Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les aides américaines économiques et militaires à la France, 1938-1960

 | 
Gérard Bossuat

Document annexe 11. Note sur l’éventualité d’une aide américaine, 16 avril 1957

Texte intégral

1Sources : archives Paul Ramadier, 52 J 116, Archives départementales de l’Aveyron, Note de Pierre Nacivet, administrateur civil au Secrétariat Général du Comité Interministériel pour les Questions de Coopération Économique Européenne

2PN/MV, n° 364, Secret, Présidence du Conseil, CIQCEE, SG, 16 avril 1957

NOTE SUR L’ÉVENTUALITÉ D’UNE AIDE AMÉRICAINE

3Les présentes difficultés financières conduisent à étudier l’éventualité d’une aide extérieure.

4En dehors des crédits qu’il pourrait être envisagé d’obtenir encore de l’UEP ou directement de certains pays européens, il semble qu’un appui de l’ordre de grandeur de celui qui serait nécessaire pour faire face à la situation actuelle, ne puisse guère être attendu que d’un concours américain, soit direct, dans le cadre de la loi d’aide ou par le truchement de l’Eximbank, soit indirect par l’intermédiaire d’organismes internationaux, tels que le FMI, la Banque mondiale ou la CECA.

5Les perspectives à cet égard, sont peu encourageantes. Sur certaines ouvertures faites par de hautes personnalités américaines et notamment par le vice-président Nixon, notre Ambassadeur fut chargé en décembre dernier d’explorer les intentions de nos partenaires, faisant état des conséquences d’un mauvais hiver, des événements d’Afrique du Nord et de la crise de Suez, M. Alphand s’enquit des conditions dans lesquelles un concours américain pourrait éventuellement nous permettre de franchir cette période difficile.

6Prenant soin de souligner que la France n’entendait pas revenir à des procédures d’aide jugées périmées, il envisageait trois moyens :

7Par l’intermédiaire de l’Eximbank, le financement de certaines importations et spécialement, des achats de pétrole et de charbon entraînés par la crise de Suez ;

8Des opérations triangulaires,

9Des commandes offshore

10Il y a lieu à cet égard de noter que, compte-tenu du volume possible de nos importations de pétroles, de charbon et de surplus agricoles en 1957, l’aide portant sur ces achats n’aurait guère pu fournir pour la présente année que 120 à 150 millions $ environ. Dans le cadre de ces propositions, le complément jugé nécessaire aurait donc dû provenir de commandes offshore.

11Il nous fut répondu que l’Eximbank ne pouvait par principe financer des importations de produits de base tels que le pétrole ou le charbon, que des opérations triangulaires étaient possibles mais ne pourraient atteindre des montants importants en raison des difficultés de leur mise en oeuvre, qu’enfin la perspective de commandes offshore pour une valeur appréciable devait être écartée.

12En tout état de cause, avant de s’engager à nouveau dans la voie d’une aide à la France, même intérimaire, nos partenaires désiraient connaître les mesures que le gouvernement français était résolu à prendre pour redresser une situation structurelle que la crise de Suez avait seulement aggravée.

13Dans le même temps, mais indépendamment des démarches de notre ambassadeur, le ministre de la Défense nationale, à l’occasion de la session interministérielle de l’OTAN, faisait remettre à Mr. Wilson, Secrétaire américain de la Défense, un mémorandum, à titre de document de travail, sur l’aide militaire, que la France souhaitait recevoir pour renforcer l’efficacité des Forces de l’OTAN. En dehors de certains échanges techniques, il s’agissait essentiellement d’une livraison de matériels ou de pièces de rechange pour une valeur d’environ 150 millions de dollars et de commandes offshore d’un montant indéterminé pour la fabrication de matériels destinés aux forces françaises de l’OTAN.

14Les services américains ayant demandé des précisions complémentaires, la réponse qui leur fut remise au début de février marquait une évolution sensible par rapport au document initial. Entre temps en effet, des échanges de vues avaient eu lieu entre experts américains et français sur le contenu d’une déclaration faute par Mr Wilson au Palais de Chaillot, d’après laquelle les Américains, pour permettre aux pays de l’Alliance de s’adapter aux exigences de la stratégie nouvelle, se déclaraient prêts à aider les pays industrialisés de l’OTAN dans la fabrication et l’emploi de certaines armes nouvelles. De plus, les services de la rue Saint-Dominique avaient pu étudier et supputer les conséquences d’une réduction des crédits militaires.

15Le programme proposé comportait donc des livraisons de matériels pour un montant difficile à évaluer, mais de l’ordre de grandeur de plusieurs centaines de millions de dollars et de commandes offshore pour un montant de plus de 500 millions de dollars pour une première tranche et de près de 200 millions de dollars dans une deuxième tranche. Il était précisé que ce programme était donné à titre indicatif et que son exécution devrait s’étendre sur plusieurs années.

16Accueillie avec intérêt par les experts militaires, mais avec une réserve très marquée par les milieux de l’Ambassade qui la jugeaient excessive, cette demande fut transmise à Washington.

17Dans la réponse parvenue récemment, il nous fut indiqué :

18Que des livraisons de matériels à titre gratuit ne pouvaient être envisagées pour un montant aussi élevé, que ces livraisons iraient d’ailleurs en diminuant, et qu’en tout état de cause elles ne pouvaient être faites que pour les besoins exclusifs des forces OTAN, nos partenaires ayant même jugé opportun de souligner dans le mémorandum remis par leur ambassade, qu’ils devraient éviter que leur aide directement ou indirectement puisse être utilisée pour les besoins des opérations en Afrique du Nord.

19Qu’ils ne pourraient davantage envisager un tel programme offshore, leur intention à cet égard étant de réduire très sensiblement le montant des commandes passées à l’Europe.

20En revanche les Américains se déclaraient prêts à nous livrer comme d’ailleurs à d’autres pays, certains matériels très évolués dans le cadre de l’aide gratuite, à nous fournir par la voie commerciale des armes ou des pièces de rechange, et à prendre en considération les difficultés de tous ordres, y compris d’ordre économique ou financier que la France pourrait avoir dans la réorganisation future de ses forces OTAN.

21Enfin tout récemment, l’Ambassade des États-Unis vient de faire connaître que devant la réduction massive des programmes offshore prévue pour 1956/1957 – 10 millions de dollars environ pour l’Europe – il ne paraissait pas possible de passer cette année des commandes à la France.

22Dans l’ensemble, les chances d’obtenir un concours américain dans les circonstances présentes apparaissent faibles ; sans doute les Américains suivent-ils attentivement les développements d’une crise sur laquelle ils ont dès maintenant les éléments essentiels d’information.

23Sur le plan militaire, leurs experts s’inquiètent des conséquences possibles de nos difficultés financières et des opérations d’Afrique du Nord sur la réorganisation de nos forces dans l’OTAN. Cette inquiétude ressort actuellement de l’étude approfondie qu’ils ont faite de la demande formulée par le ministre de la Défense nationale, des questionnaires transmis récemment par leur Ambassade sur notre effort de Défense, du fait que le Chargé d’Affaire en réponse au mémorandum de M. Bourgès-Maunoury ait indiqué que son gouvernement restait attentif à nos difficultés, sans en exclure les problèmes économiques et financiers, et des conversations à l’échelon des états-majors ou de l’Ambassade. En raison de la position centrale qu’elle occupe dans le dispositif et de son importance politique au sein de l’Alliance, la France constitue un atout majeur dans le jeu atlantique et tout risque de défaillance de sa part, venant après les mesures prises récemment par les Britanniques et auxquelles les Américains ont répondu de la façon que l’on sait, serait certainement étudié très attentivement par Washington. A cet égard, les réactions du Pentagone peuvent contribuer à atténuer les réserves manifestées par le département d’État et celui du trésor.

24Sur le plan économique et politique, la position de nos partenaires est nettement réticente. Sans doute Mr Jefferson Caffery, au retour d’une mission en Europe occidentale, a-t-il dépeint la France comme le pays le plus gravement atteint par la Crise de Suez. Sans doute aussi, la promotion de Mr. Dillon au poste de sous-secrétaire d’État Adjoint, peut-elle permettre d’escompter une meilleure compréhension. Sans doute également, les Américains pourraient-ils s’inquiéter de difficultés qui pourraient compromettre la libération des échanges et le départ de la construction européenne. Mais même pour les personnalités les plus sympathiques à notre cause et les mieux infirmées, il serait difficile, sinon impossible de faire admettre par le Congrès qu’un nouvel effort doit être demandé au contribuable américain en faveur de la France, si celle-ci n’était pas en mesure de faire état d’un plan de redressement qu’elle serait résolue à appliquer.

25Tout concours américain d’une ampleur suffisante pour pallier, en partie du moins, nos difficultés parait ainsi subordonné à la solution préalable de deux problèmes, dont l’un – notre situation en Afrique du Nord – est plus spécialement politique, mais conditionne largement la solution de l’autre – le problème économique.

26Il ne dépend pas de la France seule que le problème algérien soit réglé, et d’ailleurs les difficultés présentes ne peuvent permettre d’attendre la fin du conflit. En tout état de cause, il paraît peu douteux que si un concours américain devait être demandé, il ne pourrait être fait abstraction du problème algérien pour lequel une présentation opportune devrait être recherchée.

27Quant au plan de redressement, pour être favorablement par nos partenaires, il devrait – semble-t-il – répondre aux conditions suivantes :

28Manifester clairement la volonté de la France de remédier au mal fondamental de son économie, le déséquilibre de nos échanges extérieurs et comporter des moyens adaptés à l’ordre de grandeur des difficultés à résoudre : réduction des importations, mesures énergiques tendant à réduire les dépenses publiques et privées par des économies budgétaires, des impôts et la restriction du crédit :

29Faire apparaître que l’application de ce plan est de nature à rétablir dans un délai raisonnable une situation supportable pour l’économie française.

30Justifier ainsi la nécessité d’une aide intérimaire.

31Sur l’importance et les opportunités de cette aide, il paraît difficile de faire dès maintenant des pronostics ; la loi d’aide est en voie de remaniement ; le programme pour 1957-1958 est dès maintenant établi et aucun crédit n’est prévu pour la France ; en dehors de la loi d’aide proprement dite, il n’existe d’autres procédures, telles que celles de l’Eximbank et la réglementation des ventes de surplus agricoles. Enfin, un concours américain est possible pour l’octroi de crédits par l’intermédiaire du Fonds monétaire international ou de la Banque mondiale.

32Cependant, dans le cadre des procédures qui dépendent directement du Gouvernement américain, il serait peu réaliste d’escompter une aide supérieure à 300 millions de dollars, cette évaluation étant donnée sous toutes les réserves formulées dans le corps de cette note.

33Les modalités de cette aide, en dehors des procédures classiques (offshore – opérations triangulaires – cessions de matériels militaires à titre gratuit), seraient sans doute à préciser au cours de la négociation avec nos partenaires.

34En tout état de cause, cette négociation, si le principe en était retenu, serait difficile et longue.

35P.N.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540