Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les aides américaines économiques et militaires à la France, 1938-1960

 | 
Gérard Bossuat

Chapitre XI. Fin et bilan

Texte intégral

  • 1 . Irwin Wall, France, America and the Algerian War, 1954-1962, à paraître New-York 2000.

1La fin de la grande période de l’aide américaine à la France a coïncidé avec la fin de la guerre d’Indochine. Il n’était pas question que les États- Unis jouent un rôle identique dans la guerre d’Algérie qui venait de commencer1. La menace communiste s’estompait, ou du moins n’était plus aussi pressante, tant en Europe que dans les pays décolonisés. Il est vrai aussi que les États-Unis pensaient avoir à leur disposition le feu nucléaire qui semblait-il, créait l’équilibre stratégique indispensable à la sécurité du monde libre. Une aide à la France ne pouvait donc être envisagée comme au temps de l’endiguement. Seule la complaisance envers des gouvernements fidèles pouvait encore guider la main américaine. Or l’époque de Mendès France et celle de Guy Mollet ne portaient pas l’administration Eisenhower aux complaisances envers la France. Le crime du 30 août 1954, autrement dit le rejet de la CED, était venu ternir encore plus l’image de perdante de la France. L’intérêt toujours vif des gouvernements français pour la partie orientale de l’Europe, l’espoir de contribuer à la libéralisation des régimes communistes par les vertus du commerce poussaient Guy Mollet ou Mendès France à définir une politique orientale qui déplaisait aux États-Unis. Quand celui-ci, un atlantiste et un européen convaincu, demanda une nouvelle aide aux États-Unis, le refus poli de l’administration américaine le rappela aux réalités. Ceci dit, l’intérêt des pages qui suivent est de faire connaître les formes nouvelles d’assistances américaines à la France sous forme de surplus agricoles dont la contre-valeur devint une aide américaine au Viêtnam, puis de comprendre le vide relatif de l’aide américaine des années 1956-1957. Monnet, l’homme de la première et de la dernière aide, sut obtenir une assistance américaine et internationale au temps du gouvernement Gaillard en janvier 1958. La France bénéficia encore d’une aide limitée pour l’étude et la production d’armements spéciaux qui fut poursuivie par le général de Gaulle à son retour au pouvoir. Le lecteur est invité enfin à prendre une vue d’ensemble du bilan d’une aide américaine à la France de 20 ans et de plus de 10 milliards de dollars.

Les surplus agricoles (mars 1954-avril 1955)

  • 2 . F 60 ter 451, M. Pérouse, FA Washington. 8 septembre 1954 à M. le ministre des Finances, aide amé (...)
  • 3 . F 60 ter 443, Note du SGCI, 16 novembre 1953, application à la France de la section 550 de la loi (...)
  • 4 . CE 90, OW 23 décembre 1953, note pour l’ambassadeur SG, « a/s aide économique américaine ».
  • 5 . CE 06, Bonnet, 8 janvier 1954, 12 h 45 22 h 45 171-172 ; CE 90 note 16 novembre 1953, SGCI à MAE, (...)
  • 6 . B 44169, c. r. du Conseil des ministres, 30 novembre 1953, 14 h 30, Bidault, Faure. Lafay, Even, (...)
  • 7 . CE 63, AF 170, M. P, 22 février 1954 à DE, « Surplus agricoles américains ».
  • 8 . F 60 ter 443 ; F60 SGCI 6, « Note sur l’emploi de francs de contre-valeur détenus par les Etats-U (...)

2A partir de 1954 l’aide américaine eut tendance à prendre la forme d’importations de surplus agricoles américains donnant lieu à contre-valeur. « Le Congrès et le gouvernement des États-Unis tendent à généraliser la procédure suivant laquelle l’octroi de l’aide est lié à la réalisation d’importations de surplus agricoles. Ce système, dans lequel les bénéficiaires de l’aide perdent la libre disposition des crédits en dollars qui leur sont affectés, doit fonctionner pour 500 millions S de dons et 700 millions $ de ventes à des pays étrangers contre monnaies locales2 », écrivait l’attaché financier à Washington en septembre 1954. Les francs générés par cette aide servaient à des opérations décidées par avance et n’étaient pas, comme la contre-valeur de l’aide Marshall, affectés a priori aux investissements de modernisation prévus par le Commissariat du Plan. Le Congrès américain réussit enfin à intégrer dans la panoplie de l’aide à l’étranger les surplus agricoles. Au titre de la section 550 de la loi MSA de 1953-1954, (amendement Mac Lellan), la France pouvait recevoir une aide en surplus agricoles : 15,8 millions $ avaient été prévus (viande, céréales, lait, oléagineux, coton). L’amendement Mac Lellan visait à écouler les surplus agricoles américains et à détourner les pays d’Europe occidentale de leur commerce avec l’Est3. Toutefois la nature des produits importés ne gênait pas vraiment les flux commerciaux traditionnels vers la France : coton, soja et lin, tabac du Kentucky. Néanmoins ces dispositions inquiétèrent les producteurs français et le Quai d’Orsay. La France était devenue exportatrice de produits agricoles. Or inonder l’Europe de surplus agricoles américains perturbait les courants d’échanges intereuropéens et risquait de retarder les tentatives d’unification économique de l’Europe4. Les Américains liaient cette aide à l’approbation des projets de développement économique des territoires français. En effet les États-Unis avaient imposé une affectation autoritaire de la contre-valeur : 10,8 millions $ u.c. au paiement d’OSP, 4,9 millions $ u.c. aux TOM5. Là encore l’aide était liée étroitement aux choix américains de développement d’un pays étranger. Le Conseil des ministres accepta cette forme d’aide, conscient qu’elle nuirait au commerce entre l’Indochine et la France6. Mais l’ambassade de Washington indiquait qu’elle allait se développer7. Un accord fut signé en mars 19548. Ces dons se poursuivirent l’année suivante.

  • 9 . CE 4, DGAEF 30 avril 1955 à Washington ; DGAEF, CE, 7 février 1955, « Import de coton américain, (...)
  • 10 . F 60 ter 452. Fiche sur les importations de surplus américains en 1955-1956.
  • 11 . F 60 ter 457, SGCI, PJ 334, 12 juin 1959, « note pour le Président, utilisation du solde de la CV (...)
  • 12 . DE-CE 331, SGCI, 792, 19 juillet 1956, « État des négociations en cours avec les autorités améric (...)
  • 13 . Crédit National, note sd postérieure à 1956, sur l’affectation de la CV en francs de l’aide écono (...)

3En 1955 au titre de la section 402 de la loi d’aide (importations normales de produits agricoles), des accords franco-américains ( 11 février 1955 et 17 mars 1955) réglèrent l’importation de coton pour 50 millions $. La contre-valeur fut donnée au Viêtnam comme aide américaine. Avec ces francs le Viêtnam achetait des marchandises françaises9. Après des hésitations sur le fait que les produits textiles américains envahissaient les États Associés, le SGCI conseilla d’accepter car l’accord permettait de maintenir des courants d’échanges entre la France et le Viêtnam. En 1956 une aide coton de 30 millions $ suivit. L’accord le plus important résulta des négociations entre Douglas Dillon ambassadeur américain en France et Pierre Pflimlin, ministre de l’Agriculture. L’accord du 29 avril 1955 offrait une aide au Corps Expéditionnaire Français (CEF) pour 100 millions $, formée de 40 millions $ u.c. en francs français provenant de la contre-valeur de surplus agricoles américains (section 402 de la loi de Sécurité mutuelle, surplus agricoles). Ces produits agricoles américains (maïs et soja) furent importés entre le 1er avril 1955 et le 31 mars 195610. Le solde venait des disponibilités de la contre-valeur ERP et éventuellement de dollars libres11. Cet accord fonctionna correctement, y compris après le retrait français d’Indochine12. En 1957, 21,9 millions $ libres ont été versés au Trésor français à ce titre. La contre-valeur « constituera l’un des éléments de la participation américaine au financement des dépenses du Corps Expéditionnaire Français en Indochine » expliquait-on au Crédit National, titulaire du compte de contre-valeur13.

