Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Finances et politique en Bretagne

 | 
Dominique Le Page

Troisième partie. Le personnel des finances face à l'intégration: mutations et origines

Chapitre VII. Les mutations du personnel

Texte intégral

I. LA MISE EN ÉVIDENCE

1Pour traiter cet aspect, deux catégories de personnel seront successivement évoquées : les responsables de la perception des finances, les membres de la Chambre des comptes.

A. PRÉSENTATION

1. Tableau des changements

Tableau 26. Les mutations du personnel

Tableau 26. Les mutations du personnel

2. Remarques préliminaires

2Six moments ont été choisis comme point de référence. Les dates de 1491-1492, 1498, 1514-1515 et de 1540 correspondent à des changements dans le contrôle des nominations en Bretagne : à partir de 1540, par exemple, c’est le dauphin Henri qui est responsable de toutes les promotions dans le duché. Nous avons ajouté à ces dates celle de 1524 afin de savoir si le décès de la reine Claude a eu des répercussions sur le personnel et la période de 1528 à 1532 pour tenter de mesurer les effets des opérations de contrôle sur l’ensemble des officiers.

  • 1 Pour cet office, pas plus que pour celui de général, il n’a pas été possible de prendre en considé (...)
  • 2 Même si, à partir de 1498, ils durent rendre compte à la Chambre de Nantes.

3Nous avons distingué quatre catégories de financiers : la première est celle des grands officiers. Nous y avons compris les trois principaux : le général, le trésorier et receveur général et le contrôleur général1. Nous n’avons pas tenu compte dans notre corpus des grands officiers des hôtels d’Anne et de Claude voire d’Henri dans la mesure où leur charge les amenait à utiliser des fonds prélevés dans l’ensemble du royaume et où ils n’exerçaient pas directement leur activité dans le duché2. Dans une seconde catégorie, nous avons réuni des charges que nous avons appelé secondaires : les payeurs spécialisés (conseil, parlement et États), le receveur des aides, le général des monnaies et les trésoriers de l’Épargne et des mortes-payes. Bien qu’elles soient différentes, tant par les sommes manipulées que par leur évolution, ces charges peuvent être regroupées car elles présentent selon nous un caractère honorifique, soit par les contacts qu’elles permettaient de nouer, c’est le cas des payeurs du conseil ou du Parlement, soit par leur passé comme la trésorerie de l’Épargne ou à un moindre degré celle de la guerre, devenue trésorerie des mortes-payes, ou la charge de général des monnaies.

  • 3 Cas notamment de Paubert dans l’évêché de Dol ou de Charles Jouhan en 1518 dans l’évêché de Léon.
  • 4 Cas par exemple de Gilles Davy dans l’évêché de Nantes en 1535.

4Plus classiquement ensuite, les deux derniers groupes ont été constitués par les receveurs ordinaires et par ceux du fouage. Les commis n’ont pas été pris en compte même si, dans certains cas, ce sont eux qui faisaient l’essentiel du travail et que c’est à eux que la population avait à faire. Deux exceptions à cette règle ont été faites : pour les commis des trésoriers généraux3, pour les commis qui ont fait la perception des deniers pendant la suspension du receveur en titre4.

  • 5 Cela semble le cas de Jean Hagomar, receveur de Fougères qui est décédé vers 1498, ou de Clément C (...)
  • 6 Si l’on reprend le cas de Clément Collet, il a été significativement remplacé par Pierre Avignon p (...)

5Les changements ont été, dans chacun des cas, établis par rapport au dernier titulaire de l’office connu avant le changement de souverain. Nous sommes conscient que tous ceux qui ont été relevés n’ont pas une égale signification et que certains d’entre eux sont imputables à la mort du titulaire de l’office, mort qui a pu coïncider, dans quelques cas, avec une date choisie comme point de référence5. Il n’a pas toujours été possible d’apprécier l’effet de ce facteur mais la portée en est, selon nous, réduite dans la mesure où le décès d’un receveur ou d’un membre de la Chambre des comptes offre au pouvoir l’occasion de nommer un nouveau titulaire dont la désignation dépend, en dehors de ses qualités personnelles, des responsables qui sont alors les plus influents et elle revêt donc un sens qu’il s’agit d’interpréter6.

  • 7 Cf. ce qui a été dit en deuxième partie sur le statut des receveurs ordinaires. Voir supra, p. 114
  • 8 Le 15 janvier 1508, Yvon Derien bénéficie d’une confirmation du don de l’office de receveur des fo (...)
  • 9 Cette diffusion du statut d’officier a pour corollaire la stabilité grandissante du personnel, cf. (...)
  • 10 ALA B 51 f° 11.
  • 11 D’autres cas ont dû exister de 1492 à 1514, mais la perte des lettres d’institution pour cette pér (...)
  • 12 On peut citer à titre d’exemple la résignation de Regnaud de Brignac en faveur de Jean de Lespinay (...)
  • 13 Elle est faite par Jean Gelin au profit de Michel Le Bigot.
  • 14 Le premier cas connu est celui de Jean Coué en 1529 en faveur de son fils Julien, ALA B 568 f° 114
  • 15 Le premier exemple intervient en 1543 entre les deux frères Hux, ALA B 52 f° 265. On en note un au (...)
  • 16 Avec François de Kermenguy en faveur de son fils en 1548, ALA B 53 f° 391. Le résignant devait fai (...)

6Une dernière remarque s’impose et a trait au statut des personnels. Au moment où la Bretagne est conquise par les armées royales en 1491, deux situations prévalaient, opposant le personnel de la Chambre dont les membres bénéficiaient du statut d’officier et celui des recettes du fouage et des recettes ordinaires. Pour ces deux dernières catégories, l’instabilité était la règle : les recettes ordinaires avaient été affermées depuis 1485 et connaissaient donc un renouvellement de leurs responsables tous les trois ans7 ; les receveurs du fouage, quant à eux, étaient avant tout des commis mis en place le plus souvent annuellement. Cette différence s’est maintenue sous Charles VIII. Cependant, à partir du début du xvie siècle, une uniformisation des statuts s’est peu à peu opérée : elle est passée par la diffusion du système de l’office. Les premiers bénéficiaires ont été, semble-t-il, des favoris de la reine8 et les titulaires des recettes ordinaires les plus importantes puis le système s’est généralisé9. Avec l’uniformisation des statuts, se sont développés les phénomènes de résignation : résignations simples et résignations à survivance. Les gens des comptes et les titulaires des grandes charges ont été les premiers à en bénéficier. Si l’on prend l’exemple de la Chambre des comptes dont l’évolution est mieux connue, des résignations simples y sont connues dès le règne de Charles VIII : c’est ainsi que Tanguy de la Gaubertière a transmis sa charge de payeur des comptes à Nicolas Duval10. Après 1498, c’est un tel procédé qui a permis au maître des comptes, Jean Gibon, de délaisser ses offices de maître et de procureur à son fils en 150411. Le procédé est par la suite utilisé par toutes les catégories du personnel, sans distinction12. Les résignations à survivance ont connu à la Chambre un développement plus rigoureux en touchant d’abord les degrés inférieurs du personnel et en se propageant, de proche en proche, à l’ensemble des gens des comptes. La première résignation à survivance connue concerne un office de garde des livres en 149513. Le mouvement affecte ensuite les charges de secrétaires14, puis les maîtres15 et enfin les présidents16.

  • 17 ALA B 24 f° 215. Nous en avons repéré six autres cas : Jean de La Rivière en faveur de son fils Re (...)
  • 18 C.A.F., 18 375, acte du 7 juin 1525. Cas aussi de Jean Hux en faveur de Noël Barbillon dans l’évêc (...)
  • 19 C.A.F., t. III, 10 282, il fut exempté du paiement « du quart habituel de cet office ».
  • 20 ALA B 580 f° 89.
  • 21 Sous Anne de Bretagne, il faut signaler toutefois le cas d’Olivier de Larmor qui a résigné à survi (...)

7La définition plus précise du statut des receveurs ordinaires et de ceux du fouage a permis aux techniques de la résignation de se développer également dans ces catégories. Les premiers exemples de résignation directe sont repérables au début du règne de François Ier : en 1518, Yvonnet de la Barre résigne sa charge de receveur ordinaire d’Auray en faveur de Jean du Bodern17. Pour le fouage, le premier exemple connu est celui de l’évêché de Dol où Pierre de Callac délaisse, en 1525, son office à Jean du Fresne au moment où il devient clerc à la Chambre des comptes18. Les résignations à survivance sont apparues plus tardivement. On en connaît deux cas pour la période : celle de Nicolas Berthereau en faveur des frères Avril dans l’évêché de Saint-Malo en 153819, celle de Michel Cosson en faveur de son fils Jean dans l’évêché de Vannes en 154820. Nous n’avons relevé aucun exemple de résignation à survivance pour les recettes ordinaires sous le règne de François Ier sans qu’il soit possible d’interpréter ce silence de la documentation21.

B. ADMINISTRATEURS ET PERCEPTEURS DES FINANCES

1. Les ruptures de 1491 et 1498

  • 22 La trésorerie de l’Épargne est supprimée ; Alain Martin est nommé à la trésorerie des guerres ; la (...)
  • 23 Seuls, Jean Langlois à Saint-Malo, Philippe Berthault à Saint-Brieuc et Julien Rivault à Tréguier (...)
  • 24 Elles concernent surtout les terres du comté de Penthièvre qui ont été attribuées au prince d’Oran (...)

8À la lecture du tableau, plusieurs remarques s’imposent. On voit tout d’abord que les changements les plus nets se sont produits en 1491 et en 1498 au point que l’on peut parler, pour ces deux années d’un système des dépouilles. Pour la première date, la mutation est radicale et de large ampleur. Tous les titulaires des grands offices sont renouvelés : le contrôleur général Jean de Cerisy est remplacé par Jean Boudet puis par Jean de La Primaudaie ; le trésorier et receveur général Jean de Lespinay cède sa place à Thomas Bohier ; le nouveau général, Jean François de Cardonne, entre en fonction. Le mouvement affecte également les charges secondaires22 et les recettes du fouage dont six responsables sur neuf sont modifiés23. Pour les recettes ordinaires, sur trente-trois recettes répertoriées, si l’on enlève quatre incertitudes24, dix-sept changent de responsable.

  • 25 Le seul exemple de maintien est celui de Martin Ayrolde à Nantes.
  • 26 Jean de Lespinay remplace Olivier Barraud.
  • 27 Jean Croquesel dans le premier cas, Jean Briçonnet dans le second.
  • 28 Il est probablement décédé à cette période.
  • 29 Une incertitude demeure pour le trésorier des États dont on ne sait pas s’il existait encore vérit (...)
  • 30 Ils concernent les recettes de Lesneven, de Nantes, de Rhuys, de Ploërmel, d’Auray, de Carhaix et (...)
  • 31 À Hennebont, Henri Cosnoal cède sa place à Kermoro ; à Quimperlé, Jean Chauve est remplacé par Fra (...)
  • 32 Alain Rolland s’impose à la place de Nicolas Duval à Concarneau.
  • 33 La Rivière est nommé par Lespinay.
  • 34 On relève des changements plus tardifs à Guérande (1507) et à Touffou, où la reprise du contrôle d (...)
  • 35 Il demeure six incertitudes.

9Deuxième date importante : 1498. Le changement est marqué quoique plus inégalement : huit receveurs du fouage sur neuf25, un grand officier sur trois sont renouvelés26. Pour les charges secondaires, on constate deux maintiens : le receveur et payeur des gages des gens du Parlement, le receveur des aides27 ; un rétablissement : Gilles Thomas est institué trésorier de l’Épargne ; une innovation avec la création de la charge de payeur des gens du conseil qui revient à Jean Régnier ; deux changements : à la trésorerie des guerres Jean de Ros et Gilles Le Breton succèdent à Laurent Pares28 ; dans l’office de général des monnaies, Arthur du Pan succède à Jean Hagomar décédé29. Pour les receveurs ordinaires, la situation est plus mouvante et les changements plus échelonnés. Onze mutations interviennent dès 1498-149930. Ces premiers changements doivent être complétés par une autre série qui sont effectués dans les années suivantes : deux en 150131, un en 150232. D’autres modifications sont opérées par la suite dont deux méritent d’être retenues : en 1503, avec la nomination de Pierre de La Rivière au Gâvre après la reprise en main de ce domaine33, en 1505, avec le remplacement de Jean Chauve à Quimper par Jean Le Baud34. Si l’on fait le bilan des mutations intervenues dans les recettes ordinaires après la restauration des pouvoirs d’Anne, on constate que dix recettes ont conservé leur titulaire (en y incluant Guérande), dix en ont changé dès 1498-1499, sept dans les années suivantes35.

  • 36 Mais cela est dû au décès de Michel Thierry qui est remplacé par Bernard Tregouet.
  • 37 Jean-Baptiste de Servy, suspendu par Jean de Lespinay, a été remplacé en 1514 par un autre commis (...)
  • 38 Cf. notice n° 170.
  • 39 Mais il a dû prendre cette charge plus tôt.

10Les autres dates sont moins significatives. Ainsi en 1514-1515, deux recettes de fouage seulement changent de titulaire : celle de Rennes36 et celle de Dol37. Pour les recettes ordinaires, le mouvement est limité avec six changements dont trois seulement ont une signification réelle : celui de Guyon Foucart par Jean de Kerguelen à Lesneven qui semble avoir été imposé plus que négocié et qui marque un retour d’influence des Rohan38, celui de Pierre Avignon par Antoine Dessefort à Nantes qui signifie l’arrivée d’un homme extérieur au duché dans une recette importante et celui du mystérieux Anceau de Botmeur à Châteauneuf. Les changements les plus conséquents sont en fait intervenus pour les grands offices dont deux titulaires ont changé : Philibert Tissart à la place de Cardonne à la généralité si l’on élargit la comparaison à 1516, Bertrand de Tours à la place de Jean Neveu à l’Épargne39.

  • 40 À l’occasion duquel tous les officiers durent prêter serment d’obéissance au roi.
  • 41 Sur les huit changements qui se produisent dans les recettes ordinaires de 1528 à 1532, un seul es (...)
  • 42 Certains officiers ont abandonné leur charge du fait de l’activation du contrôle. Les effets en so (...)

11Après 1515, on ne constate plus de mutation massive au sein du personnel financier que ce soit au moment du décès de la reine Claude40 ou lors de la prise en charge de l’administration bretonne par le dauphin Henri en 1540. Les seules modifications qui interviennent dès lors sont liées au remplacement des grands officiers au cours de la période 1528-1532 mais elles n’ont pas de répercussions sur l’ensemble des receveurs – à quelques exceptions près comme celle de Gilles Carré, receveur du fouage de Saint-Malo qui a été démis pour forfaiture –, en tout cas pas de la même ampleur qu’en 1491 ou en 149841. La bataille s’est livrée uniquement au sommet de l’appareil financier. En dehors des changements à la généralité et à la trésorerie générale, trois titulaires de charges secondaires ont été renouvelés : le général des monnaies Guillaume Loysel a été remplacé par Pierre Cosnoal ; il en a été de même du payeur du Conseil, Gilles Carré, qui a dû céder sa place à Antoine Bretin. Les informations manquent par contre pour savoir dans quelles conditions Guy de Tours a abandonné la trésorerie des mortes-payes. Le personnel de base n’a pas été affecté massivement42.

2. Les formes du changement

  • 43 À nuancer pour le général dont le seul changement significatif est intervenu en 1528.
  • 44 Guillaume Barthélémy a résigné son office en faveur de son gendre Florimond Fortier, cf. notices n (...)
  • 45 Jean Croquesel, titulaire de l’office de payeur du Parlement, a passé sans encombre le cap de 1498 (...)
  • 46 Dans la majorité des cas, les receveurs qui étaient alors en place ont perçu le premier terme du f (...)
  • 47 À ce groupe, on peut joindre la ferme la plus importante du duché, à savoir la prévôté de Nantes q (...)

12En examinant la nature des mutations, on observe en deuxième lieu, que toutes les charges n’ont pas constitué un enjeu de pouvoir, du moins pas de la même façon. Les postes les plus sensibles ont été bien entendu les grandes charges43. Elles ont subi les changements les plus fréquents : ceux-ci ont pris l’allure d’une relève pure et simple en 1492 et en 1498 pour le trésorier et receveur général. Ils ont gardé cette forme en 1528 pour le général mais ils ont revêtu le visage plus feutré de la suspension entre 1528 et 1532 pour le trésorier, le roi se contentant dans chacun des cas d’interdire au titulaire le droit de toucher aux deniers de sa recette. Le contrôleur général a échappé à ces bouleversements, sans doute par faveur en 1498 puis du fait de la perte de ses pouvoirs après les réformes de 1523 : les changements ont été, par la suite, surtout le fait d’arrangements familiaux44. Le sort de la trésorerie de l’Épargne a été un peu le même : réactivée par Anne en 1498 et donnée significativement à l’un de ses favoris, Gilles Thomas, elle n’a pas fait l’objet sous François Ier d’un réel intérêt du pouvoir. Le destin des autres charges secondaires a varié surtout en fonction du zèle mis par les officiers à rendre compte mais on ne peut pas dire, que dans leur cas, il y ait eu volonté manifeste des autorités d’en choisir les titulaires45. Le sort des recettes du fouage a été plus varié : comme les trésoriers généraux, elles ont subi de plein fouet les mutations de 1491 et de 149846. L’extension de la vénalité des offices les a, par la suite, mis à l’abri des bouleversements trop importants47.

  • 48 Même si des concentrations s’opèrent ; ainsi Jean de Kergouet s’impose à Châteaulin, Gourin et Hue (...)

13Le cas des recettes ordinaires est plus nuancé. D’abord parce qu’elles étaient affermées jusqu’en 1491 et que le seul fait de modifier leur mode de gestion a entraîné un changement de titulaire. Ensuite parce qu’elles n’offraient pas toutes le même intérêt : il y avait en effet peu de choses comparables entre le recette de Nantes et ses 7 000 l. de revenu et celles de l’intérieur de la Bretagne qui rapportaient moins de 200 l. par an48.

  • 49 Avec la nécessité de disposer de receveurs connaissant la langue bretonne.
  • 50 Cf. notices n° 81 et 82.

14Cette diversité des revenus a entraîné une différence dans le traitement réservé aux recettes. Cinq types de situation se dégagent et permettent de nuancer la présentation de la politique royale. Il y a, en premier lieu, le cas des recettes qui sont restées entre les mains de familles locales : c’est le cas des recettes de l’intérieur de la Bretagne comme Carhaix, Gourin, Châteauneuf ou de l’évêché de Vannes comme la recette de Vannes elle-même ou Hennebont. Leur position excentrée, l’importance des critères culturels49 ont imposé le choix de financiers du cru. Les changements de titulaire que l’on y observe ensuite, notamment en 1498, sont plus le fait d’arrangements familiaux que d’interventions extérieures : c’est ce qui se passe notamment à Hennebont où Henri Cosnoal cède sa place à Gilles de Kermoro qui lui était apparenté50.

  • 51 Cf. deuxième partie, p. 122 et suivantes.
  • 52 Cas un peu similaire à Quimperlé où le maréchal de Rieux – sans obtenir le don du revenu – parvien (...)

15Vient ensuite le cas des recettes qui ont été aliénées. Leur nombre a varié51 mais la nomination du titulaire a continué à dépendre du donataire aussi bien en 1491, en 1498 qu’au cours du règne de François Ier. C’est le cas par exemple de la recette de Dinan donnée au vicomte de Dinan par Charles VIII puis par Anne : elle a été gérée successivement par Denis Gervaise puis par Guillaume Le Bascle – tous deux hommes de confiance du vicomte. On peut mettre dans la même catégorie le Gâvre – où Rohan maintient Le Coutelier –, toutes les terres du comté de Penthièvre et le domaine de Rhuys avec Pierre Francheville, de Touffou avec Enguerrand de Brégilles52. L’évolution de leur titulaire correspond à celle du donataire – dont la personnalité change selon la faveur royale –, nuancée çà et là par la volonté du pouvoir central de garder le droit de nommer l’administrateur ou de reprendre le contrôle d’un domaine : ainsi au Gâvre, la reprise en main en 1503 a été suivie par la nomination de La Rivière. Mais en 1527, quand Anne de Rohan a acheté le domaine, elle a nommé un fermier qui appartenait à la même famille que celle qui avait fait la perception des revenus pour le vicomte de Rohan jusqu’en 1491, à savoir la famille Le Coutelier.

  • 53 Il était secrétaire du duc François II et serait reste fidèle à ce dernier pendant les guerres, J. (...)
  • 54 Il s’agit peut-être de la date de sa mort.
  • 55 Ce maintien s’observe également pour Olivier Le Flour à Pont-Croix, pour Olivier du Tertre à Lanni (...)
  • 56 Après avoir été associé dans un premier temps à du Tertre.

16Troisième cas : il concerne les recettes qui avaient été attribuées à des officiers de la maison ducale avant 1491 en récompense de leurs services : c’est le cas de Ploërmel, Lanhion, Pont-Croix et à un moindre degré de Fougères. Charles VIII a confirmé leur titulaire et Anne a fait de même après 1498. Cela se remarque notamment pour la recette de Ploërmel que Jean de La Regneraye, ancien serviteur du duc François II53, a conservée jusqu’en 149654. Sa succession a été assurée par Charles Serec dont l’identification est plus difficile à faire mais en 1498, la recette a retrouvé sa vocation en étant attribuée à Guillaume Bérard, sommelier de bouche de la reine55. À Fougères et à Lannion, des serviteurs proches d’Anne de Bretagne ont été eux aussi maintenus, sans que la tradition soit perturbée : dans le premier cas, Arthur du Pan a remplacé en 1498 Jean Hagomar qui était en poste sous Charles VIII ; dans le second cas, le sommelier d’échansonnerie Olivier du Tertre a cédé sa place à un autre sommelier en la personne d’Olivier de Larmor. Ces faveurs sont à l’origine d’implantations durables que ce soit à Ploërmel où les Picaud, apparentés à Guillaume Bérard, gèrent la recette jusque dans les années 1550, à Fougères où Marc de La Villegontier s’impose, à Lannion où la famille Le Breton56 prend le contrôle de la recette pour plusieurs décennies.

  • 57 Cf. Pocquet du Haut-Jussé (Barthélémy-Anatole), « Les emprunts de la duchesse Anne à Julien Thierr (...)

17Quatrième cas : les recettes qui ont été accordées en récompense de services financiers. On peut en repérer une principalement : il s’agit de celle de Rennes où la famille Thierry réussit à se maintenir en la personne de Michel Thierry, fils de Julien qui avait fait d’importants prêts à Anne jusqu’en 1491, prêts que Charles VIII a dû reconnaître et s’engager à rembourser57. C’est le cas peut-être aussi de Guyon Foucart qui avait des titres à faire valoir, notamment l’argent qu’on lui devait du fait des dépenses faites pendant les guerres et qui s’est vu confier la recette de Quimper puis celle de Cap-Caval.

  • 58 Cas particulier de Guingamp où Charles VIII permet l’installation de son maître d’hôtel Julien Riv (...)
  • 59 À Concarneau, l’ancien receveur René Le Gallo s’est maintenu jusqu’en décembre 1490. Il a été remp (...)
  • 60 On ne connaît pas la date exacte de son institution. Il était déjà en activité en 1495.
  • 61 Jean Calvy semble avoir profité de l’accession de Raoul Calvy à l’évêché de Quimper pour prendre l (...)
  • 62 Il a été significativement remplacé, comme Nicolas Duval, par des hommes du cru qui avaient commen (...)
  • 63 Et cela confirme le comportement original de cette ville, comportement déjà observé pour la recett (...)
  • 64 Et très certainement aussi financier dans son cas.

18Les recettes domaniales qui ont fait l’objet d’une prise de contrôle directe sont peu nombreuses. Deux indices permettent de les repérer : l’origine de leur titulaire et le nombre de changements qu’elles ont connus dans la période cruciale de 1491 à 1515. Quatre recettes se distinguent ainsi : celle de Nantes, de Concarneau et celle de Quimper voire celle de Brest58. Le règne de Charles VIII y a permis l’installation de receveurs extérieurs au duché : Clément Collet à Nantes dès 1492, Nicolas Duval à Concarneau59, Robert Bohier à Brest60, Jean Calvy à Quimper en 149461. Leur sort a divergé par la suite et seules les trois premières ont subi, à l’instar des recettes de fouage, la secousse de 1498 qui a permis à des receveurs bretons de s’imposer à nouveau, avec parfois un temps de décalage : Pierre Avignon a remplacé Clément Collet à Nantes dès 1499 avant de laisser la place à Jean puis à Guillaume de Lespinay ; Alain Rolland a succédé à Nicolas Duval à Concarneau en 1502 ; Jean Le Baud a pris la place de Jean Calvy à Quimper en 150662. Si l’on poursuit l’observation, on constate que Nantes63 est demeurée ensuite la recette la plus sensible puisqu’après les Lespinay, elle a connu trois receveurs jusqu’en 1515 : François Tissart, Pierre Avignon – toujours chargé des transitions, et enfin Antoine Dessefort. Chaque règne a, dans ce cas, été marqué par un titulaire d’origine différente : aux hommes nouveaux – Collet sous Charles VIII et Dessefort sous François Ier – s’opposent Avignon et les Lespinay recrutés dans le duché, la transition ayant été faite dans ce dernier cas par François Tissart. Intérêt stratégique pour Nantes64, Concarneau et Brest, hasard d’une nomination à Quimper ont pu expliquer le destin de ces recettes et les rendre sensibles aux mutations intervenues sur le plan politique.

19Toutes les charges financières n’ont donc pas revêtu la même importance aux yeux du pouvoir et elles n’ont pas eu la même fonction dans la politique d’intégration. Ces observations se vérifient également pour la Chambre des comptes.

C. LE CAS DE LA CHAMBRE DES COMPTES

  • 65 1492, 1498 et 1515 pour les confirmations, 1514 et 1524 pour les prestations de serment. Cf. table (...)

20Pour la Chambre des comptes, nous nous sommes référé aux listes établies lors des confirmations de personnel ou lors des prestations de serment65 et qui permettent de faire des comparaisons du début d’un règne à l’autre, méthode qui ne permet pas de prendre en compte toutes les modifications intervenues en cours de règne mais qui est, pensons-nous adaptée, pour un corps constitué dont la vie est rythmée par les demandes de confirmation à l’avènement de chaque nouveau souverain.

21L’originalité de l’étude des changements de personnel qui sont intervenus à la Chambre des comptes est constituée par le fait que les différents rois se sont trouvés face à un corps d’officiers dotés d’une tradition et qui, du fait de ses privilèges, pouvait prétendre à être ménagé par le pouvoir. Les pratiques de l’hérédité, de la vénalité, qui s’y étaient progressivement introduites, rendaient plus difficiles les bouleversements puisque, selon les règles du temps seules, la mort la renonciation ou la forfaiture pouvaient entraîner une nouvelle nomination d’officier. Passé le temps de la reconnaissance, les souverains ont donc été confrontés à une situation qui ne s’est généralisée que dans les années 1520 pour les charges de percepteurs et d’administrateurs des finances. L’étude du comportement royal n’en a donc que plus d’intérêt en permettant de voir comment, face à une situation apparemment bloquée, le pouvoir a réussi tout de même à imposer son contrôle et à façonner le personnel pour l’adapter à sa politique et à ses ambitions.

1. Principes de l’action royale

  • 66 Cf. supra p. 201.

22Si nous examinons les changements intervenus sous les différents souverains66, on constate qu’ils sont allés croissant en nombre de 1492 à 1540. On ne peut se contenter cependant de ces chiffres qui en soi ne veulent pas dire grand chose puisqu’ils correspondent à des périodes d’inégale durée et que les mutations n’ont pas été le seul fait de la monarchie. Il faut s’intéresser davantage à l’évolution du personnel pour dégager les principes qui ont guidé l’action des autorités et répérer les périodes de l’histoire de la Chambre.

  • 67 Rappelons que cet office est alors créé.
  • 68 Cf. notices n° 465 et 466.
  • 69 Fourmont indique que son fils Guillaume était lui aussi membre de la Chambre en 1492, mais nous n’ (...)

23Chaque souverain a eu le souci de reconnaître les membres de la Chambre institués par ses prédécesseurs. La seule entorse à cette règle a été faite par Charles VIII qui, en retenant les gens des comptes, en 1492, y a introduit quatre éléments nouveaux outre Jean de Lespinay : à savoir Guillaume de Beaune comme maître, Jean de Quisistre et Jean de La Rue comme secrétaires et Tanguy de La Gaubertière comme payeur des gens des comptes67. En dehors de ces innovations, Charles VIII a reconduit le personnel qui était en place avant 1492 – et particulièrement les deux présidents Guillaume Guéguen et Guillaume Le Borgne68, respectant ainsi son engagement d’août 1492 de confirmer les officiers en activité. Il a même offert une compensation à Jean de Lespinay, écarté de la trésorerie générale en le nommant maître des comptes69.

  • 70 Il en a été de même pour Henri mais celui-ci était, comme on l’a vu prédemment (cf. supra, p. 65), (...)
  • 71 Cette nomination précède de peu l’abandon de la charge de général par Cardonne au profit de son ge (...)

24Ses successeurs, Arme de Bretagne et François I70, ont été plus respectueux des usages : ils ont confirmé le personnel qu’ils ont trouvé lors de leur prise de contrôle de la Bretagne sans procéder à des mutations. Anne a, par exemple, maintenu le second président Raoul Calvy nommé par Charles VIII ainsi que Guillaume de Beaune qui était maître depuis 1492. Une nuance est cependant à mentionner pour François Ier : elle concerne Jean François de Cardonne qui figure pour la première fois, en tant que président, dans la liste de confirmation du personnel en 1515 alors que cette charge n’était pas pourvue depuis 1506. Faute de savoir à quelle date il a été véritablement pourvu de cet office, il est difficile de mesurer la portée réelle de cette nomination. Elle semble cependant avoir été davantage une compensation pour un serviteur méritant qu’un geste politique marqué71. Elle ne remet donc pas en cause le respect du personnel par François Ier.

