Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Finances et politique en Bretagne

 | 
Dominique Le Page

Introduction

Texte intégral

1Plus encore que les autres peut-être, la recherche sur l’histoire de la Bretagne a souffert de la division entre la période médiévale et les temps modernes. 1491 a constitué en effet la limite autour de laquelle se sont organisés la plupart des travaux. Jusqu’à cette date, les études les plus nombreuses ont été menées dans le domaine politique afin de comprendre les conditions dans lesquelles s’était constitué, sous la responsabilité des princes de la famille Montfort, un État breton autonome. L’attention plus grande accordée à l’histoire économique ou sociale ainsi qu’à l’histoire des mentalités, si elle a permis de modifier l’image que l’on avait de la Bretagne, n’a pas remis fondamentalement en cause cette barrière chronologique : le mariage de Charles VIII et d’Anne de Bretagne a été généralement le terme des travaux menés. Quand cette date a été franchie, cela a été le plus souvent, de façon peu approfondie, pour faire la transition avec l’édit d’Union de 1532. À l’époque moderne, par contre, les travaux les plus importants ont porté sur la démographie et sur l’économie afin de décrire l’essor de la Bretagne à la fin du xvie et au xviie siècle. On est passé ainsi de la Bretagne principauté à la Bretagne province, de la description des structures étatiques à l’analyse de l’âge d’or sur le plan économique, sans insister sur la période qui a permis le passage de l’une à l’autre. Le processus d’intégration n’a pas fait, à l’exception de travaux de juristes qui ont analysé la signification des différents documents promulgués après 1491, l’objet d’études spécifiques. Les questions pourtant ne manquaient pas. Comment la monarchie française a-t-elle fait pour intégrer le duché qu’elle venait de conquérir sans que cela provoque de problèmes majeurs ? Y a-t-il eu une politique d’intégration mûrement réfléchie et méthodiquement menée ou a-t-on, au contraire, laissé les choses se faire d’elles-mêmes ? Quel a été le rôle des différents souverains dans la politique menée à l’égard de la Bretagne ? Quelles ont été les conséquences pour le duché de son union avec le royaume ?

2Ce sont toutes ces interrogations qui justifient cette thèse. Pour y répondre, il fallait déterminer un angle d’attaque. Le choix s’est effectué, par le double effet du hasard et du réalisme. Quand Jean Kerhervé m’a proposé d’entreprendre une thèse sur la Bretagne d’après 1491, il m’a semblé évident que le travail devait porter sur le secteur financier dont il venait d’achever l’analyse pour la période ducale. Aujourd’hui, je me demande si cette orientation était aussi nette et s’il ne s’attendait pas plutôt à ce que je me consacre à une étude plus large de la société bretonne au début du xvie siècle. Pourtant, après ce malentendu ( ?), la réflexion a confirmé ce choix. D’abord parce que la thèse de Jean Kerhervé invitait à franchir cette frontière de 1491, qu’elle donnait les moyens de le faire grâce à une description précise de l’appareil administratif mis en place par les Montfort et grâce à la réalisation d’un catalogue prosopographique qui permettait de mieux connaître les gens de finances qui détenaient les principales responsabilités au moment de la conquête du duché. Ensuite parce qu’elle indiquait des pistes de recherches – je pense notamment aux archives de la Chambre des comptes de Nantes – qu’il était possible d’explorer. Passer 1491, cela signifiait aussi s’engager à la découverte d’un royaume de France dont il convenait de connaître les structures. Là aussi, l’état des recherches incitait à privilégier le secteur financier dont l’organisation, depuis les travaux pionniers de Gilbert Jacqueton, d’Alfred Spont ou de Roger Doucet jusqu’aux études plus récentes de Bernard Chevalier sur la ville de Tours ou de Philippe Hamon sur les gens de finances sous François Ier, a été décrite avec précision. Mon travail a donc tenté de se placer dans le prolongement des études faites sur la Bretagne pour la période ducale et à la rencontre de celles qui ont été consacrées à l’administration financière française au début du xvie siècle afin de montrer comment la principauté bretonne est devenue progressivement une province du royaume.

3Une fois ce choix opéré, se posait le problème de la délimitation du sujet. Pour le point de départ, pas de difficulté : la date de 1491 s’imposait. Pour le terme, par contre, plusieurs possibilités s’offraient : 1514 et la mort d’Anne de Bretagne, 1532 et le fameux édit d’Union, 1540 avec la cession du duché au dauphin Henri. Pertinentes sur le plan politique, les deux premières dates étaient moins opérationnelles sur le plan financier. La troisième était plus acceptable dans la mesure où elle manifestait la mainmise complète du roi sur la Bretagne et marquait la fin d’une période de réformes intenses commencée en 1523 par la création du trésor de l’Épargne. Le choix s’est finalement arrêté sur 1547, année de la mort de François Ier. Il se justifie par le fait que son successeur, Henri II, est le premier souverain à être à la fois roi de France et duc de Bretagne, mettant ainsi fin à une distinction qui avait été préservée jusqu’alors. La prolongation de l’étude jusqu’à cette date permet en outre de connaître les répercussions de mesures lancées plus tôt, que ce soit dans le domaine du contrôle des officiers de finances ou dans celui de la réformation du domaine entreprise avec l’Édit de Moulins en 1538. Chronologie politique et chronologie financière présentaient suffisamment de coïncidences pour conforter ce choix. La date de 1547 n’est bien entendu pas une date-butoir – quelques entorses ont été faites concernant notamment la Chambre des comptes – mais elle délimite une période cohérente que ce soit dans le domaine institutionnel, dans celui de la fiscalité ou dans celui du personnel (et des offices).

4Pour mener cette étude à bien, les sources ont dicté leur loi en indiquant les pistes qu’il était possible d’explorer et celles qu’il fallait, faute de documents, laisser en friches. Une inégalité est très vite apparue dans ce domaine entre la période 1491-1514 et celle qui va de cette dernière date jusqu’en 1547. Que ce soit pour les sources manuscrites ou pour celles qui ont fait l’objet d’une publication, le règne de François Ier présente incontestablement une plus grande richesse. Celle-ci repose, à l’échelle du royaume, sur un instrument de travail incomparable qui est constitué par le catalogue des actes de François Ier, prolongé actuellement par celui des actes d’Henri II, instrument qui n’a pas d’équivalent pour les règnes de Charles VIII et de Louis XII. Grâce à cette source, il est possible d’avoir un aperçu de l’ensemble des décisions prises par le roi (certains actes ont fait l’objet d’une publication in extenso) en ce qui concerne la Bretagne : elle a donc constitué une des bases essentielles de cette thèse. Elle est complétée par une série d’archives plus spécifiquement bretonnes dont deux, par leur caractère exceptionnel, méritent d’être signalées. Il s’agit en premier lieu des livres de la Chambre des comptes de Nantes (registres ALA B 568 et suivants) : ils forment une série continue à partir de 1525 et ils présentent un compte rendu des travaux des gens des comptes au cours des différentes ouvertures. Peu exploités jusqu’à présent, ils fournissent de multiples renseignements sur le monde financier breton sous le règne de François Ier en permettant de connaître le mode de fonctionnement de la Chambre des comptes, ses pouvoirs, son personnel ainsi que l’ensemble des gens de finances exerçant dans le duché, au travers des opérations de contrôle auxquelles ils devaient se soumettre régulièrement. Cette source aurait pu fournir à elle seule la matière d’une thèse ; ayant opté pour une approche plus globale et partant, plus superficielle, nous avons fait appel à d’autres archives mais il faut cependant reconnaître que les quelques informations inédites que notre travail comporte – nous pensons en particulier au rôle des commissions venues en Bretagne dans les années 1520 –, nous les avons puisées dans ces fameux livres dont l’étude systématique, qui reste à faire, serait d’un grand profit.

5Si les archives départementales de Nantes ont su s’assurer le contrôle des livres de la Chambre des comptes, celles de Rennes possèdent, pour leur part, l’autre source exceptionnelle pour le règne de François Ier : il s’agit du rapport du général Antoine Bullioud rédigé en 1537. Mis à jour par Arthur de la Borderie, ce document permet d’appréhender, non seulement le mode d’administration des finances dans les années 1530, mais de connaître aussi, dans le détail, l’état du domaine royal, le personnel chargé de sa gestion pour cette année-là. En le lisant, nous avons eu l’impression, toujours stimulante pour un apprenti-chercheur, de fouler des terres non encore défrichées, ce qui, aux heures du doute, nous a incité à poursuivre notre travail et à le mener à son terme.

6La période 1491-1514 n’offre pas de sources comparables à celles qui viennent d’être signalées, à une seule exception près. Alors que le règne de François Ier est avare en documents comptables, on dispose pour les années 1495-1496 d’un compte élaboré par le trésorier et receveur général Olivier Barraud. Grâce à lui, il a été possible de connaître avec précision le montant des finances bretonnes et l’utilisation de celles-ci au lendemain de la conquête par les armées royales, tâche qui a été quasiment impossible pour les années suivantes. Pour le reste, les renseignements recueillis dans les livres des mandements royaux et dans les registres de chancellerie ont fourni l’essentiel des matériaux utilisés.

7En raison de cette diversité des sources, une inégalité apparaît dans le traitement des différentes périodes, le règne de François Ier ayant fait l’objet des développements les plus amples. Quatre thèmes d’étude ont été dégagés, en gardant constamment à l’esprit l’idée d’intégration. Dans une première partie, j’ai cherché à savoir quelle a été, après 1491, l’évolution de l’appareil administratif financier mis en place par les Montfort et comment les autorités royales ont gouverné les finances bretonnes après le mariage entre Charles VIII et Anne de Bretagne. Institution représentative de l’autonomie acquise par le duché avant 1491, la Chambre des comptes a fait l’objet d’une étude spécifique afin de montrer comment elle a subi l’union au royaume de France. De la présentation des structures, je suis naturellement passé à celle des finances. Mon souci n’a pas été seulement d’ordre comptable : si j’ai tenté d’estimer les variations des recettes et des dépenses bretonnes jusqu’à la fin des années 1540, j’ai voulu aussi, de façon plus globale, savoir comment l’autorité royale s’était progressivement substituée à celle des ducs. Dans cette perspective, le domaine a retenu particulièrement mon attention dans la mesure où il permet, par le biais des donations et des réformations, de savoir comment le roi a géré son patrimoine et comment il s’est imposé aux autres seigneurs du duché. Les deux dernières parties ont replacé les gens des finances au centre de mon propos. En troisième partie, la question de leur recrutement a été étudiée sous deux angles : celui des mouvements de personnel – du fait des changements survenus à la tête de l’État –, celui de l’origine géographique. La période 1490-1540 étant marquée, surtout sous le règne de François Ier, par une intensification de la surveillance exercée sur les officiers de finances, j’ai cherché, dans une dernière partie, à décrire ce phénomène, en restituant sa chronologie, ses aspects et en tentant d’apprécier sa portée.

8Mon étude s’est inspirée des méthodes, maintenant bien éprouvées, de la prosopographie. C’est pourquoi, j’ai tenu à publier les notices présentant les carrières des titulaires des différentes charges financières en Bretagne au cours de la première moitié du xvie siècle. Les lacunes de ce catalogue sont les mêmes que celles de l’ensemble du travail : on n’y a pas étudié de façon systématique les patrimoines, les alliances des gens de finances. Quand des informations sont fournies dans ces domaines, cela est davantage lié aux hasards de la recherche qu’à une prospection méthodique, qui m’aurait trop éloigné de mon sujet. Certaines notices, à l’instar de certains points de la thèse, sont évoquées de façon trop rapide : cela peut être dû soit à l’absence de sources, soit, plus fréquemment, au manque de temps pour développer des idées que j’ai dû me contenter de suggérer. Ce faisant, j’ai voulu me placer dans la perspective de ce qui est demandé par les thèses nouveau régime ( ?), c’est-à-dire faire un bilan, à un moment donné, d’une recherche personnelle. J’ai voulu aussi, après ces années de quête solitaire, ouvrir un dialogue, inviter d’autres chercheurs à compléter, voire à contester ce qui est contenu dans ces pages, montrer enfin, qu’au-delà des faiblesses de ce travail, une histoire de l’intégration de la Bretagne à la France mérite d’être écrite.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540