Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Finances et politique en Bretagne

 | 
Dominique Le Page

Deuxième partie. Les ressources de la Bretagne

Chapitre VI. Les dépenses

Texte intégral

1Comment ont été utilisées les ressources de la Bretagne tout au long de la période ? Quelle a été la part des sommes utilisées sur place, quelle a été la part des sommes transférées ? En quoi, la gestion des revenus du duché a-t-elle joué un rôle dans l’intégration de la Bretagne, voilà autant de questions que nous aurions aimé étudier mais que la documentation permet difficilement de traiter. C’est pourquoi nous devons nous contenter de trois sondages partiels qui concernent la période 1491-1523. Le plus complet peut être fait grâce au compte d’Olivier Barraud qui a été conservé pour les années 1495-1496. Il donne une idée précise de l’utilisation du revenu de la Bretagne alors que celle-ci vient d’être soumise au système de la généralité. On dispose ensuite d’un budget prévisionnel établi par Jean de Lespinay pour les années 1502-1503 : moins précis que le document précédent, il permet cependant de savoir de façon globale l’emploi des ressources bretonnes au début du règne de Louis XII. Pour le reste de la période, on doit se contenter des renseignements contenus dans l’état général de 1523, la création du trésor de l’Épargne ainsi que l’absence de sources rendant impossible, après cette date, toute évaluation de l’usage fait des fonds bretons.

I. SOUS CHARLES VIII : UN BUDGET DE GÉNÉRALITÉ

A. LE COMPTE D’OLIVIER BARRAUD

  • 1 Ce compte a fait l’objet d’un article ancien d’Henri Sée intitulé « Les comptes des recettes et dé (...)
  • 2 Rennes, Vannes, Carhaix et Duault, Quimper, Quimperlé et Carnoët, Guingamp, Brest et Saint-Renan, (...)
  • 3 Parmi les recettes qui figurent dans le compte, c’est le cas de certaines d’entre elles comme Jugo (...)

2Il est conservé à la Bibliothèque Nationale à la cote fr. 83101. Il s’agit très vraisemblablement du deuxième compte de ce trésorier et receveur général puisque, après avoir été le commis de Thomas Bohier, il lui a succédé au cours de l’année 1494. Il est divisé en deux grandes parties. La première indique les revenants-bons des principales charges de Bretagne. Sont énumérées tout d’abord les recettes ordinaires2, sans qu’il y ait un classement rigoureux par baillies. Tous les domaines ne sont pas mentionnés : certaines absences s’expliquent par les aliénations qui ont été opérées – c’est le cas notamment des domaines du comté de Penthièvre ; d’autres peuvent se comprendre par le fait que le trésorier n’en a rien reçu3, d’autres enfin sont plus inexplicables comme celle de la recette ordinaire de Nantes qui était pourtant dotée à cette période d’un receveur ordinaire, en la personne de Clément Collet. Comme il n’est fait mention que des sommes que le trésorier a contrôlées, il n’est pas possible de connaître le montant total du revenu de chacune des recettes.

  • 4 Avec, dans l’ordre, la prévôté de Nantes, les ports et havres, divisés en évêchés – Vannes, Cornou (...)
  • 5 Les évêchés sont énumérés dans le même ordre que pour les impôts puisque les receveurs du fouage s (...)

3Après les recettes ordinaires, sont cités les revenus des bris et naufrages, les grosses fermes4, les fouages5 et l’aide des villes. Cette description se clôt par le poste des recettes communes qui regroupe les reliquats de sommes dues par les différents receveurs et qui ont été remises au trésorier et receveur général.

  • 6 On y trouve les sommes consacrées à l’indemnisation des grands seigneurs bretons, de ceux qui n’on (...)
  • 7 Ils nécessitent la présentation de la cédule du roi, la signature d’un secrétaire des finances et (...)
  • 8 Ils portent la signature du roi et du général.
  • 9 Y est décrite notamment la résistance épique opposée par René Le Gallo, pour acquitter son reste e (...)

4Dans une deuxième partie, sont décrites les principales dépenses : dans un premier poste – dont le nom n’apparaît pas du fait des lacunes du document – sont regroupées celles qui servent à faire face aux paiements militaires en Bretagne – mortes-payes, quarante lances, réparations des places fortes –, celles qui touchent aux hôtels royaux ; celles qui concernent le secteur militaire (artillerie, extraordinaire des guerres, paiements militaires divers). Viennent s’y rajouter diverses sommes comme la contribution au remboursement de la dette du roi d’Angleterre, le dédommagement de certains seigneurs (12 250 1. au duc d’Orléans...), les gages des régents de l’université de Nantes... Le reste du compte est divisé en plusieurs rubriques : « pensions, gages et entretenements ; gardes des places ; dons, récompenses et bienfaits »6 ; gages des officiers de finances. La fin du document énumère les dépenses occasionnelles en les classant tantôt selon la manière dont le trésorier en a fait le paiement – en distinguant les deniers payés par ordonnances7 et les deniers payés par mandements8, tantôt selon leur utilisation – « voyages et grosses messaiges, frais de taxacion », autres dépenses. Dans une dernière rubrique, appelée « dépense commune », sont mentionnés les frais engagés par le trésorier dans l’accomplissement de sa charge pour récupérer l’argent dû par certains receveurs9.

  • 10 Qu’elles aient figuré à l’état général des finances ou qu’elles aient été ordonnées par le roi grâ (...)
  • 11 D’où la mention que l’on trouve régulièrement en marge du compte « et dit avoir payé contant par l (...)
  • 12 Ce qui permet, par la même occasion, de décharger les comptes des receveurs concernés lors de la r (...)
  • 13 Dont un qui a été reculé pour le dernier quartier de 1494.
  • 14 B.N. fr. 8310 f° 110-111.

5Le document reprend selon toute vraisemblance les rubriques de l’état des finances tel qu’il a été dressé par le général mais, ayant pour principale finalité de justifier l’emploi que le trésorier et receveur général a fait des revenus de la Bretagne, il indique la façon dont le trésorier a fait les versements qui lui ont été ordonnés. Face aux différentes dépenses auxquelles il a dû faire face10, il a eu recours à deux types de paiement : les paiements comptant grâce aux sommes qu’il a prélevées lui-même sur les différentes charges11, l’assignation sur les receveurs. L’énumération des recettes qui est faite en première partie du document révèle les assignations qu’il a délivrées12. Si l’on prend le cas du versement des gages des 50 mortes-payes de Concarneau, le trésorier a dû remettre 5 250 1. correspondant au paiement de sept quartiers de gages pour 1495-149613 à Nicolas Duval. Le paiement s’est fait par le moyen de cinq assignations sur différentes recettes : 1 200 1. sur les impôts de Cornouaille, 1 000 1. sur les fouages du même évêché, 600 1. sur la recette ordinaire de Concarneau, 200 1. sur celle de Quimperlé, 1 700 1. sur les fouages de l’évêché de Léon et 500 1. sur les impôts du même évêché14. Pour confirmer le versement des sommes, Duval a remis une quittance à Olivier Barraud.

  • 15 Cf. infra l’exemple du prince d’Orange. Si l’on prend l’exemple d’un seigneur moins prestigieux – (...)

6II en va de même de la plupart des pensions15.

Tableau 20. Deux exemples de paiements par assignations

7(ALA B 575 f° 83)

  • 16 Cf. J. Kerhervé, L’État breton..., op. cit., p. 279.
  • 17 Avec, en plus, un paiement fait sur les restes dus par les comptables.

8Si l’on fait un bilan des deux types de paiement, on constate qu’environ 20 % des paiements ont été faits en espèces et le reste par des assignations16. Ce dernier type reste donc la règle. Nous avons fait figurer dans le tableau ci-dessus le mode de paiement de la pension du prince d’Orange et des gages du personnel de la Chambre des comptes. Sur les 24 000 1. versées à titre de pension au premier, 17 000 1. ont été prélevées en Bretagne : le paiement a été fait grâce à 13 assignations. Si l’on prend le cas des gages du personnel de la Chambre des comptes, pour 12 000 1., douze assignations sont délivrées17. Ces assignations ont pour effet de rendre difficile la récupération des sommes attribuées d’autant que, pour certaines grandes pensions, comme dans le cas du prince d’Orange, des décharges sont levées également sur des responsables financiers extérieurs à la province.

  • 18 Le reste étant affecté au paiement de la pension du capitaine de Morlaix et à la pension d’un cert (...)

9Malgré cette dispersion, on constate qu’un effort est fait pour lier le paiement des dépenses et la fourniture de l’argent. Cela est patent dans le cas des petites sommes : le receveur ordinaire de Lannion, Olivier du Tertre, est autorisé à prélever 60 1. chaque année sur sa recette pour le paiement de sa pension18. Les revenants-bons de Brest sont partagés entre le capitaine de la place, Guillaume Carreau, et Jean Berthou, un aveugle pensionné par le roi. À Concarneau, le receveur Nicolas Duval doit pourvoir au paiement d’une partie des gages des mortes-payes de la forteresse du lieu et de ceux des gens des comptes, charges dont il est par ailleurs responsable (le reste servant au paiement d’une pension). De façon générale, on remarque une certaine spécialisation des différents types de revenus : le domaine, à l’exception des recettes situées près des places fortes, sert au paiement des pensions. Le revenu des fermes, quant à lui, est consacré prioritairement aux paiements militaires. Il en va un peu de même pour les fouages mais avec toutefois une plus grande diversité.

  • 19 C’est le cas du prince d’Orange dont une partie de la pension est payée finalement par le trésorie (...)

10Remarquons enfin que si le trésorier et receveur général contrôle l’essentiel des sommes perçues dans le duché et s’il n’est donc pas concurrencé par d’autres officiers comme le trésorier des guerres, la règle est cependant à la multiplication des payeurs particuliers, qu’ils soient des commis comme pour les fortifications ou d’officiers comme pour la Chambre des comptes : chaque compagnie, chaque garnison de mortes-payes, chaque institution (à l’exception du conseil) ont le leur. C’est donc un système difficile à gérer et surtout difficile à contrôler d’autant que des contrordres viennent modifier, en cours d’année, l’ordonnancement des dépenses19. Malgré les prévisions, l’urgence impose sa loi, ce qui nous amène à étudier maintenant les grands types de dépenses.

B. LES GRANDS TYPES DE DÉPENSES

  • 20 Le total de la charge s’élève à 661 620 1. bretonnes, soit 827 030 l.t. ; la dépense à 671 460 1. (...)
  • 21 Les chiffres mentionnés au cours du développement veulent seulement indiquer la part des plus gran (...)

11Trois catégories se partagent la majeure partie des recettes20 : les dépenses militaires, les pensions, les frais de fonctionnement des hôtels royaux. Elles sont complétées par une série de paiements plus divers où figurent notamment les sommes allouées pour les institutions, dont il faudra dire également quelques mots21.

1. Les dépenses militaires

  • 22 Ce montant est en fait légèrement plus élevé si l’on y inclut les pensions versées aux capitaines (...)
  • 23 Cf. infra p. 185 et p. 192 pour les comptes de 1502-1503 et celui de 1523.

