Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Crise, coopération économique et financière entre États européens, 1929-1933

 | 
Sylvain Schirmann

L’Europe face aux urgences

Conclusion de la deuxième partie

Texte intégral

1Dès le printemps 1931, avec l’échec de la tentative d’union douanière austro-allemande, les considérations financières prennent le pas sur les questions économiques. Cette évolution est d’abord due à la nécessité de sauver l’Europe danubienne des affres de la crise céréalière qui a détérioré les bases sociales de ces pays. Il faut organiser des préférences douanières et surtout une aide financière capable de restaurer les circuits du crédit. Une perspective originale est envisagée, celle de la constitution d’une société internationale de crédit agricole reposant sur des hypothèques de premier rang. La frilosité et les calculs politiques des grandes puissances freinent la réalisation de ce projet. La crise financière qui s’abat ensuite sur l’Europe en été 1931 fait voler en éclats le fragile équilibre. Contrôle des changes, moratoires et dévaluation de la livre rendent toute coopération européenne délicate. Paris, en refusant son concours au sauvetage du continent au cours du second trimestre 1931, précipite la crise et, surtout, renforce les politiques révisionnistes.

2D’où peut venir le sauvetage du continent européen ? Certains préconisent des solutions d’ensemble, comme le plan Tardieu proposé en mars 1932 : prolongation du plan constructif français de l’année précédente. Celui-là, en mettant l’accent sur un système de préférences et une restauration financière, se heurte aux intentions allemandes et italiennes. Rome et Berlin n’entendent souscrire qu’à des projets d’union ou de préférences dans lesquels elles sont partie prenante. À la solution financière française, elles opposent leurs logiques économiques pour l’aide à l’Europe danubienne. Paris est de surcroît isolée par le moratoire Hoover et les conclusions des experts de Bâle qui suggèrent une renégociation de la dette des réparations allemandes. Le Reich entend se servir de cette opportunité pour parvenir à ses fins : son annulation. La conférence de Lausanne comble les objectifs allemands. Mais elle ne parvient pas à régler les difficultés européennes.

3L’Acte final de la conférence et les débats autour de cette même conférence esquissent cependant quelques perspectives. Par la convention d’Ouchy, la Belgique, le Luxembourg et les Pays-Bas ouvrent la voie aux unions régionales. La résolution des pays du bloc d’Oslo va également dans ce sens. Pour l’Europe danubienne, on choisit de sauver l’Autriche. Mais la conférence a également fixé deux échéances : une réunion consacrée aux problèmes de l’Europe centrale, avec les grandes puissances du continent ; une autre destinée au règlement de la crise monétaire et financière internationale, avec les États-Unis. Toute proposition, celle de la Belgique par exemple ou celle de certains groupements de producteurs, dépend dans ces conditions de la volonté des grandes puissances. L’hégémonie des Etats dominants (France, Allemagne, Royaume-Uni, Italie) est-elle la solution à la crise ? En tout cas, les conférences qui s’annoncent apparaissent comme la dernière chance de restauration d’une coopération entre les Etats européens.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable