Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Finances et politique en Bretagne

 | 
Dominique Le Page

Remerciements

Texte intégral

1Je tiens à remercier M. Jean Kerhervé qui m’a lancé dans cette recherche et qui a eu la patience d’en attendre l’achèvement ; M. Philippe Hamon pour avoir mis ses travaux à ma disposition et pour avoir guidé mes pas dans les archives parisiennes ; M. Michael Jones en souvenir du héraut Machado ; M. Alain Gallicé pour sa disponibilité et les nombreux documents qu’il m’a remis ; M. Alain Colas pour m’avoir fait partager ses connaissances sur les financiers blésois ; M. Antoine Pacault pour m’avoir communiqué son étude sur la baronnie de Châteaubriant ; M. Jean-Christophe Cassart et à travers lui tous les enseignants d’histoire et de celtique de l’UBO de Brest, toujours accessibles ; M. Monange pour m’avoir transmis sa passion de l’enseignement. Cette thèse n’aurait jamais vu le jour sans l’appui reçu de la part du Centre de recherches bretonnes et celtiques et particulièrement de Mme Chantai Guillou, animatrice infatigable d’un centre à qui je dois beaucoup. Que soient aussi remerciés les personnels des différents centres d’archives de Bretagne, tout spécialement ceux des archives départementales de Nantes où M. Caraes et M. Simon m’ont fourni une aide précieuse.

2Amis et membres de la famille sont les premiers à subir les doutes de celui qui réalise une thèse ; leur contribution quotidienne est également irremplaçable pour apporter le réconfort ou l’aide matérielle indispensables. Mes remerciements vont tout spécialement à Jean-Pierre Tallec, qui a réalisé l’index du catalogue, à Danièle et Yves Picquet, pour la conception des volumes, à J.-C. Charnet qui m’a aidé à dominer le « monstre informatique ». Je remercie aussi mon frère Joseph à qui je dois mon intérêt pour l’histoire et qui a su, avec patience, relire ces volumes ; ma sœur Chantai dont le logis parisien est toujours un lieu accueillant pour le provincial hésitant entre Archives et Bibliothèque nationales. Je pense enfin à ma famille italienne qui a excusé toutes mes absences et particulièrement à Mme Caterina Ladalardo dont les bûcherons ont veillé amicalement sur moi au cours des dernières années.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540