est constitué presque totalement de Bretons à l’exception du (...)
  • 30 On retrouve, sur le plan du symbole, le même mimétisme dans l’itinéraire suivi par le roi lors de (...)
  • 31 On peut faire un parallèle avec 1 évolution du recrutement des évêques, notamment dans l’évêché de (...)

17Les deux temps forts de l’intégration permettent de mieux distinguer les caractéristiques de la période 1498-1524. Après la mort de Charles VIII, Anne de Bretagne a appuyé sa tentative de restauration sur un recours à un personnel majoritairement breton à la trésorerie ou dans les recettes du fouage. Ce faisant, elle a voulu elle aussi s’assurer le contrôle des finances en privilégiant ceux qui l’avaient servi avant 1491, ceux qui lui avaient apporté la preuve de leur attachement ou en donnant à son trésorier et receveur général toute latitude pour choisir ses commis. Cette attitude a trouvé son pendant à la Chambre des comptes où, en laissant se développer la promotion, elle a permis aux familles locales de s’imposer29. François Ier, dans les premières années de son règne, marche sur les traces d’Anne, manifestant ainsi sa volonté d’apparaître comme son héritier naturel30. Le déplacement du centre de gravité du pouvoir provoque cependant une augmentation de la part des non-originaires31.

  • 32 Le retrait de Guy de Tours a cependant permis à un Breton de s’imposer à nouveau dans les années 1 (...)
  • 33 Entre la fille du premier titulaire, Jean Régnier, et Gilles Carré, fils de Michel, apothicaire de (...)

18C’est finalement ce qui constitue l’élément décisif : les évolutions remarquées dans l’origine du personnel obéissent, pendant la majeure partie de la période, à l’évolution du centre de décision en matière de nomination des officiers. Cette dernière idée peut être illustrée par l’évolution des charges honorifiques comme la trésorerie de l’Epargne dont l’attribution a dépendu davantage de la faveur (et donc de la localisation du centre dispensateur de cette faveur) dont jouissait le titulaire que de l’importance de la fonction. Bretons sous Anne – Gilles Thomas et Jean Neveu –, les titulaires ont été ensuite recrutés en France – Bertrand de Tours et Alexandre Dessefort. Il en va un peu de même pour la trésorerie des guerres qui ne gardait plus du prestige de l’office que le nom et dont la tâche s’est réduite progressivement au paiement des mortes-payes32. Le seul cas original est constitué par la charge de payeur du conseil dont deux titulaires sur trois ont été Bretons (Gilles Carré et Antoine Bretin). On peut y voir un signe du déclin politique de cette institution mais cela est dû aussi au fait, qu’après avoir été occupée par un Tourangeau, la charge, grâce à un mariage33, est revenue à un Breton et qu’elle est demeurée ensuite sous le contrôle de financiers du duché.

2. Nuances

  • 34 Il est possible d’ailleurs qu’elle n’ait pas eu le choix dans la mesure où tout ce qui concernait (...)
  • 35 Limites volontaires ou imposées. On retrouve le même phénomène à la chancellerie. Après le décès d (...)

19Malgré les remarques précédemment faites, il serait bien entendu exagéré d’opposer trop fortement officiers français et officiers bretons. Que ce soit sous Charles VIII, sous François Ier ou sous l’administration d’Anne, le pouvoir a su jouer de différents instruments pour mieux asseoir son autorité. Anne a maintenu en charge des financiers tourangeaux : les exemples les plus connus étant ceux de Nicolas Briçonnet au contrôle général – office qui avait été pourtant demandé par des Bretons –, de Martin Ayrolde à la recette des fouages de Nantes. Elle n’a pas non plus remis en cause la présence de Jean Croquesel à la charge de payeur des gens du, Parlement34. Pour les recettes ordinaires, il n’y a pas eu de « chasse aux Français ». À Nantes, c’est, semble-t-il, le décès de Clément Collet qui a permis son remplacement par des Bretons. À Concarneau, Nicolas Duval s’est maintenu jusqu’en 1501. De même pour le remplacement de Jean Chauve à Quimper. Ce faisant, Anne a marqué son inscription dans un espace qui ne correspondait plus aux frontières du duché et a souligné les limites de sa tentative de restauration35.

  • 36 Dans lequel nous comprenons les présidents et les maîtres.
  • 37 Les premiers présidents non originaires sont Jean François de Cardonne, Clérembaut Leclerc et Cosm (...)
  • 38 Il s’agit de Raoul Calvy et de Gilles de Commacre.
  • 39 Cf. supra, p. 91 et suivantes.
  • 40 Son acte de nomination précise, en plus des arguments habituels, que l’office de premier président (...)

20Pour Charles VIII et François Ier, la volonté de contrôler a été tempérée par le souci de ménager – pour obtenir des appuis dans les élites locales – et par la nécessité de trouver sur place des relais pour rendre la politique royale plus efficace. Cette double ambition se remarque à l’égard du haut-personnel de la Chambre des comptes36, exemple que nous voudrions développer. Si l’on s’intéresse à la charge de premier président, on constate que la part des Bretons et des non-Bretons a été à peu près la même : trois/trois ou quatre/trois si l’on prend en compte Hervé du Quelenec qui fut commis à la première présidence en 1535 à la place de Jean Parajau37. Pour les seconds présidents, la part des éléments locaux a été prédominante puisque seulement deux présidents sur huit ont été recrutés en dehors du duché38. L’analyse permet d’aller au-delà de cette simple opposition. Comme avant 1491, la charge de premier président a été le plus souvent attribuée, à titre de faveur, à un homme proche de l’entourage royal39. Elle a permis, aussi bien à Charles VIII qu’à François Ier, de déployer toutes les facettes de leur jeu à l’égard des élites locales : désir de ménager avec le maintien de Guillaume Guéguen sous Charles VIII, souci d’amortir l’effet de mises à l’écart avec Parajau40 sous François Ier, volonté de promouvoir des hommes à la fidélité éprouvée avec La Pommeraie. La charge de second président était légèrement différente et requérait de son titulaire plus de présence et plus de capacités techniques, juridiques ou financières. C’est ce qui peut expliquer pourquoi la majorité d’entre eux ont été recrutés en Bretagne.

  • 41 On n’a pas tenu compte des commissions de réformation du domaine qui ont fait appel à tous les mem (...)
  • 42 C’est le règne que l’on connaît le mieux.
  • 43 Les participations de ces différents personnages à des commissions sont les suivantes :
    - Gilles de (...)

21Ces remarques générales doivent être précisées par l’emploi qui a été fait des hommes. Si l’on examine les membres de la Chambre qui se sont vu confier des tâches spécifiques ou qui ont fait partie de commissions royales41 pendant le règne de François Ier42, on en dénombre sept : Gilles de Commacre, Pierre Cosnoal, Marc de La Rue, Jacques Viart, François de Kermenguy, Hervé du Quelenec, Gilles de La Pommeraie, soit trois maîtres et quatre présidents43.

  • 44 Son acte d’institution fait précisément allusion aux services rendus à la vérification et élucidat (...)
  • 45 Cf. notice n° 461.

22Sur les sept, la proportion entre Bretons et non-Bretons est équilibrée avec un léger avantage pour les premiers. L’emploi dans les commissions s’est placé à trois moments dans la carrière de ces officiers. Il a pu précéder l’entrée à la Chambre : c’est vrai pour François de Kermenguy, Gilles de La Pommeraie, Hervé du Quelenec et Pierre Cosnoal, c’est-à-dire des quatre membres originaires du duché. On peut dans ce cas considérer que l’accès dans cette institution a constitué une récompense pour le travail effectué. Les exemples patents sont fournis par Pierre Cosnoal44, Kermenguy et Quelenec qui ont été tous les trois associés à la commission Le Rouge. La Pommeraie avait d’autres titres – et d’autres protections – à faire valoir mais il a fait lui aussi son entrée à la Chambre après avoir été régulièrement employé au service du roi en Bretagne depuis le début des années 153045.

  • 46 Avec l’affaire Penthièvre dont s’est occupé Marc de La Rue, mais elle revêtait incontestablement u (...)
  • 47 Les personnes précédemment citées – Kermenguy, La Pommeraie... – ont continué, une fois entrées à (...)

23L’association à des commissions a pu être ensuite une conséquence de la présence à la Chambre. Certains membres ont été choisis par le pouvoir pour appliquer sa politique alors qu’ils avaient déjà été reçus dans cette institution. Il s’agit souvent d’activités qui étaient dans le prolongement du travail des gens des comptes comme ce qui concernait le domaine46 ou l’audition de comptes particuliers. Toutes n’entraient pourtant pas dans cette catégorie : notamment la perception des deniers de la trésorerie de Bretagne dans les années 1530. C’est dans ce groupe que l’on retrouve surtout les officiers non originaires47 : Marc de La Rue, Jacques Viart et surtout Gilles de Commacre. Ce dernier offre enfin l’exemple de quelqu’un qui a continué à participer à des commissions après sa sortie de la Chambre : la Bretagne est restée pour lui l’un des secteurs d’activité privilégié.

  • 48 ALA B 568 f° 66 ; il joue aussi le rôle d’intermédiaire pour faire entériner les donations royales (...)
  • 49 ALA B 51 f° 352.
  • 50 L’importance de son rôle est confirmée par une lettre de Guy XVI à Montmorency – elle a été écrite (...)

24Bretons et non-originaires ont œuvré ensemble à la réalisation de la politique royale avec cette différence que, pour les premiers, la promotion à la Chambre a récompensé une fidélité démontrée et que pour les seconds cela semble avoir été davantage le fruit d’une stratégie du pouvoir qui a pu ainsi disposer, quand les circonstances l’exigeaient, de relais pour atteindre ses objectifs. L’emploi des uns et des autres a été par la suite identique. Il est significatif à cet égard que les deux figures qui se distinguent le plus à la Chambre sous le règne de François Ier sont un non-originaire, Gilles de Commacre, et un Breton, Gilles de La Pommeraie. Du premier, nous savons déjà qu’il a bénéficié d’une promotion exceptionnelle en 1526. Avant cette date, c’est lui qui avait été chargé de recevoir au nom du roi le serment des gens des comptes après la mort de Claude. Après 1526, son rôle n’a fait qu’augmenter : c’est lui qui transmet à la Chambre le mandement ordonnant de suspendre Parajau le 27 janvier 152848 ; il est ensuite nommé pour faire les états particuliers des receveurs après la suppression de l’office de général49. Il représente régulièrement le roi aux États de Bretagne, notamment en 1527, 1531, 1534, 154050.

  • 51 Il a significativement remplacé Jean Parajau, devenu indésirable à la Chambre des comptes.

25Le second, Gilles de La Pommeraie, a gagné son office de premier président51 après avoir été associé à la commission chargée de percevoir les deniers de la trésorerie générale dans les années 1530. Jusqu’à sa mort en 1545, il est l’un des relais privilégiés de la politique royale tant dans la collecte des impôts extraordinaires que dans la réception des hommages après l’édit de Moulins de 1538 ou dans la réformation du domaine. A Gilles de La Pommeraie, on aurait pu associer le cas de François de Kermenguy, Breton comme lui, qui avait fait ses armes dans l’affaire Lespinay et au contact de la commission Le Rouge. Avec ces deux hommes, la Chambre des comptes a été présidée de 1540 à 1545 par deux Bretons, ce qui montre bien que le pouvoir a disposé d’appuis solides dans le duché même.

26Les avancées et les reculs de la part des Bretons et des non-Bretons dans le personnel financier en Bretagne ont été le révélateur d’intentions politiques : on en a vu les manifestations et aussi les nuances. Elles ne se sont cependant pas limitées à cela : elles ont revêtu aussi une signification économique et sociale.

B. LES AUTRES SIGNIFICATIONS

  • 52 Un document présentant une série de remontrances des États à Anne de Bretagne au début du xvie siè (...)

27A une époque où tout financier devait être capable de faire des avances sur sa recette, où l’extension de la vénalité imposait que les prétendants à un office disposent de sommes importantes, les charges revenaient normalement à ceux qui par leur fortune personnelle, leur crédit ou leurs réseaux familiaux étaient capables de mobiliser les fonds les plus importants. L’évolution de la part des Bretons et des non-originaires reflète aussi des conflits entre les élites locales et les élites extérieures, particulièrement tourangelles, qui ont bénéficié de leur cohésion, de leur expérience et de leur influence au sommet de l’État. Cela explique leur domination sous Charles VIII et permet de comprendre leur retour après 1515 quand la conjoncture politique leur a été à nouveau favorable. Cela justifie aussi leur maintien dans des charges sensibles comme celle de payeur des gens des comptes : en 1492, Charles VIII avait nommé Tanguy de La Gaubertière à cet office. Celui-ci fit une résignation en faveur de Nicolas Duval en 1494. Quand, en 1498, Anne accorde aux membres de la Chambre le droit de proposer un candidat pour cet emploi, ce dernier n’est pas remis en cause. Il bénéficie même des éloges des gens des comptes pour l’efficacité qu’il a démontrée dans la perception des restes52. Souci de leurs intérêts, volonté de garder quelqu’un qui leur avait payé régulièrement leurs gages ont joué, dans ce cas précis, en faveur du maintien d’un non-originaire.

28Les Bretons ont, quant à eux, souffert dans un premier temps des séquelles de la guerre qui les a fortement endettés et de l’absence de relais au niveau central. C’est peut-être pourquoi sous Charles VIII, ils se sont repliés sur les fermes ou sur les recettes ordinaires qui nécessitaient moins d’investissements et qui, par le biais d’associations, permettaient de partager les risques entre plusieurs partenaires. Ils ont connu ensuite deux périodes d’essor. La première à partir de 1498 : grâce à Anne, ils ont pu participer à nouveau aux charges publiques et prendre leur part de ce que la collecte des impôts laissait à ceux qui en avaient la responsabilité. La faiblesse de leurs capacités financières au début du xvie siècle peut toutefois permettre de comprendre (en plus des rivalités qui existaient) la partition des évêchés constatée jusque vers les années 1510, notamment à Rennes, Vannes, Saint-Malo, Tréguier, voire peut-être Saint-Brieuc. Les profits réalisés, le redémarrage de l’économie grâce aux années de paix ont permis ensuite de revenir à l’unité de collecte dans tous les évêchés.

  • 53 Cf. notice n° 359.
  • 54 Dans la deuxième moitié du xvie siècle, cette disharmonie prendra fin en raison de la prise de con (...)

29La deuxième période d’essor se remarque à la fin des années 1530 et dans les années 1540 : elle se manifeste par la reconquête d’une partie des recettes des fouages (Saint-Malo, Cornouaille, Léon, Tréguier) : les Bretons ont su alors mettre à profit le départ de receveurs comme Berthereau ou Barbillon pour s’imposer. Parallèlement, ils ont repris le contrôle de certaines charges secondaires comme la trésorerie des guerres, la perception des aides, le paiement des gens des comptes. L’ampleur de ce dynamisme ne doit pas être surestimée et il est dû en partie à la réussite de familles comme celle des Avril qui accaparent à eux seuls un grand nombre de charges53. Cependant, il montre que, passées les turbulences de l’intégration, on en est revenu à une situation plus proche de la normale permettant à l’élément autochtone, meilleur connaisseur du milieu, de recouvrer la tâche de percevoir les impôts. Ce qui a créé après 1540 une structure à deux niveaux : un niveau supérieur dominé par les non-originaires, un niveau inférieur où les Bretons maintiennent leurs positions traditionnelles et où ils reconquièrent des places dans des offices à leur portée54.

  • 55 A.N. KK 85 P 50, il cumula significativement le contrôle général de Bretagne avec celui de la mais (...)
  • 56 Celui-ci était aussi valet de Chambre du dauphin Henri.

30En dehors du facteur économique, il faut noter aussi le poids de la tradition : tradition royale et tradition familiale se combinant. Les rois et les reines ont été dans l’ensemble fidèles à l’égard de leurs serviteurs qu’ils fussent Bretons ou non. On peut penser que Nicolas Briçonnet, en étant trésorier général, argentier, maître de la Chambre aux deniers du dauphin Charles Orland de 1492 à 1495, s’est ouvert à la fois le chemin du cœur d’Anne et celui de la Bretagne, ce qui explique son maintien au contrôle général en 1498. De même, Guillaume Barthélemy doit son accession à cette même charge au fait qu’il a été clerc de Pierre Signac, le contrôleur de l’argenterie d’Anne en 1495-149655. La faveur a eu des effets indirects en bénéficiant généralement aux membres de la famille : Guillaume Barthélemy, après une exceptionnelle longévité au contrôle général, a pu transmettre son office à son gendre, Florimond Fortier56.

  • 57 On pourrait dire la même chose pour les Bretons.
  • 58 Qui lui était apparenté : la femme de Croquesel s’appelait Anne Augier.
  • 59 On ne sait si celui-ci était de la même famille que le précédent mais une logique de transmission (...)
  • 60 C’est aussi le cas des aides dans les années 1520 voire des payeurs des gens des comptes.

31Sans y insister davantage, il faut rappeler aussi que la tradition familiale – ou géographique – a joué un rôle. Une fois qu’une charge était tombée sous le contrôle d’un non-originaire, elle avait toute chance de le rester57 : la charge de payeur du Parlement est passée ainsi de Jean Croquesel à Adrien Augier58 puis à Michel Bouillon59. Cela explique aussi que la transmission de certains offices a échappé totalement à la Bretagne : c’est le cas pour les fouages de Nantes entre Martin Ayrolde, Pierre Le Royer et Audebert Valton et, à un moindre degré, de la Cornouaille où la charge de receveur des fouages est exercée successivement par Gilles Lesné puis par Guy de Tours et enfin par Jean Sachet qui était selon toute vraisemblance le fils né d’un premier mariage de la femme de De Tours60. Seul un événement imprévu comme l’activation du contrôle a permis, dans quelques occasions, à la succession de s’interrompre et à un nouveau titulaire de s’imposer. C’est le cas pour Etienne Tissart, payeur des gens des comptes, dont le retrait en 1537 marque la fin de la domination tourangelle sur cet office : il est remplacé par Jean Avril.

32Le poids de la tradition dans la transmission des offices fait apparaître l’idée de la faiblesse des associations, des alliances entre Bretons et non-Bretons, ce qui nous amène à étudier les relations qu’ont entretenues ces deux catégories de personnel.

III. DEUX EXEMPLES DE RELATIONS ENTRE FINANCIERS BRETONS ET NON-ORIGINAIRES

  • 61 Les grands officiers n’ont pas à être pris en considération car ils sont venus avec leurs propres (...)
  • 62 Loin de nous l’idée selon laquelle seuls les officiers français avaient recours à des commis. C’ét (...)

33L’intégration de la Bretagne à la France permet aux gens de finances bretons et non-bretons d’intensifier leurs relations. Deux exemples peuvent être choisis pour décrire celles-ci. Le premier concerne les receveurs du fouage et les payeurs spécialisés61 : il est passé par l’emploi de commis, ce qui a été l’occasion de créer des liens entre titulaires des offices souvent non-résidents et commis recrutés parmi les financiers locaux62. Le second touche la Chambre des comptes où l’association des deux catégories de personnel a posé surtout le problème de l’exécution du travail.

A. PAYEURS SPÉCIALISÉS ET RECEVEURS DU FOUAGE : L’EMPLOI DE COMMIS

  • 63 ALA E 156/31.
  • 64 Il faut signaler les exceptions de Noël Hays, commis de Michel Cosson – mais Hays, d’origine poite (...)

34Le premier exemple de recrutement d’un commis par un receveur français est fourni par Jean Davy, receveur du fouage dans l’évêché de Léon : dès le 24 juillet 1491, il donnait commission à Jean de Keraudi, marchand de Landerneau, pour percevoir en son nom les deniers du fouage63. La pratique ne s’est pas limitée à ce seul cas : nous en avons relevé dix-neuf autres sur l’ensemble de la période. Sur les dix-neuf, sept concernent des charges spécifiques comme les receveurs du parlement (deux), du conseil (un), les receveurs des aides (deux). Les autres ont touché les receveurs du fouage. Ils ont mis en présence, dans la majorité des cas, un receveur non breton et des commis recrutés dans le duché64.

  • 65 ALA B 27 f° 33. Situation similaire pour Jean Régnier à la recette des fouages de Saint-Brieuc qui (...)