  • 72 On ne sait pas à quelle date précise il a fait son entrée à la Chambre. Fourmont affirme que c’est (...)
  • 73 ALA B 51 f 236.
  • 74 ALA B 51 f° 289. Quand il est chargé en novembre 1524 de recevoir, au nom du roi, les serments de (...)
  • 75 ALA B 51 f° 299. On peut se demander, au vu de cette carrière, si Commacre n’a pas été sciemment i (...)

25Malgré cette fidélité d’ensemble, l’action du pouvoir s’est exercée. Trois procédés ont été utilisés pour infléchir la composition du personnel. Le premier – que l’on remarque aux différentes périodes – consiste à profiter de toutes les vacances pour imposer des candidats proches du pouvoir. Cela se remarque sous Charles VIII qui a remplacé, sans doute après sa mort, Guillaume Le Borgne, second président, par Raoul Calvy, évêque de Cornouaille, et aumônier du roi. Anne a fait de même : elle a nommé Jean Calloët puis Alain Marec à la seconde présidence à la place de Raoul Calvy. Elle a probablement profité du décès de Guillaume de Beaune pour instituer ses conseillers Gabriel Miro et Regnaud de Brignac comme maîtres. Sous François Ier, le cas le plus net de promotion d’un favori est offert par Gilles de Commacre, qui était secrétaire en 151572. En 1521, il a été pourvu d’un poste de maître après le décès de Jean Gibon73 mais on ne sait s’il en a véritablement bénéficié car en 1526, il a reçu un office semblable après le décès d’Yves Le Flo74. La même année, et cela couronne une carrière menée tambour battant, il a été institué second président après la mort d’Alain Marec75.

  • 76 En plus de celle de nommer certains de leurs membres. Nous ne revenons pas sur cet aspect qui a fa (...)
  • 77 Yves Maydo, Jean Droillart, Jean Le Nas, François de Callac.
  • 78 Parmi lesquels on peut citer sans doute Olivier de Lanvaux qui était secrétaire en 1498 et qui est (...)
  • 79 Elle a rappelé à l’occasion la règle de la Chambre qui voulait que « lors que l’un des auditeurs d (...)
  • 80 ALA B 116 f° 36-39.
  • 81 Spont, op. cit., p. 86.

26Le deuxième procédé se rencontre sous le règne d’Anne. Il a consisté à reconnaître au personnel de la Chambre une prérogative : celle de pouvoir mener une carrière au sein de l’institution76. Dès 1498, ce principe semblait à l’œuvre puisque Jean de Lespinay le jeune, le fils du trésorier général, qui a alors accédé à la Chambre, a siégé, jusqu’en 1515, non comme maître et auditeur – charge qu’occupait son père – mais comme secrétaire. Il a de toute façon fait l’objet d’une affirmation solennelle en juillet 1505 suite à la plainte de quatre membres de la Chambre77 qui ont reproché à la reine de ne pas avoir respecté les règles d’avancement du personnel et d’avoir fait la part trop belle à ses favoris en leur attribuant les charges de maître78. Anne de Bretagne a augmenté leurs gages de 100 l. et s’est engagée à les nommer maîtres dès qu’un office serait vacant79. Parallèlement, elle semble s’être opposée à l’extension du principe des résignations à survivance pour les secrétaires et surtout les maîtres, système qui risquait de figer le personnel de la Chambre. Dans le règlement qu’elle a promulgué en septembre 1513, elle a interdit aux gens des comptes d’exercer leur charge par substitut, à l’exception toutefois du receveur et payeur ; elle a indiqué aussi qu’on ne pouvait recevoir deux personnes dans la même charge80. Dans les faits, elle ne semble pas avoir donné suite à la demande formulée en août 1505 par Jacques de Beaune pour que son frère Guillaume, en raison de sa maladie, puisse résigner son office à survivance en faveur de son neveu81.

  • 82 Et donc d’appuyer sa légitimité sur un dialogue avec les institutions en place.
  • 83 Yves Maydo avait fait une déposition au procès du maréchal de Gié ; De Maulde, Procédures politiqu (...)
  • 84 Le Bigot a été tour à tour garde des livres puis secrétaire et greffier, cf. notice n° 396.

27On ne sait à quoi il faut attribuer cette attitude de sa part : on y trouve sans doute une volonté de respecter la tradition82, le souci de récompenser des serviteurs dévoués en accédant à leurs demandes83. On peut y voir enfin une concession faite aux membres de la Chambre à un moment où la duchesse voulait les inciter à faire preuve plus de vigilance à l’égard des receveurs. Elle n’a pas totalement respecté ce principe après 1505 et la faveur a toujours gardé ses droits mais la promotion s’est traduite dans les faits, puisque, outre les cas mentionnés, des membres du personnel, comme Michel Le Bigot, ont mené une véritable carrière dans l’institution84.

  • 85 Minut-Le Rouge pour Loysel l’aîné, Poyet pour Jean Parajau et Guillaume Loysel le jeune.
  • 86 C’est le cas de Jean de Plédran en 1540, cf. notice n° 471.
  • 87 Forfaiture pour Guillaume Loysel, incompétence pour son fils, et incapacité pour de Plédran, compt (...)
  • 88 Cf. notice n° 445 et supra, première partie, p. 48.

28Un dernier procédé a été enfin utilisé par le pouvoir pour modifier la composition du personnel de la Chambre. Il s’est présenté sous deux formes voisines : la suspension et la destitution, la première n’étant dans la plupart des cas qu’un préalable à la seconde. Quatre cas de ce type se rencontrent durant la période. Ils ont tous eu lieu sous le règne de François Ier, dans la décennie 1530 : ils concernent Guillaume Loysel l’aîné en 1532, Jean Parajau et Guillaume Loysel le jeune en 1535 et Jean de Plédran en 1540. Ils ont été décidés soit par des commissions85 soit par le roi86. Les motifs en ont été divers87 mais, dans chaque cas, le roi a pu, par ce biais, imposer des candidats de son choix, l’exemple le plus significatif étant fourni par Guillaume Loysel l’aîné qui a été démis de ses fonctions pour forfaiture et remplacé par Pierre Cosnoal, c’est-à-dire celui-là même qui était à l’origine de la venue de la commission Minut en Bretagne88.

2. Les phases

  • 89 Leur nom ne figure plus au bas d’un acte signé par les gens des comptes le 1" décembre 1495, ALA E (...)
  • 90 Modération où l’on retrouve la plus grande souplesse dont a fait preuve ce roi après 1493. Pour Ma (...)

29La combinaison de ces données permet de distinguer trois étapes dans l’évolution du personnel de la Chambre. La première correspond au règne de Charles VIII : elle a été caractérisée par l’introduction d’éléments extérieurs au duché dès 1492. Passée cette date, le roi a marqué son empreinte en confiant les charges importantes à des hommes fiables mais en faisant aussi preuve de souplesse, notamment en permettant le remplacement, qui semble avoir été assez rapide, de Jean de La Rue et de Jean de Quisistre89 par deux hommes dont la carrière avait commencé avant 1491 : Olivier de Lanvaux et Alain Martin90.

  • 91 La composition de la Chambre de 1514 n’est pas connue dans sa totalité. Celle de 1515 porte la mar (...)
  • 92 Ce serment a été recueilli par Gilles de Commacre. La liste est incomplète mais on peut, par déduc (...)
  • 93 Cf. tableau, p. 87.
  • 94 Pour François Tissart, cf. notice n° 187 ; pour Jean Coué, cf. notice n° 401 ; pour Jean Thomelin, (...)
  • 95 Pour Pierre Lonoré, cf notice n° 403 ; pour La Rivière, cf. notice n° 407 ; pour Hubert, cf. notic (...)
  • 96 Pour Maydo, cf. notice n° 432 ; pour Mathurin Baud, cf. notice n° 437 ; pour Robert Millon, cf. no (...)

30La deuxième phase irait de 1498 au décès de Claude en 152491. On dispose pour cette année là d’une liste du personnel de la Chambre élaborée lors de la prestation de serment des officiers de Bretagne à François Ier92. L’examen du personnel93 suggère trois remarques qui caractérisent selon nous la période inaugurée en 1498. Si l’on examine le passé des membres de la Chambre, on constate que la majorité d’entre eux ont fait leur carrière dans le duché et que leur accès dans cette institution constitue donc l’aboutissement logique d’un cursus de financier qui a réussi : c’est le cas de François Tissart, Jean Coué, Jean Thomelin, François Guillart94, Pierre Lonoré, Jean de La Rivière et Jacques Hubert95. On pourrait y adjoindre Cardonne. A ce groupe, on peut ajouter ceux qui sont témoins d’une période plus ancienne comme Yves Maydo et Jean Droillart, déjà présents à la Chambre avant 1491, ou comme Mathurin Baud et Robert Million dont les parents avaient exercé des fonctions importantes sous les Montfort et qui ont poursuivi leur ascension en entrant dans l’une des institutions les plus convoitées du duché96. Les cas de Guillaume Loysel et d’Yves Le Flo sont plus difficiles à caractériser : le premier était déjà membre de la Chambre avant 1514 et a été un temps commis au paiement des gens des comptes. Le second, Yves Le Flo, n’a pas mené de carrière de receveur et la seule activité qu’on lui connaisse est celle de sénéchal de Hennebont. Sa présence dans cette institution pourrait être la conséquence et le signe du dynamisme financier des milieux de cette ville dans les vingt premières années du siècle (ou leur intérêt pour la spéculation sur les revenus publics), milieux auxquels il semblait lié.

  • 97 Et peut-être cinq avec Gilles de Commacre, dont le statut est alors incertain.
  • 98 Cela est confirmé, en 1525, par l’accession de Pierre de Callac à la charge de secrétaire en lieu (...)

31Deuxième trait : la promotion garde ses droits. Quatre maîtres97 le sont devenus après avoir été précédemment secrétaires : Mathurin Baud, Guillaume Loysel, Jean Droillart et Yves Maydo, ce qui suggère l’idée d’une institution qui offre encore des possibilités de carrière98.

  • 99 Celui-ci était selon toute vraisemblance un protégé de la famille des Laval, cf. notice n° 395.
  • 100 Après sa promotion à la trésorerie générale.
  • 101 À identifier selon toute vraisemblance avec le petit-fils du trésorier qui renonce à son office, e (...)
  • 102 Il était l’époux de Jeanne Robelot, sœur de Bertranne Robelot, femme du trésorier Lespinay, BN CAR (...)
  • 103 Il fut commis par Jean de Lespinay pour faire la perception du fouage de l’évêché de Léon après le (...)

32La composition reflète enfin les influences qui jouent alors dans le duché. On sent l’effet de la faveur princière avec Guillaume Loysel99, de la faveur royale avec Cardonne. On y entr’aperçoit le poids des grands officiers : celui de Philibert Tissart dont le propre frère, François, est maître et auquel on peut apparenter aussi probablement Etienne Tissart, payeur des gens des comptes. L’influence du clan Lespinay-Parajau est perceptible puisque quatre personnes peuvent y être rattachées, dont trois parmi les secrétaires : en la personne tout d’abord de Jacques Hubert et de Jean de La Rivière, détenant tous les deux l’office stratégique de greffier. Ils ont fait leur entrée à la Chambre en cette année 1524, en bénéficiant pour le premier de la résignation de Jean Parajau100 et pour le second de celle de Guillaume de Lespinay101. On peut adjoindre à cette mouvance au moins deux autres hommes : Jean Coué, sr du Brossay102, et Charles Jouhan, huissier103.

  • 104 Il est dommage que l’on ait perdu les registres de la Chambre des comptes d’avant 1525, ce qui emp (...)

33L’analyse de la composition de cette Chambre montre une institution bien ancrée dans la province tant par le recrutement de ses membres que par les influences que l’on y soupçonne, une institution qui connaît également une respiration interne par les promotions qu’elle permet encore104. Elle demeure aussi un objectif de carrière pour les financiers locaux.

  • 105 Cf. tableau, p. 89. Le dauphin reçoit le pouvoir de nommer aux offices vacants : la date peut donc (...)
  • 106 Pour Dessefort, cf. notice n° 410 ; pour Gilles Bricaud, cf. notice n° 409.

34La comparaison avec la composition de la Chambre seize ans plus tard lorsque François Ier confie l’administration du duché au dauphin Henri105 est éclairante et permet de distinguer une troisième phase allant de 1524 à 1540. L’élément qui frappe le plus, c’est que sur vingt et un membres, seize sont nouveaux par rapport à 1524. Les changements les plus importants ont été opérés au sommet de l’institution : les deux présidents et les cinq maîtres ont été renouvelés. Parmi les secrétaires, la stabilité est plus grande : cinq d’entre eux étaient présents déjà en 1524 : Pierre de Callac, Guillaume Davy, Julien Coué – qui a bénéficié de la résignation à survivance de son père –, Jean de La Rivière et Jacques Hubert et, en fait, seuls deux éléments n’ont pas eu de parents ou d’alliés précédemment à la Chambre : il s’agit d’Antoine Dessefort et de Gilles Bricaud106.

  • 107 On peut les connaître grâce aux livres des mandements royaux et à ceux de la Chambre des comptes.

35L’étude plus attentive des modifications qui sont intervenues entre ces deux dates107 fait apparaître qu’il y a eu en fait vingt-sept changements entre 1524 et 1540 : neuf ont été dus au remplacement du titulaire décédé, onze à une résignation simple, trois à une résignation à survivance, trois à une destitution, et un à une suspension.

  • 108 On pourrait en rajouter un dixième puisque, au cours de 1 année 1540, Mathurin Baud est remplacé a (...)
  • 109 Jean Droillart remplacé par Alain Mandart en 1524, Yves Le Flo par Gilles de Commacre en 1526, Fra (...)
  • 110 Cardonne remplacé par Clérembaut Leclerc et Alain Marec remplacé par Gilles de Commacre.
  • 111 Deux cas également : François Guillart par Gilles Bricaud, Pierre Lonoré par Antoine Dessefort.
  • 112 Un officier abandonne sa charge à un autre.
  • 113 Le résignataire garde la jouissance de sa charge soit jusqu’à sa mort, soit jusqu’à ce qu’il ait c (...)
  • 114 Leclerc-Parajau /Parajau-La Pommeraie /Commacre-Loysel/ Loysel-Plédran.
  • 115 Jean Thomelin en faveur de Pierre de Callac en 1526, Yves Maydo en faveur de Jean Boulomer en 1530 (...)
  • 116 Gilles de Commacre en faveur de Marc de La Rue.
  • 117 Charles Jouhan en faveur de Bernard de Saint-Do, Pierre de Callac en faveur de Jean Aubin.
  • 118 Etienne Tissart en faveur de Jean Avril en 1537.
  • 119 À l’exception de Marc de La Rue qui a bénéficié de la résignation de Gilles de Commacre.
  • 120 Callac en faveur d’Aubin, Charles louhan en faveur de Bernard de Saint-Do.
  • 121 Parajau vient d’être suspendu de la trésorerie générale.
  • 122 Il devient second président alors que son père a été écarté de la Chambre pour forfaiture, cf. not (...)
  • 123 Pour Etienne Tissart, cf. notice n° 502.
  • 124 Jean Coué en faveur de son fils Julien, Guillaume Davy en faveur de François Davy, Guy Meneust en (...)

36Chaque catégorie mérite un examen attentif : sur les neuf décès108, on constate que la catégorie la plus affectée est celle des maîtres – 5 changements sur neuf109 – suivie par les présidents – deux exemples110 – à égalité avec celle des secrétaires111. Si l’on examine ensuite le cas des résignations, on remarque que celles-ci ont été de deux types : les résignations simples112 et les résignations à survivance113. Pour le premier type, quatre ont affecté les charges de président114, trois des secrétaires115, une les maîtres116 deux des huissiers117, une le payeur de la Chambre118. Les niveaux supérieurs et inférieurs de la Chambre sont les plus affectés par ce mode de transmission des offices jusqu’en 1540119. Les conditions qui entourent ces résignations permettent de distinguer ces deux catégories. Pour les secrétaires, ce sont des résignations que l’on pourrait qualifier de normales : elles se font entre des proches120 ou sont dues à l’âge ou à la maladie comme dans le cas de Robert Millon en faveur de François Bertho. Par contre, pour les présidents, la situation est plus ambiguë : dans deux cas, celui qui a fait la résignation n’avait pas d’autres choix : Jean Parajau pour Gilles de La Pommeraie en 1537, Guillaume Loysel le jeune pour Jean de Plédran en 1535 puisqu’ils ont été tous deux suspendus par la commission Poyet, pour comptes non réglés pour le premier, pour incompétence pour le second. Deux résignations ont été des solutions compensatoires ou de rattrapage : Jean Parajau qui succède à Clérembaut Leclerc121, et Guillaume Loysel le jeune qui récupère l’office de Gilles de Commacre122. On peut adjoindre à ces exemples celui du payeur Jean Avril qui a pris l’office d’Etienne Tissart qui essayait de s’en débarrasser depuis le début des années 1530123. Les résignations à survivance confirment cette différence puisqu’elles n’ont concerné que les offices de secrétaire et de garde des livres. Elles ont eu lieu dans les trois cas entre un père et un fils124.

  • 125 125. Il n’est pas indifférent de noter que le règlement de cette affaire est intervenu en janvier (...)

37Dernière arme : les destitutions et les suspensions. Elles ont eu deux objectifs : elles ont exprimé d’abord un souci des autorités de contrôler la compétence ou l’honnêteté des membres de la Chambre : tous ceux qui n’avaient pas les connaissances nécessaires – Loysel le jeune – ou ceux que leur passé de receveurs rendait suspects ont été mis à l’écart – Loysel l’aîné. Elles ont permis ensuite de corriger les anomalies que la vénalité avait pu provoquer (et cela a pu recouper le premier objectif) en entraînant la mise à l’écart de Jean Parajau, de Guillaume Loysel le jeune et de Jean de Plédran125.

  • 126 La Pommeraie et Kermenguy ont été associés à toutes les commissions importantes envoyées en Bretag (...)
  • 127 Pour de plus amples développements sur cette question, cf. D. Le Page, « L’affaire Jean de Plédran (...)
  • 128 Dans la majeure partie des cas, les nouveaux promus ont été choisis parmi des non-originaires, cf. (...)

38Si l’on fait un bilan, en associant les effets des changements intervenus du fait de la mort des titulaires et ceux dus aux destitutions, on constate que le roi a su renouveler le personnel de la Chambre. Cela est évident pour les destitutions qui ont donné l’occasion au pouvoir de nommer des candidats fiables : outre le cas de Pierre Cosnoal, précédemment mentionné, cela se vérifie aussi pour Jean Parajau remplacé par Gilles de La Pommeraie, de Jean de Plédran qui a dû céder sa place à François de Kermenguy126. La seule nuance à signaler est celle de Jean de Plédran qui a réussi à récupérer l’office de Guillaume Loysel le jeune mais là aussi la logique a fini par s’imposer puisqu’il a été lui-même écarté127. Le roi a su jouer ensuite des vacations d’office pour remodeler le personnel. Tous les promus après le décès d’un titulaire ont été des hommes nouveaux sans attache avec le milieu traditionnel de la Chambre : c’est vrai pour les deux secrétaires Antoine Dessefort et Gilles Bricaud mais aussi pour les maîtres Alain Mandart, Marc de La Rue, Jacques Viart, Jean Dalesso128. La seule exception est celle de Gilles de Commacre qui était membre de la Chambre depuis au moins 1515 : toutefois la promotion spectaculaire dont il a bénéficié grâce au décès de deux titulaires de la Chambre le désigne incontestablement comme un homme très bien en cour.

39Il apparaît que toutes les charges n’ont pas fait l’objet d’un égal intérêt et que se sont distinguées celles où les pratiques de la résignation se sont développées sans contrôle

  • 129 Les changements ont été dus surtout à la mort des titulaires, à tel point que l’on peut se demande (...)
  • 130 Comme les Callac, les Davy...

40— à savoir celles de secrétaires – et celles qui ont fait l’objet d’une surveillance plus étroite – celles de maîtres –. Les charges de présidents ont tenu une position intermédiaire : elles connaissent une vénalité tempérée par l’effet des interventions royales. Du fait de cet intérêt sélectif, un divorce grandissant s’est créé entre les niveaux supérieurs et surtout celui de maître129 et les niveaux inférieurs où s’affirment de véritables dynasties130 qui développent très tôt les différentes techniques de la résignation mais qui n’ont plus la possibilité d’accéder au degré supérieur. A la différence de la Chambre de 1524, celle de 1540 ne présente aucun exemple de promotion de la catégorie des secrétaires à celle des maîtres, marquant bien la rupture qui est intervenue entre ces deux dates.

  • 131 Au vu de cette évolution, il était dans la logique des choses que la fracture créée entre maîtres (...)

41L’évolution de la Chambre après 1540 vient confirmer les observations faites pour la période 1524-1540 et il n’est donc pas besoin de s’attarder longuement. Le fossé observé entre charges de maîtres et de secrétaires s’accentue, facilité par l’extension du processus de la résignation au niveau supérieur131.

Conclusion

  • 132 L’étude de l’intégration dans le domaine judiciaire devrait s’appuyer sur d’autres bases, puisque (...)

42Si l’on fait la synthèse des observations formulées à propos des receveurs et du personnel de la Chambre, on peut conclure que l’action royale a été constamment guidée par trois principes. Le premier a consisté à prendre le contrôle des finances du duché. Cela s’est traduit en 1491-1492 et en 1498 par un renouvellement profond de l’ensemble du personnel financier, facilité par le statut précaire d’une grande partie des receveurs132. On a pu constater qu’Anne a fait preuve de plus de modération que son premier époux : quelques candidats que celui-ci avait imposés ont pu continuer leur carrière malgré le changement des règles du jeu survenu en 1498 : c’est le cas notamment de Martin Ayrolde à la recette des fouages de l’évêché de Nantes. Après la mort d’Anne, le mouvement n’a plus concerné que les grands officiers avec les bouleversements intervenus de 1528 à 1532.

43Le second principe de l’action : s’assurer de l’efficacité de la Chambre des comptes par une attention accordée aux nominations. Sous Charles VIII, on y a introduit des éléments nouveaux, sans attache avec les milieux financiers locaux et qui avaient mené l’essentiel de leur activité en dehors du duché. Il en a été un peu de même sous François Ier mais ce souverain s’est distingué surtout par l’emploi de l’arme de la suspension pour mieux contrôler la compétence des gens des comptes. Sous Anne, la reconnaissance du droit pour le personnel de la Chambre de faire carrière a permis un meilleur ancrage de l’institution dans la province. Par ce dialogue, la reine a voulu s’assurer de la fidélité des gens des comptes et le mettre au service de sa politique.

  • 133 Ils sont allés en nombre croissant avec l’extension de la vénalité.

44Dernier principe enfin : préserver ce qui pouvait l’être. Il n’y a pas eu renouvellement complet des cadres financiers ; le pouvoir a généralement confirmé les officiers en place. À la volonté de rupture inaugurée par Charles VIII à la suite de sa victoire militaire a succédé assez rapidement le souci de ménager. Cela a concerné tous les financiers qui bénéficiaient du statut d’officier lors des changements de règne133. Charles VIII et Anne ont confirmé le personnel en place ; c’est ce qui explique la faible importance des changements intervenus à la Chambre des comptes et la stabilité croissante du personnel de finances. C’est ce qui permet de comprendre enfin les égards dont ont bénéficié certains officiers comme Jean Parajau qui a été autorisé après sa suspension de la trésorerie générale à prendre la charge de premier président à la Chambre.

II. LE JEU DES INFLUENCES

45Dans les changements opérés et derrière les permanences, quatre influences ont joué tout au long de la période : celle du roi, celle des grands officiers, celle des Grands, celle des receveurs eux-mêmes.

A. LES NOMINATIONS ROYALES

46L’intervention directe des souverains dans la nomination du personnel en Bretagne est difficilement mesurable. Si elle a joué sans nul doute dans les changements du haut personnel sous tous les règnes, pour les catégories inférieures, les éléments d’appréciation manquent. À l’exception d’un cas celui d’Anne de Bretagne en 1498 pour laquelle on a conservé la liste des postes qu’elle devait pourvoir. Ce document doit donc être présenté et analysé. L’influence des souverains est aussi, pour toutes les périodes, lisible dans le rôle joué dans la vie financière par les membres de leurs hôtels et par les officiers qui leur étaient proches, c’est-à-dire essentiellement le chancelier qui contrôlait le processus de nomination et les notaires et secrétaires royaux qui étaient aux premières loges pour en bénéficier.

1. Les nominations d’Anne de Bretagne

  • 134 ALA E 128/22, cf annexe n° 3.
  • 135 C’est-à-dire entre le mois d’avril et le mois d’août 1498. Le document fait allusion à des pourpar (...)

47La liste des postes à pourvoir dans le duché a été remise à Anne134 peu de temps après le décès de Charles VIII, alors que les premiers contacts ont été noués avec les Beaujeu et Louis XII135. Elle a été probablement inspirée par le prince d’Orange qui se voit attribuer des charges importantes comme celle de vice-amiral, de garde de la nef de Morlaix et de capitaine de Rennes et dont le rôle de conseiller privilégié est souligné à plusieurs reprises.

  • 136 La chancellerie est précisément mentionnée.
  • 137 Il est ainsi conseille de former une ambassade composée des personnages importants du duché pour d (...)
  • 138 Le moment de sa venue doit être particulièrement choisi comme l’indique cet extrait : « et quant à (...)

48L’intérêt de ce document pour notre sujet réside dans le lien qui est constamment fait entre les conseils donnés à Anne pour reprendre le contrôle du duché et la nécessité de s’assurer de la maîtrise des finances bretonnes. Argent et pouvoir sont donc associés, l’exercice du second est suspendu à la captation du premier. En première partie, Anne reçoit le conseil de maintenir un dialogue avec le roi et son entourage. Cela doit passer par des courriers fréquents et la nomination d’un représentant permanent à la cour. Elle doit ensuite conforter sa légitimité dans le duché. Cet aspect est celui qui fait l’objet des plus longs développements. Il implique que la reine confirme les institutions136 et les officiers en place, qu’elle prévoie aussi des libéralités en matière financière. Il suppose ensuite l’ouverture d’un dialogue avec les notables principalement urbains et nobiliaires. Ceux-ci doivent être tenus informés de l’évolution de la situation, être associés aux mesures à prendre et sollicités pour apporter leur concours à Anne137. Il impose enfin que celle-ci se rende personnellement en Bretagne138 accompagnée des plus importants représentants du duché pour se montrer à son peuple.

  • 139 Le texte précise leur mission : « Ils devront appeler avec eux nombre de gens de biens de chacune (...)
  • 140 Il est ajouté : « Sur quoy sera bon ordonnez ausdits nommez les sommes qu’il plaira à la royne qu’ (...)

49Dans cet énoncé de conseils – qui ont été tous suivis –, l’importance de l’aspect financier est marquée à trois reprises. La première mention est faite quand il est suggéré d’envoyer une ambassade de notables devant le roi. Ils doivent rappeler à ce dernier la pauvreté du pays « au moyen des guerres qui nagueres ont eu cours oudit pays au moyen mesmes par raison du descry des monnayes ensemble des deniers qui ont esté tirez hors ». Une deuxième allusion intervient après qu’il a été prescrit de nommer dans chaque ville bretonne des représentants du lieutenant chargés de préparer le voyage de la reine139. Là encore, il faut disposer d’argent, c’est pourquoi il est dit : « Item sera pourveu au fait de la recepte des fermes et deniers ordinaires comme par la royne sera advisé et ordonné et principallement au fait de la prevosté de Nantes et recettes ordinaires où n’y a homme qui les serve de forme que les deniers en sont sûrs pour la royne ». En fin de document, l’importance du contrôle des finances est rappelée une nouvelle fois, en forme de récapitulation : « Et pourtant que les dessusditz et autres ordonnez esdites villes chacun en son esgart auront cause de mise semble que promptement doit estre pourveu de tresorier et quequessoit de receveurs et fermiers pour recueillir ce qu’il y a d’ordinaire pour ceste presente année qui monte par estimacion environ 147 480 l.140.

50Les finances apparaissent tout au long de ce texte comme le moyen qui doit permettre à Anne de réaliser ses ambitions. L’argent doit servir à payer les pensions, à soulager la population, à démontrer la puissance de la duchesse. Il doit pour cela être perçu par des gens sûrs.

  • 141 L’évêché de Saint-Malo est subdivisé.
  • 142 Nantes, Ploërmel, Dinan, Guérande, Rennes, Fougères.
  • 143 Pour les autres fermes, il est simplement indiqué qu’il faut vérifier les cautions des preneurs.

51C’est pourquoi le document, dans sa deuxième partie, énumère les principales charges auxquelles il faut attribuer un titulaire. On y trouve trois grands offices : la trésorerie générale, la trésorerie des guerres et le contrôle général. Viennent ensuite dix recettes de fouage141, six recettes ordinaires142 et la prévôté de Nantes où il est nécessaire de nommer un nouveau commis143. De façon générale, l’auteur du texte se contente de nommer les candidats ou les titulaires des postes. Un seul postulant fait l’objet d’un commentaire, désobligeant en l’occurrence. Il s’agit de Laurent Pares, candidat à la trésorerie des guerres dont il est dit que « james n’a peu estre rangé à rendre compte ».

  • 144 Ils rendaient également des services au prince d’Orange.