  • 14 . F 60 ter 453, PN, n° 1347, « note pour le ministre, importations de charbon américain ». 1955.
  • 15 . F 60 ter 453, DGAEF, 23 août 1955, « a/s importations de charbon américain ».
  • 16 . F 60 ter 453, 28 avril 1955, n° 557, J. Donnedieu de Vabres à Timmons, director FOA to France.
  • 17 . F 6 0 ter 372, PN, I9 mars 1955, n° 385, à BEL Timmons, réf. d’une lettre de Delouvrier du 26 mar (...)

4La loi américaine 480 de 1954-1955 incitait les Européens à importer des produits agricoles en sus des importations ordinaires. Les Français étaient réticents. Ils acceptèrent du tabac. Les États-Unis tentaient aussi en novembre 1954 de se défaire de 10 millions tonnes de charbon. Le SGCI conseilla d’accepter, car dit-il, la demande présente l’avantage « de répondre à un désir de la FOA14 ». Les services manifestèrent un grand intérêt pour ce coke américain15. Ils avaient acheté du charbon le 2 novembre 1954 et le 28 avril 1955 pour un total de 130 000 tonnes (charbon à coke)16. La contre-valeur fut affectée à l’achat de produits français par des pays tiers dépourvus de cette devise : Inde, Pakistan, Corée (rayonne), Iran (engrais phosphatés et des pneus), Turquie (pneus), Espagne (traverses), Israël (bois coloniaux). Les aides américaines prenaient désormais un tour curieux. De moindre ampleur qu’au temps de l’aide Marshall et de l’aide militaire OTAN et Indochine, elles étaient faites, pour une part, de francs de la contre-valeur accumulée antérieurement. Ainsi 10 millions $ u.c. en francs de contre-valeur correspondant à des importations de surplus agricoles servirent à payer une partie des commandes OSP du gouvernement américain en 195517. Elles visaient à la fois à faire marcher l’économie française et à se délester des surplus agricoles américains.

  • 18 . F 60, SGCI 15, 771476/76 = 752527, Jacques Michel, note, 26 janvier 1955, service des commandes a (...)
  • 19 . DDF, 1954, 1, n° 318, note de la DAEF, problèmes des commandes offshore, 5 novembre 1954.

5Ces années permirent aussi de poursuivre les commandes offshore précédentes. Des retards avaient été relevés par les autorités américaines. D’après un bilan portant sur 2 ans, de 1953 à 1956, établi par l’Ordnance Procurement Center (OPC) de Paris, les retards étaient de 5 à 1 mois. Il y eut menace de résiliation de contrats mais la situation s’était améliorée en novembre 195418. La négociation porta sur un allongement des délais de fabrication contre une baisse des prix. Les raisons des réticences américaines à passer de nouveaux accords s’expliquaient par la CED et l’amendement Richards qui stipulait que 50 % des livraisons militaires américaines devaient aller à la CED. Les Américains ont fait du zèle en appliquant l’amendement Richard à toute l’aide militaire américaine alors qu’il ne s’appliquait qu’au PAM (Programme d’Aide Militaire). L’accélération des livraisons offshore en novembre du côté français s’expliquait par le fait que cela pourrait bien disposer les Américains en vue d’un nouveau train de commandes pour 1954-195519.

Les Américains prennent leurs distances en 1956-1957

  • 20 . Crédit National, J. Mayoux, 7 mars 1959, liquidation du solde de la contre-valeur de l’aide Marsh (...)
  • 21 . F 60 ter 455, 29 décembre 1956, « a/s rapport de la commission des AE de la chambre des représent (...)

6En mai 1957, puis en mars 1959, les États-Unis ont demandé la liquidation des comptes de contre-valeur de l’aide. Ils indiquaient donc que le temps de l’aide Marshall comme de l’aide de soutien défense était terminé20. Les conditions de l’aide américaine avaient en effet radicalement changé. Les États-Unis voulaient contrer la menace soviétique en Afrique et en Asie sur des terrains abandonnés par les Européens du fait des décolonisations. Ils désiraient conduire habilement vers l’Ouest les peuples qui n’avaient pas encore choisi leur camp ; l’aide était le moyen de les entraîner du bon côté21. L’Europe ne devrait donc plus bénéficier de l’aide américaine. Les États-Unis avaient le double sentiment que l’Europe était restaurée et que la France, puissance en guerre de décolonisation, pouvait les gêner aux yeux de ces peuples. Donc la France n’était plus nommée dans les lois d’aide américaines à partir de 1955. Les États-Unis se souciaient d’aider l’Indochine ou des zones chaudes, - et de faciliter l’écoulement des surplus -. Mais ils ne se préoccupaient plus de l’équilibre de la balance des paiements d’un pays comme la France.

Les Américains refusent une aide au socialiste Guy Mollet

  • 22 . F 60 ter 454, 1 avril 1956. Note Wormser de la DAEF « a/s situation économique et financière et a (...)
  • 23 . B 44 170, « Aide mémoire remis au département d’État, 22 juin 1956 ».

7La crise de Suez, qui avait conduit à une raréfaction du pétrole, était l’occasion de reprendre l’aide à l’Europe et à la France. Le plan élaboré par 15 compagnies américaines, le Middle East Emergency Council, avait pu satisfaire 80 % des besoins européens, mais la manière de payer le pétrole américain envoyé en Europe n’était pas réglée. Le gouvernement de Guy Mollet avait d’ailleurs demandé en juin 1956, donc avant la crise de Suez, une aide alimentaire en raison des gelées qui avaient détruit l’ensemencement en blé. Il y avait risque de déficit de 2,5 millions de tonnes de blé. Les Français songeaient donc à utiliser la loi 480, pour importer 60 millions $ de céréales. Mais les importations réalisées sous cette loi devaient correspondre à des achats supplémentaires de blé. Le gouvernement annonça donc des achats de 150 000 tonnes de blé en Australie, Canada, Turquie, Argentine22. Il avait besoin de 2 millions de tonnes. Il envisagea aussi le financement de blé américain sous la loi de Sécurité mutuelle, section 402. Mais dans les deux cas, ces lois exigeaient des conditions de non réexportation de produits similaires23. Or il était notoire que la France était exportatrice en d’autres années plus favorables.

  • 24 . 1 A 437, « note pour le Président, situation trésorerie au 31 XII 1956, prévisions 1957 ».
  • 25 . 1 A 437, Washington, Alphand, 25 janvier 1957, pour Ramadier.
  • 26 . CE 65, SGCI, P. Nacivet, à DGAEF, n° 792, 19 juillet 1956, « état des négociations en cours avec (...)
  • 27 . CE 65, note pour le Président, PN, n° 825, 26 juillet 1956, « difficultés rencontrées dans la nég (...)
  • 28 . CE 65, 16 août 1956, tel pour l’ambassade de France, Washington.
  • 29 . 52 J 116, J. D. de V., SGCI, 23 mars 1956, n° 343, « note pour le Président, exécution du program (...)
  • 30 . DDF, 1956, 1, « Compte rendu des conversations franco-américaines de Washington des 18 et 19 juin (...)
  • 31 . 52 J 116, M. Pérouse à Sadrin, DFE, 17 janvier 1957, FA 86. « forme possible d’une aide américain (...)
  • 32 . F 60 ter 455, SGCI 16 février 1957, secret, « note sur l’éventualité d’une aide américaine ».
  • 33 . 52 J 116, DAEF, Washington, Alphand, 9 février 1957.
  • 34 . 52 J 116, M. Perouse, 8 février 1957 à M. le ministre des affaires économiques et financières, «  (...)
  • 35 . 52 AJ 116. Ramadier. 5 janvier 1957, n° 7 cd, à Ministre des Affaires étrangères, « a/s propositi (...)
  • 36 . 1 A 437, Ministère des Affaires étrangères, DGAEF, CE, 33 CE, 6 février 1957, au M. des Affaires (...)

8La question de l’aide américaine prit un tour plus grave après Suez. Mais Suez n’était pas la cause première de la demande d’aide. Le besoin d’aide était dû au déficit de la balance des comptes provoqué par une surchauffe de l’économie et par les dépenses de la guerre d’Algérie et aussi à des causes conjoncturelles. Les prévisions faites par Ramadier, ministre des Affaires économiques et des Finances, prévoyaient un déficit extérieur de 1 milliard $ en 1957. Pour régler le solde, l’aide US aurait eu sa part24. La France voulait « un crédit exceptionnel en dollars pour passer un cap difficile résultant de la pénurie de pétrole du Moyen-Orient »25. En janvier 1957, l’ambassadeur aux États-Unis, Hervé Alphand, demanda à Dulles une aide « temporaire qui ne nécessiterait pas de nouvelles délibérations du Congrès ». Dulles fut conciliant, mais resta sceptique sur une aide plus substantielle. Rien n’était possible sans loi spécifique. Dulles exigea aussi, comme le Congrès l’aurait fait, des mesures efficaces de stabilisation de la balance des comptes. Un contentieux franco-américain inopportun réduisit encore la marge de manœuvre française : les États-Unis firent traîner le versement de l’aide OSP de 85 millions $ pour l’armement sous prétexte que « de nombreuses unités OTAN sont actuellement en opération en AFN »26. Ils renâclaient à fournir du blé à un pays qui ordinairement en exportait et qui commerçait avec l’Est européen. Rien n ‘ y fit, pas même une tentative d’intéresser les États-Unis à la mise « en exploitation des ressources minières africaines en manganèse »27. Les États-Unis tergiversaient malgré les promesses de Dillon en août 195628. Ils sanctionnaient la politique algérienne de la France, ses ambitions commerciales tous azimuts, et peut-être la visite de Guy Mollet et de Christian Pineau à Moscou le 15 mai 195629. D’ailleurs, rendant compte à Dulles de sa visite, Pineau avait beaucoup insisté sur l’ouverture commerciale à l’Est tentant de le convaincre qu’il n’était pas de l’intérêt des occidentaux de laisser les Russes souffrir d’une baisse du niveau de vie30. Fin 1956 les États-Unis n’étaient toujours pas disposés à fournir une aide économique à la France. L’ambassade à Paris écrivit en effet qu’il faudrait au contraire pousser les Français à prendre des mesures de redressement économique et leur éviter de repousser les mesures les plus dures avec une aide. Une aide financière créerait un faux sentiment de sécurité. Toutefois, en considération des intérêts américains, l’ambassade conseillait de garder une attitude flexible pour permettre aux Français de recevoir 100 millions $ sous la loi 480. Une aide militaire était en revanche conseillée car elle serait de l’intérêt des États-Unis. Au jour de l’an 1957, le ministre des Finances, Paul Ramadier, savait qu’une démarche auprès des États-Unis ne serait pas couronnée de succès. Ramadier évaluait à 200/300 millions $ le surcroît de dépenses lié à l’échec du Proche-Orient. Il suggérait un crédit stand-by du FMI de 262,5 millions $, après avoir tenté une action auprès des États-Unis. Un dossier de demande de prêt fut remis à Dulles. Les réactions de Washington furent négatives31. L’Eximbank n’entendait pas prêter et Washington ne soutiendrait la France au FMI que si le gouvernement français prenait des mesures de stabilisation. Mais la situation se retourna brusquement. Le vice-président des États-Unis, Richard Nixon, ouvrit des perspectives très favorables d’aide américaine à la France. Sûr de lui, il a pu par ses promesses abuser ses interlocuteurs. Mais le secrétaire au Trésor atténua les déclarations trop optimistes de Nixon32. Il semble clair que le Président, comme le secrétaire d’État étaient d’accord pour offrir une aide à la France que le Congrès n’avait pas prévue et ne désirait pas offrir. Nixon avait été net sur ce point auprès de l’ambassadeur de France. Le refus est technique, dit l’ambassadeur. L’historien le juge politique. Il était lié à l’absence de réformes en France pour assainir les comptes extérieurs. L’aide, dit Alphand, devrait être « le couronnement d’une politique de redressement mais non pas le moyen d’échapper à la nécessité de recourir à celle-ci »33. Cette démarche n’était pas celle du gouvernement, à lire une lettre d’Albert Gazier, ministre des Affaires sociales du 6 février 1957. Les Français se tournèrent vers les organisations internationales : le FMI et la BIRD34. On prit des contacts avec la Chase national Bank et Morgan par Lazard. Il y eut un avis favorable pour 100 millions $ sur 180 jours, à 6,20 %. Ramadier comptait utiliser aussi la procédure de la section 402 de la loi d’aide pour importer du coton, blé et produits de base et sur de nouvelles commandes offshore à. l’industrie française pour l’armée française et allemande35. Ainsi s’expliquait l’insistance du ministre de la Défense nationale, Bourges Maunoury, à demander une nouvelle aide militaire36.

  • 37 . F 60 ter 455, SGPDN, économie de guerre, 23 janvier 1957, « c. r. réunion interministérielle du 1 (...)
  • 38 . 107-52 J 116, Bourgès-Maunoury, 5 février 1957, DN/cab, n° 1667, à ambassade américaine en France (...)
  • 39 . 52 J 116, Bourgès Maunoury à ambassade américaine en France, 5 février 1957, n° 1667, DN/cab/ARM.
  • 40 . F 60 ter 455, lettre de Post du 13 mars 1957.
  • 41 . 52 J 116, P. Nacivet, « Note sur l’éventualité d’une aide américaine », 16 avril 1957.
  • 42 . NSC 9, NSC 5721 September 30 1957 US policy to France, draft, statement of US policy to France.
  • 43 . F 60 SGCI 16. 732229 = 771475/1 et 2, Échange de lettres franco-américaines relatif à l’extension (...)
  • 44 . Note d’information très secret, n° 456 ex. 13/15 sur « l’aide accordée par les États-Unis d’Améri (...)
  • 45 . F 60 SGCI/12. 771476/44 = 752493, SGPDN, 2782. 20 octobre 1955, p. v. de la réunion du 10 octobre (...)

9Le ministre de la Défense formula une demande d’aide militaire gratuite de 150 millions $, un programme d’OSP de 700 millions $ et une « collaboration dans le domaine atomique ». Sur ce programme peu d’informations, sinon qu’il s’agissait d’une réponse à une offre américaine de Wilson pour la fabrication d’engins sans têtes atomiques37. Le ministre avait envoyé le 13 décembre 1956 un mémorandum dans ce sens à Charles Wilson. Les demandes françaises étaient considérables, car à côté des demandes économiques, les militaires venaient de formuler, sans entente préalable, des demandes d’aide gratuite formidables que les « civils » réduisirent à $ 200 millions38. Le ministre de la Défense demandait la fourniture gratuite d’engins blindés légers, de chars, 10 000 camions, des avions F100 D, des engins air-air pour Mystère IV et pour Vautour, ainsi qu’une aide offshore de 725 millions $ pour la fabrication de Mystère IV, de Fouga et de Nord-Atlas, de Bréguet, des avions embarqués et 2 escorteurs39. La demande était énorme, tant en qualité qu’en quantité. Les Américains refusèrent par principe des armes pour mener la lutte en Algérie. Ils refusèrent encore de nouvelles commandes offshore. Il n ‘y aurait pas de commandes américaines à l’industrie française pour équiper la future armée allemande. En revanche ils acceptèrent de fournir une aide pour certains matériels militaires. Ils ont offert deux escadrons d’Honest John et un escadron de Matadors, ainsi que l’appareillage atomique pour les F 84-F40. La réponse américaine était décevante du point de vue de Bourgès-Maunoury et de Mollet. En avril 1957, Pierre Nacivet, chargé des affaires générales au SGCI, annonçait que les perspectives d’une aide américaine étaient peu encourageantes. « Tout concours américain d’une ampleur suffisante pour pallier, en partie du moins, nos difficultés parait ainsi subordonné à la solution préalable de deux problèmes, dont l’un - notre situation en Afrique du Nord - est plus spécialement politique, mais conditionne largement la solution de l’autre - le problème politique »41, écrivait Nacivet. Le NSC avait préparé une réponse négative dès le 13 mars. Il montrait que la France avait reçu, de 1945 à 1956, 4 milliards $ en dons et 2,5 milliards en prêts, soit 15 % du total de ses importations durant les 12 ans ; elle avait reçu en aide militaire, de 1950 au 30 juin 1957, 3,8 milliards $ et 1 milliard $ d’OSP42. Sa demande d’aide de plus de 1 milliard dollars était irrecevable, mais les États-Unis étaient prêts à prendre en considération un programme d’assistance militaire. Est-ce pour cela que Français et Américains signèrent un accord le 12 mars 1957 sur un Weapon Production Program (WPP) ? Il s’agissait d’un programme visant à produire des armes utilisables par l’ensemble des pays de l’OTAN, surtout des armes américaines (Hawk et Sidewinder), avec une valeur ajoutée européenne. Cet accord faisait suite à l’accord du 11 juin 1954 concernant l’aide en moyens de production - accord MWDP (Mutuel Weapon Development Program) -, conclu dans le cadre de l’accord MDAP du 27 janvier 1950. Cet accord était intéressant car il visait à faciliter la production en France de matériels modernes43 La France ne serait donc pas privée de matériels modernes, à condition qu’ils fussent élaborés conjointement avec les États-Unis. Or on se souvient des démêlés Dunn-Pinay de 1952. Le récent mémorandum de Bourgès Maunoury sur le financement d’armements français montrait que cette politique de Défense nationale n’était pas oubliée. Cet accord établissait une liste d’études à faire en commun avec les États-Unis : engins SS 5210 et 4200, Matra R06, chasseur de nuit SO 4050 N avec le radar CSF, réacteur Vulcain, avion Baroudeur, SS ENTAC, chenillette de transport de troupes, obusiers de 105 et 155, canon de 90, préparation de tir PHF pour canon de 40, mines, char de 25 T, engin antichar chenille, radars, mise à feu magnétique de torpilles, téléguidage radio des torpilles, radar aéroporté pour détection des Schnorchel, torpilles filoguidées, poudres propulsives pour fusées44. L’étude en commun du développement du Mystère IV échoua une fois de plus. Il était question de le faire fabriquer par la Yougoslavie avec des aides financières américaines45.

  • 46 . 52 J 190. Notes de Ramadier.
  • 47 . 52 J 94, 27 février 1957, « note sur les économies d’importation ».
  • 48 . 52 J 116 ; DE-CE 331, J. Caffery, « Rapport sur le programme d’aide américaine à l’étranger », Sé (...)
  • 49 . Louis Franck, 697 ministres, souvenirs d’un directeur général des prix, 1947-1962, autoédité, 198 (...)

10Le paroxysme de la crise fut atteint en février 1957. La crise de Suez avait renchéri les prix des matières premières (21 $ la tonne de pétrole contre 14 $), ralenti l’expansion mondiale et fait perdre à la France des marchés au Proche- Orient. Des décisions s’imposaient car le déficit prévisible de 1 milliard $ serait insupportable. Ramadier imagina de suspendre la libération des échanges, mais il céda aux objurgations des « Européens » de ses services, et sans doute de Guy Mollet. Il le regretta plus tard : « J e confesse que plus d’audace eût été salutaire »46. Jean Filippi, secrétaire d’État au Budget, et Paul Ramadier s’orientèrent vers des économies qui préserveraient l’expansion et les investissements47. Ramadier devait constater que les États-Unis avaient repoussé les demandes françaises. Les arguments avancés par le gouvernement français sur le rôle de la France en Europe et en Afrique ne convainquaient plus, malgré l’atlantisme militant de Guy Mollet. Les atermoiements américains trahissaient des jugements politiques défavorables sur la gestion financière, la guerre d’Algérie et l’opération de Suez de ce gouvernement de Front républicain. Certes, Guy Mollet avait des alliés dans l’administration américaine, mais bien peu, car il était socialiste. Jefferson Caffery tint au Congrès un langage connu et efficace en d’autres temps : une aide devait renforcer en France les deux syndicats non communistes dans l’intérêt des États-Unis, dit-il en mars 1957. Caffery écrivait encore : « En dépit du choc causé par l’action anglo-franco-israélienne en Égypte, les intérêts des États- Unis exigent que des efforts déterminés soient entrepris pour parvenir au rétablissement rapide de la coopération la plus complète possible avec la France ». Il ne put emporter l’adhésion du Congrès48. Il n’y aura pas de prêt du gouvernement américain à Guy Mollet. L’appel au « père n° 1 » selon le curieux mot de Ramadier - qui était le père n° 2 ?49 - était un échec cuisant.

  • 50 . 52 J 96, J.O. 3e séance du 19 mars 1957. 52 J 94, Conseil de la République. n° 29, 10 avril 1957. (...)
  • 51 . Discours de G. Mollet du 27 mars 1957 à l’A. N. OURS C 4 43 Bd. Voir aussi entretien avec Pierre (...)
  • 52 . 52 J 92, cab/SP, 24 avril 1957, à Jean Masson SEAEF.

11Le gouvernement passa alors d’une politique d’expansion, condamnée pour des raisons différentes par Mendès France et Pinay, à l’expansion « sélective »50. Un programme d’économie de 250 milliards de francs fut décidé le 14 mars 1957, accompagné d’un contrôle des importations. Le plan tempéra la libération des échanges51. Les résultats furent perceptibles six mois plus tard d’après Ramadier. Un mois plus tard, Ramadier demanda de nouvelles mesures d’urgence que Félix Gaillard prit dans l’été 1957 : pré-dévaluation et suspension de la libération des échanges52. L’opposition des Etats-Unis à une aide à la France atteignit son objectif et contraignit d’une part à faire chuter le gouvernement de Guy Mollet en mai 1957, mais aussi à assainir les finances extérieures et à réellement commencer à mettre en état l’économie française de participer au Marché commun. Le gouvernement de Guy Mollet s’était évertué à maintenir coûte que coûte la fiction de la libération des échanges et s’était refusé à une dévaluation. L’explication se trouvait dans sa politique européenne et dans ses promesses électorales. Guy Mollet justifiait l’effort du 14 mars par la perspective du Marché commun.