12Elles se subdivisent en deux catégories : celles qui servent à la défense de la Bretagne, celles qui sont faites en dehors du duché. Les premières consistent en trois types de paiements : les mortes-payes, les quarante lances sous le commandement de Jacques Guibé. Nous y avons ajouté celles qui ont été réalisées pour les fortifications de Nantes, Brest et de Concarneau. Le total des dépenses s’élève à 63 660 1., ce qui représente 7,5 % des dépenses engagées pour les deux années du compte22. Cette part, bien que modeste, semble avoir été supérieure à la normale, probablement du fait de la volonté du roi d’assurer la sécurité de la Bretagne pendant la campagne d’Italie. Le nombre de mortes-payes de Saint-Malo a été doublé et porté à 200. Des travaux ont été engagés pour les fortifications des principales places fortes et une compagnie de quarante lances, placée sous les ordres de Jacques Guibé, a été mise sur pied. Si l’on fait un bilan, la défense des places fortes est assurée au cours de ces deux années par 460 mortes-payes, ce qui semble beaucoup, surtout si l’on compare avec ce que l’on connaît pour les années suivantes23. Le retard de paiement est la règle : toutes les garnisons voient assigner sur le compte un quartier non perçu de l’année 1494.

Tableau 21. Dépenses militaires en Bretagne avec les assignations

Tableau 21. Dépenses militaires en Bretagne avec les assignations
  • 24 B.N. fr. 8310 f° 227.
  • 25 Ibid, f° 221.
  • 26 Ibid, f° 213.
  • 27 Ibid., f° 213. Sont récompensés de la même façon des bouchers qui ont fourni l’hôtel du roi en aoû (...)

13À ces dépenses locales viennent s’ajouter toutes celles qui ont été faites dans le royaume et plus largement pour faire face aux frais de la campagne d’Italie. Nous les avons fait figurer dans le tableau ci-après en distinguant quatre catégories. On trouve en premier lieu les sommes qui ont été versées aux trésoriers des guerres (Pierre Legendre et Geoffroy de La Croix), au trésorier de l’artillerie (Laurent Bude) et celles qui ont été utilisées pour l’équipement des navires bretons engagés dans la conquête du royaume de Naples. Guillaume Carreau, capitaine de Brest, a reçu ainsi 4 000 1. pour avoir équipé un navire – appelé Lesneven – et une barque – appelée Baltazar – pour accompagner le navire de Morlaix – La Louise – jusqu’au royaume de Sicile24. Nous avons pris en compte ensuite les sommes prêtées par différents seigneurs pour faire face aux dépenses les plus urgentes en Italie et dont le remboursement s’est fait sur les ressources ducales : aux côtés du duc d’Orléans, principal bailleur de fonds, qui est indemnisé de 31 900 l. sur les 100 000 l. qu’il a avancées aux trésoriers Louis de Poncher et Pierre Legendre à Verceil et de 12 250 l. pour la rançon d’un dénommé Fourgrousin, on trouve de grands officiers comme Cardonne qui a été indemnisé pour avoir remis deux chaînes en or au général de Languedoc, Pierre Briçonnet25 ou des seigneurs appartenant à l’entourage royal comme Charles de Brilhac. Dans un dernier groupe, nous avons réuni tous les versements faits à des personnes dont les services rendus au cours de la campagne pour la conquête du royaume de Naples sont spécifiquement reconnus. On y trouve des gens aussi divers que Louis Aimant, qui est gratifié de 2 000 1. « pour luy ayder à supporter des peines qu’il a faites et convenu faire au voyaige par luy fait en Sicille pour la conduite de l’armée... »,26 ou une dénommée Jeanne Ligère, marchande de « merlus, harengs, seiches et hadoz », qui reçoit 50 l.t. pour « la rescompenser des pertes et dommaiges qu’elle a eus... es années finies 1494-1495 et aussi pour grande et excessive cherté des vivres qui ont esté esdits pays de Savoye, Piemont et comté d’Aost où elle a foumy icelluy seigneur à tel pris que en France »27.

14Toutes ces dépenses ne figurent pas dans un seul poste budgétaire : les sommes perçues par les trésoriers des guerres ont été prélevées directement sur le revenu des fermes et des fouages ; celles qui ont servi au remboursement de prêts sont mentionnées, soit dans la recette commune, soit dans la catégorie des deniers payés par ordonnances ; celles qui récompensent des services figurent dans la rubrique « dons, recompenses et bienfaits ».

  • 28 La guerre de Naples a contribué à épuiser les revenus du royaume. Elle a endetté le roi (auprès no (...)
  • 29 Ce qui correspond à peu près à la part des dépenses qui étaient consacrées à la défense, en temps (...)

15Le total des fonds consacrés à la guerre extérieure est important et représente 26,6 % des dépenses totales. La Bretagne a donc été largement mise à contribution pour éponger les dettes provoquées par les campagnes italiennes28 et rien ne permet de penser qu’elle ait bénéficié d’un traitement de faveur par rapport aux autres généralités. Si l’on associe les dépenses militaires extérieures et les dépenses faites dans le duché, on obtient une somme de 287 56 1. soit 34,2 % du total, ce qui constitue une part importante29, explicable par les années de ce compte. Il est probable qu’en temps normal cette proportion a été moins importante ; le fait cependant que la politique étrangère du royaume a eu des répercussions directes sur l’utilisation des ressources de la Bretagne révèle la volonté affichée de Charles VIII de la considérer comme ses autres possessions.

Tableau 22. Paiements militaires extérieurs à la Bretagne (1495-1496)

Tableau 22. Paiements militaires extérieurs à la Bretagne (1495-1496)

2. Pensions, dons et récompenses

  • 30 Il s’agit de Graville qui est amiral de France et de Bretagne.
  • 31 Gilles Thomas : il reçoit 300 l. de pension en tant qu’ancien trésorier de l’Épargne de François I (...)
  • 32 Il s’agit de Philippe de Montauban : il reçoit en tout 4 000 l., soit 2 000 l. pour sa charge de c (...)
  • 33 Olivier du Tertre, sommelier d’Anne, ou Lomay, son grand écuyer, qui reçoit 2 000 l.
  • 34 L’énumération des différentes dépenses suit un semblant d’ordre : sont mentionnés en premier lieu (...)
  • 35 Qu’il s’agisse de récompenses proprement dites, d’indemnisations pour des aliénations effectuées p (...)
  • 36 Exemple de Henri Derien, secrétaire en chancellerie, qui reçoit 100 l. pour ses gages de 1496, f° (...)

16Constituant le deuxième poste dans les dépenses, les pensions posent un problème pour en estimer la part dans le budget. Cela tient à deux raisons. Comme les dépenses militaires, elles sont mentionnées dans différentes rubriques : on les trouve logiquement dans celle qui s’intitule « pensions, gages et entretenements » mais aussi dans celle des « dons, récompenses et bienfaits », voire dans celle des deniers payés par ordonnance. La synthèse en est donc difficile à faire. De façon plus grave, la notion de pension n’est pas facile à cerner. Si l’on prend pour exemple la rubrique des « pensions, gages et entretenements », on y trouve mentionné de véritables pensions comme celles qui sont versées au prince d’Orange ou au vicomte de Rohan mais y figure aussi le paiement de gages d’officiers exerçant en Bretagne comme ceux du maître des eaux et forêts, de l’amiral30, du garde des chartes31, du gouverneur de la chancellerie et du conseil32 et, plus largement, du personnel de cette institution, en l’occurrence les rapporteurs et les secrétaires. On y trouve enfin quelques officiers de l’hôtel de la reine33 ou du roi ainsi que, de façon plus originale, une série d’anciens serviteurs d’Anne et de son père qui sont indemnisés pour leurs états de service passés34. De même, dans la rubrique « dons, recompenses et bienfaits », à côté de sommes attribuées de façon occasionnelle et qui s’apparentent à des dons et pensions35, figurent des versements opérés en faveur d’ordres religieux, voire des paiements de gages36.

  • 37 On peut formuler à l’encontre de ce document toutes les critiques que Roger Doucet adresse à l’éta (...)
  • 38 Cette somme a déjà été prise en compte dans les charges militaires.

17Du fait de cette imbrication de différents éléments, qui rend impossible toute classification rigoureuse37, on ne peut procéder qu’à une estimation de la part des dons et pensions dans le budget. Le montant des sommes mentionnées dans la rubrique « pensions, gages et entretenements » s’élève à 214 503 l., soit 25,5 % des dépenses. Si l’on soustrait les sommes qui sont clairement mentionnées comme des gages – elles servent essentiellement à financer des officiers employés en Bretagne –, soit 13 290 l., il reste encore 201 213 l., ce qui représente 23,9 % des dépenses. Si l’on prend ensuite en compte la catégorie des « dons, récompenses et bienfaits », on constate que le montant de cette rubrique s’élève à 65 555 l., soit 7,8 % des dépenses. En soustrayant de cette somme ce qui est versé aux ordres religieux (1 860 l.) et ce qui sert à récompenser des services rendus en Italie (13 925 l.38) ainsi que diverses sommes employées pour l’indemnisation de personnes qui ont subi la perte de biens, il reste 41 700 l. que l’on peut faire entrer dans la catégorie des dons et pensions, ce qui porte le montant total de ceux-ci à 249 213 l. On peut enfin ajouter à cette somme 1 290 l. figurant dans les deniers payés par ordonnances : de ce fait, la part des dons, pensions et récompenses s’élèverait à 29,8 % du budget.

  • 39 Sur une somme totale de 100 000 l. que s’est engagé à lui verser le roi.
  • 40 Cf. Le Roux de Lincy, qui a publié la liste des principaux pensionnaires de Bretagne de 1484 à 149 (...)

18L’importance de ce poste s’explique par la nécessité pour la monarchie de se ménager l’appui de la noblesse de la province et, logiquement, les représentants des principales maisons bretonnes – ou de celles qui leur sont apparentées – se taillent la part du lion. Derrière le très habile prince d’Orange – prompt à faire payer ses services aussi bien par Charles VIII que par Anne – qui reçoit 17 000 l. de pension auxquelles viennent s’ajouter 22 000 l. à titre d’indemnité pour les services passés39, figurent le vicomte de Rohan avec 20 000 l., le maréchal de Rieux pour la même somme, Françoise de Châteaubriant pour 12 000 l... ainsi que les représentants de la maison d’Albret – Alain se voyant attribuer 20 000 l. et son fils, le sr d’Avesnes, 4 000 l. La politique royale à leur égard se situe dans le prolongement de ce qui se passait avant 1491 avec le versement de pensions par le roi de France aux principaux seigneurs du duché40.

  • 41 C’est le cas de Gilles du Tiercent, f° 187.
  • 42 Anne de Bretagne verse aussi des pensions sur les deniers de sa maison. Dans le compte pour l’anné (...)