35Dans la plupart des cas, les receveurs ont fait confiance à un seul commis qui les a accompagnés durant toute leur activité : à titre d’exemple, on peut citer Charles Pineau qui a été au service d’Adrien Augier dans la charge de payeur du Parlement. Quelques-uns ont traité avec un groupe d’individus : Gilles Lesné a confié la recette des fouages et impôts de Cornouaille à Olivier Le Baud, Jean Le Baud l’Aîné et Jean Le Baud le Jeune pour l’année 1521 au moins65. Quelques officiers ont fait appel à plusieurs commis successifs : Étienne Tissart, en dix-sept ans au paiement des gens des comptes, a employé trois auxiliaires : Antoine Dessefort, Guillaume Harrouys et Julien Bertho. Les transmissions d’offices se sont parfois accompagnées de la transmission des commis :

36Antoine et Pierre Du Puys ont tous les deux fait appel à Alain de Kernerec. Plusieurs officiers non originaires ont eu recours au même commis, attestant la confiance qui était accordée à ce dernier : Michel Cosson et son fils Jean eurent ainsi recours aux services de Roger Pitois ; Noël Barbillon fit appel également à lui quand il était en charge de la recette des fouages de Tréguier.

37Ce recours à des commis a pu s’expliquer pour certains receveurs par un cumul de responsabilités comme pour Jean Davy qui a vraisemblablement combiné charges en Bretagne et hors de Bretagne. Il a pu manifester, pour d’autres, une volonté de se décharger de la partie la plus difficile de leur tâche et qui requérait une présence continuelle sur le terrain. Les payeurs du conseil ou du Parlement ont confié à des aides la perception des amendes infligées par ces deux institutions : Jean Régnier a fait appel aux services de Pierre de Laval puis d’Étienne Jallier. Les payeurs des gens des comptes ont, quant à eux, abandonné à des commis la collecte des restes dus par les comptables : c’est le cas de Nicolas Duval qui a fait appel aux services du même Étienne Jallier. Pour quelques officiers seulement, ce recours a été motivé par une absence complète du duché. Il est ainsi peu probable que Nicolas Berthereau, receveur du fouage dans l’évêché de Saint-Malo, soit venu souvent en Bretagne et ce sont les frères Avril qui ont effectué le travail à sa place. On peut faire la même remarque pour Claude Tissart, Nicole Robillart, receveurs des aides dans les années 1520.

38Du fait de ces différentes raisons de faire appel à un commis, les relations entre ceux-ci et les receveurs ont revêtu des aspects dissemblables. Dans un premier cas, la tâche des seconds s’est limitée à la perception des deniers et au paiement des sommes ordonné par les grands officiers. Si l’on reprend l’exemple de Jean Davy cité plus haut, le contrat qu’il signa avec Keraudi précisait que celui-ci avait :

« pouvoir de recevoir pour et au nom de luy les deniers de ladite recepte, foaige, impostz et autres deniers appartenans au roy notredit seigneur oudit evesché hors son domaine et d’en bailler audits commis, fermiers particuliers ou generaulx et autres qui ont de lever lesdits deniers leurs quictances en forme deue, lesquelles quictances icelluy constituant vieult servir et valloir et estre de tel effect, force et vertu comme si luy mesmes en sa propre personne les avoit faites et passees et generalement de faire par ledit Jean de Keraudy, touchant l’administration de ladite recepte desdits deniers que en la distribucion diceulx, et d’en prendre bons acquitz et valables tout ainsi que ledit constituant ferait et faire pourrait si present en sadite personne y estoit, jacoit ce qu’il y ait chose qui requiert mandement plus especial, promectant ledit constituant en bonne foy et soubz hypotheque et obligacion de tous et chacuns ses biens meubles presens et avenir » « avoir et tenir ferme estable... tout ce que par son dit procureur et commis sera fait touchant les choses dessusdites ».

  • 66 Guillaume Harrouys, commis d’Etienne Tissart au paiement des gens des comptes, a fait rédiger un a (...)

39Les responsabilités pouvaient être plus lourdes : le commis ayant, en plus de la collecte des deniers, pour mission de rendre compte à la Chambre66. Cette obligation fait que, dans certains cas, les archives ont gardé davantage de traces du commis que du titulaire. Si l’on prend l’exemple de la recette des aides, on sait que Claude Tissart et Nicolas Robillart ont été détenteurs de l’office mais, dans la pratique, c’est Jean Goulart qui a assumé à partir de 1516 tout le travail : quand il a été suspendu en 1529, on ne sait s’il l’a été à titre de commis ou de receveur. L’office a circulé entre des personnes vivant en dehors du duché sans que, sur place, leur présence ait été nécessaire.

  • 67 Jean Sachet passa un contrat de commission pour neuf années, commençant le 15 novembre 1537, avec (...)

40Une dernière situation est perceptible dans les années 1530 : le commis, en plus des tâches précédemment décrites, devait aussi fournir les cautions attestant qu’il pouvait répondre des deniers de l’office. On aboutit ainsi à une situation extrême où une division complète s’est opérée entre le titulaire de l’office et celui qui, en Bretagne, exécute tout le travail. Noël Barbillon, receveur du fouage dans l’évêché de Tréguier, employait ainsi Roger Pitois comme commis et comme caution. Jean Cosson, pour faire la preuve de sa capacité à détenir l’office des fouages de Vannes, fournit à la Chambre un acte certifiant la solvabilité du même Pitois à hauteur de 1 000 écus pour quatre années67.

  • 68 Comme le fait remarquer Bernard Chevalier « même en se tuant à la peine, aucun marchand ne pourrai (...)

41Dans ces deux derniers cas, l’officier se reposait en fait sur son commis pour l’exécution des devoirs de la charge et il n’entretenait avec sa région d’exercice que des rapports très distants. Les profits qu’il retirait de cette association restaient tout de même intéressants. Deux indications permettent de s’en rendre compte. Quand Etienne Tissart a institué Guillaume Harrouys comme commis au paiement des gens des comptes, il s’est s’engage à lui verser chaque année 60 l. Cette somme lui procurait un bénéfice appréciable puisque ses propres gages étaient alors de 400 l.68. Les frères Le Baud, qui avaient traité avec Gilles Lesné pour les fouages de Cornouaille, promirent de lui verser 800 l., payables à Amboise, et de lui remettre des chapons à Nantes. On peut supposer que, dans ce cas, la somme versée correspondait à la part qui revenait au titulaire de l’office sur les 12 d. par livre perçus par les collecteurs du fouage mais on voit que, là aussi, le profit pour le détenteur de l’office était confortable.

42Malgré leur position de subordonné, les commis autochtones retiraient de ces relations des avantages non négligeables. Elles leur donnaient l’occasion, comme à tout commis, de faire leurs premières armes dans le domaine financier et leur liberté d’action était d’autant plus grande que le titulaire de l’office était éloigné ou peu présent. Ce sont donc surtout des hommes jeunes qui acceptaient ce genre d’emploi comme Guillaume, le fils d’Olivier Harrouys, ou les frères Avril. C’était ensuite un moyen d’accéder progressivement à l’office lui-même. Quatre commis au moins ont su en profiter : Alain de Kernerec, Jean et Simon Avril, Étienne Jallier. Le premier qui était commis des frères Du Puys jusqu’en 1498, a bénéficié tout naturellement de leur mise à l’écart lors de la restauration des pouvoirs d’Anne pour leur succéder dans l’évêché de Vannes. Les frères Avril ont su exploiter les services rendus à des officiers peu présents – Sachet et Berthereau – pour prendre position dans les évêchés de Saint-Malo et de Cornouaille. Le cas d’Étienne Jallier est quelque peu différent : s’il a bien commencé sa carrière comme commis – au paiement des gens des comptes et des gens du parlement –, il n’a pas directement succédé aux officiers qu’il avait servis mais il a mis à profit son expérience pour prendre une recette du fouage, à savoir celle de Saint-Brieuc de 1509 à 1517. Après son accession à cette charge, il a continué à jouer son rôle de commis montrant par là même que la tâche n’avait rien d’ingrat et qu’elle permettait à son détenteur d’y trouver son compte.

  • 69 Cf. notice n° 37. Après la mort de Pineau, Augier continua à être inquiété pour les comptes qu’il (...)

43Les commissions ont été enfin le moyen pour les Bretons d’obtenir des protections, notamment lors de l’intensification des contrôles dans les années 1530 : cela a permis dans quelques cas de retarder les poursuites. Charles Pineau a bénéficié des protections d’Adrien Augier, receveur et payeur des gens du Parlement, pour obtenir deux lettres ordonnant de lui ménager des délais pour présenter ses comptes. Le premier mandement, daté du 26 juin 1536 – il est accompagné de lettres missives de Poyet –, lui permit d’obtenir un délai de quatre mois ; le second, du 21 janvier 1538, lui accorda un délai d’un an pour compter et pour payer le reste dû pour les comptes déjà rendus69.

44Les relations entre receveurs français et commis bretons se sont donc inscrites dans le cadre traditionnel des rapports entre ces deux catégories de personnel mais elles ont revêtu aussi une originalité certaine en permettant à des financiers extérieurs de prendre des charges dans le duché tout en se reposant sur des commis pour l’exécution des tâches pratiques ; elles ont constitué ainsi une réponse inévitable à la distorsion qui s’était créée avec l’ouverture grandissante du duché aux financiers extérieurs.

B. À LA CHAMBRE DES COMPTES, ABSENTÉISME ET MÉDIATION

45Les rapports entre officiers bretons et français se sont développés dans des termes différents à la Chambre des comptes où le recours à des commis était impossible du moins tant que le système des résignations à survivance ne permettait pas aux titulaires d’exercer la charge l’un en l’absence de l’autre. Ils ont posé le problème de la participation des uns et des autres aux travaux de la Chambre. La mention des présents lors des séances, qui devient régulière à la fin des années 1520, permet d’apprécier la place tenue par chaque catégorie.

46Nous avons pu ainsi établir, grâce aux livres de la Chambre des comptes, la liste des présents aux ouvertures pour deux années consécutives : de novembre 1529 à novembre 1530 et de novembre 1530 à novembre 1531. Les résultats sont les suivants :

Tableau 34. Bilan des présences à la Chambre de novembre 1529 à novembre 1530

47(Total des séances : 52 ; indication des présents pour 34 séances)

Tableau 35. Bilan des présences à la Chambre de novembre 1530 à novembre 1531

48(Total des séances : 63 ; indication des présents pour 32 séances)

  • 70 Le comportement de Parajau est incontestablement original. Il semble bien avoir été le seul premie (...)
  • 71 Le taux d’absentéisme de Jacques Hubert, qui est impressionnant, ne paraît pas traduire la réalité (...)

49L’analyse des présences appelle plusieurs remarques. Se dégage d’abord une opposition entre locaux et non-originaires. Les premiers se distinguent par une présence plus soutenue aux travaux de la Chambre et ce à tous les degrés de l’institution, présidents70, maîtres et clercs. Ils détiennent pour les deux années les records de présence avec plus de 88 % en 1529-1530 pour Guillaume Loysel et plus de 91 % en 1530-1531 pour Pierre de Callac71. Ils ont aussi un comportement plus régulier en comparaissant à chaque ouverture.

  • 72 Nous mettons à part Antoine Dessefort, lui aussi non-originaire, qui était à cette date bien impla (...)
  • 73 Remarque similaire pour Gilles de Commacre.
  • 74 Exemption du fouage pour dix ans pour les habitants de Châteauneuf le 15 novembre 1529, entérineme (...)

50Les trois officiers non originaires72 dont on peut suivre les comportements – Gilles de Commacre, Marc de La Rue et Jacques Viart – sur deux années, ont un taux de présence inférieur à 40 %. Ils ont de plus une attitude contrastée d’une année sur l’autre et entre les ouvertures. Si l’on prend le cas de Marc de la Rue, son taux de présence en 1529-1530 est de plus de 20 % ; il tombe à moins de 2 % l’année suivante73. Le taux pour 1529-1530 s’explique surtout par sa participation aux travaux lors de la première ouverture. Après, il ne semble pas être venu en Bretagne. La seconde année, sa présence a été encore plus fugitive et s’est limitée là aussi à une seule ouverture. Il ne paraît pas y avoir en outre de logique dans son assistance aux travaux : la première année, il a été présent lors de la première ouverture, la seconde à la troisième. Si dans le premier cas, sa présence se justifie par l’importance des décisions prises74, dans le second, cet élément d’explication ne joue pas et sa venue est due apparemment à sa disponibilité personnelle.

51On remarque enfin une différence d’attitude au sein de chaque groupe. Parmi les Français, Jacques Viart a été plus fréquemment présent à Nantes. Parmi les Bretons, des individus comme Alain Mandart, avec un taux de participation convenable, ont été nettement moins actifs que certains de leurs compatriotes comme Guillaume Loysel ou Mathurin Baud.

  • 75 Voir supra, première partie, p. 95-96.
  • 76 Mais pas eux seuls : ce sont Pierre Lonoré et Alain Mandart qui se sont opposés à l’entérinement d (...)

52Les rappels à l’ordre du pouvoir sur l’obligation d’assister aux travaux75 ont donc visé en premier lieu les officiers français76 mais ils n’ont pas entraîné de modification de leur comportement. Et ce sont eux qui ont bénéficié des lettres du roi ordonnant de payer les gages des absents. Le 19 juillet 1527, c’est-à-dire très peu de temps après que le roi a rappelé l’obligation d’assister aux travaux de la Chambre et a donné aux présents le droit de prendre les gages des absents, Gilles de Commacre a présenté à la Chambre deux lettres royales enjoignant de lui verser ses gages malgré ses absences réitérées. L’une, datée du 9 juin, émanait de François Ier ; l’autre était écrite par Louise de Savoie. Celle-ci assurait les gens des comptes :

  • 77 ALA B 568 f° 59.

« qu’il merite qu’on le traite favorablement en ses affaires et de ma part vous prie l’avoir toujours en bonne recommandation, de sorte qu’il soit entierement payé de sesdits gaiges tout ainsi que s’il estoit ordinairement par delà, en quoy faisant me ferez tresagreable plesir dont j’aurais souvenance en generalet particulier et m’employer pour vous lorsque aulcune chose me vouldrez requerir »77

  • 78 Le 7 juillet 1532 – ALA B 568 f° 215 – un ordre similaire était donné à Guillaume Harrouys, commis (...)

53En intervenant ainsi, le pouvoir accédait probablement aux sollicitations qui lui avaient été faites78 ; il montrait aussi que l’utilité des officiers français ne supposait pas une présence continue à la Chambre et que d’autres services leur étaient demandés, soit auprès du roi, soit en Bretagne même.

  • 79 La situation n’a pas beaucoup changé par la suite. Ainsi le 20 octobre 1557, quand plusieurs membr (...)
  • 80 La décision de la Chambre est ainsi formulée : « mais néanmoins ledit appel, le procureur du roy a (...)

54Malgré cette différence de comportement entre officiers bretons plus zélés et officiers français absentéistes, malgré l’inégale participation des uns et des autres aux travaux de la Chambre79, on ne constate pas de confrontation entre les deux catégories. Une seule personne a essayé de jouer de cette différence : c’est Jeanne d’Audigné – veuve de Guillaume Le Voyer, héritier de Bertrand Le Voyer, ancien capitaine de Brest – en mai 1548 dans la querelle qui l’opposait à Michel Menant et à Michel Moysan pour un compte du ravitaillement de la place de Brest dans les années 1520. Elle a voulu récuser certains membres de la Chambre sous prétexte qu’ils étaient « grans et amys intimes desdits Menant et Moysant » et qu’ils leur avaient porté « toute ayde et confort faveur et amytié, plus que vous luy et chacun estes parens consanguins et affins desdits Menant et Moysant ». La liste des gens des comptes jugés suspects – Jacques de Saint-Mesmin, premier président, Jacques Viart, Jean Dalesso, Noël Hays, Jean Tissart, François Phélipeaulx, Bernard Rocaz – correspond presque totalement aux membres français de la Chambre à l’exception d’un seul, Bernard Rocaz. Significativement, la prise de conscience de la différence dans l’origine des membres de la Chambre s’est exprimée par la mise en cause des solidarités familiales pouvant exister au sein de l’institution, solidarités qui avaient un fondement géographique puisque aux gens des comptes contestés, qui vivaient en dehors du duché, s’opposait le personnel local jugé plus neutre. La Chambre a refusé de prêter le flanc à ces manœuvres en repoussant les motifs de récusation et en offrant même à la plaignante – après que celle-ci eut fait appel de la décision prise – de rendre un jugement avec les seuls gens des comptes non suspects80.

  • 81 En octobre 1537, Jacques Viart est excusé pour n’avoir pas été présent lors de l’ouverture de la C (...)
  • 82 Jacques Viart a été, à la même période, chargé de transmettre à la cour des lettres de la Chambre (...)

55Deux éléments peuvent expliquer cette réponse de la Chambre. Et d’abord l’esprit de corps qui a été plus fort que la diversité de recrutement de son personnel. Face aux attaques qui mettaient en doute sa capacité à juger de façon indépendante, la Chambre a réagi presque naturellement en resserrant les rangs. Plus pratiquement, le refus de se laisser engager dans une opposition entre Français et Bretons exprime l’existence d’une complémentarité entre les membres de l’institution. Tout au long de la période, les gens des comptes ont eu besoin, en dehors de Bretagne, de relais. Ces derniers les ont aidés à accomplir leur travail, que ce soit pour contrôler les officiers non originaires ayant exercé dans le duché81 ou pour transmettre des informations à la cour82. Ils ont été utiles ensuite pour défendre leurs intérêts. Et en premier lieu, à l’occasion des indispensables confirmations du personnel à chaque changement de souverain. Une lettre du premier président Cosme Clausse, datée du 21 juin 1547, et adressée aux gens des comptes de Bretagne, après le décès de François Ier, permet de le comprendre :

  • 83 Mention du 21 juin 1547, ALA B 576 f° 53-54.

« Messieurs, j’ay actendu plus longtemps que n’eusse voulu à vous faire responce à ce que m’aviez escript pour ce que voulloys veoir quelle expedicion auroint messieurs des comptes de Paris sur la confirmation de leurs offices avant que parler de vous mais ilz sont encores poursuyvant et davantage le procureur des Éstatz de Bretagne, qui a demandé de par le pays confirmation generalle, n’a peu obtenir ce qu’il demandoit, parquoy ne voy pas que pour ceste heure, je vous puisse sur cela dire autre chose synon qu’il me semble que devez, apres la closture de la Chambre, envoyer par deça monsr Viart et monsr de Lezeau, qui sont les plus anciens et qui estans chez eulx seront à demy acheminez, pour solliciter non seullement vostre confirmation mais aussi toutes autres choses qu’il sera requis de obtenir en cest court concernans le fait de la Chambre en quoy je m’employe d’aussi grande affection que si c’estoit pour mon propre fait »83.

  • 84 Cf. infra, p. 307. Le 27 juin 1531, alors que la commission Le Rouge est en pleine action, la Cham (...)
  • 85 En juin 1549, la Chambre présente une requête au roi « pour le supplier de donner quelques sommes (...)

56Les relais ont été utiles aussi pour se prémunir contre les attaques intempestives des commissions à partir de la fin des années 152084. Ils ont été sollicités enfin pour faire aboutir des demandes plus modestes liées au fonctionnement quotidien de la Chambre, concernant par exemple le financement des repas85.

  • 86 Cela s’est manifesté dès le règne de Louis xii : quand vers 1500-1502, la Chambre envoie une délég (...)

57Ce rôle d’intermédiaire a pu être tenu par des personnes extérieures à la Chambre (celle-ci ne s’est pas privée de faire appel à différents intervenants à la fois) mais, au sein de l’institution, pour les questions importantes, cette tâche a été particulièrement dévolue au premier président dont la règle – non écrite – voulait qu’il fût un homme proche du roi, comme Cosme Clausse. En son absence, c’est le second président qui a été sollicité : il est significatif à cet égard que durant les années où Jean Parajau est premier président, c’est Gilles de Commacre, du fait de son rôle à la Cour, qui est chargé de défendre les intérêts de la Chambre. Pour tout ce qui relevait du travail quotidien, le rôle de relais, comme la lettre de Clausse le suggère, est revenu à des maîtres – comme Jean Dalesso ou Jacques Viart – ou plus modestement à des secrétaires comme Antoine Dessefort. Quelques-uns de ces intervenants ont pu être Bretons – en juin 1549, l’influence de François de Kermenguy est évoquée et on peut supposer que Gilles de La Pommeraie a également été sollicité – mais le déplacement des centres de décision a imposé que l’on fasse régulièrement appel à des non-originaires86 qui offraient le double avantage de disposer d’amitiés dans les cercles dirigeants et de vivre à proximité de la Cour, ce qui leur permettait d’être des solliciteurs actifs, disponibles et ... économiques.