  • 53 . F 60 ter 455, AL, de Lattre, 18 avril 1957.

12La crise des devises après l’échec de Suez marqua une étape de l’affaiblissement de la puissance française. A nouveau la France « mendiait » une aide américaine, à nouveau elle refusait les disciplines financières que la construction européenne exigeait et que finalement elle prit. Certes les causes en étaient multiples et pas toutes du fait de Guy Mollet. Guy Mollet n’avait pas été capable d’accepter un effort d’austérité qui aurait ruiné sa politique sociale. Il y avait donc une certaine incohérence entre sa politique économique et sa politique de coopération intereuropéenne. La seule solution était de faire un plan de redressement des finances extérieures, assorti d’une dévaluation53. Ce plan a été monté par Félix Gaillard, Albert Gazier et J-R. Guyon en juin 1957, puis la dévaluation assurée par de Gaulle, Rueff et Pinay en décembre 1958.

Monnet intervient encore : les accords Monnet-Dillon du 30 janvier 1958

  • 54 . SGCI, 910002/12311, 28 janvier 1958 « communiqué du gouvernement français ».
  • 55 . New-York Times, 31 janvier 1958.
  • 56 . F 60 ter 455, note Lévêque, SGCI, « sur les moyens d’alléger nos charges financières », 17 févrie (...)

13Une aide à la France a été consentie par les accords Monnet-Dillon du 30 janvier 1958. Cette aide, inattendue, s’expliquait par la confiance que les Etats-Unis avaient mise en Monnet et en Félix Gaillard, un homme politique jeune et prometteur qui était devenu président du Conseil. La vieille confiance de Dulles envers Monnet perdurait. L’aide signifiait que l’effort de redressement était apprécié. Toutefois l’administration américaine dut ruser avec le Congrès. La loi d’aide de 1957-1958 ne prévoyait rien pour la France. Ce pays était le principal débiteur de l’Eximbank, à hauteur de 25 % de ses créances. Sa capacité d’emprunt auprès du FMI était liée à son quota de 525 millions $. Or le 17 octobre 1956 la France avait obtenu 262,5 millions $ en stand-by, tirés en 5 fois de février à juin 1957. Monnet obtint du FMI et de l’UEP une aide supplémentaire. Le reste fut fourni par les États-Unis. Les accords Monnet-Dillon mirent à la disposition de la France des facilités monétaires en devises et en matériels de diverses origines qu’on peut appeler aide, d’une valeur de 655,25 millions $. Les États-Unis ont financé 274 millions $ d’armements, de surplus agricoles et de réduction de dettes ; 131,25 millions $ vinrent du FMI, et 250 millions de l’UEP54. Les Français cherchaient à financer du matériel pour mener la lutte en Algérie et lever les contraintes affectant la balance des paiements en dollars. FMI et UEP avaient consenti de vrais crédits. Les États-Unis s’en tenaient à des facilités financières et à des produits : 96 millions de consolidation de dettes, report de 3 annuités prêt-bail pour 90 millions $, livraison de 43 millions de produits agricoles (contre des francs) et de 45 millions $ de matériels militaires américains (contre des francs). L’intérêt des deux dernières facilités était d’économiser des dollars. Félix Gaillard remercia les alliés de pouvoir enfin sortir d’un cauchemar55. Il bénéficia de cette aide multiple et complexe dans la mesure où le Parlement venait d’adopter une loi de Finances anti-inflationniste. Cette aide avait un caractère d’urgence. Elle n’était pas gratuite puisque des francs étaient affectés à des dépenses précises et qu’elle s’accompagnait d’un plan de stabilisation. Monnet avait obtenu en janvier 1958 ce qu’aucun président du Conseil, ministre des Finances ou de la Défense ni ambassadeur, n’avaient pu obtenir depuis la fin de la guerre d’Indochine56.

  • 57 . F 60 ter 457, SGCI réunion du 5 décembre 1957, présidée par Donnedieu de Vabres, SG, MAE + Armées (...)
  • 58 . SGCI, 910002/12311, SGCI, P. Nacivet, Note pour le ministre, accord Monnet-Dillon du 30 janvier 1 (...)
  • 59 . SGCI, 910002/12311, Jean Cottier, 14 mars 1958, « accord Monnet-Dillon sur les achats militaires  (...)
  • 60 . SGCI, 910002/12311, « Mise en œuvre du mémorandum d’accord du 30 janvier 1958 », L’avril 1958, P. (...)

14L’accord Monnet-Dillon du 30 janvier 1958 stipulait le paiement en francs par le gouvernement français d’équipements militaires américains destinés à des unités OTAN de l’armée française. L’aide américaine consistait donc en une mise à disposition des Français de matériels américains payables en francs. L’esprit de cet accord était éclairé par l’interprétation qu’en donnaient des officiels américains payables en francs. Devant les réticences du Congrès à financer de nouveaux programmes, la vente en francs français de matériels militaires américains pouvait remplacer les financements offshore précédents. Les services français regrettèrent que l’accord Monnet-Dillon portât sur des armements OTAN et non sur des achats d’armes pour l’Algérie. Le SGCI souhaitait limiter l’accord Monnet-Dillon à 30 millions $ pour négocier un autre accord d’achat commercial de matériels militaire aux États-Unis y compris pour l’Algérie57. Les Français entendaient acheter aux États-Unis des pièces de rechange pour hélicoptères qui étaient utilisés contre la rébellion algérienne. Les accords prévoyaient le paiement en francs dans la limite de 30 millions $ u.c. de matériels militaires destinés aux forces OTAN, stationnée en Europe. L’accélération des opérations militaires en Algérie exigeait au contraire l’approvisionnement en matériels américains pour les troupes françaises d’AFN. Devant l’impossibilité de faire modifier l’accord, le SGCI s’est employé à le faire proroger l’année suivante58. L’état d’esprit des Américains était-il favorable à l’utilisation de matériels américains en Algérie ? Au titre de l’accord, il n’en était pas question. Sur l’insistance des Français le Département d’État a répondu que « sur ce point, on s’en rapporterait à notre bonne foi »59. Une contrevaleur en francs de 14 millions sur 45 millions $ a été versée par le gouvernement français en 195860.

Les accords spécifiques au début de la Ve République

15D’autres accords ont été passés entre la France et les États-Unis qui s’apparentaient à des aides sectorielles ou spécifiques. Ils n’avaient pas l’ampleur des aides ERP et militaire passées. Ce furent des accords au coup par coup pour la fourniture aux usines françaises d’outillages spéciaux, pour l’utilisation de francs de contre-valeur pour le développement de marchés agricoles américains et les échanges universitaires, des accords triangulaires agricoles et un accord WPP sur les études et le développement d’armements spéciaux.

  • 61 . F 60 ter 458, J. Mayoux, « Nouvel accord franco-américain dans le cadre de la section 402 de la M (...)
  • 62 . B 44170 ; F 60 ter 458, SGCI, P. J. n° 1028, 26 janvier 1961 à ministère des Affaires étrangères, (...)

16L’accord du 28 octobre 1958 prévoyait la fourniture aux usines françaises d’outillages spéciaux pour les fabrications offshore en cours, mais ces matériels n’étaient pas la pleine propriété des Français. Il s’agissait de matériels pour la réparation des F 84F au profit de Jaeger et de la SNCASE, d’une valeur de 3 millions $. Le 21 mars 1959 un accord fut signé sur l’utilisation de francs de contre-valeur aux mains du gouvernement américain qui furent affectés au développement de nouveaux marchés pour les produits agricoles américains, aux dépenses administratives de l’Eximbank en France, et aux échanges culturels internationaux (bourses Fulbright). L’accord du 21 mars avait prévu l’importation de coton et de tabac pour 28 millions $ dans le cadre de la loi 480. En fait seulement 3,5 millions $ d’importations de tabac ont été effectués. Le 1er mars 1960 un nouvel accord, corrigeant un précédent, utilisait les dispositions de la section 402 de la loi d’aide. Il prévoyait l’achat contre des francs de contre-valeur de 150 000 $ de tabac « que la France était tenue d’importer contre paiement en dollars au titre de l’accord conclu le 21 mars 1959 dans le cadre de la loi américaine 480 sur les surplus agricoles61 ». Le gouvernement français avertit à cette occasion qu’il ne lui serait plus possible de négocier des accords qui comportaient à la fois une clause de convertibilité pour la contre-valeur et l’obligation de transporter sous pavillon américain 50 % des surplus importés. Les États-Unis voulaient affecter la contre-valeur au Pakistan, éventuellement à l’Espagne et la Turquie. En 1963 les Français ont demandé à clore le dossier des accords passés dans le cadre de la loi 480 entre 1955 et 195962.

  • 63 . SGCI, 771476/25 = 752474, SGCI E. Juste, 29 octobre 1959, note pour Donnedieu de Vabres, n° 232, (...)
  • 64 . SGCI, 771476/26 = 752475, SGCI, 18 mai 1960, « Note sur le projet d’accord entre le gouvernement (...)
  • 65 . Lettre de E. Juste à conseil financier, Washington, Cottier du 9 septembre 1959.
  • 66 . SGCI, 771476/26 = 752475, SGCI, service des commandes alliées en France, 31 mars 1960, note WPP.
  • 67 . SGCI, 771476/25 = 752474. SGCI 23 octobre 1959, J. Donnedieu de Vabres à William Ben Connet, prem (...)
  • 68 . SGCI. 771476/26 = 752475. SGCI, service des commandes alliées en France, 8 mars 1960, « Note pour (...)
  • 69 . Couve de Murville, 9 août 1960 à SGCI, n° 92, PAN, accord franco-américain WPP.
  • 70 . RG 84, Paris Embassy top secret, generai records, 1954, box 23, Dillon to Secretary of State, NIA (...)
  • 71 . Couve de Murville, 9 août 1960 à SGCI, n° 92, PAN, accord franco-américain WPP.

17L’accord WPP sur le développement d’études et de production sur les armes spéciales du 12 mars 1957 était bilatéral, tandis que les Américains désiraient un accord permettant la production conjointe d’éléments coordonnés. Il excluait la possibilité de construire « des usines destinées à la fabrication d’éléments d’engins intercontinentaux et devant s’intégrer dans des ensembles industriels européens (exemple : fabrication d’engins Hawk avec une collaboration française, allemande, etc. Chaque pays européen construisant une partie seulement de l’engin)63 », expliquait Donnedieu de Vabres. Un nouveau texte avait été remis en juillet 1959 à la France, RFA, Belgique, Pays- Bas, Italie64. Il s’agissait de fonder juridiquement le cadre multilatéral de la fabrication de matériels de guerre modernes. Le WPP suscitait les réserves des services français. En effet, les Américains demandaient des privilèges exorbitants pour les brevets. Ils demandaient le droit de propriété sur toute amélioration réalisée en France dans le cadre d’un accord WPP sur des armements d’origine américaine. Les industriels français qui auraient amélioré le matériel n’auraient donc eu aucun droit de propriété, mais seulement un droit de reproduction. « Le malheureux accord du 12 mars 1957, à la rédaction duquel le service n ‘ a pas participé, nous oblige pratiquement à céder ce brevet gratuitement », écrivait le SGCI en 195965. Mais la multilatéra1isation des études présentait un risque d’immixtion de l’ensemble des pays de l’OTAN dans des programmes menés par un petit groupe de pays66. Il n’était pas question, en résumé, de mettre à la disposition de tous les pays de l’OTAN les découvertes faites par quelques-uns d’entre eux. Les services français repoussaient aussi la modification des procédures d’OSP qui, « pratiquées en France depuis 7 ans, représentent du point de vue financier, administratif, fiscal et douanier un mécanisme bien adapté qu’il ne serait pas opportun de remettre en cause et qui, d’autre part, offre toute garantie au gouvernement américain67 ». « Le général de Gaulle », était-il rapporté, « se serait personnellement opposé à la reconnaissance d’un droit quelconque pour cet organisme [bureau des programmes de l’OTAN], à engager un État participant »68. Les réticences françaises à modifier l’accord ont entraîné des rétorsions américaines. Le département d’État interdit la visite d’experts européens chez Raytheon en 1960. Plus aucun renseignement ne parvint sur le Hawk, alors que Thomson-Houston pilotait le projet69. Manifestement, les Français renâclaient à la multilatéralisation OTAN tandis qu’ils acceptaient les accords bilatéraux du type de celui du 12 mars 1957 ou les programmes multilatéraux qu’ils contrôleraient. Les États-Unis désiraient monter des projets conjoints de production coordonnée et sûrement pas laisser un État européen, ou même une organisation européenne, développer ses propres ambitions à la faveur de ces contrats. On comprend pourquoi l’Agence des armements de l’UEO n’a pas fonctionné. Aux pires moments du débat sur l’UEO à l’Assemblée nationale, alors que les députés avaient rejeté une première fois les accords de Paris, Mendès France avait téléphoné à Dillon en pleine nuit pour obtenir la promesse d’une aide américaine au pool européen d’armements, cœur du projet européen mendésiste. Les Américains avaient refusé, prétextant que l’aide américaine avait été promise à une organisation européenne supranationale70. Cependant, en pleine Ve République, la coopération pour la standardisation des armements ou au moins pour l’intégration des programmes se poursuivait. Le nouveau régime français accepta la coopération multilatérale. Un premier accord, dans l’été 1960, consacrait « la souscription de la France aux nouvelles formules de construction de matériel militaire dans un cadre européen qu’illustrent déjà les projets Hawk et patrouilleur atlantique71 », écrivait Couve de Murville au SGCI. Cet accord servit par exemple à l’étude de production de la torpille N 644 entre la France, les États-Unis et l’Italie. Il devait servir à la mise en œuvre de programmes de fabrication d’armes destinés à équiper les forces de l’OTAN, répondre à des contrats OSP et étudier des armes nouvelles, comme le Hawk d’origine américaine ou le patrouilleur Bréguet d’origine française, enfin organiser la construction d’usines d’armements.

Le bilan général des aides américaines à la France depuis 1938

18Le bilan financier et qualitatif des assistances américaines à la France depuis 1938 apparaît dans les tableaux suivants : Les comptes de guerre ont été liquidés par les accords de Washington du 18 mai 1946, les comptes ERP et MSA l’ont été en juin 1959.

Tableau 43. Aide à la France, 1938-1940. En millions $ courants

Tableau 43. Aide à la France, 1938-1940. En millions $ courants

Tableau 44. Aide américaine à l’AFN de Weygand

Tableau 44. Aide américaine à l’AFN de Weygand

Tableau 45. Aide américaine à l’AFN et aux colonies françaises, 1942-1943. En millions $ courants

Tableau 45. Aide américaine à l’AFN et aux colonies françaises, 1942-1943. En millions $ courants

19L’aide au HCCM est intégrée dans l’aide fonctionnant sous le régime du modus vivendi.

Tableau 46. Aide au CFLN au titre du modus vivendi du 25 septembre 1943. En millions $ courants

Tableau 46. Aide au CFLN au titre du modus vivendi du 25 septembre 1943. En millions $ courants

Tableau 47. Aide prêt-bail au titre de l’accord du 28 février 1945. En millions $ courants

Tableau 47. Aide prêt-bail au titre de l’accord du 28 février 1945. En millions $ courants

Tableau 48. Prêts américains et autres de l’après-guerre, 1945-1947. En millions $ courants

Tableau 48. Prêts américains et autres de l’après-guerre, 1945-1947. En millions $ courants

Tableau 49. Aide américaine 1947-1951. En millions $ courants

Tableau 49. Aide américaine 1947-1951. En millions $ courants

Tableau 50. Contre-valeur des dons et prêts du plan Marshall à la France, 1948-1951. En milliards F courants (chiffres arrondis)

Tableau 50. Contre-valeur des dons et prêts du plan Marshall à la France, 1948-1951. En milliards F courants (chiffres arrondis)

Tableau 51. Aide militaire et de soutien-défense à la France, 1951-1958. En millions $ courants

Tableau 51. Aide militaire et de soutien-défense à la France, 1951-1958. En millions $ courants

20D’après B 18220, février 1956, SGCI, B 10927, B 18220, B 880, B 44170.

Tableau 51. Aide militaire et de soutien-défense à la France, 1951-1958. En millions $ courants

Tableau 51. Aide militaire et de soutien-défense à la France, 1951-1958. En millions $ courants

21D’après B 18220, février 1956, SGCI, B 10927. B 18220, B 880, B 44170

Tableau 52. Assistance américaine à la France, 1938-1958, (y compris les end-items). En millions $ courants

Tableau 52. Assistance américaine à la France, 1938-1958, (y compris les end-items). En millions $ courants

Notes

1 . Irwin Wall, France, America and the Algerian War, 1954-1962, à paraître New-York 2000.

2 . F 60 ter 451, M. Pérouse, FA Washington. 8 septembre 1954 à M. le ministre des Finances, aide américaine, 1954-1955.

3 . F 60 ter 443, Note du SGCI, 16 novembre 1953, application à la France de la section 550 de la loi de Sécurité mutuelle pour 1953-54.

4 . CE 90, OW 23 décembre 1953, note pour l’ambassadeur SG, « a/s aide économique américaine ».

5 . CE 06, Bonnet, 8 janvier 1954, 12 h 45 22 h 45 171-172 ; CE 90 note 16 novembre 1953, SGCI à MAE, YL 629, « Note sur la position que pourrait prendre la France sur les surplus agricoles ».

6 . B 44169, c. r. du Conseil des ministres, 30 novembre 1953, 14 h 30, Bidault, Faure. Lafay, Even, Jacquet. Louvel.

7 . CE 63, AF 170, M. P, 22 février 1954 à DE, « Surplus agricoles américains ».

8 . F 60 ter 443 ; F60 SGCI 6, « Note sur l’emploi de francs de contre-valeur détenus par les Etats-Unis pour le règlement des commandes offshore », 24 janvier 1955 ; B 18220, « Note d’information sur l’aide accordée à la France par les États-Unis », 1e r février 1956.

9 . CE 4, DGAEF 30 avril 1955 à Washington ; DGAEF, CE, 7 février 1955, « Import de coton américain, section 202 », MSA 1954. pour Washington.

10 . F 60 ter 452. Fiche sur les importations de surplus américains en 1955-1956.

11 . F 60 ter 457, SGCI, PJ 334, 12 juin 1959, « note pour le Président, utilisation du solde de la CV Marshall ».

12 . DE-CE 331, SGCI, 792, 19 juillet 1956, « État des négociations en cours avec les autorités américaines dans le cadre des différentes procédures d’aide américaine ».

13 . Crédit National, note sd postérieure à 1956, sur l’affectation de la CV en francs de l’aide économique américaine, « procédures de liquidation ».

14 . F 60 ter 453, PN, n° 1347, « note pour le ministre, importations de charbon américain ». 1955.

15 . F 60 ter 453, DGAEF, 23 août 1955, « a/s importations de charbon américain ».

16 . F 60 ter 453, 28 avril 1955, n° 557, J. Donnedieu de Vabres à Timmons, director FOA to France.

17 . F 6 0 ter 372, PN, I9 mars 1955, n° 385, à BEL Timmons, réf. d’une lettre de Delouvrier du 26 mars 1954 à Labouisse.

18 . F 60, SGCI 15, 771476/76 = 752527, Jacques Michel, note, 26 janvier 1955, service des commandes alliées en France. SGCI. le chef de service, n° 44 IX A 5 II B 7.

19 . DDF, 1954, 1, n° 318, note de la DAEF, problèmes des commandes offshore, 5 novembre 1954.

20 . Crédit National, J. Mayoux, 7 mars 1959, liquidation du solde de la contre-valeur de l’aide Marshall, liquidation de l’aide 1955 au corps expéditionnaire français en Extrême-Orient.

21 . F 60 ter 455, 29 décembre 1956, « a/s rapport de la commission des AE de la chambre des représentants sur l’aide à l’étranger ».

22 . F 60 ter 454, 1 avril 1956. Note Wormser de la DAEF « a/s situation économique et financière et aide américaines, note ».

23 . B 44 170, « Aide mémoire remis au département d’État, 22 juin 1956 ».

24 . 1 A 437, « note pour le Président, situation trésorerie au 31 XII 1956, prévisions 1957 ».

25 . 1 A 437, Washington, Alphand, 25 janvier 1957, pour Ramadier.

26 . CE 65, SGCI, P. Nacivet, à DGAEF, n° 792, 19 juillet 1956, « état des négociations en cours avec les autorités américaines dans le cadre des différentes procédures d’aide américaine ».

27 . CE 65, note pour le Président, PN, n° 825, 26 juillet 1956, « difficultés rencontrées dans la négociation sur l’aide américaine ».

28 . CE 65, 16 août 1956, tel pour l’ambassade de France, Washington.

29 . 52 J 116, J. D. de V., SGCI, 23 mars 1956, n° 343, « note pour le Président, exécution du programme dit des "$ 85 millions" ; H. Pierre, Le Momie, 15 mai 1956, correspondance de Washington.

30 . DDF, 1956, 1, « Compte rendu des conversations franco-américaines de Washington des 18 et 19 juin 1956, réunion du 18 juin ».

31 . 52 J 116, M. Pérouse à Sadrin, DFE, 17 janvier 1957, FA 86. « forme possible d’une aide américaine ».

32 . F 60 ter 455, SGCI 16 février 1957, secret, « note sur l’éventualité d’une aide américaine ».

33 . 52 J 116, DAEF, Washington, Alphand, 9 février 1957.

34 . 52 J 116, M. Perouse, 8 février 1957 à M. le ministre des affaires économiques et financières, « négociations tendant à obtenir une assistance en dollars ».

35 . 52 AJ 116. Ramadier. 5 janvier 1957, n° 7 cd, à Ministre des Affaires étrangères, « a/s propositions en vue d’une éventuelle aide américaine. »

36 . 1 A 437, Ministère des Affaires étrangères, DGAEF, CE, 33 CE, 6 février 1957, au M. des Affaires économiques et financières, cabinet, « a/s aide économique américaine ».

37 . F 60 ter 455, SGPDN, économie de guerre, 23 janvier 1957, « c. r. réunion interministérielle du 18 janvier au sujet des propositions américaines concernant les armes nouvelles », secret, confidentiel.

38 . 107-52 J 116, Bourgès-Maunoury, 5 février 1957, DN/cab, n° 1667, à ambassade américaine en France. SGCI, PN/122, 6 février 1957, à M. Pérouse, FA, « aide américaine demandée pour la défense nationale française ».

39 . 52 J 116, Bourgès Maunoury à ambassade américaine en France, 5 février 1957, n° 1667, DN/cab/ARM.

40 . F 60 ter 455, lettre de Post du 13 mars 1957.

41 . 52 J 116, P. Nacivet, « Note sur l’éventualité d’une aide américaine », 16 avril 1957.

42 . NSC 9, NSC 5721 September 30 1957 US policy to France, draft, statement of US policy to France.

43 . F 60 SGCI 16. 732229 = 771475/1 et 2, Échange de lettres franco-américaines relatif à l’extension de l’accord du 31 mai 1934 concernant l’aide en moyens de production. Lettre du 23 septembre 1957 de M. Pineau à l’ambassadeur des États-Unis et lettre de l’ambassadeur américain à M. Pineau.

44 . Note d’information très secret, n° 456 ex. 13/15 sur « l’aide accordée par les États-Unis d’Amérique pour certaines études », 20 décembre 1954.

45 . F 60 SGCI/12. 771476/44 = 752493, SGPDN, 2782. 20 octobre 1955, p. v. de la réunion du 10 octobre 1955 concernant la cession d’avions Mystère IV B2 à la Yougoslavie.

46 . 52 J 190. Notes de Ramadier.

47 . 52 J 94, 27 février 1957, « note sur les économies d’importation ».

48 . 52 J 116 ; DE-CE 331, J. Caffery, « Rapport sur le programme d’aide américaine à l’étranger », Sénat américain, mars 1957.

49 . Louis Franck, 697 ministres, souvenirs d’un directeur général des prix, 1947-1962, autoédité, 1986, p. 182.

50 . 52 J 96, J.O. 3e séance du 19 mars 1957. 52 J 94, Conseil de la République. n° 29, 10 avril 1957. la situation financière à la fin du 1er trimestre 1957. 52 J 93, fin 1957, A. Pinay, Sombre bilan, perspectives inquiétantes, sans indication de lieu de parution. 52 J 93, septembre 1957, canevas de réponse, préparé par Filippi en réponse à Pinay.

51 . Discours de G. Mollet du 27 mars 1957 à l’A. N. OURS C 4 43 Bd. Voir aussi entretien avec Pierre Sabbagh. RTF, 1er avril 1957, OURS, F 5 207 BD.

52 . 52 J 92, cab/SP, 24 avril 1957, à Jean Masson SEAEF.

53 . F 60 ter 455, AL, de Lattre, 18 avril 1957.

54 . SGCI, 910002/12311, 28 janvier 1958 « communiqué du gouvernement français ».

55 . New-York Times, 31 janvier 1958.

56 . F 60 ter 455, note Lévêque, SGCI, « sur les moyens d’alléger nos charges financières », 17 février 1958.

57 . F 60 ter 457, SGCI réunion du 5 décembre 1957, présidée par Donnedieu de Vabres, SG, MAE + Armées + Finances + Premier ministre.

58 . SGCI, 910002/12311, SGCI, P. Nacivet, Note pour le ministre, accord Monnet-Dillon du 30 janvier 1958 sur les matériels militaires, PN/YR, n° 280, Les documents des notes 56, 57, 58, 59 m’ont été aimablement fournis par Mme Anne de Castelnau du Comité pour l’histoire économique et financière de la France, en cours de recherche sur le SGCI.

59 . SGCI, 910002/12311, Jean Cottier, 14 mars 1958, « accord Monnet-Dillon sur les achats militaires », à André Walls, sous directeur des Finances extérieures.

60 . SGCI, 910002/12311, « Mise en œuvre du mémorandum d’accord du 30 janvier 1958 », L’avril 1958, P. Nacivet.

61 . F 60 ter 458, J. Mayoux, « Nouvel accord franco-américain dans le cadre de la section 402 de la MSA », SGCI à MAE, 1er mars 1960.

62 . B 44170 ; F 60 ter 458, SGCI, P. J. n° 1028, 26 janvier 1961 à ministère des Affaires étrangères, « Aménagement de l’accord franco-américain du 21 mars 1959 ».

63 . SGCI, 771476/25 = 752474, SGCI E. Juste, 29 octobre 1959, note pour Donnedieu de Vabres, n° 232, « mise en œuvre du WPP ».

64 . SGCI, 771476/26 = 752475, SGCI, 18 mai 1960, « Note sur le projet d’accord entre le gouvernement des États-Unis et le gouvernement français pour la mise en œuvre du programme de fabrication d’armes ».

65 . Lettre de E. Juste à conseil financier, Washington, Cottier du 9 septembre 1959.

66 . SGCI, 771476/26 = 752475, SGCI, service des commandes alliées en France, 31 mars 1960, note WPP.

67 . SGCI, 771476/25 = 752474. SGCI 23 octobre 1959, J. Donnedieu de Vabres à William Ben Connet, premier secrétaire de la US Embassy. Carton archives nationales, aide militaire, 752474 = 771476/25, dossier sur projet de révision de l’accord du 23 septembre 1957 (WPP), dossier de juillet 1959, J. Donnedieu de Vabres.

68 . SGCI. 771476/26 = 752475. SGCI, service des commandes alliées en France, 8 mars 1960, « Note pour M, Donnedieu de Vabres, a/s projet d’accord franco-américain, aide américaine pour la fabrication de matériel de guerre moderne dans un cadre multilatéral », E. Juste.

69 . Couve de Murville, 9 août 1960 à SGCI, n° 92, PAN, accord franco-américain WPP.

70 . RG 84, Paris Embassy top secret, generai records, 1954, box 23, Dillon to Secretary of State, NIACT 2666, December 23 1954, noon, et réponse de Dulles le 23 décembre, Paris 2306, December 4 p.m.

71 . Couve de Murville, 9 août 1960 à SGCI, n° 92, PAN, accord franco-américain WPP.

Table des illustrations

Titre Tableau 43. Aide à la France, 1938-1940. En millions $ courants
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2048/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Titre Tableau 44. Aide américaine à l’AFN de Weygand
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2048/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Titre Tableau 45. Aide américaine à l’AFN et aux colonies françaises, 1942-1943. En millions $ courants
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2048/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Tableau 46. Aide au CFLN au titre du modus vivendi du 25 septembre 1943. En millions $ courants
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2048/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Tableau 47. Aide prêt-bail au titre de l’accord du 28 février 1945. En millions $ courants
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2048/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Tableau 48. Prêts américains et autres de l’après-guerre, 1945-1947. En millions $ courants
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2048/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Titre Tableau 49. Aide américaine 1947-1951. En millions $ courants
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2048/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Titre Tableau 50. Contre-valeur des dons et prêts du plan Marshall à la France, 1948-1951. En milliards F courants (chiffres arrondis)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2048/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Titre Tableau 51. Aide militaire et de soutien-défense à la France, 1951-1958. En millions $ courants
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2048/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Tableau 51. Aide militaire et de soutien-défense à la France, 1951-1958. En millions $ courants
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2048/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Titre Tableau 52. Assistance américaine à la France, 1938-1958, (y compris les end-items). En millions $ courants
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2048/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 164k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540