19Après eux viennent une série de seigneurs plus modestes recrutés dans la petite et moyenne noblesse bretonne et dont les pensions varient, pour les plus faibles, de 50-60 l.41 à 1 000 l., pour les plus importantes. Sans qu’il soit possible d’en faire un recensement complet, on remarque au passage les noms de Louis de Lornay, Allemand venu en Bretagne avant 1491 et qui se voit attribuer une pension de 2 000 l. pour deux ans, outre, précise le document, « ce qu’il a de la reine »42; de hauts officiers de l’administration ducale comme l’ancien trésorier et receveur général Jean de Lespinay – gratifié de 120 l. de pension – ou Gilles Thomas, ancien trésorier de l’Épargne. Le souci du roi d’atténuer les effets des changements intervenus en 1491 se retrouve ici, révélant que le souverain a voulu éviter trop de mécontentement parmi les officiers écartés après la conquête du duché.

  • 43 Charles VIII attribue 6 000 l. à Jean François de Cardonne pour le remercier des services qu’il lu (...)
  • 44 B.N. fr. 8310 f° 201.
  • 45 L’impression prévaut cependant que la majeure partie des pensions, en raison de considérations pol (...)

20Les pensions ne bénéficient cependant pas seulement aux nobles de la province. Un grand nombre de versements sont également faits en faveur de personnes totalement extérieures au duché parmi lesquelles figurent notamment Philippe de Bresse, comte de Savoie, gratifié de 20 000 l. et, au hasard des noms mentionnés43, Arthur Gouffier, sr de Boisy, pour 500 l., Louis de Myolans, pour 2 000 l., Philippe du Moulin, chambellan du roi et l’un des ses principaux conseillers, pour 2 000 l., des chevaliers suisses, comme un certain Brie de Saxe qui reçoit 240 l. de pension pour deux ans44. Sans qu’il soit possible, faute de renseignements biographiques suffisants, de connaître le nombre exact de pensionnés non originaires inscrits sur l’état des finances45, ces assignations confirment, après ce que l’on a observé à propos des dépenses militaires, que l’utilisation des ressources bretonnes a fait l’objet d’une élaboration collective des généraux des finances et du conseil et que les dépenses pesant sur le budget du royaume ont été réparties entre les différentes généralités, la Bretagne y compris. Il en va de même pour les sommes consacrées à l’entretien des hôtels royaux, troisième poste figurant dans les dépenses.

3. Les hôtels royaux

Tableau 23. Dépenses pour les hôtels royaux (1495-1496)

21En livres

  • 46 Jean Gallant, orfèvre du roi, reçoit 4 092 l. pour 286 marcs d’argent ouvré, « par luy venduz au r (...)
  • 47 En 1491, deux Bretons ont été maintenus en poste dans la maison de la reine : Colinet de Marchy à (...)
  • 48 Celle-ci a compris dès lors les menus plaisirs, les offrandes et aumônes, les dons, voyages et les (...)
  • 49 La reine lui fait par ailleurs un état annuel pour les officiers de l’hôtel et des états mensuels (...)
  • 50 Le montant de la dépense de la reine, sous Charles VIII, est de 120 000 l. (dont 100 000 l. d’ordi (...)
  • 51 Le roi a toutefois accordé a Anne le droit de lever 10 s. « bonne et forte monnaie » pour ses fond (...)

22Le total des dépenses pour ce poste s’élève à 97 950 l., soit 11,6 % des dépenses. Les deux tiers vont à la maison du roi, essentiellement pour l’entretien de sa garde (archers et arbalétriers), le paiement des officiers de son hôtel et celui de ses menus plaisirs. Le budget de la Bretagne est mis également à contribution, de façon plus modeste, pour le financement des travaux du château d’Amboise46. Les dépenses pour l’hôtel de la reine n’arrivent qu’en seconde position avec 35 000 l. perçues par Jacques de Beaune, son trésorier et receveur général, et 500 l. qui ont été utilisées pour couvrir les frais de sa grossesse. La réorganisation de l’hôtel d’Anne qui est intervenue en septembre 1492 n’a pas modifié les principes de l’assignation des dépenses. Jusqu’à cette date, en effet, il y avait quatre services distincts dans la maison d’Anne : la trésorerie générale (comprenant les officiers de l’hôtel), l’écurie, la Chambre aux deniers et l’argenterie47. Après, l’hôtel est devenu un service distinct de la trésorerie générale48. Les nouvelles règles de comptabilité ont été fixées le 18 mars 1493 et se sont établies comme suit : le trésorier général a eu la charge de payer les commis à la chambre aux deniers, à l’argenterie et à l’écurie, selon les mandements de la reine49 et a pris en charge lui-même le paiement des gages des officiers de l’hôtel. Toutes les dépenses50 ont été réparties entre les différentes généralités. Si l’on prend l’exemple du troisième compte de Jacques de Beaune pour les gages des officiers de l’hôtel de la reine du 1er octobre 1493 au 30 septembre 1494, on constate que le montant principal, à savoir 75 000 l., est distribué entre les charges de Languedoïl et d’Outre Seine-et-Yonne. La « passe » de l’année précédente, de l’ordre de 68 000 l., est affectée sur l’ensemble des généralités parmi lesquelles la Bretagne figure pour 10 000 l. Le duché a donc participé, au même titre que les autres circonscriptions financières, au financement des dépenses de la reine, mais l’on pourrait presque dire dans une moindre proportion qu’elles51.

4. Les autres dépenses

  • 52 La somme a été versée par Tanguy de la Gaubertière « sur plusieurs parties par lui receues tant pa (...)
  • 53 Le versement d’une partie des sommes est reporté sur l’exercice 1497 : Jean Croquesel, commis au p (...)

23En dehors de ces trois grands postes, le compte mentionne toute une série d’autres dépenses que l’on peut classer en plusieurs catégories. Viennent en premier lieu toutes celles qui servent à assurer le fonctionnement des institutions de la province avec la Chambre des comptes, la chancellerie, les Grands Jours ou Parlement. Les gages des gens des comptes pour deux ans s’établissent à 12 000 l. auxquelles viennent s’ajouter 3 000 l., somme qui leur est allouée à titre de récupération sur l’année 149252. Pour le conseil et chancellerie, sont pris en compte les rémunérations du gouverneur, Philippe de Montauban, soit 2 000 l., du vice-chancelier – 500 l. –, les gages des six rapporteurs – 3 600 l. de gages, pensions et entretenements pour deux ans –, ceux des 8 secrétaires de la chancellerie – 1 600 l. pour 1495 et 1496. Les conseillers des Grands Jours ont reçu, pour leur part, 4 000 l. en 1495 et 4 740 l. en 149653. Le total de ces dépenses s’élève à 28 440 l.

  • 54 B.N. fr. 8310 f° 230.
  • 55 On peut relever l’absence de toute référence au trésorier des guerres. L’ancien trésorier de l’Épa (...)

24À cette catégorie de rémunérations, on peut ajouter les rétributions des grands officiers de finances – général, contrôleur général, trésorier et receveur général. Le premier reçoit 5 880 l., le troisième 1 200 l. à cause de l’ordinaire de l’office. La situation est plus complexe pour le second car les années 1495-1496 ont vu se succéder trois hommes dans cette charge – Jean de la Primaudaie, Jean du Bois de Fontaine et Nicolas Briçonnet. Malgré des gages de 1 200 l. par an, la somme portée au compte pour cet office est de 3 200 l. du fait que le roi a fait don aux héritiers de la Primaudaie de la totalité de ses gages de 1495 alors qu’il avait résigné son office au mois d’avril de cette année-là54. Le montant des gages des officiers de finances s’élève à 10 280 l.55.

  • 56 Il reçoit 520 l. pour ses gages et la nourriture des animaux pour deux ans.

25Viennent enfin une série d’autres officiers pour lesquels il n’est pas facile de distinguer toujours ce qui relève de la pension ou des gages. On peut noter ainsi le procureur général, le maître des eaux et forêts, le garde des chartes, l’amiral de Bretagne, les régents de l’université de Nantes (800 l.)... et, de façon plus originale, le gardien des haras d’Indrette (qui reçoit 200 l.) ou le garde des lions de la même ville56... Si l’on cumule ces différents paiements, on arrive à une somme de 5 120 l. qui, ajoutée aux versements précédents, permet d’estimer le montant des dépenses pour l’administration bretonne à près de 44 000 l., soit 5,2 % du total.

  • 57 Ainsi que tous ses mystères : Me Charles du Haultbois, conseiller du roi au Parlement de Paris, re (...)
  • 58 Il a reçu 49 l. 10 s. pour un voyage de 72 jours, partant d’Italie jusqu’en Bretagne, voyage au co (...)
  • 59 Des charretiers reçoivent une rétribution pour avoir acheminé de Blain à Redon la tapisserie dont (...)
  • 60 Nous avons cité un exemple de ce type précédemment, cf. supra, p. 19, note 63.

26On peut clore cette description par l’évocation des dépenses qui figurent dans les rubriques « voyages et grosses messaiges » et « taxacions ». Si leur montant est peu important – le premier poste s’élève à 1 723 l., le second à 553 l. –, leur nature restitue toutefois la vie de l’appareil administratif et financier57. Y figurent, en effet, les rétributions de tous ceux qui ont accompli des missions au service du roi ou des grands officiers de finances. On peut y suivre notamment le processus de convocation des États, de la décision prise à Turin et transmise par le héraut Malo58 à l’organisation pratique de la session à Redon en octobre 149559 en passant par la transmission de la convocation aux représentants des différents évêchés. On y apprend aussi les demandes fiscales à caractère extraordinaire, qu’il s’agisse de la taxe imposée sur les villes pour l’achèvement de la nave de Morlaix ou des emprunts que le trésorier et le général doivent faire, sur ordre du roi. On y découvre enfin les modifications apportées, en cours d’exercice, à l’état général des finances, ce qui montre que ce dernier est toujours susceptible de modifications en fonction des urgences60.

27Budget d’années de guerre, tant par l’importance des sommes consacrées aux armées que par les nombreuses anticipations de recettes que l’on y note, le compte d’Olivier Barraud montre, pour toutes les catégories de dépenses, que quelques années après la prise de contrôle de la Bretagne par les armées royales, les ressources bretonnes ont été mises au service de la monarchie ; il vient ainsi confirmer, malgré le souci d’indemniser qui apparaît ici et là, que le duché a été assimilé aux autres généralités.

II. DE 1498 AUX ANNÉES 1520 : UN BUDGET BRETON

28La mort du roi en 1498 vient ici, comme ailleurs, interrompre une évolution qui semblait irréversible. De 1498 à 1523, l’utilisation des ressources de la Bretagne subit une modification importante. Elle est marquée par trois aspects : un recentrage des dépenses sur la Bretagne sous la duchesse Anne grâce au pouvoir qui lui est reconnu par Louis XII de disposer du revenu du duché ; le déclenchement d’un mouvement important d’indemnisation des victimes des guerres d’indépendance ; l’instauration d’une situation mixte de 1515 à 1524.