52Parmi les charges présentées, trois cas apparaissent. Il y a en premier lieu celles qui ont déjà été pourvues par la reine au moment de la rédaction du document : c’est le cas des recettes du fouage de Dol, attribuée à Jacques de Lorignière, de Tréguier, donnée à Pierre Gibon, de Saint-Malo, donnée à Michel Carré, de la recette ordinaire de Ploërmel qui est revenue à Guillaume Bérard. Ces nominations font apparaître les favoris de la reine : trois d’entre eux sont attachés à son hôtel – Lorignière comme valet de chambre, Michel Carré comme apothicaire, Guillaume Bérard comme écuyer de bouche –, le dernier appartient à une famille qui était déjà bien en cour avant 1491, les Gibon du Grisso144. À cette première catégorie, on peut ajouter la recette ordinaire de Dinan où le vicomte de Rohan demande le maintien de son receveur, Guillaume Le Bascle, et, par là même, confirmation du don de cette portion du domaine ducal. Une deuxième catégorie regroupe les charges dont on mentionne seulement les responsables : c’est le cas de Michel Thierry à Rennes, de Jean Hagomar à Fougères mais aussi de Clément Collet à Nantes. Doit-on en conclure que cela est dû à la reconduction automatique des titulaires ou que les noms sont mentionnés pour que la reine formule son avis ? La première hypothèse semble la plus vraisemblable, surtout pour Rennes et pour Fougères.

  • 145 À signaler le cas original du contrôle général qui est doté d’un titulaire, La Haye – il s’agit sa (...)
  • 146 Olivier Barraud, candidat à sa propre succession, est confronté à Lespinay.
  • 147 C’est l’exemple de Gilles Le Breton qui postule pour Vannes et Saint-Brieuc, à défaut de Vannes.
  • 148 C’est le cas également de Pierre Pinart dont la candidature à la recette des fouages dans l’évêché (...)

53Viennent enfin les recettes qui font l’objet d’une sollicitation. Là encore les situations sont diverses : on peut trouver un seul demandeur comme François Davillé pour les fouages de Rennes145, deux comme à Saint-Brieuc ou pour la trésorerie générale146, voire davantage, le maximum étant atteint par Vannes où cinq personnes sont en lice. La volonté d’aboutir conduit certains candidats à demander plusieurs recettes147 ou à avoir recours aux services d’un solliciteur chargé de défendre leur cause : c’est le cas d’Olivier Cousquer qui pourchasse la recette des fouages de Vannes pour un sien parent148.

  • 149 De la même manière, les trois candidats pour les fouages de Nantes – Le Mirenne, Yvon Guyolle, Vin (...)
  • 150 ALA E 209/23.

54Ce document révèle que les nominations de la reine résultent de plusieurs éléments : la volonté d’Anne elle-même qui récompense avant tout ses proches (d’où la nécessité pour être satisfait de vivre à proximité de ce pouvoir), les candidatures ouvertement exprimées, les sollicitations diverses où celle des Grands apparaît en la personne du vicomte de Rohan et sans doute aussi du prince d’Orange. Si l’on compare cette liste avec les nominations effectives, on constate que la reine a affirmé des choix : Jean de Lespinay a été préféré à Olivier Barraud à la trésorerie ; Anne n’a pas changé le titulaire du contrôle général149. Elle a aussi cherché à satisfaire dans la mesure du possible les solliciteurs en attribuant ce qui était demandé – Daville a été nommé à Rennes –, en offrant des compensations – Jean de Ros a reçu la trésorerie des guerres à la place des fouages de Cornouaille – ou en multipliant les postes – les évêchés de Rennes et de Vannes ont été ainsi subdivisés –. Elle a aussi déçu : Pierre Pinart, malgré l’appui de son solliciteur, n’a pas obtenu Léon ; elle a subi d’autres influences : certains receveurs du fouage effectivement nommés ne figuraient pas sur la liste comme Thébaud Goures à Saint-Brieuc – et elle a apparemment changé d’avis puisque vers 1502, un certain Pontalasne « demandait à être rescompensé par la royne de la recepte des fouages et impostz de Saint-Brieuc qu’elle luy donna incontinant après le trespas du roy et avant nul autres recours au registre de Guillaume de Forestz »150.

55Quel qu’ait été le sort réservé aux différentes demandes, on peut de toute façon, grâce à ce document, conclure qu’Anne est intervenue dans les mutations du personnel en 1498, ce qui confirme l’importance de la restauration qui s’est produite cette année-là. Il est dommage que pour les autres règnes, on ne dispose pas de telles sources. À l’exception d’un Gilbert Bayard qui a dû sa nomination à l’office de général aux services qu’il avait rendus à François Ier, on ne peut apprécier l’intervention directe des souverains dans les nominations en Bretagne. Il faut donc élargir la perspective et rechercher par quels autres biais leur influence a pu s’exercer.

2. Les proches des souverains

a. Le personnel des hôtels royaux

  • 151 Guillaume Gueguen, Raoul Calvy, Jean Callouet, Jean François de Cardonne, Gilles de Commacre, Nico (...)
  • 152 Il s agit de Gabriel Miron. On voit dans ce cas une nouvelle illustration de la remarque de Mickae (...)

56Comme la liste d’Anne de Bretagne l’a montré, les serviteurs des souverains étaient bien placés pour obtenir des postes. L’influence royale dans les nominations peut donc être recherchée aussi dans la part prise par les membres des hôtels royaux parmi les financiers. Sur l’ensemble du personnel, vingt et un répondent à ce critère151. Ils occupaient des tâches diverses auprès des souverains : sommelier d’échansonnerie (2), écuyer de bouche (1), valet de chambre (2), apothicaire (2) et médecin (l)152, aumôniers (3) mais aussi maîtres d’hôtel (4), trésoriers (2) et contrôleurs (2), clerc de l’hôtel (1 + un inconnu). Inégales en dignité, inégales dans les relations qu’elles permettaient avec le monarque, ces charges ont valu à leurs titulaires des sinécures ou des responsabilités d’importance variable. Les maîtres d’hôtel Cardonne et Gilles de La Pommeraie ont bénéficié l’un de l’office de général (puis de président à la Chambre des comptes), l’autre de celui de premier président de la Chambre des comptes alors que le sommelier d’échansonnerie Olivier du Tertre devait se contenter de la modeste recette de Lannion.

  • 153 Huit ont reçu soit une charge de président, soit une charge de second président.
  • 154 Nous n’avons pas pris en compte de gens comme Olivier Le Flour ou Jean de La Règneraye qui devaien (...)
  • 155 Pour La Pommeraie, cf. notice n° 461 ; pour Commacre, cf. notice n° 469. La place dans les maisons (...)

57Si l’on fait un bilan, on remarque que sur les vingt et un, dix ont obtenu une charge à la Chambre des comptes, quatre une recette ordinaire, trois ont bénéficié d’une charge de contrôleur général, quatre d’une recette de fouage. Ces chiffres montrent que la faveur a fait sentir ses effets soit dans l’institution la plus prestigieuse du duché, surtout parmi les présidents153 et à un moindre degré parmi les maîtres, soit dans les terres domaniales elles-mêmes154. Ce placement des familiers des souverains a joué surtout sous Charles VIII et Anne : treize sur vingt et un appartenaient à cette période. Cela est peut-être révélateur de comportements encore marqués par la tradition – où toute carrière importante passait par un hôtel royal – mais le signe aussi sans nul doute de la part de ces souverains d’une volonté d’appropriation ou de réappropriation de la Bretagne, le meilleur exemple étant fourni par Charles VIII nommant son maître d’hôtel comme général de Bretagne. La part s’est réduite ensuite mais ce n’est sans doute pas le fait du hasard si deux des plus belles carrières que l’on rencontre sous François Ier ont été effectuées par des gens qui ont su concilier service proche du roi et prises de responsabilités en Bretagne : il s’agit de Gilles de Commacre et de Gilles de La Pommeraie155.

b. Le chancelier

  • 156 Sans vouloir entrer dans des développements qui nous éloigneraient trop de notre propos, il faut t (...)
  • 157 A.N. J 968 l3.

58Un autre domaine peut permettre de mesurer l’importance de l’influence royale dans les nominations : c’est l’intervention du chancelier qui devait mettre les sceaux sur tous les actes royaux. A travers le chancelier, agissent aussi tous ceux qui jouent un rôle dans la rédaction des actes, notamment les secrétaires des finances qui disposaient aussi d’un pouvoir – et qui faisaient donc l’objet de sollicitations – et plus largement les notaires et secrétaires royaux. Pour le chancelier, on a conservé quelques documents pour la fin des années 1530. Ils laissent apercevoir le rôle de Du Bourg, chancelier de 1535 à 1538156. Cinq lettres qui lui sont adressées ont trait à des nominations d’officier. Elles le montrent toutes dans un rôle charnière, même si l’attente qui est exprimée par ses correspondants n’est pas de même nature. Dans une lettre qui lui est écrite par le connétable de Montmorency, il lui est simplement demandé de délivrer l’acte instituant Gilles de La Pommeraie, premier président à la Chambre des comptes. Le ton est ferme : « msgr votre plaisir sera depescher ledit acquit et office » et relève plus de l’ordre que de la sollicitation157. Les autres missives révèlent davantage la part qu’il pouvait prendre lui-même dans les nominations. La première est écrite par la Chambre des comptes qui demande que l’on institue le payeur qu’elle a choisie et qui veut donc qu’on reconnaisse son pouvoir de choisir le titulaire de ce poste. Le ton est plus obséquieux :

  • 158 A.N. J 967 1017.

« nous vous supplions msgr, si humblement qu’il nous est possible, qu’il vous plaise avoir le college de ceans, qui est du tout dedié à votre service, en votre bonne grâce, souvenance et recommandation et le conserver et entretenir es privileges et benefices qu’il a pieu audit sr et ses predecesseurs luy octroyer et en cest endroit msgr et tous autres nous vous tenons comme notre bon protecteur et conservateur auquel seul povons avoir notre adresse »158.

  • 159 A.N. J 968 252.
  • 160 Ce qui révèle bien que tout protecteur se crée des obligés, A.N. J 967 n° 96.

59La deuxième sollicite – en faveur de Jacques Viart – l’appui du chancelier pour l’obtention d’un office au grand conseil en lieu et place d’une charge de maître des comptes en Bretagne159. La troisième émane d’un second président de la Chambre, en l’occurrence Jean de Plédran, – qui a bénéficié précédemment de l’appui du chancelier pour obtenir son office – qui ne parvient pas à faire reconnaître sa nomination par ses pairs. De Plédran indique clairement : en laquelle – la charge de second président –» ne puis estre receu si par vous monseigneur et vray protecteur ne me y est pourveu de remede convenable ». Et plus loin, il précise : « me obligeant de plus en plus à vous faire tres humblement service »160. La dernière lettre est plus originale : elle est écrite par le procureur de la Chambre des comptes – Alain de La Bouexière – pour demander au chancelier de s’opposer à la résignation qu’Etienne Tissart, payeur des gens des comptes, entend faire de sa charge parce qu’il n’a pas réglé ses comptes. Tous ces documents montrent que le chancelier ne nommait pas directement (encore que de Plédran a dû à son appui le fait d’accéder à la seconde présidence des comptes) mais que sa position le mettait en mesure d’influer sur les choix et de tenir une place essentielle dans le mécanisme des résignations, chaque responsable ou bénéficiaire devant obtenir l’aval du pouvoir.

c. Notaires et secrétaires royaux

  • 161 A.N. J 968 252. L’influence de Breton a pu jouer aussi pour le maître des comptes, Marc de La Rue, (...)
  • 162 Cas voisin de La Primaudaie, secrétaire en finances à partir de 1483 – voir notice n° 18 – et qui (...)

60À l’influence du chancelier venait s’ajouter celle des secrétaires des finances. Jean Breton, sr de Villandry, agissait ainsi à l’occasion comme intercesseur dans les mouvements de personnel : c’est lui qui est intervenu auprès de Du Bourg pour que Jacques Viart obtienne un office au grand conseil161. Avec Cosme Clausse, on passe à une seconde catégorie qui est celle du secrétaire des finances qui profite de sa position pour se faire octroyer des offices : il fut nommé président à la Chambre en 1545 après la mort de Gilles de La Pommeraie162.

  • 163 Chevalier, op. cit., p. 480 ; cette charge constituait aussi, comme le précise Hamon, une étape cl (...)
  • 164 Jean Régnier, Jean Davy, Jean de La Rue, Jean de La Primaudaie, Thomas Bohier, Henri Bohier, Jean (...)
  • 165 Il faut mentionner toutefois le cas particulier de Jean Régnier, dont la carrière a commencé en Br (...)

61Par son intermédiaire, on touche au groupe des notaires et secrétaires royaux qui gravitaient autour de la chancellerie. Non pas que la plupart d’entre eux effectuaient véritablement des tâches d’écriture mais parce que cette charge offrait (en dehors du fait qu’elle valait à son détenteur d’être anobli), comme l’écrit Bernard Chevalier, « une position fort avantageuse, tout près du conseil royal, en bonne place pour capter l’information utile et les bienveillances nécessaires »163. Dans notre corpus, nous avons repéré seize notaires et secrétaires royaux164. Quatre ont obtenu une recette de fouage, quatre un office à la Chambre des comptes. Les autres ont occupé des grandes charges : général (2), contrôleur (3), trésorier (3). Leur classement chronologique fait apparaître deux périodes d’arrivée dans le duché : dix ont trouvé à s’y employer sous le règne de Charles VIII, cinq y ont occupé des emplois sous François Ier et plus précisément au cours des années 1520 (4). Cette périodisation fait apparaître, par contraste, la faiblesse de leur rôle sous Anne de Bretagne où, à l’exception de ceux qui ont réussi à se maintenir comme Nicolas Briçonnet, il n’y a pas eu de nouvelles nominations165. L’interprétation de ces données doit tenir compte des mouvements longs – il est devenu, surtout sous François Ier, moins nécessaire d’occuper une charge de notaire pour mener une carrière financière –, des choix des hommes et des stratégies familiales mais on ne peut tout de même s’empêcher de remarquer que les périodes que l’on pourrait qualifier d’intégration active se sont accompagnées d’un appel au vivier des notaires et secrétaires royaux.

62Les charges, souvent importantes occupées par ces derniers, nous mènent aussi à approcher le monde des grands officiers, occasion pour voir quelle a été la part prise par ces derniers dans la composition du personnel en Bretagne.

B. LE RÔLE DES GRANDS OFFICIERS

  • 166 À entendre dans le sens d’appui apporté par une personne connue, pour l’obtention d’un office.
  • 167 Cette influence est indiquée dans quelques actes d’institution. C’est le cas de Nicolas Duval : qu (...)
  • 168 Chevalier, op. cit., p. 475.
  • 169 Nous sommes conscient, surtout dans les cas de Tissart, Lespinay et Parajau, que ce terme est un p (...)

63Il jouait à deux niveaux : il tenait d’abord au pouvoir de nomination qu’ont possédé les généraux et les trésoriers pendant une grande partie de la période. Ce pouvoir joua pour les receveurs du fouage qui furent essentiellement des commis jusqu’au début des années 1520 mais aussi pour les receveurs ordinaires et plus largement lors des vacances des offices après le décès du titulaire. Il y avait, de façon générale, un lien étroit entre les trésoriers et les receveurs qui exerçaient sous eux, lien qui a perduré de façon plus ténue jusqu’à la fin de la période. Le rôle des grands officiers tenait aussi – et c’est cet aspect que nous voudrions plus spécifiquement traiter – à l’influence qu’ils détenaient et qu’on peut apparenter au népotisme166. Le phénomène a été notamment décrit par Bernard Chevalier : il souligne que le népotisme pouvait prendre la forme de la résignation in favorem ou celle de l’achat d’un office pour l’un des proches du groupe suivi ensuite d’une démarche pour obtenir sa nomination effective167. Dans cette stratégie, la conquête d’un emploi important « pouvait permettre à tout un groupe de mettre la main sur l’ensemble d’un service de finance »168. Trois cas peuvent être observés en Bretagne : celui des grandes familles tourangelles tout d’abord, essentiellement sous le règne de Charles VIII, celui de Cardonne-Tissart ensuite, celui des Bretons Lespinay et Parajau enfin. On peut dans chacun des cas parler de réseau d’influence169 dans la mesure où chacune de ces familles a réussi à placer plusieurs de ses membres dans différentes charges stratégiques du duché, grandes charges, recettes particulières ou offices de la Chambre des comptes.

  • 170 Cf. les travaux de Bernard Chevalier, de Mickaël Harsgor, de Lapeyre et Scheurer.
  • 171 Toutes les charges importantes de l’hôtel d’Anne de Bretagne ont été accaparées par des hommes iss (...)
  • 172 Il était l’époux de Catherine Briçonnet.
  • 173 Cf. notice n° 179.
  • 174 Chaque grand officier a tendance à créer son propre « réseau » : Barraud a fait venir en Bretagne (...)
  • 175 Il est peut-être identifiable avec le s’ du Plessis-Rideau, trésorier général de Provence et du Da (...)

64Nous avons déjà rappelé qu’au moment où la Bretagne fut conquise, le monde financier était dominé par les grandes familles tourangelles où se distinguaient les Briçonnet, les Beaune, les Berthelot, familles qui avaient tissé entre elles des liens de parenté170 et qui avaient su intégrer les nouvelles personnalités venues d’autres horizons comme Thomas Bohier par exemple. À partir du mariage d’Anne de Bretagne et de Charles VIII, la Bretagne est devenue un « terrain de chasse » pour ces grandes familles financières. La conquête est menée sur deux plans : à la cour et en Bretagne. Au sommet, joue l’influence de Guillaume Briçonnet dont le rôle au conseil royal permet de servir les intérêts du clan. Toujours au niveau central, la prise de contrôle de l’hôtel de la reine permet de tenir un autre levier de commande. Ici se développe l’influence de Jacques de Beaune dont on a vu qu’il devint trésorier d’Anne de Bretagne dès 1491171. Cette place privilégiée au coeur du pouvoir permet d’imposer l’influence des membres la famille dans le duché. L’étape importante est constituée par la prise de contrôle de la trésorerie générale par Thomas Bohier172 dès le mois d’avril 1491. En même temps, son frère Henri se voit confier la recette des fouages dans l’évêché de Nantes et Guillaume de Beaune reçoit, pour sa part, un siège de maître à la Chambre des comptes. L’influence du clan bénéficie peut-être même à des parents éloignés en s’étendant à des recettes ordinaires comme celle de Brest où l’on note l’arrivée d’un Robert Bohier173. L’abandon de la trésorerie par Thomas Bohier n’affaiblit pas la mainmise de ces familles puisque son commis Olivier Barraud lui succède174 : il était, par son mariage avec Peronnelle Briçonnet, apparenté lui-aussi à la famille des Briçonnet et son épouse était la cousine de la femme de Thomas. Dans le même temps, Jean du Bois de Fontaine, époux d’une fille de Thomas, obtient la charge de contrôleur général avant de la céder à Nicolas Briçonnet, fils de Guillaume, évêque puis cardinal de Saint-Malo. Un autre membre de la famille, Jean Briçonnet prend, quant à lui, la charge de percevoir les aides de Bretagne et fait un temps la recette du fouage dans l’évêché de Tréguier175.

  • 176 Cette offensive fut menée aussi sur le plan religieux et judiciaire. Les familles tourangelles acc (...)

65Grâce aux positions occupées au niveau central176, ces familles surent faire la preuve de leur efficacité, se rendre indispensables et, grâce aux hasards de l’histoire, préparer l’avenir. En effet, à l’exception d’Olivier Barraud mis à l’écart de la trésorerie générale en 1498, les autres représentants du clan encore présents dans le duché, après le décès de Charles VIII, réussissent à garder leur charge : c’est le cas de Nicolas Briçonnet au contrôle général et de Guillaume de Beaune à la Chambre des comptes.

  • 177 C’est vrai sans doute pour François Tissart qui prend la recette ordinaire de Nantes après la mort (...)
  • 178 Nicolas Duval avait eu lui-même Philibert Tissart et Guillaume Loysel comme commis, de 1512 à 1517
  • 179 Cf. notice n° 59.
  • 180 Guy de Tours récupéra ensuite le double héritage de Bertrand de Tours et de Gilles Lesné et devint (...)
  • 181 Il est présenté comme tel dans le Journal d’un Bourgeois de Paris, op. cit., p. 255-259.
  • 182 Le premier compte, qu’il rendit pour cette charge le 16 mai 1522, couvrait une période de six anné (...)

66Le deuxième réseau que l’on peut identifier est celui constitué par Cardonne-Tissart. Le premier nommé ne semble pas avoir eu d’influence déterminante, ce qui confirmerait son manque d’appuis dans le milieu financier du temps et explique, que sous Charles VIII, ce soient les familles tourangelles qui aient imposé leurs candidats. Il a tout de même probablement favorisé la venue de François et de Philibert Tissart en Bretagne177. L’accession de ce dernier à la généralité semble avoir été plus décisive. Il faut avancer avec prudence faute de sources certaines mais la « prolifération » de Tissart, ou d’officiers qui leur étaient proches, que l’on constate à partir de 1516 est trop soudaine pour qu’elle relève seulement de la coïncidence. Sept personnes apparentées à cette famille sont en effet repérables, en plus du général. Leur influence s’affirme dans les institutions importantes comme la Chambre des comptes où deux membres du clan s’introduisent : François Tissart, frère de Philibert, devient maître entre 1515 et 1524 et Etienne Tissart, succède comme payeur à Nicolas Duval vers 1520178. Dans la catégorie des receveurs, on relève la présence d’un Claude Tissart qui fait un passage à la recette des aides179, de Gilles Lesné, époux d’Anne Tissart, receveur des impôts et fouages de Cornouaille. Bertrand de Tours, époux d’Antoinette Tissart, contrôle, pour sa part, la trésorerie des guerres et de l’Épargne de 1516 au moins à 1518180. Michel Menant, parent de Philibert Tissart181 est un temps trésorier de l’artillerie182 et trésorier de la marine. Avec les Tissart, il y a donc là aussi un réseau qui trouve des prolongements dans le milieu ecclésiastique avec Léon Tissart, abbé de Buzay.

  • 183 Lespinay et Parajau étaient tous les deux originaires de Plessé, leurs deux familles étaient liées (...)
  • 184 ALA B 4297 f° 542 et f° 544. Il fit lui-même la perception des fruits de plusieurs seigneuries sai (...)
  • 185 ALA B 4296 f° 45. Il était par ailleurs le parrain de la fille de Clément Dautie (cf. notice n° 33 (...)
  • 186 Il s’imposa ensuite comme receveur.
  • 187 Çf. supra p. 212.

67Le troisième réseau est celui de Jean de Lespinay et de Jean Parajau. Il plongeait ses racines dans la Bretagne ducale d’avant 1491 et avait pour référence géographique le berceau de ces deux familles dans la région de Plessé et du Gâvre183. L’influence de Lespinay fut certainement la plus importante. Il administra personnellement des recettes soit temporairement, comme la recette ordinaire de Nantes, soit plus longuement comme celle des devoirs de billots et appétissements de 1500 à au moins 1515184. Parallèlement, il chercha à contrôler un certain nombre de charges en y plaçant des hommes à lui : ainsi pour la recette ordinaire de Nantes qu’il confia à Pierre Avignon après la mort de Clément Collet puis à son propre fils Guillaume, ainsi pour la recette du Gâvre où il commit Jean de La Rivière, le 21 juillet 1503. Il accorda une attention particulière à la recette des fouages de Dol qu’il contrôla au moins jusqu’en 1519 d’abord par son clerc Jean Baptiste de Servy puis par le biais de Jean Paubert et de François Bonnet. Son influence s’étendait aussi aux milieux rennais – il avait commis Michel Thierry à la recette des fouages de cet évêché en septembre 1500185 – et à la recette des fouages de Léon où Charles Jouhan fut commis par lui pour faire la recette après la mort de Jean Carré en 1518186. Cette influence dans le monde des receveurs (pour ne rien dire sur le monde des fermes où là aussi les solidarités du clan devaient jouer) était complétée par la détention de charges à la Chambre des comptes. Depuis 1492, la famille Lespinay était représentée dans cette institution : par le trésorier lui-même jusqu’en 1498, puis par son fils Jean – secrétaire jusqu’en 1515 puis maître après la résignation de Regnaud de Brignac – et enfin par son petit-fils jusqu’en 1524. La présentation du personnel de la Chambre nous a montré par ailleurs, qu’à cette date plusieurs autres de ses membres pouvaient être considérés comme les alliés de sa famille187.

68Parajau hérita de ce réseau et son institution à la trésorerie générale se plaça dans la continuité de l’action de Lespinay. On dispose cependant en ce qui le concerne d’informations plus précises qui viennent des poursuites menées à son encontre à la fin des années 1520. Après sa suspension en 1528 et après avoir tenté de se soustraire à la sanction qui lui était infligée, il accepta de se soumettre au contrôle en rendant ses comptes à la Chambre. Pensant que sa docilité pouvait annuler les raisons de sa suspension, il se présenta devant le personnel de cette institution, le 27 mars 1528, et demanda à être réintégré dans sa charge. Pour convaincre les gens des comptes, il fit deux propositions : d’abord de payer ce qu’il devait (« fors 1 124 l. luy mis en sourceance »), puis de donner une caution équivalent à un quartier de la recette de la trésorerie générale. À cette fin, il produisit une série de personnages qui vinrent personnellement à la Chambre se porter caution pour lui.

  • 188 À identifier sans doute avec l’individu du même nom qui demeurait à Pontchâteau et qui fut commis (...)
  • 189 Le procureur de la Chambre affirme, le 4 décembre 1535, que Durant et Parajau « estoint grants amy (...)
  • 190 Un individu du même nom était fermier du billot de Dol en 1522 – ALA B 569 f° 6 –, fermier de l’im (...)
  • 191 Il eut lui-aussi une importante carrière financière à son actif en tant que fermier des impôts et (...)
  • 192 Il était lui-aussi de Dinan et il prit plusieurs fermes dont celle du billot de Dol en 1528, celle (...)
  • 193 Abel Rouaud, sr de Tréguer : il était l’époux de Jeanne, la fille du trésorier Lespinay.
  • 194 Comme Jean Parajau, sr de Logoden/La Godolin.
  • 195 Il était marié, comme l’ancien trésorier, avec une Robelot.
  • 196 Il était marié avec une certaine Marie Parajau. Seules deux personnes n’ont pu être identifiées : (...)

69Ce groupe était composé de quinze personnes dont la majorité avaient exercé ou exerçaient une activité financière (onze personnes répondaient à ce critère) soit comme receveurs : c’était le cas de Jean du Fresne, sr de Landerullo, receveur ordinaire de Dinan et receveur du fouage dans l’évêché de Saint-Malo, de Charles Jouhan, sr du Bourrount, receveur du fouage dans l’évêché de Léon, ancien huissier de la Chambre, de François Delalande, bourgeois et receveur ordinaire de Dinan, de Jean Eon188 ; soit comme fermiers : c’était le cas de Jean Durant, fermier de la prévôté de Nantes189, de Jean Le Mercier190, d’Abel Courtais191, de Hamon Goulart192 ; soit comme commis de Parajau à l’instar de François Le Coutelier, ancien commis à ravitaillement des bateaux de Brest ; soit enfin comme membres de la Chambre. Deux étaient dans ce cas (mais ils avaient auparavant exercé des activités financières) : il s’agit de Jean Coué, sr du Brossay, secrétaire, et de Jean de La Rivière, secrétaire et greffier, ancien receveur ordinaire du Gâvre. Les autres personnages se rattachaient dans deux cas soit à la famille de Lespinay193, soit à celle de Parajau194. Les liens de parenté ne se limitaient d’ailleurs pas à ces deux personnes puisque parmi les financiers, deux au moins avaient des liens avec Jean de Lespinay – c’était le cas de Jean Coué195 – ou avec Jean Parajau – c’était le cas de Jean du Fresne196.

  • 197 Il fut fermier du 1er octobre 1525 au 1er octobre 1528, ALA B 30 f°217. Après sa mise à l’écart, P (...)
  • 198 Parajau avait également reçu 1 500 l. du commis du receveur des fouages de Nantes, en avance sur l (...)

70L’importance des sommes enjeu explique le nombre de personnes appelées à servir de caution. On ne peut cependant s’empêcher de penser, du fait des activités des personnes présentées, du fait aussi des liens familiaux existant entre certaines d’entre elles, qu’une telle mobilisation s’apparentait davantage à une association qu’à des liens de népotisme traditionnels. Jean Parajau a sollicité ses proches et ses associés afin de garder son office mais on pressent aussi que son maintien dans cette charge était vital pour toute une série de financiers qui avaient probablement bénéficié de son appui dans le cadre de leur activité et qui l’avaient aidé dans l’exercice de la sienne. La nécessité pour le trésorier de disposer régulièrement de sommes importantes supposait que cet officier pût compter sur des hommes fiables qui fussent à même de lui fournir des fonds quand cela était nécessaire. Il est significatif à cet égard que l’on retrouve deux des cautions de Parajau parmi les receveurs qui lui avaient fait des avances sur les rentrées de l’année 1528 : il s’agit de Jean Durant197, fermier de la prévôté, qui lui avait versé 8 207 l. 10 s. et de Jean du Fresne, receveur des fouages dans l’évêché de Dol, qui lui avait avancé 2 000 l. 198.

71Le réseau Lespinay pas plus que celui de Parajau n’ont pu contrôler toutes les charges financières du duché. Les deux hommes ont dû compter, notamment à partir de 1516, avec un général, en l’occurrence Philibert Tissart, plus soucieux de placer les siens que ne l’avait été Cardonne et qui bénéficiait de l’appui du pouvoir central, appui qui fit défaut à Lespinay après la mort d’Anne de Bretagne en 1514. Jusqu’en 1524-1528, on constate ainsi, grâce à certains indices, qu’un partage d’influence s’est opéré entre le trésorier et le général, chacun imposant sa marque dans des charges spécifiques : Lespinay et Parajau semblent avoir tous deux contrôlé la recette des fouages de Dol qui est passée successivement de J. B. de Servy, commis de Lespinay à Jean Paubert puis à François Bonnet, aux Callac et enfin à Jean du Fresne ; l’influence des Tissart s’est fait sentir, en dehors de la trésorerie des guerres, dans la recette des fouages de Cornouaille qui est revenue à Gilles Lesné qui était l’époux d’une Tissart. Ce partage d’influence n’a pas été exempt de rivalités : c’est ce qui expliquerait peut-être pourquoi Michel Moysan a été en 1519 chargé de la recette des fouages dans l’évêché de Léon en même temps que Charles Jouhan (alors que ce dernier avait été commis par Lespinay l’année précédente). Dans ce cas, l’affrontement, si tant est qu’il ait eu lieu, s’est terminé à l’avantage du trésorier puisque Jouhan fit seul la recette du fouage à partir de 1520.

72Après la mise à l’écart de Parajau et de Tissart en 1528, un lien s’est maintenu entre le trésorier et les receveurs mais on ne trouve plus, après cette date, de réseau organisé autour des trésoriers ni a fortiori des généraux. Leur influence semble s’être limitée à prendre eux-mêmes en charge une recette comme Noël Barbillon à Tréguier et encore est-ce après sa mise à l’écart de la trésorerie, ou Michel Cosson à Vannes – mais ils n’ont pu étendre leurs ramifications plus loin. Le passage très bref de certains d’entre eux – comme Palamède Gontier ou Barbillon –, la situation de dépendance dans laquelle étaient placés certains autres comme Michel Cosson, voire Florimond Le Charron, n’ont pas permis à de tels liens de se reconstituer. A joué aussi contre eux le fait d’avoir hérité de fonctions dévalorisées qui ne leur permettaient plus d’inscrire leur action dans la durée et de tisser des liens avec les receveurs.

73Si l’on fait le bilan, on constate que sous Charles VIII le réseau tourangeau a accaparé de nombreux postes en Bretagne. Ce réseau a été sans nul doute le plus puissant, par le nombre et l’importance des charges contrôlées et par le fait qu’il s’appuyait aussi sur une solide implantation dans les hôtels royaux. Son extension en Bretagne n’a été que l’un des aspects d’une toile qui s’étendait au royaume tout entier. À partir de 1498, les trésoriers Lespinay et Parajau ont pu tisser ou réactiver des liens dans les principaux secteurs de l’administration financière, faisant ainsi concurrence aux financiers tourangeaux. L’attaque menée par le pouvoir contre le général et le trésorier en 1527-1528 a contribué à défaire ces réseaux et surtout à briser les liens qui pouvaient exister entre le haut personnel et les receveurs de base. Elle a permis aussi à d’autres influences de s’affirmer dont celle des grandes maisons nobiliaires.

C. L’INFLUENCE DES GRANDS

  • 199 C.A.F., t. I, 3452.
  • 200 Le 5 juin 1534, Jean de Laval-Châteaubriant recevait un office pour en faire son profit à la condi (...)
  • 201 Alain Bertho fut institué en septembre 1529 receveur de Lamballe par le roi à la presentation du d (...)
  • 202 Mention du 11 juillet 1530, Broussillon, op. cit., 2349, p. 99-100.
  • 203 Cas notamment de Clérembaud Leclerc qui, malgré l’appui de Louise, la sœur du connétable de Montmo (...)

74Ils ont exercé de tout temps une influence dans les nominations. Il leur était en effet indispensable de disposer dans l’appareil financier d’officiers dévoués. Trois raisons expliquent cela. La première était une raison d’ordre privé : il leur fallait, dans un monde où l’essentiel des paiements se faisaient par le biais d’assignations, compter sur des personnes fiables, pour être certains de recevoir leurs pensions. Cela leur permettait aussi, à un niveau supérieur, de financer les opérations qu’ils pouvaient mener : ainsi le 20 août 1529, Chabot eut le pouvoir d’ordonner lui-même les dépenses nécessaires pour son voyage à Plaisance auprès de l’empereur afin d’obtenir la ratification du traité de Cambrai. Les deniers nécessaires furent assignés sur Palamède Gontier, trésorier général de Bretagne, qui était un proche de l’amiral199. Le pouvoir de nommer des officiers ou de placer des serviteurs était pour un Grand révélateur d’influence. Cela pouvait passer modestement par l’octroi à un familier d’un office qu’il avait lui-même reçu charge de pourvoir200 ou par le droit de nommer le responsable financier dans un domaine aliéné201. Les puissants devaient faire la preuve de leur capacité à placer leurs serviteurs. Dans une lettre adressée au grand maître Montmorency, chargé en juin 1530 de pourvoir aux offices de la maison de la reine Eléonore, Guy XVI de Laval, qui intervient en faveur des anciens serviteurs de Claude, est très explicite : « Et en bien les trectant, j’en auray meilleur credit avec tous ceux du pays et m’en ayderay mieux pour le service du roy »202. Le pouvoir des Grands était donc proportionnel à leur capacité de nommer ou de faire nommer les gens qui les en sollicitaient. L’étendue de leur influence délimitait aussi leur rayonnement : un Montmorency intervenait dans l’ensemble du royaume alors que Guy XVI cherchait avant tout à assurer ses positions dans sa province. Ce faisant, ils se heurtaient à d’autres influences et ne réussissaient pas à tout coup203 mais ils se ménageaient, en cas de succès, des fidélités précieuses. On note enfin que le roi – Guy XVI le sous-entend bien dans sa lettre – était lui-même obligé de céder une partie de ses prérogatives en la matière aux princes afin que ceux-ci fussent mieux assurés d’être obéis dans leur charge.

  • 204 Ces services pouvaient d’ailleurs être rendus sans que le prince l’eût expressément demandé. A. Pa (...)
  • 205 A.C.A., E 84.
  • 206 L’année précédente, il avait bénéficié d’un don de 30 l. à prendre sur la recette de Nantes. En 15 (...)

75Deux degrés pouvaient exister dans les relations entre les Grands et les financiers. Le premier, il est le plus fréquent, est celui qui relève de l’échange de bons procédés, l’officier se rendant utile à un seigneur et attendant en retour à être aidé dans sa carrière204. De nombreux exemples montrent ainsi des financiers rendant des services à des princes sans qu’on sache toujours s’ils le font pour s’attirer leurs bonnes grâces – grâces indispensables à une époque où toute carrière devait bénéficier de protections –, ou parce qu’ils faisaient vraiment partie de leur clientèle. Ainsi, en mai 1545, Gilles Bricaud, sr de Viollain, secrétaire à la Chambre des comptes de Bretagne, participe, dans sa propre maison, à la reddition des comptes de Thomas Martel, receveur de Lamballe pour les années 1537-1544, terre qui appartient alors à Jean, comte de Penthièvre205. On peut supposer qu’il a été choisi pour ses qualités professionnelles et qu’il a accepté une telle tâche en espérant une récompense – pas seulement pécuniaire – de quelqu’un qui était alors gouverneur de Bretagne206. On ne peut conclure pour autant qu’il était un serviteur de Jean de Brosse.

  • 207 Qui signa sa lettre d’institution, ALA B 51 f° 346-347.
  • 208 C.A.F., t. III, 9372.
  • 209 Cf. notice n° 13.

76Le deuxième degré est constitué par les relations de type clientéliste. Le meilleur exemple pour la Bretagne est fourni par Palamède Gontier, nommé trésorier général grâce à la protection de l’amiral Chabot207. Après sa mise à l’écart de la trésorerie générale, c’est sans doute grâce à cette même protection qu’il est devenu notaire et secrétaire royal, qu’il s’est vu confier à plusieurs reprises des missions diplomatiques et surtout qu’il a retrouvé du service en Bretagne : le 24 octobre 1537, il a été commis pour exercer l’office de trésorier de la marine du Ponant à la place de Jean de Vimont suspendu jusqu’à la reddition de ses comptes208. Il a suivi logiquement l’amiral dans sa disgrâce et n’est sorti de prison qu’après sa réhabilitation209.

77Dans la perspective qui est la nôtre – montrer l’influence des Grands dans le processus de nomination –, les deux types de relations sont intéressantes car elles révèlent quel appui devait être recherché pour accéder aux offices dans le duché et elles dessinent en quelque sorte la géographie des puissants qu’il fallait flatter ou servir pour faire carrière. C’est pourquoi, nous avons retenu cinq critères pour montrer cette influence. Celle-ci est évidente quand on possède la preuve d’une intervention directe d’un prince en faveur de l’un de ses serviteurs. Dans la lettre de Guy XVI précédemment citée, la candidature d’Alexandre Dessefort est avancée :

  • 210 Bertrand de Broussillon, La maison de Laval, t. IV, 1902, notice 2349, p. 99-100.

« maistre Alexandre Desrefort, qui estait secrétaire de ladite feue dame, lequel a esté depuis à moy, m’a escript de la court, où il est present, qu’il desiroit recouvrer sondict estat en l’un desdicts lieux, me priant vous en vouloir escryre à ceste cause et que je l’ay employé par droit aux affaires du roy où il s’est bien porté et me semble qu’il est pour faire service. Je vous prie que, en ma faveur, le vueillez avoir pour recommandé et que par vostre moyen il puisse recouvrer sondict estat ou, à tout le moins, qu’il soit clerc des offices de ladite dame et de mesdits srs »210.

  • 211 La lettre révèle aussi le parcours de cet officier : il a d’abord servi la reine ; après le décès (...)
  • 212 Ils peuvent continuer a cumuler les deux types de charges.
  • 213 Dom Morice, Pr., t. III, 1039-1040.

78Le mécanisme de la faveur apparaît bien : l’officier est intervenu auprès d’un prince pour obtenir sa nomination. Ce dernier le recommande à son tour pour le poste convoité, en faisant usage de son crédit personnel mais aussi en faisant référence aux qualités déployées par le solliciteur à son propre service211. Deuxième critère utilisable : celui des financiers qui ont servi, avant leur accès à un office royal, dans une maison princière212. Cela a été le cas d’Antoine Dessefort et de Martin Chauvrais qui ont été tous les deux trésoriers généraux de princes, le premier du comte de Laval, le second du vicomte de Rohan. Troisième critère : le fait de figurer comme pensionnaire dans un hôtel princier. Ainsi Hervé du Quelenec, commis en 1536-1537 à la première présidence de la Chambre des comptes, était-il inscrit en 1540, dans l’état de la maison de Guéméné avec le titre de conseiller et bénéficiait-t-il, selon les termes de l’acte, de trois chevaux à livrée et « bouche à cour » avec 250 livres de gages213.

  • 214 On aurait pu avoir aussi recours aux procureurs envoyés lors des séances des États.
  • 215 Toussaint Commaillé est celui de Claude d’Annebaud, Bernard Tregouet celui de Suzanne de Bourbon. (...)

79Peuvent aussi être considérés comme dévoués à des seigneurs ceux qui leur servent de procureurs, témoignant ainsi de la confiance qui est placée en eux. Les archives de la Chambre des comptes révèlent qu’au moins deux types de situations pouvaient amener les seigneurs à recourir à des procureurs214. Les problèmes financiers : c’est le cas de Jean de Carheil qui sert de procureur au vicomte de Rohan dans le différend qui l’oppose à son ancien trésorier général, Martin de Chauvrais, à l’occasion de la reddition de ses comptes à la Chambre. Les prestations d’hommage : là aussi plusieurs cas s’offrent à nous en raison de l’obligation faite par le roi aux nobles, suite à l’édit de Moulins, de renouveler leurs hommages. Ainsi Antoine Bretin, payeur des gens des comptes, a-t-il été procureur du sr de Guéméné en 1543215.

  • 216 Jean de Quisistre, Mahé Baud, Guillaume Le Bascle, Gilles de La Pommeraie, Hervé du Quelenec, Anto (...)
  • 217 Guillaume Loysel l’aîné, lié aux Laval, voit son fils accéder à la Chambre des comptes après sa pr (...)
  • 218 On n’a pas pris en compte des receveurs mis en place par les nobles dans leur domaine comme Julien (...)
  • 219 Et pas dans les offices secondaires pour les serviteurs des Grands : si trois ont occupé une charg (...)

80Grâce à ces critères, nous avons établi une liste de vingt-cinq personnes216. Ce chiffre est un chiffre miminum compte tenu des lacunes de la documentation – celle-ci est plus abondante après 1515 qu’avant –, compte tenu aussi de la non prise en considération des effets indirects de ces liens qui pouvaient bénéficier à des proches217. Il doit être considéré comme un échantillon218 qui indique des tendances générales. Sur les vingt-cinq individus répertoriés, onze ont trouvé à s’employer à la Chambre des comptes, trois ont contrôlé la trésorerie générale, trois une recette du fouage, cinq une charge secondaire (2 payeurs des États, 1 payeur du conseil, 1 receveur des aides, 1 trésorier de l’Épargne). On constate ainsi un parallélisme entre les carrières des financiers protégés par les souverains et ceux qui ont servi les Grands : dans les deux cas, l’institution la plus importante du duché a servi de débouché naturel aux ambitions219.

  • 220 ALA B 53 f 78.

81L’influence des Grands est perceptible à toutes les périodes : sous Charles VIII, le maréchal de Rieux a réussi à faire nommer l’un de ses proches, Jean de Quisistre, comme secrétaire à la Chambre des comptes. On a vu précédemment que le prince d’Orange avait tenu une grande place dans le retour d’Anne en Bretagne en 1498 et qu’il a inspiré en partie les nominations faites cette année là. La famille de Rohan, qui a réussi à maintenir son receveur Guillaume Le Bascle à Dinan en 1498, voit encore son trésorier général, Martin de Chauvrais, faire son entrée à la Chambre des comptes en janvier 1549220.

  • 221 Mais il était lieutenant général en Bretagne depuis 1517. Il assumait l’essentiel des fonctions dé (...)
  • 222 Il accomplit ensuite une carrière importante qui aboutit à la Chambre des comptes en 1529. Il est (...)
  • 223 A. Pacault, op. cit., t. II, p. 452 et note 79 p. 498.
  • 224 Cf. notice n° 359.

82Ce qui frappe ensuite, surtout après 1515, c’est la montée de l’influence des Laval, que ce soit de la branche des Châteaubriant ou de celle de Vitré. On perçoit en premier lieu celle de Guy XVI, gouverneur de Bretagne de 1526 à 1531221. Dès 1515, on note l’arrivée de son trésorier général, Antoine Dessefort, comme receveur ordinaire de Nantes222. C’est à son service également que les Avril préparent leur spectaculaire ascension : Alain Avril est son trésorier et receveur général – il est attesté en tant que tel en 1526223 – tout en multipliant les spéculations fermières et avant de partir, avec ses enfants, à la conquête des offices dans les années 1530224.

  • 225 Guillaume Loysel, secrétaire puis maître des comptes, lui doit sans doute une partie de sa carrièr (...)
  • 226 La venue de Lyonnais en Bretagne – en particulier Le Charron, voire Bullioud – ne peut-elle pas au (...)
  • 227 L’essentiel du séjour de François Ier en Bretagne en 1532 s’est déroulé à Châteaubriant, ce qui su (...)
  • 228 La lettre de Jean Breton au chancelier en faveur de Viart rappelle : « msgr, vous savez comme il y (...)
  • 229 Il succède significativement à Antoine Dessefort, ce qui révèle la circulation du personnel entre (...)
  • 230 Piraud avait en plus des créances à faire valoir. Dès 1538, Jean de Châteaubriant lui avait cédé u (...)

83L’influence de Guy XVI est relayée par celle de son cousin Jean de Châteaubriant dont le poids évolue proportionnellement au rôle qu’il joue sur le plan politique225 : il occupe à partir de 1525 une place de premier plan au conseil, dont il assume même la direction en 1536 avec le cardinal de Tournon et le chancelier226. Sa nomination à la charge de gouverneur de Bretagne en 1531 en fait l’un des personnages par qui il faut passer pour obtenir une charge dans le duché ou pour en sortir227 : Jacques Viart, maître des comptes, s’adresse à lui pour obtenir un office de conseiller au grand conseil228. Coïncidence ou marque d’influence, le payeur de sa compagnie, Michel Cosson, – il est attesté comme tel en 1535 mais il a pu recevoir cette tâche plus tôt – est institué receveur du fouage dans l’évêché de Vannes en 1529229 puis commis à la trésorerie générale de Bretagne en 1532. Son secrétaire Pierre Piraud devient maître à la Chambre des comptes en 1540 après le décès de Mathurin Baud230.

  • 231 En octobre 1535, il participait à la désignation, en tant qu’oncle, d’un curateur pour Guy XVII de (...)
  • 232 Les commis de Berthereau sont les fils d’Alain Avril, c’est-à-dire de celui-là même qui avait été (...)
  • 233 ALA B 52 f° 108.

84L’influence de Jean de Laval est prolongée par celle du connétable de Montmorency. Celui-ci était apparenté à cette famille grâce au mariage de sa soeur, prénommée Anne, avec Guy XVI de Laval. Et dès les années 1530, il s’intéressait au devenir de cette maison231. Ses charges de capitaine de Nantes et de Saint-Malo le mettaient par ailleurs en mesure d’intervenir dans le duché : c’est grâce à son appui que son secrétaire Nicolas Berthereau devint receveur des fouages de Saint-Malo en 1534, profitant de la destitution de Gilles Carré en 1532232. Un de ses proches, Jean Dalesso, est nommé à la Chambre des comptes en 1536233.

  • 234 Il en prit effectivement possession en 1542.
  • 235 Broussillon, op. cit., p. 124-125. Cela tendrait à prouver que les missions qui lui ont été confié (...)
  • 236 Dans une lettre du 4 avril 1541, le connétable lui écrit : « ...et ferez au reste tout ce que vous (...)
  • 237 Bedos Rezak, op. cit., p. 35.
  • 238 A.N. J 968 l3. Le connétable est intervenu aussi pour lui faire octroyer une pension. Dans la lett (...)

85Ces premières nominations étaient le reflet de sa puissance dans l’ensemble du royaume mais, à partir de 1539, son intervention en Bretagne devient plus directe grâce à la donation qui lui est faite par Jean de Châteaubriant de l’essentiel de ses terres234. On constate dès lors une certaine confusion des rôles : de grands officiers qui tiennent des charges du roi sont aussi au service du connétable. Le premier exemple flagrant est celui de Gilles de La Pommeraie. On ne sait à quelle date il est entré au service de Montmorency. Dès 1535, il le représentait dans l’affaire de la tutelle de Guy XVII de Laval235. Il tient ensuite les premiers rôles dans la transmission de l’héritage de Jean de Châteaubriant au connétable, conseillant ce dernier sur la conduite à tenir face aux autres héritiers et dirigeant les négociations en Bretagne même236. C’est tout naturel dès lors qu’il figure dans l’instance gérant ses domaines237 et qu’il attende, en retour de son aide, d’être récompensé. Montmorency n’a pas été ingrat puisqu’il semble bien avoir pris une part décisive dans la nomination de La Pommeraie à la première présidence de la Chambre des comptes en 1537. On peut même se demander si le prix de cet office – montant à 12 000 l. –, qui a été déduit de la somme que devait Jean Parajau, n’a pas été purement et simplement accordé en don à Montmorency qui en a fait profiter Gilles de La Pommeraie. C’est du moins ce que laisse entendre la lettre du connétable au chancelier le 20 mars 1537 : « Msgr vous savez comme le roy a accordé par cy devant à msgr la Pommeraie l’office de president de ses comptes en Bretaigne que tient Parajau, sur lequel ledit sgr depescha pour cest effect un acquit de 12 000 l., comme je tiens seur que vous estes bien souvenant, et touteffoiz ledit sgr de La Pommeraie pour plus facilement en accorder avec ledit Parajau luy fournist encores du sien 1 200 l. et en ce faisant ledit Parajau luy resigne ledit office comme vous verrez, par quoy msgr vostre plaisir sera depescher ledit acquit et office audit la Pommeraie suivant l’intention du roy lequel comme j’espere en sera bien servy qu’il aura occasion de s’en contenter » 238.

  • 239 Dalesso illustre la confusion qui pouvait exister entre le service du roi et le service des prince (...)
  • 240 Il est attesté comme trésorier de Montmorency au moins à partir de 1551. Il avait été précédemment (...)

86En dehors de La Pommeraie, les liens de dépendance sont marqués entre le maître des comptes Jean Dalesso et le connétable239 mais aussi avec les trésoriers généraux. Deux d’entre eux – si l’on déborde le cadre strict de notre période – associent la charge de receveur général et celle de trésorier des domaines de Montmorency en Bretagne : il s’agit de Florimond Le Charron jusqu’à sa mort en 1560240 et de son successeur Jacques Thévin de 1560 à 1570.

  • 241 De haut niveau puisque tous les exemples cités concernent, soit la Chambre des comptes, soit la tr (...)
  • 242 Le service des princes a pu précéder la « carrière » publique, comme dans le cas d’Antoine Dessefo (...)
  • 243 Il s’est allié par mariage à Jean Hux qui est alors maître des comptes.
  • 244 Son fils, prénommé lui-aussi François, était sénéchal de Blain, A. Pacault, op. cit., p. 450.

87Comme ces exemples le montrent, on assiste dans les années 1530-1540 à une interpénétration de plus en plus grande entre charges royales241 et charges princières, de sorte qu’il devient difficile de distinguer le cas de ceux qui sont officiers parce qu’ils ont été au service d’un seigneur de ceux qui profitent de leur charge pour chercher d’autres emplois242. La composition de la Chambre des comptes en 1540 confirme cette impression. Parmi les membres, deux peuvent être rattachés à Montmorency : il s’agit de Gilles de La Pommeraie et de Jean Dalesso. Deux sont d’anciens serviteurs des Laval : Pierre Piraud qui prend la place de Mathurin Baud en cours d’année et le secrétaire Antoine Dessefort243. Gilles Bricaud, autre secrétaire, a marié sa fille avec Jean Douette dont le père fut argentier de Jean de Laval. Une autre influence se dessine : c’est celle des Rohan. François de Kermenguy, second président, est un de leurs obligés244. Parmi les secrétaires, Jean de Carheil, on l’a vu, leur servait occasionnellement de procureur.

  • 245 Les mêmes remarques pourraient être faites pour le personnel judiciaire : parmi les personnes qui (...)
  • 246 En dehors du fait qu’il a pris la qualité d’héritier sous bénéfice d’inventaire, cf. infra p. 346.
  • 247 ALA B 571 f° 77.
  • 248 Jean de Lespinay, du fait de ces domaines de Plessé, était arrière-vassal de la seigneurie de Blai (...)

88Sans vouloir tirer de conclusions trop définitives de toutes ces informations – celles-ci sont surtout importantes pour la période 1520-1540, ce qui risque d’exagérer les phénomènes observés pour cette période –, on constate tout de même une montée de l’influence des princes en Bretagne sous le règne de François Ier. Que cette influence se manifeste par un pouvoir direct de nomination – comme dans le cas Dessefort – ou qu’elle soit perceptible par l’obligation pour les officiers désireux de faire carrière de passer par leur service, la conclusion est la même. Elle correspond à la logique des événements : après la mort d’Anne, il était naturel que le personnel – notamment financier245 – ait recherché d’autres protections pour maintenir ou améliorer ses positions comme il est normal aussi que le pouvoir de nomination soit revenu en partie aux grandes familles que leur puissance mettait à même de relayer la dernière représentante des Montfort. Cela est confirmé, s’il en était encore besoin, par le fait que lors des opérations de contrôle lancées contre les officiers dans la deuxième moitié des années 1520, certains d’entre eux ont recherché la protection de Grands pour échapper aux poursuites. L’exemple le plus connu est fourni par Guillaume de Lespinay, le petit-fils du trésorier général, qui, malgré le passif de plus de 80 000 l. que son grand-père avait laissé, n’a plus été sérieusement inquiété à partir des années 1535-36. Il a pu bénéficier, sans qu’on en ait la preuve, de l’appui de Jean de Châteaubriant, gouverneur de Bretagne, dont il était, en tant que sr de Monceaux, le vassal. Mais ce qui semble l’avoir épargné246, c’est la protection d’Anne de Rohan. Lors de l’une de ses comparutions à la Chambre, le 16 mai 1536, alors qu’on lui demandait de remettre des lettres de son grand-père, il parvint à obtenir un délai en arguant du fait qu’il était au service de la dame de Rohan et en présentant des lettres de cette dernière « par lesquelles elle prie les gens desdits comptes de expedier incontinant ledit de Lespinay et de le luy envoyer »247. L’accumulation des problèmes l’a incité à se tourner vers les suzerains de la famille Lespinay248 et à rechercher dans cette position d’abri une échappatoire aux poursuites.

89Quelle qu’ait été leur influence, les Grands comme le roi ne choisissaient pas leur personnel en raison de la seule faveur. Les financiers devaient faire preuve de qualités dont dépendait leur carrière.

III. QUALITÉS ET AMBITIONS DU PERSONNEL FINANCIER

90Tout financier désireux de faire carrière devait posséder au moins trois qualités : la solvabilité, la compétence, la régularité dans la reddition des comptes. Seules les deux premières qualités feront l’objet d’un développement ici ; la troisième qui relève davantage du domaine du contrôle sera étudiée en dernière partie. Qu’il possédât ou non ces qualités, le financier avait pour ambition de se maintenir le plus longtemps possible en poste avant de transmettre sa charge à des membres de sa famille : cela nous amènera à étudier la stabilité dans les offices et le mode de transmission de ceux-ci.

A. DES PERSONNES SOLVABLES ET EXPÉRIMENTÉES

1. La fortune personnelle, une condition indispensable

  • 249 Cf. J. Kerhervé, op. cit., t. II, p. 771-773.
  • 250 Le maintien de Michel Thierry à la recette ordinaire de Rennes en 1492 en reconnaissance de l’arge (...)
  • 251 Des paiements lui ont été faits par le commis au paiement des dettes, mais il s’est « payé » lui-m (...)
  • 252 Il réclamait 54 233 l. 12 s. 3 d., une somme dont Charles VIII lui avait promis indemnisation mais (...)
  • 253 Il demandait 1 163 l., 200 l. lui ont été remboursés par le commis au paiement des dettes de Breta (...)
  • 254 Thomas de Riou a obtenu la recette du fouage dans 1 évêché de Saint-Malo. Arthur du Pan s’est vu c (...)

91Pour entrer en fonction, les receveurs devaient faire la preuve de leur capacité financière. Cela était indispensable pour au moins deux raisons : d’abord parce que tout receveur devait être capable d’avancer au roi les sommes qu’il avait la tâche de percevoir, à charge pour lui de se rembourser ensuite sur les contribuables de ce qu’il avait versé. L’extension de la vénalité des offices a rendu cette nécessité encore plus forte. Cette pratique était déjà répandue à l’époque ducale, mais de façon non officielle249. Elle est réapparue sous cette forme en 1498 lors de la restauration des pouvoirs d’Anne250. Parmi ceux qui ont été promus, cette année-là, on retrouve, en effet, des gens qui demandaient à être indemnisés pour des frais engagés au service de la duchesse ou pour des retranchements de pension faits sous Charles VIII. S’ils ont reçu des sommes du commis au paiement des dettes de Bretagne, leurs demandes n’ont pas été totalement satisfaites. Il est possible que la charge leur ait alors été donnée en fonction de ce qui leur était dû. Cela semble bien avoir été un des éléments qui ont justifié la nomination de Jean de Lespinay à la trésorerie générale – il demandait 68 000 l.251 – ou de Gilles Thomas à la trésorerie de l’Epargne252. On peut citer également les exemples de Guy on Foucart (il demandait 10 000 l.), de Thomas de Riou, d’Arthur du Pan, héritier de Michel Le Doulx, de François Daville253. Cette faveur, qui n’a bien entendu pas dispensé ses bénéficiaires de fournir à Anne de Bretagne l’argent qu’elle demandait, a facilité leur accès aux responsabilités qu’ils convoitaient254 d’autant que leurs créances témoignaient des services qu’ils avaient rendus par le passé.

  • 255 Hamon, op. cit., t. II p. 623. Parajau a délaissé dans le même temps son office de trésorier et re (...)
  • 256 Vian ambitionne de succéder à un certain Cordier qui est malade et dont l’office, précise-t-il, ri (...)
  • 257 Lettre du 8 juillet 1537, AN J 968 252.
  • 258 Henri II a fait don de la somme au président des enquêtes à Paris, me Jacques Berruyer, ALA B 53 f (...)

92Après 1498, la vénalité a dû se développer, sans qu’on ait gardé toutefois la trace d’achat d’offices. L’institutionnalisation du procédé en 1522 avec la création du Bureau des Parties Casuelles incline cependant à croire que la loi, comme dans d’autres domaines, n’a fait qu’inscrire dans les textes, ce qui existait déjà en pratique, obligeant les candidats aux charges à disposer de liquidités importantes. Les sources fournissent peu d’indications sur la valeur des offices de finances. La charge de receveur du fouage de Vannes était estimée à 10 000 l. dans les années 1550. En récupérant l’office de premier président des comptes en 1537, le roi a déduit 12 000 l. du débet de Jean Parajau en tant que trésorier et receveur général. Les frais des postulants ne se limitaient de toute façon pas à ces sommes. Il devaient en plus régler des droits lors de l’obtention des offices, dont celui du quart denier : Jean Parajau a payé 3 000 l. pour devenir président de la Chambre des comptes en 1528255. Des tractations plus subtiles avaient parfois lieu ainsi que l’illustre le cas du maître des comptes Jacques Viart. Pour obtenir une charge de conseiller au Grand conseil256, il a proposé de laisser « es mains du roy sondit office de maistre des comptes en Bretagne... pour en disposer à son bon plaisir ou il le resignera au profit d’un sien amy qui fournira comptant es mains de qui il vous plaira pour subvenir es affaires dudit seigneur la somme de 2 000 escus »257. Toutes les opérations de résignation – résignations directes ou résignations à survivance – s’accompagnaient elles-aussi du versement d’argent dans les caisses de l’État. Pour obtenir confirmation par Henri II de la résignation à survivance de son office de secrétaire des comptes en faveur de son fils Geoffroy, Pierre de Callac dut payer 30 écus en 1548258. Cette vénalité publique s’accompagnait d’une vénalité privée, difficile elle-aussi à restituer faute de sources. On sait seulement que Jean Parajau a obtenu 1 200 l. de Gilles de la Pommeraie pour résigner en sa faveur son office de premier président des comptes en 1537.

  • 259 Les renseignements sont fournis principalement à l’occasion de la mise en vente des biens dans les (...)
  • 260 ALA B 571 f° 112-117, cf. notice n° 73 pour la description de ses propriétés.
  • 261 Acte du 15 octobre 1545, ALA B 12 838, f° 485.
  • 262 Acte du 13 septembre 1537, ALA B 12 838 f° 474.
  • 263 Sans commune mesure toutefois avec celle des grands financiers de l’époque.
  • 264 ALA B 51 f° 375-376.
  • 265 Elles furent vendues pour la somme de 1 000 l. à la vicomtesse de Rohan en décembre 1527, ALA B 51 (...)
  • 266 Voir la notice n° 9 pour la description précise de sa fortune. Les livres de la Chambre des compte (...)

93Pour toutes ces raisons, les gens de finances devaient posséder une fortune personnelle, ce qui est confirmé par les renseignements épars que nous possédons259. La fortune d’Yvonnet de la Barre, receveur ordinaire d’Auray, s’élevait à plus de 6 000 l. et encore cette somme ne correspond-elle qu’à une estimation faite en cours de carrière260. Un receveur ordinaire plus modeste, comme Jean Goulart, en charge de la recette de Dinan, dans les années 1540, était, selon l’affirmation d’une série de témoins, « riche et solvable jusques à la somme de 100 l.t. de rente, scavoir en une maison située en la Grand Rue de ceste ville de Nantes paroesse de Sainte-Croix ...laquelle maison estoit pour lors affermée 73 l.t. »261. À un niveau au-dessus, le receveur du fouage dans l’évêché de Rennes, Bernard Tregouet, était, au dire des garants de sa solvabilité, riche en terre de 800 l. de rente262. Au sommet de la hiérarchie financière bretonne, Jean de Lespinay disposait d’une aisance certaine263. En 1529, la valeur de ses biens s’établissait comme suit : les terres de Lespinay et de Trémar situées dans les paroisses de Plessé et de Guenrouet, qui constituaient le coeur de son patrimoine, rapportaient 367 livres 7 s. 5 d. et 1/3 de denier de rente, somme à laquelle il fallait rajouter 15 527 livres correspondant à la valeur des bâtiments et 955 l. 18 s. 8 d. pour les métairies et les bois de Lespinay et de Trémar264 ainsi que d’autres biens composés de propriétés (Lanvaux et Auvers) dans la paroisse de Fougeray265 et une maison à Nantes, dite du Beausoleil266.

2. Les associations

  • 267 Cf. ce qui a été dit plus haut pour Jean Parajau.
  • 268 Acte du 13 septembre 1537, ALA B 12 838 f° 474.

94Indispensable pour acquérir un office, la fortune personnelle n’était pas suffisante pour se maintenir en charge. Les officiers de finances devaient aussi fournir des cautions : chaque prise de responsabilité associait plusieurs individus où l’on retrouvait, outre le titulaire de l’office, ses pleiges ainsi que des personnes chargées de garantir la solvabilité de ces dernières267. Bernard Tregouet, précédemment cité, a présenté trois pleiges en 1537 : Guillaume Loyleu, bourgeois et marchand de Vitré, Jean Tannerot, marchand de Rennes et me Yves Guillemyn, secrétaire du roi en chancellerie. Des personnes – ou certificateurs – ont garanti la solvabilité de ces trois pleiges : Julien Maillard, René Robert, Guillaume Marie, Josselin Capelier, Jean (...), Pierre Dautie, contrôleur de Rennes. Ils ont confirmé que Tregouet, Tonnerot, Loyleu et Guillemyn étaient assemblément « solvables plus de 20 000 l. et ledit Josselin aussi et Dautie et ont dit et recordé que ledict Tregouet est riche en terre de 800 l. de rente et que lesdits Tonnerot et Loyleu et Guillemyn sont riches de 15 000 l. monnaie »268.

  • 269 Le plus ancien acte date de 1507 et le plus grand nombre concerne les années 1530-1540, ALA B 12 8 (...)
  • 270 Julien Coraillet se porte caution de Michel Cornillet, receveur ordinaire de Jugon, pour une demi- (...)
  • 271 Exception pour Pierre Touzelin dont la caution est Michel Touzelin, ALA B 12 838 f° 460.
  • 272 ALA B 12 838 f° 454.
  • 273 Nous aurions tendance à penser qu’il s’agit de Guillaume Pellemoine, prédécesseur de Hubert à la r (...)
  • 274 Acte du 13 octobre 1539, ALA B 12 838 f° 455. Cas similaire pour Hugues des Barres, receveur de Va (...)

95Le contrôle exercé sur les financiers, à partir de la deuxième moitié des années 1520, permet de connaître les cautions avec plus de précision. On a conservé quatre-vingt-onze actes de cautionnement269 : cinquante-sept concernent des receveurs ordinaires, vingt-trois des receveurs du fouage, onze des responsables de charges secondaires (payeurs du Parlement, trésorier des mortes-payes, payeur des gens des comptes, receveur des aides). Le nombre de cautions peut varier, selon l’importance des recettes ou selon l’engagement pris : chaque personne s’engage, en effet, pour une somme précise ou pour une période déterminée270 qui délimite sa responsabilité en cas de problème de gestion. Pour les recettes ordinaires les plus modestes, un seul pleige suffit généralement. Pour les fouages, cela n’est presque jamais le cas271. On constate de plus, avec le temps, une tendance du pouvoir à multiplier les précautions : il est demandé aux receveurs de renforcer leurs pleiges ou de les renouveler. Le même individu peut être amené à faire plusieurs actes pour la même charge. Si l’on prend le cas de la recette ordinaire de Rennes, Guillaume Pellemoine, fournit en février 1528 un seul pleige : il s’agit de Jean Vivien, bourgeois et marchand demeurant en la paroisse Sainte-Croix de Nantes272. Six ans plus tard, son successeur Jean Hubert en indique deux, Gilles273 Pellemoine et Pierre Cohier. En 1542, il doit, du fait du décès de ses cautions, en chercher de nouveaux : il présente alors Gilles Le Royer et Jacques Roussignol. Dans le cas de la recette ordinaire de Goélo, Olivier Le Roux, en 1539, présente pas moins de six cautions ; la solvabilité de ces derniers est confirmée par sept personnes274.

  • 275 ALA B 12 838 f° 484.
  • 276 Les exigences du pouvoir ont dû de toute façon évoluer en fonction de la rigueur de la surveillanc (...)

96La majeure partie des actes de cautionnement ne précise pas le montant de la somme pour laquelle s’engagent les pleiges ; les certificateurs, pour leur part, se contentent de confirmer que ces derniers sont solvables, sans autre précision. Pour Mathurin Petiteau, receveur ordinaire de Guérande, les trois certificateurs attestent « congnoestre les biens et facultez desditz Petiteau et Jarnys » – c’est le pleige de Petiteau – « et qu’ilz sont suffizans et solvables de satisfaire et fournir par chacun an les deniers du revenu de ladicte recepte ordinaire de Guérande aux termes et en la maniere declarez »275. Seuls quelques cas font exception et fournissent des indications plus précises. On constate alors que le montant de la fortune du receveur et de ses cautions correspond au revenu d’une année de la recette : si l’on reprend l’exemple de Jean Hubert, les biens de ses deux pleiges, Gilles Le Royer et Jacques Roussignol, sont estimés pour le premier à 3 000 l.t. et pour le second à 5 000 l. alors que le revenu de la recette ordinaire de Rennes est alors d’environ 7 000 l. Pour Bernard Tregouet, pleiges et cautions affirment qu’ils ont une fortune équivalant à 40 000 l. Cela correspond là aussi à peu près au revenu des fouages de l’évêché. La rareté des exemples ne permet pas de connaître quelle était la règle en la matière276. Toutefois, l’importance des sommes enjeu explique que le recrutement des pleiges se fait dans des milieux spécifiques.

  • 277 Il y a recoupement possible avec la première colonne quand le membre de la famille a exercé aussi (...)

97Nous avons réuni dans le tableau ci-dessous les renseignements obtenus pour les 177 personnes qui sont présentées comme cautions. Nous avons pris en compte dans la première colonne les membres de la famille ; dans la seconde, des financiers277, dans la troisième, les autres officiers (justice...), dans la quatrième, les marchands. Pour chacune des catégories, la part des indéterminés est grande : elle concerne des gens qui sont désignés sous le titre de sieur.

  • 278 La donnée figurant dans le tableau constitue très certainement une sous-estimation car nous n’avon (...)
  • 279 Dans le cas des Avril, le père se porte caution de son fils Jean mais il est amené également, à la (...)
  • 280 ALA B 12 838 f° 457 pour le premier et ALA B 12 838 f°481 pour le second.
  • 281 Il en va de même pour Hugues Des Barres, marié à Perrine Remulgol, qui est cautionné par un certai (...)

98Si l’on tient compte des recoupements entre la première et la deuxième colonne, on constate que les receveurs s’appuient d’abord sur leur famille : la majorité des pleiges sont des parents des receveurs278. La relation principale est celle de père/fils279. Cela s’observe pour les recettes les plus modestes comme pour les plus importantes. Alain Avril se porte caution de ses fils Simon (pour la recette des aides) et Jean comme commis de Jean Sachet à la recette des fouages de Cornouaille et comme payeur des gens des comptes ; des deux ensemble pour les fouages de Saint-Malo. Il en va de même pour les recettes ordinaires : Raoul de Quehern, receveur d’Auray, Vincent Chesdane, receveur de Rhuys, sont cautionnés par leur père280. D’autres membres de la famille sont sollicités : Geoffroy Le Breton présente sa mère comme caution, Alain Bertho, son frère, Saturnin Mahé, son beau-père, Pierre Maupertuis281. La relation familiale permet souvent de garder le contrôle d’une charge : c’est le cas notamment de celle de Ploërmel où, en se portant caution pour son fils Julien, Jean Picaud confirme la mainmise de sa famille sur la recette. Cela n’est toutefois pas systématique comme l’exemple des Avril le démontre : la fortune du père constitue dans ce cas le socle sur lequel se fonde la carrière de ses deux fils.

Tableau 27. Les cautions des receveurs

Tableau 27. Les cautions des receveurs
  • 282 Ce soutien apparaît de façon évidente dans le cas de Hamon Bohier, receveur ordinaire de Brest. Qu (...)
  • 283 Jean du Bodem, receveur d’Auray, est cautionné par Charles Eudo.
  • 284 Pierre Cohierpour Jean Hubert à la recette ordinaire de Rennes.
  • 285 Guillaume Cleauroux présente Henri Le Carme comme caution, ALA B 12 838 f° 453.
  • 286 Antoine Perruguet est cautionné par Noël Hays, maître à la Chambre des comptes.
  • 287 Il doit sans doute être identifié avec l’individu du même nom qui a été un temps commis à la recet (...)
  • 288 On peut citer également le cas de Georges Chevalerie qui est caution de François Romans, trésorier (...)

99De nombreuses incertitudes existent pour connaître l’activité des pleiges et cautions. La majorité sont désignés par le titre de sieur, sans plus de précision. Parmi ceux dont la profession peut être déterminée, soit parce qu’elle est indiquée, soit parce que les noms correspondent à ceux de gens connus d’autre part, deux groupes se distinguent : celui des financiers ; celui des bourgeois et marchands. Il apparaît que les receveurs trouvent en premier lieu leurs pleiges parmi les autres financiers282. Plus d’un tiers d’entre eux ont présenté comme caution une personne ayant exercé une ou plusieurs autres responsabilités financières qu’il s’agisse de fermiers283, de miseurs284, de receveurs du fouage, de receveurs ordinaires285 voire de membres de la Chambre des comptes286. Dans la plupart des cas, il s’agit d’un cautionnement unique, révélant un lien familial mais quelques personnes s’engagent dans plusieurs spéculations : Noël Hays est successivement caution de Noël Barbillon (en 1534), de Jean Avril (en 1537) et d’Antoine Perruguet (en 1543, 1544). Quelqu’un comme François Lestic287 se porte caution pour Jean Avril pour les fouages de Cornouaille (en 1541), pour Roland Panic, commis d’Humbert Geslin, receveur des fouages dans l’évêché de Tréguier (en 1551) et de Pierre Le Neveu, commis à la recette ordinaire de Goélo (en 1537) 288. On pressent dans ces cas l’existence de véritables associations qui visent à s’assurer le contrôle de recettes : Antoine Perruguet se porte comme pleige d’Humbert Geslin pour les fouages de Tréguier avant de lui succéder ; Noël Hays est à la fois caution et commis de Jean Avril au paiement des gens des comptes.

  • 289 Parmi les autres métiers cités, on trouve un secrétaire en chancellerie, un avocat. Le cas de Mich (...)
  • 290 ALA B 12 838 f 456.
  • 291 Guillaume Loyleu, bourgeois et marchand de Vitré ; Jean Tannerot, marchand de Rennes, ALA B 12 838 (...)
  • 292 Il s’agit de Noël Hays, de François Jallier dit Vendôme, de Robin Pillays, de Jean Tireau, de Drou (...)
  • 293 Noël Hays est alors receveur du fouage dans l’évêché de Léon, Antoine Bretin est payeur des gens d (...)
  • 294 Les arguments des autres preneurs de la ferme sont les suivants : Robin Pillays « à pareil que led (...)

100Les receveurs recrutent en deuxième lieu leurs pleiges dans les milieux marchands289. Regnault D’Aradon, « marchand et bourgeois demeurant en la ville de Vannes », se porte caution de Hugues des Barres, receveur ordinaire de Vannes290. Sur les trois cautions de Bernard Tregouet, deux revendiquent cette qualité291. L’appel à cette catégorie suggère deux remarques. D’abord que nombre de marchands considèrent la spéculation sur les impôts publics comme une activité lucrative parmi d’autres. Ensuite que beaucoup de receveurs gardent des liens très étroits avec ces milieux dont ils viennent le plus souvent et où ils conservent des intérêts : Antoine Perruguet est qualifié de marchand de Nantes alors qu’il est receveur des fouages dans l’évêché de Tréguier ; François Lestic est déchargé par Antoine Bullioud de la responsabilité de la recette de Goélo en 1537 « pour raison de plusieurs affaires et negoces esquelles il est occupé ». Cette interpénétration entre milieux marchands et milieux financiers est confirmée par une anecdote : en 1541, quand la prévôté de Nantes est mise en régie, ceux qui avaient pris la recette à ferme l’année précédente demandent à être indemnisés, estimant leurs pertes à 20 000 l.t. « tant pour ce qu’ilz eussent peu gaigné que pour la perte qu’ilz ont eue à cause de ladite ferme qu’ilz eussent peu gaigner par aultre voye à leur trafique de marchandye ». Sur les six individus concernés292, deux seulement apparaissent comme des financiers professionnels : il s’agit de Noël Hays et d’Antoine Bretin, le premier affirmant « ne se mesler de marchandie et ne scavoir combien il y a perdu, dit qu’il se feust mesler de ladite ferme où il eust peu gaigner »293. Les quatre autres sont moins spécialisés et passent d’une activité à l’autre à l’instar de François Jallier qui prétend qu’» il avoit acoustumé de faire de marchandie de 5 à 6 000 l. et qu’il a gaigné par quelques années 1 000 l. », « par aultre 600 l., par aultre moins »294. Malgré la spécialité des uns et des autres, on voit que les passerelles entre le monde des marchands et celui des gens de finances existent et que les deux catégories savent s’associer en fonction des besoins, qu’il s’agisse, comme dans le cas présent, de la conquête d’une ferme ou pour garder le contrôle d’un office en se portant mutuellement caution.

101Dotés d’une fortune appréciable, s’appuyant sur un solide réseau professionnel, les receveurs sont recrutés aussi en fonction de leur expérience financière.

3. Des hommes d’expérience

  • 295 Cf. J. Kerhervé, L’État breton..., op. cit., p. 762-765 pour la période ducale.
  • 296 Ce point fait l’objet d’un développement plus loin, cf. infra p. 263.
  • 297 Cf. notice n° 359.

102Sans nous attarder longuement sur cet aspect qui a déjà fait l’objet de développements295, il faut rappeler que le métier de financier ne s’improvise pas, ni à notre époque ni aux époques antérieures. L’accès à l’office est souvent le résultat d’une carrière personnelle qui a pu commencer en exerçant la charge de commis d’un autre officier. Cela vaut pour les grands offices : avant d’accéder à la trésorerie générale, Olivier Barraud a été le clerc de Thomas Bohier, Noël Barbillon celui de Palamède Gontier. Comme pour les plus modestes : Jean Hux le jeune a été le commis d’Antoine Dessefort avant de lui succéder à la recette ordinaire de Nantes. On peut citer aussi le cas de Jean Aulnette, commis de Jean Hubert, receveur ordinaire de Rennes puis titulaire de la charge. Il en va de même pour les charges secondaires ou les receveurs du fouage, le phénomène étant, dans ce cas, accentué par le fait que nombre de recettes sont prises en main par des receveurs non originaires qui font appel à des commis recrutés dans le duché296. Le système de la commission est souvent, dans ces situations, une manière déguisée de confier la responsabilité totale des tâches au commis. Quand le titulaire de l’office résigne sa charge, ce dernier est particulièrement préparé, si ses capacités financières le lui permettent, à prendre sa succession : c’est le cas notamment de Jean et Simon Avril par rapport à Jean Sachet, receveur des fouages dans l’évêché de Cornouaille, ou par rapport à Nicolas Berthereau, receveur des fouages dans l’évêché de Saint-Malo297.

  • 298 La charge de procureur d’un officier peut également servir de tremplin : Jean Meneust reprend la r (...)

103La position de clerc ou de commis est également stratégique quand le titulaire de l’office est mis en cause, ce qui se produit surtout à partir des années 1520. En cas de suspension de l’officier, la Chambre des comptes, le général quand ce n’est pas le pouvoir royal lui-même, ont recours, pour le remplacer, à son commis. Là-encore, cela s’observe au niveau le plus élevé – Olivier Harrouys remplace Jean Parajau, Noël Barbillon est nommé à la place de Palamède Gontier – comme au plus modeste – Jean Aulnette succède à Jean Hubert à Rennes, Hervé Cochet assure l’interim pendant les périodes de suspension de Christophe Le Baud à Quimper –. La préoccupation est de bénéficier de l’expérience du commis et surtout d’empêcher le titulaire de continuer à manier lui-même les deniers tant qu’il n’a pas rendu ses comptes298.

  • 299 Nantes, pour sa part, se distingue toujours par une séparation entre la charge de receveur et cell (...)
  • 300 A.M. de Rennes, liasse 1064. Il termine sa carrière, après sa destitution de ses offices, comme co (...)
  • 301 Même si les liens ne sont pas totalement rompus : Jean Hubert est cautionné par Pierre Cohier, mis (...)

104L’expérience acquise dans l’exercice de charges municipales joue toujours un rôle dans l’accès aux offices. C’est le cas à Quimper avec les Le Baud, mais les meilleures réussites sont observables à Rennes qui perpétue, dans ce domaine, la tradition ducale299, avec très souvent les mêmes familles (les Champion, les Thierry...). Les miseurs essaiment dans les autres secteurs d’activité et associent gestion des deniers de la ville et prises de responsabilité publiques. Deux d’entre eux ont contrôlé la recette ordinaire de Rennes : il s’agit de Pierre Thierry (miseur en 1494-1495) et de Robinet Goubin (miseur en 1504). Sous le règne d’Anne, les miseurs profitent de leur expérience pour se lancer dans la perception des fouages : Clément Dautie, miseur de 1496 à 1498, perçoit le fouage de l’évêché de Rennes en 1502 ; Gilles Carré est miseur de février 1516 à février 1517 alors qu’il est responsable de la cueillette des fouages dans l’évêché de Saint-Malo et payeur des gens du conseil,300. L’influence des miseurs de la cité s’étend à des charges comme celle de payeur des États où l’on retrouve un Thierry – en l’occurrence Pierre, le frère de Michel – mais aussi Julien Lamy, miseur de Rennes de février 1515 à février 1516. Sans qu’on en comprenne totalement la raison, on note cependant une réussite moins grande des miseurs à partir des années 1520. Après Gilles Carré, ils ne prennent plus d’autres responsabilités financières. On le voit notamment avec les successeurs de Robinet Goubin à la recette ordinaire : aucun d’entre eux, qu’il s’agisse de Guillaume Pellemoine, de Jean Hubert ou de Jean Aulnette, n’a auparavant exercé de responsabilités municipales301.

  • 302 De temps en temps, on trouve la mention « du louable rapport » : ainsi pour Alain de La Bouexière (...)
  • 303 Dans le cas de Bricaud, il est également précisé « pour le bon et louable rapport que fait nous a (...)

105Quoi qu’il en soit, l’expérience acquise est l’un des éléments reconnus par les autorités lors de l’attribution des offices. On en veut pour preuve les lettres de nomination des membres de la Chambre des comptes qui indiquent généralement les raisons qui amènent le roi à donner telle ou telle responsabilité. Pour les offices considérés comme secondaires – cela comprend tous les offices annexes – huissiers, garde des livres mais cela englobe également les charges de secrétaires –, la majeure partie des actes d’institution reprend la formule traditionnelle « pour la bonne confiance que nous avons de la personne de notre cher et bien amé.... et de ses sens suffisance, loyaulté, preudhomie et bonne diligence... »302. Les mots importants – suffisance, loyauté... – sont utilisés mais sans référence précise, ce qui les apparente à une formule passe-partout. Seuls deux secrétaires font exception : Antoine Dessefort voit rappeler les services qu’il a rendus en tant que receveur ordinaire de Nantes ; pour Gilles Bricaud, la nomination est faite au nom de l’efficacité qu’il a démontrée en tant que contrôleur ordinaire de la même ville. Cette précision n’est pas due au seul hasard puisqu’elle distingue les deux hommes nouveaux entrés à la Chambre dans les années 1520, dont la nomination a revêtu quelque importance aux yeux du pouvoir303.

  • 304 Dans quelques cas, rares, on précise la « qualification » du promu : on apprend ainsi que Jacques (...)
  • 305 ALA B 51 f° 258.
  • 306 ALA B 51 f° 135. Pour Commacre, lors de sa promotion à la seconde présidence, sont également rappe (...)

106Pour les maîtres et les présidents, les attendus sont plus précis. Comme dans le cas de Dessefort et Bricaud, l’expérience est le plus souvent mise en avant304. Elle passe par une mention de la fonction exercée précédemment par l’impétrant. Cela a pu être une responsabilité financière comme pour Jacques Viart, dont la qualité d’élu sur le fait des aides et tailles en l’élection de Blois est spécifiée. Mais pas seulement : la promotion d’Alain Mandart est expliquée « par les bons et agreables services qu’il a par cy devant faitz...tant à l’exercice de sondit estat et office de secretaire » (en chancellerie de Bretagne) « que autrement en plusieurs et maintes manieres... »305. L’acte de nomination de Marc de la Rue à la charge de maître des comptes se contente de rappeler, en dehors des formules rituelles, son titre de notaire et secrétaire royal, ce qui confirme la confiance accordée par le pouvoir à ces officiers. En dehors de la compétence de l’individu, sont pris en compte les services rendus, parmi lesquels figurent, en premier lieu, ceux qui ont été effectués dans une maison royale : c’est le cas de Clérembaut Leclerc qui a été trésorier de la maison de Claude, de Gilles de Commacre qui a lui aussi servi cette dernière. La fidélité démontrée, entraînant en retour la confiance accordée au promu, joue un rôle fondamental. Gilles de La Pommeraie (dont il est rappelé qu’il est conseiller et maître d’hôtel du roi) est nommé premier président de la Chambre en 1537 pour, précise le roi, « la bonne et entière confiance que nous avons de la personne de notre amé et feal conseiller et maistre d’ostel ordinaire Gilles de La Pommeraye...et de ses sens, suffisance, vertuz, intégrité, loyaulté, preudhomie et bonne diligence, en faveur mesmement et pour consideracion des bons et grands services qu’il nous a par cy davant faitz en plusieurs voyaiges et ambaxades où nous l’avons cy-devant encores, esquelx il s’est si bien et diligeamment employé qu’il en est digne de singuliere recommandation, faict encore et continue chacun jour tant en son estat et office pres et alentour notre personne que autrement en plusieurs et louables manieres »306.

  • 307 ALA B 51 f° 269.
  • 308 ALA B 53 f° 41.

107Les renseignements disponibles pour les officiers de finances ne démentent pas les remarques faites pour le personnel de la Chambre des comptes même si la documentation est moins abondante. L’acte d’institution de Jean Parajau à l’office de trésorier et receveur général fait mention de ses états de service en tant que clerc et secrétaire de la Chambre307. Pour Alain Avril, trésorier des États, les informations sont fournies par sa lettre d’anoblissement en 1547 : elle précise qu’« il se serait diligeamment et curieusement employé pour le service du roi en plusieurs et maintes manières mesmement pour le bien de la chose publique desdits pays et duché de Bretagne »308. Le détail des services rendus n’est pas précisé ; cet acte, comme les autres précédemment évoqués, révèle cependant que dans un monde où la vénalité des offices prend une place grandissante, les carrières, et les faveurs accordées tiennent toujours compte des qualités individuelles démontrées par les officiers.

B. LA VOLONTÉ DE SE MAINTENIR

1. La stabilité dans les charges

108Pour tous les officiers, l’objectif est de se maintenir le plus longtemps possible et de transmettre leur charge soit à leur héritier soit à un membre de leur famille. Cela se vérifie à tous les niveaux de la hiérarchie et dans tous les secteurs d’activité.

a. Le haut-personnel

Les grands officiers

109Nous avons réuni dans le tableau les grandes charges et les charges secondaires (sauf la recette des aides pour laquelle les renseignements étaient trop imprécis) et nous avons classé les différents officiers en fonction de leur temps d’activité.

110Dans l’ensemble, le rapport entre les exercices inférieurs à une durée de dix ans (55,5 %) et ceux qui sont supérieurs à ce temps (45,5 %) s’équilibre presque mais ces chiffres ne reflètent qu’imparfaitement la réalité. La règle est que les titulaires gardent leur office le plus longtemps possible. On le constate à la généralité où Cardonne se maintient de 1491 à 1515, au contrôle général avec Guillaume Barthélémy qui établit un véritable record en gardant son office de 1506 à 1540. De beaux exemples de longévité se remarquent aussi dans les offices de payeur du Parlement – Jean Croquesel et Adrien Augier ont exercé plus de 20 ans chacun, le premier jusqu’à sa mort, le second, jusqu’à sa résignation, plus ou moins forcée – ou du conseil. Nombre d’exercices brefs sont dus au décès des officiers en cours d’activité : c’est ce qui explique notamment la part importante des exercices de moins de cinq ans à la trésorerie des mortes-payes. La seule charge qui se distingue est celle de trésorier et receveur général : placée au cœur des enjeux de pouvoir, victime des turbulences financières de la période 1528-1532, elle connaît une majorité d’exercices courts. Elle présente cependant un des plus beaux cas de longévité avec Jean de Lespinay qui est demeuré en poste de 1498 à sa mort en 1524. Il faut attendre ensuite la fin des réformes de la deuxième moitié des années 1520 et des années 1530 pour retrouver des exemples comparables de stabilité avec Florimond Le Charron qui conserve son office plus de vingt ans.

Tableau 28. La stabilité des grands officiers

Tableau 28. La stabilité des grands officiers
Le personnel de la Chambre des comptes

Tableau 29. La stabilité du personnel de la Chambre des comptes

Tableau 29. La stabilité du personnel de la Chambre des comptes
  • 309 Sur les sept premiers présidents, trois sont morts en activité, deux ont résigné leur charge, un a (...)
  • 310 Cas similaire d’un Jean Le Nas, d’un Yves Maydo, cf. notices n° 429 et 432. Ce dernier, si tout du (...)
  • 311 Exemple aussi de Robert Millon, présent de 1513 au moins à 1537.

111Institution prestigieuse, la Chambre constitue pour ses membres, soit le cadre principal d’activité, soit l’aboutissement d’une carrière. Dans les deux cas, la majeure partie d’entre eux restent en place jusqu’à leur décès ou jusqu’à leur résignation309. Chaque catégorie présente de beaux exemples de longévité. Guillaume Guéguen demeure 16 ans premier président, Alain Marec au moins 17 ans à la seconde présidence. Pour les maîtres, les records dépassent les vingt ans : on les rencontre, à toutes les périodes, parmi des officiers membres de la Chambre dès 1492 comme Maurice de Kerloeguen, voire parmi ceux qui ont fait leur entrée dans les années 1520 : Jacques Viart conserve son office pendant 21 ans. Pour cette catégorie, il faut prendre en compte le fait que l’on n’a considéré que le temps d’activité en tant que maîtres : quelques-uns d’entre eux ont été préalablement secrétaires et ont à leur actif, si l’on cumule les différentes responsabilités qu’ils ont exercées, de belles carrières : Mathurin Baud, signalé comme secrétaire dès 1505, devenu maître entre 1515 et 1524, reste membre de la Chambre jusqu’à sa mort en 1540, totalisant au moins trente-cinq années de présence au sein de cette institution310. Parmi les secrétaires, les exemples de longévité se rencontrent sous le règne de François Ier, surtout à partir des années 1520 : on peut citer les exemples de Guillaume Davy, en poste pendant 26 ans, de Jean de La Rivière présent pendant 29 ans, d’Antoine Dessefort, entré à la Chambre en 1529 et toujours cité en 1557311... Pour clore cette énumération, citons le cas d’Alain de La Bouexière, procureur des comptes pendant trente-trois ans !

  • 312 Notamment Guillaume Loysel le jeune et Jean de Plédran, voire Jean Parajau.
  • 313 On pense à Clérembaut Leclerc et à Cosme Clausse.

112Quelques nuances peuvent cependant être notées. Le temps d’activité est en moyenne plus court pour les présidents. Trois raisons l’expliquent : l’âge plus avancé des titulaires de la charge dont certains sont morts en activité ; les mises en cause des années 1530 qui ont davantage affecté cette catégorie312 ; le fait enfin que quelques titulaires, désireux de poursuivre leur carrière313, n’ont conservé que très brièvement leur office. On observe ensuite une différence entre les maîtres et les secrétaires : ceux-ci ont un temps d’activité plus long (40 % d’entre eux ont un temps d’activité supérieur à 15 ans, alors que 30 % des maîtres sont dans ce cas). Cette nuance révèle des comportements de plus en plus distincts, surtout en fin de période : alors que les maîtres délaissent leur charge au bout d’un temps d’activité de sept à dix ans (même si probablement les charges demeurent dans les mêmes familles), les secrétaires restent en poste le plus longtemps possible. Par cette différence, c’est la rupture grandissante entre ces deux catégories de personnel qui s’affirme à nouveau avec d’un côté les maîtres qui conservent des perspectives de carrière – ou qui peuvent participer davantage au commerce des offices – et de l’autre les secrétaires qui se recroquevillent sur une charge qui constitue le terme de leur ascension.

b. Les receveurs

Les receveurs du fouage
  • 314 Les records sont détenus par Bernard Tregouet dans l’évêché de Rennes avec 27 ans et Gilles Carré (...)
  • 315 On peut également citer les exemples de Michel Thierry à Rennes à partir de 1507 et qui se maintie (...)

113La période est celle de la stabilité grandissante des receveurs314. La plupart d’entre eux gardent leur charge jusqu’à leur décès, jusqu’à leur résignation ou, cas exceptionnel, jusqu’à leur destitution (c’est le cas de Gilles Carré). La part importante de receveurs ayant perçu un ou deux fouages ne doit donc pas induire en erreur : elle tient souvent aux lacunes de l’information et l’on peut supposer que, dans beaucoup de cas, les receveurs ont perçu plus de deux fouages. La stabilité se remarque déjà sous le règne de Charles VIII : quatre des neuf receveurs nommés en 1492 restent en charge jusqu’en 1498 (Cornouaille, Dol, Léon, Rennes). Deux autres évêchés connaissent deux receveurs (Nantes et Saint-Brieuc). Seuls Saint-Malo et Tréguier se distinguent par une plus grande instabilité (3 receveurs dans les deux cas). Le retour d’Anne vient perturber ce mouvement d’implantation mais, après une période de changement consécutive à la concurrence que se sont livré les financiers (notamment à Rennes ou à Dol), la permanence prévaut à nouveau en liaison avec la diffusion du statut d’officier : dans l’évêché de Léon, Jean Carré s’impose pendant douze ans (de 1504 au moins à 1516) ; Pierre Le Royer pendant dix ans à Nantes jusqu’à sa mort en 1518...315. Le règne de François Ier ne fait que confirmer les tendances précédentes : Audebert Valton se maintient 15 ans à Nantes, Jean de Néant, 19 ans à Saint-Brieuc, Michel Cosson, 27 ans à Vannes sans compter les années où il est associé à son fils...

  • 316 Les pourcentages s’établissent comme suit : Total : 1-2 = 39,7 % ; 3-4=12,5 % ; 4-5 = 2,2 % ; 5-6 (...)

Tableau 30. Nombre de fouages levés par les receveurs316

Tableau 30. Nombre de fouages levés par les receveurs316
  • 317 On constate un parallélisme entre le comportement des receveurs du fouage et celui des maîtres des (...)

114Deux nuances peuvent être apportées. Alors que jusqu’à la fin des années 1510, les receveurs gardent leur office jusqu’à leur décès, il apparaît que plus on avance dans le siècle, plus ils le résignent facilement au bout d’un certain temps d’activité : c’est le cas de Guy de Tours, de Jean Sachet en Cornouaille, de Pierre de Callac, de Toussaint Commaillé à Dol, de Charles Jouhan et de Noël Hays à Léon, de Nicolas Berthereau à Saint-Malo, de Jean Hux et de Noël Barbillon à Tréguier, d’Antoine Dessefort à Vannes. Ces résignations ont des motivations diverses : elles s’inscrivent dans un plan de carrière pour Pierre de Callac, Antoine Dessefort, Jean Hux, Noël Hays qui accèdent à la Chambre des comptes et pour des gens comme Toussaint Commaillé, Noël Barbillon et Nicolas Berthereau qui poursuivent leur activité dans d’autres secteurs. Elles signifient une fin d’activité pour Guy de Tours et peut-être pour Jean Sachet ; pour Charles Jouhan enfin, elle manifeste la volonté d’abandonner un secteur exposé – on le retrouve ensuite comme contrôleur ordinaire de Brest –. L’office de receveur du fouage demeure donc une fonction stratégique par les promotions qu’elle permet et une fonction également à risque, ce qui incite certains de ses titulaires, à s’en défaire au bout d’un certain temps d’exercice317.

  • 318 À Dol, il y a eu treize receveurs sur l’ensemble de la période, alors que pour les autres évêchés (...)
  • 319 Dol doit aussi sa plus grande instabilité au fait que Lespinay a tenu à s’en assurer le contrôle e (...)

115Des différences existent entre les évêchés : elles opposent ceux qui connaissent une stabilité de leur personnel à ceux qui subissent de plus grandes variations. Parmi les premiers, on peut classer sans difficulté l’évêché de Nantes où les exercices longs sont très nettement majoritaires et, à un moindre degré, les évêchés de Cornouaille, Léon et de Saint-Brieuc. Dans le second groupe, entrent les autres évêchés, particulièrement ceux de Dol et de Tréguier où le temps d’activité des receveurs est plus court318. Cette opposition distingue les évêchés qui sont bien tenus par des receveurs locaux comme Saint-Brieuc ou des non-originaires comme à Nantes et ceux où le milieu ambiant ne génère pas de financiers suffisamment puissants pour écarter la concurrence extérieure comme à Dol et Tréguier319.

Les receveurs ordinaires

Tableau 31. Stabilité des receveurs ordinaires. Étude par baillie

Tableau 31. Stabilité des receveurs ordinaires. Étude par baillie
  • 320 « De la fin du xive siècle à celle du xve siècle, près de la moitié des officiers tinrent leur pos (...)
  • 321 Il ne faut toutefois pas trop systématiser : du fait du peu de répercussion des changements politi (...)
  • 322 On peut citer également les exemples de Guillaume Augelart, 22 ans à Huelgoat, Guillaume Main, 22 (...)
  • 323 Çe qui explique la part très importante – plus de 80 % – des exercices de moins de dix ans dans ce (...)
  • 324 A Touffou, le long règne de Robert du Lyon s’achève quand la recette est donnée à Madeleine d’Estr (...)

116Si l’on compare à la période précédente320, il faut noter ici aussi la tendance à l’allongement des temps d’exercice, confirmant un phénomène déjà amorcé sous le règne de François II. La part des exercices supérieurs à une durée de dix ans, qui était très peu importante avant 1491, dépasse 20 % dans quasiment toutes les baillies et, dans cette tranche, la part de ceux de plus de 20 ans est en nette progression. Les plus beaux cas de longévité individuelle se rencontrent pour de petites recettes comme Minibriac dont Guillaume Cléauroux assure la responsabilité de la gestion pendant 32 ans, à Jugon où Jean Guillou se maintient 28 ans, à Guingamp avec Henri Le Carme pendant 27 ans, à Pont-Croix enfin où Olivier Le Flour exerce pendant près de 40 ans ... Deux périodes ont été propices à de longues carrières : le début du xvie siècle après la restauration des pouvoirs d’Anne de Bretagne – Guillaume Le Bascle se maintient un quart de siècle à Dinan, Marc de La Villegontier, 26 ans à Fougères, Guillaume Bérard, 22 ans à Ploërmel, Jean Le Baud, 24 ans à Quimper321 – puis à partir des années 1540, après les grandes opérations de contrôle des receveurs : Saturnin Mahé garde la recette de Vannes pendant 20 ans, Jean Lonoré, celle de Pont-l’Abbé pendant 28 ans322. Une légère différence est perceptible entre les recettes les plus importantes comme Nantes ou Rennes où les titulaires, du fait de perspectives de carrière plus grandes, du fait aussi d’une pénétration plus précoce des principes de la vénalité (du fait probablement aussi d’une concurrence plus forte), changent plus fréquemment et les recettes de Basse-Bretagne où la stabilité est plus marquée. De façon générale, les recettes qui connaissent les changements les plus fréquents sont celles dont la gestion est perturbée par une aliénation : c’est le cas d’Auray dans les années 1530, de Guérande, de Lesneven et surtout des terres du comté de Penthièvre323. La mise à ferme des revenus entraîne, dans ces cas-là, une plus grande variation des receveurs et vient contrarier, localement, le mouvement d’implantation du personnel324.

2. La volonté de se perpétuer

a. Les officiers de finances

  • 325 Cas similaires pour les payeurs des Etats – Alain Avril cède sa charge à son fils Jean –, pour les (...)
  • 326 À Nantes, une transmission à caractère familial a dû également s’opérer entre Pierre Le Royer et A (...)

117Attachés à leurs offices, les gens de finances cherchent aussi à le transmettre à leurs proches. Le phénomène toutefois se développe inégalement selon les différentes catégories. Pour les grands officiers, la perpétuation ne dépasse pas deux générations : Cardonne délaisse son office de général à son gendre Philibert Tissart. Au contrôle général, Barthélemy fait de même pour Florimond Fortier. On rencontre aussi quelques exemples, pour les charges secondaires, qu’il s’agisse des généraux des monnaies – Jean Hux résigne son office en faveur de son frère –, des payeurs des gages des gens du conseil – Jean Régnier est remplacé par son gendre Gilles Carré325. Pour les fouages, quelques cas de transmission sont connus également. On peut citer l’exemple des Carré, Michel et Gilles, qui se succèdent à Saint-Malo, de Jean et de Pierre Pineau à Vannes. Dans l’évêché de Cornouaille, trois membres de la même famille se relaient : Gilles Lesné, Guy de Tours puis Jean Sachet326. D’autres cas apparaissent en fin de la période, facilités par le développement des résignations à survivance (puis par le principe des receveurs alternatifs) notamment à Vannes où Michel Cosson transmet de cette manière son office de receveur du fouage en faveur de son fils Jean, à Saint-Brieuc avec Jean et Guillaume de Néant.

  • 327 Après la mort de ce dernier, son frère François reprend brièvement la recette en 1545.
  • 328 Le cas des Le Breton à Lannion est similaire, cf. catalogue, p. 546-547.
  • 329 En même temps, la famille étend son influence aux recettes voisines.

118Ce sont surtout les recettes ordinaires qui offrent les exemples les plus remarquables de perpétuation. Sept recettes sont gérées pendant la majeure partie de notre période par les membres d’une même famille. Parmi elles, différents cas de figure peuvent être distingués. L’exemple le plus net est celui des Le Flour à Pont-Croix où le père – Olivier – et le fils – René – contrôlent la recette de 1485 à 1543. La situation est voisine à Brest avec les Bohier : Robert (de 1495 au moins à 1522) voit sa succession assumée par ses deux fils François (de 1524 à 1532) puis Hamon de 1532 à 1545327. Les autres exemples sont plus nuancés mais n’en révèlent pas moins une volonté des familles de garder un contrôle sur des charges qui deviennent en quelque sorte un bien patrimonial. A Ploërmel, la succession de Guillaume Bérard, receveur de 1499 à 1520, est reprise par son gendre Jean Picaud. Celui-ci se maintient seize ans et résigne sa charge en faveur de son fils Julien Picaud qui, après dix-huit ans d’activité, est remplacé par un dénommé Bertrand Picaud, très certainement apparenté au précédent328. À Quimper, les Le Baud parviennent à se perpétuer de la fin du xve siècle à la première moitié du xvie siècle. Responsables de la recette avant 1491, ils en perdent le contrôle pendant le règne de Charles VIII. Ils retrouvent cette charge en 1505 et ne l’abandonnent plus jusqu’en 1558 au moins. Trois membres de la famille se succèdent : d’abord Jean de 1506 à 1530, puis Christophe de 1530 à 1536 et enfin Yves Le Baud à partir de 1545. Les ennuis dont est victime Christophe pour non-reddition des comptes ne perturbent pas cette mainmise : pendant les périodes où il est suspendu, le relais est pris par son commis Hervé Cochet, ou par son frère329. La même identification entre une famille et une recette se retrouve au Gâvre qui est contrôlé par la famille La Rivière. La nuance vient dans ce cas de l’opposition entre les périodes où la recette est détenue par le roi et celles où le domaine est aliéné au profit des Rohan. Dans la première situation, la famille La Rivière se perpétue ; dans le second, elle cède sa place aux Le Coutelier.

  • 330 Yvonnet de la Barre avait pour épouse Jeanne du Bodern. Y. de La Barre et Jean du Bodern tiennent (...)
  • 331 Ils tiennent la recette pendant plus de vingt ans ; à Vannes, le même Jean Pineau l’aîné est rempl (...)
  • 332 Les épouses de receveur font preuve généralement d’une énergie peu, commune : celle de Jean du Fre (...)
  • 333 Cf. notice n° 88 pour Jean du Bot et notice n° 91 pour Kerar.

119Ailleurs, les situations sont plus instables. Des transmissions de recette s’observent mais elles dépassent rarement deux générations, même si cela donne également lieu à de beaux exemples de longévité. Tous les types d’alliances se rencontrent : à Auray, Yvonnet de La Barre cède sa place à Jean du Bodern, qui était probablement son beau-frère330 ; à Rhuys, Jean Pineau est relayé par son fils prénommé lui-aussi Jean331. Le type de relation fréquent est celui de beau-père à gendre : on le rencontre à Fougères avec Marc de La Villegontier, receveur de 1499 à 1524 et Thomas Fectuet qui lui succède de 1525 à 1541, à Dinan avec Guillaume Le Bascle et François Delalande, à Hennebont entre Georges des Fontaines et Guillaume Bellec. Quelques exemples plus complexes, qui révèlent le rôle des femmes dans la transmission des charges332, peuvent être cités : à Muzillac, Jean du Bot, receveur de 1501 à 1517 est remplacé, après un intérim assuré par deux commis – Jean Délester et Julien de la Houlle – par Jean de Kerar, qui est l’époux d’Olive Guyasson, elle-même veuve du fils de Jean du Bot333. À Concarneau, Pierre Lonoré épouse la veuve d’Alain Rolland, receveur de 1502 à 1520, permettant à un membre de sa famille, Jean Lonoré, de prendre le contrôle de la recette de 1521 à 1531.

120Du fait de ces alliances et de la stabilité des officiers, le milieu des receveurs ordinaires se renouvelle peu. Les mêmes observations peuvent être faites pour la Chambre des comptes.

b. L’exemple de la Chambre des comptes

  • 334 Cf. J. Kerhervé, L’État breton, op. cit., p. 782.

121Comme les recettes ordinaires, la Chambre offre en premier lieu l’exemple de familles qui se perpétuent au sein de l’institution durant plusieurs générations. Cinq exemples peuvent être cités. Deux d’entre eux, qui plongent leurs racines dans la période ducale, présentent des maintiens sur quatre générations. Le plus remarquable est celui des Gibon. En 1492, Jean II Gibon, fils d’un clerc des comptes et petit-fils de deux présidents334 est confirmé dans sa charge de maître et de procureur par Charles VIII. Il demeure à la Chambre jusqu’en 1504 ; à cette date, il résigne son office en faveur de son fils. Seule la mort de ce dernier en 1519 vient mettre fin à plus de 70 ans de présence de cette famille parmi les gens des comptes. Le cas des Davy, dans la catégorie des secrétaires, est voisin : Yvon, clerc à partir de 1486, est remplacé, entre 1498 et 1514, par son fils Guillaume qui siège sans désemparer du début du règne de François Ier jusqu’à au moins 1540. Il résigne son office à survivance une première fois en faveur de son fils François en 1532 puis, une deuxième fois, en faveur de son gendre Pierre Riou en 1540. Celui-ci était toujours présent à la Chambre en 1557 (il siégeait déjà en 1547). Les Lespinay se perpétuent, pour leur part, sur trois générations. Jean, maître des comptes de 1492 à 1498, est remplacé par son fils prénommé lui aussi Jean, qui siège d’abord comme secrétaire jusqu’en 1515 puis comme maître de cette date à 1517. Son fils Guillaume prend le relais jusqu’en 1524. La décision de ce dernier de résigner sa charge, alors que les menaces s’accumulent sur la famille, interrompt la succession.

  • 335 Il lui était apparenté, puisqu’il était comme lui s’ de La Salle.
  • 336 Le cas des Le Bigot est voisin : Michel Le Bigot bénéficie en 1495 de la résignation à survivance (...)

122Les mécanismes de perpétuation ne sont pas toujours aussi évidents que dans ces trois exemples où le relais se transmet de père à fils, voire beau-fils (pour les Davy). En témoigne le cas des Callac dont le parcours est plus irrégulier mais où le service à la Chambre des comptes demeure un élément constant de la tradition familiale. François de Callac, clerc à partir de 1486, est élevé au rang de maître par Anne de Bretagne en 1505. Il ne figure plus dans la liste de confirmation du personnel en 1515, date à laquelle on retrouve un Jacques de Callac335 au rang d’huissier. Le relais est pris ensuite par Pierre de Callac, sans doute frère de Jacques : il figure d’abord comme huissier puis devient secrétaire en 1525. En 1546, il résigne sa charge à survivance en faveur de son fils Geoffroy mais, en 1557, un dénommé Pierre de Callac était toujours membre de la Chambre336.

  • 337 Gilles et François Thomas, Robert Millon père et fils, Jean et Julien Coué, Jean Boulomer l’aîné e (...)
  • 338 Gilles Bricaud en faveur de Jean Douette, Bernard Rocaz en faveur de Guillaume Francheville, Guill (...)

123En dehors de ces exemples, la Chambre offre de nombreux cas de perpétuation sur deux générations. Le modèle le plus fréquent est la transmission des charges de père à fils. Nous en avons dénombré au moins six exemples au cours de la période337. Viennent ensuite les transmissions de beau-père à gendre avec trois cas338. Dans un seul cas enfin – celui des Hux – l’office passe d’un frère à l’autre. Toutes ces transmissions de charges sont facilitées par le développement de la procédure des résignations à survivance ; elles supposent généralement que donateurs et donataires assument les mêmes responsabilités. L’exemple des Loysel est plus original : le père, Guillaume, est destitué de sa charge de maître en 1532. Deux ans plus tard, son fils fait son entrée comme second président : sans qu’il y ait eu transmission directe entre le père et le fils, on pressent que la fortune de la famille a été utilisée, dans ce cas, pour tenter à la fois un maintien et une promotion au sein de l’institution. Pari manqué et, probablement victime de la réputation de son père, Guillaume Loysel le jeune est à son tour écarté.

  • 339 Les liens familiaux sont multiples ainsi qu’en témoigne cet exemple : le gendre du secrétaire Gill (...)
  • 340 Il avait épousé en premières noces une Motay.
  • 341 Bernard Rocaz résigne sa charge de secrétaire en faveur de son gendre, Guillaume Francheville, qui (...)
  • 342 Jean Hux l’aîné est l’époux de Françoise Percherel, sœur sans doute de Yvonne Percherel, elle-même (...)
  • 343 François Phélypeaulx, institué maître en 1541, est le fils de Raymond Phélypeaulx dont la fille a (...)

124La tendance générale du personnel de la Chambre est donc de se maintenir puis de se perpétuer. Les familles qui s’éteignent – comme les Gibon – sont remplacées par de nouvelles qui manifestent les mêmes ambitions. Se forme ainsi un véritable milieu où un nombre réduit de familles cherchent à monopoliser les charges. Les relations familiales sont renforcées par des alliances que les documents ne permettent d’appréhender que de façon imparfaite. Guillaume Davy, qui a succédé à son père dans la charge de secrétaire, est également marié à Marie Thomelin, qui avait épousé en premières noces Alain Martin, lui-même clerc des comptes. Le neveu du procureur Alain de La Bouexière, Jean de Carheil, devient secrétaire dans les années 1540. Jean de Plédran, qui occupe l’office de second président de 1535 à 1540, n’est autre que le neveu de Guillaume Guéguen, premier président de 1490 à 1506. Les frères Hux, qui se succèdent dans la charge de maître des comptes, ont pour beau-frère le secrétaire Antoine Dessefort339. François Motay, qui devient maître en 1548 après la résignation de Jacques Viart, est apparenté à Bernard Rocaz340 qui est lui-même secrétaire des comptes341... Il y a donc peu de renouvellement : vieilles et nouvelles familles de Bretagne se fondent342 et contractent, en fin de période, des alliances avec le personnel non breton343, affirmant au-delà des changements politiques, la permanence du personnel financier ainsi que sa formidable capacité à intégrer les nouveaux éléments.

Conclusion

125Le personnel financier a été sensible aux changements politiques qu’a connus la Bretagne des années 1490 aux années 1540. Les effets ont cependant été d’inégale ampleur : les mutations les plus profondes s’observent lors de la prise de contrôle de la Bretagne par Charles VIII en 1492 et lors de la restauration des pouvoirs d’Anne en 1498. L’action des souverains a été constamment médiatisée. Sous Charles VIII et Louis XII, les grands officiers ont tenu un rôle de premier plan dans la formation du personnel : jusqu’en 1498, ce sont les grandes familles tourangelles qui ont exercé une prédominance incontestable ; après cette date, elles ont dû composer avec les financiers bretons restaurés par Anne de Bretagne. Les uns et les autres ont vu leur influence réduite à néant par les réformes des années 1520. Leur élimination a laissé place à un jeu plus ouvert où deux phénomènes méritent d’être retenus : la généralisation du système des offices (et des différentes techniques de transmission qui y ont été associées) a permis aux différents personnels de gagner une certaine autonomie et d’être moins sensibles aux changements politiques, ce qui a contribué à leur stabilité grandissante ; les princes, grâce à l’effacement des anciennes dynasties financières, grâce également à la disparition des reines bretonnes, ont vu leur influence croître sensiblement. A la fin de la période, l’heure n’est pas encore à la concurrence avec le monarque ni au choix entre les différentes fidélités : en se mettant au service des Grands, les financiers servent également le roi et peuvent espérer, de la même façon, poursuivre leur carrière.

Notes

1 Pour cet office, pas plus que pour celui de général, il n’a pas été possible de prendre en considération l’évolution de la nature des fonctions. Cela n’a pas une excessive importance du fait que le général, même s’il a perdu ses prérogatives essentielles en 1524, n’en a pas moins conservé un rôle d’administrateur – cf. ce que nous en avons dit a propos de Bullioud, p. 57 et suivantes. Le contrôleur a été encore plus fortement affecté par les réformes de 1523 ; cependant le fait que ce soit le même homme qui ait conservé cet office de 1506 à 1540 permet, selon nous, d’atténuer l’effet de ces changements.

2 Même si, à partir de 1498, ils durent rendre compte à la Chambre de Nantes.

3 Cas notamment de Paubert dans l’évêché de Dol ou de Charles Jouhan en 1518 dans l’évêché de Léon.

4 Cas par exemple de Gilles Davy dans l’évêché de Nantes en 1535.

5 Cela semble le cas de Jean Hagomar, receveur de Fougères qui est décédé vers 1498, ou de Clément Collet, receveur ordinaire de Nantes décédé vers 1499.

6 Si l’on reprend le cas de Clément Collet, il a été significativement remplacé par Pierre Avignon puis par Guillaume de Lespinay.

7 Cf. ce qui a été dit en deuxième partie sur le statut des receveurs ordinaires. Voir supra, p. 114.

8 Le 15 janvier 1508, Yvon Derien bénéficie d’une confirmation du don de l’office de receveur des fouages d’une partie de l’évêché de Tréguier, ALA B 17 f° 7. Il est vraisemblable qu’après 1498 tous les receveurs du fouage ont obtenu progressivement le statut d’officier.

9 Cette diffusion du statut d’officier a pour corollaire la stabilité grandissante du personnel, cf. infra p. 242.

10 ALA B 51 f° 11.

11 D’autres cas ont dû exister de 1492 à 1514, mais la perte des lettres d’institution pour cette période ne permet pas de se prononcer avec certitude. Nombre de transmissions de charge de père à fils ont dû se faire grâce à des résignations. On pense notamment à François Thomas qui a succédé à son père Gilles, à Robert Millon...

12 On peut citer à titre d’exemple la résignation de Regnaud de Brignac en faveur de Jean de Lespinay le jeune en 1515, celle de Gilles de Commacre en faveur de Marc de La Rue en 1526, du premier président Clérembaut Leclerc en faveur de Jean Parajau en 1528, du second président, Gilles de Commacre, en faveur de Guillaume Loysel le jeune en 1534..., cf. notices.

13 Elle est faite par Jean Gelin au profit de Michel Le Bigot.

14 Le premier cas connu est celui de Jean Coué en 1529 en faveur de son fils Julien, ALA B 568 f° 114.

15 Le premier exemple intervient en 1543 entre les deux frères Hux, ALA B 52 f° 265. On en note un autre exemple en 1549 entre Martin Chaurais et son fils Pierre, ALA B 53 f° 85.

16 Avec François de Kermenguy en faveur de son fils en 1548, ALA B 53 f° 391. Le résignant devait faire connaître dans un délai de quarante jours son intention d’exercer ou non l’office. Le non-respect de cette obligation pouvait entraîner la perte de l’office. Jean Boulomer le jeune a perdu de cette façon sa charge de secrétaire en 1558, cf. notice n° 416. Noël Hays avait eu droit à plus de clémence en 1552, cf. notice n° 450.

17 ALA B 24 f° 215. Nous en avons repéré six autres cas : Jean de La Rivière en faveur de son fils René au Gâvre en 1524, ALA B 568 f° 216 ; Guillaume Courson en faveur d’Yvon de Plusquellec à la recette de Goélo en 1532, ALA B 568 f 193 ; Guillaume Pellemoine en faveur de Jean Hubert à Rennes en 1533, C.A.F., t. VII, 28 658 ; Raoul de Quehern en faveur de Pierre Maupertuis à Auray en 1535, ALA B 570 f° 154-155 ; Jean Picaut en faveur de son fils Julien à Ploërmel en 1536, ALA B 571 f° 87 ; Julien Bertho en faveur de René de Quercy à Loyaux en 1537, ALA B 571 f° 243-244. Ce dernier exemple révèle qu’en cas d’aliénation des domaines – Loyaux est alors accordé aux Guise –, les mécanismes de résignation des charges se perpétuent.

18 C.A.F., 18 375, acte du 7 juin 1525. Cas aussi de Jean Hux en faveur de Noël Barbillon dans l’évêché de Tréguier en 1534, ALA B 570 f° 73-74. La documentation fournit très peu d’exemples de résignation d’officiers de fouage même si, sans nul doute, la technique était également utilisée dans cette catégorie.

19 C.A.F., t. III, 10 282, il fut exempté du paiement « du quart habituel de cet office ».

20 ALA B 580 f° 89.

21 Sous Anne de Bretagne, il faut signaler toutefois le cas d’Olivier de Larmor qui a résigné à survivance son office de receveur ordinaire de Lannion en faveur de Geoffroy le Breton, ALA B19 f° 55.

22 La trésorerie de l’Épargne est supprimée ; Alain Martin est nommé à la trésorerie des guerres ; la recette des aides est probablement prise en charge par Jean Briçonnet. Jean Hagomar est nommé général des monnaies. Le roi institue en 1495 un payeur des gens du Parlement avec Philippe Berthautt puis Jean Croquesel. Il n’existait pas encore à cette date de payeur des gens du conseil ni de payeur des États.

23 Seuls, Jean Langlois à Saint-Malo, Philippe Berthault à Saint-Brieuc et Julien Rivault à Tréguier sont maintenus. Les cas de Berthault et de Rivault prêtent toutefois à discussion : il est vraisemblable qu’ils aient perçu le fouage en 1491 pour le compte du roi. En Cornouaille, François Guillart a fait la perception d’un fouage en 1492 mais il a été remplacé par Jean Regnault au cours de cette même année.

24 Elles concernent surtout les terres du comté de Penthièvre qui ont été attribuées au prince d’Orange.

25 Le seul exemple de maintien est celui de Martin Ayrolde à Nantes.

26 Jean de Lespinay remplace Olivier Barraud.

27 Jean Croquesel dans le premier cas, Jean Briçonnet dans le second.

28 Il est probablement décédé à cette période.

29 Une incertitude demeure pour le trésorier des États dont on ne sait pas s’il existait encore véritablement.

30 Ils concernent les recettes de Lesneven, de Nantes, de Rhuys, de Ploërmel, d’Auray, de Carhaix et de Duault, de Dinan, de Fougères, de Goélo et peut-être de Lannion, soit dix recettes, en fait onze si l’on considère Carhaix et Duault séparément.

31 À Hennebont, Henri Cosnoal cède sa place à Kermoro ; à Quimperlé, Jean Chauve est remplacé par François Guillart. Cas de Muzillac aussi où l’on a la mention de Jean du Bot mais il s’agit sans doute ici d’une reprise de contrôle de la recette.

32 Alain Rolland s’impose à la place de Nicolas Duval à Concarneau.

33 La Rivière est nommé par Lespinay.

34 On relève des changements plus tardifs à Guérande (1507) et à Touffou, où la reprise du contrôle de la recette s’accompagne de la nomination d’un receveur.

35 Il demeure six incertitudes.

36 Mais cela est dû au décès de Michel Thierry qui est remplacé par Bernard Tregouet.

37 Jean-Baptiste de Servy, suspendu par Jean de Lespinay, a été remplacé en 1514 par un autre commis de ce dernier, Jean Paubert, puis par François Bonnet.

38 Cf. notice n° 170.

39 Mais il a dû prendre cette charge plus tôt.

40 À l’occasion duquel tous les officiers durent prêter serment d’obéissance au roi.

41 Sur les huit changements qui se produisent dans les recettes ordinaires de 1528 à 1532, un seul est lié au mouvement de contrôle : il s’agit du remplacement du receveur ordinaire de Quimper, Christophe Le Baud, suspendu, par Jean le Baud. En 1540, sur les six changements, seuls deux ont une signification réelle. Ils ont lieu au Gâvre et à Lesneven et correspondent, dans les deux cas, à une aliénation du domaine en faveur de favoris du dauphin Henri.

42 Certains officiers ont abandonné leur charge du fait de l’activation du contrôle. Les effets en sont toutefois plus difficiles à apprécier et ne peuvent se comprendre sans une présentation de l’attitude des officiers face aux poursuites, développement que nous réservons pour la dernière partie.

43 À nuancer pour le général dont le seul changement significatif est intervenu en 1528.

44 Guillaume Barthélémy a résigné son office en faveur de son gendre Florimond Fortier, cf. notices n° 21 et 22.

45 Jean Croquesel, titulaire de l’office de payeur du Parlement, a passé sans encombre le cap de 1498. Pour la trésorerie des guerres, il y a eu changement du titulaire mais sans que cela ait eu une signification réelle. Il en a été de même pour le général des monnaies : après sa mort, Jean Hagomar a été remplacé par un homme au profil comparable, à savoir Arthur du Pan. Pour ces trois offices, c’est le retard à rendre compte de leur détenteur qui explique les changements des années 1530-1540.

46 Dans la majorité des cas, les receveurs qui étaient alors en place ont perçu le premier terme du fouage et ont été remplacés aussitôt après le décès de Charles VIII.

47 À ce groupe, on peut joindre la ferme la plus importante du duché, à savoir la prévôté de Nantes qui, en 1492 et peut-être aussi en 1498, semble avoir été confiée à des commis sûrs : Jean Lasnier sous Charles VIII, peut-être les Thierry en 1498. Elle est retombée ensuite dans le régime de la ferme, échappant ainsi à un contrôle direct du pouvoir.

48 Même si des concentrations s’opèrent ; ainsi Jean de Kergouet s’impose à Châteaulin, Gourin et Huelgoat, tandis que Pierre de Kergouet prend la recette de Carhaix. En fin de période, on rencontre des processus comparables avec Guillaume Augelart ou Hervé Girard, cf. notices n° 156 et 157.

49 Avec la nécessité de disposer de receveurs connaissant la langue bretonne.

50 Cf. notices n° 81 et 82.

51 Cf. deuxième partie, p. 122 et suivantes.

52 Cas un peu similaire à Quimperlé où le maréchal de Rieux – sans obtenir le don du revenu – parvient à maintenir un receveur qui lui est proche, à savoir Mahé Baud. Les d’Avaugour ont gardé sans doute une influence dans les domaines de la région de Guingamp mais elle est plus difficile à apprécier.

53 Il était secrétaire du duc François II et serait reste fidèle à ce dernier pendant les guerres, J. Kerhervé, Cat., t. II, notice 19, p. 455.

54 Il s’agit peut-être de la date de sa mort.

55 Ce maintien s’observe également pour Olivier Le Flour à Pont-Croix, pour Olivier du Tertre à Lannion, et peut-être pour Jean Hagomar à Fougères.

56 Après avoir été associé dans un premier temps à du Tertre.

57 Cf. Pocquet du Haut-Jussé (Barthélémy-Anatole), « Les emprunts de la duchesse Anne à Julien Thierry (1489-1491) », Annales de Bretagne, 1962, pp. 269-93.

58 Cas particulier de Guingamp où Charles VIII permet l’installation de son maître d’hôtel Julien Rivault. Incertitude pour Auray et Quiberon dont on n’a pas réussi à retrouver l’origine des gestionnaires.

59 À Concarneau, l’ancien receveur René Le Gallo s’est maintenu jusqu’en décembre 1490. Il a été remplacé par Jean Quignart – à l’origine incertaine – jusqu’en décembre 1492, puis par Nicolas Duval jusqu’en 1502.

60 On ne connaît pas la date exacte de son institution. Il était déjà en activité en 1495.

61 Jean Calvy semble avoir profité de l’accession de Raoul Calvy à l’évêché de Quimper pour prendre le contrôle de la recette ordinaire. Il y a adjoint celle de Quimperlé et de Carnoët.

62 Il a été significativement remplacé, comme Nicolas Duval, par des hommes du cru qui avaient commencé leur carrière avant 1492 : à savoir Jean Le Baud à Quimper en janvier 1506 et François Guillart à partir de juillet 1501, à Quimperlé.

63 Et cela confirme le comportement original de cette ville, comportement déjà observé pour la recette du fouage dont le titulaire Martin Ayrol de a été maintenu en 1498.

64 Et très certainement aussi financier dans son cas.

65 1492, 1498 et 1515 pour les confirmations, 1514 et 1524 pour les prestations de serment. Cf. tableaux p. 85 et suivantes.

66 Cf. supra p. 201.

67 Rappelons que cet office est alors créé.

68 Cf. notices n° 465 et 466.

69 Fourmont indique que son fils Guillaume était lui aussi membre de la Chambre en 1492, mais nous n’en avons pas trouvé de traces pour notre part.

70 Il en a été de même pour Henri mais celui-ci était, comme on l’a vu prédemment (cf. supra, p. 65), tenu de respecter le personnel mis en place par son père.

71 Cette nomination précède de peu l’abandon de la charge de général par Cardonne au profit de son gendre Tissart.

72 On ne sait pas à quelle date précise il a fait son entrée à la Chambre. Fourmont affirme que c’est en 1503 mais cela est peu vraisemblable. On ne trouve sa signature au bas d’un compte qu’en mai 1515, ALA B 4296 f° 117. Le 27 août 1516, Philibert Tissart recevait l’ordre de lui remettre 1 400 l.t., sans que soit précisée la destination de cette somme, ALA B 23 f° 80. Cela suggère, à tout le moins, qu’il bénéficiait de la confiance du pouvoir.

73 ALA B 51 f 236.

74 ALA B 51 f° 289. Quand il est chargé en novembre 1524 de recevoir, au nom du roi, les serments de fidélité des officiers en poste en Bretagne, Gilles de Commacre est qualifié de notaire et secrétaire royal. Il est donc possible qu’il n’ait pas fait partie de la Chambre entre 1521 et 1526.

75 ALA B 51 f° 299. On peut se demander, au vu de cette carrière, si Commacre n’a pas été sciemment introduit comme secrétaire des comptes pour le mettre en mesure ensuite de gravir les échelons de la Chambre. Des cas semblables sont connus pour la première moitié du xve siècle, Jassemin (Henri), La Chambre des comptes de Paris au xve siècle, 1933, p. 31.

76 En plus de celle de nommer certains de leurs membres. Nous ne revenons pas sur cet aspect qui a fait l’objet d’un développement en première partie. Voir supra p. 94 et suivantes.

77 Yves Maydo, Jean Droillart, Jean Le Nas, François de Callac.

78 Parmi lesquels on peut citer sans doute Olivier de Lanvaux qui était secrétaire en 1498 et qui est devenu maître très peu de temps après, vers 1503 au plus tard ; en 1515, il était premier maître des comptes, cf. notice n° 433. Cas aussi de Jean Gibon qui a été autorisé à résigner ses offices de maître et de procureur à son fils en 1503, cf. notice n° 423.

79 Elle a rappelé à l’occasion la règle de la Chambre qui voulait que « lors que l’un des auditeurs dicelle decede qui a en ladite Chambre plus grand gaiges et estats que les autres suppotz dicelle qui ne sont en tel et pareil état et degré le prouchain institué et receu après est subrogé esdits gaiges et état d icelui decedé sauf à pourvoir en l’office d’icelui prorogé au plaisir du prince », ALA B 51 f° 59.

80 ALA B 116 f° 36-39.

81 Spont, op. cit., p. 86.

82 Et donc d’appuyer sa légitimité sur un dialogue avec les institutions en place.

83 Yves Maydo avait fait une déposition au procès du maréchal de Gié ; De Maulde, Procédures politiques du règne de Louis XII, op. cit., p. 413-417.

84 Le Bigot a été tour à tour garde des livres puis secrétaire et greffier, cf. notice n° 396.

85 Minut-Le Rouge pour Loysel l’aîné, Poyet pour Jean Parajau et Guillaume Loysel le jeune.

86 C’est le cas de Jean de Plédran en 1540, cf. notice n° 471.

87 Forfaiture pour Guillaume Loysel, incompétence pour son fils, et incapacité pour de Plédran, comptes non apurés pour Parajau.

88 Cf. notice n° 445 et supra, première partie, p. 48.

89 Leur nom ne figure plus au bas d’un acte signé par les gens des comptes le 1" décembre 1495, ALA E 212/5.

90 Modération où l’on retrouve la plus grande souplesse dont a fait preuve ce roi après 1493. Pour Martin, cf. notice n° 390.

91 La composition de la Chambre de 1514 n’est pas connue dans sa totalité. Celle de 1515 porte la marque du règne d’Anne.

92 Ce serment a été recueilli par Gilles de Commacre. La liste est incomplète mais on peut, par déduction, combler les manques.

93 Cf. tableau, p. 87.

94 Pour François Tissart, cf. notice n° 187 ; pour Jean Coué, cf. notice n° 401 ; pour Jean Thomelin, cf. notice n° 399 ; pour François Guillart, cf. notice n° 402. Ce dernier a exercé lui-même quelques responsabilités financières, mais il a surtout récupéré l’héritage de son frère, ancien trésorier des guerres et receveur du fouage dans l’évêché de Cornouaille, décédé en 1517, cf. notice n° 298.

95 Pour Pierre Lonoré, cf notice n° 403 ; pour La Rivière, cf. notice n° 407 ; pour Hubert, cf. notice n° 406.

96 Pour Maydo, cf. notice n° 432 ; pour Mathurin Baud, cf. notice n° 437 ; pour Robert Millon, cf. notice n° 397.

97 Et peut-être cinq avec Gilles de Commacre, dont le statut est alors incertain.

98 Cela est confirmé, en 1525, par l’accession de Pierre de Callac à la charge de secrétaire en lieu et place de Jean Thomelin qui lui a résigné son office, ALA B 51 f° 279.

99 Celui-ci était selon toute vraisemblance un protégé de la famille des Laval, cf. notice n° 395.

100 Après sa promotion à la trésorerie générale.

101 À identifier selon toute vraisemblance avec le petit-fils du trésorier qui renonce à son office, et ce n’est sans doute pas une coïncidence, alors que les poursuites ont commencé contre son grand-père.

102 Il était l’époux de Jeanne Robelot, sœur de Bertranne Robelot, femme du trésorier Lespinay, BN CAR 382.

103 Il fut commis par Jean de Lespinay pour faire la perception du fouage de l’évêché de Léon après le décès de Jean Carré.

104 Il est dommage que l’on ait perdu les registres de la Chambre des comptes d’avant 1525, ce qui empêche de savoir comment fonctionnait quotidiennement cette institution.

105 Cf. tableau, p. 89. Le dauphin reçoit le pouvoir de nommer aux offices vacants : la date peut donc être choisie comme point de référence.

106 Pour Dessefort, cf. notice n° 410 ; pour Gilles Bricaud, cf. notice n° 409.

107 On peut les connaître grâce aux livres des mandements royaux et à ceux de la Chambre des comptes.

108 On pourrait en rajouter un dixième puisque, au cours de 1 année 1540, Mathurin Baud est remplacé après sa mort par Pierre Piraud, ALA B 52 f 197-198.

109 Jean Droillart remplacé par Alain Mandart en 1524, Yves Le Flo par Gilles de Commacre en 1526, François Tissart par Jacques Viart en 1527, Pierre Cosnoal par Jean Hux en 1534, Alain Mandart par Jean Dalesso en 1536.

110 Cardonne remplacé par Clérembaut Leclerc et Alain Marec remplacé par Gilles de Commacre.

111 Deux cas également : François Guillart par Gilles Bricaud, Pierre Lonoré par Antoine Dessefort.

112 Un officier abandonne sa charge à un autre.

113 Le résignataire garde la jouissance de sa charge soit jusqu’à sa mort, soit jusqu’à ce qu’il ait clairement manifesté son intention de se retirer.

114 Leclerc-Parajau /Parajau-La Pommeraie /Commacre-Loysel/ Loysel-Plédran.

115 Jean Thomelin en faveur de Pierre de Callac en 1526, Yves Maydo en faveur de Jean Boulomer en 1530, Robert Millon en faveur de François Bertho en 1537.

116 Gilles de Commacre en faveur de Marc de La Rue.

117 Charles Jouhan en faveur de Bernard de Saint-Do, Pierre de Callac en faveur de Jean Aubin.

118 Etienne Tissart en faveur de Jean Avril en 1537.

119 À l’exception de Marc de La Rue qui a bénéficié de la résignation de Gilles de Commacre.

120 Callac en faveur d’Aubin, Charles louhan en faveur de Bernard de Saint-Do.

121 Parajau vient d’être suspendu de la trésorerie générale.

122 Il devient second président alors que son père a été écarté de la Chambre pour forfaiture, cf. notice n° 438.

123 Pour Etienne Tissart, cf. notice n° 502.

124 Jean Coué en faveur de son fils Julien, Guillaume Davy en faveur de François Davy, Guy Meneust en faveur de Guillaume Meneust.

125 125. Il n’est pas indifférent de noter que le règlement de cette affaire est intervenu en janvier 1540, – après cinq années de tergiversations –, peu de temps avant que le roi ne confie l’administration du duché a son fils, comme s’il avait voulu lui laisser des institutions totalement sûres.

126 La Pommeraie et Kermenguy ont été associés à toutes les commissions importantes envoyées en Bretagne au cours des années 1530, cf. notices n° 461 pour le premier et 472 pour le second.

127 Pour de plus amples développements sur cette question, cf. D. Le Page, « L’affaire Jean de Plédran, 1535-1540 », Kreizi, 1994, p. 119-139.

128 Dans la majeure partie des cas, les nouveaux promus ont été choisis parmi des non-originaires, cf. infra, p. 257.

129 Les changements ont été dus surtout à la mort des titulaires, à tel point que l’on peut se demander si le phénomène de résignation était « autorisé » pour cette catégorie.

130 Comme les Callac, les Davy...

131 Au vu de cette évolution, il était dans la logique des choses que la fracture créée entre maîtres et secrétaires trouvât une traduction sur le plan de l’organisation, c’est ce qui explique en partie la réforme Poyet de 1535 puis le nouvel assaut réussi des années 1550, cf. supra p. 99 et suivantes.

132 L’étude de l’intégration dans le domaine judiciaire devrait s’appuyer sur d’autres bases, puisque ce personnel bénéficiait dès 1491 du statut d’officier. C’est ce qui explique notamment que la composition du conseil-chancellerie n’a pas connu d’importantes modifications.

133 Ils sont allés en nombre croissant avec l’extension de la vénalité.

134 ALA E 128/22, cf annexe n° 3.

135 C’est-à-dire entre le mois d’avril et le mois d’août 1498. Le document fait allusion à des pourparlers en cours entre les Bourbon, le prince d’Orange et Louis XII. Celui-ci semble déjà avoir pris l’engagement verbal de rendre à Anne les places fortes contrôlées par les armées royales, mais le traité de Conflans n’a pas encore été signé.

136 La chancellerie est précisément mentionnée.

137 Il est ainsi conseille de former une ambassade composée des personnages importants du duché pour demander au roi de leur rendre leur souveraine et de la restaurer dans tous ses pouvoirs.

138 Le moment de sa venue doit être particulièrement choisi comme l’indique cet extrait : « et quant à faire ledit voyage semble pareillement que la royne doit partir après le service qui sera fait pour le roy à tel temps que sera advisé et par la conduite de mondit seigneur le prince ». Ce dernier est bien entendu le prince d’Orange.

139 Le texte précise leur mission : « Ils devront appeler avec eux nombre de gens de biens de chacune desdites villes ... pour ordonner des choses qui seront requises pour tout entretenir. »

140 Il est ajouté : « Sur quoy sera bon ordonnez ausdits nommez les sommes qu’il plaira à la royne qu’il soit payé à chacun et autrement à son plaisir. Item est tres requis pourveoir au fait de l’institution et confirmation des maistres et officiers des monnaies et o bonne diligence faire monnoyer à coign qui soit different de celluy de present. »

141 L’évêché de Saint-Malo est subdivisé.

142 Nantes, Ploërmel, Dinan, Guérande, Rennes, Fougères.

143 Pour les autres fermes, il est simplement indiqué qu’il faut vérifier les cautions des preneurs.

144 Ils rendaient également des services au prince d’Orange.

145 À signaler le cas original du contrôle général qui est doté d’un titulaire, La Haye – il s’agit sans doute de Nicolas Briçonnet –, et qui est demandée par Mortaye, en rappelant que la provision doit en être faite par la reine

146 Olivier Barraud, candidat à sa propre succession, est confronté à Lespinay.

147 C’est l’exemple de Gilles Le Breton qui postule pour Vannes et Saint-Brieuc, à défaut de Vannes.

148 C’est le cas également de Pierre Pinart dont la candidature à la recette des fouages dans l’évêché de Léon est défendue par un certain Riou.

149 De la même manière, les trois candidats pour les fouages de Nantes – Le Mirenne, Yvon Guyolle, Vincent Durant –ont été écartés au profit de Martin Ayrolde qui a été maintenu dans sa charge.

150 ALA E 209/23.

151 Guillaume Gueguen, Raoul Calvy, Jean Callouet, Jean François de Cardonne, Gilles de Commacre, Nicolas Briçonnet, Olivier du Tertre, Olivier de Larmor, Guillaume Bérard, Jacques de Lorignière, Jean et Michel Carré, Regnaud de Brignac, Gabriel Miro, Gilles Lesné, Anceau de Botnier-Botmeur, Gilles de La Pommeraie, Clérembaud Leclerc, Guillaume Barthélémy, Florimond Fortier, Jacques de Saint-Mesmin.

152 Il s agit de Gabriel Miron. On voit dans ce cas une nouvelle illustration de la remarque de Mickael Harsgor selon laquelle les « médecins des corps comme ceux des âmes » – les confesseurs – étaient très bien placés pour obtenir les faveurs des souverains, Harsgor, t. IV, p. 2231.

153 Huit ont reçu soit une charge de président, soit une charge de second président.

154 Nous n’avons pas pris en compte de gens comme Olivier Le Flour ou Jean de La Règneraye qui devaient leur faveur aux services rendus à François II.L

155 Pour La Pommeraie, cf. notice n° 461 ; pour Commacre, cf. notice n° 469. La place dans les maisons royales s’est située à différents moments de la carrière : elle a pu servir de tremplin – Commacre, Cardonne –, ou d’aboutissement : cas encore de Cardonne. Elle est restée une référence constante dans la carrière de quelques individus : La Pommeraie, Cardonne, Commacre.

156 Sans vouloir entrer dans des développements qui nous éloigneraient trop de notre propos, il faut tout de même souligner que le chancelier joue un rôle important dans l’administration du royaume. Dans le cas de la Bretagne, on constate, qu’en dehors de son influence dans les nominations, il apparaît comme le principal interlocuteur des représentants du roi dans la province, qu’il s’agisse du général Bullioud en 1537 ou même des responsables de la perception des deniers comme Marc de La Rue en 1538.

157 A.N. J 968 l3.

158 A.N. J 967 1017.

159 A.N. J 968 252.

160 Ce qui révèle bien que tout protecteur se crée des obligés, A.N. J 967 n° 96.

161 A.N. J 968 252. L’influence de Breton a pu jouer aussi pour le maître des comptes, Marc de La Rue, qui était son beau-frère, cf. notice n° 443.

162 Cas voisin de La Primaudaie, secrétaire en finances à partir de 1483 – voir notice n° 18 – et qui se vit accorder l’office de contrôleur général en 1492. On trouve sa signature au bas de quelques actes concernant la Bretagne : ainsi pour l’acte de don des fouages du 6 mai 1491 – ALA B 51 f° 21 –, pour l’acte d interprétation du don de ces mêmes fouages du 27 octobre 1493 – ALA B 51 f° 12 –, pour l’acte du même jour contraignant les receveurs qui ont perçu les fouages pour les sr de Rohan, Quintin, Rieux... à rendre compte à la Chambre – ALA B 51 f° 12. La dernière signature daterait du 6 février 1494 et figure sur l’acte accordant trois foires franches aux habitants de la ville de Fougères – ALA B 51 f° 6.

163 Chevalier, op. cit., p. 480 ; cette charge constituait aussi, comme le précise Hamon, une étape classique de début de carrière, un excellent moyen de s’introduire dans la fonction publique, Hamon, op. cit., p. 642.

164 Jean Régnier, Jean Davy, Jean de La Rue, Jean de La Primaudaie, Thomas Bohier, Henri Bohier, Jean du Bois de Fontaine, Olivier Barraud, Antoine Du Puys, Nicolas Briçonnet, Clérembaud Leclerc, Palamède Gontier, Gilles de Commacre, Cosme Clausse, Gilbert Bayard, Guy Arbaleste. Nous n’avons pas retenu le cas particulier de François Tissart qui semble avoir été secrétaire d’Anne et de Claude mais dont le nom ne figure pas dans le catalogue établi par Lapeyre et Scheurer.

165 Il faut mentionner toutefois le cas particulier de Jean Régnier, dont la carrière a commencé en Bretagne sous Charles VIII en tant que commis au paiement des mortes-payes de Nantes et en tant que receveur des fouages. Il a été le premier à occuper la charge de payeur des gens du conseil sous Anne. C’est le seul officier non originaire que l’on trouve apparenté à une famille bretonne, les Carré.

166 À entendre dans le sens d’appui apporté par une personne connue, pour l’obtention d’un office.

167 Cette influence est indiquée dans quelques actes d’institution. C’est le cas de Nicolas Duval : quand il l’institue payeur des gens des comptes en 1494, suite à la résignation de Tanguy de La Gaubertière, Charles VIII précise qu’il a cédé à la sollicitation, selon les termes de l’acte, « d’aucuns noz principaulx serviteurs, ses parens et amys », ALA B 51 f° 11.

168 Chevalier, op. cit., p. 475.

169 Nous sommes conscient, surtout dans les cas de Tissart, Lespinay et Parajau, que ce terme est un peu exagéré mais nous l’employons tout de même faute d’avoir trouvé une expression plus appropriée. Il veut montrer que jusqu’à la fin des années 1520, les grands officiers ont profité des capitaux dont ils disposaient, de leur influence aussi pour placer un certain nombre de leurs proches dans l’administration financière bretonne.

170 Cf. les travaux de Bernard Chevalier, de Mickaël Harsgor, de Lapeyre et Scheurer.

171 Toutes les charges importantes de l’hôtel d’Anne de Bretagne ont été accaparées par des hommes issus des milieux tourangeaux, cf. Bernard Chevalier, Tours, ville royale, 1356-1520, Paris-Louvain, 1975, p. 311.

172 Il était l’époux de Catherine Briçonnet.

173 Cf. notice n° 179.

174 Chaque grand officier a tendance à créer son propre « réseau » : Barraud a fait venir en Bretagne de nombreux financiers angevins, comme Jean Le Fèvre (cf. notice n° 353) et peut-être aussi Pierre Le Royer (cf. notice n° 328).

175 Il est peut-être identifiable avec le s’ du Plessis-Rideau, trésorier général de Provence et du Dauphiné, second président de la Chambre des comptes de Paris le 10 novembre 1507 ; Lapeyre et Scheurer, Les notaires..., op. cit., t. II, pl. XXII.

176 Cette offensive fut menée aussi sur le plan religieux et judiciaire. Les familles tourangelles accaparèrent ainsi nombre de bénéfices : Guillaume Briçonnet devint evêque de Saint-Malo en 1493 ; son fils Denis y prit sa suite dans les années 1520 avant de laisser sa place en 1535 à François Bohier, le fils de Thomas. Le frère de ce dernier, Jean, futur évêque de Nevers, fut archidiacre de Nantes en 1495-1496, BN fr. 8310 f° 233. Jacques de Beaune, fils du trésorier d’Anne, reçut l’évêché de Vannes en 1504. Dans le secteur judiciaire, deux présences méritent d’être notées : celle de Jean Berthelot, vice-chancelier en 1510 puis prieur de Léhon ; celle de Jean Briçonnet, sr de la Kaerie et du Portau, neveu du cardinal Guillaume Briçonnet, lui aussi vice-chancelier de Bretagne à partir de 1515. En plus de l’abbaye de Blanche-Couronne, il cumula une série impressionnante de bénéfices religieux en Bretagne.

177 C’est vrai sans doute pour François Tissart qui prend la recette ordinaire de Nantes après la mort de Guillaume de Lespinay.

178 Nicolas Duval avait eu lui-même Philibert Tissart et Guillaume Loysel comme commis, de 1512 à 1517.

179 Cf. notice n° 59.

180 Guy de Tours récupéra ensuite le double héritage de Bertrand de Tours et de Gilles Lesné et devint, à la mort du premier, trésorier des guerres puis, à la mort du second, receveur des impôts et fouages de Cornouaille.

181 Il est présenté comme tel dans le Journal d’un Bourgeois de Paris, op. cit., p. 255-259.

182 Le premier compte, qu’il rendit pour cette charge le 16 mai 1522, couvrait une période de six années finies le 31 décembre 1521, ALA B 4297 f 545.

183 Lespinay et Parajau étaient tous les deux originaires de Plessé, leurs deux familles étaient liées par de multiples activités menées dès avant 1491, cf. notices n° 9 et 11.

184 ALA B 4297 f° 542 et f° 544. Il fit lui-même la perception des fruits de plusieurs seigneuries saisies sur ordre du roi ou placées sous l’autorité judiciaire pendant des procès : il fut notamment, à la suite de son fils Guillaume, séquestrateur des terres d’Issé et de Rieux pendant le procès entre Françoise de Rieux et son fils Jean de Laval d’une part, et Jean de Rieux d’autre part – ALA B 19 f° 172 ; on le trouve aussi mentionné comme séquestrateur des terres de Derval, Guéméné et Beauregard pendant le procès entre le s’ de Rieux, garde naturel de sa fille, et la vicomtesse de la Bellière, ALA B 17 f° 171.

185 ALA B 4296 f° 45. Il était par ailleurs le parrain de la fille de Clément Dautie (cf. notice n° 337), commis à recevoir le fouage dans ce même évêché sous Daville et Champion en septembre 1501, ALA B 4296 f° 45.

186 Il s’imposa ensuite comme receveur.

187 Çf. supra p. 212.

188 À identifier sans doute avec l’individu du même nom qui demeurait à Pontchâteau et qui fut commis à la recette de Guérande vers 1525, ALA B 570 f° 83.

189 Le procureur de la Chambre affirme, le 4 décembre 1535, que Durant et Parajau « estoint grants amys et consors en fermes », les accusant même de collusion, ALA B 570 f° 169-170. Il était le beau-père d’Antoine Bretin qui devint payeur des gens du conseil après la destitution de Gilles Carré en 1532, cf. notice n° 43.

190 Un individu du même nom était fermier du billot de Dol en 1522 – ALA B 569 f° 6 –, fermier de l’impôt et billot de l’évêché de Nantes en 1532 – ALA B 34 f° 11 – On peut sans doute l’identifier avec le fils d’Olivier Le Mercier qui fut commis aux avitaillements de Brest en 1521, ALA B 573 f 316.

191 Il eut lui-aussi une importante carrière financière à son actif en tant que fermier des impôts et billots dans l’évêché de Nantes mais aussi comme fermier de la traite des bêtes vives du 1er octobre 1515 au 30 septembre 1518 – ALA B 22 f° 205 –, fermier des ports et havres de Bretagne avec Jean Hux et Antoine Dessefort, ALA B 568 f° 98.

192 Il était lui-aussi de Dinan et il prit plusieurs fermes dont celle du billot de Dol en 1528, celle des ports et havres entre Couesnon et Arguenon, ALA B 570 f° 8.

193 Abel Rouaud, sr de Tréguer : il était l’époux de Jeanne, la fille du trésorier Lespinay.

194 Comme Jean Parajau, sr de Logoden/La Godolin.

195 Il était marié, comme l’ancien trésorier, avec une Robelot.

196 Il était marié avec une certaine Marie Parajau. Seules deux personnes n’ont pu être identifiées : il s’agit de Guillaume Lambart, sr de Leurnas, et de François de La Grée.

197 Il fut fermier du 1er octobre 1525 au 1er octobre 1528, ALA B 30 f°217. Après sa mise à l’écart, Parajau subit l’attaque de l’héritier de Jean Durant, Antoine Bretin : il demanda à être rembourse de ce que son beau-père avait trop payé – il l’estime à 10 000 l. – au trésorier. Malgré l’opposition du procureur de la Chambre, Bretin réussit à obtenir le versement de 1 100 l. (ALA B 572 f° 30).

198 Parajau avait également reçu 1 500 l. du commis du receveur des fouages de Nantes, en avance sur le quartier de janvier, février, mars 1528.

199 C.A.F., t. I, 3452.

200 Le 5 juin 1534, Jean de Laval-Châteaubriant recevait un office pour en faire son profit à la condition, précise l’acte, « que les deniers qu’il en retirera viendront en déduction des 18 000 l. qui lui ont été promises lors du dernier voyage du roi en Bretagne », Bertrand de Broussillon, op. cit., 2387, p. 119.

201 Alain Bertho fut institué en septembre 1529 receveur de Lamballe par le roi à la presentation du duc de Guise, ALA B 12 838 f 455 ; cas similaire pour Julien Bertho et Raoul de Quehern pour la recette de Loyaux, voir notices n° 197 et 198.

202 Mention du 11 juillet 1530, Broussillon, op. cit., 2349, p. 99-100.

203 Cas notamment de Clérembaud Leclerc qui, malgré l’appui de Louise, la sœur du connétable de Montmorency, n’a pu obtenir l’office de trésorier qu’il convoitait dans la maison d’Eléonore, Hamon, op. cit., t. II, p. 824.

204 Ces services pouvaient d’ailleurs être rendus sans que le prince l’eût expressément demandé. A. Pacault cite ainsi l’exemple dans la deuxième moitié du xvie siècle d’Antoine Charton inspectant de sa propre initiative le domaine de Callac qui appartenait alors à Montmorency. Ce zèle lui permit d’accéder quelque temps plus tard à la charge de trésorier général en Bretagne, A. Pacault, op. cit., p. 470.

205 A.C.A., E 84.

206 L’année précédente, il avait bénéficié d’un don de 30 l. à prendre sur la recette de Nantes. En 1548, il reçut l’office de trésorier des chartes, cf. notice n° 409.

207 Qui signa sa lettre d’institution, ALA B 51 f° 346-347.

208 C.A.F., t. III, 9372.

209 Cf. notice n° 13.

210 Bertrand de Broussillon, La maison de Laval, t. IV, 1902, notice 2349, p. 99-100.

211 La lettre révèle aussi le parcours de cet officier : il a d’abord servi la reine ; après le décès de celle-ci il a, en guise de repli, réussi à s’employer auprès d’un prince de Bretagne et, fort de cet appui, il a essayé ensuite de retrouver un emploi dans une nouvelle maison royale.

212 Ils peuvent continuer a cumuler les deux types de charges.

213 Dom Morice, Pr., t. III, 1039-1040.

214 On aurait pu avoir aussi recours aux procureurs envoyés lors des séances des États.

215 Toussaint Commaillé est celui de Claude d’Annebaud, Bernard Tregouet celui de Suzanne de Bourbon. Son commis Yvon Guillemyn est également au service de cette dernière.

216 Jean de Quisistre, Mahé Baud, Guillaume Le Bascle, Gilles de La Pommeraie, Hervé du Quelenec, Antoine et Alexandre Dessefort, Martin Chauvrais, Alain, Jean et Simon Avril, Bernard Tregouet, François de Kermenguy, Florimond Le Charron, Jean Douette, Jean Dalesso, Pierre Piraud, Palamède Gontier, Michel Cosson, Guillaume Loysel, Jacques Viart, Nicolas Berthereau, Guillaume de Lespinay, Antoine Bretin, Toussaint Commaillé.

217 Guillaume Loysel l’aîné, lié aux Laval, voit son fils accéder à la Chambre des comptes après sa propre destitution ; les Dessefort, eux-aussi au service des Laval, sont liés aux Hux qui connaissent également une carrière importante, idem pour Bricaud.

218 On n’a pas pris en compte des receveurs mis en place par les nobles dans leur domaine comme Julien Bertho pour Loyaux... La seule exception est constituée par Toussaint Commaillé dont toute la carrière en Bretagne est due au service de Claude d’Annebaud : il a commencé en gérant pour ce dernier le domaine de Guingamp. Il a effectué un travail semblable à la recette de Dinan, puis il est devenu receveur du fouage de l’évêché de Dol, cf. notice n° 316.

219 Et pas dans les offices secondaires pour les serviteurs des Grands : si trois ont occupé une charge de secrétaire, sur les huit autres, cinq ont obtenu une charge de maître, trois une charge de président.

220 ALA B 53 f 78.

221 Mais il était lieutenant général en Bretagne depuis 1517. Il assumait l’essentiel des fonctions dévolues au gouverneur qui était alors le duc d’Alençon.

222 Il accomplit ensuite une carrière importante qui aboutit à la Chambre des comptes en 1529. Il est significativement l’un des membres de la Chambre signalé régulièrement à la cour. Il prête occasionnellement de l’argent au roi, cf. notice n°410.

223 A. Pacault, op. cit., t. II, p. 452 et note 79 p. 498.

224 Cf. notice n° 359.

225 Guillaume Loysel, secrétaire puis maître des comptes, lui doit sans doute une partie de sa carrière. En 1514, il était chargé de recevoir au nom de Jean de Laval l’amende féodale infligée au fils de Jean de Lespinay.

226 La venue de Lyonnais en Bretagne – en particulier Le Charron, voire Bullioud – ne peut-elle pas aussi s’expliquer en partie par le fait que Jean de Laval a été lieutenant général, en plus du duché de Bretagne, dans le Lyonnais, le Dauphiné, la Bresse et la Savoie – mention de septembre 1536, Broussillon, op. cit., 2414 ? Les dates coïncident pour Le Charron. Pour Bullioud, la prudence s’impose puisqu’il est devenu général en 1531. Cependant en 1537, Bullioud avant de venir en Bretagne a été chargé d’examiner les comptes des châtelains de Bresse et de Bugey, domaines dont Jean de Châteaubriant était lieutenant général. En 1538, Bullioud a écrit à Jean de Châteaubriant pour qu’il intervienne auprès du chancelier du Bourg pour le faire renvoyer en Bretagne.

227 L’essentiel du séjour de François Ier en Bretagne en 1532 s’est déroulé à Châteaubriant, ce qui suggère l’importance politique prise par le propriétaire des lieux.

228 La lettre de Jean Breton au chancelier en faveur de Viart rappelle : « msgr, vous savez comme il y a long temps qu’il vous pleust à la requête de msgr de Châteaubriant faire examyner me Jacques Viart me des comptes de Bretagne, lequel poursuivait lors un office de conseiller au grand conseil », AN J 968 252.

229 Il succède significativement à Antoine Dessefort, ce qui révèle la circulation du personnel entre les deux maisons et les liens qu’il pouvait y avoir entre elles.

230 Piraud avait en plus des créances à faire valoir. Dès 1538, Jean de Châteaubriant lui avait cédé une métairie dans la paroisse de Rougé en raison des sommes qu’il lui avait prêtées, Pacault, op. cit., p. 61.

231 En octobre 1535, il participait à la désignation, en tant qu’oncle, d’un curateur pour Guy XVII de Laval à l’occasion de son mariage avec Claude de Foix, Broussillon, op. cit., p. 124-125.

232 Les commis de Berthereau sont les fils d’Alain Avril, c’est-à-dire de celui-là même qui avait été le trésorier de Guy XVI.

233 ALA B 52 f° 108.

234 Il en prit effectivement possession en 1542.

235 Broussillon, op. cit., p. 124-125. Cela tendrait à prouver que les missions qui lui ont été confiées dans le duché à partir du début des années 1530 seraient dues à cette protection.

236 Dans une lettre du 4 avril 1541, le connétable lui écrit : « ...et ferez au reste tout ce que vous verrez estre requis, selon et ainsi que avez fait jusques icy, qui est et sera beaucoup mieulx que je ne vous ay sceu et ne scauroit dire ne conseiller d’ici », Broussillon, op. cit., document 2457.

237 Bedos Rezak, op. cit., p. 35.

238 A.N. J 968 l3. Le connétable est intervenu aussi pour lui faire octroyer une pension. Dans la lettre du 4 avril 1541, précédemment mentionnée, le connétable lui écrit en effet : « Au regart des 600 l. sur les greffes de Rennes, vous aurez entendu par ce que je vous ay dernierement escript le peu d’ordre qu’il y a à vous en faire depescher pour le present mais le don que le Roy vous en avoit dejà faict viendra à propos en une aultre meilleure occasion qui se presentera et pendant ce vous prendrez vostre pension acoustumee », Broussillon, op. cit., 4 avril 1541, 2457. Si cette demande avait abouti, les services rendus à la personne du connétable auraient été remerciés grâce à de l’argent « public ».

239 Dalesso illustre la confusion qui pouvait exister entre le service du roi et le service des princes : le 9 octobre 1551, il présentait à la Chambre une autorisation de s’absenter qui lui avait été délivrée par Montmorency pour aller à Châteaubriant et Villocher pour le fait de ses bois et de ses forets. La Chambre lui fit remarquer que de telles lettres devaient émaner du roi – ALA B 577 f° 109 –. Jean Dalesso est devenu trésorier général des domaines du connétable après son départ de Bretagne.

240 Il est attesté comme trésorier de Montmorency au moins à partir de 1551. Il avait été précédemment trésorier de la maison de la duchesse de Longueville, Hamon, op. cit., t. II p. 832. Sa nomination en Bretagne a eu pour conséquence de l’amener à se mettre au service de la principale maison princière du duché, probablement pour rechercher une protection utile à sa carrière. Il rendait également des services à Jean de Brosse, successeur de Jean de Laval, dans la charge de gouverneur de Bretagne.

241 De haut niveau puisque tous les exemples cités concernent, soit la Chambre des comptes, soit la trésorerie générale. Dans ce dernier cas, on peut penser que la sédentarisation de ces officiers qui s’est accomplie au cours des années 1540 – cf. première partie, p. 66 et suivantes – n’a pu que renforcer leurs liens avec les grandes maisons princières existant dans leur juridiction.

242 Le service des princes a pu précéder la « carrière » publique, comme dans le cas d’Antoine Dessefort ; il a pu en être une conséquence – cas de Le Charron –, il a pu être mené de front avec le service du roi, comme dans le cas des Avril ou de Jean Dalesso (qui semble cependant avoir donné la priorité au service du connétable : il est devenu son intendant général vers 1552). Il n’y a pas encore de concurrence entre les deux services. Servir un Grand bien en cour, c’est servir le roi qui est l’arbitre des influences, surtout sous le règne de François Ier qui est un monarque autoritaire. On note tout de même une continuité, un lien, entre le service des Grands et celui du roi.

243 Il s’est allié par mariage à Jean Hux qui est alors maître des comptes.

244 Son fils, prénommé lui-aussi François, était sénéchal de Blain, A. Pacault, op. cit., p. 450.

245 Les mêmes remarques pourraient être faites pour le personnel judiciaire : parmi les personnes qui défendaient les intérêts du connétable de Montmorency lors de la succession de Jean de Laval, on trouve le président du parlement de Bretagne, le sr de Cucé. Pierre d’Argentré, le père de l’historien, continuait, alors qu’il était sénechal de Rennes, à toucher une pension de la maison de Vitré. Il avait été sénéchal de Châtillon-en-Vendelais – seigneurie appartenant aux Laval – de 1517 à 1522 avant de devenir sénéchal de Rennes en 1526.

246 En dehors du fait qu’il a pris la qualité d’héritier sous bénéfice d’inventaire, cf. infra p. 346.

247 ALA B 571 f° 77.

248 Jean de Lespinay, du fait de ces domaines de Plessé, était arrière-vassal de la seigneurie de Blain, ce qui l’avait fait hésiter pendant les guerres de Bretagne entre sa fidélité aux Rohan et celle due à François II ; J. Kerhervé, Cat., op. cit., notice 55, p. 52-54.

249 Cf. J. Kerhervé, op. cit., t. II, p. 771-773.

250 Le maintien de Michel Thierry à la recette ordinaire de Rennes en 1492 en reconnaissance de l’argent dû à son père constituait lui-aussi une forme de venalité.

251 Des paiements lui ont été faits par le commis au paiement des dettes, mais il s’est « payé » lui-même ensuite sur sa propre caisse. Il a voulu en tout cas utiliser les sommes qu’on lui devait pour obtenir du credit, comme l’atteste cette demande qu’il a formulée vers 1500 « d’estre appointé de quelque somme de deniers à valoir sur son deu du temps precedent le mariage de la royne à ce que mieulx il puisse entretenir son credit au service de ladite dame », ALA E 209/22.

252 Il réclamait 54 233 l. 12 s. 3 d., une somme dont Charles VIII lui avait promis indemnisation mais qui n’était toujours pas payée au début du xvie siècle.

253 Il demandait 1 163 l., 200 l. lui ont été remboursés par le commis au paiement des dettes de Bretagne.

254 Thomas de Riou a obtenu la recette du fouage dans 1 évêché de Saint-Malo. Arthur du Pan s’est vu confier la recette ordinaire de Fougères....

255 Hamon, op. cit., t. II p. 623. Parajau a délaissé dans le même temps son office de trésorier et receveur général.

256 Vian ambitionne de succéder à un certain Cordier qui est malade et dont l’office, précise-t-il, risque d’être bientôt libre...

257 Lettre du 8 juillet 1537, AN J 968 252.

258 Henri II a fait don de la somme au président des enquêtes à Paris, me Jacques Berruyer, ALA B 53 f° 55. Il est vraisemblable que Pierre de Callac avait déjà payé une pareille somme lors du premier acte de résignation en 1546, ALA B 52 f° 296. Chaque changement de souverain nécessitait non seulement une confirmation dans les charges – qui se monnayait– mais aussi une confirmation des survivances. Il arrivait également, en fonction des besoins financiers, que les souverains révoquassent les résignations à survivance au cours de leur règne. Cela est arrivé deux fois sous François Ier, en juillet 1521 et en décembre 1541.

259 Les renseignements sont fournis principalement à l’occasion de la mise en vente des biens dans les années 1530. Les quelques exemples cités n’ont qu’une valeur indicative, dans la mesure où nous n’avons pas fait de recherches systématiques dans ce domaine. Ils servent seulement à illustrer notre propos.

260 ALA B 571 f° 112-117, cf. notice n° 73 pour la description de ses propriétés.

261 Acte du 15 octobre 1545, ALA B 12 838, f° 485.

262 Acte du 13 septembre 1537, ALA B 12 838 f° 474.

263 Sans commune mesure toutefois avec celle des grands financiers de l’époque.

264 ALA B 51 f° 375-376.

265 Elles furent vendues pour la somme de 1 000 l. à la vicomtesse de Rohan en décembre 1527, ALA B 51 f° 329.

266 Voir la notice n° 9 pour la description précise de sa fortune. Les livres de la Chambre des comptes donnent aussi des renseignements sur la fortune de Charles Pineau, commis d’Adrien Augier, au paiement des gens du Parlement ; de Jean-Baptiste de Servy, receveur des fouages dans l’évêché de Dol, ALA B 574 f° 91-94 ; de Thomas Fectuet, receveur ordinaire de Fougères, ALA B 575 f° 27-28...

267 Cf. ce qui a été dit plus haut pour Jean Parajau.

268 Acte du 13 septembre 1537, ALA B 12 838 f° 474.

269 Le plus ancien acte date de 1507 et le plus grand nombre concerne les années 1530-1540, ALA B 12 838 f° 453-499.

270 Julien Coraillet se porte caution de Michel Cornillet, receveur ordinaire de Jugon, pour une demi-année. ALA B 12 838 f° 498.

271 Exception pour Pierre Touzelin dont la caution est Michel Touzelin, ALA B 12 838 f° 460.

272 ALA B 12 838 f° 454.

273 Nous aurions tendance à penser qu’il s’agit de Guillaume Pellemoine, prédécesseur de Hubert à la recette ordinaire de Rennes et qui lui a résigné son office.

274 Acte du 13 octobre 1539, ALA B 12 838 f° 455. Cas similaire pour Hugues des Barres, receveur de Vannes en 1536 : trois cautions et sept personnes assurant leur solvabilité, ALA B 12 838 f° 456.

275 ALA B 12 838 f° 484.

276 Les exigences du pouvoir ont dû de toute façon évoluer en fonction de la rigueur de la surveillance exercée sur les receveurs.

277 Il y a recoupement possible avec la première colonne quand le membre de la famille a exercé aussi une activité financière.

278 La donnée figurant dans le tableau constitue très certainement une sous-estimation car nous n’avons pu comptabiliser que les liens familiaux que nous connaissions grâce au catalogue et grâce aux homonymies.

279 Dans le cas des Avril, le père se porte caution de son fils Jean mais il est amené également, à la demande des gens des comptes, à donner son autorisation pour qu’il devienne leur payeur. Cas similaire pour les Chevalerie.

280 ALA B 12 838 f° 457 pour le premier et ALA B 12 838 f°481 pour le second.

281 Il en va de même pour Hugues Des Barres, marié à Perrine Remulgol, qui est cautionné par un certain Jean Remulgol pour la recette de Vannes, ALA B 12 838 f° 456.

282 Ce soutien apparaît de façon évidente dans le cas de Hamon Bohier, receveur ordinaire de Brest. Quand il entre en charge en 1532, trois autres receveurs ordinaires – Yvon Le Breton, receveur de Lannion, Mathurin Petiteau, receveur de Guérande et Julien Bertho, receveur de Loyaux – viennent à la Chambre des comptes jurer « qu’il est capable et suffizant pour exercer ledit office et plus grant charge », ALA B 569 f° 179.

283 Jean du Bodem, receveur d’Auray, est cautionné par Charles Eudo.

284 Pierre Cohierpour Jean Hubert à la recette ordinaire de Rennes.

285 Guillaume Cleauroux présente Henri Le Carme comme caution, ALA B 12 838 f° 453.

286 Antoine Perruguet est cautionné par Noël Hays, maître à la Chambre des comptes.

287 Il doit sans doute être identifié avec l’individu du même nom qui a été un temps commis à la recette de Goélo, cf. notice n° 280.

288 On peut citer également le cas de Georges Chevalerie qui est caution de François Romans, trésorier des mortes-payes, et de Jean Meneust, receveur ordinaire de Fougères.

289 Parmi les autres métiers cités, on trouve un secrétaire en chancellerie, un avocat. Le cas de Michel Bouillon, receveur et payeur des gens du parlement, est original puisqu’il est cautionné par un fourrier ordinaire du corps du roi – il s’agit de Nicolas Bouillon – et par un serrurier ordinaire du dauphin – Etienne Servan –, ALA B 12 838 f° 459.

290 ALA B 12 838 f 456.

291 Guillaume Loyleu, bourgeois et marchand de Vitré ; Jean Tannerot, marchand de Rennes, ALA B 12 838 f° 473.

292 Il s’agit de Noël Hays, de François Jallier dit Vendôme, de Robin Pillays, de Jean Tireau, de Drouet et d’Antoine Bretin.

293 Noël Hays est alors receveur du fouage dans l’évêché de Léon, Antoine Bretin est payeur des gens du conseil.

294 Les arguments des autres preneurs de la ferme sont les suivants : Robin Pillays « à pareil que ledit Vendosme » ; Jean Tireau dit « qu’il avoit acoustumé faire fait de marchandie de 3 à 4 000 I. et à cause de ladite prevosté avoit laissé à faire partie de sa marchandie et du temps qu’il a laissé à faire son fait, il eut peu gaigner 600 à 800 I. Drouet a dit pareillement », ALA B 574 f° 127-128.

295 Cf. J. Kerhervé, L’État breton..., op. cit., p. 762-765 pour la période ducale.

296 Ce point fait l’objet d’un développement plus loin, cf. infra p. 263.

297 Cf. notice n° 359.

298 La charge de procureur d’un officier peut également servir de tremplin : Jean Meneust reprend la recette de Guérande en 1546 après avoir été procureur du précédent receveur Nicolas Homeau, cf. notice n° 207 C’est le cas aussi de Jean Hubert à Rennes : il a servi de procureur à François Thierry, héritier de Pierre, mais aussi à Guillaume Pellemoine dont il a bénéficié de la résignation à la recette ordinaire de Rennes. À Fougères, Jean Meneust le jeune, ancien procureur de Guillaume de La Fontaine, tuteur des enfants de Thomas Fectuet, reprend la recette en 1547, cf. notice n° 262.

299 Nantes, pour sa part, se distingue toujours par une séparation entre la charge de receveur et celle de miseur. Seul le cas des Main fait quelque peu exception : le père. Pierre, miseur de la ville de 1528 à 1530, voit ses deux fils faire une carrière financière notable : 1 aîné, Robert, est trésorier des mortes-payes ; le cadet, Guillaume, prend la recette de Loyaux.

300 A.M. de Rennes, liasse 1064. Il termine sa carrière, après sa destitution de ses offices, comme connétable de la ville de Rennes ; son père, Michel, avait été receveur du fouage dans l’évêché de Saint-Malo et procureur des bourgeois rennais.

301 Même si les liens ne sont pas totalement rompus : Jean Hubert est cautionné par Pierre Cohier, miseur de février 1529 à février 1530.

302 De temps en temps, on trouve la mention « du louable rapport » : ainsi pour Alain de La Bouexière qui est institué procureur de la Chambre en 1522.

303 Dans le cas de Bricaud, il est également précisé « pour le bon et louable rapport que fait nous a esté de la personne de notre cher et bien amé m’ Gilles Bricaud », ALA B 51 f° 283.

304 Dans quelques cas, rares, on précise la « qualification » du promu : on apprend ainsi que Jacques Viart était licencié es lois, que Jean Douette était licencié en droit, ALA B 52 f° 278. La rareté des références faites aux titres universitaires incline à conclure à une faible « qualification » du personnel financier dont on recherche surtout les compétences techniques.

305 ALA B 51 f° 258.

306 ALA B 51 f° 135. Pour Commacre, lors de sa promotion à la seconde présidence, sont également rappelés les services qu’il a rendus dans les ambassades et les commissions, ALA B 51 f° 299. Le cas le plus exemplaire est toutefois celui de Pierre Cosnoal dont l’acte d’institution à la charge de maître des comptes évoque « les bons et agréables services...faitz à la verification et elucidation d’aucuns abuz faitz par le passé en noz finances », ALA B 52 f° 30.

307 ALA B 51 f° 269.

308 ALA B 53 f° 41.

309 Sur les sept premiers présidents, trois sont morts en activité, deux ont résigné leur charge, un a été écarté, un n’a exercé la charge qu’à titre de commis ; sur les huit seconds présidents, quatre meurent en activité, deux résignent leur charge – Commacre et Kermenguy –, deux sont victimes de mises à l’écart – Jean de Plédran et Loysel le jeune – ; sur trente maîtres, onze sont morts en charge de façon certaine, cinq de façon probable ; treize ont résigné leur charge, un a été destitué.

310 Cas similaire d’un Jean Le Nas, d’un Yves Maydo, cf. notices n° 429 et 432. Ce dernier, si tout du moins il n’y a pas confusion entre les personnages, serait demeuré 45 ans à la Chambre.

311 Exemple aussi de Robert Millon, présent de 1513 au moins à 1537.

312 Notamment Guillaume Loysel le jeune et Jean de Plédran, voire Jean Parajau.

313 On pense à Clérembaut Leclerc et à Cosme Clausse.

314 Les records sont détenus par Bernard Tregouet dans l’évêché de Rennes avec 27 ans et Gilles Carré avec 21 ans à Saint-Malo.

315 On peut également citer les exemples de Michel Thierry à Rennes à partir de 1507 et qui se maintient sans doute jusqu’à son décès en 1516, de Thébaud Goures puis d’Étienne Jallier à Saint-Brieuc, des Carré, Michel et Gilles, à Saint-Malo.

316 Les pourcentages s’établissent comme suit : Total : 1-2 = 39,7 % ; 3-4=12,5 % ; 4-5 = 2,2 % ; 5-6 = 3,4 % ; 7-8 = 12,5 % ; 9-10 = 4,5 % ; + de 10 = 25 %.
Cornouaille : 1-2 = 14,2 % ; 5-6 = 14,2 % ; 7-8 = 42,8 % ; + de 10 = 28,5 %. Dol : 1-2 = 38,46 %, 3-4 = 30,7 % ; 5-6 = 7,6 % ; 7-8 = 7,6 % ; + de 10 = 15,3 %. Léon : 1-2 = 28,5 % ; 3-4 = 14,2 % ; 7-8 = 14,2 % ; + de 10 = 42,8 %. Nantes : 1-2 = 28,5 % ; + de 10 = 71,5 %
Rennes : 1-2 = 50 % ; 3-4 = 8,3 % ; 7-8 = 8,3 % ; 9-10 = 8,3 % ; + de 10 = 25 %. Saint-Brieuc : 1-2 = 25 % ; 4-5 = 12,5 % ; 9-10 = 37,5 % ; + de 10 = 25 % Saint-Malo : 1-2 = 54,5 % ; 3-4 = 9,1% ; 5-6 = 9,1 % ; + de 10 = 27,2 %. Tréguier : 1-2 = 46,1 % ; 3-4 = 30,8 % ; 7-8 = 15,4 % ; + de 10 = 7,6 %. Vannes : 1-2 = 50 % ; 3-4 = 10 % ; 7-8 = 30 % ; + de 10 = 10 %

317 On constate un parallélisme entre le comportement des receveurs du fouage et celui des maîtres des comptes. Les receveurs ordinaires ont, par contre, une attitude proche de celle des secrétaires.

318 À Dol, il y a eu treize receveurs sur l’ensemble de la période, alors que pour les autres évêchés la moyenne s’établit à six ou sept.

319 Dol doit aussi sa plus grande instabilité au fait que Lespinay a tenu à s’en assurer le contrôle en y plaçant des commis qui lui étaient dévoués : J. B. de Servy, Jean Paubert, François Bonnet...

320 « De la fin du xive siècle à celle du xve siècle, près de la moitié des officiers tinrent leur poste moins, de deux ans de suite, un peu plus du quart l’occupèrent de 2 à 5 ans, un autre quart plus de 5 ans », écrit Jean Kerhervé, L’État breton..., op. cit., t. II, p. 785.

321 Il ne faut toutefois pas trop systématiser : du fait du peu de répercussion des changements politiques sur les recettes ordinaires, des receveurs en poste en 1492 se maintiennent longtemps en place. On peut citer le cas de Michel Thierry, receveur ordinaire à Rennes pendant près de 25 ans, de Robert Bohier à Brest pendant plus de 27 ans...

322 On peut citer également les exemples de Guillaume Augelart, 22 ans à Huelgoat, Guillaume Main, 22 ans à Loyaux, Jean Meneust, 22 ans à Fougères.

323 Çe qui explique la part très importante – plus de 80 % – des exercices de moins de dix ans dans cette zone.

324 A Touffou, le long règne de Robert du Lyon s’achève quand la recette est donnée à Madeleine d’Estrac, cf. notice n°218.

325 Cas similaires pour les payeurs des Etats – Alain Avril cède sa charge à son fils Jean –, pour les trésoriers des guerres entre Guy et Bertrand de Tours.

326 À Nantes, une transmission à caractère familial a dû également s’opérer entre Pierre Le Royer et Audebert Valton.

327 Après la mort de ce dernier, son frère François reprend brièvement la recette en 1545.

328 Le cas des Le Breton à Lannion est similaire, cf. catalogue, p. 546-547.

329 En même temps, la famille étend son influence aux recettes voisines.

330 Yvonnet de la Barre avait pour épouse Jeanne du Bodern. Y. de La Barre et Jean du Bodern tiennent la recette d’Auray pendant plus de trente ans. Cas similaire à Nantes avec Antoine Dessefort et Jean Hux le jeune : le premier avait épousé la sœur du second. Les deux hommes ont contrôlé la recette ordinaire de 1516 à 1544.

331 Ils tiennent la recette pendant plus de vingt ans ; à Vannes, le même Jean Pineau l’aîné est remplacé par Jean Loquemeran, dont Jean Pineau le jeune est ensuite l’héritier, ce qui suggère l’existence de liens familiaux..

332 Les épouses de receveur font preuve généralement d’une énergie peu, commune : celle de Jean du Fresne continue à percevoir tes revenus de la recette de Dinan après la mort de son mari. À Rhuys, Blanche Cosnoal, après le décès de Jean Guymar, se remarie presque immédiatement avec Guillaume du Boisdelasalle et garde quelque temps le contrôle de la recette.

333 Cf. notice n° 88 pour Jean du Bot et notice n° 91 pour Kerar.

334 Cf. J. Kerhervé, L’État breton, op. cit., p. 782.

335 Il lui était apparenté, puisqu’il était comme lui s’ de La Salle.

336 Le cas des Le Bigot est voisin : Michel Le Bigot bénéficie en 1495 de la résignation à survivance de l’office de garde des livres, résignation faite par Jean Gelin. Il lui succède en 1498 puis devient secrétaire en 1508 à la place de François Le Saux – en même temps un Lucas Le Saux prend la charge de garde des livres. Faute d’héritier mâle, la succession de Michel Le Bigot est assumée par Guy Meneust, époux de Perrine Le Bigot – elle est héritière de Michel –et qui devient non pas secrétaire mais garde des livres entre 1515 et 1524. Il demeure en charge jusqu’en 1549, date à laquelle il résigne son office en faveur de son fils Guillaume.

337 Gilles et François Thomas, Robert Millon père et fils, Jean et Julien Coué, Jean Boulomer l’aîné et le jeune, Antoine Dessefort et Michel, les Kermenguy à la seconde présidence.

338 Gilles Bricaud en faveur de Jean Douette, Bernard Rocaz en faveur de Guillaume Francheville, Guillaume Davy en faveur de Pierre Riou.

339 Les liens familiaux sont multiples ainsi qu’en témoigne cet exemple : le gendre du secrétaire Gilles Bricaud, Jean Douette, a un frère ou un fds marié à Françoise Girault, fille de Pierre Girault et de Gillecte Dessefort, elle-même héritière de Jean Hux l’aîné.

340 Il avait épousé en premières noces une Motay.

341 Bernard Rocaz résigne sa charge de secrétaire en faveur de son gendre, Guillaume Francheville, qui est l’héritier de Pierre Francheville, receveur ordinaire de Rhuys à la fin du xve siècle. G. Francheville devient procureur des comptes en 1557 puis transmet son office à son fils Jean en 1575, ALA 13 JJ 6, p. 116.

342 Jean Hux l’aîné est l’époux de Françoise Percherel, sœur sans doute de Yvonne Percherel, elle-même mariée à Gilles Spadine qui est apparenté à la famille espagnole, du même nom, installée à Nantes depuis la fin du règne de Jean V.

343 François Phélypeaulx, institué maître en 1541, est le fils de Raymond Phélypeaulx dont la fille a épousé Jacques Viart, le fils du maître des comptes du même nom. Il épouse lui-même Perrine Le Lou qui appartient à une famille nantaise dont on retrouve des descendants à la Chambre des comptes dans la deuxième moitié du xvie siècle.

Table des illustrations

Titre Tableau 26. Les mutations du personnel
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2123/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 173k
Titre Tableau 27. Les cautions des receveurs
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2123/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Tableau 28. La stabilité des grands officiers
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2123/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Titre Tableau 29. La stabilité du personnel de la Chambre des comptes
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2123/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Tableau 30. Nombre de fouages levés par les receveurs316
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2123/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Titre Tableau 31. Stabilité des receveurs ordinaires. Étude par baillie
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2123/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 186k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540