Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les aides américaines économiques et militaires à la France, 1938-1960

 | 
Gérard Bossuat

Chapitre IX. Les deux étés de la militarisation de l’aide

Texte intégral

1Le passage très rapide de l’aide ERP à l’aide militaire à partir de l’été 1950 est frappante. Les contemporains n’ont pas compris immédiatement ce qui se passait et en furent surpris. Deux phénomènes peuvent être rappelés qui donnent la clef de cette transformation : la guerre de Corée, soudaine et angoissante pour l’Europe en juin 1950 ; l’évolution de l’état d’esprit du Congrès américain, submergé depuis quelques mois déjà, avant la Corée, par la peur du communisme, obsédé par la sécurité. Était-il étonnant que l’aide économique s’effaça au profit d’une militarisation de l’aide ? Cette période fut complexe pour les Français comme pour les fonctionnaires américains en Europe, car des confusions furent entretenues sciemment. De plus, l’historiographie a confondu jusqu’à maintenant aide militaire et aide Marshall. L’aide militaire a souvent été assimilée à l’aide Marshall, moins sujette à critique de la part des anti-Américains et dans la mémoire collective. Ce chapitre montre comment les Américains ont changé de dispositions dès janvier 1950, quelles furent les nouvelles contraintes de la prémobilisation, quel contrôle du programme militaire français le passage à l’aide militaire impliquait. Enfin le 10 octobre 1951 la loi de Sécurité mutuelle était votée terminant une époque, celle du plan Marshall.

Le changement de disposition des Américains

  • 1 Voir l’article de Philippe Vial, « l’aide américaine au réarmement français (1948-1956) », CEHD, La (...)
  • 2 B 42259, note du 20 mars 1954, source Finances, service indéterminé, « Résultats généraux
  • 3 F 60 ter 357 décembre 1949, Dutheillet à Pierre-Paul Schweitzer, 1762.
  • 4 CE 03, Bonnet, 17 juin 1950, 7 h 30, 2218-21.

2La philosophie du plan Marshall se transforma dès le début de l’année 1950. Une loi d’aide pour la défense mutuelle (MDAP) avait été votée par le Congrès le 6 octobre 1949, avec effet au 1er juillet 19491. « L’accent était mis de plus en plus sur la contribution à la défense mutuelle », remarquait déjà une note des Finances2. Le SGCI, gardien vigilant de la modernisation, prenait conscience que la contre-valeur de l’aide pouvait être affectée aux dépenses militaires3. Certes, les tentatives de Henry Cabot-Lodge pour assigner à la contre-valeur de l’aide ERP une fonction de soutien au réarmement échouèrent tout d’abord à la suite des très vives réactions de l’ECA. Paul Hoffman, le directeur de l’ECA, démontra qu’associer le plan Marshall à l’aide militaire apporterait à la propagande communiste une justification précieuse4. Cette loi était cependant une rupture avec le plan Marshall qu’elle ne remplaçait pas pour autant. L’aide n’était plus seulement un moyen de reconstruire l’Europe mais aussi de préparer l’intégration atlantique, politique, économique – et pourquoi pas ? –, militaire.

L’accord PAM de janvier 1950

  • 5 CE 56, c. r. réunion du 21 décembre 1949, Parodi, « Sur l’aide militaire américaine ».
  • 6 29 octobre 1949-24 juin 1950.
  • 7 52 J 71, Ministère de la Défense nationale, 1485/TS/SEP 28/IX/49, « Note concernant les programmes (...)
  • 8 52 J 86, Bonnet, 11 octobre 1949 ; V. Auriol. Journal. 1949, op. cit., p. 397, 3 novembre 1949.
  • 9 Loi n° 50-339, B 18220, « Note d’information sur l’aide accordée à la France par les États-Unis, 1(...)
  • 10 CE 81. ministère des Affaires étrangères, Olivier Wormser. note 5 mai 1950. « a/s réarmement ».

3L’armée française, faible en 1949, avait intérêt à profiter de l’accord MDAP. Paul Ramadier, socialiste, ministre de la Défense nationale, chercha à faire passer l’armée de terre de 5 à 20 divisions en 1951. Les 330 intercepteurs hérités des stocks anglais et américains devaient être remplacés par 624 avions modernes. Il y aurait 2 cuirassés, 5 porte-avions et 6 croiseurs de bataille ! Le tropisme américain s’accentua quand la coopération entre les membres du pacte de Bruxelles pour la fabrication d’armements et la péréquation des charges échoua, à cause de l’hostilité des Britanniques5. L’aide militaire américaine était une opportunité à ne pas manquer pour atteindre les objectifs militaires français très ambitieux de René Pleven, successeur de Ramadier6. Les Américains exigeaient de leur côté un effort des Européens avant de les aider7. Le Conseil des ministres prit conscience que l’aide militaire américaine comportait une réciprocité difficile à éluder8. La France s’engagea donc, sous les auspices du Pacte atlantique, dans une spirale de réarmement ayant forcément des effets économiques et financiers redoutables. Le réarmement limiterait-il les capacités de modernisation françaises ? Un accord bilatéral franco-américain « relatif à l’aide pour la défense mutuelle » fut signé le 27 janvier 1950 et ratifié par le Parlement le 18 mars 19509). Il n’entraîna guère de difficultés. Toutefois le gouvernement français prit conscience d’un effort militaire national supplémentaire à fournir10. Les responsables français tentèrent de faire supporter par les États-Unis le coût financier des dépenses militaires et des déséquilibres économiques en résultant. La France espérait que les États-Unis rembourseraient 50 % de toutes les dépenses de réarmement d’un pays. Or le PAM remboursait seulement les importations en dollars pour le réarmement soit 6 à 8 % des dépenses totales. Une première tranche du programme d’aide militaire (PAM) 1949-1950 servit à équiper 5 divisions françaises.

Le réarmement du monde occidental

  • 11 F 60 ter 358, 848, B. de M. à Junqua attaché financier auprès du Conseiller français des suppléant (...)

4La guerre de Corée déclencha la transformation de l’aide économique en aide militaire au réarmement. Mais dans le cas de la France, la guerre d’Indochine et ses aléas furent des éléments spécifiques pris en compte par les États-Unis. La soudaineté de l’attaque en Corée et la réplique ultra rapide des Nations unies, en fait des États-Unis, les conduisirent à intervenir comme jamais auparavant dans les affaires intérieures de la France. Les États-Unis proposèrent des modifications dans le budget militaire français pour 1950 afin de supprimer des crédits qui ne leur paraissaient plus nécessaires11. Toute faiblesse de la France en Indochine et dans les territoires d’outre-mer fut exploitée par les Américains. Les Français sentirent que l’aide militaire qui se profilait ne serait pas aussi souple d’utilisation que l’aide économique, ne serait-ce qu’en raison de la présence des soldats américains en Europe. Les États-Unis s’étaient présentés jusqu’alors en tuteur exigeant, n’allaient-ils pas se comporter en leader arrogant ?

  • 12 CE 81, Bonnet, 3814, PS à R. Schuman 10 août 1950, « a/s aide économique et réarmement ».
  • 13 CE 66, Bonnet le 2 juin 1950, 16 h n° 2025-2026 : 415/2 25 septembre 1950, « Note sur les livraiso (...)
  • 14 CE 66, Bonnet à R. Schuman, n° 3461 20 juillet 1950, « Politique américaine et aide à l’Europe ».

5L’été 1950 fut décisif. Les États-Unis « rapatrièrent » la décision concernant l’utilisation de l’aide. Les Européens perdraient leur droit à discuter l’emploi de l’aide. Le vote difficile de l’aide économique pour 1950-1951 fut acquis fin août, comme si le Congrès s’y était contraint. Les jours du plan Marshall étaient comptés. Les gouvernements et les états-majors étudiaient des plans de réarmement du monde occidental. Le passage d’un mode d’aide à un autre se fit par à-coups. En juillet l’ECA et le Département d’État refusaient encore de « militariser le plan Marshall »12. On envisageait seulement une aide militaire en end items, (matériels militaires), la poursuite du plan Marshall et un nouveau programme massif pour la défense. Les crédits d’aide militaire à l’étranger au titre du PAM avaient été de 1 milliard $ en 1949-1950. Ils furent quadruplés en catastrophe à la suite des événements de Corée13. « Il est vraisemblable que c’est à une adaptation plus étroite des économies américaines et européennes que l’on assistera au cours des prochains mois », expliquait l’ambassadeur de France aux États- Unis14. Adaptation dit-il ? Mais au prix de quels sacrifices pour les économies européennes dominées ? Il ne s’agissait plus de reconstruction, ni de modernisation, mais de mobilisation.

  • 15 CE 64 Bonnet Washington, 6 décembre 1950, 21 h 25 n° 5060-77.

6Le rapport de Gordon Gray, conseiller à la Maison Blanche, à l’automne 1950, recommandait la poursuite de l’aide à l’Europe et la fusion de l’aide économique et de l’aide militaire. A la fin de l’année 1950, l’ECA comprit, en raison des circonstances, que son rôle n’était « qu’une partie de la tâche dévolue à l’ensemble des autorités américaines et qui consiste à assurer la défense commune des nations du Pacte atlantique », rapporta Bonnet15. L’ECA cessait d’être le principal instrument de l’aide à l’étranger.

Les contraintes de la prémobilisation

  • 16 F60 ter 358, 778, 17 août 1950, Note pour M. Filippi ; CE 03 Bonnet 31 août 1950, 3525, « a/s répa (...)
  • 17 F 60 ter 381, 3 août 1950, Bonnet, « Aide économique à l’Europe, exposé de M. Foster » ; Bonnet, 2 (...)
  • 18 F60 ter 358, 778, 17 août 1950, Note pour M. Filippi ; CE 03 Bonnet 31 août 1950, 3525, « a/s répa (...)

7William Foster, le nouveau patron de l’ECA en 1951, annonça les nouveaux critères de l’aide économique. Les États membres de l’OTAN devaient économiser les matières premières16. Le contrôle des exportations vers l’Est était renforcé. L’ECA affirmait cependant qu’il fallait maintenir l’objectif de stabilisation économique malgré le réarmement17. N’était-ce pas contradictoire ? Les Américains parlèrent de « prémobilisation » dès l’été 195018.

