Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’invention de l’impôt sur le revenu

 | 
Mireille Touzery

Annexe 1. La taille, sermon du père Lambert à destination du public des campagnes, 1721

Texte intégral

Instructions courtes et familières sur les Évangiles des dimanches et des principales fêtes de l’année, en faveur des pauvres et particulièrement des gens de la campagne, par Messire Joseph Lambert, prêtre, docteur en théologie de la maison et société de Sorbonne, prieur de Saint-Martin de Palaiseau, Paris, chez Lottin, 1721. (Bibl. nat, D15864)

1Le recueil de sermons du père Lambert, curé de Saint-André-des-Arts à Paris et célèbre pour son talent d’orateur, la conversion de plusieurs protestants et son amour des pauvres, fut sans doute utilisé par les curés de paroisse dans leurs prônes dominicaux. Très lu, l’ouvrage connut six éditions avant la Révolution et une dernière en 1831 où le sermon sur la taille figurait encore malgré la modification du paysage fiscal. Proche du cardinal de Noailles, oncle du président du Conseil des finances, archevêque de Paris, connu pour sa spiritualité janséniste, le père Lambert prêchait aussi une morale janséniste de détachement des biens de ce monde ; elle se traduisait sur le plan fiscal par un devoir de soumission à l’impôt qui rejoignait les intérêts gouvernementaux.

Huitième dimanche après la Pentecôte : la taille.

Evangile. Luc, XVI, 1-10

2« Un homme riche avait un économe qui fut accusé devant lui de dissiper son bien. Il le fit venir et lui dit : « Qu’est-ce que j’apprends de vous ? Rendez-moi compte de votre administration car vous ne pourrez plus désormais gouverner mon bien. » Alors l’économe dit en lui-même : « Que ferai-je puisque mon maître m’ôte le gouvernement de son bien ? Je ne saurais travailler la terre et j’ai honte de mendier. Je sais ce que je ferai afin que lorsqu’on m’aura ôté l’emploi que j’ai, je trouve des personnes qui me reçoivent dans leurs maisons. » Ayant donc appelé tous ceux qui devaient à son maître, il dit au premier : « Combien devez-vous à mon maître ? » Il répondit : « Cent mesures d’huile. » L’économe lui dit : « Reprenez votre obligation. Asseyez-vous là et en écrivez une de cinquante. » Il dit ensuite à un autre : « Et vous ? Combien devez-vous ? » Il répondit : « Cent mesures de froment. » « Reprenez, dit-il, votre obligation et en écrivez une de quatre-vingts. » Et le maître loua cet économe infidèle de ce qu’il avait agi prudemment. Car les enfants du siècle sont plus sages dans la conduite de leurs affaires que ne le sont les enfants de lumière. Et moi, je vous dis : faites-vous des amis des richesses injustes afin que lorque vous viendrez à manquer ils vous reçoivent dans les tabernacles éternels. »

3L’Evangile que vous venez d’entendre nous parle d’un économe qui est accusé d’avoir dissipé le bien de son maître. Il est la figure d’un grand nombre d’économes infidèles qui abusent du pouvoir et des biens que Dieu leur met entre les mains. Le fils de Dieu dans le même Evangile appelle les richesses de la terre, des richesses injustes ; ce n’est pas qu’elles soient injustes en elles-mêmes et qu’on ne puisse en faire un légitime usage ; il les appelle injustes à cause de l’abus qu’on en fait et du grand nombre d’injustices dont elles sont la source.

4En effet, que d’injustices dans le monde, que d’abus criants, que de malversations ! La plupart du temps le fort et le puissant ne songent qu’à accabler le faible et le malheureux. J’ai dessein aujourd’hui de reprendre une injustice criante et ordinaire dans la campagne : c’est l’injustice qui se commet dans l’imposition et dans le paiement de la taille.

5Le collecteur a besoin d’être instruit de ses devoirs et de ne pas commettre un grand nombre d’injustices dans lequelles on tombe lorsqu’on distribue la taille sans raison et sans équité. Ceux qui paient la taille n’ont pas un moindre besoin d’être instruits, afin de faire un saint usage de cette nécessité et de ne pas ajouter à leur misère temporelle celle d’offenser Dieu qui est la plus grande de toutes les misères. Ce sera le sujet des deux parties de ce discours. Dans la première j’exposerai la manière dont la taille doit être imposée. Dans la deuxième, j’expliquerai les sentiments dans lesquels il la faut payer.

6Premier point

7C’est une grande tentation que d’être collecteur. On pourrait faire beaucoup de bien dans cet emploi. Mais ordinairement on y fait beaucoup de mal et on y commet un grand nombre d’injustices. Il faudrait qu’un collecteur fût sans passion et la plupart du temps dans cet emploi, on n’agit que par passion. Il faudrait qu’un collecteur suivît en toutes choses les lois du christianisme ; la plupart du temps, on les oublie pour écouter uniquement les lois injustes de la prévarication et de la coutume.

8J’ai premièrement à représenter aux collecteurs l’énormité de leur péché lorsqu’ils commettent des injustices dans l’imposition de la taille ; j’ai en second lieu à leur faire voir toute la suite de leur péché.

9Quant à la manière dont la taille doit être imposée, il y en a peu qui l’ignorent. On sait assez que Dieu commande de la distribuer avec équité, et selon les biens et selon les facultés. Le riche, celui qui fait un gros commerce, doit payer plus de taille que le pauvre qui n’a que ses bras et qui ne fait aucun commerce, dont le gain et le salaire sont médiocres. S’écarter tant soit peu de cette règle, c’est commettre une grande injustice. Or combien y en a-t-il qui oublient cette règle et s’en éloignent entièrement ?

10Voilà les différents principes qui font impression sur l’esprit des collecteurs et qui leur font oublier ce qu’ils doivent à la justice. Les uns se laissent toucher par un amour déréglé pour leurs parents et ils les déchargent sans faire attention au préjudice qu’ils causent à ceux sur qui ils rejettent ce que leurs parents devraient porter. Les autres sont effrayés de l’autorité d’un homme puissant qui par menace et par crainte les oblige à suivre ses volontés, quoique injustes. D’autres sont esclaves de leur intérêt et font grâce à proportion des présents qu’ils reçoivent. Enfin on en voit qui se laissent emporter à leur animosité et à leur vengeance et qui profitent de leur autorité pour accabler un malheureux qui n’est en aucune manière en état de leur résister.

11Je parle premièrement à ceux qui par un trop grand amour de leurs parents les déchargent et rejettent sur d’autres ce que leurs parents devraient porter. Ils allèguent pour excuse : n’est-il pas permis d’aimer ses parents et de leur faire du bien ? Il est aisé de leur répondre. Il est permis d’aimer ses parents ; c’est trop peu dire : il est commandé d’aimer ses parents. Mais il est défendu de les aimer d’un amour déréglé et qui nous porte à oublier les lois de la justice. Jésus-Christ a dit dans l’Evangile : « Celui qui aime son père ou sa mère plus que moi, n’est pas digne de moi. Celui qui aime son fils ou sa fille plus que moi n’est pas digne de moi » (Math. X, 37). C’est aimer ses parents plus que Jésus-Christ que de ne point craindre de transgresser ses saintes lois pour contenter le trop grand amour que l’on ressent pour ses parents. Si vous pouviez témoigner votre amour pour vos parents sans faire préjudice aux autres, il n’y aurait rien à reprendre. Mais quel droit avez-vous d’accabler un malheureux pour soulager vos parents ? Car enfin vous l’avouerez, vous ne pouvez ôter à l’un que vous ne donniez à l’autre. Cet autre est une créature de Dieu ; cet autre est votre prochain : vous êtes obligé de l’aimer, de ménager ses intérêts, vous êtes même obligé de l’aimer comme vous-même. L’aimez-vous pendant que vous l’accablez et que vous lui faites porter une charge qui est certainement trop forte pour lui ? La religion nous apprend à rendre à tous la justice qui leur est due ; et c’est une maxime certaine qu’il n’est jamais permis de faire du bien à qui que ce soit et quelque amour que nous ayons pour lui, au préjudice d’un autre.

12Il y en a d’autres qui s’écartent de la justice, qui le connaissent bien eux-mêmes, qui en sont touchés et qui en témoignent leurs regrets. Mais ils n’osent résister à un homme puissant qui les menace et qui les intimide. C’est un seigneur qui parle pour ses fermiers mais qui parle avec autorité et de manière à faire entendre qu’il ne veut pas être contredit. C’est un autre d’une puissance égale de qui on a beaucoup à attendre et dont les recommandations sont aussi fortes que des commandements. Il faut d’abord faire voir à ces hommes puissants combien ils sont criminels de faire un si grand abus de leur autorité.

13La puissance vient de Dieu, elle est donnée pour soutenir le bien et pour détourner le mal. Dès qu’on en fait un autre usage, on s’oppose directement aux desseins de Dieu et par conséquent on provoque sa juste colère. « La puissance, dit St Paul, est donnée pour édifier et non pour détruire » (Cor., XIII, 10). Il faut donc que ceux qui ont la puissance en main prennent garde à n’en faire jamais aucun usage que selon le commandement du Seigneur. Vous commandez l’injustice, vous intimidez, vous menacez si l’on ne vous obéit pas dans une cause injuste. Vous êtes puissant. Mais vous avez au-dessus de vous un Dieu qui est plus puissant que vous et qui vous fera sentir le néant de votre pouvoir lorsque vous résistez au sien. Voici comme le Seigneur a parlé par la bouche du sage : « Les puissants seront puissamment tourmentés » (Sap., VI, 7). Dieu n’exceptera personne et il ne respectera la grandeur de qui que ce soit. Les plus grands seront menacés des plus grands supplices.

14Mais vous qui commettez l’injustice parce que vous êtes intimidés, croyez-vous être quitte et que ce soit pour vous une excuse légitime ? Le Seigneur n’a-t-il pas commandé de résister à la plus puissante autorité quand on s’en sert pour nous faire agir contre notre devoir ? Si vous craignez l’autorité, craignez celle de Dieu. Si les menaces vous étonnent, soyez effrayés des menaces de Dieu. Les saints apôtres nous l’ont appris et leurs saintes instructions ne doivent jamais être oubliées : « Il faut plutôt obéir à Dieu qu’aux hommes » (Act., V, 29). Si vous souffrez, si vous êtes persécuté pour avoir été ferme dans le bien, vous serez le martyr de la vérité et de la justice. Ce qui est le plus grand honneur qu’un homme puisse recevoir pendant cette vie.

15En voici de plus criminels, ce sont ceux qui sont esclaves de leur intérêt, qui reçoivent des présents, qui vendent leur faveur à ceux qui leur en donnent davantage. Car dites la vérité : pourquoi déchargez-vous celui-ci ? N’est-ce pas parce que vous avez bu largement dans sa maison ? Pourquoi êtes-vous si favorable à cet autre ? C’est qu’il vous a donné du blé, du vin, de l’argent ? Il faut donc vous mettre au rang de ceux qui se laissent corrompre par les présents. Le Seigneur nous dit que « celui-là seulement entrera dans son tabernacle qui ne reçoit point de présents contre l’innocent » (Ps., XV, 5). Vous avez reçu des présents contre l’innocent et pour l’accabler. Vous voilà donc exclus pour jamais du tabernacle du seigneur. Le sage dit que « celui qui hait les présents vivra » (Prov., XV, 27). Bien loin de les haïr, vous les recherchez, vous prostituez votre conscience et vous vendez votre âme pour des présents. C’est renoncer à la vie qui nous est promise ; c’est être ennemi de soi-même jusqu’à se donner la mort.

16Venons-en enfin aux derniers, lesquels emportés par la vengeance, se glorifient et s’applaudissent eux-mêmes d’être en état de triompher de ceux qu’ils regardent comme leurs ennemis. Vous vous ressouvenez de l’injure que cet homme vous a faite ; vous vous applaudissez à vous-même de ce qu’il est entre vos mains. Vous êtes semblable à un homme qui se réjouit de se voir le maître d’une proie après laquelle il soupirait depuis longtemps. Parmi toutes les idées qui vous passent dans l’esprit, celles-là vous échappent qui vous regardent de plus près. Voici les réflexions importantes pour vous. C’est que Dieu vous défend la vengeance. C’est qu’en suivant votre animosité, vous encourez la disgrâce de Dieu, c’est qu’en vous laissant aller à votre passion, vous vous faites infiniment plus de mal qu’à votre ennemi. Si vous n’avez pas de compassion de votre frère, ayez compassion de vous-même. Au plus fort de votre colère, cette pensée n’est-elle point assez forte pour vous arrêter et serait-il possible que vous vous voulussiez assez de mal à vous-même pour blesser mortellement votre âme comme vous le ferez infailliblement si vous persistez dans la mauvaise résolution de vous venger ?

17Ces réflexions que je viens de vous proposer, ont dû vous faire connaître l’injustice des collecteurs et les principes qui les engagent dans ces sortes d’injustices. Méditez présentement quelles sont les suites d’une pareille injustice. Tout péché est à éviter à cause de son énormité. Mais il y a des péchés qui sont plus incommodes que les autres à cause de leurs fâcheuses suites : telles sont les injustices des collecteurs. Un collecteur qui a fait une injustice, est obligé à restitution. Le temps ne peut prescrire, et quand il y aurait vingt et trente années que cette injustice serait faite, vous n’êtes pas moins obligé à restituer que si elle était faite d’hier. Cette restitution est d’une si grande nécessité qu’on ne peut jamais être dispensé de la faire et, sans cette restitution, on ne peut espérer ni rémission de ses péchés, ni d’avoir aucune part dans les miséricordes du seigneur. Ah ! que cette injustice vous paraîtra pesante ; ah ! que cette vengeance vous semblera amère quand il faudra de vos propres deniers réparer les dommages que vous avez faits !

18Ce n’est pas tout. Voici encore une maxime certaine : c’est que les collecteurs sont obligés à la restitution les uns pour les autres. C’est à dire que si vos consorts collecteurs avec vous ne veulent rien réparer, vous êtes obligé de réparer seul le dommage qui a été causé ; c’est à dire que vous êtes obligé de réparer non seulement le dommage que vous avez causé vous-même mais celui que vos consorts ont causé et auquel vous ne vous êtes pas opposé. J’ai donc eu raison de dire que l’injustice des collecteurs a de terribles suites. Si elles étaient connues ou plutôt si on y faisait réflexion, je doute qu’aucun collecteur fut assez ennemi de lui-même pour se résoudre à commettre même la moindre injustice dans l’imposition de la taille.

19La taille doit donc être imposée avec équité. Je vous l’ai fait voir ; j’ai maintenant à vous faire connaître les sentiments dans lesquels il faut la payer.

20Deuxième point

21La plus juste pensée dont vous puissiez être frappé quand vous avez la taille à payer, c’est de considérer attentivement que vous pouvez ou vous faire un mérite de cette nécessité ou que vous pouvez commettre un grand nombre de péchés.

22Quel est celui qui se fait un mérite devant Dieu, obéissant à la nécessité de payer la taille ? C’est celui qui s’est instruit dans la parole de Dieu que les tributs sont dus : « Rendez-donc, nous dit St Paul, à chacun ce qui lui est dû, le tribut à qui vous devez le tribut, les impôts à qui vous devez les impôts » (Romains, XIII, 7). Les tributs étant dus, il est indubitable qu’on mérite en les payant dans la vue de satisfaire aux ordres de Dieu.

23Voici encore d’autres pensées salutaires dont on peut être animé. C’est que quand bien même on vous demanderait excessivement et au-dessus de vos forces, vous êtes pécheur et en cette qualité, obligé de faire pénitence. Or, c’est une pénitence agréable à Dieu que de lui offrir la perte et la privation des biens de ce monde. Dieu nous donne les biens, il nous les retire comme il lui plaît. Les chrétiens soumis ne s’égarent point. Leurs sentiments sont toujours les mêmes, ils ne cessent de dire avec David : « Je bénirai le Seigneur en tout temps » (Psaume XXXIII, 2). Vous pouvez encore ajouter une autre réflexion. Pourquoi ferais-je des plaintes ? De quelle utilité me seraient-elles ? Des plaintes réitérées avanceront-elles le paiement de ma taille ? La nécessité est inévitable. Il faut donc beaucoup mieux en profiter et m’en faire un mérite que de me laisser aller à des plaintes inutiles qui me feraient perdre le mérite de mon état et qui pourraient me faire encourir la disgrâce de Dieu.

24Plaise au Seigneur que vous entriez dans ces sentiments, que vous vous étudiiez à plaire à Dieu dans tous les événements de votre vie et que vous profitiez des vues continuelles de miséricorde que Dieu a sur vous. Il y en a peu qui soient assez heureux pour se faire un mérite de la nécessité de payer la taille. Il y en a au contraire un grand nombre qui se rendent coupables et qui commettent beaucoup de péchés.

25J’ai déjà parlé de l’inutilité qu’il y a de se plaindre. Je vous ai fait sentir que par ces sortes de plaintes, on peut encourir la disgrâce de Dieu. Cependant ces plaintes sont communes et on n’en voit presque point qui supportent paisiblement la nécessité de payer la taille. Ce qui est encore plus fâcheux, c’est qu’on ne se borne pas aux plaintes ; on y ajoute les murmures, les emportements, les injures, les malédictions. En quel état êtes-vous ? Si vous vous voyiez, vous auriez compassion de vous-même. Vous êtes comme un furieux, vous ne vous possédez plus, vous n’êtes plus maître ni de vos pensées, ni de vos paroles, ni de vos actions. Vos discours font pitié. Si on ne vous entendait, on ne vous croirait pas capable de les prononcer. « Quel fruit, vous dit St Paul, retirez-vous de ces choses dont vous avez lieu de rougir ? » (Romains, VI, 3). Quelle triste consolation que celle qui coûte la perte de la grâce ! Votre malheur n’est pas de perdre vos biens mais c’est d’offenser Dieu et de donner la mort à votre âme. C’est être toujours malheureux que d’offenser Dieu. Mais l’offenser gratuitement, sans aucun fruit, pendant que l’on pourrait lui être agréable et retirer pour soi-même de grands avantages, n’est-ce pas le comble de malheurs, n’est-ce pas une extravagance à laquelle on a de la peine à concevoir qu’un homme raisonnable puisse se laisser aller ?

26Je vous ai parlé du tort que les collecteurs se font à eux-mêmes en agissant par vengeance. Ceux qui paient la taille n’ont pas moins à se précautionner du côté de la vengeance. Ne le pensez-vous pas ? Ne le dites-vous pas ? Et ne l’exécutez-vous pas ? La pensée est criminelle, vos discours témoignent que votre cœur s’accorde avec vos pensées ; l’exécution est la consommation du péché. Vous vous proposez donc de vous venger ; on vous entend dire que vous aurez votre tour, que le collecteur tombera sous vos mains. Et vous, vous tomberez sous les mains terribles de Dieu qui est l’ennemi de tous les pécheurs et surtout des vindicatifs.

27Songez à entrer dans des sentiments chrétiens. Dieu vous donne des moyens pour vous sauver, ne les tournez pas contre vous-même. Que les collecteurs aient l’amour de la justice gravé dans leur cœur et vous, soyez toujours prêts à rendre à Dieu ce que vous avez reçu de lui. Ce ne sont pas les biens temporels qui sont la richesse des chrétiens. Vous en attendez d’autres plus durables et plus satisfaisants. Ce sont les biens éternels qu’il faut toujours avoir en vue et pour lesquels il faut uniquement travailler. Trop heureux si vous pouvez un jour les obtenir de Dieu dans le séjour des saints.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable