Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Crise, coopération économique et financière entre États européens, 1929-1933

 | 
Sylvain Schirmann

L’Europe face aux urgences

Chapitre XII

La perspective d’une fédération danubienne

Texte intégral

1La crise atteint son apogée au cours du premier semestre 1932. Les difficultés économiques et financières dans lesquelles se débattent les pays de l’Est et du centre de l’Europe sont à l’origine d’initiatives novatrices. Le projet d’une fédération danubienne mobilise les esprits au printemps 1932. Sa réalisation ne peut se faire qu’avec l’accord des grandes puissances. Celles-ci se retrouvent en avril 1932 à Londres d’abord, à Genève ensuite, pour examiner les plans de réorganisation de l’Europe.

2Mais il faut compter également avec la SDN. Le Comité financier cherche des voies pour résorber les difficultés de transfert de cette partie du continent ; le Comité économique s’intéresse aux préférences et tente de proposer une solution globale à la crise mondiale. Les différentes actions envisagées se heurtent cependant aux intérêts nationaux.

La situation économique et financière de l’Europe danubienne au premier semestre 19321

  • 1 Plusieurs documents émanant de la SDN sont consacrés à la situation financière et économique du mon (...)

3Nulle partie du continent européen n’a fait l’objet d’études et de rapports aussi nombreux que l’Europe agraire. Experts du Comité économique, du Comité financier, de la CEUE, de l’IIA et de la BRI ont tour à tour mené des enquêtes approfondies dans l’espace danubien. Celles-ci permettent de mesurer l’impact de la crise économique et financière, et de comprendre la politique commerciale de réciprocité suivie par les États.

La situation économique

4La régression des échanges commerciaux, notamment le recul des exportations, est de loin le phénomène le plus inquiétant pour les pays de l’espace danubien. L’ensemble des mesures prises depuis juillet 1931 (contrôle des changes, rigoureuse politique déflationniste) et l’arrêt des crédits plongent la zone dans un réel marasme économique et social car le nombre de sans-emplois augmente régulièrement. Si on se reporte à certaines enquêtes du comité économique, la palme de la chute des exportations revient à la Hongrie, à la Yougoslavie et à la Tchécoslovaquie (recul de 65 % en moyenne depuis le début de la crise). L’évolution en cours n’incite guère à l’optimisme. Les anciens traités de commerce sont de plus en plus contestés et la clause de la nation la plus favorisée est délaissée. L’idée de réciprocité commerciale s’impose et les accords de clearing se multiplient. L’Autriche a eu recours à ce type de système pour la plus grande part de son commerce, Vienne ayant signé des traités de compensation avec l’Allemagne, la Suisse, l’Italie, la France, la Hongrie, les Pays-Bas et la Yougoslavie. La Hongrie est dans un cas de figure similaire, ayant adopté ce même expédient pour des accords avec ces mêmes pays, auxquels il convient d’ajouter la Belgique. Mais les experts pensent que la solution viendra de la résorption des difficultés financières. Celle-ci n’est possible que par la coopération internationale.

La situation financière

5La situation financière de l’espace danubien est extrêmement préoccupante au cours du premier semestre 1932. Malgré les mesures décidées d’un commun accord avec le Comité financier au cours de l’automne 1931, aucun pays n’est capable de respecter les engagements pris. Un tour d’horizon permet très rapidement de conclure à l’accentuation des difficultés financières.

  • 2 SDN – Appendices relatifs à la Grèce, doc. SDN n° C. 334. M. 203. 1932. II. A., 13 p. – 11 avril 19 (...)

6L’Autriche et la Grèce semblent les cas les plus urgents. L’équilibre budgétaire que Vienne envisageait n’est plus réalisable. Les estimations de ce début d’année 1932 infirment les prévisions de la fin de l’année 1932. Au lieu de parvenir à l’équilibre des comptes, il est probable qu’on finisse l’exercice avec un déficit de 100 millions de schillings. Le chômage s’est en effet accru considérablement et les dépenses sociales qu’il engendre grèvent les dépenses prévisibles de 70 millions de schillings. Le manque à gagner au niveau des recettes se monte, quant à lui, à plus de 30 millions de schillings. Il en va de même au niveau des entreprises publiques, comme par exemple les chemins de fer, dont les dépenses augmenteront vraisemblablement de 35 millions de schillings au cours de l’année 1932. Malgré les accords d’immobilisation que l’Autriche a conclus le 20 janvier 1932 avec des banques américaines et anglaises, les réserves en devise de la Banque centrale ont encore diminué de 20 % pendant les deux premiers mois de 1932. Dans ces conditions, une aide financière est indispensable. La Grèce est l’autre préoccupation du moment2. Dès le mois de janvier 1932, la Grèce demande à la France, à l’Angleterre et à l’Italie la suspension de l’amortissement de la dette extérieure. Elle souhaite obtenir la possibilité de lancer un nouvel emprunt pour terminer ses chantiers d’équipements publics qui risquent d’être interrompus faute de moyens. Tous les indicateurs grecs témoignent en effet d’une situation précaire : balance commerciale passive de 7 à 8 millions de livres ; réserves de la banque nationale réduites de moitié de septembre 1931 à février 1932 ; service de la dette supérieur à un milliard de drachmes. La situation se détériore au cours du premier semestre 1932 avec l’accentuation du déficit budgétaire et la réduction du pouvoir d’achat de la population. Face à cette situation, Athènes ne peut que renoncer au transfert des sommes dues au titre de sa dette. Comme annonce préventive d’une telle mesure, le gouvernement hellène se résout à mettre fin le 26 avril 1932 à la convertibilité du drachme en or.

  • 3 SDN – Appendices sur la Bulgarie, doc. SDN n° C. 333. M. 202. 1932. II. A., 23 p. – 11 avril 1932.

7Quant à la Bulgarie, elle fait l’objet d’une étude particulière en mars 19323. Le manque à gagner bulgare vient de la chute des cours des produits agricoles mondiaux, car les ventes de Sofia augmentent en volume, pendant qu’elles régressent considérablement en valeur. En 1931, par exemple, les exportations bulgares se sont accrues de 40 % en volume, alors qu’elles diminuaient de 4 % en valeur. Cette situation fragilise les transferts de la Bulgarie, car les réserves de la Banque Nationale décroissent sans cesse : un recul d’un tiers de décembre 1931 à février 1932. L’endettement privé est estimé à 5 milliards de lévas et les autorités bulgares pensent qu’elles ne pourront honorer qu’un cinquième de cette somme. L’échéance des réparations du 15 avril 1932 est compromise et le service de la dette de l’État (530 millions de lévas) est difficilement exigible. Le dérapage des finances publiques ne surprend pas dans ces conditions. Un secours est indispensable.

8Il l’est également pour la Hongrie, objet des sollicitudes du Comité financier depuis l’automne 1931. Les analyses du début de l’année 1932 montrent que, si le déficit budgétaire diminue, les recettes risquent en revanche de faire défaut vers l’été 1932. Dès lors le budget risque à nouveau d’être déficitaire à la fin de l’exercice. Le commerce extérieur, comme partout en Europe se contracte, mais, ce qui est plus inquiétant, les premiers chiffres de 1932 laissent présager un fort déficit. Les difficultés de paiement du pays sont connues depuis que le 23 décembre 1931, Budapest a dû instituer une suspension partielle des transferts. Le 31 mars 1932, les banques hongroises ont conclu un accord d’immobilisation de six mois pour les créances à court terme avec des maisons britanniques.

  • 4 Voir à ce propos SDN – Comité mixte pour l’étude des accords de compensation et de clearing, doc. S (...)

9La situation dramatique de l’Europe danubienne oblige les États de cette partie du continent à souscrire davantage à des accords de clearings4. Plusieurs formes de compensations coexistent. Dans le cas de l’accord austro-suisse, l’entente porte sur les dettes commerciales arriérées et futures. Dans d’autres situations (cas de l’accord entre la Tchécoslovaquie et la Yougoslavie) les deux partenaires s’appliquent un taux de change conjointement fixé, et règlent sur cette base les paiements entre eux. D’autres accords enfin (entre l’Italie et la Yougoslavie) laissent une partie du solde commercial fixe à la disposition libre de l’endetté, qui n’est donc pas obligé d’affecter la totalité de ses gains au remboursement de ses dettes. Le système n’en est cependant qu’à ses balbutiements. Il se perfectionnera surtout au cours du second semestre 1933.

10La multiplication de ces arrangements qui remettent complètement en cause les bases du commerce international incite les États et les organismes internationaux à chercher rapidement une solution à la crise de l’Europe danubienne. C’est une condition de la stabilisation économique et politique du continent européen.

Quels projets pour l’Europe danubienne ?

11Dès la fin de l’année 1931, des projets se font jour réclamant une entente économique de l’Europe danubienne. Sous quelle forme ? Tous les pays concernés y vont de leur proposition : l’Angleterre, l’Autriche, l’Italie, les pays agraires, le Comité financier, l’Allemagne et la France. Le débat se cristallise finalement sur le projet Tardieu.

L’idée d’une Confédération danubienne

  • 5 Comité Financier – Rapport au Conseil sur les travaux de la 45e session, op. cit., Autriche p. 6-8.
  • 6 Akten zur Deutschen Auswärigen Politik 1918-1945 (ADAP), Série B 1925-1933, Bd. XIX, RIETH (Wien) à (...)
  • 7 ADAP, Série B, Bd. XIX, Von SCHOEN (Budapest) à AA du 12.1.1932, p. 420.

12En décembre 1931 et en janvier 1932, les États envisagent la création d’un lien particulier entre les pays de l’Europe danubienne. Dans sa session de septembre, puis en octobre 1931 et enfin en janvier 1932, le Comité financier de la SDN met à chaque fois l’accent sur la nécessité pour l’Autriche et la Hongrie de développer les relations avec les États voisins5. On imagine dès le mois de décembre 1931 la création de comités économiques entre l’Autriche et ses principaux voisins, à l’image de la commission franco-allemande. Cette perspective suppose des accords avec la Hongrie, l’Allemagne et la Tchécoslovaquie. Berlin ne veut pas en entendre parler, après l’échec de l’Anschluss économique de mars 1931. Mais le Reich ne peut pas envisager, dans ce cadre, un rapprochement austro-tchèque. Celui-ci menacerait directement les intérêts industriels allemands dans l’espace danubien et permettrait à la France de bénéficier, par l’intermédiaire de Prague, d’une influence prépondérante dans la région6. Ce rapprochement inspire également des craintes à Budapest, et l’amiral Horthy, le régent, se prononce en faveur d’un rapprochement économique entre l’Autriche, l’Italie et la Hongrie. Les autorités hongroises comptent sur Mussolini pour dissiper les éventuelles objections françaises7.

  • 8 ADAP, Série B, Bd. XIX, Aufzeichnung Von Bülow du 19.1.1932, p. 448.

13L’Europe se débat dans ces discussions, lorsqu’en janvier 1932 (le 19), les autorités anglaises font part de leur projet économique pour l’Europe de l’Est et du Sud-Est. Pour les Britanniques, l’Autriche et la Hongrie ne sont pas viables dans leur configuration du moment. Or la crise qui s’y amplifie n’est pas supportable longtemps pour la stabilité économique et politique du continent européen. L’Angleterre se déclare favorable à une Union douanière entre les six pays membres de l’Europe danubienne (Tchécoslovaquie, Autriche, Hongrie, Roumanie, Yougoslavie, Bulgarie) et s’oppose à un système d’accords préférentiels. Cette proposition, le Royaume-Uni la présente officieusement aux principales chancelleries européennes, mais les ambassadeurs britanniques insistent sur le fait que Londres se propose de faire publiquement état d’une telle demande au cours de la future session de la CEUE8. La proposition anglaise a surtout pour objectif de faire réagir les partenaires, car le travail de la CEUE et de ses différents comités est pour l’instant au point mort.

  • 9 ADAP, Série B, Bd. XIX, RIETH (Wien) à AA, 22.1.1932, p. 475.
  • 10 ADAP, Série B, Bd. XIX, Aufzeichnung Von Bülow, 2.2.1932, p. 530.
  • 11 Ibid.

14En Italie, Mussolini se prononce à la fin du mois de janvier 1932 en faveur d’un noyau austro-hongrois. Il faudrait à son avis reconstituer l’unité économique des deux États successeurs. Sur cet ensemble originel, se grefferaient ensuite l’Allemagne et l’Italie dont les liens avec l’Autriche et la Hongrie sont privilégiés. Lorsque cette entité se sera mise en place, il conviendra alors de réfléchir à un rapprochement de cet ensemble avec la Yougoslavie. Pour Mussolini, l’Europe danubienne ne peut être reconstituée que sous l’autorité d’une association germano-italienne. Le plan anglais c’est la fin de la politique pro-italienne du gouvernement hongrois et pro-allemande du gouvernement autrichien. Il rend plus délicate toute tentative de révision en Europe centre-orientale9. Le Reich élabore progressivement sa réponse aux propositions anglaises. Il insiste d’abord sur le fait qu’une confédération danubienne nuirait grandement à ses débouchés industriels dans cette partie de l’Europe. Cet éventuel sacrifice devrait au préalable être compensé par la suppression des réparations. Mais Berlin traduit surtout son étonnement face au plan anglais, car Londres a refusé en son temps l’union douanière austro-allemande. Celle-ci aurait pu servir de base à une fédération économique de la Mitteleuropa. Les autorités allemandes ne comprennent pas très bien pourquoi le gouvernement anglais projette de diffuser sa proposition à la CEUE qui s’oppose depuis le printemps 1931 aux unions régionales et ne jure que par des solutions d’ensemble. Le Reich considère une union douanière dans cette partie du continent comme un acte dirigé contre lui. Comme une éventuelle participation allemande à ce type de structure susciterait tant la désapprobation britannique que l’opposition française, il ne reste qu’à se rabattre sur la proposition allemande d’un système de préférences entre les pays danubiens et leurs principaux importateurs10. Mais Berlin n’a pas intérêt à communiquer officiellement cette position, car les difficultés et les tensions qui existent en Europe danubienne contribueraient à crisper des opinions publiques qui ne comprendraient pas que l’on néglige leur sort ou que l’on ne tienne pas compte de la proposition anglaise. L’Allemagne a donc intérêt à suivre officiellement l’Angleterre et à tout mettre en jeu pour être un élément incontournable de toute perspective d’union dans le Sud-Est européen11.

  • 12 Sur cette conférence, voir PAAA – Bonn, R. 83 530 Pan Europa, Deutsche Gesandschaft Budapest à AA, (...)
  • 13 ADAP, Série B, Bd. XIX, Aufzeichnung Lachmann 16.2.1932, p. 576.

15Les six pays concernés par la proposition anglaise se retrouvent à Budapest les 12 et 13 février 1932, pour envisager le rapprochement économique entre États successeurs. Ce rapprochement est présenté comme une condition de la réalisation d’une union économique paneuropéenne. Les membres de Pan Europe sont d’ailleurs les initiateurs de la réunion. Une première mesure qu’il s’agirait de mettre en place concerne la concrétisation de préférences entre futurs membres de l’Union. Mais on envisage également la possibilité d’étendre le régime préférentiel à d’autres pays. On esquisse d’autres collaborations souhaitables dans le domaine des transports, de la monnaie et de la création de cartels. Un bureau doit se mettre en place à Budapest pour assurer le suivi de ces dossiers. Il fait double emploi avec celui créé en 1930 à Varsovie pour l’ensemble du bloc agraire12. La Pologne ne peut qu’être inquiète à l’idée d’avoir été laissée pour compte dans toutes ces initiatives. Dans la foulée de cette réunion, le 16 février 1932, le chancelier autrichien Buresch communique aux quatre puissances (France, Angleterre, Allemagne et Italie) que l’Autriche est en mesure d’établir immédiatement un rapprochement économique avec ses voisins et avec tous les États qui y sont prêts13. Le gouvernement autrichien exprime son regret quant aux échecs antérieurs qui sont le fruit de considérations politiques, mais sa situation financière ne lui permet plus d’attendre et il se ralliera à toute proposition de nature à soulager la crise autrichienne. Les puissances sont placées devant leurs responsabilités, et le chancelier autrichien a magistralement utilisé la constellation politique, car depuis deux mois, l’intense activité diplomatico-économique se préoccupe de cette Europe de l’Est et du Sud-Est.

Le débat autour du plan Tardieu

  • 14 ADAP, Série B, Bd XX, Von Bülow an die Gesandschaft in Wien, 2.3.1932, p. 8.

16Que répondre à l’Autriche ? Le 2 mars 1932 l’Auswärtiges Amt se range à nouveau derrière les habituelles solutions d’un système de préférences et de réciprocités14. Si l’Allemagne est disposée à faire des efforts en faveur de l’Autriche, elle veut également alléger le sort des autres pays de l’Europe danubienne, mais il lui faut certaines contreparties. La prudence allemande se justifie par sa crainte d’une politique favorable à une confédération danubienne de la part des autres puissances. La France ne pourrait que se satisfaire d’une telle organisation qui consacrerait son hégémonie en Europe. Quant à l’Angleterre, elle y voit un moyen de consolidation de la paix. Seule l’Italie s’oppose à cette perspective qui freine son expansion dans ce que Rome considère comme un arrière-pays. Ce qui inquiète également le Reich, c’est la multiplication des ententes régionales en Europe. Celles-ci limitent son rayon d’action, qu’elles se créent dans la sphère scandinave, autour de la Belgique et des Pays-Bas ou dans l’espace de l’Europe centre-orientale. Au lieu de se prononcer en faveur de l’un ou l’autre groupe, voire même en faveur du principe des ententes régionales, Berlin préfère attendre. La question des réparations que le Reich peut à tout moment agiter comme un préalable dans toutes les négociations à venir rend possible cette position défensive. Le gouvernement allemand veut aussi mesurer l’impact de la décision douanière britannique du 1er mars 1932, le Royaume-Uni renonçant au libre-échangisme. Il pense également que l’évolution monétaire et la situation de l’endettement peuvent lui permettre, le moment voulu, de mettre mieux en évidence les avantages de ses positions. Berlin est cependant disposée à participer à une action immédiate en faveur de l’Autriche.

  • 15 Sur proposition de Tardieu, voir ADAP, Série B, Bd. XX, le chapitre consacré à la « DonauFöderation (...)
  • 16 ADAP, Série B, Bd. XX, Aufzeichnung des Legationsrat Von HEEREN 17.3.1932, p. 48.

17Ces spéculations sont interrompues par la diffusion du plan Tardieu le 3 mars 1932 à Genève. Massigli remet ce jour-là le mémorandum français qui date de la veille. Ce plan est lui-même le résultat d’une discussion qui a eu lieu à Genève entre Sir John Simon et le président du Conseil français à la fin du mois de février 193215. Le texte du mémorandum français envisage l’établissement de tarifs préférentiels entre l’Autriche, la Hongrie et les États de la Petite Entente. Lorsque ces pays seraient parvenus à une entente, les discussions pourraient alors s’ouvrir avec les grandes puissances pour l’octroi d’une aide financière que la France estime nécessaire. Celle-ci proviendrait d’un emprunt global auquel participeraient les Grands et qui serait lancé sous les auspices de la BRI ou de la SDN, ce que Flandin confirmera encore à la fin du mois de mars 1932. Dernier maillon de l’ensemble : parvenir à terme à une union monétaire entre les pays de l’espace danubien. À travers ces propositions, quelles sont les intentions françaises ? Paris cherche d’abord des avantages politiques, dans la mesure où ce type d’accord freinerait à l’avenir toute tentative d’Anschluss et rendrait inopérante la politique de révision hongroise. Par ailleurs la diplomatie française atteindrait deux objectifs de taille : affaiblir la position de l’Italie dans la région, et surtout empêcher la réalisation d’une Mitteleuropa allemande. Le projet favorise indéniablement sur le plan économique l’industrie tchèque dont on accroît les possibilités de vente, ce qui réduit aussitôt l’influence industrielle allemande. La proposition de Tardieu a également un intérêt économique. Paris se doit de satisfaire les attentes de ses épargnants et d’assurer le remboursement des capitaux prêtés dans la région. La crise financière est donc l’opportunité que le gouvernement français saisit pour tenter de renforcer la sécurité en Europe. Tardieu est décidé à aller vite. C’est ce qu’il explique le 17 mars 1932 à Genève au représentant allemand Posse : si les États de l’Europe danubienne ne sont pas sauvés, l’Allemagne également s’effondrera. Le Reich a ainsi tout intérêt à se rallier à la proposition française et à accepter une réunion des grands États consacrée à cette question16. Beaucoup d’éléments plaident en faveur de la position française.

  • 17 Voir SDN – Comité Financier – Rapport sur les travaux de la 45e session – Paris, 3 mars-24 mars 193 (...)

18La réunion du Comité financier de la SDN à Paris du 3 au 24 mars 1932 est entièrement consacrée à la situation de quatre pays : l’Autriche, la Grèce, la Hongrie et la Bulgarie17. Les experts après avoir constaté une dérive financière inquiétante dans chacun de ces pays, en viennent à étudier les efforts internes nécessaires pour tenter d’endiguer cette marche vers le chaos. De quelque côté que l’on regarde, on est obligé d’admettre la nécessité d’une aide internationale qui peut avoir plusieurs facettes : consolidation ou annulation des dettes, moratoires, accords préférentiels. Mais le Comité financier est favorable en même temps au lancement d’emprunts et il envisage dans un premier temps de proposer à nouveau le lancement d’un emprunt de 250 millions de schillings en faveur de l’Autriche. Dans ces conditions, le plan Tardieu, s’il est accepté, pourrait constituer cette assise financière nécessaire à l’Europe danubienne.

  • 18 ADAP, Série B, Bd. XX, Von Hoesch (Paris) à AA, 2.4.1932, p. 78.

19L’attitude britannique tend elle aussi à favoriser une solution d’ensemble de la question danubienne. Londres ne peut en effet que se réjouir de l’évolution de la situation dans cette partie du continent. Elle y a engagé des sommes importantes dans les années vingt et octroyé tout récemment un accord d’immobilisation à l’Autriche. On n’est guère favorable à Londres à de nouveaux crédits, mais en revanche le gouvernement britannique est davantage intéressé à la relance des échanges commerciaux et à un effort interne pour que ces États puissent reprendre les paiements sur des bases saines. Les milieux britanniques songent à une union entre les pays industriels de l’Ouest et les pays agricoles de l’Est. Ils sont prêts à se ranger à l’idée d’un système de préférences (Londres abandonnerait ainsi la sacro-sainte clause de la nation la plus favorisée), et éventuellement à participer à la restauration financière. Ils veulent cependant obtenir la possibilité de négocier des accords préférentiels avec d’autres pays dès la fin de la conférence d’Ottawa annoncée pour l’été 1932. Dès lors le Royaume-Uni accepte de discuter sur la base de la proposition française. Il est favorable à la tenue d’une conférence des quatre puissances avant une réunion des cinq États danubiens18.

  • 19 ADAP, Série B, Bd XX, p. 48, op. cit.
  • 20 ADAP, Série B, Bd. XX, Aufzeichnung WIEHL (Rom), 2.4.1932, p. 81.

20Le son de cloche est légèrement différent en Allemagne et en Italie. À Berlin, l’opinion perçoit le projet français comme une riposte au plan Curtius-Schöber et les autorités relèvent le mépris affiché par Paris envers son allié polonais, oublié, et la Bulgarie. Le plan Tardieu procède ainsi pour le Reich d’une volonté politique de « créer une Petite Entente à cinq », au sein de laquelle la puissance économique dominante serait la Tchécoslovaquie. Que peut proposer l’Allemagne ? Posse explique à Tardieu, que Berlin ne peut se rallier qu’à un système d’échanges préférentiels avec les pays importateurs de produits de l’Europe centrale. Il propose au président du Conseil français de s’inspirer du plan constructif que la France a déposé à Genève en mai 1931 et que – ironie du moment – l’Allemagne avait partiellement combattu. De toute façon, l’Allemagne est décidée à empêcher toute solution qui ne l’associerait pas à une union formée à sa porte19. Il en est de même de l’Italie, dont les dirigeants ont au début de l’année envisagé une entente entre Rome, Budapest et Vienne. Pour Rome, le projet Tardieu n’est que « la poursuite avec ténacité dans l’Europe centrale et orientale d’un plan envahissant à caractère diplomatique, militaire et ploutocratique ». Le gouvernement de Mussolini met en avant le caractère d’État successeur de l’Italie pour exiger sa participation à toute réorganisation de l’Europe danubienne. Le plan français suscite ainsi, à la veille de la réunion de Londres projetée pour le mois d’avril 1932, une division des Grands en deux camps20.

  • 21 Ibid.

21Dans une réunion à Rome, le 2 avril 1932, les représentants allemands (Posse et Wiehl) et italiens (Ciancarelli et Anzilotti) discutent pour tenter de trouver une attitude commune. L’Italie souhaite d’abord être intégrée dans le dispositif français (entrer dans la zone des préférences danubiennes). Rome fait également part de ses craintes quant à une éventuelle domination économique allemande sur cette zone de l’Europe. Toujours est-il que les deux puissances sont déterminées à obtenir le retrait de la proposition de Tardieu. Elles sont prêtes à des manœuvres d’obstruction, car elles savent que la France est en campagne électorale, ce qui fragilise Paris. Le résultat risque même d’être contraire aux ambitions de Tardieu. Il convient alors d’empêcher la conférence des États danubiens et de développer l’idée que seul un système de préférences avec les principaux importateurs de produits danubiens a des chances d’aboutir. Les deux pays, dans une stratégie d’obstruction, tenteront également d’obtenir la réunion d’une conférence des quatre puissances et des cinq États danubiens21.

  • 22 Cf. Le Temps du 5 avril 1931.

22Pour tenter de gagner le Royaume-Uni à sa cause, Tardieu se rend à Londres et y rencontre Mac Donald. L’entrevue qui a lieu les 3 et 4 avril 1932 est considérée comme un échec de la diplomatie allemande. Le contenu et les résultats nuancent quelque peu cette vision contemporaine de l’événement. La discussion porte sur les problèmes de la reconstruction de l’Europe à laquelle France et Angleterre devront davantage participer que d’autres, vu leur puissance financière. Une action concertée des deux pays s’impose également dans la question des réparations et celle des dettes interalliées. Les divergences portent sur la participation ou non des États-Unis à l’œuvre européenne. Mac Donald souhaite les associer, ce qui résoudrait peut-être plus rapidement le problème des dettes de guerre. Paris y est moins disposée. Mais si les deux partenaires font le tour des questions et privilégient l’aspect financier dans les règlements proposés, il n’y a, à l’issue de la rencontre, comme le dit Mac Donald : « ni accord, ni projet d’accord arrêté d’avance22 ».

23C’est animées de telles dispositions, que les puissances se retrouvent à Londres au début du mois d’avril 1932, non sans avoir d’un commun accord rejeté les demandes de participation de la Suisse et de la Pologne. La conférence des Quatre Grands lance un mois de négociations consacrées à la question de la restauration économique et financière de l’Europe danubienne.

Les reunions d’avril 1932

24Réunis dans la capitale britannique, les représentants des grandes puissances se séparent au bout de deux jours sans grand résultat. Mais la question de l’Europe centrale reste au centre des débats européens avec les travaux que lui consacre, immédiatement après la réunion de Londres, la SDN. C’est dans ce cadre que les Quatre Grands se retrouvent à nouveau à la fin du mois d’avril. Avec quels gains ?

La conférence des Quatre Puissances à Londres : 6-8 avril 193223

  • 23 Bundesarchiv-Berlin, Deutsche Reichsbank, R. 2501/5896, Internationale Konferenzen, August 1931-Apr (...)

25Les puissances sont obligées de faire le constat de leurs divergences. Paris et Londres insistent davantage sur l’aspect financier et monétaire d’une solution au problème de l’Europe centrale, alors que Rome et Berlin mettent l’accent sur l’action commerciale avec notamment l’association des grandes puissances au système des accords préférentiels. D’autres questions sont évoquées. Faut-il inclure la Bulgarie dans le dispositif ? Peut-on laisser les États danubiens négocier entre eux ? L’Allemagne et l’Italie souhaitent une réunion qui mette les Quatre Grands en présence des puissances danubiennes, car dans une conférence qui réunirait exclusivement les États de l’Europe centre-orientale elles craignent un trop grand poids de la Petite Entente capable d’imposer des « solutions françaises ». La France et le Royaume-Uni sont en revanche favorables à la solution opposée. Lorsqu’on envisage la possibilité d’une réduction des droits de 10 % entre États danubiens, le Reich désire en bénéficier aussi par le biais de la clause de la nation la plus favorisée que Paris et Londres veulent supprimer ou aménager dans le cadre d’accords concernant cette partie du continent. Parle-t-on d’une aide financière immédiate en faveur de l’Autriche et de la Hongrie que Berlin s’y oppose. La seule solution durable à la crise de ces pays c’est une solution commerciale qui leur garantisse des ressources avec lesquelles ils rembourseront leurs dettes. Un emprunt renforcerait la dépendance de ces pays et différerait leur sortie de la crise. L’Allemagne s’oppose par ailleurs à un contrôle sur le budget de ces États, voire à une surveillance financière internationale.

  • 24 Von Bülow, déclaration à la presse du 7 avril 1932, in Deutsche Reichsbank R. 2501/5896, op. cit.

26Le 8 avril 1932, la conférence de Londres est ajournée sans accord. Le Reich, pour lequel ce résultat est un succès diplomatique important, s’appuie sur l’idée que les tarifs préférentiels sont insuffisants pour permettre aux pays de l’Europe de l’Est et du Sud-Est de sortir de la crise. La solution réside dans la constitution d’une grande zone d’échanges dans laquelle on inclurait ces pays. Un rapide calcul montre que les exportations allemandes vers les cinq pays qui feraient partie du système préférentiel envisagé par Paris diminueraient de moitié. Les produits allemands seraient dans la plupart des cas remplacés par des biens tchèques. Von Bülow émet trois propositions pour empêcher cette éventualité : la création d’une union douanière européenne qui regrouperait les pays intéressés au règlement du problème de l’Europe centrale ; un plan de préférences douanières entre tous les pays ; des accords bilatéraux qui ne reposeraient plus sur la clause de la nation la plus favorisée24. Si l’Allemagne est importante pour l’Europe danubienne, au point que les pays de la Petite Entente espèrent une participation de Berlin au règlement de la crise, le Reich sait néanmoins que rien ne se fera pour l’instant contre la puissance financière de la France. C’est ce qui permet à Paris de revenir immédiatement dans le jeu après l’échec de Londres. Le Conseil de la SDN consacre en effet ses séances du 12 et 15 avril 1932 au sauvetage de l’Autriche et de la Hongrie. Comme la proposition du Comité financier envisage le lancement d’un emprunt, la France est à nouveau incontournable.

La session du Conseil de la SDN25

  • 25 L’ensemble de la session, in Résumé des travaux mensuels de la SDN, vol. XII, n° 4 Avril 1932, p. 1 (...)

27La première réunion, le 12 avril 1932, présidée par Tardieu est l’occasion de débattre du rapport général du Comité financier. Le rapporteur, Braadland, représentant de la Norvège, après avoir décrit l’intensité de la crise, souligne l’impossibilité de proposer des solutions d’ensemble. Ce qui compte, c’est d’obtenir un moment de répit, par un emprunt garanti par les gouvernements. Celui-ci serait mis à la disposition des États qui en auraient besoin. Ces derniers devraient se soumettre à certaines conditions, notamment un contrôle par la SDN de la gestion de leurs finances publiques. Les emprunts ne constitueraient qu’un moyen temporaire pour franchir une période intermédiaire dans l’attente d’une solution globale. Le rapport insiste également sur la nécessité d’établir des relations économiques étroites en Europe centrale. La discussion de ce rapport est à nouveau l’occasion pour les grandes puissances de faire savoir où se situent leurs intérêts. Tardieu explique que le rapport va dans le sens que préconisait le projet français. Il insiste sur la nécessité d’une action rapide en faveur de ces pays, action qui, à ses yeux, est la « première étape de la restauration économique de l’Europe ». Mais il souhaite, comme les représentants des autres pays présents à Londres, faire examiner ces propositions par les experts financiers de son gouvernement. On retrouve sur la même ligne Sir John Simon qui sollicite également l’avis des techniciens britanniques avant de soumettre la discussion d’un éventuel emprunt au Parlement. Grandi, le représentant italien, met l’accent sur les liens qui unissent son pays aux États en difficulté. Il relève cependant que les mesures financières devraient être accompagnées de mesures économiques. Les propos de Grandi sont repris par Von Bülow, le secrétaire d’État allemand, qui indique que « les mesures d’ordre financier n’ont pas été le seul problème que la conférence de Londres ait eu à examiner ». Il faut, estime le représentant du Reich, trouver les bases économiques qui permettent à l’Europe danubienne de se suffire à elle-même. Or à Londres, on n’est pas parvenu à s’entendre sur la méthode adéquate. Von Bülow insiste également sur les liens entre ces questions et les autres problèmes : la crise mondiale, la situation générale des paiements internationaux et (on croit rêver lorsqu’on sait l’attitude allemande à la conférence sur le désarmement depuis février 1932) des dépenses d’armement trop importantes.

28La seconde réunion, celle du 15 avril 1932, est présidée par Paul-Boncour. Elle est consacrée à l’examen de la situation des quatre pays étudiés par le Comité financier : Autriche, Hongrie, Bulgarie et Grèce. Pour l’Autriche, le Comité financier recommande la conclusion d’un emprunt extérieur qui, joint aux mesures internes, peut seul remettre de l’ordre dans les finances du pays. Pour la Hongrie, après avoir souhaité que Budapest fasse des efforts pour équilibrer les comptes des entreprises publiques, le Conseil se range à l’avis des experts financiers qui ont estimé nécessaire la conclusion d’accords d’immobilisation. On offre à la Bulgarie la possibilité de réduire de moitié les paiements afférents à la dette publique extérieure et cela pour une période qui s’étend d’avril à septembre 1932. En contrepartie, Sofia devra fournir tous les efforts nécessaires pour équilibrer son budget, et notamment se plier aux mesures exigées par la SDN. La Grèce est, quant à elle, dans une situation périlleuse. Son déficit budgétaire dérape et ses remboursements extérieurs dilapident ses réserves. Le débat sur les remèdes oppose les membres du Comité financier à Venizelos, présent à Genève. Les experts de la SDN se prononcent en faveur d’une aide de 10 millions de dollars et d’une suspension des transferts pour une durée d’un an. Mais cela suppose, sous contrôle international, une politique de strict équilibre budgétaire. Quant aux sommes bloquées par le moratoire annuel suggéré, elles devront être employées à la poursuite des travaux d’infrastructure du pays. Ces propositions ne satisfont guère le représentant grec qui demande un moratoire de 5 ans pour la dette publique et un emprunt de 50 millions de dollars remboursables en 4 ans pour l’équipement de la Grèce. Venizelos s’oppose catégoriquement à une augmentation des impôts dans le cadre des mesures d’assainissement proposées. Il est cependant disposé, comme le représentant bulgare Stefanov, à examiner également tout ce qui pourrait améliorer les relations entre Athènes et Sofia.

29Il faut cependant soumettre toutes ces dispositions à l’avis des experts des quatre puissances réunies au début du mois d’avril 1932 à Londres. Krosigk-Schwerin, pour l’Allemagne, Leith-Ross, pour le Royaume-Uni, Beneducce, pour l’Italie et Bizot, pour la France, se retrouvent les 22 et 23 avril 1932 à Genève pour examiner le rapport général débattu le 12 avril et la situation des pays discutée le 15 avril. Ces personnalités ne peuvent ignorer les nombreuses propositions concernant le sort de l’Europe danubienne, émises à droite et à gauche.

La question danubienne à la fin du mois d’avril 1932

  • 26 Bundesarchiv-Berlin, Deutsche Reichsbank, R.2501/5897 – Internationale Konferenzen, April 1932-Sept (...)

30Après l’échec de la conférence de Londres et au moment où les puissances font examiner par leurs experts les rapports de la SDN, les plans en faveur de l’Europe de l’Est et du Sud-Est se multiplient. Ils ne sont pas fondamentalement différents de ceux qui les ont précédés. Au congrès danubien d’Innsbrück (Donau Tagung) du 18 avril 1932, les financiers britanniques proposent leur aide en fonction des garanties qu’offrent les pays en crise26. Lammers, le représentant allemand, se prononce en faveur d’un système de complémentarités. Aux pays agraires de préciser les préférences qu’ils souhaitent et d’indiquer les avantages qu’ils sont prêts à accorder aux puissances qui achèteraient leur production excédentaire. Berlin insiste sur un rapprochement franco-allemand. Les deux pays doivent harmoniser leurs positions ou l’assainissement de l’Europe sera un échec. L’Allemagne souhaite une aide financière française et un système de préférences qui permette au Reich d’être associé économiquement à la région danubienne. Est-ce possible pour la France ?

  • 27 Ce plan est reproduit par le Berliner Börsen Courier, 23 April 1932.

31Un plan déposé à Genève le 22 avril 1932 par Hantos, un hongrois acquis à l’idée de fédération d’Europe centrale, cherche lui aussi à associer Paris et Berlin au règlement de la question de la Mitteleuropa économique27. L’Allemagne pourrait accepter le système d’accords préférentiels entre les cinq pays danubiens, estime Hantos, si ces derniers s’engageaient à ne pas relever les droits sur les produits industriels qui intéressent l’Allemagne et l’Italie. Lorsque l’Allemagne est présente pour plus de la moitié dans la vente d’une marchandise, les pays danubiens seront dans l’obligation de lui accorder une réduction des droits applicable également à l’Italie et à la Pologne. Il faut en outre créer une préférence entre l’Italie, l’Allemagne et la Pologne. Le plan monétaire préconisé par Hantos prévoit un cartel des cinq banques centrales de l’Europe de l’Est et du Sud-Est. L’organisation élaborerait un système de compensation reposant sur des parités que les instituts nationaux auront fixées entre eux. Ce clearing généralisé serait contrôlé par la BRI qui en assurerait la comptabilité.

32Trois jours plus tard, le 25 avril 1932, Jacques Bardoux, dans Le Temps, propose une solution qui repose sur l’idée d’une Europe en cercles concentriques. Les cinq États danubiens s’accorderaient des tarifs préférentiels. Des avantages moins importants seraient ensuite octroyés aux principaux voisins : l’Allemagne, l’Italie, la Bulgarie et la Pologne. Les autres nations pourraient bénéficier des mêmes conditions si elles accueillent les produits agricoles danubiens, si elles renoncent à l’application de la clause de la nation la plus favorisée ou si elles participent au redressement des finances des cinq États. Les autres pays seraient, quant à eux, confrontés à une « muraille qui encerclerait les marchés danubiens ». Ce plan présente l’avantage, aux dires de son concepteur, de ne léser personne : ni Rome, ni Berlin, ni l’Occident. Mais les experts financiers sont confrontés à nouveau à une proposition de la France, comme le révèle d’abord une indiscrétion de la presse.

  • 28 In Berliner Börsen Courrier 27 April 1932 et Bundesarchiv-Berlin, Deutsche Reichsbank, R 2501/5897, (...)

33Ce projet concerne les cinq mêmes États (Autriche, Roumanie, Hongrie, Tchécoslovaquie et Yougoslavie). Il envisage une réduction immédiate des droits de 10 % entre ces pays et la levée réciproque des contingentements. En contrepartie, les nations danubiennes s’engagent à ne pas augmenter leurs droits vis-à-vis de l’extérieur et à entrer en contact avec les pays importateurs de céréales, auxquels on ne concéderait pas d’avantages supplémentaires. Pour le crédit, les responsables français préconisent un strict contrôle financier de ces États et le lancement d’un crédit de transition – sous la garantie des quatre puissances – de 800 millions à un milliard de francs. L’argent sera placé solidairement dans l’ensemble de l’espace envisagé et servira également à la conversion des emprunts précédents. Comme garanties, on exigerait trois mesures : la poursuite de l’abaissement des droits pour instituer à terme une union douanière ; le contrôle du budget par la SDN et la réorganisation des banques nationales de l’espace danubien sous la responsabilité de la BRI. Cette dernière exigence peut conduire à terme à une union monétaire28.

34Il appartient cependant au Conseil de trancher lors de la session de mai, d’autant plus qu’il a pris connaissance des analyses des experts.

L’impossible restauration économique de l’Europe de l’Est et du Sud-est

35L’examen par le Conseil de la SDN, le 21 mai 1932, de la situation financière des quatre pays mentionnés précédemment est surtout l’occasion pour les représentants des puissances, de faire connaître les positions mises au point par leurs experts financiers. Celles-ci traduisent leurs divergences et le conseil ne peut se rabattre que sur un compromis insatisfaisant.

La position des puissances face à la situation financière de l’Autriche, de la Hongrie, de la Grèce et de la Bulgarie29

  • 29 Voir Résumé mensuel des travaux de la SDN, vol. XII, n° 5 mai 1932, p. 210-218.

36Eden, le représentant britannique, met en garde l’assemblée de Genève sur les risques d’un prêt aux pays d’Europe danubienne, puisque son remboursement est subordonné à une amélioration de la situation économique mondiale. Or rien n’est à court terme moins sûr. Dès lors, les créanciers auront, à son avis, beaucoup de mal à faire admettre à leur opinion un tel risque. Pour les bénéficiaires de l’emprunt, la situation serait encore plus cocasse, car les fonds prêtés accroîtraient leur endettement. L’Angleterre se rallie à une position qui consiste à expliquer aux pays qu’ils ne doivent compter que sur eux-mêmes. Néanmoins la générosité de Londres leur concède cependant la possibilité de recourir à l’aide technique de la SDN. Eden explique que le cas autrichien mérite un examen particulier. Le Royaume-Uni est disposé à participer à une aide internationale en faveur de l’Autriche, à la condition que Vienne fasse les efforts exigés par la SDN et continue à rembourser les sommes dues au titre de l’emprunt 1923 et des avances consenties depuis. Comme la Grande-Bretagne est une des principales puissances créancières de l’Autriche, l’emprunt consenti à l’Autriche favoriserait le transfert des fonds exigibles par les ressortissants britanniques, particuliers comme Banque d’Angleterre. Eden est en revanche moins tendre pour l’allié grec, dont il attend le paiement des dettes avant d’envisager une quelconque action.

37Paul-Boncour, le représentant français, rappelle d’abord toute l’action française en faveur de l’Europe danubienne (sous forme d’avances, dont récemment 600 millions de francs à la Tchécoslovaquie, et sous forme de propositions). Pour lui, l’issue réside dans une solution d’ensemble de la crise de l’Europe centrale. Les nouveaux emprunts ne sont possibles que si on ranime la vie économique par ailleurs. Pour ce faire, les autorités françaises ont déposé un plan qui repose sur le principe de préférences internes à l’espace considéré. Le gouvernement français se prononce cependant en faveur d’une aide financière d’ensemble exceptionnelle. Paul-Boncour préconise alors la constitution d’un fonds garanti par les principales puissances européennes. Celui-ci gérerait les sommes en les proposant à des fins économiquement indispensables. L’organisme serait temporaire. La France envisage de faire débuter l’intervention de ce fonds dans une action en faveur de l’Autriche. À la différence de Londres, Paris propose l’extension du mécanisme aux autres pays de l’espace danubien.

38Le représentant italien, Scialoja, ne jure que par des mesures susceptibles d’améliorer l’écoulement de la production agricole et industrielle. Cette dernière mérite d’être également organisée au niveau national. Il convient d’étudier au cas par cas la situation de chaque pays et de trouver ensuite des moyens pour relancer les courants habituels des échanges en provenance de cette région. Il évoque pour « ces solidarités naturelles » le rôle incontournable de l’Allemagne et de l’Italie. Rome ne peut d’ailleurs que se féliciter de l’accord particulier conclu avec l’Autriche et la Hongrie. Sur la base de ces arrangements particuliers, Rome est prête à accepter une coopération plus large entre les partenaires danubiens. Ce qui signifie qu’une éventuelle fédération ne peut se faire qu’avec l’Allemagne et l’Italie. La question financière ne trouvera pas de solution tant que les puissances n’auront pas remédié à l’endettement international, qu’il soit de nature politique ou commerciale. Le gouvernement italien est prêt toutefois à participer à une action particulière pour l’Autriche.

39Welczeck, au nom du gouvernement allemand, ne croit pas au succès d’un emprunt en faveur de l’Autriche si celui-ci ne procède pas d’une volonté de traiter la question de l’Europe danubienne dans son ensemble. Il convient donc de renforcer la structure économique de ces pays de sorte qu’ils n’aient plus besoin à l’avenir de l’aide extérieure. Cela suppose qu’on s’attaque aux causes générales de la crise : mauvaise répartition de l’or, endettement international, politique commerciale mondiale. Le représentant allemand met d’ailleurs l’accent sur la question des dettes en interpellant les pays créanciers dont la responsabilité est énorme. Il n’y a pas d’issue sans annulation au moins partielle, ou sans effort commercial consenti par les pays créditeurs. C’est la raison pour laquelle le Reich allemand ne se ralliera qu’à des dispositions financières qui règlent l’ensemble du problème des transferts.

40L’intervention des représentants des pays de l’espace danubien insistant sur l’urgence de la situation, ne parvient pas à créer l’unanimité au sein des grandes puissances. Dès lors le Conseil ne peut que se rabattre sur une solution de compromis.

L’esquisse d’une solution

  • 30 Voir Documents Diplomatiques Suisses, 1848-1945, vol. 10 1930-1933, p. 395 et suiv., PV de la séanc (...)

41Devant tant de divergences, le Conseil se résout à instituer une délégation spéciale du Comité financier constituée d’experts gouvernementaux et d’experts de la SDN chargés d’élaborer des propositions concrètes quant au règlement du problème financier. Dirigé par Musy, responsable du département des Finances de la Suisse, le groupe se retrouve entre le 30 mai et le 4 juin 1932 à Paris, puis poursuit ses travaux entre Lausanne et Genève. On s’aperçoit très vite de l’impossibilité d’une solution d’ensemble. Seul le cas autrichien est âprement discuté30.

42France et Angleterre s’opposent sur le destinataire de l’aide. Pour Londres, c’est l’Autriche uniquement qui doit être le bénéficiaire d’un secours financier. Paris en revanche veut en faire le point de départ pour un crédit d’ensemble à l’Europe danubienne. Le point de vue anglais l’emporte et il faut aussitôt s’interroger sur la nature de l’aide. Les experts s’entendent assez facilement sur la nécessité d’octroyer un fonds de 300 millions de schillings à l’Autriche. Mais le désaccord porte sur la participation des uns et des autres. L’Angleterre estime que l’avance consentie de 100 millions de schillings en 1931 correspond à sa participation à l’œuvre de redressement. Il resterait à trouver 200 millions. L’Allemagne ne peut participer, étant elle-même fortement endettée. L’effort serait donc principalement à fournir par la France, ou par certains États restés fidèles à l’étalon-or. Or Paris veut des garanties, notamment en matière de réparations et de dettes interalliées. Si le groupe se déplace de Paris à Genève et à Lausanne, c’est qu’il attend de la conférence de Lausanne dont la réunion débute en juin 1932, des solutions qui débloqueraient l’emprunt autrichien.

43Conférence sur les réparations et sauvetage de l’Autriche sont intimement liés.

* * *

44La crise plonge le continent européen dans une situation paroxystique au cours du premier semestre 1932. Elle fragilise les efforts entrepris dans la seconde moitié de l’année 1931 par certains États de l’Europe de l’Est et du Sud-Est. Avec l’aide des experts de Genève, ces pays ont fait des efforts pour équilibrer leurs budgets et pris les mesures nécessaires pour surveiller leurs dépenses. Il n’empêche qu’au premier semestre 1932, la plupart d’entre eux ont été obligés de signer des accords d’immobilisation ou d’arrêter leurs transferts. La solution passe par les grands États dont la puissance financière ou économique est indispensable à un règlement définitif de la crise financière que traverse l’Europe.

45Deux camps s’affrontent. Ceux qui rêvent d’une entente danubienne, sous la forme d’une fédération (Angleterre) ou d’un système de préférences (France), affrontent à Londres ceux qui se prononcent en faveur d’un système s’appuyant sur des accords de réciprocité avec les grands importateurs (Allemagne et Italie). Quand il s’agit d’imaginer une aide financière, des lignes de fracture apparaissent entre ceux qui ont comme priorité une solution exclusivement économique à la crise et ceux qui veulent passer par des mesures à la fois commerciales et financières. Les divergences conduisent à des affrontements stériles pour la région danubienne. En réalité, la question des dettes internationales (avec comme difficulté majeure le règlement des réparations et des dettes interalliées) est un problème global, qui oppose les grandes puissances. Si cette question pouvait trouver une solution à Lausanne, le sort de l’Europe danubienne se réglerait dans la foulée.

Notes

1 Plusieurs documents émanant de la SDN sont consacrés à la situation financière et économique du monde et de l’Europe au premier semestre 1932 : SDN – Comité économique – Rapport au conseil sur les travaux de la 38e session 2-4 juin 1932, doc. SDN n° C. 516. M. 255. 1932. II. B. du 9 juin 1932, p. 2-11 ; SDN – Comité financier – Rapport au conseil sur les travaux de la 45e session, 3-24 mars 1932, doc. SDN n° C. 328. M. 199. 1932. II. A. du 29 mars 1932 p. 2-6 ; SDN – Comité économique – Conditions du commerce international note E. 792 du 1er juillet 1932 in Archives SDN – Genève.

2 SDN – Appendices relatifs à la Grèce, doc. SDN n° C. 334. M. 203. 1932. II. A., 13 p. – 11 avril 1932.

3 SDN – Appendices sur la Bulgarie, doc. SDN n° C. 333. M. 202. 1932. II. A., 23 p. – 11 avril 1932.

4 Voir à ce propos SDN – Comité mixte pour l’étude des accords de compensation et de clearing, doc. SDN n° E.F./ clearing/1 à E.F./clearing/33. du 29 mars 1935 – Archives SDN – Genève. Il s’agit d’une enquête sur le clearing depuis 1931.

5 Comité Financier – Rapport au Conseil sur les travaux de la 45e session, op. cit., Autriche p. 6-8.

6 Akten zur Deutschen Auswärigen Politik 1918-1945 (ADAP), Série B 1925-1933, Bd. XIX, RIETH (Wien) à AA du 31.12.1931, p. 333.

7 ADAP, Série B, Bd. XIX, Von SCHOEN (Budapest) à AA du 12.1.1932, p. 420.

8 ADAP, Série B, Bd. XIX, Aufzeichnung Von Bülow du 19.1.1932, p. 448.

9 ADAP, Série B, Bd. XIX, RIETH (Wien) à AA, 22.1.1932, p. 475.

10 ADAP, Série B, Bd. XIX, Aufzeichnung Von Bülow, 2.2.1932, p. 530.

11 Ibid.

12 Sur cette conférence, voir PAAA – Bonn, R. 83 530 Pan Europa, Deutsche Gesandschaft Budapest à AA, 15.2.1932.

13 ADAP, Série B, Bd. XIX, Aufzeichnung Lachmann 16.2.1932, p. 576.

14 ADAP, Série B, Bd XX, Von Bülow an die Gesandschaft in Wien, 2.3.1932, p. 8.

15 Sur proposition de Tardieu, voir ADAP, Série B, Bd. XX, le chapitre consacré à la « DonauFöderation » et Bundesarchiv-Berlin – Deutsche Reichsbank R. 2501/5896, Internationale Konferenzen August 1931-April 1932.

16 ADAP, Série B, Bd. XX, Aufzeichnung des Legationsrat Von HEEREN 17.3.1932, p. 48.

17 Voir SDN – Comité Financier – Rapport sur les travaux de la 45e session – Paris, 3 mars-24 mars 1932, doc SDN C. 328. M. 199. 1932. II. A.

18 ADAP, Série B, Bd. XX, Von Hoesch (Paris) à AA, 2.4.1932, p. 78.

19 ADAP, Série B, Bd XX, p. 48, op. cit.

20 ADAP, Série B, Bd. XX, Aufzeichnung WIEHL (Rom), 2.4.1932, p. 81.

21 Ibid.

22 Cf. Le Temps du 5 avril 1931.

23 Bundesarchiv-Berlin, Deutsche Reichsbank, R. 2501/5896, Internationale Konferenzen, August 1931-April 1932, tout un dossier consacré à la conférence de Londres.

24 Von Bülow, déclaration à la presse du 7 avril 1932, in Deutsche Reichsbank R. 2501/5896, op. cit.

25 L’ensemble de la session, in Résumé des travaux mensuels de la SDN, vol. XII, n° 4 Avril 1932, p. 171-180.

26 Bundesarchiv-Berlin, Deutsche Reichsbank, R.2501/5897 – Internationale Konferenzen, April 1932-September 1932.

27 Ce plan est reproduit par le Berliner Börsen Courier, 23 April 1932.

28 In Berliner Börsen Courrier 27 April 1932 et Bundesarchiv-Berlin, Deutsche Reichsbank, R 2501/5897, op. cit.

29 Voir Résumé mensuel des travaux de la SDN, vol. XII, n° 5 mai 1932, p. 210-218.

30 Voir Documents Diplomatiques Suisses, 1848-1945, vol. 10 1930-1933, p. 395 et suiv., PV de la séance du 8 juin 1932 du Conseil fédéral.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable