Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les aides américaines économiques et militaires à la France, 1938-1960

 | 
Gérard Bossuat

Chapitre VIII. Plan marshall et construction européenne

Texte intégral

  • 1 Voir le texte du discours de Marshall au chapitre VI, en annexe.

1Le discours de Marshall avait fait référence à l’unité européenne de la manière suivante. Il fallait, dit-il, « restaurer la confiance des peuples européens dans l’avenir économique de leurs pays et de l’Europe comme un tout ». Pour cela, « il faut un accord entre les pays d’Europe concernant les mesures à prendre et déterminer la part de chacun pour donner un effet à tout ce qui sera entrepris par ce gouvernement [américain]. Il ne serait ni approprié, ni efficace pour ce gouvernement d’entreprendre de dresser unilatéralement un programme destiné à remettre économiquement l’Europe sur ses pieds. C’est le travail des Européens. L’initiative, j e crois, doit venir de l’Europe. Le rôle de ce pays devrait consister à aider amicalement à la rédaction d’un projet de programme européen et à appuyer plus tard sa réalisation si c’est acceptable pour nous. Le programme doit être un programme commun, accepté par un grand nombre, sinon par toutes les nations européennes »1. L’unité économique de l’Europe était donc au cœur de l’aide américaine. Mais le projet américain pour l’Europe restait vague. Il n’était pas question d’unité politique, ni des États-Unis d’Europe. Le plus clair était que les États-Unis entendaient s’adresser aux Européens comme à un ensemble. Trois directions s’offraient : au minimum créer une organisation permanente pour la coopération économique en Europe, élaborer et appliquer un programme commun de relèvement, arriver enfin à une forme d’unité politique. Un tel programme troublait résolument la politique française en Europe. Le lecteur est invité à apprécier le projet français très original d’OECE sous direction franco-britannique, puis à suivre la lente modification de la politique allemande de la France. Il découvrira enfin la richesse de la politique de coopération à l’OECE à laquelle les gouvernements français ont apporté leur part et leur imagination. Les Français avaient choisi l’aide américaine ; ils devaient donc inventer une politique européenne conforme à l’attente des États-Unis tout en sauvegardant leurs objectifs de sécurité et de développement économique.

L’OECE sous direction franco-britannique

2On sera étonné d’apprendre qu’en 1948 le gouvernement français appuyait le projet de bâtir une Europe économique sous direction francobritannique. L’OECE aurait pu être un conseil d’harmonisation des investissements de modernisation en Europe, dont, il faut bien le dire, Britanniques et Français auraient eu la direction. Monnet lui-même a suscité une coopération franco-britannique étroite dans le cadre du programme de relèvement européen et des programmes à long terme nationaux. Les Britanniques refusèrent finalement par manque de confiance envers la France.

Le visage de l’OECE

3La cérémonie de signature du traité instituant l’OECE se déroula le 16 avril à 11 heures, à Paris. L’OECE comprenait 18 membres : Autriche, Belgique, Danemark (avec les îles Féroé et le Grœnland), France, Grèce, Irlande, Islande, Italie (et San Marin), Luxembourg, Norvège (et le Spitzberg), Pays-Bas, Portugal (avec Madère et les Açores), Royaume-Uni, Suède, Suisse (avec le Liechtenstein), Turquie. Aux 16 pays qui avaient répondu à l’offre de Marshall, s’ajoutèrent la bizone et la zone française d’occupation en Allemagne. Les Etats européens étaient venus avec leurs dépendances coloniales. L’Afrique anglaise, belge, portugaise, française et même les anciens territoires italiens de la Somalie furent pris en compte par l’organisation. L’Asie et le Proche-Orient, l’Amérique et l’Océanie anglaise, portugaise, néerlandaise et française furent représentés par leur métropole. Dès l’origine l’OECE fut une organisation mondiale dont le siège était au Château de la Muette, à Paris.

4Cette sèche énumération rappelle à la mémoire des contemporains que l’OECE a pris en compte une bonne partie des problèmes économiques du inonde. Ces pays et territoires siégeaient en Conseil, présidé par le Belge Paul-Henri Spaak (1948-1949). Les délégations nationales à l’OECE, nommées par les gouvernements, étaient conduites par des hommes expérimentés. Le Conseil choisit un Comité exécutif de 7 membres permanents ou tournants, présidé par Hall-Patch. Il disposait d’un Secrétariat général, dirigé par Robert Marjolin, assisté par Harry Lintott et Guido Colonna de 1948 à 1955, puis par René Sergent de 1955 à 1960 et par Thorkil Kristensen (septembre 1960) dernier secrétaire de l’OECE et premier de l’OCDE. La cheville ouvrière de l’OECE fut constituée par 26 groupes de travail et le groupe d’assistance technique. Des comités furent créés pour étudier un aspect particulier de l’action européenne : le comité mixte des échanges et des paiements (1948) divisé en comité des paiements intraeuropéens (1948) et en comité des échanges (1948), le comité de direction des échanges ( 1952), le comité de direction de l’Union européenne des paiements (septembre 1950), le comité directeur de l’Accord monétaire européen (5 août 1955), le comité des transactions invisibles (juin 1955), le comité fiscal (mars 1956), le comité économique (juin 1950), le comité de politique économique (avril 1959), le comité des territoires d’outre-mer (mars 1949), le comité de l’alimentation et de l’agriculture (mai 1948), les comités du charbon, du pétrole, de l’électricité (mai 1948), le comité du gaz (janvier 1957), le comité de l’énergie (juin 1957), les comités de l’industrie (équipements, sidérurgie, non ferreux, produits chimiques, bois, textiles, pâtes et papiers, matériaux et produits divers, cuirs et peaux, entre 1948 et 1955), les comités des transports intérieurs et maritimes (mai 1948), le comité du tourisme (mars 1948), comité de la main d’œuvre (juin 1948), le comité de la productivité et de la recherche appliquée (1953), le bureau du personnel scientifique et technique destiné en 1958 à promouvoir la formation d’ingénieurs en réponse à l’avance technique russe (Spoutnik). Chaque année l’OECE publiait des rapports approuvés par le Conseil.

5Les 16 Européens reconnaissaient leur interdépendance et leur volonté de coopérer. Construisaient-ils l’Europe unie ? L’OECE n’était pas l’organisation d’intégration qu’elle aurait pu être, ni une union douanière ou une union économique, ni une fédération, comme le souhaitaient certains, les Américains ou Jean Monnet. Elle était une organisation de coopération, indispensable pour la gestion ordinaire du plan Marshall. Le gouvernement français entendait bien l’utiliser pour atteindre ses objectifs économiques et politiques en Europe. La France était incontestablement le leader des pays européens continentaux. Elle entendait surveiller de près la reconstruction économique de sa vieille ennemie, l’Allemagne. Son gouvernement savait que son action serait contrariée par la Grande-Bretagne. Aussi devait-il s’entendre avec elle pour combiner leurs actions en Europe. Les Français espéraient amener les Anglais à définir un programme de relèvement européen fédérateur économiquement. Cette initiative des gouvernements français se développa entre avril 1948 et avril 1949.

L’insertion du plan français de modernisation dans l’ERP

  • 2 AMF 11/5/ld, 2 juin 1948, Monnet à Président du Conseil, 2 juin 1948, « projet ». AMF 11/5/1f, « M (...)
  • 3 AMF 11/5/ld, 2 juin 1948, Monnet à Président du Conseil, 2 juin 1948, « projet ».
  • 4 F 60 ter 389, Jean Monnet au Président du Conseil, 13 juillet 1948.
  • 5 AMF 14/6/7, ou 52 J 119, « Mémorandum pour le comité économique interministériel pour les question (...)

6En termes de coopération économique européenne, hors ses objectifs anti-allemands, la France ne concevait pas une grande politique d’échanges commerciaux avec l’Europe. Le plan Monnet n’était pas un plan destiné à favoriser l’émergence d’une coopération intereuropéenne. Il avait été conçu avant le plan Marshall. Le choix du marché métropolitain et impérial avait sa cohérence. Monnet avait surtout en tête la réussite de la planification et de la modernisation françaises. Il insistait sur la définition de plans nationaux de modernisation qui, ensuite seulement, seraient harmonisés à l’OECE2. Néanmoins il présenta le plan de modernisation comme l’apport français au programme de reconstruction européenne3. « La coopération est certes nécessaire, mais elle viendra ensuite, prenant appui sur les efforts nationaux qui la précèdent et la préparent4 », résuma Monnet au président du Conseil. La méthode de Monnet en 1948 privilégiait les objectifs nationaux de modernisation au détriment d’une construction européenne préalable5. Cette « doctrine » recueillait l’agrément des services qui estimaient possible de poursuivre à l’OECE les objectifs français de modernisation et d’empêcher le relèvement prioritaire de l’Allemagne.

Un plan de relèvement commun aux Européens (PRE) ?

  • 6 F 60 ter 389, « mémorandum de la délégation française », 3 juillet 1948, 12 juillet 1948, 13 juill (...)

7Devant cette atonie des Européens, les Américains réagirent. Le 25 juillet 1948, Harriman, le représentant de l’ECA pour l’Europe, indiqua aux nations européennes qu’elles devaient préparer sans délai un plan européen de reconstruction à long terme pour les quatre ans de l’aide. Monnet dut modifier le plan français, par exemple développer la production et les exportations agricoles pour satisfaire les demandes de ses voisins, et mettre en valeur les territoires d’outre-mer pour économiser les dollars et les sterling et enfin assurer la stabilité intérieure6. Il y avait peu d’Europe dans ces projets. L’esprit dans lequel était entreprise la réflexion sur un plan à long terme (PLT) français, c’est-à-dire l’insertion de l’économie française dans l’Europe de l’OECE, procédait d’abord et toujours de la satisfaction des objectifs économiques français définis antérieurement. Les grands Européens voulaient satisfaire leurs propres ambitions de développement.

  • 7 F 12 10323, SGCI 13 novembre 1948, « c. r. réunion du 9 novembre ».
  • 8 CE 50, Massigli, Londres, 12 novembre 1948, 23 h 45, n° 3781-89.

8Le plan de modernisation français, rebaptisé plan à long terme (PLT) pour l’OECE, fut démoli par les Suisses et les Britanniques. Stafford Cripps, chancelier de l’Echiquier formula sa critique à Henri Queuille, président du Conseil et ministre des Finances, le 27 novembre 1948. Comment financer sans inflation un tel plan ? Pierre-Paul Schweitzer, le secrétaire général du SGCI, avertit le gouvernement : « L’un des buts essentiels de la coopération économique est d’éviter que des pays n’utilisent leurs ressources à des investissements qui ne soient pas « raisonnables » et utiles pour l’ensemble des pays participants7 ». Les Britanniques ne croyaient pas la France capable de tenir ses engagements de développement. Cependant, pour justifiée qu’ait été la critique du financement des investissements français, les Anglais ne comprenaient pas plus le mot coopération européenne. Ils avaient préparé un programme de raréfaction du sterling au point d’inquiéter les continentaux. Les Français exigèrent que les Britanniques cessent de privilégier l’Empire et les dominions pour s’intéresser au relèvement européen. Le Quai d’Orsay dénonça aussi « l’autarchie » britannique, non conforme à la coopération européenne. Massigli, l’ambassadeur français à Londres, très anglophile, reconnut à propos du plan à long terme britannique que « les considérations relatives à la coopération internationale n’y tiennent qu’une place restreinte »8.

  • 9 F 60 ter 391, source SGCI [ ?] « Remarques sur le télégramme de M. Bonnet du 21 décembre 1948. de (...)
  • 10 CE 50, A. Kojève, 16 novembre 1948 au ministère des Affaires étrangères.

9Cet affrontement était grave, car un désaccord sur les PLT français et britannique signifiait l’échec du Programme de Relèvement Européen (PRE) à l’OECE Un contre-projet fut proposé par un haut fonctionnaire de la DREE, Alexandre Kojève. Il demanda qu’on oppose au PLT britannique, d’esprit européen douteux, un plan à long terme français « européanisé ». Il prévoyait la cartellisation des industries, la libération partielle des échanges et la création d’un vaste marché intérieur. Le commerce extérieur serait organisé en commun avec des contrats collectifs d’approvisionnement. Ainsi, « les thèses françaises s’exprimeraient, non pas dans le programme national français, mais dans le projet français d’un programme européen d’ensemble » expliqua le SGCI9. La direction des Affaires économiques au Quai d’Orsay militait aussi pour la spécialisation des économies européennes comme méthode pratique d’union économique européenne. Cette alternative au PLT, alias plan de Modernisation et d’Équipement, et au PLT britannique, doit être remarquée car elle manifestait une attitude « européenne » de services importants de l’État à l’automne de 1948. Kojève opposait une stratégie de construction européenne fondée sur le couple franco-britannique plutôt que sur un affrontement des plans à long terme britannique et français10. Cette stratégie évoquait les cartels de l’entre-deux-guerres, voire le temps du comité franco-britannique de coordination entre décembre 1939 et juin 1940.

La dernière tentative d’une Europe franco-britannique

  • 11 F 60 ter 357, SGCI, PPS, n° 479, 14 janvier 1949, à H. Alphand.
  • 12 CE 64, note de VL. Coopération économique, 18 janvier 1949, « note ».
  • 13 F 60 ter 476, « note du SGCI sur les points 2 et 3 de l’ordre du jour des conversations entre M. P (...)

10Malheureusement, fin 1948, le relèvement européen prenait la forme d’une juxtaposition de programmes nationaux contradictoires. La somme des exportations européennes prévues par chacun des pays membres excédait même les capacités d’absorption du marché européen. Le programme de relèvement européen (PRE) sombrait dans l’incohérence. La Grande- Bretagne prévoyait une réduction de 30 % des importations de l’OECE et une austérité généralisée. Les Français rejetèrent catégoriquement cette option économique qui aurait ruiné leur propre plan de modernisation. Pourtant, en l’absence d’autorité politique européenne, seul un accord entre la France et la Grande-Bretagne pouvait désembourber l’OECE. Du côté français, à l’automne 1948, deux politiques se manifestaient. La première, minimaliste, celle de Monnet, souhaitait adapter le plan français de modernisation aux échanges intereuropéens, plan Marshall oblige. Etienne Hirsch, un collaborateur de Monnet, entrait même en conflit public avec des membres de la délégation française à l’OECE. Les objectifs du plan étaient « intangibles » leur dit-il ; le commerce intereuropéen « n’offre d’intérêt que pour les marchandises essentielles11 ». La seconde, plus novatrice, imaginait d’inscrire l’effort français de modernisation dans un véritable marché commun européen. France et Grande-Bretagne négocièrent pour régler leurs différends sur les PLTet pour définir une politique à long terme sur l’Allemagne. Le 11 février 1949 à Londres, les Français proposèrent une spécialisation des économies européennes, maître mot des Français au début de 1949. Ils souhaitaient libérer les échanges intereuropéens et orienter les investissements en Europe. Ils proposèrent aux Anglais des accords d’importations, le développement de la production de matières premières dans les TOM britanniques, un partage des marchés d’exportations, et une coopération pour utiliser la livre dans les échanges avec l’extérieur. La spécialisation économique est, dit une note du service d’Alphand au Quai d’Orsay, « l’instrument par excellence de la coopération puisqu’elle accroît l’interdépendance des pays participants et met un frein aux tendances autarciques12 ». Enfin, plus étonnant mais logique, le SGCI conseilla au gouvernement d’adhérer au système impérial britannique, « qui donne des garanties sérieuses contre la concurrence de la part des États-Unis13 ». Les Français s’engageaient sur la voie d’une Europe Troisième force, autonome et puissante, ancrée sur l’Angleterre. Les Français offraient l’Europe aux Anglais qui la repoussèrent.

  • 14 CE 64, AE, 3 mars 1949, « projet de déclaration du Président au GCM de l’OECE ».

11Les conversations franco-britanniques furent en effet une désillusion pour les Français. La spécialisation économique « heurte les Anglais », remarquait- on au SGCI. La Grande-Bretagne déniait à l’OECE tout droit de regard sur les investissements. Le 4 mars 1949 à l’OECE, Schuman constata que « la coopération entre l’Angleterre et le continent ne fait aucun progrès ». Vint enfin la note politique : « Nous verrions ajourné, j e le crains, tout espoir de préparer cette intégration économique de l’Europe à laquelle nous sommes décidés14 ». Les Américains étaient intervenus pour dire qu’ils ne voulaient pas d’une Europe autarcique, mais ils ne poussèrent pas les Anglais à élaborer avec les autres Européens une construction économique européenne. Ce « pas de clerc » américain trahissait finalement leurs craintes de voir l’Europe occidentale se ménager des transitions économiques insupportables pour leurs intérêts.

  • 15 Jean Monnet, Mémoires, Livre de poche, Fayard, 1976. t. 1, p. 401-404. A.S. Milward, The reconstru (...)
  • 16 « We should obviously not agrée however to anything which would render us incapable of sustaining (...)
  • 17 Robert Marjolin, Le travail d’une vie. Mémoires 1911-1986, Laffont, 1986. p. 201.
  • 18 Robert Marjolin, Europe in Search of its identity, p. 23, the Russell C. Leffingwell Lectures, 9, (...)

12Une dernière tentative de solution bilatérale franco-britannique vint de Monnet en avril 1949. Monnet prit prétexte de conversations avec les Anglais sur la place de l’Allemagne en Europe. Tout était parti de la rencontre Petsche-Cripps du 3 mars 1949. Monnet avait proposé aux deux ministres la fusion des deux économies, c’est-à-dire une stratégie d’alliance privilégiée entre la France et la Grande-Bretagne. Sa rencontre, à Houjarray, dans sa maison, avec Edwin Plowden, chef du Central Planning Office, rattaché à l’Échiquier, Hitchman, son adjoint, et Robert Hall, chef de la section économique du Cabinet Office, tourna court15. Lord Plowden, interlocuteur de Monnet expliqua plus tard l’insuccès : « A l’évidence, nous ne pouvions pas être d’accord avec quelque chose qui nous aurait rendu incapables de soutenir une résistance indépendante si la France était submergée16 ». Le poids de l’histoire, le souvenir de 1940 venait de ruiner le projet d’une Europe franco-britannique. L’OECE était déjà désemparée. L’OECE ne devint pas l’organisation de l’intégration économique de l’Europe. « La vérité simple, écrit Marjolin, est que l’effort pour établir un plan de 4 ans échoua. L’Europe n’existait pas »17. Qui pouvait croire la France et les continentaux capables de produire un jour les biens qu’ils achetaient aux Etats-Unis et d’assurer leur propre sécurité ? L’échec était dû aussi à la Grande-Bretagne dont la politique économique européenne obéissait en fait à des mobiles extra-européens. Les Britanniques avaient choisi la sécurité avec les États-Unis et le Commonwealth. Ils avaient donc décliné l’aventurisme européen. Le dernier mot sur cet échec est emprunté à Marjolin, si attaché à ce rêve anglais : « Nous étions nombreux en France et dans les autres pays européens à accepter et même à souhaiter une direction britannique de l’Europe »18. Les Français avaient compris qu’ils ne pourraient jamais rassembler l’Europe continentale sous leur houlette et à leurs conditions. Ils ont donc accepté le concept d’Europe franco-britannique, comme s’ils répondaient avec retard à l’offre de Churchill de juin 1940. Les Anglais ont repoussé ce condominium franco-britannique, désespérant Paris et Washington. Les Français se trouvaient confrontés une fois de plus au relèvement allemand.

La lente modification de la politique allemande de la France

13Les Français ne pouvaient plus contenir l’Allemagne depuis que les Américains avaient décidé de la faire participer au plan Marshall. Ils ont donc cherché les moyens de conduire à leur profit l’inévitable relèvement allemand. La question de la sécurité militaire et économique de la France avait été posée à travers l’espoir d’une coopération étroite entre Français et Britanniques. La réponse était décevante. Comment dépasser cet échec sinon par la construction d’une unité européenne avec l’Allemagne ? L’unité européenne devenait donc une « realpolitik » pour la France, la seule possible.

L’endiguement de l’Allemagne par l’Autorité internationale de la Ruhr

  • 19 AMF 14/1/3 et 14/1/4, 22 juillet 1947, « Mémorandum de Jean Monnet pour G. Bidault, sur la confére (...)
  • 20 Y International 1944-1949, 399, DAEF, 5 août 1947, DG, note sur la « gestion des aciéries de la Ru (...)
  • 21 4 AU 23. Dr 4, V. Auriol à G. Bidault, Rambouillet. 7 août 1947, publié dans le Journal’ T 1, 1947 (...)

14L’hostilité française envers l’Allemagne était récurrente. Qui en France croyait à une entente avec l’Allemagne en ce début de plan Marshall ? Peu de monde ! Pourtant une autre ligne politique était discernable. Celui qui l’incarnait s’appelait Jean Monnet. L’adhésion des trois zones allemandes occidentales au plan Marshall, imposée par les Britanniques et les Américains, était une condition de l’aide américaine à l’Europe. Malgré le plan Marshall, les Français s’évertuèrent à exiger des réparations et à limiter la production d’acier allemand. Mais Monnet comprit vite que le plan Marshall signifiait la fin des revendications françaises sur l’Allemagne. Dans une longue note de 13 pages du 22 juillet 1947, il défendait déjà le relèvement allemand parce que la France avait besoin des crédits américains. 11 tentait aussi de mettre le relèvement allemand au service des Européens comme il l’avait écrit 4 ans auparavant, en août 1943. Il imaginait « faire de la Ruhr un actif européen » sous le contrôle des 4 grandes puissances. L’internationalisation de la Ruhr préserverait les liens avec les Soviétiques19. Le contrôle international dirigerait une administration allemande, et des ingénieurs alliés travailleraient dans la Ruhr20. Ce projet nécessitait une concertation intereuropéenne. Il serait à la fois une contribution à la paix dans les relations internationales et une tentative pour créer une forme d’unité ou de coopération européenne. Monnet a convaincu Vincent Auriol. Le président de la République proposa d’ailleurs de créer une organisation internationale de la Ruhr sur le modèle de la Tennessee Valley, dont la propriété pourrait être cédée à l’ONU et la gestion assurée par les Etats riverains, un État rhénan et les syndicats allemands21. Monnet a donc développé dans l’été 1947 un grand projet pour l’Europe qui n ‘ a pas eu de retentissement. Dans ces conditions, il craignit que les Américains ne tinssent pas la part égale entre la France et l’Allemagne. La Ruhr comme actif européen, un idéal proposé dans l’été 1947, a triomphé le 9 mai 1950. Très concrètement, dans l’été 1947, les Américains proposèrent un marché. La France recevrait davantage de charbon en échange du relèvement de la production d’acier allemand à 11,5 millions de tonnes. De plus, les industries interdites seraient simplement limitées (machines-outils, goudrons, colorants, chlore). La liste des démantèlements passerait de 2 000 à 682. Pour les Français, le plan Marshall avait un goût amer. La diplomatie française ne pouvait guère enrayer le puissant mouvement en faveur d’une gestion allemande de la Ruhr.

  • 22 Léon Blum. L Œuvre de Léon Blum, 1947-1950, tome 6, 2, 1947-1950, « La fin des alliances, la Trois (...)
  • 23 Y International 1944-1949, 201, PL, 4 novembre 1947, « Instructions pour la délégation française à (...)

15L’échec français fut consommé à la conférence de Londres des ministres des Affaires étrangères anglais, américain, russe et français de décembre 1947. Bidault réclama un régime spécial pour la Ruhr que Léon Blum traduisit par « nationalisation internationale de la Ruhr22 ». Le projet français se « lisait » à la lumière des instructions du Quai d’Orsay en faveur de l’indépendance politique de la Ruhr et de la Rhénanie23. Or ces notions étaient totalement dépassées dans le contexte du plan Marshall. Seul contre tous, Bidault ne put tenir. Le 5 décembre, il accepta l’unité économique de l’Allemagne et un niveau de production d’acier de 11 millions de tonnes contre des garanties de sécurité et de priorité pour le relèvement des pays victimes de l’Allemagne. L’alignement réticent des Français sur la politique anglaise et américaine en Allemagne datait de décembre 1947.

  • 24 4 AU 31, Dr. 2, Sdr b. 21 février 1948, le ministre des Affaires étrangères, G. Bidault à M. l’amb (...)
  • 25 FRUS II, 1948, p. 98, Delsec 1587, 28 février, 11 a.m., Pierre Mélandri, Les États-Unis face à l’u (...)
  • 26 Y International 1944-1949, 304, Londres, 20 avril 1948, 1591. 93. délégation française. Y Internat (...)

16Les Américains acceptèrent à contrecœur de négocier la création d’une Autorité internationale de la Ruhr. La négociation se déroula à Londres entre les Français, les Anglais, le Benelux et les Américains, du 23 février au 6 mars 1948. Georges Bidault, ministre des Affaires étrangères, accepta d’intégrer l’Allemagne dans la coopération européenne nouvelle sous réserve de créer une Allemagne fédérale24. Mais si l’Allemagne avait sa place dans le programme de relèvement européen, il n’était pas question de lui accorder une priorité pour sa reconstruction. La France maintint son point de vue sur les réparations. Bidault estima que le régime international pour la Ruhr devrait gérer les industries et répartir le coke et le charbon. L’Autorité disposerait même d’une force stationnée dans la Ruhr. Or un coup de théâtre se produisit : l’ambassadeur américain Douglas proposa un plan où la Ruhr aurait été contrôlée militairement par une Autorité internationale qui aurait aussi contrôlé « l’activité industrielle de la France et des pays du Benelux »25 !. La surprise peinée des Français est perceptible dans les télégrammes diplomatiques ! Était-ce l’esquisse d’une Fédération économique de l’Europe occidentale ? Les Français n’obtinrent pas la gestion internationale ni la propriété internationale des industries charbonnières et sidérurgiques de la Ruhr. Les services d’Alphand écrivirent qu’on avait fait admettre, « avec de grandes difficultés et après plusieurs jours de négociations », le contrôle de la distribution du coke, du charbon et de l’acier. La délégation française tenta de faire participer la future Autorité Internationale de la Ruhr à l’OECE pour assurer « l’intégration dans les programmes généraux européens des programmes de production de charbon, coke et d’acier de la Ruhr »26. Les Américains dénièrent toute personnalité internationale à l’AIR à moins de lui donner le pouvoir de gérer aussi la Lorraine. Douglas accepta de maintenir un contrôle sur la Ruhr au nom de la sécurité. Mais sa notion de sécurité se limitait à la sécurité militaire. Le 1er juin 1948 les délégations acceptaient les conclusions de la conférence de Londres instituant une Autorité internationale de la Ruhr. Amputée de tout pouvoir de contrôler la gestion des mines et de la sidérurgie, l’AIR ne répondait qu’imparfaitement aux objectifs des Français. Le principe des accords fut voté par l’Assemblée nationale par 300 voix contre 286 en juin 1948. Bidault promit, sachant probablement que c’était impossible, de négocier l’internationalisation de la propriété des mines et industries de la Ruhr à défaut d’avoir pu réaliser celle de leur gestion. La cassure était très grave entre la France et les Anglo-Saxons.

17Les conversations sur la charte de l’Autorité internationale de la Ruhr s’ouvrirent le 11 novembre 1948 à Londres. Les délégués français revendiquèrent l’internationalisation de la propriété des industries de la Ruhr et la participation de la France à la gestion des industries de base de la Ruhr. Or le 10 novembre 1948 les autorités de la bizone édictaient la loi 75, qui autorisait les futures autorités allemandes à régler la question de la propriété des mines de la Ruhr mettant les Français devant le fait accompli. Robert Schuman, ministre des Affaires étrangères, fit savoir que le gouvernement français ne reconnaissait pas cette ordonnance anglo-américaine. Bref les Anglo-américains se moquaient du gouvernement français, affaibli par une grave crise gouvernementale. Pour rassurer les Français et solidifier le camp occidental, Marshall leur proposa de les faire participer au groupe de contrôle anglo-américain du charbon et de l’acier (groupes d’Essen). Schuman accepta. Mais ce groupe avait une durée de vie limitée à la durée de l’occupation et était aux mains des Anglo-saxons. Toutefois quelques progrès satisfirent les Français. L’Autorité internationale de la Ruhr fixerait les quantités autorisées à l’exportation et au marché intérieur mais aussi les qualités des produits et veillerait aux pratiques commerciales. Des clauses nouvelles étaient introduites pour empêcher la reconstitution des trusts et le retour des nazis. L’accord créait l’Autorité internationale de la Ruhr et l’Office militaire de Sécurité. Les groupes d’Essen seraient transférés à l’Autorité Internationale de la Ruhr en temps voulu. Les investissements allemands seraient donc sous haute surveillance au-delà de la période d’occupation. Quand Schuman eut exposé devant le Conseil des ministres du 29 décembre 1948 le projet d’AIR, il fut approuvé et félicité par Auriol. L’accord fut donc bien reçu par les Français. Les Français n’avaient pas obtenu l’internationalisation de la propriété de le Ruhr, ni la gestion de la Ruhr par l’AIR. Ils ont cru avoir beaucoup gagné à l’adhésion aux groupes de contrôle. Mais la loi 75 n’était pas abrogée. L’Autorité Internationale de la Ruhr n’était en fait, dit François Valéry, un haut fonctionnaire du service de coopération économique au Quai d’Orsay, « qu’un organisme de répartition du charbon, du coke et de l’acier ». L’accord fut signé le 28 avril 1949 à Washington. Anglais et Américains lui donnèrent l’interprétation la plus restrictive. Ils firent de l’Autorité internationale de la Ruhr un service de la Haute Commission alliée. Ils refusèrent d’en faire un organe de recommandations sur les programmes de développement. Les Français eurent le sentiment final d’avoir été grugés, en tout cas incompris et méprisés, par le général L. D. Clay, gouverneur de la zone américaine. Les Américains ne voulaient pas que la France soit la première économie en Europe continentale. Un autre accord sur les industries interdites ou limitées, du 14 avril 1949, confirma le relèvement allemand. Paris accepta la liste Humphrey prévoyant le démantèlement de 667 usines allemandes contre 858 en août 1948 et 1 800 en mars 1946. Les accords sur l’AIR manifestaient l’ancienne politique de force, comme si le travail de Monnet n’avait pas encore porté ses fruits.

Une nouvelle politique allemande de la France

18Il n’est pas aisé de rendre compte des tensions dans les services ou des intentions des responsables gouvernementaux relatives à l’Allemagne. Tous voulaient éviter deux erreurs : le réarmement de l’Allemagne ou son humiliation. Dans les deux cas, le résultat serait l’agression contre la France. L’échec de l’internationalisation de la Ruhr a permis aux tendances nouvelles de se manifester. L’unité européenne sur la base d’une égalité entre les États était désormais prise en compte. Bidault proposa une Union politique européenne, le 19 juillet 1948, à La Haye, pour assurer la paix et la prospérité commune. Mais il ajouta : « L’organisation de l’Europe se trouve être ainsi l’un des moyens essentiels d’assurer l’indépendance nationale raffermie dans la prospérité. Il n ‘y a pas lieu de dissimuler, au surplus, que le problème essentiel de l’Allemagne n’est pas susceptible d’un règlement pacifique et durable en dehors d’un cadre européen ». La France acceptait l’Allemagne dans l’OECE au nom des intérêts supérieurs du monde occidental. Elle entendait encadrer l’Allemagne par l’Europe.

  • 27 Z Europe 1944-1949, Allemagne 83, « Note », 24 juillet 1948.
  • 28 Y international 1944-1949, 372, Ministère des Affaires étrangères, Direct. Europe, 21 mai 1948, no (...)
  • 29 Y International 1944-1949, 399, Direct. Europe, 12 juin 1948, « note ».
  • 30 Z Europe 1944-1949, Allemagne 83, ministère des Affaires étrangères, Direct. Europe, 30 novembre 1 (...)

19Le Commissariat général du Plan, le ministère du Commerce et de l’Industrie et le Quai d’Orsay étudièrent les conséquences économiques du relèvement allemand à la fin du plan Marshall. Routine peut-être, mais réflexions aussi sur des voies nouvelles ! Les services comptaient exporter des produits agricoles. Ils mesuraient les risques de concurrence sur les industries. Les Français avaient perdu l’envie d’exporter en Allemagne des produits sidérurgiques. Désormais le Commissariat général du Plan avec Monnet, mais aussi d’autres services de l’État, plaçaient de facto l’Allemagne à égalité avec la France. Les signes d’une nouvelle relation francoallemande apparurent plus nombreux. Les services français d’Allemagne avertissaient : « On doit se montrer conciliant sur l’exécution des réparations ». Dans le secret des bureaux du Quai d’Orsay, l’idée d’égalité se répandait, trois ans après la fin de la guerre. Une note, malheureusement anonyme, parlait de « poser les bases d’une association économique et politique franco-allemande qui viendrait s’intégrer dans le cadre de l’organisation occidentale en lente gestation ». Elle s’appuyait sur l’article paru dans Le Monde d’un jeune professeur, Maurice Duverger27. La direction d’Europe expliquait fort justement les erreurs de la politique française : « La démagogie anti-allemande du néo-patriotisme communiste et le souvenir des souffrances de l’occupation ont concouru, depuis la Libération, à entretenir dans l’opinion et à inspirer au gouvernement une volonté d’intransigeance dans nos revendications à l’égard de l’Allemagne ». Le Quai d’Orsay recommandait de passer avec l’Allemagne un accord économique, profitable au prestige de la France en Europe28. Certains services étaient prêts à abandonner une part de la souveraineté française « au profit d’une organisation démocratique européenne qui rendrait un nouveau conflit franco-allemand économiquement et politiquement impossible ». L’idée saugrenue de Douglas d’élargir l’AIR à la Lorraine laissa des traces. Un contrôle international de la Lorraine avait paru scandaleux. Or la direction d’Europe du Quai voulut l’étudier comme une étape indispensable sur la voie de l’unité européenne et surtout de l’égalité entre la France et l’Allemagne29. Le 15 juillet 1948, Karl Arnold, président du Land de Rhénanie- Wesphalie, appela la France à la réconciliation. Le Quai d’Orsay remarqua qu’Arnold était opposé au contrôle de la Ruhr à moins de l’étendre aux autres centres industriels européens. Le plan Schuman du 9 mai 1950 trouvait ici un antécédent conceptuel de plus. La direction d’Europe acceptait « l’intégration des bassins occidentaux » sidérurgiques européens. L’avantage était de résoudre le conflit franco-allemand et de donner « à la France et à l’Union française des possibilités de développement presque illimitées ». L’origine de cette proposition, dont on suit la trace chez les Américains et chez Karl Arnold, venait en fait du Commissariat général du Plan : « Les experts du plan Monnet sont en train de consacrer à cette question des études approfondies » notait-on au Quai d’Orsay en novembre 194830.

  • 31 Raymond Poidevin, « La nouvelle politique allemande de la France (juin 1948- avril 1949) », Enjeux (...)
  • 32 Z Europe 1944-1949, Allemagne 87, DAEF, LH, 8 octobre 1948, « note pour le Président ».

20Il apparaît donc que dès l’automne 1948 Monnet mûrissait un projet de communauté du charbon et de l’acier. Il est difficile de préciser si la proposition de Douglas de février 1948 était formulée en cohérence avec les réflexions menées par Monnet. Mais une nouvelle politique allemande de la France existait virtuellement depuis l’été 1948 sans qu’elle puisse s’épanouir. La peur dominait encore, retardant de deux ans le rapprochement franco-allemand31. L’état d’esprit des élites et des opinions publiques changeait sans doute beaucoup plus vite que les discours publics des responsables politiques. Un rapprochement franco-allemand naissait de l’impossible domination française sur l’Allemagne et de la volonté américaine de reconstruction de l’Europe occidentale. La nouvelle donne de Monnet ou de certains hauts fonctionnaires du Quai d’Orsay n’était pas du goût de tous. Un fonctionnaire du Quai d’Orsay exprimait vigoureusement l’ancienne politique : destruction du potentiel de guerre, contrôle général de l’industrie allemande, réparations, contribution de l’Allemagne au bien commun européen. On avait peur que la France subisse le relèvement de l’Allemagne avant d’être en état de se défendre. « Les événements auraient alors donné raison au docteur Schacht », lit-on. Bref le bilan était accablant, d’après François Valéry : « La France ne saurait à la fois assumer en se plaçant aux côtés de ses alliés anglo-saxons les responsabilités les plus périlleuses et voir les garanties minima qu’elle a obtenues vis-à-vis de l’Allemagne perdre toute consistance et toute efficacité32 ».

  • 33 Y international 1944-1949,131. ministère des Affaires étrangères à CGP, 9 août 1948.
  • 34 Z Europe 1944-1949, Allemagne 87, « note », sans origine, 90 pages, en sous-titre, réf. A une note (...)

21Le corollaire de cette nouvelle disposition d’esprit était de travailler sur le relèvement allemand avec les alliés, à l’OECE. Monnet et les représentants français à l’OECE évitèrent qu’il soit porté atteinte au relèvement de l’activité productrice de la France par suite d’une aide américaine inconsidérée à l’Allemagne. Ils étudièrent les complémentarités économiques dans le cadre d’une union douanière à laquelle, « un jour », les territoires allemands de l’Ouest participeraient33. Monnet jugeait que pour contrôler l’avenir de l’Allemagne, la France devait participer avec les Britanniques et les Américains à l’élaboration du plan à long terme allemand dans le cadre du plan Marshall. 11 justifiait donc la fusion économique des trois zones. Malheureusement, les Anglais et les Américains refusèrent la fusion des PLT allemands, sans doute pour empêcher la France de peser sur les choix allemands. L’influence des Français sur l’avenir de l’économie allemande était donc diminuée puisqu’elle ne s’exerçait que sur le PLT de la petite zone française. La tactique de Monnet pour préserver les chances de la France dans la compétition européenne échouait provisoirement devant la méfiance des Anglais et des Américains et à cause de l’insuffisante conversion des Français à l’idée d’égalité économique entre l’Allemagne et les autres États européens. La fusion des 3 zones se produisit après l’élaboration du premier programme d’aide Marshall. L’accord fut signé le 18 octobre 1948. La France n’avait pas vraiment le choix de sa politique allemande. Elle pouvait seulement accepter de bon cœur ou vouer au diable ceux qui l’entraînaient dans cette voie nouvelle. « A moins de nous trouver sans alliés sur le continent européen et de perdre en même temps l’aide que nous apportait le plan Marshall », le Quai conclut qu’il était impossible désormais de mener une politique solitaire en Allemagne. A l’automne 1948, première étape de la mise en œuvre du plan Marshall, des forces alternatives étaient à l’œuvre dans les cabinets ministériels. Les partisans d’une intégration de l’Allemagne à l’Europe n’avaient-ils pas raison de dire « que le problème allemand est surtout un problème français34 » ?

L’unité européenne contre la menace allemande

22L’idée d’unité européenne devenait populaire pour contrôler l’Allemagne. L’intégration européenne était « un des moyens les plus efficaces de contrôler les accords sur la limitation de la production en Allemagne » et d’obtenir du coke de la Ruhr, reconnaissait le Quai d’Orsay. Ainsi se développait un processus curieux. L’objectif n’était pas l’unité de l’Europe pour la paix et dans l’égalité, mais l’unité pour contrôler l’Allemagne. Monnet entrait dans cette problématique intéressée ou, au moins, semblait l’adopter. Voulait-il la dépasser ? En fait, les prises de positions des hauts fonctionnaires ou des responsables politiques trahissaient la peur que l’Allemagne continuait d’inspirer. Cette peur historique retardait le rapprochement franco-allemand ; elle viciait la référence à l’égalité des droits en Europe. La France était bien obligée, contrainte par la logique du plan Marshall, de renoncer définitivement à ses espoirs d’exploiter l’Allemagne. Elle obtint cependant le droit de la contrôler dans des limites définies par les Anglo- Saxons. Limiter, ou même simplement conduire le relèvement allemand semblait être au-dessus de ses forces puisque l’Autorité internationale de la Ruhr ne disposait pas de la propriété ni de la gestion de la Ruhr. Une coopération à égalité avec l’Allemagne était inévitable désormais. La pratiquer dans un cadre européen éviterait un dangereux tête-à-tête. La France avait cherché à créer une Europe inégale, où elle aurait été déclarée première économie européenne et aurait contrôlé économiquement et militairement l’Allemagne occidentale. Devant l’impossibilité de faire plier ses alliés, les réalistes et les idéalistes ont voulu briser la logique de méfiance. Il fallait inventer des formes nouvelles de vie commune.

La politique française de coopération à l’OECE

23Si l’on examine maintenant la politique française à l’OECE après le cuisant échec de l’entente France-Grande-Bretagne et la déroute de l’Autorité internationale de la Ruhr, on est surpris par l’activité française à l’OECE. Les hauts fonctionnaires du Quai d’Orsay ou du ministère des Finances, souvent opposés à Jean Monnet, parlaient de coopération européenne. L’OECE leur paraissait un excellent moyen pour libéraliser totalement les échanges en Europe et faire profiter la France des avantages de l’aide américaine. De l’action de l’OECE dépendaient deux logiques d’intégration européenne, la logique libérale du laisser faire ou celle de l’organisation concertée des économies européennes.

L ‘organisation des marchés à la française

  • 35 B 25434, 9 juillet 1948, s.o. probablement DFE, Guindey, 3 p., fait suite à des notes de la DFE. F (...)
  • 36 F60 ter 471, et F 60 ter 69, J. Desrousseaux à PPS le 3 août 1949 service de coordination industri (...)
  • 37 F 60 ter 411, Note pour M. Filippi le 4 novembre 1949, AK/SL, « Objet mémorandum français ».

24L’organisation des marchés à la française signifiait une harmonisation volontaire des économies. L’harmonisation des marchés, ou leur coordination, signifiait répartir entre les pays européens les segments de production en fonction des aptitudes de chacun, et donc décider des investissements en commun, comme cela avait été proposé aux Britanniques en février-mars 1949. Elle pouvait être aussi un moyen de contrôler l’industrie allemande. Elle était encore une excellente pédagogie de la concurrence. L’harmonisation aurait pu être en fait une union économique et monétaire européenne. Des projets ou des réflexions sur une union économique et monétaire européenne apparaissent dans les archives des services. Un ambitieux projet de « Fonds commun des monnaies européennes », ancêtre de l’Union économique et monétaire, échoua en 194835. Le ministère de l’Industrie, très protectionniste pourtant, eut cette formule heureuse et vite oubliée, « les souverainetés nationales ne doivent plus pouvoir s’opposer à l’exécution de ce plan36 ». Kojève, à la DREE, imagina une monnaie commune fondée sur l’or et un tarif extérieur commun37. En échange la France ouvrirait ses TOM au commerce européen. Des contrats collectifs à long terme seraient conclus sur les matières premières. Mendès France recommandait la négociation d’accords bilatéraux agricoles entre la France, la Grande-Bretagne et la Belgique.

25Si l’harmonisation des économies resta un vœu sans postérité, les tentatives de libération des échanges réussirent peu à peu. Mais elles ne portèrent que sur les échanges privés et non sur les échanges des entreprises nationalisées. Or les entreprises nationalisées avaient pris, comme on sait, une extension considérable en France. La libération des échanges pouvait se faire en libérant un certain pourcentage du commerce privé en général ou un certain pourcentage par types de produits. Les Français demandèrent que les libérations portent sur des produits identiques inscrits dans une liste unique de libération, progressivement élargie à tous les échanges. Mais qui devait décider des produits à libérer ? Maurice Petsche, ministre des Finances, expliqua à Snyder, son homologue américain, que la France voulait aller jusqu’à un véritable marché commun des produits libérés. Ce terme n’avait pas l’acception qu’il a pris avec les traités de Rome de 1957. Il ne s’agissait pas d’abaisser les barrières douanières entre les pays de l’OECE mais de supprimer les obstacles quantitatifs aux échanges et revenir à la concurrence intereuropéenne. On songea à confier au Conseil de l’Europe ou à une banque européenne un rôle d’arbitre. L’OECE fut le lieu de la décision. La suppression des obstacles quantitatifs aux échanges privés était déjà une grande révolution par rapport à la situation de pénurie et de cloisonnement économique et monétaire créée par la crise de 1929 et la guerre. La contradiction de ces projets était de faire confiance au marché et de vouloir l’organiser. Comment faire confiance au marché européen sans bouleverser le tissu économique français ? Néo-libéraux et anciens planificateurs se rejoignaient sur un compromis. Mendès France, Petsche ou Kojève préconisaient l’harmonisation des économies de l’Europe des Seize avec plus ou moins de marché. L’administration française abritait deux groupes : les résistants à la libération des échanges et les croyants. Les croyants l’emportèrent, mais leur foi était modérée. La politique française avait pour objectif de préserver les chances françaises de développement et de modernisation économiques dans une Europe de la coopération. L’Europe du possible, moins séduisante que l’Europe franco-britannique, était une Europe libérale négociée. C’est pourquoi les Français mirent en avant constamment le projet de Banque européenne d’investissements, instrument d’une harmonisation européenne à la française. La logique initiale de la France était caractérisée par l’organisation concertée des marchés, assortie d’un système des paiements se référant au dollar ; celle de la Grande-Bretagne répugnait à toute discipline des marchés et proposait un système des paiements fondé sur l’accumulation réciproque de devises faibles et de sterling. Au début de 1950 la position française avait reculé parce qu’elle reflétait trop précisément l’intérêt de la France ; la seconde n’avait pas gagné parce qu’elle traduisait les intérêts britanniques qui n’offraient aucune perspective d’unité européenne. En 1950 l’OECE pouvait se prévaloir uniquement d’un début de libération du commerce intereuropéen, mais ni d’une unité économique, ni d’une union douanière.

26La politique de libération des échanges décidée par l’OECE posait problème à la France dans sa confrontation économique avec l’Allemagne. Elle ne pouvait que profiter à l’Allemagne en raison de l’économie sociale de marché allemande. L’Allemagne était donc étroitement surveillée par les observateurs français de l’OECE. Elle était vivement critiquée. Les Français estimaient que la nouvelle Allemagne de l’Ouest n’achetait pas assez en Europe et trop aux États-Unis, aggravant le gap dollar. Ils soupçonnaient les Allemands de rechercher le déficit avec la zone dollar pour engranger de l’aide, en affecter la contre-valeur aux investissements et violer les accords de Londres sur la limitation de la production. L’entrée de la RFA à l’OECE, es-qualité, à la suite des accords de Washington du 9 avril 1949 ne fit qu’inquiéter les Français. La politique française à l’OECE était une pédagogie pour conduire l’économie française à supporter la concurrence avec l’Allemagne.

La menace d’un repli américain

  • 38 CE 03 Bonnet, 3159-74, 22 août 1949, 18 h 20 réservé, priorité absolue.
  • 39 CE 03, Bonnet, 3268-72 DET 182, 3 septembre 1949, « conversation avec Kennan ».
  • 40 W. Lippman, New York Time du 8 janvier 1949.

27Les Américains ont été particulièrement sévères devant la cacophonie des Européens à l’OECE. La signature du Pacte atlantique avait transformé la perception américaine de l’unité européenne. « Un mécanisme de coopération atlantique devrait être proposé, de même qu’un mécanisme européen a été suggéré au secrétaire d’État au lendemain de son discours d’Harvard », avertit Henri Bonnet en août 194938. Les Américains abandonnaient-ils l’unité de l’Europe occidentale au profit d’une unité atlantique ? Bientôt on apprit que George Kennan, chef du Policy Planning Staff conseillait d’esquisser un « projet d’union des pays anglo-saxons qui pourrait constituer un objectif attrayant pour l’opinion publique39 ». L’Europe continentale serait donc abandonnée ! C’était le spectre de la stratégie périphérique. Kennan expliqua que le monde libre serait composé de deux ensembles, comme une haltère, l’un anglo-américain, l’autre continental sous la direction de la France, en coopération avec l’Allemagne. Cette rupture de la politique européenne des États-Unis n’était pas acceptable par les Français apeurés par le tête-à-tête franco-allemand40. Lors des conversations avec Bevin et Schuman du 15 septembre 1949, Dean Acheson proposa aux Français le leadership en Europe. Une des plus fortes craintes américaines était de voir l’Allemagne s’écarter du bloc occidental. Pour contrer ce risque ils voulurent donner à l’OECE des pouvoirs supranationaux dans le domaine économique et monétaire. Ils parlèrent d’ailleurs d’integration. Leur souhait d’un bloc anglo-saxon fort et d’une Europe continentale unifiée par la France suscita les plus vives méfiances du gouvernement français. Ces dispositions, de prime abord flatteuses, parurent en vérité dangereuses. Le problème de la sécurité dut encore une fois être rappelé. Acheson assura Schuman du soutien des États-Unis aux objectifs de la France : « C’est par elle que l’Europe va se créer », dit-il, mais avec l’Allemagne. Schuman, au contraire, répondit : « A l’idéal d’une entente anglo-saxonne qui en fait dissoudrait le monde en trois parties, nous devons activement opposer celui de l’organisation du monde occidental, dont la Grande-Bretagne, qui ne peut pas être séparée de l’Europe, est membre, comme les États-Unis ». L’offre de Kennan était-elle un coup de semonce aux Européens, accusés le 31 octobre 1949 par Hoffman à l’OECE de ne pas chercher à s’unir ? Étaitce le moyen de sortir la France de son cauchemar anti-gennanique ?

Une réponse française ? le Finebel

  • 41 CE 03 Bonnet, 3159-74, 22 août 1949, 18 h 20, réservé, priorité absolue.
  • 42 CE 03, Bonnet, 3268-72 DET 182, 3 septembre 1949, « conversation avec Kennan ».
  • 43 F 60 ter 444, HA/MJC, Ministère des Affaires étrangères, secret, 12 novembre 1949, « mémorandum ».

28Pendant ce temps, en mai 1949, les Français sortirent un projet d’unité économique et monétaire pour une petite Europe continentale qui n’avait rien à voir, au moins au début, avec celle de Kennan. Il émanait de Guillaume Guindey, directeur des Finances extérieures au ministère des Finances. Ce projet était donc antérieur aux souhaits de Kennan de septembre 1949. Guindey voulait aller plus loin dans le domaine de la libération des échanges et des paiements entre la France, le Benelux et l’Italie (Finebel). Ce n’était pas un projet supranational à la Monnet. Les Français voulaient définir un contingent global de libération, supprimer le contrôle des changes, mais pas les barrières douanières. La libre circulation des travailleurs dans certains secteurs économiques aurait été permise. Il s’agissait donc d’un approfondissement de la politique de libération des échanges à l’OECE. Le projet de Guindey fut perçu par Harriman comme une sorte de bouée de sauvetage de l’idée européenne. Mais le projet de Finebel, de peu d’importance finalement, eut un curieux destin. Quand le dialogue atlantique faisait espérer une participation britannique à l’organisation économique de l’Europe dans le cadre de l’OECE, le projet Fritalux puis Finebel était oublié. Inversement, quand le dialogue privilégié entre les Anglais et les Américains prenait de l’importance, comme en septembre 1949 à l’occasion de la dévaluation de la livre, Schuman demandait un accord étroit avec les Belges et les Italiens pour faire contrepoids à l’Angleterre auprès des États-Unis. On voit que ce projet de petite Europe dépendait de la conjoncture politique41. Le gouvernement américain approuvait le projet de Finebel. Mais Kennan demanda que la France ait « l’imagination et la générosité nécessaires pour assurer l’intégration de l’Allemagne dans une Europe unie42 ». Or l’Allemagne n’était pas mentionnée dans le projet initial de Guillaume Guindey. Kennan ajouta aussi les pays Scandinaves. Cela voulait dire que la France devait prendre la tête d’une union de l’Europe continentale, tandis que les États-Unis se rapprocheraient de la Grande-Bretagne et esquisseraient un projet d’union des pays anglo-saxons. L’ECA offrit d’ailleurs 150 millions $ pour les projets d’intégration européenne. Devant les signes d’un rapprochement anglo-américain, Finebel prit le sens d’une résistance française à l’éloignement des Américains et des Anglais du continent. Les intentions françaises sur une participation de l’Allemagne évoluèrent d’ailleurs dans le sens américain. Alphand nomma l’Allemagne comme membre possible du Finebel dans le mémorandum français du 14 novembre 1949. Le changement de la politique française envers l’Allemagne ne se produisit donc pas le 9 mai 1950, mais le 14 novembre 1949. Il passa totalement inaperçu puisqu’il n’était pas public. La place qu’occupait l’Allemagne dans le mémorandum français de novembre 1949 était d’ailleurs liée à la question de débouchés agricoles français43. Mais pour la première fois un responsable français offrait à l’Allemagne de participer en co-responsabilité à une organisation européenne. Ces nouvelles dispositions du gouvernement français n’échappèrent pas aux parlementaires français. Francis Leenardt (SFIO) déclara sans appel : « L’Allemagne intégrée dans un groupement régional, c’est la France jardin potager, c’est le

  • 44 F 60 ter 412, « c. r. des séances de l’Assemblée nationale », la séance du 24 novembre 1949, J. O. (...)
  • 45 F 60 ter 411, Note pour M. Filippi le 4 novembre 1949, AK/SL, « objet : mémorandum français ».
  • 46 CE 68, S.M. La Haye, 6 décembre 1949, 15 h, 695, Télégraf, interview de P. Hoffman.
  • 47 CE 56 Garnier, le 7 décembre 1949, 17 h 35, n° 709 : CE 89, Garnier, La Haye 15 décembre 1949, n° (...)
  • 48 CE 56, PB [Paul Baraduc], CE, 7 janvier 1950, note pour le comité interministériel, coopération eu (...)

29rêve d’Hitler réalisé malgré sa défaite, c’est l’Europe allemande44 ». Du côté allemand, les industriels se gaussaient de Finebel : « une association de paralytiques », sans l’Allemagne. Ludwig Erhard, ministre des Finances et de l’Economie de RFA, demanda à y participer. Le Haut Commissariat français à Bonn sentait que les Allemands attendaient un geste de la France. Il faut, disaient certains, accepter la concurrence avec l’Allemagne et même favoriser les ententes entre industriels allemands et français. Des journalistes militaient pour la réconciliation franco-allemande. Alexandre Kojève demandait au gouvernement français de déclarer sa volonté d’inclure l’Allemagne dans l’accord régional45. Ainsi donc de nombreux secteurs de l’État aspiraient, en novembre 1949, à intégrer l’Allemagne dans une construction européenne nouvelle. Les trois gouvernements du Benelux parlèrent de créer une véritable union douanière européenne liée au Commonwealth par un régime préférentiel. Paul Hoffman, le directeur de l’ECA insista encore46. Les discussions sur le Finebel dépassaient donc le problème de la libération des échanges et des paiements et étaient l’occasion de poser le vrai problème de l’unité européenne : l’entente franco-allemande. Le ministre des Affaires étrangères, Robert Schuman, donna son accord à la participation de l’Allemagne occidentale au Finebel, mais avec une telle discrétion que personne n’en sut rien et que ses engagements ne furent pas suivis d’effets47. Un haut fonctionnaire du Quai d’Orsay, Pierre Baraduc, écrivait en janvier 1950 : « La constitution d’une association régionale à laquelle l’Allemagne serait invitée à participer apparaîtrait comme particulièrement opportune »48. Le projet de Finebel échoua car l’Allemagne n’en faisait pas clairement partie. Les libérations commerciales étaient soumises à conditions. Finebel disparut, coulé par le projet d’Union Européenne des Paiements (UEP) et par les Anglais qui ne voulaient pas d’une petite Europe avec l’Allemagne. L’affaire de Finebel prouvait que les Français avaient été les jouets des Américains et de leurs propres hésitations : des Américains qui voyaient Finebel uniquement comme un moyen de tester leurs propres intuitions sur la libération générale des changes et des échanges ; de leurs propres hésitations, puisque le gouvernement français n’avait pas été capable de définir publiquement une politique nouvelle vis-à-vis de l’Allemagne. Dans cette affaire, la France n’apparaissait plus comme une puissance qui compte mais comme un pion des Américains. Si la France voulait compter, elle devait envoyer un signe fort à l’Allemagne.

L’utilité de l’OECE

30La coopération européenne prouva son efficacité avec le succès de l’Union européenne des paiements et la floraison des plans de libération générale des paiements qui suivirent. La coopération européenne progressa dans le domaine monétaire. La France accepta la création de l’Union européenne des paiements. L’acceptation par les Britanniques du plan Bissell, ancêtre de l’UEP, relança le dialogue intereuropéen. Il pouvait déboucher sur une nouvelle forme d’unité européenne. Le plan Bissell était fondé sur l’idée de la multilatéralisation complète des paiements intereuropéens grâce à la création d’un clearing géré par la Banque des Règlements Internationaux (BRI). On envisageait donc la transférabilité des monnaies européennes et la libération du commerce en Europe au Ier juillet 1950. Si des contingents subsistaient, ils seraient globaux et non plus bilatéraux, afin de faire disparaître le bilatéralisme sclérosant des années passées. Il était précisé que ce plan vaudrait aussi pour la zone sterling. Les Américains s’interdisaient donc de légitimer une « sécession » britannique. Ce type de proposition était loin des projets français d’organisation concertée des économies. La nouvelle organisation devait durer au-delà du terme prévu du plan Marshall. Elle serait sous le contrôle de l’OECE et de l’ECA, durant le temps de l’ERP tout au moins. Il est intéressant de noter que le bureau Europe du Département d’État plaçait la création de l’UEP dans le cadre du containment de l’Allemagne. Par rapport à la politique française de coordination des économies européennes à l’OECE, l’UEP était intéressante sans être enthousiasmante. Les Français se félicitaient simplement d’un accord qui multilatéralisait les paiements intereuropéens. Un code de bonne conduite commerciale était adopté. Les discriminations dues aux difficultés de balance des paiements devaient disparaître. Or les Français avaient toujours justifié de cette manière, et non pour des raisons de protectionnisme, les discriminations qu’ils pratiquaient dans le commerce intereuropéen.

31L’UEP fut créée le 7 juillet 1950. Elle fonctionna jusqu’à la fin de 1958. Le nouveau système créait une interchangeabilité (transférabilité) automatique des monnaies européennes, en attendant la convertibilité générale. Chaque pays voyait ses positions de paiements établies par rapport à l’Union. La charte de l’UEP avait déterminé pour chaque pays un quota de référence correspondant à 15 % de la valeur de son commerce avec les pays de l’OECE. Il servait de référence pour régler automatiquement les excédents et les surplus avec les autres pays de l’OECE et pour constituer le fonds commun auquel chaque membre cotisait à hauteur de 60 % de son quota. Le règlement des positions débitrices ou créditrices d’un pays se faisait en or et par des crédits. Ces mécanismes complexes étaient gérés par la Banque des règlements internationaux de Bâle qui tenait les « comptes » de chaque pays, établissait les compensations et accordait automatiquement les crédits dans les limites des quotas. Quand le déficit d’un pays ne dépassait pas 20 % de son quota, il était couvert par des crédits de l’UEP. Mais si ce déficit se tenait entre 20 % et 40 %, le pays débiteur devait rembourser en or ou en dollars 1/5e du déficit, le reste étant couvert par un crédit de l’Union. Inversement un solde créditeur serait remboursé partiellement en or ou en dollars à partir de 20 % du quota (la moitié du solde créditeur entre 20 % et 40 % en or), le reste du solde créditeur était prêté à l’Union. Bref ! Plus un pays était débiteur, plus il devait sortir de l’or et des dollars. Au total les règlements se faisaient pour 60 % sous forme de crédits et 40 % en or ou dollars. L’UEP incitait donc les débiteurs à rééquilibrer leurs échanges. En 1955, le système fut durci. 75 % des soldes se réglèrent en or. L’accord était accompagné d’un engagement de libérer immédiatement 60 % des échanges privés et 75 % à la fin de 1950. En 1955, 84 % du commerce privé étaient libérés et 89 % en 1959.

  • 49 CE 71, M. des Finances à ministère des Affaires étrangères, 25 octobre 1950, n° 30179, « Projet de (...)
  • 50 Maurice Niveau, Histoire des faits économiques contemporains, PUF, 1966, p. 427.

32Les États-Unis allouèrent 450 millions $, dont 100 millions $ d’aide spéciale pour les débiteurs extrêmes49. L’accueil de l’UEP fut excellent aux États-Unis à cause de son aspect multilatéral ; des regrets subsistèrent sur la permanence des contingentements et des droits de douane. L’accord UEP fut un succès pour ceux qui, en France, croyaient que les rapports internationaux devaient être organisés et non pas laissés aux « équilibres automatiques » du marché comme l’écrit Maurice Niveau50. Les premiers mois de l’UEP furent heureux pour la France, alors que la RFA connut de graves difficultés. La France se sentait plus sûre d’elle, face au « malheur » de l’Allemagne, endettée de 398,3 millions $ auprès de l’Union. L’UEP était la condition de la libération des échanges en Europe. La création de l’UEP était une victoire pour ceux qui ne concevaient pas l’Europe sans la Grande- Bretagne. La France pouvait espérer gagner de l’or, ou ne pas en perdre, et développer ses échanges. L’ECA avait enfin réussi à instituer une forme d’unité européenne. Etait-ce le printemps de l’Europe ? L’UEP n’avait cependant pas donné naissance à une Banque européenne d’investissements, ni à une structure de concertation économique. L’UEP était la condition de

  • 51 SGCI, F 60 classement provisoire, carton 4, boîte 11, « p.v. réunion du 24 janvier 1954 », Paris, (...)

33la libération des échanges en Europe, pas celle de leur harmonisation concertée. Pourtant, à cause des contraintes d’équilibre des balances commerciales qu’elle imposait, elle pouvait passer pour un espace d’organisation contractuelle des économies. Elle était un corset contre les déséquilibres fondamentaux de l’économie française, l’inflation et le déficit du commerce extérieur. Le succès de l’UEP fut tel que le patronat des Six la défendit, en vain, pour servir de cadre à la convertibilité des monnaies en Europe51.

  • 52 CE 89, « Réponse italienne à l’OECE », 28 juin 1950.

34La méthode de libération négociée des échanges eut un certain crédit à l’OECE dans l’été 1950. Divers plans d’organisation des échanges fleurirent pour accompagner la création de l’UEP. Le plan du Néerlandais Stikker, ou « plan d’action pour l’intégration économique de l’Europe », du 2 juin 1950, était un plan de spécialisation des économies européennes. 11 évoquait le marché unique, mais aussi les dangers de la libération pour les travailleurs. Stikker recommandait la création d’un Fonds européen d’intégration « expression concrète de l’idée de la répartition nécessaire des charges que pourrait impliquer la recherche de l’intégration ». Le 28 juin 1950, l’Italien Pella proposa des abandons de souveraineté économique pour faire sauter les obstacles nationaux aux libérations. La libération devrait se faire par une liste commune et un Fonds européen d’intégration. L’Europe serait une zone économique préférentielle, comme l’article 15 de la charte de La Havane le permettait. Des négociations douanières abaisseraient les tarifs intérieurs52. Ces deux plans étaient des plans d’organisation concertée des marchés. Le ministre français des Finances proposa un plan de libération des échanges par liste unique de produits. La position française était connue. Mais cette libération par liste unique s’accompagnerait de mesures d’adaptation des économies et de la création d’une Banque européenne d’investissements dirigée par les gouvernements. L’esprit de 1948 triomphait-il deux ans après l’échec du programme de relèvement européen ?

  • 53 CE 68, SG OECE à Charpentier, chef de la délégation française à l’OECE, « Liste commune 19 septemb (...)
  • 54 CE 89, ministère des Finances et des Affaires économiques, secrétariat d’Etat aux Finances, 5 déce (...)

35Mais de quelle unité européenne ces trois plans étaient-ils porteurs ? D’unité économique certainement, mais vague. Allait-on vers un marché unique avec disparition des obstacles quantitatifs et douaniers ? Le Fonds européen d’intervention ou la BEI seraient-ils autorisés à imposer leurs recommandations ? Le Conseil de l’OECE rejeta le projet français de BEI ou de Fonds d’intégration, mais se rangea à l’idée d’une libération de 75 % du commerce privé par une liste commune53. Les Britanniques avaient torpillé la BEI. Ils ne voulaient pas d’une intégration européenne qu’elle s’appelle BEI ou plan Schuman. Robert Buron, secrétaire d’État aux Finances et Maurice Petsche, ministre des Finances, tentèrent une synthèse des trois plans de libération des échanges en décembre 195054. Le projet Buron tenait compte de la réponse négative de la Grande-Bretagne au plan Schuman. 11 a peut-être été proposé à la demande des Américains incapables de supporter trois plans relativement proches. Buron acceptait l’idée d’un marché unique dégagé des contraintes quantitatives et d’un abaissement des droits de douane entre les pays de l’OECE de 10 % par an. 11 supprimait les contingents par une liste commune avec l’aide d’une BEI et d’un Fonds d’intégration pour reclasser les travailleurs. L’Europe aurait été une zone préférentielle, non autarcique. Il empruntait aussi au plan Schuman le terme de haute autorité. Mais il qualifiait la « haute autorité » de « politique ». Ce plan n’eut aucun avenir car le gouvernement français préférait l’intégration de type Monnet-Schuman.

L’épuisement du modèle de l’OECE

  • 55 CE 89, DGAEF, ministère des Affaires étrangères, 24 juillet 1950, « Note pour le président ».

36L’OECE a certainement souffert du succès du plan Schuman. Mais elle épuisa ses possibilités de réaliser l’unité économique de l’Europe en abandonnant cet objectif après le succès de l’UEP. L’été 1950 retentit de la fureur des armes en Asie. La Corée bouleversa rapidement toutes les données du plan Marshall. En juillet 1950, les Américains dirent au secrétaire général de l’OECE, Robert Marjolin, que « l’OECE devra soit évoluer, soit être remplacée par une organisation économique atlantique55 ». La solidarité atlantique prenait le pas sur la solidarité européenne, au nom de la défense de l’Occident. La menace militaire donnait aux atlantistes et aux pragmatistes l’idée d’utiliser l’OECE pour faciliter le réarmement de l’Alliance, car l’organisation était devenue un instrument efficace de gestion économique du monde européen.

  • 56 CE 03, H. Bonnet Washington, 9 décembre 1950. 20 h 30, 5177-86.
  • 57 CE 07, Diplomatie, DGAEF, CE, 18 décembre 1950, à postes européens et New York.

37Ce projet d’OECE atlantiste suscita la résistance de la France et des Neutres. Les Suisses et Suédois se demandaient ce qu’ils viendraient faire dans une OECE « otanisée ». En revanche les Anglais soutenaient l’idée de liquider l’OECE. Le débat sur l’instrumentalisation de l’OECE au profit de l’OTAN était aussi un problème d’équilibre des forces au sein de l’Alliance. Le choix de défendre l’OECE fut entériné par un Conseil des ministres français en ces termes : « La France a intérêt à conserver la position prédominante qu’elle s’est acquise vis-à-vis des puissances européennes par son action en faveur de l’intégration européenne » et donc à conserver l’OECE. Un autre objectif français, en conservant l’OECE, était de disposer d’un instrument européen pour s’assurer des ressources suffisantes en matières premières. Mais quand la France put faire accepter la gestion des matières premières du monde libre par un organisme occidental tripartite (États-Unis, Grande-Bretagne, France), comme au bon vieux temps des Combined Boards de la guerre, ce fut un vrai triomphe de participer à ce directoire à trois56. Cependant les Français réclamèrent la participation es-qualité de l’OECE à l’organisation nouvelle de répartition des matières premières pour tenter d’empêcher la répartition des matières premières par l’OTAN57. Ils ne l’obtinrent pas.

  • 58 SGCI, F 60 classement provisoire, carton 4, boîte 11, Kojève à Th. De Clermont-Tonnerre, « note po (...)

38La France fut confrontée à des projets de libération générale des échanges en Europe, comme le plan Beyen de Marché commun de décembre 1952. Quelles que soient les vraies intentions des Néerlandais, le projet parut trop libéral aux Français, comme il le demeurait encore en 1956-1957. Était-ce par faiblesse, par doctrine, par résistance à une évolution du temps ? Difficile à dire, mais dans l’esprit des Français, l’OECE devait rester une sorte de gardien de l’harmonisation économique en Europe. Alexandre Kojève, ce haut fonctionnaire de la DREE, philosophe brillant, exprimait parfaitement la position des gouvernements français à l’OECE. « L’Europe en général, et la France en particulier, sont beaucoup trop pauvres pour se permettre le luxe de rechercher l’équilibre économique européen par le seul jeu de la concurrence dite « libre », (qui n’existe d’ailleurs que dans les manuels d’économie politique plus ou moins démodés)58 ». Il conclut qu’il fallait trouver les conditions d’une intégration économique européenne, et en attendant, libérer progressivement les échanges par secteurs.

  • 59 CE 81-2, et CE 83, Parodi à Jean Monnet le 10 décembre 1951 Paris, « cher ami ».

39Les sphères dirigeantes françaises n’avaient donc pas renoncé à une politique d’autonomie dans le monde atlantique comme si la politique de la France oscillait au gré des convenances, des dossiers et des gouvernements entre la petite Europe, la grande Europe et le Directoire atlantique à Trois. Rapidement, à travers des événements minuscules mais révélateurs, les Français s’aperçurent qu’ils n’étaient pas pris aux sérieux par les Anglais et les Américains, même quand la France prétendait parler au nom de l’Europe continentale. La France était doublement humiliée. Elle vit que la Grande- Bretagne tentait avec succès de diriger le monde avec les Etats-Unis et qu’elle trahissait les aspirations françaises à l’égalité dans un organe de direction du monde occidental. C’est pourquoi le gouvernement français n’accepta pas la fusion OECE-OTAN. Les Français étaient conscients du rapport de forces inégal au sein de l’OTAN au profit des États-Unis et des Anglo-américains en général, alors qu’à l’OECE ils disposaient encore d’un terrain de manœuvre plus favorable à leurs intérêts. Les Français voulaient aussi éviter l’affrontement bloc à bloc. L’OECE, née du plan Marshall, avec ses Neutres et ses objectifs économiques était un instrument de paix en Europe. La France exerça donc une action modératrice dans l’affrontement Est-Ouest même si pour sa sécurité elle adhérait pleinement à l’OTAN. Cette politique était une constante française depuis 1947. Il y avait encore une autre raison. La fusion OECE-OTAN aurait ouvert la voie à un réarmement allemand et à l’entrée de l’Allemagne dans l’OTAN, « et vous savez que sur ce point la position négative du président Schuman demeure inchangée », écrit fort précieusement pour l’histoire Alexandre Parodi à Jean Monnet en décembre 195159. La Corée renforçait les puissances anglosaxonnes. L’Europe occidentale souffrit de la tension. La France pouvait en être atteinte au point de devenir le satellite des États-Unis.

40La menace internationale était telle en ce début des années cinquante que l’OECE examina la possibilité d’une fusion avec le Conseil de l’Europe. La position des Français était de défendre l’OECE contre une trop grande emprise du Conseil de l’Europe, réputé trop bavard. L’Assemblée consultative suggérait au contraire d’établir une liaison organique entre elle et l’OECE. Robert Buron, secrétaire d’État aux Affaires économiques, approuva cependant en mars 1951 le projet de création immédiate d’un comité ad hoc chargé d’étudier l’unification de l’OECE et du Conseil de l’Europe. La position du Quai d’Orsay était plus nuancée. 11 se rallia à un comité d’étude. Les services hésitaient. Une nouvelle organisation, forcément plus politique, pourrait évoquer l’affaire sarroise et mettre en difficulté le gouvernement français. La lutte contre les cartels était à l’ordre du jour du Conseil de l’Europe, or avec le réarmement le partage des marchés pouvait être une bonne affaire.

  • 60 CE 04 Charpentier, 1e r septembre 1951, « circulaire n° 172 ».
  • 61 CE 05, CE 07, Schuman, JMS [Jean-Marie Soutou], coopération économique, 29 janvier 1952 14 h 50 à (...)
  • 62 F 60 ter 465, DREE le 11 février 1952, « note pour le ministre ». session des hauts fonctionnaires (...)

41Seule l’OECE pouvait répondre à l’aspiration unitaire de toute l’Europe en raison de la carence du Conseil de l’Europe et de la difficulté à militariser toute l’Europe occidentale. Le Conseil des ministres de l’OECE décida seulement de faire porter l’effort européen sur une augmentation de la production. Marjolin fit une proposition de relance européenne par l’augmentation de la production européenne de 5 % pendant 5 ans, afin de ne pas décourager les États-Unis dans leur effort d’aide à l’Europe. Mais où se trouvait l’unité dans cet objectif ? Y avait-il une idée neuve capable d’attirer l’attention du Congrès et des opinions publiques en faveur de l’Europe ? La France n’avait fait aucune proposition originale. Le réarmement tétanisait les imaginations. La proposition fut mise au point le 22 août 1951. On parla du peuple européen et non des peuples européens. Vaines paroles ! Les Britanniques, décidément dans le vent de l’histoire, s’inquiétèrent d’une dérive possible de l’OECE vers un super plan Schuman ! Mais chaque délégation défendait des intérêts particuliers. L’esprit de 1948 n’existait plus, sans parler de celui de mai 1950. Monnet fut sarcastique à la lecture de la déclaration de Marjolin : « Ce document frise le scandale ». Il est « d’une pauvreté affligeante ». Il ne se référait pas à l’innovation majeure du plan Schuman. Le gouvernement français ne réagit pas sérieusement. Il présenta encore un plan commun de développement économique, s’inspirant de la grande tradition du PRE, mais la Grande-Bretagne refusa toute allusion à un effort précis et commun « de conciliation des divers programmes nationaux ». Elle ne jura que par l’OTAN. Il fallut toute la force de persuasion des autres délégations et des Américains pour la forcer à abandonner cette position suicidaire pour l’organisation européenne60. Les Britanniques prirent la tête d’une croisade anti-OECE. À partir de 1952, l’OECE était en sursis. Tout dépendait des rapports de force entre Britanniques et Français, et surtout du choix des Américains. Robert Schuman tenait à l’OECE : « L’OECE est la seule organisation économique où se rencontrent les pays atlantiques avec des neutres et avec l’Allemagne. Il serait profondément regrettable que cette coopération fut supprimée, avant de l’avoir remplacée par quelque chose de valable61 ». Cette opinion était à opposer au très significatif discours d’Eden à la Columbia University sur la direction anglo-américaine du monde libre en raison du péril communiste et nationaliste en Égypte. L’OECE gênait les ambitions de l’Angleterre, alors que le condominium anglo-américain à l’OTAN fonctionnait bien. L’offensive anglaise contre l’OECE échoua parce que Français, Allemands et Américains la contrarièrent. Les Américains proposèrent que l’OECE examine la situation financière et les perspectives économiques des pays membres et celle des États-Unis et du Canada. L’OECE, réunie en octobre 1952, analysa les difficultés de ses membres. De cette réunion se dégageait l’idée de construire un marché commun, sous forme d’une libération des échanges, et de créer une Banque Européenne d’Investissements (BEI). Les préoccupations de ses membres portaient désormais sur la convertibilité des monnaies dans un cadre européen puis mondial. Les thèses françaises n’étaient pas exactement prises en compte. La France voulait en effet la création d’un « vaste et stable marché unique en Europe occidentale en vue d’une intégration économique menant à l’abaissement des prix de revient, grâce à une politique européenne rationnelle d’investissements, de production et de vente »62. La création d’une BEI ou d’un conseil de coordination des investissements en Europe par l’OECE aurait répondu exactement aux objectifs français. Les partenaires de la France ne l’ont pas voulu.

42Les Français se faisaient moins entendre que par le passé. Ceci pour trois raisons. Ils avaient choisi la petite Europe de Schuman et semblaient laisser de côté la grande. La France éprouvait des difficultés de paiements à l’UEP qui affaiblissaient ses positions à l’OECE. Enfin le plan Marshall était terminé. La dérive libérale était en route et l’OECE ne devint pas cette organisation de la concertation intereuropéenne que Petsche, le libéral raisonnable, recherchait. L’OECE avait démontré son utilité. Mais elle avait démontré aussi son incapacité à organiser l’unité de l’Europe.

Conclusion

43Le plan Marshall fut-il à l’origine de la construction européenne contemporaine ? La réponse est complexe. Il n’a pas été question dans ce chapitre du plan Schuman de mai 1950, pas plus que de la CED, encore moins des traités de Rome. Le plan Schuman n’est pas un « produit dérivé » du plan Marshall. Son caractère de cartel ne pouvait plaire aux Etats-Unis. Un des éléments du plan, la Haute Autorité, a cependant des airs de famille avec les expériences rooseveltiennes des années trente. Il répondait à une attente des Etats-Unis et à un état d’esprit partagé par quelques personnalités françaises. La politique allemande de la France devait changer. Le plan Marshall força les Français à sortir de la méfiance. Les Français, que l’idée d’Europe intéressait si elle contribuait à lever les difficultés de la modernisation, tentèrent de construire une organisation forte, normative qui réponde à leurs intérêts immédiats et à l’idée de l’unité européenne qu’ils se faisaient. La France voulait se développer progressivement, sans à-coups. Construire une Europe franco-britannique aurait permis au continent de profiter des préférences impériales britanniques et de balancer l’importance écrasante des États-Unis dans le monde atlantique. C’était rassurer le courant néo-libéral attaché, après la modernisation, à l’ouverture sur le grand large et satisfaire les « planificateurs ». Les Anglais fermèrent une porte qui ne fut rouverte qu’en 1972. L’aide américaine et l’OECE ouvrirent la voie à la convertibilité des monnaies européennes, ce qui paraît désormais d’une grande banalité, mais n’était pas l’unité européenne. L’aide Marshall fut incapable en revanche de donner une unité économique à l’Europe de l’OECE. Elle renforça la pratique d’une coopération inter-européenne, elle força les Européens à régler les questions monétaires et commerciales dans un cadre commun, comme jamais cela avait été pratiqué jusqu’alors. L’aide Marshall a échoué dans ses objectifs plus politiques sauf sur un point, la réintégration de l’Allemagne dans l’Europe. La France a été forcée d’abandonner une politique de revanche en Allemagne. Elle y a gagné, le 9 mai 1950, l’amitié de l’Allemagne nouvelle et celle de nombreux peuples européens. Le plan Marshall fut une bonne affaire pour l’Allemagne. Il fut un tournant heureux pour la France et l’Europe. Mais les formes de la construction européenne contemporaine, du Conseil de l’Europe à Maastricht, doivent plus aux Européens qu’aux Américains.

Notes

1 Voir le texte du discours de Marshall au chapitre VI, en annexe.

2 AMF 11/5/ld, 2 juin 1948, Monnet à Président du Conseil, 2 juin 1948, « projet ». AMF 11/5/1f, « Mémorandum du 2 juin 1948 », repris le 23 juin 1948 (AMF 11/5/2) et envoyé à G. Bidault, R. Schuman, R. Mayer, V. Auriol. t. Blum, A. Marie, P. Reynaud.

3 AMF 11/5/ld, 2 juin 1948, Monnet à Président du Conseil, 2 juin 1948, « projet ».

4 F 60 ter 389, Jean Monnet au Président du Conseil, 13 juillet 1948.

5 AMF 14/6/7, ou 52 J 119, « Mémorandum pour le comité économique interministériel pour les questions de coopération économique européenne », 16 juillet 1948. Réponse du Quai d’Orsay à la note de Monnet du 27 juin à Bidault (ou du 23 juin), in Y International 1944-1949, 131. Ministère des Affaires étrangères à CGP, 9 août 1948.

6 F 60 ter 389, « mémorandum de la délégation française », 3 juillet 1948, 12 juillet 1948, 13 juillet 1948. 80 AJ 77, CGP, 8 juillet 1948, J. Monnet, « directives sur les objectifs et les moyens d’exécution relatifs à l’équilibre en 1952 ».

7 F 12 10323, SGCI 13 novembre 1948, « c. r. réunion du 9 novembre ».

8 CE 50, Massigli, Londres, 12 novembre 1948, 23 h 45, n° 3781-89.

9 F 60 ter 391, source SGCI [ ?] « Remarques sur le télégramme de M. Bonnet du 21 décembre 1948. de Washington ».

10 CE 50, A. Kojève, 16 novembre 1948 au ministère des Affaires étrangères.

11 F 60 ter 357, SGCI, PPS, n° 479, 14 janvier 1949, à H. Alphand.

12 CE 64, note de VL. Coopération économique, 18 janvier 1949, « note ».

13 F 60 ter 476, « note du SGCI sur les points 2 et 3 de l’ordre du jour des conversations entre M. Petsche et sir Stafford Cripps ».

14 CE 64, AE, 3 mars 1949, « projet de déclaration du Président au GCM de l’OECE ».

15 Jean Monnet, Mémoires, Livre de poche, Fayard, 1976. t. 1, p. 401-404. A.S. Milward, The reconstruction of Western Europe, 1945-51, Methuen, 1984, p. 201. Un texte de l’entrevue est disponible dans Pierre Uri, Fragments de politique économique, Les libertés de la fonction publique, les servitudes de la dispersion, PUG, 1989, p. 103-112.

16 « We should obviously not agrée however to anything which would render us incapable of sustaining an independent résistance if France were overrun » in Archives Jean Monnet, Lausanne, AMF 22/3/3 « note sur les entretiens Monnet-Plowden par Pierre Uri », 23 avril 1949 ; AMF 22/3/5, Lord Plowden interview, in « money program » Monnet profile, 5351 : 5544. Entretiens avec Lord Plowden, by Richard Mayne, 2 février 1982, série déposée à Lausanne avec les entretiens faits par A. Mares.

17 Robert Marjolin, Le travail d’une vie. Mémoires 1911-1986, Laffont, 1986. p. 201.

18 Robert Marjolin, Europe in Search of its identity, p. 23, the Russell C. Leffingwell Lectures, 9, 16, 18 septembre 1980.

19 AMF 14/1/3 et 14/1/4, 22 juillet 1947, « Mémorandum de Jean Monnet pour G. Bidault, sur la conférence de Paris, sur les causes du refus de l’URSS et sur la coopération avec la Grande- Bretagne et les États-Unis face aux problèmes allemands ».

20 Y International 1944-1949, 399, DAEF, 5 août 1947, DG, note sur la « gestion des aciéries de la Ruhr ».

21 4 AU 23. Dr 4, V. Auriol à G. Bidault, Rambouillet. 7 août 1947, publié dans le Journal’ T 1, 1947, annexe VIII, p.700.

22 Léon Blum. L Œuvre de Léon Blum, 1947-1950, tome 6, 2, 1947-1950, « La fin des alliances, la Troisième force politique européenne, pour la justice », Albin Michel. 1963, p.161. 15 janvier 1948, Le Populaire, « Grande-Bretagne et France, la Question de la Ruhr ».

23 Y International 1944-1949, 201, PL, 4 novembre 1947, « Instructions pour la délégation française à la conférence de Londres ».

24 4 AU 31, Dr. 2, Sdr b. 21 février 1948, le ministre des Affaires étrangères, G. Bidault à M. l’ambassadeur de France en Grande-Bretagne, secret.

25 FRUS II, 1948, p. 98, Delsec 1587, 28 février, 11 a.m., Pierre Mélandri, Les États-Unis face à l’unification de l’Europe, tome 1, Lille, 1977, p. 282-283.

26 Y International 1944-1949, 304, Londres, 20 avril 1948, 1591. 93. délégation française. Y International 1944-1949, 304, Londres, 22 avril 1948, délégation française.

27 Z Europe 1944-1949, Allemagne 83, « Note », 24 juillet 1948.

28 Y international 1944-1949, 372, Ministère des Affaires étrangères, Direct. Europe, 21 mai 1948, note, « a/s problèmes allemands ».

29 Y International 1944-1949, 399, Direct. Europe, 12 juin 1948, « note ».

30 Z Europe 1944-1949, Allemagne 83, ministère des Affaires étrangères, Direct. Europe, 30 novembre 1948, « Perspectives d’une politique française à l’égard de l’Allemagne ». Note de Romain Gary, collaborateur de Paris, pour un jury d’examen. Ce travail a été communiqué à Massigli et à Bonnet pour avis.

31 Raymond Poidevin, « La nouvelle politique allemande de la France (juin 1948- avril 1949) », Enjeux et puissances, hommages à Jean-Baptiste Duroselle, Publications de la Sorbonne, 1986, p. 203.

32 Z Europe 1944-1949, Allemagne 87, DAEF, LH, 8 octobre 1948, « note pour le Président ».

33 Y international 1944-1949,131. ministère des Affaires étrangères à CGP, 9 août 1948.

34 Z Europe 1944-1949, Allemagne 87, « note », sans origine, 90 pages, en sous-titre, réf. A une note du 30 novembre 1948 sur la politique allemande de la France.

35 B 25434, 9 juillet 1948, s.o. probablement DFE, Guindey, 3 p., fait suite à des notes de la DFE. F 60 ter, 382, 15 mai 1948, note (de qui ?) « Conversations Harriman, Tomlinson, ECA Paris ».

36 F60 ter 471, et F 60 ter 69, J. Desrousseaux à PPS le 3 août 1949 service de coordination industrielle, relations extérieures, « Position du ministère de la production industrielle à la demande du ministre pour le développement du commerce intra-européen, résumé », note 5182.

37 F 60 ter 411, Note pour M. Filippi le 4 novembre 1949, AK/SL, « Objet mémorandum français ».

38 CE 03 Bonnet, 3159-74, 22 août 1949, 18 h 20 réservé, priorité absolue.

39 CE 03, Bonnet, 3268-72 DET 182, 3 septembre 1949, « conversation avec Kennan ».

40 W. Lippman, New York Time du 8 janvier 1949.

41 CE 03 Bonnet, 3159-74, 22 août 1949, 18 h 20, réservé, priorité absolue.

42 CE 03, Bonnet, 3268-72 DET 182, 3 septembre 1949, « conversation avec Kennan ».

43 F 60 ter 444, HA/MJC, Ministère des Affaires étrangères, secret, 12 novembre 1949, « mémorandum ».

44 F 60 ter 412, « c. r. des séances de l’Assemblée nationale », la séance du 24 novembre 1949, J. O. p. 6217.

45 F 60 ter 411, Note pour M. Filippi le 4 novembre 1949, AK/SL, « objet : mémorandum français ».

46 CE 68, S.M. La Haye, 6 décembre 1949, 15 h, 695, Télégraf, interview de P. Hoffman.

47 CE 56 Garnier, le 7 décembre 1949, 17 h 35, n° 709 : CE 89, Garnier, La Haye 15 décembre 1949, n° 756-59 20 h 15 : CE 89, Ambassade des Pays-Bas, Paris le 7 janvier 1950 à R. Schuman.

48 CE 56, PB [Paul Baraduc], CE, 7 janvier 1950, note pour le comité interministériel, coopération européenne.

49 CE 71, M. des Finances à ministère des Affaires étrangères, 25 octobre 1950, n° 30179, « Projet de loi autorisant le président de la République à ratifier l’Accord sur l’établissement de l’UEP » ; voir Année Politique 1950, p. 319.

50 Maurice Niveau, Histoire des faits économiques contemporains, PUF, 1966, p. 427.

51 SGCI, F 60 classement provisoire, carton 4, boîte 11, « p.v. réunion du 24 janvier 1954 », Paris, secret, SDECE du 30 avril 1954, réunion de l’union des industriels des six pays de la communauté politique.

52 CE 89, « Réponse italienne à l’OECE », 28 juin 1950.

53 CE 68, SG OECE à Charpentier, chef de la délégation française à l’OECE, « Liste commune 19 septembre 1950 », SGD (50) 81.

54 CE 89, ministère des Finances et des Affaires économiques, secrétariat d’Etat aux Finances, 5 décembre 1950 à ministère des Affaires étrangères, Wormser : « Propositions françaises concernant les mesures à prendre en 1951 en vue de l’intégration économique de l’Europe occidentale ». Paris le 1e r décembre 1950 ; 5 A 22, SGCE1, « Communication du SE aux Affaires économiques sur le projet d’intégration européenne : plan Stikker. Pella, Petsche, 8 décembre 1950 ».

55 CE 89, DGAEF, ministère des Affaires étrangères, 24 juillet 1950, « Note pour le président ».

56 CE 03, H. Bonnet Washington, 9 décembre 1950. 20 h 30, 5177-86.

57 CE 07, Diplomatie, DGAEF, CE, 18 décembre 1950, à postes européens et New York.

58 SGCI, F 60 classement provisoire, carton 4, boîte 11, Kojève à Th. De Clermont-Tonnerre, « note pour M. Clappier », 26 février 1953.

59 CE 81-2, et CE 83, Parodi à Jean Monnet le 10 décembre 1951 Paris, « cher ami ».

60 CE 04 Charpentier, 1e r septembre 1951, « circulaire n° 172 ».

61 CE 05, CE 07, Schuman, JMS [Jean-Marie Soutou], coopération économique, 29 janvier 1952 14 h 50 à Londres 2213/20 ; CE 70, « aide-mémoire de Schuman à Eden », remis le 31 janvier 1952.

62 F 60 ter 465, DREE le 11 février 1952, « note pour le ministre ». session des hauts fonctionnaires à l’OECE, comité des échanges ; F 60 ter 470, 7 mars 1952, Kojève à Thierry de Clermont-Tonnerre, « note pour le ministre, nouveau statut de la liste commune ».

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540