Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Finances et politique en Bretagne

 | 
Dominique Le Page

Préface

Jean Kerhervé

Texte intégral

1Choisir comme sujet de thèse une époque « sensible » de l’Histoire tient toujours un peu de la gageure. C’est pourtant le parti adopté par ce livre qui s’intéresse à une période clef de l’histoire de la Bretagne, où l’on passe d’un temps de pratique indépendantiste du pouvoir dans une principauté dirigée pendant plus d’un siècle par des ducs quasi souverains à un stade d’intégration dans un ensemble politique plus vaste, le royaume de France.

2On ne saurait dire ce qui a décidé de la vocation de chercheur de Dominique Le Page et du choix de son champ de recherche. Sa naissance, le 13 mai 1958, un de ces jours qui marquent dans l’Histoire, et où il se passait « des choses graves », puisque tels sont les mots employés par le médecin accoucheur, à en croire la mémoire familiale, pour qualifier les événements d’Alger ? Son lieu de naissance, Pont-Melvez, hanté par la présence séculaire des Templiers et des Hospitaliers, habiles manieurs d’argent, hommes de finances avant la lettre ? Ou simplement le fait qu’il ait grandi au cœur d’un pays breton dont il parle la langue et auquel il tient par toutes ses fibres, jusqu’à le choisir comme premier sujet d’étude ?

3Pourtant, chez les Le Page, la recherche universitaire n’est pas inscrite dans la tradition familiale, et c’est au terme d’un parcours quelque peu atypique que le jeune Dominique y est finalement venu. Élève brillant et destiné à la carrière de la fonction publique, gage de sécurité et de promotion sociale, il entre à l’Ecole normale d’instituteurs dans le département même où il fait aujourd’hui ses débuts dans l’enseignement supérieur. Ce n’est qu’ensuite, convaincu sans doute de ne pouvoir assouvir là sa passion pour l’Histoire, qu’il entreprend, à Brest, un brillant cursus universitaire, couronné par l’agrégation. À l’université, il s’est engagé sur les chemins de la recherche ; ni les lourdes charges de l’enseignement au lycée de Dinan, ni les soins dont il entoure sa jeune famille, complice de sa réussite, ne devaient plus l’en détourner. Passionné par tout ce qui touche à la civilisation bretonne, il tarde quelque peu à se déterminer, se laisse séduire par le Moyen Age, puis flirte un temps avec l’histoire contemporaine, ce qui lui permet, en définitive, d’acquérir une riche culture historique. C’est donc en pleine connaissance de cause qu’il choisit enfin de s’intéresser à ce qu’il y a sans doute de plus délicat à traiter, une de ces périodes de transition où le poids du passé pèse plus lourd que jamais sur le devenir des hommes. Il est vrai que l’analyse du processus d’intégration de la Bretagne à la France, en général, et celle du rôle qu’ont joué l’argent et les gens de finances dans ce passage, en particulier, l’ont vite convaincu de tenir là matière à une véritable thèse, dont ce livre est la brillante illustration.

4Pour parvenir à des conclusions fiables, Dominique Le Page a mis en œuvre une masse considérable d’archives, très souvent mal connues et à peine exploitées avant lui : les incontournables registres d’audience de la Chambre des comptes de Bretagne, conservés à partir de 1525, dont l’intérêt tient à ce qu’ils concernent autant la période antérieure que le temps de leur rédaction, les registres de la chancellerie de Bretagne, les inventaires du xviie siècle, qui ont gardé la mémoire de bien des comptes disparus à la Révolution, le précieux rapport du général des finances Bullioud, les pièces du Cabinet des titres, et même les riches fonds municipaux de Rennes et de Nantes. Cette masse d’archives, d’une difficulté paléographique qu’il ne faut pas sous-estimer, a donné au chercheur la sensation exaltante de fouler plus d’une fois des terrae incognitae, de « labourer une terre non défrichée ».

5La nouveauté et l’abondance des sources originales expliquent la dimension très érudite du travail qui transparaît notamment dans un Catalogue d’officiers de finances, fort de plus de 500 entrées, impressionnante base de données, désormais indispensable à qui veut étudier les milieux administratifs de la France au début des Temps modernes. Cette galerie de portraits, résultat de la collecte fastidieuse et patiente d’une information extraordinairement dispersée, n’est ni gratuite, ni superflue. Il s’agit en fait du véritable socle de granit de la thèse, et cette prosopographie détermine la démarche du chercheur, le conduisant en particulier à mettre les hommes, individus ou groupes de pression, au cœur de sa réflexion. Comme la qualité de la synthèse, toujours menée avec prudence et sensibilité à la chose historique, ne le cède en rien à celle de l’analyse, les enseignements de l’ouvrage méritent la plus grande attention.

6Dominique Le Page s’est attaché à mettre en évidence les modalités d’action de ce qu’il faut bien appeler une politique d’intégration. Intégration par les offices, le roi jouant sur la suppression ou le maintien de fonctions ducales, ou encore la création de charges nouvelles ; de ce point de vue, la mise en relief de l’action du général des finances dans le duché pendant la période de l’union personnelle me paraît fondamentale, de même que l’observation à la loupe du fonctionnement de la Chambre des comptes. Intégration par l’argent, celui du domaine comme celui de l’impôt, que le pouvoir utilise tantôt pour les besoins du royaume, comme celui de n’importe quelle province, tantôt en Bretagne pour se ménager des fidélités. Intégration par les hommes, dont le dosage dans l’administration paraît subtilement réfléchi, puisque le roi joue sur les possibilités de mutations encore largement ouvertes en dépit de la vénalité et de l’hérédité croissantes des offices, et procède à l’injection d’officiers français, principalement dans les charges de haute responsabilité financière, sans renoncer à se servir des Bretons majoritairement ralliés au nouveau régime, semble-t-il. Intégration par la surveillance et le contrôle tatillon enfin, qu’il s’agisse d’astreindre les comptables anciens ou leurs héritiers à apurer leurs comptes et d’obliger les nouveaux venus à soumettre plus régulièrement leur comptabilité à l’audition, ou qu’on envoie dans le duché, principalement à partir des années 1520, des commissions chargées d’imposer le respect des normes royales, en particulier le modèle parisien de fonctionnement des institutions.

7Les étapes de cette politique de réduction du pays breton au droit commun monarchique apparaissent également en pleine lumière, les moments d’intégration « active » (1492-1498 et 1524-1540) alternant avec les temps de pause (1498-1524 et 1540-1547), destinés à ménager les susceptibilités et à satisfaire le particularisme provincial. Dans ces conditions, certaines interprétations habituelles se trouvent remises en cause, notamment la tentation de considérer la mort de la duchesse Anne (1514) comme le tournant dans les rapports du roi et de la Bretagne et l’idée que la disparition de la reine Claude (1524) met pratiquement fin à la mise au pas du duché. L’acte d’union de 1532, remis dans son contexte, constitue moins une fin qu’un moyen, un instrument politique, avec tout ce que cela suppose de nuances et de concessions, destiné à faire oublier une vigoureuse action de reprise en main de l’administration provinciale dans les années qui précèdent et à faire accepter les mesures non moins énergiques prévues pour les années suivantes.

8A la lecture du travail important de Dominique Le Page, on comprend tout ce que peut apporter l’analyse des milieux administratifs à la connaissance des rapports entre l’État et les populations du royaume. Lorsqu’il démonte les mécanismes de fonctionnement de la centralisation monarchique, lorsqu’il met en relief l’enjeu politique des réformes financières et le rôle éminent des gens de finances, il apporte une pierre solide à la connaissance de la croissance de l’État français moderne, en même temps qu’il incite à porter un regard neuf sur les modalités administratives et humaines de la disparition des grands États princiers médiévaux. Car le processus étudié en Bretagne n’est probablement pas unique, bien que l’on manque de points de comparaison. Dominique Le Page a donc ouvert une direction de recherche. Mieux, il a écrit un livre pionnier, qui fait honneur à son auteur et qu’un directeur de thèse peut être fier de présenter à la communauté scientifique, en souhaitant que des travaux de la même qualité permettent, bientôt, de mesurer le degré d’originalité du « modèle breton », et de le comparer aux autres manières d’intégrer dans le royaume les provinces nouvellement acquises par la « grant monarchie de France ».

Auteur

Professeur d’histoire médiévale à l’université de Bretagne occidentale (Brest)

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable