Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Finances et politique en Bretagne

 | 
Dominique Le Page

Première partie. Évolution institutionnelle

Introduction

Texte intégral

1En 1491, la Bretagne était dotée d’un appareil financier comparable à ceux qui avaient vu le jour dans le royaume de France et dans les autres principautés d’Occident. Il s’appuyait essentiellement sur le conseil qui contrôlait le budget, sur le trésorier et receveur général, chargé à la fois de la perception des revenus et de leur versement, sur la Chambre des comptes enfin qui surveillait les receveurs et supervisait la gestion du domaine. En prenant possession du duché, les autorités royales héritent donc d’une importante œuvre d’organisation entreprise par les Montfort depuis la fin du xive siècle, œuvre qui facilite leur prise de contrôle du duché. Elles imposent pourtant d’emblée leur marque en y introduisant une structure nouvelle, la généralité des finances, alignant ainsi la Bretagne sur les autres provinces du royaume.

  • 1 La principale fracture est constituée par l’année 1498 qui permet à Anne après la mort de Charles (...)

2À partir de cet événement fondateur, l’étude de l’intégration financière est marquée par deux étapes : jusqu’en 1523, l’administration est dominée par deux pôles, celui des ordonnateurs des finances avec le conseil royal et le général, celui des manieurs d’argent avec principalement le trésorier et receveur général. Cette phase n’est pas homogène du fait principalement des changements de souverain1, changements qui permettent l’accession d’hommes nouveaux à la tête des principaux offices et qui provoquent aussi une modification des rapports de forces ou des équilibres entre les principales instances chargées de l’administration financière. Mais, globalement, les mêmes structures se maintiennent, un même schéma organisationnel subsiste.

3A partir de 1523 commence la deuxième époque que l’on peut faire aller jusqu’à la mort de François Ier. Elle débute avec les importantes réformes financières engagées en 1523, qui bouleversent les structures de l’administration financière mises en place depuis le règne de Charles VII. Ces réformes, mises en œuvre en Bretagne comme dans les autres provinces, sont marquées par la centralisation de la gestion des finances avec la création du Trésor de l’Épargne et par l’affaiblissement du pouvoir des généraux. Après avoir rappelé leur teneur, il faudra donc voir comment elles y ont été appliquées, quelle part la Bretagne a pu jouer dans ces mutations, et dégager aussi leur portée pour la gestion de ses finances.

4Parallèlement à ces deux grandes phases qui donnent le tempo de l’intégration et conditionnent l’évolution des principaux organes financiers, la Chambre des comptes évolue à un rythme différent, moins sensible à la fracture du début des années 1520. Créée par les Montfort, elle était dotée d’une tradition importante lors de la conquête du duché et, par là même, elle était devenue le symbole d’une autonomie acquise. Après 1491, elle constitue donc un excellent observatoire de la politique royale à l’égard du duché tant sur le plan des pouvoirs qui lui sont attribués que dans la place qui lui est faite par rapport aux autres institutions financières.

Notes

1 La principale fracture est constituée par l’année 1498 qui permet à Anne après la mort de Charles VIII de restaurer une partie de ses pouvoirs.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540