La centralisation des économies occidentales

  • 19 F 60 ter 358, 953, 25 octobre 1950, Bernard de Margerie à Timmons.
  • 20 F 60 ter 359, 53, 19 janvier 1950, Bernard de Margerie au ministre, « note pour le ministre ».
  • 21 F 60 ter 482, « Tour d’horizon sur le programme d’importations dollars », autour de juillet 1951 ( (...)

8La prémobilisation supposait un contrôle centralisé de l’économie des pays occidentaux. Tout le monde devait faire des efforts d’économie sur les produits rares. Les restrictions d’exportation américaines vers l’Europe risquaient de rendre inutilisable une partie de l’allocation ERP. Bissell suggéra que les surplus américains soient mis à la disposition de l’Europe occidentale au risque de bouleverser les programmes d’importations des pays européens. Les Français firent un effort pour les satisfaire. Les Américains s’inquiétèrent des stocks de laine. Ils surveillèrent les exportations de coton. Ils repoussèrent des demandes d’importation de produits rares. Ils insistèrent pour que l’Europe achète à Berlin-Ouest afin d’y faire diminuer le chômage19. Les Américains demandèrent à l’industrie française du benzol pour la fabrication de caoutchouc. Les États-Unis exigèrent des mesures concrètes, sauf à « être mal traités au moment de la fixation des allocations internationales »20. Les Américains furent repris par de vieilles lunes : cessation du commerce avec l’est, contrats d’importations avec le small business, lutte contre le dirigisme et le protectionnisme. La prémobilisation avait des inconvénients. Elle eut ses avantages. Les exportations françaises vers la zone dollar s’accrurent. Les Américains limitèrent le prix du pétrole importé du Moyen-Orient par l’ERP. La tension renforça évidemment la pénurie de navires marchands. Les navires américains étaient sollicités pour la Corée. En raison de l’urgence, l’ECA accepta l’affrètement de tous navires, et elle préleva sur l’aide de quoi « décoconner » des Liberty-Ships21

La rétention de l’aide économique à la France

  • 22 CE 63, Daridan, 26 janvier 1951, n° 762, « a/s allocation Marshall » ; F 60 ter 490, H. Parkman 16 (...)

9La guerre de Corée faisait croire paradoxalement que l’Europe devenait un objectif de la subversion communiste. Aussi l’administration américaine, poussée par le Congrès, se crut autorisée à intervenir plus directement dans les choix économiques européens. Elle se passerait de l’organisation européenne pour distribuer l’aide. L’aide dépendrait de la cohérence des projets de chaque pays européen avec la politique américaine de renforcement de l’Alliance atlantique et de sécurité22.

  • 23 F 60 ter 482, Dirapro, EU, 12 février 1951, E. Demont, « Note pour le service des importations- Mo (...)

10Pouvait-on encore réaliser les programmes d’importations établis avant l’été 1950 ? L’allocation théorique de la France atteignait environ 340 millions $ pour 1950-1951. L’ECA la répartit « en fonction des justifications des besoins » fournies par la France. Avec une telle allocation et les ressources françaises en dollars libres, le programme d’importation dollars ne pouvait dépasser 530 millions $. Or en janvier 1951 l’ECA refusa d’annoncer le montant définitif annuel de l’aide. Elle entretint donc la confusion au sein des États européens. Cette décision marquait la fin de l’esprit Marshall, alors que le relèvement des Européens n’était pas terminé. Eugène Demont, le chef des approvisionnements français aux États-Unis, reconnaissait en février 1951 : « Il ne s’agit plus, en effet comme l’indiquait encore voici quelques mois le slogan inscrit sur l’emblème ECA, de contribuer au relèvement économique et financier de l’Europe, mais d’aider à accroître les forces du monde libre ainsi que le prévoit le nouvel emblème »23. La panique et la peur, gonflées par l’attaque surprise de juillet 1950, détruisirent en 6 mois le fragile équilibre entre les États-Unis et l’Europe. L’ERP en fit les frais.

  • 24 F 60 ter 359, 166, 16 février 1951, Bernard de Margerie à Parkman ; CE 63, Washington, 1er mars 19 (...)
  • 25 F 60 ter 490, Dirapro à Comapro, 8 mars 1951, « Allocation provisoire de $ 71 millions consentie » (...)
  • 26 Offshore signifie dans le cadre de l’aide militaire que les États-Unis financent des productions m (...)
  • 27 CE 63, Daridan, 26 janvier 1951, n° 762, « a/s allocation Marshall » ; F 60 ter 490, H. Parkman 16 (...)
  • 28 F 60 ter 484. annexe IV bis, « Rapport sur l’exécution du programme dollars de 1950-51 », P. Mouss (...)
  • 29 F 60482, service de coordination industrielle, relations extérieures, 26 juillet 1950, « Physionom (...)
  • 30 Bonnet avait conseillé d’acheter 500 000 $ ; F60 ter 359, 155, 13 février 1951. B. de M., note pou (...)

11Une sorte de guérilla courtoise se développa entre Français et Américains. Les Français réclamèrent le financement en urgence d’importations de matières premières spéciales, de produits chimiques, de charbon américain et des équipements. Richard Bissell, administrateur adjoint de l’ECA, convint de la légitimité de cette demande24. L’ECA ramassa une dernière allocation sur les fonds communs d’aide économique utilisables pour les programmes de défense25. Les Français se plaignirent que les commandes offshore, de nature militaire, ne venaient pas, alors que les Américains avaient promis 200 millions $ d’achats offshore militaires dans le mémorandum des 18-19 décembre 195026. La procédure d’aide était nouvelle, dérogatoire aux règles de l’ERP. Entre novembre 1950 et juin 1951, les Français ne surent pas exactement de quelle aide ils disposeraient. L’ECA attribuait son aide par tranches imprévisibles, et l’établissement d’un programme d’importations en dollars était aléatoire. A l’occasion de la dernière allocation, l’ECA annonça que les montants ultérieurs dépendraient désormais des mesures prises par chaque pays pour sa défense et de sa situation financière27. L’aide était « à la carte ». L’équilibre des balances, l’augmentation de la production, la libéralisation des échanges n’étaient plus des buts, mais des moyens pour réussir le réarmement. La guerre de Corée dictait aux Américains un nouveau comportement. La fin de l’année financière 1950-1951 fut marquée par une relative pénurie de dollars, écrit Pierre Moussa. Il y eut des besoins imprévus en fin d’exercice. Des stocks ne furent pas renouvelés. Les prix des produits importés augmentèrent rapidement28. Mais les États-Unis firent valoir que la France connaissait une amélioration rapide de son économie et de sa balance. Elle était créditrice à l’UEP Avait-elle besoin encore de crédits américains ? Dans ces conditions était-il possible de poursuivre la modernisation ? Les importations d’équipements au cours de cette année chutèrent : 150 millions $ en 1949-1950 selon les derniers comptes, 52 millions $ seulement en 1950-1951 !29 L’administration française était invitée à acheter des surplus aux États-Unis. Ainsi les Français furent contraints d’importer des pommes américaines en décembre 1950 (250 000 $), sinon « la question des allocations en dollars pourrait se trouver posée », insista l’ECA. Cette opération fut menée avec humour. Le SGCI écrivit en effet : « les fonctionnaires de l’ECA ont bien précisé qu’ils ne pouvaient ni ne voulaient exercer sur nous aucune pression tendant à ajouter à notre programme d’importation un article qui ne présente certainement pas un caractère appréciable pour l’économie française »30.

  • 31 CE 03, Coopération économique 13 octobre 1950 à Washington, pour Petsche. de Buron. coton.

12Les Américains imposèrent des restrictions à la consommation de matériaux stratégiques : laine, coton. La France était désormais davantage dans la main des Américains, comme le pensait Buron31.

Le contrôle du commerce Est-Ouest

  • 32 Voir le chapitre VI, 2e partie, 3 e alinéa.
  • 33 Fontainebleau, 77396/11, M. des Finances, SE affaires économiques, 24 août 1951 à ministère de l’I (...)
  • 34 Les exportations françaises vers l’Est ont représenté en 1950, 38 millions $ soit 1,25 % de ses ex (...)
  • 35 « Problème des antibiotiques », CE 52 et CE 54, DGAEF, 21 décembre 1951, secret, note, « Conversat (...)
  • 36 CE 52. 24 août 1951, « Liste de produits que la France pourrait offrir à l’Est ».
  • 37 Fontainebleau, 77396/11, J. Valabrègue, 4 février 1952 aux chefs de service et directeurs, n°411 ; (...)

13Le contrôle sur le commerce Est-Ouest fut renforcé. Malgré les limitations précédemment établies par le COCOM, les Français cherchaient à maintenir un courant d’échanges32. La France restait opposée à un blocustotal des pays de l’Est pour des raisons politiques et économiques. « Le gouvernement français est décidé à aller de l’avant dans les négociations qu’il poursuit avec les pays du bloc soviétique », répondit aux Américains le Quai d’Orsay en décembre 1951. Mais il avait pris aussi l’engagement de « surveiller la destination finale des produits stratégiques » importés des pays de la communauté atlantique33. Il s’agissait bien d’une tentative de direction américaine du commerce occidental. Le National Security Council suspendit temporairement l’amendement Kem en considération de la faiblesse des échanges de la France avec l’Est et de l’apport de charbon polonais qui économisait le charbon et les navires américains34. Mais politiquement le Congrès pouvait en prendre ombrage. De plus, une pression conjointe américano-britannique s’exerça pour que la France limitât son commerce avec la Chine communiste « en guerre avec l’Occident », expliqua l’Anglais Berthoud35. Le commerce avec l’Est, il ne faut pas s’en étonner, périclitait. Les Français recherchaient des céréales et du bois en URSS, les Russes des productions mécaniques, des machines agricoles, des automobiles, des produits électriques, tuyaux, des textiles, de la chimie. La liste fut remise aux Français à la CEE-Genève, haut et seul lieu d’un dialogue économique Est-Ouest depuis 194736. Les Français signèrent d’ailleurs avec l’URSS un accord commercial le 3 septembre 1951. Mais il n ‘y eut pas de suites concrètes, même si d’autres accords bilatéraux furent signés avec la Hongrie le 13 mars 1951, avec la Pologne le 13 octobre 1952. Les tentatives françaises d’autonomie commerciale n’empêchèrent pas le gouvernement français de participer au COCOM et d’accepter une procédure collective de contrôle37. Pour des raisons politiques et de non disponibilité, l’Est européen ne pouvait être un substitut au monde dollar pour l’approvisionnement de la France. Toutefois le gouvernement Queuille, un gouvernement de Troisième force, avait tenté, comme ses prédécesseurs, de maintenir des liens avec le monde européen oriental dans un contexte plus défavorable qu’au début du plan Marshall.