IV. LES FINANCIERS NON ORIGINAIRES ET LA BRETAGNE

58Occupant une part notable dans l’administration ducale, les financiers non originaires ont été recrutés dans un nombre réduit de régions qu’il s’agit maintenant de présenter. La diversité des chemins qui les ont conduits à s’employer en Bretagne explique la diversité des carrières qu’ils y ont menées. Pour traiter ces différents points, la modestie s’impose en raison de la brièveté de la période étudiée et des lacunes de la documentation.

A. ORIGINES DES FINANCIERS

1. Un recrutement sans surprise

  • 87 Parmi lesquels, on relève la présence d’un seul étranger : il s’agit de Jean François de Cardonne.
  • 88 La prédilection de la reine pour ces deux régions est confirmée par le lieu d’émission des actes : (...)
  • 89 Cela a été le cas de Thomas Bohier, de Cardonne, de Gabriel Miron, maître à la Chambre des comptes (...)

59Sur 46 financiers non originaires ayant exercé dans le duché dont la provenance est connue, 22 viennent de Tours ou de la Touraine. Les autre87 se recrutent en Anjou (5 représentants), dans le Blésois (6), à Paris (5), en Bourgogne (1 à 2 représentants), à Lyon (2), dans le Berry (2), dans le Poitou (1), en Auvergne (1). Ces chiffres n’ont pas de quoi surprendre et correspondent aux tendances observées en France pour le recrutement du personnel financier à la fin du xve et au début du xve siècle. La prépondérance de la Touraine s’explique par la place que cette région a tenue dans la vie du royaume jusque dans les années 1520. Charles VIII est resté tout au long de son règne attaché à Amboise. Si Louis XII a marqué une préférence pour sa ville de Blois – où il a recruté le personnel de son hôtel –, et penché de plus en plus en faveur de Paris, il est demeuré fidèle aux Tourangeaux pour la gestion de ses finances. Anne de Bretagne a suivi les tendances dominantes en résidant d’abord près de Tours puis à Blois88. Sa fille Claude n’a pas fait autrement jusqu’à sa mort en 1524. Le personnel financier a donc été choisi en premier lieu dans ces régions ; c’est là aussi que les nouveaux éléments ont élu domicile et se sont progressivement fondus dans les familles locales89. La Touraine, comme l’Anjou – c’est ce qui explique la seconde place de cette région – ont été de plus les bases arrière des opérations militaires lors des guerres de Bretagne : elles ont donc été les points de départ des financiers en quête de responsabilités à prendre.

L’ORIGINE GÉOGRAPHIQUE DES FINANCIERS NON ORIGINAIRES DE BRETAGNE 1490-1540

L’ORIGINE GÉOGRAPHIQUE DES FINANCIERS NON ORIGINAIRES DE BRETAGNE 1490-1540
  • 90 Il s’agit de Michel Moysan.
  • 91 Notamment Jacques Viart en 1527.
  • 92 Jean Dalesso puis, plus tardivement, Phélypeaulx.

60Si l’on considère l’évolution, on remarque que la domination tourangelle s’est prolongée à tous les niveaux jusque dans les années 1520. Après, une légère diversification s’est opérée, sans remettre en cause cette prééminence, du moins sur le plan numérique. Elle a été marquée d’abord par l’arrivée de Blésois. Sur les six financiers originaires de cette région, un est venu au début du règne de François Ier90. Les autres ont fait leur apparition après la mort de la reine Claude à la fin des années 152091 et surtout dans les années 153092. On constate ainsi un décalage entre cette arrivée et l’événement qui aurait pu l’expliquer, à savoir le passage de Louis XII sur le trône. Il semble donc que ce soit plus le règne de Claude qui les ait incités à venir en Bretagne que celui de son père, ce qui peut s’expliquer dans la mesure où Claude a reçu la tâche d’administrer le domaine de Blois et que certains hommes qui l’ont servie en cette occasion – dont les Viart – ont trouvé à s’employer en Bretagne.

  • 93 Elle est due à l’influence de l’amiral Chabot qui, en dehors de son rôle au conseil, détenait la c (...)
  • 94 Adrien Augier, payeur du Parlement et Audebert Valton, receveur des fouages dans l’évêché de Nante (...)
  • 95 Elle est restée le siège des cours souveraines. Nombre de parlementaires parisiens ont été choisis (...)
  • 96 On remarque tout de même que les grands officiers qui exercent en Bretagne dans les années 1530-15 (...)

61A ce contingent de Blésois, viennent s’ajouter Parisiens, Bourguignons et Lyonnais. Les effectifs de chaque groupe sont trop réduits pour permettre de tirer de trop grandes conclusions de ces données. Cette diversification du recrutement reflète toutefois les évolutions en cours dans l’ensemble du royaume. Les grands officiers tourangeaux sont remplacés, après leur mise à l’écart, par un personnel recruté en Bourgogne puis à Lyon : au général d’origine tourangelle Philibert Tissart succèdent l’Auvergnat Gilbert Bayard puis le Lyonnais Antoine Bullioud ; le trésorier général Parajau est remplacé par le Bourguignon Palamède Gontier puis par son commis Noël Barbillon, qui avait vraisemblablement la même origine. Après l’intérim Cosson, le Lyonnais Le Charron s’impose. Si la place de la Bourgogne peut être accidentelle93, celle de Lyon est la conséquence de l’importance que cette ville a prise grâce aux guerres d’Italie et du dynamisme de ses financiers. L’apparition d’éléments parisiens94 est là pour attester le caractère incontournable d’une ville que l’essor des cités de la Loire n’a jamais atteint véritablement95 ; elle se produit toutefois de façon trop précoce, à l’exception du premier président de la Chambre, Cosme Clausse, pour être mise en parallèle avec le déplacement de la Cour de la Touraine vers l’Île-de-France, déplacement qui se produit de façon irréversible dans la seconde partie du règne de François Ier96.

62On peut remarquer enfin un contraste entre les grands offices qui se distinguent par une diversité plus grande du recrutement et les autres charges, qu’il s’agisse des recettes du fouage ou du personnel de la Chambre des comptes, dont les titulaires viennent, tout au long de la période, de la France ligérienne (Angers, Tours, Blois). Si l’on prend le cas des gens des comptes, tous les secrétaires et les maîtres non originaires, jusqu’à la fin du règne de François Ier, sont recrutés dans cette zone. Si l’arrivée des premiers d’entre eux correspondait sous Charles VIII et encore au début du règne de François Ier à une réelle domination des financiers de ces régions, elle traduit davantage, à partir de la deuxième moitié des années 1520, l’inscription de la Bretagne dans un espace plus vaste, espace avec lequel elle avait depuis longtemps noué des relations importantes.

2. Les chemins de la Bretagne

63Différents chemins ont conduit ces financiers en Bretagne. Le premier était probablement un chemin bien balisé avant 1491 : c’est celui qui était emprunté par tous ceux qui faisaient du commerce avec le duché. On y trouve tous les trafiquants sur le sel, le vin ou les céréales : le retour de la paix après le mariage d’Anne de Bretagne et de Charles VIII leur a permis d’intensifier leurs activités et de se lancer, grâce aux capitaux dont ils disposaient, dans la perception des deniers publics. La documentation ne signale qu’un seul exemple : celui de Nicolas Duval, receveur ordinaire de Concarneau puis payeur des gens des comptes, dont des documents du début du xvie siècle révèlent qu’il participait au trafic du sel. Il est dommage que les sources apportent peu d’informations sur les receveurs du fouage – les Seauleau, les Regnault – que l’on rencontre en Bretagne sous Charles VIII : leur origine angevine ou tourangelle laisse à penser qu’ils appartenaient, eux aussi, à ce groupe.

  • 97 En 1490, Anne de Bretagne fit mettre en gage des bijoux qui avaient été achetés par son père à Jea (...)
  • 98 En avril 1490, Jacques de Beaune obtenait une obligation de 2 000 écus sur Guillaume Guéguen pour l (...)
  • 99 Guillaume de Beaune dut jurer en 1481 sur la croix de Saint-Laud d’Angers de cesser toute relation (...)

64À ces marchands sont venus s’ajouter tous les fournisseurs de la cour des Montfort. L’exemple le plus célèbre est fourni par la famille de Beaune – surtout Jean et Jacques de Beaune – qui approvisionnait la cour de François II dès les années 1480. Elle fournissait des produits rares au duc97 ainsi qu’aux membres de l’entourage ducal98. Ces courants avaient été interrompus en raison des tensions entre la Bretagne et la France99 mais ils avaient créé des habitudes que le retour à la paix a permis de réveiller. Quand elle nomma Raoul Hurault trésorier de sa maison en remplacement de Jacques II de Beaune, Anne de Bretagne prit soin de rappeler que l’office lui était accordé en faveur :

  • 100 Spont, op. cit., note 6, p. 80-81.

« des bons, grans et tres recommandables services que nostre amé et feal conseiller, Jacques de Beaune, et les siens avoient faitz à feu nostre cher seigneur et père le duc et aussi à nous, et desirans à ceste cause, mesmes pour le bon vouloir qu’il continuoit envers nous, le aproucher et atirer en nostre service, luy eussions dès lors donné l’office de nostre tresorier et receveur generalde noz finances »100.

65La présence de ses familles dans l’entourage d’Anne après 1491 s’inscrit donc plus dans une continuité qu’elle ne constitue une rupture.

  • 101 Tours fabriquait des armures à l’italienne, des armes blanches mais aussi de l’artillerie. Elle ét (...)
  • 102 ALA B 13 f° 85, mais il avait exercé cette charge précédemment sous François II.
  • 103 Cf. notices nos 28 et 29.
  • 104 Les Ayrolde s’étaient implantés à Angers autour de Charles d’Anjou dans les années 1430. Ils avaie (...)
  • 105 Jacquemyn Ayrolde était de surcroît apparenté aux grandes familles tourangelles puisqu’il avait ép (...)

66Une troisième catégorie de personnages, eux aussi d’origine tourangelle, avaient noué des contacts avec la Bretagne avant 1491 : il s’agit des artisans travaillant dans le domaine de l’armement. Tours était en effet devenu, à l’initiative de Charles VII et de Louis XI, le principal centre de production d’armes du royaume101. Certaines familles spécialisées dans ces activités avaient trouvé à s’employer en Bretagne où les Montfort avaient fait appel à leurs services : on sait ainsi qu’un certain Jacquemin de Tours était armurier d’Anne de Bretagne en 1490102. Il est plus que probable que deux trésoriers des guerres, Guy et Bertrand de Tours sous François Ier, aient été ses descendants103. Un autre receveur était issu de ces familles d’armuriers : il s’agit de Martin Ayrolde, receveur du fouage dans l’évêché de Nantes de 1494 à 1507. Il était le fils de Jacquemyn Ayrolde, l’un des artisans italiens qui avaient permis le développement de l’industrie de l’armement à Tours104. Le fait qu’il a été le seul officier non originaire à être maintenu en 1498 tendrait à confirmer que sa famille bénéficiait de la faveur d’Anne et qu’elle pouvait donc avoir rendu des services avant 1491105.

  • 106 Lors de la conquête de la Bretagne, l’idée de richesses à conquérir n’était pas totalement absente (...)
  • 107 On peut y rajouter tous ceux qui ont contribue à approvisionner les armées royales de 1488 à 1491. (...)
  • 108 Cf. Lapeyre et Scheurer, Les notaires et secrétaires du roi, notice 32, p. 20-21.
  • 109 L. et S., op. cit., notice 236, p. 124.

67« Le deuxième chemin » qui a été emprunté par les non-originaires est celui de la guerre106 : il a été suivi lors de la montée des tensions entre la Bretagne et la France puis, de façon encore plus nette, lors du déclenchement des hostilités. Quelques-uns de ceux qui ont joué un rôle soit dans la diplomatie royale, soit dans les services financiers liés aux armées durant les campagnes militaires ont pris des charges en Bretagne107. Le meilleur exemple est fourni par Olivier Barraud qui fut tour à tour commis au paiement des pionniers, charpentiers... employés par Charles VIII dans les élections d’Angers, Saumur, Chinon, Loudun et Tours en 1487 puis commis au paiement des pensions des gentilhommes bretons en 1488108. Entrent aussi dans cette catégorie les Du Puys, receveurs du fouage dans l’évêché de Vannes, dont l’un, prénommé Antoine, peut sans doute être identifié avec le personnage du même nom qui fut clerc de la guerre en 1488 puis commis au paiement des 100 arbalétriers sous les ordres du comte de Ligny en 1493109.

  • 110 B.N. fr. 8310 f° 174.
  • 111 111. Un dénommé Florimond Fortier, notaire et secrétaire du roi, était commis en 1489 à tenir le c (...)

68On peut rajouter à cette catégorie Laurent Bude, trésorier et receveur général chargé du paiement des officiers fondeurs et des canonniers ordinaires de l’artillerie du roi en 1495-1496110, que l’on retrouve à la même période comme receveur du fouage dans l’évêché de Saint-Malo ; Tanguy de La Gaubertière, enfin, lui aussi trésorier de l’artillerie avant de devenir le premier titulaire de l’office de payeur des gens des comptes111.

69Après le règne de Charles VIII, les effets de la guerre ont été moins importants mais ils ont joué tout de même pour ceux qui se sont distingués dans le paiement des troupes basées en Bretagne : tel a été le cas probablement de Michel Cosson, responsable du paiement de la compagnie du comte de Laval, et que l’on retrouve comme commis à la trésorerie générale et receveur du fouage dans l’évêché de Vannes. Ce facteur a joué aussi par le biais de la marine où l’apparition de trésoriers a amené certains financiers à s’intéresser au duché : cela a été le cas notamment d’Etienne Tissart qui, après avoir occupé cette responsabilité, a acquis l’office de payeur des gens des comptes. De façon générale, les non-originaires ont affirmé leur mainmise sur les charges militaires, particulièrement les commissions, ce qui leur a fourni le moyen soit de s’implanter plus durablement, soit d’étoffer leur activité dans le duché : c’est le cas de Pierre Le Royer, de François Tissart signalé comme trésorier à l’artillerie, de Michel Menant, titulaire de la même charge, qui s’est occupé ensuite du financement de l’expédition du duc d’Albanie en 1523, de Guy et Bertrand de Tours, de Michel Moysan...

  • 112 Il y a eu une circulation naturelle entre les maisons d’Anne et de Claude et nombre de gens qui av (...)
  • 113 Acte du 26 mai 1526, ALA B 51 f° 300.
  • 114 Cf. notice n° 444.

70« Le troisième chemin » a commencé par le service dans une maison royale ou dans celle d’un prince. Sans revenir sur ce que nous avons dit précédemment sur le rôle joué par les différents souverains dans le choix du personnel, nous voudrions dire quelques mots sur le rôle des « maisons bretonnes » dans les nominations. Trois d’entre elles ont servi de point de passage privilégié. La plus importante a été incontestablement celle d’Anne, dont les cadres ont réussi soit à s’employer en Bretagne, soit à y placer leurs proches. La deuxième a été celle de Claude112 : celle-ci ne semble pas avoir joué de rôle dans les nominations mais son service est demeuré « porteur ». Deux officiers importants au moins ont dû leur désignation au fait d’avoir été membres de sa maison : il s’agit de Gilles de Commacre et de Clérembaut Leclerc. Dans l’acte d’institution de ce dernier, François Ier rappelle que l’office de premier président de la Chambre lui est donné « en faveur des bons et agreables services qu’il a faitz à feue notre chere et tres amée compaigne la royne que dieu absoille en l’estat et office de tresorier de sa maison qu’il a tenu et exercé longtemps où il a bien et loyaument servi au gré et contentement de notredite compaigne et de ses officiers »113. L’effet s’est fait sentir également, quoique de manière plus indirecte, pour un officier comme Pierre Tousselin qui a commencé comme fournisseur de son argenterie et que l’on retrouve ensuite comme receveur du fouage dans l’évêché de Nantes. Comme cet exemple le montre, il n’a pas été indispensable de faire partie de la maison d’Anne ou de Claude pour s’orienter vers la Bretagne. Pour se faire connaître, il suffisait de rendre des services. Cela a été le cas des Viart : Jacques I Viart était receveur ordinaire du comté de Blois. En tant que tel, il a effectué différentes commissions pour la reine Claude. Après la mort de celle-ci, il a été chargé de recevoir les deniers de son patrimoine. Cela explique sans doute en partie pourquoi son fils, prénommé lui aussi Jacques, a orienté sa carrière vers le duché et est devenu maître à la Chambre des comptes à Nantes en 1527114.

  • 115 Il était valet de chambre ordinaire du dauphin et du duc d’Orléans, ALA B 52 f° 234.
  • 116 ALA B 52 f° 279-280.
  • 117 Il était vicomte et receveur ordinaire de Gisors, terre qui faisait partie des domaines de Renée, (...)
  • 118 On a vu précédemment que Gilles de Commacre avait bénéficié de son appui pour être payé de ses gag (...)
  • 119 Il était secrétaire de Louise de Savoie et servit, en 1529, d’intermédiaire entre elle et la régen (...)
  • 120 ALA B 52 f° 27-28.

71La troisième maison importante a été celle d’Henri entre 1540 et 1547. Trois officiers ont dû leur nomination dans le duché au fait d’être à son service : le plus connu est le premier président de la Chambre Cosme Clausse mais cela a joué également pour Florimond Fortier115, voire pour Julien Dortel, secrétaire des comptes, qui était clerc et contrôleur de la garde du dauphin116. D’autres influences sont perceptibles mais de façon plus diffuse. D’abord celle des enfants royaux (dont Claude et Henri ont fait partie). On a vu comment Nicolas Briçonnet était passé de la charge de trésorier de Charles Orland à l’office de contrôleur général de Bretagne. Le service de Renée semble avoir permis à quelqu’un comme Nicole Robillart de posséder quelque temps l’office de receveur des aides117. Plus étonnant paraît le rôle joué par Louise de Savoie dans les nominations. Trois éléments ont pu lui donner du pouvoir : l’autorité dont elle disposait face à son fils, sa rivalité avec Anne de Bretagne (qui l’aurait conduit naturellement à prendre le relais de celle-ci après sa mort), le fait qu’elle a exercé la régence pendant les campagnes militaires (notamment en 1525). Son influence118 a pu jouer pour Gilbert Bayard lors de sa nomination à l’office de général119. Elle a bénéficié indirectement à son successeur, Antoine Bullioud, ancien trésorier du Bourbonnais, dont l’acte d’institution prend soin de préciser que la charge lui est donnée « en consideration des bons et agreables services faitz tant à nous que à feue notre treschere et tresamee dame et mere »120.

  • 121 ALA B 53 f° 16. Il devait également être apparenté à Cosme Clausse.

72Si Louise de Savoie a pu avoir un rôle, c’est qu’avec les décès d’Anne puis de Claude, il n’y avait plus, au sommet de l’État, d’hôtels dont le service conduisait naturellement en Bretagne. La reconstitution autour du dauphin Henri d’une maison bretonne de 1540 à 1547 a contribué à recréer un lien momentané entre la province et la Cour. La mort de François Ier a provoqué sa disparition, cette fois de façon irréversible. Par la suite, il ne semble plus y avoir eu de voie privilégiée vers la Bretagne. Cela a eu pour effet de diversifier le recrutement comme en témoignent les états de service de Jacques de Saint-Mesmin, successeur de Cosme Clausse à la première présidence de la Chambre des comptes en 1547 : il était auparavant contrôleur général de la maison de Marguerite de France121.

  • 122 C’était une attitude générale comme le montre l’exemple de Jacques de Beaune qui servait Anne de B (...)
  • 123 Voir supra, p. 227-228.

73Les financiers avaient de toute façon appris depuis longtemps à entretenir concurremment plusieurs protections ou à naviguer d’une maison à l’autre pour poursuivre leur carrière122. Les emplois dans les maisons princières bretonnes ont pu leur servir d’étape ou de position de repli. Sans revenir longuement sur cet aspect, il suffit de préciser que, jusqu’au décès de Claude au moins, il y avait une certaine circulation entre les hôtels des seigneurs et ceux des « souverains » de Bretagne. On peut rappeler le cas d’Alexandre Dessefort qui a servi Claude puis qui a trouvé à s’employer après sa mort auprès de Guy XVI de Laval, avant d’essayer de retrouver un office auprès d’une maison royale123. Les princes bretons ont recruté leur personnel en dehors du duché. Les Rohan ont eu recours ainsi aux services de Martin de Chauvrais comme trésorier général et celui-ci est passé de leur maison à la Chambre des comptes de Nantes. Des princes français possessionnés en Bretagne ont pu conduire enfin certains de leurs serviteurs à y faire carrière : c’est l’exemple de Jean Dalesso qui était au service du connétable de Montmorency et qui est devenu lui aussi maître des comptes.

74La diversité des chemins suivis pour prendre une charge en Bretagne explique la diversité des carrières menées par la suite.

B. LES CARRIÈRES DES NON-ORIGINAIRES

1. Les types de carrières

75Nous avons fait figurer dans le tableau ci-dessous le temps d’exercice des officiers français en reprenant les différentes catégories distinguées précédemment.

Tableau 36. Temps d’exercice des officiers français

Tableau 36. Temps d’exercice des officiers français

76La majorité des financiers a connu des carrières dont la durée a été inférieure à dix ans. Il est significatif que le contraste est le plus marqué pour les grandes charges et les receveurs du fouage, c’est-à-dire pour les deux catégories qui ont subi le plus les effets des changements de souverain. Pour les grands officiers, l’importance des carrières brèves est due aux officiers qui sont passés rapidement en Bretagne sous Charles VIII et à ceux qui ont subi les réformes de 1528-1532. Pour les receveurs du fouage, le groupe des 0-10 ans représente deux catégories d’individus : ceux qui sont morts en charge, ceux qui ont été évincés en 1498. Les membres français de la Chambre ont eu un comportement plus régulier et les temps d’exercice sont également répartis entre les différentes catégories. La remarque vaut également pour les titulaires des charges secondaires. Dans ces deux catégories, le comportement des non-originaires s’apparente à celui des Bretons.

77Les plus grands cas de longévité se rencontrent soit en début de période avec Cardonne qui a conservé près de vingt-cinq ans la charge de général, soit en fin de période avec Le Charron qui a passé plus de vingt-deux ans à la trésorerie générale. Passé le mouvement de réforme des années 1528-1532, des implantations durables ont donc été à nouveau possibles. Un cas est exceptionnel : c’est celui de Guillaume Barthélemy. Il est demeuré contrôleur général environ trente-quatre années mais son maintien s’explique en grande partie par la dévalorisation de sa fonction.

78Nous avons considéré ensuite le nombre de responsabilités prises par chaque individu dans le duché. Par ce terme, nous avons entendu les offices (décrits dans les tableaux précédents) ainsi que les participations aux commissions (soit pour lever des décimes, soit dans les commissions instituées pour la surveillance de tel ou tel aspect financier), ou aux fermes.

79Sur un total de 68 personnes, les résultats sont les suivants : 38 d’entre elles ont pris une seule responsabilité (55,8 %), 15 deux (22,05 %), 7 trois (10,2 %), 8 plus de trois (11,7 %). En combinant ces données, avec ce que l’on a pu remarquer sur le temps d’exercice des responsabilités financières, on peut distinguer différents types de carrière.

80Le premier est constitué par les hommes qui n’ont exercé qu’une seule charge brièvement en Bretagne. Cette catégorie se subdivise elle-même en deux groupes : ceux qui n’ont pas voulu rester en Bretagne et ceux qui n’ont pas pu le faire.

  • 124 En 1505, Jean de La Rue se disait âgé de 40 ans, renseignement dont on peut déduire qu’il devint s (...)

81On rencontre les premiers à différents moments : d’abord dans les années qui ont suivi immédiatement les guerres de Bretagne, de 1492 à 1495 environ. Le duché a été alors une zone d’implantation pour des financiers en début de carrière qui ont trouvé dans le territoire conquis des postes à occuper. Leur départ a souvent coïncidé avec la campagne d’Italie où des profits plus importants pouvaient être réalisés. Ils se recrutent dans toutes les catégories : grands officiers avec Thomas Bohier, Jean du Bois de Fontaine qui ne fut contrôleur général que dix mois ; receveurs du fouage comme Henri Bohier ; membres de la Chambre comme Jean de La Rue et Tanguy de La Gaubertière. Il s’agit pour la plupart d’entre eux d’hommes jeunes124 qui ont cherché à rester en contact avec le pouvoir royal et qui ont quitté la Bretagne avec le déplacement de « la ligne de front ».

82On retrouve ensuite ce type de carrière dans les années 1520-1530 avec des gens comme Nicolas Berthereau à la recette des fouages de Saint-Malo, Gilbert Bayard à la généralité, Clérembaud Leclerc et Cosme Clausse à la présidence de la Chambre des comptes. Ces officiers ont pour caractéristiques, soit d’avoir reçu un office à titre de gratification (voire de pension) comme Bayard, soit d’avoir été en attente d’une position meilleure : c’est le cas de Clérembaud Leclerc nommé président des comptes lors du mouvement de recasement des anciens officiers de Claude de France. Quand de nouvelles possibilités ou de nouvelles espérances se sont présentées à eux, ils ont délaissé leur charge en Bretagne. Le meilleur exemple est fourni par Cosme Clausse qui n’a gardé que deux ans son office de président à la Chambre des comptes et qui, aussitôt après l’avènement d’Henri II dont il était secrétaire des finances, s’est consacré au service du nouveau souverain. On trouve des cas similaires à des rangs plus modestes comme celui de Julien Dortel qui ne fut secrétaire et greffier des comptes que quelques mois, de juin 1545 à janvier 1546, sans que l’on sache précisément les raisons qui l’ont amené à changer d’optique aussi vite.

  • 125 Présent à la Chambre des comptes de Bretagne en 1511, il se faisait toujours appeler trésorier de (...)

83Le deuxième sous-groupe est constitué par tous ceux qui n’ont pas pu s’implanter durablement : il s’agit de ceux qui ont été victimes des changements intervenus en 1498. L’exemple le plus caractéristique est fourni par Olivier Barraud, qui était candidat à sa propre succession en 1498 mais que la volonté d’Anne a écarté d’une charge sensible125. La majorité des receveurs du fouage qui avaient pris position en Bretagne sous le règne de Charles VIII ont connu le même sort : c’est le cas de Jean Lasnier et de ceux qui avaient suivi O. Barraud. Ce sont des receveurs sur lesquels on dispose généralement de peu d’informations et pour qui la parenthèse bretonne s’est vite refermée.

84Un deuxième type de carrière est offert par des hommes qui n’ont exercé qu’une seule charge en Bretagne mais de façon prolongée. On peut leur adjoindre ceux qui ont eu deux responsabilités.

  • 126 Cas extrême avec Alexandre Dessefort à la trésorerie de l’Epargne.
  • 127 C’est le cas de Guillaume Barthélémy au contrôle général.
  • 128 Exemple d’Adrien Augier, victime de l’accentuation du contrôle dans les années 1530, cf. notice n° (...)

85Les premiers ont conservé leur office, soit jusqu’à leur résignation, soit jusqu’à leur mort. On les rencontre dans trois secteurs. Parmi les contrôleurs généraux : c’est le cas de Nicolas Briçonnet, de Guillaume Barthélemy. Parmi les titulaires de charges secondaires : c’est l’exemple d’un payeur du Parlement comme Adrien Augier126. On les trouve enfin à la Chambre des comptes avec Guillaume de Beaune ou Etienne Tissart. Leur comportement s’apparente à celui des Bretons et montre que la tendance naturelle de tout officier était de conserver sa charge – qui constituait le plus souvent l’essentiel de son capital et... une rente confortable – le plus longtemps possible et de ne s’en défaire que lorsque l’âge127 ou la pression royale128 faisait sentir ses effets.

  • 129 On devine parallèlement ses efforts pour élargir ses activités : il a tenté vainement de succéder (...)

86Parmi ceux qui ont exercé deux fonctions, on trouve les opportunistes, c’est-à-dire ceux qui ont obtenu une charge en Bretagne et qui ont tenté, à partir de cette base, d’élargir leur activité. Jean Davy, receveur des fouages de Léon, a pris en plus la commission pour l’équipement du navire de Morlaix en 1495. Noël Barbillon et Michel Cosson peuvent également être rangés dans ce groupe : le premier est venu en Bretagne dans le sillage de Palamède Gontier et lui a succédé à la trésorerie générale. Après sa mise à l’écart, il a pris momentanément la recette des fouages de Tréguier avant de quitter la Bretagne129. Le parcours de Cosson a obéi à une logique inverse : il a pris d’abord une recette du fouage – celle de Vannes – puis il est devenu commis à la trésorerie générale. La perte de cette responsabilité n’a pas empêché qu’il reste fidèle à la Bretagne et qu’il conserve sa première charge avant de la transmettre à son fils.

87Au-delà, on entre dans la catégorie de ceux qui font carrière en Bretagne ou ceux pour qui la Bretagne reste un point de référence constant dans la carrière. Il faut distinguer grands et petits officiers. Au sommet, on trouve ceux que l’on pourrait appeler les grands serviteurs de l’État : c’est le cas des généraux Cardonne et Antoine Bullioud, du second président des comptes, Gilles de Commacre (à un moindre degré du maître des comptes Marc de La Rue qui a été employé à plusieurs reprises dans des commissions) : ils combinent des interventions régulières en Bretagne avec un rôle auprès du roi, généralement dans des charges militaires ou diplomatiques. Leur cas a été suffisamment évoqué pour qu’il ne soit pas besoin d’insister davantage.

  • 130 Il est, en même temps, commis au paiement des mortes-payes de la place de Conq et au paiement des (...)
  • 131 Il y a retrouvé son gendre, Jean de Beaucouche, époux de sa fille Marie et secrétaire de Jean Briç (...)

88Au niveau inférieur, on trouve tous les financiers pour qui la Bretagne constitue le champ essentiel de l’activité. On les rencontre parmi les hommes que l’on pourrait qualifier de la seconde génération. Une partie d’entre eux est arrivée dans le duché sous Charles VIII : ils ont profité des places laissées vacantes par le départ de la première vague d’officiers pour faire carrière. Le meilleur exemple est celui de Nicolas Duval. Il a su saisir les opportunités des guerres de Bretagne en devenant commis à la recette de Concarneau à partir de janvier 1493130. Il a bénéficié en 1494 de la résignation de Tanguy de la Gaubertière pour prendre en charge le paiement des gens des comptes et occuper ainsi une place enviée auprès de l’une des principales institutions financières bretonnes. Sa « surface » financière suffisante lui a permis de se maintenir dans cette responsabilité après 1498 et de se lancer dans d’autres spéculations comme la perception des décimes, voire même la ferme de la prévôté. Il a terminé sa carrière comme secrétaire à la chancellerie de Bretagne131.

  • 132 On aurait pu citer également l'exemple d'Antoine Dessefort, cf. notice n° 410.

89C’est le cas aussi de Pierre Le Royer que l’on rencontre d’abord comme clerc d’Olivier Barraud puis comme receveur des fouages dans l’évêché de Tréguier en 1494. Il a bénéficié en juillet 1497 de la résignation de Tanguy de la Gaubertière pour devenir contrôleur des mortes-payes. Il a cumulé cette charge avec celle de miseur et commis au paiement des œuvres, réparations et fortifications de Bretagne (au moins à partir de 1501) puis avec celle de receveur des fouages dans l’évêché de Nantes, où il a pris la suite de Martin Ayrolde. En 1515, il s’intitulait général des mortes-payes, secrétaire et contrerolleur général de la guerre. Dans ce cas aussi, la réussite a eu pour conséquence d’amener d’autres membres de la famille à faire carrière en Bretagne : Audebert Valton, qui était selon toute vraisemblance son gendre, a pris sa suite dans la perception des fouages dans l’évêché de Nantes132.

  • 133 Guy de Tours fut ainsi fermier des billots dans l'évêché de Dol en 1522, 1523, ALA B 573 f° 33.

90Parmi les hommes de la seconde génération, on peut ranger enfin ceux qui sont venus à la suite d’un grand officier et qui ont fait de la Bretagne leur zone d’action privilégiée. On pense particulièrement à tous ceux qui étaient dans la mouvance de Philibert Tissart que ce soit Bertrand, Guy de Tours ou Gilles Lesné. Ils ont, chacun d’entre eux, pris plusieurs responsabilités, participant même à l’occasion à des fermes, ce qui est un fait rarissime pour des non-originaires133.

2. La place de la Bretagne dans les carrières des officiers non originaires

  • 134 En 1548, il recevait une commission pour aliéner le domaine à Blois, Tours et Poitiers mais il dem (...)
  • 135 Jean Dalesso : 16 as, Jacques Viart : 21 ans, Marc de La Rue : 16 ans.
  • 136 Phélypeaulx : 8 ans, Tissart : 7 ans, Chauvrais a résigné son office à survivance en faveur de son (...)

91On ne dispose que de quelques éléments épars pour décrire cet aspect et seuls les membres de la Chambre permettent de faire quelques observations. Il ne semble pas que la Bretagne s’inscrive dans un véritable cursus à notre période. Clérembaud Leclerc abandonne sa charge de premier président pour réapparaître ensuite comme correcteur à la Chambre des comptes à Paris puis comme responsable de différentes commissions, sans que l’on comprenne bien la logique de son parcours. Pour les maîtres dont on connaît l’évolution après leur passage dans le duché, les destins sont différents. Jean Dalesso devient maître des comptes à Paris ; Marc de La Rue semble avoir mis un terme à sa carrière134. Pour quelqu’un comme Jacques Viart, la Bretagne a été un cul-de-sac. Ayant servi longtemps comme maître des comptes, il n’a pas réussi à obtenir l’office de conseiller au grand conseil qu’il convoitait et a dû se contenter, à titre compensatoire, d’une pension. Au-delà des différences, on comprend cependant que les maîtres ont cherché à rester en contact avec les centres du pouvoir. Tant que l’union de la Bretagne et de la France n’était pas solidement établie, le fait d’occuper une charge dans le duché pouvait favoriser une promotion. Avec la disparition des reines bretonnes ou des dauphins en charge de la Bretagne, avec l’éloignement de la cour, les possibilités de carrière ont sans doute été plus réduites. D’où le désir de nombre d’officiers non originaires – et particulièrement de ceux qui avaient des ambitions – de se rapprocher de la capitale. Un indice vient confirmer cela : le temps d’exercice des maîtres des comptes. Les trois maîtres qui ont été nommés dans les années 1520-1530 ont conservé leur charge en moyenne dix-sept ans135. Ceux qui ont été promus dans les années 1540-1550 ont eu un temps d’activité réduit de moitié136, ce qui révèle une plus grande circulation des offices et la recherche de meilleures positions en dehors du duché. C’est ce qui a peut-être permis à l’élément local de reprendre position.

  • 137 Cela ne s’est pas fait uniquement dans le domaine financier. Une piste mériterait d’être davantage (...)
  • 138 Cf. notice n° 435.
  • 139 ALA 13 JJ 6 f° 29.

92Si l’on élargit l’observation aux familles, on remarque que la Bretagne est restée un point de référence pour certaines d’entre elles137. Une tradition du service en Bretagne a commencé à se créer. Quatre exemples l’attestent : deux pour notre période et deux légèrement postérieurs. Les deux premiers concernent les familles La Rue et Tissart. Jean de La Rue, qui fut institué secrétaire des comptes par Charles VIII en 1492, voit l’un de ses parents – c’était sans doute son fils – Marc devenir maître en 1526. Le cas de figure est le même pour François Tissart, maître à la Chambre des comptes jusqu’à sa mort en 1527, dont le deuxième fils, Jean, commence lui aussi sa carrière, par une charge identique, mais à vingt années d’écart puisqu’il fait son entrée à la Chambre en 1546. On relève deux derniers cas comparables sous le règne d’Henri II : Marc Fortia, président de la Chambre des comptes à partir de janvier 1551, n’est autre que le petit-fils de Gabriel Miron, médecin d’Anne et maître des comptes en 1515138. Avec Martin de Beaune qui est reçu à la Chambre en mai 1555139, on renoue enfin avec les grandes familles financières du début du siècle mais dans un contexte différent : à une Bretagne qui leur avait servi de zone d’expansion sous Charles VIII a succédé une province qui leur sert de refuge ou de nouveau point de départ après la tourmente des années 1520.

3. De la carrière à l’implantation en Bretagne

  • 140 Des familles tourangelles avaient des parents à Nantes. C’est le cas notamment des Tousselin. Pier (...)
  • 141 Si l’on prend les exemples bretons, on sait que Jean-Baptiste de Servy avait acheté des maisons à (...)

93L’origine géographique des financiers, le recours pour exercer les charges à des commis font que la majorité d’entre eux ne semblent pas s’être implantés en Bretagne140. Seuls quelques-uns y ont posé les bases d’une installation plus durable. Celle-ci s’est manifestée par les achats de biens et par des alliances familiales. Si l’on reprend le premier indice, le cas le plus fréquent est offert par les financiers qui font l’acquisition de maisons à Nantes : le rentier de cette ville, réalisé en 1536, atteste que la famille Jacquemin y possédait des biens ainsi que Noël Hays. On sait par ailleurs que Nicolas Duval détenait un domicile dans cette ville ainsi qu’Audebert Valton qui avait une maison dans la rue Saint-Guédas. Cet indice est toutefois difficile à interpréter car l’achat de maisons n’entraînait pas forcément une résidence permanente dans le duché et cette attitude participait d’un comportement assez répandu chez les financiers qui achetaient des biens dans le ressort de leur charge141. Si pour Noël Hays, cette acquisition a été le signe d’une installation durable, pour Audebert Valton, dont le domicile principal était situé à Paris, elle n’a révélé au mieux que la volonté de posséder un domicile de fonction lors des séjours inévitables à Nantes.

  • 142 Ces biens revinrent ensuite à Philibert Tissart dont l’une des filles demeurait encore dans la mai (...)
  • 143 ALA B 579 f° 20.

94L’achat de terres est un signe plus probant d’implantation. On en a repéré trois cas mais nous n’avons pas fait de recherches systématiques dans ce domaine : le plus connu est celui de Cardonne qui, en plus des biens qui lui furent donnés par Françoise de Dinan, acheta des propriétés près de Nantes – notamment les terres du Vair et du Chaffault dans les paroisses d’Anetz et de Saint-Herblon142. L’autre cas est présenté par Antoine Dessefort qui fit l’acquisition de la seigneurie du Breil dans la paroisse de Bouguenais. Citons enfin l’exemple de Toussaint Commaillé, autorisé, en décembre 1553, à acheter des terres nobles en Bretagne143.

  • 144 Jean Hux le jeune fut commis de Dessefort à la recette ordinaire de Nantes ; A. Dessefort succéda (...)

95Ceux qui achètent des biens fonciers sont, en dehors d’un cas, ceux qui s’allient aux familles locales. Commençons par l’exception qui est présentée par Cardonne : il a acquis des biens dans le duché mais il s’est allié à des familles tourangelles. Ce mariage signifiait pour lui son intégration dans ces milieux. En acquérant des biens dans le duché, il a cependant révélé son attachement à sa charge, attachement que confirme le déroulement de sa carrière. Pour les autres financiers, alliances et achats de biens sont liés. Noël Hays, d’origine poitevine, épouse la fille d’un monnayer nantais. Antoine Dessefort s’est apparenté aux Hux et les deux familles ont ensuite mené leur carrière parallèlement144. Le plus bel exemple est toutefois fourni par Toussaint Commaillé dont la fille Claude épouse Pierre Cornulier ; il contribue ainsi à fonder l’une des plus importantes familles bretonnes sur les plans financier, ecclésiastique dans la seconde moitié du xvie siècle.

  • 145 Au terme de la période, les Le Lou, qui prennent à plusieurs reprises la ferme de la prévôté de Na (...)

96Dans tous ces cas, on voit que ceux qui achètent des biens, ceux qui concluent des mariages sont aussi ceux qui font les plus riches carrières en Bretagne. Ce sont ceux que l’on retrouve, à l’instar de Noël Hays, également associés à des financiers bretons. Pour les officiers les plus modestes, c’est le préalable à une intégration dans les milieux financiers locaux. On constate que Nantes a servi de point de rencontre, de creuset aux associations entre Tourangeaux, Angevins, Poitevins et Bretons145, ce qui nous amène tout logiquement à nous intéresser à ces derniers.

V. LES DESTINS DES FINANCIERS BRETONS

97Du fait de la conquête du duché en 1491, les gens de finances bretons se trouvent confrontés à une concurrence à laquelle ils étaient peu préparés et qu’ils ont abordée avec un handicap certain en raison de la volonté des autorités royales de prendre le contrôle des ressources du duché. Ils doivent faire face aussi, en raison du mariage français, à la disparition des nombreux emplois qu’offrait la cour ducale. Dans un contexte qui est donc globalement plus difficile, les conditions dans lesquelles se développent leur activité évoluent en fonction des changements qui interviennent au sommet de l’État, du règne de Charles VIII à celui de François Ier. Pour apprécier le sort qui leur est fait, nous avons choisi trois approches. Dans un premier temps, nous avons dégagé les grandes tendances de la période en ce qui concerne la place faite aux gens de finances bretons dans l’administration. Nous avons ensuite recherché les types de carrières qu’ils mènent. Nous avons enfin voulu savoir si l’intégration du duché au royaume s’est accompagnée d’une modification du recrutement géographique du personnel financier en Bretagne même.

A. LES GRANDES TENDANCES

  • 146 Voir supra, p. 262.

98L’étude des carrières des financiers bretons doit distinguer les trois périodes devenues classiques : le règne de Charles VIII, les années 1498-1520, les années 1520-1540. Seules les deux premières méritent un véritable développement dans la mesure où les tendances du règne de François Ier ont déjà été esquissées précédemment146.

1. Les années 1492-1498

  • 147 Les historiens mentionnent deux personnages portant ce nom, l’un prénommé Gilles, l’autre prénommé (...)
  • 148 J. Kerhervé, Cat., t. I, p. 38-40.
  • 149 Raison du Cleuziou, Gilles Rivault, maître d’hôtel du roi Charles VIII, Bulletin et Mémoire de la (...)
  • 150 Cf. notice n° 18. Il avait épousé Jeanne Morin, sœur d’Agnès, femme de Victor Gaudin, Chevalier, o (...)
  • 151 L’emploi de ces hommes n’est pas dû au hasard. Les souverains étaient très attentifs à l’origine g (...)
  • 152 Cf. supra, p. 22.

99Sous Charles VIII, un groupe minoritaire se distingue : c’est celui des Bretons passés au service du roi de France sous François II. Trois d’entre eux méritent d’être signalés : Olivier le Roux, Julien Rivault147 et Jean de La Primaudaie. Les raisons qui les amenèrent à quitter la Bretagne ne sont connues que pour les deux premiers. Trésorier et receveur général du duc Arthur III, Olivier Le Roux s’enfuit du duché en 1459 pour échapper aux poursuites déclenchées à propos de sa gestion. Il mena ensuite une carrière importante au service de Louis XI148. Le départ de Julien Rivault fut plus tardif : receveur général de François d’Avaugour, il devint maître d’hôtel de Charles VIII après avoir participé à la conspiration contre Pierre Landais en 1485149. L’itinéraire de La Primaudaie – il était originaire de la région de Pontivy est moins bien connu et semble assimilable à celui de ces cadets de Bretagne partis chercher fortune dans le royaume de France où il accomplit, à partir de 1470, l’essentiel de sa carrière et où il s’allia aux grandes familles tourangelles150. Malgré ces parcours différents, tous trois jouèrent un rôle dans la prise de contrôle du duché151. Le premier dont on repère le rôle est Julien Rivault qui contribua à rallier son maître à la cause française en 1488. Le plus actif fut ensuite La Primaudaie qui participa aux campagnes de 1488 à 1491 en s’occupant du ravitaillement des troupes. À Olivier le Roux revint la tâche de régler les problèmes nés au lendemain du mariage français et de mettre en place les mesures capables de rallier la population152. Deux d’entre eux reçurent la récompense de leurs services : La Primaudaie fut nommé contrôleur général, Rivault se vit confier l’administration du domaine de Guingamp et la recette des fouages dans l’évêché de Tréguier. Olivier Le Roux ne fit qu’un bref passage dans le duché, victime probablement de la politique de temporisation de Charles VIII. Le destin de ces trois hommes contraste avec celui de la majorité des officiers de finances qui étaient au service des Montfort.

  • 153 La trésorerie générale, la trésorerie des guerres, l’Épargne, l’Argenterie, le contrôle général. N (...)
  • 154 Son fils Antoine, sr de Bohurel, est membre de la Chancellerie bretonne sous le règne de François (...)
  • 155 Il a pris la ferme des ports et havres des diocèses de Cornouaille et de Vannes de 1494 à 1497, AL (...)

100Pour ces derniers, les années 1492-1498 constituent le temps du repli. Si l’on prend comme référence les officiers qui étaient responsables des principaux offices de 1488 à 1491153, on constate que leurs carrières empruntent quatre itinéraires différents après le mariage français. Il y a d’abord ceux qui parviennent à garder un office comme Jean de Lespinay à la Chambre des comptes ou Gilles Thomas à la garde des chartes. Ces offices sont le plus souvent donnés à titre de compensation ou à titre honorifique. Ils n’amènent plus leur titulaire à assumer des responsabilités de premier plan. Un deuxième groupe est formé par ceux qui réussissent à s’employer dans la maison d’Anne : c’est le cas de Colinet de Marchy, maître de la Chambre aux deniers jusque vers décembre 1493, de Jean de Cerisy, de Thomas de Riou. Ils s’y distinguent par des carrières brèves et n’arrivent pas à prendre le contrôle des services les plus importants. Viennent ensuite ceux qui mettent fin à leur activité. Il s’agit souvent d’hommes à la carrière déjà longue qui prennent une retraite méritée comme Julien Thierry – ses fils continuent à s’occuper de finances – ou de financiers que leur passif incite à se faire oublier comme Pierre Becdelièvre ou Guillaume Juzel154. Deux officiers enfin reprennent des responsabilités à la base : le premier est Amaury Briczon qui s’engage significativement dans la seule voie laissée libre, en l’occurrence celle des fermes155. Le cas de Jean Hagomar offre une palette plus nuancée. La transition s’est accomplie pour lui en douceur puisqu’il a été chargé en 1491-1492 de distribuer les 150 000 l. promis par Charles VIII au traité de Laval. Il a ensuite, jusqu’à sa mort, associé l’office honorifique de général des monnaies et la responsabilité de la recette ordinaire de Fougères. Malgré ces activités, le règne de Charles VIII a interrompu pour lui aussi une carrière qui semblait promise à un plus grand avenir.

  • 156 La période 1488-1491 a suscité beaucoup de vocations sans lendemain parmi les receveurs du fouage. (...)
  • 157 Vingt-deux receveurs sont dans ce cas. Il s’agit le plus souvent des receveurs qui étaient au serv (...)
  • 158 Cas de Oliverit, de Alain de Quedillac : celui-ci demandait 700 l. pour déduction de son compte, A (...)
  • 159 ALA B 575 f° 212.
  • 160 Ils sont au nombre de 12. Ce groupe se réduit à 10 si l’on ne prend pas en compte ceux qui étaient (...)
  • 161 Son cas s’apparente à ceux de Robert Millon et d’Alain Martin qui ont réussi à obtenir la trésorer (...)
  • 162 D’autres receveurs reprennent la responsabilité de fermes municipales : il en va ainsi de François (...)
  • 163 Celui-ci prit en charge la ferme des ports et havres dans l’évêché de Léon de 1491 à 1494 et celle (...)
  • 164 Jean Parajau l’aîné demandait 7 112 l. 16 s. 4 d. pour déduction de ses comptes du fouage en 1489- (...)
  • 165 ALA E 209/24 f° 11.

101Les remarques faites à propos des grands officiers ne sont pas infirmées par ce que l’on observe pour les receveurs du fouage qui étaient en activité de 1488 à 1491, sauf que la part d’incertitude est plus grande156. Parmi eux, le groupe le plus important est constitué par ceux qui arrêtent toute activité financière après 1491157 et que l’on ne retrouve parfois que lors des demandes d’indemnisation présentées à Anne en 1498-1500158 ou lors des poursuites des années 1530 comme Roland de La Villeon, dont les héritiers se voyaient demander en mai 1546 de rendre compte de 1 000 l. de rente qu’il avait eu ordre de vendre au nom d’Anne159. Pour les autres160, différentes situations se présentent. Une minorité réussit à continuer sa carrière, généralement après un temps d’interruption correspondant aux premières années du règne de Charles VIII : c’est le cas d’Olivier de Lanvaux qui est nommé secrétaire des comptes vers 1495161. La majorité doit se contenter de charges plus modestes. Celles-ci ont pu être offertes par les recettes ordinaires à l’instar de Mahé Baud, Vincent Le Blanc. Ils y ont parfois associé une charge de commis au service d’un receveur du fouage comme ce dernier ou comme J. Pinart, commis de Julien Rivault en 1494 à la perception du fouage dans l’évêché de Tréguier. Le repli a pu se faire aussi sur les charges municipales : cela semble surtout vrai pour les Rennais où les Champion, les Thierry ont continué à dominer la vie locale162. Nombreux sont ceux qui ont poursuivi une activité fermière : on peut citer notamment Jean Parajau l’aîné, Vincent Goesbriend163. Les uns et les autres ont pu associer ces spéculations sur les impôts publics avec des activités marchandes. L’exemple est là encore celui des Thierry mais cela a dû concerner tous les receveurs plus modestes que le changement de conjoncture a contraint à faire preuve de souplesse. D’autant que nombre d’entre eux devaient faire face à des dettes héritées de la période ducale164 qui les mettaient aux prises avec leurs créanciers. Un receveur comme Thomas de Riou, malgré son appartenance à la maison de la reine, ne put ainsi éviter la vente de ses biens165. On comprend pourquoi la restauration des pouvoirs d’Anne constitua pour eux une chance inespérée.

2. 1498 : une chance inespérée

  • 166 Son frère Michel conserve la recette ordinaire de Rennes mais il prend aussi la perception du foua (...)

102Il n’est pas exagéré de dire que la restauration des pouvoirs d’Anne constitue pour les financiers bretons la divine surprise. La volonté de la duchesse de s’assurer le contrôle des finances et de récompenser les services passés permet à des officiers de reprendre des responsabilités. C’est le cas des plus puissants comme Jean de Lespinay, rétabli à la trésorerie générale, de Pierre Thierry, commis au paiement des dettes de Bretagne166 ou de Gilles Thomas qui retrouve la trésorerie de l’Épargne et qui accède à la Chambre des comptes. Cela joue aussi à un niveau inférieur. Si l’on prend le cas des huit receveurs bretons du fouage nommés en 1498, on constate que six d’entre eux avaient exercé une charge comparable avant 1491 : cela est vrai pour François Guillart en Cornouaille, pour François Daville à Léon et Rennes, pour Thébaud Goures à Saint-Brieuc, pour Thomas de Riou à Saint-Malo, pour Pierre Gibon et Pierre de Lanvaux à Tréguier. Les exceptions se remarquent à Vannes avec Alain de Kernerec – il a servi de commis aux frères Du Puys sous le règne de Charles VIII – et Dol avec Jacques de Lorignière mais celui-ci était lié aux Guibé, neveux de l’ancien trésorier général Pierre Landais. Ce retour en force des anciennes générations fait sentir ses effets sur plusieurs années : Yvon Derien, qui avait perçu le fouage dans l’évêché de Cornouaille en 1491, reprend une charge équivalente dans l’évêché de Tréguier vers 1508. Des receveurs ordinaires plus modestes comme les Le Baud à Quimper, les Rolland à Quimperlé suivent le même chemin et parviennent à retrouver leurs anciennes responsabilités. Du fait de ces rétablissements, l’administration financière reprend, après 1498, son visage d’avant 1491, refermant ainsi partiellement la parenthèse du règne de Charles VIII.

  • 167 ALA E 209/23.
  • 168 11 perçut le fouage dans l’évêché de Léon en tant que commis de Jean Carré.

103Le retour d’Anne suscite également des espérances qui incitent des financiers à abandonner certaines de leurs activités ou à les confier à des commis pour se lancer dans de nouvelles spéculations. C’est sans doute le cas d’Henri Cosnoal qui cède la recette ordinaire de Hennebont pour participer à des fermes. François Guillart cesse de gérer lui-même la recette de Quimperlé pour se consacrer à ses autres tâches de receveur du fouage, de fermier et de trésorier des guerres. Toutes les attentes ne sont cependant pas satisfaites : vers 1500, un certain Jean Leziel demandait à être dédommagé pour avoir mis la ferme des impôts de l’évêché de Rennes « à hault pris car il avoit esperance, lors de ladite baillee, que la chancelerie eust tenu audit Rennes et que les plectz generaulx y eussent tenue quatre fois l’an »167. D’autres comme Pierre Lair, qui fut receveur du fouage dans l’évêché de Cornouaille en 1487-1488, doivent se contenter d’une charge de commis168. Le nouveau contexte a cependant créé les conditions permettant aux financiers locaux de se réapproprier le contrôle de la perception des finances.

104Anne de Bretagne a favorisé aussi l’avènement de nouvelles générations. Les années qui suivent 1498 ne sont pas un simple retour au statu quo ante : on le voit surtout pour les recettes du fouage où les Français sont remplacés par des Bretons. De nouvelles familles s’affirment dont le meilleur exemple est sans doute celui des Pineau. Dès 1498, Jean Pineau demande la recette des fouages de Vannes ; on ne sait s’il l’a obtenue dès cette date mais c’était chose faite en 1503. Il mène ensuite cette activité de front avec la prise de fermes – dont celle de la prévôté – et la gestion des recettes domaniales de Vannes, de Guérande et de Rhuys. Ses fils, Jean et Pierre, suivent son modèle et prennent eux aussi des responsabilités financières.

  • 169 Cf. notices n° 399, 401 et 403.

105Anne de Bretagne a permis enfin à des carrières de prendre leur essor. Trois des nouveaux secrétaires qui accèdent à la Chambre sous son règne ou immédiatement après sa mort le font après avoir mené des carrières financières notables qui se sont développées essentiellement après 1498. Il s’agit de Jean Thomelin, Jean Coué et de Pierre Lonoré169. N’oublions pas non plus qu’au sein de la Chambre possibilité est donnée aux secrétaires d’accéder à la catégorie des maîtres, permettant là encore une certaine circulation du personnel.

3. Après 1520

106Les tendances observées sous Anne de Bretagne se poursuivent jusque dans la première moitié des années 1520. Il se produit ensuite un double phénomène. Au sommet, les Bretons sont mis à l’écart. Cela est net pour la trésorerie générale où après Jean Parajau aucun Breton n’occupe la fonction jusqu’à la fin du règne de François Ier. À la Chambre des comptes, les secrétaires, du fait de l’impossibilité à devenir maîtres, subissent un blocage de carrière. Seules quelques individualités comme François de Kermenguy à la seconde présidence, Gilles de La Pommeraie à la première, Pierre Cosnoal et Jean Hux dans la catégorie des maîtres connaissent une réussite certaine mais ces succès cachent mal une perte d’influence que la disparition de relais au niveau central et la méfiance éprouvée par le pouvoir à l’égard des financiers locaux expliquent en grande partie.

107L’évolution est plus contrastée pour les responsables de la perception des deniers publics. Les Bretons préservent leur position pour toutes les recettes ordinaires et, après avoir été à nouveau concurrencés par des non-originaires dans les années 1520-1530, parviennent, dans les années 1540 à reprendre le contrôle de la majorité des recettes du fouage. Il en va de même pour les charges secondaires.

B. LES CARRIÈRES

1. Des voies traditionnelles qui se ferment

  • 170 Cf. J. Kerhervé, L’État breton, op. cit., t. Il, p. 800-801.
  • 171 Exemples de Guillaume Bérard à Ploërmel, d’Olivier Larmor et d’Olivier du Tertre à Lannion.
  • 172 Significativement, après avoir perdu ses offices, ce dernier se replie sur la charge de connétable (...)
  • 173 Cf. notice n° 434.

108Jusqu’en 1491, les carrières les plus riches se développaient autour de trois bases : les hôtels ducaux, la Chambre des comptes, les grands offices170. A notre période, du fait que les charges y sont accaparées par des Français, les hôtels ne jouent plus de rôle d’impulsion pour les Bretons. Les officiers les plus modestes qui réussissent à s’y maintenir créent, pour la plupart d’entre eux, des dynasties de receveurs ordinaires171. Seuls quelques cas connaissent une activité plus riche. Deux ont bénéficié du règne d’Anne. Le premier est celui des Carré. Le père, Michel, apothicaire d’Anne dès le règne de Charles VIII, met à profit les changements politiques pour se faire octroyer, en 1498, la recette des fouages de Saint-Malo. Ses enfants tirent partie de sa faveur : l’un de ses fils Jean, outre sa charge d’apothicaire, obtient la recette des fouages de l’évêché de Léon ; l’autre, prénommé Gilles, lui succède à Saint-Malo avant de devenir payeur des gens du conseil. L’ascension financière de la famille s’est arrêtée là, stoppée par le mouvement de contrôle des années 1530 qui entraîne la destitution de Gilles Carré172. Aux Carré, on peut rajouter, pour la même période, celui de Regnaud de Brignac, maître d’hôtel d’Anne, qui fait un passage sans lendemain à la Chambre des comptes en 1515 et qui doit sa promotion à la faveur plus qu’à ses capacités financières173. Le dernier cas et le plus brillant est, sous François Ier, celui de Gilles de La Pommeraie que nous avons déjà rencontré à plusieurs reprises. Sans jamais tenir d’office comptable, il sait, grâce à une participation à des commissions décisives, s’imposer comme l’un des principaux représentants du roi dans le duché au cours des années 1530, couronnant son ascension en devenant premier président à la Chambre des comptes.

  • 174 Cf. notice n° 433.
  • 175 Fourmont dans son Histoire de la Chambre des comptes.

109Le vide laissé par la disparition des hôtels princiers n’a pourtant pas été comblé par cette institution. Celle-ci n’a pas permis de diversifier les activités. Présidents et maîtres d’origine bretonne ont conservé généralement leur office jusqu’à leur décès. Sur seize maîtres bretons dont on sait comment ils ont terminé leur carrière, six ont résigné leur charge, neuf sont morts en activité, un a été destitué. Les résignations sont intervenues soit sous Anne de Bretagne, soit dans les années 1540 ; pendant la période sensible des années 1520-1530, tous les titulaires sont morts en poste. Pour tous, les carrières se sont déroulées essentiellement au sein de la Chambre. Quelqu’un comme Olivier de Lanvaux, qui a incontestablement bénéficié de la faveur d’Anne, n’a pas quitté cette institution pour d’autres offices174. Les deux seuls exemples un peu différents sont offerts par deux officiers situés à deux points opposés de la hiérarchie, Jean Parajau et Charles Jouhan. Si l’on suit certains historiens175, le premier serait entré à la Chambre dès 1498 et y serait demeuré jusqu’à son accession à la trésorerie générale en 1524. Nous sommes, pour notre part, moins affirmatif. Parajau semble avoir en fait continué à participer à des fermes jusqu’à la fin des années 1510 et n’avoir que tardivement intégré la Chambre, attendant sans doute que Jean de Lespinay lui cède sa place. Cette institution est cependant demeurée un point de référence dans sa carrière : après son éviction de la trésorerie, c’est en son sein qu’il s’est replié en obtenant la charge de premier président et c’est là qu’il a terminé son activité.

110Le cas du second, Charles Jouhan, est un exemple marginal : il a débuté dans l’office modeste d’huissier de la Chambre, charge qui n’empêchait pas de prendre des responsabilités financières puisqu’il fut commis par Lespinay à la recette des fouages de Léon en 1518 puis devint receveur en titre dans ce même évêché au début des années 1520. Il spécula en même temps sur les fermes dont celle du convoi. Après avoir abandonné la recette des fouages, on le retrouve, en fin de carrière, contrôleur de la recette ordinaire de Brest, une recette qu’il prend même un temps en charge après le décès de Hamon Bohier.

111Si l’on considère enfin le cas des grands officiers, le seul qui a fait carrière est Jean de Lespinay qui a bénéficié d’une double chance : la première a été offerte par le décès de Charles VIII qui lui a donné l’occasion de retrouver la trésorerie générale en 1498, la seconde par le souci de temporiser de François Ier qui lui permet de se maintenir en charge jusqu’à son décès en 1524. À un niveau très nettement inférieur, Gilles Thomas est parvenu, grâce à son passé, à cumuler la trésorerie de l’Épargne et une charge de secrétaire des comptes. Les Thierry, pour leur part, continuent dans le chemin tracé par leur père mais sans connaître une réussite comparable à la sienne. On pourrait dire la même chose des Champion qui, s’ils tiennent toujours les premiers rangs dans leur cité de Rennes, ne renouent pas avec les offices financiers. En fait, les plus beaux parcours dans cette première moitié du xvie siècle ne prennent pas leurs sources dans le monde financier mais dans celui de la justice. En témoigne François de Kermenguy qui devient second président à la Chambre après avoir été alloué de Nantes et après avoir joué un rôle important dans les commissions. En témoigne aussi une figure comme Alain Marec, second président de la Chambre de 1509 au moins à 1526, et qui cumule cette responsabilité avec celle de sénéchal de Rennes. Son fils Pierre tient une place de premier plan dans les commissions financières qui sévissent en Bretagne dans les années 1530-1540 tout en occupant une charge de maître des requêtes à la chancellerie de Bretagne et avant de devenir conseiller en Parlement dans les années 1550. Cette omniprésence des gens de justice est le signe d’une période qui se méfie des hommes d’argent et qui accorde ses faveurs à ceux qui sont chargés de les contrôler.

2. Des perspectives limitées

  • 176 Cf. notice n° 70 pour Saturnin Mahé, n° 78 pour Maupertuis, n° 156 pour Hervé Gérard, n° 132 pour (...)

112La majorité des financiers se contentent d’une carrière simple, marquée par l’exercice d’une seule fonction qu’ils ont conservée le plus longtemps possible. On les retrouve à la Chambre des comptes surtout parmi les secrétaires. C’est le fait de gens qui sont des héritiers d’officiers de finances connus sous les Montfort ou de membres de la Chambre qui ont bénéficié des confirmations du personnel pour s’y perpétuer. Ils battent des records de longévité : ainsi Robert Millon demeure secrétaire des comptes pendant près de trente ans. La majorité des receveurs ordinaires leur ressemble. Leur horizon ne dépasse pas le plus souvent le cadre de leur domaine. Cela est le cas tout particulièrement des receveurs des domaines de Basse-Bretagne. Pour les plus téméraires d’entre eux, la gestion de la recette est associée à des participations à des fermes ou à la prise de contrôle de domaines voisins. Il en est ainsi pour Jean de Kergoët qui associe Châteaulin, Gourin, Châteauneuf-du-Fou, Hervé Gérard qui règne sur les domaines de Huelgoat, Carhaix et de Gourin, Pierre Maupertuis, Saturnin Mahé176. Certains, comme Jean Guillou, sont prompts à saisir les occasions pour diversifier leur activité : à partir des domaines de Jugon et de Cesson qui constituent le pôle de référence de sa carrière, il profite de la donation du comté de Penthièvre aux Guise pour prendre en charge les recettes de Lamballe et Moncontour.

113Les véritables carrières dans la première moitié du xvie siècle commencent en fait à la base en associant souvent trois éléments que sont les recettes ordinaires, les recettes du fouage et les fermes (et pour celles-ci, il y a généralement passage à la ferme de la prévôté de Nantes). Elles ont pour perspective un accès à la Chambre des comptes et sont le plus souvent des réussites familiales. Trois exemples, empruntés à différentes périodes, permettent d’illustrer ces remarques. On peut citer d’abord l’exemple de François Guillart. Sa carrière a commencé au cours des guerres de Bretagne par la perception du fouage dans l’évêché de Cornouaille en 1491 et en 1492. Sous Charles VIII, on perd sa trace et il ne réapparaît qu’en 1498 comme receveur du fouage dans l’évêché de Cornouaille. Il prend ensuite le contrôle de la recette de Quimperlé de 1501 à 1503 avant de devenir trésorier des guerres à partir de 1507. Dans le même temps, il participe à plusieurs fermes dont celle des ports et havres, des brefs, des mines et, signe d’aisance certaine, de la prévôté de Nantes. Parallèlement, son frère Thébaud associe recette ordinaire (celle de Carhaix) et recette des fouages (de Tréguier) et quand François meurt en 1516, son autre frère, prénommé lui aussi François, hérite de ses biens et accède à la Chambre des comptes.

114Le deuxième cas est celui de Jean Hux dont la carrière épouse presque les limites du règne de François Ier. Elle a, semble-t-il, débuté à la recette de Loyaux de 1520 à 1525 et s’est poursuivie, de 1524 à 1533, par la prise en charge de la perception des fouages dans l’évêché de Tréguier. Commissions (pour s’occuper de la fonte de l’artillerie) et participations à des fermes (dont celle des ports et havres) sont venues s’ajouter à ces offices, permettant à Jean Hux de devenir maître à la Chambre des comptes en 1534 et général des monnaies. Lui non plus n’a pas agi seul : son frère a contrôlé la recette ordinaire de Nantes de 1529 à 1544 et lui a succédé dans ses offices, terminant comme commis du général des finances, Guy Arbalète. L’alliance avec une famille non originaire du duché – les Dessefort – a pu faciliter l’obtention des différentes responsabilités.

  • 177 Un dénommé Pierre Avril était « physicien » du duc Jean V. Sa terre du Bot, en Nivillac, fut anobl (...)
  • 178 Ils sont associés avec d’autres receveurs par le système de pièges et cautions : Noël Hays, receve (...)

115Le troisième cas est sans doute le plus remarquable pour notre période : c’est celui des Avril qui connaissent l’ascension la plus spectaculaire dans, les années 1530177. Qu’on en juge : ils contrôlent à partir de 1534 la trésorerie des États (Alain, son fils Jean puis le fils de celui-ci). Jean devient payeur des gens des comptes en 1537. Son frère Simon est receveur des aides. Tous deux s’intéressent également aux fouages et contrôlent deux recettes : celle de Saint-Malo en association à partir de 1538 et celle de Cornouaille par le seul Jean à partir de 1541178.

  • 179 Ils ont contrôlé les principales fermes que ce soit les fermes des ports et havres, des sècheries, (...)
  • 180 L’acte d’anoblissement précise qu’il a rendu des services à la cause publique, sans qu’on sache pr (...)

116Cette percée est le résultat d’une stratégie particulièrement bien étudiée qui utilise plusieurs moyens. Comme pour les précédents, mais de façon plus systématique, la prise de fermes permet de fonder et de consolider la fortune du père, Alain, qui favorise ensuite la carrière de ses fils179. Ceux-ci ont mis ensuite à profit l’absence de certains receveurs du fouage pour les seconder en tant que commis – Berthereau à Saint-Malo et Sachet en Cornouaille –, puis pour prendre leur succession. Ils ont révélé en même temps un sens certain du placement : ce n’est sans doute pas le fait du hasard s’ils se sont intéressés au paiement des gens des comptes et des États, charges qui les mettaient toutes deux en contact avec certaines des personnalités importantes du duché. Ils ont cherché à se rendre agréables aux autorités en prenant des risques : Alain a accepté d’assumer la ferme des ports et havres en 1536 en remplacement des titulaires dont les cautions étaient insuffisantes. L’excellence de ce parcours explique l’anoblissement d’Alain Avril en 1547180.

  • 181 Cf. notices n° 378 pour Pierre Pineau et n° 97 pour Jean Pineau le Jeune.

117Ces trois exemples permettent de constater que deux moments ont été propices pour faire carrière : le règne d’Anne, dont les effets se sont fait sentir jusque dans les années 1520 et à partir des années 1530. Nombre de réussites au cours de la première phase ont concerné des familles déjà connues avant le mariage français. À l’inverse, des gens comme Jean Pineau qui se sont affirmés plus tardivement n’ont pu mener leur ascension à terme. Jean Pineau a permis à ses enfants de se lancer dans les activités financières sans que cela débouche sur une réussite exceptionnelle : après l’activité soutenue du père, l’un des fils, Jean, s’est consacré essentiellement à la recette de Rhuys alors que l’autre, prénommé Pierre, a disparu corps et biens, victime probablement de ses propres spéculations181.

118Ces carrières souffrent d’un manque de perspective et n’ont pour horizon que la seule Bretagne. Même à l’époque d’Anne, aucun Breton n’a réussi à s’imposer à l’extérieur sur le plan financier. Si, à la fin de la période, un mouvement de reprise est notable, il s’accomplit surtout pour les charges locales et dans un cadre qui reste traditionnel. Les Bretons ont été suffisamment dynamiques pour s’assurer la maîtrise de la perception des deniers en Bretagne, ce qui a permis de revenir à une situation normale pour l’époque, mais leur essor n’a pas été au-delà. L’intégration n’a donc pas ouvert de nouvelles perspectives aux financiers locaux ; elle a tout de même eu pour conséquence une modification des équilibres entre les différents pôles de la Bretagne.

C. LE RECRUTEMENT GÉOGRAPHIQUE

  • 182 Nous avons laissé de côté les receveurs ordinaires qui, dans leur majorité, ont continué à être re (...)

119Pour tenter d’apprécier les évolutions du recrutement géographique des officiers de finances en Bretagne, nous avons pris en compte trois catégories : les grands officiers et les titulaires des charges secondaires – que nous avons associés –, les receveurs du fouage et le personnel de la Chambre des comptes182.

1. Grandes charges et charges secondaires

  • 183 Les tendances se sont confirmées toutefois dans la seconde moitié du xvie siècle, notamment pour l (...)

120Dans le premier groupe, composé de 26 individus, trois évêchés ont fourni la majeure partie des officiers. Ce sont les évêchés de Nantes avec 11 représentants, de Rennes avec 7 représentants, et celui de Vannes avec 5. Les tendances observées avant 1491 se confirment et la domination des évêchés orientaux reste écrasante. Si l’on prend comme base d’analyse, les années 1498-1520, on constate que les officiers issus de l’évêché de Nantes ont accaparé les charges les plus importantes – avec la trésorerie générale – et ont maintenu leur contrôle sur des offices qui leur appartenaient déjà avant 1491 comme la trésorerie de l’Épargne. Après 1520, ce sont eux qui ont connu la progression la plus sensible et qui ont pris en charge des offices laissés vacants par des non-originaires – la trésorerie des guerres – ou par des Rennais – le paiement des gens du conseil. À l’inverse, les Rennais ont fait preuve de moins de dynamisme. En témoigne notamment, la trésorerie des États dont les premiers titulaires ont été recrutés parmi eux. À la fin du règne de François Ier, cette charge leur a échappé, Jean Avril succédant à Julien Lamy. La portée de ces analyses ne doit cependant pas être exagérée en raison de la concurrence des non-originaires et de la brièveté de la période prise en compte183.

2. La Chambre des comptes

  • 184 La part des autres zones est modeste : 1 pour Saint-Malo, 1 pour Saint-Brieuc.

121Les mêmes évêchés ont fourni l’essentiel des officiers mais le classement est quelque peu différent. Sur 72 officiers, arrive en tête l’évêché de Vannes avec 29 représentants (soit 40,2 %). Viennent ensuite ceux de Nantes avec 24 (33,3 %), de Rennes avec 8 (11,1 %), de Cornouaille et de Léon avec 4 représentants chacun soit 5,5 %184. Là encore les tendances observées avant 1491 sont respectées. Cela peut paraître surprenant dans la mesure où la Chambre a été transférée de Vannes à Nantes. La domination vannetaise s’explique en fait par le poids de la tradition : tradition politique qui a joué en faveur d’un respect du personnel de la Chambre, tradition professionnelle qui, par le biais de la vénalité, a permis aux offices de rester entre les mains sinon des mêmes familles du moins au sein des mêmes milieux. Ces chiffres globaux ne doivent cependant pas masquer l’évolution en cours.

  • 185 Son cas peut prêter à discussion puisqu’il était originaire de la région d’Hillion dans l’évêché d (...)

122Celle-ci joue en faveur des Nantais surtout à partir des années 1530 et ce aux trois niveaux importants : présidents, maîtres et secrétaires. Après la mise à l’écart de Jean de Plédran en 1540185, c’est un Nantais qui s’est imposé à la seconde présidence, en l’occurrence François de Kermenguy. Il en a été de même pour tous les maîtres et les secrétaires qui ont accédé à la Chambre après le décès d’un titulaire dans les années 1520-1530 : cela est vérifié pour Gilles Bricaud, contrôleur ordinaire de Nantes, qui succède à François Guillart, pour Jean Hux qui remplace Pierre Cosnoal, pour Pierre Piraud qui devient maître après le décès de Mathurin Baud. La pratique de la résignation a contribué ensuite à maintenir les positions de l’élément nantais : Jean Hux a résigné son office en faveur de son frère, Bricaud a cédé le sien à son gendre, Jean Douette. Le seul contre-exemple de cette évolution en faveur des Nantais est fourni par le premier président, Gilles de La Pommeraie, qui était originaire de l’évêché de Vannes. Ses alliances familiales – il était apparenté à une famille originaire du Maine – l’inscrivaient cependant dans un espace qui dépassait ce cadre, contribuant quelque peu à réduire la portée de son extraction vannetaise.

  • 186 Tous les membres de la Chambre dont on connaît les biens possédaient des maisons à Nantes. Dans le (...)

123Avec un temps de décalage, il s’est donc opéré un ajustement quasiment naturel entre lieu de résidence de la Chambre et recrutement de son personnel. La Chambre des comptes de Bretagne est devenue ainsi progressivement la Chambre des comptes de Nantes186.

LES ÉVÊCHÉS EN BRETAGNE

LES ÉVÊCHÉS EN BRETAGNE

LE RECRUTEMENT DES COMPTABLES CENTRAUX

LE RECRUTEMENT DES COMPTABLES CENTRAUX

LE RECRUTEMENT DES OFFICIERS DE LA CHAMBRE DES COMPTES

LE RECRUTEMENT DES OFFICIERS DE LA CHAMBRE DES COMPTES

LE RECRUTEMENT DES RECEVEURS DU FOUAGE

LE RECRUTEMENT DES RECEVEURS DU FOUAGE

3. Les receveurs du fouage

  • 187 Cf. J. Kerhervé, L’État breton, op. cit., t. II, p. 710.

124Pour eux, le dynamisme doit être mesuré par rapport aux autres familles financières bretonnes mais aussi, après la mort d’Anne, par rapport aux financiers français (dans leur capacité plus ou moins grande à tenir leur évêché). Sur un total de 42 receveurs, on constate une domination légère de l’évêché de Rennes (11 receveurs) devant celui de Vannes (10). Nantes vient en troisième position (7). Ce qui est original, c’est que tous les évêchés, à l’exception de ceux de Tréguier et de Dol, ont fourni des receveurs du fouage (la Cornouaille 3, Léon 3, Saint-Malo, 2), ce qui confirme la règle qui voulait qu’à chaque fois que le milieu ambiant faisait preuve de dynamisme suffisant, le pouvoir recrutait ses agents en son sein187. Des nuances apparaissent cependant. Sous le règne d’Anne, dans les évêchés de Cornouaille, Rennes, Vannes et Saint-Brieuc, les éléments locaux s’imposent. Dans les autres évêchés, une plus grande concurrence s’observe, ce qui permet à des financiers extérieurs de s’affirmer. Les Rennais prennent ainsi le contrôle des évêchés de Léon, Dol et Saint-Malo. Des Vannetais se retrouvent à Tréguier. Ces dynamismes s’expliquent par les interventions de la duchesse : elle est restée attachée aux milieux rennais qui l’avaient accueillie à partir de 1489 et aux familles vannetaises, notamment celles des Gibon et des Lanvaux qui ont reçu la responsabilité de l’évêché de Tréguier. Après son décès, le poids de cette faveur disparaît, ce qui permet à des autochtones de s’affirmer momentanément dans les évêchés de Léon et de Tréguier : dans l’évêché de Léon, après la domination de Rennais, un local s’impose en la personne de Charles Jouhan. Il en est un peu de même dans l’évêché de Tréguier où les morlaisiens Derien et Kermelec parviennent un temps à s’affirmer.

125La mort de la duchesse a créé de toute façon une situation plus ouverte, marquée notamment par le retour des non-originaires et par une modification des équilibres entre les Bretons. De ce fait, certains d’entre eux perdent, avec des décalages dans le temps, le contrôle de leur évêché : c’est le cas des Cornouaillais (François Guillart est remplacé par Gilles Lesné), des Vannetais (Dessefort puis Cosson succèdent aux Pineau), des Rennais (Bernard Tregouet succède à Michel Thierry), des Léonards (après Charles Jouhan). Cette évolution révèle des dynamismes différents, où l’affirmation des milieux nantais est encore le phénomène le plus remarquable : ils n’ont jamais réussi à assurer la perception du fouage de leur évêché du fait de la concurrence des Français ; à partir des années 1520, leur essor est considérable dans le reste de la Bretagne. Ils s’imposent à Tréguier (d’abord avec Jean Hux puis, après l’intermède Barbillon, avec Perruguet, Geslin puis Le Lou), dans l’évêché de Dol avec Jean Rocaz à partir de 1544, en Cornouaille et à Saint-Malo, avec les Avril. Si on fait le bilan, trois évêchés n’ont presque jamais été contrôlés par des locaux : il s’agit de Dol, Saint-Malo, Tréguier. Les milieux nantais ont compensé la perte de leur évêché par une expansion dans les autres évêchés. Les financiers de l’évêché de Saint-Brieuc ont fait preuve d’une résistance étonnante. Léonards, Rennais et Vannetais ont connu un recul certain sur l’ensemble de la période.

  • 188 Même s’il faut être prudent dans la mesure où, dans quelques cas, on ne connaît que le nom du prin (...)
  • 189 Seule la famille Chevalerie parvient à rompre ce quasi-monopole.

126L’intégration de la Bretagne à la France a eu pour conséquence d’accentuer la différence, pour le recrutement des financiers, entre Bretagne occidentale qui ne fournit qu’une part faible des effectifs et Bretagne orientale. Au sein de celle-ci, l’importance de Rennes décroît. Vannes maintient ses positions grâce au poids de la tradition. L’évêché de Nantes connaît une progression à tous les niveaux et la ville de Nantes, favorisée par l’implantation des principales institutions, s’impose comme la véritable capitale financière de la province. Un dernier élément vient confirmer cette domination nantaise : c’est celui de la ferme de la prévôté de Nantes (cf. annexe n° 4). Nous avons indiqué précédemment que ceux qui prenaient cette ferme faisaient partie des financiers les plus aisés du duché. Leur évolution est donc le reflet de la modification des rapports de forces entre les différents pôles de la province188. Jusqu’à la moitié des années 1520, l’origine géographique des fermiers est contrastée. On y trouve des Rennais (les Thierry), des Nantais (avec Abel Courtais), des Cornouaillais (avec François Guillart, Pierre Lonoré), des Vannetais (avec Jean Pineau, Jean Tregouet, Pierre Cosnoal). Toutes les régions qui comptent sont représentées. Après, la domination nantaise est presque sans partage189 : elle voit les mêmes familles s’associer ou se relayer dans le contrôle de cette ferme – les Durant-Bretin, Les Le Lou, les Jallier... –, familles qui partent ensuite à la conquête des recettes du fouage et des charges secondaires et dont on retrouve des représentants ou des descendants à la tête des principales responsabilités financières en Bretagne dans la seconde moitié du siècle.

Notes

1 Gabriel Miron, originaire d’Espagne, habitant à Tours, médecin de la reine Anne et qui de ce fait obtient un siège de maître à la Chambre des comptes de Bretagne doit-il être considéré comme étranger, Tourangeau, ou comme « Breton » ?

2 Il n’existait pas de lettres de naturalité pour les officiers de finances. Seuls les candidats à des bénéfices ecclésiastiques devaient en obtenir.

3 Il faut relever la grande capacité des étrangers – au sens large du terme – à s’intégrer, qu’il s’agisse des Espagnols ou des Italiens arrivés à Nantes au cours du xve siècle, dont on retrouve peu de temps après des représentants dans les différentes administrations bretonnes et liées aux familles financières locales. C’est le cas des Rocaz, des Harrouys, des Darande.

4 La situation est comparable pour les Bohier, receveurs ordinaires de Brest, dont le père Robert arriva probablement en Bretagne vers 1491-1492 et qui s’implanta, permettant de considérer ses fils comme originaires du duché.

5 Cf. notice n° 461. Tous ces personnages, partagés du fait de leurs alliances ou de leurs biens, entre la Bretagne et les provinces voisines ont joué un rôle important dans l’intégration du duché au royaume, rôle qui mériterait d’être étudié de manière plus approfondie.

6 Un même individu a pu être compté plusieurs fois s’il a occupé des charges dans des domaines différents : ainsi Jean François de Cardonne a-t-il été compté deux fois puisqu’il a été général et président des comptes ; à l’inverse, à la Chambre, un même individu n’a été comptabilisé qu’une fois même s’il a connu une promotion comme Gilles de Commacre qui a été successivement secrétaire, maître et second président.

7 J. Kerhervé avait repéré 17 étrangers pour la période 1365-1491 totalisant 28 fonctions soit 1,7 % du total des fonctions, J. Kerhervé, op. cit., t. II, p. 711.

8 Si l’on prend en compte le temps d’exercice et non plus le nombre de titulaires, on constate que, sur une période de 55 années, la charge a été exercée pendant 30 ans par deux Bretons : Lespinay, Parajau – auxquels ont peut adjoindre Olivier Harrouys dont la famille était implantée à Nantes depuis la fin du xve siècle.

9 Quelques incertitudes sont à mentionner, notamment pour Jean Bruneau, receveur de Quimperlé et Camoët dans les années 1520 – il avait pour commis Jean Le Baud. On ne trouve pas de traces de lui par ailleurs dans le duché.

10 Nous avons distingué cinq périodes : 1492-1498, 1499-1514, 1515-1524, 1525-1540 et 1541-1547.

11 Les trois receveurs du fouage bretons, Julien Rivault dans l’évêché de Tréguier, Bertault (un doute existe toutefois sur l’origine de celui-ci) dans l’évêché de Saint-Brieuc et Jean Langlois dans l’évêché de Saint-Malo, sont remplacés par des receveurs français, Pierre Le Royer dans le cas du premier, Jean Régnier dans le cas du second, Laurent Budé dans le cas du troisième. Rivault était d’ailleurs déjà associé à Le Royer.

12 La seule génération qui n’a pas réussi à se perpétuer est celle des receveurs arrivés en Bretagne sous Charles VIII.

13 Il reste en charge jusqu’à sa mort fin 1516-début 1517.

14 Cf. notice n° 300. Il était clerc de l’hôtel du roi.

15 Cf. notice n° 410.

16 Ils étaient originaires d’Anjou.

17 Voir supra, p. 212 et suivantes.

18 On pourrait faire la même remarque pour le payeur du Parlement dont le titulaire a toujours été un non-originaire. Ce qui révèle l’importance accordée par le roi à cette institution où il a fait entrer dès le départ des non-originaires. L’habitude a été ainsi prise, dès 1495, de nommer un premier président français – le premier a été Jean du Ganay. Pour les autres charges, la proportion a varié : en 1495, sur 10 conseillers laïques, six étaient Bretons, sur huit conseillers ecclésiastiques, cinq étaient Bretons, Lalande de Calan, La Bretagne et les Bretons au xvie siècle.

19 Dans le cas de la Bourgogne, dès 1517, les locaux ont repris le contrôle de la trésorerie générale et ne l’ont plus perdu par la suite. Pour les généraux, la régionalisation s’est produite plus tardivement et n’est intervenue qu’en 1543, Hamon, op. cit., t. II, p. 811.

20 Il a choisi logiquement ses subordonnés en dehors du duché.

21 Il s’appuyait en partie sur un personnel recruté localement.

22 Cf. notice n° 322.

23 Un maître avec Guillaume de Beaune, un secrétaire avec Jean de La Rue et le payeur avec Tanguy de la Gaubertière.

24 Un parallèle peut être fait symboliquement entre le règne de Charles VIII et la deuxième partie du règne de François Ier grâce aux La Rue. Jean, le premier membre de cette famille a fait son entrée à la Chambre en 1492 alors que l’autre, Marc – c’était sans doute son fils – y est devenu maître en 1526, cf. notices n° 387 pour Jean et 443 pour Marc.

25 Voir supra, p. 213.

26 Le Flo/Commacre, Marec/Commacre, Cardonne/Leclerc, Tissart/Viart, Mandart/Dalesso, Lonoré/Dessefort.

27 Cf. dernière partie.

28 Il ne faudrait pas faire une lecture trop simpliste des nominations. Quand Marc de La Rue est institué maître à la Chambre en 1526, il est sous le coup d’une suspension pour sa charge d’argentier du roi. Cette nomination constitue donc pour lui une solution de rattrapage. En le laissant prendre cette charge – sans entrer dans l’évocation des protections dont il pouvait bénéficier –, le pouvoir pouvait ainsi garder prise sur lui, son office pouvant servir le cas échéant de valeur sur laquelle obtenir paiement de ce qu’il devait. Il pouvait aussi être un moyen pour l’inciter à faire preuve de zèle. Il a été rétabli dans sa charge d’argentier en 1528, mais il ne semble pas l’avoir exercée par la suite.

29 A sa mort, le personnel de la Chambre est constitué presque totalement de Bretons à l’exception du payeur, Nicolas Duval.

30 On retrouve, sur le plan du symbole, le même mimétisme dans l’itinéraire suivi par le roi lors de son voyage de 1518. Il a emprunté le même parcours que les ducs et qu’Anne de Bretagne lors de son Tro Breiz de 1505. Le voyage de 1532, signe de l’évolution, se résume, quant à lui, à un long séjour à Châteaubriant.

31 On peut faire un parallèle avec 1 évolution du recrutement des évêques, notamment dans l’évêché de Rennes. Au début du xvie siècle, les évêques étaient tous des proches de la maison ducale, qu’il s’agisse de Michel et Robert Guibé, neveux de Pierre Landais, ou d’Yves Mahyeuc, confesseur de la reine Anne. Après la mort de ce dernier en 1541, sur les neuf évêques qui se sont succédé jusqu’en 1676, deux seulement furent Bretons (Alain Croix, L’âge d’or de la Bretagne, 1532-1675, Rennes, 1993, p. 38). La même évolution pourrait être constatée pour l’évêché de Nantes où Anne a imposé, après des années d’attente sous Charles VIII, la nomination de Guillaume Guéguen comme évêque en 1499.

32 Le retrait de Guy de Tours a cependant permis à un Breton de s’imposer à nouveau dans les années 1530 avec Robert Main.

33 Entre la fille du premier titulaire, Jean Régnier, et Gilles Carré, fils de Michel, apothicaire de la reine. C’est le seul cas d’union que l’on connaisse entre un Tourangeau et un Breton à cette époque.

34 Il est possible d’ailleurs qu’elle n’ait pas eu le choix dans la mesure où tout ce qui concernait la justice relevait de la souveraineté royale.

35 Limites volontaires ou imposées. On retrouve le même phénomène à la chancellerie. Après le décès du vice-chancelier Guillaume Guéguen en 1506, c’est l’influence tourangelle qui s’impose avec Jean Berthelot. Pour la généalogie de celui-ci, cf. Lapeyre et Scheurer, op. cit., t. II, pl. XIII.

36 Dans lequel nous comprenons les présidents et les maîtres.

37 Les premiers présidents non originaires sont Jean François de Cardonne, Clérembaut Leclerc et Cosme Clausse.

38 Il s’agit de Raoul Calvy et de Gilles de Commacre.

39 Cf. supra, p. 91 et suivantes.

40 Son acte de nomination précise, en plus des arguments habituels, que l’office de premier président lui est donné « en consideration de plusieurs bons et agreables services qu’il nous a par cy davant faitz tant à l’exercice de sondit estat et office de tresorier et receveur generalde nosdites finances que autrement en plusieurs manieres, voulans nous servir de luy en estat et office honorable », ALA B 51 f° 345.

41 On n’a pas tenu compte des commissions de réformation du domaine qui ont fait appel à tous les membres de la Chambre.

42 C’est le règne que l’on connaît le mieux.

43 Les participations de ces différents personnages à des commissions sont les suivantes :
- Gilles de Commacre : commis à la place du général en 1529 (ALA B 51 f° 352), commis pour les fiefs nobles en 1535 (O.R.F., t. VU, notice 693, p. 22-226), commis pour estimer la valeur des terres de Penthièvre en mai 1536 avec le s’ de Longueval (ALA B 52 f° 103-105), commis pour inspecter les fortifications de Bretagne en 1538-1539 avec le s’ de Fontaines (C.A.F., t. III, 10989, p. 762). Commissaire aux États en 1527, 1531, 1534, 1540 ;
- Marc de La Rue : a fait partie de la commission chargée de recevoir les deniers de la trésorerie générale (mention du 14/12/1538, ALA B 573 f° 206), commis en 1537 avec Bullioud pour faire l’estimation des terres du comté de Penthièvre, commis avec Gilles de La Pommeraie pour ferme de la prévôté en 1540-1541 ;
- Jacques Viart ; commis pour la gabelle en 1542 (il a bénéficié, en outre, d’une pension de 120 l. en avril 1541 pour services rendus, ALA B 52 f° 218) ;
- François de Kermenguy : membre de la commission pour percevoir les deniers de la trésorerie générale, associé à la commission Le Rouge (mention le 3/07/1531, ALA B 568 f° 169), membre des commissions pour les fiefs nobles en 1535, pour aliéner le domaine à 10 % en 1537 avec Pierre Marec (ALA B 52 f° 124-125) ;
- Hervé du Quelenec : associé à la commission Le Rouge ;
- Gilles de La Pommeraie : membre de la commission pour lever les deniers de la trésorerie en 1532, pour terres nobles en 1535, pour percevoir emprunt de 40 000 écus en 1543, pour ferme de la prévôté de Nantes en 1540-1541 (ALA B 574 f° 111), commissaire pour auditionner les comptes pour travaux de La Vilaine, commissaire aux États de 1543 (Lalande de Calan, Documents, op. cit., p. 113) ;
- Pierre Cosnoal : il a été associé essentiellement à la commission Le Rouge.

44 Son acte d’institution fait précisément allusion aux services rendus à la vérification et élucidation « d’aucuns abbus faitz par le passé en noz finances que autrement en plusieurs manières », ALA B 52 f° 30-31.

45 Cf. notice n° 461.

46 Avec l’affaire Penthièvre dont s’est occupé Marc de La Rue, mais elle revêtait incontestablement une dimension politique.

47 Les personnes précédemment citées – Kermenguy, La Pommeraie... – ont continué, une fois entrées à la Chambre, à être employées dans les commissions. Cela n’a été qu’une confirmation de la confiance qui leur était accordée.

48 ALA B 568 f° 66 ; il joue aussi le rôle d’intermédiaire pour faire entériner les donations royales. Le 8 mai 1531, Antoine de Brigneux présente des mandements lui confirmant le don du revenu d’Auray après la mort éventuelle de sa femme. La Chambre n’accepte d’entériner le don qu’après avoir lu les lettres écrites par Gilles de Commacre auquel, précise le greffier, « le roy a decleré qu’il vieult icelles lettres estre entherinees », ALA B 568.

49 ALA B 51 f° 352.

50 L’importance de son rôle est confirmée par une lettre de Guy XVI à Montmorency – elle a été écrite entre 1526 et 1530 : « mon frère, j’ay trouvé ci monsieur de Châteaubriant et messieurs les presidens de Bretagne qui avons devisé ensemble des affaires dudit pays et advisé qu’il estait bon d’en faire entendre quelque chose au roy, que j’escry à messieurs Beauverger et de Comacre, pour vous en advenir, afin de le dire audit sr, si voyez qu’il soit bon. Ce que j’en dy n’est synon pour la peur que j’ay de ne povoir faire selon l’intention du roy », Broussillon, op. cit., document 2315.

51 Il a significativement remplacé Jean Parajau, devenu indésirable à la Chambre des comptes.

52 Un document présentant une série de remontrances des États à Anne de Bretagne au début du xvie siècle – document qui reprend partiellement des revendications des gens des comptes – fait l’éloge de Nicolas Duval dans la perception des restes soulignant « qu’il en a plus fait en ung an en vertu d’un rolle qui lui a esté baillé que n’a esté fait en vingt », ALA E 128/19.

53 Cf. notice n° 359.

54 Dans la deuxième moitié du xvie siècle, cette disharmonie prendra fin en raison de la prise de contrôle de la recette générale par des familles bretonnes dont beaucoup ont commencé leur ascension dans cette première moitié du xvie siècle. Mais le regroupement des fermes permet alors aux éléments extérieurs de s’imposer. En 1583, la recette des impôts et billots est réunie dans une même ferme qui est baillée non plus par les États mais par le conseil du roi. Ces deux changements permettent à un bourgeois de Paris de l’emporter, ALA B 12 871.

55 A.N. KK 85 P 50, il cumula significativement le contrôle général de Bretagne avec celui de la maison de Renée, BN Nouv. acq. 9175 f° 605.

56 Celui-ci était aussi valet de Chambre du dauphin Henri.

57 On pourrait dire la même chose pour les Bretons.

58 Qui lui était apparenté : la femme de Croquesel s’appelait Anne Augier.

59 On ne sait si celui-ci était de la même famille que le précédent mais une logique de transmission non bretonne s’est maintenue.

60 C’est aussi le cas des aides dans les années 1520 voire des payeurs des gens des comptes.

61 Les grands officiers n’ont pas à être pris en considération car ils sont venus avec leurs propres « collaborateurs » : Olivier Barraud pour Thomas Bohier, Guy Prevost et Noël Barbillon pour Palamède Gontier.

62 Loin de nous l’idée selon laquelle seuls les officiers français avaient recours à des commis. C’était bien entendu une pratique générale. La situation des officiers français était tout de même originale car cette pratique les mettait en relation avec des « financiers » bretons ; elle permet aussi de définir le lien qu’ils entretenaient avec la Bretagne.

63 ALA E 156/31.

64 Il faut signaler les exceptions de Noël Hays, commis de Michel Cosson – mais Hays, d’origine poitevine, était bien implanté à Nantes –, de Gilles Davy, commis d’Audebert Valton, receveur des fouages dans l’évêché de Nantes (les deux hommes étaient parents), d’Antoine Dessefort, commis d’Etienne Tissart. Des incertitudes demeurent pour Toussaint Chambellan, commis de Jean Croquesel au paiement des gens du parlement, pour Guillaume du Lyon, commis de Jean Sachet. On ne trouve qu’un non-originaire, commis d’un officier breton : il s’agit de Noël Hays, commis de Jean Avril au paiement des gens des comptes.

65 ALA B 27 f° 33. Situation similaire pour Jean Régnier à la recette des fouages de Saint-Brieuc qui a hérité des commis de son prédécesseur Philippe Bertault, à savoir Alain Le Forestier et Jean de Langan, ALA B 575 f° 36.

66 Guillaume Harrouys, commis d’Etienne Tissart au paiement des gens des comptes, a fait rédiger un acte par lequel il était dit qu’il n’avait à rendre compte qu’à Tissart et qu’il n’était donc pas comptable devant la Chambre de Nantes, ALA B 12 838 f° 471.

67 Jean Sachet passa un contrat de commission pour neuf années, commençant le 15 novembre 1537, avec Jean Avril : c’est ce dernier qui dut présenter des cautions au général des finances, ALA B 12 838 f° 473.

68 Comme le fait remarquer Bernard Chevalier « même en se tuant à la peine, aucun marchand ne pourrait atteindre un tel gain ; aucun rentier ne dispose d’un capital aussi bien placé », B. Chevalier, op. cit., p. 439.

69 Cf. notice n° 37. Après la mort de Pineau, Augier continua à être inquiété pour les comptes qu’il n’avait pas rendus. Il obtint finalement d’être subrogé dans ses biens pour faire face à son passif.

70 Le comportement de Parajau est incontestablement original. Il semble bien avoir été le seul premier président à honorer la Chambre d’une présence aussi active. Cela s’explique en partie par les conditions dans lesquelles il a accédé à cette charge, qui n’a pas été pour lui une promotion mais une compensation après la perte de la trésorerie générale.

71 Le taux d’absentéisme de Jacques Hubert, qui est impressionnant, ne paraît pas traduire la réalité : d’abord parce qu’il possédait un domicile jouxtant la Chambre des comptes, et ensuite parce qu’il était greffier, ce qui explique peut-être pourquoi il n’a pas systématiquement mentionné sa présence. Pour Maydo en 1529-1530, le chiffre n’est pas non plus significatif puisqu’il a résigné son office en faveur de Jean Boulomer et que son taux de présence n’est évalué que sur la seule ouverture a laquelle il a assisté.

72 Nous mettons à part Antoine Dessefort, lui aussi non-originaire, qui était à cette date bien implanté dans le duché. Son taux de présence s apparente d’ailleurs à celui des secrétaires bretons et est supérieur pour les deux années à 50 %.

73 Remarque similaire pour Gilles de Commacre.

74 Exemption du fouage pour dix ans pour les habitants de Châteauneuf le 15 novembre 1529, entérinement du don du revenu de Rennes au comte de Laval le 16, de lettres de naturalité pour Michel Marques le 22 novembre, du don de Jugon au sr du Plessis-Bordaige le 2 décembre.

75 Voir supra, première partie, p. 95-96.

76 Mais pas eux seuls : ce sont Pierre Lonoré et Alain Mandart qui se sont opposés à l’entérinement du mandement de 1527. L’absentéisme touche en fait tous les officiers qui cumulent trop de charges.

77 ALA B 568 f° 59.

78 Le 7 juillet 1532 – ALA B 568 f° 215 – un ordre similaire était donné à Guillaume Harrouys, commis d’Étienne Tissart, de payer les gages de Gilles de Commacre, de Marc de la Rue, de Jacques Viart et d’Alain Mandart malgré leur absence pendant 21 jours et malgré l’ordonnance de la Chambre du 12 novembre 1532 concernant les défaillants pendant les ouvertures, ALA B 568 f° 215.

79 La situation n’a pas beaucoup changé par la suite. Ainsi le 20 octobre 1557, quand plusieurs membres du Parlement viennent à Nantes pour juger les appels faits dans le domaine financier, ils découvrent une Chambre quelque peu fantomatique : seuls cinq membres sont présents. Les autres sont soit à la Cour, soit malades, ALA B 580 f° 212-213.

80 La décision de la Chambre est ainsi formulée : « mais néanmoins ledit appel, le procureur du roy a demandé que par nous gens des comptes non recusez, il eust esté fait droit pour la provision par luy demandee remontrant qu’il y a nombre suffisant pour en faire décision sans comprandre lesdits récusez et luy a esté repondu que l’on fera justice entre les parties sur les produitz qui seront trouvez », ALA B 576 f° 171-172, 17 mai 1548.

81 En octobre 1537, Jacques Viart est excusé pour n’avoir pas été présent lors de l’ouverture de la Chambre pour s’être occupé de l’exécution de la saisie sur les biens de Charles Luillier en France, mention du 30 octobre 1537, ALA B 571 P 369. Le 16 octobre 1550, la Chambre donne ordre à Florimond Le Charron de payer à Jean Dalesso 105 l. 4 s. pour 46 journées passées à la cour pendant la clôture « pour faire remontrance au roy et à son conseil privé d’aucunes affaires deladite Chambre » – dont les appels faits des jugements qu’elle a rendus –, ALA B 577 f° 17.

82 Jacques Viart a été, à la même période, chargé de transmettre à la cour des lettres de la Chambre concernant le comté de Penthièvre, ALA B 570 f° 109. Les maîtres des comptes français sont également utilisés pour aider le personnel de la Chambre à démêler les problèmes de coutume lors des poursuites contre les héritiers des officiers non onginaires.

83 Mention du 21 juin 1547, ALA B 576 f° 53-54.

84 Cf. infra, p. 307. Le 27 juin 1531, alors que la commission Le Rouge est en pleine action, la Chambre s’adresse au second président, Gilles de Commacre, pour se faire entendre du roi : « a esté par deliberation prinse au Bureau ordonné estre escript lettres à msgr le chancelier et à msgr le second president de ceans, quelles lectres ont esté faites, veues et baillees à me Antoine Dessefort pour les envoyer », ALA B 568.

85 En juin 1549, la Chambre présente une requête au roi « pour le supplier de donner quelques sommes sur les deniers casuels pour ayder à tenir la table » et ordonne « qu’elle sera baillee à Me Martin Chauvrais, maistre des comptes, pour suyvre à la court l’expedition et sera escrit à madame de Viennois, à monsieur le connetable, à monsieur de Saint-André, à monsieur de Marchaumont et aussi à monsieur le second president », ALA B 576 f° 150.

86 Cela s’est manifesté dès le règne de Louis xii : quand vers 1500-1502, la Chambre envoie une délégation auprès de la reine pour lui suggérer des remarques touchant l’administration du domaine, sur les trois délégués qu elle désigne, un est Français, en la personne de Guillaume de Beaune. Les deux autres étaient Yvon Maydo, sr de Tréduday, et Olivier de Lanvaux, sr de Beaulieu, ALA E 128/17.

87 Parmi lesquels, on relève la présence d’un seul étranger : il s’agit de Jean François de Cardonne.

88 La prédilection de la reine pour ces deux régions est confirmée par le lieu d’émission des actes : sur 48 actes délivrés par elle entre 1498 et 1513 – mention dans les livres des mandements royaux, ALA B 51 – 21 ont été donnés à Blois, 8 dans la région tourangelle – Tours, Plessis-lès-Tours, Montils-lès-Tours – 4 à Amboise, 4 à Lyon et 5 seulement en Bretagne – Nantes en 1498 et 1505, Quimper en 1505. Trois autres ont été délivrés dans des lieux aussi différents qu’Étampes, Châteauneuf ou la Bérelle.

89 Cela a été le cas de Thomas Bohier, de Cardonne, de Gabriel Miron, maître à la Chambre des comptes de Nantes en 1515.

90 Il s’agit de Michel Moysan.

91 Notamment Jacques Viart en 1527.

92 Jean Dalesso puis, plus tardivement, Phélypeaulx.

93 Elle est due à l’influence de l’amiral Chabot qui, en dehors de son rôle au conseil, détenait la charge d’amiral de Bretagne et de Guyenne.

94 Adrien Augier, payeur du Parlement et Audebert Valton, receveur des fouages dans l’évêché de Nantes.

95 Elle est restée le siège des cours souveraines. Nombre de parlementaires parisiens ont été choisis pour faire partie des Grands Jours de Bretagne, ce qui peut expliquer que le payeur des gens du Parlement, notamment Adrien Augier, ait été recruté dans la capitale.

96 On remarque tout de même que les grands officiers qui exercent en Bretagne dans les années 1530-1540 possèdent des biens en Île-de-France : cela est le cas de Cosme Clausse voire même d’Antoine Bullioud, cf. notices n° 462 pour Cosme Clausse et n° 5 pour Bullioud.

97 En 1490, Anne de Bretagne fit mettre en gage des bijoux qui avaient été achetés par son père à Jean de Beaune, cf. Rozenn Le Bourhis, Transcription et étude du registre des lettres scellées à la Chancellerie de Bretagne en 1489-1490, mémoire de maîtrise, 1992, t. I, notice 791.

98 En avril 1490, Jacques de Beaune obtenait une obligation de 2 000 écus sur Guillaume Guéguen pour lui avoir fourni des draps d’or et de soie, R. Le Bourhis, op. cit., t. I, p. 169. Les Beaune prêtaient de l’argent au même : en 1510, Jacques de Beaune cherchait encore à s’en faire rembourser, ALA B 19 f 69.

99 Guillaume de Beaune dut jurer en 1481 sur la croix de Saint-Laud d’Angers de cesser toute relation avec le trésorier de Bretagne, Pierre Landais – Spont, op. cit., p. 7 ; le même auteur développe des anecdotes illustrant les rivalités entre Louis XI et François II, rivalités qui eurent pour intermédiaires les Beaune. Spont, op. cit., note 5, p. 7.

100 Spont, op. cit., note 6, p. 80-81.

101 Tours fabriquait des armures à l’italienne, des armes blanches mais aussi de l’artillerie. Elle était par ailleurs l’un des marchés d’importation de harnais, Chevalier, op. cit., p. 241 ; le même auteur n’hésite pas à écrire que Tours était au premier rang de 1 industrie de guerre française, op. cit., p. 266.

102 ALA B 13 f° 85, mais il avait exercé cette charge précédemment sous François II.

103 Cf. notices nos 28 et 29.

104 Les Ayrolde s’étaient implantés à Angers autour de Charles d’Anjou dans les années 1430. Ils avaient développé leur activité a Tours à la fin du règne de Charles VII, Chevalier, op. cit., p. 231.

105 Jacquemyn Ayrolde était de surcroît apparenté aux grandes familles tourangelles puisqu’il avait épousé Perrine Briçonnet, sœur du premier maire de Tours.

106 Lors de la conquête de la Bretagne, l’idée de richesses à conquérir n’était pas totalement absente comme en témoigne cet extrait d’une lettre de l’amiral de Graville à La Trémoille en mars 1488. Par un parallèle avec les opérations menées au même moment à Liège, il l’incite à accélérer les opérations en Bretagne en lui faisant miroiter les profits à réaliser : « le Roy vous escript des nouvelles du Liege, et j’ay parlé à ung homme qui estait present à la prinse de ladite ville qui dict en effect que ceulx qui l’ont prinse sont riches à jamais, Correspondance de Charles VIII et de ses conseillers avec Louis II de la Trémoille pendant la guerre de Bretagne, 1488 », Geneve 1978, p. 15.

107 On peut y rajouter tous ceux qui ont contribue à approvisionner les armées royales de 1488 à 1491. Dans le compte de l’artillerie de Charles VIII pour les années 1489-1491 – A.D. I-et-V. 1 F 1126 –, on voit que les principaux fournisseurs, notamment d’arcs, étaient originaires de Tours, du Mans, d’Angers, d’Orléans. On y relève les noms de Robert Lasnier, de Jean Langlois, noms que l’on retrouve ensuite parmi les receveurs, sans qu’il soit possible d’établir un lien précis entre ces différents personnages.

108 Cf. Lapeyre et Scheurer, Les notaires et secrétaires du roi, notice 32, p. 20-21.

109 L. et S., op. cit., notice 236, p. 124.

110 B.N. fr. 8310 f° 174.

111 111. Un dénommé Florimond Fortier, notaire et secrétaire du roi, était commis en 1489 à tenir le compte et faire le paiement des frais pour l’artillerie en Bretagne, A. D. I.-et-V. 1 F 1126 ; l’un de ses fils se prénommait lui aussi Florimond : il est peut-être identifiable avec le personnage du même nom qui fut par la suite contrôleur général de Bretagne, Lapeyre et Scheurer, op. cit., notices 262-263.

112 Il y a eu une circulation naturelle entre les maisons d’Anne et de Claude et nombre de gens qui avaient été employés par la première ont trouvé, après sa mort, une responsabilité auprès de sa fille. C’est logiquement que Cardonne en 1515 a repris du service comme maître d’hôtel de Claude.

113 Acte du 26 mai 1526, ALA B 51 f° 300.

114 Cf. notice n° 444.

115 Il était valet de chambre ordinaire du dauphin et du duc d’Orléans, ALA B 52 f° 234.

116 ALA B 52 f° 279-280.

117 Il était vicomte et receveur ordinaire de Gisors, terre qui faisait partie des domaines de Renée, C.AF., t. II, p. 180, 4736. Guillaume Barthélémy a exercé conjointement l’office de contrôleur de Bretagne et celui de la maison de Renée.

118 On a vu précédemment que Gilles de Commacre avait bénéficié de son appui pour être payé de ses gages de président de la Chambre malgré ses absences.

119 Il était secrétaire de Louise de Savoie et servit, en 1529, d’intermédiaire entre elle et la régente des Pays-Bas, Lapeyre et Scheurer, op. cit., notice 38, p. 23-24.

120 ALA B 52 f° 27-28.

121 ALA B 53 f° 16. Il devait également être apparenté à Cosme Clausse.

122 C’était une attitude générale comme le montre l’exemple de Jacques de Beaune qui servait Anne de Bretagne et qui rendait des services à Louise de Savoie.

123 Voir supra, p. 227-228.

124 En 1505, Jean de La Rue se disait âgé de 40 ans, renseignement dont on peut déduire qu’il devint secrétaire des comptes à 27 ans.

125 Présent à la Chambre des comptes de Bretagne en 1511, il se faisait toujours appeler trésorier de Bretagne.

126 Cas extrême avec Alexandre Dessefort à la trésorerie de l’Epargne.

127 C’est le cas de Guillaume Barthélémy au contrôle général.

128 Exemple d’Adrien Augier, victime de l’accentuation du contrôle dans les années 1530, cf. notice n° 37.

129 On devine parallèlement ses efforts pour élargir ses activités : il a tenté vainement de succéder à Etienne Tissart, comme payeur des gens des comptes.

130 Il est, en même temps, commis au paiement des mortes-payes de la place de Conq et au paiement des réparations des places de Conq et de Brest.

131 Il y a retrouvé son gendre, Jean de Beaucouche, époux de sa fille Marie et secrétaire de Jean Briçonnet.

132 On aurait pu citer également l'exemple d'Antoine Dessefort, cf. notice n° 410.

133 Guy de Tours fut ainsi fermier des billots dans l'évêché de Dol en 1522, 1523, ALA B 573 f° 33.

134 En 1548, il recevait une commission pour aliéner le domaine à Blois, Tours et Poitiers mais il demanda peu de temps après à en être déchargé.

135 Jean Dalesso : 16 as, Jacques Viart : 21 ans, Marc de La Rue : 16 ans.

136 Phélypeaulx : 8 ans, Tissart : 7 ans, Chauvrais a résigné son office à survivance en faveur de son fils.

137 Cela ne s’est pas fait uniquement dans le domaine financier. Une piste mériterait d’être davantage explorée ; c’est celle des milieux judiciaires. Des descendants des familles de financiers venues en Bretagne après 1491 ont peuplé le nouveau parlement créé en 1554 : c’est le cas notamment des Viart, des Lasnier, de Clausse, de Fortia voire de Duval.

138 Cf. notice n° 435.

139 ALA 13 JJ 6 f° 29.

140 Des familles tourangelles avaient des parents à Nantes. C’est le cas notamment des Tousselin. Pierre, receveur des fouages dans l’évêché de Nantes, avait pour piège et caution un individu portant les mêmes nom et prénom et qui était domicilié dans cette ville. Audebert Tousselin lui servait par ailleurs de commis.

141 Si l’on prend les exemples bretons, on sait que Jean-Baptiste de Servy avait acheté des maisons à Dol, évêché dans lequel il avait perçu le fouage, cf. notice n° 310– ; les membres de la Chambre possédaient fréquemment des biens à Nantes, sans y avoir pour autant leur résidence principale.

142 Ces biens revinrent ensuite à Philibert Tissart dont l’une des filles demeurait encore dans la maison que la famille possédait à Nantes dans les années 1570.

143 ALA B 579 f° 20.

144 Jean Hux le jeune fut commis de Dessefort à la recette ordinaire de Nantes ; A. Dessefort succéda à Jean Hux l’aîné à la recette ordinaire de Loyaux.

145 Au terme de la période, les Le Lou, qui prennent à plusieurs reprises la ferme de la prévôté de Nantes, sont alliés aux Phélypeaulx, originaires de Blois, cf. notice n° 372. On pourrait émettre l’hypothèse selon laquelle Nantes, en concentrant les principales administrations, a été, pour la Bretagne, la ville de l’intégration sur le plan financier en permettant la conclusion d’alliances entre originaires et non-originaires. Rennes, à partir de la création du parlement en 1554, aurait joué un rôle comparable sur le plan judiciaire.

146 Voir supra, p. 262.

147 Les historiens mentionnent deux personnages portant ce nom, l’un prénommé Gilles, l’autre prénommé Julien. Il est vraisemblable qu’il s’agit en fait d’une seule et même personne. Si l’on suit J. Kerhervé (Cat., t. III, notice 51, p. 669), Julien Rivault était receveur général de François d’Avaugour ; Raison du Cleuziou (« Gilles Rivault, maître d’hôtel du roi Charles VIII », Bulletin et Mémoire de la Société d’émulation des Côtes-du-Nord, t. LVII, 1922, p. 119-140), pour sa part, évoque un Gilles Rivault, qui occupait la même fonction. En outre, selon ces deux historiens, Julien et Gilles étaient sr de Kerisac : il y a donc de fortes chances pour que les deux individus n’en fassent, en réalité, qu’un.

148 J. Kerhervé, Cat., t. I, p. 38-40.

149 Raison du Cleuziou, Gilles Rivault, maître d’hôtel du roi Charles VIII, Bulletin et Mémoire de la Société d’émulation des Côtes-du-Nord, t. LVII, 1922, p. 119-140.

150 Cf. notice n° 18. Il avait épousé Jeanne Morin, sœur d’Agnès, femme de Victor Gaudin, Chevalier, op. cit., p. 313.

151 L’emploi de ces hommes n’est pas dû au hasard. Les souverains étaient très attentifs à l’origine géographique de leur personnel. L’exemple le plus connu est celui de Louis XI : outre son penchant à débaucher les serviteurs de ses rivaux – exemples bourguignons –, il favorisait la promotion de ceux qui pouvaient servir sa politique. Il nomma, François Perreau, modeste étudiant à l’université de Poitiers, greffier criminel au parlement de Paris, parce qu’il était originaire de Bretagne et que c’était un moyen de s’assurer sa fidélité, Harsgor, op. cit., t. IV, p. 2214.

152 Cf. supra, p. 22.

153 La trésorerie générale, la trésorerie des guerres, l’Épargne, l’Argenterie, le contrôle général. Nous n’avons pas considéré le personnel de la Chambre dont le sort a déjà fait l’objet de développements.

154 Son fils Antoine, sr de Bohurel, est membre de la Chancellerie bretonne sous le règne de François Ier.

155 Il a pris la ferme des ports et havres des diocèses de Cornouaille et de Vannes de 1494 à 1497, ALA B 573 f° 219.

156 La période 1488-1491 a suscité beaucoup de vocations sans lendemain parmi les receveurs du fouage. Le destin de ceux-ci est donc plus difficile à connaître, Kerhervé, op. cit., t. II, note 15, p. 707.

157 Vingt-deux receveurs sont dans ce cas. Il s’agit le plus souvent des receveurs qui étaient au service des grands seigneurs : Rieux ou Rohan.

158 Cas de Oliverit, de Alain de Quedillac : celui-ci demandait 700 l. pour déduction de son compte, ALA E 209/24.

159 ALA B 575 f° 212.

160 Ils sont au nombre de 12. Ce groupe se réduit à 10 si l’on ne prend pas en compte ceux qui étaient également en charge de grands offices.

161 Son cas s’apparente à ceux de Robert Millon et d’Alain Martin qui ont réussi à obtenir la trésorerie des guerres. Ils ont été admis tous deux, par la suite, à la Chambre des comptes.

162 D’autres receveurs reprennent la responsabilité de fermes municipales : il en va ainsi de François Daville, en charge de la ferme de la cloison des peaux à Rennes de 1493 à 1495, de Thomas Brullon, en charge de celle de la cloison des draps pour la même période, AM de Rennes, liasse 1059.

163 Celui-ci prit en charge la ferme des ports et havres dans l’évêché de Léon de 1491 à 1494 et celle des sècheries de Cornouaille, ALA B 121 f° 13-18.

164 Jean Parajau l’aîné demandait 7 112 l. 16 s. 4 d. pour déduction de ses comptes du fouage en 1489-1490 ainsi que 1 200 l. perdus quand il fut fait prisonnier.

165 ALA E 209/24 f° 11.

166 Son frère Michel conserve la recette ordinaire de Rennes mais il prend aussi la perception du fouage dans l’évêché. On le retrouve encore comme fermier de la prévôté.

167 ALA E 209/23.

168 11 perçut le fouage dans l’évêché de Léon en tant que commis de Jean Carré.

169 Cf. notices n° 399, 401 et 403.

170 Cf. J. Kerhervé, L’État breton, op. cit., t. Il, p. 800-801.

171 Exemples de Guillaume Bérard à Ploërmel, d’Olivier Larmor et d’Olivier du Tertre à Lannion.

172 Significativement, après avoir perdu ses offices, ce dernier se replie sur la charge de connétable de Rennes, ville qui était demeurée le point de référence constant de la famille.

173 Cf. notice n° 434.

174 Cf. notice n° 433.

175 Fourmont dans son Histoire de la Chambre des comptes.

176 Cf. notice n° 70 pour Saturnin Mahé, n° 78 pour Maupertuis, n° 156 pour Hervé Gérard, n° 132 pour Jean de Kergoët.

177 Un dénommé Pierre Avril était « physicien » du duc Jean V. Sa terre du Bot, en Nivillac, fut anoblie en 1433. Il est donc possible que les Avril, possessionnés eux aussi à Nivillac, aient été ses descendants. Nous remercions M. A. Gallicé pour nous avoir communiqué ce renseignement.

178 Ils sont associés avec d’autres receveurs par le système de pièges et cautions : Noël Hays, receveur de Léon, est caution et commis de Jean Avril pour le paiement des gens des comptes, Hervé Le Vestle, receveur du fouage dans l’évêché de Léon après Hays, est cautionné par les Avril. Jean Rocaz était marié à Michelle Avril.

179 Ils ont contrôlé les principales fermes que ce soit les fermes des ports et havres, des sècheries, des brefs ; la seule spéculation – de taille – qu’on ne leur connaisse pas, c’est la ferme de la prévôté.

180 L’acte d’anoblissement précise qu’il a rendu des services à la cause publique, sans qu’on sache précisément à quoi cela fait allusion. A la fin du règne de François Ier, l’ascension des Avril n’est pas terminée et l’un de leurs descendants a accédé à la présidence de la Chambre des comptes à la fin du xvie siècle.

181 Cf. notices n° 378 pour Pierre Pineau et n° 97 pour Jean Pineau le Jeune.

182 Nous avons laissé de côté les receveurs ordinaires qui, dans leur majorité, ont continué à être recrutés localement.

183 Les tendances se sont confirmées toutefois dans la seconde moitié du xvie siècle, notamment pour les trésoriers généraux qui ont été recrutés dans l’évêché de Nantes.

184 La part des autres zones est modeste : 1 pour Saint-Malo, 1 pour Saint-Brieuc.

185 Son cas peut prêter à discussion puisqu’il était originaire de la région d’Hillion dans l’évêché de Saint-Brieuc mais il résidait essentiellement à Nantes.

186 Tous les membres de la Chambre dont on connaît les biens possédaient des maisons à Nantes. Dans le rentier de 1536, on relève en effet, les noms de Jean de Plédran, de Jean de La Rivière, de Guillaume Loysel. On y apprend même que les Rennais Baud et Millon s’étaient associés pour faire l’acquisition d’un jardin.

187 Cf. J. Kerhervé, L’État breton, op. cit., t. II, p. 710.

188 Même s’il faut être prudent dans la mesure où, dans quelques cas, on ne connaît que le nom du principal preneur de la ferme.

189 Seule la famille Chevalerie parvient à rompre ce quasi-monopole.

Table des illustrations

Titre Tableau 32. Nombre des Bretons et des non-Bretons dans les différentes charges financières
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2124/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 257k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2124/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Titre Tableau 33. Nombre de non-originaires à la Chambre des comptes
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2124/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2124/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 207k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2124/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 178k
Titre L’ORIGINE GÉOGRAPHIQUE DES FINANCIERS NON ORIGINAIRES DE BRETAGNE 1490-1540
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2124/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 238k
Titre Tableau 36. Temps d’exercice des officiers français
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2124/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Titre LES ÉVÊCHÉS EN BRETAGNE
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2124/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre LE RECRUTEMENT DES COMPTABLES CENTRAUX
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2124/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 205k
Titre LE RECRUTEMENT DES OFFICIERS DE LA CHAMBRE DES COMPTES
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2124/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 171k
Titre LE RECRUTEMENT DES RECEVEURS DU FOUAGE
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2124/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 207k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540