A. L’ÉTAT DE 1502-1503

  • 61 Ce poste correspond grosso modo à celui qui s’intitule « pensions, gages et entretenements » dans (...)
  • 62 Ce poste était intégré dans la rubrique « Dons, récompenses et bienfaits » dans le compte d’Olivie (...)
  • 63 7 000 l. sont, par exemple, à verser à la veuve de Dunois.

29Établi par Jean de Lespinay, il constitue un état prévisionnel des principales recettes et dépenses du duché pour ces deux années. Il s’organise selon le même plan et se divise en deux parties classiques : dans la première, Lespinay présente les revenants-bons des principales recettes de Bretagne, en suivant le même ordre que son prédécesseur. Dans la seconde, il énumère les principales charges qui pèsent sur elles. Le classement adopté présente là aussi de nombreux points communs avec le compte d’Olivier Barraud. Lespinay décrit d’abord les dépenses à caractère général : on y trouve les frais de fonctionnement de l’hôtel d’Anne, les dépenses militaires, qui se résument ici aux mortes-payes, le paiement du personnel des principales institutions ducales (Grands Jours, Chancellerie et Conseil, Chambre des comptes), le service des dettes de Bretagne. Le deuxième poste est celui des pensions, dons et récompenses, qui fait le récapitulatif des sommes versées aux principaux pensionnaires de Bretagne61. La fin du compte établit une distinction entre trois postes : celui des pensions versées aux gens du conseil, celui des dons et aumônes62, celui des gages des officiers, principalement les officiers de finances. Chacune de ces catégories intègre cependant des sommes affectées dans d’autres secteurs : à la suite des pensions des conseillers, Lespinay énumère des paiements à faire pour dédommager certains princes63 ; il fait de même à la fin du descriptif des gages du personnel.

30Sans pouvoir être comparé, sur le plan des informations, avec le compte d’Olivier Barraud, cet état prévisionnel permet cependant d’appréhender les changements intervenus dans l’utilisation du budget de la Bretagne après le décès de Charles VIII et la restauration des pouvoirs d’Anne. La liste des principales dépenses s’établit comme suit :

Tableau 24. Budget prévisionnel de la Bretagne (1502-1503)

Tableau 24. Budget prévisionnel de la Bretagne (1502-1503)

Tableau 24 (suite et fin)

Tableau 24 (suite et fin)
  • 64 Le douaire a continué à alimenter les caisses de la trésorerie générale de la reine : sa contribut (...)
  • 65 De même une circulation de l’argent se fait entre le compte du douaire d’Anne et la Bretagne. Dans (...)

31La première différence qui apparaît par rapport au compte d’Olivier Barraud est l’importance prise par l’hôtel de la duchesse. Pour les deux armées, plus de 48 % du budget sont consacrés à son fonctionnement soit par le biais des sommes qui sont remises à Martin Pecquineau, trésorier général et maître de la Chambre aux deniers de la reine, soit par l’intermédiaire de celles qui sont affectées au paiement des gentilhommes de sa maison, dont est responsable Denis Hurault64. On constate de plus une interpénétration entre le budget de la reine et celui du duché : Pecquineau est également responsable du paiement de dettes en Bretagne selon un état qui a été établi par Anne65. Il est donc permis de conclure que le changement intervenu en 1498 a eu pour conséquence d’affecter l’essentiel des dépenses de la maison de la reine sur les ressources bretonnes. À l’inverse, il n’y a plus aucune mention de sommes dépensées pour l’hôtel du roi.

32Le deuxième élément qui frappe est la faible importance des dépenses militaires. Elles se résument au paiement des gages des mortes-payes et au personnel de la garde de la reine. En Bretagne, le personnel en charge des principales forteresses a été réduit par rapport aux années 1495-1496. Si l’on peut s’étonner de l’absence de mention de la compagnie des lances et conclure que le document ne donne pas une idée complète de toutes les dépenses militaires, ce qui frappe surtout c’est l’absence de mention de paiement extérieur.

  • 66 Le vicomte de Rohan reçoit 2 500 l. pour le reculement de sa pension de l’année 1501 et bénéficie, (...)
  • 67 Le vicomte de Rohan, outre ses 20 000 l. de pension, reçoit 30 000 l. pour son mariage.

33Le troisième élément concerne les pensions. Leur part s’établit à un quart du budget, c’est-à-dire que la proportion n’a pas beaucoup varié par rapport au règne de Charles VIII. Comme à cette époque aussi, elles constituent un volet flexible du budget. L’état mentionne la récupération de retard de pensions ainsi que le report d’une partie des paiements sur l’année suivante66. Le principal changement à noter concerne les bénéficiaires. Les plus importants sont toujours les représentants des principales maisons bretonnes – les Rohan67, les Rieux, les Laval... – dont la fidélité doit être préservée, mais on remarque surtout qu’il n’y a plus de paiement de pensions en faveur de non-originaires au duché. Là aussi une bretonnisation du budget s’est opérée, donnant ainsi satisfaction à une vieille revendication de la noblesse qui voulait que l’argent provenant de Bretagne fut employé prioritairement à la satisfaction de ses habitants.

34Pour le reste, la situation varie peu par rapport au compte d’Olivier Barraud. À peine peut-on distinguer une plus grande attention accordée aux institutions ducales dont le personnel voit ses gages augmenter, l’importance du conseil-chancellerie étant soulignée par la mention des pensions accordées à ses membres.

  • 68 Ce n’est qu’en 1503 que la situation militaire se dégrade et on ne sait quel effet cela a eu pour (...)
  • 69 Spont, Semblançay, op. cit., p. 31.
  • 70 N’oublions pas non plus que les revenus de la Bretagne baissent à cette période en raison de l’all (...)
  • 71 Cf. ce que nous avons dit précédemment sur les lettres royales aux États cf. supra, p. 149 et suiv (...)

35Ce document doit être utilisé avec précaution. Il porte la marque des années où il a été élaboré qui sont des années de calme relatif68. Il ne constitue par ailleurs qu’un projet de budget et on ne dispose d’aucun document permettant d’établir une comparaison entre l’état par estimation et l’état au vrai. Malgré ces précautions, il est permis tout de même de conclure que le changement politique intervenu en 1498 a provoqué une bretonnisation des dépenses. Cette hypothèse est confirmée par ce que la documentation donne à connaître par ailleurs. On sait ainsi qu’à la mort de Charles VIII, 96 255 l., qui étaient jusqu’alors imputées sur le duché, ont été réassignées sur les autres recettes générales69. Ce montant devait correspondre aux sommes, relevées dans le compte d’Olivier Barraud, qui servaient au paiement des pensions de non-originaires et à celui des dépenses de l’hôtel du roi. Parallèlement, le financement de la guerre par les prélèvements opérés dans la péninsule italienne a sans nul doute évité de faire des ponctions en Bretagne. Ces changements ont eu pour contrepartie70 de conduire le pouvoir à affecter une part plus grande des frais de l’hôtel de la reine, puis de ses enfants, sur les ressources bretonnes. S’apparentant à un simple transfert de fonds, ce mouvement a toutefois contribué à retisser un lien entre le duché et la reine qui en était issue, lien que le pouvoir ne s’est pas fait faute d’utiliser pour justifier ses demandes fiscales71.

  • 72 . Les dépenses pour « l’adoub, equippaige et avitaillement » de ce navire sont évoquées dans la le (...)
  • 73 En 1503, alors que la guerre sévit partout, à Naples, Perpignan, Bayonne, sur les côtes de Calabre (...)
  • 74 Quand elle s’oppose, au début des années 1500, aux États du Languedoc qui ne veulent pas voir étab (...)
  • 75 Elle appelait Naples « la sepoltora de’ Francesi », Spont, Semblançay, op. cit., note 2, p. 74.

36Valables pour les années de paix, ces remarques doivent être nuancées pour les années de plus grand péril militaire. Si l’affectation des dépenses de l’hôtel de la reine sur le revenu de la Bretagne n’a pas été remise en cause, on ne sait quelle a été alors l’évolution des exigences royales. On sait que la reine a accepté de faire quelques efforts, dont témoigne l’exemple très connu de la Cordelière72, qu’elle a occasionnellement prêté de l’argent au roi73 ; on ne peut pas toutefois dire avec certitude qu’elle a contribué à épargner la Bretagne74 même si l’on peut penser, en raison de son aversion pour les campagnes d’Italie75 qu’elle a pu, à tout le moins, obtenir que les fonds soient utilisés à la mise en défense du duché, comme en 1504-1505 ou au début des années 1510. Si l’on ne peut apporter de réponse certaine dans ce domaine, il est un point au moins où Anne de Bretagne a innové, c’est celui du paiement des dettes de Bretagne.

B. LE PAIEMENT DES DETTES DE BRETAGNE76

  • 76 Il faut préciser que ce terme ne désigne pas les sommes destinées à rembourser les sommes contract (...)
  • 77 Cf. notice n° 46.
  • 78 La duchesse avait établi la répartition de cette somme et c’est Jean Hagomar qui avait été chargé (...)
  • 79 Pour la liste complète, cf. B.N. fr. 8310 f° 201 et suivants.

37Le compte de Jean de Lespinay pour les années 1502-1503 fait apparaître un poste original : celui du paiement des dettes de Bretagne dont la responsabilité est confiée à Pierre Thierry77. On ne trouve rien de comparable sous Charles VIII. Celui-ci par le traité de Laval, signé en novembre 1491, avait ordonné le versement de 120 000 l. à Anne de Bretagne pour remercier et dédommager ceux qui l’avaient servie jusqu’en 149178. On trouve ensuite mention dans le compte d’Olivier Barraud de sommes attribuées aux anciens membres du personnel de l’hôtel de François II et d’Anne79 mais le montant de ces versements était toutefois trop modeste – il s’élevait à 4 998 l. – pour pouvoir être comparé avec ce que laisse apparaître le compte de Jean de Lespinay où 40 000 l. sont attribuées, pour deux années, au paiement des dettes.

  • 80 ALA E 209/22, 23, 24, 25, 26, ALA E 209/28, 30, 32, 33, 34, 36, 37 ; ALA E 214/42.
  • 81 Les héritiers d’Alain de Keradreux « remontrent qu’il tint durant les guerres le party de François (...)
  • 82 Ces services pouvaient avoir été modestes comme dans le cas de Matheline Guillemot, veuve de feu G (...)
  • 83 Ces trois premières catégories permettent de restituer la chronologie de l’agonie de la Bretagne d (...)
  • 84 Au hasard des notices, on relève ainsi celle-ci : « Me Jean Christophe dit Aliboron, médecin et su (...)
  • 85 Comme Thomas de Riou, ancien responsable de l’écurie de la maison d’Anne, ou Michel Le Doux. Liés (...)
  • 86 On y rencontre aussi ceux qui ont été mis à l’écart en 1491 : Jean de Cerisy demande « pour le res (...)
  • 87 Les religieux de Redon demandent indemnisation pour un calice d’or qu’ils avaient remis à Anne.

38Tout laisse à penser que la restauration des pouvoirs d’Anne en 1498 a eu pour conséquence le déclenchement d’un vaste mouvement d’indemnisation des gens qui avaient subi des pertes au service des Montfort avant 1491. Cette hypothèse est confirmée par les sources dont on dispose : les archives départementales de Loire-Atlantique conservent en effet des documents80 datant du tout début du xvie siècle qui indiquent les doléances qui ont été présentées à la duchesse après la restauration de ses pouvoirs et qui précisent, dans certains cas, les versements qui ont été opérés. Différentes catégories de personnes se sont alors adressées à Anne de Bretagne. On y trouve d’abord tous ceux qui ont subi des destructions du fait des guerres, à l’occasion des sièges (Nantes, Rennes) ou du fait des représailles exercées par les adversaires des Montfort81. Viennent ensuite ceux qui ont rendu des services lors d’ambassades ou d’opérations militaires82. Proches de cette catégorie sont tous les individus qui ont joué un rôle dans les combats et qui demandent indemnisation pour les frais qu’ils ont engagés ou pour les rançons qu’ils ont dû payer83. On trouve ensuite les anciens serviteurs des hôtels ducaux dont la totalité des gages n’a pas été versée, qui demandent à retrouver un emploi ou à être gratifiés d’une pension84. Après eux viennent les financiers, responsables des services des maisons ducales85 ou qui ont assuré la perception des deniers soit comme fermiers, receveurs du fouage voire, comme dans le cas de Jean de Lespinay, en tant que trésorier général et qui veulent être indemnisés des sommes qui leur restent dues à la suite de la déduction de leurs comptes86. La dernière grande catégorie est constituée par tous ceux qui ont prêté de l’argent à Anne et à son père : on y rencontre pêle-même les ordres religieux qui ont vu leur patrimoine utilisé pour obtenir de l’argent87, les nobles et, plus largement, tous les membres de l’entourage ducal qui ont été contraints de souscrire à des emprunts ou qui ont financé de leurs propres deniers les opérations militaires.

39Quel que soit le motif de leur demande, les plaignants présentent, pour la majorité d’entre eux, des revendications financières souvent précises dont le montant est variable : parmi les plus élevées, on relève celle de Jean de Lespinay, déjà mentionné ou de Gilles Thomas mais la demande a pu se limiter à quelques livres comme dans le cas des fournisseurs des hôtels ducaux. Pour appuyer leur doléance, les plaignants avancent différents justificatifs : pour les financiers, ils viennent des déductions opérées par les gens des comptes ; pour les anciens pensionnaires ou le personnel des hôtels ducaux, référence est faite aux états d’avant 1491 ; d’autres, enfin, font mention des responsables, civils ou militaires, sous lesquels ils ont engagé des frais, suggérant implicitement de faire appel à eux pour contrôler la véracité de leurs propos ou s’en remettent tout simplement à la duchesse pour les satisfaire.

  • 88 Un dénommé Jean de Bue, ancien arbalétrier de Charles VIII, demande pension « à la royne pour demo (...)
  • 89 On y trouve des fermiers comme Jean Pelerin, Escouflart « et autres fermiers de Rennes qui demande (...)
  • 90 On dispose des articles particuliers présentés par Gilles de Coëtlogon, prévôt des maréchaux, où e (...)
  • 91 C’est la différence fondamentale avec les sommes versees entre 1491 et 1498 : Sous Charles VIII, l (...)
  • 92 Il est vraisemblable que toutes les doléances présentées n’ont pas été satisfaites.
  • 93 Celui-ci s’est vu allouer une somme annuelle de 20 000 l. en 1502 et en 1503. En 1509, le chiffre (...)
  • 94 Comme pour le chancelier Philippe de Montauban, cf. supra p. 125 pour d’autres exemples.

40La majeure partie des requêtes remontent à l’époque de François II ou d’Anne mais pas toutes : on en rencontre aussi de plus récentes datant du règne de Charles VIII88, voire du début du règne de Louis XII89. On constate alors que certaines catégories ont profité du contexte pour faire aboutir leurs demandes : celles-ci ont pu être d’ordre financier comme dans le cas des nombreux paroissiens qui sollicitent des rabats de feux mais pas seulement. Les habitants de Vannes demandent que la duchesse établisse à nouveau la Chambre des comptes dans leur ville. Dans un autre ordre d’idée, Hervé de Porsmoguer sollicite une rémission pour la prise d’un navire faite sur les Anglais. Estimer le nombre de gens qui ont présenté des doléances est chose impossible d’autant que les listes dont on dispose ne donnent qu’un aperçu incomplet de la réalité et que les seigneurs les plus importants, selon toute vraisemblance, se sont adressés directement à la reine pour obtenir satisfaction90. La seule chose que l’on puisse dire est que le retour d’Anne a suscité un espoir au sein de la population, amenant des individus de toutes les catégories sociales à solliciter réparation des préjudices, réels ou imaginaires, qu’ils avaient subis avant 149191. Déterminer le montant réel des versements opérés est également impossible92 du fait qu’il a été effectué par différents officiers de finances, qu’il s’agisse du commis au paiement des dettes93, du trésorier et receveur général mais aussi, comme on l’a vu plus haut, par des responsables de l’hôtel d’Anne (cf. tableau n° 24), révélant une circulation d’argent entre la maison d’Anne et la trésorerie de Bretagne. La nature des remboursements a également varié, rendant là encore impossible une évaluation précise : pour les plus grands seigneurs, cela a pu passer par l’octroi de portions du domaine94 ; pour les financiers, l’indemnisation a pu se faire en leur octroyant une responsabilité (comme dans le cas de Jean de Lespinay) ; pour d’autres enfin, cela a entraîné une inscription à l’état des pensionnaires de la duchesse.

  • 95 Des efforts ont été également faits pour récupérer les bijoux qui avaient été engagés pendant les (...)
  • 96 Louis XII justifie la demande du fouage de la manière suivante : « Pour fournir à laquelle passé e (...)
  • 97 Rappelons que dans l’état de Jean de Lespinay examiné précédemment, plus de 50 000 l. étaient port (...)
  • 98 ALA B 25 f° 17. Son héritier a été poursuivi dans les années 1530, pour régler les déports du comp (...)

41En raison de cette diversité, on peut donc simplement affirmer que le mouvement de remboursement a eu lieu, en connaissant très vraisemblablement deux phases. Divers indices permettent de penser qu’il a été très important dans les années qui ont suivi immédiatement la restauration des pouvoirs d’Anne95. Dans les lettres aux États, aussi bien en 150196 qu’en 1503, Louis XII fait allusion aux sommes dépensées par son épouse. La mention à plusieurs reprises d’un déséquilibre budgétaire, du report des impayés d’une année sur l’autre plaide également en faveur de cette hypothèse97. Le retour d’Anne en Bretagne s’est donc traduit par un mouvement très important d’indemnisation. Passé ce temps, le remboursement a dû être planifié par l’intermédiaire du commis au paiement des dettes de Bretagne qui a reçu annuellement une somme à distribuer en fonction des états établis par la reine. Le mouvement de remboursement a duré sur plusieurs années : il est fait allusion à l’acquit des dettes de Bretagne dans les lettres royales aux États en 1512 et en 1519 et en février 1520, Pierre Thierry bénéficiait encore d’exécutoires en tant que commis au paiement des dettes98.

  • 99 Et la volonté de celle-ci d’obtenir le soutien de la population.

42On peut donc conclure que le mouvement d’indemnisation a été important, suggérant à la fois les espoirs suscités par la restauration des pouvoirs d’Anne en 149899 et le souci de la monarchie d’apaiser les blessures que la conquête avait pu laisser et que le bref règne de Charles VIII n’avait pu traiter. Le fait que François Ier ait poursuivi, jusqu’au début des années 1520, l’œuvre commencée par Anne révèle enfin une certaine continuité entre son règne et celui de Louis XII, continuité que l’on retrouve, de façon plus nuancée, dans l’emploi fait des finances à partir de 1515.

C. L’ÉTAT DE 1523

  • 100 Doucet, L’État..., op. cit., p. 10.
  • 101 Doucet note cependant que pour la généralité de Languedoc où les comptes du trésorier et receveur (...)
  • 102 Nous renvoyons à la remarquable introduction de Roger Doucet à la présentation de l’état, cf. R. D (...)
  • 103 Elles sont dues à la guerre en Italie, à l’expédition d’Ecosse – qui affecte directement la Bretag (...)
  • 104 Cf. supra p. 45 et suivantes.
  • 105 Même en tenant compte des erreurs que nous avons pu faire en comptabilisant recettes et dépenses, (...)
  • 106 Le général de Bretagne est obligé de souscrire à un emprunt de 2 000 l. pour couvrir les frais de (...)

43Le dernier document dont on dispose, qui fournit des informations sur l’emploi des ressources de la Bretagne, date de 1523 : il s’agit, pour reprendre les propres termes de Roger Doucet, qui en a assuré la publication, de « l’état général des finances établi pour cette année-là par les généraux des finances et les trésoriers de France, sous la direction des personnages qui avaient la direction suprême des finances, c’est-à-dire... Semblançay et le Bâtard de Savoie »100. Plus précis que l’estimation faite par Lespinay pour la Bretagne en 1502-1503, il n’a toutefois pas la même dimension que le compte d’Olivier Barraud puisqu’il ne constitue qu’un budget prévisionnel, à la merci de modifications en cours d’application101. L’intérêt et les faiblesses de ce document ont été suffisamment décrits pour qu’il ne soit pas besoin d’y revenir ici102. Rappelons simplement que 1523 est une année de difficultés extrêmes103 qui obligent la monarchie à multiplier les expédients (emprunts, création d’offices, crues de tailles...) et qui vont l’amener à réformer profondément l’administration financière au cours de cette même année104. L’état révèle que la Bretagne est elle-même affectée par la crise puisqu’après avoir été, en 1522, contraint d’anticiper sur le fouage de l’année 1523 à hauteur de 131 040 l., le roi est obligé de faire de même, pour le même montant sur le produit de l’année 1524105. Clergé et grands officiers106 sont par ailleurs mis à contribution pour tenter de combler le déficit. On se retrouve donc, comme en 1495-1496, avec un budget d’années de guerre ; la lecture n’en est pas moins intéressante afin de savoir comment la Bretagne a été mise à contribution.

  • 107 Ce terme n’est expressément employé qu’une seule fois à son propos dans le chapitre XV où il est d (...)

44Il apparaît tout d’abord que son revenu n’a fait l’objet d’aucun traitement particulier et que les dépenses d’ordre général y ont été affectées au même titre que dans les autres généralités107. Nous avons fait figurer dans le tableau ci-dessous les principales dépenses.

Tableau 25. Dépenses affectées sur les ressources bretonnes dans l’état général de 1523

Tableau 25. Dépenses affectées sur les ressources bretonnes dans l’état général de 1523

Tableau 25 (suite et fin)

Tableau 25 (suite et fin)
  • 108 Elles consistent dans le paiement des troupes basées dans le royaume et en Italie.