Le contrôle américain du réarmement français

  • 38 CE 03, Bonnet, 25 juillet 1950, n° 2844-49, urgent.
  • 39 F 60 ter 411, « Note Kojève pour M. Filippi ». 18 juillet 1950.

14Parallèlement au déclin de l’aide ERP, l’administration américaine demandait aux Européens de réviser leur effort de réarmement. L’ECA, merveilleux instrument du plan Marshall, était utilisée maintenant pour l’effort de guerre. « Le réarmement », dit Hoffman, « doit sinon recevoir une priorité, du moins être considéré comme d’une importance au moins égale » à l’ERP En juillet 1950, l’ECA demanda aux Européens un plan de réarmement avant le 5 août38. Les Français se rendaient compte qu’il pouvait ruiner la modernisation en cours. Mais ne pas participer au réarmement aurait été se condamner à la charité américaine permanente et donc à la sujétion, disaient de hauts fonctionnaires. L’opportunité existait de créer une industrie française de l’armement39. Le gouvernement désirait toutefois que le réarmement n’anéantisse pas « les efforts faits par les pays européens pour consolider leurs finances et leur économie ».

Le programme de budget militaire du 5 août 1950

  • 40 14 juillet 1950.
  • 41 Jules Moch, Une si longue vie, Robert Laf’font, 1976, p. 405.
  • 42 B Amérique 1944-1952, États-Unis, 121, « Mémorandum du gouvernement français du 5 août 1950 au gou (...)

15Le nouveau ministre de la Défense du gouvernement Pleven était le socialiste Jules Moch40. Il était conscient de sa tâche au regard de l’histoire : réarmer. Il organisa donc son ministère comme un état-major de campagne et concentra les moyens de la décision aux mains de Louis Kahn, ingénieur général du génie maritime. Jules Moch proposa de créer 20 divisions modernes pour la fin de 1953 et de porter à 912 avions la flotte aérienne41. Le programme français supplémentaire du 5 août 1950, rédigé à la demande des Américains après la panique de la Corée, prévoyait un effort budgétaire supplémentaire pour 1950 de 400 milliards de F et 2 087 milliards de F supplémentaires sur 3 ans42.

  • 43 F 60 ter 415/1 « Projet de mémorandum », 16 août 1950, très secret, exemplaire n° 7 ; 4 AU 56, Dr (...)
  • 44 CE 81, JG/coopération économique, 18 septembre 1950, « Note ».
  • 45 F 60 ter 415/l, « C. r. conversations Petsche, Buron et Snyder 7 septembre 1950 », 9 pages.
  • 46 F 60415/1, 3 octobre 1950, coopération économique ministère des Affaires étrangères, « note ».

16Le financement du budget militaire continuait de poser des problèmes. Les services imaginèrent une organisation collective de défense coordonnant l’action du Pacte atlantique dans les domaines militaire, industriel, financier, monétaire et économique. Le Quai d’Orsay demanda au Conseil des suppléants du Pacte atlantique, le 17 août 1950, la mise en place d’un budget commun de l’Alliance et un pool des ressources dollars43. Les Français réclamèrent aussi un état-major commun des Forces atlantiques. Les réactions d’Acheson, secrétaire d’État américain, furent négatives. Pressé par la panique, aiguillonné par le Pentagone, il voulait la mise en route immédiate des plans de réarmement. Il accepta une répartition des efforts selon les capacités de chaque pays44. S’engouffrant dans la brèche, le ministre français des Finances, Maurice Petsche réclama « sans rougir » une aide américaine supplémentaire pour la Défense et l’Indochine45. L’idée d’un budget commun fut très vite abandonnée devant les réserves britanniques. Celle d’un réarmement allemand au contraire progressa très vite. Ce danger du réarmement allemand conduisit directement à la proposition d’armée européenne formulée par Monnet et par Pleven en octobre 1950. Le débat sur le réarmement eut un impact profond en France. 11 raviva la crainte de l’inflation et aiguisa le doute sur l’effort américain en Europe. Il indiquait aussi que l’administration française manquait de confiance envers des « fonctionnaires américains et des militaires qui ne sont pas liés émotionnellement au redressement économique de l’Europe et conscients des difficultés sociales »46. C’était un remarquable hommage aux Américains du plan Marshall.

La confusion dans les budgets militaires

  • 47 F 60 ter 358, 838, Bernard de Margerie à P. W. Douglas, 12 septembre 1950, « Évaluation des dépens (...)
  • 48 Environ 500 millions $, à 350 F le dollar.
  • 49 F 60 ter 414/2, Petsche et Buron, à Pleven, Président du Conseil 11 septembre 1950, n° 22. 11 semb (...)
  • 50 F 60 ter 414/2 « Plan de réarmement français », S/gal/sep, 1950, date mal précisée ; 415/2, Financ (...)
  • 51 F 60 ter 414/2 note des Finances, DB, très secret 6 octobre 1950 Goetze, « Note pour le Ministre »

17L’ECA remit en cause le programme et le budget militaires français. Les Américains voulaient paradoxalement le diminuer47. Elle se rendait compte que le programme du 5 août n’était pas compatible avec le programme NATO 35, un programme prioritaire élaboré avant le 5 août. Or pour bénéficier d’une aide américaine en matériels ou en offshore, il fallait mettre en œuvre ce programme prioritaire. Le débat au sein des services sur le budget militaire français pour 1951 fut relancé. Jules Moch avait la réputation d’être un « fonceur ». Il tentait souvent de mettre les Finances devant le fait accompli. Il fixa le budget de la Défense nationale à 610 milliards de F sur lesquels 175 milliards de F seraient pris en charge par les États-Unis48. Il communiqua ce chiffre à l’ambassadeur américain, David Bruce, alors que le SGCI négociait une aide américaine supérieure au chiffre de Jules Moch49. La concurrence et la confusion régnaient entre les services : Présidence du Conseil, Finances et Défense nationale. En fait 3 plans militaires circulaient au même moment : a) le plan de 2 000 milliards de F sur 3 ans (mémorandum du 5 août 1950). Il avait pour objectif de former 20 divisions en décembre 1953, 28 groupes d’intervention air, 24 groupements de force aériennes tactiques, et de mettre en ligne 832 avions de combat financés par le PAM et des fabrications françaises complémentaires50 ; b) un programme 1951 de 600 milliards de F, qui ne semble pas être l’application annuelle du précédent ; c) le programme prioritaire défini par l’OTAN de 300 milliards de F, qui ne comprenait pas forcément les éléments des deux plans précédents51.

  • 52 F 60 ter 515/2, « Papier remis à Tomlinson le 2 octobre 1950 », source : conseil de la DN d 2 octo (...)
  • 53 F 60 ter 415/2 « note pour le ministère des Affaires étrangères », 18 décembre 1950, Bernard de Ma (...)
  • 54 F 60 ter 415/2 ou 420 Petsche et E. Faure à Président du Conseil, n° 81 4 janvier 1951 ; F 60 ter (...)
  • 55 F 60 ter 420, DN, SGFA 3 janvier 1951, section programme n° 20/TS/SED ex, n° 9 « Réponse aux quest (...)
  • 56 F 60 ter 415/2 ou 420 M. de la DN 8 janvier 1951 à René Pleven ; F 60 ter 420, M. des Finances à P (...)

18Une guerre des services s’engagea. Le SGCI remit à Tomlinson, le fonctionnaire américain de la Trésorerie à l’ambassade américaine de Paris, un projet de budget militaire pour 1951 de 610 milliards de F auxquels s’ajoutaient 240 milliards de F pour les TOM et l’Indochine, fondé sur l’espoir d’une aide américaine de 770 millions $52. La Défense nationale (ingénieur général Kahn) refusa de négocier avec les Américains par le canal des « civils » du SGCI53. Le ministère des Finances jugea très sévèrement les libertés prises par la Défense nationale dans ce cas et dans d’autres. Jules Moch couvrit ses services au début 1951. Cette guerre des services devint publique et les Américains en profitèrent54. La Défense nationale afficha son patriotisme et entendit réaliser l’objectif de 10 divisions fin 1951 et de 25 groupes aériens malgré tout, alors qu’elle ignorait le montant des crédits américains disponibles.55 Jules Moch s’en prit à son collègue Petsche, à Edgar Faure et au SGCI. « Je puis vous donner l’assurance », écrit-il à Pleven, le président du Conseil, « que malgré les embûches qui me sont tendues, malgré l’opposition ou les objections des ministères financiers, je continuerai à donner tous mes efforts à la réalisation du plan de réarmement français dans les délais prévus ». Le ministère des Finances dénonça de tels enfantillages : « Je relève avec émotion la tentative insidieuse à nouveau faite de rejeter sur les départements financiers la responsabilité de nos difficultés militaires en Indochine », répliqua le ministre des Finances56. À travers cette bataille des services, il y avait le drame de l’Indochine. Le Comité de la Défense nationale de novembre 1951 décida que le programme triennal ne dépasserait pas les 2 000 milliards de F. Enfin, le gouvernement exprima le souhait d’une aide en offshore budgétaires pour faire tourner l’industrie française au lieu d’acheter aux États-Unis.

  • 57 F 60 ter 358, 1011 bis. 13 novembre 1950 Bernard de Margerie à Guindey, « Procédure d’emploi des 2 (...)
  • 58 F 60 415/1, notes manuscrites prises par Bernard de Margerie reconnaissables à l’écriture,

19Jules Moch et Maurice Petsche obtinrent en octobre 1950 une promesse de 200 millions $ pour le premier semestre 1951, (soit 70 milliards de F) et une somme identique pour le second semestre, si le Congrès se montrait d’accord. Les 200 millions $ seraient alloués sous forme d’achats offshore, « sous réserve d’en discuter avec le gouvernement américain l’opportunité au regard des plans NATO ». Cette disposition marquait la volonté des États-Unis de contrôler préalablement l’affectation de l’aide, une innovation par rapport à l’aide ERP. Elle limitait de facto la souveraineté française. « M. Moch va prendre la mouche », ironisait-on au Quai d’Orsay57. Pour le Pentagone, l’aide américaine devait servir à défendre l’Indochine et à créer 10 divisions françaises de type « OTAN » pour la fin de 1951. Un engagement américain fut donné le 18 décembre 1950 de verser les 200 millions $ avant le 31 juin 195 158. Les hésitations des Américains sur la forme et la destination de l’aide firent de cette affaire un cauchemar qui eut des répercussions sur le volume général de l’aide à la France. Les Français croyaient (sincèrement ou non) que cette aide s’ajoutait à l’aide Marshall. Or les Américains feignirent de la compter comme une composante de l’aide ERP.

La mise en cause du programme français de réarmement

  • 59 F 60 ter 490, n° 273 Bernard de Margerie à Parkman, 21 mars 1951 ; les Français espéraient 355 mil (...)
  • 60 F 60 ter 415/1, Bohlen à Charpentier et de Rose, « Note du 2 décembre 1950 ».
  • 61 F 60 ter 3581036, 18 novembre 1950, Bernard de Margerie à Pierre-Paul Schweitzer.
  • 62 F 60 ter 415/1 « Aide-mémoire du 29 décembre 1950 remis à Bohlen par Parodi » ; F 60 ter 420, F. G (...)
  • 63 F 60 ter 420, F. Garnier, Note pour le ministre 6 février 1951 « Sur l’exécution du programme de r (...)
  • 64 CE 81, PS 2189, 11 mai 1951 Bonnet, à Schuman, « a/s réarmement et économie civile ».
  • 65 F 60 ter 415/2, Kahn à Trueblood, 29 mars 1951 n° 1510/TS/SEP, très secret.
  • 66 F 60 ter 359, 256, 15 mars 1951, Bernard de Margerie à Guindey ; 295, 30 mars 1951, Bernard de Mar (...)
  • 67 F 60 ter 419, « Projet de télégramme pour M. Bonnet », 12 avril 1951.
  • 68 F 60 ter 359, 335, 13 avril 1951 ; F 60 ter 359, n° 335 13 avril 1951 ; F 60 ter 359, 270, 20 mars (...)
  • 69 F 60 ter 419, ministère des Affaires étrangères, Direction politique, pactes. 15 mars 1951, R. Sch (...)
  • 70 F 60 ter 419, SGCI 15 avril 1951, note au Président du Conseil, « Concours américain à l’exécution (...)
  • 71 F 60 ter 359, n° 390, 4 mai 1951, B. de M. à Pierre-Paul Schweitzer « Problèmes de nos allocations (...)
  • 72 CE 04, Bonnet, 18 mai 1951, 22 h, 3776
  • 73 F 60 ter 414/2 et 415/1, très secret, reproduction interdite, « C. r. réunion Défense nationale av (...)
  • 74 Formé le 10 mars 1951.
  • 75 l’’influence américaine sur la politique française, 1945-1154, Balland, 1989, p. 291.

20Les Français réduisirent donc le budget militaire français de 1951 à 740 milliards de F en raison de cette aide insuffisante et précaire. Les Américains considérèrent qu’il y avait violation des accords franco-américains d’octobre 1950. Un conflit s’amorçait entre Français et Américains du fait de la confusion entre les crédits ERP et les crédits militaires59. Aucun programme ne pouvait plus être tenu. Les Américains réclamèrent un programme d’utilisation des 200 millions $ en offshore procurement. Charles Bohlen avait suggéré de les utiliser pour financer les matériels inscrits sur la liste prioritaire OTAN60. De cette façon les Américains imposeraient les choix des armements aux Français. Margerie, secrétaire général du SGCI, posa une question très révélatrice à Schweitzer, alors attaché financier à Washington : « Ce que j e voudrais savoir c’est si tu as eu des conversations de nature technique sur le degré de contrôle que l’administration américaine entendait exercer sur les fabrications françaises qui feraient l’objet d’achats offshore »61. Les Français durent préciser la nature du programme français de réarmement pour 1951. La France s’engageait à mettre sur pied 10 divisions, à réaliser les investissements industriels nécessaires (machines-outils) pour les fabrications de l’armée de l’air, à lancer la construction des infrastructures OTAN en France62. Mais manifestement ils ne convainquirent pas les Américains de leur capacité à réarmer. Comment faire confiance à l’industrie française ? Beaucoup de crédits n’étaient pas consommés parce que certains ateliers de l’armée, récemment reconvertis à la production civile, étaient incapables de revenir aux productions militaires ! Il fallut organiser une réunion spéciale à l’initiative de Moch, Petsche et Lejeune, secrétaire d’État à la Guerre, pour régler les comptes63. Mais la tension entre la Défense nationale et les Finances resta vive et il fut impossible de traduire en termes financiers les programmes constamment modifiés par les militaires. L’inadaptation de l’outil administratif et technique de l’armée en vue du réarmement introduisait un facteur de faiblesse dans la négociation internationale. Les Français s’étaient imaginés que les États-Unis étaient prêts à toutes les générosités. Or l’administration américaine désirait mobiliser efficacement les forces occidentales plutôt que d’encourager les aspirations nationales de chaque membre de l’alliance64. La thèse officielle expliquait que la France devait restaurer ses capacités militaires dans l’intérêt général. L’ECA répliqua que les programmes français de fabrication d’avions « Ouragan » pour 1954 étaient insuffisants. Quelques jours plus tard, les Américains proposèrent d’abandonner la construction de 4 sous-marins. L’amiral Jourdain protesta. Les Américains rejetèrent aussi l’installation de l’usine de torpilles de Mers el-Kébir et suggérèrent la construction de dragueurs, programme ridiculement inintéressant en termes de puissance et de souveraineté. Kahn expliqua aux Américains que personne ne pouvait renoncer au croiseur De Grasse65. Les Américains s’élevèrent aussi contre la construction des avions cargos Nord 2501 parce qu’insuffisamment nombreux pour rentabiliser la chaîne ; or les Français voulaient en construire pour le pool interallié des transports. Les Américains critiquèrent encore les avions Mystère II et IV de Dassault, alors que les Français voulaient des transferts de connaissances pour les réacteurs de type américain Jay 48 et une assistance pour l’électronique de bord. Les Américains refusèrent la fabrication de chars lourds de 50 tonnes, en raison des coûts prohibitifs de cet engin et de la faiblesse de son canon de 100 mm contre les chars soviétiques Joseph Staline. Ils parlèrent de dépenses somptuaires. En revanche, l’ECA voyait avec avantage l’industrie française se charger de fabriquer des uniformes pour l’armée américaine66. Bonnet fut chargé de dire que les interventions américaines étaient inacceptables, mais avec prudence67. On frisait l’incident. André Monteil, secrétaire d’État à la Marine convoqua l’attaché naval américain et selon Bernard de Margerie, lui fit part « fort crûment » de ses sentiments68. Ce petit jeu agaçait le placide Robert Schuman, ministre des Affaires étrangères, qui protesta de devoir sans cesse justifier « la légitimité » de ces dépenses69. Le gouvernement français était décidé « à prendre dans cette affaire l’attitude la plus ferme » indiqua le Quai d’Orsay. Il y avait maldonne ou hypocrisie. Il y avait surtout mésentente profonde sur la place de la France dans l’OTAN. Les négociateurs français du SGCI se crurent même trahis par des Américains qu’ils estimaient70. Petsche dit à Parkman, le chef de la mission ECA en France, le 4 mai 1951 : « Ces discussions aigrissent les rapports franco-américains et ce d’autant plus que le gouvernement français a le sentiment qu’un changement est intervenu dans la position américaine par rapport à ce qui avait été convenu à Washington en octobre dernier. Tout cela est particulièrement regrettable à la veille des élections »71. Français et Américains se heurtaient sur la question hautement significative pour l’indépendance de la France, du contenu du programme militaire français. La France pourrait-elle atteindre ses buts militaires avec l’aide américaine ? Les hommes qui géraient l’aide militaire américaine n’étaient pas ceux de l’aide civile. L’administration américaine résistait aux ambitions françaises. Le Congrès américain prenait fermement la tête d’une croisade des pays libres, alors qu’en 1948, il avait généreusement laissé les Européens s’organiser et gérer l’argent américain. Les vives représentations du gouvernement français portèrent leurs fruits. L’administration américaine offrit quelques satisfactions en mai 1951, alors que les élections législatives françaises avaient lieu le 17 juin. Elle accepta les 4 sous-marins, l’usine de torpilles, les chasseurs embarqués « Sea Venom » pour l’aéronavale française. Elle accepta de fournir des machines-outils pour la fabrication des Mystères II et IV72. Les crédits français pour la construction des aérodromes OTAN en France furent rétablis73. L’ECA, non sans mal, reconnut en partie les thèses du gouvernement français. Le nouveau gouvernement de Henri Queuille74 pouvait montrer à l’opinion française que l’indépendance française n’avait pas été sacrifiée à un partage des tâches au sein de l’OTAN. Mais les États-Unis ont limité volontairement leur aide militaire et économique à la France en raison d’un désaccord sur le programme français de réarmement et parce qu’ils pensaient que l’économie française était rétablie. Jamais encore « dans le cours de l’histoire on n’avait vu un pays engagé à ce point dans les affaires relevant de la souveraineté d’un autre », remarque l’historien Irwin Wall75. Les tensions franco-américaines en 1951 signifiaient que les États-Unis ne toléreraient plus les politiques d’indépendance nationale dans le camp occidental.

  • 76 CE 81, Bissel à H. Bonnet, 18 mai 1951, allotments à la France pour 1950-1951, « Aide annuelle de (...)
  • 77 F 60 ter 418, note pour le M. des Finances et des affaires économiques, « Aide américaine analyse (...)
  • 78 F 60 ter 419, note pour Harriman 26 juin 1951.

21Au total, les Américains accordèrent une aide non négligeable à la France sur l’année 1950-1951 de 433,2 millions S. Mais 200 millions $ étaient déclarés en rapport avec le programme de défense selon les termes de l’aide-mémoire du 18 décembre 1950, le reste au titre « de l’ERP et de l’assistance mutuelle pour la Défense »76. La décision a été prise « sur des raisons qu’il n’a pas été jugé utile de nous communiquer », remarqua le SGCI. Était-ce grave ? Probablement pas financièrement, car en même temps qu’il protestait, le SGCI soulignait qu’il aurait été, à coup sûr impossible de réaliser tout le programme d’importations qui avait été calculé large !77. La note du gouvernement américain sur la réduction de l’aide au 1er semestre de 1951 a été discutée au Conseil des ministres du 16 mai 1951 et le gouvernement a protesté auprès d’Harriman et de Bohlen78. L’ambassade américaine répondit le 7 juillet 1951 par un historique de l’aide à la France faisant ressortir tout ce que les Français devaient aux Américains. Les Américains honoraient formellement leurs engagements du 18 décembre 1950 en établissant a posteriori la règle du jeu. Le procédé était inélégant, nouveau et inquiétant. Quant aux Français, ils se battaient pour « le beurre et les canons ».

Les forces et faiblesses françaises dans la négociation avec les États-Unis

22Les Français dépendaient des États-Unis. Petsche manifesta un humour involontaire, mais très explicite sur la dépendance américaine, quand il écrivit : « Nous sommes actuellement dans l’obligation de communiquer à nos alliés des indications chiffrées sur le montant de nos dépenses militaires pour l’année 1952 » ! En conséquence le budget militaire français de 1952 devait être préparé dans le cadre de l’OTAN. Les Français avaient deux faiblesses : la désunion publique des services pour l’effort de réarmement, le poids de la campagne d’Indochine, et un atout : la situation géographique de la France qui la rendait indispensable à l’OTAN pour les infrastructures.

  • 79 F 60 ter 418, ou 420, 29 juin 1951, Très secret, « Note pour le ministère des Finances, suite du v (...)

23Mais s’il existait des contradictions évidentes au sein du gouvernement français, Harriman reconnaissait que les Américains n’étaient pas nets envers la France. Ils la poussaient à réarmer, à combattre en Indochine et à construire des HLM dans le cadre de la lutte contre le communisme. La France ne pouvait tout faire. Harriman était un sage. Il avait compris les limites des finances françaises. Il conseilla donc un budget militaire français 1952 de 1 100 milliards de F, destiné à donner une meilleure paie aux officiers et sous-officiers et à assurer la fabrication... de munitions ! Il suggéra de mettre à la disposition de la France 400 millions $ et de ne pas discuter le programme français d’importations79 Harriman recommandait à la France de faire une armée de fantassins.

  • 80 F 60 ter 424, note sur le programme d’infrastructures, « Conversation avec M. Huet en date du 25 m (...)
  • 81 F 60 ter 515/2 ; note du SGCI ? « Sur la concordance des demandes françaises d’aide militaire amér (...)
  • 82 CE 63 « Échange de correspondance ambassade US et ministère des Affaires étrangères », in dossier (...)
  • 83 CE 76, H. Bonnet, 31 janvier 1951, 22 h, n° 888-895.
  • 84 Voir le chapitre VII.

24La France disposait d’un atout qu’elle pouvait faire valoir pour exiger une aide au réarmement. Ses partenaires avaient besoin du territoire métropolitain et des TOM pour y installer une ligne de communication (oléoducs Donges-Montargis), des bases aériennes (17 aérodromes NATO) et le SHAPE. Les projets d’extensions des installations OTAN correspondaient à une décision OTAN de 1950, mais aucun crédit n’était prévu pour financer les 8 aérodromes supplémentaires pour les Américains. La dépense atteindrait 47,3 milliards de F. Le gouvernement espérait des crédits OTAN pour les infrastructures, mais il veillait au respect de la souveraineté française sur les bases car il craignait l’emprise « totale des États-Unis en Tunisie », voire en Algérie si des bases américaines y étaient installées. Le programme des 17 aérodromes avait débuté en 1949 à la suite d’une décision du pacte de Bruxelles. Le Pacte atlantique et l’arrivée des Américains firent naître des besoins nouveaux. Bref ! les Finances considéraient avec réserve l’extension du programme d’infrastructure OTAN, à la différence de Jules Moch qui demandait des crédits immédiats pour la tranche supplémentaire et qui refusait positivement de se soumettre aux réserves d’un Conseil des ministres du 27 juin 1951. A Ottawa, en septembre 1951, un accord se fit sur la répartition des dépenses pour la 2 e tranche des 8 aérodromes. Les pays membres achetaient les terrains sur leur territoire, mais l’équipement était financé par l’Alliance selon un pourcentage forfaitaire80. Il n’y avait pas de budget commun de réarmement, mais un financement pondéré des infrastructures de l’OTAN. Les questions du réarmement plus que celles de la modernisation économique ont été le test de la dépendance de la France par rapport aux États-Unis. Les Américains ont tenté de mobiliser les pays de l’OTAN d’une main de fer selon une stricte répartition des capacités reconnues à chacun. La France ne s’y retrouvait pas. D’un autre côté la France était contrainte par la guerre d’Indochine, chaque semaine plus coûteuse, de négocier avec les États-Unis. Les USA avaient accepté en septembre 1950 de fournir des armes aux années nationales indochinoises et au CEF81. Des livraisons avaient été effectuées pour la première fois dans l’été 1950 : 7 C47, 150 chars, 26 B 26, des patrouilleurs, des camions, de l’artillerie. Cette aide fut bien accueillie par les militaires français car elle ne présentait pas d’inconvénients politiques. D’autres livraisons suivirent en décembre 1950. Un accord de défense mutuelle en Indochine fut signé le 20 décembre 1950 (France, États-Unis, Laos, Cambodge et Viêtnam)82. Le 29 janvier 1951, les Français demandèrent une aide militaire spéciale pour les États associés, destinée à couvrir le déficit budgétaire français en Indochine83. Quand Pleven partit pour Washington en janvier 1951, il dut s’expliquer sur la diminution du budget des années, mais Truman se déclara prêt néanmoins à soutenir l’effort français en Indochine. L’entrée des États-Unis en Indochine se fit de deux manières. L’une gênait la France, l’aide économique, porte-drapeau de l’abondance américaine, moyen déclaré de manifester l’échec colonial de la France et de l’évincer84. L’autre était l’aide militaire, souhaitée par le gouvernement, car il sentait qu’il pouvait encore l’utiliser souverainement et mener une politique proprement française en Indochine. La contradiction américaine résidait dans cette double volonté de chasser la France et de lui faire prendre en charge militairement le conflit. La contradiction de la France était d’accepter les termes du jeu américain. Paris mesurait mieux que Saïgon le poids des forces profondes qui ouvraient l’Indochine, soit à Ho Chi Minh, soit à l’Amérique. Mais qui, à Paris, pouvait faire le choix décisif ?

Le vote de la loi de Sécurité mutuelle

25La loi de Sécurité mutuelle provoqua une onde de choc en Europe dans la mesure où elle sanctionnait une pratique de l’aide en rupture complète avec l’aide Marshall : la contre-valeur était désormais préalablement affectée, l’aide n’était plus une aide budgétaire, elle portait sur des importations militaires.

La Mutual Security Agency

  • 85 B 18220, note de l’attaché financier à Washington, « Étude du projet de loi de Sécurité mutuelle » (...)
  • 86 B 18220, Finances, « Note sur l’aide accordée à la France par les États-Unis, 1er février 1956 », (...)
  • 87 F 60 ter 407, Vaurs à Dutheillet 11 août 1951.

26La loi de Sécurité mutuelle a été votée par le Congrès des États-Unis le l0 octobre 1951 avec effet au 1er juillet 1951. L’ECA était remplacée par une nouvelle administration la Mutual Security Agency (MSA). La loi prévoyait une aide militaire à l’Europe de 4,8 à 5 milliards $ et une aide économique de 1 milliard $. Elle prévoyait aussi la fin de toute aide économique au 1er juillet 195285. Cette loi se substituait à la loi d’aide ERP de 1948, amendée les années suivantes et à la loi MDAP (défense mutuelle d’octobre 1949). « Elle couvre à la fois les besoins économiques et les besoins militaires, en mettant l’accent sur la défense mutuelle devenue prépondérante » expliquait une note des Finances86. Les Français en acceptèrent les termes en janvier 1952. Les débats au Congrès auguraient assez mal de l’aide pour 1951-1952. Les premiers hearings commencèrent seulement en mai 1951. Le Congrès était décidé à privilégier l’aide à la défense mutuelle. Les États-Unis se lançaient, et le monde atlantique avec eux, dans la préparation méthodique des économies occidentales à une éventuelle conflagration mondiale, ainsi s’expliquait le gigantesque effort de stockpiling américain commencé avant le vote de la loi. Le leadership américain beaucoup plus pesant qu’au temps du plan Marshall était générateur de conflits. Ainsi face à un Congrès décidé à en découdre avec le communisme mondial, la France devait donner des gages de mobilisation pour bénéficier d’une aide, ou y renoncer. Or même un gouvernement français atlantiste et sensible au danger communiste ne pouvait tout accepter. Les débats sur le programme militaire en 1950-1951 et sur le rôle des États-Unis en Indochine l’avaient bien montré. Les rapides changements de gouvernements en France ne pouvaient donner l’assurance d’un suivi sérieux des affaires en dépit de la permanence des services et de certains hommes politiques. « Pour les Affaires étrangères nous sommes maintenant dotés de M. Bidault, de M. R. Schuman et de M. Maurice Schumann. Étant donné la bonne entente qui règne entre ces hautes personnalités, j e ne doute pas un instant que la politique française déjà si ferme et lumineuse, ne prenne un nouvel essor dans une direction bien définie... », expliquait plaisamment un diplomate du Quai d’Orsay, Roger Vaurs87. Ces nouvelles dispositions américaines étaient un défi pour les Français. Pouvaient-ils s’en accommoder ?

Dérive et routine de l’aide dans l’été 1951

  • 88 CE 73, LG, ministère des Affaires étrangères, Infos et presse, 3 août 1951, n° 1948, Note pour le (...)
  • 89 F 60 ter 393, Préfet du Cher à ministère de l’Intérieur, 29 février 1952.
  • 90 F 60 ter 394, 1er octobre 1951, Kaplan à G. Elgozy : la notule est signée : G. E.

27Les retards pris pour définir les nouveaux objectifs américains eurent des conséquences plus graves que prévues en France. La nouvelle loi ne fut opérationnelle qu’en octobre 1951. Entre juillet et octobre 1951, l’ECA bloqua toutes les allocations. Les importations furent financées avec des dollars libres. Les grands changements en cours ne troublaient pas pour autant la routine de la propagande en faveur de l’aide américaine qu’elle soit économique ou militaire. L’ECA organisa sous couvert de l’OECE un « Train de l’Europe », constitué de 8 wagons retraçant les efforts de coopération intereuropéenne, les intérêts communs des nations libres, l’effort français, un wagon cinéma et 2 wagons de service. Le train traversa toute l’Europe. On pouvait y interroger des personnalités françaises sur le plan Marshall : Mayer, Buron, Madame Auriol, Marjolin, Monnet, Jouhaux, les syndicats « libres »88. Mais l’effort d’information et de propagande suscitait toujours d’âpres conflits. Une exposition dut être protégée à Vierzon à la suite d’une manifestation de l’Union locale CGT en connivence avec le conseiller général communiste89. Une exposition de photos sur « le vrai visage des États-Unis » montrait un pays où les travailleurs avaient des droits et étaient libres. Habilement, des photos présentaient Auriol et Parkman. L’aide militaire donnait lieu à une propagande plus délicate à mener. L’ECA proposa de faire un film de télévision montrant un jeune ouvrier français sous les drapeaux, devant une usine qui recevait des machines américaines. On voyait des armes américaines et on terminait sur la mobilisation morale de la jeune recrue décidée à combattre pour la défense de l’Occident. Devant ce monument de conformisme, Georges Elgozy du SGCI exécuta le projet : « Le génie de la contre-propagande les inspire ! »90

L’aide technique, une nouvelle venue

  • 91 CE 04, Bonnet, 27 juillet 1951, 9 h, n° 5443-48.
  • 92 B 16023, Grimanelli, Dirapro, Note pour le Secrétaire d’État aux Finances et aux Affaires économiq (...)
  • 93 F 60 ter 359, 742, Elgozy à CNP, septembre 1951 ; 775, 25 septembre 1951, note d’Elgozy à DREE. Fr (...)
  • 94 F 60 ter 393, différentes notes sur cette question dans l’été 1951 et novembre 1951.
  • 95 F 60 ter 407, L. Gingembre, PME, à M. John Carmody, 12 septembre 1951, directeur de la section pro (...)

28À côté de l’aide économique et de l’aide militaire, le Congrès avait prévu une aide technique qui devait améliorer la productivité. Les Français sentirent qu’il fallait répondre favorablement, car les crédits pouvaient favoriser les investissements du plan français. Robert Buron, secrétaire d’État aux Affaires économiques et président du Comité national de la productivité géra le dossier. Un nouveau programme de coopération technique fut élaboré. Il avait pour objectif la hausse de la productivité et du niveau de vie de la classe ouvrière. Les Américains insistèrent sur les efforts à faire pour poursuivre et accroître « la répartition équitable du revenu national »91. Mais comme dans le domaine de la propagande ou de l’aide à l’Indochine, les Américains n’étaient pas très habiles. L’ECA rêvait de constituer un comité mixte franco-américain de la productivité que les Français repoussèrent évidemment. « On ne saurait envisager d’ingérences américaines dans les affaires intérieures françaises », ou de visites massives d’experts américains dans les usines françaises, nota le ministère de l’Industrie 92. La société politique française, telle qu’elle était, ne pouvait pas tolérer cette formule. On envisagea des émissions radio spécifiques, on importa des appareils de projection pour des films éducatifs93. Le SGCI accepta l’émission, mais Buron trouva l’émission brutale. Une « Tribune de Paris » mensuelle fut consacrée à la productivité. On prit l’exemple d’un pays à faible productivité, « les Indes », pour ne pas choquer l’orgueil national, mais il s’agissait bien de la France94. Les Américains insistèrent encore sur les missions de productivité au point d’indisposer certains partenaires sociaux, pourtant loin d’être anti-américains. Léon Gingembre fustigeait les « représentants maladroits d’un pays même si celui-ci est notre ami ». Le crime de Carmody, directeur de la section productivité de l’ECA, était d’avoir tenté « d’acheter » grâce aux fonds ERP le départ aux États-Unis des chefs des PME françaises en vue de les former à la productivité. Il en profita pour dénoncer le protectionnisme très réel des Américains et conclut fièrement : « Les PME françaises sont celles qui préfèrent rester « loups » mais libres, que de devenir « chiens » aux ordres de qui que ce soit et quel que soit le régime »95.

Le choc de la loi MSA

29Dans l’été 1951, à la veille d’un changement radical de la loi d’aide à l’étranger, des transformations profondes s’étaient déjà produites. Le gouvernement français tentait désespérément d’avoir « le beurre et les canons ». Le gouvernement jouait le jeu du réarmement, comme l’impétueux Jules Moch. En même temps il était irrité et inquiet des réserves du gouvernement américain sur son programme militaire. Le contentieux franco-américain retarda de 9 mois l’utilisation de l’aide militaire américaine. Les conditions d’attribution de l’aide militaire ignoraient l’OECE ; le multilatéralisme avait vécu ; les Français mesuraient désormais la différence et subissaient le poids d’une dépendance bilatérale. Certes l’OTAN jouait un rôle, mais l’influence américaine s’y exerçait beaucoup plus intensément qu’à l’OECE. Tout pour la guerre ? tel était le mot d’ordre, mais les économies occidentales restaient fragiles. Autrement dit, l’aide militaire ne pouvait pas à elle seule conduire à un réarmement « serein ». 11 fallait surveiller l’état général des économies et tenir compte des opinions publiques. La nouvelle aide MSA serait accordée sur des critères nouveaux. Désormais, la France devait s’appuyer sur ses seules forces de conviction ou sur ses seuls « mérites » pour justifier le droit à l’aide américaine. Le débat et le conflit franco-américain sur le programme militaire français montraient que mériter l’aide signifiait adhérer pleinement aux décisions de l’OTAN, c’est-à-dire aux décisions américaines sur le rôle de chaque pays membre dans l’Alliance. Ces choix ne convenaient pas au gouvernement français. Pouvait-il décemment continuer la guerre en Indochine et se borner à fabriquer des uniformes et des munitions ? Les gouvernements français ont réagi, non par simple dignité, mais en raison des conséquences politiques à long terme que cette exigence américaine impliquait.

  • 96 F 60 ter 514, mémorandum remis à l’ECA par D. Dommel à Parkman, n° 919, 10 octobre 1950.
  • 97 F 60 ter 502, Pierre-Paul Schweitzer à Guindey 8 mars 1951 AF 586, « Aide américaine, sur une renc (...)
  • 98 B 34135, Labouisse au Président du Conseil 27 octobre 1951 ; F 60 ter 359, 959 Thierry de Clermont (...)
  • 99 F 60 te/-514 13 mars 1951, Huet, cabinet du ministre des Finances.
  • 100 B 34135, 29 juin 1951, Finances, Malécot, à Reconstruction ; F 60 ter 359. n° 900 René Mayer 15 oc (...)
  • 101 B 33509, Monnet à Pinay, 9 mars 1952, note en annexe sur le rôle des investissements.
  • 102 F 60 ter 513, « Affectation éventuelle aux investissements de 1952 de 20 milliards de CV de l’aide (...)
  • 103 B 10927, source américaine.

30Le choc de la transformation se voyait aussi à l’utilisation de la contrevaleur. Son affectation répondait à des règles qui avaient évolué. Depuis l’été de 1950, l’été de tous les dangers, des rumeurs couraient sur une affectation autoritaire de la contre-valeur au budget militaire français. Henry Parkman, le chef de la mission ECA en France, répétait qu’il fallait affecter aux logements neufs et aux dépenses militaires la contre-valeur de 195196. Pour éviter un choc « trop vif pour M. Petsche », Guindey le prépara à l’idée d’une affectation de la contre-valeur de l’aide économique à l’accroissement du programme de défense97. Dans l’été 1951 le solde de la contre-valeur de 45 milliards de F fut utilisé à raison de 35 milliards F pour le budget militaire français et de 10 milliards de F pour les HLM98. Dans le cadre des dépenses militaires, la contre-valeur servit à construire SHAPE-Village à Saint- Germain-en-Laye : 400 logements en 8 mois !99 et 300 logements à Fontainebleau sur la contre-valeur ordinaire100. La tendance fut cristallisée dans la nouvelle loi qui établit que les fonds de la contre-valeur de l’aide économique serviraient uniquement pour la guerre. 11 n’était plus question de discuter l’affectation de la contre-valeur comme au temps du plan Marshall. L’effort d’investissements productifs en souffrit. Le montant des investissements passa de 550 milliards de F à 280 milliards de F. Monnet dut écrire le 9 mars 1952 à Pinay qu’il y a « nécessité d’assurer la continuité de la politique d’investissements productifs »101. Il n ‘ a pas été entendu, d’une part en raison des contingences immédiates du réarmement et des objectifs américains de construction de logements, d’autre part en raison de la diminution rapide de la contre-valeur. L’essentiel de la contre-valeur de 1952 alla aux dépenses militaires et à l’Indochine et une petite part à la construction (15,3 milliards de F sur 104,1 milliards)102. La nouvelle loi de Sécurité mutuelle pour 1952-1953 prit de nouvelles dispositions pour la contrepartie : elle devait encourager la libre entreprise, les syndicats libres et favoriser l’augmentation du niveau de vie des masses laborieuses. Mais concrètement elle fut affectée à l’effort de défense et à des programmes d’échanges universitaires Fulbright. Ainsi le dernier trimestre 1953 de contre-valeur (69,4 milliards de F) a été réparti entre 59,5 milliards de F pour la production militaire et 9,9 milliards pour la productivité103. Sur 3 122 millions $ (soit 1092 milliards de F) correspondant à toutes les formes d’aides de 1947 à 1959 (aide intérimaire, aide Marshall, MDAP, aide technique, aide militaire), la contre-valeur a généré 952,6 milliards de F de part française, 57,2 milliards de F de part américaine et 42 milliards transférés comme aide à l’Indochine (total 1 051,8 milliards de F). 230,1 milliards de F sont allés à des usages militaires sur la part française de 952,6 milliards de F soit 24,2 %. Mais cette militarisation de la contre-valeur était concomitante des difficultés françaises en Indochine et du « monde libre » en Corée. La guerre de Corée a bien « achevé » le plan Marshall, preuve qu’il n’était pas destiné à la guerre, qu’il n’était pas seulement une mobilisation contre l’Est. En revanche, dès que la menace militaire se précisa, les Américains réorientèrent leur aide vers le réarmement.

Conclusion

31Les deux étés 1950 et 1951 ont encadré une transformation profonde de l’aide américaine à l’Europe et à la France. Le plan Marshall était annoncé pour une durée de 4 ans ; comme aide économique ERP il a duré réellement d’avril 1948 à janvier 1951, soit 2 ans et 8 mois. Officiellement la nouvelle loi de Sécurité mutuelle l’a remplacé en juillet 1951, soit au bout de 3 ans et 3 mois. L’originalité de la situation tenait au fait que les événements extérieurs l’avaient détruit. Le plan Marshall était évidemment un choix de politique extérieure américaine. Mais il a été utilisé par la France comme un élément de son développement économique et social. Le plus surprenant pour l’historien est que les dirigeants français parurent surpris voire mécontents de sa disparition. Pourtant ne savaient-ils pas que le plan était d’une durée limitée et sujet à approbation financière chaque année ? Le passage à l’aide militaire n’était pas du goût des Français en dépit des rodomontades de Bidault ou des accès d’enthousiasme de Jules Moch. Partagés entre le souci de la modernisation, du développement des forces économiques françaises et celui d’être un bon allié dans une future confrontation avec l’Est, les Français ne s’attendaient pas à voir leurs programmes économique et militaire discutés. Mais leur image était mauvaise aux États-Unis. Ils étaient soupçonnés de laxisme budgétaire, d’insuffisances idéologiques dans cette mobilisation pour la sécurité de l’Occident. Ils ont mesuré, au temps de l’aide militaire, ce qu’il en coûtait d’être dépendants tout en affirmant leurs prétentions à redevenir une puissance sur laquelle compter.

Notes

1 Voir l’article de Philippe Vial, « l’aide américaine au réarmement français (1948-1956) », CEHD, La France et l’OTAN, 1949-1996, Complexe, 1996, p. 169-187.

2 B 42259, note du 20 mars 1954, source Finances, service indéterminé, « Résultats généraux

de l’aide fournie à la France de 1947 à 1954 ».

3 F 60 ter 357 décembre 1949, Dutheillet à Pierre-Paul Schweitzer, 1762.

4 CE 03, Bonnet, 17 juin 1950, 7 h 30, 2218-21.

5 CE 56, c. r. réunion du 21 décembre 1949, Parodi, « Sur l’aide militaire américaine ».

6 29 octobre 1949-24 juin 1950.

7 52 J 71, Ministère de la Défense nationale, 1485/TS/SEP 28/IX/49, « Note concernant les programmes de réarmements, sur évaluation du comité de défense de l’Union Française du 4 décembre 1949 » ; V. Auriol, Journal, 1949, op. cit., p. 267, 22 juin 1949.

8 52 J 86, Bonnet, 11 octobre 1949 ; V. Auriol. Journal. 1949, op. cit., p. 397, 3 novembre 1949.

9 Loi n° 50-339, B 18220, « Note d’information sur l’aide accordée à la France par les États-Unis, 1er février 1956 », diffusion restreinte, non signée.

10 CE 81. ministère des Affaires étrangères, Olivier Wormser. note 5 mai 1950. « a/s réarmement ».

11 F 60 ter 358, 848, B. de M. à Junqua attaché financier auprès du Conseiller français des suppléants, Londres, septembre 1950.

12 CE 81, Bonnet, 3814, PS à R. Schuman 10 août 1950, « a/s aide économique et réarmement ».

13 CE 66, Bonnet le 2 juin 1950, 16 h n° 2025-2026 : 415/2 25 septembre 1950, « Note sur les livraisons de matériel militaire à fabriquer aux États-Unis ».

14 CE 66, Bonnet à R. Schuman, n° 3461 20 juillet 1950, « Politique américaine et aide à l’Europe ».

15 CE 64 Bonnet Washington, 6 décembre 1950, 21 h 25 n° 5060-77.

16 F60 ter 358, 778, 17 août 1950, Note pour M. Filippi ; CE 03 Bonnet 31 août 1950, 3525, « a/s répartition internationale des matières premières ».

17 F 60 ter 381, 3 août 1950, Bonnet, « Aide économique à l’Europe, exposé de M. Foster » ; Bonnet, 21 septembre 1950 à Schuman, « Rapport de Gordon Gray, indiscrétions » ; 13 novembre 1950, « Rapport Gray ».

18 F60 ter 358, 778, 17 août 1950, Note pour M. Filippi ; CE 03 Bonnet 31 août 1950, 3525, « a/s répartition internationale des matières premières ».

19 F 60 ter 358, 953, 25 octobre 1950, Bernard de Margerie à Timmons.

20 F 60 ter 359, 53, 19 janvier 1950, Bernard de Margerie au ministre, « note pour le ministre ».

21 F 60 ter 482, « Tour d’horizon sur le programme d’importations dollars », autour de juillet 1951 (?) conversations avec M. Charpiat, 12 juin 1951.

22 CE 63, Daridan, 26 janvier 1951, n° 762, « a/s allocation Marshall » ; F 60 ter 490, H. Parkman 16 janvier 1951 à Bernard de Margerie.

23 F 60 ter 482, Dirapro, EU, 12 février 1951, E. Demont, « Note pour le service des importations- Montremy, programme d’importations payables en dollars pour l’année fiscale 1950-51 ».

24 F 60 ter 359, 166, 16 février 1951, Bernard de Margerie à Parkman ; CE 63, Washington, 1er mars 1951, 10 h 07, n° 1742-48, Bissell-Bonnet sur aide militaire à la production.

25 F 60 ter 490, Dirapro à Comapro, 8 mars 1951, « Allocation provisoire de $ 71 millions consentie », lettre de Paul R. Portes, acting administrator, 9 mars 1951 à H. Bonnet, additional allotment.

26 Offshore signifie dans le cadre de l’aide militaire que les États-Unis financent des productions militaires françaises destinées aux forces françaises ou à des forces du NATO.

27 CE 63, Daridan, 26 janvier 1951, n° 762, « a/s allocation Marshall » ; F 60 ter 490, H. Parkman 16 janvier 1951 à Bernard de Margerie.

28 F 60 ter 484. annexe IV bis, « Rapport sur l’exécution du programme dollars de 1950-51 », P. Moussa, 13 juillet 1951, confidentiel DREE. note pour le ministre. « Établissement du programme dollars 1951-52 ».

29 F 60482, service de coordination industrielle, relations extérieures, 26 juillet 1950, « Physionomie du programme d’importation d’équipements américains en 1950-51 ».

30 Bonnet avait conseillé d’acheter 500 000 $ ; F60 ter 359, 155, 13 février 1951. B. de M., note pour le SEAE, « Importation de pommes en provenance des États-Unis ».

31 CE 03, Coopération économique 13 octobre 1950 à Washington, pour Petsche. de Buron. coton.

32 Voir le chapitre VI, 2e partie, 3 e alinéa.

33 Fontainebleau, 77396/11, M. des Finances, SE affaires économiques, 24 août 1951 à ministère de l’Industrie et du Commerce, DREE. Clappier.

34 Les exportations françaises vers l’Est ont représenté en 1950, 38 millions $ soit 1,25 % de ses exportations totales (S 3 milliards).

35 « Problème des antibiotiques », CE 52 et CE 54, DGAEF, 21 décembre 1951, secret, note, « Conversations M. Charpentier avec Sir Roger Makins ».

36 CE 52. 24 août 1951, « Liste de produits que la France pourrait offrir à l’Est ».

37 Fontainebleau, 77396/11, J. Valabrègue, 4 février 1952 aux chefs de service et directeurs, n°411 ; Beaurepaire 1524, affaires extérieures du ministère de l’Industrie et du Commerce 17 avril 1952 aux directeurs et chefs de service.

38 CE 03, Bonnet, 25 juillet 1950, n° 2844-49, urgent.

39 F 60 ter 411, « Note Kojève pour M. Filippi ». 18 juillet 1950.

40 14 juillet 1950.

41 Jules Moch, Une si longue vie, Robert Laf’font, 1976, p. 405.

42 B Amérique 1944-1952, États-Unis, 121, « Mémorandum du gouvernement français du 5 août 1950 au gouvernement des États-Unis » ; F 60 SGCI 16, 732229 = 771475/1 et 2, SGPDN, 20 janvier 1951, secret, « note sur les achats offshore. » F 60 SGCI 16, 732229 = 771475/1 et 2, 22 juillet 1952. « note pour le Président, effort de réarmement français et aide américaine ».

43 F 60 ter 415/1 « Projet de mémorandum », 16 août 1950, très secret, exemplaire n° 7 ; 4 AU 56, Dr 6, Sd b, « Note sur la position française en matière de réarmement », Philippe Huet, 16 septembre 1950.

44 CE 81, JG/coopération économique, 18 septembre 1950, « Note ».

45 F 60 ter 415/l, « C. r. conversations Petsche, Buron et Snyder 7 septembre 1950 », 9 pages.

46 F 60415/1, 3 octobre 1950, coopération économique ministère des Affaires étrangères, « note ».

47 F 60 ter 358, 838, Bernard de Margerie à P. W. Douglas, 12 septembre 1950, « Évaluation des dépenses militaires françaises en 1950 ».

48 Environ 500 millions $, à 350 F le dollar.

49 F 60 ter 414/2, Petsche et Buron, à Pleven, Président du Conseil 11 septembre 1950, n° 22. 11 semble bien que le budget soit fixé à 580 milliards Indochine comprise, in F 60 ter 415/1, 25 septembre 1950, Budget à Président du Conseil, Pleven

50 F 60 ter 414/2 « Plan de réarmement français », S/gal/sep, 1950, date mal précisée ; 415/2, Finances, direction du Budget, très secret, cosmic, Note pour le ministre, Goetze, DB, « Objet : programme militaire de réarmement français » ; F 60 ter 515/2 « Documents transmis à Alphand. sur programme français 1951 », 28 septembre 1950, cosmic, ministère des Affaires étrangères.

51 F 60 ter 414/2 note des Finances, DB, très secret 6 octobre 1950 Goetze, « Note pour le Ministre ».

52 F 60 ter 515/2, « Papier remis à Tomlinson le 2 octobre 1950 », source : conseil de la DN d 2 octobre ; « Résumé des décisions prises au comité de la DN du 3 octobre » ; I. Wall utilise aussi ces chiffres, op. cit. p. 286.

53 F 60 ter 415/2 « note pour le ministère des Affaires étrangères », 18 décembre 1950, Bernard de Margerie.

54 F 60 ter 415/2 ou 420 Petsche et E. Faure à Président du Conseil, n° 81 4 janvier 1951 ; F 60 ter 418, 29 janvier 1951, Bernard de Margerie à Guindey ; F 60 ter 420, 14 février 1951, « Note sur les marchés d’armement de la DN », signature illisible vient du M. de F.

55 F 60 ter 420, DN, SGFA 3 janvier 1951, section programme n° 20/TS/SED ex, n° 9 « Réponse aux questions posées par M. l’Ambassadeur H. Alphand à la réunion du 27 décembre 1950 au SG permanent de la DN ».

56 F 60 ter 415/2 ou 420 M. de la DN 8 janvier 1951 à René Pleven ; F 60 ter 420, M. des Finances à Président du Conseil 13 janvier 1951, réf. lettre du 4 janvier et réponse du 8 janvier.

57 F 60 ter 358, 1011 bis. 13 novembre 1950 Bernard de Margerie à Guindey, « Procédure d’emploi des 200 millions de $ », préparée par Mons ; 1036, 28 novembre 1950, Bernard de Margerie à Pierre-Paul Schweitzer Washington ; SGCI 1054 bis, 29 novembre 1950. Bernard de Margerie à Robert Blot. direct,.du ministère du Budget.

58 F 60 415/1, notes manuscrites prises par Bernard de Margerie reconnaissables à l’écriture,

« C. r. de conversations avec Acheson, Petsche, Moch, Marshall les 17 et 19 octobre 1950 » ;

« Projet d’aide-mémoire ». secret 28 octobre 1950 ; F 60 ter 420, Alphand à Président du Conseil exemplaire n° 8/11/D n° 50038, date imprécise fin 1950 ; Bonnet, 11 janvier 51 n° 50. 006-08.

59 F 60 ter 490, n° 273 Bernard de Margerie à Parkman, 21 mars 1951 ; les Français espéraient 355 millions $ au 1er semestre 1951 : 155 millions $ d’aide Marshall et 200 millions $ d’aide en moyens de production. En fait, 195 millions $ furent attribués aux besoins civils et 45 millions S à l’effort de réarmement. Aux yeux des Français il manquait 115 millions $.

60 F 60 ter 415/1, Bohlen à Charpentier et de Rose, « Note du 2 décembre 1950 ».

61 F 60 ter 3581036, 18 novembre 1950, Bernard de Margerie à Pierre-Paul Schweitzer.

62 F 60 ter 415/1 « Aide-mémoire du 29 décembre 1950 remis à Bohlen par Parodi » ; F 60 ter 420, F. Garnier, 6 janvier 1951, « Note sur l’emploi des crédits d’armements et de réarmement ».

63 F 60 ter 420, F. Garnier, Note pour le ministre 6 février 1951 « Sur l’exécution du programme de réarmement » ; P. Huet, 23 avril 1951 ; Huet, 27 avril 1951, « C. r. réunion contradictoire tenue le mercredi 25 avril 1951 de 16 h à ? », Lejeune, Secrétaire d’État aux Forces armées

64 CE 81, PS 2189, 11 mai 1951 Bonnet, à Schuman, « a/s réarmement et économie civile ».

65 F 60 ter 415/2, Kahn à Trueblood, 29 mars 1951 n° 1510/TS/SEP, très secret.

66 F 60 ter 359, 256, 15 mars 1951, Bernard de Margerie à Guindey ; 295, 30 mars 1951, Bernard de Margerie à Industrie ; F 60 te/-415/2, Trueblood assistant for MDAP, 9 mars 1951, à Louis Kahn. F 60 SGCI 16, 732229 = 771475/1 et 2, 22 juillet 1952, note pour le Président, effort de réarmement et aide américaine.

67 F 60 ter 419, « Projet de télégramme pour M. Bonnet », 12 avril 1951.

68 F 60 ter 359, 335, 13 avril 1951 ; F 60 ter 359, n° 335 13 avril 1951 ; F 60 ter 359, 270, 20 mars 1951, Bernard de Margerie à Pierre-Paul Schweitzer.

69 F 60 ter 419, ministère des Affaires étrangères, Direction politique, pactes. 15 mars 1951, R. Schuman à D. Bruce.

70 F 60 ter 419, SGCI 15 avril 1951, note au Président du Conseil, « Concours américain à l’exécution des programmes français de réarmement ».

71 F 60 ter 359, n° 390, 4 mai 1951, B. de M. à Pierre-Paul Schweitzer « Problèmes de nos allocations pour le 1er semestre 1951 ».

72 CE 04, Bonnet, 18 mai 1951, 22 h, 3776

73 F 60 ter 414/2 et 415/1, très secret, reproduction interdite, « C. r. réunion Défense nationale avec des Américains », 2 avril 1951, Kahn, B. de M., Wappler, Lasalle, Bonsall Richards, Parkman ; F 60 ter 418 « c. r. réunion chez Kahn SG aux Forces armées », n° 2295 TS/SEP, « Examen technique de l’aide-mémoire américain du 2 avril 1951 », en présence d’américains de l’ambassade et du MAAG ; c. r. d’une réunion du même type pour le programme de l’armée de terre, le 21 avril 1951 n° 2303, 2304 TS/SEP ; c. r. réunion, idem 2 mai 1951 n° 2348 TS/SEP « Programme de la Défense nationale », 3 e réunion d’experts franco-américains.

74 Formé le 10 mars 1951.

75 l’’influence américaine sur la politique française, 1945-1154, Balland, 1989, p. 291.

76 CE 81, Bissel à H. Bonnet, 18 mai 1951, allotments à la France pour 1950-1951, « Aide annuelle de 395 millions $ » ; d’après des sources ultérieures, l’aide ERP fut exactement de 361,4 millions $, l’aide aux TOM de 28 millions $, l’aide MDAP de 43,8 millions $, soit 433,2 millions $.

77 F 60 ter 418, note pour le M. des Finances et des affaires économiques, « Aide américaine analyse de la communication de l’Ambassade des États-Unis en date du 12 mai 1951 ».

78 F 60 ter 419, note pour Harriman 26 juin 1951.

79 F 60 ter 418, ou 420, 29 juin 1951, Très secret, « Note pour le ministère des Finances, suite du voyage de M. Harriman ».

80 F 60 ter 424, note sur le programme d’infrastructures, « Conversation avec M. Huet en date du 25 mai 1951 » ; Jules Moch, 19 juin 1951 à Finances sect. programmes n° 3052 TS/SEP, « Lancement de la 2 e tranche infrastructure NE » ; « C. r. entretiens Pestche-Moch du 3 juillet 1951 sur les infrastructures » ; Ottawa tel. 20 septembre 1951, H. Guérin, n° 50, 001-5 à Président du Conseil.

81 F 60 ter 515/2 ; note du SGCI ? « Sur la concordance des demandes françaises d’aide militaire américaine, destinées à l’Indochine », 27 septembre 1950.

82 CE 63 « Échange de correspondance ambassade US et ministère des Affaires étrangères », in dossier Sécurité mutuelle, 1S 52, dossier général.

83 CE 76, H. Bonnet, 31 janvier 1951, 22 h, n° 888-895.

84 Voir le chapitre VII.

85 B 18220, note de l’attaché financier à Washington, « Étude du projet de loi de Sécurité mutuelle », AF/1982, 17 août 1951. B 33688, Tel Bonnet du 20 octobre 1951

86 B 18220, Finances, « Note sur l’aide accordée à la France par les États-Unis, 1er février 1956 », p. 5.

87 F 60 ter 407, Vaurs à Dutheillet 11 août 1951.

88 CE 73, LG, ministère des Affaires étrangères, Infos et presse, 3 août 1951, n° 1948, Note pour le cabinet du ministre et la DGAEF, « Train de l’Europe », en marge : « Je suis d’accord ».

89 F 60 ter 393, Préfet du Cher à ministère de l’Intérieur, 29 février 1952.

90 F 60 ter 394, 1er octobre 1951, Kaplan à G. Elgozy : la notule est signée : G. E.

91 CE 04, Bonnet, 27 juillet 1951, 9 h, n° 5443-48.

92 B 16023, Grimanelli, Dirapro, Note pour le Secrétaire d’État aux Finances et aux Affaires économiques. 17 août 1951. Bizot, Secrétariat général de la Productivité, 31 juillet 1951, n° 505. Note au ministre.

93 F 60 ter 359, 742, Elgozy à CNP, septembre 1951 ; 775, 25 septembre 1951, note d’Elgozy à DREE. France-Publicité imagine une émission jeu-concours sur la productivité à Radio-Monte- Carlo : « le système P. ».

94 F 60 ter 393, différentes notes sur cette question dans l’été 1951 et novembre 1951.

95 F 60 ter 407, L. Gingembre, PME, à M. John Carmody, 12 septembre 1951, directeur de la section productivité ECA.

96 F 60 ter 514, mémorandum remis à l’ECA par D. Dommel à Parkman, n° 919, 10 octobre 1950.

97 F 60 ter 502, Pierre-Paul Schweitzer à Guindey 8 mars 1951 AF 586, « Aide américaine, sur une rencontre avec Bissell ».

98 B 34135, Labouisse au Président du Conseil 27 octobre 1951 ; F 60 ter 359, 959 Thierry de Clermont-Tonnerre à M. de la défense.

99 F 60 te/-514 13 mars 1951, Huet, cabinet du ministre des Finances.

100 B 34135, 29 juin 1951, Finances, Malécot, à Reconstruction ; F 60 ter 359. n° 900 René Mayer 15 octobre 1951 à Labouisse.

101 B 33509, Monnet à Pinay, 9 mars 1952, note en annexe sur le rôle des investissements.

102 F 60 ter 513, « Affectation éventuelle aux investissements de 1952 de 20 milliards de CV de l’aide américaine », 9 novembre 1952.

103 B 10927, source américaine.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540