Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les aides américaines économiques et militaires à la France, 1938-1960

 | 
Gérard Bossuat

Chapitre VII. L’aide et la modernisation de la France

Texte intégral

1L’aide Marshall ou European Recovery Program était conçue pour résoudre la crise des devises de 1947 et pour contribuer au relèvement économique de l’Europe. Elle apportait les financements dont les Français avaient rêvé lors de la négociation Blum-Byrnes, un an auparavant. Cette aide était prévue en principe pour 4 ans (avril 1948-juillet 1952). Mais on ne peut oublier que son ampleur et sa fin dépendaient du Congrès américain qui votait des crédits annuels. Les dirigeants français étaient particulièrement attentifs à ne pas s’abandonner entre les mains des États-Unis, tout en captant au maximum l’aide pour les projets de modernisation. L’aide économique américaine était essentielle à la France à ce moment de son histoire, mais il était hors de question que la France devînt un satellite de l’Amérique. L’aide américaine s’adressait à plus de 80 millions de personnes dont la France avait la responsabilité en Europe, en Afrique et en Asie. Son objet n’était pas de financer un programme général d’importations, mais de faciliter la modernisation de l’économie française et de ses territoires dépendants, ensuite de favoriser l’harmonisation économique entre les pays européens pour réussir une société plus prospère. Quand on fait l’histoire de l’aide, on remarque d’abord que l’aide intérimaire a apporté des secours. Il a fallu ensuite, dans l’été 1948, mettre en place les programmes d’aide et accepter que l’Allemagne soit aussi bénéficiaire de l’aide américaine. Le déroulement du programme pendant 3 ans et non 4, a mis à la disposition de la France des matières premières, des produits agricoles et surtout des équipements. Les paiements intereuropéens ont été facilités grâce au mécanisme de l’aide conditionnelle et indirecte. Au terme de ces années, le bilan en dollars et en francs de contre-valeur peut être établi. Il a été, disons-le dès maintenant, positif, par rapport au projet français initial, imaginé dès 1944 par Monnet : la modernisation de la société et de l’économie françaises.

Les secours de l’aide intérimaire

2Les Américains distinguèrent entre une aide d’urgence, l’aide intérimaire, et une aide de plus longue haleine, l’aide ERP ou aide Marshall. L’accès à l’aide intérimaire et la mise à disposition de cette aide de 280 millions $, occupèrent la fin de l’année 1947 et le premier trimestre 1948. L’aide intérimaire permit de sortir de la crise des devises de l’été précédent.

L’accès à l’aide intérimaire

  • 1 CE 46 Massigli, 17 septembre 1947, 1040. 18 septembre 1947, JFR, DAEF, « Note pour le directeur gén (...)
  • 2 Public Papers of the President of the United States, Harry S Truman, 1947, Washington, Government o (...)
  • 3 4 AU 23/Dr5, 1er octobre 1947, G. Bidault à V. Auriol, de New York.

3Le secrétaire d’État américain fut sensible aux extrêmes pénuries de devises qui, en Europe, empêchaient l’importation de biens indispensables à la vie économique des différents pays. Fin septembre, le secrétaire au Trésor américain, Snyder, confia à Bevin, le secrétaire au Foreign Office, qu’une aide d’urgence à la France s’imposait1. Le président Truman prépara le Congrès à une intervention financière d’urgence en Europe, « pour aider la France et l’Italie à survivre pendant cet hiver critique comme nations libres et indépendantes ». Truman demanda 580 millions $2. Bidault estimait les besoins de financement de la France à 100 millions $ par mois : « On a de la peine ici à se mettre dans la peau de gens qui ont faim et qui attendent », câbla-t-il de New York à Vincent Auriol3. Il put obtenir, outre le déblocage de l’or allemand des réparations, une avance sur les remboursements en dollars des francs dépensés par les troupes américaines en France et l’affectation du reliquat du prêt Eximbank de 1946 aux dépenses courantes.

  • 4 FRUS III, p. 482, 18 novembre 1947, 2385, Acting Secretary of State to the embassy of Italy ; Dort (...)
  • 5 Documents économiques du Bulletin Mensuel d’information, novembre-décembre 1947, n° 32-33, « Le Pla (...)
  • 6 Voir les conditions de l’aide, chapitre VI.
  • 7 B 33459. Lettre adressée à l’ambassade des États-Unis le 2 avril 1948 par M. le Ministre des Affair (...)
  • 8 363 AP 7, Projet de discours de René Mayer, 7 p. manuscrites, bleues, paginées rouge.

4Le 17 novembre, le Congrès réuni en session spéciale vota un crédit de 540 millions $ pour la France, l’Italie, l’Autriche et la Chine. La France reçut 280 millions $ pour trois mois4. Il y a Erhenbourg, de Moscou, se déchaîna : « Les traîtres de la coalition socialiste-catholique sont prêts à vendre leur pays en échange d’un morceau de pain américain et de quelques tonnes de gaz lacrymogène »5 Un accord bilatéral devait être signé. Il comportait certaines conditions qui furent jugées inacceptables mais dont les Français atténuèrent la portée6. L’accord signé le 2 janvier 1948 permit de dégager les fonds indispensables au financement des importations du premier trimestre 1948. Le 2 avril 1948, un échange de lettres franco-américain autorisa l’affectation de 25 milliards de F de contre-valeur de cette aide aux dépenses de reconstruction et d’équipements en considération des efforts de stabilisation déployés par René Mayer, soit 22 % des investissements et des crédits de reconstruction du premier trimestre 19487. Sans les 280 millions $ de l’aide intérimaire la pénurie aurait été complète. Mais Mayer dit lui-même que l’aide permit tout juste de « respirer »8.

La fonction de l’aide intérimaire

5L’aide servit à financer les importations du premier trimestre 1948.

Tableau 16. Programme d’importations sur l’aide intérimaire. En millions $

Tableau 16. Programme d’importations sur l’aide intérimaire. En millions $
  • 9 Gaston d’Eté, Les achats français aux États-Unis de 1941 à 1950, non publié, dactylographié, 1950, (...)
  • 10 B Amérique, 1944-1952, États-Unis, 248, Washington, 23 février 1948, 20 h 40, 849, 53.

6Les Américains avaient inscrit quelques produits non désirés9. Les Français protestèrent contre la décision de livrer 2,1 millions $ de pommes de terre, fruits secs, et poudre d’œufs, au détriment du lait, blé et corps gras10. L’administration américaine avait introduit aussi des « incentive goods » tels que cigarettes, fruits secs et chewing-gum et même 200 000 $ pour le savon destiné aux mineurs. Allaient-ils réduire l’absentéisme dans les mines ? L’apport de charbon américain fut abondant. Mais les Français insistèrent pour effectuer les importations de charbon de la Ruhr prévues de longue date et diminuer les importations polonaises et américaines. Le Congrès consentit un supplément d’aide intérimaire de 40 millions $ le 22 avril 1948. La France a donc bénéficié de 312 millions $ d’aide intérimaire. L’aide intérimaire a évité le pire. Le gouvernement Ramadier a réalisé une très bonne affaire politique et économique en obtenant l’affectation de la contre-valeur au programme de modernisation-reconstruction. Cette aide a évité l’aventure politique et sociale et renforcé le régime.

  • 11 5 A 14, F 10 5569, CI, 5e réunion du 12 mars 1948, « Comparaison des besoins français en dollars au (...)
  • 12 F 10 5569, Documents emportés par Bollack, le 19 avril 1948, remis à l’ambassade américaine par Alp (...)

7Les solutions de long terme viendraient avec le plan Marshall car le dollar gap subsistait. Entre l’aide intérimaire et l’aide Marshall proprement dite, le second trimestre 1948 représentait un moment délicat. Les Français avaient besoin de 300 millions $. La signature de la loi d’aide à l’Europe par Truman, le 3 avril 1948, permit à l’administration américaine d’accepter le financement du programme français d’importations pour le second trimestre 1948 par une aide Marshall provisoire appelée ERP 111.Le nouvel accord sur les surplus américains de mars 1948, permit de faire un premier programme d’importations de produits industriels variés, mais à dominante militaire. Les Français durent choisir des importations répondant aux besoins immédiats des populations et des industries : céréales panifiables, azote pour l’agriculture, carbon-black, charbon de la Ruhr, minerais, matériaux de construction, bois, pâte à papier, industries diverses. Le poste équipements était provisoirement réduit12. Le programme Marshall ERP 1 se monta à 335 millions $. Ce furent les seules ressources en dollars disponibles pour les importations. Les ressources propres avaient été engagées antérieurement par le Trésor français. L’aide intérimaire et ERP 1 avaient allégé incontestablement la pénurie. Mais il avait fallu suspendre les importations de Belgique par manque de moyens de paiements en mars 1948. L’épuisement des réserves de livres sterling menaçait. Le déficit avec les pays à accords bilatéraux se creusait d’un montant cumulé de 382,7 millions $ u.c. De plus la réalisation d’ERP 1 prit du retard. Fin mai, seulement 53 millions $ de marchandises avaient été expédiés. Mais le spectre de la famine s’éloignait enfin. La Grande-Bretagne et la Belgique prêtèrent du blé à la France. ERP 1 avait apporté à l’économie française des produits agricoles et énergétiques, des minerais et métaux. Les équipements ne représentaient que 6,9 %.

La mise en place de l’aide Marshall

  • 13 Prêts américains, de la BIRD, du FMI, de la Grande-Bretagne, du Canada, l’aide intérimaire. A cela (...)
  • 14 B 19951, « Discours de Paul Reynaud », in AGEFI du 9 août 1948. Ou J.O. du 9 août, n° 102, p. 5537 (...)

8Juillet 1948 fut le véritable début du programme de relèvement européen (ERP). Les prêts et facilités cumulés en 1946-1947, soit 3,9 milliards $ américains, avaient tout juste servi à maintenir l’économie française en survie13. Paul Reynaud, éphémère ministre des Finances et des Affaires économiques en août 1948, exposait à l’Assemblée nationale que « malgré l’ampleur du concours américain, la France ne parvient à couvrir que les deux tiers de ses besoins d’importations »14. Qui plus est, les exportations françaises étaient dérisoires par rapport aux importations de la zone dollar. En 1947 elles avaient couvert 61,7 % des importations de la zone sterling et 9,1 % de celles de la zone dollar. Ce qui signifiait que les importations de la zone dollar dépendaient strictement de l’aide ERP. Les crédits Marshall étaient renouvelés par le Congrès chaque année, dans l’été. Ces crédits, des dons à 80 %, étaient répartis entre les pays aidés. La procédure était complexe. Les pays européens ne voyaient pas les dollars, mais des marchandises ou des services payés sur ces crédits. La procédure de mise à disposition des dons était l’œuvre de l’ECA présidée par Paul Hoffman aux États-Unis, par Averell Harriman en Europe, et par des « ambassadeurs » du plan Marshall, installés avec leurs collaborateurs dans chaque pays aidé, David Bruce, Barry Bingham, Henry Parkman, Henry Labouisse pour la France.

La planification américaine des importations européennes

  • 15 F 10 5625, CGP, pièce 8, « Esquisse du PRE, projet de loi et documents soumis par le DE à la Commis (...)
  • 16 F 10 5625, « Observations sur les estimations américaines faites par l’ECA et par les country repor (...)

9La prévision d’aide aux pays européens avait été élaborée par les États-Unis, pays par pays, dans des country reports et des Brown Books. Pour la France le Département d’État avait révisé à la baisse le programme d’importations dressé par le Commissariat général du Plan15. Il diminua les importations de blé, exigeant que la France développe son agriculture. Il diminua celles de tourteaux, d’engrais azotés, de potasse, de pétrole, de matières grasses, de sucre. Il imposa des importations de fruits secs. Les Français s’étonnèrent des diminutions d’importations. Ils demandèrent certaines qualités d’acier américain, mais ne virent pas l’intérêt d’importer 3 700 camions américains. Les postes « équipements » et « matières premières » avaient été réduits par le Département d’État. Le projet laissait subsister un déficit vis-à-vis des pays non-dollar. Comment le financer ?16

  • 17 F 12 10325, CI du 21 juin 1948, « Programme toutes zones ».
  • 18 YI 1944-1949, 231, YR, 13 septembre 1948 ; cire. IP 246, « Répartition de l’aide américaine et syst (...)

10Le 21 juin 1948, le Comité des importations présenta un programme d’achats en zone dollar de 1 114, 8 millions $ pour 1948-1949, correspondant au montant exact de l’aide américaine envisagée. Ce programme s’ajoutait aux programmes d’achats de 885 millions $ u.c. en provenance des autres zones17. Mais il était réduit par rapport aux premiers choix français. Il faisait une part considérable aux combustibles (42 %), aux matières premières (42 %), et une faible part au ravitaillement de consommation (7 %) et aux équipements (anciens et nouveaux) 9 %. Alphand expliqua aux journalistes, le 11 septembre 1948, que le programme d’importations représentait 2 400 millions $ dont 50 % financés par l’aide Marshall directe ou indirecte. Le programme idéal aurait été de 2 741 millions $18.

L’Allemagne contre la France

  • 19 CE 49, VL. DAEF, 5 août 1948, note pour l’ambassadeur de France, secrétaire général « a/s propositi (...)
  • 20 YI 1944-1949, Washington, 3354-60, 23 juillet 1948, 21 h 50. CE 48, Bonnet, 23 juillet 1948, 21 h 3 (...)
  • 21 CE 49, OW. 18 août 1948 à tous les postes européens de l’Ouest et Washington, « Sur la répartition (...)
  • 22 CE 49, H.A., 1er septembre 1948, « Note pour le Président ».
  • 23 CE 49, H.A., 4 septembre 1948, « Note pour le Président »
  • 24 CE 49, H. Alphand, 9 septembre 1948 à Washington

11Entre-temps, William Clayton prit l’initiative de faire partager l’aide par l’OECE. Le Conseil de l’OECE confia le travail à un petit groupe de sages : Guillaume Guindey, président du comité de la balance des paiements, Eric P. Roll président du comité des programmes, Dirk Spierenburg, président par intérim du comité des échanges, Pietro Stoppani, vice-président du comité des paiements, remplacé par Giovanni Malagodi, sous la présidence de Robert Marjolin, secrétaire général de l’OECE. Les Américains, très déçus des réticences européennes en matière de « gouvernement économique de l’Europe occidentale »19, – une phrase de l’Irlandais MacBride –, cherchaient en effet à illustrer dans les faits la notion d’intérêt commun européen. Ils s’aperçurent que les Européens défendaient leurs programmes nationaux sans grand esprit de coopération20. Les Français entendaient aussi obtenir des crédits Marshall pour financer du charbon allemand. Les quatre sages de l’OECE commis à l’arbitrage répartirent 4,8 milliards $ d’aide. A cela s’ajouta une aide indirecte sous forme de droits de tirage (DT) d’un montant de 564,7 millions $ en faveur des débiteurs dans les échanges intraeuropéens21. Les droits de tirage étaient des crédits en dollars mis à la disposition des pays débiteurs pour continuer à commercer avec les autres pays Marshall. D’après les sages, la France devait recevoir 1 009 millions $ d’aide directe. La Grèce et la Turquie protestèrent et la bizone anglo-américaine fit des réserves sur le montant de l’aide à recevoir et sur les DT à accorder à la France. Les fonds disponibles pour le charbon étaient de 60 millions $ au lieu de 83 millions $. La situation des Français était donc délicate. Ils devraient, soit réduire les importations de charbon, soit les payer comptant, soit augmenter les exportations de biens essentiels vers l’Allemagne. La question du relèvement préalable de la France par rapport à l’Allemagne venait d’être posée. Or Harriman, patron de l’ECA Europe, osa dire que la France était « une sorte de boulet pour l’Europe ». Beaucoup d’Américains pensaient intimement ainsi. La crise politique française de l’été 1948 avait détruit la bonne image antérieure de la France. Alphand conseilla de livrer à la bizone davantage de minerai de fer de Lorraine, de la fonte, des équipements miniers. Mais il déconseilla aussi de publier ce projet, tellement il le sentait incongru22. Harriman poussait nettement le relèvement allemand au détriment de l’aide à la France et à la Grande-Bretagne ; car « il serait inutile de faire la part trop belle à un pays dont la situation paraît aussi incertaine », sous entendu la France ! Alphand lui dit que rien n’était meilleur pour encourager l’action du Kominform. Harriman convint enfin qu’une réduction drastique de l’aide à la France serait une catastrophe23. Dès la première année de l’aide, la France dut à la guerre froide le maintien à un haut niveau de l’aide américaine et non pas à ses vertus ou à la pertinence de son plan de modernisation. La France comptait désormais sur 989 millions $ d’aide directe et 333 millions $ de droits de tirage (aide indirecte)24. Mais les Français furent amers de voir que la bizone recevait 414 millions $ au lieu des 364 millions $ prévus par les sages. Le déroulement des négociations prouvait qu’une politique de soutien au relèvement allemand était engagée par les États-Unis plus qu’une aide à la reconstruction et à la modernisation de la France.

Les programmes de l’aide ERP

12L’aide économique à l’Europe était prévue pour durer 4 ans. Elle dura 3 ans et continua sous d’autres formes ensuite. Elle était prévue pour décroître régulièrement. Il ne faut pas s’étonner de la voir baisser après une année abondamment dotée. La seconde année 1948-1949 fut essentielle pour les importations d’équipements.

Une aide considérable pour la première année (juillet 1948-juin 1949)

  • 25 F 60 ter 500-501, B 10927, « Allotments summary, by country and fiscal year », 3 April, 1948-august (...)

13L’économie française a bénéficié de plus de 1,6 milliard $ entre avril 1948 et juin 1949 : 1,3 milliard $ d’aide directe et 333 millions $ d’aide conditionnelle ou aide indirecte (DT), destinée au financement des déficits commerciaux de la France avec les autres pays de l’OECE25. Le financement a porté très largement sur le ravitaillement et les matières premières industrielles. Il a assuré 84 % des importations de la zone dollar en 1949.

  • 26 F 60 ter 491, DREE, services des importations, Imp 3/2, n° 9720 « Note sur l’aide américaine », 22 (...)

14Cette aide servit à importer les types de produits suivants26 :

Tableau 17. Les importations Marshall de la première année. En pourcentage

Tableau 17. Les importations Marshall de la première année. En pourcentage
  • 27 CE 49. Teleg. Fransupply, 3143, à Coopération économique, 26 octobre 1948, n° 4492.
  • 28 F 60 ter 505-506, SGCI, 997 à FOM, 20 juin 1949, et ECA, n° 925, 30 septembre 1949, « BQ des servic (...)

15Pour illustrer le mouvement des marchandises Marshall représentons-nous que dans la semaine du 17 et 23 octobre 1948 les ports métropolitains accueillirent 3,6 millions $ de marchandises, 18 navires charbonniers, un navire chargé de nitrate de soude du Chili, un pétrolier, 3 minéraliers avec du cuivre chilien, un minéralier chargé de plomb. Deux navires de charbon et de cuivre abordèrent l’Afrique du Nord, 3 navires vraquiers livrèrent des blés et 3 autres de la farine pour la zone française d’occupation. La semaine suivante, des métaux rares, de la streptomycine, du charbon, de l’avoine arrivèrent en France. Trois navires chargés de lait condensé accostaient les ports de Dakar, Douala, Pointe Noire27. On voit quelle abondance était déversée sur la France quand on se souvient des difficultés de transport durant la guerre. Mais l’importation de produits de luxe était proscrite sous ERP ; 14 catégories de produits étaient exclues des importations : automobiles de luxe, autoradio, caméras et films, vêtements, confiseries, équipements ménagers, métaux précieux, instruments de musique, objets personnels, articles de sport, jouets28.

16La part des produits ERP dans la consommation française n’était pas négligeable :

Tableau 18. Apport des marchandises Marshall à l’écopnomie française au second semestre 1948

Tableau 18. Apport des marchandises Marshall à l’écopnomie française au second semestre 1948

17Le financement ERP de certains produits indispensables à l’économie était essentiel :

Tableau 19. Part du financement Marshall de produits indispensables en 1948, second semestre

Tableau 19. Part du financement Marshall de produits indispensables en 1948, second semestre
  • 29 B 44169, « Rapport Longchambon sur la mise en œuvre de la convention de coopération économique et d (...)

18Certaines marchandises ERP étaient achetées offshore sur les crédits ERP29 :

TABLEAU 20. Origine des produits ERP fournis à la France en 1950. En pourcentage

TABLEAU 20. Origine des produits ERP fournis à la France en 1950. En pourcentage

Les équipements américains de la modernisation française

19Le plan d’Equipements et de Modernisation de Jean Monnet supposait d’importer des machines. Le tableau des importations ERP de 1948-1949 a fait apparaître la faiblesse des équipements. Le programme d’importations de la première année de l’aide avait réglé des commandes antérieures pour la sidérurgie. Les Français ont préparé durant cette année l’achat de grands équipements : train à bande de Lorraine (Sollac), approuvé le 18 juin 1949, d’une valeur de plus de 50 millions $, le plus gros investissement du plan Marshall en Europe, des équipements pour les mines de fer, des laminoirs à tôles minces pour aciers spéciaux à Imphy, des équipements miniers pour le manganèse du Maroc et le fer d’Afrique du Nord. S’ajoutèrent des équipements mécaniques pour la fabrication de tracteurs.

  • 30 CE 48 Bonnet 30 juillet 1948. 21 h, n° 3473-78.
  • 31 CE 49. Bérard. Washington. 23 septembre 1948. 21 h. 4071 ; CE 64, Bonnet. 5 février 1949, 21 h 27. (...)
  • 32 F 60 ter 387, AE à Bonnet. 28 mai 1949, 26 DET.
  • 33 Industrie. Dica. C40, MIC à M. des Affaires économiques et Finances DFE 13 janvier 1950 pour Guinde (...)

20Des difficultés surgirent pour l’équipement pétrolier. L’ECA avait jugé le programme français d’importation de produits pétroliers trop élevé. Elle le réduisit, officiellement pour ménager les ressources pétrolières de la zone dollar, mais en réalité elle subissait les pressions des compagnies pétrolières américaines, inquiètes de la remontée en puissance du raffinage français30. L’approbation du programme d’importations de produits pétroliers était liée à l’ouverture des marchés des TOM aux compagnies américaines. Mais les importations de carburants restèrent limitées par la volonté de l’ECA. Le plan français fut réduit de 29 à 25 millions $ pour le quatrième trimestre 1948. La France dut renoncer à financer en offshore purchase les importations de pétrole du Venezuela31. Les Français réussirent cependant à conclure des arrangements avec quelques compagnies américaines. Le Quai d’Orsay nota : « Une sorte d’embargo a été mis sur l’exportation au départ des États-Unis de l’équipement pétrolier général à destination des pays participants »32. Les atteintes au programme d’importation d’équipements pétroliers étaient graves car elles touchaient un des éléments de la modernisation. Or il était contradictoire de vouloir réduire la dépendance européenne et de chercher à maintenir les positions commerciales des compagnies américaines en Europe33.

  • 34 F 12 11022, Service des affaires extérieures, MIC, PBO « Programmes d’importations de la zone dolla (...)

21Les importations d’équipements en provenance de la zone dollar entre avril 1948 et juin 1949 atteignirent 62,2 millions $34 :

Tableau 21. Les équipements importés en 1948-1949. En millions $

Tableau 21. Les équipements importés en 1948-1949. En millions $
  • 35 F 60 ter 482, « Renseignements communiqués aux Américains sur le programme d’équipements 49-50 », d (...)
  • 36 F 60 ter 489, ECA, 5 avril 1954 à P. Delouvrier.

22Le programme d’importations de 1949-1950 donna au contraire une priorité aux équipements ; en théorie il devait atteindre 160 millions $ ERP pour la métropole, 50 millions $ ERP pour les TOM et 141 millions $ u.c. sur d’autres zones non Marshall. En octobre 1949 il tombait à 124 millions $ ERP35. Cependant l’année 1949-1950 fut manifestement l’année de la modernisation puisque 34,3 % de l’aide a servi aux équipements contre 15,5 % l’année précédente. Les demandes d’équipements se firent à travers deux procédures : celle des grands projets et celle des achats inférieurs à 1 million $. Les grands projets s’étalaient sur plusieurs années. Pour se faire une idée de la localisation et des types d’investissements financés partiellement avec les dollars ERP, suivons des ingénieurs américains en France en 1954. Ils ont visité la C1MA (machinisme agricole), Simca, Citroën, les Potasses d’Alsace, la centrale électrique Arrighi, Sollac, Usinor, Dilling, Longwy, les établissements Coquillard, les Tréfileries du Havre, les raffineries de Shell-Berre, CFR, Esso, les Raffineries françaises des Pétroles de l’Atlantique, Naphtachimie, la SNCASE, et les barrages hydroélectriques de Bin El Ouidane et Afourer au Maroc, le port de Nemours en Algérie36.

  • 37 F 60 ter 488, 15 novembre 1949, « Dossier pour l’ECA sur les programmes aéronautiques français, rép (...)
  • 38 CE 03 et CE 64. Washington, 30 juillet 1949. n° 2918.
  • 39 B 16021, Dirapro, Grimanelli, 22 avril 1949, « Rapport au ministre », 286 ; « Note pour le ministre (...)

23Là aussi, comme pour les équipements pétroliers, de nouveaux désagréments surgirent. Dans le domaine de la sidérurgie, les Français devaient tenir compte du rééquipement allemand que les Américains favorisaient. Le Secrétariat général de l’Aviation civile avait des ambitions aéronautiques que les Américains ne partageaient pas. Il avait programmé le développement de 40 bimoteurs SO 30 P « Bretagne », de 15 quadrimoteurs transcontinentaux SE 2010, de 15 cargos lourds quadrimoteurs Bréguet 761 et l’achat de 12 DC4 pour des compagnies françaises37. L’industrie française s’avéra incapable de fournir des moteurs performants. Les Américains répugnaient à les fournir38. L’ECA fut incitée à résister par Air France qui refusait de commander des SO 30 P de fabrication française. Elle voulait des Convair disponibles sur le marché39. L’ECA accepta seulement de tlnancer des DC4 pour des compagnies opérant dans les TOM : la Compagnie Aéro-Maritime et Aigle-Azur. L’ECA ralentit par ses atermoiements les autres programmes qu’elle jugeait hors de proportion. Il est sûr que le développement des SO 30 P « Bretagne » a été freiné par les doutes pesant sur la livraison des moteurs, mais aussi par la guerre franco-française.

  • 40 Olivier Moreau-Neret, Valeurs étrangères. Mouvements de capitaux entre la France et l’étranger depu (...)

24Un bilan, limité aux grands investissements, fait apparaître que la part de l’ECA dans les projets français d’équipements a tourné autour de 15 %40.

Tableau 22. La part du plan Marshall dans le financement des grands équipements

Tableau 22. La part du plan Marshall dans le financement des grands équipements

25L’apport en dollars ERP a donc été essentiel à la modernisation en ces temps de pénurie de devises fortes, de non convertibilité et de rareté des biens d’équipement.

  • 41 « Les investissements privés américains en Europe et dans les territoires d’Outre-Mer », OECE, 1954 (...)
  • 42 CE 64. H. Bonnet à R. Schuman, 16 mars 1950, n° 1277, CE « a/s rapport du WD committee ».

26L’aide Marshall n’a pas généré de gros flux d’investissements privés américains en France en dépit des garanties que le plan Marshall apportait aux investisseurs. Environ 3,3 millions $ ont été apportés à des entreprises filiales d’entreprises américaines. Les investissements américains directs cumulés se montaient à environ 280 millions $ en métropole et 50 millions $ dans les TOM à la fin du plan Marshall41. La faiblesse des investissements privés manifestait la profonde méfiance du capitalisme américain pour l’Europe et pour la France. Le Congrès avait prévu un fonds de garantie des investissements américains en Europe de 300 millions $ pour 1948-1949. Il fut réduit à 150 millions $ en 1949-1950 par manque de succès. L’ECA a garanti, en dehors de la presse, 4,6 millions $ d’investissements en France, contre 20,9 millions $ en Italie, seulement 7,5 millions $ en Grande-Bretagne et 3,6 millions $ en Allemagne42. L’échec s’expliquait par la mauvaise réputation de la France en termes de fiscalité, de politique des changes et des risques inhérents de guerre en Europe. Après le succès de la modernisation des économies européennes et la fin de la Guerre froide, une augmentation des demandes de garanties auprès de la FOA, successeur de l’ECA, fut sensible en 1955 et porta sur 136 millions $. Le plan Marshall n’a pas favorisé la ruée du capitalisme américain en France. En revanche il a habitué les industriels et les consommateurs français à acheter américain.

L’aide conditionnelle ou indirecte

  • 43 B 25434, Gutt à R. Bissell, 14 juin 1948, p. 108, confidentiel. B 25434, 4 juin 1948, Gutt au minis (...)
  • 44 B 10874, 23 août 1949, « Utilisation des droits de tirage de la France sur le R-U en 1948-1949 », s (...)

27L’aide américaine a couvert les déficits commerciaux intereuropéens des pays de l’OECE par les Droits de Tirage de l’aide conditionnelle ou indirecte. La position de la France était généralement débitrice au sein de l’OECE, ce qui entraînait des sorties d’or considérables ou des négociations pour consolider les dettes, ou encore l’arrêt des échanges par pénurie de moyens de paiement. Les Français demandaient rien moins que la reconnaissance d’un déficit structurel temporaire de sa balance commerciale. De plus, les monnaies européennes n’étant pas convertibles, une créance sur un pays ne pouvait pas compenser un déficit sur un autre. Le FMI, constatant son incapacité à résoudre globalement la question des paiements internationaux, se rallia à un arrangement régional intereuropéen. Camille Gutt, président du Fonds monétaire, fit de la transférabilité des monnaies européennes le premier pas vers la convertibilité générale des monnaies43. L’aide américaine pouvait contribuer à débloquer les échanges intereuropéens si une somme correspondant au déficit intereuropéen était mise à la disposition des pays débiteurs. Un accord, signé le 8 novembre 1948, créa un système de paiements intereuropéen. Au vu de son déficit annuel estimé, la France fut dotée de 333 millions $ de DT en 1948-1949 et de 236,5 millions $ de DT en 1949-1950, exprimés en d’autres monnaies européennes avec lesquels elle solda ses déficits bilatéraux. Ces DT étaient bilatéralisés et pris sur la dotation de chacun des pays européens excédentaires. En cas d’excédents français, – la France fut créditrice de 9,7 millions $ la première année et de 36,4 millions $ la seconde année –, ses débiteurs étaient libérés de leur dette par des crédits américains du même montant pris sur l’aide à la France. L’accord avait la vertu de faire fonctionner le commerce intereuropéen, ralenti par manque de devises convertibles. Le système avait ses limites. Les crédits ERP d’aide conditionnelle n’étaient pas suffisants pour compenser le déficit français avec la Belgique (transferts de capitaux par les travailleurs belges frontaliers en France, exportations françaises en Belgique insuffisantes, fraudes sur des fausses factures), car ils auraient épuisé les crédits d’aide Marshall attribués à la Belgique. Les prévisions de DT avaient donc été sous-évaluées dans certains cas. De plus, les prévisions de consommation des droits de tirage, i.e. les prévisions des déficits intereuropéens, s’avérèrent fausses. Les Français n’avaient utilisé que 187,2 millions $ de droits de tirage sur les 200 millions $ prévus pour le déficit français envers la zone sterling44. Si l’accord a favorisé une expansion des échanges entre Européens de l’Ouest, il n’a pas contribué à remplacer les sources d’approvisionnements dollars par des sources non-dollars. Il n’a pas stimulé, autant que souhaité, les exportations des pays en déficit puisqu’il a gelé les déficits au niveau de septembre 1948. C’était plus un système d’urgence qu’une solution définitive. L’idée était de multilatéraliser les DT, de les rendre utilisables sur n’importe quels pays européens. Cette idée ouvrait la voie à la convertibilité des monnaies européennes entre elles. On parla de transférabilité des DT. Les Britanniques acceptèrent que 25 % des DT soient transférables dans l’accord du 7 septembre 1949. La création de l’UEP, le 7 septembre 1950, représenta la vraie solution.

Déconvenues et contradictions du programme

  • 45 F60 ter 515, Bonnet, 22 octobre 1948. CE 49, Bérard, 22 septembre 1948. 15 h 45, 4040-41.

28Le Congrès avait exigé qu’une part de l’aide soit fournie sous forme de prêts. L’ECA proposa à la France un prêt de l’Eximbank de 172 millions $ à 2,5 % sur 35 ans, soit 17,7 % de l’aide de la première année. Les Français firent traîner en longueur les négociations. Les Américains menacèrent de faire cesser l’aide. Le contrat fut signé par Henri Bonnet le 29 octobre 1948. Mais le Parlement français tergiversa et l’ECA cessa d’instruire pour un temps les demandes françaises d’aide45. Pour les Américains, ces prêts signifiaient que l’Europe prenait en charge son relèvement.

  • 46 B 16020. Dirapro, 975. 2 novembre 1948, « Note pour M. Bujard, streptomycine ».
  • 47 Machines agricoles.
  • 48 F 60 ter 357, 662, Pierre-Paul Schweitzer à Bruce, 12 mars 1949.

29L’aide américaine ne résolut pas toutes les urgences. Ainsi la streptomycine, antibiotique rare, était utilisée pour les « seuls cas où il y a danger de mort »46. En revanche l’ECA déplora les retards apportés à la délivrance des licences d’importations de matériels agricoles. Des moissonneuses batteuses47, par centaines, attendaient leur chargement à New York48. L’ECA refusa de financer le thé vert consommé au Maroc, un poste considérable de 4 millions $. Le Congrès n’en comprenait pas l’utilité pour la société marocaine. Or il fallait ce thé vert, sinon les Français perdraient la face. Le gouvernement ouvrit un crédit en dollars libres pour le thé du Maroc.

  • 49 B Amérique 1944-1952, EU, 251, 10 juin 1948, conseiller commercial, Bulletin mensuel d’information, (...)
  • 50 B 16020, Dirapro, « Note pour le ministre, » 3 juillet 1948, 667, Grimanelli.
  • 51 F 60 ter 387, 1er septembre 1948, 291 DET ; réf. à télégramme de Coudé du 30 août 1948. F 60 ter 38 (...)
  • 52 F 60 ter 357, 545. 5 février 1949, Elgozy à Tixier, directeur du cabinet du ministre des Finances e (...)
  • 53 F 60 ter 438. DT 45. 11 mai 1949, « Note exposant la nécessité d’une importation de blé étranger. »
  • 54 CE 03, Bonnet, 23 mai 1949, 20 h 32. 123 DET.
  • 55 F 60 ter 357 SGCI 1371, 28 août 1949, Pierre-Paul Schweitzer à Finances DREE, « Programme d’importa (...)
  • 56 CE 003, Washington, 15 mars 1949, 21 h 50, 1091-96. « Contrats laitiers ».
  • 57 F 60 ter 358, SGCI n° 492, 17 mai 1950, Bernard de Margerie à Binaham ; F 60 ter 387, 217 DET, Bonn (...)
  • 58 F 60 ter 386. Bonnet, 22 juillet 1948, 236/DET, « Programme 3T 1948 ».
  • 59 CE 64, Bonnet, 5 janvier 1949, 20 h 30, n° 2 DET. 45-46. CE 64, Baraduc, 31 janvier 1949, 537, « Im (...)
  • 60 B 33925, « Rapport de Valensi », avril-mai 1949.

30Le problème du pain avait été au cœur des difficultés françaises en 1947. Le sujet était éminemment politique et social. En juin 1948 la situation avait été maîtrisée par des économies draconiennes et aussi par des allocations substantielles du Conseil International de la Crise Alimentaire (CICA), des prêts de céréales de Grande-Bretagne et une aide de l’Afrique du Nord. Les Etats-Unis avaient fourni 1,7 million de tonnes sur les 2,3 millions de la campagne qui s’achevait49. Or le ministère de l’Agriculture estimait que les importations étaient insuffisantes. Il faudrait importer plus de 975 000 tonnes de blé pour augmenter la ration ainsi que des céréales secondaires et des tourteaux pour faire sortir les stocks des greniers50. Mais la récolte française de blé de l’été 1948 fut bonne. Des navires de blé destinés à la France furent même déroutés en août sur l’Amérique latine. Il fallait cesser les importations. La France se déclara exportatrice de 90 000 tonnes de blé en mars 1949. Or l’ECA cherchait manifestement à placer en Europe l’excellente récolte de blé des États-Unis51. Elle argumenta sur les risques de crise frumentaire à laquelle les Français ne croyaient plus. Mais les services étaient incohérents puisque les Finances formulèrent une demande d’importation de 300 000 tonnes de blé pour la soudure de 194952. La ration de pain passa à 250 g en août 1948, puis à 300 g en septembre et à 350 g à la fin de 1948. La carte de pain fut supprimée en février 194953. L’ECA restait néanmoins convaincue que la France devrait importer des céréales pour la prochaine campagne54. Elle décida de ne pas approuver le programme d’importation de biens d’équipements si les Français n’importaient pas de produits agricoles55. 11 fallut discuter, faire savoir « la gratitude pour l’intérêt bienveillant qu’elle [l’ECA] témoignait à l’approvisionnement de notre pays », mais le gouvernement prit le risque de refuser les céréales américaines. La France exporta du blé sur la Hollande. Beaux joueurs, les Américains saluèrent l’exportation de 30 000 tonnes de blé, mais annoncèrent qu’en cas de nouvelle pénurie il n’y aurait plus de financement ERP pour le blé. L’exemple des contrats laitiers, impossibles à résilier, montrait qu’il était délicat de refuser les surplus agricoles américains. En effet les agriculteurs américains assiégeaient l’ECA pour qu’elle les aide à vendre aux pays de l’OECE. Washington proposa à la France de prendre livraison des produits laitiers déjà fabriqués, soit la moitié du contrat56. Le SGCI obtint enfin de l’ECA l’autorisation de faire des réexportations en Europe, ce qui arrangea tout le monde57. Le comportement erratique de l’ECA au regard des surplus agricoles pouvait inquiéter les Français. Par suite du renouveau économique, il devenait très délicat d’accepter n’importe quel produit américain. Nécessairement les importations agricoles se réduiraient, une fois rétablie l’agriculture française. L’affaire des importations « conseillées » de blé américain ou de produits laitiers avait révélé la puissance des fermiers américains sur l’ECA. La pression se renouvela avec le tabac. L’ECA mit la pression sur les services français de Washington pour qu’ils achètent du tabac supplémentaire aux États-Unis58. A Paris, on résista, quoique les tonnages fussent « relativement faibles ». L’affaire des tabacs était de peu d’importance financière, mais symbolisait la tendance d’orienter préférentiellement les achats ERP en fonction des demandes des milieux d’affaires américains. Les services français durent tenir compte de ces pressions si rien d’essentiel n’était sacrifié59. Ils décidèrent d’inscrire 3 millions $ sur le programme 1948-1949, et autant pour l’année suivante60. Par rapport à l’année précédente le poste tabac passa de 0,05 % à 0,3 % du programme ERP. Pour les hommes d’affaires américains le plan Marshall ne servait pas assez l’économie américaine. Certains regrettaient que les pays participants se fournissent en machines ailleurs qu’aux États-Unis, que la Grande-Bretagne achète du blé au Canada, que l’exportation de charbon et de pétrole américains soit limitée pour des raisons de prix et de frais de transport exorbitants. Ils critiquaient les autorisations d’offshore purchases (OSP), i.e. les importations réalisées avec l’aide ERP hors de la zone dollar.

  • 61 F 1210752, The Marshall Plan Letter, 9 mars 1949, S. R. n° V.
  • 62 F 1210752, The Marshall Plan Letter, 12 mai 1949, n° 19.

31Or 38 % des importations de l’OECE étaient en offshore au 31 décembre 194861. L’ECA décida de limiter au maximum les OSP62.

  • 63 F 60 ter 387, 2 mars 1950 pour ambassade de France, Washington.

32Les Français manifestèrent à leur tour leur mauvaise humeur. Le programme d’importation aurait pu comprendre la boisson la plus célèbre du monde, le Coca-Cola. Les Français refusèrent l’installation d’usines de Coca-Cola, le symbole de l’American Way of Life en France. Une bataille « scientifique » se développa pour justifier le refus d’importation : la boisson contenait de l’acide phosphorique interdit par la législation française. Cependant, curieusement, sa vente en France ne fut pas interdite63. La bataille de « la Coca-Cola », comme on disait alors, ne faisait que commencer ! Le plan Marshall gardait sa finalité d’aide à la reconstruction économique, mais selon les moments, il était plus ou moins modifié pour répondre aux tensions économiques intérieures américaines.

  • 64 F 60 ter 414/1, note au ministre de G. Guindey, 10 mai 1949, « Objet : échéances de trésorerie en d (...)

33L’aide n’avait pas fait disparaître la pénurie de dollars, car les gains français en dollars « libres », non ERP, avaient atteint en 1948 à peine 184 millions $, contre 352 millions $ en 1947 (gains commerciaux, tourisme américain, armée américaine en France). Ces recettes devaient financer les remboursements d’emprunt et les marchandises que le plan Marshall ne prenait pas à son compte. Les échéances de remboursement des différents emprunts en juillet 1949 firent frémir la DFE. Guindey, soucieux de la réputation de l’État français, proposa de rembourser en or la Réserve fédérale et le gouvernement décida de prélever 22 tonnes d’or. L’encaisse tomba à 464,6 tonnes d’or64.

La variété des aides américaines à l’Union française

  • 65 F 60 ter 379, Bonnet, télégramme, 5 juillet 1948 à Diplomatie-Paris.
  • 66 404 AP 30 Note de Pelieu du 6 octobre 1947.

34L’aide Marshall servit aussi aux TOM français. En cela, il était un plan de reconstruction, sinon mondial, au moins eurafricain. Si les États-Unis manifestèrent de vifs appétits économiques dans les TOM ils ne prétendirent pas, sauf en Indochine, y remplacer les Français. Leur objectif était d’arriver à un modus-vivendi avec des éléments disparates : puissances coloniales, ONU et nationalismes à l’œuvre, pour barrer la route au communisme et écarter tout risque de troubles. C’était la « chance » des conservateurs français. A propos du Maroc, porte de l’Amérique sur l’Afrique du Nord et la Méditerranée, Kennan affirmait que les États-Unis souhaitaient « le maintien de la domination française, mais dans des conditions qui assurent l’ordre et la stabilité dans ce pays ». Était-ce une menace de remplacement ou une invitation à trouver des solutions aux poussées nationalistes ? Kennan imaginait une Eurafrique : « L’Afrique pourrait devenir une entreprise d’exploitation commune des nations européennes à laquelle soit associée l’Allemagne et que scelleraient la collaboration et l’unité qui sont en train de s’établir entre ces nations »65. L’anticolonialisme des Américains s’effaçait devant les nécessités stratégiques : « Mieux vaut pour l’instant un ordre français qui nous est politiquement favorable qu’un désordre indigène dont bénéficieront à peu près certainement les éléments extrémistes hostiles à nos formules politiques », avait noté le directeur du bureau des TOM à New York66.

  • 67 Navire qui aurait dû, en juin 1940, conduire le gouvernement français en Afrique du Nord pour pours (...)
  • 68 5 A 21, d’après une carte des 4 zones jointe au carton.
  • 69 B Amérique 44-52, EU 12e, 26 octobre 1950. n° 5075 H. B. à R. Schuman, « a/s dispositions du gouver (...)
  • 70 CE 05. Daridan, Washington, 10 juillet 1952 20 h 05 4859-72 reprise des contacts avec M. D. Gordon  (...)
  • 71 5 A 21, La correspondance de presse économique, sociale et financière, 2 avril 1952, « ZOIA de l’Un (...)

35Les Français étaient doublement intéressés par l’aide au TOM. Ils cherchaient à faciliter la vie quotidienne des populations et à créer les conditions du développement économique et social de ces pays. Les équipements manquaient cruellement. « L’observateur impartial ne peut que s’étonner de voir combien l’effort de mise en valeur des territoires que nous occupons en moyenne depuis 70 ans est récent », remarquait le SGCI. La volonté française d’équiper ces territoires se remarquait pourtant. La loi de 1946 avait créé de nombreuses sociétés d’économie mixte. Parallèlement, des milieux militaires ou d’administrateurs coloniaux pensaient que l’Afrique du Nord pourrait être la base africaine d’une reconquête de l’Europe en cas d’agression russe. Le complexe du Massilia67 jouait à plein. Étaient-ils en retard d’une stratégie ? Une aide américaine conséquente pouvait servir ces projets. Les projets les plus grandioses, les Zones d’Organisation Industrielle et Agricole (ZOIA), sortirent de l’esprit de l’ambassadeur Eirik Labonne, un nouveau Lyautey, mais privé de Maroc. La première ZOIA serait créée à Djerada, dans le Sud oranais et autour de Colomb-Béchar, couplée au solaire et à l’atome ; une seconde aux confins algéro-tunisiens, une troisième en Guinée autour de Konakry, sur l’hydroélectricité et l’aluminium, une quatrième à Madagascar autour du charbon de la Sakoa et des non-ferreux68. Mais il ne put compter sur le soutien ferme du gouvernement qui, d’Auriol à Ramadier, le freina. Labonne tenta d’y intéresser les Américains. MacGhee, Secrétaire d’État adjoint, n’avait pas été convaincu par les vues époustouflantes de Labonne69. Labonne crut avoir gagné quand la MSA déclara vouloir aider la France à réaliser la première ZOIA dans le Sud marocain. Les Américains insistaient sur l’augmentation du niveau de vie des populations et l’approvisionnement en matériaux stratégiques de l’Occident. Le directeur de la MSA parla « de l’intérêt commun des puissances occidentales », de l’intérêt des Américains qui possédaient des bases stratégiques au Maroc70. Une gigantesque opération atlantique était imaginée avec des participations financières américaine, marocaine et française, celle de la Banque mondiale et des banques européennes, y compris allemandes. Des sociétés investirent dans cette première ZOIA : Charbonnages Nord-Africains de Djerada, Houillères du Sud oranais (nationalisées), Mines de Zellidja, Mines de Tiouli, Mines de Bou-Arfa, Cie des Chemins de fer du Maroc oriental71. Mais on resta très loin des énormes équipements envisagés.

  • 72 ISEA, Cahier, série A, « Les plans monétaires internationaux », 8, « L’investissement dans les terr (...)
  • 73 F 60 ter 481, OECE, memo 1949-50 (rev) France, « Programme révisé pour l’année 1949-1950 », 23 juin (...)

36Plus généralement, le gouvernement français veillait à protéger le capital français en contrôlant étroitement les investissements étrangers dans les TOM. Un groupement de banques françaises et américaines fut constitué en 1949 pour étudier la question72. La BIRD a été sollicitée, en vain, si bien que le gouvernement essaya d’utiliser au maximum les dollars de l’aide directe. Il formula des projets d’équipements en 1949-1950 d’un montant de 58 millions $. Les équipements intéressaient l’agriculture afin de réduire la dépendance de la métropole et des colonies par rapport à la zone dollar73. La mise en valeur de la forêt pour l’exportation de bois exotiques demandait des machines et des camions comme les travaux publics en raison du sous-équipement routier et ferroviaire. Quelques industries alimentaires (sucre) et textiles, des projets limités d’exploitations minières étaient dignes d’intérêt. La bauxite et les phosphates paraissaient de bons investissements. C’était des équipements minimum pour un décollage économique ultérieur.

37Mais avant d’être ouverts aux investissements, les TOM avaient besoin d’être ravitaillés. L’aide ordinaire, prise sur la dotation ERP à la France, facilita les importations en Afrique du Nord de blé, sucre, café et thé. Les TOM avaient besoin de produits industriels : pièces de rechange, pneus pour les gros camions qui évacuaient le manganèse au Maroc. L’approvisionnement restait un art difficile à pratiquer car la conjoncture était délicate : l’introduction de riz d’Indochine en Afrique était devenue impossible. Dans l’ensemble, les Français veillèrent à offrir des farines et des blés français aux colonies, de façon à éviter l’exploitation politique de la pénurie par les Américains.

Tableau 23. Aides Marshall aux TOM, 1948-1952. En millions de dollars

Tableau 23. Aides Marshall aux TOM, 1948-1952. En millions de dollars

Tableau 24. Répartition des crédits du fonds spécial TOM de 10 milliards de F de 1948-1949. En millions de francs français

Tableau 24. Répartition des crédits du fonds spécial TOM de 10 milliards de F de 1948-1949. En millions de francs français

Source : liquidation des comptes ERP de 1959.

38Mais les TOM ont bénéficié aussi d’une aide extraordinaire, celle des Fonds spéciaux. Les Fonds spéciaux avaient pour fonction de favoriser les investissements dans certains secteurs économiques des TOM.

39Le premier fonds (10 milliards de F) en 1948 fut consacré au développement des matériaux stratégiques, essentiellement le pétrole, le nickel de Nouvelle-Calédonie, la recherche géologique, l’ouverture de pistes minières, la levée de cartes géologiques et géographiques, l’aménagement des ports.

  • 74 CE 75, Bonnet Washington. 15 février 1949 n° 42 DET « a/s financement des projets d’équipements pou (...)
  • 75 CE 50, Coopération économique. 16 novembre 1948, « Note sur l’utilisation du fonds d’équipements de (...)
  • 76 CE 69, DGAEF, Coopération économique, n° 133 à FOM 25 janvier 1951, a/s « Missions d’experts de l’E (...)

40L’ECA proposa un deuxième fonds spécial de 25 millions $ pour le développement des matériaux stratégiques. Mais l’aide était affectée préalablement au don. Le fonds de 25 millions $ était offert à tous les pays européens possessionnés. Les projets d’utilisation du fonds devaient présenter « un intérêt direct ou indirect pour les États-Unis »74. La concurrence jouait. L’administration française proposa de financer des augmentations de production de nickel en Nouvelle-Calédonie, d’acheter des B 17 photographiques pour l’IGN, de développer l’équipement des mines de fer en France, d’investir dans la production d’amiante, de magnésie marine, de graphite à Madagascar, de cobalt au Maroc, et surtout de manganèse au Maroc. Pour le manganèse du Maroc, le groupe américain Stettinius avait été approché. Les États-Unis ont refusé un projet de développement des phosphates dont ils n’avaient pas besoin et les mines de fer en France75. L’ECA avançait des dollars et des francs de contre-valeur aux entreprises américaines, partenaires ou actionnaires de firmes françaises qui passaient un contrat avec elles pour bénéficier d’un emprunt de modernisation. Les augmentations de production seraient vendues sur le marché américain. L’exploitation en Afrique noire de diamants industriels, de métaux rares, de pétrole suscita de tels contrats. L’ECA a approuvé en 1949-1950, 4 millions $ de projets pour les TOM français. Au cours de la troisième année de l’aide le fonds fut porté à 28 millions $ au profit de la France. Les crédits avaient donc augmenté d’une façon exponentielle. La guerre de Corée en était le prétexte. Ces crédits compensèrent un peu la baisse régulière et normale de l’aide ERP directe. Elle démontrait aussi que le Congrès souhaitait affecter des crédits à des projets précis. De Chetelat, un expert de l’ECA, partit étudier les projets de production de matériaux stratégiques en Mauritanie, cuivre d’Akjout et fer de Fort Gouraud ; en AEF, étain et colombo-tantalite de l’Aïr et du Hoggar, diamants du Niari76. L’intérêt pour le développement des matériaux stratégiques n’était pas tombé, mais il se doublait d’un souci de prendre en charge des investissements macro-économiques.

41Les types de programme retenus sur les 28 millions $ u.c. sont indiqués ci-dessous :

Tableau 25. Programmes d'utilisation des 28 millions $ de 1950-1951

Tableau 25. Programmes d'utilisation des 28 millions $ de 1950-1951

42Ces projets ont permis à de grands groupes financiers américains, anglais, canadiens et français de s’associer pour l’exploitation des richesses du sous-sol africain. Ce fut au Maroc que l’ECA et les sociétés privées se précipitaient car le pays était prometteur. Les rapports entre les Etats-Unis, la Résidence et le groupe Zellidja dans lequel les capitaux américains avaient une grande part mériteraient d’être traités à part. Les colonies françaises d’Afrique noire n’étaient plus considérées comme une chasse gardée, peut-être parce que la France savait qu’elle ne pouvait faire autrement. L’aide américaine au capital risk en Afrique apparaissait bien comme un moyen de favoriser la conquête de marchés au profit de sociétés américaines et facilitait le stockpiling des matériaux stratégiques. Le gouvernement français a su cependant préserver les intérêts du capitalisme français et de l’État.

  • 77 CE 78. MAE JB d/lr direct Afrique Levant, bureau d’Afrique 15 février 1949, n° 54 Note, « Aide écon (...)
  • 78 Relations Internationales 34, Été 1983, « La coopération internationale en Afrique noire, 1942-1950 (...)
  • 79 CE 78, H. Bonnet, à R. Schuman, 30 août 1949, « a/s Point IV ».
  • 80 CE 75, JMS 28 novembre 1951 à M. des Finances, à l’attention de M. Guindey.

43L’aide au développement des territoires d’outre-mer, plus que l’aide au financement des entreprises, fut l’objet des crédits constitués à l’ECOSOC à la suite du point IV de Truman, dans un autre fonds spécial, mais non géré par les États-Unis. Le point IV, terme convenu pour désigner le programme d’aide aux pays sous-développés proposé dans le quatrième point du discours d’investiture de Truman en janvier 1949, avait une connotation anticolonialiste et anticommuniste. Il devait servir les intérêts commerciaux des États-Unis et la politique des Nations unies. Le point IV a réactivé la peur des Européens d’être dépossédés de leurs colonies, au point que les Britanniques se tournèrent vers la France pour définir une attitude commune. Certains hauts fonctionnaires d’Afrique Levant parlèrent d’impérialisme sous « les dehors d’une sorte de croisade humanitaire dont l’inspiration religieuse n’est d’ailleurs pas absente ». L’intervention de l’ONU risquait de renforcer les propagandes pan-noires afro-américaines et de saper l’autorité des métropoles77. Une entente intereuropéenne n’aboutit pas en 1949 malgré les analyses convergentes. Les nationalismes et les conservatismes européens étaient trop profondément enracinés tant en France qu’en Grande-Bretagne pour s’accommoder d’une gestion européenne des colonies. La France adhéra au programme énoncé par le président Truman. Certes les Français virent bien que le point IV était un excellent argument contre le colonialisme français. Mais ils voulaient des capitaux américains à tout prix. Ils s’attendaient, sinon, à un « Fachoda technique », selon l’historien Marc Michel78. Ils voulaient aussi développer l’Afrique. Les crédits américains affectés au développement des territoires d’outre-mer européens, point IV, se montèrent à 45 millions $ (aide bilatérale américaine et contribution à l’ONU). En fait le Congrès s’intéressa plus aux garanties accordées aux capitaux investis dans les territoires d’outre-mer qu’au développement des pays sous-développés79. Une participation des Nations unies fut sollicitée. La France, pourtant demandeur d’aide, y participa à hauteur de 1,2 million $ et les États-Unis pour 12 millions $. Le programme point IV pour l’Afrique française se traduisit par des voyages d’experts américains et des aides techniques en géologie et en agriculture tropicale. Le secteur d’intervention privilégié fut l’Afrique noire plus que l’Afrique du Nord. Au Quai d’Orsay on considérait généralement que l’accord bilatéral d’aide technique avec les États-Unis impliquait une co-responsabilité des États-Unis et de la France sur les territoires d’outre-mer80.

44Ces fonds spéciaux (10 milliards de F, 4 millions $ et 28 millions $) et les programmes spécifiques (point IV et aide technique) s’ajoutaient à l’aide ERP ordinaire. L’aide américaine aux Territoires d’outre-mer français, sous cette double forme était décevante par rapport aux immenses besoins de développement économique et social du monde africain. Le point IV a représenté un espoir de développement cohérent, un véritable plan Marshall pour l’Afrique. Or cette politique n’a pas été poursuivie. Les Américains furent sensibles seulement à trois points : la production de matériaux rares, le libre accès de leurs produits et de leurs capitaux aux marchés coloniaux et la lutte contre la subversion communiste. Les Américains ont soutenu officieusement mais de façon voyante les nationalistes tunisiens et marocains, s’érigeant en donneurs de leçons politiques et économiques. En fait, s’ils ont eu l’intuition généreuse du plan Marshall pour l’Europe, on mesure leur retard conceptuel à propos de l’Afrique. Les Français ont choisi de reconstruire et de moderniser l’économie française avant celle des TOM, les Américains de répondre aux intérêts économiques et politiques immédiats de leurs entreprises.

  • 81 F 60 ter 357 ou CE 76, SGCI 1660 B. de M. à Alphand, 6 décembre 1949.
  • 82 F 60 ter 444, 20 janvier 1950, « a/s des possibilités d’intervention financière des États-Unis en I (...)
  • 83 74 AP 36, « Évolution des problèmes militaires en Indochine, décembre 1950-juin 1953 » ex. n° 3/40, (...)
  • 84 CE 76, ou F 60 ter 444, SGCI, 21 février 1950, note de B. de M., à Alphand, « Note, proposition amé (...)
  • 85 CE 76, A. Parodi, H.A., à Washington, 25 février 1950, 11 h, 1577-80, « Aide américaine à l’Indochi (...)
  • 86 CE 76 Pignon, Haussaire, Saigon, à FOM 11 mars 1950, sans numéro, secret, priorité absolue, copie d (...)
  • 87 CE 76, A. Parodi, 3 mars 1950, à Washington, 1748-53, « a/s aide économique à l’Indochine » ; Hauss (...)
  • 88 F 60 ter 444, « Notes sur l’aide économique à l’Indochine », 18 mars 1950, Ledoux ?
  • 89 F 60 ter 444, Pignon, n° 16 mars 50, n° 904-912, 913-917, 18 mars 1950, 1944-954.

45L’Indochine avait été exclue de l’aide Marshall. Mais un accord d’aide économique et militaire fut signé en décembre 194981. La partie française entendait faire prévaloir une aide économique de soutien à l’effort militaire français : port et centrale hydroélectrique de Camranh, extraction de l’anthracite et du phosphate autour de la baie d’Along, charbon à Vientiane, irrigation autour de Battambang, Prey Nop, Siem Reap. L’idée des Français s’inspirait du plan général de reconstruction et de modernisation de l’Indochine82. Les Français s’appuyaient sur l’argument bien rodé de la défense contre le communisme : « La France a le sentiment exact du rôle qu’elle joue dans cette partie de l’Asie, où elle sert de flanc-garde à tout le Sud-Est protégeant parmi les matières premières stratégiques trois de celles qui ont un rôle primordial » ; il s’agissait du riz, du caoutchouc et de l’étain83. Les experts américains proposèrent, en février 1950, 5 millions $ jusqu’en juin 1950 et 15 millions $ pour 1950-1951. La somme était trop faible pour soulager la charge en devises de la France en Indochine, plus de 22 millions $ en équipements, approvisionnements et matériels militaires84. Les Français se résignèrent à une aide américaine directe aux trois États associés sous réserve de contresigner l’accord qu’ils passeraient. Le Département d’État accepta le contreseing français85. La presse américaine craignait les progrès de Staline et croyait en la puissance du nationalisme asiatique pour endiguer le communisme86. Les Vietnamiens croyaient pouvoir s’appuyer sur les Américains contre les Français. Mais sur le terrain les premiers contacts avec les fonctionnaires de l’ECA furent rudes. La mission américaine Griffin, arrivée en Indochine en mars 1950, aggrava les relations franco-indochinoises, « en donnant espoir aux États associés de se débarrasser, avec la tolérance bienveillante des Américains, des derniers liens qui les attachaient à l’Union française ». Elle rejeta l’organisation quadripartite de la gestion de l’aide. La mission Griffin affaiblit sciemment la portée des accords franco-vietnamiens du 8 mars 1949. Les services civils français demandaient une aide d’urgence de 15 millions $, tandis que le gouvernement vietnamien formulait une demande d’aide de 80 millions $ et tentait de jouer la carte de l’indépendance87. Les Vietnamiens demandaient aussi sur le moyen terme plus de 245 millions $ et 286 millions $ sur le long terme88. Bao-Daï critiquait un plan concerté « à 12 000 km » de Saigon et faisait perdre la face à la France. Certains Américains auraient même déclaré que leur mission était de « dépantiniser » Bao-Daï et de « défranciser » l’Indochine »89.

  • 90 CE 76, VL 25 mai 1950, Ministère des Affaires étrangères à Santé, O. W, « a/s approvisionnements de (...)
  • 91 CE 76, Pignon, Saigon, FOM 27 mai 1950, n° 1918-21, priorité absolue.

46Le départ pour Saïgon d’un nouveau responsable de l’aide américaine en Indochine, R. Blum, fut stoppé par les Français le temps, dirent-ils à Bruce, qu’une entente préalable avec le Haut Commissaire soit conclue. L’intervention américaine en Indochine, souhaitée en général par les Français, troubla le jeu des forces en présence. La crainte d’être remplacés, sans autre forme de procès, par les Américains, hantait les Français. Plusieurs administrations américaines s’installèrent en Indochine : United States Information Agency, MAAG, ECA et Special Technical and Economic Mission (STEM). L’aide américaine indisposait certains industriels français qui faisaient de bonnes affaires. Les industriels de la pharmacie, des constructeurs de machines agricoles protestèrent vigoureusement, mais le Quai d’Orsay estima qu’il fallait prendre le risque de l’aide américaine, en dépit des camouflets répétés et publics90. Une conférence tripar-tite à Washington en mai 1950 indiqua que les États-Unis n’avaient pas l’intention de se substituer à la France et aux trois États associés pour rétablir la sécurité et la stabilité de l’Indochine. Une seconde réunion quadripartite franco-indochinoise (Vietnam, Cambodge, Laos et France) prouva la réalité des liens franco-indochinois à la grande satisfaction des Français91. En fait, un double combat commençait : un combat contre le communisme et un combat franco-américain pour le contrôle de l’Indochine. La confusion continua. L’administration française voulait un accord unique entre les États associés et les États-Unis.

  • 92 F 60 ter 444, Haussaire Saïgon, à États associés Paris, 13 août 1950.
  • 93 CE 76, coopération économique, 31 mai 1951, à relations avec les États associés. n° 501 « a/s proje (...)
  • 94 CE 76, Conseiller aux affaires économiques, Saïgon, 11 juillet 1951, note, secret.
  • 95 F 60 ter 359, 407, Thierry de Clermont-Tonnerre à Parkman, 15 mai 1951 ; Ministre des Relations ave (...)

