Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Finances et politique en Bretagne

 | 
Dominique Le Page

Troisième partie. Le personnel des finances face à l'intégration: mutations et origines

Introduction

Texte intégral

1En première partie, nous avons vu que la conquête de la Bretagne s’est traduite par la transformation des structures administratives et nous avons indiqué quels étaient les principaux acteurs du monde financier à partir de 1491. Nous voudrions maintenant montrer que le personnel financier, dans son ensemble, a été constamment situé au centre du processus d’intégration. Il a subi d’abord, dans sa composition, les contrecoups des changements intervenus au sommet de l’État. Nous avons déjà commencé, en première partie, à développer ce thème en ce qui concerne le haut-personnel financier. Nous voudrions approfondir cette idée en étendant la réflexion à l’ensemble du personnel – ce qui nous conduira à présenter les principales mutations intervenues aux dates les plus significatives – et en recherchant qui contrôlait les nominations. Celles-ci dépendaient, en effet, comme dans les autres secteurs, du roi mais derrière cette apparence se cachait une réalité plus mouvante où plusieurs influences s’exerçaient et se concurrençaient : celle du roi lui-même, celle des grands officiers, celle des Grands, celle des officiers enfin. Le jeu de ces influences ainsi que leur évolution, le fait que ce soit tantôt l’une ou tantôt l’autre qui se soit imposée dessinent la place de la Bretagne dans les luttes de pouvoir et marquent aussi les étapes de son intégration.

2Celle-ci se fait également par une ouverture plus importante de la province sur l’extérieur. La conquête du duché a élargi le marché des charges, offert des postes nouveaux à conquérir à des officiers originaires du royaume et menacé la prééminence des Bretons dans ce domaine. Pour apprécier l’ampleur de ce phénomène, il faudra mesurer la part des autochtones et celle des non-Bretons dans l’administration financière sous les différents règnes. La Bretagne n’ayant pas la même place dans les carrières des deux personnels, il faudra ensuite considérer chacun des groupes séparément en précisant, pour les receveurs français, leur origine, le moment où ils sont arrivés dans le duché et les chemins qui ont pu les y conduire. Pour le personnel recruté localement, il faudra distinguer anciennes et nouvelles générations de comptables. Par le premier terme, nous entendons les receveurs dont les familles étaient déjà connues avant 1491 et dont il faudra, en s’appuyant sur quelques exemples, voir ce qu’elles sont devenues. Après 1491, de nouvelles familles s’affirment soit du fait de l’effacement des précédentes, soit du fait de la faveur, soit encore du fait de la réussite personnelle. Là encore, il faudra voir d’où étaient originaires ces familles et si la géographie du recrutement du personnel financier a évolué par rapport à la période ducale.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540