Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les aides américaines économiques et militaires à la France, 1938-1960

 | 
Gérard Bossuat

Chapitre X. Le bilan de l’aide militaire à la France (1951-1955)

Texte intégral

1L’aide militaire avait conduit la France comme d’autres pays européens à un réarmement intensif dans le cadre de la Communauté atlantique et sous la vigilance sans faille des États-Unis. La France venait de se mettre en avant avec le plan Schuman et le projet de Communauté Européenne de Défense (CED), bientôt doublé de celui d’une Autorité Politique Européenne (APE). N’était-ce pas trop pour une France en pleine contradiction selon l’excellent qualificatif de l’historienne Georgette Elgey ? La dépendance américaine s’accentuait à travers le financement de la guerre d’Indochine, les exigences américaines s’alourdissaient. La voie vers l’unification européenne parut soudain semée d’embûches à cause des risques de dissolution de la Nation et de l’État français dans un ensemble européen marqué du double sceau, insupportable, des États-Unis et de l’Allemagne. Mais en même temps ne fallait-il pas passer par cette aide américaine d’une nature différente de l’aide Marshall pour avoir du poids dans les affaires du monde ? La contradiction était énorme, l’humiliation fut souvent au rendez-vous. L’aide donnée par la Mutual Security Agency servit les desseins atlantiques des États-Unis. Mais il convient aussi de montrer en quoi elle servit les desseins des gouvernements de la IVe République, ceux du « temps des contradictions ». Tout pour la guerre, était-il dit en substance dans la loi d’aide. Mais pour quelle guerre et pour quelle France ? À partir de septembre 1951 l’aide se militarisa sous forme d’une aide à la guerre d’Indochine, d’achats offshore, d’aide en moyens de production et d’assistance spécifique aux TOM. Ces pages présentent l’adaptation des Français à la loi de Sécurité mutuelle, puis l’accord franco-américain d’aide offshore de Lisbonne, la crise franco-américaine en deux épisodes qui suivit, enfin les décisions prises par la nouvelle administration Eisenhower pour aider la France.

L’adaptation des Français à la loi de Sécurité mutuelle

  • 1 Voir chapitre IX.

2La loi de Sécurité mutuelle pour 1951-1952, votée le 10 octobre 19511, conduisit immédiatement les Français à en proposer l’utilisation pour soulager l’effort de guerre en Indochine et pour préparer le réarmement aux conditions de la France.

Une aide à la guerre d Indochine

  • 2 F 60 ter 418, DN, septembre 1951. « Indications sur les progrès de l’effort militaire français en (...)
  • 3 B 33688. « Report of the subcommittee on foreign relations, visit to Europe july 7 to july 23 1951 (...)
  • 4 363 AP 19, secret, TCT, Note 13 août 1951.
  • 5 F 60 ter 418, « Observations sur l’effort de réarmement comparé dans les différents pays du NATO » (...)

3La Défense nationale insistait beaucoup en septembre 1951 pour obtenir une aide immédiate pour l’Indochine2. Cet appel prouvait aux Américains que la France faisait des efforts pour lutter contre le danger communiste. Il renforçait l’avis favorable des congressmen américains en visite en Europe dans l’été 1951 : la France avait dépensé pour l’armée 8,2 % de son PNB en 1950-1951 et dépenserait 10,1 % en 1951-1952 contre 6,3 % et 9,5 % au Royaume-Uni3. Les services civils de l’État estimaient impossible d’assumer le programme OTAN de réarmement de la France à cause des charges en Indochine, sauf à recevoir une aide de 1 milliard $ par an pour la guerre en Indochine4. De même le bureau économique et financier de l’OTAN estimait que le programme militaire français était « ambitieux par rapport aux possibilités » de l’économie française5. Les Français recherchaient donc en cet été 1951 une aide de remplacement du plan Marshall sous le couvert d’une aide militaire.

  • 6 363 AP 19. « Note pour M. le Secrétaire d’État », remis par M. de Margerie au Dr Jessup, 11 septem (...)
  • 7 B Amérique, 1944-1952, EU 122, ambassade de France, Washington, 14 septembre 1951, n° 6456, secret (...)
  • 8 F 60 ter 436, réunion au DE 10 septembre 1951, « ECA/trésorerie/OSR ».
  • 9 363 AP 19, très secret. Mayer à Pleven, Président du Conseil, 14 octobre 1951. 363 AP 19 J. Letour (...)
  • 10 10. Janvier 1952.
  • 11 4 AU 72 dr 2, Washington 18 septembre 1951, 1 h, 6540-45, secret, aide économique à l’Indochine, G (...)

4Malgré les arrière-pensées des uns et des autres en Indochine, une relative entente franco-américaine succéda aux tensions. Les militaires français percevaient un ton nouveau chez les Américains à la suite du voyage de Juin aux États-Unis. René Mayer, ministre des Finances et Robert Schuman, ministre des Affaires étrangères, se déplacèrent à leur tour à Washington en septembre 1951 et tinrent les Américains au courant des pertes humaines et du plan d’action du général de Lattre ou de l’indigénisation de la guerre6. Mayer et Schuman rencontrèrent Snyder, secrétaire au Trésor, Lovett, secrétaire d’État adjoint et Marshall, alors secrétaire à la Défense. Marshall fut compréhensif mais soucieux de servir d’abord la Corée. Mayer évoqua les risques de troubles sociaux en France si les programmes de fabrication d’armes étaient réduits par suite d’une pénurie budgétaire. On envisagea aussi la formule des offshore procurements pour rétablir les comptes en dollars. Mais Lovett fit remarquer que l’industrie française construisait des matériels lourds et peu performants. Il souhaitait qu’elle se bornât à l’entretien des matériels. Lovett parut cependant impressionné par les propos sur l’Indochine, car jamais il n’avait imaginé que les dépenses effectuées par la France en Indochine constituaient » le tiers des dépenses militaires françaises »7. En conséquence, les Français crurent possible de demander 400 millions $ pour l’Indochine, dans le but de soulager la balance française des paiements. Mais les experts américains annoncèrent immédiatement qu’en cas d’aide américaine, ils discuteraient le contenu des futurs programmes et les plans militaires français en Indochine. Les Français furent bien reçus par l’administration Truman en fin de mandat, mais ils n’obtinrent pas de crédits supplémentaires. Les Américains s’en remettaient à l’OTAN8. Mayer avait cherché le maximum d’aide sans être capable de faire une politique réaliste. Il annonçait que la France ferait face à la guerre en l’Indochine, au réarmement en Europe et à la modernisation de son économie. Cette politique fut un échec. René Mayer s’en rendit compte à temps puisqu’il refusa l’augmentation de 57 % du budget Indochine pour ne pas déstabiliser le budget et l’économie9. Le commandant en chef et résident en Indochine, Jean de Lattre de Tassigny, à quelques mois de sa disparition10 , fit le voyage de Washington à la fin septembre 1951. Il obtint les matériels demandés pour 1951-1952 sans promesse de suite pour l’année suivante. Il avait développé avec conviction le thème de la solidarité contre le communisme, le rôle novateur de l’Union française : « une mutuelle » et non une « tutelle », sans obtenir de ses interlocuteurs la promesse de transformer l’Indochine en une nouvelle Corée. Il avait dénoncé aussi les « missionnaires » américains de l’aide en Indochine qui s’en prenaient à la France. On lui promit que les services américains en Indochine » « s’emploieraient de leur mieux à seconder l’action générale de la France en Indochine »11. Blum, le représentant de l’ECA, fut en effet remplacé par Williamson le 15 octobre 1951. L’aide à l’Indochine fut mise en place par l’ECA-Washington et les services français de Washington, et non plus par les États associés et la mission américaine de Saïgon. Le voyage de De Lattre aux États-Unis renforça le courant de sympathie et d’aide à la France en Indochine.

La participation des TOM au réarmement

  • 12 F 60 ter 396, « Bilan matériaux stratégiques », 16 octobre 1950.
  • 13 F 60 ter 441, DGAEF CE, 17 mars 1955, « Note, les États-Unis et les Territoires français d’outre-m (...)
  • 14 CE 69, RV DGAEF coop. ec. 12 avril 1951 « Note pour l’ambassadeur SG a/s Missions de fonctionnaire (...)

5Dans les TOM, la nouvelle orientation vers le réarmement provoqua une intervention plus intense des États-Unis. Alors que l’administration française avait toujours hésité à les ouvrir aux sociétés, experts et capitaux américains, elle accepta les avances financières de l’ECA/MSA aux bureaux miniers français, ce qui présentait le risque d’un contrôle par l’ECA des programmes français de prospection12. Mais il n ‘y avait plus d’états d’âme en raison des immenses friches africaines. Le résultat des programmes précédents était limité. Une note indiquait qu’en novembre 1952 les investissements américains (ECA, MSA, DMPA, privés) dans les TOM, à l’exclusion du Maroc, se montaient à 24,6 milliards de F soit environ 70 millions $13. Le Maroc était un territoire prometteur où les Américains (administration et privé) avaient consenti des efforts financiers représentant le tiers du chiffre précédent. L’ECA tenta de faire avaliser ses propres choix de développement dans les territoires d’outre-mer en soutenant les entreprises américaines et françaises qui paraissaient répondre à son attente. Le gouvernement américain considérait l’Afrique « comme un territoire d’avenir sur le plan stratégique et économique »14. L’administration américaine se préparait à prendre la relève de la France, mais avait-elle une véritable politique de développement ?

  • 15 CE 75, MC, 23 juillet 1952, ministère des Affaires étrangères à M. le général d’armée Guillaume, R (...)
  • 16 Crédit National, SFE, Finances, 27 janvier 1953, à Président du Crédit National.
  • 17 CE 336, Note établie par Jo. Saxe, février 52 et remise à M. de Camaret.

6Les États-Unis disposaient, en 1952, de 3 moyens pour intervenir dans les TOM : L’aide technique aux TOM de 5 millions $ qui contribuait à élever le niveau de vie des populations locales ; le Basic Materials Fund de 19 millions $, adapté à la production de matières premières et à l’achat d’équipements ; les fonds de la Defense Materials Procurement Agency (DMPA) pour l’achat et la production de matériaux stratégiques15. La DMPA siégeait à Londres et fonctionnait au profit de l’Emergency Procurement Service à Washington qui stockait les matériaux stratégiques16. L’action américaine prit la forme d’une aide à la défense mutuelle plus qu’au développement des économies sous-développées. La DMPA, en février 1952, avait accordé son soutien aux projets suivants17 :

Tableau 34. Projets DMPA pour 1952-1953, liés à l’exploitation minière. En millions $

Tableau 34. Projets DMPA pour 1952-1953, liés à l’exploitation minière. En millions $
  • 18 CE 336 MC ; CE 28 juillet 1952 ; 8 septembre 1952, DD SGCI, n° 1791, « Projets concernant l’AFN et (...)
  • 19 CE 336, 16 octobre 1952 note remise à M. Pflimlin par M. Dommel SGCI, avant son entretien avec MM (...)
  • 20 CE 336, « Note sur la participation de la Tunisie au bénéfice de l’aide américaine spéciale aux TO (...)
  • 21 CE 336, 27 janvier 1953 MC à Frondeville I. des mines D des TP.
  • 22 CE 336, MC, 30 décembre 1952 à M. Hirsch-Givin, Finex : Paul Hoffher, FOM 29 janvier 1953 AE 1128, (...)
  • 23 CE 336. 22 août 1952, Guillaume à R. Schuman, SG du protectorat n° 1813, Georges Hutin, « Aide amé (...)

7L’essentiel des projets américains portait sur le développement des voies d’accès et d’évacuation des richesses minières africaines comme si le fonds spécial TOM de 1950-1951 et le point IV avaient été une parenthèse. Les Français firent des contre-propositions qui intégraient des projets agricoles comme le coton, l’élevage, la récolte d’une fibre utile, le sisal, et bien entendu le développement minier des Zones d’Organisation Industrielle et Agricole (ZOIA) africaines18. La DMPA accepta un financement de la ZOIA algéro-marocaine pour 1,4 million $19. La Tunisie était réintégrée dans les projets de développement à la demande des États-Unis. Des projets de développement établis les années précédentes furent soumis aux Américains : coopératives agricoles, silos, restauration des sols, hydroélectricité ; irrigation de la Medjerdah, mines privées. Mais l’administration française refusait toujours la venue d’experts américains en Tunisie20. La MSA répondit en octobre 1952 qu’elle voulait financer seulement des projets marocains pour 10 millions $21. Les critères de sélection d’un projet étaient fonction de son intérêt pour les États-Unis (l’uranium par exemple), la distance par rapport aux États-Unis (la plus courte possible), et le délai de réalisation, (le plus rapide possible). On voyait mal alors le Basic Material Fund accepter l’amélioration de l’élevage au Tchad22. Ingénument le Résident général Guillaume se demandait pourquoi les Américains insistaient tant sur le Maroc qu’il était difficile de considérer « comme un pays économiquement arriéré dont le développement devrait faire l’objet d’un effort spécial » 23 !

La crise de l’automne 1951

  • 24 363 AP 19, « Comparaison entre les causes du déficit de la zone £ et de la zone F par rapport à la (...)
  • 25 E. Faure, Mémoires, 1, Avoir toujours raison… c’est un grand tort. 1982, 691 p., Pl0n, p. 329.

8Une chose était certaine. La fin de l’aide ERP entraîna une crise des paiements extérieurs. Le programme d’importations fut réduit. En raison de la guerre de Corée, les prix des matières premières importées augmentaient parce qu’elles se raréfiaient. Il fallait réarmer alors que l’aide américaine diminuait et que la poussée inflationniste jugulait l’expansion des exportations françaises. La France était en déficit de 82 millions $ à l’UEP en octobre 195124. La réalisation du programme d’importation de 921 millions $ pour 1951-1952 s’avérait impossible. La situation s’aggravait de semaine en semaine. Edgar Faure reprocha à René Mayer de n’avoir pas su suspendre dès octobre 1951 la libération des échanges parce qu’il avait « sucé le lait de la louve américaine »25. La charge, désobligeante pour Mayer, ne correspondait pas à la réalité. Où était le lait américain ?

  • 26 CE 04, O. W. Coopération économique, 23 octobre 1951, à Ambassade de France, Washington, 12621-23. (...)
  • 27 363 AP 19, 22 octobre 1951, R. Mayer à Averell Harriman, représentant des États-Unis au comité tem (...)
  • 28 F 60 ter 484, télégramme, 1er novembre 1951, R. Mayer à ambassade de France. Washington, n° 13194- (...)
  • 29 CE 04, Charpentier, 16 novembre 1951, 22 h à tous postes en Europe occidentale et à Washington, ci (...)
  • 30 F 60 ter 484, Service des importations, Imp 3 PM 20 décembre 1951, le ministre du Commerce et des (...)

9Pour l’obtenir, Mayer rappela que le programme français de réarmement avait été voté sur la promesse de 200 millions $ d’offshore en décembre 195026. Pour bien se faire comprendre, il annonça une réduction considérable des importations en dollars ayant un impact sur l’effort de défense27. Le gouvernement établit un programme d’importations de détresse de 500 millions $ sur six mois, au lieu de 825 millions S, en raison des pénuries de devises28. Mayer prévoyait peut-être le pire. Mais l’annonce était tactique car Clappier remarqua que le programme ne comportait aucun rationnement. Les restrictions portaient sur des équipements et non sur le ravitaillement ou l’énergie. Harriman comprit sa demande, comme Richard Bissell, directeur adjoint de la MSA ou comme William Thorp, secrétaire d’État adjoint pour les Affaires économiques. Pour accentuer la pression, – le chantage ? – Mayer menaça de revenir sur le processus de libération des échanges en Europe29. Mais un mois plus tard, en décembre, la détente survint. En effet les Américains annoncèrent aux Français une aide de 600 millions $ (aide économique et militaire)30. La crise des finances extérieures de novembre 1951 montrait néanmoins la fragilité de la balance en devises de la France dans le contexte du réarmement. La France était incapable de tout assumer : modernisation, hausse du niveau de vie, réarmement et Indochine. Paradoxalement sa dépendance s’accentuait après 3 ans de plan Marshall. On ne peut écarter l’hypothèse d’une action consciente du Congrès pour contrôler la France dans le contexte du réarmement. La France était sous dépendance dans le domaine économique civil ; elle l’était encore davantage dans le domaine du réarmement.

La promesse des 600 millions $ pour 1952

  • 31 F 60 ter 419, c. r. réunion chez Pleven vendredi 16 novembre 1951 à 11 h ex N° l Très secret. Plev (...)
  • 32 F 60 SGCI/12. 771476/44 = 752493, SGPDN, 262, Mémorandum remis au gouvernement français le 9 janvi (...)
  • 33 F 60 ter 424. Jules Moch. 19 juin 1951, à ministère des Finances.
  • 34 Patrice Facon, « Les bases américaines en France, 1945-1958 : un enjeu politique ». p. 129 et séq. (...)

10Le secrétaire d’État, Dean Acheson, avait dit à René Pleven, président du Conseil : « Si la France avait l’assurance que d’ici le 30 juin, il sera dépensé chez elle plus de 600 millions $, cela serait-il de quelques secours ? ». On imagine la réponse de Pleven. Mais Harriman exigea en retour une accélération des travaux d’infrastructures OTAN en France31. Les Français étaient chargés de construire des infrastructures communes aux pays de l’OTAN (aéroports et voies de communication). L’armée de l’air américaine avait besoin de 11 bases permanentes en France et de 4 aérodromes pour 11 escadres tactiques, 4 escadres de transports, 65 000 hommes, 1 500 avions dont 750 avions de combat, à comparer aux 120 000 aviateurs français dotés de 3 000 avions dont 1 400 de combat sur 21 bases32. Ils devaient assurer les communications sur une ligne La Pallice-frontière allemande, par voie ferrée. Les autorisations de programme ont été lancées en août 1950 (première tranche) et en juin 1951 pour la seconde tranche, mais le Conseil des ministres a bloqué les autorisations jusqu’à ce qu’une décision OTAN soit prise concernant les modalités de remboursement extérieur33. Le stationnement des militaires américains fut sanctionné par divers accords franco-américains entre 1952 et 195834.

  • 35 363 AP 20. Lettre de Bruce du 28 novembre 1951 à René Mayer, Rome, « Accord des $ 600 millions ».
  • 36 F 60 ter 436, projet de télégramme pour l’ambassade de France, Washington, 20 décembre 1951, « Con (...)