47La mission Blum et les États associés en voulaient trois. D’ailleurs, le 14 août 1950, un projet d’accord bilatéral fut adressé par les États-Unis aux trois États et communiqué pour information à la France. Il ignorait les accords du 8 mars 1949, par lesquels l’appartenance de l’Indochine à l’Union française était affirmée, tout comme la gestion quadripartite de l’aide92. En revanche il faisait obligation à la France de supporter le budget de la distribution de l’aide en cas, probable, de défaillances des budgets locaux. Un comble !93 La mission américaine refusa l’idée d’un programme commun d’importation. Elle tenta d’inclure dans le programme d’importations de 1950-1951 les produits les plus intéressants pour l’image des États-Unis. Elle offrit, en guise de cadeaux de bienvenue, une aide démagogique et anti française de 560 000 bouteilles de pénicilline qui se retrouvèrent immédiatement sur le marché noir. Les États-Unis avaient compris le parti qu’ils pouvaient tirer « de distributions gratuites et spectaculaires de produits à certaines classes qui n’avaient pas les moyens de les acheter »94. Attaqués dans un domaine où la colonisation avait fait progresser le bien commun, - la médecine tropicale avec les instituts Pasteur -, les Français exigèrent plus de respect pour les combattants français en Indochine. Le gouvernement français, indigné, accusa Blum d’agir d’une façon déloyale95. Ces Américains étaient de biens curieux alliés en Indochine !

  • 96 CE 76, Secret, Saïgon, 20 septembre 1950, « Note sur l’aide économique américaine aux États associé (...)
  • 97 Dons directs :12 millions $, commercialisées : 11,5 millions S.

48Mais peut-être sous le coup de la guerre de Corée, les Américains devinrent plus réceptifs aux propositions françaises de coopération économique96. L’aide fut commercialisée et les Américains acceptèrent le principe d’une gestion quadripartite des programmes d’importation (France, les trois États associés et un observateur américain). L’administration française disposa alors du moyen de veiller à la protection des courants commerciaux traditionnels avec la métropole. L’aide atteignit 23,5 millions $ en 1950-195197. Les postes les plus importants de l’aide gratuite portèrent sur la santé, les produits industriels et les secours immédiats, ceux de l’aide commercialisée portèrent sur le coton, le machinisme agricole, le pétrole essentiellement à destination des entreprises françaises. Les Français voulurent utiliser la contre-valeur à des projets économiques à finalité militaire pour empêcher que la mission américaine n’achète des produits stratégiques indochinois.

49L’affrontement américano-français était une véritable lutte entre alliés pour le contrôle de l’Indochine, sous les yeux intéressés des peuples colonisés. La France partait perdante car elle n’avait pas su gagner la confiance des trois États indochinois, ni celle de l’Inde.

  • 98 CE 76, Ministère des Affaires étrangères, JMS 1er septembre 1951, note « a/s aide économique améric (...)
  • 99 F 60 ter 444, R. Janot, Saïgon, le 31 août 1951, 0779/CAE/SP, « Note à l’attention de M. Le Général (...)

50Les accords bilatéraux entre les États-Unis et chacun des États associés consacrèrent la prééminence américaine en Indochine. L’administration française résista encore sous prétexte qu’il fallait les faire contresigner par l’Union française. Aussitôt la presse américaine accusa la France de limiter la souveraineté des États associés. Le général de Lattre de Tassigny, Haut Commissaire en Indochine, estima que les États-Unis plaçaient le Viêtnam sous un véritable protectorat. L’accord avec le Viêtnam fut finalement signé à Washington le 20 août 195198. Cet accord traduisait une émancipation très nette de l’Indochine. La France fut exclue de la gestion de l’aide directe aux États. L’aide était néanmoins jugée utile par le Haut Commissariat à Saigon, même si elle s’accompagnait d’un faste américain inélégant et d’une trop nombreuse mission américaine, même si elle réorientait le commerce de l’Indochine vers le Japon, l’Inde et les États-Unis. L’aide américaine frappa davantage les imaginations que l’aide française. Les États-Unis gagnèrent du prestige auprès d’une opinion indochinoise qui avait le sentiment d’une concurrence et non d’une convergence des Occidentaux et d’une fin de règne français99. La France était évincée d’Indochine dans les domaines les plus prometteurs : la politique et l’économie, mais elle assumait toujours « la sale guerre ». Un discours d’Acheson du 12 janvier 1951, diffusé partout dans les territoires d’outre-mer français, réitéra la volonté des États-Unis « d’éliminer toute influence étrangère directe ». Mais les États-Unis n’étaient pas prêts à remplacer les Français dans les rizières, contre le Viêt-minh.

Un bilan très positif de l’aide Marshall à la France

  • 100 F 60 ter 482, « Programme d’importations », comité des importations 18e séance, 26 septembre 1950.

51L’aide Marshall prit fin officiellement avec le vote de la loi de sécurité mutuelle le 10 octobre 1951, avec effet au 1er juillet 1951. La réticence du Congrès était perceptible depuis l’été 1950. Le vote des crédits pour la troisième année de l’aide était néanmoins intervenu. Mais une aide militaire venait déjà concurrencer l’aide économique. La guerre de Corée était en train de donner un autre sens à l’aide américaine. Or les Français y voyaient l’opportunité de faire de bonnes affaires et de poursuivre leurs investissements de modernisation. Rapidement, ils furent bien obligés de mesurer le caractère aléatoire de leurs prévisions d’approvisionnement et surtout leur dépendance des organismes internationaux de répartition des matières premières100.

  • 101 F 60 ter 491 Ministère du Commerce DREE services des Importations, Imp 3/2 n° 9720, « Note sur l’ai (...)

52La France avait reçu 2,5 milliards d’aide Marshall en 3 ans101. Ces fonds avaient contribué au renouveau de l’économie française.

Le bilan dollars

Tableau 26. Aide ERP à l’Union française, du 3 avril 1948 au 30 septembre 1951

Tableau 26. Aide ERP à l’Union française, du 3 avril 1948 au 30 septembre 1951

53Sur ces sommes les crédits MDAP, i.e. d’aide militaire, se montaient à 57,6 millions $.

Tableau 27. Aide ERP à la France par années fiscales américaines, avril 1948 à septembre 1951. En millions de dollars

Tableau 27. Aide ERP à la France par années fiscales américaines, avril 1948 à septembre 1951. En millions de dollars

54Les trois ans d’aide Marshall, dont la dernière très chaotique, avaient apporté à la France les milliards de dollars que Léon Blum n’avait pas trouvés à Washington en mai 1946. L’aide avait répondu à l’un des principaux soucis du gouvernement français, le financement du déficit en dollars. Le cadre multilatéral de la négociation avait remplacé le cadre bilatéral. L’Europe de l’OECE, comme entité institutionnelle, avait contribué au succès de l’aide à la France et à chacun des pays européens. Nul doute que cette réalité nouvelle n’ait contribué à l’approfondissement de l’unité.

Le bilan francs de contre-valeur

  • 102 Sur le volume et les conditions d’utilisation de la contre-valeur, voir le chapitre VI.

55Quel rôle la contre-valeur en francs de l’aide a-t-elle joué dans le financement des investissements de modernisation ?102

Tableau 28. Part de la contre-valeur dans la modernisation économique (essai de reconstitution). En milliards de francs

Tableau 28. Part de la contre-valeur dans la modernisation économique (essai de reconstitution). En milliards de francs

56La participation de la contre-valeur aux investissements du CGP a été meilleure en 1949 que pendant les autres années :

Tableau 29. Part de la contre-valeur dans les investissements de modernisation du CGP. En milliards de francs

Tableau 29. Part de la contre-valeur dans les investissements de modernisation du CGP. En milliards de francs

Note a : Les chiffres peuvent varier selon les documents consultés.

57C’est en 1948 et 1949 que le Fonds de Modernisation et d’Équipements (FME), fer de lance de la modernisation, bras armé du Trésor pour les investissements de reconstruction et de modernisation selon les dispositions du Plan, a reçu le plus de contre-valeur.

Tableau 30. Part de la contre-valeur dans les ressources du FME, instrument de financement des investissements
En milliards de francs

Tableau 30. Part de la contre-valeur dans les ressources du FME, instrument de financement des investissementsEn milliards de francs

Note a : Diminué de la part de contre-valeur affectée à la reconstruction de la flotte de commerce et de la SNCF.

  • 103 80 AJ 17, « Projet de mémorandum, propositions en vue de l’établissement d’un 2e plan de modernisat (...)

58Le FME accordait des crédits aux entreprises nationalisées, à Air France, à la Caisse Nationale du Crédit Agricole, au Crédit Foncier de France, au Crédit National, au Crédit Hôtelier, aux entreprises privées, aux territoires d’outre-mer, à la Sarre. D’après Monnet, la contre-valeur a représenté 90 % des ressources du FME en 1949 et 50 % en 1950 et un tiers du financement du plan, de 1948 à 1950. Les tableaux précédents, construits avec des sources du ministère des Finances ou du ministère des Affaires étrangères, confirment globalement ces déclarations. L’historien Jean Bouvier estimait que 48 % des ressources du FME étaient venues du plan Marshall. Le tableau annonce 51,3 %. Dans cette véritable épopée des temps modernes, il s’est trouvé des hommes politiques français et américains pour accepter que la contre-valeur renforce cet objectif à raison du tiers des coûts de 1948 à 1951. Le bilan de l’utilisation de la contre-valeur pour le développement économique est donc impressionnant. Le Commissariat général du Plan estimait en juillet 1952 que le plan Marshall avait fourni à la France 25 % de sa couverture totale en devises et 60 % de sa couverture dollar, ainsi que 50 % du financement en francs des investissements productifs103. S’il s’agissait du financement du FME, il avait raison, s’il s’agissait de tous les investissements prévus par le Commissariat général du Plan, il pêchait par excès.

  • 104 Crédit National, J. Mayoux, SG adjoint, PJ n° 167, 7 mars 1959, « Liquidation de la CV de l’aide Ma (...)

59Les services français et américains ont procédé le 31 juin 1959 à la liquidation du compte de contre-valeur104. Ainsi se terminait une période extraordinaire de l’histoire de la France.

  • 105 B 34135 « Affectation de la contre-valeur de l’aide américaine », DT probablement, B 13 ; Autre sou (...)

Tableau 31. Contre-valeur des dons et prêts du plan Marshall, 1948-1951105. En milliards de francs courants, chiffres arrondis

Tableau 31. Contre-valeur des dons et prêts du plan Marshall, 1948-1951105. En milliards de francs courants, chiffres arrondis

Tableau 32. Utilisation de la contre-valeur des dons de l’aide ERP (1948 à 1951), par grandes catégories. En milliards de francs

Tableau 32. Utilisation de la contre-valeur des dons de l’aide ERP (1948 à 1951), par grandes catégories. En milliards de francs

Tableau 33. Contre-valeur des dons de l’aide américaine, 1948-1951, par postes utilisateurs. En milliards de francs courants

Tableau 33. Contre-valeur des dons de l’aide américaine, 1948-1951, par postes utilisateurs. En milliards de francs courants

60Une utilisation militaire de la contre-valeur apparaît seulement en 1951, une fois la nouvelle loi d’aide votée (MSA) Les investissements publics de modernisation ont bénéficié de la faveur des Américains au bon moment (1949). Ce fut la période la plus « heureuse » pour Monnet et pour la France.

61Les grandes bénéficiaires de la contre-valeur furent les entreprises nationalisées : EDF, Charbonnages de France (CdF), GDF, la SNCF, ou des entreprises mixtes comme la Compagnie Nationale du Rhône. Elles étaient le fleuron de la modernisation des années 1948 à 1950. Dans les années suivantes, priorité fut donnée à l’industrie privée, à la reconstruction et à la construction, et au développement des territoires d’outre-mer. La contre-valeur se mêlait à des financements français pour réaliser les grands équipements du Plan : centrales électriques hydrauliques et thermiques, barrages de montagnes, création d’équipements miniers sur le charbon, le minerai de fer, construction de cokeries, transport d’énergie électrique, renouvellement du matériel ferroviaire, électrification des voies ferrées, irrigation et création de grandes écluses sur le Rhône.

6261 milliards de F de contre-valeur ont été consacrés à l’industrie privée, soit 8,3 % de la contre-valeur 1948-1951 ; 53,7 milliards de F allèrent à l’agriculture soit 7,3 %. Le pari d’améliorer la production et la productivité de ces deux secteurs a été tenu. Les paysans sont montés sur les tracteurs parce que les dollars Marshall ont financé l’achat de tracteurs américains ou anglais, de machines pour fabriquer les tracteurs français et parce qu’ils ont pu emprunter des fonds de contre-valeur au Crédit Agricole. L’industrie privée attendit 1949 pour bénéficier des fonds de contre-valeur. Il faut mettre ce retard sur le compte de la difficile organisation de la Sollac et du bouclage malaisé du financement final d’Usinor.

63Ces investissements ont-ils été porteurs d’avenir ? C’est une question à laquelle on ne peut répondre qu’en considérant l’époque. Quels étaient les secteurs de pointe à l’époque ? La métallurgie l’était sûrement. La chimie, le pétrole, la pharmacie et la mécanique, les métaux non ferreux ou spéciaux le devenaient. L’accent à été mis sur le développement de la sidérurgie. Était-ce sain ? Les Américains en doutaient. Le Commissariat général du Plan a répondu qu’elle était à la base de toutes les autres industries. Il a sacrifié au mythe du temps. Les industries mécaniques étaient moins bien représentées dans les crédits en francs. Où était l’automobile ? Les industries électriques dont on pouvait pressentir l’avenir étaient peu représentées. Le développement de l’industrie pharmaceutique était esquissé. Cependant, on ne peut conclure à la déshérence de ces branches industrielles, car il s’agit ici de l’emploi de la contre-valeur affectée au FME et non de l’ensemble du financement de l’industrie par le FME. Toutefois ce tableau est l’expression des choix du gouvernement qui a privilégié une stratégie de puissance par la maîtrise de l’acier et de l’énergie, en s’appuyant sur un secteur public fort.

64D’après les comptes de 1959, la Sarre, territoire en union douanière avec la France, riche en charbon et de grande capacité sidérurgique, avait reçu 7,2 milliards de francs de contre-valeur, soit 0,7 % de la contre-valeur, et non pas les 2,2 % qui correspondaient à son poids économique. La France n’a pas été capable d’apporter une solution équitable au problème de l’accès de la Sarre à la contre-valeur. La Lorraine craignait la concurrence du potentiel sidérurgique et minier Sarrois. A ce titre, la communauté économique franco-sarroise a été une mauvaise affaire pour la Sarre. Les Français payèrent leur inconséquence au moment du référendum sur le statut européen du territoire sarrois.

  • 106 Communication aux Amitiés. H. Queuille 15 novembre 1975.
  • 107 Crédit National, « Extrait du PV de la séance du CA du 7 juin 1955, allocation de 3 000 $ à la veuv (...)

65La gestion de la contre-valeur a mis face à face des Français et des Américains qui se sont entendus sans trop de difficultés. Les choix politiques de base étaient largement partagés, mais il faut ajouter aussi les dispositions personnelles de certains acteurs qui ont facilité le déblocage de l’aide. Bruce a donné, disait Baumgartner, « un certain nombre de ces coups de pouces qui arrangent bien les affaires d’un pays en difficulté »106. Parmi les Américains, chefs de mission ECA à Paris, Bingham fut regretté au point que les Français tentèrent de le retenir entre mars et août 1949. Parkman arrivait à une autre époque, celle de la guerre de Corée, et il avait mission de s’immiscer dans les choix des investissements français. L’homme des HLM n’a pas laissé le même souvenir. Entre toutes, se détache la figure de l’attaché financier américain de l’ECA France, William Tomlinson. Celui-ci, très soucieux de sa mission, très proche de Monnet qui en avait fait un fils spirituel, s’est dépensé sans compter. Il mourut prématurément en 1955 et de prestigieuses institutions telles la CECA, la Banque de France et le Crédit National, lui rendirent hommage en offrant à sa veuve et à ses enfants une allocation destinée à honorer sa mémoire. En octobre 1955 la souscription atteignait 8,9 millions de F107. La mission de l’ECA à Paris fut témoin des efforts de la France des années cinquante pour sortir de son mal-développement. Elle y apporta sa pierre. Elle reçut aussi les confidences sulfureuses de politiques en veine de pouvoir qui croyaient nécessaire de prendre l’avis des Américains. Elle fut ainsi à ces divers titres un centre essentiel du jeu politique français.

Conclusion

  • 108 François Bloch-Lainé. Profession fonctionnaire, entretiens avec Françoise Carrière, Seuil, 1976, p. (...)
  • 109 François Bloch-Lainé et Jean Bouvier : La France restaurée. Dialogue sur le choix d’une modernisati (...)

66L’image d’une France assommée par un destin mauvais dominait encore les esprits depuis la Libération. Un profond sentiment d’impuissance, insupportable à beaucoup, exacerbé par la fureur du combat international, donnait l’impression d’une sujétion à l’Amérique. Il était dur d’être pauvre et dépendant, il était impossible de rester neutres ! La France regrettait les fastes de la puissance passée, elle souffrait de ne pouvoir exister face aux Etats-Unis comme le faisait la Grande-Bretagne grâce à son empire et sa monnaie. Heureusement, la dépendance était transfigurée par Monnet, l’homme de l’Atlantique. L’inspirateur des grands projets ne se payait pas de mots. Tourné vers l’action, il fit naître la confiance en une France transformée par les crédits, le « marketing », l’organisation américaine. L’affirmation de l’indépendance nationale, si chère à la Ve République, a trouvé son terreau dans le succès de la modernisation conquise grâce à Monnet et pour moitié par l’argent de la contre-valeur de l’aide américaine. L’indépendance gaullienne a été forgée par la volonté modernisatrice du personnel politique et de la haute fonction publique de la IVe République. Parlant des Américains, Bloch-Lainé écrit : « Ces mécènes étaient exigeants et qu’ils voulussent notre bien ne suffisait pas à apaiser notre amour propre »108. Les archives du SGCI, les notes de l’ECA, confirment le résistible contrôle américain, et la conscience professionnelle des fonctionnaires de l’ECA, appliqués « à faire notre bonheur par leur sévérité »109.

67L’événement le plus important de l’année 1950-1951, passé inaperçu, fut la fin du plan Marshall. On parlait encore du plan Marshall, mais les diplomates avaient bien noté le changement radical qui s’était produit au début de

Notes

1 CE 46 Massigli, 17 septembre 1947, 1040. 18 septembre 1947, JFR, DAEF, « Note pour le directeur général, renseignements demandés par l’Ambassade américaine ». Voir FRUS III, p. 470, Éditorial note.

2 Public Papers of the President of the United States, Harry S Truman, 1947, Washington, Government office, 1962, paragr. 195, 29 septembre 1947.

3 4 AU 23/Dr5, 1er octobre 1947, G. Bidault à V. Auriol, de New York.

4 FRUS III, p. 482, 18 novembre 1947, 2385, Acting Secretary of State to the embassy of Italy ; Dort to Allen. FRUS III, p. 808 ; 2 décembre 1947, « Memorandum by Ivan B White of the division of Western european affairs, Washington, subject : french dollar position through mardi 31, 1948 ».

5 Documents économiques du Bulletin Mensuel d’information, novembre-décembre 1947, n° 32-33, « Le Plan Marshall », p. 66, cite la Pravda du 13 décembre.

6 Voir les conditions de l’aide, chapitre VI.

7 B 33459. Lettre adressée à l’ambassade des États-Unis le 2 avril 1948 par M. le Ministre des Affaires étrangères. B 18220, 9 mars 1948, note pour M. le CGP, Dirapro, 650/DR PS Objet : « Mémorandum sur l’affectation de la contrepartie en francs de l’aide intérimaire ».

8 363 AP 7, Projet de discours de René Mayer, 7 p. manuscrites, bleues, paginées rouge.

9 Gaston d’Eté, Les achats français aux États-Unis de 1941 à 1950, non publié, dactylographié, 1950, p. 168, « Plan d’importations sur 1’aide intérimaire », 284 millions $ pour 6,8 millions de tonnes.

10 B Amérique, 1944-1952, États-Unis, 248, Washington, 23 février 1948, 20 h 40, 849, 53.

11 5 A 14, F 10 5569, CI, 5e réunion du 12 mars 1948, « Comparaison des besoins français en dollars au 2e trimestre 1948 avec l’aide des États-Unis au second trimestre 1948 ».

12 F 10 5569, Documents emportés par Bollack, le 19 avril 1948, remis à l’ambassade américaine par Alphand, « Note sur le programme français pour la période avril-juillet 1948 ».

13 Prêts américains, de la BIRD, du FMI, de la Grande-Bretagne, du Canada, l’aide intérimaire. A cela s’ajoutaient des prélèvements sur le capital : mobilisation des valeurs françaises à l’étranger (371 millions S), les prélèvements sur le stock d’or (1 229 millions $).

14 B 19951, « Discours de Paul Reynaud », in AGEFI du 9 août 1948. Ou J.O. du 9 août, n° 102, p. 5537 à 5542, c. r. séance du 8 août, 193e séance.

15 F 10 5625, CGP, pièce 8, « Esquisse du PRE, projet de loi et documents soumis par le DE à la Commission des AE du Sénat », 19 décembre 1947, 80th congres, 1st session, 200 pages, polycop.

16 F 10 5625, « Observations sur les estimations américaines faites par l’ECA et par les country reports France ».

17 F 12 10325, CI du 21 juin 1948, « Programme toutes zones ».

18 YI 1944-1949, 231, YR, 13 septembre 1948 ; cire. IP 246, « Répartition de l’aide américaine et système de paiements intraeuropéens ». CE 49, 11 septembre 1949, exposé d’Alphand. F 12 10325.

19 CE 49, VL. DAEF, 5 août 1948, note pour l’ambassadeur de France, secrétaire général « a/s proposition de M. Mac Bride ».

20 YI 1944-1949, Washington, 3354-60, 23 juillet 1948, 21 h 50. CE 48, Bonnet, 23 juillet 1948, 21 h 30, 3354-60, CE 48-p.l24, H. Alphand, 26 juillet 1948, à Washington, 3610-611.

21 CE 49, OW. 18 août 1948 à tous les postes européens de l’Ouest et Washington, « Sur la répartition des $ 4,875 millions ».

22 CE 49, H.A., 1er septembre 1948, « Note pour le Président ».

23 CE 49, H.A., 4 septembre 1948, « Note pour le Président »

24 CE 49, H. Alphand, 9 septembre 1948 à Washington

25 F 60 ter 500-501, B 10927, « Allotments summary, by country and fiscal year », 3 April, 1948-august 31 », 1953 FOA, european program ; 200 millions $ en £, 40 millions $ en FB, 77 millions $ en DM, 16 millions $ en autres devises européennes.

26 F 60 ter 491, DREE, services des importations, Imp 3/2, n° 9720 « Note sur l’aide américaine », 22 novembre 1951, P. Moussa, « a/s Montant et emploi des crédits de l’ECA du 3 avril 1948 au 30 septembre 1951 ».

27 CE 49. Teleg. Fransupply, 3143, à Coopération économique, 26 octobre 1948, n° 4492.

28 F 60 ter 505-506, SGCI, 997 à FOM, 20 juin 1949, et ECA, n° 925, 30 septembre 1949, « BQ des services américains d’information, section presse ».

29 B 44169, « Rapport Longchambon sur la mise en œuvre de la convention de coopération économique et du programme de relèvement européen », rapport de 1953, Conseil de la République.

30 CE 48 Bonnet 30 juillet 1948. 21 h, n° 3473-78.

31 CE 49. Bérard. Washington. 23 septembre 1948. 21 h. 4071 ; CE 64, Bonnet. 5 février 1949, 21 h 27. 485-88.

32 F 60 ter 387, AE à Bonnet. 28 mai 1949, 26 DET.

33 Industrie. Dica. C40, MIC à M. des Affaires économiques et Finances DFE 13 janvier 1950 pour Guindey et Filippi « a/s crédits équipements dollars pour recherche pétrolière ».

34 F 12 11022, Service des affaires extérieures, MIC, PBO « Programmes d’importations de la zone dollar », 2 septembre 1952.

35 F 60 ter 482, « Renseignements communiqués aux Américains sur le programme d’équipements 49-50 », date imprécise ; « ERP équipements 49-50 », mise au point, 7 octobre 1949.

36 F 60 ter 489, ECA, 5 avril 1954 à P. Delouvrier.

37 F 60 ter 488, 15 novembre 1949, « Dossier pour l’ECA sur les programmes aéronautiques français, réponse au questionnaire remis par l’ECA France le 27 octobre 1949 » ; la TAI souhaitait acheter 3 DC 4 et des moteurs P& W pour 900 000 $.

38 CE 03 et CE 64. Washington, 30 juillet 1949. n° 2918.

39 B 16021, Dirapro, Grimanelli, 22 avril 1949, « Rapport au ministre », 286 ; « Note pour le ministre » 9 juin 1949, n° 408 ; « Note pour le ministre », 7 juillet 1949, n° 502.

40 Olivier Moreau-Neret, Valeurs étrangères. Mouvements de capitaux entre la France et l’étranger depuis 1940, Sirey, 1956.

41 « Les investissements privés américains en Europe et dans les territoires d’Outre-Mer », OECE, 1954, graphique 5, p. 18.

42 CE 64. H. Bonnet à R. Schuman, 16 mars 1950, n° 1277, CE « a/s rapport du WD committee ».

43 B 25434, Gutt à R. Bissell, 14 juin 1948, p. 108, confidentiel. B 25434, 4 juin 1948, Gutt au ministre des Finances, « Décision du bureau exécutif », n° 323-3.

44 B 10874, 23 août 1949, « Utilisation des droits de tirage de la France sur le R-U en 1948-1949 », sans doute Guindey.

45 F60 ter 515, Bonnet, 22 octobre 1948. CE 49, Bérard, 22 septembre 1948. 15 h 45, 4040-41.

46 B 16020. Dirapro, 975. 2 novembre 1948, « Note pour M. Bujard, streptomycine ».

47 Machines agricoles.

48 F 60 ter 357, 662, Pierre-Paul Schweitzer à Bruce, 12 mars 1949.

49 B Amérique 1944-1952, EU, 251, 10 juin 1948, conseiller commercial, Bulletin mensuel d’information, 2e année, « Rapports économiques franco-américains. »

50 B 16020, Dirapro, « Note pour le ministre, » 3 juillet 1948, 667, Grimanelli.

51 F 60 ter 387, 1er septembre 1948, 291 DET ; réf. à télégramme de Coudé du 30 août 1948. F 60 ter 387, Bérard à Schuman, 28 septembre 1948.

52 F 60 ter 357, 545. 5 février 1949, Elgozy à Tixier, directeur du cabinet du ministre des Finances et Affaires économiques.

53 F 60 ter 438. DT 45. 11 mai 1949, « Note exposant la nécessité d’une importation de blé étranger. »

54 CE 03, Bonnet, 23 mai 1949, 20 h 32. 123 DET.

55 F 60 ter 357 SGCI 1371, 28 août 1949, Pierre-Paul Schweitzer à Finances DREE, « Programme d’importations agricoles pour 1949-1950 ».

56 CE 003, Washington, 15 mars 1949, 21 h 50, 1091-96. « Contrats laitiers ».

57 F 60 ter 358, SGCI n° 492, 17 mai 1950, Bernard de Margerie à Binaham ; F 60 ter 387, 217 DET, Bonnet, 8 décembre 1949.

58 F 60 ter 386. Bonnet, 22 juillet 1948, 236/DET, « Programme 3T 1948 ».

59 CE 64, Bonnet, 5 janvier 1949, 20 h 30, n° 2 DET. 45-46. CE 64, Baraduc, 31 janvier 1949, 537, « Importations de tabacs ».

60 B 33925, « Rapport de Valensi », avril-mai 1949.

61 F 1210752, The Marshall Plan Letter, 9 mars 1949, S. R. n° V.

62 F 1210752, The Marshall Plan Letter, 12 mai 1949, n° 19.

63 F 60 ter 387, 2 mars 1950 pour ambassade de France, Washington.

64 F 60 ter 414/1, note au ministre de G. Guindey, 10 mai 1949, « Objet : échéances de trésorerie en dollars ».

65 F 60 ter 379, Bonnet, télégramme, 5 juillet 1948 à Diplomatie-Paris.

66 404 AP 30 Note de Pelieu du 6 octobre 1947.

67 Navire qui aurait dû, en juin 1940, conduire le gouvernement français en Afrique du Nord pour poursuivre la lutte.

68 5 A 21, d’après une carte des 4 zones jointe au carton.

69 B Amérique 44-52, EU 12e, 26 octobre 1950. n° 5075 H. B. à R. Schuman, « a/s dispositions du gouvernement américain vis-à-vis du plan Labonne ».

70 CE 05. Daridan, Washington, 10 juillet 1952 20 h 05 4859-72 reprise des contacts avec M. D. Gordon ; CE 12 François-Poncet, Bonn 1er avril 1952 4 h 40 2816-18 : CE 336, Bonnet, Washington. 14 juin 1952.

71 5 A 21, La correspondance de presse économique, sociale et financière, 2 avril 1952, « ZOIA de l’Union Française ».

72 ISEA, Cahier, série A, « Les plans monétaires internationaux », 8, « L’investissement dans les territoires dépendants », fasc. 1, 20 avril 1951, p. 150. Chase national Bank, Guaranty Trust, National City bank, Morgan Stanley and C°, Kulm Looband C°, Harriman Repley and C°, Dillon Read and C°, Banque de l’Indochine. Banque de Paris et des Pays-Bas, Union Parisienne, Union européenne et industrielle, Banque de l’AOF, Banque Lazard frères, Worms.

73 F 60 ter 481, OECE, memo 1949-50 (rev) France, « Programme révisé pour l’année 1949-1950 », 23 juin 1949.

74 CE 75, Bonnet Washington. 15 février 1949 n° 42 DET « a/s financement des projets d’équipements pour les territoires d’outre-mer ».

75 CE 50, Coopération économique. 16 novembre 1948, « Note sur l’utilisation du fonds d’équipements de 25 millions $ pour matériaux stratégiques ».

76 CE 69, DGAEF, Coopération économique, n° 133 à FOM 25 janvier 1951, a/s « Missions d’experts de l’ECA en AOF et en AEF » ; CE 75 RV 17 novembre 1950, a/s « Mission de fonctionnaires américains du plan Marshall en AFN ».

77 CE 78. MAE JB d/lr direct Afrique Levant, bureau d’Afrique 15 février 1949, n° 54 Note, « Aide économique et technique à l’Afrique ».

78 Relations Internationales 34, Été 1983, « La coopération internationale en Afrique noire, 1942-1950, un néocolonialisme éclairé ? »

79 CE 78, H. Bonnet, à R. Schuman, 30 août 1949, « a/s Point IV ».

80 CE 75, JMS 28 novembre 1951 à M. des Finances, à l’attention de M. Guindey.

81 F 60 ter 357 ou CE 76, SGCI 1660 B. de M. à Alphand, 6 décembre 1949.

82 F 60 ter 444, 20 janvier 1950, « a/s des possibilités d’intervention financière des États-Unis en Indochine », J. Bourgoin, note remise à Jessup, 5 mars 1950, Saigon, note de source inconnue, « Note sur les modalités de l’aide américaine à l’Indochine ».

83 74 AP 36, « Évolution des problèmes militaires en Indochine, décembre 1950-juin 1953 » ex. n° 3/40, 138 pages ronéo, semble faire partie du « Rapport Salan ».

84 CE 76, ou F 60 ter 444, SGCI, 21 février 1950, note de B. de M., à Alphand, « Note, proposition américaine pour l’Indochine », Source non précisée, « Prévisions d’importations en zone dollar, récapitulatif », sans date.

85 CE 76, A. Parodi, H.A., à Washington, 25 février 1950, 11 h, 1577-80, « Aide américaine à l’Indochine ».

86 CE 76 Pignon, Haussaire, Saigon, à FOM 11 mars 1950, sans numéro, secret, priorité absolue, copie démarquée d’un télégramme secret ; CE 76, AF 10/5, Daridan à R. Schuman, 2 mars 1950, « a/s la presse américaine et l’Indochine ».

87 CE 76, A. Parodi, 3 mars 1950, à Washington, 1748-53, « a/s aide économique à l’Indochine » ; Haussaire, Saïgon, n° 799 à 805, à FOM 9 mars 1950, « sur la mission Griffin ».

88 F 60 ter 444, « Notes sur l’aide économique à l’Indochine », 18 mars 1950, Ledoux ?

89 F 60 ter 444, Pignon, n° 16 mars 50, n° 904-912, 913-917, 18 mars 1950, 1944-954.

90 CE 76, VL 25 mai 1950, Ministère des Affaires étrangères à Santé, O. W, « a/s approvisionnements de l’Indochine ».

91 CE 76, Pignon, Saigon, FOM 27 mai 1950, n° 1918-21, priorité absolue.

92 F 60 ter 444, Haussaire Saïgon, à États associés Paris, 13 août 1950.

93 CE 76, coopération économique, 31 mai 1951, à relations avec les États associés. n° 501 « a/s projet d’accord bilatéral d’aide économique entre l’État associé du Viêtnam et les USA du 25 avril 1951 ».

94 CE 76, Conseiller aux affaires économiques, Saïgon, 11 juillet 1951, note, secret.

95 F 60 ter 359, 407, Thierry de Clermont-Tonnerre à Parkman, 15 mai 1951 ; Ministre des Relations avec les États associés, 25 avril 1951 à Ministère des Affaires étrangères, « Bulletin ECA, n° 2165 ».

96 CE 76, Secret, Saïgon, 20 septembre 1950, « Note sur l’aide économique américaine aux États associés ».

97 Dons directs :12 millions $, commercialisées : 11,5 millions S.

98 CE 76, Ministère des Affaires étrangères, JMS 1er septembre 1951, note « a/s aide économique américaine à l’Indochine ».

99 F 60 ter 444, R. Janot, Saïgon, le 31 août 1951, 0779/CAE/SP, « Note à l’attention de M. Le Général d’armée, Haut Commissaire de France en Indochine et Commandant en chef, Saïgon ».

100 F 60 ter 482, « Programme d’importations », comité des importations 18e séance, 26 septembre 1950.

101 F 60 ter 491 Ministère du Commerce DREE services des Importations, Imp 3/2 n° 9720, « Note sur l’aide américaine le 22 novembre 1951 », P. Moussa « a/s Montant et emploi des crédits reçus de l’ECA du 3 avril 1948 au 30 septembre 1951 au titre de l’ERP et en moyens de production du MDAP ».

102 Sur le volume et les conditions d’utilisation de la contre-valeur, voir le chapitre VI.

103 80 AJ 17, « Projet de mémorandum, propositions en vue de l’établissement d’un 2e plan de modernisation et d’équipements « Juillet 1952.

104 Crédit National, J. Mayoux, SG adjoint, PJ n° 167, 7 mars 1959, « Liquidation de la CV de l’aide Marshall, liquidation de l’aide 1955 au CEFEO ». FOA “Allotments autorizations and paid shipments”, statistics and reports division, office of research, statistics and reports, 31 décembre 1953.

105 B 34135 « Affectation de la contre-valeur de l’aide américaine », DT probablement, B 13 ; Autre source F 60 ter 500, CV des dons. F 60 ter 513, F 60 ter 466, document polycopié confirme CV pour 1948 et 1949, 140 et 263 milliards. F 60 ter 497 p. 16 105 et 143 milliards en 1948 et 1949.

106 Communication aux Amitiés. H. Queuille 15 novembre 1975.

107 Crédit National, « Extrait du PV de la séance du CA du 7 juin 1955, allocation de 3 000 $ à la veuve de M. Tomlinson, attaché financier des États-Unis ». La CECA a donné 10 000 $, le Crédit National 3 000 $, des personnes privées 850 000 F, la Banque de France 10 000 $, 1 $ = 350 FF, in lettre de Guindey à Donald J. Mac Grew, Treasury Department, ambassade des USA à Paris 6 octobre 1955.

108 François Bloch-Lainé. Profession fonctionnaire, entretiens avec Françoise Carrière, Seuil, 1976, p. 111.

109 François Bloch-Lainé et Jean Bouvier : La France restaurée. Dialogue sur le choix d’une modernisation, Fayard, 1986, p. 180.

Table des illustrations

Titre Tableau 16. Programme d’importations sur l’aide intérimaire. En millions $
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2040/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Tableau 17. Les importations Marshall de la première année. En pourcentage
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2040/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Tableau 18. Apport des marchandises Marshall à l’écopnomie française au second semestre 1948
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2040/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Tableau 19. Part du financement Marshall de produits indispensables en 1948, second semestre
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2040/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre TABLEAU 20. Origine des produits ERP fournis à la France en 1950. En pourcentage
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2040/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre Tableau 21. Les équipements importés en 1948-1949. En millions $
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2040/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre Tableau 22. La part du plan Marshall dans le financement des grands équipements
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2040/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre Tableau 23. Aides Marshall aux TOM, 1948-1952. En millions de dollars
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2040/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Tableau 24. Répartition des crédits du fonds spécial TOM de 10 milliards de F de 1948-1949. En millions de francs français
Légende Source : liquidation des comptes ERP de 1959.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2040/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Titre Tableau 25. Programmes d'utilisation des 28 millions $ de 1950-1951
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2040/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Tableau 26. Aide ERP à l’Union française, du 3 avril 1948 au 30 septembre 1951
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2040/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Titre Tableau 27. Aide ERP à la France par années fiscales américaines, avril 1948 à septembre 1951. En millions de dollars
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2040/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
Titre Tableau 28. Part de la contre-valeur dans la modernisation économique (essai de reconstitution). En milliards de francs
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2040/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Tableau 29. Part de la contre-valeur dans les investissements de modernisation du CGP. En milliards de francs
Légende Note a : Les chiffres peuvent varier selon les documents consultés.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2040/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Tableau 30. Part de la contre-valeur dans les ressources du FME, instrument de financement des investissementsEn milliards de francs
Légende Note a : Diminué de la part de contre-valeur affectée à la reconstruction de la flotte de commerce et de la SNCF.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2040/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Tableau 31. Contre-valeur des dons et prêts du plan Marshall, 1948-1951105. En milliards de francs courants, chiffres arrondis
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2040/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Titre Tableau 32. Utilisation de la contre-valeur des dons de l’aide ERP (1948 à 1951), par grandes catégories. En milliards de francs
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2040/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Titre Tableau 33. Contre-valeur des dons de l’aide américaine, 1948-1951, par postes utilisateurs. En milliards de francs courants
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2040/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2040/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 556k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540