45Le principal poste, et de loin, est celui des dépenses militaires : si l’on associe celles qui sont faites pour les parties ordinaires108 et les autres dépenses à caractère militaire, on obtient un total de 50,4 %. La Bretagne paie donc un large tribut à l’effort de guerre. Cela s’explique en partie par le fait qu’elle se retrouve sur la zone de front. Elle doit renforcer sa défense après la descente anglaise de 1522, d’où le soin accordé au ravitaillement des places fortes, d’où également sa participation au financement de la marine – que ce soit pour protéger ses côtes ou pour aider à la préparation de l’expédition d’Ecosse. Il est patent également qu’elle est très étroitement associée à la défense du royaume. Symboliquement, la majeure partie des billots, qui servaient, rappelons-le, au financement des fortifications du duché, sont employés pour les réparations des villes frontières de Picardie, manifestant que la frontière du royaume devient, insensiblement, celle de la Bretagne. L’importance de la contribution bretonne se retrouve dans le paiement des troupes de l’ordinaire basées dans le royaume et en Italie. Même si les 140 lances chargées d’assurer sa sécurité en font partie, le duché n’en verse pas moins un écot notable.

  • 109 Celui-ci a été mis à contribution pour financer la grossesse de la reine. À signaler que l’argenti (...)
  • 110 Le total des dépenses de Claude pour le paiement de ses officiers, de la Chambre aux deniers, de l (...)

46Après la défense, le deuxième poste est constitué par les hôtels royaux avec plus de 32 % des dépenses. L’essentiel est consacré au financement de la maison de Claude et de sa sœur Renée (qui constituent plus de 90 % du total). Seules 15 000 l. sont versées à l’argentier du roi109. Si la part des maisons bretonnes est moins forte qu’en 1502-1503, elle n’en reste pas moins importante110 faisant apparaître une continuité par rapport au règne de Louis XII. Un lien étroit est donc maintenu entre la reine et sa province d’origine, sans qu’il ait toutefois la force de celui qui existait sous Anne. L’argent attribué à Claude sert à couvrir les frais de fonctionnement de sa maison ; il ne donne plus, comme il le faisait pour sa mère, les moyens d’une action autonome, confirmant là encore l’évolution politique qui s’est produite depuis 1515.

  • 111 Le total est de 485 250 lts.
  • 112 Le montant en est de 234 833 l. : on y relève notamment le nom de plusieurs seigneurs « bretons », (...)
  • 113 Le deuxième état établi par le roi pour les pensions n’indique pas sur quelles recettes leur paiem (...)
  • 114 Si l’on prend le cas des rattrapages de pension, on s’aperçoit que Guy XVI de Laval reçoit 2 500 l (...)

47Le troisième poste des dépenses est constitué par les pensions. Nous y avons indiqué deux types de sommes : celles qui sont mentionnées au chapitre XV de l’état où est précisé le montant des pensions que le roi doit verser au cours de l’année111 et celles qui figurent au chapitre XVI où sont notés quelques versements au titre des rattrapages e pension. La part de ces deux catégories est inférieure à 10 % des dépenses, ce qui constitue une diminution nette par rapport à ce que l’on avait pu relever en 1495-1496 et en 1502-1503. La portée de ce chiffre doit cependant être fortement nuancée car il ne prend pas en compte le versement d’une deuxième série de pensions faites au cours de l’année 1523, en fonction d’un second état établi par le roi112 et surtout parce qu’il est possible qu’une partie des pensions ait été affectée sur d’autres généralités113. Si la part du revenu allouée aux pensions n’a donc pas autant baissé en réalité, il est non moins évident, toujours en vertu du principe que les pensions constituent un volet compressible du budget, qu’il est vraisemblable que leur importance a été réduite en cette année de difficultés financières extrêmes114.

  • 115 Les Laval, les Rieux, le s’ d’Avaugour.... ainsi que les principaux officiers de justice déjà sign (...)
  • 116 Il fut roi du Danemark de 1523 à sa mort en 1533, Doucet, op. cit., p. 118.

48Sans entrer dans une étude de détail des pensionnaires qui nous éloignerait trop loin de notre propos, signalons seulement qu’aux côtés des principaux seigneurs bretons115, on retrouve des bénéficiaires totalement extérieurs à la province. Les meilleurs exemples sont fournis par une série de capitaines allemands, parmi lesquels figure le duc de Holstein qui reçoit 4 000 l.116. Cela confirme, à l’instar de ce que l’on avait pu remarquer pour les dépenses militaires, que l’utilisation des ressources bretonnes a été décidée au sommet de l’État, sans que le produit en ait été consacré uniquement à la satisfaction des besoins locaux.

  • 117 Celles qui figurent à l’état des finances sont celles que l’on retrouve dans tous les budgets étab (...)

49Les autres dépenses appellent peu de commentaires ; elles font partie des paiements de base de la province qu’il s’agisse des frais de fonctionnement des institutions bretonnes ou du financement des fondations religieuses117. Le montant ni la nature n’en varient pas fondamentalement. Si l’on élargit la réflexion, on constate que ce que donne à connaître cet état de 1523, montre un budget breton dans une situation intermédiaire : comme sous Charles VIII, il est assimilé à celui des autres généralités par la mention de nombreuses dépenses extérieures à la province ; comme sous Louis XII, il sert à financer une grande partie des dépenses des maisons royales bretonnes. Il est donc représentatif de cette situation de transition qui a commencé après la mort d’Anne de Bretagne en 1514 pendant laquelle, sans rompre totalement avec le règne précédent, François Ier a réaffirmé la tutelle du conseil royal et soumis la Bretagne au sort des autres provinces.

  • 118 Les seules dépenses connues avec certitude sont celles que nous avons fait figurer précédemment da (...)

50Après 1523, pour les raisons que nous avons déjà mentionnées, il est impossible de savoir l’emploi précis qui a été fait des ressources bretonnes118, même si l’on peut supposer que, de 1540 à 1547, la Bretagne a retrouvé sa vocation à financer les maisons royales avec l’attribution de son administration au dauphin.

Notes

1 Ce compte a fait l’objet d’un article ancien d’Henri Sée intitulé « Les comptes des recettes et dépenses pour la Bretagne en 1495-1496 », Annales de Bretagne, t. ix, 1893-1894, p. 544-549. Voir aussi le développement que lui consacre j. Kerhervé dans sa thèse, L’Etat breton..., op. cit., t. i, p. 278 et suivantes.

2 Rennes, Vannes, Carhaix et Duault, Quimper, Quimperlé et Carnoët, Guingamp, Brest et Saint-Renan, Jugon Lan-mon Concarneau, Fouesnant et Rosporden, Fougères, Chateaulin, Châteauneuf-du-Fou, Huelgoat, Landeleau et Gourin Morlaix, Pont-Croix, Lesneven, Guérande, Minibriac et Plésidi, Dinan.

3 Parmi les recettes qui figurent dans le compte, c’est le cas de certaines d’entre elles comme Jugon et Dinan Pour la recette de Goelo, il est précise que le receveur, Courson, a compté mais qu’» il n’a demandé aucune mise pour paiements laits a cedit tresorier », f° 18.

4 Avec, dans l’ordre, la prévôté de Nantes, les ports et havres, divisés en évêchés – Vannes, Cornouaille, Tréguier et Saint-Brieuc, Léon –, les sécheries de Cornouaille, les brefs, la traite des bêtes vives, la traite des blés, les impôts – Rennes, Nantes, Vannes, Cornouaille, Tréguier, Léon, Saint-Brieuc, Saint-Malo et Dol.

5 Les évêchés sont énumérés dans le même ordre que pour les impôts puisque les receveurs du fouage sont responsables de la perception de ceux-ci.

6 On y trouve les sommes consacrées à l’indemnisation des grands seigneurs bretons, de ceux qui n’ont pas perçu leurs gages ou qui ont subi des pertes, des gens qui ont pris part aux campagnes d’Italie. Y figurent aussi les dons faits en faveur des ordres religieux en Bretagne.

7 Ils nécessitent la présentation de la cédule du roi, la signature d’un secrétaire des finances et l’attache du général. Leur nature n’est pas fondamentalement différente des sommes qui sont mentionnées dans la catégorie des « dons, récompenses et bienfaits ». On y trouve cependant une plus grande proportion de paiements faits en liaison avec l’activité militaire en Italie.

8 Ils portent la signature du roi et du général.

9 Y est décrite notamment la résistance épique opposée par René Le Gallo, pour acquitter son reste en tant qu’ancien receveur ordinaire de Concarneau, f° 258.

10 Qu’elles aient figuré à l’état général des finances ou qu’elles aient été ordonnées par le roi grâce à des mandements ou à des ordonnances.

11 D’où la mention que l’on trouve régulièrement en marge du compte « et dit avoir payé contant par l’office », exemple f° 211.

12 Ce qui permet, par la même occasion, de décharger les comptes des receveurs concernés lors de la reddition de leurs comptes.

13 Dont un qui a été reculé pour le dernier quartier de 1494.

14 B.N. fr. 8310 f° 110-111.

15 Cf. infra l’exemple du prince d’Orange. Si l’on prend l’exemple d’un seigneur moins prestigieux – le sr de Saint-Supplice –, il est indiqué, dans la rubrique des « pensions gages et entretenements », que sa pension pour les années 1495-1496 est de 500 l.-fr. 8310 f 194. En consultant la liste des revenus, en première partie du compte, on apprend que la somme a été assignée sur la recette des fouages de Nantes, fr. 8310 f° 110-111.

16 Cf. J. Kerhervé, L’État breton..., op. cit., p. 279.

17 Avec, en plus, un paiement fait sur les restes dus par les comptables.

18 Le reste étant affecté au paiement de la pension du capitaine de Morlaix et à la pension d’un certain Pierre de Saint-Morice.

19 C’est le cas du prince d’Orange dont une partie de la pension est payée finalement par le trésorier des guerres.

20 Le total de la charge s’élève à 661 620 1. bretonnes, soit 827 030 l.t. ; la dépense à 671 460 1. bretonnes soit 839 335 l.t.

21 Les chiffres mentionnés au cours du développement veulent seulement indiquer la part des plus grandes dépenses dans le budget. Le manque de rigueur dans le classement des paiements faits, les lacunes du document ne permettent pas de savoir l’utilisation précise qui a été faite de l’ensemble du revenu. Ce compte, qui devrait être publié, mériterait une étude spécifique.

22 Ce montant est en fait légèrement plus élevé si l’on y inclut les pensions versées aux capitaines des principales places fortes du duché, soit 1 420 1., ainsi que les 2 160 1. de gages de Louis de La Trémoille, capitaine de Nantes, pour deux ans, fr. 8310 f° 209.

23 Cf. infra p. 185 et p. 192 pour les comptes de 1502-1503 et celui de 1523.

24 B.N. fr. 8310 f° 227.

25 Ibid, f° 221.

26 Ibid, f° 213.

27 Ibid., f° 213. Sont récompensés de la même façon des bouchers qui ont fourni l’hôtel du roi en août 1494 en Savoie, ibid, f° 213.

28 La guerre de Naples a contribué à épuiser les revenus du royaume. Elle a endetté le roi (auprès notamment du duc d’Orléans) et l’a contraint à anticiper sur la taille, d’un quart sur 1496 (Chieri, 28/07/1495), d’un tiers sur 1497 (Lyon, 5/02/1496), d’une moitié puis de la totalité sur 1498, Spont, Semblançay, op. cit., p. 30.

29 Ce qui correspond à peu près à la part des dépenses qui étaient consacrées à la défense, en temps de paix dans le duché, avant 1491. Cf. J. Kerhervé, L’Etat breton, op. cit., t. I, p. 337.

30 Il s’agit de Graville qui est amiral de France et de Bretagne.

31 Gilles Thomas : il reçoit 300 l. de pension en tant qu’ancien trésorier de l’Épargne de François II et 100 l. pour ses gages de garde des chartes, f° 207.

32 Il s’agit de Philippe de Montauban : il reçoit en tout 4 000 l., soit 2 000 l. pour sa charge de chef du conseil et 2 000 l. en tant que chambellan du roi, f° 201.

33 Olivier du Tertre, sommelier d’Anne, ou Lomay, son grand écuyer, qui reçoit 2 000 l.

34 L’énumération des différentes dépenses suit un semblant d’ordre : sont mentionnés en premier lieu les plus grands pensionnés de Bretagne puis, selon un classement plus incertain, les pensionnés non originaires, le personnel de justice, les anciens officiers de François II et d’Anne. La liste se clôt par une autre série de noms sans qu’il soit possible d’y déceler d’ordre apparent.

35 Qu’il s’agisse de récompenses proprement dites, d’indemnisations pour des aliénations effectuées précédemment par le roi et qui ont été annulées, de rattrapages de pensions ou enfin de dons faits pour une seule fois. Quelques pensions figurent également dans la catégorie des deniers payés par ordonnances.

36 Exemple de Henri Derien, secrétaire en chancellerie, qui reçoit 100 l. pour ses gages de 1496, f° 219.

37 On peut formuler à l’encontre de ce document toutes les critiques que Roger Doucet adresse à l’état général de 1523. Cf. R. Doucet, L’étal général de 1523, op. cit., p. 15 et suivantes.

38 Cette somme a déjà été prise en compte dans les charges militaires.

39 Sur une somme totale de 100 000 l. que s’est engagé à lui verser le roi.

40 Cf. Le Roux de Lincy, qui a publié la liste des principaux pensionnaires de Bretagne de 1484 à 1491. On y trouve les noms de Jean de Rieux, de Françoise de Dinan, Le Roux de Lincy, Vie de la reine Anne de Bretagne, t. IV, Paris, 1860-1861.

41 C’est le cas de Gilles du Tiercent, f° 187.

42 Anne de Bretagne verse aussi des pensions sur les deniers de sa maison. Dans le compte pour l’année 1492, on relève notamment les noms de Jean Hagomar, de Guillaume Guéguen, A.N. KK 82 f° 68, cf. notice n° 50 pour Jean Hagomar et notice n° 456 pour Guillaume Guéguen.

43 Charles VIII attribue 6 000 l. à Jean François de Cardonne pour le remercier des services qu’il lui a rendus « dès son jeune âge en l’estat et office de maistre d’ostel .... et mesme en faveur et contemplacion de son mariage et pour l’augmentacion et accroissement dicelui », fr. 8310 f° 218. Si Cardonne n’est pas totalement étranger à la province, comme le croyait à tort Henri Sée, on voit tout de même que le budget de la Bretagne est mis à contribution pour récompenser des services rendus à la personne royale avant 1491.

44 B.N. fr. 8310 f° 201.

45 L’impression prévaut cependant que la majeure partie des pensions, en raison de considérations politiques mais aussi d’ordre pratique – pour ne pas rendre encore plus difficile le paiement des assignations –, va à des ressortissants de la Bretagne.

46 Jean Gallant, orfèvre du roi, reçoit 4 092 l. pour 286 marcs d’argent ouvré, « par luy venduz au roi et livrez comptant en ses mains pour l’emmenaigement du chastel et place d’Amboise en trois grans vaisseaulx... », f° 224.

47 En 1491, deux Bretons ont été maintenus en poste dans la maison de la reine : Colinet de Marchy à la Chambre aux deniers et Thomas de Riou à l’écurie. Par contre, Michel Le Doux a été remplacé par un Tourangeau, Victor Gaudin à l’argenterie.

48 Celle-ci a compris dès lors les menus plaisirs, les offrandes et aumônes, les dons, voyages et les dépenses extraordinaires. Les dépenses en ont été financées par le douaire de la reine.

49 La reine lui fait par ailleurs un état annuel pour les officiers de l’hôtel et des états mensuels pour les menus plaisirs, Spont, Semblançay, op. cit., p. 49.

50 Le montant de la dépense de la reine, sous Charles VIII, est de 120 000 l. (dont 100 000 l. d’ordinaire) à quoi il faut rajouter les dépenses de son hôtel et les versements occasionnels qui lui sont faits par le roi (en 1494, le roi lui a fait ainsi don de 14 000 l. pour « luy ayder à s’accoutrer à ses premières et nouvelle entrée de Bourges, Moulins en Bourbonnaye et Lyon », A.N. KK 82). En 1495-96, les dépenses de l’argenterie s’élèvent à 22 209 l. 1 s. 2 d. ; celles de la chambre aux deniers à 38 656 l. 17 s. 3 d. En 1496, la passe de ces deux services, avec la trésorerie générale et la gésine de la reine, est de 34 307 l. 13 s. 4 d. Les dépenses de l’hôtel montent à 58 891 l., Spont, Semblançay, op. cit., p. 76.

51 Le roi a toutefois accordé a Anne le droit de lever 10 s. « bonne et forte monnaie » pour ses fondations, ce qui lui a « rapporté » 10 500 l.t., f° 240.

52 La somme a été versée par Tanguy de la Gaubertière « sur plusieurs parties par lui receues tant par deducions que par les restes de comptes d’aucuns officiers de receptes, fermiers et autres qui ont eu entremise et maniement desdites finances et ce sur plus grant somme à lui ordonnee pour convertir au payement de leurs gages de l’annee finie 1492 », f° 176.

53 Le versement d’une partie des sommes est reporté sur l’exercice 1497 : Jean Croquesel, commis au paiement des gages des conseillers du parlement, reçoit ainsi une assignation de 1 740 lts sur le premier terme du fouage de Cornouaille de cette année-là.

54 B.N. fr. 8310 f° 230.

55 On peut relever l’absence de toute référence au trésorier des guerres. L’ancien trésorier de l’Épargne, Gilles Thomas, reçoit une pension mais n’est plus payé pour cet office qui a été supprimé, cf. supra p. 38.

56 Il reçoit 520 l. pour ses gages et la nourriture des animaux pour deux ans.

57 Ainsi que tous ses mystères : Me Charles du Haultbois, conseiller du roi au Parlement de Paris, reçoit 180 l. pour « ses peines, vacacions et salaires d’avoir esté par le commandement et ordonnance du roi et pour ses expres affaires dont il ne veult cy aultre declairacion en estre faite es pays de Languedoc et Bretaigne », f° 233.

58 Il a reçu 49 l. 10 s. pour un voyage de 72 jours, partant d’Italie jusqu’en Bretagne, voyage au cours duquel il a assisté à la tenue des États, f° 234.

59 Des charretiers reçoivent une rétribution pour avoir acheminé de Blain à Redon la tapisserie dont « ont esté parées les salles et chambres desdits Estats », f° 235.

60 Nous avons cité un exemple de ce type précédemment, cf. supra, p. 19, note 63.

61 Ce poste correspond grosso modo à celui qui s’intitule « pensions, gages et entretenements » dans le compte d’Olivier Barraud.

62 Ce poste était intégré dans la rubrique « Dons, récompenses et bienfaits » dans le compte d’Olivier Barraud.

63 7 000 l. sont, par exemple, à verser à la veuve de Dunois.

64 Le douaire a continué à alimenter les caisses de la trésorerie générale de la reine : sa contribution était de 93 796 l. 11 s. 9 d. en 1498-1499, de 78 036 l. 10 s. en 1499-1500, de 70 565 l. 4 s. 8 d. en 1500-1501. Par contre, dès 1499, les dépenses de l’argenterie, de l’écurie et de la chambre aux deniers ont été appointées sur les finances de Bretagne, Spont, Semblançay, op. cit., note 1, p. 78.

65 De même une circulation de l’argent se fait entre le compte du douaire d’Anne et la Bretagne. Dans le compte de Japques de Beaune le jeune pour l’année 1499, sur un revenu total de 50 553 l., 5 000 l. sont attribuées au trésorier de l’Épargne, Gilles Thomas, « pour convertir au fait des reparacions du chastel et place de Nantes », ALA E 19-6.

66 Le vicomte de Rohan reçoit 2 500 l. pour le reculement de sa pension de l’année 1501 et bénéficie, pour les années 1502-1503, du versement de 17 500 l., 2 500 l. étant reportées sur l’année 1504, ALA E 212/19.

67 Le vicomte de Rohan, outre ses 20 000 l. de pension, reçoit 30 000 l. pour son mariage.

68 Ce n’est qu’en 1503 que la situation militaire se dégrade et on ne sait quel effet cela a eu pour la Bretagne même si l’on a constate une augmentation du fouage à partir de cette date.

69 Spont, Semblançay, op. cit., p. 31.

70 N’oublions pas non plus que les revenus de la Bretagne baissent à cette période en raison de l’allègement du taux de fouage.

71 Cf. ce que nous avons dit précédemment sur les lettres royales aux États cf. supra, p. 149 et suivantes.

72 . Les dépenses pour « l’adoub, equippaige et avitaillement » de ce navire sont évoquées dans la lettre de Louis XII aux États de Bretagne de 1512, Lalande de Calan, Documents..., op. cit., p. 19.

73 En 1503, alors que la guerre sévit partout, à Naples, Perpignan, Bayonne, sur les côtes de Calabre et de Catalogne, la reine a prêté 50 000 l. à Louis XII, Spont, Semblançay, op, cit., p. 34.

74 Quand elle s’oppose, au début des années 1500, aux États du Languedoc qui ne veulent pas voir établir la traite foraine sans les domaines relevant de son douaire, Anne se défend en précisant qu’» elle avoit bien montré que elle ne vouloit point surcharger le pays..., et en tous les affaires dudit pays avoit porté la parolle et tasche de leur solagement envers le roy, autant que pour ses propres subjectz de Bretagne », Spont, Semblançay, op. cit., note 1, p. 84.

75 Elle appelait Naples « la sepoltora de’ Francesi », Spont, Semblançay, op. cit., note 2, p. 74.

76 Il faut préciser que ce terme ne désigne pas les sommes destinées à rembourser les sommes contractées par l’État breton avant 1491, notamment à l’égard de l’Angleterre, mais les indemnités versées à des personnes ayant servi les Monfort.

77 Cf. notice n° 46.

78 La duchesse avait établi la répartition de cette somme et c’est Jean Hagomar qui avait été chargé de la perception et de la distribution des deniers. Parmi les bénéficiaires, outre des soldats allemands et anglais, on trouve le personnel de l’hôtel ducal, les principaux officiers de justice et de finances ainsi que tous les nobles qui avaient servi les Montfort avant le mariage français. Pour la liste complète, cf. ALA E 214/41.

79 Pour la liste complète, cf. B.N. fr. 8310 f° 201 et suivants.

80 ALA E 209/22, 23, 24, 25, 26, ALA E 209/28, 30, 32, 33, 34, 36, 37 ; ALA E 214/42.

81 Les héritiers d’Alain de Keradreux « remontrent qu’il tint durant les guerres le party de François 11 et de la royne et que la plupart de son bien est en Poitou et en hargne de ce furent leurs maisons brullees et abatues et ledit Keradreux prins prisonnier et en plusieurs autres dommaiges à plus de 10 000 l. ». Cette citation et celles qui suivent sont empruntées au document ALA E 209/24. Nous y renvoyons le lecteur.

82 Ces services pouvaient avoir été modestes comme dans le cas de Matheline Guillemot, veuve de feu Guillaume Leaulté de Lamballe, « pouvre femme indigente », qui demande paiement de la somme de 145 l. monnaie « lui deuz pour les eschelles que sondit feu mary et elles firent faire pour le siège de la Cheze, à quoy furent contraints, et à sercher ouvriers, charpentiers et charretiers à celle fin par msgr le prince et msgr le chancelier et aussi par Rolland de la Villeon et me Jean Le Moyne dont elle appert la relacion », ALA E 209/23, ou rocambolesques comme pour Jean Le Roux et sa femme qui disent « que durant les derrenieres guerres, à l’heure que le feu roy fist son entree en ceste ville de Nantes, ils trouverent certain advertissement cheu à terre par lequel ledit feu roy voulloit empescher ladite dame de joir du revenu des portz et havres de ce pays, lequel il porta a Rennes à ladite dame qui lui promist recompense », ALA E 209/23.

83 Ces trois premières catégories permettent de restituer la chronologie de l’agonie de la Bretagne ducale, du siège de Nantes à celui de Rennes en passant par les opérations menées pour la conquête de villes comme Guingamp, Lamballe, La Chèze et pour remonter plus loin a la bataille de Saint-Aubin-du-Cormier....

84 Au hasard des notices, on relève ainsi celle-ci : « Me Jean Christophe dit Aliboron, médecin et surgien », qui « demande pour les restes de ses gages tant de François II que de Anne ».

85 Comme Thomas de Riou, ancien responsable de l’écurie de la maison d’Anne, ou Michel Le Doux. Liés à eux, on trouve tous ceux qui leur ont fourni de la marchandise et qui n’ont pas été payés.

86 On y rencontre aussi ceux qui ont été mis à l’écart en 1491 : Jean de Cerisy demande « pour le rescompenser de son office de contrerolleur generalde Bretagne ce que luy fut promis sa vie durant sur les revenus de la comté de Montfort dont il n’a rien eu ».

87 Les religieux de Redon demandent indemnisation pour un calice d’or qu’ils avaient remis à Anne.

88 Un dénommé Jean de Bue, ancien arbalétrier de Charles VIII, demande pension « à la royne pour demourer en ceste ville de Nantes, autrement il s’en yra ».

89 On y trouve des fermiers comme Jean Pelerin, Escouflart « et autres fermiers de Rennes qui demandent rabat eu esgart au cours de peste qui a esté en ces trois années derrains ». ou certains candidats qui n’ont pas obtenu l’office qu’ils désiraient en 1498 et qui veulent obtenir une compensation, cf. infra p. 285.

90 On dispose des articles particuliers présentés par Gilles de Coëtlogon, prévôt des maréchaux, où est fait mention de toutes les dépenses qu’il a eues au service de François II et d’Anne qu’il a, comme il le dit lui-même, « toujours bien et loyaument seryy... sans james en leur service varier ne y espargner corps et biens », ALA E 209/25.

91 C’est la différence fondamentale avec les sommes versees entre 1491 et 1498 : Sous Charles VIII, le mouvement d’indemnisation a concerné surtout ceux qui gravitaient autour de l’ancienne maison ducale ou de grands seigneurs — c’est ainsi que le prince d’Orange ou le sr d’Albret ont reçu des sommes importantes –, voire des officiers de finances, grands – comme Gilles Thomas, trésorier de l’Épargne dont la commission Le Roux a reconnu la créance de plus de 50 000 l. –ou petits – dont l’examen de la comptabilité par la Chambre des comptes a révélé qu’on leur devait de l’argent. Il est en outre peu vraisemblable que les sommes dues aient été versées du fait de la nécessité, à partir de 1494-1495, de couvrir les frais de la campagne d’Italie. Si l’on reprend l’exemple de Gilles Thomas, on voit qu’il réclamait toujours sous Louis XII la somme qui lui avait été accordée par Charles VIII. A partir de 1498, c’est une opération de plus large envergure qui a été engagée, visant toutes les catégories de la population qui avaient pu rendre des services. Elle a abouti de plus au versement effectif de sommes dont témoignent certains documents comme le ALA E 209/25.

92 Il est vraisemblable que toutes les doléances présentées n’ont pas été satisfaites.

93 Celui-ci s’est vu allouer une somme annuelle de 20 000 l. en 1502 et en 1503. En 1509, le chiffre était légèrement supérieur avec 25 000 l., ALA B 18 f° 10.

94 Comme pour le chancelier Philippe de Montauban, cf. supra p. 125 pour d’autres exemples.

95 Des efforts ont été également faits pour récupérer les bijoux qui avaient été engagés pendant les guerres à des créanciers des ducs, cf. ALA E 209/28 et suivants.

96 Louis XII justifie la demande du fouage de la manière suivante : « Pour fournir à laquelle passé et arrière dudit Estat de ceste dite annee et à plusieurs autres parties necessaires pour la conduite et entretenement des affaires dudit pays deladite annee prouchaine tant à l’acquit desdites anciennes debtes, souldes desdites morte-payes, gaiges des officiers de la justice, pensions des barons, nobles et gens de la royne, et autres parties forcees et necessaires », Dom Morice, 847-849.

97 Rappelons que dans l’état de Jean de Lespinay examiné précédemment, plus de 50 000 l. étaient portées au titre du trop charge des années précédentes.

98 ALA B 25 f° 17. Son héritier a été poursuivi dans les années 1530, pour régler les déports du compte de son père et en raison de plaintes de gens qui n’avaient pas reçu les sommes inscrites sur le rôle des dettes, Cf. Catalogue, notice n° 46 .

99 Et la volonté de celle-ci d’obtenir le soutien de la population.

100 Doucet, L’État..., op. cit., p. 10.

101 Doucet note cependant que pour la généralité de Languedoc où les comptes du trésorier et receveur général, Jean Testu, ont été conservés, les dépenses inscrites à l’état général ont été véritablement effectuées comme elles avaient été prévues, Doucet, ibid., p. 27.

102 Nous renvoyons à la remarquable introduction de Roger Doucet à la présentation de l’état, cf. R. Doucet, L’état de 1523, op. cit., p. 5 à 30.

103 Elles sont dues à la guerre en Italie, à l’expédition d’Ecosse – qui affecte directement la Bretagne –, à la fuite du connétable de Bourbon.

104 Cf. supra p. 45 et suivantes.

105 Même en tenant compte des erreurs que nous avons pu faire en comptabilisant recettes et dépenses, il apparaît que celles-ci sont supérieures aux rentrées, ce qui confirme le déséquilibre existant à cette période.

106 Le général de Bretagne est obligé de souscrire à un emprunt de 2 000 l. pour couvrir les frais de la campagne du roi en Italie, Doucet, op. cit., p. 103.

107 Ce terme n’est expressément employé qu’une seule fois à son propos dans le chapitre XV où il est dit que 37 702 l. de pension sont départies sur la généralité de Bretagne, Doucet, L’état..., op. cit., p. 89.

108 Elles consistent dans le paiement des troupes basées dans le royaume et en Italie.

109 Celui-ci a été mis à contribution pour financer la grossesse de la reine. À signaler que l’argentier du roi est alors Marc de La Rue que l’on retrouve comme maître à la Chambre des comptes de Bretagne à partir de décembre 1526, Cf. notice n° 443.

110 Le total des dépenses de Claude pour le paiement de ses officiers, de la Chambre aux deniers, de l’argenterie, de l’écurie, des voyages, aumônes et plaisirs, s’élève à 165 000 l.. Outre les 113 000 I. prises sur les ressources bretonnes, 52 000 l. sont prélevées sur la recette de Languedoïl, Doucet, op. cit., p. 88.

111 Le total est de 485 250 lts.

112 Le montant en est de 234 833 l. : on y relève notamment le nom de plusieurs seigneurs « bretons », comme La Roche-Jagu – qui reçoit 1 000 l. –, Jean de Saint-Amadour, grand veneur de Bretagne et surtout les membres du conseil et de grands officiers de justice – Louis des Déserts est noté pour 440 l. –. Jean François de Cardonne y figure aussi pour 2 000 l. mais en tant que maître d’hôtel, Doucet, L’état de 1523, op. cit., p. 125 et suivantes.

113 Le deuxième état établi par le roi pour les pensions n’indique pas sur quelles recettes leur paiement est assigné.

114 Si l’on prend le cas des rattrapages de pension, on s’aperçoit que Guy XVI de Laval reçoit 2 500 l. pour un reculement de pension de 1521 et 5 000 l. pour un reculement de pension de 1522, Doucet, op. cit., p. 93-94.

115 Les Laval, les Rieux, le s’ d’Avaugour.... ainsi que les principaux officiers de justice déjà signalés.

116 Il fut roi du Danemark de 1523 à sa mort en 1533, Doucet, op. cit., p. 118.

117 Celles qui figurent à l’état des finances sont celles que l’on retrouve dans tous les budgets établis à partir de 1491 : on y trouve les Cordeliers de Nantes, de Savenay, les Cannes de Bondon, les Carmes de Nantes..., Doucet, op. cit., p. 49.

118 Les seules dépenses connues avec certitude sont celles que nous avons fait figurer précédemment dans les tableaux nos 10 et 11.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2119/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 230k
Titre Tableau 21. Dépenses militaires en Bretagne avec les assignations
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2119/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 309k
Titre Tableau 22. Paiements militaires extérieurs à la Bretagne (1495-1496)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2119/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2119/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 178k
Titre Tableau 24. Budget prévisionnel de la Bretagne (1502-1503)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2119/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Titre Tableau 24 (suite et fin)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2119/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 258k
Titre Tableau 25. Dépenses affectées sur les ressources bretonnes dans l’état général de 1523
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2119/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 323k
Titre Tableau 25 (suite et fin)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2119/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 117k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540