11Quelques jours plus tard, durant la conférence de l’OTAN de Rome, Snyder, Acheson, Lovett et Harriman confirmèrent la promesse des 600 millions $ jusqu’au 30 juin 1952. Olivier Wormser, à la direction des Affaires économiques du Quai d’Orsay, se méfiait en raison de la promesse mal tenue d’octobre 1950. Il souhaitait établir un procès-verbal « qui enregistrerait l’engagement inconditionnel des Américains de mettre à notre disposition sous des formes diverses 600 millions de $ avant le 30 juin ». Les Américains se dérobèrent. Mais les termes de l’échange furent réitérés : le gouvernement français devait accepter une « franche discussion » le programme militaire français35. Les Américains voulaient aussi des assurances sur le programme d’importation, la productivité, les procédures des offshore, les infrastructures, la contre-valeur, le budget militaire. Alors seulement ils pourraient garantir les 600 millions $36.

Tableau 35. Promesses américaines des 600 millions de dollars d’aide pour 1951-1952. En millions $

Tableau 35. Promesses américaines des 600 millions de dollars d’aide pour 1951-1952. En millions $
  • 37 363 AP 20, note remise à M. Bidault à Rome le 24 novembre 1951, sans doute TCT ; CE 04, O. W. 21 d (...)

12La promesse des 600 millions $ était bien réelle sous réserve d’une révision en cours d’année. A cela s’ajoutaient des end-items militaires37. Ces résultats ont libéré les Français qui estimèrent pouvoir importer 750 à 850 millions $ de marchandises. Les Américains approuvèrent aussi des demandes d’importations de matériels militaires encore en souffrance sur des reliquats de crédits MDAP. L’ECA accorda même une « surpriorité » à la livraison de machines-outils indispensables aux programmes de réarmement.

  • 38 F 60 ter 359, 910, TCT à Labouisse, 29 octobre 1951, 960, TCT à Goodman, Labouisse,
  • 39 F 60 SGCI 5, 771476-34 = 752483, Réunion de travail du 28 novembre 1951, cabinet du ministre adjoi (...)
  • 40 F 60 SGCI 6, Jacques Levy à PPS, 19 février 52, n° 457.
  • 41 F 60 ter 423, 4 janvier 1952, « Négociations franco-américaines sur les impôts » ; 24 novembre 195 (...)

13Les Français comptaient encore sur les commandes offshore du programme des 200 millions $ du 18 décembre 1950, des commandes passées directement à l’industrie française. Le SGCI poussa l’industrie française à accepter de construire des pièces de rechange de matériels américains, espérant plus. L’administration américaine sonda les Français sur leur capacité à fabriquer des munitions pour l’armée américaine, des fusils, et à fournir des produits alimentaires38. Mais un seul contrat avait été conclu en juillet 195139. De plus, les Américains refusaient de payer au Trésor français les impôts directs et indirects liés aux dépenses d’infrastructure de l’OTAN. Or les Français en faisaient une question de souveraineté. Les services percevaient l’exigence américaine comme « parfaitement désagréable », mais « partiellement justifiée par la section 521 du MSA », ou encore comme « un coup de force de l’administration ou de l’armée ». Mais ils durent constater aussi les fraudes massives des militaires américains, les achats à l’étranger de fournitures pour l’armée américaine en France, libres de toutes taxes, et constater les pertes subies par l’industrie française40. Finalement, en janvier 1952, une liste de dépenses d’infrastructures fut dressée, sans certaines taxes41. Alors des accords furent passés en mars et juin 1952 selon lesquels les dépenses américaines en France étaient assimilées à des exportations, donc favorisées fiscalement.

Le débat sur le réarmement français

14Un débat s’ouvrit sur le budget militaire français au titre de l’aide de Sécurité mutuelle pour 1952. René Pleven entendait défendre un programme équilibré devant les futures conférences de l’OTAN. Au nom de ce principe sensé, il comptait sur l’OTAN pour fixer les dépenses militaires de chaque pays en fonction d’un pourcentage raisonnable du Revenu National Brut et sur l’aide bilatérale américaine. Les négociateurs français s’attachèrent donc à faire établir la capacité contributive de chaque pays. Le Pacte atlantique, lors du Conseil de l’Atlantique Nord d’Ottawa le 19 septembre 1951, décida, sur une idée de Schuman, la création d’un comité restreint de 3 sages pour établir les possibilités financières de chaque pays. Ainsi naquit la Commission Temporaire du Conseil (CTC), composée d’Harriman, Monnet et Plowden. Mais en attendant leur verdict il fallait au moins fixer l’effort militaire et financier pour 1952 ? Or il ressortait d’une première évaluation faite par P. Leroy-Beaulieu à l’OTAN que la France devait effectivement assumer des charges lourdes et variées : réarmement, mise à niveau de son économie, reconstruction et modernisation, déficit des dépenses publiques, Indochine.

  • 42 F 60 ter 418, 19 avril 1951, « Projet, 1er mouture », Margerie.
  • 43 F 60 ter 418 « Note de Jules Moch au Général Bradley 5 juin 1951 » remis par Tomlinson le 5 juin 1 (...)

15Les services de l’État n’arrivaient toujours pas à s’entendre sur le contenu et le montant du budget militaire. Les services envisagèrent deux hypothèses : Poursuivre le plan défini dans la loi d’armement du 8 janvier 1951 avec un budget de 1 206 à 1 214 milliards de F (y compris TOM et Indochine), ou réaliser un effort complémentaire de mise en œuvre du programme d’infrastructures OTAN du Nord-Est et l’exécution en France de certaines fabrications militaires avec un budget de 1 310 à 1 360 milliards de F (y compris TOM et Indochine). Dans le premier cas, le gouvernement attendait une aide américaine de 500 millions $, dans le second cas de 600 millions $. Petsche suggéra de présenter aux Américains les deux chiffres, les invitant à décider du rythme du réarmement français. Mais était-il sage d’inviter un gouvernement étranger, même ami, à dire ce qui est bon pour le pays ? Les Finances, qui élaboraient ces projets de budget ne voyaient pas d’autre avenir que d’augmenter l’aide à la France car « quels que soient ses propres et nécessaires efforts, la France ne pourra pas à la fois faire face aux charges de sa reconstruction et de la campagne d’Indochine, de son réarmement et de la réalisation sur son sol d’une solide infrastructure militaire au profit des nations du Pacte atlantique sans une aide financière américaine accrue au cours des prochaines années » 42. Dans les deux hypothèses le gouvernement était fermement attaché à l’idée de répartir les fabrications entre pays de l’OTAN et de créer un système financier atlantique. Malheureusement l’espoir d’un programme OTAN intégré et d’un budget commun s’évanouit définitivement. En conséquence, l’indécision sur le budget militaire français de 1952 perdura car les services ne savaient pas sur quelle aide compter. En dépit de ces incertitudes, Jules Moch parla encore de la mise sur pied de 20 divisions pour la fin 1953 et de 8 supplémentaires en 1954. Patriote et socialiste, Jules Moch ignorait superbement les contraintes financières, au nom de sa passion pour la France et pour la sécurité. Il remit encore une fois à Bradley un projet de budget différent de celui des Finances ! Ainsi un ministre français faisait-il juge de son budget le gouvernement américain : « Je pense », écrivit Thierry de Clermont-Tonnerre, secrétaire général du CIQEE à Pierre-Paul Schweitzer, « qu’il y a peu de risques que l’administration de Washington reçoive ces deux documents sans commentaires »43.

  • 44 F 60 ter 420, note sur la réunion du 29 août 1951, TS, M. des Finances, René Mayer et G. Bidault, (...)
  • 45 F 60 ter 420. NATO. BEF confidentiel, réunion feb R/51 12, 31 juillet 1951, réunion au M. des Fina (...)
  • 46 F 60 ter 436, Paris, 30 août 1951, « note pour servir de directives à la délégation française aux (...)

16Dans l’été 1951, René Mayer, ministre des Finances et des Affaires économiques et Georges Bidault, ministre de la Défense nationale avaient constaté que pour satisfaire aux recommandations du plan à moyen terme de l’OTAN, DC 28, il faudrait dépenser 1 400 milliards de F44. Par rapport à l’été 1950, les programmes de réarmement avaient été précisés et augmenté. Le programme français de 3 ans du 4 octobre 1950 fixait la dépense à 2 087 milliards de F, et prévoyait 23 divisions pour décembre 1953. Or le DC 28 OTAN du 31 octobre 1950 donnait pour objectif à la France d’engager un programme de réarmement terrestre, naval et aérien plus ambitieux de 8 043 milliards de F jusqu’à juin 1954. Les forces armées auraient alors comporté 28 divisions, 1 156 avions, 3 porte-avions, 394 avions ASM, 4 croiseurs, 103 escorteurs, 120 dragueurs. Le plan fut porté, après réévaluation, à 10 419 milliards de F45. Un tel effort ne pouvait se concevoir sans un partage des charges financières, une aide spéciale pour l’Indochine et un accord de pourcentage sur les infrastructures46. René Mayer demanda une aide de 1 350 millions $ à la hauteur des ambitions du DC 28. Mais Plowden refusa d’adopter cette recommandation. Les services français réduisirent les ambitions militaires de la France : 141/3 divisions (au lieu de 17 l/3) pour 1952, 22 en 1954 (au lieu de 28).

  • 47 AMI, 10/3/24, lettre de Monnet à R, Schuman.
  • 48 Éric Roussel, Jean Monnet, Fayard, 1996, p. 611.
  • 49 363 AP 20, R Leroy-Beaulieu, 15 novembre 1951, Note pour le ministre ; note de Guindey sur le rapp (...)
  • 50 363 AP 20. NATO, ts ; rapport du TCC 18 décembre 1951, n° 113, notules au crayon de René Mayer.
  • 51 F 60 ter 419, « Présentation du rapport du TCC et commentaires par Jean Monnet ». 22 décembre 1951 (...)
  • 52 AMG 28/0/8, Jean Monnet à R. Schuman, ler février 1952.
  • 53 F 60 ter 436, TCC-CC/12, 3 février 1952, réponse française au rapport des Sages.

17Le rapport des 3 sages, remis à Schuman par Monnet le 22 décembre 1951, fut favorable à la France47. Jean Monnet avait mené les négociations pour la France48. Or il s’entendit très mal avec la délégation française au Bureau économique et financier de l’OTAN (BEF). Il pria même Paul Leroy-Beaulieu, chef du BEF, et Daniel Junqua, de ne plus assister aux réunions du Comité des Sages. Thierry de Clermont-Tonnerre (SGCI) fut écarté aussi par Monnet49. Guillaume Guindey, directeur des Finances extérieures, très mal disposé envers Monnet, traita le rapport des Sages de rapport anglo-saxon50. Le rapport préconisait d’abandonner les programmes nationaux de défense pour un programme atlantique commun d’un an au moins. On en était très loin dans la réalité et les esprits. Il reconnaissait que la prévision française de dépenses pour 1952, autour de 1 400 milliards de F, « dépassait nos forces et qu’une contribution américaine d’un ordre considérable était indispensable »51. Le comité préconisait un grand programme d’offshore de 1 à 2 milliards $ sur 3 ans et une priorité à la France dans l’affectation des matériels. Il conseillait une contribution française de 1 190 milliards de F en 1952. A cela s’ajoutaient 400 milliards de F pour la guerre d’Indochine, montant qu’il faudrait faire financer par les États-Unis52. Les Sages avaient une conception globale de l’effort français qui devait porter autant sur le réarmement que sur les investissements civils et le développement du niveau de vie. Monnet venait de sauver en principe du moins les acquis des années Marshall. La réponse française au TCC du 3 février 1952 déplorait que l’immense effort de la France en Indochine l’empêchât de réaliser les investissements économiques indispensables à son développement53. Pour rassurer les Américains, dépités de l’abandon d’un budget de 1 400 milliards de F, le gouvernement rappela son attachement à la CED et reprit le chiffre réaliste de 1 190 milliards de F pour le budget militaire de 1952, à condition de recevoir une aide américaine conséquente et des matières premières.

  • 54 CE 63 Ambassade de France, 709. 8 février 1952, à R. Schuman, « a/s assistance mutuelle ».
  • 55 FRUS 1952-1954, volume VI, Western Europe and Canada, part 2, Mémorandum by the deputy Directoire (...)
  • 56 F 60 ter 436, SGCI TCT n° 103 10 janvier 1952, note pour le vice-président du Conseil, ministre de (...)
  • 57 363 AP 19, « Mémorandum Labouisse. à l’attention de M. de Clermont-Tonnerre », non daté probableme (...)
  • 58 363 AP 19, TCT, SGCI à René Mayer, 10 janvier 1952, « a/s état de la négociation bilatérale franco (...)

18Les Français voulaient les 600 millions $ d’aide promise en décembre 1951. En janvier 1952 ils n’avaient reçu que 170 millions $ d’aide économique. La situation était mouvante dans les administrations américaines chargées de l’aide. La MSA avait remplacé l’ECA le Ier janvier 1952. La pénurie de dollars se fît à nouveau sentir en janvier. On cherchait donc à la veille de la conférence OTAN de Lisbonne les traces de ces fameux 600 millions $. Truman, mécontent du budget militaire français exigea de le porter à 1 225 milliards de F et d’affecter la contre-valeur de l’aide à la guerre d’Indochine en échange de 100 millions $ supplémentaires54. Si les Français avaient eu accès aux notes du Policy Planning Staff (PPS), ils auraient su que Kennan envisageait seulement 400 millions $55. Les Américains abreuvèrent l’administration française de conseils, pressant la France de se réformer, d’améliorer la productivité, de lutter contre l’inflation qui avait augmenté de 40 % depuis juin 1950. La MSA demanda un effort de rigueur budgétaire et de « stabilité économique, sociale et politique ». Les Français diminuèrent les investissements nouveaux de 580 à 392 milliards de F. Le gouvernement refusa tout de même de « porter atteinte au principe des conquêtes sociales auxquelles la classe ouvrière est attachée »56. Henri Labouisse, le nouveau chef de la mission MSA à Paris, fit savoir qu’il attendait des progrès significatifs dans la construction des aérodromes et des lignes de communication OTAN en France57. Les services s’aperçurent qu’il y avait des conditions implicites pour libérer l’aide, comme la ratification du plan Schuman ou l’aboutissement de la CED, voire même, d’après la presse américaine, l’utilisation pour le réarmement d’usines indemnes d’influence communiste. Encore plus incroyable, la MSA parla de « commissions de surveillance franco-américaines »58. Le processus de gestion directe des affaires financières françaises était en route, si rien n’était fait pour le stopper. L’aide américaine promise, la MSA s’autorisait toutes les libertés pour conduire les affaires de la France avant de lâcher les dollars ou les contrats offshore. À la veille de la conférence de Lisbonne, la méfiance franco-américaine s’accentua. Fallait-il tout sacrifier au réarmement et donc en passer par les conditions américaines ?

L’affrontement des Français sous les yeux des Américains

  • 59 363 AP 20, G. Bidault, ministre de la D. N. très secret, à R. Mayer, vice-président du Conseil, mi (...)
  • 60 F 60 ter 436, note remise à M. Bidault à Rome le 24 novembre 1951, par qui ? Mayer très vraisembla (...)
  • 61 363 AP 20, Bidault à Harriman, 3 décembre 1951, exemplaire n° 3. Lettre autographe de Bidault à Ma (...)
  • 62 Entretien, TCT, G. Elgey, 15 novembre 1965.
  • 63 363 AP 20, Lettre de P. Courant à René Pleven, 17 décembre 1951.
  • 64 F 60 ter 418, « C. r. réunion chez TCT », 28 décembre 1951, section programmes n° 201 TS/SEP, 15 j (...)
  • 65 J. O. du 4 janvier 1952, p. 166, loi des 2 mois, n° 52-2 du 3 janvier 1952.
  • 66 363 AP 19. note de Gœtze du 5 janvier 1952. 00039, pour R. Mayer.
  • 67 CE 05, Bonnet, 19 février 1952, 1143, Washington, communiqué à Lisbonne 1 ; CE 66, JL Flœrsheim, d (...)

19La crise de confiance franco-américaine aurait pu conduire le gouvernement français à plus de cohésion. Or le contraire se produisit. Bidault, ministre de la Défense nationale, réaffirma la détermination de la France à réarmer et à se battre en Indochine à tout prix59. Mayer disait le contraire : sans aide, la France cesserait les combats en Indochine en 1952. À l’automne 1951 le conflit entre les deux hommes prit de l’ampleur. Mayer demanda un budget militaire conforme au rapport des Sages, avec une aide économique de 200 millions $. Si l’aide passait à 300 millions $, le budget augmenterait. Mais ce projet excluait la production de défense et les infrastructures. Mayer annonça qu’il faudrait arrêter la guerre d’Indochine à moins que les Américains ne la prennent en charge60. Bidault, au contraire, voulait réaliser le plan français de réarmement du 5 octobre 1950, avec un budget de 1 512 milliards de F tandis que Mayer s’en tenait à 1 165 milliards de F maximum61. Quand Mayer disait que la France avait fait le maximum, Bidault répondait : « Je n’ai pas à savoir ce que la France peut faire, je sais ce qu’elle doit faire »62. Les Américains prirent le parti de Bidault. Le comportement des deux hommes revenait à faire des Américains les arbitres du budget français ! Monnet demanda au président du Conseil, René Pleven, de trancher. Pierre Courant, ministre du Budget, sonna l’alarme : « Je reste persuadé », écrivit-il à Pleven, « que si l’aide américaine n’est pas obtenue, il sera impossible de compenser les dépenses supplémentaires sans recourir à des amputations qui iraient jusqu’à compromettre la santé morale de la nation et à transformer plusieurs millions de Français en des révoltés63 ». Les Américains voulurent entendre les Français. Défense nationale et ministère des Finances s’affrontèrent devant un Labouisse ironique qui fit remarquer que les États-Unis ne pouvaient pas faire rentrer les impôts en France !64 Bidault défendit un budget de 1 192 milliards de F hors Indochine, (1 500 avec) ; Pleven trancha à 880 milliards de F hors Indochine, (1 210 milliards de F avec). Le désaccord sur le budget militaire et la conférence de Lisbonne repoussèrent le vote de la loi de finances 1952 à mars 195265. Mais durant ce temps les militaires, véritable corps autonome dans l’État, continuèrent de faire comme s’ils disposaient d’un budget de 1 512 milliards de F66. Le ministre de la Défense lançait des fabrications sans être assuré de pouvoir les financer totalement ! Se sentant en position de force, la MSA donna l’ordre de surseoir à tout transfert des 100 millions $ supplémentaire d’aide en attendant les résultats de la conférence de l’OTAN qui venait de s’ouvrir le 20 février 1952 à Lisbonne67.

Lisbonne, 20-25 février 1952, un nouveau départ

20La 9 e séance du Conseil atlantique se tint à Lisbonne en février 1952 pour décider du programme de réarmement de l’OTAN. Les États-Unis avaient obtenu de l’Alliance un effort extraordinaire de réarmement, au point que l’on peut parler d’une mobilisation industrielle et financière pour la guerre dès le temps de paix. De son côté la France était confrontée à trois problèmes urgents : le financement de la guerre d’Indochine, la négociation de la Communauté Européenne de Défense (CED) et le financement du réarmement. La France avait plaidé sans succès pour un Fonds atlantique afin de mutualiser le réarmement et la guerre d’Indochine. Elle espérait cependant faire avaliser par la conférence sa demande d’aide pour le réarmement tout en continuant la guerre d’Indochine. Mais quelques semaines auparavant le gouvernement Pleven (11 août 1951-7 janvier 1952) était tombé. Le 20 janvier, il était remplacé par un gouvernement Edgar Faure qui dura un mois, jusqu’au 28 février 1952 et qui assuma la conférence de Lisbonne. Georges Bidault, ministre de la Défense nationale, Robert Schuman, ministre des Affaires étrangères, Maurice Bourgès-Maunoury, ministre de l’Armement et Edgar Faure, président du Conseil, signèrent en effet le 25 février un accord bilatéral d’aide américaine à la France pour le réarmement qui s’inscrivait dans un programme plus général d’aide américaine à l’OTAN par les offshore procurements.

La préparation de la conférence par le gouvernement français

  • 68 F 60 ter 4 3 6 , Projet de communication au Conseil des ministres au sujet de la conférence de Lis (...)
  • 69 Chute du gouvernement Pleven le 7 janvier 1952 et du gouvernement Edgar Faure le 28 février 1952.

21Le Conseil des ministres décida de demander des garanties de remboursement pour les travaux d’infrastructures OTAN engagés sur le territoire français. Il repoussa l’absorption de l’ŒCE par la Communauté atlantique. Il décida enfin de lier le montant du budget militaire français à une aide clairement définie et garantie. Il constatait que dans le cas d’un effort français de 1 190 milliards de F, il faudrait demander 172 milliards de F supplémentaires d’impôts. Le Conseil des ministres trouvait aussi les conditions d’accès aux offshore très difficiles à réaliser68. A la veille de la conférence, les États-Unis refusaient de promettre une aide, et les Français donnaient le spectacle lamentable de leur incapacité à convaincre leurs alliés de leurs efforts fiscaux dans un dossier tout à fait défendable69.

  • 70 363 AP 37, R. Mayer 17 mars 1952 à Jacques Gascuel. « Perspectives ».

22La conférence aborderait la question des commandes offshore. L’enjeu était industriel, financier, technologique et politique. Le moment est venu de définir les offshore procurements. Il y avait trois types d’OSP. Les offshore budgétaires destinées à financer des programmes d’armements inscrits au budget français de la Défense, les Américains se substituaient au gouvernement français pour les paiements ; les offshore complémentaires, destinées à financer des armements non inscrits au budget, en attente de financement et destinés aux armées françaises. De telles OSP impliquaient une augmentation du budget français de la Défense égale à leur montant. Les dernières commandes offshore (dites supplémentaires ou commerciales) étaient concurrentielles. Elles répondaient à des appels d’offres du Conseil atlantique en vue de produire des armements retenus pour l’usage des pays atlantiques y compris les États-Unis. Les offshore pouvaient fournir du travail et offraient des possibilités de retour technologique à l’industrie de l’armement du pays concerné. Le type de commande passée sous offshore avait de l’importance. Les offshore pouvaient financer des matériels sans intérêt (munitions, uniformes) ou des matériels de haute technologie. Bref ! La France pensait redevenir une grande puissance. Or les Français ne pouvaient pas financer seuls cette modernisation de l’industrie des armements. Ils dépendaient de leurs alliés de l’OTAN. Les atermoiements français sur le budget de 1952 laissaient les Américains pantois. Mayer refusa résolument la perspective insensée de Bidault à 1500 milliards de F70. De plus le CTC avait avancé le chiffre de 1 190 milliards de F, puis l’avait réévalué à 1 225 milliards de F, avec l’approbation de Monnet et contre l’avis de Guindey. La confusion régnait dans les chiffres. Les Américains s’interrogeaient sur ces gouvernements français. Ils les ressentaient comme incapables de réussir en Indochine et dans la gestion financière. Ils se rendaient compte que l’objectif de 14 divisions françaises en 1952 était impossible à atteindre.

Les acquis franco-américains de la conférence de Lisbonne

  • 71 Rencontre entre Edgar Faure, président du Conseil, Jean Monnet, Hervé Alphand, Guillaume Guindey, (...)
  • 72 F 60 ter 436, texte définitif, Lisbonne 23 février 1952, très secret, c. r. de conversations entre (...)
  • 73 USRO Executive secretariat, country file, 1952-1955, box 7, ministère de la Défense nationale, le (...)
  • 74 F 60 ter SGCI 3, cote 771476/32, accord du 25 février ; FRUS 1952-1954, volume VI, Western Europe (...)

23Un accord franco-américain fut élaboré en marge de la conférence71. Le président du Conseil, Edgar Faure, annonça un budget militaire de 1 400 milliards de F pour 1952 (avec une aide américaine de 175 milliards de F, soit 500 millions $). Mais un effort budgétaire français supplémentaire de 125 milliards de F restait à fournir. Il avertit ses alliés que le nombre de divisions françaises pour 1953 serait de 10 au lieu de 12 et que le programme d’armements serait réduit. Les raisons avancées étaient la dérive des coûts de la guerre en Indochine. Ce problème de l’Indochine, dit Schuman, « nous impose l’option la plus grave que nous ayons à prendre au cours de 195272 ». Le secrétaire américain à la Défense, Robert Lovett, prit position en faveur des OSP comme solution des problèmes budgétaires français73. L’accord fut signé par Acheson et Schuman le 25 février 195274.

Tableau 36. Budget militaire français de 1952 arrêté à Lisbonne, Programme des 1 400 milliards de F

Tableau 36. Budget militaire français de 1952 arrêté à Lisbonne, Programme des 1 400 milliards de F

Tableau 37. Recettes attendues pour financer le budget 1952 après l’accord franco-américain de Lisbonne du 25 février 1952. En milliards F

Tableau 37. Recettes attendues pour financer le budget 1952 après l’accord franco-américain de Lisbonne du 25 février 1952. En milliards F
  • 75 CE 83, JMS 8 mars 1952, service de coopération, note pour M. Charpentier.
  • 76 RG 469, USRO Executive secretariat, country files, 1952-56, box 6, Mémorandum of understanding, Fe (...)
  • 77 F 60 ter 436 TCT à Georges Bidault. Mardi 26 février [sans doute de Lisbonne].
  • 78 FRUS 1952-54, volume VI, Western Europe and Canada, part 2. Ridgway, the acting deputy Directoire (...)
  • 79 RG 469, Office of Européen opérations office of the directoire, 1948-54, subject files, box 18, Co (...)

24Quinze pour cent du budget français de la Défense de 1952 était pris en charge par les États-Unis. 270 millions $ correspondaient à une aide classique de type ERP ou soutien-défense. Au total, 600 millions $ étaient attendus, permettant en principe de financer le budget 1952 de 1 400 milliards de F. Mais les comptes étaient pipés. Les 170 millions $ d’aide économique avaient déjà été versés entre octobre et janvier précédents. Ce n’était donc pas une aide nouvelle pour le budget 1952. 11 était impensable de procurer au budget français les 200 millions $ d’offshore sur l’année 1952, car il fallait rédiger des contrats avec les entreprises et s’accorder sur les clauses douanières et fiscales. Jean-Marie Soutou, au Quai d’Orsay, remarquait que « les projets de contrats comportent des clauses donnant aux autorités américaines en France un droit de regard et de contrôle direct sur les secteurs essentiels de notre industrie »75. Les 200 millions $ d’OSP auraient l’avantage de financer les matériels inscrits au budget français, correspondant au choix français. Ces armements, fabriqués en France, deviendraient propriété du gouvernement américain et seraient rétrocédés au gouvernement français selon les termes du Mutual Défense Assistance Agreement du 27 juin 195076. Ce budget de 1 400 milliards de F, – aide théorique et impôts nouveaux compris –, ne permettrait pas de maintenir la charge de travail des usines d’armements qui travaillaient aux commandes passées par Bidault et impossibles à financer. Les Français demandèrent la diminution des livraisons d’end items militaires américains, i. e. de matériels d’armements américains souvent d’occasion, au profit des OSP. Les Américains firent alors une déclaration en faveur d’OSP complémentaires pour la France, si les prix et les conditions de la concurrence étaient respectés77. 1 milliard $ était en jeu sur 3 ans. L’accord laissa un goût amer chez certains négociateurs américains qui ne croyaient pas que les Français auraient la capacité de mener sérieusement ce programme. Il sauvegardait l’apparente unité de la Communauté atlantique dans une ambiguïté cultivée et une méfiance réciproque78. L’accord avait un intérêt pour les États-Unis. Il enlevait tout prétexte aux Français de ne pas conclure le traité de CED qui organisait la défense de l’Europe occidentale avec l’Allemagne. Le colonel Bonesteel, de l’office du Représentant spécial en Europe, expliquait que l’accord bilatéral permettait aux Américains de se garantir contre le neutralisme suspect des Européens et de favoriser « l’unification européenne »79.

La difficile application de l’accord de Lisbonne

  • 80 CE 82. DGAEF, O. W. à Washington pour Jean Monnet, de la part de Pleven. n° 7020-7030. CE 82, SGAE (...)
  • 81 CE 82, OW 19 mai 1952 à ambassade de France, 8528-37, Finex à attaché financier, « ouverture de cr (...)

25L’accord stipulait une aide américaine sous forme de contrats pour des offshore procurement (OSP) budgétaires de 200 millions $ (§ II du mémorandum de Lisbonne). Des OSP complémentaires du § VI (a), pourraient financer-il faut insister sur le conditionnel-des contrats français en cours d’exécution pour les armées françaises qui auraient été résiliés faute de crédits budgétaires. Ces matériels, propriétés des États-Unis, seraient rétrocédés aux armées françaises. Les OSP supplémentaires du § VI (b), commandées à l’industrie française, étaient destinées à fournir des armements aux alliés européens80. Elles étaient soumises à concurrence et définies par le Conseil de l’Atlantique nord. C’était des offshore commerciales. Ces offshore procurements étaient gérés par les Military Assistance Advisoty Group’s et les Bureaux d’achat localisés à Heidelberg, Londres et Wiesbaden qui décidaient quelles fournitures militaires destinées à l’OTAN relevaient de l’aide militaire ordinaire (MDAP) ou des offshore commerciales. La question des 200 millions $ d’offshore budgétaires fut réglée par un accord signé le 13 mai 195281. Les Français s’attendaient à obtenir facilement des OSP budgétaires complémentaires (§ VI a), puisqu’il apparaissait que le budget de 1 400 milliards de F ne suffirait pas à mener de front la guerre d’Indochine et le réarmement des divisions françaises de l’OTAN.

  • 82 560 AP 51. Note pour M. Jean Monnet de TCT. n° 1162. 23 mai 1952.
  • 83 USRO Executive secretariat, country file, 1952-1955, box 7, William H. Draper, 27 may 1952, to Jam (...)

26Le gouvernement français pratiqua le chantage au chômage et à l’explosion sociale pour obtenir satisfaction. Le 6 mai, René Pleven, ministre de la Défense nationale, demanda 625 millions $ d’OSP budgétaires complémentaires sur 3 ans. L’ambassadeur américain Dunn approuva dans un premier mouvement la plupart des demandes françaises, y compris 208,2 millions $ pour la production de l’avion cargo Nord 2501. Dunn ne croyait pas aux troubles sociaux, sauf dans les usines d’aviation, en cas d’abandon de production. Mais il comprenait la nécessité politique et industrielle de maintenir un potentiel industriel puissant en France dans l’intérêt de l’OTAN et pour faire cesser la dépendance américaine de la France. En parallèle, Jean Monnet était chargé de négocier aux États-Unis des OSP supplémentaires82. La liste des OSP complémentaires fut examinée par les militaires français et le MAAG. Le MAAG choisit de sauver les contrats de munitions (obus de 105 et de 155 mm), les matériels aériens plutôt que les chars, le matériel électronique, les pièces détachées, les équipements de machines ou les petits vaisseaux83. Il décida selon les intérêts américains et ceux de l’OTAN et non pour satisfaire les ambitions françaises. Dunn fut donc désavoué. Le bilan des offshore complémentaires et supplémentaires était décevant fin mai. Les Français auraient voulu que les Américains cédassent sans discuter sur les programmes français. Le chantage fit long feu.

  • 84 F 60 ter 436, et CE 82, TCT n° 1175 SGCI, 26 mai 1952, « note pour le président du Conseil, a/s Sé (...)
  • 85 FRUS 1952-1954, volume VI, Western Europe and Canada, part 2, n° 519, « United States délégation m (...)
  • 86 CE 82, Washington Hoppenot, n° 958- 964, 10 mai 1952, de Jean Monnet à René Pleven.
  • 87 CE 82. note polycopiée. 15 juillet 1952 « note relative au régime des OSP non compris dans le prog (...)

27Pleven fit ressortir à Acheson le risque politique de priver les armées françaises des matériels qu’elles avaient conçus au moment où l’Allemagne était réhabilitée84. Il déclara que la France pouvait assumer la fabrication de 2 milliards $ d’armements. Acheson fut sensible à l’argument des rapports franco-allemands, mais refusa de revenir sur les listes de matériels retenus. Pleven s’attacha à défendre l’intercepteur Mystère de Dassault85. La discussion porta aussi sur les privilèges exorbitants demandés par les États-Unis dans les contrats d’offshore commerciaux, tel que le dialogue avec les seuls Le bilan de l’aide militaire à la France 315 syndicats ouvriers libres. Monnet calma le j eu : « Il nous faut arrêter sans retard le cycle des reproches réciproques. Nous reprochons aux Américains leur lenteur et leur manque de décision ; ils nous reprochent notre manque d’informations précises et détaillées86 ». L’accord type d’OSP complémentaire était encore en négociation en juillet 195287.

Quelle aide pour l’Indochine ?

  • 88 Vincent Auriol, Journal du Septennat, 1947-1954, Armand Colin, t. 6, 1952 ; p. 403, 20 juin 1952.
  • 89 F 60 ter 445 (1), AF, Washington, PPS, 19 juin 1952, à G. Guindey, « conversations relatives à l’I (...)
  • 90 RG 59 D 233, box 31, « Us aid to France, background and Problem », sans date ni auteur. 316 Les ai (...)
  • 91 F 60 ter 419, top secret, security information, LET M-la, june 20, 1952, « Letourneau talks on lnd (...)

28Les services du nouveau commandant en chef, le général Raoul Salan, envisagèrent en février 1952 une aide économique de 30 millions $ et un direct military support de 35 millions $ composé de 26 articles pour soutenir l’effort militaire et civil. La MSA tint compte des volontés françaises et non plus uniquement des désirs des États associés. Pourtant le moral de Jean Letourneau, ministre chargé des relations avec les États associés, s’effondra en juin 1952. De Lattre était mort le 11 janvier précédent ; l’aide chinoise à Ho Chi Minh s’amplifiait. Letourneau eut des paroles de vaincu. Il affirma que la France ne pouvait pas emporter la décision militaire en Indochine. Il souhaitait, en privé, l’intervention des soldats américains et anglais. Or les responsables français, le président de la République, n’étaient pas prêts à cette intervention américaine88. Pourtant les plus lucides ou les mieux informés des responsables français avaient déjà abandonné l’Indochine et reconnu l’échec de la France. Dien Bien Phu fut la conclusion inutile d’un abandon qui n’avait pas dit son nom, le fruit d’une incapacité à reconnaître publiquement que l’avenir passait par le départ. Letourneau obtint la promesse de 150 millions $ d’aide à l’Indochine. L’erreur des Français,-sciemment entretenue ou non par l’administration américaine ?-fut de croire qu’ils s’ajoutaient aux 500 millions $ de Lisbonne, ce qui aurait fait 650 millions $. Le chiffre, nota l’attaché financier aux États-Unis, fut inscrit au procès-verbal de l’entretien89. Ils ne furent jamais versés. De l’aveu même d’un fonctionnaire américain anonyme, les Américains n’avaient pas été conséquents. « Il n’est pas sûr que les États-Unis aient provisionné dans leur requête au Congrès assez de fonds pour honorer les accords de Lisbonne »90. Mais publiquement les Américains se disaient prêts à accroître leur aide à la France en Indochine : « La lutte de la France en Indochine est partie intégrante de la résistance mondiale qu’opposent les nations libres aux tentatives communistes de conquête et de subversion »dit le communiqué du 18 juin91. L’administration démocrate hésitait à passer à l’acte.

La crise en deux épisodes des relations franco-américaines

29Deux moments sont remarquables dans la crise de confiance franco américaine : juillet et octobre 1952. Les incidents sont liés au refus américain d’accepter le programme militaire français de réarmement. La souveraineté du pays était donc en jeu.

186 millions $ au lieu de 625 millions $

  • 92 560 AP 51, ou F 60 ter 3. cote 7711476- 32, ou 4 AU 92, dr 4, 21 juillet ; RG 84. Paris Embassy, c (...)

30Tout partit des OSP budgétaires complémentaires (625 millions $ sur 3 ans) demandées par Pleven le 6 mai précédent. Deux mois après, le Département d’État fit une offre de 186 millions $. De plus, contrairement à la première réaction de l’ambassadeur Dunn, les Américains acceptaient de financer une part très réduite de la liste française : des munitions, du matériel électronique pour 99 millions $, des dragueurs côtiers pour 28,8 millions $ et 265 obusiers de 165 mm pour 17 millions $. Ils acceptaient cependant les chasseurs de Dassault pour 86,5 millions $, mais seulement des Mystère IV, plus récents que les Mystère II. Ils refusaient le reste. Le Nord 2501 avait été écarté contre 49 C 47 reconditionnés, tout comme les avions d’observation pour l’artillerie, des Jeeps ou des camions. L’intérêt militaire de la réponse n’était pas nul, mais insuffisant aux yeux des Français. Les premiers contrats de ces commandes offshore Pleven-Dunn furent signés en avril 1953. Dunn réaffirma aussi que les Français avaient bien obtenu, en 1951-1952, 600 millions $92. Sans discuter la réalité du chiffre qui comprenait les dépenses de l’armée américaine en France, – qui n’avaient jamais été comptabilisées comme une aide ! – la réponse américaine ne représentait que le tiers des financements supplémentaires indispensables pour financer l’effort de réarmement selon les normes françaises.

La première réaction de Pinay en juillet 1952

  • 93 560 AP 51, ou F 60 ter 3. cote 7711476- 32, ou 4 AU 92, dr 4, 21 juillet ; RG 84. Paris Embassy, c (...)
  • 94 CE 82, Bonnet 21 juillet 1052, n° 5108- 19. Démarche auprès d’Acheson, 1 h.
  • 95 RG 84, Paris Embassy, classified generai records, 1952, box 156, July 23, 1952, us procurement in (...)
  • 96 FRUS 1952-1954, volume VI, Western Europe and Canada, part 2, n° 531, Dunn to the Department of St (...)
  • 97 CE 5 Bonnet, 24 juillet 1952 cite Friendly du Washington Post ou Callender du New York Times tel. (...)
  • 98 CE 5 Bonnet 28 juillet 1952, 21 h 30, 5327/40 ; 560 AP 51, Washington, 28 juillet, cite Friendly e (...)
  • 99 F 60 ter SGCI 3, 771476-32. TCT, SGCI, 25 juillet 1952. n° 1517. « Note sur la rectification de la (...)
  • 100 CE 82 Washington, 29 juillet 1952, 22 h 30 n° 5373-5388. MD à président du Conseil.
  • 101 RG 84, Paris Embassy, classified generai records, 1952, box 156, Présidence du Conseil n° 1627, 8 (...)
  • 102 AP 560 51, tel. Ts, ex n° 4, SGDN pan/260/DN à repan/Chaillot, par AE du 13 août 1952 pour le Prés (...)
  • 103 CE 82, Coopération économique, 1er septembre 1952, « note, évolution de la question des commandes (...)
  • 104 560 AP 51. France-Soir, correspondant aux États-Unis, G-H Martin, du 10 août 1952.
  • 105 FRUS 1952-1954, volume VI, Western Europe and Canada, part 2, n° 540, « Draper to the MSA », Paris (...)
  • 106 RG 469. USRO Executive secrétariat, country files, 1952-1956, box 6 ; « additional note on meeting (...)
  • 107 RG 469, USRO Executive secretariat, country files, 1952-1956, box 6 ; Tannenwald, Washington to SR (...)
  • 108 RG-469, USRO Executive secrétariat, country files, 1952-56, box 6 ; Sept. 27, 1952,

31Le 21 juillet, le président du Conseil, Antoine Pinay, répondit par un aide-mémoire en 10 points, dans lequel il insistait sur le gâchis des résiliations de contrats. Il évoquait le licenciement de 14 000 ouvriers de l’armement. La France serait affaiblie face à l’Allemagne. L’Europe serait contrainte de s’en remettre pour son armement aux livraisons d’outre-Atlantique. Dans l’esprit du gouvernement français, dit-il, la décision américaine allait « à l’encontre des intérêts fondamentaux de la Communauté atlantique ». Il refusait les armements gratuits (end items), fournis sur étagère, générateurs de dépendance (point 6). Il demandait donc aux États-Unis de reconsidérer leur position sur les offshore93. Bonnet plaida encore une fois l’autonomie française en matière d’armements. Mais Acheson estima qu’il y avait trop de marine en France !94 Bonnet, à bout d’arguments, observa : « cela signifiait la fin du cabinet français, de la Communauté européenne et de tout ! ». Foster promit néanmoins de faire le maximum pour que les OSP atteignent 625 millions $ sur 3 ans95. Commentant l’entretien du 21 chez Pinay, Dunn écrivit : « Il faudrait reconnaître que nous sommes maintenant en présence probablement de la situation la plus critique et la plus délicate dans les relations franco-américaines depuis le début de l’Alliance atlantique96 ». La presse américaine se rendit compte que Pinay et Pleven ne bluffaient pas, mais elle maintint que le programme français de réarmement était encore plus irréel que celui des États-Unis97. La France faisait-elle sa scène annuelle, se demandait Callender du Washington Post98 ? Chaque partie resta sur ses positions. Pinay voulait 625 millions $ tout de suite, les Américains s’en tenaient à 186 millions et une vague promesse sur 3 ans. Or le conflit portait sur l’autonomie de la France en matière d’armement et donc de stratégie. La France devait-elle se spécialiser militairement, abandonner sa marine, renoncer aux technologies de pointe ? Le SGCI, réaliste, conseilla de faire un réarmement limité aux ressources disponibles : « Ainsi le gouvernement français aura cessé vis-à-vis de l’OTAN, des autres pays de la Communauté atlantique, surtout du gouvernement américain, d’avoir une attitude de récrimination et de revendications qui bien que légitime et justifiée, affaiblit son autorité sans lui valoir pour le moment, aucune chance d’obtenir des ressources supplémentaires », écrivit Thierry de Clermont-Tonnerre99. Le président de la République dénonça, avec émotion, « les dangers qui résulteraient pour la formation d’une communauté européenne d’une décadence de nos usines d’armements pendant que se développeraient celles de l’Allemagne100 ». Le président du Conseil réclama encore, le 8 août, 650 millions $ d’aide pour 1952-1953. Il annonça que le budget militaire français de 1953 serait calculé sur ce volume d’aide extérieure101. Pinay pensa-t-il forcer la main des Américains ? Le coût du programme français de défense pour 1953 était alors estimé à 1 702 milliards de F. Mais les Américains avaient jugé son financement impossible. Frank Nash, l’adjoint au secrétaire américain de la Défense, avait prié les Français de renoncer à la Jeep Delahaye, au char de 13 tonnes, à l’avion Nord 2501 et au Sea Venom qui n’étaient pas éligibles en offshore102. Significativement le Département d’État refusa toute discussion sur les contrats offshore avant d’avoir reçu « des informations plus détaillées sur la répartition entre les divers postes du budget de la Défense nationale pour 1953103 ». France-Soir dit la vérité à ses lecteurs : « le Pentagone refuse de financer pour 3 ans des programmes pour lesquels il ne fut pas consulté et qu’il trouve trop onéreux104 ». Toutefois une solution mûrissait dans les bureaux du Département d’État. Ce fut « la solution Dulles » à partir de janvier 1953 : un découplage de l’aide à l’OTAN et à la France. Cette solution était la bonne pour les Français. Draper, d’ailleurs, a tenté de l’appliquer pour le compte de l’administration Truman, en recommandant au Sénat d’allouer une aide spéciale à la France pour la récompenser d’avoir engagé un effort militaire supérieur à celui recommandé par le CTC et pour sa guerre d’Indochine105. L’effort français de l’année 1953 serait supérieur de 20 % à celui de 1952106. La confusion au Département d’État était à son comble, puisqu’il fut incapable de répondre dans des délais raisonnables à la lettre de Pinay du 8 août107. A la fin de l’été le bilan était le suivant. Draper et le Département d’État étaient piégés par les promesses de Lisbonne que le gouvernement américain ne pouvait pas honorer fermement. Ils savaient que les Français ne pourraient pas mener la guerre d’Indochine et le réarmement de front. Ils constataient la virulence française à propos de la modernisation des industries d’armements. Aide modérée ou maximale, ils étaient décidés à faire payer le prix de la dépendance. Ils prêchèrent la patience aux Français en leur promettant 650 millions $ en 1952-1953 contre un effort propre de 1 500 milliards de F108.

L’incident diplomatique du 8 octobre 1952

  • 109 FRUS 1952-1954, volume VI, Western Europe and Canada, part 2, n° 541, « The Secretary of State, Ac (...)
  • 110 RG 84, Paris Embassy, classified generai records, 1952, box 156, Dunn, October 6. « US assistance (...)
  • 111 4 AU 93, dr 2, CE 5 Bonnet 8 octobre 1952, 6831-39 texte de la réponse à la lettre de Pinay ; idem (...)

32Le 6 octobre 1952, le secrétaire d’État Acheson interdit le déblocage de la contre-valeur de l’aide encore disponible en attendant le résultat définitif des négociations sur le programme militaire français109. Le Département d’État déclarait à Pinay qu’il serait impossible aux États-Unis de fournir la somme de 650 millions $ pour 1953110 Il recommandait aux Français de construire un budget militaire de 1 500 milliards de F avec 525 millions $ d’aide. Il n’y aurait pas de discussion sur les offshore pour 1952. Elle fut reçue comme un camouflet parce qu’elle était un diktat. Elle contenait une sorte de menace. Le budget militaire français serait examiné par l’OTAN. Autrement dit, l’étendue de l’aide américaine à la France pour 1953 dépendrait de la bonne volonté des partenaires de l’Alliance. Les Français ne pouvaient que protester, faisant semblant d’oublier qu’ils avaient bâti un budget répondant à des préoccupations de grandeur nationale. Ils souhaitaient tenir leur rang en Europe, face à l’Allemagne, dans le cadre de la CED, et assumer la guerre d’Indochine. Bonnet avertit que le programme d’OSP complémentaires 1952-1953 sera de 525 millions $, plus 186 millions $ d’OSP Pleven-Dunn pour les avions et les munitions111.

  • 112 V. Auriol, Journal, 1953-1954, note 64 janvier. Georgette Elgey, Histoire de la IF République, tom (...)
  • 113 RG 84, Paris Embassy, classified generai records, 1952, box 156, Dunn, Oct. 8, 1952. Voir aussi FR (...)
  • 114 P. O. Lapie, De Léon Blum à de Gaulle, Fayard, 1971, p. 439.
  • 115 Vincent Auriol, Mon septennat, p. 468. Vincent Auriol, Journal, 1952, p. 653, 23 octobre 1952 ; di (...)

33Le président du Conseil, Antoine Pinay, convoqua l’ambassadeur James Dunn le 8 octobre à Matignon. Entouré de Robert Schuman, ministre des Affaires étrangères et de René Pleven, ministre de la Défense nationale, il repoussa la note américaine. D’après Georgette Elgey, Pinay dit en substance à Dunn : « Peut-être, monsieur l’ambassadeur, votre gouvernement pense-t-il que la France, parce qu’elle a beaucoup souffert et a été envahie deux fois, subi sur son territoire l’autorité d’un gouvernement étranger et ennemi, est prête à subir toutes les humiliations. S’il en est ainsi, vous vous trompez car il est un point sur lequel la France n’a jamais été entamée, c’est celui de sa fierté »112. Dunn raconta ensuite : « Pinay me redonna la copie de la déclaration orale que j’avais laissée à Gaillard lundi disant que la connaissance publique du sommaire de ce papier pourrait avoir les plus sérieuses conséquences sur les relations franco-américaines113 ». Pinay se tourna vers l’opinion publique, déclarant qu’il avait reçu des Américains une note blessante. Il refusait l’intervention américaine et de l’OTAN dans la définition des grandes masses du budget de la Défense. Cette façon de faire aurait placé le budget militaire français sous la tutelle américaine. Pinay a réitéré l’engagement français de porter le budget de la Défense à 1 464 milliards de F à condition d’obtenir une aide de 650 millions $, sinon il le réviserait à la baisse. Mais Acheson ne voulut pas céder ; Pinay non plus. L’honneur français sortait renforcé de l’épreuve. « Les Français exultaient de cette manifestation d’indépendance », remarquait Pierre-Olivier Lapie, un cacique de la IVe république et un fin observateur de l’opinion publique114. Le président de la République, Vincent Auriol, se fit applaudir après un discours de politique étrangère prononcé le 27 octobre, à Donzère-Mondragon, dans lequel il attaquait la politique américaine anti-française à propos de la Tunisie et du Maroc à l’ONU115.

  • 116 RG 84, Paris Embassy, classified generai records, 1952, box 156, Dunn, October 10, 1952 secstate, (...)
  • 117 Irwin M. Wall, L ‘influence américaine sur la politique française, 1945-1954, Balland, 1989, p. 32 (...)
  • 118 USRO Executive secrétariat, country file, 1952-1955, box 7, Dunn, October 15, 1952, 1 :35 p. m. to (...)
  • 119 Bonnet, Washington Bonnet, 14 octobre 1952, 21 h 6969-73, cite Ann O’Hare Mac Cormick du New York (...)
  • 120 RG 84, Paris Embassy, classified generai records, 1952, box 156, Dunn, Oct. 21, 1952, to Sec. Stat (...)

34Dunn constata les dégâts : « Notre plus récente communication avec Pinay est la plus sévère que nous ayons donnée aux Français depuis le début de l’aide américaine d’après-guerre », dit-il au secrétaire d’État. « Il y a une ligne au-delà de laquelle les conditions qui peuvent être considérées comme empiétant sur la souveraineté nationale deviennent contre-productives116 ». Il nota les soutiens accordés à Pinay par de nombreux parlementaires et par les Français. L’incident compensait-il l’humiliation ressentie dans les affaires coloniales et à l’ONU117 ? Dunn évoqua plusieurs solutions, dont certaines paraissent avec le recul d’une grande sagesse. Il comprit que Pinay ne pouvait plus augmenter les impôts sauf à susciter une réaction politique de l’opinion publique. A s’acharner contre les revendications françaises, la France pouvait se dissocier de l’OTAN. Il fallait reconnaître officiellement que la politique budgétaire française relevait d’une responsabilité française. Il proposa d’abandonner tout contrôle sur l’ensemble du programme militaire français et d’affecter seulement la contre-valeur à des dépenses plaisant aux Américains, la guerre en Indochine118. La presse américaine comprenait l’aspiration de la France à être une grande puissance et voir ses intérêts respectés en AFN119. Pour réduire les ondes de choc de cette affaire, Pinay invita chez lui James Dunn avec Pleven. Il rassura l’ambassadeur mais il indiqua aussi qu’une réduction de l’aide américaine en dessous de 650 millions $ renforcerait le camp des opposants à la CED120 .

Une France aux normes : le rêve de l’Amérique

  • 121 457 A. P. 45, « problèmes du commerce avec la Chine », secret, note mal datée, mars 1953 sûrement, (...)
  • 122 Industrie, c39, secret, doc CH/170/53 septembre 53, document transmis par le ministère des Affaire (...)
  • 123 CE 52, 6 mars 1953, coop. économique, à B. Toussaint CEE, n° 99, « a/s accords commerciaux avec le (...)
  • 124 CE 52, JPB, DGAEF 9 avril 1953, note pour M. Wormser, « a/s conférence sur les échanges Est-Ouest  (...)

35La France décidément refusait sa banalisation, sa normalisation. La normalisation de la France passait par l’arrêt du commerce avec les pays communistes. Or, on l’a remarqué, les Français avaient manifesté une certaine indépendance. Ils appelaient de leurs vœux le développement des échanges avec l’URSS. En mai 1952, ils participèrent à la conférence économique Est-Ouest de Moscou qui suggéra de multiplier par trois les échanges. Une seconde réunion Est-Ouest, prévue en septembre 1952, fut reportée à l’initiative de l’URSS, puis annulée sans explication. Le problème se posa en termes nouveaux en 1952, quand le Congrès des États-Unis interdit toute aide aux pays qui fournissaient l’URSS et ses satellites. Les Français s’attendirent désormais à voir la surveillance américaine s’exercer avec plus de rigueur sur le commerce entre la Chine et l’Europe. Or la France venait de signer avec la Chine un accord de troc en avril 1952 pour un montant de 4 millions $. Des opérations commerciales ont été menées par Doumeng, le fameux milliardaire rouge. Interagra a signé avec China Import and Export Corporation un accord pour échanger du thé vert, de la soie, des oléagineux contre des produits sidérurgiques et de la pharmacie pour 2 milliards de F. Une mission d’industriels français, en majorité communistes d’après le Quai, s’était rendue en Chine. Les Messageries Maritimes avaient affrété 2 navires, mais les États-Unis avaient bloqué les avoirs de la Banque d’Indochine aux États-Unis. Les Chinois de leur côté empêchèrent le départ de Chine des directeurs de 4 agences françaises. Les Américains bloquèrent aussi l’exportation vers la France d’un produit pharmaceutique rare, la Terramicine. Les relations franco-américaines étaient donc acides, sans être critiques. La politique française vis-à-vis de la Chine fut toujours différente de celle des États-Unis. La France croyait de son intérêt de commercer avec les pays de l’Est pour assurer la paix. Elle empêcha seulement l’exportation de produits servant à l’effort de guerre du Viêt-minh et favorisa au contraire le commerce de produits non-stratégiques121. La politique commerciale française pesa dans les négociations franco-américaines sur l’aide. Les Français acceptèrent de réduire leurs exportations de produits pharmaceutiques en direction de la Chine à 1,5 million $, si les autres pays en faisaient autant. Un accord intervint au sein du Cocom puisque nous avons une liste d’articles sous embargo pour la Chine en septembre 1952122. Le problème était identique avec les pays de l’Est européen. Il existait un accord commercial franco-polonais du 13 octobre 1952. Du charbon polonais a été livré à la France en remboursement des créances françaises sur la Pologne (indemnités de nationalisation). Les échanges portèrent sur 7 milliards de F. Un accord a été signé avec la Tchécoslovaquie123. Cette politique d’ouverture a été une constante de la politique française, mais elle se développa avec des bonheurs divers. Certains services du Quai d’Orsay voulaient une grande politique commerciale à l’Est, pour rétablir la balance commerciale française. La mort de Staline laissait augurer des changements heureux124.

  • 125 M-88, 75 « Bilatéral talks during December 1952 NATO Meeting, aid to France », prepared by Mr. Bei (...)
  • 126 USRO Executive secretariat, country file, 1952-55, box 7, Secret, « memorandum for generai Ridgway (...)
  • 127 FRUS 1952-54, volume VI, Western Europe and Canada, part 2, n° 546, Dunn to the Department of Stat (...)
  • 128 RG 84, Paris Embassy. classified generai records, 1952, box 156, Labouisse TOMUS 325, from MSA Fra (...)
  • 129 Irwin M. Wall, L’influence américaine sur la politique française, 1945-1954, Balland, 1989, p. 326
  • 130 CE 05, Washington, 20 novembre 1952, 19 h 30, 7682-84, « Visite avec Jacqueline Auriol au salon de (...)
  • 131 4 AU 93 dr 5 Washington. 25 décembre 1952, n° 8314/31, ts.

36Il faut s’interroger sur l’arrogance américaine. On peut comprendre l’exaspération de l’administration Truman à la suite des nombreux et vains échanges de notes depuis mars 1952. Mais n’était-ce pas la règle du jeu diplomatique ? Était-ce le moyen de faire oublier les ambiguïtés américaines sur l’aide ? Les Américains voulaient tout et son contraire : une France forte en Indochine et en Europe, mais dépendante des États-Unis pour son armement, prête à lever des impôts pour les payer. A Lisbonne il y a eu promesse de 500 millions $. Mais en avril l’administration américaine présenta au Congrès une demande d’aide de seulement 420 millions $. Des économies budgétaires à l’initiative du Congrès renforcèrent la tension sur l’aide. Or en juin l’administration américaine promit encore à Letourneau 150 millions $ d’aide additionnelle pour l’Indochine125. En fait il n’y avait pas assez de fonds disponibles au chapitre de l’aide économique et rien n’avait été fait par l’administration pour transférer des crédits affectés aux end-items. On peut expliquer cette crise par le mépris du plus fort pour un maillon faible. L’administration militaire américaine comme le Congrès ne s’embarrassaient pas de nuances diplomatiques. À Pleven, déçu que les Américains aient taillé sans explication dans les end items, il fut répondu que le programme initial français était fondé sur 19 divisions 1/3 fin 1953 et qu’il était tombé à 12 divisions françaises sur le théâtre européen, d’où les diminutions d’end items126. Les Américains avaient confiance en Pinay, mais la France n’était pas la fidèle Angleterre. La France était humiliée alors que Anthony Eden, secrétaire aux Affaires étrangères, prononçait, le 13 janvier 1952, un discours à la Columbia University de New York sur la double direction du monde atlantique. Existait-il un lien entre les rumeurs de conversations franco-soviétiques et cet incident ? Dunn en fit l’une des causes d’un rapprochement franco-soviétique. Le secrétaire d’État n’a pas pris au sérieux la colère de Pinay qu’il perçut comme une gesticulation de politique intérieure. Dunn au contraire manifesta une réelle compréhension de la France : « Si nous devons maintenir et développer notre partenariat atlantique, nous devons traiter vraiment nos partenaires comme des partenaires127 ». Henri Labouisse, représentant en France de la MSA, désirait aussi une clarification des rapports avec la France128. Le malentendu franco-américain risquait de s’envenimer si les Américains ne faisaient pas connaître les conditions d’utilisation de l’aide. La crise franco-américaine d’octobre 1952 fut un signal d’alarme pour les Américains. Dunn appela à la vigilance et à la prudence vis-à-vis de l’Europe et de la France, contre ceux qui considéraient que les Français devaient se plier aux conseils américains. Les Américains taxèrent en privé la France de neutraliste et de défaitiste. Mais ils remarquèrent que l’intérêt de la sécurité commune était de faire de l’OTAN une véritable organisation multilatérale. L’incident avait touché le Département d’État d’après Irwin Wall. Les Américains n’étaient-ils pas allés trop loin ? Les Russes ne pouvaient-ils pas en profiter ? L’incident ne menaçait-il pas la ratification de la CED ? Fallait-il soutenir la France à 90 % ou à 100 % ?129 Les États-Unis reconnaissaient qu’une contribution propre de 1 250 milliards de F était le maximum pour les Français. Les Américains allaient-ils alors contribuer en 1953 à un budget militaire français de 1 420 milliards de F ou de 1 464 milliards de F en ajoutant une aide de 525 millions $ ou de 650 millions $ ? Limitant les dégâts, Thomas Finletter, secrétaire de l’Air Force, annonça que la Mutual Security Agency (MSA) allait financer 75 Mystère II de Dassault, puis 150 Mystère IV au titre d’un programme OTAN de 1 200 avions supersoniques130. L’arrivée d’une nouvelle équipe aux États-Unis ouvrit des perspectives que le gouvernement français exploita immédiatement, puisque le futur secrétaire d’État, Dulles, avait confirmé son intention « de mener une politique d’étroite entente avec la France et la Grande-Bretagne131 ».

  • 132 FRUS 1952-54, volume VI, Western Europe and Canada, part 2, n°610, Dillon. secret. n° 469 Paris, A (...)

37Ainsi, de Lisbonne à l’incident du 6 octobre 1952, les Français passèrent d’une confiance candide dans les États-Unis à une méfiance manifeste. La méfiance a été renforcée par la façon dont les États-Unis ont conduit chez eux la lutte contre le communisme. Le Maccarthysme n’a pas été dénoncé par le gouvernement américain. Le manque de confiance vint aussi du comportement des Américains envers les Européens. La politique américaine était imposée aux Européens, même si elle paraissait nécessaire. Un grand ressentiment en naquit. Ces raisons ont été données à l’époque par le nouvel ambassadeur américain à Paris, Douglas Dillon, dans l’été 1953132. Du côté français, la crise franco-américaine soulignait la faiblesse des gouvernements. Bidault et Pleven avaient troublé l’OTAN en n’arrivant pas à se mettre d’accord sur le budget militaire. La crise traduisait à la fois l’incapacité des Américains à juger des véritables capacités économiques et militaires de la France en Indochine et l’incapacité des Français à choisir entre la poursuite de la guerre en Indochine et la création d’une force militaire française puissante en Europe pour la CED. Tout le monde a compris qu’on ne pouvait pas faire les deux. Pourtant, les dirigeants politiques français, en dépit de la faiblesse institutionnelle du régime, manifestaient une sorte de boulimie de puissance qui donnait des effets contestables en Indochine ou dans les territoires sous dépendance. En revanche ils réussirent à fonder le complexe militaro-industriel français dont on connaît les succès. La France a refusé,-et c’est une constante politique de la IVe République-de devenir la sous-traitante des États-Unis et de l’OTAN. Après la reconstruction et la modernisation, la crise de 1952 montrait une extraordinaire soif d’ambition internationale et de sécurité, qu’on peut interpréter soit comme l’inconscience des vrais rapports de forces, soit comme un signe de profonde vitalité du corps social et politique français.

L’aide aux couleurs d’Eisenhower

  • 133 B 33923, PPS. Attaché financier à Washington, à G. Guindey, 27 mars 1952, « Audition de David Bruc (...)

38La préparation de l’année budgétaire 1952-1953 par l’administration Truman avait mieux commencé pour les Français. Lors des traditionnelles auditions des fonctionnaires de la Mutual Security Agency par le Sénat, Bruce avait décrit les sacrifices consentis par les Français en Indochine. Il avait dû batailler pour ramener à de justes proportions les critiques contre le système fiscal et politique français133. Mais aux demandes réitérées d’aide des Français, le Congrès comme d’ailleurs les Européens de l’ŒCE se lassaient. Un nouveau slogan fleurissait : trade not aid, alors que le dollar gap n’avait pas disparu et que l’aide sous forme d’OSP ne pouvait pas résoudre les problèmes de la balance des paiements. L’arrivée au pouvoir du républicain Eisenhower changeait tout pour la France.

Les engagements américains envers la France en janvier 1953

39Face à la nouvelle administration, qui connaissait déjà parfaitement les dossiers du fait de l’immense compétence du nouveau secrétaire d’État, John Foster Dulles, les Français ont cherché à obtenir une aide économique en plus de l’aide militaire, sous forme de defense support, une aide économique pour l’effort de défense. Les Français redoutaient la situation des deux années précédentes, les ambiguïtés du programme, les coupes dans les programmes d’aide. Sur quoi s’appuyer pour obtenir les dollars ? Comme auparavant sur la lutte en Indochine et sur l’idée européenne aussi, car le Congrès vibrait aux constructions européennes en formation (CECA, OTAN, CED).

  • 134 CE 63, DGAEF JMS, 10 janvier 1953, « note pour le Président ».

40La loi d’aide de 1952-1953 fut signée par Truman le 20 juin 1952 : l’aide militaire atteignait 3,4 milliards $ et l’aide de soutien-défense 1,2 milliard $. Les Français savaient qu’ils devraient augmenter le budget militaire pour bénéficier de defense support, l’ancienne aide économique. L’administration américaine annonça, on l’a vu, un chiffre d’aide de 525 millions $ le 8 octobre 1952. D’autre part la loi comprenait un amendement Blair-Moody d’origine syndicale pour le développement de la productivité en Europe, voté par acclamation au Sénat, ce qui en disait long sur l’image ringarde de l’industrie européenne aux États-Unis. Cette aide devait servir à élever le niveau de vie des travailleurs en France et en Italie surtout. L’augmentation de la productivité avait pour fonction politique de faire baisser les suffrages communistes. Les sommes accordées au titre de la productivité, entre 2 et 4 millions $, étaient modestes et sans rapport avec la propagande autour de la productivité. En janvier 1953 les Français ne savaient pas exactement sur quelle aide compter. Serait-ce les 525 millions $ d’octobre, ou davantage, de l’ordre de 660 millions $ ?134

Tableau 38. Assistance américaine pour 1952-1953 en janvier 1953. En millions $

Tableau 38. Assistance américaine pour 1952-1953 en janvier 1953. En millions $

41La situation française était caractérisée par le poids croissant et imprévisible de la guerre d’Indochine qui contraignait la France à mendier une aide accrue aux Américains. Sur le terrain, l’aide militaire en end-items s’intensifiait. Les promesses d’assistance pour l’année 1952-1953 n’étaient pas négligeables, mais la mise à disposition des crédits, de types variés, n’était pas assurée.

La politique française de John Foster Dulles

  • 135 363 A.P. 21, Bonnet, « note pour le Ministre », 3 janvier 1953. 4 AU 93, Dr5, Washington, 25 décem (...)
  • 136 CE 67, JMS DGAEF 26 janvier 1953, « note pour l’ambassadeur SG, Aide américaine, conversations ave (...)
  • 137 363 A.P. 22, ministère des Affaires étrangères, 31 janvier 1953, « Documents préparés par les serv (...)

42Bonnet avait rencontré le nouveau président, Dwight Eisenhower, et le nouveau secrétaire d’État, John F. Dulles, avant leur entrée officielle en fonction. Il en avait retiré l’impression qu’ils se sentaient concernés par la guerre en Indochine135. Dulles effectua un voyage d’information en France en février 1953. Bidault, nouveau et habituel ministre des Affaires étrangères, prépara cette rencontre avec soin. L’affront du 8 octobre 1952 devait être réparé. Les services envisageaient 650 millions $ d’aide pour 1952-1953 au lieu de 525 millions $, et 775 millions $ pour 1953-1954. L’essentiel était d’obtenir une aide directe, car les OSP « permettaient aux États-Unis d’exercer sur notre industrie un contrôle et une action beaucoup plus directe que ceux que pouvait favoriser l’aide Marshall » écrivait Jean-Marie Soutou au Quai d’Orsay136. On croit rêver, puisque depuis deux ans au moins, le Congrès n’entendait pas revenir à l’aide Marshall. Les services suggérèrent que Bidault réclamât la prise en charge de 50 % des dépenses françaises en Indochine (soit la moitié des 450 milliards de F), en sus de l’aide militaire normale reçue dans le cadre de l’OTAN. Cependant, avec un rare courage et une lucidité tardive, la direction économique du Quai d’Orsay contesta le bien fondé d’une politique qui visait à obtenir toujours plus d’aide américaine. S’appuyant sur Mendès France, alors président de la commission des comptes et des budgets économiques de la nation, Olivier Wormser, puisque c’est de lui qu’il s’agissait, expliqua : « Toute notre économie se fonde sur des courants d’importations qui ne pourraient certainement pas être maintenus si nos ressources en dollars devaient être limitées aux produits des exportations possibles en toutes circonstances. Ainsi l’économie française s’oriente dans le sens d’une dépendance essentielle ». Mais il ne tranchait pas sur le choix fondamental : comment réarmer et faut-il abandonner l’Indochine ?137

  • 138 457 A.P. 44, DG affaires politiques Europe, J. S. 23 janvier 1953, « a/s politique européenne, not (...)

43Les débats interministériels préparatoires révélèrent que René Mayer, président du Conseil, était conscient du risque de mainmise américaine sur l’Indochine. La direction Asie du Quai pensait de même. Que faire si les États-Unis réclamaient une participation à la direction des affaires d’Indochine ? Elle risquait de s’accompagner d’une « dissociation des responsabilités du gouvernement français ». Quel terme pudique pour évoquer l’éviction de la France d’Indochine ! La direction des Finances extérieures voyait dans l’aide à l’Indochine le moyen de couvrir les besoins en dollars de la balance des paiements et de financer sur les seules ressources françaises le réarmement OTAN, donc de préserver à terme l’indépendance de la France138. La guerre était donc intéressante, non pour la politique qu’on prétendait faire en Asie, mais pour faciliter le réarmement sur le front européen. D’une certaine façon, l’idée était de laisser faire les États-Unis en Indochine pour échapper à une trop forte tutelle américaine en Europe.

  • 139 457 A.P. 44, Lettre de G. Bidault à René Mayer, 14 mars 1953 ; F 60 ter 441, SGCI, Note, 10 mars 1 (...)

44Au cours des conversations du 2 février 1953, Bourgès-Maunoury, ministre des Finances, demanda la prise en charge de la moitié de la guerre d’Indochine. Harold Stassen, nouveau directeur de la MSA, laissa entendre que toute demande d’aide ne serait prise en compte qu’en échange de la ratification de la CED. L’esprit de chantage ou de « réalisme » n’était donc pas absent de ces conversations. Les conditions de l’aide américaine étaient beaucoup plus clairement définies que dans le passé. Après cette rencontre, Bidault fit savoir qu’il craignait que les États-Unis ne veuillent finalement aider davantage les États associés d’Indochine que la France, avec le risque « d’affaiblir notre autorité par rapport aux États associés »139. Pourquoi dans ces conditions accepter une aide pour l’Indochine ? Sinon parce qu’elle servait d’abord à équilibrer la balance des paiements de la France.

  • 140 CE 06, Washington, 13 mars 1953, 19 heures 1868-74, réservé, secret, au président du Conseil, « vi (...)
  • 141 363 A.P. 22, R. Mayer à « mon cher Président et ami » Auriol ?, non datée, manuscrite.
  • 142 363 A.P. 27. « Discours du 19 mars, American Club et au National Pen Club de Washington », 27 mars
  • 143 457 A.P. 45. Bonnet, Washington. 16 mars 1953, 20 h 30, 1929-34 ; DGAEF, Coopération économique, d (...)
  • 144 363 A.P. 22 Conversations franco-américaines, 26-27 mars 1953, 26 mars, 15 h 30, 17 h, 27 mars 9 h (...)
  • 145 457 A.P. 45, Direction générale politique du ministère des Affaires étrangères, 9 avril 1953, « Po (...)
  • 146 CE 82, 8 avril 53, Bidault, en réponse à la lettre de Dillon du 8 avril ; JMS DGAEF, coop. écono. (...)

45Bidault et Mayer partirent aux États-Unis un mois plus tard (26-28 mars 1953). Les conversations portèrent sur le programme de défense et balayèrent largement les questions économiques et financières140. Bonnet souhaitait la plus grande prudence sur l’aide à l’Indochine en raison de la sensibilité de l’opinion américaine. Sans doute était-ce pour cette raison que le voyage n’était pas souhaité par les Américains141. Mayer avait préparé son voyage par diverses opérations de relations publiques dont un discours à l’American Club le 19 mars. La guerre d’Indochine, dit-il, n’était ni « la dirty war, la colonial war, la forgotten war mais la misunderstood war, la major War » où étaient engagés 400 000 combattants142. Les Français se déplacèrent à Washington pour faire supporter par le budget américain le coût de la guerre. Les conséquences étaient redoutables143. Le gouvernement Mayer, bien qu’ayant hésité, choisit de continuer la guerre. Quel prix faudrait-il payer en abandon de souveraineté ? En attendant le spectacle de l’entente franco-indochinoise fut mis en scène. Jean Letourneau, ministre d’État chargé des relations avec les États associés, entouré des ambassadeurs du Vietnam et du Cambodge à Washington, rappela la décision de constituer une armée nationale vietnamienne. Bidault, de son côté, réclama naïvement une déclaration de Dulles sur le rôle mondial de la France ! Dulles lui répondit : « Le gouvernement américain sait que la France appartient à l’élite du monde ». Mais il ajouta finement qu’il était imprudent de déclarer que l’on dirige le monde ! Plus sérieusement, Mayer et Letourneau posèrent la question de l’attitude américaine en cas d’attaque chinoise sur l’Indochine. Les Américains promirent une dissuasion par la 7e flotte et une aide à l’évacuation du Tonkin. L’échange n’était pas à sens unique car l’administration américaine en profita pour demander aux Français de cesser de commercer avec la Chine144. A quels résultats aboutirent les quatre ministres ? Les informations venues de Washington indiquèrent qu’Eisenhower n’était pas opposé à une aide à la France si les Indochinois savaient qui la leur fournissait et si les États-Unis étaient informés des plans français145. Bourgès obtint 230 millions $ d’OSP budgétaires de type Lisbonne pour l’année 1952-1953. L’échange de lettre Dillon-Bidault du 8 avril 1953 entérinait l’accord146. Ce voyage, si peu désiré, n’aboutit pas politiquement à grand-chose. Il existait une incohérence entre les rodomontades de Bidault sur le rôle mondial de la France et une négociation en sous-main où la France suppliait qu’on l’aide. Une telle inadéquation excédait les convenances et renforçait le doute sur la fiabilité politique de la France. Pourtant, le voyage révélait un changement d’attitude de l’administration américaine, comme si elle tentait d’offrir à la France une dernière chance en Indochine.

  • 147 363 A.P. 22, 24 avril 1953, Burin des Roziers, pour le Président du Conseil.
  • 148 457 A.P. 45, ministère des Affaires étrangères 22 avril 1953, « entretiens franco-américains au mi (...)
  • 149 F 60 ter 441, « Mémorandum Dulles du 26 avril 1953 ».
  • 150 CE 81 Paris, « Mémorandum », secret, délégation américaine, en anglais
  • 151 363 A.P. 22 « Mémorandum », 26 avril 1953, secret ; réunion franco-américaine au Quai d’Orsay, dim (...)
  • 152 457 A.P. 45, « Réunion franco-américaine au Quai d’Orsay », 26 avril 1953, 15 h 30

46De nouvelles conversations franco-américaines s’ouvrirent à Paris, entre Bidault, Dulles et leurs collaborateurs, le 22 avril 1953. Elles portèrent sur l’effort de défense de la France en Europe. Pleven, ministre de la Défense, affirma l’incapacité de la France de dépasser l’effort actuel. En réponse, les Américains firent savoir qu’ils n’avaient pas d’objections à ce que la France utilise à sa convenance les OSP, pourvu qu’elle poursuive la lutte en Indochine147. Dulles suggéra d’accompagner une demande d’aide militaire pour l’Indochine d’un plan militaire et politique susceptible de modifier la situation. La prise en main de l’Indochine par les États-Unis se précisait. L’Indochine intéressait Dulles, car elle était une pièce du roll-back dans le jeu de domino mondial148. Dans le domaine économique, Dulles fit donner une avance de 60 millions $ sur l’aide économique 1953-1954 pour régler le nouveau déficit français à l’UEP ainsi qu’une avance de 100 millions $ de l’Eximbank sur la valeur des contrats offshore signés149. Mais les Américains exigèrent la mise en œuvre substantielle d’un programme financier rigoureux150. Un mémorandum américain précisa le montant possible de l’aide américaine de 1953-1954 ; au total elle pourrait atteindre plus de 600 millions $ y compris un prêt de l’Eximbank. L’aide américaine pour 1954 à l’Indochine devrait financer 40 % des dépenses de la guerre d’Indochine151. Les Républicains poursuivaient plusieurs buts : aider la France à se battre en Indochine, mais définir la tactique de la bataille ; contenir au maximum les ambitions militaires nationales françaises par l’OTAN et assainir l’économie française. Après avoir entendu Dulles promettre une aide, les Français furent soulagés. Ils se répandirent en remerciements qu’on peut croire sincères. Ils promirent la ratification de la CED152. Or Bidault venait de dire non, en février 1953, à l’Autorité politique européenne qui comportait un Marché commun à Six. Cette déclaration intégrationniste de Bidault induisait en erreur les États-Unis.

  • 153 B 18221, 27 avril 1953, « Mémorandum secret du gouvernement américain ».
  • 154 CE 81. P. Nacivet, SGCI 21 décembre 1953, « Commentaires sur la déclaration de Foster Dulles à la (...)
  • 155 363 A.P. 24/25, DG affaire politique, Asie-Océanie, 18 mars 1953, « Coordination de l’action des g (...)
  • 156 JO, « Demande d’investiture de Paul Reynaud 27 mai 1953 » 44 AN, p. 2866

47Avril 1953 fut le moment clef de l’intervention directe des États-Unis dans la guerre d’Indochine, sous la forme d’une participation à la gestion tactique des forces des États associés153. Cela fut répété par Dulles en décembre 1953154. Les experts américains croyaient fermement que la guerre menée autrement pourrait être gagnée en 2 ou 4 ans. Au contraire, les militaires français eurent l’illusion de pouvoir arracher aux États-Unis les moyens matériels et financiers de faire la guerre selon leur choix. Les témoignages recueillis au Quai d’Orsay, dans les services parisiens non directement impliqués dans la guerre, prouvaient au contraire que les hauts fonctionnaires avaient déjà tiré un trait sur la guerre155. Certains politiques avaient une vue claire : « On ne pourra supporter longtemps encore une telle contradiction entre des visées lointaines et les nécessités quotidiennes proches de nous », dit François Mitterrand lors de la crise politique de mai 1953156. Les trois grandes négociations de février à Paris, de mars à Washington et d’avril 1953 à Paris eurent l’avantage de préciser les conditions et les montants des divers concours financiers américains pour l’année en cours 1952-1953 et l’année suivante 1953-1954 (promesses d’aide). Outre les divers programmes d’OSP en cours de réalisation, l’aide en défense-support (ex aide économique) se monta à 397,5 millions $ pour 1952-1953.

Le programme d’aide de la FOA (1953-1954)

48Le 1er août 1953, la Mutual Security Agency (MSA) passa sous l’autorité de l’Administration des Opérations à l’étranger ou Foreign Operations Administration (FOA), transformée à son tour, le 1er juillet 1955, en International Cooperation Administration (ICA). Le programme américain d’aide a la France était beaucoup plus clair qu’en 1952-1953, mais les conditions s’alourdissaient.

  • 157 74 A.P. 33, SG permanent de la DN, 1er février 1954 ex n° 3/20, « État d’avancement des programmes (...)

49L’administration Eisenhower poursuivit le programme d’OSP en faveur de la France. Le conflit d’octobre 1952 était surmonté. Des fabrications de haute valeur technologique étaient financées en OSP. Le bilan de 1954 n’était pas négligeable : 503 avions modernes avaient été livrés (DH 53 Mistral, MD 450 Ouragan, NC 2501 Cargo, MD 315-312-311, SIPA école, Morane 733 école), six stations radars construites, 25 terrains d’aviations construits, dont 7 pour l’OTAN, 422 chars réceptionnés. Des batteries de DCA avec leurs munitions, des navires de guerre (23 escorteurs, 21 dragueurs, croiseurs De Grasse, Colbert, Guichen, Chateaurenault, 4 sous-marins Narval, 2 sous-marins), des avions pour l’aéronautique navale avaient été construits en offshore157. Les Français demandaient maintenant le financement de machines-outils pour l’industrie d’armement française, entre autres pour l’aéronautique à la SNCASE, chez Messier et Dassault.

  • 158 F 60, SGCI/13, 771475/45 = 74 2494, SGPDN, DN, Colonel Madré, chef du service de la sécurité, 14 j (...)
  • 159 CE 81 JM 16 mars 1954 DGAEF, coop. économique note pour M. Wormser, « a/s réunion franco-américain (...)
  • 160 CE 63, O. W. coop. eco. 20 avril 1954, note pour M. Charpentier, « a/s aide américaine ».
  • 161 F 60 SGC1/9, OTAN (DPFOTAN), secret, n° 8715P, « commandes offshore ».

50Mais la passation des contrats offshore demeurait difficile. Certaines réticences américaines s’expliquaient par les risques de sabotage à l’instigation des communistes, du moins était-ce l’obsession des Américains. De nombreuses enquêtes furent menées par les autorités américaines. Pour éviter les interventions américaines, le SGCI s’est efforcé de faire lui-même ces enquêtes de sécurité. On relevait des mouvements sociaux dans des entreprises assurant des contrats offshore à Nantes, au Creusot, à Lormont en Gironde, à Port-de-Bouc ; l’entreprise Intertechnique était dans le collimateur du fait que son directeur Jacques Maillet était connu comme communiste par les services américains. Les Américains craignaient jusqu’à l’ombre du communisme, alors que du côté français, les mots utilisés pour qualifier l’activité syndicale restaient neutres. Les personnes réputées communistes étaient peu nombreuses158. Le SGCI a même refusé de communiquer aux autorités américaines l’appartenance syndicale des ouvriers des entreprises françaises car souvent les Américains en tiraient des conclusions erronées. La Mutual Security Agency (MSA) exigeait aussi la cession gratuite des brevets qui étaient propriétés du gouvernement français. Les prix français restaient trop élevés par rapport à la concurrence159. Les visites des Américains de l’OPC venus suivre la réalisation des contrats ont soulevé des problèmes, car elles débordaient parfois le cadre du contrat pour se porter sur des fabrications de la Défense nationale en général. Les retards de livraisons incitaient le gouvernement américain à refuser de nouveaux contrats. Les services français constatèrent que les industriels français avaient du mal à dépenser les crédits offshore et à industrialiser les commandes160. La France était déjà en 1953, en dépit des récriminations habituelles, le grand pays bénéficiaire des OSP, que ce soit à titre commercial ou en aide budgétaire avec 785 millions $161. 1,5 milliard $ avait été offerts aux Européens. La Grande-Bretagne avaient obtenu 381 millions $ d’OSP, suivie par l’Italie avec 225 millions $. L’Allemagne n’avait récupéré que 4 millions $ d’OSP.

  • 162 CE 90. SGCI 21 mars 1955, n° 145 à ministère des Affaires étrangères. Tableau du 18 mars 1955 au t (...)

51Si l’on tente de faire le bilan, deux ans après, les commandes offshore passées aux industries françaises atteignaient le chiffre de 1 milliard $ au profit de la France162. En 1957 le montant atteignait 1,7 milliard $.

Tableau 39. .Essai de bilan des offshore Lisbonne, des commandes Pleven-Dunn et commerciales, 1951-1954. En millions $

Tableau 39. .Essai de bilan des offshore Lisbonne, des commandes Pleven-Dunn et commerciales, 1951-1954. En millions $
  • 163 560A.P. 51, bilan en 1953 ; DN, 16 février 1954, n° 64/AEB, « avancement des commandes offshore ».

52La répartition des OSP pour 1950-1954, selon les armes, était la suivante163 :

Tableau 40. Répartition des OSP (1950-1954) par armes. En millions $

Tableau 40. Répartition des OSP (1950-1954) par armes. En millions $
  • 164 52 J 116 ; DE-CE 331, J. Caffery, « Rapport sur le programme d’aide américaine à l’étranger », Sén (...)

53Jefferson Caffery annonçait au Sénat américain en 1957 qu’un crédit total de 1 649,3 millions $ avait été alloué à la France sous forme de commandes OSP, de 1952 à fin 1956. Il distinguait 1 080 millions $ d’aide MDAP et 562 millions $ provenant des fonds de service des armées américaines164.

  • 165 F 60 SGCI 8, 771476/39 = 752488, mémoire de Cleary, Gottlieb. Friendly and Ball, Paris 8, 7 juille (...)
  • 166 F 60, SGCI 15. 771476/76 = 752527, Jacques Michel, note 26 janvier 1955.

54Au bout du compte, après une montée en puissance délicate et soumise à de nombreuses conditions, l’industrie française et le budget militaire avaient profité de plus de $1 milliard de dollars d’OSP sur un total d’OSP de 2,5 milliards soit 41,1 %. Certes la nature de chacune des catégories d’offshore était différente. Les OSP Lisbonne soulageaient le budget militaire. Les OSP commerciales faisaient gagner des dollars. Paradoxalement ces dernières commandes coûtèrent de l’argent au budget français. Cela provenait du décalage entre les prix français et ceux de ses voisins. En effet l’administration américaine contrôlait de très près le bon emploi des fonds et le gouvernement français fut pris en défaut quand on s’aperçut qu’il subventionnait secrètement, à hauteur de 23,7 %, une société, SOFRANIC, qui avait soumissionné sur des contrats de munitions. L’administration américaine abaissa donc le prix des matériels payés aux sociétés françaises165. Il semble bien que Mayer, alors président du Conseil, ait accepté de lâcher entre 4,5 et 6 milliards de F, en mars 1953166. Le gouvernement italien avait consenti aussi de semblables subventions sur des fusées. Mais pour Mayer, pour la Défense nationale comme pour le SGCI, l’important était de constituer une puissante industrie d’armements. Les commandes offshore se terminèrent en juin 1955. Elles avaient remplacé dans des conditions totalement différentes l’aide économique antérieure. Les crédits alloués avaient été très importants et avaient contribué directement au bon fonctionnement des usines d’armements.

  • 167 F 60 ter 372, Note verbale de la FOM du 16 octobre 1954.

55La Foreign Operation Administration (FOA) qui regroupa en juin 1953 toutes les administrations d’aide à l’étranger, dirigée par le républicain Harold Stassen, voulait faire confiance au capitalisme privé américain pour participer au développement des territoires d’outre-mer. A partir de 1953, on ne sentit plus l’esprit du point IV dans les actions de l’administration américaine dans les territoires d’outre-mer français. À peine l’avait-on senti en 1950-1951. Une crispation sur la recherche de matières premières était à nouveau perceptible. Le financement du port de Nemours en Algérie servait l’évacuation des minerais marocains ou du Sud algérien, les aménagements ruraux du lac Alaotra à Madagascar ou de la vallée de la Medjerdah en Tunisie devaient bien disposer les populations rurales envers les États-Unis. L’aide américaine a financé, en partie, la mise en valeur du cuivre d’Akjout en Mauritanie, après un accord franco-américain du 29 juin 1954. Les Américains donnèrent une participation sélective aux projets de développement, comme s’ils reconnaissaient l’immense difficulté à développer les pays pauvres, et surtout parce que l’administration Eisenhower se préoccupait de la sécurité immédiate du monde occidental. Les Français de la FOM demandaient des financements pour des projets de mise en valeur agricole, rurale, routiers167. Mais ces choix américains de politique post-coloniale n’altérèrent pas les relations avec la mission américaine puisque Paul Delouvrier, secrétaire général du SGCI, demanda la Légion d’honneur pour Horace Reed à son départ de la mission où il gérait les TOM.

  • 168 CE 06, Bonnet, 26 juillet 1953, 20 h, 5780-84 ; Bonnet, Washington, 3 août 1953, 20 h 30, 6013-14, (...)
  • 169 CE 06, O. W. 18 août 1953, DGAEF « Négociations concernant les nouvelles formes d’aides », 11 542.
  • 170 F 60 ter 445 ( 1 ), Pérouse, DE, 19 juillet 1953, « Note sur les risques d’une aide directe des US (...)
  • 171 Mémoires, 1, op. cit., p 463.
  • 172 74 A.P. 36, Lettre de D. Dillon sur les modalités financières de l’aide supplémentaire de 385 mill (...)
  • 173 B 44169, G. Bidault à Dillon, le 29 septembre 1953.
  • 174 74 A.P. 33, p. v. du comité de DN du 11 mars 1954, Très secret, SGP de la DN, ex. 3/10, projet, p. (...)
  • 175 CE 06, Parodi 10 décembre 1954, 22 h 15, à Washington, 16226-28.
  • 176 CE 06, DGAET, secret, à Washington, 16630, 21 décembre 1954, pour Pérouse, de Delouvrier, 0a/s con (...)

56La nouvelle administration républicaine jouait le jeu de la résistance au communisme en Indochine, mais se servait de la France pour cette politique avec l’appui du gouvernement Laniel (juin 1953-12 j u in 1954). L’aide au Corps Expéditionnaire Français (CEF) prit la forme d’OSP, destinées à financer des achats urgents de matériels de guerre. Elle se fit aussi sous la forme de transferts de matériels américains sur le théâtre d’opération de l’Indochine. Pour 1953-1954, le Congrès vota 400 millions $ pour la guerre en Indochine, 85 millions $ pour la fabrication d’armes prévues par l’OTAN et 84 millions $ pour les États associés168. Les premières escarmouches franco-américaines se produisirent quand il s’agit d’allouer les fonds. Les Américains engagèrent les 400 millions $ article par article. Il fallut en donner la valeur et l’utilisation169. Le 3 septembre 1953, la mise en œuvre du plan Navarre répondit aux conditions américaines générales. Ainsi se produisait ce que des observateurs avaient noté : L’aide directe américaine faisait de la France le petit soldat des États-Unis en Indochine. De plus la situation en Indochine se dégrada tellement que Marc Jacquet, secrétaire d’État aux relations avec les États associés, écrivit à Labouisse, représentant de la FOA en France, que le gouvernement ne pouvait plus tenir le budget. Il fallait réduire les dépenses civiles et militaires ou obtenir une aide supplémentaire. Fallait-il abandonner l’Indochine ? L’idée la plus en vogue dans l’été 1953 était de remplacer le Corps Expéditionnaire Français (CEF) par les armées des États associés. « Nous sommes donc à la croisée des chemins », écrivait Pérouse, à propos de l’aide des États-Unis aux États associés170. Le témoignage d’Edgar Faure, ministre de l’Économie et des Finances, indique que le gouvernement Laniel comptait sur « le miracle » de l’aide américaine. Il se produisit en août 1953, d’après Edgar Faure171. Labouisse accepta de discuter le principe d’une aide supplémentaire de 385 millions $ contre l’indépendance complète des 3 États associés. Georges Bidault, ministre des Affaires étrangères, approuva l’aide supplémentaire de 385 millions $ contre l’indépendance des 3 États172. L’aide américaine pour 1953-1954 se monta finalement à 400 millions $ pour le CEF auxquels s’ajoutèrent 385 millions $ pour les États associés et 85 millions $ d’aide aux forces françaises OTAN, en sus des end-items destinés essentiellement à l’Indochine. La lettre de Dillon parvint le 29 septembre 1953173. Un formidable effort en faveur de la guerre en Indochine était donc consenti en septembre 1953. Mais les archives révèlent bien autre chose. Elles prouvent la pression exercée par les Américains en faveur d’une indépendance complète des 3 États associés et le désir de paix des Français en Indochine dans l’été 1953. Certes le plan Navarre devait, comme les précédents, « régler » le problème. Mais le Département d’État a réagi contre des tentatives françaises de régler l’affaire indochinoise par la diplomatie. Les Français ne croyaient plus à la victoire, les pertes s’alourdissaient, le moral flanchait. « Le gouvernement américain parait compter sur la possibilité d’une solution militaire dans des délais assez rapides », notait-on au comité de la Défense nationale en mars 1954, « cette idée est dangereuse »174. Les Américains étaient belliqueux en cet été 1953 et le gouvernement Laniel continua la guerre par faiblesse. La défaite française en Indochine passa inaperçue dans la correspondance économique, mais ses effets furent immédiats dans les relations franco-américaines. L’arrogance américaine envers la France redoubla. L’aide américaine se voulut complètement autonome, comme s’il fallait se séparer du vaincu. Les Américains accordèrent cependant des crédits pour le rapatriement du Corps Expéditionnaire Français (CEF)175. Les Français se dégagèrent financièrement des États associés. Edgar Faure, ministre des Finances du gouvernement Pierre Mendès France, (19 juin 1954-15 février 1955), indiqua à Stassen qu’il n’était plus question que le Trésor français prenne en charge les armées nationales176. Il laissait donc en Indochine la porte ouverte aux Américains.

  • 177 74 A.P. 36, rapport Salan juin 1953, graphiques p. 36.

57Qui a financé la guerre ? Le tableau suivant montre la progression des dépenses et l’accroissement de la part américaine177. Il n’y a pas dans ces chiffres les end-items américains, difficiles à évaluer, même à l’époque.

Tableau 41. Part américaine de la guerre d’Indochine en valeur (milliards de F 1953). et en pourcentage (1949-1953)

Tableau 41. Part américaine de la guerre d’Indochine en valeur (milliards de F 1953). et en pourcentage (1949-1953)

58La guerre d’Indochine a coûté environ 5,9 milliards $ jusqu’en 1953, et les États-Unis ont fourni environ 1,6 milliard $ de cette somme.

  • 178 B 8285, évaluation de l’aide militaire en nature (en milliers de F), au 31 décembre 1966.
  • 179 Voir B 18220, B 10927 et archives du Crédit National, F 60 SGCI/9) 771476/29, ministère de la DN, (...)

59L’aide en end-items, ou programme PAM, apparaît dans ce récit. Cette aide en nature avait commencé en 1950 et fut poursuivie jusqu’en 1966 au moins178. Les end items militaires étaient des biens d’occasion ou de conception ancienne, comparables aux surplus laissés après la guerre en Europe. Leur attribution à la France lui fit tout de même économiser des dollars libres. Les armées françaises ont réceptionné des end items gratuits d’une valeur de 3,4 milliards $ pour la période 1950-1955, soit environ 1 190 milliards de F, l’équivalent d’une année de budget militaire. Une autre source donne la somme en F de 1 060 milliards soit 3 milliards $179. Pour l’ensemble de la période 1950-1966, l’aide militaire en nature aurait atteint 1 652 milliards de F soit 4,7 milliards $ sur lesquels200 milliards de F auraient été restitués après le retrait français d’Indochine.

Tableau 42. PAM au 30 juin 1954 (d’après la Défense nationale). En milliards F

Tableau 42. PAM au 30 juin 1954 (d’après la Défense nationale). En milliards F
  • 180 F60 ter 442, mémorandum d’accord du 28 juin 1954.

60Toutes nos sources sont d’accord pour désigner l’année 1953 comme l’année du maximum d’aide en nature, dirigée vers l’Indochine évidemment. Avec l’année 1953-1954 se terminait la guerre d’Indochine. Une aide résiduelle pour le retrait du CEF fut accordée. Un accord signé le 26 juin 1954 ouvrit un crédit de 85 millions $ pour la fabrication d’armes et de munitions OTAN180. En 1954-1955, la France émargeait encore pour 19,8 millions $ d’aide militaire, mais pour aucun crédit de soutien défense ni d’aide économique.

Conclusion

  • 181 CE 66. PLB 3006 H. Bonnet à G. Bidault 30 juillet 1953, « a/s presse américaine et le rapport Hill (...)
  • 182 CE 63. H Bonnet à PMF 8 juillet 1954, « a/s législation d’aide à l’étranger 1954-1955 ».

61L’administration Eisenhower, si complaisante apparemment, avait accordé une aide affectée à des objectifs purement américains pour des objectifs très précis sans comparaison avec l’aide Marshall, extrêmement libérale. La France ne sortait pas glorieuse de cette confrontation douteuse. Ses gouvernants voulaient tout : l’aide en dollars, la puissance en Indochine, l’indépendance des choix stratégiques. Les conditions mises par la Foreign Operations Administration (FOA) à l’utilisation de l’aide prouvaient que la France était en tutelle. En effet, l’Amérique participait désormais aux choix économiques, militaires et stratégiques en Indochine. L’attribution d’OSP, modulées par types, selon l’humeur des Américains et non selon les souhaits du gouvernement, était un puissant moyen d’intervention et de contrôle, partiel mais réel, du gouvernement français. L’image de la France se dégradait. Les jérémiades françaises pour obtenir coûte que coûte des dollars agaçaient le Congrès. La France était « l’homme malade » de l’Europe, incapable d’équilibrer ses comptes en dollars, produisant à des coûts prohibitifs, n’utilisant pas pleinement les investissements sidérurgiques de la Sollac et d’Usinor181. L’image se dégrada encore avec la défaite d’Indochine et l’échec de la CED. Le temps de l’aide à la France était révolu. L’heure de la relève américaine en Indochine sonnait puisque les États associés d’Indochine recevraient 1,1 milliard $ d’aide militaire en end items et en soutien direct des forces armées, soit le tiers de l’aide américaine à l’étranger. Une aide fantastique, autant que la France en avait reçue lors de la première année glorieuse de l’aide Marshall182. A partir du 1er janvier 1955 les Américains ne passèrent plus par l’intermédiaire des Français pour allouer leur aide aux États associés. Ils répondaient désormais à leurs propres intérêts et accueillaient sans défaveur la poussée de nationalisme anti-français dans ces États.

Notes

1 Voir chapitre IX.

2 F 60 ter 418, DN, septembre 1951. « Indications sur les progrès de l’effort militaire français en 1951 ».

3 B 33688. « Report of the subcommittee on foreign relations, visit to Europe july 7 to july 23 1951 », Théodore Francis Green, chairman. 82eme congress, ls l session Senate. Document n° 56.

4 363 AP 19, secret, TCT, Note 13 août 1951.

5 F 60 ter 418, « Observations sur l’effort de réarmement comparé dans les différents pays du NATO ». 28 juillet 1951, source : bureau économique et financier du NATO.

6 363 AP 19. « Note pour M. le Secrétaire d’État », remis par M. de Margerie au Dr Jessup, 11 septembre 1951.

7 B Amérique, 1944-1952, EU 122, ambassade de France, Washington, 14 septembre 1951, n° 6456, secret, de R. Mayer, pour le président du Conseil, « Entretien avec Lovett du 13 septembre ».

8 F 60 ter 436, réunion au DE 10 septembre 1951, « ECA/trésorerie/OSR ».

9 363 AP 19, très secret. Mayer à Pleven, Président du Conseil, 14 octobre 1951. 363 AP 19 J. Letourneau, 830 cab, 10 octobre 1951 au Président du Conseil, « Budget des dépenses militaires pour 1952 ».

10 10. Janvier 1952.

11 4 AU 72 dr 2, Washington 18 septembre 1951, 1 h, 6540-45, secret, aide économique à l’Indochine, Général de Lattre. CE 04, Washington, 18 septembre 1951, 1 h 50, 6522-39, secret ; Bonnet 18 septembre 1951. 1 h 40, 6540-45, priorité, secret.

12 F 60 ter 396, « Bilan matériaux stratégiques », 16 octobre 1950.

13 F 60 ter 441, DGAEF CE, 17 mars 1955, « Note, les États-Unis et les Territoires français d’outre-mer »,

14 CE 69, RV DGAEF coop. ec. 12 avril 1951 « Note pour l’ambassadeur SG a/s Missions de fonctionnaires de ‘ECA en AF noire française ».

15 CE 75, MC, 23 juillet 1952, ministère des Affaires étrangères à M. le général d’armée Guillaume, Résident général de France au Maroc, « Aide US aux TOM, notamment au Maroc ».

16 Crédit National, SFE, Finances, 27 janvier 1953, à Président du Crédit National.

17 CE 336, Note établie par Jo. Saxe, février 52 et remise à M. de Camaret.

18 CE 336 MC ; CE 28 juillet 1952 ; 8 septembre 1952, DD SGCI, n° 1791, « Projets concernant l’AFN et les TOM, 1952-1953 Basic Material Funds et AT ».

19 CE 336, 16 octobre 1952 note remise à M. Pflimlin par M. Dommel SGCI, avant son entretien avec MM Reed et Saxe de la MSA.

20 CE 336, « Note sur la participation de la Tunisie au bénéfice de l’aide américaine spéciale aux TOM », non datée.

21 CE 336, 27 janvier 1953 MC à Frondeville I. des mines D des TP.

22 CE 336, MC, 30 décembre 1952 à M. Hirsch-Givin, Finex : Paul Hoffher, FOM 29 janvier 1953 AE 1128, note pour le ministre a/s « Aide américaine ».

23 CE 336. 22 août 1952, Guillaume à R. Schuman, SG du protectorat n° 1813, Georges Hutin, « Aide américaine aux TOM ».

24 363 AP 19, « Comparaison entre les causes du déficit de la zone £ et de la zone F par rapport à la zone $ et de l’UEP », 14 novembre 1951.

25 E. Faure, Mémoires, 1, Avoir toujours raison… c’est un grand tort. 1982, 691 p., Pl0n, p. 329.

26 CE 04, O. W. Coopération économique, 23 octobre 1951, à Ambassade de France, Washington, 12621-23. 12624-31, lettre de Mayer à Harriman.

27 363 AP 19, 22 octobre 1951, R. Mayer à Averell Harriman, représentant des États-Unis au comité temporaire du Conseil du NATO. 25 octobre 1951 A. Harriman à R. Mayer.

28 F 60 ter 484, télégramme, 1er novembre 1951, R. Mayer à ambassade de France. Washington, n° 13194-206, réservé, très secret, priorité absolue, réf. au 13157.

29 CE 04, Charpentier, 16 novembre 1951, 22 h à tous postes en Europe occidentale et à Washington, circulaire 218, « Sur le programme de 500 millions $ ».

30 F 60 ter 484, Service des importations, Imp 3 PM 20 décembre 1951, le ministre du Commerce et des REE, vice-président du Conseil, M. de F. et des Affaires économiques, « Etablissement du programme dollars pour l’année 1951-52 ; c. r. réunion du 3 janvier 1952 ». René Mayer.

31 F 60 ter 419, c. r. réunion chez Pleven vendredi 16 novembre 1951 à 11 h ex N° l Très secret. Pleven, Mayer, Bidault, Schuman, Monnet, Acheson, Harriman, Bruce, Labouisse, Nash.

32 F 60 SGCI/12. 771476/44 = 752493, SGPDN, 262, Mémorandum remis au gouvernement français le 9 janvier 1952.

33 F 60 ter 424. Jules Moch. 19 juin 1951, à ministère des Finances.

34 Patrice Facon, « Les bases américaines en France, 1945-1958 : un enjeu politique ». p. 129 et séq. ; La France et l’OTAN, 1949-1996, sous la direction de Maurice Vaïsse. Pierre Mélandri et Frédéric Bozo, Complexe, 1996.

35 363 AP 20. Lettre de Bruce du 28 novembre 1951 à René Mayer, Rome, « Accord des $ 600 millions ».

36 F 60 ter 436, projet de télégramme pour l’ambassade de France, Washington, 20 décembre 1951, « Conversations financières franco-américaines poursuivies depuis la conférence de Rome, état des conversations ».

37 363 AP 20, note remise à M. Bidault à Rome le 24 novembre 1951, sans doute TCT ; CE 04, O. W. 21 décembre 1951, à ambassade de France, Washington et Londres, 15892-900, 21082-90 ; F 60 ter 419, « Avant-projet », traduction, secret, « Protocole d’accord », décembre 1951, pas d’autres indications d’origine, 6 pages, pelures ; F 60 ter 436, « Copy du protocole d’accord », en anglais, sd, s. o.

38 F 60 ter 359, 910, TCT à Labouisse, 29 octobre 1951, 960, TCT à Goodman, Labouisse,

13 novembre 1951.

39 F 60 SGCI 5, 771476-34 = 752483, Réunion de travail du 28 novembre 1951, cabinet du ministre adjoint de la Défense nationale, présidence de Cristofini, directeur de cabinet.

40 F 60 SGCI 6, Jacques Levy à PPS, 19 février 52, n° 457.

41 F 60 ter 423, 4 janvier 1952, « Négociations franco-américaines sur les impôts » ; 24 novembre 1951, « C. r. réunion Guindey, exemptions fiscales au profit des achats américains en France ».

42 F 60 ter 418, 19 avril 1951, « Projet, 1er mouture », Margerie.

43 F 60 ter 418 « Note de Jules Moch au Général Bradley 5 juin 1951 » remis par Tomlinson le 5 juin 1951, « note sur les aspects économiques et financiers du programme français de réarmement » et « note sur le programme français de réarmement du 1er juin 1951 », très secret ; 24 mai 1951 DN, Jules Moch à ministère des Affaires étrangères, « Sur le projet d’aide-mémoire à remettre au gouvernement américain : 13 juin 1951 », Thierry de Clermont-Tonnerre à Pierre-Paul Schweitzer, personnel.

44 F 60 ter 420, note sur la réunion du 29 août 1951, TS, M. des Finances, René Mayer et G. Bidault, DN, Budget et Finances, « Budget militaire pour 1952 ».

45 F 60 ter 420. NATO. BEF confidentiel, réunion feb R/51 12, 31 juillet 1951, réunion au M. des Finances Ve . 6 juillet, 10 h 30 ; F 60 ter 436, JH 23 août 1951 ex. n° 2/30 très secret économie de guerre, DN SGP de la DN coût du plan à moyen terme révisé.

46 F 60 ter 436, Paris, 30 août 1951, « note pour servir de directives à la délégation française aux conférences atlantiques sur les questions du programme de défense », présidence du Conseil.

47 AMI, 10/3/24, lettre de Monnet à R, Schuman.

48 Éric Roussel, Jean Monnet, Fayard, 1996, p. 611.

49 363 AP 20, R Leroy-Beaulieu, 15 novembre 1951, Note pour le ministre ; note de Guindey sur le rapport des Saees. 19 décembre 1951, secret.

50 363 AP 20. NATO, ts ; rapport du TCC 18 décembre 1951, n° 113, notules au crayon de René Mayer.

51 F 60 ter 419, « Présentation du rapport du TCC et commentaires par Jean Monnet ». 22 décembre 1951 et lettre du 28 décembre 1951.

52 AMG 28/0/8, Jean Monnet à R. Schuman, ler février 1952.

53 F 60 ter 436, TCC-CC/12, 3 février 1952, réponse française au rapport des Sages.

54 CE 63 Ambassade de France, 709. 8 février 1952, à R. Schuman, « a/s assistance mutuelle ».

55 FRUS 1952-1954, volume VI, Western Europe and Canada, part 2, Mémorandum by the deputy Directoire of the PPS (Ferguson to the Secretary of State). February 11, 1952.

56 F 60 ter 436, SGCI TCT n° 103 10 janvier 1952, note pour le vice-président du Conseil, ministre des Finances et des Affaires économiques, « a/s état de la négociation bilatérale franco-américaine ».

57 363 AP 19, « Mémorandum Labouisse. à l’attention de M. de Clermont-Tonnerre », non daté probablement janvier 1952.

58 363 AP 19, TCT, SGCI à René Mayer, 10 janvier 1952, « a/s état de la négociation bilatérale franco-américaine », rapport transmis par R. Mayer à René Pleven.

59 363 AP 20, G. Bidault, ministre de la D. N. très secret, à R. Mayer, vice-président du Conseil, ministre des Finances et des Affaires économiques, exemplaire n° 1, signature autographe, date ?

60 F 60 ter 436, note remise à M. Bidault à Rome le 24 novembre 1951, par qui ? Mayer très vraisemblablement.

61 363 AP 20, Bidault à Harriman, 3 décembre 1951, exemplaire n° 3. Lettre autographe de Bidault à Mayer du 7 décembre.

62 Entretien, TCT, G. Elgey, 15 novembre 1965.

63 363 AP 20, Lettre de P. Courant à René Pleven, 17 décembre 1951.

64 F 60 ter 418, « C. r. réunion chez TCT », 28 décembre 1951, section programmes n° 201 TS/SEP, 15 janvier 1952, MSA, MAAG, DN, SGCI ; idem réunion chez Kahn 29 décembre n° 202, « Programme militaire français ».

65 J. O. du 4 janvier 1952, p. 166, loi des 2 mois, n° 52-2 du 3 janvier 1952.

66 363 AP 19. note de Gœtze du 5 janvier 1952. 00039, pour R. Mayer.

67 CE 05, Bonnet, 19 février 1952, 1143, Washington, communiqué à Lisbonne 1 ; CE 66, JL Flœrsheim, dirapro, 27 février 1952, note pour le service des importations n° 480/PRO ; Bonnet à R. Schuman. 29 février 1952, n° 1021, « Conditions d’utilisation de nos prochaines allocations », n° 53 Demont.

68 F 60 ter 4 3 6 , Projet de communication au Conseil des ministres au sujet de la conférence de Lisbonne, 18 février 1952.

69 Chute du gouvernement Pleven le 7 janvier 1952 et du gouvernement Edgar Faure le 28 février 1952.

70 363 AP 37, R. Mayer 17 mars 1952 à Jacques Gascuel. « Perspectives ».

71 Rencontre entre Edgar Faure, président du Conseil, Jean Monnet, Hervé Alphand, Guillaume Guindey, et le Secrétaire d’État Dean Acheson, Robert Lovett, Secrétaire à la Défense, John Snyder, Secrétaire au Trésor, Averell Harriman, directeur de la MSA, David Bruce, ambassadeur en France, Frank Nash, assistant du Secrétaire à la Défense, William Draper, Représentant spécial en Europe de la MSA. Georges Bidault, vice-président du Conseil et ministre de la Défense nationale était absent, malade.

72 F 60 ter 436, texte définitif, Lisbonne 23 février 1952, très secret, c. r. de conversations entre délégués de la France et des États-Unis.

73 USRO Executive secretariat, country file, 1952-1955, box 7, ministère de la Défense nationale, le ministre, Paris le 6 mars 1952, copy, secret, Bidault à Lovett.

74 F 60 ter SGCI 3, cote 771476/32, accord du 25 février ; FRUS 1952-1954, volume VI, Western Europe and Canada, part 2, The Secretary of State to the Acting Secretary of State, Lisbonne, February 25, 1952, top secret, n° 507. p. 1171.

75 CE 83, JMS 8 mars 1952, service de coopération, note pour M. Charpentier.

76 RG 469, USRO Executive secretariat, country files, 1952-56, box 6, Mémorandum of understanding, February 25, 1952. Top secret.

77 F 60 ter 436 TCT à Georges Bidault. Mardi 26 février [sans doute de Lisbonne].

78 FRUS 1952-54, volume VI, Western Europe and Canada, part 2. Ridgway, the acting deputy Directoire of the office of Europeen regional Affaire (Knight) to the Deputy Assistant Secretary of State for Europeen Affaire (Bonbright) ; Lisbonne, February 25. 1952, to secret. N° 508.

79 RG 469, Office of Européen opérations office of the directoire, 1948-54, subject files, box 18, Colonel Bonesteel Executive directory, ECC, to Ambassador Draper, 10 April 1952, subject : basic matters affecting NATO and US aid to Europe.

80 CE 82. DGAEF, O. W. à Washington pour Jean Monnet, de la part de Pleven. n° 7020-7030. CE 82, SGAEF, coopération économique, 23 mai 1952, « note pour le président, a/s Offshore. »

81 CE 82, OW 19 mai 1952 à ambassade de France, 8528-37, Finex à attaché financier, « ouverture de crédits de l’Eximbank gagés par les contrats offshore. »

82 560 AP 51. Note pour M. Jean Monnet de TCT. n° 1162. 23 mai 1952.

83 USRO Executive secretariat, country file, 1952-1955, box 7, William H. Draper, 27 may 1952, to James C. Dunn, US ambassador, Paris, France.

84 F 60 ter 436, et CE 82, TCT n° 1175 SGCI, 26 mai 1952, « note pour le président du Conseil, a/s Séjour à Paris de M. Acheson, négociations offshore ». CE 82, Ministère des Affaires étrangères, 31 mai 1952 à Washington, 9212-9216, « entretiens Acheson, ministres français, commandes offshore ».

85 FRUS 1952-1954, volume VI, Western Europe and Canada, part 2, n° 519, « United States délégation minutes of the French-United-States Discussion at the Quai d’Orsay », Paris, May 29, 1952, 3 :30 p. m., secret, June 10, 1952 ; et 560 AP 51, « conversations franco-américaines du 29 mai 1952 », 2e séance.

86 CE 82, Washington Hoppenot, n° 958- 964, 10 mai 1952, de Jean Monnet à René Pleven.

87 CE 82. note polycopiée. 15 juillet 1952 « note relative au régime des OSP non compris dans le programme de 200 millions prévu à Lisbonne. »

88 Vincent Auriol, Journal du Septennat, 1947-1954, Armand Colin, t. 6, 1952 ; p. 403, 20 juin 1952.

89 F 60 ter 445 (1), AF, Washington, PPS, 19 juin 1952, à G. Guindey, « conversations relatives à l’Indochine ».

90 RG 59 D 233, box 31, « Us aid to France, background and Problem », sans date ni auteur. 316 Les aides américaines à la France, 1938-1960

91 F 60 ter 419, top secret, security information, LET M-la, june 20, 1952, « Letourneau talks on lndochina », 10 h monday 16 juin 1952 et communiqué du 18 juin 1952.

92 560 AP 51, ou F 60 ter 3. cote 7711476- 32, ou 4 AU 92, dr 4, 21 juillet ; RG 84. Paris Embassy, classified generai records, 1952, box 156, « Aide-Mémoire remis par M. Antoine Pinay, président du Conseil des ministres, à son excellence M. James Clement Dunn, ambassadeur des États-Unis à Paris, le 21 juillet 1952 ».

93 560 AP 51, ou F 60 ter 3. cote 7711476- 32, ou 4 AU 92, dr 4, 21 juillet ; RG 84. Paris Embassy, classified generai records, 1952, box 156, « Aide-Mémoire remis par M. Antoine Pinay, président du Conseil des ministres, à son excellence M. James Clement Dunn, ambassadeur des États-Unis à Paris, le 21 juillet 1952 ».

94 CE 82, Bonnet 21 juillet 1052, n° 5108- 19. Démarche auprès d’Acheson, 1 h.

95 RG 84, Paris Embassy, classified generai records, 1952, box 156, July 23, 1952, us procurement in France, mémorandum of conversation, July 21 ambassador Bonnet, the secretary, Eur, Mr. Perkins. S/MSA Mr. Martin. FRUS 1952-1954, volume VI, Western Europe and Canada, part 2, n° 530, Memorandum of telephone conversation, by the acting Chief of the Policy reports staff of the Executive Secrétariat, Washington, July 21, 1952, secret.

96 FRUS 1952-1954, volume VI, Western Europe and Canada, part 2, n° 531, Dunn to the Department of State, secret, NIACT, Paris, July 24, 1952,-3 p. m. FRUS 1952-1954, volume VI, Western Europe and Canada, part 2, n° 528, Dunn to the D. of S» secret, Paris, 466, July 22, 1952-1 a. m. Texte du mémorandum traduit en anglais au n° 529 p. 1227.

97 CE 5 Bonnet, 24 juillet 1952 cite Friendly du Washington Post ou Callender du New York Times tel. du 28 juillet.

98 CE 5 Bonnet 28 juillet 1952, 21 h 30, 5327/40 ; 560 AP 51, Washington, 28 juillet, cite Friendly ex chef de presse de Harriman dans le Washington Post.

99 F 60 ter SGCI 3, 771476-32. TCT, SGCI, 25 juillet 1952. n° 1517. « Note sur la rectification de la note du 12 juillet ».

100 CE 82 Washington, 29 juillet 1952, 22 h 30 n° 5373-5388. MD à président du Conseil.

101 RG 84, Paris Embassy, classified generai records, 1952, box 156, Présidence du Conseil n° 1627, 8 août 1952, à Dunn, signée Antoine Pinay.

102 AP 560 51, tel. Ts, ex n° 4, SGDN pan/260/DN à repan/Chaillot, par AE du 13 août 1952 pour le Président du Conseil, ministre des Finances et de la DN. Entretien avec Nash.

103 CE 82, Coopération économique, 1er septembre 1952, « note, évolution de la question des commandes offshore depuis Lisbonne ».

104 560 AP 51. France-Soir, correspondant aux États-Unis, G-H Martin, du 10 août 1952.

105 FRUS 1952-1954, volume VI, Western Europe and Canada, part 2, n° 540, « Draper to the MSA », Paris, September 11, 1952-9 . p. m.

106 RG 469. USRO Executive secrétariat, country files, 1952-1956, box 6 ; « additional note on meeting of ambassador Draper and ambassador Dunn », September 10, 1952. RG 469, USRO Executive secretariat, country files 1952-1955, box 5, « idem, and summary of Ambassador Draper’s position taken at meeting on French FY 1953 aid », September 10, in Ambassador Dunn’s office.

107 RG 469, USRO Executive secretariat, country files, 1952-1956, box 6 ; Tannenwald, Washington to SRE Paris, Sept. 16, 1952.

108 RG-469, USRO Executive secrétariat, country files, 1952-56, box 6 ; Sept. 27, 1952,

109 FRUS 1952-1954, volume VI, Western Europe and Canada, part 2, n° 541, « The Secretary of State, Acheson, to the Embassy in France ».

110 RG 84, Paris Embassy, classified generai records, 1952, box 156, Dunn, October 6. « US assistance to France from FY 53 funds, Letter to M. Pinay ». RG 469, USRO Executive secretariat, country files 1952-1955, box 5, « Oral Statement to be made in connection with US reply to M. Pinay’s letter of August 8, 1952 and Letter, ‘dear Mr. Président’ ». On trouve cette lettre dans les FRUS 1952-1954, volume VI, Western Europe and Canada, part 2, n° 542, tel 1955, secret, October 3, 1952, 7 :20 p. m. Acheson to Dunn.

111 4 AU 93, dr 2, CE 5 Bonnet 8 octobre 1952, 6831-39 texte de la réponse à la lettre de Pinay ; idem tel n° 6826-29, commentaire de Bonnet.

112 V. Auriol, Journal, 1953-1954, note 64 janvier. Georgette Elgey, Histoire de la IF République, tome 2, p. 218, elle ne cite pas sa source et fait parler Pinay, sans doute est-ce un entretien qu’elle a obtenu de l’ancien président du Conseil.

113 RG 84, Paris Embassy, classified generai records, 1952, box 156, Dunn, Oct. 8, 1952. Voir aussi FRUS 1952-1954, volume VI, Western Europe and Canada, part 2, n° 543, The ambassador in France (Dunn) to the Department of State, secret, 2153, Cotte, October 8, 1952-8 p. m.

114 P. O. Lapie, De Léon Blum à de Gaulle, Fayard, 1971, p. 439.

115 Vincent Auriol, Mon septennat, p. 468. Vincent Auriol, Journal, 1952, p. 653, 23 octobre 1952 ; discours de Donzère, p. 659, Samedi 25 octobre 1952 ; p. 749 et note de novembre 1952, 169,

116 RG 84, Paris Embassy, classified generai records, 1952, box 156, Dunn, October 10, 1952 secstate, Washington. Ref. Embtel 2212 et 2153, voir aussi dans RG 469, USRO Executive secretariat, country files 1952-1955, box 5. Embetl 2212 et 2213 sont publiés par les FRUS 1952-1954, volume VI, Western Europe and Canada, part 2, n° 544, p. 1253 et 1254.

117 Irwin M. Wall, L ‘influence américaine sur la politique française, 1945-1954, Balland, 1989, p. 324-325.

118 USRO Executive secrétariat, country file, 1952-1955, box 7, Dunn, October 15, 1952, 1 :35 p. m. to Secretary of State, n° 2322,

119 Bonnet, Washington Bonnet, 14 octobre 1952, 21 h 6969-73, cite Ann O’Hare Mac Cormick du New York Times.

120 RG 84, Paris Embassy, classified generai records, 1952, box 156, Dunn, Oct. 21, 1952, to Sec. State Washington, N1ACT, 2458.

121 457 A. P. 45, « problèmes du commerce avec la Chine », secret, note mal datée, mars 1953 sûrement, service mal identifié, ministère des Affaires étrangères, DAEF très vraisemblablement, ministère des Affaires étrangères, DAEF, 21 mars 1953, Note pour le Président, « a/s COCOM : point litigieux et solutions éventuelles ».

122 Industrie, c39, secret, doc CH/170/53 septembre 53, document transmis par le ministère des Affaires étrangères, Liste spéciale pour la Chine, texte révisé.

123 CE 52, 6 mars 1953, coop. économique, à B. Toussaint CEE, n° 99, « a/s accords commerciaux avec les pays de l’Est ».

124 CE 52, JPB, DGAEF 9 avril 1953, note pour M. Wormser, « a/s conférence sur les échanges Est-Ouest ».

125 M-88, 75 « Bilatéral talks during December 1952 NATO Meeting, aid to France », prepared by Mr. Beigel (WE), December 9, 1952.

126 USRO Executive secretariat, country file, 1952-55, box 7, Secret, « memorandum for generai Ridgway », October 25, 1952. Fred L. Anderson, to generai Matthew B. Ridgway, SHAPE.

127 FRUS 1952-54, volume VI, Western Europe and Canada, part 2, n° 546, Dunn to the Department of State, secret, 2240, October 11, 1952-2 p.m.

128 RG 84, Paris Embassy. classified generai records, 1952, box 156, Labouisse TOMUS 325, from MSA France, to Secstate, 10 :24, 1952.

129 Irwin M. Wall, L’influence américaine sur la politique française, 1945-1954, Balland, 1989, p. 326.

130 CE 05, Washington, 20 novembre 1952, 19 h 30, 7682-84, « Visite avec Jacqueline Auriol au salon de l’air, offshore d’avions Mystère ; 24 décembre 1952 », 8557-60 très secret ; CE 81, Bonnet à G. Bidault, 4 mars 53 n° 94, CE, « a/s contrats offshore avions ».

131 4 AU 93 dr 5 Washington. 25 décembre 1952, n° 8314/31, ts.

132 FRUS 1952-54, volume VI, Western Europe and Canada, part 2, n°610, Dillon. secret. n° 469 Paris, August 4, 1953, n° 469, subject : « the décline of French confidence in US Leadership. »

133 B 33923, PPS. Attaché financier à Washington, à G. Guindey, 27 mars 1952, « Audition de David Bruce devant le Congrès » ; CE 63, 11 avril 1952, Bonnet, à R. Schuman, n° 1835 « a/s assistance mutuelle ».

134 CE 63, DGAEF JMS, 10 janvier 1953, « note pour le Président ».

135 363 A.P. 21, Bonnet, « note pour le Ministre », 3 janvier 1953. 4 AU 93, Dr5, Washington, 25 décembre 1952, 22 h, n° 8314-31, réservé, très secret.

136 CE 67, JMS DGAEF 26 janvier 1953, « note pour l’ambassadeur SG, Aide américaine, conversations avec M. Dulles et M. Stassen ».

137 363 A.P. 22, ministère des Affaires étrangères, 31 janvier 1953, « Documents préparés par les services pour les conversations ». CE 63, OW, 26 janvier 1953, note pour l’ambassadeur, Secrétaire général, « Note sur l’aide américaine, entretien possible avec Foster Dulles ».

138 457 A.P. 44, DG affaires politiques Europe, J. S. 23 janvier 1953, « a/s politique européenne, note sur l’effort atlantique, sur le problème de l’aide ». Ministère des Affaires étrangères, SG, réunion interministérielle du 31 janvier 1953. DAEF, DG, 2 février 1953, PAC, Entretiens Bourgès-Maunoury-Stassen. O. W. 11 mars 1953, DGAEF, Note pour le Président, « a/s aide américaine » ; CE 63, O. W. 29 janvier 1953, Note pour l’ambassadeur, SG, « a/s aide américaine ».

139 457 A.P. 44, Lettre de G. Bidault à René Mayer, 14 mars 1953 ; F 60 ter 441, SGCI, Note, 10 mars 1953.

140 CE 06, Washington, 13 mars 1953, 19 heures 1868-74, réservé, secret, au président du Conseil, « visite le 12 mars à M. Randolph Burgess, secrétaire suppléant de la Trésorerie ».

141 363 A.P. 22, R. Mayer à « mon cher Président et ami » Auriol ?, non datée, manuscrite.

142 363 A.P. 27. « Discours du 19 mars, American Club et au National Pen Club de Washington », 27 mars.

143 457 A.P. 45. Bonnet, Washington. 16 mars 1953, 20 h 30, 1929-34 ; DGAEF, Coopération économique, direction d’Asie. 19 mars 1953, note, « a/s aide américaine ».

144 363 A.P. 22 Conversations franco-américaines, 26-27 mars 1953, 26 mars, 15 h 30, 17 h, 27 mars 9 h 30, 15 h 30, c.r. du Quai d’Orsay ?

145 457 A.P. 45, Direction générale politique du ministère des Affaires étrangères, 9 avril 1953, « Positions politiques du gouvernement américain dans les entretiens de Washington ».

146 CE 82, 8 avril 53, Bidault, en réponse à la lettre de Dillon du 8 avril ; JMS DGAEF, coop. écono. 8 avril 1953, « note pour le Président, a/s échange de lettres relatif aux commandes des offshore budgétaires, approuvé par le Président-en notule ».

147 363 A.P. 22, 24 avril 1953, Burin des Roziers, pour le Président du Conseil.

148 457 A.P. 45, ministère des Affaires étrangères 22 avril 1953, « entretiens franco-américains au ministère des Affaires étrangères, a/s effort de défense ».

149 F 60 ter 441, « Mémorandum Dulles du 26 avril 1953 ».

150 CE 81 Paris, « Mémorandum », secret, délégation américaine, en anglais

151 363 A.P. 22 « Mémorandum », 26 avril 1953, secret ; réunion franco-américaine au Quai d’Orsay, dimanche 26 avril 1953, 15 h 30.

152 457 A.P. 45, « Réunion franco-américaine au Quai d’Orsay », 26 avril 1953, 15 h 30

153 B 18221, 27 avril 1953, « Mémorandum secret du gouvernement américain ».

154 CE 81. P. Nacivet, SGCI 21 décembre 1953, « Commentaires sur la déclaration de Foster Dulles à la 53e session du conseil de l’OTAN, 14 décembre 1953 ».

155 363 A.P. 24/25, DG affaire politique, Asie-Océanie, 18 mars 1953, « Coordination de l’action des gouvernements alliés en E-O, note ».

156 JO, « Demande d’investiture de Paul Reynaud 27 mai 1953 » 44 AN, p. 2866

157 74 A.P. 33, SG permanent de la DN, 1er février 1954 ex n° 3/20, « État d’avancement des programmes et fabrication d’armements au 31 décembre 1953 ».

158 F 60, SGCI/13, 771475/45 = 74 2494, SGPDN, DN, Colonel Madré, chef du service de la sécurité, 14 juin 1955, n° 5590.

159 CE 81 JM 16 mars 1954 DGAEF, coop. économique note pour M. Wormser, « a/s réunion franco-américaine chez M. Delouvrier au sujet du financement par les États-Unis de la fabrication d’armes spéciales en France-16 mars 1954 » ; CE 06, Bonnet 16 avril 1954, 20 h 2591 -96.

160 CE 63, O. W. coop. eco. 20 avril 1954, note pour M. Charpentier, « a/s aide américaine ».

161 F 60 SGC1/9, OTAN (DPFOTAN), secret, n° 8715P, « commandes offshore ».

162 CE 90. SGCI 21 mars 1955, n° 145 à ministère des Affaires étrangères. Tableau du 18 mars 1955 au titre des programmes d’OSP 1951 à 1954 ; Fontainebleau, 780666/40, SGCI n° 949, 23 septembre 1954 à MIC, Note sur les commandes Offshore. CE 06, F 60 ter 490 p. 54, dans F 60 ter 419, on parle de 158 millions contrats OS pour 51-52 en dehors des 177 OS Lisbonne ; Bilan des offshore commerciales en septembre 1954 in CE 81 ; B 18221, Fontainebleau 780666, 40, SGCI n° 949, II B. 7, 23 septembre 1954 à MIC. Note sur les commandes offshore. 560 A.P. 62, M. de la Défense nationale, 9 avril 1954 sur l’aide accordée par les USA, à jour au 31 décembre 1953, n° 186/AEB. 560 AP 51, Information du ministère de la DN, 9 avril 1954, n° 186. mise à jour au 31 décembre 1953. Voir Gérard Bossuat, La France, l’aide américaine et la construction européenne, 1944-1954. tome 1 et 2, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1992, réédition, 1997, 1 042 p., p. 831 et séq.

163 560A.P. 51, bilan en 1953 ; DN, 16 février 1954, n° 64/AEB, « avancement des commandes offshore ».

164 52 J 116 ; DE-CE 331, J. Caffery, « Rapport sur le programme d’aide américaine à l’étranger », Sénat américain, mars 1957.

165 F 60 SGCI 8, 771476/39 = 752488, mémoire de Cleary, Gottlieb. Friendly and Ball, Paris 8, 7 juillet 1956.

166 F 60, SGCI 15. 771476/76 = 752527, Jacques Michel, note 26 janvier 1955.

167 F 60 ter 372, Note verbale de la FOM du 16 octobre 1954.

168 CE 06, Bonnet, 26 juillet 1953, 20 h, 5780-84 ; Bonnet, Washington, 3 août 1953, 20 h 30, 6013-14, Vote définitif de l’aide.

169 CE 06, O. W. 18 août 1953, DGAEF « Négociations concernant les nouvelles formes d’aides », 11 542.

170 F 60 ter 445 ( 1 ), Pérouse, DE, 19 juillet 1953, « Note sur les risques d’une aide directe des USA au gouvernement du Viêtnam ».

171 Mémoires, 1, op. cit., p 463.

172 74 A.P. 36, Lettre de D. Dillon sur les modalités financières de l’aide supplémentaire de 385 millions $, 29 septembre 1953, approuvée par Bidault le même jour ; 74 A.P. 36, mémo de l’ambassade US du 26 août 1953, Demande de renseignements supplémentaires sur les différents budgets militaires français.

173 B 44169, G. Bidault à Dillon, le 29 septembre 1953.

174 74 A.P. 33, p. v. du comité de DN du 11 mars 1954, Très secret, SGP de la DN, ex. 3/10, projet, p. 6 et 7.

175 CE 06, Parodi 10 décembre 1954, 22 h 15, à Washington, 16226-28.

176 CE 06, DGAET, secret, à Washington, 16630, 21 décembre 1954, pour Pérouse, de Delouvrier, 0a/s conversations E. Faure/Stassen sur l’Indochine.

177 74 A.P. 36, rapport Salan juin 1953, graphiques p. 36.

178 B 8285, évaluation de l’aide militaire en nature (en milliers de F), au 31 décembre 1966.

179 Voir B 18220, B 10927 et archives du Crédit National, F 60 SGCI/9) 771476/29, ministère de la DN, 20 octobre 1954, « note d’information sur l’aide, accordée par les États-Unis d’Amérique, mise à jour le 30 juin 1954 », annexe 3.

180 F60 ter 442, mémorandum d’accord du 28 juin 1954.

181 CE 66. PLB 3006 H. Bonnet à G. Bidault 30 juillet 1953, « a/s presse américaine et le rapport Hillman »

182 CE 63. H Bonnet à PMF 8 juillet 1954, « a/s législation d’aide à l’étranger 1954-1955 ».

Table des illustrations

Titre Tableau 34. Projets DMPA pour 1952-1953, liés à l’exploitation minière. En millions $
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2046/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Titre Tableau 35. Promesses américaines des 600 millions de dollars d’aide pour 1951-1952. En millions $
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2046/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Titre Tableau 36. Budget militaire français de 1952 arrêté à Lisbonne, Programme des 1 400 milliards de F
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2046/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Tableau 37. Recettes attendues pour financer le budget 1952 après l’accord franco-américain de Lisbonne du 25 février 1952. En milliards F
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2046/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Tableau 38. Assistance américaine pour 1952-1953 en janvier 1953. En millions $
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2046/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Tableau 39. .Essai de bilan des offshore Lisbonne, des commandes Pleven-Dunn et commerciales, 1951-1954. En millions $
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2046/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Titre Tableau 40. Répartition des OSP (1950-1954) par armes. En millions $
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2046/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Titre Tableau 41. Part américaine de la guerre d’Indochine en valeur (milliards de F 1953). et en pourcentage (1949-1953)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2046/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Titre Tableau 42. PAM au 30 juin 1954 (d’après la Défense nationale). En milliards F
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2046/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 42k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540