Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les aides américaines économiques et militaires à la France, 1938-1960

 | 
Gérard Bossuat

Conclusion

Texte intégral

1Après 20 ans d’aides américaines où en était la France ?

2La somme qui figure au bas du dernier tableau donne une idée des montants reçus entre 1938 et 1960. Elle est importante : 15,3 milliards en dollars courants, des dollars à 35 $ l’once d’or. On estime les 13 milliards $ de l’aide Marshall à l’Europe (1948-1951) à environ 60 milliards de dollars actuels. Ce qui donne une idée de ce que représentent les 15,3 milliards $ dont la France a bénéficié. Mais l’important est d’apprécier la nature de l’aide. Était-il plus important de recevoir une aide économique qu’une aide militaire ? d’avoir accès au marché américain quitte à payer les marchandises que de recevoir une aide gratuite ? d’obtenir une aide budgétaire plutôt qu’une aide en commandes offshore commerciales ? Une remarque s’impose tout d’abord. Les formes de l’aide furent complexes et variées : accès au marché américain quand l’offre était rare : avions en 1938-1940, matières premières et machines au temps de l’ERP, prêts (1945-1947) ; dons liés (surplus agricoles) ; transferts de connaissance et de technologies (aides techniques) ; accès impossible aux produits américains autrement que par une aide économique ou politique : dons de matériels militaires au temps du prêt-bail et à partir de 1950. Elles dépendaient du bon plaisir du Congrès américain et de l’état des relations internationales : la fin brutale du prêt-bail en est un bon exemple, comme le passage brutal de l’aide ERP à l’aide militaire et au réarmement en 1950-1951. L’aide américaine a été exprimée en dollars, mais elle a pris la forme de produits finis de haute technologie avec les avions de 1940, les machines et les équipements après 1945. Elle a consisté aussi en produits bruts : matières premières, énergie avec le plan Marshall, en produits agricoles après 1945 et en surplus agricoles de 1955 à 1958 ; L’aide a été surtout faite de matériels militaires communs, voire de matériels d’occasion durant la période du prêt-bail et celle du réarmement et de la guerre d’Indochine. L’aide sous forme de paiements en dollars, librement utilisables, a été très rare. Au temps des prêts (1945-1947), les dollars étaient plus libres. L’aide américaine a été donnée aussi sous la forme de francs français. L’aide était rarement gratuite et générait, pour l’utilisateur ou le bénéficiaire, des paiements en francs de contrevaleur au temps du plan Marshall ou de l’aide en surplus agricoles. L’aide gratuite a été l’aide à la guerre avec prêt-bail et les end items en faveur des divisions françaises de l’OTAN ou de la guerre d’Indochine. Les Français ont perdu progressivement la libre utilisation des francs de contre-valeur pour des raisons politiques. Le Congrès avait décidé d’en faire une arme politique de la lutte anticommuniste et de la bonne gouvernance française.

3L’appréciation de la pertinence de l’aide varie selon les points de vue. Il y a le point de vue français, le point de vue américain et le point de vue de l’OECE. Nous nous sommes placés essentiellement du point de vue français. Mais il y a plusieurs points de vue français. Les consommateurs n’ont sans doute pas vu grand-chose de l’aide américaine. Peu leur importait que les locomotives fussent américaines pourvu que les trains circulent, que le blé fut américain pourvu qu’il y eût du pain. Néanmoins, les importations sous ERP ont amélioré grandement la fluidité du marché français et levé des pénuries alimentaires ou énergétiques. Les industriels ont profité de l’aide américaine sous forme de matières premières et surtout de machines neuves. La modernisation de l’appareil de production économique français a été faite, en partie, avec l’aide américaine : transports rénovés, sidérurgie transformée, industries mécaniques développées avec des machines américaines ou européennes payées avec l’aide ERP, machines spéciales pour le réarmement fournies en aide militaire. Les agriculteurs français ont bénéficié aussi de cette aide : semences, tracteurs. Tous les agents économiques ont profité de l’ouverture des marchés facilitée par le plan Marshall. La libération des échanges en Europe et les facilités de convertibilité organisées dans l’UEP sont les produits directs de l’aide américaine élaborés à l’OECE. Les militaires français ont été les grands bénéficiaires, au final, de toutes les formes d’aide. Les aviateurs en 1938-1940 furent les premiers bénéficiaires. L’armée d’Afrique du Nord a été mécanisée en 1943 sous la loi prêt-bail et pour prendre un exemple célèbre, Antoine de Saint-Exupéry a pu voler grâce à l’aide américaine. L’armée de terre et l’infanterie ont profité de l’aide en end-items pour la guerre d’Indochine. L’aide américaine a favorisé la recherche-développement sur des produits de haute technologie militaire (missiles). Les gouvernements français ont gagné à l’aide américaine des avantages certains. Outre des avantages fondamentaux pour l’équilibre de la balance des paiements, l’aide leur a permis de conduire la politique qu’ils désiraient : faire la guerre dans de bonnes conditions, croyaient-ils, avec les avions de 1938-1940, reprendre le combat du côté des Nations unies en 1942, retrouver grandeur et influence avec l’aide ERP, se maintenir en Indochine avec l’aide en end-items. L’aide américaine a été au service de la politique gouvernementale française.

4Quelle a été l’efficacité de l’aide par rapport aux intentions ? L’accès aux avions américains en 1938-1940 n’a pas renversé le cours de la guerre : trop tard et trop peu nombreux. Mais les contrats français, cédés le 17 juin aux Anglais, ont traduit la solidarité franco-britannique à un moment crucial des combats dont peu se souviennent, sans doute en raison du secret de l’acte et des circonstances dramatiques dans lesquelles le pays se trouvait. L’attaque de la flotte française à Mers el-Kébir a forcément assombri cette marque de solidarité. Ces contrats ont contribué au rééquipement de la Royal Air Force après la bataille d’Angleterre. Le réarmement et le ravitaillement de l’armée d’Afrique et des populations d’Afrique du Nord ont remis la France dans la bataille avec efficacité ; c’était son intérêt politique à long terme. En revanche les prêts de l’après-guerre n’ont pas permis de lever les contraintes de la reconstruction. L’aide Marshall a fourni un traitement de fond aux problèmes économiques en supprimant largement les goulets d’étranglement matériels et en procurant au budget des ressources en francs pour la modernisation voulue par les gouvernements et la société française. Il est heureux que la guerre de Corée ne se soit pas déclenchée un an plus tôt, car le passage à l’aide militaire eut été accéléré et les commandes de biens d’équipements n’auraient probablement pas été possibles, alors qu’elles ont été réalisées au cours de la deuxième année de l’aide. Le gouvernement américain a permis au gouvernement français de continuer la guerre d’Indochine par une aide militaire abondante à partir de 1950. L’aide n’a pas permis de gagner la bataille. L’aide en offshore, profitable aux opérateurs industriels de l’armement (privés et État), a eu un rôle social en maintenant les usines en marche. Mais il a fallu beaucoup de détermination et des crises pour affecter cette aide, au moins en partie, aux industries d’armements les plus modernes comme la fabrication des avions de combat ou les missiles. Les États-Unis n’entendaient pas financer l’indépendance militaire de la France, pas plus que sa présence coloniale. L’aide américaine, dès le temps du prêt-bail et au temps des aides économique et de soutien-défense, a été une aide mondiale dans la mesure où les TOM français et anglais en ont bénéficié. Sauf avec le point IV, l’aide américaine a visé très précisément à développer les ressources qui pouvaient servir l’économie américaine (stock-piling, investissements) et les intérêts politiques américains (Tunisie et Maroc, Indochine).

5Les aides américaines ont modifié les manières de vivre et de penser des Français. On ne peut pas les voir comme de simples techniques financières ou de développement économique. L’objectif américain de développement d’un modèle de société adaptable partout, d’un prêt-à-porter social était une réalité. L’Amérique signifiait désormais l’abondance, la puissance, l’innovation. Ces modèles fascinaient les Français. La vie française parut brutalement bien triste et terne. La dévalorisation des pratiques politiques, économiques, fiscales françaises, voire plus globalement la dévalorisation des manières de faire françaises ont été atteintes : les Français sont déclarés inciviques, les responsables politiques français ne savent pas gouverner, les finances sont mal gérées, les contribuables ne payent pas leurs impôts, les agriculteurs sont attardés, les habitudes alimentaires ou culturelles, sauf de belles exceptions réservées au plaisir des rares vrais connaisseurs américains, des esthètes ou des passéistes, sont obsolètes : les fromages et les vins français, sauf le très international « Champaigne », n’ont pas les qualités hygiéniques requises pour un consommateur éclairé, le cinéma français n’est pas populaire ni universel, à la différence de Walt Disney et des superproductions hollywoodiennes. Les logements sont inconfortables, voire sales. La France laïque et déchristianisée est suspecte aux yeux des Américains. Comment être honnête sans Dieu ? Il n’est pas étonnant d ‘y voir prospérer les communistes. Les querelles de voisinage entre Français et Allemands n’ont plus de sens, ce qui signifie que l’histoire de la France n’est plus intelligible. L’image de la France que les États-Unis renvoyaient était celle d’un peuple fatigué, dépassé, d’un pays étriqué, adonné à des querelles subalternes ou à des combats d’un autre temps dans les colonies. Le lecteur a vu que l’aide américaine avait pour but de façonner une France acceptable pour les États-Unis, une France de la bonne gouvernance, une France de la liberté, où les idées communistes, mais aussi progressistes s’effaceraient devant un consensus démocratique basique de convenance. Il est difficile de discerner ce qui vient de l’aide américaine ou du leadership américain en général dans la société française des années soixante. La vie matérielle française a été transformée par la consommation de masse favorisée par les aides américaines. La vie spirituelle et culturelle, le tempo intellectuel ont été nécessairement marqués par cette irruption de la nécessité d’être aidé, ne serait-ce que par le tropisme linguistique de l’anglais américanisé, la vogue du libéralisme économique, les tensions de l’affrontement Est-Ouest. Bref ! la modernité, autrement dit la conception du moderne, du neuf, du progrès, était américaine pour la masse de la population. Cette puissance américaine sans limite et sans pudeur indisposa tout d’abord, derrière la reconnaissance objective de l’apport matériel et financier des États-Unis, puis vint l’inquiétude d’une domination sans partage ; enfin avec les années soixante-dix, après les années du gaullisme sourcilleux d’authenticité française, la jeunesse française s’américanisa, non pour s’encanailler ou se distinguer, mais pour se fondre dans une mondialisation culturelle irrésistible : le Levi’s et le Coca-Cola associés au Rockn’Roll s’installèrent au coeur des belles provinces françaises, la petite bourgeoise se prit pour Marylin tandis que les garçons faisaient leur James Dean en s’efforçant de séduire les filles dans des Deux-Chevaux poussives en rêvant aux belles Pontiac. L’étudiant en commerce faisait un stage aux États-Unis et les cours privés de langues, de langue anglaise du moins, gagnaient de l’argent. Une société de consommation, ouverte sur le monde, développait ses séductions, ses illusions et ses bienfaits. Le néocapitalisme, « made in USA », adapté par les techno-politiciens français s’installa pour longtemps.

6L’histoire des aides américaines à la France de 1938 à 1960 conduit l’historien à enregistrer le phénomène du déclin de la France dans les relations internationales. Pour la première fois de son histoire, la France avait eu besoin d’une aide massive pour assurer sa survie et son avenir, – l’Europe aussi, maigre consolation ! – La défaite de juin 1940 avait entraîné le pays dans une spirale de dépendances extérieures : politique de collaboration avec Vichy et appel aux alliés pour la France combattante. Certes, le parallèle est douteux. La collaboration a été une dépendance recherchée pour une influence illusoire. La dépendance américaine de la France combattante a été une dépendance consentie pour retrouver liberté et grandeur. Mais étaitil possible d’instrumentaliser la dépendance pour en faire le moyen du relèvement et de l’indépendance ? Tous les comportements des gouvernements français allaient dans le sens d’une dépendance provisoire. En 1960, quand les derniers feux des aides américaines s’éteignirent, la France avait-elle retrouvé grâce aux aides américaines sa place et son influence dans le monde ? Des premières aides américaines du temps de guerre, il restait le souvenir d’une période difficile, mais aussi la satisfaction d’avoir repris le combat du bon côté. Pourtant cette satisfaction était tempérée par la quasi mise sous tutelle du GPRF : monnaie de débarquement non négociée, stratégie alliée imposée à la France, paiements des aides civiles, refus du prêt-bail à la métropole avant février 1945, menace d’AMGOT, refus d’augmenter la puissance militaire française. En 1958 l’aide Marshall était bien loin, mais elle avait participé à la modernisation du pays, à l’augmentation du niveau de vie, à l’ouverture commerciale du pays, au maintien d’une société de liberté et surtout à la paix en Europe. En revanche l’aide militaire, si abondante, n’avait pas donné le résultat attendu par les deux parties. De plus les Français s’accrochaient toujours à une aide militaire américaine pour faire des politiques désagréables aux États-Unis, que ce soit pour valoriser au moindre coût les ambitions industrielles françaises dans l’armement ou pour maintenir l’ordre colonial en Algérie. Les Français, plus que d’autres pays, ont eu l’illusion que les aides américaines n’étaient qu’un moment désagréable avant de retrouver la puissance. De Gaulle a entretenu l’illusion. Or l’histoire montre que la France seule, ou même avec l’Angleterre, ne pouvait plus rien ; Suez était une impasse, car c’était sans compter sur la profonde mutation induite par l’effondrement mondial de l’Europe et la montée corrélative des États-Unis et de l’URSS dans les années trente. Les aides américaines ont facilité le succès des objectifs fabuleux de régénération de la France : croissance démographique et croissance économique, modernisation industrielle et agricole, concurrence et ouverture sur l’Europe. Elles ont montré surtout qu’un camp occidental s’organisait dans lequel la France avait une place désormais octroyée par le leader américain. La dépendance bilatérale se transformait en interdépendance atlantique, à moins que la prise de conscience de la crise européenne ne précipite la création d’une puissance européenne unifiée.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable