Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les aides américaines économiques et militaires à la France, 1938-1960

 | 
Gérard Bossuat

Document annexe 7. Note sur les déclarations faites par Monsieur Bissel

Texte intégral

1F 60 ter 384, SGCI
Date 1er octobre 1950
Auteur : inconnu

2Monsieur Bissel a fait un exposé devant le Comité Économique de l’OECE le 29 septembre dans l’après-midi. Il a complété ses vues au cours d’un dîner donné le soir du même jour par Monsieur Hall Patch et auquel assistaient les chefs des principales délégations.

3Les principales idées exposées par Monsieur Bissel sont les suivantes :

  • L’OECE doit s’occuper des problèmes économiques et financiers nouveaux qui résultent pour l’Europe de la politique de réarmement. Elle doit commencer ses études immédiatement, sans attendre que soient connues toutes les décisions que les gouvernements auront à prendre dans le domaine militaire. Elle ne doit pas attendre d’avantage que soit définitivement tranchée la question du partage des attributions entre l’organisation du Pacte atlantique et elle-même.
  • Monsieur Bissel approuve intégralement les idées exprimées dans le document récemment établi par Monsieur Marjolin. Il demande toutefois que l’on insiste encore sur la nécessité d’harmoniser les politiques nationales en ce qui concerne la lutte contre l’inflation et le rétablissement éventuel des contrôles. Il demande également que l’on insiste sur la nécessité de poursuivre la politique de libération des échanges.
  • En ce qui concerne le problème des matières premières, il estime que l’OECE a qualité pour procéder immédiatement à des études. Il pense que l’ECA sera amenée à jouer un rôle en ce domaine. Il souhaite que l’OECE l’aide. Il suggère que l’OECE pourrait se présenter vis-à-vis des États-Unis comme un « clement agent »
  • Il indique que la répartition des dollars Marshall au titre de l’année 1950-1951 ne sera pas nécessairement établie selon la formule Snoy-Marjolin. Cette formule sera retenue en ce qui concerne les allocations provisoires du premier semestre mais en ce qui concerne le deuxième semestre, il sera utile de connaître la situation économique de chacun des pays telle qu’elle résulte notamment de la politique de réarmement. C’est en tenant compte de ces données que la répartition finale sera faite. Il y a là un point d’un intérêt particulier pour nous. Il me paraît vraisemblable en effet que l’application d’un tel système devrait aboutir à réduire l’allocation britannique et à augmenter la nôtre propre.
  • D’une façon générale Monsieur Bissel indique que les rapports entre les pays européens et l’Amérique doivent changer. Il ne faut plus tant parler de pays qui reçoivent une aide et d’un pays qui la donne que d’une mise en commun générale des ressources.
  • En ce qui concerne le troisième rapport annuel [de l’OECE], Monsieur Bissel demande qu’il soit essentiellement axé sur un examen des problèmes nouveaux qui se posent aux pays européens et sur un exposé de la situation nouvelle qui en résulte pour chacun d’eux ».

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable